Vous êtes sur la page 1sur 21

Introduction de la première partie :

Dans cette première partie notre travail sera divisé en deux chapitres. Dans la première,
nous avons à étudier tous les termes liés au thème de notre recherche (tourisme, tourisme de
sante et développement durable), et de connaître leur opportunité sur le plan touristique.
Pour la deuxième chapitre nous avons abordé, une étude approfondie sur les potentialités
touristique de la ville de Jijel où nous avons consacré notre étude sur la ZEST de ras el affia
pour le bute de montrer tout les potentialités touristiques, qui peuvent jouer un rôle
important sur le développement et l’aménagement touristique ; ces dernières sont
caractérisées par des contraintes qui doivent être prises en considération au cours de notre
travail. À la fin de cette chapitre nous avons conclus pour le chois de zone et projet à
détailler.

CHAPITRE 1 : TOURISME DE SANTE ET DEVELOPPEMENT


DURABLE
Introduction
Ce chapitre présent la partie recherche quand à une approche conceptuelle. Le but de
cette recherche est de saisir le contexte dans lequel s’inscrivent le tourisme de santé et le
développement durable, et de connaître leur opportunité sur le plan touristique.
1. Notion de tourisme :
1.1. Définition
Le tourisme :
« Le tourisme est défini comme une action de voyage pour son plaisir, ensemble des
Activités, des techniques mises en œuvre pour les voyages et les séjours
D’agrément ».1
« Le tourisme est un déplacement hors de son lieu de résidence habituel pour plus de
24 heures mais moins de 4 mois, dans un but de loisirs, un but professionnel (tourisme
d’affaires) ou un but sanitaire (tourisme de santé) ».2
Le touriste:
Le touriste est un «visiteur temporaire séjournant au moins 24h dans le pays visité et dont les
motifs de voyage peuvent être les loisirs, visites familiales, missions, réunions ».

1
Le petite la rousse illustré 2006
2
Organisation Mondiale du Tourisme (OMT)

8
La Zone d’expansion touristique (Z.E.S.T) :
La ZEST est « toute région ou étendue de territoire jouissant de qualités ou de
particularités naturelles, culturelles, humaines et créatives propices au Tourisme, se prêtant à
l’implantation ou au développement d’une infrastructure touristique et pouvant être exploitée
pour le développement d’une ou de plusieurs formes rentables de tourisme » .
1.2. Le rôle de tourisme :
Le tourisme joue un rôle très important dans les différents secteurs 3 :
 Economique : Augmenter les ressources monétaires, permettre la création
d’emploi :(01 lit d’hôtel/0.5 emploi) et favorise un aménagement de territoire plus
équilibré.
 Social : Permet d’avoir des échanges culturels entre les individus et de s’évader d’un
environnement stressant exigeant et pollué.
 Politique : création d’un mouvement d’affaire intense entre les pays et favorise la
connaissance des pays aux étrangers et leur donne une importance au niveau
internationale.
 Culturel : La mise en valeur des potentialités du pays en matière de patrimoine
historique et architectural.

1.3 .Les types de tourisme :


On distingue deux types de tourisme d’après le but de déplacement :
 le tourisme d’affaire : Pour agrément, étude, religion, famille ou mission de réunion.

 le tourisme de loisir : on distingue :

a)Le tourisme urbain : il concerne les villes reconnues mondialement pour leurs
aspects architecturaux ou pour leur importance historique et culturelle.
b) Le tourisme non urbain :
-Le tourisme balnéaire : il est relatif au plan d’eau ou il offre des possibilités
balnéaires (pêche sous marine, sport nautique et des loisirs e détente).

-Le tourisme de soins, de santé et de bienêtre : C’est un tourisme de recréation et


de repos prenant en charge les soins et le corps ainsi que la remise en forme.

3
Khader Selma « perspective de développement touristique en Algérie».Mémoire de fin d’étude d’ingénieur
d’état en aménagement 2008.p21. Encadré par Sid Ahmed soufiene .Département d’aménagement .université
d’Annaba

9
-Le tourisme climatique : Qui concerne des endroits de climat particulier tel que :
les forets ou le Sahara.

