Vous êtes sur la page 1sur 38

Un Peuple - Un But – Une Foi

MINISTERE DE L’ECONOMIE, DU PLAN ET DE LA COOPERATION


------------------------------------
DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES
POLITIQUES ECONOMIQUES
--------------------
DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES

SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE EN 2019 ET


PERSPECTIVES EN 2020

Rapport disponible sur le site de la DPEE : www.dpee.sn

@DPEE/DPMSP Novembre 2019


Table des Matière

RÉSUMÉ..................................................................................................................................................................3
ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL...........................................................................................................5
1- CROISSANCE ET COMPÉTITIVITÉ............................................................................................................7
1.1. ESTIMATION DES RESSOURCES ET EMPLOIS DU PIB EN 2019...............................................7
1.1.1. Les ressources du PIB...............................................................................................................................7
1.1.2. Les emplois du PIB.................................................................................................................................12
1.1.3. Inflation..................................................................................................................................................13
1.2. PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES EN 2020......................................................................................13
1.2.1. Les ressources du PIB.............................................................................................................................14
1.2.2. Les emplois du PIB................................................................................................................................18
1.2.3. Inflation..................................................................................................................................................19
2. LES FINANCES PUBLIQUES........................................................................................................................20
2.1. EXERCICE BUDGÉTAIRE EN 2019.........................................................................................................20
2.1.1. Les Recettes budgétaires........................................................................................................................20
2.1.2. Les Dons................................................................................................................................................21
2.1.3. Les dépenses.........................................................................................................................................21
2.1.4. Le Financement......................................................................................................................................22
2.1.5 La Dette publique.....................................................................................................................................22
2.2. PERSPECTIVES BUDGÉTAIRES EN 2020..............................................................................................23
2.2.1. Les Recettes budgétaires........................................................................................................................23
2.2.2. Les Dons................................................................................................................................................23
2.2.3. Les dépenses.........................................................................................................................................24
2.2.4. Le Financement......................................................................................................................................24
2.2.5 La dette publique.....................................................................................................................................25
3. LA BALANCE DES PAIEMENTS.................................................................................................................25
3.1. ESTIMATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS POUR L’ANNÉE 2019....................................25
3.1.1. Evolution de la balance courante..............................................................................................................25
3.1.2. Evolution du compte de capital et du compte financier................................................................................26
3.2. PRÉVISIONS DE LA BALANCE DES PAIEMENTS POUR L’ANNÉE 2020......................................26
3.2.1. Evolution de la balance courante..............................................................................................................27
3.2.2. Evolution du compte de capital et du compte financier................................................................................28
4. LA SITUATION MONETAIRE.....................................................................................................................28
4.1. ÉVOLUTION DE LA SITUATION MONÉTAIRE EN 2019...................................................................28
4.1.1. Les avoirs extérieurs nets........................................................................................................................28
4.1.2. Le crédit intérieur....................................................................................................................................28
4.1.3. La masse monétaire................................................................................................................................28
4.2. PERSPECTIVES D’ÉVOLUTION DE LA SITUATION MONÉTAIRE EN 2020................................29
4.2.1. Les avoirs extérieurs nets........................................................................................................................29
4.2.2. Le crédit intérieur....................................................................................................................................29
4.2.3. La masse monétaire................................................................................................................................29
ANNEXES..............................................................................................................................................................31

2
RÉSUMÉ
Dans son rapport sur les perspectives de l’économie mondiale de juillet 2019, le Fonds
monétaire international (Fmi) table sur une croissance du PIB mondial de 3,2% en 2019 contre 3,6% en
2018. Cette hausse reflète l’accélération de la croissance aux Etats-Unis ainsi que la bonne tenue de
l’activité économique dans les grands pays émergents surtout l’Inde et la Chine. Dans les pays
avancés, la croissance économique est attendue à 1,9% en 2019, soit une légère décélération
comparativement à 2018 dont le niveau d’activité est estimé à 2,2%. Aux Etats-Unis, la croissance
resterait vigoureuse en 2019 pour s’établir à 2,6% contre 2,9% en 2018, à la faveur, notamment, de la
vigueur des exportations et de l’accumulation des stocks. Dans la zone euro, le taux de croissance est
attendu à 1,3% en 2019, soit un ralentissement qui s’explique par la baisse de la demande extérieure
adressée à l’Allemagne. L’activité dans les pays émergents et en développement devrait s’établir à
4,1% en 2019, en liaison avec l’impact des droits de douanes sur le commerce et l’investissement. En
Afrique subsaharienne, le taux de croissance est attendu à 3,4% en 2019, à la faveur d’une hausse des
prix du baril du pétrole, quoique volatile, ont contribué à renforcer la croissance des pays exportateurs
de pétrole (Angola, Nigéria, etc.).
Au plan intérieur, au regard de l’évolution de l’environnement international et de la conjoncture
intérieure, l’activité économique devrait ralentir en 2019. En effet, le taux de croissance du PIB réel est
prévu à 6,0%, contre 6,7% en 2018. Ce ralentissement est expliqué par l’évolution au niveau de
certaines branches d’activité, notamment, les extractives, la construction, le transport, les services
d’hébergement et de restauration et les « activités spécialisées, scientifiques et techniques ».
Du côté des prix, l’inflation mesurée par le déflateur du PIB, est projetée à 1,1% en 2019 contre
une estimation de 0,6% en 2018. Cette évolution des prix traduirait la progression de ceux des matières
premières sur le marché international conjuguée à la vigueur de la demande intérieure. En moyenne sur
les huit (08) premiers mois de 2019, l’inflation mesurée par l’IHPC est ressortie à 1,0%
comparativement à la même période de 2018.
En 2019, l’évolution de la gestion budgétaire serait marquée par les orientations de l’Etat dans
le cadre de la poursuite de la mise en œuvre du PSE et des engagements souscrits à travers le
programme économique et financier. Cette situation devrait se traduire par un renforcement du
recouvrement des recettes à la faveur de l’élargissement progressif de l’assiette fiscale et du
renforcement du contrôle, d’une part, et d’autre part, par la maîtrise des charges de fonctionnement
ainsi que la priorisation des dépenses d’investissement. Globalement, le déficit budgétaire, dons
compris, est attendu à 534,1 milliards, soit 3,8% du PIB en fin 2019, contre 477,5 milliards (3,7% du
PIB) en 2018.

3
Pour ce qui est des échanges avec l’extérieur en 2019, ils devraient être marqués par une
détérioration du déficit du compte courant de 52,7 milliards. Ce déficit serait partiellement financé par
l’excédent du compte financier et, par conséquent, le solde global de la balance des paiements
afficherait un déficit de 88,5 milliards.
S’agissant de la situation monétaire en 2019, elle devrait se traduire une diminution des avoirs
extérieurs nets (-88,5 milliards), un accroissement des créances intérieures (+354,9 milliards) et une
expansion de la masse monétaire (+202,3 milliards).
En 2020, l’activité économique devrait rester dynamique et se maintenir sur un sentier de
croissance de plus de 6%, à la faveur d’un environnement interne plus favorable, mais également grâce
aux investissements structurants dans le cadre de la poursuite de l’exécution des projets et
programmes du PSE inscrits dans sa deuxième phase de Plan d’actions prioritaire pour la période
2019-2023. La consolidation des acquis à travers les réformes et le renforcement du climat des affaires
contribueraient à maintenir le dynamisme de l’activité économique. Globalement, le taux de croissance
du PIB réel est projeté à 6,8% en 2020, contre 6,0% en 2019, soit un gain de 0,8 point de pourcentage.
S’agissant de l’inflation, mesurée par le déflateur du PIB, elle est projetée à 1,1% en 2020, soit
au même niveau qu’en 2019.
Au titre des finances publiques, la loi de finances initiale (LFI) au titre de l’année 2020 a été
conçue dans un contexte marqué, d’une part, par la consolidation du rythme de croissance économique
à la faveur des ambitieux programmes de développement économique mis en œuvre dans le cadre de
la seconde phase du PSE, et d’autre part, par les défis majeurs en terme de renforcement du
recouvrement des ressources internes avec la nouvelle stratégie de recouvrement des recettes à
moyen terme. Au total, le déficit budgétaire est projeté à 450,5 milliards, soit 3,0% du PIB en 2020,
contre un objectif de déficit de 533,9 milliards (3,8% du PIB) prévu au titre de la LFR 2 de l’année 2019.
Au titre des échanges avec le reste du monde, le compte courant devrait ressortir, en 2020, en
déficit de 1368,3 milliards, soit 9,1% du PIB. L’excédent du compte financier (+1002,8 milliards)
couvrirait partiellement le besoin de financement (-1276,3 milliards). Par conséquent, le solde global de
la balance des paiements ressortirait en déficit de 92,0 milliards en 2020.
Enfin, s’agissant de la situation monétaire en 2020, la masse monétaire augmenterait de 10,7%
avec une diminution des avoirs extérieurs nets (-92,0 milliards) et une augmentation des créances
nettes sur l’administration centrale (+204,1) et des créances sur l’économie (+469,6 milliards).

4
ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

5
Dans son rapport sur les perspectives de l’économie mondiale de juillet 2019, le Fonds
monétaire international (Fmi) table sur une croissance du PIB mondial de 3,2% en 2019 contre 3,6% en
2018. Cette hausse reflète l’accélération de la croissance aux Etats-Unis ainsi que la bonne tenue de
l’activité économique dans les grands pays émergents surtout l’Inde et la Chine.
Dans les pays avancés, la croissance économique est attendue à 1,9% en 2019, soit une
légère décélération comparativement à 2018 dont le niveau d’activité est estimé à 2,2%. Aux Etats-
Unis, la croissance resterait vigoureuse en 2019 pour s’établir à 2,6% contre 2,9% en 2018, à la faveur,
notamment, de la vigueur des exportations et de l’accumulation des stocks. Dans la zone euro, le taux
de croissance est attendu à 1,3% en 2019, soit un ralentissement qui s’explique par la baisse de la
demande extérieure adressée à l’Allemagne.
L’activité dans les pays émergents et en développement devrait s’établir à 4,1% en 2019, en
liaison avec l’impact des droits de douanes sur le commerce et l’investissement. En effet, la croissance
en Chine est prévue à 6,2% en 2019 malgré les effets néfastes de l’escalade des droits de douanes et
de l’affaiblissement de la demande extérieure. En 2019, en Inde, la croissance est projetée à 7,0% ; une
situation qui s’explique par une dégradation des perspectives de la demande intérieure. En Afrique
subsaharienne, le taux de croissance est attendu à 3,4% en 2019, à la faveur des prix du baril du
pétrole, quoique volatile, ont contribué à renforcer la croissance des pays exportateurs de pétrole
(Angola, Nigéria, etc.).
En perspectives, l’activité économique mondiale devrait s’accélérer en 2020, malgré les
tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Globalement, la croissance mondiale s’établirait
à 3,5% en 2020, portée par le regain d’activité dans les pays émergents et en développement (+4,7%)
et, dans une moindre mesure, dans les pays avancés (+1,7%).
Dans les pays émergents et en développement, la croissance serait tirée, essentiellement par
la Chine et l’Inde avec des taux respectifs de 6,0% et 7,2% en 2020. En Afrique subsaharienne, les
perspectives de croissance demeurent favorables avec une progression de l’activité économique
prévue à 3,6% en 2020 en liaison avec le Nigéria (+2,6%) et l’Afrique du Sud (+1,1%).
Les perspectives de croissance dans les pays avancés ressortiraient à 1,7% en 2020 contre
1,9% en 2019, expliquée, en partie, par le ralentissement de l’activité économique de la zone euro,
notamment, en Espagne (+1,9% contre 2,3% en 2019). Aux Etats-Unis et au Japon, l’activité
économique devrait également décélérer en 2020 pour se situer respectivement à 1,9% et 0,4%, après
2,6% et 0,9% en 2019. Par ailleurs, au Royaume-Uni, un regain de dynamisme est attendu avec une
croissance prévue à 1,4% malgré l’incertitude qui plane sur le Brexit.

6
S’agissant du commerce international, il est marqué en 2019 par des tensions entre les Etats–
unis et la Chine, qui pèse entre autre sur l’investissement. Cette situation augure de perspectives
moroses aux yeux des chefs d’entreprises. Globalement, le volume du commerce mondial devrait
s’établir à 2,5% en 2019, soit un recul de 1,2 point de pourcentage en raison de la décélération du
rythme des échanges des pays émergents et en développement (2,9% en 2019 contre 4,7% en 2018)
et des pays avancés (2,2% en 2019 contre 3,1% un an plus tôt). Le dynamisme du commerce
international devrait se relancer en 2020 (3,7% 2020 contre 2,5% en 2019), en liaison, principalement,
avec les économies des pays avancés.
En ce qui concerne les matières premières, les cours devraient se replier en 2019. Les cours
des matières premières hors combustibles s’inscriraient en baisse de 0,6% en 2019 contre un
accroissement de 1,6% en 2018. Le cours du baril de pétrole (WTI) ressortirait en baisse de 4,1% pour
se situer à 65,52 dollars en 2019. En 2020, les cours du pétrole devraient poursuivre leur tendance
baissière (-2,5%) tandis que ceux des matières premières hors combustibles, augmenteraient
légèrement, en moyenne de 0,5%.
Au plan international, l’évolution des prix a été influencée, entre autres, par la hausse des cours
du baril, atténuée par la baisse des coûts modérés du fait de la croissance timide des salaires dans de
nombreux pays. Globalement, les prix à la consommation sont attendus en hausse de 1,6% en 2019
contre 2,0% un an auparavant dans les pays avancés. De même, dans les économies émergentes et
en développement, l’inflation s’établirait à 4,8% en 2019, soit au même niveau qu’en 2018. En 2020, le
niveau général des prix devrait augmenter à 2,0% et 4,7% respectivement dans les pays avancés et
dans les économies émergentes et en développement.
Quant au marché financier international, il serait particulièrement marqué en 2019 par le
durcissement des conditions financières favorisé par des tensions commerciales entre les Etats-Unis et
la Chine. L’année 2019 a été également marquée par les inquiétudes suscitées par la fermeture de
l’administration qui a davantage pesé l’état d’esprit des marchés financiers. A ce titre, les banques
centrales ont adopté une approche prudente, toutefois, la réserve fédérale américaine a relevé la
fourchette cible du taux des fonds fédéraux de 2,25% à 2,5% et ce rythme devrait être plus progressif
en 2020. La banque européenne, pour sa part, a mis fin aux achats d’actifs nets depuis l’année
dernière, tout en poursuivant sa politique accommodante sans hausse du taux directeur.

