Vous êtes sur la page 1sur 177

R

Rééppuubblliiqquuee A
Allggéérriieennnnee D
Déém
mooccrraattiiqquuee eett P
Pooppuullaaiirree..

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Ecole Nationale des Travaux Publics

Thèse de fin d’étude en vue l’obtention du Diplôme d’ingénieur d’Etat


en travaux public
THEME

Proposé par SAPTA

Présenté par : Encadré par :


SLIMANE MOURAD Mr: BOUZIAINE NASSER
SAOUD SOUFAINE Ingénieur chef d’études

Promotion Juin 2008


Remerciement

Toute notre parfaite gratitude, grâce et remerciement à Allah le plus puissant

qui nous a donné la force, le courage et la volonté pour élaborer ce travail.

Nous tenons à remercier chaleureusement notre promoteur Mr. N.BOUZIANE pour

son aide et son encadrement durant toute la période de préparation de ce mémoire.

Nous remercions les ingénieurs de SAPTA en particulier monsieur :

DJERIR et ses collègues de nous avoir aidés à effectuer ce travail.

Et également nos remerciements sont exprimés :

A tous les enseignants de l’E.N.T.P qui nous ont enrichi de connaissances et de

savoir, ainsi aux responsables de la bibliothèque, du centre de calcul et de

l’administration qui nous ont beaucoup facilité notre recherche.

A tous ceux qui nous ont aidé de près ou de loin dans la réalisation de ce projet de
fin d’étude.

SLIMANE MOURAD.
SAOUD SOUFAINE.
Dédicace :

Rien n’est aussi beau à offrir que le fruit d’un labeur


qu’on dédie du fond du cœur à ceux qu’on aime
et qu’on remercie en exprimant La gratitude
et la reconnaissance durant toute notre existence.

Je dédie ce modeste travail à :

Ma mère, mon père, frères et sœurs.


Toute la famille Saoud.
Mon amie proche Mohamed.
Mon binôme Mourad
Toutes les personnes qui m’ont soutenues
et crus en moi lors de mon parcourt
et à tout ceux qui m’ont aidé de près ou de loin,

Tout mes adorables amis sans exception, je site


Walid, Sidali, Ahmed, Mohamed, Khaled, Adnane, Nouh, Hamza,
Massinissa, Rabie, Younes, Sebti, Meriem, Assia, Ahlem, …

A toute la promotion 2008.

Sofiane.
Dédicace…

Au nom d’allah, le tout miséricordieux, le très miséricordieux.

Tout d’abord je tiens a remercier le tout puissant de m’avoir donner le courage et la


patience pour arriver à ce stade afin de réaliser ce modeste travail que je le dédie à :

Mes très chère parents « Mohamed et HaLima » qui m’ont soutenu et encouragé durant
toute ma vie.

Mes frères : Abdelkader, RafiK, Kheirreddine, Foudil.

Mes sœurs et à toute ma famille « SLIMANE ET SAIDI »

Mon binôme Saoud.

Tous mes amis , en particulier Abdelkader , Findi ,Mohamed , Yacine ,Abdelatif,Hamza,


Saleh , Brahim , Messaoud , Mustapha , Abdelhamid , Omar , Mlouka , Abdelhadi ,
Maheiddine ,

Toute la promotion 2008.

Tous mes collèges sans exception.

Tous les habitants de Khemis Miliana, en particulier quartier Souffay.

A vous …merci

MOURAD
Sommaire.

I. Introduction générale…………………………………………………………… 01

II. Généralité :
1- Introduction………………………………………………………………… 02
2- Présentation de l’ouvrage……………………………………………… 02
3- Données fonctionnelles…………………………………………… 02
4- Données naturelles………………………………………………… 04
III. Conception générale :
1- Introduction…………………………………………………………… 08
2- Première Variante…………………………………………………… 08
3- Deuxième Variante……………………………………………………09
4- Troisième variante……………………………………………………10
5- Analyse multicritères…………………………………………………11
6- Conclusion………………………………………………………………12
7- Elément constitutif d’un pont……………………………………… 12

8- Matériaux utilisés…………………………………………………… 13

9- Présentation du logiciel MIX BEAM………………………………15

v Etude de superstructure (le tablier) :

IV. Pré dimensionnement des poutres :


1- Nombre de poutres (N)……………………………………………………… …….17
2- Elancement de poutres……………………………………………………… 18

3- Epaisseur de l’âme des poutres…………………………………………… 18


4- Semelles des poutres…………………………………………………………18

5- Dalle de couverture………………………………………………………… 20
V. Evaluation des charges et surcharges :
1- Evaluation des charges……………………………………………………… 21

1.1- Charges permanentes CP……………………………………………21


1.2- Complément des charges permanentes CCP…………………… 21
2- Surcharges…………………………………………………………………………22
2.1- Système de charge A (L)………………………………………… 23
2.2- Système Bc……………………………………………………………24
2.3- Surcharges militaires Mc120………………………………………26
2.4-Charge exceptionnelle D240……………………………………… 27
2.5- Surcharges sur trottoirs……………………………………………28
2.6- Vent…………………………………………………………………… 28
2.7- Température………………………………………………………… 28
2.8- Forces de freinage………………………………………………… 28
2.9- Le séisme………………………………………………………………28
3- Combinaisons de charges…………………………………………………… 28

VI. Répartition transversale :

1-Méthode de Guyon Massonnet (méthode rigoureuse)……………………30


2-Paramètres de torsion α…………………………………………………………30
3- Paramètre d’entretoisement θ……………………………………………… 31
4- Détermination des paramètres adimensionnels α et θ………………… 31
4.1- Calcul du paramètreθ………………………………………………… 31
4.2- Calcul du paramètreα………………………………………………… 32
5-Calcul du coefficient de répartition transversale Kmoy………………… 32
5.1- détermination de K1 ; K2…………………………………………… 32
5.2- Détermination de κα ………………………………………………… 32
5.3- Les lignes d’influence……………………………………………… 33
5.4- Déterminations des ki dans chaque cas…………………………… 34

VII. Etude de la section mixte :


1- Principe de calcul……………………………………………………………… 36
2- Inertie d’une section mixte………………………………………………… 37

3- Modélisation…………………………………………………………………… 37

4- Effet du l’effort tranchant…………………………………………………… 39

5- Effet du retrait………………………………………………………………… 39

6- Effet du gradient thermique (différence de température entre la dalle et la


poutre)…………………………………………………………………………… 40

7- Effet de la variation uniforme de la température…………………………41

8- Cumul des contraintes…………………………………………………………41

9- Calcul géométrique de la section mixte……………………………………41

10- Vérification des conditions aux Etats Limites de service…………… 46

11- Vérification des conditions aux Etats Limites ultime………………… 46

VIII. Etude d’assemblage par soudure :


1- Introduction………………………………………………………………………47
2- Principe de soudure……………………………………………………………47
3- Différentes joints de soudure……………………………………………… 48
3.1- Joint d’âme……………………………………………………………… 48
3.2- Joint de semelle………………………………………………………48
4- Vérification de la soudure…………………………………………………49
5- Nettoyage des soudures……………………………………………………49
IX. Voilement :
1- Définition………………………………………………………………………50

2- Contraintes critiques……………………………………………………… 50

3- Principe de vérification……………………………………………………………52

4- Etape de calcul………………………………………………………………………53

4.1- Le moment positif (max)………………………………………………… 53


4.2- Le moment négatif (max)………………………………………………… 54

5- Etude des raidisseurs……………………………………………………… 55

5.1- Cas du moment positif……………………………………………… 57


5.2- Cas du moment négatif………………………………………………58

X. Diversement :
1- Introduction……………………………………………………………………60
2- Calcul de moment critique………………………………………………… 60

2.1- Section N° 1…………………………………………………………61

2.2- Section N° 2…………………………………………………………63

2.3- Section N° 3……………………………………………………… 64

XI. La flèche et la contre flèche…………………………………………………… 66

XII. Méthodologie d’exécution……………………………………………………… 68


1- usinage……………………………………………………………………… 68
2- Montage de tablier…………………………………………………………… 69

XIII. Etude de corrosion……………………………………………………………… 72

XIV. Etude des entretoises :


1- Introduction………………………………………………………………… 73
2- Entretoise d’about………………………………………………………… 73
2.1- Entretoise sur culée………………………………………………73

2.2- Entretoise sur pile………………………………………………… 76


3- Entretoise intermédiaire……………………………………………………79
XV. Etude de la dalle :
1- Introduction………………………………………………………………… 81
2- Section transversale………………………………………………………81

3- Ferraillage de dalle……………………………………………………… 82

3.1- Longitudinal (à la flexion localisé)………………………… 82

3.2- Transversal (à la flexion transversale)…………………… 83


3.3-Etude de torsion………………………………………………… 86

XVI. Etude des connecteurs :


1- Introduction…………………………………………………………………88

2- Résistance de calcul des connecteurs…………………………………91

2.1- Tronçon L1 ………………………………………………………91

2.2- Tronçon L2 ………………………………………………………94

2.3- Tronçon L3........................................................................96

2.4- Tronçon L4 ………………………………………………………98

2.5- Tronçon L5 ………………………………………………………99

XVII. Etude d’équipement :


1- Les appareille d’appuis :
1.1- Fonction et disposition………………………………………… 102

1.2- Dimensionnement des appareils d'appuis………………… 102


1.3- Dimensionnement des frettes. ……………………………… 109
1.4- Vérification de la frette…………………………………………110
2- Dés d’appuis :
2.1- Ferraillage du dés d’appui……………………………………… 113

2.2- Les plaques de fixation………………………………………… 113

3- Plots parasismiques :
3.1- Introduction……………………………………………………… 115
3.2- Conception des plots parasismique………………………… 115
3.3- L’évaluation des efforts agissant sur le plot…… 116
3.4- Ferraillage des plots………………………………… 116
3.4- Vérification de condition de non fragilité……… 117
4- Joint de chaussées :
4.1- Introduction………………………………………………………119
4.2- Dimensionnement des joints de chaussée…………………119
4.2.1- Souffle de service…………………………………… 119
4.2.2- souffle sismique……………………………………… 120
4.2.3- Souffle total…………………………………………… 121
5- Corniches…………………………………………………………………… 122

v Etude d’infrastructure (appuis et fondations) :

XVIII. Conception et étude de la culée :


1- Introduction…………………………………………………………………123
2- Choix de la morphologie…………………………………………………123
3- Pré dimensionnement de la culée………………………………………123
4- Calcul la stabilité de la culée………………………………………… 125
4.1- Vérification de la stabilité de la culée……………………. 128
5- Le ferraillage de la culée…………………………………………………129
5.1- le mure garde grève………………………………………… 129
5.2- Dalle de transition…………………………………………… 132
5.3- Corbeau d’appui de la dalle de transition…………………134
5.4- Le mur frontal………………………………………………… 135
5.5- Le mur en retour……………………………………………… 140
6- FONDATIONS………………………………………………………………145
6.1- Choix du type de fondation………………………………… 145
6.2- Détermination de la capacité portant d’un pieu………… 145

6.3- Ferraillage de la semelle………………………………………147


6.4- Le ferraillage des pieux……………………………………… 148

XIX. Conception et étude de la pile.


1- Introduction……………………………………………………………………150
2- Choix type de pile………………………………………………………… 150
3- Pré dimensionnement des piles………………………………………… 150
4- Le Ferraillage……………………………………………………………… 151
4.1- Ferraillage de voile……………………………………………… 151
4.2- Ferraillage du chevêtre………………………………………… 154
5- Fondations…………………………………………………………………… 156
5.1- Choix du type de fondation……………………………………… 156
5.2- Détermination de la capacité portant d’un pieu………………156

5.3- Ferraillage de la semelle………………………………………… 157

5.4- Le ferraillage des pieux……………………………………………158

XX. Conclusion générale.


XXI. Annexe.
XXII. Bibliographie.
Introduction générale.

Introduction générale.

Parmi les constructions importantes fréquemment utilisées dans la vie humaine


c’est la famille des ouvrages d’art. Les ponts constituent une partie assez grande
de cette famille vue de sa présence dans le site terrestre et maritime.

On appelle un pont tout ouvrage permettant à une voie de circulation de


franchir un obstacle naturel ou une autre voie de circulation.

La Conception d’un pont doit satisfaire un certain nombre d’exigence


puisqu’il est destiné à offrir un service d’usager. On distingue les exigences
fonctionnelles qui sont les caractéristiques permettant au pont d’assurer sa
fonction d’ouvrage de franchissement, et les exigences naturelles qui sont
l’ensemble des éléments de son environnement influent sur sa conception.

Ce mémoire de fin d’étude consiste à faire la conception et l’étude d’un pont


franchissant Oued chelef sur l’autoroute Est- Ouest dans la Wilaya de
AIN DEFLA
Ou nous allons traiter les principales étapes de l’étude d’un pont en commençant
par la conception générale, une fois que les variantes ont été définis et analysées,
nous allons retenir la variante la plus avantageuse pour dimensionner et étudier
d’une manière profonde.

ENTP 1 promotion 2008


Chapitre 01 : Généralité

Généralité

1. Introduction :
La réalisation d’un ouvrage d’art est lui conféré des qualités fonctionnelles, économique
et esthétiques. L’ouvrage doit être adapté aux contraintes fonctionnelles (voie portée, obstacle
franchis) qui lui sont imposée. Qu’il puisse être réalisé au meilleur coût est une nécessité
d’ordre budgétaire. Il est également essentiel de veiller à lui donner des formes et proportions
permettant une intégration satisfaisante dans le site
La démarche de conception consistera donc à fixé les choix fondamentaux avant de
s’intéressent aux détails, en procédant par l’étapes et affinements successifs. C’est ainsi que
l’implantation des appuis et le chois du type de l’ouvrage.
2. Présentation de l’ouvrage :

L’ouvrage qui a fait l’objet de notre étude consiste à concevoir et à calculer un pont
routier qui rentre dans le cadre du projet de l’autoroute Est – Ouest reliant Alger à Oran
contournant la ville de Khemis- Miliana au PK 43+100 .pour permet à franchir Oued chlef
sur un longueur de 212m (passage inférieur).
En présence de l’autoroute , le pont est en fait double ( jumeler) , ainsi les deux ponts
adjacents ont les mêmes caractéristique géométrique se qui nous mène à l’étude d(un
seule de 16.5m de largeur .
Au stade de la conception du pont ,trois variantes seront proposées et par une analyse
multicritère qualitatif , une variantes sera retenue pour une étude plus détaillée .
3. Données fonctionnelles :
3.1 Données relatives à la portée :
Ø Tracé en plan :

Vu que l’axe de l’ouvrage forme un angle de 83.33 grade avec l’axe d’oued, et
situe dans un tracé linéaire de la route, donc sa structure géométrique sera alors biaise
et droit.

ENTP -2- promotion 2008


Chapitre 01 : Généralité

Viaduc de Khemis Miliana

Photo.1.position de l’ouvrage.

Ø Profil en long :

Le profil en long est la ligne située sur l’axe de l’ouvrage, définissant en élévation du tracé
en plan, il doit être défini en tenant compte de nombreux paramètres liés aux contraintes
fonctionnelles de l’obstacle franchit ou aux contraintes naturelles, Il présente une longueur de
211.8 m et une pente longitudinale de I=0,50 %

Ø Profil en travers

Le profil en travers est l’ensemble des éléments qui définissant la géométrie et


l’équipement de la voie dans le sens transversal.

Le profil en travers de notre chaussée est défini par :

Ø Largeur de la chaussée : 13.5m


Ø Nombre de voies de circulations : 3 voies.
Ø Largeur de trottoir :1.5m.
Ø Le divers : 2.5 %

ENTP -3- promotion 2008


Chapitre 01 : Généralité

Ø La largeur totale : 16.5m

3.2 Données relatives à l’obstacle franchir :

L’ouvrage franchit un oued de brèche d’une longueur 212 m.

Fig 02 : Gabarit vis-à-vis de l’ouvrage.

4. Données naturelles :

La connaissance des caractéristiques géotechniques du sol, entraîne les


meilleures condit ions de stabilité et de rigidité.
Dans le domaine des ouvrages d’art ou de la construction en général, le risque
le plus grave est celui de l’insuffisance des études géotechniques liée souvent à
l’acceptation des variantes dont la position des appuis, de ce fait il faut augmenter les
marges de sécurité qu’induit une augmentation du prix.
La reconnaissance du sol est un paramètre fondamental et essentiel pour définir
le type de l’ouvrage correspondant, ainsi que la proposit ion des fondations envisagées
pour les appuis, et de choisir un bon emplacement dont le but d’avoir un bon
comportement mécanique de l’ouvrage.

a/- Données climatiques :

Ø les actions dues au vent :


Les actions dues au vent se manifestent par des pressions exercées normalement aux
surfaces qui pour des construction de basse, sont souvent admises uniformes, ces pressions
peuvent être positives (surpression intérieure) ou négatives (dépression intérieure).
Ces actions sont fixées par l’actuel règlement des charges (fascicule 61, titre II).

Ø -les actions dues à la variation du Température :

ENTP -4- promotion 2008


Chapitre 01 : Généralité

Les effets de la variation de la température sont évidemment pris en compte dans le calcul des
structures, ils entrent en action dans le dimensionnement du joint de chaussée et des appareils
d’appuis.

Ø Les actions atmosphériques :

Sous l’action d’agents atmosphériques, la corrosion d’acier devient sensible au delà d’un
seuil de taux d’humidité de l’ordre de 50 à 70 %. La présence de poussières et d’autres dépôts
solides étrangers favorise le déclenchement de ce phénomène.

La pollution atmosphérique par des gaz sulfureux acides contribue dans l’accélération des
processus de la corrosion. La température joue également un rôle déterminant dans
l’accélération du processus chimique d’oxydation

Ø les actions dues à la neige :


Les effets de la neige ne sont pas pris en compte dans le calcul des ponts mais ils peuvent
intervenir dans quelques cas particuliers (ouvrage en phase de construction).

b/- Données géotechniques :

Les données géotechniques sont fondamentales dans l’étude d’un ouvrage, non seulement
elles conditionnent le type de fondation des appuis, mais elles constituent l’un des éléments
du choix de la solution pour le franchissement projeté.
Elles dont obtenues a partir de reconnaissances qui doivent donner les informations les plus
complètes possibles sur le terrain naturel, aussi il est nécessaire de connaître avec précision la
topographie du terrain naturel afin d’implanter correctement l’ouvrage, estimer le
mouvement des terres et choisir les emplacements adéquats pour les installations de chantier,
les accès aux différentes parties de l’ouvrage et les aires de préfabrication éventuelles.
La reconnaissance géotechnique doit donner des indications quantitatives sur la nature
des terrains rencontrés par le biais des :
- paramètres mécaniques de résistance (pour les problèmes de capacité portante).
- paramètres rhéologiques (pour les problèmes de tassement et de fluage).
- compacité (pour les problèmes de terrassement).
- perméabilité (pour les problèmes d’épuisement ou de bétonnage dans les fouilles).

Ø La nature du sol :

Au vu des affleurements existants au niveau du site et leur nature géologique et d’après les
quatre sondages carottés réalisés à raison d’un sondage par appui , les résultats laissent
apparaître un sous sol homogène constitué des couches suivantes :

0.00 m à 18.00m : Alluvions ---d’après le tableau de classement des sol on


a ( Cu = 0 ; ϕ = 35°)
18.00m à 24.00 m : Argile tendre---d’après le tableau de classement des sol on
a ( Cu = 15 ; ϕ = 20°)

ENTP -5- promotion 2008


Chapitre 01 : Généralité

24.00m a 29.00m : Argile compacte ---d’après le tableau de classement des sol


on a ( Cu = 0 ; ϕ = 25°)

Alluvions

ar gile tendr e

ar gile compacte

Fig 03 : différentes couches du sol

c/- Données hydrauliques :

Lorsque un ouvrage franchit un cours d’eau, un certain nombre de renseignements sont


nécessaire. en dehors du relevé précis de la topographie du lit , il convient de connaître les
niveaux de l’eau qui influent sur la conception générale du franchissement et son
implantation dans l’espace,et permet d’apprécier l’opportunité de certaines méthodes
d’exécution . Les principaux renseignements sont les niveaux correspondant aux PHEC
(plus haute eaux connues), et PBE (plus basses eaux ou étiage).
Le niveau de PHEC permet de caler le profil en long de l’ouvrage. En effet, il est d’usage de
dessiner un pont en plaçant les appareils d’appuis au dessus de cette cote pour éviter la
détérioration à la suite d’immersions trop fréquentes. Dans notre projet l’oued possède les
données hydrauliques suivantes :

• PHEC = 6m
• PBE = 1.5m

ENTP -6- promotion 2008


Chapitre 01 : Généralité

d/-Gabarit à réserver :

Le tirant d’air de 1m au dessus du niveau des PHEC, permet le passage d’objets qui peuvent
être charriés par la montée des eaux et évite ainsi leur collision avec le tablier.

e/- Données sismologiques :

Un séisme est une succession de déplacements rapides imposés aux fondations d’un ouvrage
on l’appelle aussi accélération à la base.
Sur un ouvrage rigide, les efforts sont identiques à ceux d’une accélération uniforme
présentant une composante horizontale et une composante verticale.
Notre ouvrage se situe dans la commune de Khemis -Miliana (Wilaya de Ain Defla) , elle est
classée par le Règlement Parasismique Algérien (RPA99) en Zone II-b .
Donc on aura :
L’accélération verticale : 0,07 G , (G : poids total)
L’accélération horizontale : 0,1 G

ENTP -7- promotion 2008


Chapitre 02 : Conception générale.

Conception générale

I. Introduction :

La conception d’un pont est un long travail d’étude visant à concilier diverses
contraintes dont l’importance et l’ordre prééminence varient selon les projets : données
naturelles de franchissement , données fonctionnelles de la voie portée , procédés de
construction , insertion dans l’environnement , coûts , délais …
L’objectif est de déterminer le type d’ouvrage le plus économique capable de
satisfaire le mieux possible à toutes les condit ions imposées.
On a proposée trois variantes qui diffèrent au nivaux de la section transversale et le
système statique longitudinal, ces variantes sont :

Ø Pont a poutres en béton précontraint a travées indépendantes.


Ø Pont à tablier mixte hyperstatique.
Ø Pont haubans.

II. PREMIERE VARIANTE: Pont a poutres en béton précontraint a travées

indépendantes.

Coupe transversale sur un tablier à poutres

Fig01 :

Il est possible de réaliser des tabliers à l’aide de poutres précontraintes par


Post-tension, solidarisées par une dalle de couverture coulée en place sur des coffrages
perdus non participants.

ENTP -8- promotion 2008


Chapitre 02 : Conception générale.

Les poutres sont entretoisées, à leurs extrémités. Leur emploi, initialement réservé à la
confection de travées indépendantes, a été étendu a des ouvrages constitués de plusieurs
travées des portées comprises entres 30 et 50m. il est intéressantes que le nombre de
poutres à réaliser est plus grand ; en effet , un viaduc comportant des nombreuses travées
justifie des moyens de mise en place spécifiquement adaptés.
Dans cette variante il y a six travées indépendantes de portée de 33m chacune, constituées par
un certain nombre de poutres préfabriquées à talon et âme et semelle
supérieure, l’élancement économique des poutres est 1/17 ce qui nécessite de disposer d’une
hauteur de tablier relativement importante . Donc on aura cinq (5) piles et deux (2).

Ø Les avantages :

- Simplicité et rapidité d’exécution ce qui réduit les délais et les coûts.


- maîtriser de la fabrication des poutres, du point de vue comportement mécanique, relatif à
la qualité du béton et du ferraillage.
- le fonctionnement isostatique de ce type de structure la rend insensible aux tassements des
appuis et aux effets du gradient thermique.
- Les ponts à poutres ne nécessitent pas beaucoup d’entretien.
- le béton est toujours comprimé.
- bonne protection des armatures et des aciers.
- possibilité de franchir des grandes portées.

Ø Les inconvénients :

- La hauteur importante des poutres et leurs poids qui augmentent au fur et à mesure que
leur portée augmente.
- Les désagréments que provoque la présence de joints de chaussée sur chaque appui, et
leurs coûts d’entretien.
- Ce type de tablier s’adapte difficilement aux franchissements biais ou courbes.
- Sensibilité au tassement différentiel des appuis.

III. Deuxième Variante : pont à tablier mixte hyperstatique.

Ce tablier constitué à des poutres métalliques continues en I de langueur total de


200m de cinq travées non identique , 45m de porté pour les trois travées intermédiaires et
32m de porté pour les deux travées de rive ,supportant une dalle de roulement en béton armé
connecté aux semelles supérieures par des éléments de liaison appelés connecteurs ( petits
élément métallique soudés sur la semelle supérieure du profilé ) dont le rôle est d’éviter
tout glissement relatif du dalle par rapport aux poutres.

ENTP -9- promotion 2008


Chapitre 02 : Conception générale.

Fig02 : coupe transversale sur un tablier mixte.

Ø Les avantages :

• Légèreté par rapport aux tabliers des autres types de ponts qui va rendre le transport aisé,
on raison du poids peu élevé qui permet de transporter loin en particulier à l'exécution.
• La rapidité d’exécution globale (diminution des coûtes).
• Simplicité d’usinage des poutres à âmes pleines
• Le peu d’échafaudage nécessaire.
• La précision dimensionnelle des structures.
• La qualité architecturelle qui s’attache a la netteté et la franchise des solutions adoptées.
• Simplicité d'usinage des poutres à âmes pleines.
• Des possibilités d'extension et de réparation.
• Pour des ouvrages délicats de réaliser sur place (manque d'ouvrier spécialisé, de béton de
qualité).

Ø Les inconvénients :

• La résistance et la stabilité de la structure en place doivent être vérifiées à tous les stades
importants du montage ainsi qu'un contrôle strict sur le chantier.
• La durabilité vis-à-vis de la corrosion.
• Le problème majeur des ponts métallique et mixte c’est l‘entretient contre la corrosion et
le phénomène de fatigue dans les assemblages.
• En construction mixte les phénomènes de retrait et de fluage. Influençant notablement la
répartition des efforts intérieurs, on opte pour les bétons qui ont un retrait et un fluage
minimum.
• Le risque de flambement des pièces comprimées, et le risque du renversement ou le
voilement lors du montage ainsi qu'en service.
• Les sollicitations climatiques la différence de température entre le béton et l'acier surtout
lorsque les poutres ne sont pas encore protégées par le tablier en béton.
• Une surveillance avec visite périodique.

IV. Troisième variante : pont haubanais


Dans la portage par haubanage, l’étude du franchissement et la conception des ponts
changent de registre .le pont haubanais c’est un pont très esthétique et qui franchir des

ENTP - 10 - promotion 2008


Chapitre 02 : Conception générale.

grands portées , a notre conception on a une tablier métallique continué a deux travées de
100m de portée ,qui assuré leur équilibre par deux culées d’extrémités et une pylône unique
centrale qui supporte toutes les charges affectant le tablier (poids propre, surcharge de
chaussée et climatique ) par les câbles qui sont fixé a la tête de pylône et les bords de tablier
par convergence .

Fig03 : pont haubans.

Ø Avantages :
• le franchissement de très grandes portées par la multiplicité des appuis.
• La libération totale de l’espace intérieure.
• L’élancement exceptionnel des tabliers. cette qualité n’a d’intérêt bien sur que
si la souplesse et la déformabilité du tablier satisfont les critères d’exploitation
de l’ouvrage

Ø Inconvénients :

• En grande portée, les problèmes changent non seulement d’échelle mais aussi
de nature.
• Le montage est la première difficulté a résoudras.
• Les grandes déformations induisent un comportement non linéaire de la
structure.
• L’état des forces extérieures est complexe : aux surcharges d’exploitation
s’ajoutent les effets du vent sur la structure qui augmentent avec la portée.
Les forces dynamiques prennent le dessus sur les charges statique.

