Vous êtes sur la page 1sur 3

 Définition  :

Le Questionnaire de Contrôle Interne est un outil indispensable pour concrétiser la phase de


réalisation de la mission d’audit. C’est une grille d’analyse dont la finalité est de permettre à
l’auditeur d’apprécier le niveau et d’apporter un diagnostic sur le dispositif de contrôle
interne, de l’entité ou de la fonction auditée.

Ces questionnaires permettent à l’auditeur de réaliser sur chacun des points soumis à son
jugement critique, une observation qui soit la plus complète possible. Pour ce faire, le QCI
devra se composer de bonnes questions à poser pour réaliser cette observation complète.

Le Questionnaire de Contrôle Interne va donc être le guide de l’auditeur pour que ce dernier
puisse réaliser son programme de travail. C’est un véritable outil méthodologique permettant
d’identifier :

   les contrôles internes mis en place pour se protéger contre les risques et erreurs
potentiels,
   les objectifs d’audit pour vérifier qu’ils sont bien respectés.

Les questionnaires de Contrôle Interne servent de guide lors d’un audit interne ; Ils permettent
par ailleurs un gain de temps surtout quand les contrôles sont répétitifs.

Structure  :

Le Questionnaire de Contrôle Interne va permettre de passer du général au particulier et


d’identifier pour chaque fonction quels sont les dispositifs de contrôle essentiels. C’est
pourquoi il y a autant de Questionnaire de Contrôle Interne que de missions d’audit.

L’auditeur est aidé dans sa démarche en répondant aux cinq questions fondamentales qui
regroupent l’ensemble des interrogations concernant les points de contrôle et qui permettent
de couvrir tous les aspects :

   Qui ? : Questions qui permettent d’identifier l’acteur concerné. Pour répondre à
ces questions, l’auditeur utilise organigrammes hiérarchique et fonctionnel, analyses
de postes, grilles d’analyse de tâches…
   Quoi ? : Questions permettant d’identifier les tâches et les opérations (Nature des
tâches effectuées, Personnes concernées…).
   Où ? : Questions permettant d’identifier le lieu où se déroule l’opération et son
emplacement
   Quand ? : Questions permettant d’avoir des réponses quant aux budgets et cycles
de temps nécessaires pour la réalisation des opérations (début, fin, durée, planning,…).
   Comment ? : Questions permettant de décrire le mode opératoire des opérations.

L’utilisation de la piste d’audit peut être utile pour suivre, comprendre et apprécier toute une
chaîne de traitement.

Dans l’élaboration des Questionnaire de Contrôle Interne, ces 5 questions fondamentales


constituent la trame commune avec laquelle vont se décliner les questions spécifiques pour
chaque tâche élémentaire. Il s’agit, en fait, de formuler la meilleure question pour savoir si la
tâche élémentaire est bien faite et bien maîtrisée.

Ainsi, le Questionnaire de Contrôle Interne permet de mettre en œuvre les observations qui
vont conduire à l’élaboration du diagnostic.

Les listes de points à examiner qui figurent dans ces questionnaires peuvent se présenter sous
la forme de questionnaires de type fermés ou de type ouverts.

1° - Les questionnaires fermés :

Les questionnaires fermés sont des questionnaires où les réponses sont fixées à l’avance. On
ne peut y répondre que par des réponses affirmatives ou négatives.

Ces questionnaires sont élaborés de manière à ce que les réponses négatives fassent apparaître
les points faibles des dispositifs de contrôle interne, et inversement, que les réponses positives
fassent apparaître les points forts.

L’exploitation de ces questionnaires consiste pour l’auditeur à évaluer l’impact des réponses
négatives et à vérifier celui des réponses positives.
 

Ils seront principalement utilisés pour :

   Obtenir certains renseignements factuels,


   Recenser les moyens mis en place afin d’atteindre les objectifs du contrôle interne,
   Juger de l’approbation ou de la désapprobation d’une opinion donnée, de la
position sur un jugement,…

L’avantage de ces questionnaires est qu’ils facilitent le dépouillement et, par conséquent,
l’analyse. Toutefois, il peut y avoir un risque que la réponse soit dictée, ce qui fausserait toute
l’analyse.

1° -Les questionnaires ouverts :

Contrairement aux questionnaires fermés, les questionnaires ouverts n’autorisent pas de


réponses succinctes de type OUI/NON. Le choix des réponses peut être illimité et les
auditeurs sont obligés de faire un effort de description, de compréhension et de jugement.

Les questionnaires permettent de présentent un intérêt particulier dans les audits d’efficacité
ou dans les audits opérationnels ayant pour but d’analyser un système insatisfaisant et qui doit
s’achever sur une mise en place de procédures efficientes qui amélioreront les performances
en termes de coût, de rapidité ou de fiabilité.

Les questions ouvertes présentent l’avantage d’obtenir des perspectives de codage de


l’information beaucoup plus grandes. Néanmoins, les informations obtenues peuvent être trop
dispersées. C’est pourquoi, il convient de s’assurer de la qualité des réponses en ciblant
précisément ces dernières.

En raison des inconvénients de ces deux types de questionnaires, il est préférable de faire un
compromis entre questions ouvertes et questions fermées.