2. le tourisme de santé :
2.1. Définition :
« C’est un tourisme qui se pratique dans un contexte récréatif (repos, cure). Il couvre une
clientèle qui nécessite des traitements dans un environnement équipé d’installations de soins
et de détente».
«C’est aussi l’ensemble des migrations effectuées dans le souci d'améliorer la santé, c'est à
dire les séjours intégrant aussi bien des soins curatifs prescrits par les médecins que des
soins préventifs pris sur décision individuelle volontaire».4

2.2. Les types de tourisme de santé :

Tourisme de santé

Thalassothérapie Thermalisme Balnéothérapie

Figure 1:les type de tourisme de santé

2.3. La différence entre les types du tourisme de santé :


Le tourisme de santé inclut le thermalisme, la thalassothérapie et la Balnéothérapie.
Ils emploient les mêmes techniques (bains, douches...), mais le thermalisme utilise les eaux
de source, jamais l’eau de mer et la balnéothérapie utilise de l’eau courante sans vertus
thérapeutique, uniquement pour son effet de confort et de bien–être dans des centres de
remise en forme.
3. le développement durable et tourisme durable :
3.1. Le développement durable :
Assurer les besoins d’aujourd’hui, sans hypothéquer ceux de demain

4
Laraba Meriem « architecture de bien être et la médecine douce un couple indissociable » mémoire de fin
d’étude option architecture

10
3.1.1. Définition :
Un développement durable est « un développement qui permet
permet la satisfaction des besoins
présents sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs »5
«Le
Le développement durable est défini comme un volet qualitatif
qualitatif de la croissance
quantitatif Le développement est durable s’il est conçu de manière à en as
assure la pérennité
venir 6.
du bénéficier pour les générations à venir»
3.1.2.. Aperçu historique du développement durable :

Figure 2:aperçu
aperçu historique du développement durable

3.1. 3. Les principes du développement durable :


Le développement durable se fonde sur l’idée forte de l’articulation des trois
dimensions essentielles :
 L’efficacité économique : l’économie reste un outil de développement à travers les
mondes de production, de consommation et de commercialisation viable
viables, l’efficacité
est la capacité de produire le maximum de résultats avec le minimum de ressources,
d’effort ou de dépense.7

5
(Rapport Brundtland, commission mondial sur l’environnement et le développement 1987)
6
Le Guide De Développement durable
7
Ewa Berezowska-Azzag .projet Urbain ‘’connaitre le contexte de développement durable ‘’
, collection : urbanisme, Edition Calmann-Lévy,
Calmann SYNERGIE 2011

11
 Efficience environnementale : dans le but de léguer à générations futures une terre
vivable, la capacité dynamique de rendement sans dépasser le seuil de tolérance en
préservant les ressources naturelles ,les écosystèmes locaux et globaux et la lutte
contre le déséquilibre climatique .

 Equité sociale : satisfaction des besoins en santé, éducation, habitat, emploi, et


sécurité ainsi que la prévention de l’exclusion. Le partage équitable des revenus des
fruits de la croissance afin de maintenir les liens sociaux, l’impartialité et la justice de
répartition.

Figure 3 : Schéma des piliers du développement durable

A ces trois piliers s’ajoutent deux axes de solidarité : Le temps et l’espace


 Dans le temps : entre hier, aujourd’hui et demain, nous avons le droit d’utiliser
les ressources de la terre, mais nous devons en assurer la pérennité pour les
générations futures en tenant compte des spécificités historiques,
socioculturelles locales
 Dans l’espace : entre
re les territoires pauvres en ressources et riches, entre les
différentes échelles globales et locales, chaque humain a le même droit aux
ressources de la Terre.

3.1.4. Les finalités du développement durable :


• La lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère.
• La préservation de la biodiversité, protection des milieux et des ressources.
• L’épanouissement de tous les êtres humains.