7
1- CROISSANCE ET COMPÉTITIVITÉ
1.1. ESTIMATION DES RESSOURCES ET EMPLOIS DU PIB EN 2019

1.1.1. Les ressources du PIB


L’année 2019, première année d’exécution du PAP II (2019-2023) du PSE, devrait être
marquée par la consolidation de la mise en œuvre des projets ainsi que des réformes. Au regard de
l’évolution de l’environnement international et de la conjoncture intérieure, l’activité économique devrait
ralentir en 2019.
Globalement, le taux de croissance du PIB réel est prévu à 6,0%, contre 6,7% en 2018. Ce
ralentissement est expliqué par l’évolution au niveau de certaines branches d’activité, notamment, les
extractives, la construction, le transport, les services d’hébergement et de restauration et les «  activités
spécialisées, scientifiques et techniques ».
Graphique 1 : Evolution du Taux de croissance
8.0% 7.4%
7.0% 7.1% 7.2%
6.0% 6.9% 7.0%
5.0% 6.8%
6.7%
4.0% 6.6%
3.0% 6.4% 6.4%
2.0% 6.2%
1.0% 6.0%
0.0% 5.8%
2016 2017 2018 2019

Secteur secondaire Secteur tertiaire Croissance PIB


Source : DPEE
En 2019, l’activité dans le secteur primaire resterait dynamique, sous l’impulsion des sous-
secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche. Ainsi, l’activité est attendue en progression de
7,2% contre 7,9% en 2018, soit un ralentissement de 0,7 point de pourcentage.
En effet, l’activité agricole est projetée en ralentissement en 2019, dans un contexte d’attente
du démarrage de la mise en œuvre du PRACAS II mais également à cause des niveaux de productions
records enregistrés les années précédentes. Certains objectifs visés par le PRACAS I (2014-2018) ont
été largement atteints, notamment ceux portant sur les productions arachidière et horticole. Le riz, pour
sa part, a atteint un taux de réalisation des objectifs de 63,2%. L’activité agricole tirerait également profit
des investissements déjà réalisés dans le secteur et du renforcement de la productivité agricole favorisé
par la reconstruction du capital semencier et des emblavures existantes. Les objectifs fixés pour la

8
prochaine campagne agricole tablent sur une production de plus de 4 millions de tonnes de céréales
dont 1 200 000 tonnes pour le riz paddy. Pour ce qui est de la production d’arachide, elle est attendue à
plus de 1 500 000 tonnes en 2019. La production horticole devrait se consolider à plus de 1 500 000
tonnes, dont 460 000 tonnes d’oignons et 160 000 tonnes de pommes de terre. Au total, le sous-secteur
de l’agriculture et activités annexes devrait se conforter de 6,4% en 2019 contre 9,1% en 2018.
S’agissant du sous-secteur de l’élevage et de la chasse, l’activité se maintiendrait à 7,7% en
2019, soit une progression de 0,8 point de pourcentage par rapport à l’année précédente. L’activité se
raffermirait avec le renforcement de l’abattage contrôlé et le développement de l’aviculture. La
production de lait poursuivrait son élan, en relation avec la baisse envisagée sur la fiscalité intérieure
des produits laitiers mais également grâce au programme national d’insémination artificielle et à
l’importation d’animaux de race pure, face à une forte progression de la demande. En outre, la
production d’œufs et de volaille maintiendrait une orientation favorable pour répondre à la demande
locale.
Pour ce qui concerne le sous-secteur de la pêche, l’activité profiterait du maintien de l’agrément
à l’exportation des produits halieutique, lequel constitue un poste principal de rentrée de devises. En
termes de production, une progression des débarquements est attendue en 2019 avec la mise en
vigueur des accords de pêche avec la Mauritanie qui profiteraient davantage aux acteurs de la zone de
Saint-Louis. Ces accords seront renforcés avec les perspectives d’élargissement aux autres pays de la
sous-région, notamment la Guinée Bissau, en plus de l’adoption du code de la pêche continentale pour
renforcer la réglementation. Par ailleurs, la contribution de l’aquaculture se renforcerait avec
l’accroissement du nombre de fermes piscicoles dans plusieurs zones du pays, notamment, à Louga et
Kolda, pour répondre à la demande intérieure, dans un contexte de rareté de la ressource halieutique
liée en grande partie à la surexploitation. Globalement, l’activité du sous-secteur de la pêche se
maintiendrait en hausse de 13,9% en 2019 contre 3,3% en 2018.
Dans le secteur secondaire, il est attendu un renforcement des activités, en liaison, notamment,
avec la vigueur de la construction en phase avec l’exécution d’importants projets structurants inscrits
dans la phase II du PSE mais aussi l’amélioration de l’offre d’énergie attendue à travers le programme
MCC. Globalement, le secteur secondaire est projeté en hausse de 6,0% en 2019, contre une
estimation de 6,9% en 2018. La croissance du secteur secondaire serait soutenue, singulièrement, par
les activités extractives, la fabrication de produits agro-alimentaires, les matériaux de construction et les
BTP et la fabrication de produits chimiques.
S’agissant des activités extractives, les bonnes performances des Industries Chimiques du
Sénégal (ICS), en liaison avec la forte demande de phosphate, augurent de bonnes perspectives, en
sus du dynamisme de l’exploitation des phosphates de Matam. La production d’or devrait également se

9
conforter du fait de l’exploitation d’une nouvelle mine dans la zone de Kédougou. Par ailleurs,
l’exploitation du zircon poursuit une tendance favorable. Au total, les activités extractives sont attendues
en hausse de 7,2% en 2019 contre 8,2% en 2018.
L’activité de fabrication de produits agro-alimentaires est projetée à 8,5%, tirée par la fabrication
des corps gras alimentaires, qui devrait augmenter de 45,0% en 2019 en rapport avec le renforcement
du niveau de collecte des graines d’arachide prévu par les huileries. En effet, au premier semestre de
2019, les productions d’huile brute d’arachide (+106,1%) et d’huile raffinée d’arachide (+119,6%) ont
affiché de fortes hausses comparativement à la même période de l’année précédente. La
« transformation et conservation de poissons » devrait suivre le rythme des activités de l’élevage et de
la pêche et s’inscrirait en hausse de 4,5%. La tendance haussière dans la fabrication de produits agro-
alimentaires serait également confortée par le dynamisme de l’abattage (+5,9%), du « riz décortiqué et
de la farine » (+13,0%), de la fabrication de produits alimentaires à base de céréales n.c.a (+10,0%). La
fabrication de produits agro-alimentaires bénéficierait de la bonne tenue de la fabrication de produits
alimentaires céréaliers (+8,8% contre +3,2% en 2018), à la faveur des performances enregistrées dans
la fabrication d’aliments pour animaux (+8,8%) et la fabrication de « pains et pâtisseries » (+8,3%). Ce
dynamisme devrait être amoindri par la fabrication de produits à base de tabac (-18,5% contre -8,2% en
2018) ainsi que la fabrication de sucre et confiserie qui s’inscrirait en repli de 13,8%, sous l’effet de la
production de sucre qui ressort en baisse de 16,0% au premier semestre 2019 par rapport à la même
période un an auparavant.
Dans le sous-secteur de la construction, la vigueur des investissements publics se poursuivrait
avec, notamment, la finalisation du prolongement de la VDN II, le démarrage du projet de construction
d’autoroute de la Grande Côtière sur l’axe Dakar/Saint-Louis attendu en 2019 ainsi que les travaux
relatifs au TER. A cela s’ajoute le démarrage du Stade multifonctionnel de Diamniadio devant accueillir
les Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2022 et la poursuite d’importants programmes d’habitat incluant
des logements sociaux financés par le secteur privé au niveau de la nouvelle ville de Diamniadio. A ce
titre, l’activité de construction est attendue en progression de 11,2 % en 2019 contre une estimation de
18,6% l’année précédente.
Le dynamisme des activités dans les bâtiments et travaux publics (BTP) impacterait
positivement l’activité de fabrication des matériaux de construction, en raison de l’augmentation des
besoins en ciment. Ainsi, un regain de croissance est attendu dans le sous-secteur qui pourrait,
néanmoins, être atténué par les contrecoups de la concurrence sur le marché d’exportation de ciment
dans certains pays de la sous-région, notamment, en Gambie et au Mali, du fait essentiellement de la
multiplication des cimenteries dans la zone. Au total, la fabrication de matériaux de construction se
maintiendrait à 3,6%, soit un ralentissement de 1,7 point de pourcentage par rapport à l’année 2018.

10
Pour ce qui concerne le sous-secteur de l’énergie, l’activité est prévue en hausse, tirée par la
branche « électricité et gaz ». En effet, le sous-secteur est dans une perspective d’optimisation des
sources de production d’énergie et d’amélioration de la qualité de service, avec la mise en service des
nouvelles centrales en 2018. En plus du programme financier de la SENELEC qui reste sur une bonne
trajectoire, le secteur de l’énergie serait également accompagné d’un financement substantiel, dans le
cadre du programme Millenium Challenge Account (MCC) sur la période 2019-2023 qui vise, entre
autres, à diversifier les sources de production, à optimiser le parc et à maîtriser la demande en
électricité au Sénégal. Par ailleurs, la SENELEC ambitionne également d’importer de l’énergie
hydroélectrique, à travers son programme mix-énergique (environ 48MW) pour renforcer la disponibilité
de l’énergie et répondre à la demande. La branche « électricité et gaz » est ainsi attendue en
progression de 3,5% en 2019. Pour ce qui est de la branche « Eau, assainissement et traitement des
eaux », elle se conforterait de 7,6%, en tirant profit, notamment, du programme d’amélioration du cadre
de vie et du renforcement des investissements de l’Etat pour améliorer le débit de la production d’eau à
travers le projet des forages de Tassette visant à renforcer l’alimentation en eau de la ville de Dakar. S’y
ajoute l’appui considérable de l’OFOR dans le monde rural en termes de mise en service et de
réhabilitation de forages.
Dans la fabrication de produits chimiques de base, l’activité demeurerait sur une bonne
trajectoire de croissance, reflétant la disponibilité du phosphate grâce aux investissements destinés à
améliorer la production des ICS afin de répondre à la demande. Ainsi, la production d’acide
phosphorique essentiellement exporté vers l’Inde et celle d’engrais pour répondre aux besoins des
objectifs fixés dans PRACAS II seraient renforcées. Au total, le sous-secteur de la fabrication des
produits chimiques de base est projeté en hausse de 4,8% en 2019, après une progression estimée à
8,7% l’année précédente. Les autres sous-secteurs « savons, parfums et produits d’entretien »
(+12,6%) et « produits du caoutchouc et plastique » (+3,1%) devraient consolider la bonne orientation
de la fabrication de produits chimiques.
L’activité de raffinage afficherait une hausse de 1,0% en 2019 après la forte baisse enregistrée
en 2018 (-15,9%), dans un contexte de repli des cours du prix du baril du pétrole. En effet, sur les huit
(09) premiers de 2019, les cours du baril du pétrole brent ont baissé de 4,1%, se situant à 65,52 dollars
comparativement à la même période de l’année précédente.
Par ailleurs, la tendance haussière du secteur secondaire en 2019 serait, également, soutenue
par l’« égrenage de coton et fabrication de textiles » (+0,2% contre +1,0% en 2018), sous l’impulsion de
la branche « filature, tissage et anoblissement du textiles » et de celle de la fabrication d’articles
d’habillement. Toutefois, l’activité d’égrenage de coton qui est prévue en baisse en 2019 (-7,7%) en

11
raison essentiellement de la perte de compétitivité de la culture de coton au profit d’autres spéculations
devrait atténuer cette orientation favorable.
En revanche, le dynamisme global du secteur secondaire serait atténué par les
contreperformances notées dans certaines branches d’activités, notamment, la fabrication de produits
pharmaceutiques (-9,1% en 2019 contre +17,0% en 2018) et les autres produits manufacturés (-5,5%).
Globalement, le ralentissement du secteur secondaire affiché en 2018 devrait se poursuivre en
2019.
En 2019, l’activité du secteur tertiaire devrait rester vigoureuse. La croissance dudit secteur
ressortirait à 5,3%, soit une décélération de 1 point de pourcentage par rapport à 2018. Cette
orientation favorable reflèterait, principalement, la bonne tenue des activités de commerce, de
transports, financières et immobilières, en sus, de la bonne tenue attendue dans les
télécommunications et les services d’hébergement et de restauration.
Les activités commerciales se conforteraient, en 2019, profitant de la bonne tenue de la
demande, mais également du dynamisme de l’offre à la faveur du renforcement de la production
agricole et de l’élevage et de la vigueur attendue du secteur industriel. Ainsi, l’activité du commerce est
projetée en hausse de 5,0% en 2019, soit un ralentissement de 0,2 point de pourcentage par rapport à
l’année précédente.
S’agissant des services financiers, l’activité resterait vigoureuse parallèlement au dynamisme
de l’activité économique interne. Le sous-secteur est attendu en progression de 5,6% en 2019 contre
6,7% en 2018, sous l’effet de la bonne orientation du crédit bancaire. En effet, les hypothèses sur la
situation monétaire stipulent une hausse des créances nettes de l’administration centrale du fait de son
intervention sur le marché financier sous régional. Toutefois, le renforcement du capital de banques
pour répondre aux exigences des conventions de Bâle, conjugué à l’adoption d’un nouveau Plan
Comptable Bancaire (PCB) auraient amoindri les capacités de financement du secteur productif.
Le sous-secteur du transport devrait décélérer en 2019. Toutefois, la bonne dynamique du
transport routier et la bonne orientation des activités portuaires renforceraient l’activité du sous-secteur.
Le transport aérien devrait également profiter, en sus de la position confortable de l’aéroport de Dakar
(AIBD), de l’envol des activités de la compagnie aérienne Air Sénégal SA qui, en 2019, a commencé à
élargir sa desserte. Le transport ferroviaire, pour sa part, s’inscrirait en retrait en rapport avec les
désagréments causés par les travaux Train express régional (TER). Au total, le sous-secteur du
transport est attendu en hausse de 5,3%, soit un ralentissement de 6 points de pourcentage par rapport
à 2018.
S’agissant des services d’information et de communication, l’activité serait en hausse de 4,4%
en 2019 contre 4,8% en 2018. L’activité des services des télécommunications progresserait de 3,3% en

