Vous êtes sur la page 1sur 9

Chapitre 2.

Supports de transmission en téléphonie

2.1 Introduction
Les supports de transmission sont nombreux. Parmi ceux-ci, on distingue : les
supports métalliques, non métalliques et immatériels. Les supports métalliques,
comme les paires torsadées et les câbles coaxiaux, sont les plus anciens et les plus
largement utilisés ; ils transportent des courants électriques. Les supports de verre ou
de plastique, comme les fibres optiques, transmettent la lumière, tandis que les
supports immatériels des communications sans fil propagent des ondes
électromagnétiques et sont en plein essor. Généralement on classe les supports en
deux catégories :

– les supports guidés (supports cuivre et supports optiques) ;


– les supports libres (faisceaux hertziens et liaisons satellites).

2.2 Caractéristiques des supports de transmission


.2.1 Bande passante et système de transmission

L’impulsion électrique représentative d’un élément binaire est affaiblie et déformée


par le système de transmission.

Fig.2.1 Déformation du signal par le support de transmission

À l’extrémité de la ligne, le récepteur doit identifier et décoder le signal. Cette


fonction ne peut valablement être réalisée que si le signal n’a pas été exagérément
modifié pendant la transmission. Ces modifications dépendent d’une part de la nature
du signal (spectre du signal) et, d’autre part, de la réponse en fréquence du système
(bande passante).
La bande passante limitée c’est-à-dire que certains signaux se propagent correctement
dans le support (ils sont affaiblis mais encore reconnaissables à l’autre extrémité),
mais d’autres ne le traversent pas du tout (ils sont tellement affaiblis ou déformés
qu’on ne les retrouve plus du tout à la sortie). La bande passante d’un support est la
bande de fréquences des signaux dont la puissance à la sortie, après la traversée du
support, est supérieure à un seuil donné. En général, on caractérise un support par sa
bande à 3 dB (décibels), c’est-à-dire par la plage de fréquence à l’intérieur de laquelle
la puissance de sortie d’un signal sinusoïdal est au pire divisée par deux (en notant Ps
la puissance de sortie et Pe la puissance d'entrée.

1
L'affaiblissement en dB s'exprime comme

ps
A( dB )  10 log( )
pe

La quantité de bruit présente sur un canal de transmission, est exprimé par le rapport
de la puissance du signal transmis sur la puissance de bruit et prend le nom de rapport
signal sur bruit, nous écrivons ce rapport S/B et Ps/Pe rapport varie dans le temps,
puisque le bruit n’est pas uniforme, toutefois on peut en estimer une valeur moyenne
sur un intervalle de temps. Le rapport signal sur bruit est aussi une caractéristique
d’un canal de transmission

2.2.2 Cpacité limitée


L’ensemble des supports de transmission ont des capacité limitée. Cette capacité,
notée CapMax et exprimée en bits par seconde :

où W est la largeur de la bande passante exprimée en Hertz, S/B est la valeur du


rapport puissance du signal à puissance du bruit, la base deux du logarithme servant
pour exprimer l’information en bits.

A titre d’exemple, sur une liaison téléphonique dont la bande passante a une largeur
de 3100 Hz et avec un rapport S/B correspondant à 32 dB (valeurs courantes), on
obtient : 10 log10S/B = 32 donc log10 S/B = 3,2 soit S/B = 1585 CapMax = 3100
log2 (1 + 1585) soit avec log2(1586) = 10,63 CapMax = 3100 x 10,63 = 33000 bit/s.

2.2.3 Bruits et distorsions


Les supports de transmission déforment les signaux qu’ils transportent même lorsque
ceux-ci ont des fréquences adaptées. En effet, plusieurs sources de bruit perturbent les
signaux et des distorsions (d’amplitude ou de phase) peuvent s’avérer gênantes pour
la reconnaissance des signaux en sortie. Par ailleurs, la distance est un facteur
d’affaiblissement, particulièrement important pour les liaisons par satellite. Enfin,
certaines perturbations de l’environnement peuvent également introduire des bruits
(foudre, orages pour le milieu aérien, champs électromagnétiques dans des ateliers
pour les supports métalliques…). Même lorsque les signaux sont adaptés aux supports
de transmission, on ne pourra pas garantir à 100% leur exactitude à la réception.