V. Analyse multicritères :

Pour cette analyse nous résumerons nôtre étude des variantes en quatre points importants

ENTP - 11 - promotion 2008


Chapitre 02 : Conception générale.

PONT A TABLIER PONT EN BETON PONT


MIXTE PRECONTRAINT HAUBANS

Economie - + -
Entretient + - -
Esthétique + - +
Exécution + + -
+ : Favorable. - : Peu favorable
Tableau.1. analyse multicritères

v Conclusion :
Après avoir analysé les variantes adéquates a notre ouvrage, d’après les données qu’on a à
notre disposition.
Notre choix s’est porté sur un tablier mixte hyperstatique .car :
• il permet de franchir l’oued avec le minimum d’appuis.
• peut être réalisés sans difficulté et les problèmes de fluage ou de déformation dans le
temps étant relativement rares et une esthétique très pure.

VI. Elément constitutif d’un pont :

Afin de mieux comprendre les règles de construction « domaine de l’ingénieur


concepteur » et pour qu’on puisse les définir. Le pont est constitué d’une structure résistante
capable de porter la charge permanente et les charges d’exploitation. Il possède par ailleurs
des équipements spécifiques concourant à son bon fonctionnement, à la sécurité des usagers et
à la durabilité de l’ouvrage.
Les structures du pont doivent répondre aux données du projet, de formes multiples et
variées, elles se réduisent finalement toujours à un tablier qui est la partie d’ouvrage qui porte
directement la voie et en assure la continuité parfaite et un système porteur composé d’appuis
et de suspensions éventuellement.
Les équipements respectent des standards propres à chaque type de voie concernée et à
son exploitation.
Premier équipement est la structure de roulement qui est constituée par la chaussée pour
la route. Les équipements englobent aussi:
- Les appareils d’appui.

ENTP - 12 - promotion 2008


Chapitre 02 : Conception générale.

- Les joints de chaussée.


- Les organes de sécurité (garde-corps, glissières et barrières de sécurité).
- Les systèmes de drainage des eaux.
- L’étanchéité.
- Les corniches.
- Les plots parasismiques.

VII. Matériaux utilisés :

1- Le béton :

Le béton est défini par la valeur de sa résistance à la compression à l’age de 28 jours qui
est notée fc28.
Le béton est dosé à 400 kg/m3 de ciment CPA 325.

Densité : la masse volumique du béton armé γ =2,5 t/m3.

Ø La résistance caractéristique à la compression :

Pour un béton âgé de j jours, on a :

30 MPa si j ≥ 28 j.
fc28 = 27 MPa
j
fcj = fc 28 si j ≤ 28 j.
4,76 + 0,83 j
Avec :
30 MPa. Pour le béton de la superstructure.

fc28 =
27 MPa. Pour le béton d’appuis et la fondation.

Ø La résistance caractéristique à la traction :

La résistance à la traction est liée à la résistance à la compression :

0,6+0,06fcj = 0,6+ 0,06(30) = 2,4MPa. (Pour fc28 = 30 MPa).

ft28 =
0,6+0,06fcj = 0,6+0,06 (27) = 2,2 MPa. (Pour fc28 = 27 MPa).

Ø Contrainte de calcul à l’E.L.U:

fbu = 0,85 fcj / θ. γb

ENTP - 13 - promotion 2008


Chapitre 02 : Conception générale.

Le coefficient θ est fixé à 1 lorsque la durée probable d’application de la combinaison


d’action considérée est supérieure à 24h, à 0.9 lorsque cette durée est comprise entre1h et
24h, et à 0.85 lorsqu’elle est inférieure à 1h.

1,5 en situations durables ou transitoires.


γb =
1,15 en situations accidentelles.
D’où :

17 Mpa. En situations durables ou transitoires pour fc28 = 30 MPa.


22.17 Mpa. En situations accidentelles pour fc28 = 30 MPa.
fbu =
15,30 Mpa. En situations durables ou transitoires pour fc28 = 27 MPa.
19,95 Mpa. En situations accidentelles pour fc28 = 27 MPa.

Ø Contrainte de calcul pour l’E.L.S:

0,5 fc28 En service.


σb = .
0,6 fc28 En construction.

Ø Coefficient de poisson :

Le coefficient de poisson ν représente la variation relative de dimension transversale d’une


pièce soumise à une variation relative de dimension longitudinale.
Le coefficient ν du béton pour un chargement instantané est de l’ordre de 0,3 mais il diminue
avec le temps pour se rapprocher de la valeur 0,15. Quand au cas d’un béton fissuré, ν devient
nul. On prend pour les calculs de béton la valeur. ν =0,15 pour un béton non fissuré (ELS) et
ν =0 pour un béton fissuré (ELU).

Ø Module de déformation longitudinale du béton E :

Module de déformation instantanée (courte durée <24 heures) :


Eij =11000 3 fcj (MPa).

Module de déformation différée (longue durée) :


Evj =3700 3 fcj (MPa).

2-Aciers passifs :
Les armatures passives sont des armatures comparables à celle du béton
Armé. (Les armatures passives sont tendues que sous des sollicitations extérieures).

Ø La limite élastique :

ENTP - 14 - promotion 2008


Chapitre 02 : Conception générale.

Les aciers utilisés sont des aciers courants à haute adhérence de classe FeE40 type 2,
sa limite élastique égale à 400 MPa .
Dans les calculs relatifs à l’ELU on introduit un coefficient γs tel que :

γs = 1 Situation accidentelle.
γs = 1.15 Situation durable ou transitoire.

Ø Module d’élasticité longitudinale de l’acier :

Es = 2.105 MPa.

Ø Contrainte limite de traction :

En fissuration peu nuisible : σs ≤ ƒe/γs.


1/2
En fissuration préjudiciable : σs = min (2/3ƒe , 110 (nƒtj) ).
1/2
En fissuration très préjudiciable : σs = min ( 1/2ƒe , 90 (nƒtj) ).

Avec :. n = 1,6 …….. Aciers à haute adhérence.

3-Aciers des poutres métalliques :


En construction, on définit un acier par :
• Sa limite élastique σe qui représente la contrainte.
• Sa qualité qui représente le facteur de qualité de la soudabilité.
Ils sont classe en trois catégories :
1. Aciers normaux : σe ≤ 300MPa
2. Aciers à haute limite élastique : 300MPa < σe ≤ 400MPa.
3. Aciers à très haute limite élastique : σe ≥ 400MPa .
L’acier utilisé pour les poutres PRS est le S355, la limite élastique est donc : σ = 355 N/mm2
2
• Compression simple : σ a = σ = 236 N/mm 2
3
3
• Traction simple : σ a = σ = 266,25 N/mm 2
4

• Cisaillement : σ = 0,6σ = 213 N/mm 2

VIII. Présentation du logiciel MIX BEAM :

MIX BEAM est un programme spécifique de calcul des structures mixtes linéaires
développé en commun par SCIA (scientific application group, herk – de-stad- Belgique )et
IOA (ingénierie ouvrage d’art , metz-tessy- France ). Il permet de calculer soit des ponts selon

ENTP - 15 - promotion 2008


Chapitre 02 : Conception générale.

le règlement français en vigueur,soit des planchers selon l’Eurocode 4.les calcul des
sollicitations reposent sur la méthode des déplacement tiennent compte de l’évolution de la
mixité de la structure fonction de bétonnage notamment.

Son originalité, outre qu’il fonctionne sur micro –ordinateurs type IBM PC 386, réside
dans l’architecture de l’entrée des données permettant de s’affranchir totalement de la notion
de modèle de calcul qui connaissent les utilisateurs des programmes à barres.

Le principe consiste à décrire longitudinalement la structure en dissociant la géométrie,


les poutres, la dalle et les armatures et en introduisant les termes de section et de zone, les
zones traduisant la répartition longitudinale des sections et le phasage de bétonnage.
Ensuit, le programme génère automatiquement en interne une structure composée de noeuds
et de barres par superposition de zones.

Puis en procède à l’introduction des charges selon quatre grandes familles : permanentes
–permanences facultatives – exploitation –fatigue. Ces termes facilitent la souplesse des
cumules des contraintes. Les charges d’exploitation ou de fatigue utilisent une bibliothèque
Permettant de rappelé des convois types auxquels seront appliqués les coefficients usuels.
Une fois les charges introduites, en effectue le calcul proprement dit, soit une succession de
calculs selon les charges et états de mixité détecté (phasage de bétonnage notamment) .puis de
programme propose un tableau dans le quel en choisie les cas de charges à cumuler, la loi de
cumule état d’obtenir les contraintes aux sollicitions les plus défavorables selon les
concomitances liée au type de famille.

ENTP - 16 - promotion 2008


Chapitre 03 : Pré dimensionnement.

Pré dimensionnement

I. Poutres (PRS):
les poutres sont fabriquées sur mesure par soudage .la poutre prend le nom de (poutre
reconstituée soudée) ou PRS, la poutres est le profil d’un I , constitué par un plat
verticale appelé âme pleine et des plats horizontaux appelés semelles disposés à la partie
supérieure et à la partie inférieure de l ‘âme et fixé sue celle –ci par des cordon de soudure
d’angle .

Fig01 : géométrie de la section.

• Nombre de poutres (N)


Le nombre de poutres est déterminé par le rapport entre la largeur de tablier et
l’espacement
La
N=
d
La : La largeur du tablier égale à 16,5m
d : l’espacement est entre 3 et 5m selon ciolina
On fixe l’espacement : d = 4m

ENTP - 17 - promotion 2008


Chapitre 03 : Pré dimensionnement.

16,5
N= = 4.12 poutres.
4
Donc : N = 4 poutres et d sera égale 3.9m

• Elancement de poutres :
L
L’élancement économique (hauteur de la poutre) est de .
28
On prend h =1.6 m.
• Epaisseur de l’âme des poutres

L’épaisseur de l’âme de la poutre maîtresse doit respecter les quatre conditions


suivantes

Ø Résistance à la corrosion.
Ø Résistance au cisaillement.
Ø Flambage vertical de la semelle dans l’âme.
Ø Fatigue.

On considérant ces quatre critères nous allons dimensionner l’âme des poutres à mi
travée et sur appui

Ø A mi travée 8 ≤ ea ≤14 mm
Ø Sur appui ea ≤ 20 mm

On prend
Ø Une épaisseur constante de 14mm à mi travée et sur appuis.

• Semelles :
Les semelles sont déterminées par les efforts au lancement, au bétonnage et en
exploitation par des conditions :
- De résistance.
- D’instabilité.
-La largeur des semelles est en fonction de portée
bi (mm)= (10L+200)= 650mm
bs(mm)= 1/7(40L+1600)=49 mm on prend
550mm

- l’épaisseur de la semelle supérieure en travée est entre : 12 ≤ es-t ≤ 40 mm

ENTP - 18 - promotion 2008


Chapitre 03 : Pré dimensionnement.

- L’épaisseur de la semelle supérieure sue appui est entre 30 ≤ es-a ≤ 60 mm

- l’épaisseur de la semelle inférieure en travée est entre : 35 ≤ es-t ≤ 60 mm

- L’épaisseur de la semelle inférieure sue appui est entre 40 ≤ es-a ≤ 90 mm.

Pour l’épaisseur de Chaque semelle, dont la section est ajustée sur la courbe enveloppe
des moments fléchissant, voit son épaisseur varier tout au long de la poutre. La variation est
réalisée de façon discontinue par des tôles d’épaisseurs différentes mais constantes.

L’ouvrage étant hyperstatique de 199.00

32.00 45.00 45.00 45.00 32.00

A partir du diagramme de moment, on propose trois section présentées 17 zones dans la


langueur de la poutre.
Les caractéristiques des sections sont représentées dans ce tableau :

SECTIO
SECTION1 SECTION3
N2

Hauteur semelle supérieure (mm) 20 35 45

Largeur semelle supérieure (mm) 550 550 550

Hauteur de l’âme (mm) 1545 1520 1485

Largeur de l’âme (mm) 14 14 14

Hauteur semelle inférieure (mm) 35 45 70

Largeur semelle inférieure (mm) 650 650 650

Tableau.1.dimensions des sections.

ENTP - 19 - promotion 2008


Chapitre 03 : Pré dimensionnement.

N° DISTANCE DE A SECTION

1 14 0,0m 14m 1

2 12.5 14m 26.5m 2

3 14 26.5m 40.5m 3

4 9 40.5m 49.5m 2

5 11 49.5m 60.5m 1

6 9 60.5m 69.5m 2

7 16 69.5m 85.5m 3

8 9 85.5m 94.5m 2

9 10 94.5m 104.5m 1

10 9 104.5m 113.5m 2

11 16 113.5m 129.5m 3

12 9 129.5m 138.5m 2

13 11 138.5m 149.5m 1

14 9 149.5m 158.5m 2

15 14 158.5m 172.5m 3

16 12.5 172.5m 185m 2

17 14 185m 199m 1

Tableau.2.dispositions des sections.

• Dalle de couverture :

La dalle de couverture est en béton armé permet de reporter les charges au droit
des poutres .elle participe donc en étant qu ‘élément d’entretoisement.
Pour le cas d’un ouvrage a entretoise, l’épaisseur de la dalle est de 25cm. (Selon
ciollina).
La dalle doit être coulé en place sur toute la largeur de l’ouvrage, le coulage en place
est le procédé le plus utilisé mais il crée une influence de charge sur les poutres qu’il faut
étudié.

ENTP - 20 - promotion 2008


Chapitre 04 : Evaluation des charges et surcharges.

Evaluation des charges et surcharges

I. Evaluation des charges :


1. charges permanentes CP :
a) dalle en BA avant prise du béton :

Largeur de la dalle est de 16,5m, son épaisseur est de 0,25m.


• poids dalle : 0,25*16,25*2,5= 10,15 t/ml
(0,5 + 0,6) * 0,05
• gousset : 4* *2,5=0,275 t/ml
2
• coffrage : sont des pré-dalles de 5cm d’épaisseur en béton
précontrainte donc :
0.05* 2.4*14.7=1.764 t/ml

b) ossature métallique :
CIOLINA donne pour les travées hyperstatiques
P= 100+0,105X1,6 avec X=0,7* l12 + l 2 2 + l 3 2 + l 4 2 +l 5 2
X=0,7* 32 2 + 45 2 + 45 2 + 45 2 + 32 2 =63,09
P=0,179 t/m2
S=LR+0,6(L1+L2)
LR : largeur rouable
L1 et L2 largeur des trottoirs
S=13,5+0,6(1,5+1,5)=15,3 m
P(om)=0,179*15,3=2,74 t/ml
CP=Pdalle+Pgousset+Pcoffrage+P(om)
CP=10,15+0,275+ 1.764 +2,74

Cp=14.93t/ml

2. complément des charges permanentes CCP :

a) Revêtement et chapes :
Poids des revêtement + chapes d’étanchéité :
On a 8cm de revêtement et 2cm de chapes
P = (0,08 +0.02) *2.2*13.5
Pr= 2.97t/ml

b) Trottoir :
Les deux trottoirs ont les mêmes dimensions Pt (02) = Pt (01)

ENTP - 21 - promotion 2008


Chapitre 04 : Evaluation des charges et surcharges.

Pt= 2*(1.5*0.2*2,5) =1.5t/ml

c) Glissière de sécurité : 0,06 t/ml


d) Garde corps : 0,10 t/ml

e) Corniche d’esthétique : 0.5 t/ml

CCP = poids de revêtement + 2 x (poids de trottoir + Glissière de sécurité + Garde


corps+corniche)
CCP = 2.97+ 1.5+0.06+0.10+0.5=5,13t/ml
CCP= 5,13 t/ml.

I-3 Poids total propre du tablier :

G/ml = CP + CCP = 14.93+5.13=20,06 t/ml


G = G/ml x L = 20,06 x 199=3991,94 t
On prend :

G = 3992 t

II. Surcharges :

D’après le fascicule 61 titre II, les surcharges a utilisées pour le dimensionnement sont les suivantes :
• La surcharge de type A(L) .
• Système Bc.
• Système Bt.
• La surcharge militaire Mc120.
• Le convoi exceptionnel D240.
• Les surcharges sur trottoirs.
a. La largeur rouable (Lr) :
La largeur rouable est définie comme la largeur comprise ente dispositifs de retenue
ou bordures. Dans notre projet la largeur rouable Lr=13,50m
b. la largeur chargeable (Lc) :
se déduit de la largeur rouable , en enlevant une bande de 0,50m le long de chaque
dispositif de retenue (glissière ou barrière) lorsqu’il existe . Dans notre projet la
largeur chargeable Lr=13,50m.
c. le nombre de voie :
Les chaussées comportent un nombre de voie de circulation égal à la partie entiére
du quotient par 3 de leur largeur chargeable.
N=Lc/3
Donc : N=13,50/3=4,5 d’où N=4 voies

ENTP - 22 - promotion 2008


Chapitre 04 : Evaluation des charges et surcharges.

Largeur d’une voie est la largeur réglementaire qui est de 3,5m.


On aura 3 voies de 3,5m et une bande d’arrêt d’urgence de 3m.
d. classe des ponts routes :
on distingue trois classe de ponts en fonction de leur largeur rouable sont les
suivantes :

La classe La largeur rouable


1 L r≥ 7 m
2 5,50 m< L r< 7 m
3 L r <5,50 m

Tableau.1. Classe de pont


On a Lr>7m donc notre pont est classé dans la 1ére classe.
1- système de charge A(L) : D’après le fascicule 61 titre II le fascicule

230+36000
A( L) = (Kg/m2)
L + 12
L : portée du pont
Pour L = 32 m ⇒ A (L) = 1,048 t/m2
Donc A (L) = 1.048 t/m2
- a 1 : coefficient de dégressivité transversale de la charge, est donné par le tableau suivant :

Nombre de voies chargées


Classe du pont 1 2 3 4 5
1 1 1 0,9 0,75 0,75
2 1 0,9 - - -
3 0,9 0,8 - - -

Tableau.2. Coefficient de dégressivité transversale de la charge


a2=V0/V
Avec V0 =3,5m (pont de premier classe).
V : la largeur d’une voie=3,5m
a2=3,5/3,5=1,00 a2=1

ENTP - 23 - promotion 2008


Chapitre 04 : Evaluation des charges et surcharges.

Nombre de A2 (L) (t/ml)


a1 a2 A(L) ×a1 ×a2 Largeur de voie
voies
1 1 1 1.048 3,5 3,668
2 1 1 1.048 7 7.336
3 0,9 1 0.943 10,5 9.9

Tableau.3.Système de charge A (l) pour les trois voies

L (m) A(l) a1 a2 l'=10,50 A2 (L) (t/ml)


m
1ére cas 32 1,048 0.9 1 10,5 9,9

2éme cas 77 0,634 0.9 1 10,5 5,99

3éme cas 122 0,498 0.9 1 10,5 4,706

4éme cas 167 0,431 0.9 1 10,5 4,072

5éme cas 199 0,410 0.9 1 10,5 3,874

Tableau.3.Système de charge A (l) pour l’étude de tout les cas

2- Système de charges B :
a- système Bc :
un camion type du système Bc comporte trois essieux , tous les trois à roues simples
munies de pneumatique, et répond aux caractéristique suivantes :
Masse totale des essieux … … … … … … … … … … … … … … … … .30t Masse.
Portée par chacun des essieux arrière … … … … … … … … … … …12t Masse portée.
Par l’essieu avant … … … … … … … … … … … … … … … … … … 6t longueur.
D’encombrement … … … … … … … … … … … … … … … … … 10,5m longueur.
D’encombrement ... … … … … … … … … … … … … … … … … 2,5m largeur.
L’essieu avant au premier essieu arrière … … … … … … … … … … 4,5m distance
d’axe en axe des deux roues d’un essieu .
Axe des deux roues d’un essieu … … … … … … … … … … … … … … … 2m

On dispose sur la chaussée au plus autant de files ou convois de camions que la chaussée
comporte de voies de circulation (cf.Art.2.2) et l’on place toujours ces files dans la situation
la plus défavorable pour l’élément considéré.
Disposition dans le sens transversal : nombre maximale de files que l’on peut disposer
égale au nombre de voies de circulation , il ne faut pas en mettre plus , même si cela est
géométriquement possible , les files peuvent être accolées ou non .
Disposition dans le sens longitudinal : nombre de camions est limité à deux, la distance
des deux camions d’une même file est déterminée pour produire l’effet le plus défavorable.

ENTP - 24 - promotion 2008


Chapitre 04 : Evaluation des charges et surcharges.

Le sens de circulation peu être dans un sens ou dans l’autre à condition que les deux
camions circulent dans le même sens.
En fonction de la classe du pont et du nombre de files considérées, la valeur des charges
du système Bc prise en compte est multipliée par le coefficient bc , donner dans le tableau
suivant :

En fonction de la classe du pont et du nombre de files considérées, la valeur des charges


du système B c prise en compte est multipliée par le coefficient bc, donner dans le tableau
suivant.

Fig01 : système Bc

Nombre de voies chargées


Classe du pont 1 2 3 4 >5
1 1,20 1,10 0,95 0,80 0,70
2 1,00 1,00 // // //
3 1 ,00 0,80 // // //

Tableau.4. Coefficient b c

Coefficient de majoration dynamique :

0.4 0.6
δ = 1+ +
1 + 2L G
1+ 4
S

ENTP - 25 - promotion 2008


Chapitre 04 : Evaluation des charges et surcharges.

L : longueur de la travée.
G : la charge permanente de l’ouvrage.
S : la charge B maximale.
Le coefficient bc=0,95 dans notre cas (3 files, classe -1-).
S : la charge Bc max (S=30x6x0,95=171t)
G : compte poids propre de tablier (G=3992t)

La valeur de « S » à introduire dans la formule est celle obtenue après multiplication par le
coefficient bc en fonction de la classe du pont et du nombre des files considérées suivant le
fascicule 61 titre II.
Après avoir effectuer les calculs, le coefficient de majoration dynamique pour Bc est de :
δbc = 1,012
N bre de voies chargée bc Charge par essieu (t)
1.2 E.AV 1 x 6 x 1, 2 0 x 1.012 7, 286
1
E.AR 2 x 6 x 1, 2 0 x 1.012 14.572
E.AV 2 x 6 x 1,10 x 1.012 13.358
2 1.1
E.AR 4 x 6 x 1,1 0 x 1.012 26.716
E.AV 3 x 6 x 0, 95 x 1.012 17.305
3 0.95
E.AR 6 x 6 x 0 ,95 x 1.012 34.610

Tableau.5. Système de charge Bc pour les trois voies

L (m) bc Charge par essieu (t)

1ére cas 32 E.AV 3 x6 x 0,95 x 1.012 17,305


0.95
E.AR 6 x6 x 0,95 x 1.012 34,610
E.AV 3 x6 x 0,95 x 1.008 17,236
2éme cas 77 0.95
E.AR 6 x6 x 0,95 x 1.008 34,473
E.AV 3 x6 x 0, 95 x 1.007 17,219
3éme cas 122 0.95
E.AR 6 x6 x 0 ,95 x 1.007 34,439
E.AV 3 x6 x 0,95 x 1.007 17,219
4éme cas 167 0.95
E.AR 6 x6 x 0,95 x 1.007 34,439
5éme cas E.AV 3 x6 x 0,95 x 1.006 17,202
199 0.95
E.AR 6 x6 x 0,95 x 1.006 34,405

Tableau.5. Système de charge Bc pour l’étude de tout les cas

ENTP - 26 - promotion 2008


Chapitre 04 : Evaluation des charges et surcharges.

3- surcharges militaires Mc120 :


Un convoi militaire qui se compose d’un groupe de deux essieux, assimilés à un rouleau,
sa surface d’impact sur la chaussée est un rectangle uniformément chargé et il ne développe ni
force de freinage ni force centrifuge. « Fascicule 61- II ».
Les majorations dynamiques sont applicables à ce modèle de charge qui est calculé par la
même formule que celle donnée pour le système Bc.
Poids totale … …. … … … … … 110t.
Longueur d’une chenille … … … 6,10m.
Largeur d’une chenille … … … … 1,00m.
G=3992t ; S=110t.
Le coefficient de majoration dynamique pour Mc120 est de δ = 1,044
La charge major c’est 110x1,044/6,1=18,82t/ml

Fig03 : système Mc120

4- charge exceptionnelle D240 :


Les charges exceptionnelles ne sont pas frappées par le coefficient de majoration
dynamique. Le convoi type D comporte une remarque de trois éléments de 4 lignes à 2essieux
de 240t de poids total.

3,2
240

18,6

ENTP - 27 - promotion 2008


Chapitre 04 : Evaluation des charges et surcharges.

Fig09 : système D240

P=240t soit
D240=240/18,6=12,903t/ml
Largeur de 18,6m
D240 = 12, 90 t/ml

5- Surcharges sur trottoirs :


Nous appliquons sur les trottoirs une charge uniforme de 150 kg/m2 réservé
exclusivement à la circulation des piétons et des cycles de façon à produire l’effet maximal
envisagé.
Les deux trottoirs chargés : Pt = 2*1.5*0.15=0.45t/ml

6- Vent :
Le vent souffle horizontalement dans une direction normale à l’axe longitudinal de la
chaussée, la répartition et de la grandeur des pressions exercées par celui-ci et les forces qui
en résultent dépendent de la forme et des dimensions de l’ouvrage.
En général; la valeur représentative de la pression dynamique de vent est égale à 2KN/m2
(selon le fascicule 61-titre II) donc

7- Température :
Le gradient thermique résulte d’un échauffement ou de refroidissement unilatéral de
courte durée de la structure porteuse. La variation uniforme de température se réfère de la
température moyenne du lieu, soit : Pour la région de khemis Miliana ± 10°C.

8- Forces de freinage :
Pour la vérification de l’aptitude au service, la valeur de courte durée de la résultante
totale de force de freinage vaut 30t.
Les forces de freinages seront appliquées au niveau de la chaussée.

9- Le séisme :
Pour un séisme de probabilité d’occurrence donnée, le dommage conçu est
dimensionné d’après les dispositions suivantes, situé n’importe où, ne devrait pas dépasser
une limite établie.
En premier lieu, il s’agit d’assurer la protection des vies humaines et par
Conséquent de garantir la sécurité structurale.
Le territoire national étant divisé en quatre zones de sismicité croissante
Définies comme suit :
Zone 1 : sismicité faible
Zone 2 : sismicité moyenne
Zone 3 : sismicité élevée
Notre ouvrage est classé en zone 2b
L’accélération verticale : 0,07 G , (G : poids total)
L’accélération horizontale : 0,1 G

ENTP - 28 - promotion 2008


Chapitre 04 : Evaluation des charges et surcharges.

III. Combinaisons de charges :

Suivant la conception générale des Eurocodes les actions agissant sur une structure
sont effectuées d’un facteur de pondération. pour toute combinaison des actions , la
résistance ultime de chaque élément et de l’ensemble de la structure doit être assurée,
aussi bien en service normale ( E.L.U) qu’en situation d’incendie .
Pour les poutres, il convient en outre de vérifie que certaines limites ne sont pas
dépassées en situation de service normal : ce sont les critères de déformation, de
vibrations, et de fissuration du béton, constituant les états limite de service (E.L.S).
Les combinaisons d’actions et les facteurs de pondération en situation normal comme
en situation accidentelle d’incendie sont définie dans l’Eurocode .