12
liaison avec les effets positifs de l’ouverture au marché aux deux fournisseurs d’accès à internet (FAI)
ainsi qu’au renforcement de l’offre de la téléphonie mobile. La dynamique des services des
télécommunications au premier semestre de 2019 devrait conforter l’évolution annuelle. Ainsi, la
téléphonie mobile qui est le segment le plus important de la sous-branche « télécommunications »,
avec un parc de 17.112.921 lignes, a enregistré une progression de 6,1%, au premier semestre de
2019, en glissement annuel. Le trafic de message texte (SMS) a progressé de 29,5% sur les six
premiers mois de 2019 comparativement à 2018. Par ailleurs, la téléphonie fixe s’est revigorée sur le
premier semestre pour atteindre 6,7%. Enfin, le parc internet, fort de ses 10.943.014 lignes, a progressé
de 9,4% sur les six premiers mois de 2019.
Concernant les activités immobilières, la croissance du sous-secteur est projetée en hausse de
8,1% en 2019 contre 8,9%, un an plus tôt, en phase avec l’orientation de la demande en logement. En
outre, l’aménagement de nouvelles zones à usage d’habitation à la périphérie de Dakar ainsi que les
projets de logements sociaux contribueraient au raffermissement des activités immobilières à court et
moyen termes.
Relativement aux services d’hébergement et de restauration, l’activité est projetée en hausse
de 4,6% en 2019 contre une estimation de 8,7% en 2018, soit une décélération de l’activité qui, en
particulier, reflèterait l’nticipation d’une relance future de l’activité touristique, à la faveur des mesures
d’accompagnement initiées par l’Etat pour lever les difficultés structurelles. L’activité devrait également
bénéficier du renforcement du tourisme d’affaires qui profite du regain du transport aéroportuaire avec
le démarrage des activités d’Air Sénégal SA, dans un contexte sécuritaire relativement meilleur.
Le secteur tertiaire bénéficierait aussi de la bonne tenue du sous-secteur des « services
spécialisés, scientifiques et techniques » qui devrait se stabiliser à 3,0% en 2019 contre 5,6% un an
plus tôt.
Pour ce qui des taxes sur les biens et services, elles afficheraient une hausse 8,1% en 2019
contre 6,2% en 2018. Cette bonne mobilisation des ressources est liée, notamment, au rapatriement
des taxes parafiscales et aux mesures nouvelles ainsi qu’au renforcement des stratégies de
recouvrement.
1.1.2. Les emplois du PIB
Concernant la demande en 2019, la consommation finale se maintiendrait en hausse de 5,7%,
soit 82,9% du PIB contre 83,3% en 2018. En conséquence, le taux d’épargne intérieure devrait se
raffermir et passer de 16,7% en 2018 à 17,1% en 2019.
L’investissement mesuré par la Formation Brute de Capital Fixe (FBCF), à la suite du
ralentissement relevé l’année précédente, enregistrerait un regain à la faveur de l’orientation favorable
de l’investissement privé. Ainsi, dans un contexte de poursuite des investissements structurants, la

13
FBCF s’accroitrait de 21,6 % contre 2,0 % en 2018, tirée essentiellement par le démarrage du PAP II du
PSE et celui du programme MCC avec un volet important dans le secteur de l’énergie. Par ailleurs,
l’investissement privé, à la faveur d’un environnment des affaire plus attratctif, profiterait de la
préférence accrue pour le privé national dans le PAP II du PSE. Au total, le taux d’investissement,
mesuré par la FBCF, est attendu à 26,2% en 2019 contre 25,1% en 2018.

Globalement, la demande intérieure se consoliderait, en termes réels, de 5,3% en 2019 contre


6,0% en 2018. S’agissant de la demande extérieure, les importations et les exportations de biens et
services sont attendues respectivement en hausse de 6,3% et 10,5% en 2019. Pour ce qui concerne
les exportations, elles seraient portées en 2019 par celles des produits halieutiques (+10,3%), des
produits horticoles (+11,6%) et de la fabrication de produits chmiques (14,1%). Les importations, pour
leur part, devraont être globalement soutenu par l’achat de produits pétroliers (+0,8%) et de produits
alimentaires (+33%) lesquels représentent près de 50% des importations du Sénégal en 2019.
1.1.3. Inflation
L’inflation, mesurée par le déflateur du PIB, est projetée à 1,1% en 2019 contre une estimation
de 0,6% en 2018. Cette évolution des prix traduirait la progression de ceux des matières premières sur
le marché international conjuguée à la vigueur de la demande intérieure.
Pour ce qui est du niveau général des prix, mesuré par l’indice national harmonisé des prix à la
consommation (INHPC), l’inflation est ressortie à 1,0% sur les huit (08) premiers mois de 2019
comparativement à la même période en 2018. Ce niveau d’inflation est à mettre en liaison avec la
hausse des prix des produits alimentaires (+1,2%), reflétant l’évolution des produits importés et locaux
qui se sont inscrits en hausse de 1,0% et 1,1%, respectivement. Dans ce sillage, l’inflation, mesurée par
l’Indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC), serait maintenue en deçà du seuil
communautaire de 3,0%, retenu dans le cadre de la surveillance multilatérale au sein de l’UEMOA.

1.2. PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES EN 2020

L’activité économique devrait rester dynamique et se maintenir sur un sentier de croissance de


plus de 6%, à la faveur d’un environnement interne plus favorable, mais également grâce aux
investissements structurants dans le cadre de la poursuite de l’exécution des projets et programmes du
PSE inscrits dans sa deuxième phase de Plan d’actions prioritaire pour la période 2019-2023. La
consolidation des acquis à travers les réformes et le renforcement du climat des affaires contribueraient
à maintenir le dynamisme de l’activité économique. Globalement, le taux de croissance du PIB réel est
projeté à 6,8% en 2020, contre 6,0% en 2019, soit un gain de 0,8 point de pourcentage. Cette
croissance serait à la fois tirée par les secteurs, primaire (+7,7%), secondaire (+5,9%) et tertiaire
(+6,2%).

14
1.2.1. Les ressources du PIB
Dans le secteur primaire, l’activité est attendue en hausse de 7,7% en 2020 contre 7,2% en
2019, tirée, essentiellement, par les sous-secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche. Le
secteur primaire contribuerait à 1,3% à la croissance du PIB réel en 2020.
En effet, pour ce qui est du sous-secteur agricole et des activités connexes, les acquis
devraient se consolider avec le renforcement de la production des principales spéculations à savoir le
riz, l’arachide, le mil-sorgho et les produits horticoles, notamment, l’oignon, la pomme de terre. Dans ce
contexte également, l’accent serait particulièrement mis sur le maintien des actions au profit du sous-
secteur en termes de mise à disposition d’intrants de qualité et à bonne date ainsi que de la facilitation
de l’accès des producteurs aux matériels agricoles pour rehausser la productivité agricole. L’effectivité
des réalisations des PRODAC1, contribuerait en outre à améliorer la productivité des facteurs dans
l’agriculture. Aussi, le renforcement de la maîtrise de l’eau à travers, entre autres, les aménagements
hydro-agricoles dans le Delta du fleuve Sénégal et la vallée de l’Anambé, constitueraient un atout
conséquent dans la réalisation des objectifs de production de riz et des produits horticoles. Au total, la
croissance de l’agriculture et des activités annexes est projetée à 8,2% en 2020 contre 6,4% en 2019.
L’activité d’élevage, pour sa part, se renforcerait de 6,7% en 2020 contre 7,7% un an
auparavant. Le sous-secteur bénéficierait de l’amélioration de la santé animale à travers la protection
zoo sanitaire, avec un accent particulier sur le contrôle et l’éradication de la peste des petits ruminants
(PPR) pour laquelle le Sénégal, à l’instar des autres pays du monde, s’est engagé pour 2025. En outre,
l’activité d’élevage s’appuierait sur le pastoralisme, à travers, singulièrement, l’amélioration de la
disponibilité des ressources pastorales (eau, pâturages), le renforcement des réalisations en termes
d’infrastructures et d’équipements pastoraux et l’adoption du code pastoral afin de mieux maîtriser la
production animale.
S’agissant du sous-secteur de la pêche, la stratégie des autorités est articulée, d’une part,
autour de la gestion durable des ressources halieutiques et de la restauration des habitats marins pour
améliorer la reproduction et, d’autre part, autour du développement de l’aquaculture et de la valorisation
de la production halieutique, pour lesquels il est attendu : (i) finaliser et d’adopter le projet de loi portant
code de la pêche continentale et de son décret d’application ; (ii) poursuivre le projet de la plateforme
sécuritaire de géolocalisation des embarcations de pêche ; (iii) adopter le code de l’aquaculture et son
décret d’application et (iv) rechercher le financement du programme d’intégration des pêcheurs artisans
et des jeunes diplômés dans l’aquaculture. Le sous-secteur de la pêche devrait également tirer profit du
renouvellement des licences de pêche, essentiellement dans la zone de Saint-Louis. Ainsi, le sous-

1
Programme des Domaines Agricoles Communautaires (PRODAC)
15
secteur afficherait une dynamique à la hausse de 8,1% en 2020 après la forte croissance prévue en
2019 (+13,9%).
Dans le secteur secondaire, l’activité resterait vigoureuse en 2020, à la faveur de la poursuite
de l’exécution des projets structurants du PSE et de la vigueur des industries en rapport avec la mise en
œuvre du PAP II de la stratégie d’émergence. Le secteur tirerait profit de la bonne orientation des
activités des extractives, de la fabrication des produits agro-alimentaire, des industries chimiques, de
l’énergie et de la construction. L’activité du secteur secondaire est, ainsi, attendue en hausse de 5,9%
en 2020 contre 6,0% en 2019, soit une contribution de 1,2 point de pourcentage à la croissance du PIB
réel.
Au titre de l’année 2020, les activités extractives se maintiendraient en hausse de 7,0%, en
liaison avec le développement de la filière phosphate/fertilisant. En effet, les ICS devront renforcer leur
production compte tenu des difficultés enregistrées en 2019 sur la chaîne de transport vers le port de
Dakar, engendrées par les travaux d’aménagement du TER. La finalisation des travaux du TER devrait
donc faciliter le transport des produits des ICS par la voie ferroviaire. Par ailleurs, la production de
phosphates devrait également se renforcer suite aux performances attendues de la transformation de la
petite mine de Gadde Bissik en grande mine après la découverte de ressources dudit produit estimées
à 42 millions de tonnes. Dans le même sillage, la SOMIVA devrait atteindre sa pleine capacité de
production (1.000.000 tonnes de phosphate). Pour ce qui est de la production de zircon, une
accélération est attendue en 2020, avec le démarrage de l’exploitation dans les mines de Niafrang.
Concernant la production d’or, elle se conforterait grâce à l’exploitation de nouveaux gisements,
notamment, ceux de Karakaena et de Makabingui. L’encadrement des activités d’orpaillage conforterait
aussi la production d’or.
Dans la construction, l’activité serait marquée par la poursuite de l’exécution des grands travaux
de l’État, en l’occurrence, l’autoroute de la Grand Côtière sur l’axe Dakar-Saint Louis, la finalisation de
la Voie de Dégagement Nord, la poursuite des aménagements du pôle urbain de Diamniadio ainsi que
les programmes d’habitat social. Par ailleurs, la construction d’un stade olympique et d’hôtels de
proximité à Diamniadio en perspectives des Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ 2022) devrait
conforter l’activité des BTP. A cet effet, le sous-secteur s’inscrirait en hausse de 8,7% en 2020 contre
une hausse de 11,2% en 2019. En liaison avec l’évolution des BTP, le sous-secteur des matériaux de
construction, pour sa part, devrait rester dynamique pour répondre à la demande intérieure, notamment
en profitant du démarrage des travaux d’aménagement des plateformes dans le cadre de l’exploitation
des ressources pétrolière et gazière. Au total, l’activité des matériaux de construction se maintiendrait
en hausse de 3,6% en 2020.

16
Pour ce qui est du raffinage de pétrole, l’activité est attendue en hausse de 3,0% en 2020 dans
un contexte de faible repli des cours du baril de pétrole. En effet, les dernières prévisions du FMI (juillet
2019) tablent sur une baisse du cours du baril de 2,5% en 2020, soit aux environs de 60 dollars le baril.
Ce repli devrait être profitable à l’activité de raffinage à travers un renforcement des importations
d’huiles brutes de pétrole.
Dans la fabrication de produits chimiques de base, l’activité se consoliderait avec une
croissance attendue à 4,9% en 2020, à la suite du ralentissement enregistré en 2019 en liaison avec les
travaux du TER contraignant le transport des produits des ICS. Le niveau de production d’acide
phosphorique et d’engrais devrait s’accroître grâce à une bonne disponibilité du phosphate. La
production d’engrais, pour sa part, serait, en partie, revigorée par les bonnes perspectives dans
l’agriculture, sous l’hypothèse de renforcement de la mise à disposition des intrants aux producteurs par
l’Etat. Par ailleurs, la fabrication de produits pharmaceutiques, pour sa part, afficherait une reprise de
2,0% après le repli de 9,1% en 2019 et l’activité dans la branche « savons, parfums et produits
d’entretien » également se maintiendrait sur une bonne dynamique avec une hausse de 12,7%
attendue en 2020.
S’agissant de la fabrication de produits alimentaires, elle ressortirait en hausse de 9,1% après
la forte croissance réalisée en 2019 (+16,8%). Ce dynamisme serait soutenu par l’activité des corps
gras alimentaires qui croîtrait de 15,5% à la faveur des mesures prises par les autorités pour un meilleur
encadrement de la collecte de graines d’arachide et de la poursuite du redressement de SONACOS SA
afin d’améliorer la production et la consommation d’huile d’arachide sur le marché intérieur. Dans le
même sillage, les sous-secteurs de la fabrication du riz décortiqué et farines progresseraient de 8,3%
en 2020, en tirant profit du bon comportement de production de riz, toujours dans l’optique
d’autosuffisance avec la mise en œuvre du PRACAS 2. L’activité de transformation et de conservation
de viande se maintiendrait à 5,9% en 2020 en raison du dynamisme attendu dans le secteur de
l’élevage et les mesures de lutte des abattages clandestines. La fabrication de sucre et celle de produits
alimentaires céréaliers, en ce qui leur concerne, contribueraient au raffermissement des industries
alimentaires avec des hausses respectives de 11,6% et 8,5%.
Dans le sous-secteur de l’électricité, la réhabilitation des capacités de production de SENELEC
sera poursuivie ainsi que l’élargissement du réseau de production d’électricité et de distribution, en
particulier dans le monde rural, à travers le nouveau compact du Millenium Challenge Corporation
(MCC). Le sous-secteur bénéficierait, par ailleurs, des avancées dans le domaine des énergies
renouvelables ainsi que de l’amélioration de la qualité de service. La SENELEC devrait également
réceptionner la centrale de Malicounda d’une capacité de 120 MW pour améliorer sa production. Ainsi,
le sous-secteur « électricité et gaz » devrait ressortir en hausse de 5,9% en 2020 contre 3,5% en 2019.

