Vous êtes sur la page 1sur 46

REPUBLIQUE DU SENEGAL

Un Peuple - Un But–Une Foi

MINISTERE DE L’ECONOMIE, DU PLAN ET


DE LA COOPERATION

DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES


POLITIQUES ECONOMIQUES

DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES


ECONOMIQUES

Note de
conjoncture
Premier trimestre 2020

DPEE, 64 Rue Carnot X Docteur THEZE, Dakar

BP : 116 site web : www.dpee.sn; email : info@dpee.sn

Mai 2020
Table des matières
I - ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL .................................................................................3
II. ACTIVITE ECONOMIQUE INTERNE ....................................................................................7
II.1. SECTEUR REEL ................................................................................................................................ 7
II.1.1. Secteur Primaire ............................................................................................................................... 7
II.1.2. Secteur Secondaire ......................................................................................................................... 11
II.1.3. Secteur tertiaire .............................................................................................................................. 19
II.1.3.1: Le sous-secteur du commerce ............................................................................... 20
II.1.3.2: Le sous-secteur des services.................................................................................. 20
II.2. EVOLUTION DE L’ACTIVITE RECENTE : UNE ANALYSE PAR LA DEMANDE.................. 23
II.3. EMPLOI ET OPINION DES CHEFS D’ENTREPRISES ............................................................... 24
II.3.1. Emploi salarié dans le secteur moderne ................................................................ 24
II.3.2. Opinion des chefs d’entreprises .............................................................................. 27
II.4. INFLATION ET COMPETITIVITE ............................................................................................... 29
II.4.1 Inflation ........................................................................................................................ 29
II.4.2 Tendances des marchés ............................................................................................. 31
II.4.3 Compétitivité-Prix ...................................................................................................... 33
II.5. COMMERCE EXTERIEUR ........................................................................................................... 33
II.5.1. Exportations des principaux produits ................................................................... 34
II.5.2. Importations des principaux produits ................................................................... 35
II.6 FINANCES PUBLIQUES .................................................................................................................. 37
II.6.1. Ressources ................................................................................................................... 37
II.6.2 Dépenses publiques ................................................................................................... 38
II.7. FINANCEMENT DE L’ECONOMIE .............................................................................................. 39
II.7.1 Monnaie et crédit ........................................................................................................ 39
II.7.2. Les titres publics ........................................................................................................ 41
II.7.3. Les transferts rapides d’argent ............................................................................... 41
II.7.4. Les systèmes financiers décentralisés (SFD) ........................................................ 43
15/05/2020

LISTE DES TABLEAUX ET GRAPHIQUES


Tableau 1 : Evolution de l’indice des cours des matières premières (base 100 = 2000) ....................6
Tableau 2 : Indice Général d’Activité hors agriculture et sylviculture CVS (base 100 = 2016) ........7
Tableau 3 : Evolution de l’indice du secteur primaire corrigé des variations saisonnières (base 100
= 2016) ...............................................................................................................................................7
Tableau 4 : Evolution de l’indice du secteur secondaire CVS (base 100 = 2016) ............................. 11
Tableau 5: Evolution de l’indice du secteur tertiaire (base 100 = 2016) ....................................................... 19
Tableau 6: Indice de l’emploi salarié dans le secteur moderne (base 100=2014) ............................ 24
Tableau 7: Indice de l’emploi salarié dans le secondaire (base 100 = 2014) .................................... 25
Tableau 8: Indice de l’emploi salarié dans le tertiaire (base 100 = 2014) ....................................... 26
Tableau 9: Indicateur de climat des affaires ................................................................................... 27
Tableau 10: Evolution des prix selon l’origine des produits ............................................................ 29
Tableau 11: Evolution de l’indice national des prix à la consommation (base 100 = 2008) ............ 31
Tableau 12: Evolution des taux de change ...................................................................................... 33
Tableau 13: Exportations en valeur (millions FCFA) ..................................................................... 35
Tableau 14: Importations en valeur (millions FCFA) ..................................................................... 36
Tableau 15: Situation des Institutions de dépôts (en milliards de FCFA) ...................................... 41
Tableau 16 : Emissions d’obligations .............................................................................................. 41
Tableau 17: Transferts rapides d’argent effectués par les Etablissements de crédit du Sénégal ... 42
Tableau 18: Sociétariat, encours de crédits et de dépôts des Systèmes Financiers Décentralisés . 44

Graphique 1 : Evolution de l’indice des cours des matières premières (base 100=2000) ..................6
Graphique 2 : Evolution des débarquements de la pêche (en tonnes) ..........................................................9
Graphique 3 : Evolution de la production contrôlée de viande (en tonnes) .......................................9
Graphique 4 : Réalisations en riz pour la saison sèche chaude (en hectares) .............................................. 10
Graphique 5 : Réalisations VFS (41 736 hectares) par rapport aux prévisions SAED (50 000
hectares) au premier trimestre 2020 ............................................................................................... 10
Graphique 6: Evolution des productions d’or (en once), de phosphate, de sel et d’attapulgite (en 13
Graphique 7 : Evolution de la production d’huile (en milliers de tonnes) ...................................... 14
Graphique 8: Evolution de la production (en tonnes) de sucre ....................................................... 15
Graphique 9: Evolution des production et ventes (en Gigawatt/h) d’éléctricité ............................. 16
Graphique 10: production d’acide phosphorique et d’engrais (en tonnes) ....................................... 16
Graphique 11: Evolution de la production de ciment corrigée des variations saisonnières (x1000
tonnes) ............................................................................................................................................. 17
Graphique 12: Evolution des productions dans la minoterie (en tonnes)....................................... 18
Graphique 13: Evolution de l’indice des activités du secteur tertiaire ....................................................... 19
Graphique 14: Evolution de l’activité dans le commerce................................................................. 20
Graphique 15: Evolution de l’activité dans les services .................................................................. 22
Graphique 16 : Evolution de la croissance du PIB trimestriel (en glissement) .............................. 23
Graphique 17: Evolution des contributions à la croissance en glissement ..................................... 24
Graphique 18 : Opinion des chefs d’entreprises dans l’industrie au premier trimestre 2020......... 27
Graphique 19 : Principales contraintes à l’activité dans l’industrie au premier trimestre 2020 .... 27
Graphique 20 : Opinion des chefs d’entreprises dans les BTP au premier trimestre 2020............. 28
Graphique 21 : Principales contraintes à l’activité dans les BTP au premier trimestre 2020 ........ 28
Graphique 22 : Opinion des chefs d’entreprises dans les services au premier trimestre 2020 ....... 28
Graphique 23 : Principales contraintes à l’activité dans les services au premier trimestre 2020 .. 28
Graphique 24 : Opinion des chefs d’entreprises dans le commerce au premier trimestre 2020 ..... 29
Graphique 25 : Principales contraintes à l’activité dans le commerce au premier trimestre 2020 29
Graphique 26 : Evolution de l’indice des prix à la consommation base 100 en 2008 ...................... 29
Graphique 27 : Evolution des prix (en FCFA) moyens de l'oignon.................................................. 31
Graphique 28 : Evolution des prix (en FCFA) moyens des céréales locales .................................... 32
1
15/05/2020

Graphique 29 : Evolution des prix (en FCFA) moyens du riz brisé 100% ....................................... 32
Graphique 30 : Evolution des principales lignes de recettes .......................................................... 38
Graphique 31 : Evolution des agrégats des dépenses (en milliards FCFA) .................................... 38
Graphique 32 : Evolution du rythme de croissance de la masse monétaire en glissement annuel 39
Graphique 33 : Evolution du rythme de croissance des actifs extérieurs nets en glissement annuel
......................................................................................................................................................... 40
Graphique 34 : Evolution du rythme de croissance des créances sur les autres secteurs, en
glissement annuel............................................................................................................................ 40
Graphique 35 : Evolution du taux de croissance en glissement annuel des transferts rapides reçus
au Sénégal ....................................................................................................................................... 42
Graphique 36: Répartition des transferts reçus par origine ........................................................... 42
Graphique 37: Sociétariat des SFD (Membres / Clients)................................................................. 43
Graphique 38 : Encours des crédits–encours des dépôts ................................................................. 44
Graphique 39 : Evolution du taux de créances en souffrance ......................................................... 44

2
15/05/2020

NOTE DE CONJONCTURE

I - ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL
Au premier trimestre de l’année 2020, l’économie
Pandémie de Covid-19 : Le
mondiale a subi d’importantes perturbations liées à
Fmi table sur une contraction
de 3% de l’économie la crise sanitaire de la Covid-19. Les mesures
mondiale en 2020 préventives mises en place pour endiguer cette
pandémie ont, en effet, mis à l’arrêt l’activité
économique dans bon nombre de pays. Face à cette situation, les dernières prévisions du
Fonds monétaire international (FMI) ont tablé sur une contraction de 3% de l’activité
économique mondiale en 2020, soit un recul de 5,9 points de pourcentage par rapport à
l’année précédente. En particulier, la croissance devrait s’affaisser dans les principales
économies avancées (à -6,1% contre 1,7% en 2019) mais aussi dans les marchés émergents et
les pays en développement (à -1,0% contre 3,7 % en 2019).
Aux Etats-Unis, l’économie qui s’était bien portée en 2019 avec une croissance 2,3% ne serait
pas épargnée par la pandémie du coronavirus. Les premières estimations du département
américain du commerce ont affiché une contraction de 4,8% du PIB, en glissement annuel, au
premier trimestre 2020. Sur l’année, l’économie américaine devrait se replier de 5,9%.
En zone euro, la crise sanitaire a précipité l’économie dans une récession marquée. Alors que
l’économie de la zone était déjà sous pression (tensions sur le commerce mondial et
difficultés dans le secteur manufacturier), les mesures de confinement prises dans les
différents pays européens ont réduit la production dans les entreprises et contracté la
consommation privée. Selon la première estimation de l'Office européen des statistiques
(Eurostat), l’économie de la zone euro a enregistré, au premier trimestre, un repli de 3,8%
comparativement à la même période en 2019. Sur l’année 2020, le PIB de la zone devrait
reculer de 7,5% contre une contre une expansion de 1,2% un an auparavant.
Au Japon, le choc de la pandémie de Covid-19 a aggravé la situation de l’économie déjà
fragilisée par la hausse du taux de TVA du mois d’octobre dernier et l’affaiblissement des
exportations vers la Chine. L’économie nippone devrait enregistrer une contraction de 5,2%
de son activité en 2020.
Au Royaume-Uni, la crise sanitaire a fait persister le ralentissement de l’activité, constaté
depuis le référendum sur le Brexit en 2016, et devrait éventuellement plonger l’économie
britannique dans une récession en 2020. Ainsi, l’évolution annuelle du PIB est anticipée à -
6,5% contre 1,4% en 2019.

3
15/05/2020

Dans les marchés émergents et pays en développement, l’activité économique devrait aussi
pâtir de la crise en 2020. La baisse de l’activité due au confinement et à l’environnement
extérieur moins favorable a eu un coût économique très important. Les pays producteurs de
matières premières seraient les plus affectés, du fait de l’appréciation du dollar et de la baisse
de la demande, particulièrement celle du pétrole. Dans l’ensemble, la croissance des pays
émergents et ceux en développement devrait fléchir de 1,0% cette année, contre une
expansion de 3,7% en 2019. La Chine devrait, pour sa part, enregistrer un ralentissement
important cette année. En effet, la croissance du PIB chinois devrait s’établir à 1,2%, en recul
de 4,9 points de pourcentage relativement à 2019. L’Afrique subsaharienne serait, aussi,
touchée par la crise avec une récession anticipée de 1,6%.
Parallèlement, la plupart des pouvoirs publics ont annoncé des plans de soutien à leurs
économies afin d’atténuer l’impact économique de la crise sanitaire. En effet, les plans d’aide
budgétaire destinés principalement aux ménages et entreprises en difficulté pourraient limiter
l’intensité de la récession et permettre un redressement progressif de l’économie mondiale.

Dans ce contexte difficile et face aux


Assouplissement des politiques
monétaires des principales probabilités de récessions profondes liées à la
Banques centrales (Fed, BCE) pandémie de Covid-19, les Banques centrales
des principales économies avancées ont décidé
d’assouplir leurs politiques monétaires par de nouvelles mesures non conventionnelles.
Aux Etats-Unis, la Fed a baissé de 1,5 point de pourcentage ses taux directeurs en mars 2020,
pour finalement les ramener dans une fourchette comprise entre 0% et 0,25%. Cette mesure
permettrait de faciliter la mise à disposition de crédit à l’économie réelle. La Banque centrale
américaine a également mis en place des mécanismes d’injection exceptionnelle de liquidité,
notamment un programme d’achat déplafonné de bons du Trésor et de titres hypothécaires.
Dans la zone euro, la BCE a, pour sa part, assoupli les modalités des opérations de
refinancement à plus long terme ciblées (targeted long-term refinancing operations-TLTRO
III) et lancé une nouvelle série d’opérations de refinancement à plus long terme d’urgence
face à la pandémie (pandemic emergency longer-term refinancing operations, PELTRO).
L’institution monétaire européenne a aussi décidé d’élargir son programme d’achats d’actifs,
avec notamment le programme d’achats d’urgence face à la pandémie (pandemic emergency
purchase programme - PEPP) afin d’assurer la liquidité et soutenir l'activité économique.
Au Royaume-Uni, l’institution monétaire a abaissé son principal taux directeur de 0,65 point
de pourcentage, à 0,1% et décidé d’augmenter d’un montant de 200 milliards de livres sterling
son programme d’achats d’actifs pour le porter à 645 milliards de livres sterling par an.

