Vous êtes sur la page 1sur 153

Projet de Fin d’études

Introduction générale

- Le présent rapport est le fruit d’un stage de fin d’études réalisé au sein du bureau

d’études SIGMA consulting spécialisé dans les projets de bâtiment et industriels.

- Le projet étudié est un immeuble composé de deux sous sol (usage de parking) +rez de

chaussée+7 étages (usage de commerce et bureautique) et 8ème étage (salle de fête et

de conférences) sis à la commune de Bordj Bouarréridj en Algérie.

- Les grands axes du projet ont été :

 L’étude et le dimensionnement des éléments porteurs de la superstructure,

 L’étude de l’infrastructure et le calcul de la fondation,

 L’étude de marché des gros œuvres,

 Elaboration du dossier d’exécution.

- Ce rapport est composé de onze chapitres. Dans le premier, on présente le projet de

point de vue architectural et conceptuel. Le deuxième chapitre consiste à l’évaluation

des différentes charges appliquées. Dans les deux chapitres qui suivent, on détaille

respectivement la modélisation et le dimensionnement des éléments de la verrière et

la toiture principale. Les planchers des différents niveaux de la superstructure sont en

dalles mixtes dont leur dimensionnement est le sujet du cinquième chapitre. On

achève le dimensionnement de la superstructure par le calcul présenté dans le

chapitre6. Dans le septième chapitre, on détaille les différents calculs des assemblages

de la structure métallique. Le 8ème chapitre présente les différentes phases de

dimensionnement des éléments porteurs des deux sous sols. L’étude de la fondation

est le sujet du 9ème chapitre. En complément du présent rapport, on présente un dossier

d’exécution dont on décrit son contenu dans le chapitre10. Enfin, on présente dans le

dernier chapitre une étude de marché des gros œuvres.

1/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Chapitre I Présentation du projet

I) Introduction :
- Au cours de ce chapitre, on présente le projet sujet des études effectuées en décrivant le
coté architectural et conceptuel, ainsi que les données de base permettant l’élaboration des
missions planifiées.

II) Description architecturale :

II.1 Situation et Conception architecturale :

- Le projet étudié est un bâtiment de surface couverte d’environ 1800 m² composé par deux
sous-sols à usage de parking, un rez de chaussée et sept étages pour un usage commercial
et bureautique et une salle de conférences dans le 8ème étage.
- Le bâtiment est situé à la zone Bordj bouarreridj en Algérie dont une vue satellitaire de
l’emplacement est présentée dans la figure I-1.

Figure I- 1 : Situation du projet


- La zone d’activité commune de Bordj bouarréridj se caractérise par un terrain plat de
faible sismicité où aucun indice d’instabilité ni de mouvement de terre n’a été observé.
- Dans les pages suivantes, on présente une perspective ainsi que les vues en plan du RDC.
Les autres plans d’architectures sont joints dans l’annexe de ce rapport.

2/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- Le niveau zéro des côtes présente le RDC, à partir du quel l’accès au premier et au
deuxième sous-sol est assuré par l’intermédiaire de deux rampes successives de pente
14%.
- Ces deux sous sol contiennent respectivement 47 et 51 places de stationnement de
voitures légères avec une accessibilité à des locaux celliers destinés pour l’exploitation
privée des propriétaires des locaux commerciaux.
- L’accès pour les piétons entre ces deux niveaux jusqu’au RDC est assuré par deux
ascenseurs et une paire d’escaliers à quart tournant.
- Le RDC ainsi que les sept étages courants sont destinés pour l’usage commercial dont la
répartition des locaux, qui n’est pas mentionnée dans les plans, sera réalisée avec des
cloisons légères préfabriquées négligeables de point de vue charge apportée sur les
planchers.
- La totalité du 8ème étage est une salle de fête et de conférences. Cet usage spécifique est
majoré par une obligation architecturale qui n’autorise aucun élément porteur vertical dans
la salle.
- La toiture de cette salle est composée par deux versants de pente 15% contenant une
trémie médiane de superficie 10x24mètres au dessus de la quelle une verrière est montée
sur des supports et amovible sur un dispositif coulissant.
- Les accès entre les niveaux de la superstructure se manifestent par la continuité des deux
ascenseurs inférieurs ainsi que la conception de deux cages d’escalier indépendantes.
- Les parois de tout le bâtiment ainsi que les parois de la verrière sont prévues
complètement vitrés en double vitrage feuilleté dont les spécificités sont décrites dans le
chapitre II.
- Les hauteurs sous plafonds pour les différents niveaux sont les suivants :
 Sous-sol 1 et 2 : 2,50m,
 Rez de chaussée : 3,25.m,
 du 1er au 7ème étage : 3,00m,
 8ème étage : 4,40m.

6/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

III) Phases d’étude :


- On présente dans le graphe suivant un aperçu sur les taches faites dans ce projet :

- La première phase d’étude considère la conception générale des différents systèmes


porteurs à adopter en tenant compte des différents facteurs (architecture, possibilité
d’exécution…).
- Ensuite, le dimensionnement des éléments porteurs pour les différentes phases de projet
conduit au choix des sections et des dimensions des composantes structurales.
- Le troisième thème concerne l’élaboration du métré et de l’étude de marché des gros
œuvres.
- La dernière partie du rapport présente les résultats trouvés qui se manifeste par un dossier
d’exécution comportant les différents plans et détails nécessaires pour l’exécution.

IV) Références et hypothèses de calcul :

IV.1Exigences règlementaires pour l’étude de projet :

IV.1.1 Conditions du cahier de charge :


- Les exigences du cahier charge sont les suivants :
 Le type d’acier choisi pour la construction métallique est de nuance S275,
 Le type de tôle recommandé pour la couverture principale est de marque HODNA
METAL TN40/10. La couverture doit être iso étanche de poids surfacique 25kg/m2.

7/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

 Pour la construction mixte :


 Le plancher mixte considéré pour les planchers courants est composé d’un bac
acier collaborant et des solives métalliques connectés par des goujons. les poutres
principales des planchers ne sont pas considérées dans le système mixte.
 le bac acier à utiliser est de marque HI-BOND55, les goujons sont de type
NELSON,
 Le vitre utilisé pour l’habillage des différentes parois est de type feuilleté phonique
composé de 2 plaques de verre de 15 millimètres chacune et de 2 films de Poly Vinyle
Butyral thermocollés.
 Le fonctionnement mécanique de la structure métallique et les éléments en béton armé
(cage d’ascenseur) sont indépendants.
 Le calcul de la structure doit tenir compte de la dilatation thermique sans joints.

IV.1.2 Règlementations recommandées :


- Afin de réaliser les missions citées dans le paragraphe précédent, on fait référence aux
plusieurs réglementations de calcul :
 DTR BC2.2 : document technique réglementaire des charges permanentes et
d’exploitation spécifié pour l’Algérie.
 RNV99 : règlement qui traite des constructions courantes dans l’Algérie, mettant à la
disposition des professionnels et des concepteurs de la construction des méthodes
d’évaluation des actions climatiques (neige et vent) et des surcharges de sables en
zones sahariennes.
 Eurocode 3 : norme européenne de dimensionnent et justification des structures
métalliques.
 Eurocode 4 : norme européenne qui traite les principes de conception et de calcul des
structures mixte (acier-béton).
 BAEL91 : " béton armé aux états limites ", document qui traite les règles techniques
françaises pour la conception et le calcul des ouvrages en béton armé suivant la
méthode des états limite.

8/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

IV.2 : Hypothèses de calcul et caractéristiques des matériaux :

- Pour la construction métallique :


La structure métallique sera réalisée par un acier de nuance S275 ayant les
caractéristiques suivantes :
 Module d’élasticité longitudinale : 2,1x106 MPa,
 Module d’élasticité transversal : G = 0,81x105MPa,
 Coefficient de Poisson : ν= 0,3
 Limite de résistance élastique = 275 MPa
- Pour le plancher mixte :
 Bac acier :
 Limite d’élasticité : fyp,k=320 N/mm²,
 Module d'élasticité : Ep=210000MPa,
 Coefficient de sécurité γap=1,1.
 goujons :
 Résistance limite à la traction : 450 N/mm².
- Pour la construction en béton armé :
- Les caractéristiques du béton sont :
 Résistance à la compression à 28 jours : fc28 = 25 MPa
 Résistance à la traction : ft28= 0,6+0,06fc28=2,1 MPa
 Le coefficient partiel de sécurité :  b  1,5

f c 28
 Contrainte de calcul ultime de béton : f bu  0,85 =14,17 MPa
  b

 La contrainte admissible de compression à l’ELS :  bc =0,6fc28= 15MPa


- Les caractéristiques de l’acier sont :
 Les armatures longitudinales utilisées sont des aciers à haute adhérence de nuance
Fe500 dont la limite d’élasticité garantie et le module d’élasticité longitudinale sont :
fe = 500 MPa.
 Pour les aciers transversaux, on va prévoir des ronds lisses de nuance Fe235
caractérisés par la limite d’élasticité garantie : fet=235 MPa.
 Le coefficient partiel de sécurité à l’ELU :  s  1,15

 Le coefficient de fissuration : (barres Haute Adhérence)   1,6

9/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

fe
 La contrainte ultime (ELU) de traction des aciers longitudinaux : f su  = 435MPa
s
 La contrainte admissible (ELS) de traction dans les aciers longitudinaux :
 Fissuration peu-préjudiciable (FPP) :  st  fe  500MPa

2
 Fissuration préjudiciable (FP) :  st  min( f e ;110 n f t 28) = 201 MPa,
3
fe
 Fissuration très préjudiciable (FTP) :  st  min( ;90 n  f t 28 ) = 165MPa,
2
 Le coefficient d’équivalence acier-béton à long terme : n=15.

V) Conception du système porteur :


- La conception des systèmes porteurs est une phase primordiale dans l’étude du projet.
on a traité cette partie en effectuant les tâches suivantes :
 Conception du système porteur de la verrière,
 Conception de l’ossature principale (toiture, structure à étages, contreventement).

V.1 Conception du système porteur de la verrière :

- La verrière étudiée est de largueur 10m, de profondeur 24m et de hauteur 0,75m


reposant sur des montants de hauteur 0,4m .elle se compose de deux versants faisant
une pente de 15%.

Figure I- 2 : Perspective de la verrière


- Le système porteur choisi est composé par une succession de portiques conçus par des
traverses encastrés sur les montants de hauteur 0,75 m.

10/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- Des exigences architecturales et commerciales (panneaux d’aluminium de dimensions


6,00x1,68m, engendre une interdiction de disposer des éléments gênant la visibilité à
travers le verre) conduit à choisir un tramage de 6m entre les portiques avec un
espacement entre pannes de 1,68m.(figure I-3)

Figure I- 3 : conception structurale de la verrière

- Deux variantes du système porteur de la verrière seront décrites dans le chapitre V :


 portiques en profilés à âme pleine,
 portiques avec ferme en treillis.

V.2 Conception de la structure principale :

- On considère la toiture principale en premier lieu. Elle est de portée 30m et


profondeur 60m, composée de deux versants faisant une pente de 15%.
- On choisit une toiture composée d’une succession de fermes en treillis de type Howe
avec un tramage de 6m.
- Ce choix se justifie par la prédominance du phénomène de soulèvement (les calculs de
vent sont présentés dans le chapitre II). De ce fait les diagonales seront soumises à la
traction sous l’effet des charges ascendantes.
- Les poutres en treillis des files B et C sont conçues par un système de treillis en
système PRATT dont les diagonales travaillent à la traction sous les efforts provenant
des fermes portées (fil 5,6 et 7) ainsi que la verrière en cas fermé.
- Vue les particularités de conception apportées par la présence de la verrière, des
modifications sur la conformité des fermes en treillis sont considérées à fin de garantir
un système porteur pour le toit vitré qui assure son fonctionnement et répond aux
besoins architecturaux :
 Une superficie non plafonnée de 10x24m au-dessous de la verrière en cas fermé
doit être garantie, cela cause une discontinuité des files 5, 6 et 7,
11/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

 Deux poutre en treillis (files B et C) appuyées sur les fermes des files 4 et 8 sont
conçues pour servir à :
 Des appuis pour les fermes des files 5, 6 et 7,
 Un système porteur de la verrière dans le cas fermé.
- La variante treillis pour les fermes et les deux poutres des fils B et C demeure la
meilleure solution pour garantir les portées de ces éléments.
- L’assemblage entre la toiture et les poteaux est conçu par une liaison rigide qui est
plus adéquate de point de vue exécution et entretien que la liaison articulée.

Figure I- 4 : conception de la toiture principale

- Concernant la conception des éléments de la ferme et afin de garantir son bon


fonctionnement, la répartition des montants est en relation avec le calcul d’empannage
détaillé dans le chapitre III ainsi que la position de la verrière.
- La répartition adoptée pour une ferme courante est la suivante :

Figure I- 5 : Conception d’une ferme courante de la toiture principale

12/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- En continuité avec la conception de la toiture, la superstructure est conçue par 11


portiques à étages avec un tramage de 10 mètres suivant la petite face, espacés de
6mètres selon le sens du longpan.
- Les traverses principales de ces portiques présentent des appuis pour le plancher par
l’intermédiaire des poutres secondaires conçues en construction mixte détaillée dans le
chapitre IV.
- le système de contreventement conçu pour transférer les efforts de vent vers
l’infrastructure et pour limiter les déplacements est choisi en fonction des :
 Efforts de vent sur les long-pan :
 les efforts de vents appliqués sur les panneaux vitrés de l’habillage seront
transmis aux poteaux. Les efforts en tête des poteaux sont transmises dans
les portiques rigides qui seront dimensionnées vis-à-vis cet effet. De ce fait,
aucune disposition particulière n’est considérée.
 Efforts de vent sur pignon :
 Les poteaux intermédiaires des faces pignons (Fil B et C), articulées en
sommet, permettent la transmission de l’effort de vent vers la membrure du
portique de rive. Cette dernière n’étant pas rigide transversalement, pour la
stabiliser, on considère les poutres au vent en pignon et les bracons.
 Les bracons en forme de ciseaux sont réparties chaque 10m, en plus de leur
rôle de contreventement, permettent la réduction de la longueur de
flambement des membrures. Cette répartition des bracons est conditionnée
par la présence des potelets. En plus que leur rôle porteur, les poutres des fils
B et C sont considérées comme une continuité des bracons.
 Les palés de stabilité sont composés par :
o Les poutres au vent dans le plan des versants, sont disposées chaque deux
espacements entre pannes et pour un seul espacement à coté du faîtage.
La détermination des espacements est décrite dans le chapitre III.
o Les croix de Saint André dans le plan vertical, sont considérées dans les
extrémités du bâtiment.

13/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Figure I- 6 : Perspective globale de la conception de Figure I- 7 : Conception du


superstructure contreventement- palée de stabilité

Figure I- 8 : Conception du contreventement- -bracons

VI) Conclusion :
- Ce premier chapitre est un aperçu global sur les axes principaux du projet et du contenu
de l’étude effectuée sur les différentes composantes de la structure.
Ces dernières sont sollicitées avec des cas de charge règlementaires et spécifiques de point
de vue intensité et mode d’application, ce qui nécessite une évaluation globale présentée
dans le chapitre suivant.

14/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Chapitre II Evaluation des charges

I) Introduction :
- Avant d’entamer les étapes de modélisation et de calcul des éléments de la structure,
on présente dans ce chapitre les différentes charges appliquées sur les éléments
porteurs. Ces cas d’actions, à considérer ultérieurement, sont déduites à partir des
prescriptions du cahier de charge et des documents techniques règlementaires
Algériens.
- L’évaluation des charges présentée dans ce qui suit englobe la description des cas de
charge pour la structure principale en premier lieu et celles de la verrière.

II) Evaluation des charges appliquées sur la structure principale :


- Les charges appliquées sur la structure principale sont les poids permanents appliqués
sur la toiture, les planchers et les parois, les charges d’exploitation et d’entretien et les
charges climatiques. Toutes ces charges sont décrites dans l’évaluation suivante.

II.1 Charges permanentes :

- Les charges permanentes sur la toiture et les différents planchers sont récapitulés
respectivement dans le tableau suivant :

Tableau II- 1 : Charges permanentes sur les planchers

Figure II- 1 : Perspective des composantes de la toiture iso étanche


N° Désignation Poids [kg/m²]
1 Bac acier TN40mm, épaisseur 10/10 mm marque HODNA METAL 9,80
Panneau isolant Laine de roche double densité, d’épaisseur 6mm sur onde de bac,
2 10
marque Hardrock 2 NU
3 Membrane d’étanchéité monocouche, bi armée marque DERBIGUM SP4 5,20
Poids total de la couverture iso-étanche 25 kg/m²

15/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Figure II- 2 : Coupe sur plancher bas 8ème étage Figure II- 3 : Coupe sur plancher bas étage courant
N° Désignation Poids [kg/m²]
100
1 Revêtement en grés à la masse y compris lit de pose
2 Faux plafond en plaques de plâtre, y compris suspentes et structure secondaire 50
3 Canalisation et réseau de climatisation, sécurité incendie, électricité… 30
4 Isolation acoustique en laine de verre 10
Poids sur plancher bas 8ème étage 190
Poids sur plancher bas étage courant 180

II.2 Charges d’exploitation :

- Les charges d’exploitation considérées pour la structure principale sont déterminées en


se référant aux prescriptions du cahier de charge et des articles du DTR B.C 2 .2. On
considère les charges suivantes :

Tableau II- 2 : Charges d’exploitation sur les planchers

Niveau Type et cas de chargement Application Valeur


Charge d’exploitation,
Toiture Charge surfacique répartie sur la toiture 25 kg/m²
(poussière et entretien)
Plancher bas Charge d’exploitation, usage
Charge surfacique répartie sur le plancher 500 kg/m²
8ème étage salle de fête et de conférences
Plancher bas Charge d’exploitation, usage
Charge surfacique répartie sur le plancher 500 kg/m²
étage courant locaux de commerce
Planchers bas
Charge d’exploitation, usage
des deux sous Charge surfacique répartie sur le plancher 250 kg/m²
parking pour voitures légères
sols

II.3 Charges climatiques

- En se référant au règles du document technique réglementaire DTR C 2-4.7 ;


R.N.V1999, on détermine les différentes charges prévenantes des actions climatiques
de neige et vent. Dans ce qui suit, on présente le calcul détaillé de ces charges.