12
• La cohésion sociale et solidarité entre territoires et générations.
• Une dynamique de développement suivant des modes de consommation et de
production.
3.2. Le tourisme durable :
3.2.1. Notation et concepts :
Tourisme qui participe à la protection de l'environnement, au bien être des populations
locales et qui contribue à l'économie.
Le tourisme durable est un tourisme qui s'évertue à diminuer les impacts négatifs et
maximiser les impacts positifs sur l'économie, l'environnement et le social. Il peut être
développé par toute entreprise, commune ou région touristique souhaitant préserver son
capital pour le futur. Une planification adaptée permet ainsi de développer les destinations
sans les détruire.
L'expression tourisme durable décrit généralement toutes les formes de tourisme
alternatif qui respectent, préservent et mettent durablement en valeur les ressources
patrimoniales (naturelles, culturelles et sociales) d'un territoire à l'attention des touristes
accueillis, de manière à minimiser les impacts négatifs qu'ils pourraient générer.
3.2.2. Les éléments de la durabilité touristique :
La durabilité est un concept global, dont le but n’est pas seulement la préservation des
ressources naturelles dans des régions exploitées par le tourisme, mais surtout la stabilité dans
le temps des valeurs : écologiques, économiques et socioculturelles dans le tourisme en
générale.
3.2.3. Les revendications pour un tourisme durable :
 Economie :
- le tourisme doit contribuer à vaincre la pauvreté
- le tourisme doit promouvoir le commerce équitable
- le tourisme doit faire participer les populations locales aux bénéfices de l’industrie.
 Société :
- tous les acteurs sociaux, y compris les minorités et les groupes défavorisés, doivent être
intégrés dans les décisions touristiques et avoir part aux recettes
-le tourisme doit sauvegarder les paysages culturels locaux
-le tourisme doit protéger les catégories plus exposées, notamment femme et enfant
 Environnement :
-le tourisme doit mieux gérer la mobilité.
-le tourisme doit aménager plus rationnellement le territoire.

13
-le tourisme doit sauvegarder la biodiversité.
-le tourisme doit protéger les ressources contre les gaspillages et les pollutions.
La réalisation de ces revendications n’implique pas une stratégie paralysante mais des
approches imaginatives et conscientes dans la mise en place d’un tourisme durable.
La compatibilité à trouver entre les dimensions : environnementale, sociale, économique de
développement exige :
• une diminution des risques et dégradation environnementale.
• Une transformation dans les valeurs et les comportements sociaux.
• Un changement d’orientation dans la production économique du bien et de service.
3.3. La démarche Haute Qualité Environnementale :
La démarche HQE ou Haute Qualité Environnementale est une démarche de gestion de
projet. Elle vise à limiter les impacts d'une opération de construction ou de réhabilitation sur
l'environnement tout en assurant à l'intérieur du bâtiment des conditions de vie saines et
confortables.
La démarche HQE propose aux acteurs du bâtiment deux volets complémentaires :
- un langage commun pour définir des objectifs ambitieux en matière d’environnement
- un système de management des opérations.
. Les 14 cibles de la HQE:
Cibles d’éco construction :
• C1. Relations harmonieuses du bâtiment avec son environnement immédiat.
• C2. Choix intégré des produits, systèmes et procédés de construction.
• C3. Chantier à faible impact environnemental.
Cibles d'éco-gestion :
• C4. Gestion de l'énergie.
• C5. Gestion de l'eau.
• C6. Gestion des déchets d'activités.
• C7. Maintenance - Pérennité des performances environnementales.
Cibles de Confort :
• C8. Confort hygrothermique.
• C9. Confort acoustique.
• C10. Confort visuel.
• C11. Confort olfactif.
Cibles de Santé :
• C12. Qualité sanitaire des espaces.

14
• C13. Qualité sanitaire de l'air.
• C14. Qualité sanitaire de l'eau.
Pour respecter la « Démarche HQE », le bâtiment doit atteindre au minimum :
• 3 cibles au niveau très performant.
• 4 cibles au niveau performant.
• 7 cibles au niveau de base.
Une 15e cible : La démarche HQE contient seulement 14 cibles, cependant, l'idée d'une
15e cible complémentaire autour des problématiques de biodiversité est apparue. En
particulier dans les bâtiments respectant la norme HQE la volonté de biodiversité est
omniprésente.