- en ELU:
1.35 G+1.6 A(L)+surcharges trottoirs +0.9(T+Gr)
1.35 G+1.6 Bc +surcharges trottoirs+0.9(T+Gr)
1.35 G+1.35 Mc 120ou convoi D 240t+0.9 (T+Gr)

-en ELS :
1.0 G+1.2 A(L)+surcharges trottoirs +0.6(T+Gr)
1.0 G+1.2 Bc +surcharges trottoirs+0.6(T+Gr)
1.0 G+1.2 Mc 120ou convoi D 240t+0.6 (T+Gr).

ENTP - 29 - promotion 2008


Chapitre 05 : Répartition transversale.

Répartition transversale

La répartition transversale des charges dans les constructions planes dépend de


l’efficacité de la liaison transversale des éléments portants principaux. La répartition
transversale (interaction transversale) est d’autant plus grande que la liaison transversale
est plus parfaite ou ,en d’autres termes , qu’un plus faible pourcentage du chargement
total est repris par l’élément directement chargé.

1-Méthode de Guyon Massonnet (méthode rigoureuse) :

La méthode de Guyon - Massonnet est une méthode pratique permet de déterminer la


section la plus sollicité transversalement et du calcul des dalles ou de réseaux de
poutres, largement employée pour le calcul des tabliers de ponts. Initialement
développée pour les dalles isotropes, elle fut ensuite étendue au cas des dalles
orthotropes. Cependant, elle nécessite un certain nombre d'adaptations pour le calcul des
ouvrages réels.

Principe de la méthode consiste à considérer une travée indépendante, de portée L, de largeur


2b, dont l'ossature est constituée par une poutraison croisée de m poutres longitudinales
(portée L , espacement L1) et de (n) entretoises (portée 2b, espacement b1 ) intermédiaires,
disposées transversalement. Toutes les poutres sont identiques et caractérisées par leur rigidité
de flexion Bp = EIP et leur rigidité de torsion CP = GKP. De même, toutes les entretoises sont
identiques et également caractérisées par leur rigidité de flexion BE = EIE et leur rigidité de
torsion CE = GkE .

2-Paramètres de torsion α :

L’équation différentielle d’un grillage simple des poutres dont les rigidités sont reparties

∂4w ∂4 w ∂4 w
ρp + (γ + γ ) + ρ = q( x, y)
∂x4 ∂x2∂y2 ∂y4
p E E

Tel que γ p + γ E = 2α ρ p ρ E
γ p +γE
Alors il résulte : α = où 0 ≤ α ≤ 1
2 ρP ⋅ ρE
On à :
α=0 pas de torsion
0≤α≤1
α=1 la dalle

ENTP - 30 - promotion 2008


Chapitre 05 : Répartition transversale.

γp : rigidité torsionnelle des poutres par unité de largeur. γp =Cp /b1.


γE : rigidité torsionnelle des entretoises (dalle) par unité de largeur. γE = γD = CD / l1
Avec : Cp = G / 3 = [∑bi hi + (b × h3 /2)]
G = E / 2 (1 + ν )
ν : Coefficient de poisson.
E : module de déformation longitudinale du béton.
G : module de déformation transversale du béton.

3- Paramètre d’entretoisement θ :
Ce paramètre a été déduit par Guyon en calculant les grillages sans tenir compte de la
torsion :
b ρp
θ= 4
l ρE
b4 ρ p b4 l1 EIP
Ou sous la forme : θ 4 = ⋅ = ⋅ ⋅
l 4 ρ E l 4 b1 EIE
Donc le paramètre θ détermine la souplesse de l’entretoisement. θ plus grand l’entretoise est
plus souple, θ plus petit l’entretoise est plus rigide .

On constate que : 0,05 ≤ θ ≤ 5,00

Par ces deux paramètres adimensionnelles (α, θ), le comportement de la construction est
complètement défini.

4-Détermination des paramètres adimensionnels α et θ :

Ø Calcul du paramètre θ :

a) Rigidité flexionnelle de la poutre (/ml):

b1 = b0 =3.9 Ip = 0.630609m4
ρp = (E Ip / b0 )= E × 0.630609 /3.9 = 0.16E.

b) Rigidité flexionnelle de l’entretoise (/ml):

b1 = A0 =5 Ip = 0.0013020 m4
ρp = (E Ip / A0 )= E × 0.0013020 /5 = 0.00026E
θ = 1.34

Ø Calcul du paramètre α:

a)-Rigidité torsionnelle de la poutre dans le sens transversale :


γp = Cp / b0 = 9.24 E / 3.9= 2.369E

ENTP - 31 - promotion 2008


Chapitre 05 : Répartition transversale.

γp = 2.369E

b)-Rigidité torsionnelle de l’entretoise dans le sens transversale :


γe = CE / l0 = 0.005208 E / 5= 0.00104 E
γe =0.00104E
Donc le paramètre de torsion : α=0.03
5-Calcul du coefficient de répartition transversale Kmoy :

Ø détermination de K1 ; K2

On a : θ = 1.34 ; donc on interpole entre 1.3<θ <1.4


On obtient le tableau suivant :
θ =1.34
k0 -1 b -3/4 b -1/2 b -1/4 b 0b 1/4 b 1/2 b 3/4 b 1b
0b -0.848 -0.055 0.503 2.050 3.028 2.050 0.753 -0.055 -0.598
1/4 b -0.246 -0.204 0.056 0.747 2.050 3.072 2.081 0.574 -0.77
1/2 b -0.037 -0.109 -0.133 0.056 0.753 2.081 3.106 2.020 0.223
3/4 b 0.043 -0.027 -0.109 -0.171 -0.055 0.574 2.020 3.707 4.156
1b 0.079 0.043 - -0.246 -0.598 0.779 0.223 4.156 11.90
0.0.37
k1 -1 b -3/4 b -1/2 b -1/4 b 0b 1/4 b 1/2 b 3/4 b 1b
0b 0.259 0.442 0.083 4.727 2.120 1.527 0.834 0.442 0.259
4
1/4 b 0.107 0.193 0.390 0.810 1.527 2.146 1.593 0.961 0.616
1/2 b 0.044 0.083 0.176 0.390 0.834 1.593 2.293 1.882 1.403
3/4 b 0.019 0.038 0.083 0.193 0.442 0.961 1.882 2.901 2.988
1b 0.009 0.019 0.044 0.107 0.259 0.616 1.403 2.988 5.612
7
Tableau .1.différentes valeurs des k0 et k1

Ø Détermination de κα :

Si 0 ≤ θ ≤ 0.1 κα = κ0 + (κ1 - κ0)α0.05


Si 1 ≤ θ ≤ 2 κα = κ0 + (κ1 - κ0)α0. 5
Si 0.1 ≤ θ ≤ 1 κα = κ0 + (κ1 - κ0)αβ
… ≤ θ ≤…. on utilise la formule κα = κ0 + (κ1 - κ0)α0. 5
avec α =0.03

ENTP - 32 - promotion 2008


Chapitre 05 : Répartition transversale.

Kα -1 b -3/4 b -1/2 b -1/4 b 0b 1/4 b 1/2 b 3/4 b 1b


0 -0.657 0.030 0.560 2.513 2.871 1.959 0.767 0.030 0.449
1/4 -0.185 -0.136 0.114 0.758 1.959 2.912 1.997 0.641 0.538
1/2 -0.023 -0.076 0.080 0.114 0.767 1.997 2.965 1.996 0.427
3/4 0.039 -0.016 -0.076 0.108 0.030 0.641 1.996 3.568 3.954
1 0.067 0.039 0.023 0.185 0.449 -0.538 0.427 3.954 10.81

Tableau .2.différentes valeurs de Kα

Pour notre cas :

y( P1) 1.95
= = 0,238 ⇒ 0b < y( P1) = 0.238b < 14 b
b 8.16
y( P 2) = 5.85 = 0.71 ⇒ 1 b < y( P1) = 0,71b < 3 b
b 8.16 2 4

Kα y/b -1 b -3/4 b -1/2 b -1/4 b 0b 1/4 b 1/2 b 3/4 b 1b


p1 0.23 -0.208 -0.128 0.135 0.842 2.003 2.866 1.938 0.612 0.533
p2 0.71 0.029 -0.025 0.076 -0.072 0.148 0.858 2.15 3.31 3.39

Tableau .3. Les valeurs de Kα

ENTP - 33 - promotion 2008


Chapitre 05 : Répartition transversale.

Ø Les lignes d’influence :

p1 p2

3,5

2,5

1,5

0,5

-0,5

-1
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
p1 -0,2080156 -0,1280119 0,13584196 0,84231212 2,00361592 2,86654941 1,9380412 0,61246556 -0,5339935
p2 0,02948356 -0,025948 -0,0767438 -0,0728103 0,14883874 0,85862753 2,15159447 3,31683615 3,39037684

Fig.01. Les deux lignes d’influence.

Ø Déterminations des ki dans chaque cas de chargement :

Fig.02. système de chargement .


• Système Bc :

ENTP - 34 - promotion 2008


Chapitre 05 : Répartition transversale.

Cas 1 : un camion disposé transversalement

poutre p K
Pr (p1) 119.1 0.8
Pc (p2) 40.1 0.68

Cas2 : deux camions disposés transversalement.

poutre P1 P2 K
Pr 162.2 81.09 0.58
Pc 125.7 62.87 0.45

Cas 3 : trois camions disposés transversalement.

poutre P1 P2 P3 K
Pr 175.3 142.1 75.45 0.52
Pc 167.58 89.36 62.3 0.41

• système Mc120 :

poutre q K
Pr 117.2 0.65
Pc 108.8 0.72

• convoi D240 :

Fig.3. position de chargement de convoi D240.

ENTP - 35 - promotion 2008


Chapitre 05 : Répartition transversale.

poutre q K
Pr (p1) 50.17 0.39
Pc (p2) 79.22 0.61

• surcharge sur trottoir :

poutre Largeur de Charge q k


trottoir (kn/m)
Pr 1.5 2.247 1.45
Pc 1.5 0.29 0.86

ENTP - 36 - promotion 2008


Chapitre 06 : Etude de la section mixte.

Etude de la section mixte

Avant d’aborder le calcul d’une section mixte, il est nécessaire d’étudier qualitativement le
comportement sous l’action des efforts qui lui sont appliquées, pour cela nous supposerons vérifier les
deux hypothèses suivantes :

- La liaison entre l’acier et le béton est supposée rigide, tout déplacement entre les deux matériaux
est rendu impossible par la présence des organes de liaisons appelées « Connecteurs ».
- L’acier et le béton sont supposés être des matériaux élastiques, ils obéissent donc à la loi de
Hook, la variation relative de la longueur de deux fibres, l’une dans l’acier l’autre dans le béton
est :
Pour l’acier : (δl / l)a = σa /Ea

Pour le béton : (δl / l)b = σb /Eb

D’après la première hypothèse :

(δl / l) a = (δl / l)b ⇒ σa /σb = Ea / Eb = n

n : Coefficient d’équivalence qui remplace le béton par une section d’acier .

Champ
Sollicitation d’application n

Charge instantanée Surcharge 6

Charge de longue durée CCP 18

Effets différés retrait 16

Charge de longue durée CP ∞

ENTP - 37 - promotion 2008


Chapitre 06 : Etude de la section mixte.

.1. Inertie d’une section mixte :


Section homogénéisée S = Sa +Sb/n
Sa : section d’acier

Sb : section du béton

n : coefficient d’équivalence.

I beton
I n = I acier + + S.d 2
n
Nous distinguons donc plusieurs phases pour lesquelles nous aurons à considérer soit une sectionde
métal seul, ou alors une section mixte:

.2. Modélisation :

Le modélisation consiste à calculer par logiciel MIX BEAM toutes les sollicitations du tablier

( moment fléchissant , effort tranchant , différentes contraintes sur matériaux ( acier et béton ),

réaction des appuis ) aux phases d’exécutions et aussi d’exploitation .

• Phase 1: On place la poutre métallique seul.

Fig. 1. Phase une de modélisation

Qui correspond au moment dû à leur poids propre de la poutre métallique et la section


résistante se limite à la section en métal. n =∞.

ENTP - 38 - promotion 2008


Chapitre 06 : Etude de la section mixte.

• Phase 2 : On coule la dalle de béton.

. Fig. 2. Deuxième phase de modélisation

On supposera qu’elle est coulée en une fois ce qui simplifiera le problème. On raisonne à 1 jour,
donc le béton n’a pas encore fait prise et seules ; les poutres supportent la charge permanente due à
leur poids propre et à celui de la dalle n =∞.
- le bétonnage de la dalle suit un plan des plusieurs phases :
• Phase 01 : aux zones sous moment positif, donc il y a un risque d’augmentation des
moments négatives aux niveau des appuis qu’il faut vérifier.
• phases 02 à 04 : sont les phases de remplissages (voir le plan de bétonnage)

Contrainte dans le béton : σb = 0


M a .Va M a .V ' a
Contrainte dans les aciers : σ as = , σ ai =
Ia Ia

• Phase 3 : On a mis en place les superstructures.

Fig. 3. Troisième phase de modélisation.


Qui correspond à l’installation des superstructures, et les effets de retrait et de température, Il
s’applique alors la charge CCP et la section résistante est alors la section mixte avec un
coefficient n=18

M CP +CCP .Vb
Contrainte dans le béton : σb =
n s .I n

ENTP - 39 - promotion 2008


Chapitre 06 : Etude de la section mixte.

M CP +CCP .Va MCP +CCP .V ' a


Contrainte dans les aciers : σ as = , σ ai =
In In

• Phase 4 : On considère des surcharges de courte durée.

• qui correspond à l’application des surcharges le coefficient n vaut alors n=6


Suivant le principe de superposition, nous sommerons par la suite les différentes contributions
afin de les comparer aux contraintes limites.
M Surch .Vb
Contrainte dans le béton : σ b =
arg es

n 0 .I n
M Surcharg es .Va M Surch arg es .V ' a
Contrainte dans les aciers : σ as = , σ ai =
In In
.3. Effet du l’effort tranchant :

Les Contraintes de cisaillement est calculé par la formule suivante :

τmax =T/b*a telle que :

T : l’effort tranchant, b : hauteur de l’âme, a : langueur de l’âme

Condition de vérification c’est : τmax ≤ τ = 0,6σe

.4. Effet du retrait :

Le retrait est un phénomène de déformation du béton. Il entraîne une déformation du


tablier, Le retrait total ε r est la somme d’un retrait de dessiccation ε cd , fonction de la migration de

l’eau au travers du béton durci et qui se développe lentement, et d’un retrait endogène ε ca , qui se

développe durant le durcissement du béton due au dégagement de chaleur, et dont la majeure partie

ENTP - 40 - promotion 2008


Chapitre 06 : Etude de la section mixte.

s’effectue dans les premiers jours qui suivent le coulage du béton, Cela traduit par la création d’un
effort normal de compression appliqué au centre de gravité de la dalle. Ce qui induit un effort normal
et un moment de flexion dans la poutre donnés par les formules suivantes :

.E A
• N r = A b .ε r .E b = A b .ε r
n
• M r = N.bn
ε r est la déformation totale due au retrait, on prend forfaitairement ε r = 4.10 −4 (puisque notre
zone est sèche).

N r M r .Va
• Contrainte dans l’acier : σ sr =
+
An In
N r 1 N r M r .Vb
• Contrainte dans la section du béton : σ b = − + ( + )
Ab n An In

.6. Effet du gradient thermique (différence de température entre la dalle et la


poutre) :

L’effet d’une différence de température entre l’acier et le béton (Gradient thermique), soit
∆T = Ta − Tb engendre des efforts de même nature que le retrait, Cependant lorsque la dalle est
plus froide que les poutres, l’état de contraintes dans la section mixte est identique à celui du retrait
(effort normal de compression dans la dalle).

Ainsi que une augmentation de température de +10°C équivalent à un retrait spécifique


ε s = 10.10 −5 = 10 −4
D’où les efforts dans la section mixte due au gradient thermique sont :

.E A
• N = A b .ε s .Eb = A b .ε s
n
• M = N.bn
N ther M ther .Va
• Contrainte dans l’acier : σ sr = +
An In
1 N ther M .V
• Contrainte dans la section du béton : σb = ( + ther b )
n An In
On note cependant que lorsque la dalle est plus chaude que les poutres ( ∆T = −10°C ), les effets
changent de sens et il convient de les prendre en signes contraires que ceux produits par la dalle froide

ENTP - 41 - promotion 2008


Chapitre 06 : Etude de la section mixte.

(effort normal de traction dans la dalle). Il faut toutefois faire attention au cas déterminant à savoir le
cas plus défavorable entre dalle froide et dalle chaude.

Ø A court terme: n=18

• Dalle froide: ∆T = +25°C


• Dalle chaude: ∆T = −25°C
Ø A long terme : n=6

• Dalle froide : ∆T = +5°C


• Dalle chaude: ∆T = −5°C

.7. Effet de la variation uniforme de la température :


La variation uniforme de la température engendre des forces normales dans la section
mixte.

.E A
D’où ; N = A b .ε s .Eb = A b .ε s
n
N ther
• Contrainte dans l’acier : σ sr =
An
1 N ther
• Contrainte dans la section du béton : σb = .
n An
Comme le cas du gradient thermique, il est nécessaire de vérifier le cas la plus défavorable

( pour chaque partie de la section, on prend donc :


Ø A court terme: n=18
• Dalle froide: ∆T = +45°C
• Dalle chaude: ∆T = −45°C
Ø A long terme : n=6
• Dalle froide : ∆T = +10°C
• Dalle chaude: ∆T = −10°C

.8. Cumul des contraintes :

On va calculer les contraintes créées à chacune de ces phases et on va le sommer à condition aux
E.L.U et aux E.L.S afin de vérifier que l’on reste bien dans le domaine élastique et qu’il n’y pas de
plastification des Aciers ou de trop grande compression du béton sur toutes la langueur du section
(199m).
.9. Calcul géométrique de la section mixte :
(∆) : L’axe pris au niveau de la fibre inférieur extrême

ENTP - 42 - promotion 2008


Chapitre 06 : Etude de la section mixte.

I∆ : Moment d’inertie / ∆

S∆ : Moment statique /∆
423cm
V’= (S/∆)/B : Distance du CDG de la fibre inférieur.
1 25cm
I0 : Moment d’inertie /CDG
3 2 5cm
3
Pour une section rectangulaire I0 =bh /12
55 cm
3
Pour une section triangulaire I0 = bh /36

B : Section de la poutre.

I∆ = I0 + BZ2

a)- Caractéristique géométrique de section du béton :

Désignation Dimension B(cm2 ) Z(cm) S∆ =BZ I0 (cm4) I∆ (cm4)

1 423x25 10575 17,5 185062.5 550781.25 3789375

2 55x5 275 2.5 687.5 572.9 4687.5

3x2 5x5 25 3.33 83.25 34.722 311.94

B 10875

S∆ 185833.25

I∆ 3794374.4

Tableau récapitulative de section du béton.

V’ = S∆ /B = 17.08cm

IG = I∆ - S∆ .V’

IGb = 6.2034249x105 cm4

ENTP - 43 - promotion 2008


Chapitre 06 : Etude de la section mixte.

• Caractéristique géométrique de section d’acier :

55 cm

3
65 cm
Section d’acier

2)-Section N°1(mi-travée) :

Désignation Dimension B(cm2 ) Z(cm) S∆ =BZ I0 (cm4) I∆ (cm4)

1 55x2 110 159 17490 36.67 2780946.67

2 1.4x154.5 216.3 80.75 17466.22 958540.91 2368938.57

3 65x3.5 227.5 1.75 398.125 430261.25 430957.67

B 553.8

S∆ 35354.35

I∆ 5580842.91

Tableau recapitulative de section d’acier à mi-travée .

V’ = S∆ /B = 63.84cm

IG = I∆ - S∆ .V’

ENTP - 44 - promotion 2008


Chapitre 06 : Etude de la section mixte.

IGa = 3.3238212x106 cm4

b)-Section N°2(d’about) :

Désignation Dimension B(cm2 ) Z(cm) S∆ =BZ I0 (cm4) I∆ (cm4)

1 55x4.5 247.5 157.75 39043.12 417.656 6159470.62

2 1.4x148.5 207.9 81.25 16891.87 382055.23 1754520.074

3 65x7 455 3.5 1592.5 1857.916 7431.666

B 910.4

S∆ 57527.49

I∆ 7921422.36

Tableau recapitulative de section d’acier d’about .

V’ = S∆ /B = 63.19cm

IG = I∆ - S∆ .V’

IGa = 4.2862602x106 cm4

• Caractéristiques géométriques des sections mixtes:


a)-Section N°1(mi-travée) :

Gb
Y’
Y
c b

G
a Ga

X’
X

ENTP - 45 - promotion 2008


Chapitre 06 : Etude de la section mixte.

n ∞ 18 15 6

Sn (cm2) 553.8 1157.76 1278.8 2366.3

an (cm) 0 59.09 64.2 86.74

bn (cm) 113.25 54.17 49.04 26.5

IG (cm4) 3.3238212x106 7.064815 x106 7.3920208x106 8.86769 x106

Vbn (cm) 126.17 67.09 61.96 39.42

Wb = I /Vb (cm3) 2.634 x104 1.053 x105 1.1930 x105 2.2495 x105

Vsn (cm) 96.17 37.09 31.96 9.42

Ws = I /Vs (cm3) 3.456193 x104 1.9047 x105 2.3128 x105 9.4136 x105

Vin (cm) 63.19 122.28 127.39 149.93

Wi = I /Vi (cm3) 5.2600 x104 5.7775 x104 5.8026 x104 5.9145 x104

Tableau recapitulative de la section mixte à mi-travée

b)-Section N°2(d’about) :

H Ass

d a
di

x 4.5x5 Asi
Za 0 cm
G
ca 1,4x14
8 cm Ga

7.7x6
5 cm

ENTP - 46 - promotion 2008


Chapitre 06 : Etude de la section mixte.

n ∞ 18 15 6

Sn (cm2) 910.4 1514.56 1635.4 2722.9

an (cm) 0 45.43 50.48 75.81

bn (cm) 113.89 68.45 63.4 38.07

IG (cm4) 4.2862602x106 9.0312963 x106 9.562625 x106 1.2250143x107

Vbn (cm) 126.81 81.37 76.32 50.99

Wb = I /Vb (cm3) 3.38006 x104 1.1099 x105 1.2529 x105 2.4024 x105

Vsn (cm) 96.81 51.37 46.32 20.99

Ws = I /Vs (cm3) 4.427497 x104 1.7580 x105 2.0644 x105 5.8361 x105

Vin (cm) 63.19 108.62 113.67 101.26

Wi = I /Vi (cm3) 6.7831 x104 8.3145 x104 8.4126 x104 1.2097 x105

Tableau recapitulative de la section mixte d’about.

.10. Vérification des conditions aux Etats Limites de service :


• Le premier passage consiste à vérifier les contraintes à ELS en déterminant les zones de béton

fissuré σ b≤ -2.7 MPa


• Après redistribution des zones fissurées notamment au niveau des appuis on vérifie les
contraintes à E.L.S
• Les contraintes d’acier PRS sont vérifiées (voir note de calcul MIXBEAM), toutes les

σe
contraintes sont inférieures aux contraintes admissibles σ acier ≤ =355/1.05=338.09
1.05
MPa
• Les contraintes de béton sont vérifiées (voir note de calcul MIXBEAM), toutes les contraintes
sont inférieures aux contraintes admissibles

ENTP - 47 - promotion 2008


Chapitre 06 : Etude de la section mixte.

σ béton≤ σb
=27/1.50=18.00 MPa
1.50
• Les contraintes dans les armatures sont vérifiées (voir note de calcul MIXBEAM), toutes les
σarm
contraintes sont inférieures aux contraintes admissibles σ armatures ≤ =266.67 MPa
1.15

.11. Vérification des conditions aux Etats Limites ultime :

Toutes les contraintes sont vérifiés (voir note de calcul établie par le logiciel MIXBEAM) Sur toute
la langueur.

ENTP - 48 - promotion 2008


Chapitre 07 : Etude d’assemblage par soudure.

Etude d’assemblage par soudage

I. Introduction :
La réalisation des ponts mixtes se fait par assemblage des poutres dont la longueur ne
dépasse pas le 22m , et cela pour facilité l’opération de transport au chantier (JC) ; et aussi
pour constitué les pièces d’une différentes sections sur atelier ( JA).

L’assemblage est un disposition qui permet de réunir et de solidariser plusieurs pièces


entre elle pour assurer la continuité et la stabilité des ponts vis-à-vis de toute les actions à
court, moyen et long terme, pour cela il faut éviter d’effectuer l’assemblage au niveau des
appuis et points des moments max.

Dans notre cas, ou l ‘assemblage bout à bout des poutres d’épaisseurs différentes, le
soudages est la technique la plus intéressante.

II. Principe de soudure :

Le principe du soudage consiste à créer une continuité de la matière entre deux pièces
différentes, cette continuité est obtenue par la création d’un cordon de soudure provenant de
la fusion d’une partie des pièces à assembler et d’un métal d’apport sous forme d’électrode.
La fusion est provoqué par le passage d’un courant électrique de forte intensité entre
l’électrode et le métal de base au travers d’un arc électrique ainsi crée.

Photo.1.principe de soudure.

ENTP - 49 - promotion 2008


Chapitre 07 : Etude d’assemblage par soudure.

III. Différentes joints de soudure :


a)- Joint d’âme : le joint d’âme c’est un joint qui donne la liaison entre deux tôles
plats d’épaisseur de 14mm , bout à bout verticalement, et qui prend les
caractéristique géométrique suivantes :
• Un chanfreiner en V sera utiliser lorsque l’épaisseur de tôle est inférieur a 15mm.
• Une angle de chanfreiner et de 60° ± 5°.
• Un espacement de 7mm.

Fig01 : Un chanfreiner en V.

b)-Joint de semelle : Le joint de semelle c’est un joint qui donne la liaison entre deux
tôles des épaisseurs différentes, bout à bout horizontalement, et qui prend les caractéristiques
géométriques suivantes :
• Un chanfreiner en X (double v) sera utiliser lorsque l’épaisseur des tôles est
supérieur à 15mm.
• Un angle de chanfreiner et de 60° ± 5°.
• Un espacement de 9 à 10mm.

Aux semelles supérieurs, on à deux cas différentes :


- Soudure entre deux tôles de 20 et 35cm.
- Soudure entre deux tôles de 35 et 45cm.

ENTP - 50 - promotion 2008


Chapitre 07 : Etude d’assemblage par soudure.

Fig02 : Un chanfreiner en X.

Aux semelles inférieurs, on à deux cas différentes :

- Soudure entre deux tôles de35 et 45cm.


- Soudure entre deux tôles de 45 et 70cm.

Fig03 : Un chanfreiner en X.

IV. Vérification de la soudure :

Dans une soudure bout à bout soumise à des efforts aux tôles assemblées, deux
contraintes peuvent être définies :
- les contraintes normales.
- la contrainte tangentielle.
On notera que les contraintes étudiées sont les mêmes que celles obtenues dans le
métal de base et il n’y a pas lieu de prévoir de vérification de calcul spéciale sauf dans le cas
d’effort variable .il convient évidemment de vérifier l’intégrer de métal de base
La vérification est fait par le logiciel MIX BEAM (voire annexe).
V. Nettoyage des soudures :
Lorsque les pièces de charpente sont préparées et pré peint avant leur usinage, il faut vieller à
masquer la zone des soudures (normalement une zone de 50mm de large suffit). Les couches
de peinture existantes peuvent être enlevées par sablage ou polissage en nettoyant les
soudures, il non seulement considérer la soudure elle même, mais aussi les dépôts alcalins
laissés à la surface par certains procédés de soudage et les projections ou les goûtes au
voisinage des soudures.