16/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

II.3.1 Charges de neige :


- Les données de base sur le projet en relation avec le calcul dans ce paragraphe sont
récapitulées dans le tableau suivant :

Tableau II- 3 : Données du projet


Emplacement du projet Commune de BORJ BOU ARIRIJ-ALGERIE
Type de site Site montagneux Hauteur du bâtiment considérée z= 36,75m
Catégorie du projet (annexe II-2) Catégorie I Zone de neige (annexe II-1) A
Zone de vent (annexe II-4)
Zone 1 Altitude 800m
Zone Borj Bouaririj
Vitesse de référence (annexe II-4) vréf = 25 m/s
Catégorie du terrain (annexe II-9) Catégorie IV
Pente de la toiture 8,53°

- On entame la détermination des charges climatiques par le poids de neige calculé


dans le tableau suivant :

Tableau II- 4 : Calcul de neige


Paramètres de calcul Principe de détermination
Libellé Désignation Référence Valeur
Tableau1 annexe I-2
SK Charge de neige sur le sol 0 ,07 x 800  15 0,710 kN/m²
S  K
100
μ1= μ2 Coefficient d’ajustement des charges Tableau2 annexe I-2 0,8
Charge de neige sur les versants de la toiture
S = μ.Sk= 0,8x0,29 0,568 kN/m²
(Charge Verticale)
S
Charge de neige sur les versants de la toiture
S =0,232/cos 8,53° 0,574 kN/m²
(Charge perpendiculaire aux versants)

Figure II- 4 : Charges de neige sur la toiture principale

17/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

II.3.2 Charges de vent :


- L’évaluation des charges de vent appliquées sur les parois et la toiture du bâtiment est
déterminée en considérant les deux cas de vent suivants :
 Vent V1 : perpendiculaire au long pan,
 Vent V2 : perpendiculaire au pignon.
- Dans ce qui suit, on présente le calcul détaillé des pressions de vent pour.

Tableau II- 5 : Calcul des paramètres des pressions de vent de la structure principale
Paramètres de calcul Principe de détermination
Etape
Libellé Désignation Référence Valeur
1 Détermination des paramètres de calcul
Pression dynamique de
qréf Tableau annexe II-4 375 N/m²
référence
Ct(z) Coefficient de topographie Tableau annexe II-5 1
Coefficient Vent 1, b=60m Tableau annexe II-6 0,92
Cd
dynamique Vent 2, b=30m Tableau annexe II-6 0,95
Conclusion (annexe II-7) 0,95<1,2 Structure peu sensible aux excitations dynamiques
kT Facteur de terrain Tableau annexe II-8 0,24 m
z0 Paramètre de rugosité Tableau annexe II-8 1m
zmin Hauteur minimale Tableau annexe II-8 16 m
Cr(z) Coefficient de rugosité Cr Annexe II-9 ci-dessous
Coefficient pour le calcul du
ε Tableau annexe II-8 0,46
coefficient Cd
Coefficient d’exposition  7 xKT 
Ce(z) structure peu sensible Ce ( z )  Ct ( z )².Cr ( z )².1   ci-dessous
aux excitations dynamiques  Cr ( z ) xCt ( z ) 
2 Calcul des pressions dynamiques appliquées
Pression dynamique appliquée q dyn ( z j )  q réf xC e ( z j )
qdyn ci-dessous
sur un élément de surface j
Les résultats de calcul des coefficients et des pressions sont récapitulés ci dessous
z [m] Cr Ce qdyn [N/m²]
RDC 2,00 0,67 2,67 1002,42
Etage1 5,75 0,67 2,67 1002,42
Etage2 9,25 0,67 2,67 1002,42
Etage3 12,75 0,67 2,67 1002,42
Etage4 16,25 0,67 2,69 1010,13
Etage5 19,75 0,72 2,96 1109,08
Etage6 23,25 0,76 3,19 1194,68
Etage7 26,75 0,79 3,39 1270,33
Etage8 31,00 0,82 3,61 1351,93
Toiture 36,75 0,86 3,86 1448,72

18/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- Le calcul des coefficients de pressions pour le cas de vent 1 est récapitulé dans le
tableau suivant :

Tableau II- 6 : Détermination des coefficients de pressions pour le cas de vent1


3 Etude de cas de direction V1 du vent: Vent perpendiculaire au long-Pan sans ouvertures
3.1 Détermination des coefficients de pression extérieure
Cpe Coefficient de pression externe Annexe II-11 ci-dessous
Dans notre cas, les différentes surfaces chargées des parois considérées sont supérieures à 10 m², donc le
coefficient de pression Cpe est égal à la valeur caractéristique Cpe,10.
Cas 1 Parois verticales
- D’après la figure 1 et le tableau 1 de l’annexe II-11, on détermine les coefficients Cpe, avec :
 b= 60m ; d= 30m ; h= 36,75m ;
 e = min (b ;2 h) = min (b= 60m; 2 h=2x36,75=73,5m)  e = 60 m ;
 d=30 m< e= 60 m  on détermine les coefficients pour les zones A’, B’, D et E.
 Largueur des zones lzone:
 lA’ =e/5=60/5= 12m ; lB’ = 30-12=18m ;
 lD = LE =b= 60m.
- La figure II-5 présente les valeurs trouvées.
Cas 2 Toiture
- D’après les configurations du cas de toiture à deux versants, on déduit les valeurs des coefficients pour
les différentes zones considérées : F, G, H, I et J.
- Les dimensions des zones :avec: Lzone: côté perpendiculaire au vent ; lzone: coté parallèle au vent
 LF =e/4=60/4= 15m ; LG = 60-30=30m ; LH = LI= LJ= b=60m
 lF = lG= lI= (60/10)=6m ; lH = lJ= (30/2)-(60/10)=9m.
- Pour l’étude de ce cas de vent perpendiculaires au long-pan, on s’intéresse aux valeurs du tableau 2 de
l’annexe II-11 pour le cas de θ=0. Une interpolation linéaire conduit aux coefficients de la figure II-6.

Figure II- 5 : Valeurs de Ce-Parois verticales-Vent V1 Figure II- 6 Valeurs de Ce-Toiture-Vent V1

19/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

3.2 Détermination des coefficients de pression intérieure


- En appliquant l’énoncé de l’annexe II-12, on détermine :
 Indice de perméabilité : μ= 1 ;
 Le bâtiment contient des cloisons intérieures On retient les valeurs suivantes : Cpi = 0,8 et Cpi = - 0,5

3.3 Détermination des pressions


- En se référant à l’annexe II-2, et en appliquant la formule de calcul de la pression due au vent pour le
cas de la catégorie I du projet, on détermine les pressions pour les différentes hauteurs élémentaires.
Les calculs sont récapitulés dans les tabulations suivantes:
qj = Cd x W(zj) = Cd x qdyn(zj) x [Cpe - Cpi]

Coefficients de calcul de pression- parois verticales-Vent V1


Cnet=Cpe- Cpi
Zone Cd Cpe Cpi (Cpi=-0,5)
(Cpi=0,8)
A’ 0,92 -1 0,8 ou -0,5 -1,8 -0,5
B’ 0,92 -0,8 0,8 ou -0,5 -1,6 -0,3
D 0,92 0,8 0,8 ou -0,5 0 1,3
E 0,92 -0,3 0,8 ou -0,5 -1,1 0,2

- l’application de la formule précédente pour les différentes zones conduit aux résultats des
pressions suivantes :

Tableau II- 7 : Résultats des pressions sur les parois verticales –Vent V1
z = 2m z = 5,75m z = 9,25m z = 12,75m z = 16,25m
Zone qdyn=1002,42N/m² qdyn=1002,42N/m² qdyn=1002,42N/m² qdyn=1002,42N/m² qdyn=1010,13N/m²
qi [N/m²] qi [N/m²] qi [N/m²] qi [N/m²] qi [N/m²]
A’ -1660,01 -1660,01 -1660,01 -1660,01 -1672,77
B’ -1475,57 -1475,57 -1475,57 -1475,57 -1486,91
D 1198,90 1198,90 1198,90 1198,90 1208,12
E -1014,45 -1014,45 -1014,45 -1014,45 -1022,25
z = 19,75m z = 23,25m z = 26,75m z = 31,00m
Zone qdyn=1109,08N/m² qdyn=1194,68N/m² qdyn=1270,33N/m² qdyn=1351,93N/m²
qi [N/m²] qi [N/m²] qi [N/m²] qi [N/m²]
A’ -1836,64 -1978,40 -2103,67 -2238,80
B’ -1632,57 -1758,58 -1869,93 -1990,04
D 1326,46 1428,84 1519,31 1616,91
E -1122,39 -1209,02 -1285,57 -1368,16

20/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Tableau II- 8 : Pressions sur la toitures-Vent V1


z = 36,75m
qdyn=1448,72 N/m²
Zone
Cpe- Cpi
Cd Cpe Cpi qi [N/m²]
(Cpi=0,8) (Cpi=-0,5)
F 0,92 -1,42 0,8 ou -0,5 -2,22 -0,92 -2956,21
G 0,92 -1,06 0,8 ou -0,5 -1,86 -0,56 -2477,72
H 0,92 -0,49 0,8 ou -0,5 -1,29 0,01 -1724,68
I 0,92 -0,34 0,8 ou -0,5 -1,14 0,17 -1512,76
J 0,92 -0,55 0,8 ou -0,5 -1,35 -0,05 -1795,32
- Les figures suivantes illustrent les valeurs de pression pour le cas de ventV1 :

Figure II- 7 : Valeurs des pressions-Toiture et parois verticales [N/m²]-Vent V1

Figure II- 8 : Valeurs des pressions-Toiture[N/m²]-Vent V1

21/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- Le calcul des coefficients de pressions pour le cas de vent 2 est récapitulé dans le
tableau II-9 :

Tableau II- 9 : coefficients de pressions pour le cas de vent2


4 Etude de cas de direction V2 du vent: Vent parallèle au long-Pan sans ouvertures
4.1 Détermination des coefficients de pression extérieure
Coefficient de pression externe
Cpe Annexe II-10 ci-dessous
[Ø]
Dans notre cas, les différentes surfaces chargées des parois considérées sont supérieures à 10 m², donc le
coefficient de pression Cpe est égal à la valeur caractéristique Cpe,10.
Cas 1 Parois verticales
- D’après la figure 1 et le tableau 1 de l’annexe II-11, on détermine les coefficients Cpe, avec :
 b= 30m ; d= 60m ; h= 36,75m ;
 e = min (b ;2 h) = min (b= 30m; 2 h=2x36,75=73,5m)  e = 30 m ;
 d=60 m> e= 30 m  on détermine les coefficients pour les zones A, B, C, D et E.
 Largueur des zones Lzone:
 LA =e/5=30/5= 6m ; LB = 30-6=24m ; LC =60-24-6=30m
 LD = LE =b= 30m.
- La figure II-9 présente les valeurs trouvées.
Cas 2 Toiture
- D’après les configurations du cas de toiture à deux versants, on déduit les valeurs des coefficients
pour les différentes zones considérées : F, G, H et I.
- Les dimensions des zones : avec : Lzone: côte perpendiculaire au vent ; lzone: côte parallèle au vent
 LF =e/4=30/4= 7,5m ; LG = 30-15=15m ; LH = LI= b=30m
 lF = lG= lJ= (30/10)=3m ; lH = (30/2)=15m; lI = 60-15=45m.
- Pour l’étude de ce cas de vent parallèle au long-pan, on s’intéresse aux valeurs du tableau 6 de
l’annexe II-10 pour le cas de θ=90°. Une interpolation linéaire conduit aux coefficients de la figure
II-10.

Figure II- 9 : Valeurs de Ce-Parois verticales-Vent V2 Figure II- 10 : Valeurs de Ce-Toiture-Vent V2

22/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

4.2 Détermination des coefficients de pression intérieure


- En appliquant l’énoncé de l’annexe II-12, on détermine :
 Indice de perméabilité :μ= 1 ;
 Le bâtiment contient des cloisons intérieures On retient les valeurs suivantes :
Cpi = 0,8 et Cpi = - 0,5
4.3 Détermination des pressions
- En se référant à l’annexe II-2, et en appliquant la formule de calcul de la pression due au vent pour
le cas de la catégorie du projet I, on détermine les pressions pour les différentes hauteurs
élémentaires. Les calculs sont récapitulés dans les tabulations suivantes pour le cas du vent 2:
qj = Cd x W(zj) = Cd x qdyn(zj) x [Cpe - Cpi]
Coefficients de calcul de pression- parois verticales-Vent V2
Cnet=Cpe- Cpi
Zone Cd Cpe Cpi (Cpi=-0,5)
(Cpi=0,8)
A 0,95 -1 0,8 ou -0,5 -1,8 -0,5
B 0,95 -0,8 0,8 ou -0,5 -1,6 -0,3
C 0,95 -0,5 0,8 ou -0,5 -1,3 0
D 0,95 0,8 0,8 ou -0,5 0 1,3
E 0,95 -0,3 0,8 ou -0,5 -1,1 0,2

- Dans ce qui suit, on présente le calcul détaillé des pressions de vent pour le cas de vent 2
perpendiculaire à la face pignon.

Tableau II- 10 : Résultats des pressions pour le cas de vent 2

Pressions sur les parois verticales-Vent V2


z = 2m z = 5,75m z = 9,25m z = 12,75m z = 16,25m
Zone qdyn=1002,42N/m² qdyn=1002,42N/m² qdyn=1002,42N/m² qdyn=1002,42N/m² qdyn=1010,13N/m²
qi [N/m²] qi [N/m²] qi [N/m²] qi [N/m²] qi [N/m²]
A -1714,14 -1714,14 -1714,14 -1714,14 -1727,32
B -1523,68 -1523,68 -1523,68 -1523,68 -1535,40
C -1237,99 -1237,99 -1237,99 -1237,99 -1247,51
D 1237,99 1237,99 1237,99 1237,99 1247,51
E -1047,53 -1047,53 -1047,53 -1047,53 -1055,59
z = 19,75m z = 23,25m z = 26,75m z = 31,00m
Zone qdyn=1109,08N/m² qdyn=1194,68N/m² qdyn=1270,33N/m² qdyn=1351,93N/m²
qi [N/m²] qi [N/m²] qi [N/m²] qi [N/m²]
A -1896,53 -2042,91 -2172,26 -2311,80
B -1685,80 -1815,92 -1930,90 -2054,94
C -1369,71 -1475,44 -1568,86 -1669,64
D 1369,71 1475,44 1568,86 1669,64
E -1158,99 -1248,45 -1327,49 -1412,77

23/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Pressions sur les toitures-Vent V2


z = 36,75m
qdyn=1448,72 N/m²
Zone
Cpe- Cpi
Cd Cpe Cpi qi [N/m²]
(Cpi=0,8) (Cpi=-0,5)
F 0,95 -1,49 0,8 ou -0,5 -2,29 -0,99 -3157,20
G 0,95 -1,30 0,8 ou -0,5 -2,10 -0,80 -2890,20
H 0,95 -0,67 0,8 ou -0,5 -1,47 -0,16 -2016,26
I 0,95 -0,50 0,8 ou -0,5 -1,30 0,00 -1789,17

Figure II- 11 : Valeurs des pressions-parois verticales [N/m²]-Vent V2

Figure II- 12 : Valeurs des pressions- Toiture,[N/m²]-Vent V2

5 Considération de la force de frottement


Selon l’annexe II-11, la considération de la force de frottement est liée à la présence des conditions de
calcul :
 Vent V1 : d/b = 30/60=0,5 < 3 ; d/h= 30/36,75=0,82 < 3 ;
 Vent V2 : d/b = 60/30=2 < 3 ; d/h= 60/36,75=1,63 < 3 ;
 Le calcul de la force de frottement est négligé.

24/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

III) Evaluation des charges appliquées sur la verrière :

III.1 Charges permanentes et d’exploitation :

- La charge permanente présentant la toiture de la verrière est la couverture en panneaux de


verre feuilleté phonique composé de 2 plaques de verre de 15 millimètres chacune et de 2
films de Poly Vinyle Butyral thermocollés, et des cadres en aluminium avec rainures de
clipage permettant la garantie de l’étanchéité et l’isolation désirée. Dans ce qui suit la
charge apportée par le système de couverture.

Figure II- 13 : couverture de la verrière


Profilés d’aluminium pour cadres et couvre joints y compris accessoires
1 25
d’assemblages, unité par mètre carré de couverture

2 Panneau en verre feuilleté 75


Poids total de la couverture iso-étanche 100 kg/m²
- Les charges d’exploitation considérées pour la structure de la verrière sont déduites en se référant
aux prescriptions du cahier de charge et des articles du DTR B.C 2 .2.
Type et cas de chargement Application Valeur
Charge d’exploitation, poussière et entretien Charge surfacique répartie sur la toiture 25 kg/m²

III.2 Charges climatiques :

III.2.1 Charges de neige :


- Les caractéristiques données du site et de projet sont assimilée à celle présentée pour
la structure principale. On note dans ce cas que l’altitude des appuis de la verrière vaut
863,4m et la hauteur de l’ouvrage considérée est de 37,9m.
- Le tableau et la figure ci-dessous présent le calcul et les résultats de calcul.