Maîtriser les impacts


Eco construction du bâtiment sur
l'environnement
extérieur

Architectur
Confort Eco gestion
e durable

Créer un
environnement
intérieur satisfaisant
pour l’usager Santé

Figure 4 : les domaines de l’architecture durable.

Conclusion :
Le développement durable peut représenter une solution aux impacts négatifs du
tourisme balnéaire, il doit être supportable à long terme sur le plan écologique, viable sur le
plan économique, et équitable sur le plan éthique et social pour les populations locales.
Le tourisme doit également préserver le droit au voyage des générations futures ; leur droit à
la découverte et à la connaissance d’une région diversifiée naturellement et culturellement.
Cela ne peut pas être réalisé que par la maîtrise de l’ensemble des principes qui assurent
la durabilité touristique avec l’application d’autres formes du tourisme qui concilient ces
principes.

15
CHAPITRE 2 :L’ETUDE DE CONTEXTE DE LA VILLE DE JIJEL ET
LE CAS LA ZEST DE RAS AL AFIA
Introduction :
Dans ce présent chapitre notre travail pour but de montrer les capacités touristique de
la ville Jijel, où nous avons parlé ensuite à une étude approfondie de notre cas la ZEST de ras
el affia à travers lequel nous cherchons à mettre en évidence tout les potential
potentialités de la zone
naturelle et culturelle qui doit qualifie pour recevoir le tourisme de santé basé sur principes du
développement durable.
1. Présentation de la ville de Jijel :
Parmi les grandes villes côtières d’Algérie, La wilaya de Jijel dispose d’un potentiel
touristique balnéaire enviable,
viable, avec sa côte d’une longueur de 120km possède plus de 30
plages accessibles, réparties sur ses 19 zones d'expansion touristique (Z.E.T)
1.1. Situation et limite :
Située au nord du pays, et distante d’environ 359 Km de la capitale Alger, 96 Km
de Bejaia et 146 Km de Constantine, la Wilaya de Jijel couvre une superficie de 2398 Km2.

Figure 5:la
:la situation géographique de la wilaya de Jijel
1. 2.Accessibilité :
Malgré son relief montagneux accidenté causant
causant son enclavement jusqu’à
récemment, la Wilaya de Jijel forte de sa situation géographique au nord de pays, jouit d’une
position stratégique, à travers un réseau d’infrastructures multiformes et complémentaires
(port, aéroport, liaisons routières et ferroviaires
ferro …, etc.
1.3. Aperçu historique sur la ville :
 Le nom de la ville, IGILGILI, trouve son origine dans l’antiquité préromaine, puis
romaine, divers noms lui ont été attribués suite aux diverses occupations qui se sont
succédées, soit : Gigel, Djidjel, Djidjeli et enfin Jijel.

16
 Au début du 19ème siècle les « Frères Barberousse » Aroudj et Khair-Eddine, firent
leur apparition à Jijel où ils projetaient de faire un centre de concentration et de
ravitaillement.
 C’est de Jijel, où il avait établi son quartier, qu’Aroudj a pris la mer pour faire la
conquête d’Alger en 1516.
 Après 1611, les Espagnoles essayèrent quelques tentatives d’invasion de Jijel sans
résultat jusqu’en 1839, date de la conquête par les Français.

De par son histoire mouvementée en raison de son ouverture sur la Méditerranée, la région de
Jijel a été le carrefour de plusieurs civilisations dont les traces se retrouvent çà et là, telles que
les ruines romaines de Chobae à Ziama Mansouriah.
1.4. Climatologie :
 La région de Jijel est caractérisée par un climat méditerrané, pluvieux et froid en hiver,
chaud et sec en été. Alors La ville de Jijel bénéficie d'un climat tempéré et humide

 Les vents dominants soufflent généralement de la mer vers le continent (NNW - SSE).

1.2. Potentialités touristiques de la commune de Jijel:


De part l’alliance de la mer et de la terre, mariage de la nature et de l’histoire, Jijel
dispose de grandes potentialités et d’un patrimoine naturel riche favorable, permettant de
promouvoir un développement du tourisme.
1.3. Les Infrastructures touristiques dans la commune de Jijel :
La commune de Jijel dispose, en sa périphérie de nombreux sites balnéaires mais l’offre
touristique reste limité, avec une hôtellerie de niveau moyen à Jijel, les capacités
d’hébergement sont de 453 chambres et 996 lits.