17
Dans le domaine de l’eau et du traitement des déchets, le niveau de production se conforterait,
sous l’effet des investissements visant à rehausser davantage l’offre. La production de cette branche
devrait également se renforcer avec la mise en service de nombreux forages dans le monde rural en
rapport avec le PUDC ainsi que le programme Promo-Villes visant à améliorer l’assainissement. Par
ailleurs, avec le renforcement de la production d’énergie, en vue, les pertes dues à la vestuister du
réseau devraient sensiblement se réduire et, ainsi, assurer une meilleure continuité du service. Dans ce
contexte, le sous-secteur est, globalement, projeté en hausse de 7,7% en 2020, contre 7,6% en 2019.
Dans le secteur tertiaire, l’activité resterait vigoureuse en liaison avec la bonne orientation du
secteur primaire et le dynamisme attendu dans le secteur secondaire. Le secteur tertiaire progresserait
de 6,3% en 2020 contre une prévision de 5,3% en 2019, pour une contribution attendue de 2,8 points
de pourcentage à la croissance du PIB. L’essentiel des branches d’activités contribueront au
renforcement du dynamisme attendu dans le secteur tertiaire, en particulier, les activités de commerce,
de transports ainsi que les services financiers et les services d’hébergement et de restauration.
Les activités commerciales resteraient en hausse de 6,4%, sous l’effet d’un raffermissement de
la demande, dans un environnement marqué par un regain d’activité des secteur primaire et secondaire
mais également par une faible progression des prix intérieurs.
Pour ce qui est du sous-secteur des transports, l’activité devrait profiter de la dynamique dans
l’industrie et du commerce, notamment au sein de sa composante ferroviaire avec l’exploitation
commerciale du TER attendue au premier trimestre 2020. Cette situation permettrait aussi de renforcer
le trafic des produits des ICS vers le Port de Dakar. Par ailleurs, la poursuite de la modernisation du
Port Autonome de Dakar qui fait face à une forte concurrence dans la sous-région contribuerait à
l’amélioration des activités aéroportuaires. Au niveau du transport routier, le secteur continue de
bénéficier d’importants financements publics pour répondre à la demande de service de qualité,
principalement, avec le relévement de l’âge des véhicules importés. En outre, la poursuite de
l’élargissement du réseau routier avec la mise en service des autoroutes, en plus du renouvellement du
parc automobile, l’activité devrait répondre à la forte demande qui lui est adressée. Le transport aérien,
pour sa part, bénéficierait du dynamisme et des perspectives d’élargissement de la nouvelle compagnie
Air Sénégal SA qui viserait en plus d’augmenter sa flotte, de desservir d’autre lignes notamment celle
de Dakar-New York. Cette composante bénéficierait du programme hub aérien, en plus du projet de
développement du tourisme et des entreprises (PDTE) en cours de réalisation. Au total, la croissance
du sous-secteur des transports est attendue à 8,8% en 2020 contre 5,3% en 2019.
En ce qui concerne les services d’hébergement et de restauration, la relance observée à partir
de 2016 devrait se poursuivre grâce, notamment, à l’accompagnement de l’Etat visant à rendre le
tourisme plus compétitif, singulièrement, à travers la mise en œuvre du PDTE visant en particulier à

18
réhabiliter le balnéaire dans la zone de Saly. Le Sénégal offre de nouvelles perspectives touristiques,
via essentiellement le tourisme d’affaires et sportif à la faveur de la disponibilité actuelle
d’infrastructures modernes de standard international. A court et moyen termes, en sus de la
réhabilitation des aéroports régionaux, l’installation des nouvelles stations balnéaires de Mbodjiène et
de Pointe Sarène ainsi que la promotion de la destination « Casamance » visant également à
développer le micro-tourisme permettront de rehausser l’activité du sous-secteur. Au total, la croissance
du sous-secteur est projetée en hausse de 5,2% en 2020.
Quant aux services financiers et d’assurance, ils tireraient profit du dynamisme de l’économie
afin de répondre à la demande dont celle en produits d’assurance en rapport avec le l’expansion du
secteur agricole et industriel, mais également avec le développement du transport. Par ailleurs, avec le
retour progressif de l’Etat sur le marché financier intérieur depuis 2019, de bonne perspectives sont
attendues sur le marché bancaire. Ainsi, le sous-secteur ressortirait en hausse de 6,5% en 2020, soit un
gain attendu de près d’un point de pourcentage par rapport à l’année précédente.
Les activités immobilières, pour leur part, resteront dynamiques avec une progression attendue
à 7,6% en 2020. Ce résultat serait lié à la poursuite des importants programmes en cours d’exécution,
notamment, dans la périphérie de Dakar, en l’occurrence dans les zones urbaines de Diamniadio et de
Lac Rose.
Par ailleurs, l’activité du secteur tertiaire profiterait également de la bonne tenue des services
d’information et de communication. En effet, la téléphonie mobile et l’internet mobile devraient se
maintenir sur une bonne tendance, à la faveur de la concurrence entre les différents opérateurs et de
l’élargissement de la licence 4G à tous les opérateurs. En outre, les télécommunications bénéficieraient
des services renforcés de nouveaux opérateurs dans la fourniture d’accès à Internet (FAI) et MVNO.
Ainsi, l’activité des services d’information et de communication est projeté à 5,0% en 2020, avec en
particulier un raffermissement des activités du sous-secteur des télécommunications avec une
croissance attendue en hausse de 3,6%.

1.2.2. Les emplois du PIB


Au titre de la demande finale, en 2020, la consommation finale se conforterait de 6,1% contre
5,7% l’année précédente, dans une contexte d’inflation faible et de croissance économique favorable.
Au total, la consommation finale représenterait 82,3% du PIB contre 82,9%, un an auparavant, ce qui
porterait le taux d’épargne intérieur à 17,7%, soit une amélioration de 0,6 point de pourcentage par
rapport à 2019.
L’investissement, mesuré par la Formation brute de capital fixe (FBCF), s’améliorerait
nettement pour s’établir à 30,9% du PIB en 2020 (contre 29,0% du PIB en 2019), traduisant également
le bon dynamisme des investissements dans l’économie. Ainsi, la FBCF progresserait de 12,3% en
19
2020, essentiellement portée par sa composante privée qui profiterait de la réalisation des zones
économiques spéciales, de l’amélioration de l’offre énergétique à travers la mise en œuvre du
programme MCC, du renforcement des IDE en relation avec les travaux de recherches et de mise en
œuvre des plateformes en perspective de l’exploitation du pétrole et du gaz prévue à partir de l’année
2022. En outre les IDE se renforceraient en 2020 de 11,5% dans un contexte d’amélioration de
l’environnement des affaires.
Globalement, la demande intérieure se consoliderait, en termes réels, de 5,7% en 2020 contre
5,3% en 2019. Du côté de la demande extérieure, les importations et les exportations de biens et
services sont projetées respectivement en hausse de 5,3% et 9,5% en 2020.
1.2.3. Inflation

L’inflation, mesurée par le déflateur du PIB, pour sa part, est projetée à 1,1% en 2020, soit au
même niveau qu’en 2019. Elle reste donc stable en dessous du seuil de 3%, retenu dans le cadre de la
surveillance multilatérale au sein de l’UEMOA.

20
2. LES FINANCES PUBLIQUES
2.1. EXERCICE BUDGÉTAIRE EN 2019

En 2019, l’évolution de la gestion budgétaire serait marquée par les orientations de l’Etat dans
le cadre de la poursuite de la mise en œuvre du PSE et des engagements souscrits à travers le
programme économique et financier. Cette situation devrait se traduire par un renforcement du
recouvrement des recettes à la faveur de l’élargissement progressif de l’assiette fiscale et du
renforcement du contrôle, d’une part, et d’autre part, par la maîtrise des charges de fonctionnement
ainsi que la priorisation des dépenses d’investissement. Globalement, le déficit budgétaire, dons
compris, est attendu à 533,9 milliards, soit 3,8% du PIB en fin 2019, contre 477,5 milliards (3,7%
du PIB) en 2018. Ce taux, qui reflète une déviation de 0,8 point de pourcentage par rapport à la
programmation initiale de 2019 (3% de déficit), s’explique pour 0,7 point de pourcentage par la
subvention complémentaire allouée à la SENELEC en liaison avec la régularisation du secteur de
l’électricité et 0,1 point du fait de la révision à la baisse du taux de croissance et du déflateur qui ont eu
un effet sur le PIB nominal.

2.1.1. Les Recettes budgétaires

Les ressources totales de l’État sont projetées en hausse de 16,8% (+407,5 milliards). Elles
devraient, ainsi, passer de 2425,5 milliards en 2018 à 2832,9 milliards pour la deuxième LFR de 2019.
Elles sont constituées de recettes budgétaires pour une valeur de 2561,5 milliards et des dons à
hauteur de 271,4 milliards.
Les recettes budgétaires sont projetées en hausse de 20,3%. Elles sont réparties en recettes
fiscales pour 2435,9 milliards et en recettes non fiscales pour 125,7 milliards. La bonne tenue des
recettes fiscales, en hausse de 23,3%, est imputable aussi bien aux impôts directs qu’aux impôts
indirects.
S’agissant des impôts directs, les performances sont attendues principalement dans le
recouvrement de l’impôt sur le revenu (432,3 milliards) et de l’impôt sur les sociétés (210 milliards), qui
devraient enregistrer des hausses respectives de 17,9% et 10,5% à la faveur, notamment, de la bonne
tenue de l’activité économique en 2018 et en 2019. Quant à l’IRVM/IRC, elle est projetée à 52,3
milliards, en augmentation de 26,4 % relativement à son niveau de 2018.
Au titre des impôts indirects, les taxes sur biens et services intérieurs (hors TVA à l’import) sont
projetées à 760,2 milliards, soit une hausse de 181,9 milliards (+31,5%). Cette situation reflète la bonne
dynamique observée sur les recouvrements au titre de la TVA intérieure hors pétrole, des taxes sur la
consommation hors pétrole, de la taxe spécifique sur le pétrole et de la taxe spéciale sur le ciment qui
devraient enregistrer des hausses respectives de 21,7%, 29,8%, 67,6% et 44,5% pour s’établir à 369,1

21
milliards, 77,1 milliards, 152,3 milliards et 20,2 milliards en 2019. Cette orientation bénéficierait
également de l’évolution favorable de la contribution pour le développement économique (CODEC)
attendue à hauteur de 26 milliards contre 20,7 milliards l’année précédente.
Au niveau du cordon douanier, les recettes sont projetées globalement à 854,6 milliards en
2019 contre 694,5 milliards en 2018, soit une augmentation de 160 milliards (+23%). Cette hausse
serait soutenue par la progression de 23,4% des taxes prélevées sur les produits hors pétrole,
attendues globalement à 691 milliards et répartis en TVA hors pétrole pour 378 milliards et en droits de
porte hors pétrole pour 312,8 milliards.
Concernant particulièrement les recettes pétrolières, elles ressortiraient globalement à 371,3
milliards contre 262,3 milliards en 2018, soit un bond de 41,5%. Toutefois, hors rapatriement du
prélèvement de soutien à l’énergie (PSE) et de la taxe d’usage de la route (TUR) projetées
respectivement à 30 milliards et 38,7 milliards en 2019, le montant des recettes pétrolières se situerait à
302,5 milliards et afficherait une hausse de 15,3%. Cette amélioration s’expliquerait, entre autres, par le
relèvement des prix des carburants opéré à la mi-2019 combiné à la détente notée sur le cours du baril
de pétrole.
Au total, la pression fiscale au titre de l’année 2019 devrait ressortir à 17,4% du PIB contre
15,3% observé un an auparavant, soit un gain de 2,1 point de pourcentage. Cette augmentation serait
le fait, du renforcement du dispositif en terme de contrôle du taux de défaillance, de la mobilisation des
acteurs mais également des avancées décisives en terme de modernisation de services (E-tax, Gaïndé
intégral) ainsi qu’à la mise en place des valeurs de correction au niveau du cordon. Toutefois, le ratio
resterait encore en-dessous du plancher communautaire fixé à 20%.

2.1.2. Les Dons

Les dons sont projetés à 271,4 milliards et sont constitués de dons budgétaires pour 31,4
milliards et des dons en capital projetés à 240 milliards. En 2019, les dons devraient enregistrer une
progression de 15 milliards (+5,8%) sous l’impulsion, notamment, d’un redressement des dons
budgétaires qui passeraient de 19,5 milliards à 31,4 milliards sur la période. Les dons en capital sont,
pour leur part, attendus en légère hausse de 1,3% en 2019 comparativement à l’année 2018.

2.1.3. Les dépenses

Les dépenses publiques sont prévues à 3367,1 milliards à fin 2019 contre 2902,9 milliards en
2018, soit un accroissement de 464,1 milliards (+16%). Cette évolution traduirait la poursuite des efforts
de l’Etat en terme de renforcements des investissements porteurs de croissance mais également par la
maîtrise des dépenses de fonctionnement, avec toutefois, la prise en charge des besoins du secteur de
l’énergie qui se situe dans une trajectoire décisive en termes de réformes.

22
En effet, les dépenses d’investissement devraient s’accroître de 281,1 milliards (+27,2%) pour
s’établir à 1313,4 milliards en 2019. Cette orientation est sous l’effet des dépenses d’investissement sur
ressources internes et celles sur ressources externes, projetées respectivement à 672,5 milliards et
640,9 milliards avec des hausses respectives de 30,7% et 23,8%. Le ratio «dépenses en capital sur
ressources internes rapportées aux recettes fiscales » ressortirait, ainsi, à 27,6% en 2019 traduisant la
poursuite de l’exécution des projets d’investissement structurants dans le cadre du PSE.
S’agissant des dépenses courantes, elles passeraient de 1870,7 milliards à 2053,7 milliards
entre 2018 et 2019, soit une hausse de 183 milliards (+9,8%). Cette situation traduit les effets
conjugués de la hausse des intérêts sur la dette (+3,8%), de la masse salariale (+9,1%) et des autres
dépenses de fonctionnement (+12%) qui s’établiraient respectivement à 273,2 milliards et 744,1
milliards et 1036,4 milliards. Les autres dépenses de fonctionnement sont tirées notamment par le
renforcement des subventions au secteur de l’électricité.
La progression des charges d’intérêts sur la dette serait imputable, principalement, à celle
intérieure qui passerait de 52,8 milliards en 2018 à 61,5 milliards en 2019. Ce relèvement s’expliquerait
notamment par le retour de l’Etat sur le marché financier sous régional. Quant aux dépenses de
personnel, pour leur part, elles sont prévues à 744,1 milliards en 2019 et enregistrerait un
accroissement de 62,1 milliards, en liaison avec le respect des engagements vis-à-vis, notamment, des
secteurs de la santé, de l’éducation et de la justice.