25/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Tableau II- 11 : Résultats de calcul de neige pour la verrière


Paramètres de calcul Principe de détermination
Libellé Désignation Référence Valeur
Tableau1 annexe I-2
SK Charge de neige sur le sol 0,07  836 , 4  15 0,735kN/m²
S  K
100
μ1= μ2 Coefficient d’ajustement des charges Tableau2 annexe I-2 0,8
Charge de neige sur les versants de la
S1 = μ.Sk= 0,8x0,29 0,588kN/m²
toiture(Charge Verticale)
S Charge de neige sur les versants de la
toiture S2 =S1/(cos 8,53°) 0,595kN/m²
(Charge perpendiculaire aux versants)

Figure II- 14 : Charges de neige pour la verrière

III.2.2 Charges de vent :


- En appliquant la démarche décrite précédemment pour la structure principale, on
détermine les pressions dynamiques, les coefficients de pressions et les charges de
vent appliquées. Dans les tableaux suivants, on présente les résultats trouvés :

Tableau II- 12 : Calcul des paramètres de pressions de vent pour la verrière


Paramètres de calcul Principe de détermination
Etape
Libellé Désignation Référence Valeur
1 Détermination des paramètres de calcul
Pression dynamique de
qréf Tableau annexe II-4 375 N/m²
référence
Ct(z) Coefficient de topographie Tableau annexe II-5 1
Vent 1,
Tableau annexe II-6 0,926
Coefficient b=24m
Cd
dynamique Vent 2,
Tableau annexe II-7 0,96
b=10m
Conclusion (annexe II-7) 0,96<1,2 Structure peu sensible aux excitations dynamiques

26/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

kT Facteur de terrain Tableau annexe II-8 0,24m


z0 Paramètre de rugosité Tableau annexe II-8 1m
zmin Hauteur minimale Tableau annexe II-8 16m
Cr(z) Coefficient de rugosité Cr Annexe II-10 ci-dessous
Coefficient pour le calcul du
ε Tableau annexe II-8 0,46
coefficient Cd
Coefficient d’exposition  7 xKT 
Ce(z) structure peu sensible Ce ( z )  Ct ( z )².Cr ( z )².1   ci-dessous
aux excitations dynamiques  C r ( z ) xCt ( z ) 
2 Calcul des pressions dynamiques appliquées
Pression dynamique appliquée q dyn ( z j )  q réf xC e ( z j )
qdyn ci-dessous N/m²
sur un élément de surface j
Les résultats de calcul des coefficients et des pressions sont récapitulés ci dessous
z [m] Cr Ce qdyn[N/m²]
Parois verticales 36,775 0,87 3,86 1449,12
Toiture 37,900 0,87 3,91 1466,55
On présente dans ce qui suit les résultats des coefficients et des pressions calculés en se basant sur la démarche
prescrite dans l’étude de la structure principale.
Détermination des pressions
-on détermine les pressions pour les différentes hauteurs élémentaires pour les deux cas de vent. Les
calculs sont récapitulés dans les tabulations suivantes:
qj = Cd x W(zj) = Cd x qdyn(zj) x [Cpe - Cpi]
- Les pressions sur les parois et la toiture de la verrière sont mentionnées dans les
tableaux et les figures suivantes :

Tableau II- 13 : Pressions sur les parois verticales de la verrière-Cas V1


Coefficients de calcul de pression- parois verticales-Vent V1 Pressions sur les parois verticales
Cnet=Cpe- Cpi z = 36,775m
Zone Cd Cpe Cpi qdyn=1449,12/m²
(Cpi=0,8) (Cpi=-0,5)
qi [N/m²]
A 0,93 -1 0,8 ou -0,5 -1,8 -0,5 -2415,39
B 0,93 -0,8 0,8 ou -0,5 -1,6 -0,3 -2147,01
C 0,93 -0,5 0,8 ou -0,5 -1,3 0,00 -1744,45
D 0,93 0,8 0,8 ou -0,5 0,00 1,3 1744,45
E 0,93 -0,3 0,8 ou -0,5 -1,1 0,2 -1476,07
Tableau II- 14 : Pressions sur la toiture de la verrière-Cas V1
Pressions sur les toitures-Vent V1
z = 37,9m
qdyn=1030,46 N/m²
Zone
Cpe- Cpi
Cd Cpe Cpi qi [N/m²]
(Cpi=0,8) (Cpi=-0,5)
F 0,93 -1,42 0,8 ou -0,5 -2,22 -0,92 -3012,10
G 0,93 -1,06 0,8 ou -0,5 -1,86 -0,56 -2524,57
H 0,93 -0,49 0,8 ou -0,5 -1,29 0,01 -1757,29
I 0,93 -0,34 0,8 ou -0,5 -1,14 0,17 -1541,36
J 0,93 -0,55 0,8 ou -0,5 -1,35 -0,05 -1829,26

27/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- Les figures suivantes présentent les résultats des pressions trouvées pour la verrière dans le
cas de vent1 :

Figure II- 15 : Valeurs des pressions-Toiture et parois verticales [N/m²]-Vent V1

Figure II- 16 : Valeurs des pressions-Toiture[N/m²]-Vent V1


- Les pressions sur les parois et la toiture de la verrière pour le cas de vent 2 sont
mentionnées dans les tableaux et les figures suivantes :

Tableau II- 15 : Pressions sur les parois verticales de la verrière-Cas V2


Coefficients de calcul de pression- parois verticales-Vent V2 Pressions sur les parois verticales
Cnet=Cpe- Cpi z = 36,775m
Zone Cd Cpe Cpi qdyn=1449,12/m²
(Cpi=0,8) (Cpi=-0,5)
qi [N/m²]
A 0,96 -1 0,8 ou -0,5 -1,8 -0,5 -2504,07
B 0,96 -0,8 0,8 ou -0,5 -1,6 -0,3 -2225,84
C 0,96 -0,5 0,8 ou -0,5 -1,3 0,00 -1808,50
D 0,96 0,8 0,8 ou -0,5 0,00 1,3 1808,50
E 0,96 -0,3 0,8 ou -0,5 -1,1 0,2 -1530,27
Pressions sur les toitures-Vent V2
z = 37,9m
qdyn=1030,46 N/m²
Zone
Cpe- Cpi
Cd Cpe Cpi qi [N/m²]
(Cpi=0,8) (Cpi=-0,5)
F 0,96 -2,29 0,8 ou -0,5 -2,29 -0,99 -3229,70
G 0,96 -2,10 0,8 ou -0,5 -2,10 -0,80 -2956,57
H 0,96 -1,47 0,8 ou -0,5 -1,47 -0,17 -2062,56
I 0,96 -1,30 0,8 ou -0,5 -1,30 0,00 -1830,26

28/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Figure II- 17 : Valeurs des pressions-parois verticales pour la verrière [N/m²]-Vent V2

Figure II- 18 : Valeurs des pressions- Toiture de verrière,[N/m²]-Vent V2

- Selon l’annexe II-11, la considération de la force de frottement est liée à la présence


des conditions de calcul :
 Vent V1 : d/b = 10/24=0,42 < 3 ; d/h= 10/1,5=6,67 > 3 ;
 Vent V2 : d/b = 24/10=2,4 < 3 ; d/h= 24/1,5=16 >3 .
Donc le calcul de la force de frottement est négligé.

IV) Conclusion :
- Toutes les valeurs des pressions dynamiques et des coefficients déduites à l’aide du
logiciel robot sont conformes à celles présentées dans la description analytique. Les notes
de calcul sont présentées dans l’annexe de ce rapport.
- Les modèles réalisés exploités dans l’évaluation des charges de vent et de neige sont
décrites dans le chapitre V.
- La première partie de la structure à étudier concerne les éléments secondaires. Le chapitre
suivant détaille cette phase d’étude.

29/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Chapitre III Dimensionnement des éléments secondaires

I) Introduction:
- On se propose de calculer les éléments secondaires de la verrière (pannes) et de la
structure principale (pannes et liernes).
- Les pannes sont des éléments principaux qui reposent sur les fermes, elles servent à
supporter la couverture et les charges provenant de la toiture. Elles sont isostatiques de
portées L=6m et d’un espacement ep. Compte tenu de la pente des versants, les pannes
sont posées inclinées d’un angle α=8,53° et par conséquent, elles sont soumises à la
flexion déviée. Elles sont parallèles à la ligne de faitage dans le plan des versants.
- . Les pannes sont soumises à :
 Des charges verticales (poids propre de la panne et du complexe de couverture G,
charge verticale N due à la neige et charges accrochées éventuelles), dont la
résultante, est ramenée en charge linéique q, se décompose en une charge qz
parallèle à l'âme de la panne et une charge qy perpendiculaire à l’âme.
 Des charges verticales d’exploitation Q qui présentent les charges d’entretien et de
poussière.
 Une charge oblique W, due au vent, appliquée parallèlement à l'âme de la panne.

Figure III- 1 : chargements sur les pannes

30/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

II) Partie I : Eléments secondaires de la verrière:

II.1 Chargement et caractéristiques géométriques :

- Les pannes de verrière sont conçues par des poutrelles laminées en profilés IPE. Le
dimensionnement des ces éléments est basé sur la prise en compte des différents cas de
charge appliquées. L’espacement entre pannes est relié à la portée exigée des panneaux
vitrés de dimensions 1,68x6m.

Figure III- 2: Espacement entre pannes

- Dans le calcul qui suit on va considérer une section de panne en IPE220 dont les
propriétés sont les suivantes :
Tableau III- 1: Propriétés de la section de la panne
Hauteur h [cm] 22
largueur b[cm] 11
Wply [cm4] 285,41
Module plastique
Wplz [cm4] 58,11
Aire A [cm2] 33,37
It [cm4] 9,11
Moment d’inertie Iy [cm4] 2771,84
Iz [cm4] 204,89
Avz [cm2] 15,88
Aire de cisaillement
Avy [cm2] 21,3

31/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Figure III- 3: Chargement sur les pannes

- Le tableau suivant présente les différentes charges appliquées sur la panne :

Tableau III- 2: tableau de chargement


Cas de charge Charge [kN/m2]
Gv 1,00
Permanente G
Gp 0,15
Exploitation Q 0,25
Neige N 0,595
Vent W -3,20

- On exploitant ces chargements, on déduit les efforts linéiques projetés suivants :

Tableau III- 3: Estimation des charges pour la panne


Etat limite Combinaison qy [kN/m] qz[kN/m]
G+Q (G+Q) sinα ep 0,35 (G+Q) cosα ep 2,33
ELS
G+W G. sinα ep 0,29 (G.cosα+W) ep -3,47
1,35G +1,5Q (1,35G +1,5Q)sinα ep 0,48 (1,35G +1,5Q)cosα ep 3,22
ELU G-1,5W G. sinα ep 0,29 (G.cosα -1,5W) ep -6,17
1,35G +1,5N (1,35G +1,5N)sinα ep 0,61 (1,35G +1,5N) cosα ep 4,04

- De ce fait, on déduit la combinaison la plus défavorable :


à l’ELU à l’ELS

qy= 0,29 kN/m, qy= 0,29 kN/m,


qz= -6,17 kN/m. qz= -3,47 kN/m.

32/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

II.2 Vérification de la section de la panne :

II.2.1 Vérification à l’ELU :


- La vérification de la section dans cet état est basée sur les 3 justifications suivantes :

Vérification1: flexion à mi travée


Désignation libellé Formule et A.N Vérification
Moment qy  l 0,29  6 2
2

sollicitant z
Mzsd  =1,296 kN.m
8 8  
 M ysd  M 
Moment Wplz  f y 6
58,1110  27510 3
    zsd  1
Mplz  =15,98 kN.m  M ply   M plz 
résistant z  M0 1    
Moment q Z  l 2 6,17  6 2
Mysd  =27,76 kN.m
sollicitant y 8 8
Moment Wply  f y 285,41106  275103 0,257<1 Justifiée
Mply  =78,49 kN.m
résistant y  M0 1
Vérification 2 : vérification de la section d'appui
Effort q z  l 6,17  6
tranchant Vz  =18,51 kN Vz< Vplz
sollicitant z 2 2
Effort 0,58  Avz  f y 0,58 15,88.104  275.103 =253,29 kN
tranchant Vplz 
M0 1 18,51< 253,29 Justifiée
résistant z
Effort qy  l 0, 29  6
tranchant Vy  =0,87 kN Vy< Vply
sollicitant y 2 2
Effort 0,58 Avy  f y 0,58 21,3.104  275.103 =339,74kN
tranchant Vply 
 M0 1 0,87< 339,74 Justifiée
résistant y
Vérification 3 : vérification de la panne vis-à-vis déversement
6m
Longueur de déversement L Annexe I-1
E
Module d’élasticité transversale G
2  (1  v )
80,8 105 kN / m²

C1 Annexe III 1,13


Facteurs dépendant du chargement et des
conditions d’appuis d’extrémité
C2 Annexe III 0,46

Kz Annexe III 1
Coefficients d’encastrement aux appuis
Kw Annexe III 1
Distance du point d’application de la
Zg Annexe III 0,11 m
charge au centre de torsion
  Kz
2
 I w ( K z L)GI t 
 2 EI Z  
C1     (C z ) 2
 (C z )
( K z L) 2 
Moment critique Mcr 2 g  73,83kN.m
 EI Z
2 g

2

  KW  Iz 

33/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Elancement w ply  f y
réduit de λLt 1,031
déversement M cr
Facteur de
réduction
lt 
0.5 1   (lt  0.2)  lt
2
 1,119
1
Facteur de
 lt     2   2  0,644
déversement  lt lt lt

Moment
résistant vis-à- W ply
Mbrd  lt  w f y 45,94 kN.m
vis le  M1 Mbrd > Msd
déversement

Moment qZ  l 2
Msd 27,76 kN.m
sollicitant 8 45,94 > 27,76 Justifiée

II.2.2 Vérification à l’ELS :


- La vérification de la section dans cet état est basée sur la justification de la flèche
admissible :

Vérification de la flèche
5  qz  l 4
5  3,47  6 4
Flèche fz  =1 cm
384  E  I y 384  210.10 6  2771,84.10 8
fz< fadm
Flèche l
fadm  =1,2cm Justifiée
admissible 500
Conclusion : une section de panne en IPE220 est vérifiée à l’ELU et à l’ELS

III) Partie II : Eléments secondaires de la structure principale:


- La figure ci-dessous présente l’ensemble d’éléments constitutifs de la toiture ainsi que les
efforts prises en considération pour le dimensionnement des liernes.

Figure III- 4: Illustration toiture et efforts dans les liernes

34/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

III.1 Calcul de la panne :

III.1.1 Chargement et combinaisons:


- Les valeurs des charges surfaciques appliquées sont les suivantes :

Tableau III- 4: Chargement sur panne


Cas de charge Charge [kN/m2]
Gtole 0,25
Permanente :G
Gpanne 0,107
Exploitation :Q 0,25
Neige : N 0,574
Vent :W -3,16
- Les valeurs projetées sont récapitulées dans le tableau suivant :

Tableau III- 5: Estimation des charges pour la panne


Etat
Combinaison qy[kN/m] qz[kN/m]
limite
G+Q (G+Q) sinα ep 0,15 (G+Q)cosα ep 1,02
ELS
G-W G.sinα ep 0,09 (G.cosα-W) ep -4,87
1.35G +1.5Q (1,35G +1,5Q) sinα ep 0,22 (1,35G +1,5Q)cosα ep 1,44
ELU G-1.5W G. sinα ep 0,09 (G.cosα -1,5W)ep -7,65
1,35G +1.5N (1,35G +1,5N) sinα ep 0,34 (1,35G +1,5N) cosα ep 2,29

- De ce fait, on déduit la combinaison la plus défavorable à l’ELU:


à l’ELU à l’ELS

qy= 0,09 kN/m qy= 0,09 kN/m


qz= -7,65 kN/m q= -4,87 kN/m
- Les diagrammes des sollicitations sont présentés dans les figures suivantes :

FigureIII- 5 Diagrammes des efforts intérieurs dans le plan y-y

35/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Figure III- 6 Diagrammes des efforts intérieurs dans le plan z-z

III.1.2 Espacement :
- Les caractéristiques de la section transversale de la panne en IPE 180 sont les suivantes :

Hauteur h [cm] 18
largueur b[cm] 9,1
4
Wply [cm ] 166,41
Module plastique
Wplz[cm4] 34,6
2
Aire A [cm ] 23,95
4
It [cm ] 4.81
Moment d’inertie Iy[cm4] 1316,96
4
Iz[cm ] 100,85
Avz[cm2] 15,32
Aire de
cisaillement Avy[cm2] 11,25

- En fonction de la charge dominante, du comportement mécanique de la tôle


(hyperstatique), de l’épaisseur et des caractéristiques géométrique du bac d’acier, on
détermine la portée admissible.
- L’épaisseur de la tôle vaut 1 mm, la charge dominante q= 316 kg/m² est comprise entre
256 kg/m2 et 334 kg/m2 ce qui donne un intervalle d’espacement [1,75m ; 2m].
- La figure suivante présente un extrait de la fiche technique de profils nervures à partir du
quel on déduit la valeur de l’espacement qui vaut e=1,75 m.

36/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Figure III- 7 : Choix de l’espacement entre pannes


- En respectant la condition de la flèche à l’ELS donnée par l’expression suivante, on
vérifie l’espacement choisi :

L
f  ( fy  fz ) 
2 2

200

- La présence du lierne implique une flèche fy =0  f =fz

5  qz  l 4 L
f  fz  
384  E  I y 200

Avec : q z  ( G  Q )  cos   ep (combinaison à l’ELS)

L  384 E  I y 6  384 210106 1316,96108


ep    1,8 m  1,75 m
200 5  qz  L4 200 5  2,78 64

- L’espacement 1,75 m justifie la condition de stabilité vis-à-vis la flèche.