ENTP - 51 - promotion 2008


Chapitre 08 : Voilement.

Voilement

I. Définition :

Une plaque mince et de grande surface telle que l’âme de la poutre d’un pont mixte doit
présenter une sécurité vis-à-vis du voilement.
Les justifications reposent principalement sur «La théorie des contraints critiques»
correspondant au mode de sollicitation.

II. Contraintes critiques

L’âme de la poutre est une plaque mince séparant la semelle supérieure de la semelle inférieure.
Les dimensions de l’âme sont :
l
a × b × l avec a = α × b
a : Distance entre entretoise b
b : Hauteur de l’âme
a=α.b
l : Epaisseur de l’âme
La flexion pure introduit dans la plaque des contraintes normales de compression dans la partie
supérieure et des contraintes de traction dans la partie inférieure (moment positif).
L’étude de la stabilité par les méthodes de l’énergie par exemple conduit à définir une contrainte σ*
dite contrainte critique de voilement.
Théoriquement si σ > σ * l’équilibre de la tôle vis-à-vis du voilement devient instable.
Dans le cas d’un cisaillement pur, l’âme résiste jusqu’à ce que les contraintes obliques atteignent
la limite élastique σ e avec l’utilisation de l’énergie interne du système, on peut déterminer les

contraintes critiques σ * et τ *
2
π2E l
σ =
*
×   × Kσ = σc × Kσ
(
12 1 − υ 2
) b b

a=α.b

ENTP - 52 - promotion 2008


Chapitre 08 : Voilement.

 υ = 0,3 : coeff de poisson


2
π2E l
avec σ c = ×   × Kσ 
(
12 1 − υ 2
)
b E = 2.10 Mpa : module d' élasticité de l' acier
5

2
π2E l
τ* = ×   × K τ = σc × K τ
(
12 1 − υ 2
) b
Les valeurs des coefficients K σ et K τ pour les différentes sollicitations affectant nu panneau

non raidi et supposé articulé sur les 4 bords sont données ci-après.
K σ : tient compte du diagramme des contraintes.

σ
σ
8,4
α ≥1 Kσ =
ψ + 1,1
2
 1  2,1
α ≤ 1 Kσ = α + 
 α  ψ + 1,1
-σ 0 ≤ ψ ≤1
α ≥ 0,667 
→ K σ = 23,9 ψσ
ψ ≤ −1

σ −1 ≤ ψ ≤ 0
K σ = (1 + ψ )K ( ψ ≥0 ) − ψK ( ψ≤ −1) + 10ψ(1 + ψ )

ψσ
4
α ≥1→ K τ = 5,34 +
α2
• Cisaillement τ :
5,34
α ≤1→ K τ = 4 +
α2

• Remarque : Les valeurs K σ et K τ ci-dessus concernent nu panneau non raidi et articles les

bords. Le paramètre ψ étant le rapport de la contrainte de traction σ inf sur la contrainte de

compression σ sup

ENTP - 53 - promotion 2008


Chapitre 08 : Voilement.

σc=σ

σ inf
ψ=
a=α.b σ sup

σc=ψσ

Il n’existe pas pour le moment de théorie parfaite pour la vérification au voilement des âmes de
poutres.

III. Principe de vérification :

Cette vérification est basée sur la méthode des « raidisseurs rigides » qui suppose que chaque
panneau est bordé par des lignes indéformables dans le cas ou ces lignes sont constituées par les
semelles des poutres principales et les montants d’entretoises, on dit que c’est un « panneau
d’ensemble », par contre, si le panneau est borde de raidisseurs rigides (verticaux ou horizontaux),
alors c’est un « panneau élémentaire ».
La stabilité de chacun de ces panneaux, supposés simplement appuyés sur leurs bords, sera
justifiée de la même manière.
La méthode des raidisseurs rigides présente dans l’Article 18-3 du Titre V de CPC pourra tout
de même être utilisée.

Ø Méthode de raidisseur souple :

2 2
 σ   τ 
Pour chaque panneau supposé articulé à ses bords, on doit vérifier que  Sσ *  +  *  ≤ 1
 σ  τ 
Avec :
σ et τ Contraintes de compression et de cisaillement évaluées à mi-distance entre les raidisseurs
principaux σ * et τ * , contraintes critiques du panneau élémentaire.
S σ = 1,8 si ψ = 1
S σ = 1,4 + 0,4 ψ si -1 ≤ ψ ≤ 1
Sσ = 1 si ψ ≤ −1

ENTP - 54 - promotion 2008


Chapitre 08 : Voilement.

Le paramètre ψ correspond au panneau complet de hauteur b.

σ compression σ compression σ compression σ compression


Ψ ≤ −1
ψ =1
Sσ = 1
Sσ = 1,8

ψσ ψσ ψσ ψσ
−1 ≤ ψ ≤ 1
Sσ = 1, 4 + 0,4ψ Entretoises
La poutre

a1 =3,75m a=5m a a a a a

IV. Etape de calcul :

1. Le moment positif ( max ) :

τ ( kg/cm2) σs (kg/cm2) σi (kg/cm2)

164 2122 -2167

a (cm) 500
b (cm) 154.5
t (cm) 1.4
α=a/b 3.23
Kτ = 5,34 +(4/α2) 5.72

σe = {π2.E /12(1- 13.9


ν2)}x(t/b)2
τ*= Kτ . σe (kg/cm2) 79.55

τ (kg/cm2) 164

(τ /τ*)2 4.25

ENTP - 55 - promotion 2008


Chapitre 08 : Voilement.

σs (kg/cm2) 2122

σi (kg/cm2) -2167

ψ = σi /σs -1.02< -1
Sσ 1
Kσ 23.9
σ* =Kσ .σe (kg/cm2) 332.21

(Sσ. σs /σ*)2 40.8

(τ / τ*)2 + (Sσ . σ/σ*)2 45.05

Valeur admissible 1.8

Etat Non vérifié

τ ( kg/cm2) σs (kg/cm2) σi (kg/cm2)

1037 -2881 3025

Tableau.1. récapitulatif des contraintes

• Conclusion :

Le voilement étant non vérifié il est nécessaire donc de mettre des raidisseurs d’âme au zone
sous moment positive.

2. Le moment négatif (max) :

a (cm) 500
b (cm) 148.5
t (cm) 1.4
α=a/b 3.36
Kτ = 5,34 +(4/α2) 5.69

σe = {π2.E /12(1-ν2)}x(t/b)2 15.05

τ*= Kτ . σe (kg/cm2) 85.63

ENTP - 56 - promotion 2008


Chapitre 08 : Voilement.

τ (kg/cm2) 1037

(τ /τ*)2 146.65

σs (kg/cm2) 2881

σi (kg/cm2) 3025

ψ = σi /σs -1.04< -1
Sσ 1
Kσ 23.9
σ* =Kσ .σe (kg/cm2) 359.69

(Sσ. σ i/σ*)2 70.72

(τ / τ*)2 + (Sσ . σ/σ*)2 217.37

Valeur admissible 1.8


Etat Non vérifié

Tableau.2. récapitulatif des contraintes.

Conclusion :

Le voilement étant non vérifié il est nécessaire donc de mettre des raidisseurs d’âme au zone
sous moment négatif.

V. Etude des raidisseurs :

La résistance de l’âme à la déformation de voilement nécessitant des raidisseurs sur toute la


longueur de la poutre.
Le panneau soumis à 2 moments de flexion de signes contraires, cette vérification doit se
faire en deux phases :
1- En considérant le moment de flexion positif.
2- En considérant le moment de flexion négatif.
1)-Cas du moment positif :

τ τ τ τ τ
σ

τ τ

τ τ

τ τ τ τ τ- 57 - ψσ
ENTP promotion 2008
Chapitre 08 : Voilement.

Si le panneau d’ensemble s’avère instable, on prévoit un raidisseur longitudinal au


1 supérieur de la hauteur du panneau. On doit vérifiera ensuite la stabilité des hauteurs du
4
panneaux élémentaires ainsi formés.
1
1 b
4
b 3
2 b
4
a=α.b
=
Le problème consiste à déterminer les dimension (b x t) du raidisseur qui assurer la stabilité
des deux panneaux 1et 2.
La stabilité du panneau élémentaire 1 est vérifiée par l’inégalité suivante :
2
  
2
σ τ 
  + 
 kσ σ   kτ σ  ≤ 1
 1 c1   1 c1 
Avec ψ 1= 0.52
0 > ψ > -1

Kσ = 7.81-6.29 ψ + 9.78 ψ 2

Kσ1 = 3.43
Kτ 1= 5, 34 + (4/α2) =5.36
σc1=1.898(100t/b)2 x16
2 2
 2122   164 
  +  ≤1
 3.43σ   5.36σ 
 c1   c1 
σc1≥619.4 d’ou b/t = 10.85
Soit b=150mm et t=14mm
La stabilité du panneau élémentaire 2 est vérifiée par l’inégalité suivante :
2
  
2
σ τ 
  +  ≤ 1
 kσ σ   kτ σ
 2 c2   2 c2 
Kσ2 = 23.9
Kτ 2= 5, 34 + (4/α2) =5.57

ENTP - 58 - promotion 2008


Chapitre 08 : Voilement.

σc1=1.898(100t/b)2 x16
2 2
 2122   164 
  +  ≤1
 23.9σ   5.57σ 
 c2   c2 
σc2≥93.54 d’ou b/t = 10.85
Soit b=14cm et t=13mm
Le raidisseur convient finalement donc t=14mm et d=150mm

Fig01 : raidisseur au moment positif.


2)-Cas du moment négatif :

τ τ τ τ τ ψσ

τ τ

τ τ

τ τ τ τ τ σ

1
Si le panneau est instable, on ajoute sur raidisseur au inférieur de la hauteur du
4
panneau.

ENTP - 59 - promotion 2008


Chapitre 08 : Voilement.

3
b
1 4
b 1
b
2 4
a=α.b

La stabilité du panneau élémentaire 1 est vérifiée par l’inégalité suivante :


2
  
2
σ τ 
  +  ≤1
 kσ σ   kτ σ 
 1 c1   1 c1 
Avec ψ 1= -0.57
0 > ψ > -1

Kσ1 = 23.9
Kτ 1= 5, 34 + (4/α2) =5.57
σc1=1.898(100t/b)2 x16
2 2
 2881   1037 
  +  ≤1
 23.9σ   5.57σ 
 c1   c1 
σc1≥221.79 d’ou b/t = 11
Soit b=145mm et t=14mm
La stabilité du panneau élémentaire 2 est vérifiée par l’inégalité suivante :
2
  
2
σ τ 
  +  ≤ 1
 kσ σ   kτ σ
 2 c2   2 c2 
ψ 2= -0.57
0 > ψ > -1

Kσ = 7.81-6.29 ψ + 9.78 ψ 2

Kσ2 = 14.57
Kτ 2= 5, 34 + (4/α2) =5.36
σc1=1.898(100t/b)2 x16
2 2
 2881   1037 
  +  ≤1
 14.57σ   5.36σ 
 c2   c2 
σc2≥276.64 d’ou b/t = 10.90

ENTP - 60 - promotion 2008


Chapitre 08 : Voilement.

Soit b=150mm et t=14mm


Le raidisseur convient finalement donc t=14mm et d=150mm

Fig02 : raidisseur au moment négatif.

ENTP - 61 - promotion 2008


Chapitre 09 : Déversement.

Déversement

I. Introduction :

Le déversement est un phénomène d’instabilité de forme des pièces soumise à la


flexion.
Il se manifeste par la tendance naturelle des fibres comprimées de la section fléchie d’un
élément à ce dérober sous la contrainte en s’échappant dans un plan perpendiculaire au plan
de cette contrainte. Il est caractérisé par :
- déformation latéral de l’aile comprimée.
- Une rotation de la section par rapport au l’axe longitudinal de la pièce.
Le déversement sera vérifié selon la méthode proposée par Titre V du fascicule 61 du C.P.C
Article 19
Il est justifié que la contrainte due à la flexion présente une sécurité suffisante par rapport à la
contrainte critique de déversement calculée à partir du moment critique M* de déversement.
- On admet que :
(
σ f ≤ f σ* f )
σ * : Contrainte critique de déversement.
 σ 
( )
f σ * f = σ e 1 − 0.375 × *e
σ f
 si σ f * ≥ 0.75σ e
 
( )
f σ f = 0.66.σ f
*
si σ f ≤ 0.66σ e
*

II. Calcul de moment critique :

m1 .m2
Le moment critique de déversement : M * = E.I y .G.K
L
m1 : Dépend des conditions d’appuis et de la disposition des charges.
Pour une charge uniformément répartie :
 2.1 1.45 
m1 = 3.54  1 + 2 − 
 a a 

ENTP - 62 - promotion 2008


Chapitre 09 : Déversement.

π2
m2 = 1 +
a2
2
4GK  1 
a =
2
 
EI y  b 

L : Portée de la pièce fléchie (L=5m)


Iy : Inertie de la poutre par rapport à l’axe YY’ dans le plan de déversement.
b : Hauteur de la pièce (b =1600 mm)
K : Le moment d’inertie de torsion de la pièce considérée.
E : Module d’élasticité longitudinal = 2,1 x 106 kg/cm2
G : Module d’élasticité transversale

υ: coefficient de poisson de l’acier υ = 0.3


1 1
G= E= 2,1 × 10 6 = 0,8077 × 10 6 kg / cm2
2 × (1 + υ ) 2 × (1 + 0,30)

Ø Section N° 1 :

Y
1 550x20

1545x14
X 444414 X
2

3 650x35
Y

Fig01: Dimensions du section 1


1 550 x20 3 1545 x14 3 650 x35 3
• K=
3
∑ i i
a × t 3
=
3
+
3
+
3
• K = 12169410mm4 = 1216,941cm4

ENTP - 63 - promotion 2008


Chapitre 09 : Déversement.

2
4GK  1 
• a =
2
  = 1.411 è a 2 = 1, 411 ⇒ a = 1,18
EI y  b 

 2,1 1, 45 
• m1 = 3,54  1 + 2 −  = 1,2027 è m1 = 1,2027
 a a 

π2
• m2 = 1 + = 2,827 è m2 = 2,827
a2

Alors que le moment critique est égal à :


m1 × .m2
M* = E × I y × G × K = 3640897.81t.mm
1
M * = 3640.89 t.m

*
v Calcul de σf :

M * 3640.89 *10 4
= = = 692.18 kg/m 2
*
σf 4
W3 5.2600 x10

0,75 ×σ e = 0,75 × 355 = 266.25kg / m2

σ f > 0,75 × σ e è f σ f
*
( ) = 286.72.kg / m
* 2

v Calcul de σf :
Le déversement risque de se produire quand la semelle supérieure n’est pas encore
solidarisée avec la dalle de béton soit quand le béton est encore liquide. Pour cette raison on
prend :
M : moment de charge permanente
M 848,74 x10 6
σf = = 6
= 161.35kg / m2
Ws 5.2600x10

σ f : la contrainte calculée sous charge permanente (avant prise du béton) dans la semelle

supérieure.
On a bien : σ f < f σ f ( ) *

Donc la sécurité vis à vis du déversement est assurée.

ENTP - 64 - promotion 2008


Chapitre 09 : Déversement.

Ø Section N° 2 :

Y
1 550x35

1520x14
X 444414 X
2

3 650x45
Y

Fig02: Dimensions du section 2

1 550 x453 1520 x14 3 650 x35 3


• K=
3
∑ i i
a × t 3
=
3
+
3
+
3
• K = 27386126.6mm4 = 2738,61cm4
2
4GK  1 
• a =2
  = 11.10 è a 2 = 11.10 ⇒ a = 3.33
EI y  b 

 2,1 1, 45 
• m1 = 3,54  1 + 2 −  = 2,259 è m1 = 2,259
 a a 

π2
• m2 = 1 + = 1,99 è m2 = 1,99
a2

Alors que le moment critique est égal à :


m1 × .m2
M* = E × I y × G × K = 3925575,25t.mm
1
M * = 3925.57 t.m

ENTP - 65 - promotion 2008


Chapitre 09 : Déversement.

*
v Calcul de σf :

M * 3925.57 * 10 4
= = = 587,72kg/m2
*
σf 4
W3 6.7831 x10

0,75 ×σ e = 0,75 × 355 = 266.25kg / m2

σ f > 0,75 × σ e è f σ f
*
( ) = 274,85.kg / m
* 2

v Calcul de σf :
Le déversement risque de se produire quand la semelle supérieure n’est pas encore
solidarisée avec la dalle de béton soit quand le béton est encore liquide. Pour cette raison on
prend :
M : moment de charge permanente
M 848,74 x10 4
σf = = 4
= 125,12kg / m2
Ws 6.7831 x10

σ f : la contrainte calculée sous charge permanente (avant prise du béton) dans la semelle

supérieure.
On a bien : σ f < f σ f ( ) *

Donc la sécurité vis à vis du déversement est assurée.

Ø Section N° 3 :

Y
1 550x45

1485x14
X 444414 X
2

3 650x70
Y

Fig03: Dimensions du section 3

ENTP - 66 - promotion 2008


Chapitre 09 : Déversement.

1 550 x453 1485 x14 3 650 x70 3


• K=
3
∑ i i
a × t 3
=
3
+
3
+
3
• K = 92381196.67mm4 = 9238,11cm4
2
4GK  1 
• a =
2
  = 41,92, è a 2 = 41,92 ⇒ a = 6, 47
EI y  b 

 2,1 1, 45 
• m1 = 3,54  1 + 2 −  = 2,866 è m1 = 2,866
 a a 

π2
• m2 = 1 + = 1,111 è m2 = 1,111
a2
Alors que le moment critique est égal à :
m1 × .m2
M* = E × I y × G × K = 4938427.10t.mm
1
M * = 4938,42 t.m
*
v Calcul de σf :

M * 4938.42 * 10 4
σf = = = 728,04 kg/m2
*
4
W3 6.7831 x10

0,75 ×σ e = 0,75 × 355 = 266.25kg / m2

σ f > 0,75 × σ e è f σ f
*
( ) = 286,00.kg / m
* 2

v Calcul de σf :
Le déversement risque de se produire quand la semelle supérieure n’est pas encore
solidarisée avec la dalle de béton soit quand le béton est encore liquide. Pour cette raison on
prend :
M : moment de charge permanente
M 848,74 x10 6
σf = = = 125,12kg / m 2
Ws 6,7831x10 6

σ f : la contrainte calculée sous charge permanente (avant prise du béton) dans la semelle

supérieure.
On a bien : σ f < f σ f ( )
*

ENTP - 67 - promotion 2008


Chapitre 09 : Déversement.

Donc la sécurité vis à vis du déversement est assurée.

ENTP - 68 - promotion 2008


Chapitre 10 : La flèche et contre la flèche.

La flèche et la contre flèche

L’étape de l’étude des déformations dans un ouvrage est très important , car elle influes
sur l’esthétique de l’ouvrage et le conforte des usagers , ainsi elle peuvent endommager
certains éléments de l’ouvrage , donc les déformations doivent être limites .
De plus les calcul qu’on a déjà faites peuvent se trouver modifiée puisque ils ont été fait
d’après le schéma se l’ouvrage non déformé.
Donc à l’usine et au cours de fabrication des poutres on doit donner aux poutres des
contres flèches prises sous les charges permanents (poutre et dalle) et les complément des
charges permanent (couche de roulement et l’équipement).
Le calcul de ces flèches se fait avec des moment fléchissant mais sans pondération, toute
en distinguant les deux types de charge permanentes.
La flèche est donnée par la méthode de double intégral :

EI Y′′ = − M ; M : moment fléchissant.


E : module d’élasticité de l’acier.
I : inertie mixte.
Application des calculs est fait par le logiciel MIX BEAM (voir annexe) et qui donne le
résultat suivant :

Fig.01. Diagramme de la flèche en (mm).

ENTP - 68 - promotion 2008


Chapitre 10 : La flèche et contre la flèche.

Donc on donne les poutres la contre flèche suivantes :

Photo.1. réalisation de contre flèche des poutres en usine.

Les poutres sont bien droites sous toutes les charges permanant

Photo.2. Etat des poutres sous les charges permanentes.

ENTP - 69 - promotion 2008


Chapitre 11 : Méthodologie d’exécution.

Méthodologie d’exécution

Parmi les travaux entrant dans la réalisation d’un pont la méthodologie d’exécution est une
activité essentielle. Il a une part influente sinon déterminante sur la conception initiale .Il
représente un poste de dépense important et sujet à dérapage si les études portant sur les
méthodes et la conception des utiles et installations spécifiques ont été insuffisamment
développées.
Mais surtout, le montage met en cause la sécurité et la capacité résistante finale des sections
de l’ouvrage. Le projeteur doit intégrer les phases de montage dans le calcul de l’ouvrage ou
stade des dimensionnements et des vérifications aux états limite ultime d’équilibre et de
résistance.

1- méthodologie d’exécution de tablier :


Le tablier est constitué par quatre poutres métallique fabriqué en usine .
1-1- usinage :
Les étapes sont exécutées dans l’enceinte de fabrication de l’usine.
a- mesurage : cette étape consiste à tracer les tôles selon les dimensions requise par
l’étude et pour cela on doit préparé ces tôles pour les couper.
b- Découpage : le découpage des différentes tôles se fait par une machine, pour le
découpage on distingue deux procéder de découpage sont :
Ø Découpage à chaud avec chalumeau oxycoupeur pour les pièces de dimension
importante en épaisseur.
Ø Découpage à froid pour les pièces de faibles dimensions.

Photo.1. Découpage des tôles à chaud avec chalumeau oxycoupeur (usine ruiba .sapta)

ENTP - 70 - promotion 2008


Chapitre 11 : Méthodologie d’exécution.

c- soudure : après avoir découper toutes les pièces qui constitueront les poutres et les
entretoises en commence l’opération d’assemblage des différentes pièces entre
elles par soudure, la soudure de l’âme avec les deux semelles au même temps par
une machine de soudage automatique pour avoir un PRS.

Photo.2. Soudure automatique des PRS en atelier

d- Montage à blanc : le montage à blanc c’est le montage provisoire des poutres, en


utilisant des contre joints ainsi que les soudures pour les accessoires.
Réglage de la contre flèche et mettre les repère sur les pièces pour facilité la tache au
chantier.
e- Peinture antirouille : les pièces métallique (poutre et entretoise) une fois
assembler seront envoyée dans une aire pour grenaillage ou sablage, en utilisant le
raigose (abrasive d’acier) en suite on procède à la peinture des ces pièces en utilise
une peinture de protection (système ACQPA).
f- Stockage : les poutres et les entretoises seront évacuées vers le parc pour le
stockage avant de transporter à leur emplacement définitif.
Les poutres et les entretoises seront posées sur des appuis en bois.
g- Transport sur chantier : le transport des poutres et les entretoises sur chantier se
fait par des tronçons soit par :
-semi remorque.
-Trinqueballe.
2-2- sur chantier :
• Montage de tablier : la mise en place des poutres se fera par levage à la grue,
on utilisant des grue de moyen tonnage (grue de 70t).
La poutre est assemblée par terre, le plus proche des appuis, posé une à une sur des appuis
provisoires, en suite en monte les tronçons d’entretoises et en vient terminer l’opération par
un serrage de l’ensemble en utilisant la soudure.

L’assemblage des éléments résultant de découpage transversal des poutres est fait dans trois
phases :

ENTP - 71 - promotion 2008


Chapitre 11 : Méthodologie d’exécution.

Phase 1 : assemblage par soudage en atelier JA (joint d’atelier).

Phase 2 : assemblage des éléments transporter sur chantier au sol JCS (joint de chantier au
sol)
Phase 3 : assemblage au chantier à hauteur JCH (joint de chantier à hauteur).

assemblage en t r anspor t assemblage sur


at elier (JA ) chant ier au sol (JCS)

assemblage sur lev age par


gr ue
chant ier à haut eur
(JCH)

dif f er ent es phases de mont age des pout r es

photo03 : levage des poutres par grue (photo de pont isser)

ENTP - 72 - promotion 2008


Chapitre 11 : Méthodologie d’exécution.

E tat in itial

A p r é s j o i n t d ' a t e l i e r ( JA )

a p r é s j o i n t ( JC S ) le v ag e
par gr ue

E t at f in a l
a p r é s j o i n t ( JC H )

fig02 : les étapes d’assemblage des poutres.

ENTP - 73 - promotion 2008


Chapitre 12 : Etude de corrosion.

Etude de corrosion

Les processus de corrosion sont des réactions chimiques survenant à la surface du


métal. La rouille prend naissance sous l’influence de réaction d’ordre chimique et
électrochimique. Il n‘y a corrosion que si deux facteurs sont en présence : l’eau et l’oxygène.
Les produits de corrosion peuvent agir comme une barrière entre le métal et sont
environnement retardant effectivement la progression de la corrosion. Il ne peut ce présenté
lorsque les produits de corrosion solubles et que la corrosion se forme dans milieu aqueux : on
a alors affaire à la « corrosion humide ».
L’emploi des peintures et le procédé le plus couramment utilisé pour protéger l’acier contre la
corrosion. Comme beaucoup d’autre, la technique des peintures a fait de grand progrès. En
conséquence, on obtient une durée de vie beaucoup plus longue avant la première période de
l’entretient.
Protection par peinture :
La protection de PRS contre la corrosion se fera par préparation de la surface de ce dernier
par :
- levage à haute pression.
- Brossage manuel.
- Projection d’abrasif.

Pour la protection anti-corrosion on a utilisé d’un système ACQPA qu’est constitué d’une :
Ø couche primaire ACQPA21251 époxyde zinc silicaté complexe.
Ø Couche intermédiaire ACQPA32281 époxyde vinylique.
Ø Couche définitive ACQPA33511 acrylique polyuréthane.
Il est nécessaire à utiliser d’épaisseur de peinture soit suffisante pour boucher touts les
irrégularités de surface et couvrir les pièces constituants la rugosité. L épaisseur contractuel
du système est de 200 microns.

Fig01 : peinture anti-corrosion des poutres (usine de Rouiba).

ENTP - 74 - promotion 2008


Chapitre 13 : Etude des entretoises.

Etude des entretoises.

I. Introduction :
L’entretoise intervient dans le mode de fonctionnement de la poutraison. Le rôle joué par
les éléments transversaux s’exprime dans plusieurs domaines.
Le comportement de l’entretoise est très dépendant du type de poutraison auquel il est
associé, et réciproquement .il en résulte des solutions et des dispositions constructives propres
à chaque tablier.
Sur appuis ,un entretoisement spécial et renforcé est nécessaire , en effet , les appareils
d’appuis sont des pièces de durée de vie inférieur à celle de pont et lorsque on les change ,
on soulève l’ouvrage avec des vérins , l’entretoise sert à prendre ces efforts .
En travées, il y’a des entretoises souples fait d’un profilé en I sur les montant et placé
environ à mi-hauteur des poutres son stabilité au diversement.
Donc deux types d'entretoises se présentent :
Ø Entretoise d'about.
Ø Entretoise intermédiaire.

1. Entretoises d'abouts :

Les entretoises d'about sont des poutres transversales aux niveaux des appuis, elles
supportent la force due au poids propre du tablier ramené par chaque poutre dans l’opération
de changement des appareils d’appuis.
a- Entretoise sur culée :
Elles faudrait supportent la somme des 4 réactions d’appuis sous charge permanant
du tablier et 3 forces de soulèvement des vérins.

ENTP - 75 - promotion 2008


Chapitre 13 : Etude des entretoises.

