Vous êtes sur la page 1sur 11

I.

Etat des lieux du système de financement des PME


1.1Programme de soutien aux PME
Les programmes de soutien aux PME se renforcent et
se varient . Aprés l’aide à la transmission
d’entreprise , la commercialisation (Taswiq ), la
qualité (Jawda), l’Agence nationale pour la promotion
des PME
(Anpme), lance le nouveau dispositif infitah pour
“Elle”. Un programme de soutien dédidé aux femmes
chefs d’entreprises , réalisant un chiffre d’affaire
inférieur à 3 millions de DH

➢ Infitah: (2.450 entreprises bénéficiares) L’initiative


infitah est adossée à la stratégie Maroc Numeric
2013.Elle a pour objectif de former les dirigeants de
TPE à l’utlilisation des TI. Une formation sanctionnée
par la remise d’un permis numérique permettant aux
Petites structures de bénéficer d’offres préférentielles
(ordinateur portables , logiciel de facturation ,
connexion 3G de 12 mois) , subventionnés à hauteur
30% et plafonnées à 1500dh. Sur les 6.000 DH TTC
que coûte une solution informatique d’entrée gamme
, l’entreprise ne débourse que 2.500 DH. Le restant
étant subventionné par l’ Anpme et les opérateurs
télécoms. A Fin août dernier , 2.724 DH entreprises se
sont inscrites pour bénéficier du programme . 2.450
entités ont déjà décroché le permis numériques et
416 packs ont été distribués .le Programme devrait
connaître un nouveau départ avec le lancement de
infitah pour Elle .

1. Appui aux PME: Imtiaz Croissance

Consistance
Imtiaz Croissance est un programme développé par Maroc PME
afin de soutenir l’investissement porté par les PME marocaines.
Il offre une prime à l’investissement de 20% du programme
d'investissement TTC plafonné à 10 MDHS/projet retenu.
o cible
-être une PME industrielle existante de droit privé marocain, y
compris celle installée en zone franche, ayant réalisé un CA HT
>10 MDH au terme du dernier exercice clos et <= 200MDH au
terme d’un exercice clos pendant les 3 dernières années

-ou une PME en amorçage d’activité ou de filialisation


prévoyant dans son business plan durant les 3 prochaines années
de réaliser un CA HT <= 200 MDH. Par filiale, on entend toute
entreprise détenue à plus de 50% du capital sociale ou de droit
de vote par l’entreprise portant le projet. o Critéresd’éligibilité

-présenter un projet dans l’un des domaines suivants :


▪ extension ou diversification, ciblant une 2ème
transformation de produit, à fort impact en termes de
création de valeur ajoutée industrielle et d’emplois ;
▪ amorçage ou filialisation appartenant aux écosystèmes
retenus par l’Etat et portant sur des activités industrielles à
forte valeur ajoutée ;
▪ opérations d’acquisition partielle ou totale d’entreprises,
dans le cadre de fusions/acquisitions/absorptions,
garantissant à l’acquéreur le contrôle de la cible, à travers
une acquisition majoritaire aux 3/4 pour les SARL et aux
2/3 pour les SA, ou d’une acquisition à 50%+1 action ou
droit de vote, accompagnée d’un pacte d’actionnaires
garantissant à l’acquéreur le contrôle de la cible. 1

2-Appui aux TPE : Istitmar Croissance

o Consistance

ISTITMAR Croissance est un programme développé par Maroc


PME afin de soutenir l’investissement porté par les TPE
marocaines.
Il offre une prime à l’investissement de 30% du programme
d'investissement TTC plafonné à 2 MDHS/ projet retenu.

o Cibles

- TPE industrielle existante de droit privé marocain, y


compris celle installée en zone franche, ayant réalisé un
CA HT <= 10 MDH au terme du dernier exercice clos.

1
e-offres-v2.pdf
-ou TPE en amorçage d’activité ou de filialisation
prévoyant dans son business plan durant les 3 prochaines
années de réaliser un CA HT <= 10MDH. Par filiale, on
entend toute entreprise détenue à plus de 50% du capital
sociale ou de droit de vote par l’entreprise portant le
projet.
o Critéres d’éligibilité

-présenter un projet dans l’un des domaines suivants :


▪ extension ou diversification, ciblant une 2ème
transformation de produit, à fort impact en termes de
création de valeur ajoutée industrielle et d’emplois ;
▪ amorçage ou filialisation appartenant aux
écosystèmes retenus par l’Etat et portant sur des
activités industrielles à forte valeur ajoutée ;
▪ opérations d’acquisition partielle ou totale
d’entreprises, dans le cadre de
fusions/acquisitions/absorptions, garantissant à
l’acquéreur le contrôle de la cible, à travers une
acquisition majoritaire aux 3/4 pour les SARL et aux
2/3 pour les SA, ou d’une acquisition à 50%+1 action
ou droit de vote, accompagnée d’un pacte
d’actionnaires garantissant à l’acquéreur le contrôle
de la cible.

2
Moussanada3 :
L’objectif de Moussanda est d’améliorer la productivité de la
PME , à travers une approche innovante permettant à
l’entreprise de sélectionner , à partir d’une liste de prestations
prédéfinies , celles qui répondent à ses besoins spécifiques , Ces

2
Le source de shéma :Programme d’appui de Maroc PME -
IMANOR .pdf
3
https://www.academia.edu ›
(PDF) La situation des PME au Maroc : état des lieux et
propositions | Saida BELKAS
offres de prestations, qui incluent l’intégration des nouvelles
technologies , consistent en un accompagnement:
▪ visant à la fois les fonctions supports ( stratégie,
fonction commerciale , qualité , organisation,….) et
les activités coeur de métier (processus de production
, desing R&D,..)