- Vu la longueur de la traverse qui vaut 15.17m, la répartition des pannes tient compte de
la position de la verrière.
- La figure suivante présente la disposition des pannes :
On note :
 epf : Espacement coté faîtage,
 ep : Espacement courant,
 eps : Espacement coté panne sablière

37/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

FigureIII- 8 : Espacement entre panne

III.1.3 Vérification de la section :

A) Vérification à l’ELU :
- Les vérifications de la section était sont détaillé ci-dessous :

Vérification1: flexion à mi travée


Désignation Formule A.N Vérification
Moment qy  l 2
Mzsd 0,104 kN.m
sollicitant z 8  
Wplz  f y  M ysd  M 
Moment     zsd  1
Mplz 9,52 kN.m  M ply   M plz 
résistant z  M0    
Moment qZ  l 2
Mysd 34,28 kN.m
sollicitant y 8

Moment Wply  f y 0,572 <1 Justifiée


Mply 45,76 kN.m
résistant y M0
Vérification 2 : interaction flexion –cisaillement
Effort qz  l
tranchant Vz 22,86 kN Vz< 0,5 Vplz
sollicitant z 2
Effort 0,58  Avz  f y
tranchant Vplz 179,44 kN
résistant z M0 22,86<89,718 Justifiée
Effort 5q z  l
tranchant Vy 0,174 kN Vy< 0,5 Vply
sollicitant y 16
Effort 0,58 Avy  f y
tranchant Vply 244,35 kN
résistant y  M0 0,17<122,177 Justifiée

Vérification 3 : vérification de la section sur appui

Effort qz  l Vz<Vplz
tranchant Vz 22,855 kN
sollicitant 2

38/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Effort 0,58  Avz  f y


tranchant Vplz 179,44 kN 22,855<179,44 Justifiée
résistant M0
Effort
3q y  l
tranchant Vy 0,104 kN Vy<Vply
sollicitant 16
Effort 0,58 Avy  f y
tranchant Vply 244,35 kN
résistant  M0 0,104<244,35 Justifiée

B) Vérification à l’ELS :
- On achève le calcul par la vérification de la flèche :

5  qz  l 4
Flèche fz  = 2,9cm
384 E  I y fz<fadm
l
Flèche admissible fadm  = 3cm Justifiée
200
Conclusion : une section de panne en IPE180 est vérifiée à l’ELU et à l’ELS.

III.2 Dimensionnement des liernes :

III.2.1 Définitions :
- Les liernes sont des éléments qui fonctionnent en traction. Ils sont généralement formés
par des barres rondes ou de petites cornières. Leur rôle principal est d’éviter la
déformation latérale des pannes. Elles sont assemblées par un simple serrage écrou entre
les pannes d’un versant dans le sens y-y.
- A l’extrémité de l’ensemble panne-lierne à coté de faîtage, les pannes devront être
exécutées en forme de bretelle, de ce fait le système devient supporté par les nœuds.
- L’effort maximal avec lequel les liernes vont être dimensionnés est celui agissant à coté
du faîtage.

III.2.2 Calcul des efforts intérieurs


- Les paramètres de calcul pour la vérification des liernes valent :

Charge permanente G 0 ,36 kN/m2


Charge d’exploitation Q 0,25 kN/m2
Largeur de chargement sur lierne L 6m
inclinaison  8,53°
Espacement coté faîtage epf 1,21m
Espacement courant ep 1,75m
Espacement coté panne sablière eps 1,41m

39/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- La Projection de la charge portée par les pannes selon la direction y-y de la panne donne
la valeur Qy =(1,35 G+1,5 Q).sinα = 0,124 kN/m².
Le tableau suivant récapitule les différents calculs en évaluant pour les différents
- tronçons les paramètres suivants :
 Charge linéique qy qui est fonction des espacements considérés.
 Effort cumulé dans les liernes T.

Tableau IV- 1 Calcul des efforts dans les liernes


Tronçon qy(KN/m) Effort T (KN) Schéma
 epf   L
1 Qy     0,088 T1  1.25 q y     0,33
 2  2
 epf ep   L
Qy      0,22 T 2 T1 1.25 qy     1,14
2 
2
 2  2
 L
3 T3  T2 1.25 qy     2,1
 2
 L
4 T4  T3 1.25 qy     3,06
2
 L
5 T5  T4  1.25 q y     4,01
Qy ep  0,26 2
 L
6 T6  T5 1.25 qy     4,97
 2
 L
7 T7  T6 1.25 qy     5,93
 2
 L
8 T8  T7 1.25 qy     6,89
2

 ep   L
9 Qy   s   0,10 Nc  1.25 q y     0,40
 2  2

40/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

2  ep s 2  1,41
   25 
L 6
2  T1  N c  T8 2  0,33  0,4  6,89
T9    9,33kN
2  sin  2  sin 25

III.2.3 Vérification de la section :


- L’effort axial Tmax = T9 = 9,33 kN
 2 f y
- La condition T  T pl  permet de déduire le diamètre nominal de la section
4 M 0
résistante du lierne.

4   M 0  T9 4 1 9,33
  103  6,57 mm Soit :   8 mm
f y  275103  

III.2.4 Dimensionnement de l’élément en compression :


- Un effort de compression est retenu par un élément secondaire à coté du faîtage, la
section de cet élément doit être justifiée au flambement.
- La section proposée pour la vérification est une cornière de section 50x5mm.
- Les caractéristiques de la section transversale sont les suivantes :

A
Aire 4,8
[cm2]

t
Epaisseur 0,5
[cm]

b
Largueur 5
[cm]

Rayon de iv
0,97
giration [cm]

41/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- La vérification vis-à-vis le flambement est la suivante :

- Classe de la section transversale :

c 50  5
  9  10  0,92  9,2 donc la section est de classe 1.
tf 5

- L’élancement :

Lc 140,6
v    144,95
iv 0,97

- L’élancement réduit :

   0.5
   v    1,81
 1 

Avec : A 1

1  93,9  86,248

- Courbe de flambement :

La section est en CAE donc la courbe de flambement est (c).

- Facteur d’imperfection :

Courbe de flambement (c), donc α = 0,49

- Le coefficient de réduction :

 
 v  0 .5 1    v  0 .2  v  2,69  2

1
v   0,22

v  v  v
2 2

0.5

v   A  A f y 0,22 4,8104  275103


Nv    25,95 kN  Nc  0,4kN
 M1 1,1

IV) Conclusion :
- Dans ce premier chapitre d’étude, on a détaillé les calculs réalisés pour les éléments de
toiture de la verrière et la structure principale. Dans le chapitre suivant, on présente le
calcul des planchers mixtes.

42/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Chapitre IV Dimensionnement du plancher mixte

I) Introduction :
- Le dimensionnement des éléments porteurs horizontaux du plancher est basé sur
l’application des réglementations de l’Euro-code et des avis techniques appropriés. Dans
ce chapitre, on présente la démarche et l’application complète du dimensionnement du
plancher mixte collaborant utilisé dans les différents niveaux du bâtiment.
- Dans ce qui suit, les propriétés et la démarche de calcul sont conformes aux prescriptions
de l’euro-code 4 et des documents techniques d’application approuvés des éléments
constitutifs.

II) Présentation générale :


- La création d’une association entre l’acier et le béton est fréquemment rencontrée dans les
bâtiments par différentes dispositions.
- La recherche approfondie sur l’exploitation de la complémentarité entre ces deux
matériaux a conduit au système porteur mixte grâce à la combinaison entre les avantages
des méthodes de construction conventionnelles en béton et métalliques.
- Approuvées par des réglementions, les éléments mixtes garantissent des capacités de
charge et de rigidité plus élevées que des éléments métalliques ou en béton armé. En plus,
en termes de coût, la pratique européenne montre que la construction mixte est classée
compétitive vis-à-vis des constructions en acier comme des constructions en béton. Une
évaluation comparative de quelques éléments conduit aux avantages suivants :
 Rapidité d’exécution,
 Réduction du poids général de la structure,
 Réduction des flèches de service grâce à l’augmentation de la rigidité en flexion du
plancher,
 Amélioration de la résistance au feu dans le cas où l’âme des poutres est enrobée
de béton, ainsi que la résistance vis-à vis du voilement local,
 Réduction de la hauteur du plancher. (garantir les hauteurs sous plafond)
- En fonction des dispositions constructives et des modes de fonctionnement mécanique, on
différencie entre plusieurs types de planchers dont un exemple est illustré dans la figure
suivante :

43/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Figure IV- 1 : Perspective sur plancher mixte

- A noter dans ce concept, et selon les règlementations européennes, que le terme mixte
décrit essentiellement l’interaction de deux matériaux dans un même élément constructif.
- Actuellement, le système de construction mixte le plus développé pour les dalles consiste
à utiliser un bac en tôle mince profilée à froid, qui présente un coffrage lors de la phase de
montage et de construction, ensuite une armature inférieure pour la dalle après le
durcissement du béton. A noter que le bac, en se comportant comme un diaphragme, peut
présenter un contreventement pour la structure.
- Le principe de fonctionnement structural de ces planchers est assimilé au mode de
répartition des charges des planchers des bâtiments composés par des poutraisons
connectées à une dalle :
 La dalle mixte reçoit les charges en premier lieu et assure la transmission aux
poutres par flexion locale,
 Les poutres, soumises aux réactions d’appuis de la dalle, transmettent les forces à
leurs appuis par flexion générale.
- Le renforcement de l’adhérence entre le béton et le bac ou la poutre mixte (solive ou
poutre maitresse) peut être assuré par plusieurs dispositions récapitulées dans le tableau
suivant :

44/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Tableau IV- 1 : Modes d’adhérence dans le système mixte


Liaison Description schéma typique
Liaison limitée entre la tôle
et le béton, incapable de
Frottement
transférer des efforts de
cisaillement importants

Assurée par un bossage de la


Mécanique tôle profilée en plusieurs
formes et profondeurs
Utilisation des connecteurs
de différentes formes à fin
de garantir le développement
Ancrage
de la résistance du système
d’extrémité
mixte, ou par déformation
des nervures à l’extrémité de
la tôle.

- Luttant contre le déplacement relatif qui peut se produire entre la dalle et le profilé, un
élément constitutif du système mixte appelé connecteur est exigé pour reprendre les
efforts générés aux endroits critiques de liaison. Ces derniers sont supposés être
généralement au niveau de la soudure entre le profilé et le connecteur, sous cisaillement
longitudinal de la poutre métallique.
- Une pléthore de goujons normalisés existe dans le marché dont on peut différencier entre
les connecteurs selon :
 Le dispositif utilisé et le mode constructif,
 Le comportement mécanique après développement de l’action mixte.
- Selon le concept des produits et leurs mises en œuvre, on distingue les types suivants :

Tableau IV- 2 : Types des connecteurs


Type Usinage et assemblage
Le plus utilisé pour la réalisation des poutres mixtes, il peut
être soudé par fusion-forgeage à la poutre en une seule
Goujon à tête
opération grâce à des nouvelles techniques et des appareillages
avancés.

Arceau

En T A cause de leur forme complexe, ils nécessitent des opérations


de formage et de soudage complexes.

En cornière

45/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- En fonction du comportement mécanique, les classes des connecteurs sont les suivantes :

Tableau IV- 3 : Classes des connecteurs selon le comportement mécanique


Classe Description Expérience Exemple

Allure de type
Possède une
élastique plastique
capacité de
avec un plateau de
déformation Boulons HR,
plasticité
suffisante en Cornières soudées à
correspondant à la
glissement aile élancée,
Ductiles résistance
justifiant un Cornières formées à
caractéristique PRk
comportement froid cloués au
du connecteur et
plastique-parfait de pistolet.
une capacité ultime
la connexion en
de glissement su Connecteur ductile
cisaillement.
jugée importante.

La seule capacité
de déformation
Non résulte de la Allure de type Connecteurs de
ductile déformation du élastique type butée
béton comprimé au
contact immédiat.

Connecteur non ductile


- On présente dans le tableau suivant la description des composantes d’un plancher mixte
type qui sera considéré dans les calculs ultérieurs :

Tableau IV- 4 : Description des composantes d’un plancher mixte

Figure IV - 2 : Coupe transversale sur plancher mixte


Elément Propriétés et mode d’assemblage
Elément horizontal en profilé métallique permettant la transmission des charges
1 Poutre maîtresse vers les supports verticaux. Son assemblage est encastré formant des portiques
avec les poteaux du bâtiment.
Profilé métallique à âme pleine travaillant à la flexion simple assurant la
2 Solive transmission des charges vers la poutre maitresse avec laquelle est liée par un
assemblage articulé (cornière, platine d’extrémité).

46/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Elément Propriétés et mode d’assemblage


Tôle profilée en acier de conception spéciale assurant une meilleure répartition
3 Bac acier
des charges via sa pose avec une direction d’ondes perpendiculaires aux solives.
Améliore la liaison entre la tôle et la solive, mais ne concernent, sur le plan
mécanique, que la connexion de la poutre mixte.
4 Connecteurs Les goujons sont soudés sur la poutre mixte soit avant pose du bac, ce dernier
doit être pré-percé, ou bien en utilisant les nouvelles techniques par soudage
avec fusion- forgeage à travers les tôles.
Dalle de compression en béton, coulée avec vibrage modéré dont l’épaisseur
garantit la résistance du système (tôle+béton) et l’enrobage minimal désiré des
armatures et des goujons.
A noter que le sens des ondes de la tôle a une influence sur la valeur de
5 Dalle
l’épaisseur de tôle considérée, lorsque les ondes sont perpendiculaires à l’axe de
la poutre mixte calculée, seul le béton situé au dessus de la tôle participe à la
résistance de la poutre mixte. Dans le cas contraire, on peut considérer que la
totalité de béton est efficace.
Dans le plancher mixte, on distingue plusieurs types d’armatures en fonction de
leur rôle dans le système de dallage mixte, on considère :
6 Armature  Armatures anti-fissuration,
 Armatures de résistance au cisaillement longitudinal,
 Armature de renfort de la résistance à la flexion et au feu.

- Vue leurs répartition le long du profilé dans la plupart des poutres mixtes, les connecteurs
apportent leurs résistance vis-à-vis du cisaillement longitudinal de manière locale au
niveau de la semelle supérieure. Un transfert de ces sollicitations tangentes doit être
garantit de la poutre qui est étroite vers la dalle qui est plus large au moyen des armatures
de cisaillement posées transversalement à l’axe de la poutre et prolongées dans la dalle le
long d’une largeur efficace (collaborante).

Figure IV- 3 : Armatures de cisaillement longitudinal sur solive

47/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

III) Conception du plancher mixte et hypothèses de calcul :


- Les planchers bas du 1er au 8ème étage du bâtiment étudié sont sujet de l’étude de la
construction mixte. La conception préliminaire choisie pour la vérification se caractérise
par :
 Des poutres principales métalliques non mixtes de longueur 10 m, formant avec les
poteaux un système de portiques dans le sens transversal du bâtiment,
 Des solives mixtes, articulées avec les poutres principales suivant un espacement de
2,5m,
 Une connexion choisie par des goujons à tête de type NELSON soudés in-situ sur la
solive,
 Un bac acier pour coffrage collaborant considéré continu de quatre travées, dont les
ondes sont perpendiculaires aux solives,
 Une dalle de compression à couler sur le bac acier, contenant les armatures à
considérer (anti-fissuration et de résistance au cisaillement).

- La vue en plan suivante illustre la conception préliminaire du plancher pour un panneau


type :

Figure IV- 4 : Vue en plan de la conception du plancher mixte

48/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- Les caractéristiques des matériaux et des produits utilisés dans les calculs sont les
suivantes :

III.1 Acier de construction et d’armatures :

- Les aciers de construction considérés dans ce plancher pour les solives sont des profilés
laminés à chaud dont les paramètres principaux utilisés sont les suivants :
 Module de Young : 210000 MPa,
 Nuance d’acier : S 275,
 Limite d’élasticité : fy=275 MPa,
 Résistance à la traction : fu=430 MPa.
- Les armatures utilisées dans le plancher possèdent les propriétés suivantes :
 Limite d’élasticité : fy,k=400 MPa,
 Contrainte de calcul à l’ELU : fy,d=348 MPa,

III.2 Tôle profilée :

- Les renseignements du cahier de charge exigent l’utilisation du bac de marque HI-BOND


55.750 recommandé dans la construction mixte :

Figure IV- 5 : Coupe sur bac acier HI-BOND 55


- Le critère de dimensionnement qui fait la différence entre les variantes du bac HI-BOND
55 est l’épaisseur. Quatre épaisseurs sont disponibles sur le marché : 0,75 ; 0,88 ; 1 et
1,20 mm. En se référant aux documents techniques du produit, les principales
caractéristiques mécaniques du bac choisi (épaisseur 1mm) pour l’exemple de calcul
sont récapitulées dans le tableau suivant :

Tableau IV- 5 : Paramètre du bac acier


Paramètre du HI-BOND 55 épaisseur 1mm Valeur Unité
Limite d'élasticité fyp,k 320 N/mm²
Epaisseur ts 1 mm
Poids P 12,83 daN/m²
Section d'acier efficace Ap 1512,1 mm²
Moment d'inertie de l'âme Ip 7,78E+05 mm4

49/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Résistance plastique totale à la flexion Mpa,Rk 6,6 kN.m/m


Résistance à la flexion positive Ma+,Rk 7 kN.m/m
Résistance à la flexion négative Ma-,Rk 5,9 kN.m/m
Résistance de réaction d'appui Rw,k 40,2 kN/m
Résistance au cisaillement horizontal τu,Rk 0,303 N/mm²
Module d'élasticité Ep 210000 N/mm²
Coefficient de sécurité γap 1,1 Ø
Valeurs de calcul des facteurs expérimentaux pour le m 113,2 N/mm²
cisaillement longitudinal des dalles k -0,041 N/mm²

III.3 Connecteurs :

- Les caractéristiques des goujons considérés dans le dimensionnement sont les suivantes :

Tableau IV- 6 : Paramètres du goujon


Paramètres du goujon KBØ13-100 Valeur Unité
Diamètre de fût d1 12,7 mm

Hauteur totale nominale hsc 100 mm

Résistance ultime à la traction fu 450 N/mm²

III.4 Dalle en béton:

- Les caractéristiques de la dalle de compression et du matériau béton sont les suivantes :

Tableau IV- 7 : Paramètres de la dalle


Paramètres de la dalle de compression Valeur Unité
Epaisseur de la dalle ht 110 mm
Epaisseur de dalle au dessus des
hc 55 mm
nervures de la tôle
Epaisseur efficace dp 82,5 N/mm²
Caractéristiques Résistance à
fck 25 N/mm²
de béton 28 jours
Classe 25/30 Module sécant Ecm 31000 N/mm²
Coefficient de sécurité γc 1,5 Ø
Coefficient de sécurité pour le
γvs 1,25 Ø
cisaillement longitudinal

50/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

IV) Calcul de dalle mixte :

IV.1 Mode de dimensionnement : (organigramme de calcul)

Cahier de charge
Collecte des données concernant le plancher mixte (Caractéristiques
Documents géométriques et mécaniques de chaque composante)
techniques spécialisés Choix de la conception du plancher (type de tôle, tramage, étaiement, portées,
des produits à utiliser épaisseur de dalle schémas mécaniques de chargement)

Partie 1 Vérification de la tôle en phase de coffrage

Calcul préliminaire : Tracer les schémas mécaniques des cas de charge à


Formules de R.D.M
appliquer sur la dalle à fin de déduire les sollicitations les plus
ou logiciel de calcul
-1- défavorables

ELU Moments de flexion positifs et négatifs


NON
Annexe 1 Vérifications Réaction d’appui
Interaction Moment, effort tranchant OUI

Vérification de l’efficacité de la tôle NON


Annexe 3 Calculer l’inertie efficace
Calcul de la flèche de la tôle δs
-2-
Annexe 2 δs < δs,max Oui NON
Vérifications
ELS
Annexe 1 δs < epdalle /10 Oui NON
Considérer l’effet de mare
Effet de mare négligé
sur-épaisseur de dalle = 0,7 δs

Bac acier peut faire office de coffrage


Revérifier la flèche

Partie 2 Vérification de la dalle mixte

Moment fléchissant agissant MEd


Calcul préliminaire
Effort tranchant agissant VEd
Annexe 5
Détermination de la résistance à la flexion de la dalle mixte MRd

-1- Vérifications MEd < MRd Oui NON Redimensionner

ELU
Détermination et vérification de la résistance au cisaillement longitudinal
sans ancrage d’extrémité
Annexe 6
Méthode de connexion partielle ML,Rd Vérification MEd < MRd
Si non

Méthode m,k VL,Rd Vérification VEd < VRd

51/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

-1-
Détermination et vérification de la résistance au cisaillement vertical VRd
Annexe 7
ELU
Vérifications VEd < VRd Oui NON Redimensionner

Annexe 8 Calcul de la quantité d’armature anti-fissuration /mètre Asc


-2-

ELS Calcul de la flèche résultante totale sous chargement δc


Annexe 9 Vérifications δc < δc,max Oui NON Redimensionner

Dalle mixte approuvée selon l’EC4

IV.2 Dimensionnement d’une dalle mixte d’un plancher courant :

- Suite à une programmation sur le logiciel Excel d’une fiche de calcul selon la démarche
expliquée ci-dessus, on a achevé le dimensionnement des plancher mixtes des différents
niveaux qui possèdent la même charge d’exploitation.
- Dans les détails de calcul suivants, on présente la vérification du plancher mixte avec bac
acier collaborant HI-BOND 55 pour un plancher type selon les extraits règlementaires de
l’Euro-Code 4 et des règlementations en vigueur qui sont prescrites dans l’annexe de ce
chapitre.

Tableau IV- 8 : Calcul et vérification de la dalle mixte en phase de construction


Partie I Vérification de la tôle en phase de coffrage
I-1 Etat limite ultime
I-1-1 Calcul des sollicitations maximales
- Le schéma mécanique de la tôle considérée est le suivant:

Figure IV- 6 : Schéma mécanique de la dalle


- En respectant les prescriptions règlementaires et les règles de la mécanique des structures, on applique les cas
de charges suivants composés par le poids de tôle Gp, de béton Gc et les charges de construction q1 et q2 pour
déterminer les sollicitations maximales générées dans la tôle. L’indice u indique la majoration de l’effort à
l’état limite ultime.

52/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- Le premier cas de charge ultime permet de déduire le moment fléchissant positif maximal M+ED, la valeur
trouvée est M ED + =3,098 kN.m/m

Figure IV- 7 : Chargement pour M ED +

Figure IV- 8 : Diagramme du moment fléchissant M ED +


- Le deuxième cas de charge permet de déduire le moment fléchissant négatif maximal M-ED ainsi que
l’effort tranchant FED, les valeurs trouvées sont : M ED - = 3,623 kN.m/m et FED= 15,308 kN/m

Figure IV- 9 : Chargement pour M ED - et FED

Figure IV- 10 : Diagramme du moment M ED -

53/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Figure IV- 11 : Diagramme de l’effort tranchant FED


I-1-2 Vérifications
- Les vérifications à l’état limite ultime permettent de tester la résistance de la tôle vis-à-vis les sollicitations
engendrées dans la phase de construction.
- On note dans cette étape les paramètres suivants :

Moment de flexion positive  M a,Rk 7
MRD +
M Rd    6,36 kN.m / m
résistant  ap 1,1

Moment de flexion  M a,Rk 5,9
MRD- M Rd    5,36 kN.m / m
négative résistant  ap 1,1
Rw, k 40,2
RRD Effort tranchant résistant Rw, Rd    36,55 kN / m
 ap 1,1
 
Vérification du moment de flexion positif M Ed  M Rd OK
 
Vérification du moment de flexion négatif M Ed  M Rd OK

M ED F
Vérification de l’interaction moment- réaction d’appui 
 ED  1,25 OK
M RD Rw, RD
Tous les calculs sont vérifiés à l’état limite ultime
I-2 Etat limite de service
- Dans cette partie, l’eurocode 4 limite la vérification de la flèche du bac acier sous l’effet de son poids
propre ajouté à celui du béton frais, à l’exclusion des charges de construction.
- Avant d’entamer la vérification de la flèche, on vérifie tout d’abord l’efficacité de la section transversale
de tôle, d’où on déduit l’obligation du calcul d’une inertie équivalente du fait du voilement local éventuel.
- Le diagramme du moment fléchissant positif sous poids de tôle et de béton donne la valeur maximale qui
vaut Msls=1,321 kN.m/m

Figure IV- 12 : Diagramme du moment à l’ELS

54/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- Pour la vérification de l’efficacité de la tôle dont la largeur de semelle b et l’épaisseur ts, on note les
paramètres suivants :
zp Hauteur utile de la tôle zp= 27,5 mm
Contrainte de compression maximale M 1,321.106
σcom.  com  sls .z p  .27,5  46,69 N / mm ²
dans la semelle supérieure Ip 7,78.105

Coefficient de réduction élastique de 235 235


ε    2,24
l’acier  com 46,69
Coefficient de distribution de contrainte 1
Ψ dont σ1 et σ2 sont les contraintes égales  =1
aux extrémités de la semelle supérieure
2
Coefficient de voilement (annexe
kσ kσ = 4
tableau 5.3.2)
Elancement de la semelle, avec b et ts b 61,5
p ts 1
sont respectivement la largeur et p    0,48
l’épaisseur de la semelle de tôle 28,4. k 28,4 x2,24 4
( p  0,22 )
ρ Rendement de la section  si  p  0,673  =1
p 2
- Vue que le rendement de la section vaut 1, on peut considérer la section est parfaitement efficace et pas
de nécessité du recalcul de l’inertie.
- Pour le calcul de la valeur de flèche générée sous chargement du béton frais (en damier) ajouté à celui du
poids propre du bac, on a passé par le calcul avec le logiciel RDM6 et analytiquement en utilisant les
coefficients kbéton et k tôle du tableau de l’annexe 2 qui valent respectivement 0,743 et 0,49.

Figure IV- 13 : Chargement à l’ELS

Figure IV- 14 : Déformée de la tôle à l’ELS


5 L4
s  ( k béton .G c  k tôle .G p )
384 EI s
La flèche générée 5 x 2500 4
 (0,743 x 2,15  0,49 x 0,13)  5,17 mm
384 x 210000 x 7,78 .10 5

55/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

L 2500
La flèche maximale  s ,max    13,89mm
180 180
Vérification de la flèche  s   s , max OK
- Une vérification énoncée par l’EC4 dans cette phase consiste au test de la présence de l’effet de mare
qui est à considérer si la flèche est supérieure au dixième de l’épaisseur de la dalle.
- δs= 5,18 mm < 110/10= 11mm, donc l’effet de mare est négligé.
La résistance de la tôle à l’état limite de service est vérifiée
- l’achèvement de cette étape conduit à déduire que Le bac acier HI-BON55 d’épaisseur
1mm peut faire office de coffrage pendant la phase de construction sans besoin
d’étaiement.

Tableau IV- 9 : Calcul et vérification de la dalle mixte en phase mixte


Partie II Vérification de la dalle mixte
II-1 Etat limite ultime
- Dans la deuxième partie, on procède à vérifier le système mixte tôle -bêton, l’EC4 autorise dans ce
stade la considération de la dalle comme une série de tronçons simplement appuyés.
- Les charges appliquées sont :
 le poids de la dalle mixte tôle+ béton :Gp+Gc= 2,19 kN/m²
 le revêtement du sol : Grêv= 1 kN/m²,
 l’isolation phonique et thermique : Gisol=0,1 kN/m²,
 La charge d’exploitation Q= 5 kN/m².
- Les diagrammes du moment fléchissant et de l’effort tranchant illustrent les valeurs maximales
suivantes : MED+= 9,33 kN.m/m et VED=14,93kN/m

Figure IV- 15 : Diagramme de MED à l’ELU Figure IV- 16 : Diagramme de VED à l’ELU
- la vérification de la dalle à l’état limite ultime nécessite essentiellement l’évaluation de trois types de
ruine qui sont décrits dans l’annexe 4 et vérifiés ci-dessous.
II-1.1 Type de ruine I : Excès de flexion en travée
- la première vérification de la dalle mixte consiste à évaluer la résistance en flexion positive en passant
par la recherche de la position de l’axe neutre plastique. on note b la largeur de calcul qui vaut 1000mm.
f yp 320
Aeff 1512,1
Position de l’axe  ap 1,1
Donc l’axe neutre plastique
x   31,05mm dans la dalle de compression
neutre fck 25
0,85.b 0,85.1000 en béton
c 1,5
x 31,05
Bras de levier z  dp   82,5   66,97mm
2 2

56/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Figure IV- 17 : Position de l’axe neutre


- Le calcul du moment résistant plastique permet de justifier la résistance de la dalle mixte vis-à-vis le
premier type de ruine :

Moment plastique f yp x 320


M pl , Rd  N p .z  Aeff . (d p  )  1512,1   66,97  29,46 kN .m / m
résistant  ap 2 1,1
Vérification du type I M Ed  M pl , Rd OK
II-1.2 Type de ruine II : Excès de cisaillement longitudinal
- Dans ce mode de ruine, on a recours à utiliser deux procédures de vérification, la méthode de connexion
partielle ou τu et la méthode m-k.
II-1.2.1 Méthode de connexion partielle
- Cette méthode se base sur l’analyse graphique de la variation du moment résistant MRd en fonction de la
distance depuis l’appui jusqu’à l’atténuation d’une valeur L sf pour laquelle la connexion est dite
complète.
- Cette valeur est fonction de
 l’effort résistant de calcul assuré par la dalle au dessus du bac de hauteur 55 mm ou de l’aire de la
tôle profilée,
 la contrainte de cisaillement de calcul agissant à l’interface acier-béton.
0,85 fckbhc Ap f yp,k
Ncf  min( ; )
Effort résistant de c  ap
calcul 0,85  25 1000 55 1512,1 320
 min( ; )  439,88kN
1,5 1,1
Distance de connexion Ncf 439,88.103
Lsf    1,45m
complète b  u, Rd 1000 0,303
- Une connexion complète est donc effective à une distance de 1450,2 mm de l’appui.
- Le graphe suivant illustre les deux variations suivantes :
 la droite MRd qui varie du moment plastique résistant de la section effective de la tôle nervurée MPa sur
l’appui au moment résistant plastique Mpl,Rd pour Lsf.
 La courbe MED du moment appliqué qui est fonction de l’abscisse x.
- L’analyse du graphe suivant permet de visualiser que le moment M Ed est inférieur au moment MRd pour
toutes les sections transversales, ainsi on déduit que :
La dalle mixte est vérifiée vis-à-vis le cisaillement longitudinal selon la méthode de
la connexion partielle

57/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Figure IV- 18 : Evaluation par la méthode de connexion partielle

II-1.2.2 Méthode m-k


- En utilisant la méthode semi-empirique qui se base sur une formulation paramétrique linéaire des paramètres
caractéristiques du phénomène de ruine II, on vérifie que l’effort tranchant VEd est inférieur à la résistance
ultime en cisaillement horizontal VL,Rd.
Portée de cisaillement Ls= (0,8.L)/4 = 500 mm
Résistance au  Ap  1  1512,1  1
cisaillement V L, Rd  b.d p  m  k   1000  82,5113,2  0,041  19,89kN
longitudinal  bL s   VS  1000  500  1, 25
Vérification VEd < VL,Rd  14,93 < 19,89 OK
Vérification du type II Dalle mixte vérifiée vis-à-vis le cisaillement longitudinal
II-1.3 Type de ruine III : Excès d’effort tranchant au prés des appuis
- l’étude du troisième mode de ruine se base sur la vérification de l’effort tranchant V Ed par rapport à la
résistance VRd,c. Ce dernier est fonction des paramètres suivants :
Largeur moyenne des nervures de béton valeur caractéristique de la tôle : bw= 61,5mm
200 200
Coefficient de calcul k  min[1  ;2]  min[1  ;2]  2
dp 82,5
A 1512,1
Coefficient de calcul,  L  min( sL ;0,02)  min( ;0,02)  0,02
avec AsL est la section efficace de la tôle bw .d p 410 82,5
3 3
Coefficient de calcul vmin  0,035.k 2 . fck  0,035 2 2  25  0,49
1
VRd ,c  max[0,15k (100 L f ck ) 3 ; vmin ].bw .d p
Effort tranchant résistant 1
 max[0,15  2  (100  0,02  25) 3 ;0,49]  410  82,5  37,38 kN / m
Vérification VEd < VRd,c OK
Vérification du type III Dalle mixte vérifiée vis-à-vis l’effort tranchant
Toutes les vérifications de la dalle mixte à l’ELU sont satisfaites

58/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

II-2 Etat limite de service


II-2.1 Armatures anti fissuration
- Vu que le calcul de la dalle mixte continue est effectué par un modèle isostatique, et que la construction est
non étayée, on procède de prendre une section d’armatures anti fissuration A s qui vaut 0,2% de l’aire de béton
au dessus des nervures du bac acier.
As = 0,2% x [55x1000] = 110 mm²/m
Soit un quadrillage d’armatures Ø6 espacés de 30 cm donnant une section de 112 mm²/m

Figure IV- 19 : Armature anti-fissuration


II-2.2 Moment d’inertie moyen de la section mixte
- le règlement exige le calcul des flèches provoquées par les charges en tenant compte d’une analyse élastique
qui considère les propriétés de la section à son état fissuré et non fissuré.
- Suite à l’étude de ces deux cas de section, on détermine le moment d’inertie moyen I b qui est la moyenne des
inerties des deux sections.
Ep Ep 210000
Coefficient n    10,2
1  Ecm  Ecm  1 (1000  31000 )
'
d’équivalence E cm
2 3 2 3
Section fissurée

Position du centre de
gravité par rapport à xc 
 A .z i i

n. Ap 
. 1
2.b.d p  10,2 1512,1 
 1  . 1 
2 1000 82,5 
 1  37,28 mm
la face supérieure de A i b   n. Ap 
 1000  10 , 2.1512,1 
la dalle, b=1000mm
3
b.x
I bc  c  Ap .(d p  xc ) 2  I p
Moment d’inertie de 3.n
la section fissurée 1000  37,283
  1512,1 (82,5  37,28) 2  7,78.105  557 cm4
3x10,2
hc
2
 h 
b.  b0.hp . ht  p   n.Ap .d p
Position du centre de
xu 
2  2
Section non fissurée

gravité par rapport à b.hc  b0.hp  n.Ap


la face supérieure de
la dalle, 552  110
1000  500 55  ht   10,2 1512,1 82,5
b=1000mm ;b0=500mm

2  2 
 51,59 mm
1000 55  500 55 10,2 1512,1
Moment d’inertie de b0 .h p 
2

2
b.hc  hc  b0 .hb
  Ap .d p  xu 2  I p
3 3
b.hc hp
la section non I bu   . xu     . ht  xu 
fissurée 12.n n  2 12.n n  2 
1000  553 1000  55  55  500  553 500  55 
2 2
55 
I bu   . 51,59     .1100  51,59    1512,1.82,5  51,59  7,78.105  1000 cm4
2

12  55 10,2  2 12  10,2 10,2  2


I bc  I bu 556,3  999,6
Moment d’inertie moyen Ib    778,5 cm 4
2 2

59/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

II-2.3 Vérification de la flèche

Le calcul analytique et la modélisation de la dalle sur RDM6 nous a conduit à déduire les résultats suivants :

Figure IV- 20 : Chargement de la dalle mixteà l’ELS

Figure IV- 21 : Déformée de la dalle mixte à l’ELS


5.k1 .L4
 c,g  ( g rêv  g isol  g c  g p )
Flèche sous charge 384 .EI b
permanente 5  0,49  2500 4
 (1  0,1  2,19 )  0,5 mm
384  210000  778,5.10 4