Fig01 : Entretoise sur culée.


er eime
On place le 1 vérin à 0,5m de la 4 poutre et on détermine ensuite l’emplacement des 2
autres vérins de manière à avoir :
Ra=Rb=Rc
Ra=Rb=Rc=4x (63,014)/3=84,02 t.
Rcp = 63,014 t (réaction d’appuis sous charge permanentes)
Le calcul de moment fléchissant et l’effort tranchant est mené à l’aide d’un modèle en
élément finie (sap2000)

Fig02 : diagramme du moment fléchissant.


Mmax=42,02 t.m

ENTP - 76 - promotion 2008


Chapitre 13 : Etude des entretoises.

Fig03 : diagramme du l’effort tranchant.


Tmax=63,02 t.

Ø Choix du profile :
Les entretoises d’about sont en général choisies à âme pleine.
L’entretoise d’about est un HEB 500
Semelle : 300 x 28 A = 238.6 cm² Section réduite : 61.97 cm²
4
Ame : 444 x 14.5 I = 107200 cm I/v = 4290 cm3

300mm

28mm

500mm 14,5mm

690 mm

28mm
300mm

Fig04:dimensions du l’entretoise sur culée.

Fig05: entretoise sur culée.


Ø Vérification de contrainte :
M 42,02x10 5
σ= = = 979,84 kg / cm² < σ = 2400 kg/cm²
I /v 4290
Donc la contrainte est vérifie.

ENTP - 77 - promotion 2008


Chapitre 13 : Etude des entretoises.

Ø Vérification au cisaillement :

V max 63.02 x 10 3
τ = = = 978,87 kg / cm² <τ = 1440 kg/cm²
Same 64,38

Il n’ y a pas risque de cisaillement.


Ø Vérification au voilement du panneau :
a = 5 m, b =0,444m, e = 14.5mm
α = a/b =11,26
Ψ = σi /σs = -1
σc = [(π2.21.103)/12.(1-υ2)] x(e/b) 2 = 20,51 kg/mm2
Ψ = -1 ⇒ Kσ = 23,9 ⇒ σk = Kσ.σc = 23,9 x 2051 = 49018,9 kg/cm2
α>1 ⇒Kζ = 5,34 +(4/α2) = 5,37
ζk = Kζ . σc =5,37x2051 = 11013,8 kg/cm2
(Sσ.σ /σk)2 +(ζ /ζk)2< 1,8 ⇔ (1x939,84 / 49018,9)2 + (978,87 / 11013,8)2
⇔ 0,008< 1,8
donc le voilement n’est pas à craindre ⇒ pas de risque de voilement.
b- Entretoise sur pile :
Rcp = 271,02 t (réaction d’appuis sous charge permanentes)
Ra=Rb=Rc
Ra=Rb=Rc=4x (271,02)/3=361,36 t.
Le calcul de moment fléchissant et l’effort tranchant est mené à l’aide d’un modèle en
élément finie (sap2000)

Fig06 : diagramme du moment fléchissant.


Mmax=180,68 t.m

ENTP - 78 - promotion 2008


Chapitre 13 : Etude des entretoises.

Tmax=271,02 t. Fig07 : diagramme du l’effort tranchant.

Ø Choix du profile :
Les entretoises d’about sont en général choisies à âme pleine.

L’entretoise d’about est un HEB 800

Semelle : 300 x 33 A = 334.2 cm² Section réduite : 123.63 cm²


Ame : 734 x 17.5 I = 359080 cm4 I/v = 8980 cm3

300mm

33mm

800mm 17,5mm

690 mm

33mm
300mm

Fig08:dimensions du l’entretoise sur pile.

Ø Vérification de contrainte :

ENTP - 79 - promotion 2008


Chapitre 13 : Etude des entretoises.

M 180,68x10 5
σ= = = 2012,02 kg / cm² < σ = 3600 kg/cm²
I /v 8980

Donc la contrainte est vérifie.

Fig09 : Entretoise sur pile.

Ø Vérification au cisaillement :

V max 271.02 x 10 3
τ = = = 2117,34kg / cm² < τ = 2160 kg/cm²
Same 128,45

Il n’ y a pas risque de cisaillement.


Ø Vérification au voilement du panneau :
a = 5 m, b =0,734m, e = 17.5mm
α = a/b =6,81
Ψ = σi /σs = -1
σc = [(π2.21.103)/12.(1-υ2)] x(e/b) 2 = 10,788 kg/mm2
Ψ = -1 ⇒ Kσ = 23,9 ⇒ σk = Kσ.σc = 23,9 x 1078,8 = 25783,32 kg/cm2
α>1 ⇒Kζ = 5,34 +(4/α2) = 5,42
ζk = Kζ . σc =5,42x1078,8 = 5847,09 kg/cm2
(Sσ.σ /σk)2 +(ζ /ζk)2< 1,8 ⇔ (1x2012,02/ 25783,33)2 + (2117,34 / 5847,09)2
⇔ 0,13 < 1,8

Donc le voilement n’est pas à craindre ⇒ pas de risque de voilement

ENTP - 80 - promotion 2008


Chapitre 13 : Etude des entretoises.

Photo.1.entretoise d’about.

2. Entretoises intermédiaires:

Leur rôle est de assurer la stabilité des poutres au diversement, on générale et dans
les ponts mixtes à multi poutres l’espacement entre deux entretoise successive et constante et
de 5m.
Les calculs sont menés à l’aide d’un logiciel d’éléments finis (Résultats en annexe)
L’entretoise courante est un IPE 330

Semelle : 160 x 11.5 A = 62.61 cm² Section réduite d’ame : dxtw = 20.32 cm²

Ame : 307 x 7.5 I = 11770 cm4 I/v = 713.33 cm3

160mm

11,5mm

330mm 7,5mm

690 mm

11,5mm
160mm

Fig10: dimensions du l’entretoise intermédiaire.

ENTP - 81 - promotion 2008


Chapitre 13 : Etude des entretoises.

Ø Vérification des contraintes :

Mmax = 1.92 t.m ; Vmax = 1.58 t


1.92 x 10 5
σ= = 269.16kg / cm² < σ = 2400 kg/cm²
713.33
Donc la contrainte est vérifie.
Ø Vérification au cisaillement ;
1,58 x 10 3
τ = = 77.75kg / cm² < τ = 1440 kg/cm²
20,32
Donc la contrainte est vérifie.

Fig11 :Entretoise intermédiare.

Photo.2.entretoise intermédiaire.

ENTP - 82 - promotion 2008


Chapitre 13 : Etude des entretoises.

Elle est vérifie au contrainte et au cisaillement et au voilement comme les entretoises d’

ENTP - 83 - promotion 2008


Chapitre 14 : Etude de la dalle.

Etude de la dalle

I. Introduction :

L’hourdis est une dalle en béton armé, qui sert de couverture pour le pont. Cette couche
est destinée à recevoir la couche de roulement (revêtement, chape d’étanchéité) et les
surcharges et à transmettre ces derniers aux poutres. L’hourdis a un rôle d’entretoisement, et
assure la répartition transversale des efforts. En suppose que le pont est rigidement entretoisé
ça veut dire que dans une section transversale, les poutres restant dans un même plan et les
moments correspondants seront données par l’effort local (flexion locale).
La calcul des sollicitations (M, T) dans la dalle, est effectué par le logiciel ROBOT
MILLENNIUM V17.0, la structure est modélisée comme suit :
- Poutre : élément barres.
- Dalle : élément plaque.
Donc le tablier est modélisé comme une dalle supportée par quatre poutres.
Les surcharges sont disposées suivant le règlement Fascicule 61 titre II, de façon à obtenir des
sollicitations maximales.
Les résultats sont rapportés dans l’annexe.
Section transversale :
ELU :
neg pos
M = 23.14 t.m ml et M = 16.53 t.m ml

ENTP - 83 - promotion 2008


Chapitre 14 : Etude de la dalle.

photo01 : moment transversal de la dalle.

Photo.2. moment de torsion de la dalle.


II. Ferraillage de dalle :

a)-Longitudinal ( à la flexion localisé)


Pratiquement inévitable dans les zones de béton tendu, la fissuration est due aussi bien
aux déformations imposées, qu’aux actions directes de service.
Lorsque aucune mesure n’est prise pour tenter de limiter la largeur des fissures du béton
sur la face supérieure de la dalle d’une poutre mixte, il convient de prévoir à l’intérieur de la
largeur participante de la dalle un pourcentage d’armature longitudinale.
Lorsqu’il est jugé nécessaire de limiter la largeur des fissures dues aux seules
déformations imposées contrariées, on peut adopter comme aire minimale d’armatures
longitudinales.
On suppose que les poutres seules travaillent en flexion alors on doit ferraillée la dalle
avec une section d’armature minimum.
• Nappe inférieure :
1 1
A s i = 0,01× b × h × = 0,01× 100 × 25 × = 8,33 cm 2 .
3 3
On prend 6↓14.
• Nappe supérieure :

ENTP - 84 - promotion 2008


Chapitre 14 : Etude de la dalle.

2 2
A s s = 0,01× b × h × = 0,01×100 × 25 × = 16.66 cm 2
3 3

On prend 6↓20.

Pour une largeur participante on a105,7cm2


ftj
A s,min ≥ 0,23 × b × d ×
fe
• ftj = 22,2 N/mm2
• fe = 400 N/mm2
• b = 4,23m=423cm.
• d = 0,9h = 0,9 x 0,25m = 0,225m =22,5cm
Donc :
22,2
A ≥ 0,23 × 423 × 22,5 ×
s,min 400 Condition vérifie
A s,min ≥ 102.1cm2

b)- Transversal : (à la flexion transversale) :

neg pos
M = 23.14 t.m ml et M = 16.53 t.m ml

• Nappe inférieur (entre poutre) :


Le ferraillage de cette nappe est fait par le moment positive ultime max.
Donc on étudieras une section rectangulaire en flexion simple (le calcule se feront selon
les règles de B.A.E.L).
0,85. fc 28
fbu = Avec,
θ.γ b
fc 28 = 30 MPa
θ =1
γ b = 1,5
D’où ; fbu = 17 MPa
Mu
µ= Avec :
b.d 2 . f bu
M u = 16.53 t.m (sous l’effet de la combinaison maximale)
d = 0,9.h = 0,9.0, 25 = 0,225m
b = 1m
D’où,

ENTP - 85 - promotion 2008


Chapitre 14 : Etude de la dalle.

0.1653
µ= = 0,19
1.(0.225) 2 .17
fe
ε es = Avec
γ s .E s
fe = 400 MPa
E s = 200000 MPa

D’où :
400
ε es = =1,74.10-3
1,15.200000
3,5
αr = = 0,66
3,5 + 1000.ε es
µ r = 0,8α r (1 − 0,4.α r ) = 0,39
µ < µr Dans ce cas, on est dans le domaine 2-a ( µ > 0,186 ε es < ε s )
Donc,
Notre section sons armature comprimée
1− 1 − 2µ
α= = 0, 35
0 .8
Z = d*(1-0,4*α) = 0, 19cm
M
As = u Avec : σ s = 348 MPa
Zσ s
D’où,

16.53
As = .10 2 = 25 cm2
0,19.348
D’après le B.A.E.L on prend 8HA 20 = 25.13 cm2

Ø Vérification de condition de non fragilité :

Amin ftj 1.0,18.023.2,4


≥ 0,23 Amin = = 2, 48 cm2
b.d fe 400

On constate que 2, 48 < 25.13cm2 (la condition est vérifie).

• La nappe supérieure (sur poutre) :

Le ferraillage de cette nappe est fait par le moment négatif ultime max.

ENTP - 86 - promotion 2008


Chapitre 14 : Etude de la dalle.

Donc on étudieras une section rectangulaire en flexion simple (le calcule se feront selon les
règles de B.A.E.L).
0,85. fc 28
fbu = Avec,
θ.γ b
fc 28 = 30 MPa
θ =1
γ b = 1,5
D’où ; fbu = 17 MPa
Mu
µ= Avec :
b.d 2 . f bu
M u = 23.14 t.m (sous l’effet de la combinaison maximale)
d = 0,9.h = 0,9.0, 25 = 0,225m
b = 1m
D’où,

0.2314
µ= = 0,27
1.(0.225) 2 .17
fe
ε es = Avec
γ s .E s
fe = 400 MPa
E s = 200000 MPa

D’où :
400
ε es = =1,74.10-3
1,15.200000
3,5
αr = = 0,66
3,5 + 1000.ε es
µ r = 0,8α r (1 − 0,4.α r ) = 0,39
µ < µr Dans ce cas, on est dans le domaine 2-a ( µ > 0,186 ε es < ε s )

Donc,
Notre section sons armature comprimée
1− 1 − 2µ
α= = 0, 53
0 .8
Z = d*(1-0,4*α) = 0, 17cm
M
As = u Avec : σ s = 348 MPa
Zσ s
D’où,

ENTP - 87 - promotion 2008


Chapitre 14 : Etude de la dalle.

23.14
As = .10 2 = 39.11 cm2
0,17.348

D’après le B.A.E.L on prend 8HA 25 = 39.27 cm2

Ø Vérification de condition de non fragilité :

Amin ftj 1.0,18.023.2,4


≥ 0,23 Amin = = 2, 48 cm2
b.d fe 400

On constate que 2, 48 < 39.17 cm2 (la condition est vérifie).

6HA20
8HA25

8HA20
6HA14
Fig02 : ferraillage de la dalle.

Etude de torsion :

Le moment de torsion est donnée par Mxy = 7.00 t.m/ml


• Calcul des contraintes tangentielles :
 ρ −1 
M 1 b
τb = 3 ρ
( 4,81− 1,81 avec ( ρ = 0,25)
a
 2 + ρ 2  a
b =25

M  1 4,41−1 
τb = 3  (4,81−1,81  =175.31t / m2
(1)  0,25 2 + (0,25) 2  a =100

• Vérification des contraintes tangentielle :

τ b < 0,6 fC 28 = 0,6× 3000=1800t / m2


Alors :

τb =175.31 t / m2 < 0,6 fC28 =1800t / m2

ENTP - 88 - promotion 2008


Chapitre 14 : Etude de la dalle.

• Ferraillage à la torsion :
A t f et TU
=
St γ s 2Ω

A t γ S TU a =100
=
S t 2 Ω f et 100
=16,67
6
At 1,15 × 7 × 10 4 b =25
= = 9.05×10 −2 cm2 / ml
St 2 × 1111,3889 × 400
25
On prend un cadre de 9.05×10−2 cm2 / ml 6
= 4,17

Fig03 : ferraillage de la dalla à la torsion.

ENTP - 89 - promotion 2008


Chapitre 15 : Etude des connecteurs.

Etude des Connecteurs

I. Introduction :

L'adhérence du béton sur les poutres métalliques ne peut être considérée comme un
moyen de liaison, car elle est non seulement trop faible mais encore peu durable (fatigue des
matériaux), c'est pourquoi, il est nécessaire de prévoir des organes de liaison.

Les connecteurs sont des organes qui assurent la liaison acier-béton, ils doivent
empêcher le glissement des deux matériaux à leur contact ainsi que leur soulèvement relatif.

Cette liaison doit être aussi continue que possible afin de ne pas introduire d'importants
efforts concentrés dans la dalle et sur la semelle supérieure de la poutre, pour notre cas, on a
choisi le type « Goujons » Nelson ST37 3K, de diamètre d = 22 mm, de hauteur 180 mm. La
limite élastique de l’acier utilisé fy = 345 MPa , qui a une plus grand facilité de mise en œuvre
en usine, et la pose de goujons sur chantier suppose la disponibilité d’une puissance électrique
suffisante.

Photo.1.mettre les goujons à la poutre.

ENTP - 90 - promotion 2008


Chapitre 15 : Etude des connecteurs.

a- Calcul de la connexion a l’ELU :


+ −
M max M max

L1 L2

Fig01 : variation des longeurs L.


FG+
− L1 : nombre de connecteur =
RELU

− Espacement < min {80cm, 4hb }


Remarque :
σe + au lieu de F .
Si à l’ELS σ dans l’acier est inférieur à on peut prendre 0,5FG G
1,35

FG
− L2 : nombre des connecteurs =
R ELU

b- Calcul de la connexion à l’ELS :

Fig02 :l’enveloppe de l’effort tranchant.

V : Effort tranchant après le développement de l’action mixte.


Béton non fissurée

ENTP - 91 - promotion 2008


Chapitre 15 : Etude des connecteurs.

V×S
q : Flux de cisaillement =
Im
Cb

Cb
s = Ab
n

fig03 : la distance Cb.

dL
Règle de ± 15%
qsup < 1,15 qmoy
qsup qmoy
qinf > 0,85 qmoy
qinf

Fig04 : variation de flux de cisaillement.

qsup + qinf
F glissement sur dL = × dL
2
Nombre
Fglissemnt sur dL
de connecteur uniformément répartie sur dL est égale à :
R ELS

Longueur d’accrochage
ELU : L = beff

Nombre de connecteur n N retrait dans la dalle


Espacement S

Fig05 : longueur d’accrochage.


ELS :

ENTP - 92 - promotion 2008


Chapitre 15 : Etude des connecteurs.

Nretrait
= effort de glissement par unité de longueur = g r
longueur d' accrochage
g ×S<R
r ELS

II. Résistance de calcul des connecteurs :

Fig06: variation les distances L en fonction de moment fléchissant.

Fig07 : la dalle participante.


• Tronçon L1
- Effort d’interaction ou de glissement a L’ELU : FG =min(Fa , F )
b
- Contrainte de cisaillement a L’ELU : τu
h
Béton : ρ > 1400kg/cm3, ≥ 4,2
d
• ELU : FG =min(Fa , F ) avec
b
0,85 × fck
F = × beff × hc
b γc

0,85 × 27 Asxσ
F = × 4230 × 250 = 16179,75KN et F = = 187237.14KN
b 1,5 a 1,05
On prend : FG = 16179,75KN

ENTP - 93 - promotion 2008


Chapitre 15 : Etude des connecteurs.

 16179 , 75
σ = = 0 , 0153 KN mm = 15 , 3 N mm
2 2

 4230 × 250

C Section a
FGa = b2 x σ x hb

Fa = 1950 × 15,3 × 250 = 7458,75KN


G

τua = (b2 x σ x hb )/ hbxL1

τa 1950 x 15,3 x 250


u =
250 x 22580
= 1,32 N/mm2
C Section b
FGb = b1 x σ x hb

F b = 2280 × 15,3 × 250 = 8721KN


G

τub = (b1 x σ x hb ) / hbxL1


b
τ u = 2280 x 15,3 x 250 = 1,54 N/mm2
250 x 22580

Ø Vérification :
τ a
u = max ( τ a
τ b ) ≤ min (0.13fcj, 4Mpa)
u , u

1,54 ≤ 3,51
h
Béton : ρ > 1400kg/cm3, ≥ 4,2
d
d2
67 × d 2 × fcj 0,7 × π ×
ELU : R = min(R 1 , R 2 ) ou R1 = et R2 = 4 ×σ
ec
1,3 1
On prend : φ=22, fcj=27MPa :

67×222× 27
R1= = 129,61KN
1,3 h
d

ENTP - 94 - promotion 2008


Chapitre 15 : Etude des connecteurs.

22 2
0,7 × π ×
R2 = 4 × σ = 94,46 KN
ec
1
Fig08 : Schéma de goujon.
RELU = 94,46 KN
RELS = 0,6 x 94,46 = 56,67 KN FATIGUE = 0,3 x 94,46 = 28,33 KN
16179,75
N= = 171, 28.. ≈ 172 goujon avec un espacement e ≤ min(80cm,4 x25)
94,46
e = (22580 / 172 )= 13,12 cm soit e ≈ 20 cm
V × S 128,75 × 38563,95
ELS q = = = 0,702 kn mm
Im 7064815,2
63,83
s = 10875 × = 38563 ,95 cm 3
18
F glissement sur dL
qsup =1,15x0,702 = 0,807
q est majorée de 15 °/°
qinf =0,85x0,702 = 0,596

0,807 + 0,596
F glissement sur dL = × dL = 0,701 × dL = 2965,23kN
2
2965,23
N= = 53goujon
56,676
N °: nombre de goujon par files
N= 423/20= 22goujon

ENTP - 95 - promotion 2008


Chapitre 15 : Etude des connecteurs.

Fig09 : répartition des goujons sur la poutre.


On prévoir 4files de 22 goujons sur dL
Alors on à 172gougon sur L1

N1= 172x4 = 688 goujon

• Tronçon L2
FG- = min(Fb , Fa) + Farm
Fb =16179,75 KN
Asxσ
F = = 307801,90KN
a 1,05
Farm = Aarm x (fe/1.15) = 69,92 KN
FG- = 16249,67 KN
Contrainte:
σ = FG- / beff hb
σ =15,36 N/mm2
C Section a
τau = b2σ / L2
τau = (1950x15,36) / 17900
τau = 1,67 N/mm2

ENTP - 96 - promotion 2008


Chapitre 15 : Etude des connecteurs.

C Section b

τub = (b1 x σ )/ L2
τ b = (2280 x 15,36) / 17900
u
τub = 1,95N/mm2
Ø Vérification :
τ a
u
= max ( τ a , τ u ) ≤ min (0.13fcj, 4Mpa)
u
b

1,95 ≤ 3,51
d2
67 × d × 2
fcj 0,7 × π ×
ELU : R = min(R 1 , R 2 ) ou R1 = et R2 = 4 ×σ
ec
1,3 1
On prend : φ=22, fcj=27MPa :
RELU = 94,46 KN
RELS = 0,6 x 94,46 = 56,67 KN
FATIGUE = 0,3 x 94,46 = 28,33 KN
16249,67
N= = 172,02. ≈ 173goujon Avec un espacement e≤min(80cm,4 x25)
94,46
e = (17900 / 173) = 10,34 cm soit e ≈ 20 cm
V ×S 220,11 × 38177,29
• ELS q = = = 0,930 kn mm
Im 9031296,3

63,19 3
s = 10875 × = 38177,29cm
18
F glissement sur dL
q est majorée de 15 °/° ⇒ qsup =1,15x0,930 = 1,069
qinf =0,85x0,930 = 0,790

1,069 + 0,790
F glissement sur dL = × dL = 0,929 × dL = 3929,67kN
2

ENTP - 97 - promotion 2008


Chapitre 15 : Etude des connecteurs.

3929,67
N= = 70goujon
56,676
N °: nombre de goujon par files
N= 423/20= 22goujon
Donc :
On prévoir 4 files de 22 goujons sur dL
Alors on à 173 goujon sur L2

N2= 173x4 = 692 goujon

• Tronçon L3
• ELU : FG =min(Fa , F ) avec
b
F = 16179,75KN
b
Asxσ
F = = 187237,14KN
a 1,05
On prend : FG = 16179,75KN
 16179 , 75
σ = = 0 , 0153 KN mm = 15 , 3 N mm
2 2

 4230 × 250

C Section a
FGa = b2 x σ x hb

Fa = 1950 × 15,3 × 250 = 7458,75KN


G

τua = (b2 x σ x hb )/ hbxL3

τa
= 1950
x 15,3 x 250
u
250 x 27080
= 1,10 N/mm2
C Section b
FGb = b1 x σ x hb

F b = 2280 × 15,3 × 250 = 8721KN


G

τub = (b1 x σ x hb ) / hbxL3

ENTP - 98 - promotion 2008


Chapitre 15 : Etude des connecteurs.

b
τ u = 2280 x 15,3 x 250 = 1,28 N/mm2
250 x 27080

Ø Vérification :
τ a
u
= max ( τ a
τ b ) ≤ min (0.13fcj, 4Mpa)
u , u

1,28 ≤ 3,51
d2
67 × d × 2
fcj 0,7 × π ×
ELU : R = min(R 1 , R 2 ) ou R1 = et R2 = 4 ×σ
ec
1,3 1
On prend : φ=22, fcj=27MPa :
RELU = 94,46 KN
RELS = 0,6 x 94,46 = 56,67 KN FATIGUE = 0,3 x 94,46 = 28,33 KN
16179,75
N= = 171, 28.. ≈ 172 goujon avec un espacement e ≤ min(80cm,4 x25)
94,46
e = (27080 / 172 )= 15,74 cm soit e ≈ 20 cm
V × S 147,29 × 38563,95
ELS q = = = 0,804 kn mm
Im 7064815,2
63,83
s = 10875 × = 38563 ,95 cm 3
18
F glissement sur dL
qsup =1,15x0,804 = 0,924
q est majorée de 15 °/°
qinf =0,85x0,804 = 0,683

0,683 + 0,924
F glissement sur dL = × dL = 0,8035 × dL = 3398,80kN
2
3398,8
N= = 60goujon
56,676
N °: nombre de goujon par files
N= 423/20= 22goujon
Donc :

ENTP - 99 - promotion 2008


Chapitre 15 : Etude des connecteurs.

On prévoir 4files de 22 goujons sur dL


Alors on à 172gougon sur L3

N3= 172x4 = 688 goujon

• Tronçon L4
FG- = min(Fb , Fa) + Farm
Fb =16179,75 KN
Asxσ
F = = 307801.9KN
a 1,05
Farm = Aarm x (fe/1.15) = 69,92 KN
FG- = 16249,67 KN
Contraints:
σ = FG- / beff hb
σ =15,36 N/mm2
C Section a
τau = b2σ / L4
τau = (1950x15,36) / 19230
τau = 1,55 N/mm2
C Section b

τub = (b1 x σ )/ L4
τb
u =(2280 x 15,36) / 19230
τub = 1,82N/mm2

Ø Vérification :
τ a
u
= max ( τ a , τ u ) ≤ min (0.13fcj , 4Mpa)
u
b

1,82 ≤ 3,51

ENTP - 100 - promotion 2008


Chapitre 15 : Etude des connecteurs.

d2
67 × d × 2
fcj 0,7 × π ×
ELU : R = min(R 1 , R 2 ) ou R1 = et R2 = 4 ×σ
ec
1,3 1
On prend : φ=22, fcj=27MPa :
RELU = 94,46 KN
RELS = 0,6 x 94,46 = 56,67 KN
FATIGUE = 0,3 x 94,46 = 28,33 KN
16249,67
N= = 172,02. ≈ 173goujon Avec un espacement e≤min(80cm,4 x25)
94,46
e = (19230 / 173) = 11,11 cm soit e ≈ 20 cm
V ×S 219,76 × 38177,29
• ELS q = = = 0,928 kn mm
Im 9031296,3

63,19 3
s = 10875 × = 38177,29cm
18
F glissement sur dL
q est majorée de 15 °/° ⇒ qsup =1,15x0,928 = 1,067
qinf =0,85x0,928 = 0,788
1,067 + 0,788
F glissement sur dL = × dL = 0,927 × dL = 3921,21kN
2
3921,21
N= = 70goujon
56,676
N °: nombre de goujon par files
N= 423/20= 22goujon
Donc :
On prévoir 4 files de 22 goujons sur dL
Alors on à 173 goujon sur L4

N4= 173x4 = 692 goujon

• Tronçon L5

ENTP - 101 - promotion 2008


Chapitre 15 : Etude des connecteurs.