• Exercice 1:
• Application de la formule NdB = 10log10 (PS / PB)
• Quels sont, en grandeur réelle, les rapports Signal/ Bruit (PS / PB) qui
correspondent aux valeurs suivantes (en décibels) : 3 dB, 40 dB, 37 dB ?
• Donner en dB les valeurs des rapports (PS / PB) correspondant aux valeurs
suivantes : 500, 2000, 100 000 ?

2
• Exercice 2
• Débit théorique Considérons un support de transmission caractérisé par ses
fréquences extrêmes : 60 kHz – 108 kHz et par un rapport signal à bruit de 37
dB.
• Quel débit binaire théorique peut-être obtenu sur ce support ?
• 2- Même question avec un rapport signal à bruit de 40 dB ? Conclusion ?

• Exercice 3
• Sur un support de transmission, le rapport S/B vaut 400.
• 1. Quelle est la valeur de ce rapport en décibels ?
• 2. Même question avec un rapport S/B de 40 000.
• 3. Quelle est la valeur N en décibels d’un rapport S/B égal à 500 000 ?

• Exercice 4 : Sur une liaison téléphonique dont la bande passante a une largeur
de 3 100 Hz et un rapport S/B correspondant à 32 dB (valeurs courantes), on
obtient : • 10 log10S/B = 32, donc log10S/B = 3,2 soit S/B = 1 585 ; •
CapMax = 3 100 × log2 (1 + 1 585) ; comme 1 586 = 210,63,
CapMax = 3 100 × 10,63 = 33 000 bit/s.

2.3 Les types de supports de transmission

2.3.1 Paire torsadée


Une paire torsadée est une ligne symétrique formée de deux conducteurs en
cuivre, isolés l’un de l’autre et enroulés de façon hélicoïdale autour de l’axe de
symétrie longitudinal.

Fig.2.2 Paire torsadée.

L’enroulement réduit les conséquences des inductions électromagnétiques parasites


dues à l’environnement. L’utilisation courante de la paire torsadée est le raccordement
des usagers au central téléphonique (la boucle locale) ou les réseaux privés. Il existe
deux types de pair torsadée: Paire torsadée blindée (STP) ; Paire torsadée non blindée
(UTP).

3
2.3.1.1 Paire torsadée blindée

Le câble à paire torsadée blindée (STP) : allie les techniques de blindage, d'annulation
et de torsion des fils. Chaque paire de fils est enveloppée dans une feuille métallique
afin de protéger les fils contre les bruits. Les quatre paires sont elles-mêmes
enveloppées dans une tresse ou une feuille métallique. Le câble STP réduit le bruit
électrique à l'intérieur du câble (diaphonie), mais également à l'extérieur du câble
(interférences électromagnétiques et interférences de radiofréquences).

Fig.2.3 Câble paire torsadée de type STP

2.3.1.2 Paire torsadée non blindée

Le câble à paire torsadée non blindée (UTP) est utilisé sur différents réseaux. Il
comporte deux ou quatre paires de fils. Ce type de câble compte uniquement sur
l'effet d'annulation produit par les paires torsadées pour limiter la dégradation du
signal due aux interférences électromagnétiques et aux interférences de
radiofréquences. Le câble UTP est le plus fréquemment utilisé pour les réseaux
Ethernet.

Fig.2.4 Câble paire torsadée de type UTP

2.3.2 Câble coaxial

4
Pour éviter les perturbations dues aux bruits externes, on utilise souvent deux
conducteurs cylindriques de même axe, séparés par un isolant, et qui forment un
ensemble appelé câble coaxial. L’ensemble est protégé par une gaine isolante. Le
câble coaxial possède des caractéristiques électriques supérieures à celles de la paire
torsadée. Il autorise des débits plus élevés et est peu sensible aux perturbations
électromagnétiques extérieures. Le taux d’erreur sur un tel câble est d’environ 10
puissance -9.