Flèche sous charge 5.k .Q. 1.L4 5  0,743  5  0,7  25004


 c ,q    0,81 mm
d’exploitation 384.EIb 384  210000  778,5.104
Flèche totale du plancher  c   c , g   c , q  1, 31 mm
mixte
Flèche maximale  c ,max  L  2500  10 mm
250 250
Vérification  c   c ,max OK

La dalle mixte est vérifiée à l’état limite de service

60/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

V) Poutre secondaire mixte :

V.1 Mode de dimensionnement :

- Un aperçu sur la démarche de calcul de la solive mixte est récapitulé dans


l’organigramme suivant :

Collecte des données concernant la géométrie, les chargements à


Cahier de charge et équilibrer, les caractéristiques de la dalle mixte dimensionnée
résultats de calcul
de la dalle mixte Choix de la conception du plancher (type de solive, étaiement, portées, type
de connexion, mode d’exécution…)

Calcul préliminaire : détermination des efforts ultimes et de service ainsi


1 que les sollicitations dans la solive, vérification de la classe.
Annexe 10
Détermination de la largeur collaborante de la
2 beff,trav ;beff,app
dalle en béton à mi-potée et sur appuis

Calcul de la résistance des connecteurs et de degré


Annexe 11 3 Ppb,,Rd ; η
de connexion
Changer les
Vérifications ηs > ηmin NON paramètres de
connexion
Oui (nombre, diamètre)
4 Vérification de la résistance à la flexion de la solive
Vérification du moment de résistance plastique à mi-portée
Annexe 12
Vérifications MED ≤ MPl,Rd Oui NON
Changer
la
Vérification de la résistance au cisaillement
section
Annexe 12 de la
Vérification Vz,ED ≤ VPz,Rd Oui NON solive
s
Vérification de l’interaction flexion-effort tranchant
Annexe 12
Vérifications Vz,ED > 0,5 NON
Oui
VRd
Prendre en compte l’influence de l’effort
tranchant sur la résistance à la flexion

5 Vérification de la résistance de la dalle au cisaillement longitudinal


Annexe 12 Vérifications Vz,ED ≤ ν f cd sinθf Oui NON
cosθf
Calcul du ferraillage nécessaire pour le cisaillement longitudinal

61/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

6 Vérification à l’état limite de service

Calcul des coefficients d’équivalence pour les charges G et Q


Annexe 13
Calcul des inerties à court et à long terme

Vérifications w < wadm NON Changer le


Oui
profilé

Solive mixte vérifiée selon l’EC4 à l’ELU et à l’ELS

V.2 Dimensionnement d’une solive mixte d’un plancher courant :

- Suite à une programmation sur le logiciel Excel d’une fiche de calcul selon la démarche
expliquée ci-dessus, on a achevé le dimensionnement d’une solive mixte type pour le
plancher collaborant utilisé dans ce bâtiment.
- Dans les détails de calcul suivants, on présente la vérification d’une poutre secondaire
mixte en IPE240 selon les règlementations de l’Euro-Code qui sont prescrites dans les
annexes de ce chapitre.

Tableau IV- 10 : Vérification de la solive à l’état limite ultime


Etape I Chargement et calcul des sollicitations
I-1 Charges appliquées sur la solive
- la solive étudiée correspondant à la solive dans un plancher courant est présentée dans l’extrait suivant :
Lch désigna la largeur de chargement de la solive.

Figure IV- 22 : Solive étudiée

62/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- Les chargements considérés pour l’étude de la solive sont les suivants :


 Poids de la dalle mixte tôle+ béton :
Gc+ Gp =25  2,5  [(0,11  1,00)-(5  0,075  0,055)]+12,83.10-2  2,5 =5,907 kN/m
 Poids propre du profilé : GIPE 240= 0,301 kN/m,
 Revêtement du sol : Grêv= 1  2,5=2,5kN/m,
 l’isolation phonique et thermique et faux plafond : Gisol+FP=0,9  2,5=2,25 kN/m,
 La charge d’exploitation Q= 5  2,5=12,5 kN/m.
- La charge à l’état limite ultime : GELU=1,35  (5,907+0,301+2,5+2,25)+1,5  12,5= 33,54 kN/m.
- La charge à l’état limite de service : GELS= (5,907+0,301+2,5+2,25)+ 12,5= 23,46 kN/m.
I-2 Sollicitations
- Les diagrammes du moment fléchissant et de l’effort tranchant illustrent les valeurs maximales
suivantes : MED= 150,94 kN.m/m et VED=100,63kN/m

Figure IV- 23 : Diagramme du moment fléchissant Figure IV- 24 : Diagramme del’effort tranchant
- Le profilé de la solive est en IPE240 soumis à la flexion seule, la section transversale est de classe 1,
les vérifications à l’ELU suivantes se reposent sur la résistance plastique de la section.

Etape II Calcul de la largeur efficace


II-1 Largeur efficace à mi-portée :
- Le schéma suivant récapitule les paramètres calculés ci-dessous en respectant les prescriptions de
l’annexe 10:

Figure IV- 25 : Largeur efficace de la dalle

63/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Entre-axe des connecteurs Présence d’un seul fil de connecteur par solive donc b0=0
Distance entre point
Poutre sur deux appuis donc L0=6m
d’inflexion du moment
Distance entre les
Entraxe des solives constant et égal à 2,5m donc
connecteurs en saillie et l’axe
b1=b2= 1,25m
à mi-largeur entre les solives
Largeur efficace de la L0 6
semelle de béton de chaque be1  be 2  min( ; b1ou 2 )  min( ;1,25)  0,75m
coté de l’âme 8 8
Largeur efficace à mi-portée beff  b0   bei  0  2  0,75  1,5m  lch
II-2 Largeur efficace au niveau d’appui :
Coefficient de réduction de la L 6
 i  ( 0 ,55  0 ,025 e )   1   2  ( 0 ,55  0 ,025 )  0 ,75
largeur bei 0 ,75
Largeur efficace à l’appui beff  b0    i bei  0  2  0,75  0,75  1,125m  lch
Etape III Vérification de la connexion de la solive
III-1 Résistance de calcul d’un goujon à tête :
- Dans cette partie, on présente la vérification des connecteurs de type Nelson KB-Ø13_100, soudés à
travers la plaque nervurée en acier de nombre n=41 espacés de 15 cm. Le nombre de goujons par onde
est Nr=1. Les goujons Nelson sont approuvés comme des connecteurs ductiles.

Figure IV- 26 : Coupe sur panneau de dalle mixte


Cas de nervure perpendiculaires à l’effort de cisaillement :
Facteur de réduction de la
résistance tenant compte du 0,7 b0  hsc  0,7 75  100 
k . 1  .   1  0,781  k t max  0,85
sens des nervures N hp  hp r
 1 55  55 
 
hsc 100
Facteur correctif   1 avec  7,87  4
d 12,7
d ²  .12,7²
Effort de cisaillement du ( ) ( )
goujon PRd
(1)
 0,8.k. fu . 4  0,8  0,781 450 4  28,49kN
v 1,25
Effort d’écrasement du béton 25 31000
 0,29 0,781112,72   25,73kN
( 2)
contre le goujon
PRd
1,25
PRd  min(PRd ; PRd )  25,73 kN
(1) ( 2)
Résistance de calcul d’un goujon

64/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

III-2 Vérification de la connexion partielle pour utiliser la théorie rigide plastique:


Effort normal de
compression dans la semelle f 25
Ncf  0,85 beff .hc . ck  0,85 150055  1168,75 kN
de béton après connexion c 1,5
complète
Effort de compression de n.PRd 41 25,73
calcul
Nc   527,47 kN
2 2
N 527,47
Degré de connexion   c   0,45 < 1 donc la connexion est partielle
N cf 1168,75
 355 
 min  1   .0,75  0,03Le   0,4avec le  6m  25m
 f 
Degré de connexion  y 
minimal
 355 
 1  .0,75  0,03  6  0,26
 275 
Vérification    min  Connexion minimale de la solive est garantie OK
Etape IV Vérification à l’ELU de la poutre mixte
- La justification à l’état limite ultime de la solive mixte porte sur l’étude :
 de La flexion en évaluant la résistance en flexion Mpl,Rd,
 de l’effort tranchant en vérifiant le risque de voilement par cisaillement,
 de l’interaction moment-cisaillement,
 du déversement.
IV-1 Vérification du moment de résistance plastique à mi-portée (SECTION I)
IV-1-1 Recherche de la position de l’axe neutre
Effort de
compression dans Nc  Nc, f  527,47 kN
la section de béton
Effort dans la Aa f y 39,12.102  275
N Pl,a    978 kN
section de l’acier a 1,1
Nc<NPl,a Axe neutre plastique dans la solive et Npl,a se décompose en deux efforts
Npl,a1 et Npla,2 dont la valeur est fonction de l’aire Aa considérée pour chaque effort.
Détermination de
la position dans la  
N Pl ,a  N c  450,53kN  2.b f t f
fy
 2 120  9,8 
275
 588kN
solive  a 1,1
Donc l’axe neutre plastique dans la semelle
IV-1-2 Vérification de la résistance à la flexion
- Les résultats de la vérification de la résistance à la flexion sont détaillés ci-dessous

Figure IV- 27 : Résistance à la flexion de la solive

65/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Cote de l’axe N Pla  N c (978  527,47).103


z  a  hc  hp  1,1  55  55  117,52mm
neutre 2b f . f y 2 120 275
M  pl.Rd  N pla (0,5ha  0,5hc  hp )  0,5(N pla  Ncf )(z  hp )
Résistance de
calcul en flexion de  9780,5  240 0,5  55  55  0,5978 527,47 117,52  55
la solive mixte
 159,18kN.m
M Ed
Vérification  150,94  0,95  1 OK
M PL,Rd 159,18
IV-2 Vérification de l’effort tranchant
- Dans cette vérification, on procède à tester le danger de voilement en évaluant la reprise de l’effort de
cisaillement par l’âme de la solive.

 hw 220 ,4   235 
Vérification du
   35,5  72  72   66,24 
danger de  tw 6, 2   275 
voilement
Donc pas de danger de voilement par cisaillement
fy 275
Effort tranchant Av , z ( ) 1914( )
résistant V pl , z , Rd  3  3  276,26 kN
a 1,1

Vérification V Ed  100 ,63 kN  V pl , z , Rd  276 , 26 kN OK


IV-3 Vérification de l’interaction flexion-effort tranchant
- on a VED=100,63 kN< 0,5 Vpl,z,Rd donc il n’ya pas d’interaction entre la flexion et l’effort tranchant.
IV-4 Vérification du déversement
- Selon les prescriptions de l’EC4, la semelle comprimée de la solive est soutenue par la dalle dans le
système mixte, donc pas de danger de déversement.
IV-5 Vérification de la résistance au cisaillement longitudinal
- Cette étape permet d’évaluer l’importance de la contrainte de cisaillement longitudinale VED et de
déterminer le ferraillage assurant l’association des bielles de béton comprimé d’angle θf=45°.

Variation de l’effort normal Nc 527 ,41


dans la membrure
Fd    263,7 kN
2 2
Contrainte plastique de  Fd 263 ,7 .10 3
v Ed    1,6 N / mm ²
cisaillement h f  x 55  ( 2  1500 )
coefficient de réduction de la  f   25 
v  0,61  ck   0,61   0,54
 250 
résistance du béton fissuré à
l'effort tranchant  250 
f ck 25
Résistance de calcul du béton f cd  0 ,85  0 ,85   14 ,17 N / mm ²
c 1,5
vEd  v fcd sin f cos f
Vérification OK
1,6  0,54 14,17  sin 45  cos45  3,826N / mm²

66/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- L’aire de la section des armatures transversales à la solive avec l’hypothèse qu’aucune contribution
de la tôle dans la résistance à la compression, avec un espacement choisi sf= 250mm est déterminé
par la formule suivante :
hf
Aire d’armature de vEd . sf 55
cot f 1,6   250
cisaillement
Asf   cot 45  63,2 mm² / m de solive
longitudinal f yd 347,8
Choix : Soit 5Ø6/m espacés de 250mm de longueur L=beff=1,5m
- Les vérifications à l’état limite de service sont récapitulées dans le tableau suivant :

Tableau IV- 11 : Vérification de la solive mixte à l’état limite de service


Etape V Vérification à l’ELS de la poutre mixte
- Dans cette partie en détermine la justification de la section mixte de la solive vis-à-vis la flèche, cela
s’effectue en passant par le calcul des moments d’inertie à court et à long terme en fonction des cas
de chargement.
Effort à l’ELS Calculé précédemment : GELS= 23,46 kN/m.
coefficient d'équivalence E 210000
pour les effets à court terme n0  a   6,77
ou primaires (pour Q) E cm 31000
coefficient d'équivalence 3E 3  210000
pour les effets à Long terme n a   20,32
ou permanentes (pour G) Ecm 31000
beff hc ² 1500  55²
Aa ha  3912  240 
Position de l'axe neutre pour 2n0 2  6,77
x   79,16mm
les charges d’exploitation Q 
b hc 1500  55
Aa  eff 3912 
n0 6,77
beff hc beff hc  hc  2
3

I1,aeq  I y,a   Aa (ha  x) 2  x 


12n0 n0  2
Inertie de la section pour les
1500 553 1500 55 
2
55 
charges d’exploitation Q  3891,63.104   3912 (240 79,16) 2   79,16  
12 6,77 6,77  2
 17568,95 cm4
beff hc ² 1500  55 ²
Aa ha  3912  240 
Position de l'axe neutre pour 2n 2  20,32
x   131,784 mm
les charges d’exploitation G 
b hc 1500  55
Aa  eff 3912 
n 20,32

beff hc 
3 2
b hc hc 
I 2,aeq  I y,a   Aa (ha  x) 2  
eff
 x 
12n n  2
Inertie de la section pour les
1500 553 1500 55 
2
55 
charges d’exploitation G  3891,63.104   3912 (240  79,16) 2   79,16  
12  20,32 20,32  2
 12989,98 cm4

67/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

5L4  G Q  5  60004  10,96 12,5 


w     
Calcul de la flèche  
384E  I 2,aeq I1,aeq  384 210000 12989,98.10 17568,95.10 
4 4

 12,5 mm
L 6000
Vérification w  12,5mm  wadm    17,14mm Flèche acceptée
350 350
Résultat final :
 La solive mixte en IPE 240, Vérifiée
 connectée à la dalle collaborante avec des goujons NELSON-Ø13-100/150 mm à l’ELU et à l’ELS
selon l’EC4
 avec armature transversale dans la dalle de cisaillement longitudinal 5Ø6/m

- Les plans de coffrage des différents planchers collaborants ainsi des détails spécifiques
d’exécution sont récapitulées dans le dossier d’exécution en complément de ce rapport.

VI) Vérification avec le logiciel ARCELORMITTAL :


- Le centre technique industriel de la construction métallique CTICM, propose un logiciel
approuvé par les bureaux de contrôle consacré pour le calcul et la vérification des poutres
mixtes.
- l’interface du logiciel nous a permis de faire le paramétrage utilisé dans les différents
calculs détaillées précédemment :

Figure IV- 28 : Paramètres du logiciel ARCELORMITTAL


- Le résultat exécuté par le logiciel se compose d’une note de calcul détaillée pour la
vérification de la solive en phase de construction et en phase mixte ainsi que des schémas
de pose.
- Le dimensionnement effectué sur le logiciel a conduit à des résultats semblables à celles
trouvées dans la démarche analytique à l’exclusion de quelques limitations trouvées dans
le paramétrage :

68/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

 La solive mixte en IPE 240,


 Connexion à la dalle collaborante avec des goujons NELSON-Ø16-100/150 mm
- La note de calcul est jointe à l’annexe de ce chapitre.

VII) Etude comparative :


- Dans ce paragraphe, on présente une comparaison des résultats de dimensionnement de la
solive mixte trouvée précédemment avec celle d’une poutre secondaire non mixte sur la
quelle la dalle est considérée simplement appuyée.
- Le principe de justification de la résistance et de la stabilité de la poutre est basé sur les
vérifications suivantes :
 Moment résistant à la flexion,
 Evaluation de l’effort tranchant,
 Vérification de la flèche à l’ELS.
- En appliquant les cas de charge idem au cas de la poutre mixte, et suite à une tabulation
sur Excel, on trouve qu’au minimum une section en IPE330 valide les vérifications
suivantes :

Tableau IV- 12 : Vérification de la solive non mixte


Chargements et sollicitations à l’ELU :
- Charges permanentes y compris poids propre du profilé : G=11,14kN/m
- Charges d’exploitation: Q=12,5kN/m
- Effort à l’ELU :Pu=33,79kN/m
- Effort à l’ELS :Ps=23,64kN/m

Figure IV- 29 : Moment fléchissant solive Figure IV- 30 : Effort tranchant solive
non mixte(ELU) non mixte(ELU)
Vérification de la résistance au cisaillement
fy 275
Av, z ( ) 3081 ( )
Effort résistant 3  3  489,17 kN
Vpl , z , Rd 
M0 1
V Ed  V pl , z , Rd Vérifiée
Vérification Il n’est pas nécessaire de considérer l’interaction entre effort et le
moment vu que la valeur maximale du moment fléchissant est obtenue
à mi-travée et celle de l’effort tranchant sur appuis.

69/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Vérification de la résistance à la flexion


Moment de résistance WPl, y . f y 804,33103  275
M Rd    221,19 kN.m
plastique  M0 1
Vérification M Ed  M Rd Vérifiée
Vérification de la flèche à l’ELS
5PS L4 5  23,64 103  60004
Flèche générée w   1,61 cm
384EI 384  21000011766,9.10 4
Vérification w  wadm  L  6000  1,71 mm Vérifiée
350 350

- Suite à cette justification de la section, on approuve l’avantage de l’action mixte


appliquée sur une poutre en profilé IPE affectée par les mêmes cas de charge, qui fait
diminuer la section d’un IPE330 à un IPE240.
- Une évaluation comparative au niveau du poids global des solives pour toute la structure
conduit à déduire que l’utilisation des solives mixtes en IPE 240 assure une chute du
poids d’environ 115 tonne d’acier correspondant à 37,5% de gain.