4
15/05/2020

Sur le marché de change, le dollar américain,


Appréciation du dollar face
aux principales devises au valeur refuge en cette période de crise sanitaire,
premier trimestre 2020 s’est apprécié, au premier trimestre 2020, face
aux principales devises de référence. En rythme
trimestriel, le billet vert s’est respectivement apprécié de 0,6%, 0,4% et 0,2% par rapport à la
livre sterling, à l’euro et au yen. En glissement annuel, le dollar s’est également renforcé vis-
à-vis de ces grandes devises, à l’exception du yen face auquel il a reculé de 1,1%. Face à
l’euro et à la livre sterling, le dollar a augmenté respectivement de 2,9% et 1,8% au cours de
la période.
Au titre de l’inflation, une accélération est notée au
Accélération de
l’inflation dans l’OCDE premier trimestre 2020 dans les pays avancés. En effet,
elle est ressortie en hausse de 2,1% dans les pays de
l’OCDE, après 1,9% au quatrième trimestre 2019, portée principalement par le
renchérissement des produits alimentaires (2,1% après 1,8%) et énergétiques (1,1% après -
0,5%). L’inflation sous-jacente s’est aussi renforcée, affichant 2,2% au premier trimestre 2020
après 2,1% au dernier trimestre de 2019. Au sein de l’OCDE, la hausse annuelle du niveau
général des prix est ressortie à 2,1% aux Etats-Unis, 1,1% en zone euro et 1,7% au Royaume-
Uni, contre, respectivement, 2,0%, 1,0% et 1,4% au quatrième trimestre de 2019. Au Japon,
elle s’est maintenue à 0,5%.
Dans les pays émergents, la hausse annuelle de l’indice des prix à la consommation s’est
accentuée en Chine et au Brésil, respectivement à 5%, 3,8% contre 4,3% et 3,4% au premier
trimestre 2020. En revanche, elle a ralenti en Russie (2,4% après 3,4%) et en Inde (6,6% après
8,6%).

Sur le marché des matières premières, les cours se sont


Baisse des cours des
produits de base au repliés au premier trimestre 2020. En variation
premier trimestre 2020 trimestrielle, les indices des cours des produits
énergétiques et non énergétiques ont enregistré des
baisses respectives de 18,4% et 0,7% au premier trimestre 2020. Cette évolution résulterait
principalement des répercussions de la pandémie de Covid-19 sur l’offre et la demande de
matières premières. En glissement annuel, les cours des matières premières énergétiques et
non énergétiques ont respectivement reculé de 21,5% et 0,8% au premier trimestre 2020.
S’agissant des produits alimentaires, un renchérissement trimestriel de 0,9% est noté au
premier trimestre 2020, en liaison avec le sucre (+5,4%), les produits laitiers (+5,2%), les
huiles végétales (+4,8%) et les céréales (+2,2%). Sur un an, les prix des produits alimentaires

5
15/05/2020

ont progressé de 7,3%, au premier trimestre 2020, sous l’effet des huiles végétales (+20,7%),
de la viande (+10,2%), du sucre (+6,1%) et des produits laitiers (+6,0%).
Graphique 1 : Evolution de l’indice des cours des matières premières (base 100=2000)

Energie Agriculture
150 140
120
100 100
50 80
60
0 40
T1-11
T4-11
T3-12
T2-13
T1-14
T4-14
T3-15
T2-16
T1-17
T4-17
T3-18
T2-19
T1-20

T1-11
T4-11
T3-12
T2-13
T1-14
T4-14
T3-15
T2-16
T1-17
T4-17
T3-18
T2-19
T1-20
Métaux et minerais Pétrole
130 140
110 120
100
90
80
70
60
50 40
30 20
T1-11
T4-11
T3-12
T2-13
T1-14
T4-14
T3-15
T2-16
T1-17
T4-17
T3-18
T2-19
T1-20

T1-11
T4-11
T3-12
T2-13
T1-14
T4-14
T3-15
T2-16
T1-17
T4-17
T3-18
T2-19
T1-20
Source : Banque mondiale
Tableau 1 : Evolution de l’indice des cours des matières premières (base 100 = 2000)
2019 2020 Variations
T1 (1) T4 (2) T1 (3) Trim. (3)/(2) Glis. (3)/(1)
Produits alim 166,2 176,8 178,4 0,9% 7,3%
Céréales 167,3 163,6 167,2 2,2% -0,1%
Huiles végétales 130,8 150,6 157,8 4,8% 20,7%
Sucre 182,2 183,4 193,3 5,4% 6,1%
Viande 162,4 187,0 178,9 -4,3% 10,2%
Produits laitiers 193,0 194,5 204,6 5,2% 6,0%
Source : FAO-DPEE
Sur le marché du pétrole, les cours se sont fortement
Chute du cours du pétrole
Brent au premier trimestre repliés au premier trimestre 2020 suite à l’effondrement
2020 de la demande mondiale de pétrole liée au
ralentissement de l'activité économique, sur fond de la
pandémie. Par ailleurs, les divergences entre l'Arabie saoudite et la Russie au sujet des
réductions de production ont accentué cette baisse. Ainsi, au premier trimestre 2020, le cours
moyen du baril de Brent est ressorti à 50,5 dollars, soit une baisse trimestrielle de 19,4%. En
glissement annuel, les cours du baril de Brent ont, également, baissé de 20,1% au premier
trimestre 2020.

6
15/05/2020

II. ACTIVITE ECONOMIQUE INTERNE

II.1. SECTEUR REEL


Au premier trimestre 2020, l’activité économique interne hors agriculture et sylviculture,
mesurée par l’Indice Général d’Activité (IGA), s’est contractée de 5,9% en variation
trimestrielle. Sur une base annuelle, un repli de 1,9% de l’activité est noté.

Au plan interne, l’activité économique hors agriculture et sylviculture a baissé de 5,9%, en


variation trimestrielle, au premier trimestre 2020. Ce résultat reflète les contreperformances
des secteurs tertiaire (-6,8%), secondaire (-6,0%) et de l’administration publique (-7,5%).
Pour sa part, le secteur primaire s’est consolidé de 5,7% sur la période.
Sur une base annuelle, une contraction de 1,9% de l’activité est notée, au premier trimestre
2020, en liaison avec le secondaire (-4,9%), le tertiaire (-2,2%) et l’administration publique (-
1,6%).

Tableau 2 : Indice Général d’Activité hors agriculture et sylviculture CVS (base 100 = 2016)
2 019 2020 Variations
Indice Général d’activité Poids
(hors agriculture), CVS 2019 Trim. Gliss.
T1 (1) T4 (2) T1 (3)
(3)/(2) (3)/(1)
Secteur Primaire 5,7% 117,9 126,6 133,9 5,7% 13,5%
Secteur Secondaire 26,8% 120,1 121,6 114,2 -6,0% -4,9%
Secteur Tertiaire 51,6% 94,3 99,0 92,2 -6,8% -2,2%
Administration publique 15,8% 126,8 134,9 124,8 -7,5% -1,6%
IGA (hors agriculture) 100% 107,7 112,3 105,7 -5,9% -1,9%
Source : DPEE

II.1.1. SECTEUR PRIMAIRE

Le secteur primaire (hors agriculture et sylviculture) s’est raffermi de (+5,7%) entre le dernier
trimestre de 2019 et le premier trimestre de 2020, porté par la pêche (+26,5%) et amoindrie
par la contraction de l’élevage (-3,5%).
Sur une base annuelle, le secteur primaire, hors agriculture et sylviculture, s’est également
consolidé de 13,5% au premier trimestre de 2020, à la faveur des performances de l’élevage
(+5,3%) et de la pêche (+31,3%).

Tableau 3 : Evolution de l’indice du secteur primaire corrigé des variations saisonnières (base 100 = 2016)

Pond 2019 2020 Variations


(2019) T1 T4 T1 Trim. Gliss.
SECTEUR PRIMAIRE
(1) (2) (3) (3)/(2) (3)/(1)
PRIMAIRE (hors agriculture & sylviculture) 5,7% 117,9 126,6 133,9 5,7% 13,5%
Elevage 4,0% 116,8 127,4 122,9 -3,5% 5,3%
Pêche 1,8% 120,4 125,0 158,1 26,5% 31,3%
Source : DPEE

7
15/05/2020

Au premier trimestre 2020, les débarquements de la pêche se


Hausse des
débarquements de sont consolidés de 26,5%, en rythme trimestriel, attribuable
pêche, en variation aux accroissements respectifs des prises artisanale (+36,9%)
trimestrielle
et industrielle (+46,7%). Le renforcement de la pêche
artisanale est principalement porté par les débarquements
dans les régions de Dakar (+16,1%), de Saint-Louis (+35,4%), de Thiès (+51,9%), de
Ziguinchor (+23,6%) et de Fatick (+73,7%). Pour ce qui est de la pêche industrielle, une
hausse des captures de « poulpe, seiche, sole, rouget, raie, filet de poisson plat » (+112,7%) et
de « sardinelles, maquereaux, chinchards » (+228,0%) est notée au premier trimestre 2020, en
liaison avec l’entrée massive de navires au port de Dakar (1139 navires au premier trimestre
contre 928 au dernier trimestre de 2019).
Sur un an, un raffermissement de 31,3% de l’activité de pêche est relevé au premier trimestre
2020, à la faveur des performances respectives de ses composantes artisanale (+27,3%) et
industrielle (+35,8%). La bonne tenue de la pêche artisanale, en glissement annuel, traduit les
bons résultats enregistrés dans les régions de Thiès (+54,6%), de Saint-Louis (+9,6%), de
Fatick (+35,5%), de Kaolack (+33,8%), de Ziguinchor (+10,1%) et de Dakar (+7,6%). A
Ziguinchor, l’accroissement des débarquements a été favorisé par les conditions
météorologiques favorables, l’augmentation de l’effort de pêche, le renouvellement des
licences accordées par la Guinée Bissau et la subvention massive de moteurs hors-bords par
l’Etat du Sénégal. Pour ce qui est de la région de Dakar, la hausse des prises s’explique par la
fin des arrêts restrictifs de pêche (repos biologique et la fermeture de la pêche nocturne) et
l’affluence de pirogues venant de la grande côte (Fass Boye et Guet Ndar-Saint Louis) du fait
de l’abondance des poissons pélagiques favorisée par le phénomène d’upwelling. Dans la
région de Thiès, la fin des arrêts restrictifs a, également, favorisé l’augmentation des
débarquements. Concernant les régions de Fatick et de Kaolack, les performances sont liées à
la fin de l’interdiction de la pêche nocturne et à l’augmentation du parc piroguier saisonnier,
principalement pour la capture des espèces pélagiques. Pour sa part, la bonne orientation des
débarquements industriels, essentiellement constitués de « sardinelle, maquereaux, chinchards
» (+1770,1%) et de « poulpe, seiche, sole, rouget, raie, filet de poisson plat » (+9,2%) est
favorisée par l’accroissement des entrées de bateaux au niveau du port de Dakar (1139 navires
au premier trimestre 2020 contre 956 navires au premier trimestre 2019).

8
15/05/2020

Graphique 2 : Evolution des débarquements de la pêche (en tonnes)

Pêche artisanale (cvs) "axe principal" (trimestrielle)


470,0 Pêche industrielle (cvs) "axe secondaire" ( trimestrielle) 770

420,0 670
570
370,0
470
320,0
370
270,0 270
220,0 170

Source : DPM, PAD, DPEE


Le sous-secteur de l’élevage s’est contracté de
Repli du sous-secteur de
l’élevage, en variation 3,5% en variation trimestrielle, au premier trimestre
trimestrielle 2020. Ce repli s’explique par la baisse des
productions contrôlées de viande ovine (-10,6%) et
caprine (-9,5%) du fait des premiers effets de la crise sanitaire (couvre-feu, fermeture de
marchés et loumas) et de la rareté saisonnière des petits ruminants sur la période.
Sur une base annuelle, le sous-secteur de l’élevage s’est renforcé de 5,3% au premier
trimestre 2020, à la faveur des abattages contrôlés de bovins (+9,6%), de porcins (+49,5%) et
de camelins (+325,2%). La bonne tenue de la production contrôlée de viande est favorisée par
une meilleure fréquentation des abattoirs (adhésion de nouveaux clients) et une augmentation
du poids moyen des carcasses, sur la période.
Graphique 3 : Evolution de la production contrôlée de viande (en tonnes)

400
380
360
340
320
300
280
2015 2016 2017 2018 2019

Source : SOGAS, DPEE

Dans la vallée du fleuve Sénégal, la saison sèche


Agriculture : Consolidation
chaude, première étape de la campagne agricole
du financement de la saison
chaude sèche, dans la vallée 2020-2021, est marquée par une consolidation du
du fleuve Sénégal financement. S’agissant des mises en valeur, les
prévisions et les réalisations à fin mars 2020 ont été
revues à la hausse. En particulier, les niveaux de semis et de repiquages de la riziculture sont
en progression, comparativement à l’année précédente.

9
15/05/2020

A fin mars 2020, le cumul du financement


Renforcement du financement
accordé par la Banque Agricole lors des deux
et hausse des surfaces
comités de crédits tenus pour la campagne de
emblavées dans la vallée
saison sèche chaude 2020 s’est établi à 8,951
milliards de FCFA (équivalent à 23 975 ha), en
hausse de 3,7% par rapport à la même période de 2019. Cette orientation traduit l’engouement
des producteurs pour la riziculture de saison sèche chaude comparativement à celle
d’hivernage. S’agissant des prévisions de mise en valeur, elles ont porté sur 54 815 hectares,
en saison sèche chaude 2020, contre une superficie de 54 400 hectares (+0,7%) à la même
campagne de 2019. En outre, un niveau de réalisation de 76,7% (42 040 hectares) a été atteint,
soit en hausse de 8 points de pourcentage par rapport à la même période de l’année dernière
(68,8%). Par ailleurs, la mise en place de l’engrais subventionné se poursuit au niveau de
toutes les zones de production. Cependant, relativement aux prévisions de mise en valeur, un
déficit d’urée est observé dans certaines localités telles que Matam et Dagana.

A l’an 3 de la deuxième phase du


Cas de la riziculture : hausse des
Programme national d’autosuffisance en
réalisations au premier trimestre 2020
riz, la saison sèche chaude a été plus
performante à fin mars 2020 comparée à
la même période de 2019. En effet, sur une cible de 50000 hectares, les réalisations ont été
estimées à 41 736 hectares (83,4%) dans la vallée, en hausse de 4 490 hectares (9 points de
pourcentage) relativement à la même saison de 2019.