0,85 × 27
F = × 4230 × 250 = 16179,75KN
b 1,5
Asxσ
F = = 187237.14KN
a 1,05
On prend : FG = 16179,75KN
 16179 , 75
σ = = 0 , 0153 KN mm = 15 , 3 N mm
2 2

 4230 × 250

C Section a
FGa = b2 x σ x hb

Fa = 1950 × 15,3 × 250 = 7458,75KN


G

τua = (b2 x σ x hb )/ hbxL1

τa 1950 x 15,3 x 250


u =
250 x 25410
= 1,17 N/mm2
C Section b
FGb = b1 x σ x hb

F b = 2280 × 15,3 × 250 = 8721KN


G

τub = (b1 x σ x hb ) / hbxL1


b
τ u = 2280 x 15,3 x 250 = 1,37 N/mm2
250 x 25410
Ø Vérification :
τ a
u = max ( τ a
τ b ) ≤ min (0.13fcj , 4Mpa)
u , u

1,37 ≤ 3,51
67×222× 27
R1= = 129,61KN
1,3

22 2
0,7 × π ×
R2 = 4 × σ = 94,46 KN
ec
1
RELU = 94,46 KN

ENTP - 102 - promotion 2008


Chapitre 15 : Etude des connecteurs.

RELS = 0,6 x 94,46 = 56,67 KN FATIGUE = 0,3 x 94,46 = 28,33 KN


16179,75
N= = 171, 28.. ≈ 172 goujon avec un espacement e ≤ min(80cm,4 x25)
94,46
e = (25410 / 172 )= 14,77 cm soit e ≈ 20 cm
V × S 135,66 × 38563,95
ELS q = = = 0,74 kn mm
Im 7064815,2
63,83
s = 10875 × = 38563 ,95 cm 3
18
F glissement sur dL
qsup =1,15x0,74 = 0,851
q est majorée de 15 °/°
qinf =0,85x0,74 = 0,629

0,851 + 0,629
F glissement sur dL = × dL = 0,74 × dL = 3130, 2kN
2
3130,2
N= = 56goujon
56,676
N °: nombre de goujon par files
N= 423/20= 22goujon
Donc :
On prévoir 4files de 22 goujons sur dL
Alors on à 172gougon sur L1
N5= 172x4 =688 goujon

NTOTAL= 2 N1+ 2N2+2 N3+ 2N4+N5 =6208goujon

ENTP - 103 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

Les appareils d’appuis

I. Fonction et disposition :

Les appareils d’appuis assurent la liaison mécanique entre les éléments porteurs principaux
(poutres métallique) et les appuis (piles et culées).ils contribuent au fonctionnement d’ensemble de
l’ouvrage et transmettent aux appuis les actions provenant les charges permanentes, surcharges
d’exploitation, effets thermiques, actions sismiques, vent et tassement d’appuis :
• Les forces verticales et horizontales ;
• Les déplacements de translation et de rotation.
Il existe quatre (04) types d'appareil d'appui :
− Articulation en béton
− Appareil d'appui en élastomère fretté
− Appareil d'appuis spéciaux
− Appareil d'appui métallique
Notre choix s'est porté sur un appareil d'appui en élastomère fretté Ils sont constitués par un
empilage de feuilles d'élastomère (néoprène) et de tôles d'acier ayant le rôle de frettes, la liaison entre
les tôles et le néoprène étant obtenu par "adhérisation" au moment de la vulcanisation ils pressentent
une meilleurs déformabilité en effet ils reprennent élastiquement les efforts verticaux et horizontaux
ainsi que les rotations.
Leurs coût faible à moyen faible associe à la relative facilité de manipulation incite les projeteur
a les utiliser.
Nous utilisons les appareils d'appuis en élastomère fretté de type STUP, avec les
caractéristiques suivantes:

− σ = 150 kg/cm 2
− Module de cisaillement G = 0.9 MP +10%
− Allongement à rupture ≥ 380%
− Epaisseur d'une couche élastomère t = 20mm
− Résistance R à rupture ≥ 16.0 MPa

ENTP - 104 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

II. Dimensionnement des appareils d'appuis:

1- Aire de l’appareil d’appuis :

Ø pour les culées :

Nmax = 128,74t
Nmin = 61,64t
Voir réaction d’appuis en annexe

σ =150 kg/cm2 (pour les ponts routes)

Nmax Nmax
σm = <σ ⇒ a ×b >
a ×b σ

128,74x10 5
a ×b > = 85826,66mm2
150

On opte pour des appareils de dimensions a x b =300x500mm2


Soit : a x b =150000
a : largeur de l’appareil b : la langueur de l’appareil

Ø pour les piles :


Nous considérons la pile la plus sollicitée

Nmax = 369,02 t =3690,20 KN


min = 272,60 t =2726,01 KN
Voir réaction d’appuis en annexe
σ =150kg/cm2 (pour les ponts routes)

Nmax Nmax
σm = <σ ⇒ a ×b >
a ×b σ

369,02x10 5
a ×b > = 246013,33mm2
150

On opte pour des appareils de dimensions a x b =600 x600 mm²


Soit : a x b =360000 mm²

2- Calcul des efforts horizontaux et déformations :

a- Calcul des efforts :

Ø les efforts de freinage :


Les efforts horizontaux sont essentiellement dus aux effets des convois A & B :

ENTP - 105 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

Pour le convoi B la valeur de l'effort de freinage est fixe


Pour le convoi A (l) elle est fonction de la portée L =32,00 m et la largeur chargeable =10.5m.

Effort de freinage du à Bc est égal à : ≤300
Effort de freinage du A(l) est égal à :
A(l )
H = = 52,41kN
20 + 0 . 0035
Al
S

Ces efforts sont à répartir sur les appuis en fonction de leurs rigidités.
Dans notre cas nous avons deux culées et quatre piles.

1
La rigidité « k » d’un appui sera donc : k =
∑ ui
u : étant le déplacement de la tête d'appui sous l'action d'une force Horizontale unitaire.
u = u1 + u2 + u3
u1 : distorsion de l'appareil d'appui, u2 : déformation du corps de l’appui, et u3 : déformation de la
fondation.
• Distorsion de l’appareil d’appuis (u1):

v Pour les culées :

Les culées sont infiniment rigides, seuls les appareils d’appui se déforment.
Le nombre d'appareils d'appuis par culée est = 4 selon le nombre des poutres.

1 T
Sous un effort statique : u s = = 0,93mm
n G ab

Sous un effort dynamique : u = 0,46mm

v Pour les piles :

Les appareils d'appuis de nombre est égal à : 4

Sous un effort statique : u s = 1 T = 0,46 mm


n G ab
Sous un effort dynamique : ud = 0,23mm

• Déformation du corps d’appuis :


E I
Les appuis dont la rigidité est donnée par : k =
Avec : h
I : inertie de l’appuis
h : hauteur de l’appuis
E : module du béton

ENTP - 106 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

Ei = 11000 0.3
fc28 =34179,56 MPa
Ei
Ev = = 11393,19 MPa
3
les piles ont les mêmes dimensions :
Section de la pile b x e =9,30mx1, 20m
Hauteur de la pile h =6,80 m, hauteur moyenne
Inertie de la pile I =1,339 m4
1
Sous un effort statique : u s = = 0,45mm
K s
Sous un effort dynamique :u d = 0,15mm
Remarque : La déformation due à la fondation est négligeable

• Les rigidités ki sont :

v Pour les culées :


Sous effort statique : 1080
Sous effort dynamique : 2160
v Pour les piles :
Sous effort statique : 1101
Sous effort dynamique : 2631
Ø L’effort dynamique de séisme :

Pour H max = 2520/4 =630,00 KN

H 1 =142,01 KN
H2=172,99 KN

H3= 172,99 KN
Σ H i = 630,00 KN

H4=142,01 KN

b- Calcul des déformations :

L'ouvrage à cinq travées 2x32+3x45 L=32,00 m


L'ouvrage à cinq travées 2x32+3x45 L=45,00 m

Ø Déformation due à la de température :

L , a température uniforme se traduit par un allongement(Rétrécissement) de la poutre elle


engendre un déplacement Δlt

ENTP - 107 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

à court terme ΔT = 20°C εtc = 2,00E-04

∆l tc = ε tc . L = 6,40mm (travée de 32m)

∆l tc = ε tc . L = 9mm (travée de 45m)

à long terme ΔT = 40°C εtl = 2,55E-04

∆ l tc = ε tc . L = 8,16mm (travée de 32 m)

∆ l tc = ε tc . L = 11,48mm (travée de 45m)

Déplacements relatifs des appuis par rapport à l'appui de gauche :


Appui 2 =8,16mm
Appui 3 =19,64mm
Appui 4 =31,11mm
Appui 5 =42,59 mm
Appui 6 =50,75mm
ΣKi di = 166499

Σ ki = 6562

ΣK i d
= = 25,37mm d'ou H1 =27,40 t
i
u1
ΣK i

U2 =17,21mm d'ou H2 =18,59 t

U3 =5,74mm d'ou H3 =6,20 t

U4=-5,74mm d'ou H4 =-6,20 t

U5= -17,21mm d'ou H5 =-18,59 t

U6=-25,37mm d'ou H6 =-27,40 t


Ki
H max=2520 Hi = H
ΣK i
Ø Déformation due au retrait : n’intéresse que la dalle de couverture (il n’introduit pas un
déplacement de la poutre) son effet se traduit par un rotation d’appui.

α = 1,677 mrad ( aux culées ),et 2,643 mrad ( aux piles ) par /appareil d'appui

Ø Déformation due au Gradient thermique : l’effet du gradient thermique se traduit Par une
rotation d’appui

α =0,329 mrad ( aux culées ).et 2,311 mrad ( aux piles ) par /appareil d'appui
Déformation due au fluage :

ENTP - 108 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

Dans le cas de poutres mixtes (acier – béton) le fluage est pris en compte.
Dans le terme du retrait à long terme.

3- Calcul du Hauteur nette d’élastomère (T) des appareils d’appuis des culées :

On doit vérifier : T ≥ 2U0 (U0 : somme des déplacements sous déformations lentes)
U0 =25,37 mm
Donc la hauteur T ≥ 2 x 25,37 =50,75 mm

On opte pour T = 5 x 10 mm = 50 mm
Donc l’appareil d’appui choisi est de 5 couches d ‘élastomère de 10 mm

Contrainte de compression :σ m = Nmax /(a.b ) = 8,58 MPa.


ab N
β= =
2 t ( a + b ) 9,38.

ü Vérifications des contraintes de cisaillement :

τN = 1.5σm = 1,37 MPa < 3 G =2,70 MPa. N


β τN
Condition Vérifiée

Fig01 : Déformation d’appareil d’appuis au cisaillement

ü Vérification aux Efforts et déplacement tangentiels :


Pour une déformation lente U1 :

τ H 1 = G U 1 = 0,46 MPa< 0,5 G =0,45 MPa


T
Condition non Vérifiée

Pour un effort dynamique H2 :


τH 2 = H 2 = 0,95 MPa
ab
H
γ

U1
H
τH

ENTP - 109 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

Fig02 : Déformation d’appareil d’appuis aux efforts tangentiels

Sous effort et déformation cumulés :


τH 2
τH = τH1 + = 0,93 MPa< 0,7 G =0,63 MPa
2
Condition non Vérifiée

ü Rotation α :

τ α = G (a ) α t
2

2 t
α
α t = T
n

α t : Rotation totale
n : nombre de feuillets élémentaires

α
Rotation due à la surcharge D240 : = 2,428 mrad
T = retrait + gradient + D240= 8,061 mrad< 15,6mrad

n =5 α t = 1,612 mrad
τ α = 0,65 MPa
τ = τN +τH +τα = 2,96 MPa< 5 G =4,5MPa

Condition Vérifie

τα

Fig03 : Déformation d’appareil d’appuis au rotation

ü Condition de non – soulèvement :

τα < τN → 0,65 MPa <1,37 MPa

ENTP - 110 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

Condition Vérifie

ü Condition de non – cheminement et de non – glissement :


D'après le bulletin technique N°04 de SETRA page 21 les deux conditions suivantes doivent
être remplies, pour combinaison le plus défavorable :
N min
• σ m, min = = 4,11 ≥ 2MPa = 2 N/mm 2 = 20 kg/cm 2
a×b
la condition de non cheminement est Vérifiée

• H < F . Nmin

L’effort horizontale max H = 142,01 KN


F = 0,1 + 0,6 / σmin = 0,246

F.Nmin =151, 64 KN >H = 142,01 KN

La condition de non – glissement est Vérifiée

ü Condition de non- flambement :

On doit avoir : a/10 ≤ T ≤ a/5

T=nt = 50 mm
30 < 50 Condition verifiée
a/10 = 30 mm
50 < 60 Condition verifiée
a/5 = 60 mm

la condition de non – flambement est Vérifiée

ü Condition de non soulèvement :


3 t2 σm
αt ≤
On doit avoir : β a2 G
0,00161≤0,00339

Condition Vérifie

III. Dimensionnement des frettes :

Le Pré dimensionnement vis-à-vis des actions sismiques

ts ≥ a σ m
ENTP β σe - 111 - promotion 2008
Chapitre 16 : Etude d’équipement.

On utilise la formule suivante qui donne le coté d'un appareil carré

M
a=[0.000273xaNxbx ]2/3
n

a= [0.000273x3.43x1x 1228000 ]2/3 = 0,35


24

aN =0.35x9.81=3.43 m/s2c

Accélération retenue auprès du projet =0,35


b=1 dépend du site
On aura une surface de:
0,355331372x0,355331372=0,126260384 p 0.075 m2
Donc on opte:
360x360=129600

1 .3 F (t1 + t 2 )γ
ts ≥ m

Ar f k
1 . 3 x 0 . 3332 ( 0 . 01 + 0 . 01 )1
ts ≥
0 . 075 x 235
Les frettes normalisées retenues sont de 3 mm d’épaisseur

IV. Vérification de la frette :

On doit avoir : avec σ e = 235Mpa

t s
= 3 mm ≥ 1,17 mm

Donc l’appareil d’appuis est vérifié.

ENTP - 112 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

Fig04 : l’appareil d’appuis au niveau de la culée.

1. Hauteur nette d’élastomère (T) des ’appareils d’appuis des culées :

On doit vérifie : T ≥ 2U0 (U0 : Terme somme des déplacement sous déformation lentes)
U0 =17,21mm
Donc la hauteur T ≥2 X 17,21 =34,43mm
On opte pour T = 4x15mm=60mm

ü Vérifications des contraintes de cisaillement :

Contrainte de compression : σ m = Nmax /(a.b ) = 10,25 MPa

β= ab =
2 t ( a + b ) 10,00
τN = 1.5σm = 1,54 MPa < 3 G =2,70 MPa
β
Condition Vérifie

ü Effort et déplacement tangentiels :


Pour une déformation lente U1 :

τH1 = G U 1 = 0,26 MPa< 0,5 G =0,45 MPa


T
Condition Vérifie

Pour un effort dynamique H2 :

τH2 = H 2 = 0,48 MPa


ab

ENTP - 113 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

Sous effort et déformation cumulés :


τH2
τH = τH1 + = 0,50 MPa< 0,7 G =0,63 MPa
2
Condition Vérifie

ü Rotation a :

τ α = G (a ) α t
2

2 t
α
α t = T
n
α t : rotation total

n : nombre de feuillet élémentaire

Rotation due à la surcharge UIC71 : = 2,603 mrad


α T = retrait + gradient + UIC71= 7,557 mrad< 11,6mrad

n =4 α T =1,889 mrad

τ α = 1,36 MPa

τ = τN +τH +τα = 3,40 MPa< 5 G =4,5MPa

Condition Vérifie

ü Condition de non – soulèvement :

τα < τN 1,36 MPa <1,54 MPa

Condition Vérifie

ü Condition de non – cheminement et de non – glissement :

σ min = Nmin /a.b =7,57 MPa > 2MPa

La condition de non cheminement est Vérifiée

H < F. Nmin
L’effort horizontale max = 172,99 KN
F = 0,1 + 0,6 / σmin = 0,179
F.Nmin =488,60 KN >H = 172,99 KN
La condition de non – glissement est Vérifiée
ü Condition de non- flambement :

≤ ≤
ENTP - 114 - promotion 2008
Chapitre 16 : Etude d’équipement.

On doit avoir : a/10 T a/5

T=nt = 60 mm
60 < 60 Condition vérifiée
a/10 = 60 mm
60 < 120 Condition vérifié
a/5 = 120 mm

La condition de non – flambement est Vérifiée

ü Condition de non- soulèvement :

3 t2 σm
On doit avoir : αt ≤
β a2 G
0,00189 ≤ 0,00214

Condition Vérifie

2. Dimensionnement des frettes :

ts ≥ a σ m σ =
β σe
On doit avoir : Avec e 235 Mpa

t s
= 4 mm ≥ 2,62 mm

Donc l’appareil d’appuis est vérifié.

Fig05 : l’appareil d’appuis au niveau de la pile.

ENTP - 115 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

V. Ferraillage du dés d’appui :

La section totale du frettage doit reprendre un effort de :


0,04 Rmax = 0,04 × 375,89=15,03t
L’aire d’une nappe est :

15,03 × 10
3
0,04 Rmax
S= = = 5,367 cm2
σa 2800

On prend donc 4HA 14 par nappe soit A = 6,16 cm2


Avec e = 16,5cm et e’ = 16,5cm

VI. Les plaques de fixation :

Ils sont en acier pour assurer les positions des appareils d’appuis sur dés appuis et aussi pour
empêcher son glissement avec les poutres. Ils sont en épaisseur de 30mm avec une section supérieur
à 5cm dans chaque coté par rapport à la section de l’appareil d’appuis.

Fig06 : schéma d’ensemble d’appareil d’appui.

ENTP - 116 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

Plots parasismiques

I. Introduction :

Ils sont en béton armé, ils sont encastrés à la chevêtre aux niveau des quatre piles et sur mure
frontale aux niveau des culées.
Ils sont distingués à empêcher le déplacement transversal du tablier sous l’effet d’un séisme
transversal.

II. Conception des plots parasismique :

La conception des plots parasismique consiste à :


Ø empêcher les déplacements du tablier sur les deux sens transversal.
Ø une hauteur supérieure par rapport au niveau de la semelle inférieur.
Ø Un espacement qui permet la dilatation des plots parasismique.
Pour cela on a choisie quatre plots parasismiques sur chaque appui qui prend les
caractéristiques suivantes :
- une hauteur de 50cm.
- une section de 60x60cm.
- un espacement de 5cm par apport au poutre.

Fig01 : disposition des plots parasismiques.


Remarque :
Le déplacement est empêché par deux plots sur chaque sens (les plots 1 et 3 dans le sens
gauche ; 2et 4 dans le sens droit)

ENTP - 117 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

III. L’évaluation des efforts agissant sur le plot :

Le plot est soumis à un effort sismique horizontale égale au dixième de G avec G le poids
propre du tablier qui revient à l’appui.
G=3992 t
1 1 1
Fs= Gx x = 33,27 t
10 2 6
Fs=qui transmis au plot.
h : la hauteur de plot.

M=Fs.e= 33,27x0,35=11,64 t.m.


e =0,35m.

IV. Ferraillage des plots :


0,85. fc 28
fbu = Avec,
θ.γ b
fc 28 = 30 MPa
θ =1
γ b = 1,5
D’où ; fbu = 17 MPa
Mu
µ= Avec :
b.d 2 . f bu
M u = 11,64t.m
d = 0,9.h = 0,9.0,6 = 0,54m
b = 0,5m
D’où,

11,64
µ= = 4,69
0,5.(0.54) 2 .17
fe
ε es = Avec
γ s .E s
fe = 400 MPa
E s = 200000 MPa
D’où :
400
ε es = =1,74.10-3
1,15.200000

ENTP - 118 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

3,5
αr = = 0,66
3,5 + 1000.ε es
µc = 0,8α r (1 − 0,4.α r ) = 0,39
µ f µr
Donc,
Notre section avec armature comprimée
1− 1 − 2µ
αc = = 0, 35
0 .8
Z = d*(1-0,4*α) = 0, 46cm
1
ε s = 3,5.10 −3 ( − 1) = 6,5.10 −3
αc
σ s =348 Mpa

ε S = 0.85.10 −3
σ s ’=170MPa
Mc=Mu.μc/μ=0,96tm

Mu − MC
As′ = = 12.3cm2

(d − c ′)σ s
D’où,
Mu − Mc Mc 1
As = ( + ) = 22.14 cm2
d − c′ Zc σ s
D’après le B.A.E.L on prend AS’=8HA14 ; As=8HA20.

V. Vérification de condition de non fragilité :

Amin ftj 0.5.0,54.023.2,4


≥ 0,23 Amin = = 3,72 cm2
b.d fe 400
2
On constate que 3 ,72 < 12,32cm (la condition est vérifie).

fig02 : ferraillage de plot parasismique

ENTP - 119 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

Photo.1.disposition des plots parasismique.

ENTP - 120 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

Etude de joint de chaussée

I. Introduction :

Cet équipement assure la continuité de roulement à la jonction entre tablier et culées.


Les joints sont caractérisés par leur ‘ souffle’ qui exprime la capacité de déplacement total
entre les positions fermées et ouvertes résultant des déformation thermique du tablier et des
déplacement dus aux rotation sur appuis sous l’action des surcharges .les autres exigence ont
trait à la résistance aux sollicitations de fatigue , à l’étanchéité entre joint et chape , à la
facilité d‘entretien et de remplacement ,au silence et au confort du joint .
Les diverses conceptions de joints se différencient par leur capacité de souffle et leur
aptitude à supporter des trafics légers, semi- lourds ou lourds.

II. Dimensionnement des joints de chaussée :

Tablier de pont à fort déplacement sous séisme (>± 2 cm)


Dans ce cas, on dimensionne les joints de chaussée avec la combinaison :
Souffle total = souffle de service + souffle sismique /3

a- Souffle de service :

Le centre de déplacement est une section quelconque sur le tablier qui ne subit pas de
déformation.
Soit X0 l’abscisse du centre de déplacement par rapport à un repère quelconque :

∑ Ki Xi
X0 =
∑ Ki
Ki : rigidité des appareils d’appuis.
Les rigidités sont déjà calculées pour les six appuis étant donné que l’ouvrage est
hyperstatique

32 45 45 45 32

appuis Culée C1 Pile P1 Pile P2 Pile P3 Pile P4 Culée C2


Ks 1080 974 974 974 974 1080

ENTP - 121 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

Kd 2160 2385 2385 2385 2385 2160

Tableau.1.different des valeurs de Ks et Kd.


974(32 + 77 + 122 + 167) + 199 x1080
X0= = 99.50m
2 x1080 + 4 x974

• Evaluation du déplacement total :

1- Déplacement dû au Retrait :
Δlr = ε r . x0
ε r = 4 . 10-4
Δ lr = 4.10-4 x 99.50 = 0.0398 m Δ lr = 3.98cm.

2- Déplacement dû au fluage :
Δ lf = ε f . x0
ε f = ε i + ε d = σ b/Ebs ( 1 + φt )
.ε i = 0 ε f = (σ b / Ebs ) φ r
φ r = Ke . Ka . Kb .Kd .Kr = 2

Ebs = 21000 √1.1 σ 28 = 3.62 x 105 bars ≈ 3.69 x 10 5 kg / cm2

Donc ε f = (68.5/3.39 ) x 2 = 4.04 . 10-4


Δlf = 4.04 . 10-4 x 99.50 = 0.0402 m

Δlf =4.02 cm

3- Déplacement dû à la différence du température :


.Δ lt = ε t . x0 ; εt = c.Δt

la variation de température est de + 20° donc Δ t = 40°


c : coeff thermique = 1. 10-5
ε t= 4 . 10-4
Δ lt = 4. 10-4 x 99.50 = 0.0398 m Δ lt = 3.98 cm

Déplacement total :

Δ l = Δ lr+ Δ lf + Δlt

Δ l = 3.98 +4.02+3.98 = 11.98 cm

Conclusion : 0 < Δ l = 119.80 m < 120 mm

b- souffle sismique :

Dans ce cas , le supplément du souffle nécessaire vis-à-vis du séisme n’est que la


valeur du déplacement sismique du tablier dans une direction

ENTP - 122 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

Δ sismique = 49.68 (voir déplacements sismique des appareils d’appuis


Souffle sismique = 49.68mm

c- Souffle total :

“Souffle total “ = “souffle de service “ + “souffle sismique “/3

“Souffle total “ = 119.80+49.68/3=136.36 mm

Conclusion : On opte pour un joint de type GPE 160

Fig01 : joint de chaussée.

ENTP - 123 - promotion 2008


Chapitre 16 : Etude d’équipement.

Les corniches

Les corniches ont essentiellement un rôle esthétique : situées à la partie haute des
tabliers , elles sont toujours bien éclairées et dessinent donc « la ligne » de l’ouvrage ,une
corniche mal alignée ,dont le tracé présente des irrégularités, se remarque très vite à l’œil nu.
En plus de se rôle esthétique intrinsèque, la corniche doit également servir de larmier à fin
d’éviter le ruissellement de l’eau de pluie sur les parements de la structure porteuse .enfin
lorsqu’ il y a un garde corps, ce dernier est plus souvent scellé dans la corniche.
On distingue trois catégories de corniches :
Ø Les corniches en béton coulé en place.
Ø Les corniches en béton préfabriquées.
Ø Les corniches métalliques.
Dans notre projet nous avons choisi des corniches en béton préfabriquées.

Fig01 : corniche.

ENTP - 124 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

Conception et étude de la culée

I. Introduction :

La culée est un élément fondamental de la structure de l’ouvrage, le rôle d’une culée


est d’assurer la liaison entre le tablier du pont et le milieu environnant ; une culée assure
donc à la fois les fonctions d’appui de tablier et de mur de soutènement. En tant qu’appui de
tablier une culée est soumise aux mêmes efforts que les piles. En tant que mur de
soutènement, elle subit la poussée des terres et des surcharges de remblais.
Le choix de la culée résulte d’une analyse globale de :

• La nature et le mode de construction du tablier.


• Les contraintes naturelles du site.
• Les contraintes fonctionnelles de l’ouvrage.

II. Choix de la morphologie :

Vu les données géotechniques du site, on a opté pour une culée fondée sur pieux .
La culée comporte les éléments constitutifs suivants :
• Un mure frontal sur lequel s’appuie le tablier.
• Deux murs en retours qui ont pour rôle d’assurer le soutènement des terres de
remblais.
• Un mur de garde grève destiné à protéger l’about du tablier en retenant les
terres et assurer la fixation du joint de chaussée.
• Corbeau arrière sur lequel s’appui la dalle de transition.
• Dalle de transition. qui limite les tassement de chaussée et assurée le confort
des usagers lors de déplacement d'un milieu souple qui est la routes a un
milieu rigide qui est le pont.

III. Pré dimensionnement de la culée :


a)-Mur de garde grève :

1. La hauteur du mur garde grève h :

h = hauteur du poutre+ hauteur de l’appareil d’appui +hauteur de dés d’appui


h = 2,15 m.

2.épaisseur du mur :

ENTP - 125 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

h
e = Max (0,30m, ) = (0,30m ,0,26m) = 0,3m
8
b)-Dalle de transition :
Sa longueur est dimensionnée par la formule suivante :

L = Min [6m, Max(4m,0,6 × H )]


Avec : H étant la hauteur de remblai = 4,66m
donc : L = 4 m

Généralement elle a une épaisseur e = 30 cm.

c)- Le mur frontal :


Hauteur de mur frontal : h = 3,05 m .
L’épaisseur emf : emf = 1,40 m

d)- Sommier d’appui :


Le sommier d’appui est un élément sur lequel repose l’about du tablier, il est intégré
au mur frontal.
Sa surface doit être aménagée de façon à permettre l’implantation des appareils
d’appui et la mise en pace des vérins pour changer ces derniers.
La longueur du sommier L = largeur du pont = 16,5 m.
La largeur du sommier
l=1,10 m.
L’appareille d’appui ne doivent pas être implanter trot prés du bord extérieur du
sommier,
d ≥20 cm , on prend d = 35 cm.
L’espace ménagé entre l’about du tablier et le mur garde grève, espace destiné à
faciliter l’accès pour question de visite et d’entretien.
Pour les garants ouvrages, il est couramment de 50 à 60, donc on prend 50 cm
e)-semelle :
On prend Es = 1,5m
Longueur de la semelle : L = 17,00m.
Largeur de la semelle :l =5,59m
f)-Murs en retours :

Epaisseur du mur en retour varie entre 30 et 45 cm : emr = 40cm.