2.1.4. Le Financement
Le déficit budgétaire, projeté à 533,9 milliards, devrait être financé à travers des acquisitions
nettes d’actifs financiers pour un montant net de 166 milliards, issus des dépôts, ainsi que par une
accumulation de passifs à hauteur de 367,9 milliards.
Concernant les passifs, la partie extérieure devrait contribuer à hauteur de 567,7 milliards avec
des montants de prêts projets et de tirage de trésorerie à hauteur respectivement de 400,9 milliards et
398,9 milliards.

2.1.5 La Dette publique

L’encours de la dette publique totale est projeté à 7339,5 milliards en 2019 contre 7137,4
milliards en 2018, soit un léger accroissement de 2,8% contre une progression de 22%, un an
auparavant. Quant au ratio de l’encours de la dette publique par rapport au PIB, il ressortirait à 52,5%
en 2019 contre 54,7% du PIB en 2018.

23
2.2. PERSPECTIVES BUDGÉTAIRES EN 2020
La gestion budgétaire en 2020 sera caractérisée par la mise en œuvre de la nouvelle stratégie
de recouvrement des recettes à moyen terme et la poursuite de la rationalisation des dépenses
publiques dans un contexte de consolidation du rythme de croissance économique avec la seconde
phase du PSE. Elle marquera également une étape importante avec le démarrage de l’application du
budget programme et de la déconcentration de l’ordonnancement. En cohérence avec les orientations
budgétaires du programme économique et financier, le déficit budgétaire devrait passer de 533,9
milliards en 2019 (3,8% du PIB) à 450,5 milliards en 2020 (3% du PIB), soit une amélioration de 0,8
point de pourcentage en liaison avec les économies escomptées dans le cadre de la rationalisation des
dépenses de consommation publique (téléphonie, agences, etc.), le renforcement de la programmation
des investissements ainsi que les performances attendues du recouvrement des recettes.

2.2.1. Les Recettes budgétaires

Les recettes (ensemble des ressources au sens du MSFP 2001/14) sont projetées en hausse
de 10,2%, passant de 2832,9 milliards dans la deuxième LFR de 2019 à 3122,5 milliards en 2020. Elles
sont composées de recettes fiscales pour 2675 milliards, de dons à hauteur de 293,5 milliards et des
autres recettes pour 154 milliards dont 124 milliards de recettes non fiscales et 30 milliards de
ressources FSE.
La hausse des recettes serait tirée, notamment, par l’accroissement des impôts sur les biens et
services (+8,1%), des "impôts sur le commerce extérieur et les transactions internationales" (+26,7%) et
les "impôts sur le revenu, les bénéfices et gains en capital" (+6,8%). Au titre des impôts directs, l’impôt
sur les sociétés et l’impôt sur le revenu sont attendus respectivement à 441,7 milliards et 238,2 milliards
en 2020. Quant aux impôts sur les biens et services, ils seraient tirés essentiellement par les recettes
mobilisées au niveau de la TVA à l’importation (530,1 milliards) et les taxes sur la consommation de
produits pétroliers (190,4 milliards) avec des hausses respectives de 12,8% et 25%.
Globalement, la pression fiscale est attendue à 17,7% du PIB en 2020 contre 17,4% un an
auparavant. Cette progression traduit, entres autres, l’entrée en vigueur de la stratégie de recouvrement
des recettes à moyen terme, la politique d’élargissement de l’assiette fiscale ainsi que le renforcement
du contrôle et de l’interconnexion entre les régies.

2.2.2. Les Dons

Les dons devraient s’améliorer de 22,1 milliards, soit 8,1%, pour s’établir à 293,5 milliards en
2020 sous l’impulsion, notamment, des dons en capital et dans une moindre mesure des dons

24
budgétaires. En effet les dons en capital et les dons budgétaires devraient progresser respectivement
de 20,5 milliards et 1,6 milliard pour se situer respectivement 260,5 milliards et à 33 milliards.

2.2.3. Les dépenses


Les dépenses, constituées des charges et des acquisitions d’actifs non financiers sont, pour
leur part, projetées à 3572,5 milliards en 2020 contre 3367,1 milliards en 2019, soit une hausse de 6,1%
en valeur relative et 205,4 milliards en valeur absolue. Les charges progresseraient modérément de
2,8% tandis que les acquisitions d’actifs non financiers se renforceraient de 18%.
L’évolution modérée des charges résulterait de la progression observée sur les intérêts sur la
dette, la rémunération des salariés et les utilisations de biens et services, atténuée par la contraction
des subventions. En effet, les charges d’intérêts sur la dette publique (364,7 milliards) afficheraient une
hausse de 33,5% tandis que la masse salariale projetée à 817,7 milliards augmenterait de 9,9%, sous
l’effet de la poursuite des engagements de l’Etat vis-à-vis des organisations sociales. Quant aux
utilisations de biens et services, elles sont projetées en hausse de 12,4% pour s’établir à 437 milliards
en 2020.Toutefois, cette orientation des charges courantes serait atténuée par la réduction des
subventions qui passeraient de 325 milliards à 45,6 milliards en liaison avec les allocations importantes
au secteur de l’énergie en 2019 et qui devraient être moins importantes en 2020.
Quant aux charges, sous formes de dons, elles sont attendues à 860,4 milliards en 2020
réparties entre les dons courants (275,5 milliards) et les dons en capital (584,9 milliards)  ; elles
devraient s’accroître globalement de 12,9%. Les dons en capital correspondent à des investissements
exécutés via des transferts à d’autres entités de service public.
Pour ce qui est des acquisitions nettes d’actifs non financiers, elles devraient progresser de
18%, pour se situer à 857,7 milliards, composés de 96,2 milliards de dépenses exécutées par l’Etat sur
ressources internes et de 761,6 milliards exécutées sur ressources extérieures. Au total, les dépenses
en capital regroupant les différents investissements sont projetées en hausse de 9,8% pour s’établir à
1442,6 milliards.

2.2.4. Le Financement

Le financement du déficit budgétaire, projeté à 450,5 milliards, devrait être assuré


principalement par une accumulation nette de passifs d’égal montant. Cette dernière serait constitué
d’un financement extérieur net de 394,4 milliards couplé à un financement intérieur net vis-à-vis du
marché financier et bancaire sous régional à hauteur de 225,7 milliards. S’agissant du financement
extérieur, il prend en compte des tirages sur prêts programme et des tirages sur prêts projets pour des

25
montants respectifs de 100 milliards et 501 milliards. L’amortissement de la dette extérieure est, pour sa
part, projeté à 313,3 milliards en 2020.

2.2.5 La dette publique

L’encours de la dette publique totale est projeté à 7789,5 milliards en 2020 contre 7339,5
milliards un an auparavant, soit une progression de 6,1% sur la période. Il devrait représenter 51,6% du
PIB en 2020 et demeurer en dessous de la norme retenue dans le cadre du pacte de convergence de
l’UEMOA.

3. LA BALANCE DES PAIEMENTS

3.1. ESTIMATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS POUR L’ANNÉE 2019


Les échanges extérieurs se traduiraient par une dégradation du déficit du compte courant,
passant de 1158,4 milliards en 2018 à 1211,0 milliards. Par conséquent, le solde global de la balance
des paiements ressortirait déficitaire de 88,5 milliards en 2019 en liaison, notamment avec la forte
baisse de l’excédent enregistré au niveau du compte financier.

3.1.1. Evolution de la balance courante

Le déficit du compte des transactions courantes est prévu à 1211,0 milliards (8,7% du PIB) en
2019 contre 1158,3 milliards (8,9% du PIB) en 2018. Cette détérioration reflète, principalement, la
dégradation du solde du revenu primaire (-60,2 milliards), de la balance des services (-54,0 milliards) et
de la balance commerciale (-40,9 milliards). En effet, le déficit de la balance commerciale devrait se
creuser légèrement en s’établissant à 1890,2 milliards en 2019 contre 1849,4 milliards en 2018. Cette
dégradation serait imputable essentiellement à la hausse un peu plus marquée des importations de
biens (+322,5 milliards) comparée à celle des exportations de biens (+281,6 milliards). Par contre, le
compte de revenu secondaire afficherait une amélioration 102,3 milliards en 2019.
Les exportations de biens s’inscriraient en hausse de 13,4% (+281,6 milliards), traduisant,
singulièrement, la bonne tenue des ventes à l’étranger d’or (+47,0 milliards), de produits halieutiques
(+35,7 milliards), d’acide phosphorique (+22,5 milliards) et de produits pétroliers (+9,9 milliards), de
produits horticoles (+9,4 milliards), de produits arachidiers (+7,7 milliards), de ciment (+5,8 milliards), de
titane (+5,8 milliards) et de zircon (+4,2 milliards). S’agissant des exportations du Sénégal dans la zone
CEDEAO, elles connaitraient une hausse de 18,6% (+87,2 milliards) par rapport à 2018. Le Mali, reste
le principal client du Sénégal dans la zone.
Les importations, en 2019, s’accroitraient de 8,2% (+322,5 milliards). Cette hausse est tirée,
principalement, par l’augmentation des achats à l’étranger de « machines, moteurs et autres appareils »
(+110,5 milliards), de matériels de transport (+101,8 milliards), d’huiles brutes de pétrole (+51,7

26
milliards) et de biens intermédiaires (+115,0 milliards) à la faveur du dynamisme de l’investissement
intérieur. L’accroissement des importations d’huiles brutes de pétrole observé, serait lié, essentiellement
à la tendance baissière du cours du baril notée en 2019. En revanche, les produits pétroliers raffinés
subiraient une baisse de 41,6 milliards en 2019. Les importations de produits alimentaires
enregistreraient une hausse de 3,3% en 2019. Concernant les importations de biens du Sénégal en
provenance de la zone CEDEAO, elles baisseraient de 13,2% (-66,1 milliards) par rapport à 2018. Le
Nigéria représente le premier fournisseur du Sénégal au sein de la CEDEAO.
Concernant la balance des services, le déficit se dégraderait de 54,0 milliards, passant de
131,1 milliards à 185,1 milliards entre 2018 et 2019. Cette évolution serait imputable essentiellement à
l’augmentation des frets et des assurances (+34,4 milliards).
Pour ce qui est de la balance des revenus primaires, le déficit se détériorerait de 60,2 milliards
en 2019 pour s’établir à 361,2 milliards contre 301,0 milliards en 2018, en rapport essentiellement avec
la diminution des revenus des investissements nets de 67,2 milliards.
Quant au solde du revenu secondaire, il est prévu à 1225,4 milliards en 2019 contre 1123,1
milliards en 2018, soit un accroissement de 102,3 milliards, attribuable singulièrement au renforcement
de envois de fonds des migrants de 80,6 milliards. En effet, ces derniers ressortiraient à 1320,6
milliards en 2019 contre 1240,0 milliards en 2018. Par ailleurs, les transferts courants publics
enregistreraient une hausse de 17,8 milliards sous l’impulsion, notamment, de l’augmentation des aides
budgétaires de 18,1 milliards.

3.1.2. Evolution du compte de capital et du compte financier

Le solde du compte de capital ressortirait, pour sa part, à 252,9 milliards en 2019 contre 249,7
milliards en 2018, sous l’effet de la hausse des transferts en capital public (+3,0 milliards).
Par ailleurs, le solde du compte financier serait excédentaire d’un montant de 869,6 milliards en
2019, contre 1435,9 milliards un an auparavant, soit une dégradation de 566,3 milliards, attribuable aux
investissements de portefeuille publics, lesquels sont passés d’un excédent 842,2 milliards en 2018 à
un déficit de 64,3 milliards en 2019. En revanche, un accroissement des investissements directs privés
de 166,9 milliards est attendu.

3.2. PRÉVISIONS DE LA BALANCE DES PAIEMENTS POUR L’ANNÉE 2020


En 2020, la situation des échanges avec le reste du monde se traduirait par un déficit du
compte des transactions courantes de 1368,3 milliards en 2020 (9,1% du PIB) contre 1211,0 milliards
en 2019 (8,7% du PIB). L’excédent du compte de capital s’améliorerait de 20,6 milliards en s’établissant
à 273,5 milliards en 2020. Le besoin de financement de 1094,8 milliards, traduisant la somme du solde
du compte courant et de celui du compte capital, devrait être compensé partiellement par l’excédent du

27
compte financier (+1002,8 milliards). Au total, le solde global de la balance des paiements devrait
ressortir en déficit de 92,0 milliards.