Graphique 4 : Réalisations en riz pour la saison sèche Graphique 5 : Réalisations VFS (41 736 hectares) par
chaude (en hectares) rapport aux prévisions SAED (50 000 hectares) au
premier trimestre 2020

43000
42000
41000 87% 83,4%
40000 %
39000
38000
37000
36000
35000
2019 2020

Source : SAED

10
15/05/2020

II.1.2. SECTEUR SECONDAIRE


Le secteur secondaire s’est contracté de 6,0% en rythme trimestriel, au premier trimestre
2020, du fait des activités extractives (-35,6%), de la production agro-alimentaire (-9,0%), de
la « production de métallurgie et fonderie ; fabrication d'ouvrage en métaux » (-22,7%) et de
la fabrication de matériels de transport (-37,0%). Par contre, l’« égrenage de coton et la
fabrication de textile » (+24,3%), la construction (+4,1%), la fabrication de produits
chimiques de base (+10,6%) et le « travail du caoutchouc et du plastique » (+18,3%) se sont,
particulièrement, bien comportés sur la période.
Sur une base annuelle, une contraction de 4,9% de l’activité est notée dans le secteur
secondaire, en liaison avec les activités extractives (-55,1%), la « production de métallurgie et
fonderie ; fabrication d'ouvrage en métaux » (-32,5%), le « travail du caoutchouc et du
plastique » (-25,9%) et le « travail du cuir et fabrication d'articles de voyage et de chaussures
» (-46,9%). En revanche, l’« égrenage de coton et la fabrication de textile» (+28,3%), la
production agro-alimentaire (+6,2%), la construction (+6,6%) et la fabrication de produits
chimiques de base (+11,9%) ont affiché de bons résultats sur la période.
Tableau 4 : Evolution de l’indice du secteur secondaire CVS (base 100 = 2016)
Variation
2019 2020
Pond (%)
SECTEURS
(2019) T1 T4 T1 Trim. Gliss.
(1) (2) (3) (3)/(2) (3)/(1)
Secteur Secondaire 26,8% 120,1 121,6 114,2 -6,0 -4,9
Activités extractives 3,5% 142,0 99,0 63,7 -35,6 -55,1
Industrie (hors extractives) 17,4% 109,7 119,2 113,6 -4,7 3,6
Fabrication de produits agro-alimentaires 8,6% 118,0 137,6 125,3 -9,0 6,2
Raffinage du pétrole et cokéfaction 0,3% 93,2 73,3 83,3 13,7 -10,6
Fabrication de produits chimiques de base 0,6% 132,0 133,6 147,8 10,6 11,9
Fabrication de ciment et d'autres matériaux de
0,8% 107,8 109,9 107,8 -1,9 0,0
construction
Egrenage du coton et fabrication de textile 2,3% 104,2 107,5 133,6 24,3 28,3
Travail du cuir ; fabrication d'articles de voyage et de
0,1% 276,0 232,4 146,7 -36,9 -46,9
chaussures
Sciage et rabotage du bois 0,5% 73,4 64,3 52,4 -18,5 -28,6
Fabrication de papier cartons et d'articles en papier ou
0,3% 68,0 71,5 69,3 -3,1 1,9
carton
Fabrication de produits pharmaceutiques 0,1% 77,1 81,8 60,4 -26,3 -21,7
Fabrication de savons, détergents et produits
0,4% 109,9 119,3 121,1 1,5 10,2
d'entretien
Travail du caoutchouc et du plastique 0,6% 60,9 38,2 45,2 18,3 -25,9
Production de métallurgie et de fonderie ; fabrication
1,0% 123,2 107,6 83,2 -22,7 -32,5
d'ouvrage en métaux
Fabrication de matériels de transport 0,4% 89,6 136,9 86,2 -37,0 -3,7
Autres industries manufacturières 1,5% 87,9 94,5 92,0 -2,7 4,6
Production et distribution d'électricité et de Gaz 1,6% 123,5 127,1 127,1 0,0 2,9
Production et distribution d'eau, assainissement et
1,0% 111,4 117,0 120,6 3,1 8,2
traitement des déchets
Construction 3,3% 153,0 156,7 163,1 4,1 6,6
Source : DPEE

11
15/05/2020

L’activité extractive est marquée, au premier trimestre


Contraction de
l’activité extractive, 2020, par une contraction de 38,5% en variation
en rythme trimestriel
trimestrielle, sur fond de baisse des productions d’or (-
26,6%) et de phosphate (-19,1%). Sur un an, un repli de
57,2% de l’activité est noté, au premier trimestre 2020, en liaison avec la faiblesse de la
teneur des fosses exploitées pour la production d’or.

La production d’or s’est tassée de 26,6%, en rythme


Baisse de la production
d’or au premier trimestriel, au premier trimestre 2020, sur fond de baisse
trimestre 2020
(-23,1%) de la teneur du minerai extrait sur la période
sous revue. Par ailleurs, sur le marché international, une
croissance trimestrielle de 3,0% de la demande du métal jaune est relevée au premier
trimestre, dopée par la vigueur des achats des banques centrales (+34,4%) et des investisseurs
(+98,6%) dans un contexte de morosité et d’incertitude économique liée à la Covid-19. Face à
l’accroissement de la demande, le cours de l’once d’or s’est renforcé pour s’établir à 1582,8 $
US, sa plus forte valeur depuis le premier trimestre 2013 selon le World Gold Council
(WGC).
Comparativement à la même période un an plus tôt, un affaissement de 44,4% de la
production d’or est notée au premier trimestre 2020. Cette inflexion s’explique par, d’une
part, la réduction volontaire des opérations de site pour contrer la propagation de la Covid-19
et, d’autre part, la faible teneur (1,42 gramme/tonne en moyenne) des fosses exploitées.
En perspectives, les travaux de développement devant intégrer le projet aurifère de Massawa à
Sabodala se poursuivent. Les futurs minerais de Massawa devraient être disponibles à partir
du troisième trimestre 2020.

La production de Concernant le phostphate, la production est ressortie à


phosphate baisse en 339 000 tonnes au premier trimestre 2020, soit une
rythme trimestriel
baisse de 19,1% par rapport au trimestre précédent.
Au delà des incidents mécaniques et électriques
habituels, cette situation découle en grande partie de la dimunition volontaire de la
fréquentation des mines dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Sur un an,
une contraction de 19,5% est notée au premier trimestre 2020.
Au titre de l’attapulgite (absorbant naturel), la
Forte hausse de
l’attapulgite au premier production est évaluée à un niveau record de 58 433
trimestre 2020
tonnes au premier trimestre 2020, soit des croissances

12
15/05/2020

respectives de 66,5% et 42,7% en rythme trimestriel et en glissement annuel. Cette embellie


conjoncturelle, relève de la bonne orientation des commandes étrangères sur la période sous
revue. En effet, l’amélioration des conditions de chargement au port de Dakar et la baisse des
surestaries ont rendu le produit plus compétitif sur le marché européen, sa principale
destination.
En perspectives, la production est attendue à 150 000 tonnes à fin décembre 2020.
Pour ce qui est de la production de sel, une croissance
Bonne tenue de la
production de sel au trimestrielle de 8,5% est notée au premier trimestre
premier trimestre 2020 2020, à la faveur des exportations (+18,9%) en dépit
de la cherté du transport maritime sur la côte Ouest
africaine.
Sur un an, un repli de 1,2% de la production de sel est noté au premier trimestre 2020, en
liaison avec la contraction (-3%) de la demande étrangère. En revanche, les ventes locales ont
progressé (+7,6%), stimulées par la nouvelle demande en provenance des grandes surfaces et
des industries agroalimentaires.
En perspectives, les projections restent maintenues autour de 300 000 tonnes en 2020 malgré
les contraintes liées au coronavirus dans certains pays de destination du sel sénégalais.
Graphique 6: Evolution des productions d’or (en once), de phosphate, de sel et d’attapulgite (en tonnes)

Production or (once)
500000
Phosphate
450000
68 475,7 71 946,2 400000
64 031,0 350000
56 903,0 300000
52 089,5
48 642,9 250000
40 006,5 200000
150000
100000
50000
0
T2-2016
T1-2016

T3-2016
T4-2016
T1-2017
T2-2017
T3-2017
T4-2017
T1-2018
T2-2018
T3-2018
T4-2018
T1-2019
T2-2019
T3-2019
T4-2019
T1-2020

T1 T1 T1 T1 T1 T1 T1
2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020

Source : Teranga Gold Source : Industries Chimiques du Sénégal (ICS)

80000 Attapulgite 100000 Ventes locales


Ventes à l'exportation
70000 Production
80000
60000
50000 60000
40000
40000
30000
20000
20000
10000
0 0
T4-2018
T1-2019
T1-2016
T2-2016
T3-2016
T4-2016
T1-2017
T2-2017
T3-2017
T4-2017
T1-2018
T2-2018
T3-2018

T2-2019
T3-2019
T4-2019
T1-2020

T3-2017

T3-2019
T1-2016
T2-2016
T3-2016
T4-2016
T1-2017
T2-2017

T4-2017
T1-2018
T2-2018
T3-2018
T4-2018
T1-2019
T2-2019

T4-2019
T1-2020

Source : Société Sénégalaise des Phosphates de Thiès (SSPT) Source : Salins du Sine Saloum (SSS)

13
15/05/2020

La fabrication de corps gras alimentaires s’est


Contraction de l’activité de
fabrication des corps gras contractée de 45,1% au premier trimestre 2020, en
alimentaires, en rythme rythme trimestriel, essentiellement plombée par la
trimestriel
trituration (-50,4%) et le raffinage d’huile d’arachide
(-45,7%). Pour sa part, la production de tourteaux d’arachide s’est également repliée de
40,4%. Ces orientations découlent des arrêts techniques, suite à l’épuisement des stocks de
graines issues de la précédente campagne agricole 2018/2019.
En glissement annuel, un repli de 3,3% est enregistré au premier trimestre 2020, dans la
branche des corps gras alimentaires, principalement dû au démarrage tardif des productions
pour la nouvelle campagne. Cette dernière a enregistré une baisse de 67,8% du niveau de
collecte (27 434 tonnes de graines d’arachide à fin mars 2020 contre 85 268 tonnes un an plus
tôt).
Par conséquent, les ventes locales d’huile raffinée d’arachide se sont repliées de 48%. En
revanche, les ventes de tourteaux d’arachide se sont nettement améliorées de 65,3%, suite à
une forte demande des meuniers.
Graphique 7 : Evolution de la production d’huile (en milliers de tonnes)

Produits arachidiers huile brute huile raffinée


70
60
50
40
30
20
10
0
2019
2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

2018

2020

Source : SONACOS

Au premier trimestre 2020, l’activité de fabrication


Repli de l’activité de
fabrication de « sucre, de sucre, confiserie et chocolaterie, corrigée des
confiserie et chocolaterie » variations saisonnières, s’est repliée de 25% en
rythme trimestriel du fait de la baisse de la
production de sucre et de confiserie.
Sur un an, la fabrication de sucre, confiserie et chocolaterie s’est consolidée de 9,1%, sous
l’impulsion du raffinage de sucre (+22,2%). Toutefois, cette évolution signale une reprise
graduelle de l’activité de production sucrière qui a été fortement affaiblie, l’année dernière,
par la concurrence du sucre importé.

14
15/05/2020

Graphique 8: Evolution de la production (en tonnes) de sucre


Sucre_produit_cvs Sucre_import_cvs
100000
80000
60000
40000
20000
0
T3-2006

T1-2011

T3-2015

T1-2020
T1-2005
T3-2005
T1-2006

T1-2007
T3-2007
T1-2008
T3-2008
T1-2009
T3-2009
T1-2010
T3-2010

T3-2011
T1-2012
T3-2012
T1-2013
T3-2013
T1-2014
T3-2014
T1-2015

T1-2016
T3-2016
T1-2017
T3-2017
T1-2018
T3-2018
T1-2019
T3-2019
Source : CSS
Au premier trimestre 2020, l’activité d’égrenage de
Consolidation de l’activité
d’« égrenage de coton et coton et de fabrication de textile s’est accrue de
fabrication de textile » 24,3%, en variation trimestrielle, grâce à la bonne
tenue de la sous-branche de textile qui s’est confortée
de 24,7% sur la période.
Sur une base annuelle, l’activité de la branche a progressé de 28,3%, au premier trimestre
2020, à la faveur de la consolidation de l’industrie textile et de l’égrenage de coton.
L’évolution de ce dernier est principalement expliquée par une bonne campagne agricole
2019/2020 de coton, qui malgré la baisse de 28% des surfaces emblavées sur la période sous
revue, a vu sa production progresser de 4,2%. Ce résultat a été favorisé par la forte hausse du
rendement au champ qui s’est établi à presque 1 tonne à l’hectare (0,994 tonne/hectare), soit
un bond de 43% relativement au rendement de 2018 (0,696 tonne/hectare).

La production d’énergie du premier trimestre 2020 a


Hausse de la production
énergétique au premier progressé de 1,1% par rapport à celle du trimestre
trimestre 2020 précédent, du fait, essentiellement, de la hausse de 3,1%
de l’activité de « production d’eau, assainissement et
traitement des déchets ». La consommation d’électricité est restée globalement inchangée en
variation trimestrielle, sous les effets combinés d’une hausse de la consommation en haute
tension de 4,8% et du repli des composantes basse (-0,7%) et moyenne tension (-0,2%). Sur
un an, le sous-secteur de l’énergie s’est consolidé de 4,8%, au premier trimestre 2020, porté
par les bonds respectifs des productions d’électricité (+2,9%) et d’eau potable (+8,2%). Au
titre de l’électricité, la bonne tenue des ventes, en glissement annuel, reflète un dynamisme
des composantes basse (+4,2%) et haute tension (11,2%) ; la consommation en moyenne
tension étant ressortie en baisse de 1,4%. En particulier, la performance de la tranche basse
tension est liée à l’accroissement de 11,4% (+168 568 nouveaux clients) de la clientèle, porté
par l’offre woyofal (+31,4%) dans un contexte d’extension de l’urbanisation. Les ventes

15
15/05/2020

d’électricité en haute tension ont, également, été renforcées grâce à l’accroissement du


nombre d’abonnés à cette tranche.