VIII) Conclusion
- On a présenté dans ce chapitre le calcul du plancher mixte composé par des dalles
coulées sur bac aciers en tôle ondulée et appuyées sur des solives possédant une
connexion par des goujons à tête. Ce calcul est finalisé par une vérification sur un logiciel
ARCELOR ainsi qu’une étude comparative valorisant le choix du système mixte pour la
poutre secondaire.
- Les différents planchers qui sont semblables de point de vue conception et chargement,
transmettent leurs efforts aux traverses principales ainsi des poteaux des portiques
métalliques. L’étude de ces derniers est le sujet du chapitre suivant.

70/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Chapitre V Modélisation de la structure

I) Introduction :
- Le présent chapitre est consacré pour l’explication des étapes d’étude de la superstructure.
- Dans cette partie on décrit les principales phases de création et d’exploitation du modèle.

II) Description générale de la modélisation :


- En respectant la conception faite pour la toiture et afin de créer un modèle numérique qui
garantit le fonctionnement des différents éléments, on a effectué les étapes suivantes :
 Création d’un modèle 2D de portique,
 Application des charges de neige et vent,
 Passage au type de structure 3D et élaboration des modifications structurelles de la
zone d’impact de la verrière,
 Chargement et création des combinaisons automatiques.
 Paramétrage et regroupement des pièces en familles.
 Dimensionnement des éléments porteurs et vérification globale de la structure.
- Une particularité est rencontrée au niveau de la création du modèle est précisément lors
de la génération des effets de neige et vent selon le règlement RNV99, elle se manifeste
par que le logiciel robot ne génère pas automatiquement les efforts selon le zonage
règlementaire pour les structures présentant des discontinuités de niveaux.
De ce fait, on a procédé à dissocier la modélisation de la superstructure en deux parties :
 Modélisation 1 : structure de la verrière située à une altitude de 863,4m, pour tenir
compte des effets de neige et vent selon les recommandations du règlement algérien.
On a étudié deux variantes de système porteur.
 Modélisation 2 : structure complète comportant les différentes composantes
structurales assurant la stabilité du bâtiment et la résistance de ses éléments porteurs.
Ce modèle est étudié en deux variantes, fonction de la position de la verrière
(fermée ou ouverte) afin de chercher le cas dimensionnant le plus défavorable.
- Dans ce qui suit, on présente la description des modèles réalisés ainsi que les résultats de
dimensionnement.

71/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

III) Etude structurale de la verrière :

III.1 Verrière avec portiques en profilés à âme pleines :

- Les poutrelles laminées à chaud sont des produits sidérurgiques industrialisés de


caractéristique standards, parmi les avantages de ce type de profilés :
 Economie grâce aux faibles coûts de fabrication et à la bonne disponibilité avec
possibilité de réaliser le parachèvement complet au laminoir (pas de soudures),
 Résistance élevée à la fatigue,
 Disponibilité en grandes longueurs (jusqu’à 40 mètres) permettant de réduire les
travaux d’assemblage sur chantier.

III.1.1 Conception, modélisation et dimensionnement :


- La conception adoptée dans ce modèle se compose de deux versants en profilés
laminés en I encastré à des poteaux
- La procédure appliquée lors de la modélisation est basée sur la création d’un modèle
2D :

Figure V-1 : Modèle 2D avec profilé laminé

- Le tableau suivant récapitule les paramétrages principaux des éléments :

Tableau V- 1 : Paramètres des éléments


Flambement Flèche
Elément
Autour de z Autour de y Selon z Selon y
traverse L L L/500 L/500
poteau L L L/150 L/150

- La figure suivante présente le modèle 3D de la verrière :

72/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Figure V-2 : Modèle 3D avec profilé laminé

- Les résultats du dimensionnement des éléments de portique sont récapitulés dans le


tableau suivant :

Tableau V- 2 : résultats dimensionnement :


Ratio de
Eléments Profilé Effort appliqué résistant
dimensionnement
N[daN] -22166,99 172177,5
Traverse IPE330 M[daN.m] 14640,25 22119,08 0,86
V[daN] -10841,23 48921,41
N[daN] -14009,55 176935
Poteau M[daN.m] 14640,25 15632,65 0,96
HEA220
V[daN] -20313,55 32818,03

- Une analyse quantitative pour cette variante conduit aux résultats suivants :

Tableau V- 3 : Métré de la verrière avec portique laminé


Type Nombre Longueur totale [m] Poids unitaire [kg/m] Poids total [kg]
IPE330 10 50,6 49,17 2488

HEA220 10 7,5 50,53 379

IPE220 32 192 26.20 5031

Totaux 7898

73/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

III.2 Verrière avec treillis :

III.2.1 Présentation générale :


- La conception et le fonctionnement mécanique de ce type de ferme est basé sur système
triangulé composé d’éléments structuraux interconnectés illustrées dans le graphe
suivant :

- Il existe plusieurs types de ferme en treillis, qui sont classées en fonction de l’action de
charges prédominante et la portée. On distingue :

Type de ferme Figure Comportement mécanique


Les diagonales sont tendues sous l’action
ferme anglaise
prédominante des charges ascendantes
système Howe
(soulèvement)

ferme
Les diagonales travaillent à la traction sous
américaine
l’action descendante (charges gravitaires)
système Pratt

Les diagonales travaillent à la fois à la traction et


ferme Warren
à la compression

- Comparé avec d’autres types, ce système présente des performances conceptuelles et


structurelles grâce au mode de fonctionnement garantissant des portées importantes.

III.2.2 Conception :
- Le choix de la conception adopté dans cette variante est de type Howe.
- Ce choix se justifie par le fait que le phénomène de soulèvement prédomine, sollicitant les
diagonales à la traction sous l’action des charges ascendantes.

74/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- Le choix préliminaire des profilés des barres est de type rectangulaire creux RECC.

Figure V-3 : Verrière en treillis type Howe

III.2.3 Modélisation et dimensionnement de la structure principale :


- La modélisation de cette variante se fait par le logiciel Robot dans le modèle portique 2D.

Figure V-4 : Modèle 2D de la verrière-variante2


- Dans ce qui suit, on présente le paramétrage de différentes composantes :

Tableau V- 4 : paramétrage des éléments


Flambement
Elément
Autour de z Autour de y
Membrure sup. L 0,9L
Membrure inf. L 0,9L
Diagonale L 0,8L
Montant L 0,8L
Poteau L L

- Les barres de treillis travaillent seulement en traction/compression d’où on les vérifie


uniquement vis-à-vis le flambement.
- Après tout calcul fait on a obtenu les résultats suivants :

75/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Tableau V- 5 : Résultats de dimensionnement


Ratio de
Eléments Profilé Effort sollicitant résistant
dimensionnement
N[daN] 13551,24 15581
Membrure sup RECC120x80x6 M[daN.m] -46,98 2051 0,91
V[daN] -195,22 18072
N[daN] 9587 11059
Membrure inf RECC120x80x4 M[daN.m] -6,17 1435 0,89
V[daN] -21,64 12373
N[daN] 9978 11303
Diagonale RECC80x40x5 M[daN.m] - - 0,88
V[daN] - -
N[daN] 2453 6779,24
Montants
RECC50x25x2,5 M[daN.m] - - 0,36
V[daN] - -
- Remarque : la section des montants de rive choisie est RECC120x80x6 pour des raisons
d’exécution.
- L’évaluation quantitative a conduit au résultat suivant :

Tableau V- 6 : Métré de la verrière en treillis


Type Nombre Longueur totale [m] Poids unitaire [kg/m] Poids total [kg]
RECC120x80x6 20 51,35 17,43 913
RECC120x80x4 10 51 11,94 609
RECC50x25x2,5 25 15,1 2,69 41
RECC80x40x5 30 57,3 8,4 481
IPE 220 32 192 26,20 5031
Totaux 7175

III.3 Etude comparative et choix du système porteur de la verrière :

- Suite aux résultats trouvés précédemment une étude comparative a conduit au choix du
système porteur le plus adéquat selon l’analyse multicritères suivantes :

Tableau V- 7 : Analyse multicritères


Type
Structure avec portique laminé Structure en treillis
Critère Coeff.
Esthétique 2 ** *
Poids 1 * **
Façonnage et assemblage 1 ** **
Note attribuée 7 6
- La variante adoptée est la verrière avec portique laminé à âme pleine.

76/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

III.4 Assemblage :

- Les poutres et les poteaux dans une structure en acier peuvent être assemblés par
différents types d’assemblages. Dans le cas des assemblages boulonnés par platine
d’extrémité, on distingue :
 l’assemblage traverse –traverse,
 l’assemblage traverse –poteau.

Figure V-5 : zones d’assemblages étudiés

- le Dimensionnement de l’assemblage est effectué avec le module assemblage de logiciel


ROBOT.
- Les résultats sont illustrés dans les détails suivants :

Description Schéma

Boulons :
 Diamètre M12
 Classe HR 10.9
 Nombre de rangées 3
Platine :
 Hauteur : 355 mm
 Largeur : 160 mm
 Epaisseur : 20mm
Figure V-6 : assemblage faitage-verrière

Boulons :
 Diamètre M12
 Classe HR 10.9
 Nombre de rangées 4
Platine :
 Hauteur : 420 mm
 Largueur : 180 mm
 Epaisseur :10 mm
Figure V-7 : assemblage traverse-poteau

77/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

IV) Modélisation et dimensionnement de la superstructure :

IV.1Création du modèle à l’aide du logiciel Robot :

- L’exploitation des commandes du logiciel robot nous a permis de modéliser la structure


principale. Suivant la conception établie précédemment, ce modèle doit garantir le
fonctionnement mécanique des différents éléments. De ce fait, on a passé par les
principales étapes suivantes :

- Création d’un modèle de portique courant


comportant la disposition conçue des éléments de la
ferme en treillis et les éléments des portiques à étage
en HEA. pour toutes le composant sous forme de
treillis on adopte les types de profilés suivants :
 Membrures : section en HEA.
 Diagonales et montants : section en double
cornières DCED.

Figure V-8 : modèle de la superstructure


- Génération du modèle 3D ainsi que l’application des charges climatiques.
- Création des pannes en IPE 180,
- modélisation le système porteur de la verrière
 créer les poutres en treillis suivant les files B et C et de portée 24m (du fil 4 à fil 8),
 créer le système d’appui de verrière : montants en HEA de hauteur 40cm et poutre en IPE
présentant le système coulissant, ces montants sont réalisées dans la zone d’accès de la verrière :
 sur les membrures supérieures des poutres en treillis pour les files 5,6 et 7
 sur les membrures supérieures des fermes pour les files 2,3,4,8,9 et 10.
- Création des éléments de contreventement :
 Poutre auvent, et palées de stabilité réalisée par des croix en DCED selon la conception décrite
dans le chapitre I dans les trames d’extrémité.
 Système de bracons en DCED suivant les files B et C.
- Création des solives et du bardage présentant le plancher mixte dimensionnés précédemment.
- Effectuer les relâchements et le paramétrage des différents éléments.
- Création des cas de charges et application des charges sur les éléments considérés. A ce stade, on a
considéré un cas de charge de dilatation thermique de 26°.
- Insertion de la structure élaborée de la verrière :
 Cas 1 : verrière fermée
 Cas 2 : verrière ouverte
Pour les deux cas, on effectue le dimensionnement et on déduit le cas dimensionnant le plus défavorable.
Dans la page suivante, on présente un aperçu global sur le modèle réalisé à l’aide du logiciel robot.

78/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- Les charges considérées dans le modèle sont :

Tableau V- 8 : chargements
Nature Cas de charge Type de charge Elément affecté Valeur Unités
Poids propre Poids propre Toute la structure Automatique -
Charge Pannes intermédiaires 43,75
Couverture daN/m
uniforme Pannes de rive 21,88
Bardage au niveau des
Charge
Faux plafonds membrures inférieures et 80 daN/m2
surfacique
Charges dans les différents planchers
permanentes Charge
Revêtement Bardage des 8 planchers 100 daN/m2
surfacique
Isolation Charge Bardage du plancher bas 8ème
10 daN/m2
acoustique surfacique étage
Membrure supérieure de la
Châssis vitré Charge linéique 40 daN/m
poutre treillis
Pannes intermédiaires 43,75
Charges Poussière et Charge
Pannes de daN/m
d’exploitation entretien uniforme 21,88
rive
Charge de Charge
Température Toute la structure T=26 °C
dilatation uniforme

- le paramétrage des éléments de la toiture est récapitulé dans le tableau suivant :

Tableau V- 9 : Paramétrage des éléments de la toiture


Flambement dans le Flambement hors Comportement
Nom des barres
plan plan mécanique

Figure V-9 : ferme courante


1 Membrure inférieure
0.9L L Barres en flexion
2 Membrure supérieure
3 Diagonale
0.8L L Barre de treillis
4 Montant

Figure V-10 : poutre de treillis


1-Membrure inférieure
0.9L L Barres en flexion
2-Membrure supérieure
3-Diagonale
0.8L L Barre de treillis
4-Montant

80/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Figure V-11 : Extrait du système de contreventement


Croix et bracons 0,8L L Barres de treillis

IV.2 Dimensionnement des éléments structuraux :

IV.2.1 Résultats de dimensionnement des toitures :


- Les composantes considérées pour le dimensionnement sont les quatre types de
ferme, la poutre treillis et le système de contreventement.
- Une organisation des éléments en des familles permet de faciliter l’opération de
dimensionnement dont les résultats sont récapitulés dans les tableaux suivants :

Tableau V- 10 : Résultats de dimensionnement


Verrière fermée Verrière ouverte
Ratio de Ratio de
Famille Profilé Famille Profilé
dimensionnement dimensionnement
Files 1 et 11
Membrure sup. HEA160 0,88 Membrure sup. HEA120 0,67
Membrure inf. HEA320 0,82 Membrure inf. HEA280 0,87
DCED DCED
Diagonale 0,58 Diagonale 0,78
60x6x8 80x8x8
DCED DCED
Montant 0,87 Montant 0,68
50x5x8 60x6x8
Files 2, 3,9 et 10
Membrure sup. HEA200 0,97 Membrure sup. HEA240 0 ,84
Membrure inf. HEA340 0,93 Membrure inf. HEA400 0,94
DCED DCED
Diagonale 0,87 Diagonale 0,75
80x8x8 80x8x8
DCED DCED
Montant 0,67 Montant 0,72
60x6x8 60x6x8
Files 4 et 8
Membrure sup. HEA300 0,91 Membrure sup. HEA300 0,85
Membrure inf. HEA600 0,84 Membrure inf. HEA700 0,99
DCED DCED
Diagonale 0,94 Diagonale 0,91
80x8x8 80x8x8
DCED DCED
Montant 0,85 Montant 0,96
60x6x8 60x6x8

81/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Verrière fermée Verrière ouverte


Ratio de Ratio de
Famille Profilé Famille Profilé
dimensionnement dimensionnement
Files 5,6,7
Membrure HEA140
HEA220 0,97 Membrure sup. 0,69
sup.
Membrure inf. HEA220 0,94 Membrure inf. HEA240 0,84
DCED 0,69 DCED
Diagonale Diagonale 0,79
70x7x8 70x7x8
DCED DCED
Montant 0,77 Montant 0,40
60x6x8 60x6x8
Poutre treillis
Membrure
HEA200 0,66 Membrure sup HEA200 0,66
sup
Membrure inf HEA260 0,75 Membrure inf HEA300 0,98
DCED 0,69 DCED
Diagonale Diagonale 0,95
70x7x8 70x7x8
DCED DCED
Montant 0,77 Montants 0,96
60x6x8 60x6x8
Contreventement
Famille Profilé Ratio de dimensionnement

bracons DCED 100x10x8 0,77


Poutre au vent DCED 90x9x8 0,53

- Une étude comparative des résultats précédents conduit aux sections suivantes dont les
notes de calcul sont récapitulées dans l’annexe de ce chapitre :

Tableau V- 11 : Choix des sections des éléments de la toiture


Fil 1 et 11 Fil 2,3,9,10 Fil 4 et 8 Fil 5,6 7 Poutre treillis

Membrure sup. HEA160 HEA240 HEA300 HEA220 HEA200

Membrure inf. HEA320 HEA400 HEA700 HEA240 HEA300


DCED DCED DCED DCED DCED
Diagonale
80x8x8 80x8x8 80x8x8 80x8x8 70x7x8
DCED DCED DCED DCED DCED
Montant
60x6x8 60x6x8 60x6x8 60x6x8 60x6x8
bracons DCED 100x10x8

Poutre au vent DCED 90x9x8

IV.2.2 Résultats de dimensionnement des éléments des portiques à étages :


- Le complément de résultats de dimensionnement des éléments de la structure
principale est présenté dans le tableau suivant :

82/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Tableau V- 12 : Résultats de dimensionnement de la superstructure


Elément
Poteaux Poutres Contreventement
Niveau
RDC HEA1000
er
1 étage HEA800
éme DCED
2 étage HEA650
150x15x10
3éme étage HEA500
éme
4 étage HEA450 HEA500
5éme étage
6éme étage HEA400 DCED
7éme
étage 120x12x8
éme
8 étage HEA360

IV.3 Vérification de la structure :

- La vérification globale de la structure limite les valeurs de déplacement et de


contraintes selon les prescriptions de l’euro code :
 Le déplacement admissible de la structure selon l’eurocode ne doit pas dépasser
H/300 =37,9/300=12 cm.
 La contrainte admissible est 275MPa.
- Suite au calcul fait par le logiciel ROBOT, on déduit que la structure étudiée possède
un déplacement maximal l’ELS de 10,5cm avec une contrainte maximale qui vaut
247MPa d’où la structure est stable.