Longueur varie entre 5 et 8 m on prend L = 5.50m

g)- Le corbeau : 0,3m


Ø Hauteur : H1 = 1,5 m.
Ø Hauteur : H2 = 0,3 m. 0,3m
Ø Epaisseur : Ef = 0,3 m. 0,6m
Ø Longueur : L = 16,25 m. 0,3m

ENTP - 126 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

Fig 01 : Pré dimensionnement du corbeau.

Fig02 : les éléments constitutif de la culée.

IV. Calcul la stabilité de la culée :


La stabilité de la culée sera vérifiée à vide et en service, aussi bien dans les conditions
normales ainsi que dans les conditions sismiques.
• Calcul de coefficient de poussée :
ϕ
- dans les conditions normales : Ka = tg2 ( π - )
4 2
- Dans les conditions sismiques le coefficient de poussée sera déterminé par la formule de
MONOBE- OKABE :

cos2 ( ϕ + α - θ ) K cos ( δ - α )
K ah = × avec
 sin ( ϕ + δ ) sin ( ϕ + α - θ )  cos ( δ - α + θ )
cos2 α 1 +
 cos ( δ - α + θ ) cos ( α + β ) 
ϕ : angle de frottement interne ( pour remblai ϕ = 30° )
α : angle de talus avec l’horizontal α = 0°
β : inclinaison de la culée β = 0°
δ : angle de frottement remblai – culée ( sol – béton ) δ = 0°
θ : angle entre la direction du séisme et la verticale : θ = Arctg ( εH )
1 ± εV
K : coefficient caractérisant le séisme : K2 = εH 2 + ( 1 ± εV )
ε H = 0,1 : accélération du séisme dans le sens horizontal.
ε V = 0,07 : accélération du séisme dans le sens verticale.
L’effort sismique horizontal : Hs = ε H .G .
L’effort sismique vertical : Vs = ( 1 ± ε v ) . G

ENTP - 127 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

en conditions sismiques on prend :


ε H = 0,1 et ε V = 0,07
ε H = 0,1 et V = 0,00
ε H = 0,1 et ε V = - 0,07 .
pour les conditions normales :
ε H = V = 0,00 K=1 θ =θ ° K ah = 0.333

Récapitulation des coefficients pour les 04 cas du séisme :

Action du séisme Notation ε H ε V K θ° K ah


Condition normale (Cas n01 0 0 1 0 0,333
pas de séisme )
Vertical + cas n02 0,10 0,07 1,075 5,34 0,42
horizontal
Horizontal cas n03 0,10 0 1,005 5,71 0.395

Vertical + cas n04 0,10 - 0,07 0,935 6,14 0,374


horizontal

Tableau.1. les coefficients pour les 04 cas du séisme.

• Poussée des surcharges de remblai :

L’intensité q = 1t /m2 , qu’on majore par 20 ℅ : P = q . S avec S : surface de contact.


poussée des terres agissant sur une hauteur H et sur une largueur L :
P = 1 Kah γ H2 L avec γ =1,8 t / m3 , poids volumique des terres.
2
Le calcul des efforts sur la culée se fait par rapport au point O.
Ms : désigne le moment stabilisant
M r : désigne le moment renversant.
Les résultats sont représentés dans le tableau suivant:

EVALUATION DES EFFORTS A LA BASE DE LA SEMELLE

Sollicitati Cal
Efforts Efforts Moment
on cul Moment
horizontau verticaux stabilisateur
Désignati des Z(m) renversant
x (1 ± ε V)P(t
on P MS (tm) MR (t.m)
ε H P(t). ).
(t).
P_ 352.16 0,00 352,16 0,55 / 0,00
Propre 352.16 35,216 376,81 0,55 / 19,368
superstr
352.16 35,216 352,16 0,55 / 19,368
+ Surch
max 352.16 35,216 327,50 0,55 / 19,368
poids 26.60 0,00 26,60 0,20 5,32 /

ENTP - 128 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

mur 26.60 2,66 28,46 0,20 5,692 /


garde 26.60 2,66 26,60 0,20 5,32 /
grève
26.60 2,66 24,73 0,20 4,946 /
poids 179.66 0,00 179,66 0,55 / 0,00
mur 179.66 17,966 192,23 0,55 / 9,881
frontal
179.66 17,966 179,66 0,55 / 9,881
179.66 17,966 167,08 0,55 / 9,881
poids 46.96 0,00 46,96 2,50 117,4 /
mur en 46.96 4,696 50,24 2,50 125,6 /
retour
46.96 4,696 46,96 2,50 117,4 /
46.96 4,696 43,67 2,50 109,17 /
368.94 0,00 368,94 0 / /
poids 368.94 36,894 394,76 0 / /
semelle
368.94 36,894 368,94 0 / /
368.94 36,894 343,11 0 / /
poids de 42 0,00 42 0,50 21 /
la dalle 42 4,2 44,94 0,50 22,47 /
de 4,2
42 42 0,50 21 /
transition
42 4,2 39,06 0,50 19,53 /
5.56 0,00 5,56 2,70 15,01 /
5.56 0,556 5,94 2,70 16,03 /
corbeau
5.56 0,556 5,56 2,70 15,01 /
5.56 0,556 5,17 2,70 13,96 /
1.00 0,00 1,00 0,55 / 0,00
dés
d’appuis 1.00 0,1 1,07 0,55 / 0,055
+ plot 1.00 0,1 1,00 0,55 / 0,055
1.00 0,1 0,93 0,55 / 0,055
15,53 0,00 15,53 6,02 / 0,00
Poussée
des terres 15,53 1,553 16,61 6,02 / 9,34
sur dalle 15,53 1,553 15,53 6,02 / 9,34
trans. 15,53 1,553 14,44 6,02 / 9,34

85.35 0,00 85,35 2,50 213,37 /


Poids des
terres sur 85.35 8,535 91,32 2,50 228,3 /
dalle 85.35 8,535 85,35 2,50 213,37 /
trans. 85.35 8,535 79,37 2,50 198,42 /
Poussée 85,39 0,00 85,39 2,28 / 0,00
des terres 85,39 8,539 91,36 2,28 / 19,468

ENTP - 129 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

sous 85,39 8,539 85,39 2,28 / 19,468


dalle 85,39 8,539 79,41 2,28 / 19,468
284.88 0,00 284,88 1,525 434,44 /
Poids des
terres 284.88 28,488 304,82 1,525 464,85 /
sous 284.88 28,488 284,88 1,525 434,44 /
dalle 284.88 28,488 264,93 1,525 404,01 /
15 0,00 15 4,89 / 0,00
freinage 15 1,5 16,05 4,89 / 7,335
15 1,5 15 4,89 / 7 ,335
15 1,5 13,95 4,89 / 7,335
806,54 0,00
862,94 65,447
TOTAL
806,54 65,447
750,03 65,447

Tableau.2. évaluation des efforts à la base de semelle.

M stabilisant

M renversant

Fig03 : stabilité de culée.


• Vérification de la stabilité de la culée:
Le tableau suivant donne la somme des efforts agissant sur la culée (à vide) tout en
vérifiant les deux conditions suivantes :
Stabilité au renversement :
Ms ≥ 1,5 condition normale
Mr

ENTP - 130 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

Ms ≥ 1,00 condition sismique


Mr
Stabilité au glissement :
V tg ϕ ≥ 1,5 Condition normale
H
V tg ϕ ≥ 1,00 Condition sismique
H
MS V
Cas V( t ) H(t) MR ( t.m ) MS ( t.m ) tg ϕ
MR H
1 9,92 14,84 0,00 806,54 / 0,38
2 9,92 14,84 65,447 862,94 13,18 038
3 9,92 14,84 65,447 806,54 12,32 038
4 9,92 14,84 65,447 750,03 11,46 0,38

Tableau.3. les résultats des condition de renversement et glissement du culée.

Dans les 04 cas, on remarque bien que la condition (stabilité au renversement) est
vérifiée, mais la condition de glissement n’est pas vérifie alors en présence de fondation sur
pieux le problème de stabilité du glissement ne se pose pas.
Donc la stabilité de la culée est assurée.

V. Le ferraillage de la culée:
1- le mure garde grève:
D’après le document SETRA PP73 appuis des tablier.
Le mur garde grève est soumis essentiellement à l’action des forces horizontales sur la face
arrière en contacte avec les terres :
• Poussée de terres
• Poussée de la surcharge de remblais
• Effort de freinage
Le mur garde grève est supposé encastrer dans le chevêtre.
a- évaluation des efforts agissant sur le MGG:
Ø poussée des terres:
Le moment a l'encastrement est :
Mp = Px h/3 avec P = 1 Kah γ H2 L.
2
Avec : Kah = 0,333
γ r = 1,8 t / m3.
H =2,15 m.
L = 1.00 m.
Donc : P = 1,38 t. => Mp = 0,989 t.m.
Mp u = 1,35 x 0,989 =1,335 t / ml.
Mp ser = 0,989 t / ml.
Ø Moment dû à la force de freinage Bc:
2µ × P × h
Mf = .
0.25 + 2h

ENTP - 131 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

Avec :µ : coefficient de pondération µ = 1.6 à l’E.L.U


µ = 1.2 à l’E.L.S
Nous considérons un essieu d’un camion Bc au contact du mur garde-grève, l’effet d’une
seule roue est à considérer, la force de freinage est prise égale au poids d’une seule roue
.Compte tenu de l’écartement des deux roues (2m), et pour des hauteurs courantes du mur
garde-grève, la diffusion des efforts se fait suivant des directions à 45%
2µ × P × h
Mf = .
0.25 + 2h
2µ × P × h 2 × 1,6 × 6 × 2,15
Mf u = = = 9,07 t.m/ml.
0.25 + 2h 0.25 + 2(2,15)
2 µ × P × h 2 × 1,2 × 6 × 2,15
Mf ser = = =6,80 t.m/ml
0.25 + 2h 0.25 + 2 × 2,15
Ø Poussée d’une charge locale située en arrière du mur :
L’effet le plus défavorable est produit par les deux essieux arrière de 12 tonnes de
deux camions accolées, placées de telle manière que les rectangles d’impact soient au contact
de la face arrière de mur garde grève.
Les rectangles sont de dimension 0.25 × 0.75m² (voir figure N°26)
La charge des deux roues est uniformément répartie sur cette surface Φ donnée par :
Φ = 12 / (0.75 × 0.25) = 64 t/m²
Le moment fléchissant en A, à la profondeur h a pour expression générale:

h−x
h
12 K
MP = ×∫ dx
0.75 + 2h0 0 0.25 + x
avec :
K= Ka x bc x δ x µ .
δ = 1 coefficient de majoration dynamique (charge sur remblai)
P 1 = 12 t

0 , 25
0 , 75

x
0 , 25 + x
h h
A
section d' encastreme nt 0 , 75 + 2 h
dans le chevetre

0 , 25

0 , 75
0 , 75 + 2 h

0 , 25 + x
ENTP - 132 - promotion 2008
Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

Fig04 : poussé de la surcharge


µ = coefficient de pondération. µ = 1.2 à l’E.L.S
µ = 1.6 à l’E.L.U
bc = 0,95 pour trois voies chargées.
Ka = 0,3333.
La valeur Mp / K est explicitée ci-dessous pour différents valeurs de h :

h(m) 0.50 0.75 1.00 1.50 2.00 2.50 3.00


Mp/K ( t.m/ml ) 2.23 3.40 4.41 6.11 7.45 8.56 9.49

Tableau.4. les valeurs de Mp / K en fonction de h

Dans notre cas h = 2, 15 par interpolation


8,56 − 7,45 M p / K − 7, 45
= ⇒ M p / K = 7,78tm.
2,5 − 2,00 2,15 − 2,00
Donc : K= 0,333 × 0,95 × 1 × µ = 0,32µ
µ = 1.2 à l’E.L.S K = 0,38
µ = 1.6 à l’E.L.U K = 0,51
M ch u = 3,96 t.m/ml
M ch ser = 2,95 t.m/ml

b- Combinaison d’action:
A l’E.L.U :
Mu = 1.35 × MG + 1.6 × MQ
Mu = 1,35x1,335+1,6x (3,96 +9,07) = 22,65 t.m/ml
A l’E.L.S :
Mser = MG + 1,2 × MQ
Mser = 0,989+1,2x (2,95 +6,80) = 12,69 t.m/ml

c- Ferraillage :

Il sera en considérant des bandes d’un mètre de largeur encastrées dans le mur
chevêtre
Mu = 22,65 t.m/ml
Mser= 12,69 t.m/ml
Le mur garde grève est sollicité par une flexion simple, la fissuration est considérée
préjudiciable :
Le calcul se fait a l’E.L.S.
M 12,69 × 10 −2
µ bu = = = 0,122
b0 × d 2 × fbu 1 × 0.27 × 14.17
2

µ bu = 0,122 〈 0.186 ⇒ Pivot A : pas d’aciers comprimés (A’s=0).


M
As =
z×σ s

ENTP - 133 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

Avec :
z = d × (1 − 0.4 × α )
α = 1.25 × (1 − (1 − 2 × µ bu ) ) = 0,163
12 , 69 × 10 2
Au = = 14 , 47 cm 2 .
0 , 252 × 348
ftj
ACNF = 0.23 × b0 × d × = 3.62 cm2
fe
D’où : A=14.47 cm2
On prend : 8T16/ml avec As=16,08cm2
e = 29 cm. Avec 4 cm d'enrobage
Avec As’ de répartition
A’s =As / 3 = 4,82 cm².
Soit 8T10 ( As’ = 6,28cm2)
8T16/ml

Coté
Remblais

8T10 /m
d- Vérification a l’E.L.S:
h = 0.3 m.
σbc = 0.6 × fc28 = 18MPa
σ bc = 0,6 fc 28 = 18 MPA
fig05 : ferraillage de mur grade grève
2 
σ St = Min  fe , 110 η ftj  avec η = 1,6 ( HA)
3 
σst =201,63Mpa
0,5 x² - 15 × 14,47× 10-4 × (0.27 – x) = 0
0,5 x² + 0.0217x –0,0058= 0 x = 0.108 m
I1 = (b× x / 3) + n × As (d – x) ²
3

I1 = (1,00× x3 / 3) + 15 ×14,47×10-4 × (0.27 – x) ² =1,37x 10-3 m4.


σbc = M ser × x = = 8,51 MPa < 16,20 MPa vérifiée
I
σst = n× ( Mser / I ) × Z = 15 × 0,108 × ( 0,27−3− 0,108 )
1,37 × 10
σst=191,56Mpa<201,63 donc elle est vérifiée.

e- Le ferraillage horizontal :
Ay = As / 4 =3,62cm².
Soit 4∅12 Ay = 4,52 cm².
f- Condition de non fragilité :
As min ≥ 0.23 × 100 × 30 × 2.1
400

ENTP - 134 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

As min ≥ 3.62 cm²


2- Dalle de transition :
Elle se calcul comme une dalle rectangulaire supposée simplement appuyée, sachant que
réellement elle est reposé sur des appuis élastique sur toute ça surface (contacte directe avec le
sol).
Elle est soumise à son poids propre, les surcharges et le poids de remblai au dessus de la dalle.
a- Evaluation des efforts :
Remblai : γr × 0.95 = 1,71 t/m².
Poids propre de la dalle : 0.3 × 2.5 = 0.75 t/m²
Revêtement : 2.2 × 0.08 = 0.176 t/m²
Surcharges : 1,20 t/m² (surcharges sur remblai)

Type de charge Q ( t/ ml) Moment ( t.m/ m² ) Effort tranchant ( t )


Poids propre 0,75 1,50 1,50
Revêtement 0,176 0,352 0,352
Remblai 1,71 3,42 3,42
Surcharges 1,20 2,4 2,40

Tableau.5. évaluation des efforts sur la dalle de transition.


b- Combinaison :
à l’E.L.S :
Mser = MG + 1.2 MQ = ( 1,50+0,352+3,42)+1,2(2,40)=8,15t /ml
Vser = VG + 1.2 VQ = (1,50+0,352+3,42)+ 1,2(2,40) = 8,15 t /ml
à l’E.L.U :
Mu = 1.35MG + 1.6 MQ = 1.35 × (1,50+0,352+3,42)+ 1,6(2,40) =10,96 t /ml
Vu = 1.35 VG + 1.6 VQ = 1.35 ×(1,50+0,352+3,42) +1,6(2,40) =10,96 t /ml
c- Ferraillage :
Ø Ferraillage en flexion simple :
M 8,15 x10 −2
µ bu = = = 0.078
b0 × d 2 × fbu 1 × 0.27 × 14.17
2

µ bu = 0.078〈 0.186 ⇒ Pivot A : pas d’aciers comprimés (A’s=0).


M
As =
z×σ s
Avec : z = d × (1 − 0.4 × α )
α = 1.25 × (1 − (1 − 2 × µ bu ) ) = 0.101
8 . 15 × 10 2
As = = 9 . 00 cm 2 .
0 . 26 × 348
ftj
ACNF = 0.23 × b0 × d × = 3.26cm2
fe
Donc : 6T14 avec As=9,24cm2
On prend : 6T14 / e = 20 cm (nappe infer)
6T10 / e = 20 cm (nappe super)

ENTP - 135 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

4T10 /ml 6T10/ml

4T10 /ml 6T14/ml

Ø Condition de non fragilité : fig06 : ferraillage du dalle de transition


As min > 0.23 × 100 × 27 × 2.1 = 3.26 cm² .
400
Ø Vérification à l’effort tranchant : (fissuration très préjudiciable)
V 0,0815
τu = = = 0.31MPa.
b0 × d 1,00 × 0.27
Pour les armatures droites :
τu pour fc28 = 30MPa
et τ u =min(4MPa, 0,10 fc28)=3,0MPa
τu < τ u vérifiée
A 9,00
Armatures horizontales : AY = S = = 2, 25 cm²
4 4
on prend 4HA10.avec As=3,14cm2

3-Corbeau d’appui de la dalle de transition :


Le corbeau sert d’appui à la dalle de transition, il est soumis à la réaction de celle ci :
a- Réaction des surcharges sur remblai : (avec une majoration de 20% )
R1= ½ × 1.2 × 4,00 = 2,40 t/ml.
b- réaction de la DDT:
R2= 0,3 x 2,5 x 4/2 = 1,50 t/ml
c- Poids propre de corbeau :
R3= 2.5 × 0.135 × 1 = 0.3375 t/ml
30cm
d- Réaction de remblai:
R4 = 1/2 x 0,95 x 4,00 x 1,8 = 3,42 t/ml
d- Réaction de revêtement:
R5 = 0,5 x 0,08 x 4,00 x 2,2 = 0,35t/ml. 30cm

30cm

ENTP - 136 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

Combinaison :
Rser = ( R3+ R2 + R4+ R5) ) + 1.2 R1
Rser = 8,48 t /ml.
Ru = 1.35 × ( R3+ R2 + R4+ R5) + 1.6 R1
Ru = 11,41 t /ml.
MR1 = 2,40 x 0,045 = 0,108t.m/ml
MR2 R3 R4 R5 = 5,60 x 0,045 = 0,252t.m/ml
Mu = 1,35 (0,252) + 1,6 (0,108).
Mu =0,513 t.m./ml
Mser = 0,252+ 1,2(0,108) = 0,381 t.m/m
Ferraillage :
As = 0,20 cm².
Condition de non fragilité :
f 2.1
As min ≥ 0.23 × b0 × d × t 28 = 0.23 × 30 × 54 × = 1,95 cm2
fe 400
As min ≥ 1,95 cm²
Soit As 5T12 = 5,65 cm²
On prend Ay = As / 4 = 1,41 cm². Soit 3T10=2,36cm2
HA12

HA10

HA10
fig07 : ferraillage de corbeau

4-Le mur frontal :


Le mur frontal est soumis à des sollicitations du essentiellement aux charges
permanents (poids propres de la superstructure, poussée des terres), surcharge sur remblais et
les surcharge d’exploitation.

ENTP - 137 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

C. N C. S

ENTP - 138 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

Désignation N(t) εH. N (1+εv). Z (m) Mr Ms Mr Ms


(t) N (t) (t.m) (t.m) (t.m) (t.m)
poids propre
superstructure
0
+ Surcharge 352,12 35,212 376,76 / 0 / 0
max.
poids mur
garde grève 26,6 2,66 28,46 0.70 / 18,62 / 19,92

poids mur
179,66 17,966 192,23 0 / 0 / 0
frontal

poids de la
dalle de 0.85
transition 42 4,2 44,94 / 35,7 / 38,19
corbeau
5,56 0,556 5,94 0.85 / 4,726 5,04
dés d’appuis +
plot 1 0,1 1,07 0 / 0 / 0

Poids des
terres sur dalle
trans. 85,53 8,553 91,51 0,85 / 72,70 / 77,78

Poussée des
terres sur dalle
trans. 15,53 1,553 16,61 3,65 56,68 / 5,66 /
Poids des
terres sous
dalle trans. 284,88 28,488 304,82 1,875 / 534,15 / 571,53

Poussée des
terres sous 85,39 /
dalle 8,539 91,36 1,02 87,09 / 8,70

freinage
15 1,5 16,05 3,15 47,25 / 4,72 /

TOTAL : 1093,27 109,327 1169,75 / 191,02 665,89 19,08 712,46

EVALUATION DES EFFORTS A LA BASE DU MUR FRONTAL

Tableau.6. évaluation des efforts à la base du mur frontal.

a- Récapitulatif des efforts :

ENTP - 139 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

Ø Condition normale :
Effort normal : ∑ N(t) = 1093,27 t.
ELS : N = 67,27 t /ml.
ELU : N =90,81 t /ml.

Moment: M = ∑ Mh - ∑ Mv = 474,87 t.m.


ELS: M = 29,22 t.m /ml.
ELU: M = 39,44 t.m /ml.

Ø Condition sismique :
Effort normal : ∑ (1+εv)N =1169,75 t.
ELS : N = 71,98 t /ml.
ELU : N =97,17 t /ml.

Moment: M = ∑ Mh - ∑ Mv = 693,38 t.m.


ELS : M = 42,66 t.m /ml.
ELU: M = 57,59 t.m /ml.

b- Ferraillage :

Le ferraillage se fait en flexion composée à l’ELU avec : fc28 =30 MPa ; b0 = 1m ; h= 1,4 m.
On remarque que la condition la plus défavorable est la condition sismique.
N=97.71 t/ml
M=57.59 tm/ml
Calcul de l'excentricité e 0 :
e0 = M/N = 57,59 / 97,71= 0,59 > ht /6 = 0.23m sections partiellement comprimées
M' =97,71+57,59x0.59 =131,68 tm/ml
avec :
M=131,68tm/ml
b=100 cm
h=140 cm
Mu 131,68 × 10 −2
µ bu = = = 0,058
b0 × d 2 × fbu 1 × 1.26 × 14.17
2

µ = 0.058 〈 0.186 ⇒ Pivot A : pas d’aciers comprimés (A’u=0).


bu

Mu
Au = Avec : z = d × (1 − 0.4 × α ) et
z×σ s
α = 1.25 × (1 − (1 − 2 × µ bu ) ) = 0,074
131 , 68 × 10 − 2
Au = = 31 , 01 cm 2
1, 22 × 348
calcul de la section réel en flexion composée:
97,71x10 3
A =31,01 - = 31,01– 28, 07 = 2,94 cm2
3480
La section d’armatures est : A=2,94cm2

ENTP - 140 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

Condition de non fragilité :


As ≥ 0,23bdftj / fe (As : section des armateurs tendus)
2,94 < 0,23 x 1 x1,26 x 2,4 /400 = 17,38 cm2. non Vérifie.
Donc :As=17,38cm2
As = 17,38 cm2/ml. Soit : 6HA20/ml pour As = 18,85 cm2/ml.
Armature de construction :
A’s = As / 3 = 6,28 cm2/ml. Soit : 6HA12/ml pour A’s = 6,79 cm2/ml.

Vérification de l’effort tranchant :


τu = Vu / bd = 1,16/ 1,26 = 0,92 MPa.
τ’s = inf [ 4MPa ; 0,1 fc28 ] = 3,0 MPa. Pour les fissurations préjudiciable ou très
. Préjudiciable.
τ'u > τu Vérifie.
At τ b
≤ U = 0,92 x 1 / 0,8 x 400 = 0,28 cm.
St 0.8 fe
St ≤ min [ 0,9d ; 40cm] = 40 cm. Soit St = 30 cm.
At ≥ 30 x 0,28 = 8,4 cm2.
Pourcentage minimal :
At 0,4b
≤ = 0,4 x 100 / 400 = 0,10 cm. Avec St = 30 cm et At > 8,4cm2.
St fe
Soit 4 cadre de HA12/ml pour As = 9,05 cm2.
AH

AV

Ah = Av = 6 HA20 /ml St = 30 cm

Fig08 : Ferraillage du mur de front.