Fig.2.5 Câble coaxial flexible type RG-59.A: Gaine extérieure en plastique


B: Blindage en cuivre C: Diélectrique D: Conducteur central (âme) en cuivre

2.3.3 Fibre optique


Une fibre optique est constituée d’un fil de verre très fin. Elle comprend un cœur,
dans lequel se propage la lumière émise par une diode électroluminescente ou une
source laser (voir figure 2.6 ) et une gaine optique dont l’indice de réfraction garantit
que le signal lumineux reste dans la fibre.

Fig.2.6 Fibre optique

2.3.3.1 Fibres multimodes


Une fibre est dite multimode si plusieurs chemins vehiculant la lumiere sont
possibles. Elles peuvent etre divisees en :

a)- Fibres multimodes a saut d’indice

5
Dans les fibres a saut d’indice, le coeur a un gros diametre relatif, par rapport a la
longueur d'onde de la lumiere. Tous les inconvenients vus plus haut se manifestent ici.
Un grand nombre de rayons lumineux se propage par reflexion totale. Le nombre de
rayons est fonction de l’angle d’incidence de la lumiere. La reflexion totale est
assuree par les valeurs des indices de refraction n1 (coeur) et n2 (gaine) avec toujours
n1> n2.

Fig.2.7 Fibres multimodes a saut d’indice

Les fibres multimodes a saut d’indice sont destinees a transmettre sur de courtes
distances; elles utilisent les longueurs d’onde 850 nm et 1300 nm

b)- Fibres multimodes a gradient d’indice :


Dans les fibres a gradient d’indice , le cœur est constitue de couches de verre
successives d’indices de réfraction proches. Ainsi, l’indice décroit continument,
depuis le centre du cœur jusqu’à l’interface cœur/gaine. On s’approche d’une
égalisation des temps de propagation, ce qui signifie que l’on a réduit la dispersion
modale. Tous les rayons sont refocalises au centre de la fibre, l’atténuation et
l’élargissement du signal sont beaucoup plus faibles que dans la fibre a saut d’indice.
Les fibres a gradient d’indice sont plus utilisées pour de moyennes distances.

Fig.2.8 Fibres multimodes à gradient d’indice

2.3.3.2 Fibre monomode


Ce type de fibre optique est caractérisé par un diamètre du cœur est très fin. Le signal
lumineux se propageant en ligne droite, ne rencontre pas la gaine et n’est donc pas
perturbe. Les fibres monomodes sont destinées a transmettre sur de longues distances;
utilisées a la longueur d’onde 1550 nm, elles possèdent un diamètre de cœur
extrêmement fin (8 a 10 μm en général), faible par rapport au diamètre de la gaine
(125μm) et proche de l'ordre de grandeur de la

6
longueur d'onde de la lumière injectée.

Fig.2.9 Fibre monomode

Un système de transmission par fibre optique met en oeuvre (figure 2.10) :

1. Un émetteur de lumière (transmetteur), constitué d’une diode


électroluminescente (LED, Light Emitting Diode) ou d’une diode LASER
(Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation), qui transforme les
impulsions électriques en impulsions lumineuses.
2. Un récepteur de lumière, constitué d’une photodiode de type PIN (Positive
Intrinsic Négative) ou de type PDA (à effet d’avalanche) qui traduit les
impulsions lumineuses en signaux électriques.
3. Une fibre optique

Fig.2.10 Principe d’une liaison optique.

La puissance émise par une LED est peu élevée (∼= 1 mW) et, seul un faible pourcentage de
cette puissance est récupéré dans la fibre. Pour les liaisons à haut débit on lui préfère les
diodes laser. Ces dernières autorisent une puissance à l’émission voisine de 5 mW avec un
rendement de couplage d’environ 50 %. Une LED a une bande passante de 100 MHz, une
diode laser permet une largeur de bande de 800 MHz.