V) Conclusion :
- Dans ce chapitre, on a présenté la démarche et les résultats de la modélisation de la
structure à l’aide du logiciel Robot. Le calcul analytique de quelques éléments
structuraux sera présenté dans le chapitre suivant.

83/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Chapitre VI Calcul des éléments de la superstructure

I) Introduction
- On présente dans ce chapitre les calculs réalisés pour le dimensionnement des
éléments de la superstructure métallique.
- Les éléments étudiés sont :
 Montant, diagonale et membrure supérieure de ferme,
 Traverse et poteau de portique.

II) Calcul des éléments de la structure :


- Dans cette partie on procède à détailler les différents calculs élaborés pour le
dimensionnement de quelques éléments type :
- on utilise les paramètres suivants :

fy 275 MPa  M0 1
 M1 1,1 A 1

II.1 Calcul d’un montant du fil 8 :

- La section à vérifier pour cet élément : DCEC60X6X8 .


- Les caractéristiques géométriques de la section et les paramètres de calcul sont les
suivants:

section A 13,82 cm2


iy 1,81 cm
Rayons de giration
iz 2,76 cm
facteur d’imperfection  0,49
- Les paramètres de vérification vis-à-vis le flambement sont :

Longueur de montant L0 1,98 m


Longueur de flambement autour de y Ly 1 ,58 m
Longueur de flambement autour de z Lz 1,98 m

- Les sollicitations maximales sont déduite à partir du modèle robot sont :

Effort de traction Nt -14979 daN


On a N t  N c donc on vérifie
Effort de compression Nc 16583,09 daN vis-à-vis la compression

84/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- La vérification de la stabilité du montant est la suivante :

Tableau VI- 1 : Dimensionnement du montant


Vérification de la stabilité
 iy i   1,81 2,76 
Elancement de la
 min ; z   min ;  86,982
barre l l   1,58 1,98 
 ky kz 
0,5
 235   235 
0,5
0,924
Coefficient     
 f   275 
 y 
Elancement 93 ,3  93 ,3  0,924 86,248
1
secondaire
   0 , 5 86 ,982
Elancement réduit     A  1,01
 1  86 , 248
Coefficient de calcul  
0 .5 1   (   0 .2 )  
1
2
 1,21
Coefficient de   2  0,45
     
2
réduction  
Effort de   f y  A   A 0, 45  275  10 5  13,82  10 4
N b , Rd  18484,85daN
compression résistant  M1 1,1
N C  N b , Rd 16583,09 < 18484,85 Justifiée

II.2 Calcul d’une diagonale du fil 8:

- La section à vérifier pour cet élément : DCEC80X8X8 .


- Les caractéristiques géométriques de la section et les paramètres de calcul sont
présentés dans les tableaux suivants :

section A 24,54 m2
iy 0,24 m
Rayon de giration
iz 0,35 m
facteur d’imperfection  0,49
Limite d’élasticité fy 275MPa
- Les paramètres de vérification vis-à-vis le flambement

Longueur de montant L0 2,63 m


Longueur de flambement autour de y Ly 2,1 m
Longueur de flambement autour de z Lz 2,63 m

- Les sollicitations maximales déduites à partir du modèle robot sont :

Effort de traction Nt -28024,56 daN On a N t  N c donc on vérifie vis-à-vis


Effort de compression Nc 27200,86 daN la compression et la traction

85/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- La vérification de la stabilité de la diagonale est la suivante :


Tableau VI- 2 : Dimensionnement de la diagonale
Désignation Libellé Formule Résultat Vérification
Elancement  iy i 
 min ; z  86,392
de la barre l l 
 ky kz 
0,5
 235 
Coefficient    0,924
 f 
 y 
Elancement 93,3
1 86,803
secondaire
Elancement   0 ,5
    A 0,99
réduit  1 
Coefficient de
calcul
 
0.5 1   (  0.2)  
2
 1,130
1
Coefficient de   2 
     
2
0,6
réduction  
Effort de   fy  A A 36811,85 daN N C  N RC
compression N b , Rd
 M1 27200 ,86  36811 ,85 Justifiée
résistant
Effort de fy  A 67485 daN N t  N Rt
traction N Rd
 M0 28024 ,56  67485 Justifiée
résistant

II.3 Calcul de la membrure supérieure du fil 8:

- Les vérifications exposées ci-après concernent le tronçon de membrure du fil 8.


- Les vérifications sont faites en prenant compte des moments fléchissant.
- Les propriétés de la section sont :

H [cm] b[cm] Ax[cm2] Ay[cm2] Iy[cm4] Iz[cm4] Wpy[cm3] Wpz[cm3]


HEA300 29 30 112,53 87,02 18263,5 6309,56 1383,27 641,17

- Les paramètres de vérification de flambement sont :

Longueur de montant L0 1,75 m


Autour y :Ly 1,58 m
Longueur de flambement
Autour z : Lz 3,5 m
Autour de y 0,49
Facteur d’imperfection α
Autour de z 0,34

- Les sollicitations maximales déduites à partir du modèle robot sont :


My [daN.m] 942,43
Mz[daN.m] 782,42
V [daN] 6488,12
N [daN] 146549,98
- Les vérifications de la résistance de la section transversale sont présentées ci-dessous :
86/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Désignation Libellé Formule Résultat


Vérification de l’effort tranchant
Effort
V 6488,12 daN
tranchant

Effort 0,58 Avz  f y 0,58 37,28104  275105


tranchant de Vp  59461,6 daN
 M0 1
plastification

On a V< 0,5Vp donc réduction négligée

Vérification de l’effort normal


Effort de
N 146549,98 daN
normal
effort de
plastification A f y 112,53 104  275 105
Np  309457,5 daN
de la section  M0 1
brute
L’aire de 0,002853 m2
Aw A  2  b  t f  112,53 10 4  2  30 10 2 1,4 10 2
l’âme
 0,5 Aw f y 
min 0,25 N pl ;   min 77364,37;39228,75 39228,75daN
  
 M0 

 0,5 Aw f y 
On a N  min 0,25 N pl ;  Donc il y a réduction de M
  M 0 

Vérification du moment
A 
a min w ;0,5  min0,25;0,5 0,25
Coefficient
A 
N 146549,98
n
 0,47
N pl 309457 ,5
W ply  f y 1383,27  10 6  275  10 5 38039,92 daN.m

Mply  M0 1
1 n 1  0,47 23041,32 daN.m
M pl  38039,92
Moments
MNy 1  0,5a 1  0,5  0,25
réduits W plz  f y 641,17  10  275  105
6
 17632,17 daN.m
Mplz  M0 1
1 n 1  0,47 10680,05 daN.m
MNz M pl  17632,17
1  0,5a 1  0,5  0,25
  2 2 , 36
α=2 M y  Mz
    942,43    782,42  1
β=5n  
M Ny   
M Nz 
  23041,32   10680,05 
- Les vérifications de la stabilité de la section sont présentées ci-dessous :

87/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Vérification vis-à-vis flambement


Désignation Libellé Formule Vérification
Flambement autour de y-y
lky 1,58
Elancement de la
y  12,36
barre iy 12,74102
0,5
 235
Elancement
1 93,9  93,9 86,8
secondaire
 275
  y  0,5 12,36
Elancement réduit y    A 
 1  86,8 0,14
Coefficient de
calcul
y 
0.5 1   ( y  0.2)   y
2
 0,5

Coefficient de 1
réduction y     2   y 2  1
 y y

Flambement autour de z-z


lkz 3,5
Elancement de la
z  46,74
barre iz 7,48102
0,5
 235
Elancement
secondaire
1 93,9  93,9  86,8
 275
 z  0,5 46,74
Elancement réduit z    A  0,46
 1  86,8
Coefficient de
calcul
z 
0.51  (z  0.2)  z
2
 0,54
1
Coefficient de
z     2   z 2  0,82
réduction  z z

Vérification de la stabilité
1 N My Mz 1 146549,98 942,43 17632,18
  Ky  Kz    1,14  0,67
 min N pl M ply M plz 0,82 309457,5 38039,9 17632,17 0,72<1
 M1  M1  M1 1,1 1,1 1,1

II.4 Calcul de la traverse de portique :

- Dans le calcul qui suit-on s’intéresse à l’étude d’une traverse d’un portique
intermédiaire du plancher bas du 8éme étage. Les propriétés de la section sont les
suivantes :

h [cm] b[cm] Ax[cm2] Avz[cm2] Iy[cm4] Iz[cm4] Wpy[cm3] Wpz[cm3]


HEA500 49 30 197,54 142,68 86974,8 10367,1 3947,86 1058,51

88/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

- On exploitant le calcul réalisé avec le logiciel ROBOT, on déduit les sollicitations


maximales générées dans la poutre qui sont illustrés dans les figures suivantes :

Figure VI- 1 : Diagramme du moment fléchissant M(daN.m)

Figure VI- 2 : Diagramme de l’effort normal N(daN)

Figure VI- 3 : Diagramme de l’effort tranchant V(daN)

- Les résultats des sollicitations maximales sont :

M [daN.m] 43355,5
V [daN] 20984,05
N [daN] 1804,93

- D’après l’annexe VI-1, la poutre est de profilé HEA500 soumise à un effort normal N
quelconque est toujours de section classe 1.

89/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

II.4.1 Vérification à l’ELU :


- Les vérifications de la résistance sont récapitulées dans le tableau suivant :

Tableau VI- 3 : Vérification de la résistance de la traverse


Désignation Libellé Résultat Vérification
Vérification de l’effort normal
Effort
V Déduite précédemment 20984,05daN
tranchant
0,58 Avz  f y On a V< 0,5Vp
Effort 0,58142,68104  275105
 Donc réduction négligée
tranchant de Vp  M0 1
plastification
=119178,4 daN
Effort
N Déduite précédemment 1804,93 daN
normal
Effort de A f y 197,54 104  275 105
plastification 
de la section
Np  M0 1
brute =147977,5 daN On a
A  2btf  0 ,5 A w f y 
N  min  0 , 25 N pl ; 
L’aire de   M 0 
Aw  197 , 54  10 4
 2  30  10 2
 2 , 3  10 2 
l’âme Donc N est faible
= 0,0059 m²

 0 ,5 A w f y 
min  0 , 25 N pl ;   min 135808 , 75 ;81867 ,5 
Effort limite   
 M0 
=81867,5 daN
Vérification du moment
W ply  f y 3947 ,86  10 6  275  10 5 M<Mn

Moment
Mn=Mpl  M0 1
résistant Justifiée
=108593,65 daN.m

- Les paramètres de vérification du flambement sont les suivantes :

M1 18773,23 daN.m
Moments d’extrémité
M2 43355,58 daN.m
coefficient de moment uniforme équivalent  MQ 1,3
Longueur de poutre L0 10 m

90/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Figure VI- 4 : Notation pour calcul du coefficient de rigidité


- Le tableau suivant résume les calculs de vérification vis-à-vis le flambement :

Tableau VI- 4 : Vérification de la stabilité de la traverse


Paramètre Formule A.N
I y1 86974,8 86,97
K1 
l 0 ,1 1000 cm3
I y1 86974,8 86,97
K2 
l 0 ,1 1000 cm3

Rigidité I y3 33089 ,8 248,49


K3 
latérale l0 , 3 350 cm3
I y1 86974,8 86,97
K4 
l 0 ,1 1000 cm3
I y3 33089 ,8 248,49
K5 
l0 , 3 350 cm3
K1  K2
KA 0,42
Coefficient K1  K2  K3
d’encastrement K4  K2
0,42
KB K4  K2  K5
Coefficient de lky 1,6  2,4(K A  KB ) 1,1K A KB
K 2,14
flambement l0 K A  KB  5,5K A KB
Longueur de l ky K  l 0  2 ,14  10 21,42 m
flambement
lky 21,42
Elancement y  102,12
secondaire iy 0,21
 k  0 , 5
Elancement   A 1,087
y  
réduit  y

91/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Facteur de  
0.5 1  (  0.2)  2  1,31
réduction

coefficient de
réduction
    2  2 
1
0,49

M2 43355,58
coefficient   0,433
M1 18773,23

Somme des max M  min M   43355 ,58  16477 ,54


59833,04
M
moments daN.m

coefficient  m 1,8  0,7  1,8  0,7  0,433 1,49

Facteurs de
moment

  MQ   M   1,49 
uniforme
 1,3  1,49
MQ 16477,54
équivalent My  M  1,44
pour le M 59833,04
flambement
par flexion
W ply  Wely 3948,86  10 6  3549,99  10 6
 2  My  4    1,0872  1,44  4  
Wely 3549,99  10 6
Coefficient y
 y  1,09  0,9

y  N  1,09  1804,93
Coefficients 1  1
d’amplification  y  A f y 0,49  197,54  10  4  275  10 5
ky
de la flexion du k y  1,01  1,5
àN

Moment w ply  f y 3947 ,86  10 6  275  10 5 108593,65


M py  daN.m
résistant  M0 1

1 N My
  Ky
Vérification  min A  f y M ply 0,82<1
 M1  M1

II.4.2 Vérification à l’ELS :


- La vérification de la flèche de la poutre donne les résultats suivants :

Déduite à partir du
Flèche fz 1,1 cm
modèle robot fz<fadm
l
Flèche admissible fadm 5 cm
200 Justifiée

92/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

II.5 Calcul du poteau :

- Les poteaux des portiques sont soumis à la flexion composée.


- Dans ce qui suit, on présente le calcul de vérification de la résistance et du flambement
du poteau intermédiaire du 4ème étage.

M[daN.m] V[daN] N[daN]


Figure VI- 5: diagrammes des sollicitations
- Les valeurs maximales des sollicitations sont :

Moment maximale [daN.m] M y ,ed 7696,15

Effort normal maximale [daN] Ned 335049,89

Effort tranchant maximale [daN] Ved 4090,4


- D’après l’annexe VI-1, le poteau est de profilé HEA450 soumis à un effort normal N
quelconque est toujours de section classe 1.

II.5.1 Vérification de la résistance :


- Les propriétés de la section transversale du poteau sont :

Tableau VI- 5 : propriétés géométriques et mécaniques du poteau


wply[cm3] 3215,87 tf[cm] 2,10
3
wplz[cm ] 965,53 tw[cm] 1,15
Avy[cm2] 130,43 iy[cm2] 18,92
Avz[cm2] 65,78 iz[cm2] 7,29
4
Iy[cm ] 63721,6 A [cm²] 178,03
4 3
Iz[cm ] 9465,3 Wely[cm ] 2896,44
h[cm] 44 Welz[cm3] 631,02
α 0,21 Ɣm1 1,10
fy[MPa] 275,00 Ɣm0 1,00

93/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Tableau VI- 6 : Vérification de la résistance du poteau


Désignation Libellé Résultat Vérification
Vérification de l’effort normal
Effort
V Déduite précédemment 4090,4daN
tranchant
0,58 Avz  f y On a V< 0,5Vp
Effort 0,58 65,78104  275105
 Donc v est négligeable
tranchant de Vp  M0 1
plastification
=104919daN
Effort normal N Déduite précédemment 335049,89daN
Effort de A f y 178,03  10 4  275  10 5
plastification 
de la section
Np  M0 1
brute =489582,5daN On a
A  2btf  0 ,5 A w f y 
N  min  0 , 25 N pl ; 
L’aire de 4 2 2   M 0 
Aw  178 , 03  10  2  30  10  2 ,1  10 
l’âme
= 0,005m² Donc N est négligeable

 0 ,5 A w f y 
min  0 , 25 N ;   min 122396 ; 68750 
Effort limite  pl
 M0 
 
=68750daN
Vérification du moment

M<Mn
Moment W ply f y
Mn=Mpl = 88436 daN.m
résistant
 M0 7696,15<88436 Justifiée

II.5.2 Vérification vis à vis le flambement:

A) Détermination des longueurs de flambement :


Tableau VI- 7 : Tableau des données
Inertie [cm4]
Profil Longueur [m]
Iy Iz
Poteau 5ème étage HEA400 45069,4 8563,83 3.50
Poteau étudié HEA450 63721,6 9465,3 3.50
ème
poteau 3 étage 3.50
HEA500 86974,8 10367,1
Poutre 10,00
Solive IPE240 3891,63 283,63 6,00

- Les détails de calcul des longueurs de flambement sont présentés dans le tableau
suivant :

94/157
A.KSIBI ; S.ABID ; F.MSEHLI --------------------------------------------------------------------------------
Projet de Fin d’études

Tableau VI- 8 : Calcul de la longueur de flambement


Lky Lkz

Désignation Formule A.N Désignation Formule A.N


k sw  k se k sw  k se
k sw  k se  k s  k0 k sw  k se  k s  k 0
KA 2  86974,8 0,29 KA 2  283,63 0,02
 1000 600

2  86974,8 86974,8 63721,6 2  283,63 10367,1 9465,3
   
1000 350 350 600 350 350

knw  kne knw  kne


knw  kne  kn  k0 knw  kne  kn  k0
2  283,63
KB 2  86974,8 0,36 KB 0,02
 600
 1000 2  283,63 8563,83 9465,3
2  86974,8 45069,4 63721,6  
  600 350 350
1000 350 350

1.6  2.4( KA  KB)  1.1KAKB 3  1.6( KA  KB)  0.84KAKB


Lky Lkz
L KA  KB  5.5 1,64
L 3  ( KA  KB)  0.28KAKB 0,99

Lky [cm] 574 Lkz [cm] 348

B) Flambement par rapport l’axe Y-Y :


- Les tableaux ci-dessous montrent les détails de calcul du flambement par rapport l’axe
Y-Y et Z-Z :

Tableau VI- 9 : Flambement par rapport l’axe Y-Y :


Désignation Formule A.N Valeur
Longueur de flambement Lky [cm] ------------ 574
Lky 574
l’élancement  30,34
iy 18,92