Graphique 9: Evolution des production et ventes (en Gigawatt/h) d’éléctricité


1 400 2 000
1 200
1 000 1 500
800
1 000
600
400 500
200
- -

Production (Gigawatt/h) Ventes (Gigawatt/h) Clientèle (x1000) "axe secondaire"

Source : SENELEC

En rythme trimestriel, l’activité de raffinage de pétrole s’est


Hausse du raffinage
de pétrole au premier raffermie de 13,7% au premier trimestre 2020.
trimestre 2020 Comparativement à la même période en 2019, le raffinage
de pétrole s’est contracté de 10,6% au premier trimestre
2020, frappé par les restrictions sur les transports en vue d’endiguer la crise sanitaire en cours.
La production chimique s’est consolidée de 10,6%
Consolidation de la production
en rythme trimestriel, au premier trimestre 2020.
chimique de base en variation
trimestrielle Cette performance s’explique par la forte hausse de
la production d’engrais (+303,6%), stimulée par les
commandes de l’Etat du Sénégal. En revanche, l’acide phosphorique a fléchi (-13,5%) en
variation trimestrielle, en raison des travaux d’entretien et de maintenance des installations en
début d’année. Sur un an, une progression de 11,9% est notée au premier trimestre 2020, sous
les effets conjugués de la production d’engrais (+40,7%) et d’acide phosphorique (+3,8%).
Graphique 10: production d’acide phosphorique et d’engrais (en tonnes)

200000 Acide phosphorique 80000 Engrais


150000 60000

100000 40000

50000 20000

0 0
T1 2017

T2 2018
T2 2017
T3 2017
T4 2017
T1 2018

T3 2018
T4 2018
T1 2019
T2 2019
T3 2019
T4 2019
T1 2020

Source : ICS Source : ICS

16
15/05/2020

En variation trimestrielle, la production de ciment s’est repliée


Repli de l’activité des
cimenteries au premier de 2,6% au premier trimestre 2020, imputable aux exportations
trimestre 2020 (-12,9%). La demande locale a, par contre, progressé de 2,5%.
Sur une base annuelle, une croissance de 0,2% de l’activité des
cimenteries est notée au premier trimestre 2020, soutenue par les ventes locales (+6,7%). Ces
dernières ont été, principalement, boostées par la hausse de la demande intérieure, en dépit de
l’augmentation du prix de vente du ciment (+6,3% en moyenne sur les trois premiers mois de
2020).
S’agissant des ventes à l’étranger, elles ont chuté de 18,2%, du fait essentiellement des premiers
effets de la pandémie et de la baisse de la part destinée au Mali. En effet, dans ce pays partenaire, le
ciment du Sénégal est concurrencé par celui provenant du Maroc, de la Côte d’Ivoire et de l’Inde,
plus compétitif en termes de prix. A cela s’ajoute le développement des cimenteries maliennes et les
nouvelles restrictions sur le tonnage des gros porteurs maliens (passant de 60 à 40 tonnes) qui ont
constitué un frein pour les exportations, sur la période.
Graphique 11: Evolution de la production de ciment corrigée des variations saisonnières (x1000 tonnes)

2 000
1 800
1 600
1 400
1 200
1 000
800
600
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
Source : SOCOCIM, CDS, DANGOTE
Sous l’impulsion des productions de farine de blé (+16,4%),
Progression de l’activité
d’aliment de bétail (+49,1%) et d’aliment de volaille
des industries meunières
(+13,9%), la minoterie a progressé de 3,6% au premier
trimestre 2020 par rapport au trimestre précédent.
Sur un an, l’activité meunière s’est raffermie de 8,7% au premier trimestre 2020, à la faveur de la
bonne orientation des productions de farine de blé (+13,4%), d’aliment de bétail (+17,9%) et de
volaille (+19,4%). L’évolution de la production de farine de blé est particulièrement soutenue par la
reconstitution des stocks en vue de la préparation du Ramadan. S’agissant de la fabrication
d’aliments pour animaux, la performance s’explique par des anticipations de production liées à un
investissement public de 5 milliards de F CFA dans le sous-secteur de l’élevage. Pour sa part, la
fabrication d’aliment de bétail a tiré profit des approvisionnements précoces en son de blé
(représentant 50% de l’aliment de bétail) et tourteaux d’arachide, compte tenu de la rareté du
fourrage. Quant à l’aliment de volaille, les importantes productions ont été réalisées à la faveur
d’une forte demande intérieure.

17
15/05/2020

Graphique 12: Evolution des productions dans la minoterie (en tonnes)


Farine de blé Aliment de volaille Aliment de bétail
104 000,0

84 000,0

64 000,0

44 000,0

24 000,0

4 000,0
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020

Source : FKS, GMD, NMA, SEDIMA


Au premier trimestre de 2020, l’activité de fabrication
Contraction de l’activité
de fabrication d’articles à de tabac et d’articles à base de tabac s’est contractée
base de tabac de 16,7% en rythme trimestriel. Cette diminution est
principalement due à une baisse des exportations vers
la Gambie et le Togo, suite à une forte concurrence du Nigéria.
Sur un an, l’activité de fabrication de produits à base de tabac s’est repliée de 5,7% au premier
trimestre de 2020. Ainsi, la branche a continué de subir les contrecoups de la directive de
l’UEMOA portant harmonisation des législations des Etats membres en matière de droits
d’accises applicables au tabac. Cette dernière a, en effet, entrainé un passage de la fiscalité sur
le produit de 50% à 65%, en juillet 2018.
Au premier trimestre 2020, la fabrication de « cuir,
Repli de la fabrication de cuir
en rythme trimestriel articles de voyage et chaussures » s’est contractée
de 36,9%, en rythme trimestriel, et 46,9% en
glissement annuel. Ces contreperformances sont imputables à la baisse des commandes en
cuir semi fini de la Chine et de l’Italie, en liaison avec la pandémie de Covid-19.

La production pharmaceutique du premier trimestre


Baisse de la production
2020 s’est repliée de 26,3%, en variation
pharmaceutique au
premier trimestre 2020 trimestrielle, en liaison avec la demande. Sur un an,
une contraction de 21,7% est notée au premier
trimestre 2020. Les importations autorisées et les nombreux circuits parallèles ont fortement
limité la production locale sur la période.

La fabrication de « savons, détergents et produits


La production cosmétique
s’accroit au premier d’entretien » s’est affermie de 1,5%, en variation
trimestre 2020 trimestrielle, sur fond de hausse de la demande en cette
période de crise sanitaire. En glissement annuel, la
branche s’est, aussi, bonifiée de 10,2% au premier trimestre 2020, sous l’effet de la demande.

18
15/05/2020

II.1.3. SECTEUR TERTIAIRE

L’activité dans le secteur tertiaire s’est amoindrie de 6,8% entre le quatrième trimestre 2019 et
le premier trimestre 2020, en rapport avec les activités immobilières (-17,3%), les « activités
spécialisées, scientifiques et techniques » (-21,4%), le transport (-11,0%), le commerce (-
2,8%), l’« hébergement et la restauration » (-12,3%) et les « activités artistiques, culturelles,
sportives et récréatives » (-32,1%).
Sur une base annuelle, une contraction de 2,2% du secteur tertiaire est notée au premier
trimestre, en liaison avec les activités immobilières (-20,8%), les « activités spécialisées,
scientifiques et techniques » (-16,8%), l’« information et communication » (-10,5%),
l’enseignement (-5,9%), l’ « hébergement et la restauration » (-13,4%) et le transport (-3,3%).
Graphique 13: Evolution de l’indice des activités du secteur tertiaire
Tertiaire Commerce Service
140
130
120
110
100
90
80
70
60
T1-18

T2-18
T1-16

T2-16

T3-16

T4-16

T1-17

T2-17

T3-17

T4-17

T3-18

T4-18

T1-19

T2-19

T3-19

T4-19

T1-20
Source : DPEE
Tableau 5: Evolution de l’indice du secteur tertiaire (base 100 = 2016)
2019 2020 Variations (%)
Poids
2019 Trim1 Trim4 Trim1 Trim. Glis.
(1) (2) (3) (3)/(2) (3)/(1)

Secteur Tertiaire 51,6% 94,3 99,0 92,2 -6,8% -2,2%


Commerce 14,6% 121,5 136,4 132,6 -2,8% 9,1%
Transport 4,2% 112,8 122,5 109,1 -11,0% -3,3%
Hébergement et restauration 1,4% 143,5 141,6 124,2 -12,3% -13,4%
Information et communication 4,5% 112,7 103,6 100,9 -2,6% -10,5%
Télécommunications 3,4% 118,9 114,4 108,3 -5,3% -8,9%
Autres Activités d'Information et de Communication 1,1% 94,6 71,9 79,1 10,0% -16,4%
Activités financières et d'assurance 2,7% 126,0 137,7 130,3 -5,4% 3,4%
Activités immobilières 8,3% 42,7 40,9 33,8 -17,3% -20,8%
Activités spécialisées, scientifiques et techniques 5,1% 74,2 78,5 61,7 -21,4% -16,8%
Activités de services et de soutien et de Bureau 1,9% 133,7 124,7 120,7 -3,3% -9,7%
Enseignement 5,0% 28,9 27,8 27,2 -2,1% -5,9%
Activités pour la santé 1,6% 104,5 105,0 105,2 0,2% 0,7%
Activités artistiques, culturelles, sportives et récréatives 0,5% 113,2 116,6 79,2 -32,1% -30,1%
Autres services 1,8% 117,9 124,1 119,2 -4,0% 1,1%
Source : DPEE

19
15/05/2020

II.1.3.1: Le sous-secteur du commerce

En variation trimestrielle, le sous- secteur du commerce s’est


Repli de l’activité
commerciale replié de 2,8% au premier trimestre 2020, imputable
essentiellement au commerce de détail (-6,6%). Le
fléchissement des ventes en détail est expliqué par la contraction du commerce de carburant (-
8,1%), en liaison avec la crise sanitaire.
Sur un an, le sous-secteur du commerce s’est bonifié de 9,2%, tiré principalement par les
ventes en gros (+18,3%). Pour sa part, l’augmentation du commerce de gros est expliquée par
la hausse des commandes des détaillants en vue de se prémunir d’une éventuelle pénurie, du
fait de la crise sanitaire.
Graphique 14: Evolution de l’activité dans le commerce

Trimestrielle Glissement
18,3%
2.0%
1.5%
9,2%
1.0% 6,4% 7,1%
0.5% -3,8%
0.0%
-0.5% -2,8%
-1.0% -7,3% -6,6%
Commerce et Commerce de gros Commerce de détail Ensemble commerce
réparation d'auto
Source : DPEE

II.1.3.2: Le sous-secteur des services

L’activité de transport a baissé de 11% entre le


Baisse des transports au
premier trimestre 2020 quatrième trimestre 2019 et le premier trimestre 2020.
Cette contreperformance est imputable à
l’« entreposage et activités auxiliaires des transports » (-11,3%) et aux transports routiers (-
17%). Une évolution similaire a été notée en glissement annuel. En effet, l’activité de la
branche s’est repliée de 3,3% sur la période sous-revue, en rapport avec l’« entreposage et
activités auxiliaires des transports » (-4,3%) et les transports routiers (-3,7%), sous l’effet des
restrictions adoptées en vue de contenir la pandémie.

Au premier trimestre 2020, l’activité de la branche


Repli trimestriel de la
branche « Information et « information et communication » s’est contractée de
communication » au premier
trimestre 2020 2,8%, en variation trimestrielle, imputable
essentiellement en aux télécommunications (-5,3%).

20
15/05/2020

Par ailleurs, les « autres activités d’information et de communication » ont crû de 10% sur la
période.
Sur un an, un repli de 10,5% de l’« information et communication » est noté au premier
trimestre 2020, attribuable aux télécommunications (-8,5%) et aux « autres activités
d’information et de communication » (-16,4%). La baisse de l’activité dans les
télécommunications est consécutive à une contraction de 19,4% du trafic voix, malgré une
augmentation de 25,6% de celui de l’internet. Concernant ce dernier segment, la consolidation
est favorisée par le passage au télétravail d’une bonne partie des travailleurs et l’adoption de
l’enseignement à distance, du fait de la crise sanitaire.
Au premier trimestre 2020, la situation des
La téléphonie mobile,
leader du marché des télécommunications a été mitigée. La téléphonie mobile,
télécommunications
leader du marché, a globalisé un parc de 17 948 492 lignes
au 31 mars 2020, soit une progression de 0,4% par rapport
au trimestre précédent. Sur une base annuelle, le parc du mobile a augmenté de 5,7% à fin
mars 2020. Le volume cumulé des communications émises est ressorti à 4,5 milliards de
minutes au cours de ce trimestre, contre 5,6 milliards au trimestre précédent ; soit une baisse
de 19,4%. Comparé à fin mars 2019, le volume cumulé des communications du segment
mobile est en recul de 34,3% au premier trimestre 2020. S’agissant du trafic de messages
texte (SMS), 1,1 milliard d’unités ont été émises au premier trimestre de 2020, en baisse de
5,8% par rapport au trimestre précédent. En glissement annuel, un recul de 4% du nombre de
messages texte est noté au premier trimestre de 2020. Le taux de pénétration de la téléphonie
mobile s’est établi à 110,7% à fin mars 2020, soit une hausse de 0,4 point par rapport au
trimestre précédent. Pour ce qui est de la téléphonie fixe, son parc global de lignes a augmenté
de 1,7% au premier trimestre de 2020 par rapport au trimestre précédent, passant à 211 026
lignes. Ce regain est dû à une hausse de 1,9% du parc de lignes résidentielles et de 0,5% du
parc de lignes professionnelles au cours du trimestre. Comparé à fin mars 2019, le parc de
lignes fixes a baissé de 31,4% au premier trimestre de 2020. Le taux de pénétration sur ce
segment de marché s’établit à 1,3% à fin mars 2020. Pour sa part, le parc global du marché de
l’internet s’est situé à 13 529 883 lignes, soit une augmentation de 12,3% en rythme
trimestriel. Les utilisateurs de l’internet mobile 2G/3G/4G représentent 97,9% du parc internet
au 31 mars 2020. Sur un an, une hausse de 25,6% du parc de l’internet est enregistrée au
premier trimestre 2020. Le taux de pénétration sur ce marché est ressorti à 83,5% à fin mars
2020.