1.4 .Disponibilité de l’assiette foncière touristique :

Le tourisme est considéré comme l’une des principales vocations de la wilaya de JIJEL.
A cet effet, la bonde littorale de la wilaya de JIJEL, était intégrée dans le cadre d’une étude
globale touchant l’ensemble du territoire national, confiée par le ministère de la culture et du
tourisme en 1983, au bureau d’étude (ENET), cette étude a permis de localiser dix neufs (19)
zones d’expansion touristique (ZET).

17
Zone L A S R1 B R2 CE CR PP PA

El Aouana + * + + + + + + * C.N

Les Aftis + - + + + + + + N
bordj + + + + + + + + C.N
Blida(Andreu)

Bou-iblatane * - + * + * + * C.N

Dar El Oued + - + + + + + * C.N.N

El Ouldja * * + + + + * * * C

Beni Bélaid * - + + + * + +

Ras el affia + + + + + + * + *

Plage kotama - * + + + + - -

Sidi A/Aziz - * + + + + - -

Tassoust + - + + + + - -

Oued Zhor + - + + + - * + C

Arbid Ali * - + * + - * *
(Marigha)

Béni Caid * + + + + - + + U
Adouane Ali * * + + + * + +

Bazoul * * + + + * * *

Taza * - + * + * * *

Ouled Bounnar * - + * + + - -

El Kennar * - + + + * * *
TABLEAU 01 : Classement des zones touristiques Source : D.U.C de JIJEL.

L : Tourisme de loisir + : Favorable


A : Tourisme d’affaire * : Possible
S : Tourisme de santé - : Défavorable
B : Activités linéaires U : Environnement urbain intéressant
R1 : Récréation et loisir C : Possibilités de chasses ou marine
R2 : relais routier N : Code naturel exceptionnel
C.E : Circuit étape P.P : Port de plaisance
C.R : Circuit centre de rayonnement

18
2. Cas d’étude zest de Ras el affia :
2.1. Situation :

La Z E T de Ras El Affia est situé à 06 Km de la ville de Jijel, juste à la limite ouest de la


petite localité d’Ouled Bonnard. Administrativement la Z E T est continué dans le territoire de
la commune de Jijel.

Figure 06 : Situation du site de Ras el affia Figure 007 : Situation du terrain

2.2. Accessibilité et limite de site :


-Accessibilité
Accessibilité est assurée grâce a la RN 43 qui délimite le site au sud assure la circulation
mécanique aux différentes voies goudronnées qui se trouvent à l’intérieur du site.et les sillons
créent par les passages fréquents du piéton.
- Elle est limitée au Nord par la mer , au sud par la RN 43, à l’ Est et à l’Ouest les
limites sont matérialisées par des affleurements rocheux dressés en sens verticale à la RN 43
est plongeant dans la mer.

Figure 08 : accessibilité et limite de terrain de ras el affia


2.3. Dimensions et surface :

La presque île de Ras El Affia couvre une superficie de 55 Ha, elle s étend sur 1000 m
de longueur et Sur une largeur maximale de500 m et de 700 m de longueur et 60 à 100 de
largeur pour la plage constituée par le sable.
sable

19
2.4 Etude climatologique :
La région de Jijel est caractérisée par un climat méditerranéen pluvieux et froid en hiver,
chaud et sec en été
2.4.1. Ensoleillement :
Terrain expose au soleil pendant toute la journée (pas des obstacles).
2.4.2. Moyenne des précipitations mensuelles :
D’après le diagramme, la répartition mensuelle des pluies met en évidence l'importance
des précipitations du mois d'octobre à mars qui, à elles seules représentent 80% des pluies
annuelles.
2.4.3. Températures :
Les températures de la région de Jijel sont assez favorables avec des hivers doux (les
moyennes de janvier et février sont de 13,3°C)
13,3°C) et des étés assez chauds avec des
températures de l'ordre de 29,9°C en moyenne en août et un maxima de 30,3°C.
2.4.4. Les vents:
Les vents les plus fréquent pendant la saison balnéaire sont ceux du N – E. ils
s'étalent avec une moyenne de 70 J/An de juin à septembre.