 Par une contribution de l’Etat pouvant atteindre 1


Million de dirhams.
Mokawalati 1
Le programme Moukawali s’inscrit dans
le cadre d’une approche globale de
l’emploi , qu’adopte le Maroc
actuellement .Ii s’agit ‘d’Initiatives
Emplois’, une politique pro-active de
l’emploi, Visant à :
 Saisir toutes les opportunités de
création de postes d’emploi.
 Appuyer les catégories de demandeurs
d’emploi difficilement insérables .
 Améliorer la gouvernance du marché du
travail
1
www.scribd.com/ Accès Au Financement Pour La
Petite Et Moyenne Entreprise Marocaine Diagnostic Et
Devenir
 Activer le rôle de l’intermédiation
 Adopter des outils de suivi et
d’èvaluation

Pour sa mise en oeuvre , la politique ‘intiative


emploi’ s’axe sur 3 volets , comme shématisé ci-
dessous :
 Promotion de l’emploi salairé, et ce , dans le
cadre des programmes : IDMAJ et TAEHIL
qui prévoient l’inseetion de prés de 105.000
chercheurs d’un premier emploi entre 2006
et 2008;
 Appui à la création de l’emploi, dans le cadre
du programme Moukawalati ;
 Amélioration de la gouvernance du marché
de l’emploi, à travers la restructuration de
l’ANAPEC et la création de l’observatoire
national de l’emploi.
Le volet relatif au programme Moukawalti est celui
j’attacherai le plus d’intérêt , vu qu’il rapporte directement
aux besoins de notre étude .
Aujourd’hui , l’État ne peut à lui seul assurer l’emploi aux
jeunes diplômés; d’où l’intérêt de stimuler notamment
l’initiative privée, à travers des programmes d’appui à la
crèation d’entreprises.
Plusieurs programmes adoptés auparavant par le Maroc
partagraient le même objectif ;
J’en citera particulièrement l’offre ‘Jeunes Promoteurs ‘,
qui visait d’encourager l’intégration des jeunes,
notamment la population des diplômés de l’enseignement
supérieur et de la formation professionnelle , dans la vie
active et de réduire le chômage ,Ce programme a essuyé
un èchec et a été remplacé par le nouvel dispositif’création
de la jeune Entreprise ‘, consacré par la charte de la PME

Moukawalati : les raisons d’un échec

Une étude de la Banque mondiale avait tiré la sonnette d’alarme, en


2011 déjà, en énumérant plusieurs problèmes du programme
Moukawalati qui a dû être interrompu en raison de ses résultats
très timides. Il s’agit essentiellement de blocages résultant du
manque d’expérience de nombreux chargés de mentorat quant à la
préparation des dossiers de crédit et de financement bancaire,
alors que cette étape du programme est essentielle à son succès.
L’étude a aussi pointé du doigt le manque de coordination et de
coopération entre les différents partenaires du programme, ainsi
que l’expertise et les ressources des différents partenaires
(exemple des universités qui sont peu préparées à assurer
l’intermédiation et le mentorat financiers). Une autre difficulté est
relevée: les chambres de commerce, d’industrie et des services ne
sont pas équipées pour recevoir et assurer le suivi des dossiers de
demande de crédits. En outre, les banques commerciales ne font
pas confiance au programme et aux projets qui en découlent (ce
qui a contribué à l’échec relatif du programme «Crédits pour les
jeunes entrepreneurs»). À cela s’ajoutent d’autres obstacles
expliquant la faiblesse des résultats du programme: une très
longue période de latence entre le lancement du programme et sa
mise en œuvre à cause du manque de coordination entre les
banques et la CCG, le peu de culture entrepreneuriale des
candidats, qui sont les produits d’un système d’études secondaires
largement coupé du monde des affaires et de ses pré-requis et les
difficultés des candidats à trouver des locaux et des cautions pour
des fonds commerciaux, notamment pour des biens en location. 1

liquidation, redressements judiciaires.

La liquidation définit la 《vente des biens et éléments d’actif 》


d’une entreprise ainsi que remboursement des créanciers. il
existe 2 types de liquidation2.

La liquidation l’amiable:intervient lorsque l’entrepreneur prend la


décision après en avoir référé à ses associés , de dissourde
l’entreprise.

Un liquidateur aura alors la charge de revender les biens et


rembourser les dettes contractées . De plus il aura la
résponsabilité d’informer l’ entrepreneur , associés inclus , de la
sitution et d’organiser 《les comptes de liquidation》

Si aprés liquidation des biens et paiement des dettes , le


liquidateur constante un bénéfice , celui ce devra être partagé
1
/https://www.leseco.ma/promotion-de-l-entrepreneuriat-du-nouveau-pour-les-jeunes/
2
/https://www.petite-entreprise .
entre les associés .Enfin , l’entreprise doît être clôturée auprés
d’un journal d’annonces légales.

La liquidation judiciare

la liquidation judiciare , est employée en ultime recours et


implique une délibération du tribunal aprés qu’il a certifié la
cessation de paiement d’entreprise. Lebliquidateur judiciare est
alors désigné par les soins du tribunal et nécessite la destitution
de l’entrepreneur .

Géneralement , la revent des biens ne permet pas rembourser


intégralement les dettes.

redressements judiciaires.
C’est une  procédure collective qui est ouverte
lorsqu’une entreprise se trouve en cessation de paiement.
Elle est destinée à permettre la poursuite de l’activité de
l’entreprise, le maintien de l’emploi et l’apurement du
passif.
Contrairement à la liquidation judiciaire qui met fin à
l’activité, le redressement judiciaire peut être une
alternative pour les entreprises qui ont des difficultés à
faire face à leurs obligations financières mais dont la
poursuite de l’activité est possible.