3.2.1. Evolution de la balance courante


Le déficit du compte courant est projeté à 1368,3 milliards en 2020 contre 1211,0 milliards en
2019, soit une dégradation de 157,3 milliards. Cette situation serait imputable, principalement, au
creusement du déficit commercial de 117,8 milliards, à la détérioration de la balance des services de
37,3 milliards et à celle des revenus primaires de 103,8 milliards. Cette dégradation devrait être,
cependant, atténuée, par la bonne orientation des revenus secondaires (+101,6 milliards). Le déficit
courant rapporté du PIB enregistrerait une dégradation de 0,4 point de pourcentage en s’établissant à
9,1% contre une estimation de 8,7% en 2019.
Le déficit de la balance commerciale devrait s’établir à 2008,0 milliards en 2020, contre 1890,2
milliards en 2019, soit un creusement de 117,8 milliards en liaison avec une progression plus
importante attendue au niveau des importations (+452,0 milliards) comparativement à l’accroissement
des exportations de biens (+334,2 milliards). L’augmentation des importations de biens reflèterait,
notamment, la hausse des importations de biens d’équipement (+265,0 milliards), de biens
intermédiaires (+147,3 milliards) et des produits alimentaires (+32,3 milliards). S’agissant des
exportations, la progression attendue serait portée, principalement, par les produits pétroliers (+24,6
milliards), l’acide phosphorique (+30,1 milliards), les produits halieutiques (+23,7 milliards) et les
produits horticoles (24,6 milliards).
Concernant la balance des services, son déficit se dégraderait légèrement de 37,4 milliards en
passant de 185,0 milliards en 2019 à 222,4 milliards en 2020, sous l’effet essentiellement, de
l’augmentation du fret.
La balance des revenus primaires, pour sa part, est projetée en déficit de 464,9 milliards, soit
une détérioration de 103,8 milliards qui serait imputable, particulièrement, aux revenus des
investissements notamment sous l’effet de l’augmentation des paiements des intérêts de la dette
publique.
S’agissant de la balance des revenus secondaires, elle s’inscrirait en hausse de 101,6
milliards ; laquelle est expliquée fortement par l’accroissement des transferts de fonds des migrants de
85,8 milliards. Ainsi, les transferts courants nets sont projetés à 1225,4 milliards en 2020 dont 1203,3
milliards à la faveur des transferts courants privés.
3.2.2. Evolution du compte de capital et du compte financier
Le compte de capital dégagerait un excédent de 273,5 milliards en 2020 contre 252,9 milliards
en 2019, soit une hausse de 20,6 milliards en relation avec le renforcement des transferts nets de
capital au profit du secteur public de 20,5 milliards.
28
Le compte financier ressortirait en excédent de 1002,8 milliards en 2020 contre 869,6 milliards
en 2019, soit un accroissement de 133,2 milliards expliqué, essentiellement, par le relèvement des
investissements de portefeuille publics qui passeraient d’un déficit de 64,3 milliards à un excèdent de
138,5 milliards. Par ailleurs, les capitaux privés augmenteraient de 273,1 milliards.
4. LA SITUATION MONETAIRE
4.1. ÉVOLUTION DE LA SITUATION MONÉTAIRE EN 2019

La situation monétaire, au terme de l’année 2019, serait marquée par une diminution des avoirs
extérieurs nets (-88,5 milliards), une hausse des créances intérieures (+354,9 milliards) et une
expansion de la masse monétaire (+202,3 milliards).

4.1.1. Les avoirs extérieurs nets


Les avoirs extérieurs nets des institutions monétaires sont estimés à 1735,3 milliards en 2019
contre 1823,8 milliards en 2018, soit une diminution de 88,5 milliards imputable aux avoirs extérieurs
nets de la banque centrale.
4.1.2. Le crédit intérieur
S’agissant de l’encours des créances intérieures, il ressortirait à 5097,7 milliards en 2019 contre
4742,8 milliards en 2018, soit une hausse de 354,9 milliards, traduisant, l’augmentation des créances
sur l’économie (+307,1 milliards) et des créances nettes sur l’administration centrale (+47,9 milliards).
Ainsi, le taux de financement bancaire de l'économie s’établirait à 32,8% en 2019, soit le même un an
auparavant. En revanche, la Position Nette du Gouvernement s’améliorerait de 47,9 milliards en liaison,
principalement, avec les désengagements de l’État vis-à-vis de la banque centrale.
4.1.3. La masse monétaire

Reflétant l’évolution de ses contreparties, la masse monétaire est prévue en hausse de 3,8% en
2019, passant ainsi de 5259,7 milliards à 5462,0 milliards. Cet accroissement de la liquidité globale se
traduirait par un renforcement des dépôts transférables (+99,9 milliards) et de la circulation fiduciaire
(+37,9 milliards). Au total, le taux de liquidité globale de l’économie passerait de 40,3% en 2018 à
39,1% en 2019, soit un repli de 1,2 point de pourcentage.

4.2. PERSPECTIVES D’ÉVOLUTION DE LA SITUATION MONÉTAIRE EN 2020

La situation monétaire devrait être marquée, en 2020, par une diminution des avoirs extérieurs
nets de 92,0 milliards, un accroissement des créances intérieures de 673,7 milliards et une expansion
de la masse monétaire de 581,7 milliards.

29
4.2.1. Les avoirs extérieurs nets
Les avoirs extérieurs nets des institutions monétaires sont projetés à 1643,3 milliards en 2020
contre 1735,3 milliards en 2019, soit une baisse de 92,0 milliards imputable, entièrement, à
l’accroissement des avoirs extérieurs nets de la banque centrale.
4.2.2. Le crédit intérieur
Concernant l’encours des créances intérieures, il est projeté à 5771,4 milliards en 2020, contre
5097,7 milliards en 2019, soit une hausse de 673,7 milliards. Ce renforcement devrait être porté,
essentiellement, par les crédits à l’économie (+469,6 milliards), sous l’effet du dynamisme de l’activité
économique. La Position Nette du Gouvernement, pour sa part, s’améliorerait de 204,1 milliards. Ainsi,
le taux de financement bancaire de l’économie se situerait à 33,5%, soit une amélioration de 0,7 point
de pourcentage par rapport à 2019.

4.2.3. La masse monétaire


La masse monétaire s’établirait à 6043,7 milliards en 2020, contre 5462,0 milliards en 2019, soit
une hausse de 10,7%. Cette progression se traduirait par un raffermissement des dépôts transférables
dans les banques (+332,3 milliards), lesquels ressortiraient à 2857,8 milliards. Quant à la circulation
fiduciaire, elle afficherait une baisse de 2,5 milliards. Au total, le taux de liquidité globale de l’économie
serait porté à 40,1% en 2020, soit une hausse d’un point de pourcentage par rapport à 2019.

30
ANNEXES

31
Tableau 1 : Taux de croissance du PIB réel
Crois s ance du Produit Interieur Brut 2016 2017 2018 2019 2020
Secteur Primaire 5,4% 11,6% 7,9% 7,2% 7,7%
Agriculture et activités annexes 3,8% 16,1% 9,1% 6,4% 8,2%
Evage et chas s e 8,7% 4,1% 6,9% 7,7% 6,7%
Sylviculture, exploitation fores tiere, 3,1% 2,6% 2,5% 3,0% 3,0%
Pêche et pis ciculture 8,5% 6,7% 3,3% 13,9% 8,1%

Secteur Secondaire 3,6% 7,4% 6,9% 6,0% 5,9%


Activités extractives -16,2% 18,5% 8,2% 7,2% 7,0%
Dont production de Pétrole et de Gaz
Fabrication de produits agro-alimentaires 8,2% 6,0% 7,4% 16,8% 9,1%
Abattage, trans formation et conservation des viandes 24,6% 1,7% 8,4% 5,9% 5,9%
Trans formation et cons ervation de pois s ons , crus tacés et mollus ques -6,6% 1,0% 2,5% 4,5% 4,5%
Fabrication de corps gras alimentaires -2,9% 18,2% 17,8% 45,0% 15,5%
Riz décortiqué et farines 25,1% 6,3% 2,4% 13,0% 8,3%
Fabrication de produits alimentaires céréaliers 2,3% 7,2% 3,2% 8,8% 8,5%
Fabrication d'aliments pour animaux 4,2% 12,1% 6,4% 8,8% 8,9%
Fabrication de pain et pâtis s eries 1,5% 5,1% 2,1% 8,3% 8,3%
Fabrication de produits alimentaires à bas e de céréales n.c.a 2,3% 6,9% 2,0% 10,0% 8,3%
Fabrication de produits alimentaires n.c.a 4,0% 2,2% 5,8% -2,1% 4,5%
Cons erves de fruits et légumes 3,4% 9,0% 3,5% 1,0% 1,1%
Fabrication de produits laitiers et glaces alimentaires -10,7% 2,6% 2,0% 4,1% 7,4%
Fabrication de s ucre, chocolaterie et confis erie 15,3% 0,4% 14,6% -13,8% 11,6%
Fabrication d'autres produits alimentaires 9,6% -1,3% 6,2% 0,0% 2,3%
Fabrication de bois s ons 5,4% 6,4% 6,2% 1,8% 4,0%
Produits à bas e de tabac 3,3% -12,1% -8,2% -18,5% -14,5%
Raffinage petrole, cokefaction, 5,2% 3,4% -15,9% 1,0% 3,0%
Fabrication de produits chimiques 21,5% 3,6% 8,7% 4,8% 4,9%
Matériaux de cons truction 7,2% 6,0% 5,3% 3,6% 3,6%
Egrenage de coton et fabrication de textiles 16,5% 2,1% 1,0% 0,2% 0,6%
Egrenage du coton 2682,1% -4,4% -1,4% -7,7% -5,7%
Filature, tis s age et ennoblis s ement textile 4,0% 3,7% 2,7% 2,7% 2,7%
Fabrication d'articles d'habillement -1,2% 3,1% 0,8% 0,8% 0,9%
Travail du cuir; fabrication d'article de voyage; chaus s ures -13,5% 10,0% 46,9% 26,1% 21,1%
Sciage et rabotage du bois 0,7% 10,8% 22,3% 13,2% 8,2%
Papiers , cartons et articles en papier ou carton -2,6% 0,2% -1,2% -0,6% 0,6%
Produits pharmaceutiques -18,6% 2,2% 17,0% -9,1% 2,0%
Savons , parfums et produits d'entretien 3,9% 14,2% 6,5% 12,6% 12,7%
Produits du caoutchouc et plas tique 0,4% 3,2% 6,7% 3,1% 3,2%
Produits metallurgiques de bas e et fonderie et fabrication d'ouvrages en metaux 6,2% 11,6% 9,6% -0,8% -0,7%
Autres materiels de trans port -0,4% 2,2% -4,0% -8,9% -3,9%
Autres produits manufacturés -2,1% 9,0% 1,6% -5,5% -0,6%
ELECTRICITE ET GAZ 7,4% 6,2% 4,8% 3,5% 5,9%
EAU, ASSAINISSEMENT ET Traitement des déchets 3,0% 6,1% 3,0% 7,6% 7,7%
Construction 5,6% 14,7% 18,6% 11,2% 8,7%

Secteur Tertiaire 7,2% 5,3% 6,3% 5,1% 6,2%


Commerce 6,0% 7,4% 5,2% 5,0% 6,4%
Trans ports 4,7% 5,3% 11,3% 5,3% 8,8%
Services d'hebergement et res tauration 3,7% 1,2% 8,7% 4,6% 5,2%
Information et Communication 0,1% 7,7% 4,8% 4,4% 5,0%
Services des Télécommunications -0,2% 7,3% 4,4% 3,3% 3,6%
AUTRES SERVICES D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION 1,6% 9,3% 6,5% 8,9% 11,0%
Services financiers et d'as s urance 2,6% 12,6% 6,7% 5,6% 6,5%
Services immobiliers 7,1% 3,7% 8,9% 8,1% 7,6%
Services s pécialis és , s cientifiques et techniques 36,8% -0,6% 5,6% 3,0% 5,5%
Services de s outien au bureau 12,5% 9,9% 10,8% 5,3% 5,2%
Services d'adminis tration publique 10,7% 4,8% 6,1% 7,4% 7,6%
Enseignement 1,1% 2,6% 2,3% 2,3% 3,0%
Activites de s ante et action s ociale 4,5% 2,5% 2,1% 2,1% 3,0%
Activites à caractere collectif ou pers onnel 15,9% 6,6% 13,9% 13,9% 14,3%
Services domes tique 9,4% 3,7% 4,9% 4,2% 4,3%
Autres s ervices 3,4% 3,3% 3,6% 4,2% 5,3%

Services d'Adminis tration publique 10,7% 4,8% 6,1% 7,4% 7,6%

Taxes s ur biens et s ervices 8,1% 10,2% 6,2% 8,1% 9,5%


PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux prix du marché) 6,4% 7,1% 6,7% 6,0% 6,8%
PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux coûts des facteurs ) 6,2% 6,8% 6,7% 5,8% 6,4%
PRODUIT INTERIEUR BRUT non agricole (aux prix du marché) 6,6% 6,3% 6,4% 6,0% 6,6%
Production de biens et s ervices 5,8% 8,1% 7,0% 6,1% 6,5%
Importations de biens et s ervices 6,7% 16,6% 6,5% 6,3% 5,3%
Taxes nettes s ur les produits 9,3% 10,2% 6,2% 8,1% 9,5%
TOTAL DES RESSOURCES 6,1% 9,7% 6,8% 6,2% 6,4%
Consommations intermédiaires 5,4% 9,8% 7,3% 6,4% 6,6%
Consommation finale 5,1% 4,6% 6,2% 5,7% 6,1%
publique 4,3% 4,1% 4,9% 4,5% 6,0%
privée 5,3% 4,7% 6,4% 5,9% 6,1%
Formation brute de capital fixe 15,3% 13,8% 2,0% 21,6% 12,3%
publique 18,2% 7,4% -0,7% 9,3% 2,0%
privée 14,2% 16,2% 2,9% 25,8% 15,3%
Variation de s tocks -3,6% 128,1% 18,9% -53,2% -61,5%
Aquis ition objets de valeur 2,3% 1,5% 3,5% 10,0% 10,2%
Exportations de biens et s ervices 4,1% 7,5% 10,1% 10,5% 9,5%
TOTAL DES EMPLOIS 6,1% 9,7% 6,8% 6,2% 6,4%

Source  : DPEE

32
Tableau 2 : PIB nominal
En milliards de FCFA aux prix courant 2016 2017 2018 2019 2020
Secteur Primaire 1 626,4 1 832,8 1 983,4 2 155,3 2 366,7
Agriculture et activités annexes 960,9 1 122,8 1 216,2 1 311,7 1 468,0
Evage et chas s e 453,4 465,2 496,7 541,0 582,6
Sylviculture, exploitation fores tiere, 51,0 53,9 56,6 59,7 62,2
Pêche et pis ciculture 161,2 190,8 213,9 242,9 253,8