21
15/05/2020

Les services d’« hébergement et restauration » ont


Chute de l’activité des
services d’hébergement et chuté de 12,3%, en variation trimestrielle, au premier
restauration au premier
trimestre 2020 trimestre 2020.
Sur une base annuelle, une baisse de 13,4% de l’activité
de la branche est relevée au premier trimestre 2020, sous l’effet de la pandémie et des mesures
prises pour l’endiguer (fermeture des frontières, restrictions sur la libre circulation des
personnes).
Par rapport au quatrième trimestre 2020, les services
Fléchissement de l’activité
des services financiers et financiers et d’assurance se sont fléchis de 5,4% au
d’assurance premier trimestre 2020. En glissement annuel, une
croissance de 3,4% des services financiers et
d’assurance est notée, en phase avec l’évolution des créances sur l’économie (+7,5%) sur la
période sous revue. Cette embellie traduit la relance de l’octroi de crédits aux privés, avec
l’adoption d’un nouveau plan comptable bancaire (PCB) et des règles prudentielles de Bâle II
et Bâle III.
Graphique 15: Evolution de l’activité dans les services

Finance- Activités
Transport Hebr-resto Télécom assurance immo Enseignement santé
0.5% 3,4%
0,2% 0,7%
0.0%
-0.5% -3,3% -2,1%
-5,3% -5,4% -5,9%
-1.0%
-8,9%
-1.5% -11,0% -12,3%
-13,4%
-2.0% -17,3%
Trimestrielle Glissement -20,8%
-2.5%
Source : DPEE

22
15/05/2020

II.2. EVOLUTION DE L’ACTIVITE RECENTE : UNE ANALYSE PAR LA


DEMANDE1
La croissance trimestrielle du PIB, mesurée sur une base annuelle, s’est établie à 5,8% en
moyenne sur la période 2014-2019, contre 3,5% sur la période 2010-2013
Graphique 16 : Evolution de la croissance du PIB trimestriel (en glissement)

1.2%
1.0%
0.8% 5,8%
0.6% 3,5%
0.4%
0.2%
0.0%
T1-2010
T2-2010

T4-2010
T1-2011
T2-2011
T3-2011
T4-2011
T1-2012

T3-2012
T4-2012
T1-2013
T2-2013
T3-2013
T4-2013
T1-2014
T2-2014
T3-2014
T4-2014
T1-2015
T2-2015
T3-2015
T4-2015
T1-2016

T3-2016
T4-2016
T1-2017
T2-2017
T3-2017
T4-2017

T2-2018
T3-2018
T4-2018
T1-2019
T2-2019
T3-2019
T3-2010

T2-2012

T2-2016

T1-2018

T4-2019
-0.2%

Source : DPEE

La décomposition de la croissance du PIB trimestriel par la demande fait ressortir une


prédominance de la contribution de la consommation qui s’est située, en moyenne, à 4,2
points sur la période 2014-2019 contre 2,0 entre 2010 et 2013. Elle est notamment favorisée
par l’accroissement des revenus des ménages, suite aux politiques de réduction des taxes sur
le revenu et le capital ainsi qu’à l’octroi de bourses familiales aux populations les plus
démunies, dans un contexte marqué par une faible évolution des prix des denrées alimentaires
de première nécessité.
Concernant l’investissement, sa contribution à la croissance est ressortie à 1,2 point entre
2014 et 2019 contre 0,8 sur la période 2010-2013. L’apport de l’investissement à la
croissance, sur la période 2014-2019, est largement attribuable aux grands projets publics et
privés. Ces derniers sont sous-tendus par les importantes politiques de réalisation
d’infrastructures, d’aménagement du territoire, de modernisation de l’agriculture, de
production d’énergie et de relance de l’activité industrielle.
S’agissant du commerce extérieur, la contribution des exportations de biens et services à la
croissance du PIB est estimée à 2,8 points en moyenne entre 2014 et 2019, contre 1,9 point
sur la période 2010-2013. Le regain d’exportations de biens sur la période sous revue est
attribuable aux produits alimentaires (+97,1%), au ciment hydraulique (+74,9%), aux engrais
minéraux et chimiques (+284,6%) et à l’acide phosphorique (+59,4%). Les ventes à l’étranger
de zircon et d’or brut non monétaire ont, également, considérablement contribué à

1
Le calcul des composantes du PIB, par la demande, a été effectué par étalonnage – calage des comptes
nationaux sur la base d’indicateurs conjoncturels pertinents. La technique des acquis, appliquée au PIB en
volume et ses composantes par la demande a, également, permis de réaliser des prévisions de la croissance à très
court terme qui feront l’objet de publication ultérieurement.
23
15/05/2020

l’augmentation du volume des exportations sur les six dernières années. En revanche, les
importations de biens et services ont davantage pesé sur la croissance du PIB, leur
contribution passant de -1,2 point, en moyenne trimestrielle, entre 2010 et 2013 à -2,5 points
sur la période 2014-2019. Cette évolution corrobore les importants achats de biens
d’équipements dans le cadre de la réalisation des projets d’investissement de la phase II du
plan de développement économique.
Graphique 17: Evolution des contributions à la croissance en glissement

Import Consommation Investissement Export Croissance du PIB


1.6%
1.1%
0.6%
0.1%
-0.4%
-0.9%
-1.4%

Source : DPEE

II.3. EMPLOI ET OPINION DES CHEFS D’ENTREPRISES

II.3.1. Emploi salarié dans le secteur moderne


A fin mars 2020, l’emploi salarié du secteur moderne s’est replié de 1% en rythme
trimestriel, suite à la baisse des effectifs dans les secteurs secondaire (-1,5%) et tertiaire (-
0,4%). Sur un an, le nombre de salariés dans le secteur moderne s’est accru de 4,3%, sous
l’impulsion de l’emploi dans le secondaire (+4,4%) et le tertiaire (+4,1%).

Tableau 6: Indice de l’emploi salarié dans le secteur moderne (base 100=2014)


BRANCHES POIDS 2019 2020 Variations
Mars (1) Déc. (2) Mars (3) Trim. (3)/(2) Glis. (3)/(1)
SECONDAIRE 519 131,5 139,4 137,3 -1,5% 4,4%
TERTIAIRE 481 104,1 108,8 108,4 -0,4% 4,1%
INDICE D'ENSEMBLE 1 000 118,3 124,7 123,4 -1,0% 4,3%
Source : DPEE

✓ Baisse de l’emploi dans le secteur secondaire, en variation trimestrielle.


Au premier trimestre 2020, l’emploi salarié dans le secteur secondaire a baissé de 1,5%, par
rapport au trimestre précédent, en liaison avec le retrait de 2,3% des effectifs dans les
industries. Cette évolution est principalement expliquée par le recul de l’emploi dans les
industries agro-alimentaires (-7,3%), les industries chimiques (-5,5%) et la raffinerie de
24
15/05/2020

pétrole (-2,7%). Toutefois, ces pertes sont atténuées par la hausse des postes pourvus dans les
activités extractives (+6,2%), la « fabrication de ciment et autres matériaux de construction »
(+2,8%), la « production et distribution d’électricité et de gaz » (+2,1%), la « production
d’eau, assainissement et traitement des déchets » (+6,1%) et la construction (+5,5%).
Sur un an, une création nette de 4,4% d’emplois est observée au premier trimestre 2020,
portée principalement par les industries (+5,1%). La hausse des effectifs dans ce sous-secteur
a été soutenue par les activités extractives (+9,4%), la « fabrication de produits
agroalimentaires » (+3,1%) et la « fabrication d’autres produits manufacturiers » (+8,5%),
dont notamment celle de produits pharmaceutiques (+43,8%) et la « production de savons,
détergents et produits d’entretien » (+7,0%). Cependant, des pertes d’emplois sont
enregistrées dans les industries chimiques (-5,3%), la « fabrication de ciment et autres
matériaux de construction » (-0,7%) et la « production et distribution d’eau, assainissement et
traitement de déchets » (-14,0%). En outre, l’emploi dans le secteur de la construction est
ressorti en baisse de 0,5% sur la période sous-revue.
Tableau 7: Indice de l’emploi salarié dans le secondaire (base 100 = 2014)

2019 2020 Variations


BRANCHES POIDS
Mars Déc. Mars Trim. Glis.
(1) (2) (3) (3)/(2) (3)/(1)
SECONDAIRE 519 131,5 139,4 137,3 -1,5% 4,4%

INDUSTRIES 453 132,1 142,2 138,9 -2,3% 5,1%

ACTIVITES EXTRACTIVES 16 137,0 141,2 149,9 6,2% 9,4%

FABRICATION DE PRODUITS AGRO-ALIMENTAIRES 153 143,2 159,3 147,6 -7,3% 3,1%

RAFFINAGE DU PETROLE ET COKEFACTION 3 106,3 108,3 105,3 -2,7% -0,9%

FABRICATION DE PRODUIT CHIMIQUE 17 87,2 87,4 82,5 -5,5% -5,3%


FABRICATION DE CIMENT ET AUTRES MATERIAUX DE
17 149,8 144,7 148,8 2,8% -0,7%
CONSTRUCTION
FABRICATION D'AUTRES PRODUITS MANUFACTURES 223 124,8 135,1 135,4 0,2% 8,5%

PRODUCTION ET DISTTRIBUTION D'ELECTRICITE ET DE GAZ 21 140,2 137,3 140,1 2,1% 0,0%


PRODUCTION ET DISTRIBUTION EAU ASSAINISSEMENTS ET
2 228,6 185,3 196,5 6,1% -14,0%
TRAITEMENTS DE DECHETS
CONSTRUCTION 66 127,2 120,0 126,6 5,5% -0,5%
Source : DPEE

✓ Léger repli de l’emploi dans le secteur tertiaire, en rythme trimestriel


En variation trimestrielle, l’emploi salarié dans le secteur tertiaire s’est replié de 0,4% au
premier trimestre 2020 consécutivement à la baisse des effectifs dans le commerce (-2,9%),
particulièrement le commerce de gros (-12,5%). Toutefois, les postes pourvus dans le
commerce de détail et le commerce de véhicules se sont respectivement crû de 1,1% et 0,6%
sur la période. Au niveau des services, la légère hausse de 0,2% des effectifs est imputable à
la création d’emplois dans les activités financières et d’assurance (+2,1%), les activités de
services de soutien et de bureau (+3,9%), l’enseignement (+1%) et les activités liées à la santé
25
15/05/2020

et à l’action sociale (+25%). Par ailleurs, le nombre de salariés a significativement baissé dans
les transports (-4%), l’« hébergement et la restauration » (-3,8%), l’« information et la
communication » (-0,5%), les activités immobilières (-7,8%), et les « activités spéciales,
scientifiques et techniques » (-2,0%).

Sur une base annuelle, le nombre de salariés dans le secteur tertiaire a augmenté de 4,1% au
premier trimestre 2020, tiré essentiellement par les services (+5,4%). En effet, les postes
pourvus se sont accrus, notamment, dans les « services de soutien et de bureau » (+11,8%),
les transports (+3,7%), les « activités financières et d’assurance » (+3,9%) et l’enseignement
(+3,3%). Des pertes d’emplois sont, néanmoins, notées dans les services d’« information et de
communication » (-3,8%), l’« hébergement et restauration » (-1,4%), les activités
immobilières (-7,8%) et les « activités artistiques, culturelles, sportives et récréatives » (-
1,3%). Par contre, les effectifs du commerce se sont repliés de 1,1% sur la période, en liaison
avec la baisse des emplois dans le commerce de gros (-9,7%).

Tableau 8: Indice de l’emploi salarié dans le tertiaire (base 100 = 2014)


BRANCHES POIDS 2019 2020 Variations

Mars Déc. Mars Trim. Glis.