2.3.3.3 Avantages des fibres optiques :


1. Performances (atténuation faible, bande passante élevée) permettant des
liaisons longues sans répéteurs.
2. Immunité électromagnétique : insensibilité aux parasites, aux orages, aux
courants telluriques.
3. Isolation galvanique : Pas de problème de terre dans le raccordement entre
deux bâtiments, pas de danger en milieu explosif.
4. Confidentialité : piratage très difficile.

7
5. Légèreté : une fibre pèse quelques grammes /km, un câble peut peser de 20 à
100kg/km (selon nombre de fibres et protections) contre plus de 200kg/km
pour un coaxial.
Le seul inconvénient des fibres optique concerne essentiellement la difficulté et le
coût des raccordements.

2.4 Transmissions sans fil


Les ondes électromagnétiques se propagent dans l’atmosphère ou dans le vide (le
terme d’éther désigne parfois ce type de support). L’absence de support matériel
apporte une certaine souplesse et convient aux applications comme la téléphonie ou
les télécommunications mobiles, sans nécessiter la pose coûteuse de câbles. La figure
2.11 illustre le principe d’une liaison radioélectrique.

Fig. 2.11 Principe d’une liaison radioélectrique

a)- Faisceaux hertziens: Les faisceaux hertziens reposent sur l’utilisation de


fréquences très élevées (de 2 GHz à 15 GHz et jusqu’à 40 GHz) et de faisceaux
directifs produits par des antennes directionnelles émettant dans une direction donnée.
La propagation des ondes est limitée à l’horizon optique ; la transmission se fait entre
des stations placées en hauteur, par exemple au sommet d’une colline, pour éviter les
obstacles dus aux constructions. Les faisceaux hertziens s’utilisent pour la
transmission par satellite, pour celle des chaînes de télévision ou pour constituer des
artères de transmission longues distances dans les réseaux téléphoniques.
b)- Ondes radioélectriques: Les ondes radioélectriques correspondent à des
fréquences comprises entre 10 kHz et 2 GHz. Un émetteur diffuse ces ondes captées
par des récepteurs dispersés géographiquement. Contrairement aux faisceaux
hertziens, il n’est pas nécessaire d’avoir une visibilité directe entre émetteur et
récepteur, car celui-ci utilise l’ensemble des ondes réfléchies et diffractées. En
revanche, la qualité de la transmission est moindre car les interférences sont
nombreuses et la puissance d’émission est beaucoup plus faible.

2.5 La liaison satellitaire et téléphonie par satellite


Le satellite de télécommunication est un satellite artificiel orbital de la terre, il reçoit
les émissions de la terre (lien montante) et les retransmis vers la terre (lien
descendante) après translation de fréquence et amplification.

8
Fig.2.12 : Composante d’un système de télécommunications par satellite.

2.7 Téléphone par satellite


Le téléphone par satellite est une forme de téléphonie mobile qui relient les
utilisateurs entre eux par l’intermédiaire de satellites de télécommunications.
Contrairement au téléphone portable classique, son efficacité ne dépend pas des
antennes relais terrestres installées par les différents opérateurs mobiles afin de
couvrir un territoire. Dans le cas du téléphone satellite, les signaux émis et reçus
passent par des satellites placés en orbite autour de la Terre. La distance qui sépare les
satellites de la Terre dépend de la technique utilisée (orbite basse ou géostationnaire).

Les Meilleurs Téléphones Satellite


Téléphone Satellite Blackview BV9000 Pro.
Téléphone Satellite Inmarsat Isatphone 2.
Téléphone Satellite Iridium 9555, Spot 3 Personal Tracker.
Téléphone Satellite Thuraya XT-LITE.
Téléphone Satellite Garmin inReach Explorer+
Téléphone Satellite Inmarsat IsatPhone