Vous êtes sur la page 1sur 1

Cas

 Baltimo  
 
Cadre   contextuel   :   L'entreprise   Baltimo   fabrique   des   câbles   électriques,   activité  
dont   le   secteur   est   en   perte   de   vitesse.   Cette   dernière   engage   donc   un   plan   de  
modernisation   et   d'investissement   dont   la   conséquence   est   la   suppression  
d'emplois.  
Au  31  décembre  2013  la  composition  de  l'entreprise  se  structure  ainsi  :  
215  salariés  dont  45  cadres,  68  TAM,  145  EOQ  et  257  EONQ  
 
La  répartition  des  ages  se  fait  ainsi  :  
Plus  de  40  ans  :  82%  des  cadres,  63,2%  des  ATM,  48,9%  des  EOQ  et  37,3%  des  
EONQ  
 
 
Effectifs   Cadres   TAM   EOQ   EONQ   Total  
31.12.2013   45   68   145   257   515  
Retraite   -­‐8   -­‐10   -­‐15   -­‐28   -­‐61  
prévue    
Nombre  de   -­‐3   -­‐4   -­‐8   -­‐21   -­‐36  
démissions    
totales    
Promotion     +10   +15   +55   -­‐55   -­‐  
-­‐10   -­‐15    
Total   44   59   162   153   418  
Besoins   43   72   98   192   405  
théoriques  
Écart   +1   -­‐13   +64   -­‐39   13  
 
Au  vu  du  tableau  de  structure  prévisionnel,  il  apparaît  que  le  plan  de  promotion  
suit  un  schéma  global  amenant  à  termes  à  un  déséquilibre  des  effectifs  au  vu  des  
besoins   théoriques   en   particulier   dans   les   EOQ   (en   surplus)   et   les   EONQ   (en  
sous-­‐nombre).   Vu   que   l'objetif   de   l'entreprise   est   d'éviter   tout   licenciement,   un  
plan   de   requalification   devrait   être   pensé,   ou   plus   simplement   une   meilleure  
gestion  des  promotions.  
Les   mesures   correctives   appliquées   devraient   porter   sur   une   diminution  
drastique  des  promotions  des  emplois  non  qualifiés.  
Si  l'employeur  dispose  d'un  devoir  de  formation  de  ses  employés  (  L'employeur  a  
le   devoir   d'assurer   l'adaptation   des   saléries   à   leur   poste   de   travail)   selon  
certaines   conditions   (si   le   salarié   dispose   de   deux   ans   d'ancienneté,   il   peut  
bénéficier  d'un  bilan  d'étape  professionnel),  ce  dernier  n'en  est  pas  obligé  pour  
autant,   d'autant   plus   que   son   entreprise   est   dans   une   situation   sectorielle  
difficile.   En   ce   cas,   le   comité   d'entreprise   peut,   afin   de   favoriser   une   démarche  
participer,   être   mis   au   courant   des   modifications   de   promotion.   Dans   ce   cadre,  
un   réajustement   de   cette   dernière   peut   être   effectué,   avec   une   diminution   du  
nombre  de  promotions  des  EONQ  vers  les  EOQ  et  une  augmentation  relative  vers  
les  TAM.  

Vous aimerez peut-être aussi