(1) (2) (3) (3)/(2) (3)/(1)
TERTIAIRE 481 104,1 108,8 108,4 -0,4% 4,1%

SERVICES 404 99,9 105,1 105,3 0,2% 5,4%

TRANSPORTS 166 63,4 68,4 65,7 -4,0% 3,7%

HEBERGEMENT ET RESTAURATION 29 117,9 120,8 116,3 -3,8% -1,4%

INFORMATION ET COMMUNICATION 27 103,1 99,6 99,2 -0,5% -3,8%

ACTIVITES FINANCIERES ET ASSURANCES 36 116,0 118,0 120,5 2,1% 3,9%

ACTIVITES IMMOBILIERES 1 96,3 96,3 88,8 -7,8% -7,8%

ACTIVITES SPECIALES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 15 121,3 124,2 121,7 -2,0% 0,4%

ACTIVITES DE SERVICES DE SOUTIEN ET BUREAU 101 141,2 152,0 157,9 3,9% 11,8%

ACTIVITE ADMINISTRATION PUBLIQUE 0,16 181,3 256,3 231,3 -9,8% 27,6%

ENSEIGNEMENT 26 113,5 116,0 117,2 1,0% 3,3%

ACTIVITE POUR LA SANTE HUMAINEET L'ACTION 0,08 50,0 50,0 62,5 25,0% 25,0%
SOCIALE
ACTIVITES ARTISTIQUES, CULTURELLES, SPORTIVES ET 2 115,6 114,6 114,1 -0,4% -1,3%
RECREATIVES
COMMERCE 77 126,2 128,5 124,8 -2,9% -1,1%

Commerce et réparation d'automobiles et de motocycles 9 128,3 127,5 128,3 0,6% 0,0%

Commerce de gros 17 160,5 165,6 144,9 -12,5% -9,7%

Commerce de détail 51 114,1 116,0 117,3 1,1% 2,8%

Source : DPEE

26
15/05/2020

II.3.2. Opinion des chefs d’entreprises

Le climat des affaires s’est dégradé au premier trimestre 2020, en variation trimestrielle.
L’indicateur qui le synthétise, calculé sur la base des soldes d’opinion des chefs
d’entreprises, a perdu 4,7 points sur la période et s’est situé au-dessous de sa moyenne de
longue période. Cette situation traduit les orientations défavorables des opinions des
industriels, entrepreneurs de BTP, prestataires de services et commerçants. Sur une base
annuelle, une dégradation de 4,2 points du climat des affaires est notée au premier
trimestre 2020.
Tableau 9: Indicateur de climat des affaires

Moyenne de Variation Variation


Opinion des chefs d’entreprises T1-19 T4-19 T1-20
long terme trimestrielle annuelle

Indicateur du climat des affaires 100 99,0 99,5 94,9 -4,7 -4,2
Industrie 100 98,2 101,6 99,2 -2,4 1,0

Btp 100 98,5 95,7 81,0 -14,8 -17,6

Services 100 98,9 98,3 92,3 -6,0 -6,6

Commerce 100 100,9 100,5 98,4 -2,1 -2,5


Source : DPEE

Dans l’industrie, la faiblesse de la demande (39%), la concurrence supposée déloyale (30%),


les difficultés de recouvrement des créances (30%) et l’approvisionnement difficile en
matières premières ont constitué les principales contraintes à l’activité, selon les chefs
d’entreprises. Par ailleurs, le climat des affaires s’est replié (-2,4 points) dans le sous-secteur,
en rythme trimestriel, en liaison avec les orientations négatives des soldes d’opinion relatifs
aux commandes et stocks de produits finis. Le pessimisme des enquêtés quant aux
perspectives de production et de stocks de produits finis a, également, contribué au
fléchissement de l’indicateur du sous-secteur.
Graphique 18 : Opinion des chefs d’entreprises Graphique 19 : Principales contraintes à l’activité dans
dans l’industrie au premier trimestre 2020 l’industrie au premier trimestre 2020

Source : DPEE Source : DPEE

Concernant le sous-secteur des bâtiments et travaux publics, les contraintes les plus citées par
les interrogés sont les difficultés de recouvrement des créances (80%), la concurrence

27
15/05/2020

supposée déloyale (64%), la fiscalité (38%), l’accès difficile au foncier (38%), l’insuffisance
de la demande (36%) et l’accès difficile au crédit (33%). Au total, le climat des affaires s’est
tassé (-14,8 points) dans le sous-secteur en rythme trimestriel, en liaison avec les orientations
défavorables des soldes d’opinion relatifs à l’activité générale et aux commandes (publiques
et privées). En outre, le pessimisme des enquêtés quant aux perspectives d’activité et de
commandes (publiques et privées) a contribué au repli de l’indicateur du sous-secteur.
Graphique 20 : Opinion des chefs d’entreprises dans Graphique 21 : Principales contraintes à l’activité
les BTP au premier trimestre 2020 dans les BTP au premier trimestre 2020

Source : DPEE Source : DPEE

Au titre des services, les difficultés de recouvrement des créances (62%), la concurrence jugée
déloyale (51%), l’insuffisance de la demande (28%) et la fiscalité (27%) ont été les
principales entraves au développement de l’activité, durant le premier trimestre 2020, selon la
majorité des interviewés. En rythme trimestriel, le climat des affaires s’est contracté (-6,0
points) dans le sous-secteur, en liaison avec les orientations défavorables des soldes d’opinion
relatifs aux commandes reçues, tarifs pratiqués et chiffre d’affaires.
Graphique 22 : Opinion des chefs d’entreprises dans les Graphique 23 : Principales contraintes à l’activité
services au premier trimestre 2020 dans les services au premier trimestre 2020

Source : DPEE Source : DPEE

Pour ce qui est du commerce, les difficultés de recouvrement des créances (86%),
l’insuffisance de la demande (50%), la concurrence jugée déloyale (46%) et
l’approvisionnement difficile en marchandises (37%) sont majoritairement évoquées comme
entraves à l’activité des entreprises. Par ailleurs, le climat des affaires s’est détérioré (-2,1
points) dans le sous-secteur en rythme trimestriel, grâce aux évolutions défavorables des
soldes d’opinion relatifs aux commandes reçues et perspectives de chiffre d’affaires et de
commandes.
28
15/05/2020

Graphique 24 : Opinion des chefs d’entreprises dans le Graphique 25 : Principales contraintes à l’activité
commerce au premier trimestre 2020 dans le commerce au premier trimestre 2020

Source : DPEE Source : DPEE

II.4. INFLATION ET COMPETITIVITE


II.4.1 Inflation

Au premier trimestre 2020, les prix à la consommation ont baissé de 0,7%, en variation
trimestrielle, en liaison avec les produits alimentaires et boissons non alcoolisées (-1,7%).
Comparativement à la même période de 2019, le niveau général des prix a, en revanche,
progressé de 2,1%, tiré par les « produits alimentaires et boissons non alcoolisées » (+2,1%),
le transport (+2,2%) et les « restaurants et hôtels » (+2,1%).
Pour sa part, l’inflation sous-jacente (hors énergie et produits frais) du premier trimestre 2020
s’est située à 0,3% en variation trimestrielle, et à 1,5% en glissement annuel.
En termes d’origine, les prix des produits locaux se sont contractés de 1,5% au premier
trimestre 2020 en rythme trimestriel et progressé de 1,8% en glissement annuel. S’agissant
des prix des produits importés, une hausse de 1,4% est observée au premier trimestre de 2020,
en variation trimestrielle. En glissement annuel, ils ont augmenté de 2%.
Graphique 26 : Evolution de l’indice des prix à la consommation base 100 en 2008

Indice général
113,0 Produits alimentaires et boissons non alcoolisées
INHPC (hors energie et produits frais)

108,0

103,0

98,0
Trim1- Trim2- Trim3- Trim4- Trim1- Trim2- Trim3- Trim4- Trim1- Trim2- Trim3- Trim4- Trim1-
17 17 17 17 18 18 18 18 19 19 19 19 20
Source : ANSD

Tableau 10: Evolution des prix selon l’origine des produits


Pond 2019 2020 Variations
Trim 1 (1) Trim 4 (2) Trim 1 (3) Trim (3)/(2) Gliss (3)/(1)
Produits Importés 3009 99,9 100,5 101,9 1,4% 2,0%
Produits locaux 6991 105,7 109,2 107,6 -1,5% 1,8%
Indice global 10000 103,5 106,4 105,7 -0,7% 2,1%
Source : ANSD

29
15/05/2020

En rythme trimestriel, les prix des produits alimentaires


Baisse des prix des
produits alimentaires et et boissons non alcoolisées ont baissé de 1,7%, au
boissons non alcoolisées premier trimestre 2020. Cette situation découle
principalement de la forte baisse du prix des légumes
frais en fruits ou racine (-24%). En glissement annuel, les produits alimentaires et boissons
non alcoolisées se sont, par contre, renchéris de 2,1%, au premier trimestre 2020,
consécutivement à la hausse du prix des céréales non transformées (+8%) et des huiles
(+3,9%).

Au premier trimestre 2020, les prix des services


Renchérissement de
l’hôtellerie et la restauration d’hôtellerie et de restauration sont ressortis en
au premier trimestre 2020 hausse de 1%, en variation trimestrielle. En
glissement annuel, ils ont, également, progressé de
2,1% au premier trimestre 2020.

Durant le premier trimestre 2020, les prix de la


Le logement et l’énergie
deviennent plus chers au fonction « logement, eau, gaz, électricité et autres
premier trimestre 2020 combustibles » ont augmenté de 0,3%, en variation
trimestrielle. Cette situation s’explique par la hausse
des prix notée dans les sous fonctions « électricité, gaz et autres combustibles » (+1,1%) et «
alimentation en eau et services divers liés au logement » (+0,4%). En glissement annuel, une
hausse de 0,9% du prix du « logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles » est
également notée, liée à la hausse des prix des sous-fonctions « entretien et réparation des
logements » (+1,7%) et « électricité, gaz et autres combustibles » (+1,4%).

30
15/05/2020

Tableau 11: Evolution de l’indice national des prix à la consommation (base 100 = 2008)
2019 2020 Variations
INPC Pond Trim. Gliss.
T1 (1) T4 (2) T1 (3)
(3)/(2) (3)/(1)
Indice général 10000 103,5 106,4 105,7 -0,7% 2,1%
Produits alimentaires et boissons non alcoolisées 4964 107,7 111,8 109,9 -1,7% 2,1%
Céréales non transformées 1159 99,8 103,8 107,8 3,8% 8,0%
Bœuf 268 125,1 127,4 126,3 -0,9% 1,0%
Pains 416 88,3 87,6 87,5 -0,1% -0,9%
Sucre 319 104,8 104,3 104,3 0,0% -0,4%
Poissons frais 423 149,8 153,3 150,8 -1,6% 0,7%
Lait 195 99,4 99,8 99,6 -0,2% 0,1%
Huiles 522 103,8 106,0 107,8 1,7% 3,9%
Légumes frais en fruits ou racine 248 94,2 111,4 84,7 -24,0% -10,1%
Logement, eau, gaz, électricité et autres
1204 98,3 98,8 99,1 0,3% 0,9%
combustibles
Meubles, articles de ménage et entretien courant
502 103,9 103,8 104,2 0,4% 0,3%
du foyer
Santé 353 105,7 106,7 106,6 -0,1% 0,9%
Transports 563 98,0 99,5 100,1 0,6% 2,2%
Enseignement 194 107,7 108,8 108,8 0,0% 1,0%
Restaurants et Hôtels 376 103,0 104,1 105,2 1,0% 2,1%
Biens et services divers 383 100,8 101,7 102,2 0,5% 1,4%
Source : ANSD

II.4.2 Tendances des marchés

En rythme trimestriel, le prix moyen de l’oignon


Baisse du prix de l’oignon importé s’est replié de 11,6%, au premier trimestre
importé, en variation 2020. Cette situation résulte essentiellement d’une
trimestrielle
baisse progressive des stocks du produit, dans un
contexte marqué par une offre importante d’oignon
local. Le kilogramme de cette dernière variété est, en moyenne, échangé à 352 f CFA.
Sur un an, des baisses moyennes des prix des kilogrammes d’oignon local (-21,8%) et importé
(-29,9%) sont enregistrées au premier trimestre 2020. S’agissant des stocks, une quantité de
2496 tonnes est enregistrée pour l’oignon local contre seulement trois (3) tonnes pour le
produit importé.
Graphique 27 : Evolution des prix (en FCFA) moyens de l'oignon

700

600

500

400

300

200
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
Local Importé
Source : ARM

31
15/05/2020

Au chapitre des céréales locales, le premier trimestre


Baisse des prix du sorgho
et du maïs – Légère hausse 2020 est marqué par des baisses respectives des prix
de celui de la souna moyens des kilogrammes du sorgho (-0,8%) et du
maïs (-0,9%), en variation trimestrielle. En revanche,
celui de la souna a légèrement augmenté de 0,1% sur la période.
Sur un an, des progressions respectives des prix moyens des kilogrammes de souna (+13,1%)
et du maïs (4,9%), contre une baisse de celui du sorgho (-1,6%) sont enregistrées durant le
premier trimestre de 2020.
Graphique 28 : Evolution des prix (en FCFA) moyens des céréales locales

Souna Sorgho Maïs


300

250

200

150
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020

Source : ARM
S’agissant du riz brisé 100%, les prix moyens
Renchérissement des brisures de
riz local, du parfumé ordinaire et du parfumé ordinaire, du non parfumé et de la
du non parfumé, en variation variété locale ont respectivement progressé de
trimestrielle 2%, 5,1% et 0,8% en rythme trimestriel, au
premier trimestre 2020.
Sur une base annuelle le parfumé ordinaire, le non parfumé et la brisure locale se sont
respectivement renchéris de 6,6%, 8% et 2% en moyenne, au premier trimestre 2020. Par
ailleurs, à fin mars 2020, d’importants stocks de riz sont enregistrés (46 836 tonnes de riz
importé contre 1 608 tonnes de riz local).

Graphique 29 : Evolution des prix (en FCFA) moyens du riz brisé 100%

Ordinaire Non parfumé Local


500,0
450,0
400,0
350,0
300,0
250,0
200,0
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020

Source : ARM

32
15/05/2020

II.4.3 Compétitivité-Prix

Au premier trimestre 2020, l’économie sénégalaise a


Perte de compétitivité de
l’économie sénégalaise enregistré, en variation trimestrielle, des pertes de
pour le premier trimestre compétitivité-prix de 1,8% par rapport à ses
2020
principaux partenaires commerciaux. Cette situation
relève essentiellement de l’appréciation du franc
CFA (+2,8%) ; le différentiel d’inflation étant favorable (-1,0%) sur la période. En revanche,
face aux partenaires membres de la zone Euro et de l’UEMOA, les différentiels d’inflation
favorables ont induit un renforcement de la compétitivité-prix de l’économie nationale
respectivement de 0,2% et 0,8%, en rythme trimestriel.

En glissement annuel, il ressort un regain de compétitivité de l’économie sénégalaise évalué à


0,1%, au premier trimestre 2020, en liaison avec le différentiel d’inflation favorable (-1,2%),
atténué, toutefois, par l’appréciation de la monnaie locale par rapport à celles des partenaires
commerciaux (+1,1%).