Secteur Secondaire 2 634,0 2 852,3 3 083,8 3 335,2 3 603,1


Activités extractives 261,3 334,0 365,7 395,1 436,6
Dont production de Pétrole et de Gaz
Fabrication de produits agro-alimentaires 428,7 468,0 486,5 570,8 625,6
Abattage, trans formation et cons ervation des viandes 106,8 118,7 129,8 138,6 148,1
Trans formation et cons ervation de pois s ons , crus tacés et mollus ques 117,2 125,7 131,2 137,7 146,6
Fabrication de corps gras alimentaires 76,7 88,3 104,1 152,4 177,8
Riz décortiqué et farines 128,0 135,3 121,4 142,2 153,1
Fabrication de produits alimentaires céréaliers 152,4 157,4 162,7 179,4 195,6
Fabrication d'aliments pour animaux 32,8 36,6 38,9 43,3 49,0
Fabrication de pain et pâtis s eries 84,7 84,5 87,3 95,8 103,9
Fabrication de produits alimentaires à bas e de céréales n.c.a 34,9 36,4 36,6 40,3 42,8
Fabrication de produits alimentaires n.c.a 353,3 352,5 371,1 367,3 387,5
Cons erves de fruits et légumes 40,9 43,3 44,8 46,9 48,4
Fabrication de produits laitiers et glaces alimentaires 61,5 62,1 61,7 65,1 69,8
Fabrication de s ucre, chocolaterie et confis erie 64,2 61,0 69,9 60,5 67,0
Fabrication d'autres produits alimentaires 74,8 72,2 76,6 77,9 81,2
Fabrication de bois s ons 89,4 94,1 99,9 101,9 108,0
Produits à bas e de tabac 22,6 19,8 18,2 15,0 12,9
Raffinage petrole, cokefaction, 63,0 60,6 60,7 61,9 64,4
Fabrication de produits chimiques 49,8 30,3 37,6 40,6 43,8
Matériaux de cons truction 87,4 94,3 101,3 106,0 111,4
Egrenage de coton et fabrication de textiles 241,4 254,6 263,2 273,1 280,8
Egrenage du coton 3,2 3,7 3,7 3,3 3,2
Filature, tis s age et ennoblis s ement textile 68,1 72,5 75,9 79,7 83,9
Fabrication d'articles d'habillement 170,1 178,5 183,6 190,1 193,7
Travail du cuir; fabrication d'article de voyage; chaus s ures 11,3 13,5 20,2 26,8 32,8
Sciage et rabotage du bois 53,7 61,1 78,7 90,9 100,3
Papiers , cartons et articles en papier ou carton 32,5 32,7 32,3 32,7 33,3
Produits pharmaceutiques 13,1 13,7 16,1 14,2 14,5
Savons , parfums et produits d'entretien 39,2 39,9 42,5 47,3 53,4
Produits du caoutchouc et plas tique 63,3 63,6 65,3 69,5 72,5
Produits metallurgiques de bas e et fonderie et fabrication d'ouvrages en metaux 77,7 90,5 99,3 96,6 98,3
Autres materiels de trans port 37,8 40,9 40,1 37,3 36,6
Autres produits manufacturés 147,3 158,9 161,1 154,3 155,0
ELECTRICITE ET GAZ 114,6 138,4 157,7 177,3 200,2
EAU, ASSAINISSEMENT ET Traitement des déchets 100,8 111,7 115,1 127,1 138,2
Cons truction 305,5 335,7 406,4 466,9 522,3

Secteur Tertiaire 5 279,4 5 674,9 6 064,2 6 404,3 6 828,6


Commerce 1 391,5 1 557,7 1 646,0 1 748,9 1 865,0
Trans ports 447,3 471,6 526,8 555,0 608,7
Services d'hebergement et res tauration 143,2 155,8 170,9 180,7 191,9
Information et Communication 537,0 572,9 600,7 619,6 641,3
Services des Télécommunications 436,4 463,5 482,0 492,2 505,5
AUTRES SERVICES D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION 100,6 109,4 118,7 127,4 135,7
Services financiers et d'as s urance 256,9 285,0 302,7 315,7 339,0
Services immobiliers 901,4 941,3 1 025,5 1 116,7 1 205,0
Services s pécialis és , s cientifiques et techniques 480,4 516,6 559,2 579,6 617,5
Services de s outien au bureau 196,1 215,9 237,4 248,4 261,8
Services d'adminis tration publique 584,4 634,4 672,4 729,2 796,0
Ens eignement 529,5 542,5 560,7 580,6 610,2
Activites de s ante et action s ociale 163,0 169,6 173,3 178,2 186,5
Activites à caractere collectif ou pers onnel 44,3 47,8 54,2 63,0 72,2
Services domes tique 63,0 66,8 70,1 74,6 79,0
Autres s ervices 125,9 131,6 136,8 143,1 150,6

Services d'Adminis tration publique 584,4 634,4 672,4 729,2 796,0

Taxes s ur biens et s ervices 1 159,2 1 164,5 1 242,3 1 358,7 1 490,7


PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux prix du marché) 11 283,4 12 158,9 13 046,1 13 982,7 15 085,1
PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux coûts des facteurs ) 10 124,2 10 994,5 11 803,8 12 624,0 13 594,3
PRODUIT INTERIEUR BRUT non agricole (aux prix du marché) 10 322,5 11 036,1 11 829,9 12 670,9 13 617,0
Production de biens et s ervices 17 703,2 19 350,9 20 733,3 22 162,3 23 807,0
Importations de biens et s ervices 3 662,1 4 354,5 4 821,3 5 237,4 5 768,9
Taxes nettes s ur les produits 1 172,8 1 178,1 1 256,8 1 374,6 1 508,2
TOTAL DES RESSOURCES 22 538,1 24 883,5 26 811,4 28 774,3 31 084,1
Cons ommations intermédiaires 7 592,6 8 370,0 8 944,0 9 554,2 10 230,1
Cons ommation finale 9 579,0 10 137,0 10 861,5 11 585,2 12 408,7
publique 1 583,2 1 661,4 1 753,3 1 843,3 1 964,9
privée 7 995,8 8 475,7 9 108,2 9 741,9 10 443,8
Formation brute de capital fixe 2 699,9 3 119,4 3 269,7 4 058,0 4 662,3
publique 786,4 829,9 835,3 924,7 955,6
privée 1 913,5 2 289,5 2 434,4 3 133,3 3 706,7
Variation de s tocks 219,9 565,3 868,6 385,1 211,4
Aquis ition objets de valeur 22,2 25,6 26,8 29,8 33,1
Exportations de biens et s ervices 2 424,5 2 666,1 2 840,9 3 162,2 3 538,5
TOTAL DES EMPLOIS 22 538,1 24 883,5 26 811,4 28 774,3 31 084,1

Source : DPEE

33
Tableau 3 : Evolution du déflateur base 100=2014
EVOLUTION DEFLATEUR DU PIB BASE 100 EN 2014 2016 2017 2018 2019 2020
Secteur Primaire 2,8% 0,9% 0,3% 1,4% 2,0%
Agriculture et activités annexes -0,2% 0,7% -0,7% 1,4% 3,5%
Evage et chas s e 5,1% -1,4% -0,2% 1,1% 0,9%
Sylviculture, exploitation fores tiere, 1,6% 3,1% 2,4% 2,4% 1,2%
Pêche et pisciculture 16,2% 10,9% 8,5% -0,3% -3,3%

Secteur Secondaire 2,6% 0,9% 1,2% 2,0% 2,0%


Activités extractives 10,8% 7,9% 1,2% 0,8% 3,3%
Dont production de Pétrole et de Gaz
Fabrication de produits agro-alimentaires 1,4% 3,0% -3,2% 0,4% 0,5%
Abattage, trans formation et cons ervation des viandes -7,1% 9,2% 0,9% 0,8% 0,9%
Trans formation et cons ervation de poiss ons, crus tacés et mollus ques -5,3% 6,1% 1,8% 0,5% 1,9%
Fabrication de corps gras alimentaires -5,9% -2,5% 0,0% 1,0% 1,0%
Riz décortiqué et farines 24,6% -0,6% -12,4% 3,7% -0,6%
Fabrication de produits alimentaires céréaliers 10,4% -3,6% 0,2% 1,3% 0,5%
Fabrication d'aliments pour animaux 5,4% -0,7% -0,1% 2,4% 4,0%
Fabrication de pain et pâtis s eries 17,4% -5,0% 1,2% 1,4% 0,1%
Fabrication de produits alimentaires à base de céréales n.c.a 0,6% -2,5% -1,4% 0,4% -2,1%
Fabrication de produits alimentaires n.c.a -0,1% -2,3% -0,5% 1,1% 1,0%
Cons erves de fruits et légumes -6,3% -3,1% 0,0% 3,8% 2,0%
Fabrication de produits laitiers et glaces alimentaires -1,3% -1,6% -2,6% 1,3% -0,1%
Fabrication de s ucre, chocolaterie et confis erie 3,9% -5,3% 0,0% 0,4% -0,8%
Fabrication d'autres produits alimentaires -1,8% -2,1% 0,0% 1,6% 2,0%
Fabrication de bois sons 2,8% -1,1% 0,0% 0,2% 2,0%
Produits à base de tabac -2,1% -0,4% 0,0% 1,3% 1,0%
Raffinage petrole, cokefaction, -30,0% -7,0% 19,2% 1,0% 1,0%
Fabrication de produits chimiques -37,0% -41,2% 14,2% 2,9% 2,9%
Matériaux de cons truction -0,7% 1,8% 2,0% 1,0% 1,4%
Egrenage de coton et fabrication de textiles -8,7% 3,3% 2,4% 3,6% 2,2%
Egrenage du coton 4,6% 19,3% 2,2% -3,7% 2,5%
Filature, tiss age et ennoblis s ement textile 1,7% 2,7% 2,0% 2,2% 2,5%
Fabrication d'articles d'habillement 6,1% 1,8% 2,0% 2,7% 1,0%
Travail du cuir; fabrication d'article de voyage; chauss ures 4,8% 8,7% 2,0% 5,4% 1,0%
Sciage et rabotage du bois -0,9% 2,6% 5,4% 2,0% 2,0%
Papiers, cartons et articles en papier ou carton 5,5% 0,6% 0,0% 1,8% 1,0%
Produits pharmaceutiques 15,7% 2,7% 0,4% -3,0% 0,0%
Savons , parfums et produits d'entretien 9,5% -11,0% 0,0% -1,3% 0,3%
Produits du caoutchouc et plas tique 1,4% -2,6% -3,9% 3,3% 1,0%
Produits metallurgiques de bas e et fonderie et fabrication d'ouvrages en metaux -8,2% 4,3% 0,1% -1,9% 2,5%
Autres materiels de transport 2,7% 5,9% 2,2% 2,2% 2,0%
Autres produits manufacturés 6,7% -1,0% -0,2% 1,3% 1,0%
ELECTRICITE ET GAZ 38,5% 13,6% 8,8% 8,6% 6,6%
EAU, ASSAINISSEMENT ET Traitement des déchets 3,8% 4,5% 0,0% 2,6% 1,0%
Cons truction 23,2% -4,2% 2,1% 3,3% 2,9%

Secteur Tertiaire 1,0% 2,1% 0,5% 0,5% 0,4%


Commerce -3,7% 4,2% 0,5% 1,2% 0,2%
Trans ports 11,5% 0,1% 0,4% 0,0% 0,7%
Services d'hebergement et res tauration 0,9% 7,5% 1,0% 1,1% 0,9%
Information et Communication 2,9% -0,9% 0,1% -1,2% -1,5%
Services des Télécommunications 3,3% -1,0% -0,4% -1,1% -0,8%
AUTRES SERVICES D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION 1,1% -0,4% 1,9% 1,2% 1,0%
Services financiers et d'as s urance 1,7% -1,5% -0,4% -1,2% 0,8%
Services immobiliers 0,3% 0,7% 0,0% 0,7% 0,3%
Services spécialisés, scientifiques et techniques 0,0% 8,2% 2,5% 0,6% 1,0%
Services de s outien au bureau -1,2% 0,1% -0,8% -0,6% 0,2%
Services d'adminis tration publique -0,7% 3,6% -0,1% 0,9% 1,4%
Enseignement 5,9% -0,2% 1,1% 1,3% 2,0%
Activites de s ante et action sociale 3,9% 1,5% 0,1% 0,7% 1,6%
Activites à caractere collectif ou personnel 5,4% 1,2% -0,4% 2,1% 0,2%
Services domes tique 4,6% 2,2% 0,0% 2,3% 1,5%
Autres s ervices 0,6% 1,2% 0,3% 0,4% 0,0%

Services d'Administration publique -0,7% 3,6% -0,1% 0,9% 1,4%

Taxes sur biens et services -4,5% -8,8% 0,5% 1,2% 0,2%


PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux prix du marché) 1,0% 0,6% 0,6% 1,1% 1,1%
PRODUIT INTERIEUR BRUT (aux coûts des facteurs ) -99,4% -27201,1% 2,0% 0,0% 9,4%
PRODUIT INTERIEUR BRUT non agricole (aux prix du marché) 1,1% 0,6% 0,7% 1,0% 0,8%
Production de biens et s ervices -0,6% 1,1% 1,2% 1,3% 1,4%
Importations de biens et services -7,9% 2,0% 4,0% 2,2% 4,6%
Taxes nettes s ur les produits 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0%
TOTAL DES RESSOURCES -2,1% 0,6% 0,8% 1,0% 1,5%
Cons ommations intermédiaires -3,5% 0,4% -0,4% 0,4% 0,4%
Cons ommation finale 0,4% 1,1% 0,9% 0,9% 0,9%
publique 1,0% 0,8% 0,6% 0,6% 0,6%
privée 0,3% 1,2% 1,0% 1,0% 1,0%
Formation brute de capital fixe -3,2% 1,6% 2,8% 2,1% 2,3%
publique 1,3% -1,7% 1,3% 1,3% 1,3%
privée -4,9% 3,0% 3,3% 2,3% 2,6%
Variation de stocks 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0%
Aquis ition objets de valeur 0,9% 13,6% 1,0% 1,0% 1,0%
Exportations de biens et s ervices -2,3% 2,3% -3,3% 0,7% 2,2%
TOTAL DES EMPLOIS -2,1% 0,6% 0,8% 1,0% 1,5%

Source : DPEE

34
Tableau 4 : Tableau des Opérations Financières de l’Etat (TOFE)
2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
LFR
(en milliards FCFA)
Compte Administration centrale
Recettes 1 877,2 2 026,1 2 334,6 2 377 2 425,45 2 832,9 3 122,5
Recettes fiscales 1 482,5 1 597,1 1 788,6 1 845 1 990,4 2 435,9 2 675,0
Impots sur le revenu, les benefices et les gains en capital 401,8 435,4 512,9 544 603,3 699,6 747,1
Impots sur les salaires et main d'œuvre 21,1 20,3 17,3 14 5,3 10,2 0,0
Impots patrimoine 27,1 31,4 29,6 34 39,3 36,0 37,6
Impots sur les biens et services (y compris FSIPP) 786,4 882,4 959,8 955 1 016,2 1 305,8 1 412,1
Impots sur le commerce exterieur et les transactions internationales 218,6 227,6 234,5 266 290,3 345,1 437,2
Autres recettes fiscales 27,5 34,4 32 36,0 39,1 40,9
Mesures modificat° CGI, dépenses fiscales, PEC 0,0