ENTP - 141 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

5-Le mur en retour :

a)- Diagramme des pressions :


6.40
0.396t/m²

1.00 A’ A
1.00
B’ B 0.99 t/m²
0t/m²

1.00 1.20

C’ C 0.71t/m²

1.10 1.20

D’ D 1.43t/m²

2.10 0.80
E’ E
1.90t/m²

2.35
Fig09 : distribution des pressions sur le mur en retour

b)- Calcul des pressions:

P = Ka (q + γ h)
Avec:
Ka = 0.33
γ = 1.8 t/m3
q = 1.20 t/m2
Ø Pression au-dessus de la dalle de transition:

• pour h=0 m : p 0 = 0.33 x 1.2 = 0.396 t/m2


• pour h = 1.00m : p 1 = 0.33 ( 1.2 + 1.8 x 1.00 ) = 0.99 t/m2

Ø Pression au-dessous de la dalle de transition:

• Pour h = 0.00 m : p 0= 0.33 x 1.8 x 0.00 = 0 t/m2


• Pour h = 1.00 m : p 1 = 0.33 x 1.8 x 1.00 = 0.59t/m2
• Pour h = 2.00 m : p 2 = 0.33 x 1.8 x 2.00 = 1.188t /m2
• Pour h = 3.10 m : p 3 = 0.33 x 1.8 x 3.10 = 1.841 t/m2
• Pour h = 5.20 m : p 3 = 0.33 x 1.8 x 5.20 = 3.08 t/m2

ENTP - 142 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

c)- Ferraillage de la tranche AA' BB' :


Calcul des moments fléchissant:
-Encastrement le long de BB' :
M = 0.396 x 1.00 x 0.50 + (0.99-0.396) x 0.5 x 1/3 x 1.00 = 0.297 tm/ml
- Encastrement le long de AB :
0.99 + 0.396 5.00
M=( ) x 5.00 x =8.66 t/ml
2 2
Calcul des armatures:
Caractéristique de la section de béton
ht = 50 cm
h = 45 cm
b = 100 cm
Ferraillage horizontal: M = 8.66 tm/ml
Mu 8.66 × 10 −2
µ bu = = = 0.03
b0 × d 2 × fbu 1 × 0.45 × 14.17
2

µ = 0.03 〈 0.186 ⇒ Pivot A : pas d’aciers comprimés (A’u=0).


bu

Mu
Au =
z×σ s
z = d × (1 − 0.4 × α ) ; α = 1.25 × (1 − (1 − 2 × µ bu ) ) = 0.038
−2
8 . 66 × 10
Au = = 5 . 62 cm 2 .
0 . 443 × 348
ftj
ACNF = 0.23 × b0 × d × = 5.43 cm 2
fe
D’où : A=5.62 cm2
Donc :
Soit intérieurement/ horizontal : 6 T20 /ml, espacement 17 cm
Soit extérieurement /horizontal : 6T16/ml, espacement 17 cm
Ferraillage vertical : M = 0.297 t/ml
Mu 0.297 × 10 −2
µ bu = = = 0.042
b0 × d 2 × fbu 1 × 0.45 × 14.17
2

µ = 0.00104 〈 0.186
bu
⇒ Pivot A : pas d’aciers comprimés (A’u=0).
Mu
Au =
z×σ s
z = d × (1 − 0.4 × α ) ; α = 1.25 × (1 − (1 − 2 × µ bu ) ) = 0.0013
0 . 297 × 10 − 2
Au = = 0 . 19 cm 2 .
0 . 45 × 348
ftj
ACNF = 0.23 × b0 × d × = 5.43 cm 2
fe
D’où : A=5.43 cm2
Soit intérieurement/ horizontal : 6 T16 /ml, espacement 17 cm

ENTP - 143 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

Soit extérieurement /horizontal : 6T14/ml, espacement 17 cm

d- Ferraillage de la tranche BB' CC’:


Calcul des moments fléchissant:
-Encastrement le long de BC :
0.79 + 0
Pression moyenne : PM = = 0.395 t/m2
2
5.00 − CC '
Longueur moyenne : LM = CC' + ( ), CC’ = 1.20 x 3/2 +2.20 = 4.00 m
2
LM = 4.00 + (5.00 – 4.00) / 2 =4.50 m

M = 0.355 x 4.502/2 = 3.59 tm/ml


-Encastrement le long de CC’ :
M = (0.71 + 0) / 2 x 1.2 x 1.2/3 = 0.17 tm/ml

Calcul des armatures:


Ferraillage horizontal: M = 3.59 tm/ml
Mu 3.59 × 10 −2
µ bu = = = 0.013
b0 × d 2 × fbu 1 × 0.45 × 14.17
2

µ = 0.015 〈 0.186 ⇒ Pivot A : pas d’aciers comprimés (A’u=0).


bu

Mu
Au = Avec : z = d × (1 − 0.4 × α ) et α = 1.25 × (1 − (1 − 2 × µ bu ) ) = 0.016
z×σ s
3 . 59 × 10 − 2
Au = = 2 . 30 cm 2 .
0 . 447 × 348
ftj
ACNF = 0.23 × b0 × d × = 5.43 cm 2
fe
D’où : A=5.43 cm2
Soit intérieurement horizontal : 6 T20 /ml, espacement 17 cm
Soit extérieurement horizontal : 6T16/ml, espacement 17 cm

Ferraillage vertical : M = 0.17 t/ml


Mu 0.17 × 10 −2
µ bu = = = 0.00059
b0 × d 2 × fbu 1 × 0.45 × 14.17
2

µ bu = 0.00059 〈 0.186 ⇒ Pivot A : pas d’aciers comprimés (A’u=0).

Avec : z = d × (1 − 0.4 × α ) ;
Mu
Au = α = 1.25 × (1 − (1 − 2 × µ bu ) ) = 0.00074
z×σ s
0 . 17 × 10 − 2
Au = = 0 . 108 cm 2 .
0 . 449 × 348
ftj
ACNF = 0.23 × b0 × d × = 5.43 cm 2
fe
D’où : A=5.43 cm2
Soit intérieurement horizontal : 6 T16 /ml, espacement 17 cm

ENTP - 144 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

Soit extérieurement horizontal : 6T14/ml, espacement 17 cm

e- Ferraillage de la tranche CC’ DD’ :


Calcul des moments fléchissant:
-Encastrement le long de CD :
PM = (0.71 + 1.43) / 2 = 1.07 t/m2
Longueur moyenne : LM = (4.50 –2.20) / 2 +2.20 =3.20 m
M = 1.07 x 3.202 / 2 = 5.48 tm/ml

-Encastrement le long de DD’ :


Calcul des armatures:
Ferraillage horizontal: M = 5.48 tm/ml
Mu 5.48 × 10 −2
µ bu = = = 0.02
b0 × d 2 × fbu 1 × 0.45 × 14.17
2

µ bu = 0.02 〈 0.186 ⇒ Pivot A : pas d’aciers comprimés (A’u=0).


Mu
Au =
z×σ s
z = d × (1 − 0.4 × α ) ; α = 1.25 × (1 − (1 − 2 × µ bu ) ) = 0.025
5 . 48 × 10 − 2
Au = = 3 . 54 cm 2 .
0 . 445 × 348
ftj
ACNF = 0.23 × b0 × d × = 5.43 cm 2
fe
D’où : A=5.43 cm2
Soit intérieurement horizontal : 6 T20 /ml, espacement 17 cm
Soit extérieurement horizontal : 6T16/ml, espacement 17 cm

Ferraillage vertical : M = 0.77 tm/ml


Mu 0.77×10−2
µbu = = = 0.0027
b0 × d 2 × fbu 1× 0.45 ×14.17
2

µ bu = 0.0027 〈 0.186 ⇒ Pivot A : pas d’aciers comprimés (A’u=0).


Mu
Au =
z×σ s
z = d × (1 − 0.4 × α ) ; α = 1.25 × (1 − (1 − 2 × µ bu ) ) = 0.0034
−2
0 . 77 × 10
Au = = 0 . 49 cm 2 .
0 . 449 × 348
ftj
ACNF = 0.23 × b0 × d × = 5.43 cm 2
fe
D’où : A=5.43 cm2
Soit intérieurement horizontal : 6 T16 /ml, espacement 17 cm

ENTP - 145 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

Soit extérieurement horizontal : 6T14/ml, espacement 17 cm


f- Ferraillage de la tranche DD’ EE’ :
Calcul des moments fléchissant:
-Encastrement le long de DE :
PM = (1.43 +1.90) / 2 = 1.67 t/m2
M = 1.67 x 2.202 / 2 =4.04 tm/ml
-Encastrement le long de EE’ :
M = (1.43 + 1.9) / 2 x 0.802 / 2 = 0.53 tm/ml

Calcul des armatures:


Ferraillage horizontal: M = 4.04 tm/ml
Mu 4.04 x10 −2
µ bu = = = 0.014
b0 × d 2 × fbu 1 × 0.45 × 14.17
2

µ bu = 0.014 〈 0.186 ⇒ Pivot A : pas d’aciers comprimés (A’u=0).


Mu
Au =
z×σ s
z = d × (1 − 0.4 × α ) ; α = 1.25 × (1 − (1 − 2 × µ bu ) ) = 0.017
4.04×10−2
Au = = 2.60cm2 .
0.446×348
ftj
ACNF = 0.23 × b0 × d × = 5.43 cm 2
fe
D’où : A=5.43 cm2
Soit intérieurement horizontal : 6 T20 /ml, espacement 17 cm
Soit extérieurement horizontal : 6T16/ml, espacement 17 cm
Ferraillage vertical : M =0.53 t/ml
Mu 0.53 x10 −2
µ bu = = = 0.0018
b0 × d 2 × fbu 1 × 0.45 × 14.17
2

µ bu = 0.0018〈 0.186 ⇒ Pivot A : pas d’aciers comprimés (A’u=0).


Mu
Au =
z×σ s
z = d × (1 − 0.4 × α ) ; α = 1.25 × (1 − (1 − 2 × µ bu ) ) = 0.0023
0 . 53 × 10 − 2
Au = = 0 . 34 cm 2 .
0 . 449 × 348
ftj
ACNF = 0.23 × b0 × d × = 5.43 cm 2
fe
D’où : A=5.43 cm2
Soit intérieurement horizontal : 6 T20 /ml, espacement 17 cm
Soit extérieurement horizontal : 6T16/ml, espacement 17

ENTP - 146 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

6T20/ml

6T20/ml

6T20/ml

6T20/ml
6HA16/ml

Fig10 : Ferraillage du mur en retour.

VI. FONDATIONS :
Fonder une construction est une des plus anciennes activités des travaux publics, et le
problème de géotechnique le plus courant encore aujourd’hui. Selon la capacité du sol à
supporter l’ouvrage, les fondations peuvent être superficielles ou profondes.
Lorsque le sol de surface n’a pas une résistance suffisante pour supporter l’ouvrage par
l’intermédiaire d’une fondation superficielle, des fondations profondes sont mises en place.
Ce type de fondation (pieux, puits) permet de reporter les charges, dues à l’ouvrage qu’elles
supportent, sur des couches de sol situées à une profondeur variant de quelques mètres à
plusieurs dizaines de mètres.
1- Choix du type de fondation :

D’après les rapports, géologique et géotechnique, le mode de fondation à préconiser


pour les appuis de l’ouvrages est de type profond: pieux de 29m de longueur, et de diamètre
Ф= 1,2m.
Les pieux forés sont le type de pieux le plus couramment utilisé dans les ouvrages neufs, il
convient de ne pas descendre en dessous d’un diamètre minimal de 0,8m.

2- Détermination de la capacité portant d’un pieu :


D’après le forage effectué on a deux couches de sol :
- la 1er couches de 0.00m - 18.00m : φ = 35°

Cu = 0 kn/m2

ENTP - 147 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

Ø calcul du coefficient de frottement unitaire :


fu= K tgδ x dh
.K = 0.50 ; δ = ¾ ϕ = 26.25° ; dh = 18.00m
.fu = 0.5 tg 26.25 x18 = 4.43 t.
- la 2eme couche 18.00m- 24.00 m : φ = 20°

Cu =15kn/m2

Ø calcul du coefficient de frottement unitaire :


fu = β x Cu
. β = 0.7 ; Cu = 15 kn/m2
.fu = 0.70 x 15 = 10.5 kn/m2 =
1.05 t/m2.
- la 2eme couche 24.00m- 29.00 m : φ = 25°

Cu =0kn/m2

fu1= K tgδ x dh
.K = 0.55 ; δ = ¾ ϕ = 18.75° ; dh = 5.00m
.fu = 0.55tg 18.75 x 5 = 0,93 t.

• La capacité portant par frottement Qf :


Qf = P ∑ .fu . dz
P : périmètre d’un pieu.
Qf = 3.76 ((4.43 x 18) + (1.05 x 6) + (0.93 x 5)) = 340.99 t
• La capacité portante par la pointe Qp :
Pour un sol pulvérulent.
Qp = 1.3 Cu Ncmax + 50 Nqmax
Qp = 1.3 x 15 x 33.30 + 50 x 46.10 = 649.35+ 2305 = 2954.35 kn /m2
Qp = 295.43 t
• La capacité portante d’un pieu est QN :

ENTP - 148 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

QN = 295.43/3+340.99/2 = 98.47 + 170.49 = 268.96 t


CAPACITE PORTANTE D’UN PIEU QN = 268.96 t

1, 50 3.60

3,60

14,4m
R R
1, 20
Fig11 : les pieux

NB : Pour le nombre des pieux, on a choisie 10 pieux.


N M
R= ±
n W
Avec :
5 x1.8 2 + 5 x(−1.80) 2
W= = 18.0 m
1.80
D’après le tableau d’évaluation des efforts à la base de la semelle on a :
N=685,75 t
M=862,94 t.m
Rmax=685,75/10+862,94/18=116,51 t
Rmin=685,75/10-862,94/18=20,63 t
Donc RMAX = 116,51 t <268.96 t le nombre de pieux est suffisant (10 PIEUX DE 29.00m)
3- Ferraillage de la semelle :
Ferraillage transversal :
N
Q

R R

ENTP - 149 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

Fig12 : les forces due à la semelle

D’après document « SETRA » la section d’armature transversale inférieure est déterminée


par la méthode des bielles est égale :
 l b 
 − 
As =
R max  2 4 
σs  h 
 
 
Avec : l = 3,60m, b = 1,3 m, h = 1,45 cm , Rmax = 116,51t, σs = 2 fe/3 = 267Kg/cm2
D’où : As = 44,38 cm2
Ces armatures transversales inférieurs sont placées sur une bande de :
Ф + hs = 1,2+1,45 = 2,65 m
As /2,65 = 16,74 cm2
Nappe inférieure
On prendra des armatures en HA25 avec un espacement de 25 cm. Les armatures dans
l’autre sens seront prises en HA16 avec un espacement de 17 cm.
Nappe supérieure
On prendra des armatures en HA20 avec un espacement de 15 cm.
Les armatures dans l’autre sens seront prises en HA16avec un espacement de 17 cm.

Fig13 : ferraillage de la semelle

4- Le ferraillage des pieux :

Les efforts sont :


N = 116,51t
M = 862,94 / 10 = 86,29 t.m
Le pieu est ferraillé en flexion composée
Donc on doit calculer une section circulaire en flexion composée.
e = M / N =86,29 / 116,51 =0.74> D / 8=0,15 section est partiellement comprimée.
Nxr 116,51x0.6
Ke = = = 0,81
M 86,29

ENTP - 150 - promotion 2008


Chapitre 17 : Conception et étude de la culée.

M 86,29 x10 5
Ka = 3 = = 0.014
r σ a 60 3 × 2800

Etant donné que les valeurs des coefficients Ke et Ka sortant du tableau 4.59 de l’aide
mémoire de B.A (Victor DAVIDOVICI); et d’après le CPC (fascicule 68 art. 36) le ferraillage
minimal de la zone fléchie d’un pieu est égale à 1% de la surface du pieu.

1 × 60 2 × π
Amin = = 113.04cm2
100
Amin=113.04cm2

On prendra 24 HA25 avec un espacement de 15 cm.

Armatures transversales :

On prend des cerces HA16

Fig14 : ferraillage de pieux

ENTP - 151 - promotion 2008


Chapitre 19 : Conception et étude de la pile.

Conception et étude de la pile

I. Introduction :
Une pile est un appui intermédiaire qui a pour rôle de transmettre les efforts provenant
des charges et surcharges jusqu’au sol de fondations, elle intervient dans la résistance globale
du pont, la conception des piles est fonction d’un très grand nombre de paramètres :
− Mode de construction du tablier.
− Hauteur de la brèche à franchir.
− Mode d’exécution des fondations.
− Liaison avec le tablier…..

Les piles peuvent jouer un rôle plus ou moins important dans le fonctionnement
mécanique du tablier selon que ce dernier est simplement appuyé sur elles, ou partiellement
ou totalement encastré.
C’est pour cela qu’un bon dimensionnement est plus que nécessaire car un mauvais
dimensionnement pourrait engendrer la ruine de ce dernier.
II. Choix type de pile :
Notre ouvrage franchit un Oued, alors nous avons opté à la solution d’une pile voile pour les
raisons suivantes :
-la résistance mécanique
-l’esthétique
-l’obstacle a franchir.
Ces piles sont construites soit par la méthode des coffrages glissants, soit par la méthode des
coffrages grimpants.

III. Pré dimensionnement des piles :


1- Chevêtre :
C’est l’élément sur lequel repose les poutres et assure la transmission des charges aux fûts.
Ø Longueur :L = 3,9 x 3 + (2 x 1,15) = 14,00m.
Ø Largeur : E = 2x 0,25 + 1 = 1,50m.
Ø Hauteur : 1m ≤ H ≤ 1,6m. H = 1,40m.
2- voile :
Ø H=6,95m ( la hauteur est varie selon la position de la pile )
Ø E=1,00m
Ø B=4,50m
3- Semelle :
Ø Epaisseur : 5,6m.
Ø Largeur : 9,20m.
Ø Longueur : 16,20m.
Ø Béton de propreté : 0,10 m.
On utilisé des pieux de diamètre Φ =1,2 m (Fondation profonde).

ENTP - 151 - promotion 2008


Chapitre 19 : Conception et étude de la pile.

Le pré dimensionnement des différents éléments constituants la pile est montrée sur le schéma
ci-après :

Fig01 : schéma de la pile

IV. Le Ferraillage :

1- Ferraillage de voile :

ENTP - 152 - promotion 2008


Chapitre 19 : Conception et étude de la pile.

a- Evaluation des efforts à la base des voiles :

Ø Vérification au séisme :
Composante verticale : Vs = 0,07 G (G à vide)
Composante horizontale : Hs = 0,1 G

DESIGNATIONS
N (t) VS (t) HS (t) M (tm)

poids propre superstructure +


surcharge MAX 838.38 58 ,68 83,83 815,66

Chevêtre
68.15 4,77 6,81 61,49

Voiles
163.70 11,46 16,37 68,09

dés d’appuis
2.5 0,175 0,25 2,43

TOTAL
1072.73 75,08 107,26 947,67

Tableau.1. évaluation des efforts à la base des voiles

b- Combinaison :
L’effort normal et le moment fléchissant le plus défavorable est donnée par la
combinaison : G+VS

D’où :
Nmax=1072+75,08=1147,08 t.
Et
Nmin=1072 t.

Le voile est soumis à un effort normale N et un moment fléchissant M (flexion composé).

4.50 4.50
1.00 1.00

ENTP - 153 - promotion 2008


Chapitre 19 : Conception et étude de la pile.

Fig02 : dimension des voiles

N=573,54 t
M=473,83 t.m
H=107,26
Par ml on aura donc :
N=127,45 t/ml
M=105,29 t.m/ml

c- Calcul de la section d’acier :

e0 = M/N =105,29/127,45 =0,82 > ht /6 = 0.16 m section partiellement comprimée

M' =105,29+127,45x0.82 =209,8 tm/ml


On considère le voile ellipsoïde équivalent à un voile rectangulaire de même section
Avec :
M=209,8 tm/ml
b=100 cm
h=95 cm
−2
Mu 209,8 × 10
µ bu = 2
= = 0,125
b0 × d × fbu
2
1 × 0.95 × 18.48

µ bu = 0.125 p 0.186 ⇒ Pivot A : pas d’aciers comprimés (A’u=0).

Mu
Au = Avec : z = d × (1 − 0.4 × α ) et
z×σ s
α = 1.25 × (1 − (1 − 2 × µ bu ) ) = 0,167

209 ,8 × 10 2
Au = = 59 . 38 cm 2
0 . 88 x 400

• Calcul de la section réelle en flexion composée:

3
127, 45 x10
A =59,38 - = 27,51cm2
4000

ENTP - 154 - promotion 2008


Chapitre 19 : Conception et étude de la pile.

0.5 × 4.29 x10 4


Amin = = 214.5cm2
100
Donc :
As=214.50cm2

On prend : 66T25 avec un espacement de 15.34cm.


• Armatures transversales :

On prend des cerces T14 espacées de 15cm en zone courante et de 10cm en zone de
jonction (voile -semelle et voile - chevêtre )

66 T 25 T 14

Fig03 : ferraillage de voile

2- Ferraillage du chevêtre :
Le chevêtre est considéré comme une poutre sur 04 appuis en flexion simple.

Le chevêtre peut être modélisé comme suite :

Rp Rp Rp Rp

PARTIEA PARTIE B PARTIEA

ENTP - 155 - promotion 2008


Chapitre 19 : Conception et étude de la pile.

Fig04: réactions sur le chevêtre


q = 5.05 t/ml (charges uniformément repartie)

Rp=371.00 t (charges concentrées)


Rp : (réaction pile sur dés d’appuis (charge permanente + surcharge maxi) par poutre)

a- Moment a l’encastrement PARTIE A (console courte) :


Mmax =418.20 t.m ( la largeur du chevetre est de 1.50m)
Mmax =278.80 t.m /ml

Suivant l’annexe E.6 du BEAL 91


d ≥ a alors la console est courte

.a=0.78
.d=1.35

Fig05 : dimensions du consol de chevêtre

Le ferraillage suivant le moment M est de


Mu
A= :
Z × fe / γ s
z = 0.7d × (1 + 0.1× δ ) =0.7x1.35 (1+0.1x 1.73) = 1.10
Ou z=1.07
z = 2.4a × (0.4 + 0.1δ ) = 2.4 x 0.78 (0.4+ (0.1x1.73)) = 1.07

Mu 278 . 80 × 10 − 2
A= = = 74 . 87 cm 2
Z × fe / γ s 1 . 07 × 348
D’où : A= 74.87cm2

On prend deux nappes de 2x8T25/ml ; e=15 cm pour la nappe supérieure.


Pour la nappe inférieure on prend le ferraillage minimum :
On prend : 8T16/ml e=15cm

ENTP - 156 - promotion 2008


Chapitre 19 : Conception et étude de la pile.

T 25

T 14

T 16

Fig06 : ferraillage du consol

b- Moment a l’encastrement PARTIE B :


Le calcul est fait sous le programme RDM4 ;
Mmax = 228 t.m
Mmax = 152 t.m/ml

Le ferraillage suivant le moment M est de :

Mu 152 × 10 −2
µ bu = = = 0.058
b0 × d 2 × fbu 14.2 × 100 × 135 2

µ bu = 0.058 〈 0.186 ⇒ Pivot A : pas d’aciers comprimés (A’u=0).

Mu
Au = Avec :
z×σ s
z = d × (1 − 0.4 × α ) ; α = 1.25 × (1 − (1 − 2 × µ bu ) ) = 0.0747
152 × 10 − 2
Au = = 33 . 59 cm 2 .
1 . 30 × 348
Pour le ferraillage on prend :
1- 8 T25/ml e=15 cm (nappe supérieur)
1- 8T16/ml e=15 cm (nappe inférieur)

T 25

c adre T 1 2

T 16

Fig07 : Ferraillage du partie intermédiaire de chevêtre

ENTP - 157 - promotion 2008


Chapitre 19 : Conception et étude de la pile.

V. Fondations :
1- Choix du type de fondation :
D’après les rapports, géologique et géotechnique, le mode de fondation à préconiser
pour les appuis de l’ouvrages est de type profond: pieux de 29m de longueur, et de diamètre
Ф= 1,2m.
Les pieux forés sont le type de pieux le plus couramment utilisé dans les ouvrages neufs,
il convient de ne pas descendre en dessous d’un diamètre minimal de 0,8m.
2- Détermination de la capacité portant d’un pieu :
On a déjà déterminer la capacité portante d’un pieu dans le chapitre précèdent (étude de
la culée).
CAPACITE PORTANTE D’UN PIEU QN = 268.96 t

NB : Pour le nombre des pieux, on a choisie 10 pieux.


N M
R= ±
n W
Avec :
5 x1.8 2 + 5 x(−1.8) 2
W= =18.00m
1.8
1147,08 947,67
RMin = − = 62,06t
10 18
1147,08 947,67
RMax = + = 167,35t
10 18
Donc RMAX = 167,35 t <268.96 t le nombre de pieux est suffisant (10 PIEUX DE 29.00m)

10.70

Fig08 : disposition des pieux

3- Ferraillage de la semelle :

D’après le document « SETRA » la section d’armatures transversal inférieur est déterminée


Par la méthode des bielles est égale à:
 l b

RMAX  2 4 
A= avec : RMAX=167,35 t
σa  h 
 
 
avec : l = 3,60 m

ENTP - 158 - promotion 2008


Chapitre 19 : Conception et étude de la pile.

b = 1,30 m
h = 1,45 m
σa = 267 kg / cm2
d’où : A=63,76 cm2
Ces armatures transversales inférieures sont placées sur une bande de
Ø + hs=1.20+1.45=2.65m
Soit : A/ml=24,06 cm2/ml
Soit : A=7T25/ ml ou T25 e= 15 cm (nappe inf) le ferraillage est à la limite
Nappe inférieure
On prendra des armatures en HA25 avec un espacement de 15 cm. Les armatures dans
l’autre sens seront prises en HA16 avec un espacement de 17 cm.
Nappe supérieure
On prendra des armatures en HA20 avec un espacement de 15 cm.
Les armatures dans l’autre sens seront prises en HA16avec un espacement de 17 cm.

Fig09 : ferraillage du semelle

4- Le ferraillage des pieux :


Les efforts sont :
N = 167,35t
M = 947,67 / 10 = 94,76 t.m
Le pieu est ferraillé en flexion composée
Donc on doit calculer une section circulaire en flexion composée.
e = M / N =94,76/ 167,35 =0,57> D / 8=0,15 section est partiellement comprimée.
Nxr 167,35 x0.6
Ke = = = 1,05
M 94,76
M 94,76 x10 5
Ka = 3 = 3 = 0.015
r σ a 60 × 2800
Etant donné que les valeurs des coefficients Ke et Ka sortant du tableau 4.59 de l’aide
mémoire de B.A (Victor DAVIDOVICI); et d’après le CPC (fascicule 68 art. 36) le ferraillage
minimal de la zone fléchie d’un pieu est égale à 1% de la surface du pieu.
1 × 60 2 × π
Amin = = 113.04cm2
100
Amin=113.04cm2
On prendra 24 HA25 avec un espacement de 15 cm.

ENTP - 159 - promotion 2008


Chapitre 19 : Conception et étude de la pile.

Armatures transversales : On prend des cerces T16

Fig10 : ferraillage de pieu

ENTP - 160 - promotion 2008


Conclusion.

Conclusion.

À l’issue de ce qui se passe, on peut déduire certains points essentiel dans une
projet d’ouvrage d’art :

- l’élaboration et l’exécution d’un projet d’ouvrage d’art nécessitent une bonne


reconnaissance de site ainsi la nature d’obstacle franchi.

- la conception d’un pont résulte, le plus souvent, d’une démarche itérative dont
l’objectif est l’optimisation technique et économique de l’ouvrage de
franchissement projeté vis-à-vis de l’ensemble des contraintes naturelles et
fonctionnelles imposées

- un projet de pont ne peut être établi que par ou avec un ingénieur


expérimenté, possédant une solide culture technique dans les demains de
modélisation des structures, des normes et des conception et de calcul et de
propriété physique et mécanique des matériaux utilisables dans des
conditions économiques acceptables et des méthode d’exécution.

- Le béton et l’acier sont les matériaux privilégiés pour la construction d’un pont

- Le recours à la fabrication permet de faciliter l’exécution, de gainer le délai et


nécessite moins de mains d’œuvre toute en garantissant une meilleure
qualité, ont grandement orienté la conception des ponts modernes.

Pour cela, la culture technique de demains des ouvrages d’arts constitue une
source d’information indispensable à chacune des étapes de la naissance d’un
pont. En cet effet, cette reconnaissance permet:

ENTP promotion 2008


Conclusion.

-au stade d’étude : de bien définir le projet (recherche sur les solution
techniquement envisageables en évaluant leur coût et leur aspect architectural.
Pour aboutir au meilleur choix, à la fois sur le plan technique, économique et
esthétique, il doit bien connaître l’éventail des solutions possible, avec leurs
sujétions, leurs limites et leurs coûts.
-au stade de l’exécution : de réaliser les travaux avec des minimum de
financement possible (choix des moyens et des matériels adaptés à la
conception choisie, et les techniques de procédées…etc.)

ENTP promotion 2008


Bibliographie.

Documentation :

Ø conception des ponts. J. A. Calgaro – A. bernard Gely


Ø projet et construction des ponts. J. A. Calgaro – M.Virlogeux
Ø règlement SETRA.
Ø Fascicule 61 titres II.
Ø Construction métallique. CIOLINA.
Ø Construction métallique et mixte acier- béton. EYROLLES.
Ø Document BAEL 91.
Ø Cours de 4éme et 5émeannée de ouvrage d’art.
Ø Cours de béton armé de 4éme année.
Ø Thèses de PFE.

Logiciels de calcul :

Ø MIX BEAM.
Ø AUTOCAD.
Ø ROBOT.
Ø EXCEL.

Vous aimerez peut-être aussi