Tableau 12: Evolution des taux de change


2018 2019 Variations
T1 T4 T1 Trim. Gliss.
(1) (2) (3) (3)/(2) (3)/(1)
TCER
Global 91,8 90,1 91,7 1,8% -0,1%
Pays UEMOA 96,0 97,6 96,8 -0,8% 0,8%
Pays africains hors UEMOA 91,5 74,5 84,8 13,8% -7,3%
Zone EURO 96,8 98,0 97,8 -0,2% 1,0%
Pays industrialisés hors EURO 84,4 85,9 86,0 0,1% 1,9%
TCEN
Global 117,9 115,9 119,2 2,8% 1,1%
Pays africains hors UEMOA 208,3 176,1 205,2 16,5% -6,1%
Pays industrialisés hors EURO 117,8 121,1 122,8 1,4% 3,0%
Prix intérieurs 121,1 124,5 123,7 -0,7% 2,1%
Prix extérieurs 155,6 160,3 160,8 0,3% 3,3%
Global 155,6 160,3 160,8 0,3% 3,3%
Pays UEMOA 126,2 127,6 127,9 0,2% 1,3%
Pays africains hors UEMOA 275,7 294,2 299,3 1,7% 8,6%
Zone EURO 125,1 127,1 126,5 -0,5% 1,1%
Pays industrialisés hors EURO 169,1 175,5 176,8 0,7% 4,5%
Source : DPEE

II.5. COMMERCE EXTERIEUR


Au premier trimestre de 2020, le déficit commercial du Sénégal s’est atténué de
167,4 milliards, en variation trimestrielle, pour s’établir à 346,9 milliards. Cette situation
reflète la hausse des exportations (+81,7 milliards) conjuguée à une baisse des importations
de biens (-97,4 milliards) sur la période. Par conséquent, le taux de couverture des

33
15/05/2020

importations par les exportations s’est amélioré de 0,4 point de pourcentage pour se situer à
48,4% contre 48,0% un trimestre auparavant.

II.5.1. Exportations des principaux produits

Les exportations de biens sont évaluées à 564,3


Hausse des exportations,
en variation trimestrielle milliards au premier trimestre de 2020 contre 482,7
milliards un trimestre auparavant, soit une hausse de
16,9% (+81,7 milliards). Cette progression est imputable aux produits alimentaires (+63,5
milliards), aux produits pétroliers (+7,3 milliards), aux « engrais minéraux et chimiques »
(+5,1 milliards) et au ciment (+3,2 milliards), dont les quantités vendues se sont
respectivement accrues de 44,1%, 34,9%, 388,6% et 20,0%. Concernant les produits
alimentaires, la hausse s’explique, principalement, par l’amélioration des ventes à l’étranger
de produits arachidiers (+46,6 milliards), de légumes frais (+14,7 milliards) et de produits
halieutiques (+1,9 milliard). Toutefois, cette hausse des exportations est amoindrie par le repli
des exportations de titane (-7,6 milliards), d’acide phosphorique (-3,6 milliards) et d’or non
monétaire (-2,3 milliards).
En glissement annuel, les exportations se sont confortées de 1,6% (+9,0 milliards), traduisant,
essentiellement, la hausse des ventes à l’étranger de produits alimentaires (+45,3 milliards),
de titane (+3,1 milliards) et de zircon (+1,5 milliard). Le renforcement des exportations de
produits alimentaires est tributaire de la hausse des prix de 35,2% malgré une diminution des
quantités exportés de 6,6%. Quant à la progression des exportations de titane et de zircon, elle
est due aussi bien à un renforcement de l’effet quantité (respectivement 5,2% et 7,0%) et de
l’effet prix (respectivement 21,5% et 3,3%). La tendance haussière est, cependant, amoindrie
par le recul des ventes à l’extérieur d’acide phosphorique (-27,7 milliards), d’or non
monétaire (-13,1 milliards), d’« engrais minéraux et chimiques » (-8,2 milliards) et de
produits pétroliers (-7,5 milliards). Le repli des exportations des produits pétroliers reflète une
baisse des quantités (-8,3%).
S’agissant des exportations du Sénégal vers l’UEMOA, elles sont évaluées à 108,4 milliards
au premier trimestre de 2020 contre 82,1 milliards au trimestre précédent, soit une hausse de
32% (+26,3 milliards). Elles ont représenté 19,2% des exportations totales du Sénégal contre
17,0% au quatrième trimestre de 2019. La part du Mali, principal client du Sénégal dans
l’Union, est évaluée à 48,5% au premier trimestre 2020 contre 53,5% un trimestre précédent.
Les exportations en destination de ce partenaire portent, essentiellement, sur le ciment avec
une part estimée à 35,0%.

34
15/05/2020

Tableau 13: Exportations en valeur (millions FCFA)


EXPORTATIONS 2019 2020 Variations relatives
T1 T4 T1 Trim. Gliss.
PRINCIPAUX PRODUITS EXPORTES
(1) (2) (3) (3)/(1) (3)/(2)
PRODUITS ALIMENTAIRES 172 428 154 197 217 705 41,2% 26,3%
- PRODUITS HALIEUTIQUES 78 764 82 829 84 754 2,3% 7,6%
- LEGUMES FRAIS 14 336 4 738 19 403 309,5% 35,3%
- PRODUITS ARACHIDIERS 51 968 38 226 84 783 121,8% 63,1%
PREPARATIONS POUR SOUPES,
POTAGES, BOUILLONS
19 335 17 937 20 321 13,3% 5,1%

CIMENT HYDRAULIQUE 21 668 18 618 21 817 17,2% 0,7%


PRODUITS PETROLIERS 49 132 34 321 41 659 21,4% -15,2%
ENGRAIS MINERAUX ET
CHIMIQUES
15 462 2 123 7 235 240,8% -53,2%

ACIDE PHOSPHORIQUE 68 884 44 845 41 198 -8,1% -40,2%


OR NON MONETAIRE 100 291 89 469 87 207 -2,5% -13,0%
ZIRCONIUM 14 508 16 770 16 041 -4,3% 10,6%
TITANE 11 044 21 702 14 105 -35,0% 27,7%
TOTAL PRINCIPAUX PRODUITS 453 416 382 045 446 969 17,0% -1,4%
AUTRES PRODUITS 101 894 100 623 117 370 16,6% 15,2%
TOTAL 555 310 482 668 564 338 16,9% 1,6%
Source : ANSD

II.5.2. Importations des principaux produits

Les importations de biens du premier trimestre de


Baisse des importations, en
variation trimestrielle 2020 sont évaluées à 1035,5 milliards contre 1132,9
milliards au trimestre précédent, soit une baisse de
8,6% (-97,4 milliards), imputable principalement aux produits alimentaires (-31,1 milliards),
aux « machines, appareils et moteurs » (-28,7 milliards), aux « véhicules, matériels de
transport et pièces détachées automobiles » (-17,8 milliards) et aux produits pharmaceutiques
(-10,1 milliards). La baisse des achats à l’étranger de produits alimentaires, de « machines,
appareils et moteurs » et de « véhicules, matériels de transport et pièces détachées
automobiles » et de produits pharmaceutiques est en relation avec la régression des quantités
respectivement de 25,5%, 2,4%, 16,7%, 19,5%. En revanche, la baisse des importations est
atténuée par la hausse des achats à l’étranger de produits pétroliers (+58,2 milliards) liée à
l’augmentation des achats d’huiles brutes de pétroles (+80,3 milliards) diminuée, cependant,
par le recul des importations de produits pétroliers raffinés (-22,1 milliards).

En glissement annuel, les importations de biens ont enregistré une hausse de 70,0 milliards
(+7,3%), due, notamment, à la progression des achats à l’étranger de produits pétroliers
(+76,9 milliards), de « machines, appareils et moteurs » (+11,0 milliards) et de produits

35
15/05/2020

alimentaires (+8,7 milliards). Le renforcement des achats à l’extérieur de produits


alimentaires s’explique, en partie, par l’augmentation des importations d’« huiles et graisses
animales et végétales » (+5,7 milliards) et de maïs (+2,3 milliards). Par contre, cette hausse
des importations est amoindrie par la baisse des achats de « véhicules, matériels de transport
et pièces détachées automobiles » (-12,5 milliards), de pierre céramique et verre (-6,2
milliards), d’engrais (-2,6 milliards) et de produits pharmaceutiques (-1,1 milliard).

En provenance des pays de l’UEMOA, les importations se sont établies à 21,1 milliards au
premier trimestre de 2020 contre 18,5 milliards au trimestre précédent, soit une amélioration
de 13,7% (+2,5 milliards). Elles ont, ainsi, représenté 2,0% des importations totales de biens
sur le trimestre. La Côte d’Ivoire reste le premier fournisseur du Sénégal au sein de
l’UEMOA avec une part de 65,9% au cours du premier trimestre de 2020. Les importations en
provenance de ce pays ont porté essentiellement sur les « fruits et légumes comestibles », les
matières plastiques artificielles et le « bois et ouvrages » avec des poids respectifs de 15,0%,
10,7% et 8,7%.

Tableau 14: Importations en valeur (millions FCFA)

IMPORTATIONS 2019 2020 Variations relatives

T1 T4 T1 Trim. Gliss.
PRINCIPAUX PRODUITS IMPORTES
(1) (2) (3) (4)/(3) (4)/(1)
PRODUITS ALIMENTAIRES 151 795 191 532 160 460 -16,2% 5,7%
- FRUITS ET LEGUMES COMESTIBLES 10 057 30 104 10 204 -66,1% 1,5%
- FROMENT ET METEIL 27 486 31 600 24 472 -22,6% -11,0%
- MAIS 6 622 10 357 8 925 -13,8% 34,8%
- RIZ 55 144 47 199 55 287 17,1% 0,3%
- HUILES ET GRAISSES ANIMALES ET VEGETALES 23 250 25 227 28 970 14,8% 24,6%
PRODUITS PETROLIERS 155 140 173 837 232 073 33,5% 49,6%
-HUILES BRUTES DE PETROLE 39 275 35 792 116 116 224,4% 195,6%
-AUTRES PRODUITS PETROLIERS 115 865 138 046 115 957 -16,0% 0,1%
PRODUITS PHARMACEUTIQUES 33 836 42 805 32 731 -23,5% -3,3%
MACHINES, APPAREILS & MOTEURS 145 618 185 359 156 648 -15,5% 7,6%
VEHICULES, MATERIEL TRANSP. & PIECES
105 407 110 688 92 935 -16,0% -11,8%
DETACHEES AUTO
ENGRAIS 6 675 10 144 4 118 -59,4% -38,3%
PIERRE CERAMIQUE ET VERRE 18 029 14 903 11 795 -20,9% -34,6%
METAUX COMMUNS 47 430 44 602 48 934 9,7% 3,2%
TOTAL PRINCIPAUX PRODUITS 663 930 773 870 739 692 -4,4% 11,4%
AUTRES PRODUITS 301 521 359 003 295 762 -17,6% -1,9%
TOTAL 965 451 1 132 873 1 035 454 -8,6% 7,3%
Source : ANSD

36
15/05/2020

II.6 FINANCES PUBLIQUES


La gestion budgétaire durant le premier trimestre de l’année 2020 a été caractérisée par les
premiers effets de la pandémie de Covid-19 sur l’évolution des principaux agrégats
budgétaires. Ceux-ci se traduisent notamment par une contraction des recettes budgétaires,
en particulier celles mobilisées au niveau du cordon douanier, atténuée toutefois par un
relèvement des dons. Ainsi, en glissement annuel, les ressources mobilisées à fin mars
2020, évaluées à 546,9 milliards, se sont accrues de 3,2% tandis que les dépenses ont
augmenté de 1,3% pour s’établir à 1027,5 milliards. Au total, le solde budgétaire est évalué
à 480,6 milliards à fin mars 2020 contre un déficit de 484,8 milliards un an auparavant.

II.6.1. Ressources
Les ressources sont composées de recettes budgétaires chiffrées à 511,4 milliards et de dons
évalués à 35,6 milliards. Comparativement au premier trimestre 2019, les ressources se sont
améliorées de 16,9 milliards (3,2%) à la faveur essentiellement des dons en capital (34,9
milliards) qui ont enregistré une hausse de 20,6 milliards (+144,1%). Pour ce qui est des
recettes budgétaires, elles ont enregistré un léger repli de 0,1 milliard en cumul à fin mars
2020 par rapport à la même période de 2019, en liaison avec la baisse des recettes non fiscales
(-16,2%). Les recettes fiscales, quant à elles, ont affiché une légère augmentation de 0,7% sur
la période.
L’amélioration des recettes fiscales, établies à 494,3 milliards, est impulsée par la hausse de
l’impôt sur les sociétés, de la TVA intérieure (hors pétrole) et de la taxe spécifique pétrole qui
se sont confortés respectivement de 18,9 milliards, 13,4 milliards, 3,2 milliards pour se situer
à 75,4 milliards et 72,4 milliards et 32,3 milliards. Les taxes rapatriées (PSE et COSEC),
estimées à 8,2 milliards ont aussi contribué à la hausse des recettes fiscales. Toutefois, les
droits et taxes mobilisées au cordon douanier sont en baisse, passant ainsi de 161,5 milliards à
151,8 milliards entre les premiers trimestres de 2019 et 2020. Ce repli est perceptible autant
sur la TVA import (88,7 milliards) et les droits de porte (54,9 milliards) avec des contractions
respectives de 3,2% et 14,1%.
Concernant les droits de douane, la baisse résulte des effets induits de la pandémie sur les
échanges extérieurs. Ainsi, au terme du premier trimestre de 2020, les quantités et les valeurs
des mises à la consommation ont enregistré des baisses respectives de 21,3% et 16,1%,
s’établissant ainsi 2117 000 tonnes et 814,8 milliards de FCFA. Dans le même sillage, l’impôt
sur le revenu et la taxe sur la consommation hors pétrole mobilisées à hauteur de 92,8
milliards et 9,1 milliards ont diminué respectivement de 6,7% et 27,2%.

37
15/05/2020

S’agissant des recettes non fiscales, leur repli reflète principalement le retard dans la
mobilisation des produits financiers (dividendes et commissions de transfert) attendue de la
Banque centrale.