Mesures nouv fisc et douanières (or non monét. et soutes) 0,0


Recettes fiscales issues de l'exploitat° Pétrole
Recettes Artp
Cotisations sociales 0,0 0,0 0,0 - 0,0
Dons 253,5 232,0 244,4 264 256,4 271,4 293,5
Budgetaire 40,3 31,2 38,0 49 19,5 31,4 33,0
dont reçus de FSE et ARTP 32
En capital 213,2 200,8 206,4 215 236,9 240,0 260,5

Autres recettes 141,2 197,0 301,7 267 178,6 125,7 154,0


dont recettes non fiscales 91,7 111,4 106,1 97 147,0 125,7 124,0
73,6
Depenses 2 253,9 2 413,3 2 704,02 739 2 903,0 3 366,9 3 573,0
Charges 1 395,7 1 889,1 2 170,62 214 2 315,4 2 639,7 2 714,8
Remuneration des salaries 490,0 526,1 572,3 600 682,0 744,1 817,7
Utilisations de bien et services 360,7 384,3 321,6 326 305,5 388,9 436,8

Consommation de capital fixe


Interets 127,0 159,7 187,7 234 263,2 273,2 364,7
Exterieur 58,6 126,1 139,9 178 210,3 211,7 289,8
Interieur 68,3 33,6 47,8 56 52,8 61,5 74,9
Subventions 60,1 50,6 52,3 43 130,2 325,0 131,0
dont SAR et subvention GPL
dont SENELEC par Budget
dont: subventions aux carburants
Dons (courants et en capital ) 174,3 600,4 811,0 725 649,8 762,2 775,3
Dons courants 215,6 284,2 190 207,1 176,1 190,4
Dons en capital 384,8 526,9 535 442,7 586,1 584,9

Prestations d'assistance sociales 30,1 60,2 6,2 7 7,1 25,0 31,3


Autres charges 153,5 107,8 219,6 280 277,6 121,2 158,1
Autres charges courantes 107,8 188,7 263 275,6 121,2 158,1
Autres charges en capital 0,0 31,0 18 2,0

Solde brut de gestion (1-2+23+NOBz) 137 164,0 162 110,1 193,3 407,7
Solde net de gestion (1-2+NOBz) c/ 137

TRANSACTIONS SUR ACTIFS NON FINANCIERS:


Acquisition nette actifs non financiers 858,2 524,2 533,3 525 587,7 727,2 858,2
Actifs fixes 522,4 533,2 525 587,6 727,2 858,2
Investissement financé/ress. internes et exécuté par l'Etat 99,0 117,3 96,7 68 69,9 86,3 96,6
Investissement des autres entités financés sur dons de l'Etat 368,4 0,0
Investissement financé/ressources externes et exécuté en projet 390,9 405,1 436,5 457 517,7 640,9 761,6
Variation de stocks 0,2 0,1 0,1
Objets de valeur 0,0 0,1
Actifs non produits 1,7
Capacite/besoin financement (excedent/deficit) -376,7 -387,2 -369,3 -362,2 -477,6 -533,9 -450,5
Source : DPEE/DGCPT

35
Tableau 5 : TOFE (Suite)
2014 2015 2016 2017 2018 2019 LFR 2020
Fonancement/ Suite Tofe
TRANSACT° SUR ACTIFS FINANCIERS ET PASSIFS ( / FINANCEMENT) -379,3 -387,2 -369,3 -362,2 -477,6 -533,9 -450,5
Acquisition nette actifs financiers 122,2 -92,7 185,4 197,3 458,7 -166,0 0,0
Interieur 105,7 -107,4 175,3 197,3 458,7 -166,0 0,0
Numéraire et dépôts 96,0 -128,4 95,6 27,2 307,8 -166,0 0,0
Titres de créance 7,7 12,7 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Crédits -1,3 0,3 38,7 166,9 123,6 0,0 0,0
dont rétrocession nette des remboursements 34,2 101,0 94,5
dont couvertures de chèques de la Poste non remboursées 59,9 13,4 0,0 0,0
Actions et parts de fonds d'investissement 0,0 0,0 4,9 4,3 0,0 0,0 0,0
Systèmes d'assurances, de pensions et de garanties standard 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Produits financiers dérivés et options sur titres des salariés 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Autres comptes à recevoir 3,3 8,0 36,1 -1,2 27,3 0,0 0,0
dont couvertures cheques postes n. remb. 38,7
Exterieur 16,4 14,7 10,1 0,0 0,0 0,0 0,0
Or monétaire et DTS 0,0 0,0 0,0
Accumulation nette de passifs 501,4 299,0 557,4 561,7 936,0 367,9 450,0
Interieur -109,1 -42,0 293,9 -270,2 -157,6 -208,8 55,7
Titres de créances (publics) (net) 19,5 70,6 360,0 -120,1 -240,0 -53,8 225,7
Bons du tresor en compte de depot 5,3 -7,4 -2,0 -10,0 0,0 0,0 0,0
Bons du tresor en adjudication 2,0 -14,7 -16,6 -100,2 39,1 92,4
Emptrunts obligataire par APE 36,9 14,0 -14,4 -25,2 -12,0 -0,6 105,2
Emptrunts obligataire en adjudication -22,7 62,0 210,8 -54,4 -108,3 -92,4 28,0
Emptrunts Sukkuk 180,3 -13,9 -19,5
Autres 0,0
Crédits 25,8 -56,3 -37,7 -49,8 -36,0 -35,8 -29,0
Depot koweitien -5,3 -5,7 -6,0 -6,0 -3,2 0,0 0,0
FMI et DTS -20,6 -30,7 -32,4 -31,7 -19,0 -21,7 -3,6
Autres emprunts Bancaires (dont BIS, Sukkuk,etc) 51,7 -19,9 0,7 -12,1 -13,9 -14,1 -25,4
don’t Banque atlantique -3,2
Sukkuk 0,0 -15,0 -15,0
Ressources Afriximbank 0,0 0,0 0,0
Autres comptes à payer -154,4 -56,3 -28,4 -100,3 118,5 -119,2 -141,0
dont fonds en route 24,9 25,9 8,1 19,8
dont Reglements sur les dépenses ordnnancées en n-1 -42,3 -34,9 -25,6 -8,1 0,0 0,0
dont comptes de dépôt 104,6 -100,0 -121,0
dont Reglements correspondants du Trésor (yc collectivités) 1,5 -77,8 -19,2 -20,0
dont financements autres
dont Fonds national de retraites FNR -20,9 -10,1 0,9 0,0 0,0
dont Autres 5,2 0,0
Exterieurs 610,5 341,0 263,5 831,9 1093,5 576,7 394,4
Numéraire et dépôts 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Titres de créances 230,3 183,0 -44,5 516,9 842,2 -55,3 123,5
Bons du tresor par adjudication -61,4 16,4 -36,4 -16,0 -64,3 26,1 61,6
Obligation du Trésor par adjudication 41,7 166,5 14,5 -49,1 -133,6 -61,6 18,7
Obligation du Trésor par APE 0 -11,6 -23,7 -31,4 -0,4 70,1
Emprunts non concessionnels 250,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Euro-obligations emissions 641,2 1077,0 0,0 0,0
Sukkuk -11,1 -11,1 -5,5 -10,0 -10,0
Autres -24,5 0,0 -9,4 -16,9
Crédits 380,2 158,0 308,05 315,0 251,4 632,0 270,8
dont Tirages sur prêts programme 0,0 29,4 29,3 79,8 4,9 398,9 100,0
dont Prets-projets 177,7 204,0 230,1 241,5 280,7 400,9 501,0
dont Rétrocessions 12,7 34,2 103,5 96,2
dont autres emprunts (BA, ) 104,8 -26,3 -16,4 -17,5 -9,6 -9,4 -16,9
dont bilatéraux et multilatéraux et commerciaux -53,3 -61,7 -67,8 -92,2 -121,0 -258,3 -313,3
dont remboursementEurobond 0,0
dont rachats Eurobond 0,0
dont crédit-Suisse et Afriximbank 98,4 98,6 0,0
Autres crédits (SENELEC) 0,0 100,0
dont Autres credits nets 0,0 0,0
Autres comptes à payer 0,0 0,0 0,0
Erreurs et omissions 2,6 4,5 2,7 2,2 -0,3 0,0 0,0
Source : DPEE/DGCPT

36
Tableau 6 : Balance des paiements

En milliards de F.CFA 2016 2017 2018 2019 2020

BALANCE DES BIENS -1 164,8 -1 569,0 -1 849,4 -1 890,2 -2 008,0

EXPORTATIONS FOB 1 703,4 1 907,8 2 098,3 2 380,0 2 714,2


IMPORTATIONS FOB 2 868,2 3 476,8 3 947,7 4 270,2 4 722,2

SERVICES NETS -72,8 -119,4 -131,1 -185,1 -222,4


dont FRET ET ASSURANCE -353,4 -434,3 -541,7 -576,1 -637,0

REVENUS NETS -295,4 -341,0 -301,0 -361,2 -464,9


dont INTERETS / DETTE EXTER.PUBLIQUE139,9 178,3 210,3 211,7 289,8

TRANSFERTS COURANTS 1 060,4 1 142,2 1 123,1 1 225,4 1 327,0


PRIVES 1 012,3 1 096,9 1 118,9 1 203,3 1 305,7
PUBLICS 48,1 45,3 4,2 22,1 21,2

TRANSACTIONS COURANTES -472,5 -887,1 -1 158,3 -1 211,0 -1 368,3

COMPTE DE CAPITAL ET D'OPERATIONS FINANCIERES


518,5 999,6 1 685,6 1 122,5 1 276,3
COMPTE DE CAPITAL 214,8 223,6 249,7 252,9 273,5
TRANSFERTS DE CAPITAL 217,5 225,7 252,0 254,7 275,5
PRIVES 9,0 8,7 15,0 14,7 15,0
PUBLICS 208,4 217,0 237,0 240,0 260,5

Acquisit. / cessions d'actifs financiers non produits


-2,7 -2,1 -2,3 -1,8 -2,0

COMPTE D'OPERATIONS FINANCIERES 303,7 776,0 1 435,9 869,6 1 002,8

- CAPITAUX PUBLICS 196,8 860,1 1 103,9 406,2 266,3


INVESTISSEMENTS DE PORTEFEUILLE-54,5 535,8 842,2 -64,3 138,5
AUTRES INVESTISSEMENTS 251,3 324,3 261,8 470,5 127,8
dont TIRAGES 382,2 424,7 381,9 681,8 601,0
AMORTISSEMENTS PUBLICS -84,2 -109,7 -130,5 -211,2 -473,2
- CAPITAUX PRIVES 106,9 -84,1 331,9 463,4 736,5
INVESTISSEMENTS DIRECTS 147,3 293,7 340,6 507,4 569,0
INVESTISSEMENTS DE PORTEFEUILLE-22,0 -11,1 3,7 6,9 -26,0
AUTRES INVESTISSEMENTS -18,4 -366,7 -12,3 -50,9 193,5

ERREURS ET OMISSIONS NETTES 3,5 4,3 0,0 0,0 0,0


Réevaluations et autres flux non transactionnels 0,7 8,9
SOLDE GLOBAL 50,1 125,6 527,3 -88,5 -92,0

VARIATION DES AVOIRS EXTERIEURS


NETS -50,2 -125,6 -527,3 88,5 92,0
- BANQUE CENTRALE 210,8 -51,0 -382,1 0,0 0,0
- BANQUES DE DEPOTS -261,0 -74,6 -145,2 0,0 0,0
PIB (base 2014) en Mds FCFA 11 283,4 12 158,9 13 046,1 13 982,7 15 085,1
Compte courant / PIB -4,2 -7,3 -8,9 -8,7 -9,1
Source : BCEAO

37
Tableau 7 : Situation des institutions de dépôts (SID)
Poste 2016 2017 2018 2019 2020
Monnaie au sens large et ses composantes
Circulation fiduciaire 920,1 1 028,8 1 187,0 1 224,9 1 222,4
Billets et monnaies mis en circulation 1 018,8 1 136,5 1 300,3 1 338,2 1 335,7
Encaisses des banques (à déduire) 94,7 104,6 110,2 110,2 110,2
Encaisses des Trésors (à déduire) 4,0 3,1 3,1 3,1 3,1
Dépôts transférables 1 998,1 2 099,4 2 425,6 2 525,5 2 857,8
BCEAO 0,4 0,4 0,5 0,5 0,6
Banques 1 989,7 2 091,1 2 417,1 2 515,7 2 847,0
CCP et CNE 7,9 7,9 7,9 9,3 10,2
M1 2 918,2 3 128,2 3 612,6 3 750,4 4 080,2
Autres dépôts inclus dans la masse monétaire (1) 1 299,3 1 479,5 1 647,1 1 711,6 1 963,5
BCEAO 4,6 0,2 0,4 2,2 1,1
AID 1 294,7 1 479,3 1 646,7 1 709,3 1 962,4
Masse monétaire (M2) 4 217,4 4 607,7 5 259,7 5 462,0 6 043,7
Contreparties de la masse monétaire
Actifs extérieurs nets 1 171,1 1 296,6 1 823,8 1 735,3 1 643,3
BCEAO 738,0 789,0 1 171,1 1 082,6 990,6
Banques 433,0 507,6 652,7 652,7 652,7
Créances intérieures 4 096,1 4 608,1 4 742,8 5 097,7 5 771,4
Créances nettes sur l'Administration Centrale 430,1 399,1 467,8 515,6 719,7
BCEAO 24,0 -8,7 -176,6 -32,3 -35,9
Banques 406,1 407,7 644,3 547,9 755,6
Créances sur l'économie 3 666,0 4 209,1 4 275,0 4 582,1 5 051,7
BCEAO 5,1 5,1 5,0 5,7 6,1
Banques 3 660,9 4 203,9 4 270,1 4 576,4 5 045,6
Passifs à caractère non monétaire (2) 811,5 934,0 1 050,7 1 114,8 1 114,8
Actions et autres participations dans les ID 589,0 677,2 717,2 717,2 717,2
BCEAO 13,3 17,7 17,1 17,1 17,1
Banques 575,7 659,5 700,1 700,1 700,1
Engagements non monétaires des ID 222,5 256,8 333,5 397,6 397,6
Dépôts exclus de M2 129,7 162,1 194,2 258,3 258,3
Emprunts 86,5 79,2 139,3 139,3 139,3
Titres autres q'actions exclus de M2 6,3 15,4 0,0 0,0 0,0
Autres postes nets (3) 238,2 363,0 256,2 256,2 256,2
dont contrepartie des dépôts auprès des CCP -7,9 -7,9 -7,9 -9,3 -10,2

Total des contreparties de M2 (4) 4 217,4 4 607,7 5 259,7 5 462,0 6 043,7

Source : BCEAO

38