Figure 09 : les vents dans le terrain de ras el affia


2.5. Etude physique :
La région de Jijel dans laquelle se situe la Z.E.S.T. de Ras El Affia se trouve dans une zone au
relief accidenté
nté dénommée, d’un point de vue géologique, massif métamorphique kabyle. Il fait
partie des zones géologiques des montagnes plissées du littoral méditerranéen appartenant au
domaine de la petite Kabylie.

2.5.1. Topographie :
La Z.E.T de Ras EL Affia est caractérisée dans sa grande partie par une topographie
plane avec de légères ondulations.
La presque île de Ras El Affia comprend un relief relativement ondulé dans sa partie Nord et
une petite butte dépasse la superficie dominante au dessus de quelques
quelques mètres ou se trouve le

20
phare, s'élève à une hauteur de 12 m au dessus de la mer et se termine par des points rocheux
4 m .Sa partie immergée sableuse présente une pente faible, et continues jusqu'à la R.N.
2.5.2. Géomorphologie :
« La consultation
on du rapport de sol relatif au relais routier qui permis de révéler
l'existence sur la partie supérieure du terrain du limon avec des blocs erratiques et de la marne
en certain endroit. Les essais ont montré que le sol peu plastique, très peu compressib
compressible, et
peu gonflant. Il a ainsi était retenu un taux de travail du sol de 1.4 bars sur tous le site ce qui
prouve que le terrain est constructible et peut recevoir des blocs à plusieurs étages »8
2.6. Environnement immédiat :
Le terrain est situé dans une zone périurbaine résidentielle, d’une faible densité avec un
manque d’équipements d’accompagnement.
Le cadre bâtis de l'environnement immédiat est caractérisé par un seul type d'habitat
individuel mixte (commerce en RDC et l’hébergement
l’hébergement au niveau des étages).

Figure 11: habitat individuel (coté sud du


Figure 10: habitat individuel (coté plage
terrain)
charkia)

2.7. Potentialités du site :


2.7.1. Donnés historiques et culturelles :
C’est grâce au grand phare que le site a connu et continu de connaitre sa valeur actuelle.
Il est non seulement fonctionnelle vis-à-vis
vis vis de l’ensemble de navigation, mais également un
élément d’appel qui structure
ure la presque ile et qui participe à promouvoir sa qualité naturelle.

Figure 12 : Ras El affia-vue générale

8
Dossier N° 0554/85/05 Mai 1985

21
2.7.2. Données naturelles :

La ZEST de ras el affia, fait partie d’un milieu totalement naturel diversifiée et
particulièrement favorable à un grand nombre d’activités touristique .des horizons vastes sont
ouverts au site grâce a ses disparates potentielles touristiques : la plage, les affleurements
rocheux, la mer, la végétation.
 La mer :
La presque île de Ras el afia est entourée par la mer sur les trois (03) cotés, elle présente
une côte ouverte et peu protégée par le rocher d’El Aouina. Dans n’importe quelles conditions
atmosphériques, la mer dans cette plage et dans la plage cherkia est calme d’où la création
d’un port de plaisance semble possible.
possible

Figure 13: Ras El affia- la mer

 La plage Cherkia :
Elle est ouverte au Nord--est,
est, reçoit la houle de l’été, sa partie immergée sableuse s’étale
sur environ 700 m de longueur et 60à 100m de largeur ,elle est constituée de sable fin ,de
bonne qualité et de couleur ocre rouge ,elle est légèrement inclinée du Sud vvers le Nord ,à
l’arrière plage les pontes sont faibles et continues jusqu’a la route nationale.

Figure 14 : la plage Cherkia


 Le tapis végétal:
Les conditions naturelles de la ZEST de Ras el Affia ont permis la croissance de
différentes espaces.

