Vous êtes sur la page 1sur 3

Rapport de séminaire

« La Veille et L’intelligence économique »

Aujourd’hui il existe des confusions entre deux notions qui ont important : la veille stratégique
et l’intelligence économique, c’est la raison pour laquelle le professeur Sara Ezzaoutane a
organisé un séminaire portant sur le thème « La veille économique » qui avait lieu le Mercredi 20
Mars du 14h30 à 17h15, il a été présenté par Mr Grine Ali, Directeur au Bank Al Maghrib et
professeur à Université Mohammed V Rabat-Agdal.

Ce séminaire avait pour objectif de faire la différence entre ces deux notions, montrer l’utilité de
la veille et l’intelligence économique au service de l’action et de la décision, et finalement de
savoir les méthodes, les outils et le processus de la veille et de l’intelligence économique, pour ce
faire, l’intervenant a discuté les points suivants :

 Définition de la veille et l’intelligence économique


Pour certains auteurs, la veille stratégique représente un processus, une démarche ou encore un
ensemble d’outil et d’instrument qui permettent à l’entreprise de veiller et d’anticiper l’avenir,
élaborée par le top management en tenant compte des attentes des parties prenantes. Elle se fait
selon deux modes de fonctionnement : mode « commande » et mode « alerte ». Parmi les
éléments essentiels sur lequel se porte la veille stratégique c’est l’intelligence économique. Alors
l’intelligence économique est un instrument d’anticipation le changement au service de la
décision et de l’action. Globalement, les deux notions in fine par le même objectif qui est de
prendre des décisions stratégiques. Pour autres auteurs, l’intelligence économique c’est le
système global et la veille stratégique est son outil. Cela peut être résumé comme suit :

La veille stratégique

L’économie stratégique

KHADIJA HONNIT 1
 Concept de veille stratégique
En se basant sur une certaine veille stratégique, le top management décompose les objectifs de
l’entreprise en trois catégories : objectif stratégique, objectif opérationnel et objectif individuel,
afin de déterminer et de maintenir un avantage concurrentiel par rapport à ses concurrents. On
entend par un avantage concurrentiel, le positionnement compétitif de l’entreprise sur son secteur
d’activité (le marché) en mettant en place des forces clés de succès, il est caractérisé par
la durabilité, difficilement immutable par les concurrents et défendable par le temps.

La veille stratégique se définie ainsi par « un système d’information » solide et ouvert sur
l’environnement proche et global. Ce système peut être un système d’information informatisé et
actuellement avec la digitalisation il devient numérique. Cette notion du système d’information
est très importante puisqu’il devient l’un des facteurs de production. L’ensemble des informations
(blanches, grises, noirs) sont remontés au PDG de l’entreprise pour prendre des décisions rapides,
en utilisant des indicateurs présentés sous forme d’un tableau de bord qui présente l’indicateur, la
moyenne, la fréquence ainsi « l’alerte » qui permet de connaitre l’ensemble des risques, afin de
réduire les risques systématiques et de résoudre les risques spécifiques.

Avant de mettre en œuvre la veille stratégique, il faut établir un diagnostic stratégique pour
positionner sur le marché et déterminer l’avantage concurrentiel. Ce diagnostic consiste à faire :

- Un diagnostic interne c-à-d évaluer l’ensemble des ressources, des compétences et des
processus de l’entreprise afin de détecter les forces et les faiblesses qui permettre de savoir
la capacité stratégique ;
- Et un diagnostic externe en jugeant le marché, la concurrence, les barrières à l’entrée
(taille, technologique…) afin de connaitre les opportunités et les menaces qui permettent
de déterminer les forces clés de succès.

La veille a plusieurs composantes : la veille concurrentielle, la veille culturelle, la veille


économique, la veille technologique, la veille environnementale et la veille stratégique.
Lorsqu’on parle de la veille stratégique, on abord le terme stratégie qu’il s’agit d’un ensemble des
moyens mis en œuvre par l’entreprise pour atteindre un certain nombre d’objectif déterminé par
l’entreprise. 

KHADIJA HONNIT 2
 Le concept de l’intelligences économique 
L’intelligence économique est un instrument qui s’inscrit dans la démarche de veille stratégique.
Elle met en angle les informations, cherche à lui donner du sens, et surtout à faire en sorte qu’elle
devienne facteur de décision et de l’action. Cette intelligence se compose de :

- L’info-guerre : ou la guerre d’information désigne l’ensemble des actions et des méthodes


qui vise à imposer un dommage à un adversaire ou à se garantir une supériorité, elle se
répartissent en trois catégories : tromperie, contre-information et résonance. La guerre
d’information a trois déclinaisons : il y a « la guerre par » c’est-à-dire rendre l’adversaire
faible et de bloquer ses actions, il y a aussi « la guerre pour » c’est le contrôle de la
diffusion des informations, et finalement « la guerre contre » dans cet aspect, il faut
protéger et sécurisé les systèmes d’informations interne puisqu’il cherche que son
adversaire à émettre de l’information.
- La protection du patrimoine informationnel.

Dans le cas où l’intelligence économique représente le système global, on ajoute aux


composantes ci-dessus « la veille ».

 La sécurité de l’information et contre intelligence

Afin de protéger l’information contre l’intelligence, l’entreprise doit élaborer un système de


sécurité d’information, parmi les étapes de sécurités :

- Tenir à jour une liste des anomalies et des risques potentiels ;


- Protéger les bases de données en installant des applications d’analyse comme les anti-
virus ;
- Gérer et protéger la confidentialité des données et des documents ;
- Sensibiliser le personnel de l’importance des données.
 Conclusion

Le déroulement de séminaire été dans les bons conditions, et il est clôturé par la satisfaction de
l’intervenant et des étudiants.

KHADIJA HONNIT 3

Vous aimerez peut-être aussi