Graphique 30 : Evolution des principales lignes de recettes

100.0 T1 - 2019 T1 - 2020

80.0

60.0

40.0

20.0

0.0
Impots sur Impots sur TVA TVA à Droit de
les sociétés le revenu intérieure l'import porte
hors
pétrole

Source : DGD, DGID, DPEE


II.6.2 Dépenses publiques

Pour leur part, les dépenses budgétaires ont été exécutées à hauteur de 1027,5 milliards au
premier trimestre 2020 contre un montant de 1014,8 milliards un an auparavant, soit une
augmentation de 12,7 milliards (1,3%). Cet accroissement traduit essentiellement
l’augmentation des dépenses courantes, notamment, la masse salariale et les charges de
fonctionnement, atténuée, toutefois, par la baisse des intérêts sur la dette et la contraction des
dépenses d’investissements.
Graphique 31 : Evolution des agrégats des dépenses (en milliards FCFA)
450.0
400.0
T1 2019 T1 2020
350.0
300.0
250.0
200.0
150.0
100.0
50.0
0.0
Traitements et Intérêts sur la dette Dépenses Dépenses
salaires publique fonctionnement d'investissement

Source : DGCPT, DPEE

En effet, les charges de fonctionnement (309,4 milliards) et la masse salariale (207,4


milliards) ont augmenté respectivement de 15,7 milliards (+5,3%) et 24,7 milliards (+13,5%).
Cette hausse est atténuée, d’une part, par la contraction des intérêts sur la dette qui se sont
repliés de 2,1 milliards pour s’établir à 113,9 milliards, et d’autre part, par la réduction des
dépenses d’investissements ; lesquels ont baissé globalement de 6,1%, passant ainsi de 422,4
milliards à 396,8 milliards sur la période. Pour sa part, la contraction des dépenses en capital
est imputable, aussi bien, aux investissements financés sur ressources internes estimés à 208,8
milliards avec une baisse de 5,1% qu’aux investissements financés sur ressources extérieures
évalués à 188 milliards avec un repli de 7,1% à fin mars 2020.
38
15/05/2020

II.7. FINANCEMENT DE L’ECONOMIE


II.7.1 Monnaie et crédit
L’évolution de la situation monétaire, appréciée sur la base des estimations à fin mars
2020, fait ressortir une contraction de 116,7 milliards de la masse monétaire, en variation
trimestrielle. En contrepartie, une diminution de 159 milliards des actifs extérieurs nets et
un renforcement de 95,3 milliards de l’encours des créances intérieures sont notés sur la
période.

La masse monétaire s’est contractée de 116,7 milliards, entre


Contraction de la
masse monétaire fin décembre 2019 et fin mars 2020, pour atteindre 5575,3
milliards. Cette régression de la liquidité globale est
perceptible à travers les dépôts transférables qui ont baissé de
97,6 milliards pour se situer à 2576,6 milliards. Pour sa part, la circulation fiduciaire (billets et
pièces hors banques) a augmenté de 12,2 milliards sur la période (1311,5 milliards).
S’agissant des autres dépôts inclus dans la masse monétaire, ils sont ressortis à 1687,2
milliards, en repli de 31,3 milliards entre fin décembre 2019 et fin mars 2020.
Sur un an, la liquidité globale de l’économie est en expansion de 371,3 milliards ou 7,1%, à
fin mars 2020. Son rythme de croissance a, toutefois, décéléré après avoir atteint 8,2% à la fin
du dernier trimestre 2019.

Graphique 32 : Evolution du rythme de croissance de la masse monétaire en glissement annuel

16%
14%
12%
10%
8%
6%
sept-17 déc-17 mars-18 juin-18 sept-18 déc-18 mars-19 juin-19 sept-19 déc-19 mars-20

Source : BCEAO

Les actifs extérieurs nets des institutions de dépôts se sont


Diminution des actifs
situés à 1811,3 milliards à fin mars 2020, diminuant de 159
extérieurs nets
milliards par rapport à fin décembre 2019. Cette situation
est principalement imputable à la Banque centrale dont la position extérieure nette s’est
dégradée de 203,4 milliards pour s’établir à 1265,4 milliards. Quant aux banques primaires,
elles ont enregistré une hausse de 44,4 milliards de leurs avoirs extérieurs nets (545,9
milliards).

39
15/05/2020

Sur un an, les actifs extérieurs nets des institutions de dépôts ont augmenté de 60,2 milliards
ou 3,4%, à fin mars 2020. Leur rythme de progression a décéléré, en glissement annuel, après
s’être situé à 8% à la fin du dernier trimestre 2019. Rapportés aux importations de biens, les
actifs extérieurs nets ont couvert 5,2 mois à fin mars 2020 contre 5,6 mois un trimestre
auparavant.

Graphique 33 : Evolution du rythme de croissance des actifs extérieurs nets en glissement annuel

100%
80%
60%
40%
20%
0%
-20%
-40%
sept-17 déc-17 mars-18 juin-18 sept-18 déc-18 mars-19 juin-19 sept-19 déc-19 mars-20

Source : BCEAO
A fin mars 2020, l’encours des créances intérieures des
Renforcement de
l’encours des créances institutions de dépôts s’est établi à 5248,9 milliards,
intérieures augmentant de 95,3 milliards par rapport à fin décembre
2019. Cette situation est attribuable aux crédits nets à
l’administration centrale qui ont augmenté de 254,2 milliards pour se situer à 811,1 milliards.
Concernant les créances sur l’économie, une baisse de 158,9 milliards est notée, les situant à
4437,8 milliards à fin mars 2020. Sur un an, le rythme d’évolution des crédits bancaires
accordés au secteur privé a décéléré au premier trimestre 2020, à 7,50%, après avoir atteint
7,52% à fin décembre 2019. Par ailleurs, l’encours global des créances intérieures des
institutions de dépôts s’est renforcé de 566,4 milliards ou 12,1%, à fin mars 2020, en
glissement annuel.

Graphique 34 : Evolution du rythme de croissance des créances sur les autres secteurs, en glissement annuel

25%
20%
15%
10%
5%
0%
sept-17 déc-17 mars-18 juin-18 sept-18 déc-18 mars-19 juin-19 sept-19 déc-19 mars-20

Source : BCEAO

40
15/05/2020

Tableau 15: Situation des Institutions de dépôts (en milliards de FCFA)


Mars 19 Déc. Mars Variations absolues Variations
(1) 19 (2) 20 (3) relatives
Trim. Gliss. Trim. Glis.
(3)/(2) (3)/(1) (3)/(2) (3)/(1)
Masse monétaire (M2) 5204 5692 5575,3 -116,7 371,3 -2,1% 7,1%
Circulation fiduciaire 1251,3 1299,3 1311,5 12,2 60,2 0,9% 4,8%
Dépôts transférables 2340 2674,2 2576,6 -97,6 236,6 -3,6% 10,1%
Autres dépôts inclus dans la masse monétaire 1612,7 1718,5 1687,2 -31,3 74,5 -1,8% 4,6%
Actifs extérieurs nets 1751,1 1970,3 1811,3 -159 60,2 -8,1% 3,4%
BCEAO 1170,7 1468,8 1265,4 -203,4 94,7 -13,8% 8,1%
Banques 580,4 501,5 545,9 44,4 -34,5 8,9% -5,9%
Créances intérieures 4682,5 5153,6 5248,9 95,3 566,4 1,8% 12,1%
Créances nettes sur l'Administration Centrale 554,4 556,9 811,1 254,2 256,7 45,6% 46,3%
Créances sur l'économie 4128 4596,7 4437,8 -158,9 309,8 -3,46% 7,50%
Source : BCEAO

II.7.2. Les titres publics

Au cours du premier trimestre 2020, la BCEAO a organisé pour le compte du Trésor public
sénégalais trois émissions d’obligations du trésor à maturités respectives de 3 ans, 5 ans et 7
ans. Pour un montant global des soumissions retenues de 296,8 milliards, les adjudications ont
révélé un prix moyen pondéré de 9991 francs pour un prix marginal de 9806 francs.
Tableau 16 : Emissions d’obligations

Titres publics Date Montants Montant Montant Maturité Taux Taux


mis en global des retenu marginal ou moyen
adjudication soumissions prix ou prix
marginal moyen
Obligations du trésor 10/01/2020 35 000 74 509 38 500 3 ans 10 000 10 004
07/02/2020 50 000 46 321 24 322 3 ans 10 000 10 011
81 791 30 678 5 ans 10 000 10 003
06/03/2020 50 000 72 960 36 750 5 ans 9 958 9 990
21 250 18 250 7 ans 9 806 9 916
Source : BCEAO (*) Les montants sont en millions de FCFA

II.7.3. Les transferts rapides d’argent

Les transferts rapides d’argent reçus par les établissements de crédit du Sénégal sont ressortis
à 298,3 milliards sur les trois premiers mois de 2020, en baisse de 9,2% par rapport au dernier
trimestre de 2019. Leur rythme de progression, en glissement annuel, a décéléré. En effet, il
s’est situé à 5,8%, au premier trimestre 2020, après 13,9% un trimestre auparavant. Cette
situation est en phase avec l’évolution attendue de l’activité en zone euro (-3,3%), principale
origine des transferts rapides d’argent reçus au Sénégal.

41
15/05/2020

Graphique 35 : Evolution du taux de croissance en glissement annuel des transferts rapides reçus au Sénégal

30%
20%
10%
0%
-10%
T1 T3 T1 T3 T1 T3 T1 T3 T1 T3 T1 T3 T1
2014 2014 2015 2015 2016 2016 2017 2017 2018 2018 2019 2019 2020
Source : DMC

Graphique 36: Répartition des transferts reçus par origine

1,1% UEMOA
4,3%
10,7% 7,6% Autres pays de la
11,0% CEDEAO
CEMAC

64,2% USA

Europe

Autres

Source : DMC

S’agissant des émissions de transferts rapides effectuées par les établissements de crédit du
Sénégal vers l’extérieur, elles se sont situées à 44,1 milliards au premier trimestre de 2020,
baissant de 13,5% par rapport au trimestre précédent. En glissement annuel, les transferts
émis du Sénégal se sont contractés, au premier trimestre 2020, pour se situer à -1,8%, après
10,2% un trimestre auparavant.

Au total, le cumul des transferts nets d’argent reçus par les établissements de crédit du
Sénégal a atteint 254,2 milliards au premier trimestre 2020, augmentant de 17,1 milliards ou
7,2%, sur un an.

Tableau 17: Transferts rapides d’argent effectués par les Etablissements de crédit du Sénégal
Variations en %
2019 2020
T1 T4 T1 Trim. Glis.
(1) (2) (3) (3)/(1) (3)/(2)
RECUS 282 328,5 298,3 -9,2% 5,8%
EMIS 44,9 51 44,1 -13,5% -1,8%
NET 237,1 277,5 254,2 -8,4% 7,2%
Source : DMC, BCEAO

42
15/05/2020

II.7.4. Les systèmes financiers décentralisés (SFD)


La situation des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) au premier trimestre 2020,
comparée à celle du trimestre précédent, est marquée par une consolidation du sociétariat
et un dégonflement des encours des dépôts et des crédits. La qualité du portefeuille s’est,
quant à elle, détériorée sur la période sous revue.

Le sociétariat des systèmes financiers décentralisés s’est situé


Augmentation du
sociétariat à 3.474.360 à fin mars 2020 contre 3.434.345 un trimestre
(membres/clients) auparavant, soit une progression de 1,2%. Ainsi, indexé à la
population, le taux de pénétration des SFD s’est établi à
21,4% soit 1,1 point de plus par rapport à fin mars 2019.

Graphique 37: Sociétariat des SFD (Membres / Clients)

3 474 360
3 500 000
3 434 345
3 450 000 3 395 925

3 400 000 3 352 213


3 350 000 3 294 524
3 300 000
3 250 000
3 200 000
mars-19 juin-19 sept-19 déc-19 mars-20

Source : DRS/SFD

L’encours des crédits accordés par les systèmes financiers


Dégonflement de
l’encours des crédits décentralisés à la clientèle est estimé à 429,1 milliards à fin
– Baisse des dépôts mars 2020 contre 440,1 milliards à la fin du trimestre
précédent, soit une baisse de 2,5%. Sur une base annuelle,
l’encours des crédits octroyés par les systèmes financiers
décentralisés a progressé de 28,8 milliards ou 7,2%, à fin mars 2020.

S’agissant des dépôts effectués au niveau des SFD par la clientèle, ils ont baissé de 0,8
milliard ou 0,3%, en passant de 363,9 milliards à 363,1 milliards entre fin décembre 2019 et
fin mars 2020. En glissement annuel, ils se sont renforcés de 17,3 milliards, soit 5%.

43
15/05/2020

Graphique 38 : Encours des crédits–encours des dépôts

Encours des Dépôts Encours des Crédits


500

400

300
Milliards

200

100

0
mars-19 juin-19 sept-19 déc-19 mars-20

Source : DRS/SFD

Comparativement à fin décembre 2019, la qualité du


Détérioration de la
qualité du portefeuille des portefeuille des SFD s'est détériorée à fin mars 2020.
SFD, en variation En effet, le taux de créances en souffrance a augmenté
trimestrielle
de 0,52 point de base sur la période sous revue pour se
situer à 6,3%. Toutefois, il reste au-dessus de la norme
maximale de 3% (portefeuille à risque à 90 jours) édictée par le dispositif prudentiel. Sur un
an, le taux de créances en souffrance a augmenté de 1,5 point de base.

Graphique 39 : Evolution du taux de créances en souffrance

7%
6,14% 6,29%
6%
5,77%
6%
5% 4,82%
4,71%
5%
4%
mars-19 juin-19 sept-19 déc-19 mars-20

Source : DRS/SFD

Tableau 18: Sociétariat, encours de crédits et de dépôts des Systèmes Financiers Décentralisés
Mars-19 Juin-19 Sept-19 Déc-19 Mars-20
Sociétariat
3 294 524 3 352 213 3 395 925 3 434 345 3 474 360
Encours des Dépôts 345 765 442 674 357 240 296 810 357 234 943 664 363 928 644 668 363 081 812 432
Encours des Crédits 400 315 933 068 417 675 994 243 426 437 065 721 440 110 736 446 429 089 932 956
Taux de Créances
4,82% 4,71% 6,14% 5,77% 6,29%
en Souffrances
Source : DRS/ SFD

44