22
Une partie de la plage est occupée par des plantes de sable, ces espèces arénicoles occupent la
partie sud de la plage cherkia en sens horizontal, elles séparent la plage de l’arrière plage.
Du coté de RN 43, de petits jardins cultivés par des arbres et des maquis avec quelque olives
et figuiers. Les versants Nord des montagnes qui dominent la ZEST, sont couverts de maquis
et de forêts, l’espace le plus répandu est le chêne liège. Cette végétation naturelle descend
pratiquement jusque à la RN43.

Figure 15 : Ras El Affia – Tapis végétale

2.8. Servitudes et utilités :

2.8.1. Alimentation en eau potable :


Il existe à proximité de la ZET un réservoir d’une capacité de 2000 m³ alimenté à partir
de la station de pompage de Ras El kissir.
2.8.2.Électricité :
Une ligne de 30KV loge la RN n°43 dans une distance de 3KM environ, il existe un
branchement aérien à partir de cette ligne qui alimente le phare avec un poste de
transformation.
2.8.3. Télécommunication :
Il existe une ligne téléphonique alimente le phare à partir de centre transition avec
l’automatique de Jijel.
2.8.4.Évacuation des eaux usées :
Les eaux usées seront évacué à partir d’un poste de relevage situé au point bas de la
poste vers une station d’épuration au nord-est de la ZET
2.8.5.Évacuation des ordures :
Les ordures ménagèrent doivent être avancées vers la décharge la plus proche « le cap ».

23
2.9. Proposition aménagement de la zest fait par Etat (SDAT 2025) :

Cette proposition d’une capacité totale de 1353lits en quatre types d’hébergements (hôtel,
villa, appartement, et bungalows) destinés aux activités touristiques au niveau nationale et
internationale, s’adresse à une catégorie clientèle de pouvoir d’achat moyen et élevé.

Dans cette proposition d’aménagement les principes posés a priori sont les suivant :
- Le système accès de la ZET se projette sur deux axes important l’un à l’Est et l’autre à
l’Ouest qui rejoignent à la RN43 et desservent les zones aux différents équipements, un
réseau secondaire dans la partie Est assure l’accès aux équipements projetés et aux petites
parcelles.
- Utilisation des équipements et des plages aussi bien par les résidents que par les estivants.
- Création des cheminements piétonnes qui sont conçus de façon à éviter le plus possible la
circulation motorisée.
- Une diversification des équipements d’hébergement pour répondre à une demande variée
(camping- hôtel).
- Création des axées mécaniques et piétons assurant la liaison entre les activités, la plage et
l’hébergement.
- Exclure toute construction dans la zone (réservée) de protection de grand phare à
l’extrémité Nord de la presqu’île en y prévoyant des espaces verts aménagés.
- Protection de la bande littorale.
- Aménagement du front de mer.
- Création d’espace vert.
- Création d’espace de promenade et de détente dans la ZET.
- Développement des activités économiques et commerciales desservant le tourisme.

24
3. Choix du la zone et projet à détailler :
3.1. Étude de la zone choisis :
3.1.1. Situation et limites de parcelle :

Le terrain est située à l’ouest de la ville de Jijel dans la ZET ras al affia juste a la limite ouest
de la petite localité d’OULED BOUNNAR

Figure 16: Situation


ation et limite de terrain

3.1. 2. Les constructions existantes (à conserver ou à démolir):

Le terrain est une poche vide, il existe juste le grand phare qu’il faut conservé vu
qu’importance historique et culturel.

3.1. 3. Accessibilité :

Pour accéder aux terrains il ya Une route nationale .RN43 reliant BEJAIA à l’ouest et Jijel
a l’Est et Une route secondaire vers le grand phare.
phare

3.1. 4. Environnement immédiat:

Terrain vierge + le grand phare au nord-ouest


nord

• Les arbres

• les roches

Figure 17: environnement immédiat

25
3.1. 5.La
La morphologie de terrain:

Le Terrain d’étude a une forme irrégulière d’une superficie de 8HA

Les pentes sont faibles.

La présence d’une topographie plane

Figure 188: topographie de terrain


3.1. 6.Le climat:

- Les températures:

Connaissant des adoucissements grâce a la présence d’une partie de la mer d’une autre part

• la température moyenne annuelle sur le coté est de 18 a 20°c

• la moyenne maximale est enregistrée au mois d’AOUT avec 26°c

La moyenne minimale est au mois de


d Janvier avec 11°c

-Les
Les vents et l’ensoleillement :

• Les vents les plus fréquent pendant la saison balnéaire son ceux du nord
nord-est

• L’ensoleillement: le terrain est bien ensoleillé.

Figure 19: les vents et l’ensoleillement

26
3.1.7.les servitudes:

 Le grand phare: est un point d’appel, point de repaire qui structure le presque ile de
RAS EL AFIA
 Une ligne aérienne de 30 Km de longueur de la R.N. 43 sur une distance de 30 Km
environ de Z.E.T, cette ligne constitue une liaison entre les stations de répartition de
Souk-EL -Tnine et de Jijel. Il existe aussi un branchement sérieux à partir de cette
ligne qui alimente le phare avec un poste de transformation.
 Il existe une ligne téléphonique alimentant le phare.
 La région de la Z.E.T est dépourvue de réserves de gaz de villes

3.1.8.Synthèse de terrain:
Les donnée de notre terrain sont convenable avec les conditions de la réalisation d’un
centre de thalassothérapie (bon choix)

 1- Existant de la mer en 3 coté.


 2-suivant le programme étatique et le SDAT 2025 .
 3-il existe un Service urbain assez développé.
 4-l’Accessibilité facile des différentes wilaya.
 5- -Facilité d’accès assurée par RN 43.
 6 -La ZET d’intervention se situe 6 minutes de la ville de Jijel
 7 -Longueur de la plage importante.

3.2. Choix de projet détaillé :

Dans le but d’une animation du site pendant la période hivernal et de l’exploitation de


des richesses naturel qui se trouve dans le terrain choisit on a vu la programmation d’un
centre de thalassothérapie qui pourrait jouer le rôle attractif, nous pensons au
développement de divers secteurs ; tourisme, santé et sport, qui pourraient engendrer une plus
grande influence et des échanges considérable. Nous savions pertinemment que du point de
vue économique cela pourrait redonner un essor à cette zone et ainsi redynamiser la région.

27
3.2.1. Pourquoi thalassothérapie ?

L’Algérie a fait une stratégie pour développé le secteur de tourisme de santé


(thalassothérapie) mais cella reste un encre sur papier malgré que tourisme sanitaire est
un thème très important, du point de vu santé et tourisme, ici nous proposons un centre de
thalassothérapie dans un site touristique .le thème a été choisi pour atteindre les objectifs
suivants :

 Sortie du contexte purement hospitalier et on développer à un nouveau concept


d’accompagnement thérapeutique et créer un équipement d’articulation entre le
tourisme et le soin.
 Ajouter une infrastructure qui participe à l’enrichissement du domaine de tourisme
de santé.
 Répondre à un besoin en matière du tourisme qui ne cesse d’augmenter ;de part,
de la clientèle locale et de celle étrangère.
 Faire de notre projet un pôle attractif avec l’implantation des équipements
indispensables ce qui donne à la ville de Jijel une nouvelle image.
 D’exploiter la ZEST de ras el affia , en termes de potentialités et offres touristiques
dans le cadre du tourisme durable.
 Promouvoir le tourisme dans notre pays pour attirer plus de vacanciers et de touristes
pendant toute l’année.
Conclusion :
Après l’analyse faite sur le cas d’étude (ZEST de ras el affia), sa se confirme qu’il se
caractérise par une diversité de potentiels naturels (forêt, agriculture, les roches…), cela
argumente le choix du terrain et qu’il est convenable pour le projet choisie qui demande un
site pittoresque extraordinaire.et cela vas diversifier les activités touristiques (plaisance,
détente et loisir,…) en plus c’est un site de qualité écologique élevé, et favorise l’espace de
détente l’épanouissement.
Conclusion de la première partie :

La première partie m’a permis d’acquérir pleins d’informations sur le thème de recherche.
Elle a contribué grandement à éclairer la lecture. Sans laquelle, l’étude que nous nous
proposons serait difficile à comprendre.

C’est la source première pour élaborer les chapitres suivants.

28

Vous aimerez peut-être aussi