Vous êtes sur la page 1sur 4

Comprendre les NCECF

Chapitre 1651,
Conversion des devises
Pour aider les préparateurs d’états financiers et leurs auditeurs à mieux comprendre le chapitre 1651 des Normes
comptables pour les entreprises à capital fermé («NCECF»), Conversion des devises, nous en résumons les
aspects importants et, sous la forme de réponses à cinq questions fréquemment posées, nous explorons certaines
considérations pratiques pour les entreprises à capital fermé du marché intermédiaire.

1 3
Quels taux de change mon entité publiante Le fait de conclure des opérations
Question

Question
doit-elle utiliser pour comptabiliser et en devises a-t-il une incidence sur 
présenter les opérations en devises? notre résultat?
 Pour les éléments monétaires, y compris  Oui. Les variations du taux de change entre
l’argent et les créances de sommes d’argent, la date d’une opération, comme un achat ou
il convient d’utiliser le taux de change en une vente, et la date de clôture ou la date
vigueur à la date de clôture. du règlement du compte fournisseur ou du
 Pour les éléments non monétaires, comme compte client ont une incidence sur le résultat.
les stocks et les actifs à long terme et  Les gains et les pertes de change qui résultent
l’amortissement connexe, il convient d’utiliser de la conversion des états financiers d’un
le taux de change en vigueur à la date établissement étranger autonome sont
de l’opération. comptabilisés sous un poste distinct des
 Pour les produits et les charges, il convient capitaux propres dans les états financiers
d’utiliser le taux de change en vigueur à la consolidés de l’entité publiante. Ainsi, le
date de leur comptabilisation en résultat. Il classement d’un établissement étranger
est acceptable d’utiliser des taux moyens ou comme autonome ou comme intégré peut
d’autres méthodes d’approximation. avoir une incidence importante sur le
résultat consolidé.

2
La méthode de conversion des opérations
Question

de la société mère ou de l’entité publiante


est-elle différente de la méthode employée
pour la conversion des états financiers
d’un établissement étranger?
 Cela dépend. Les établissements étrangers
sont classés en deux catégories : les intégrés
et les autonomes. La différence en général est
que les établissements étrangers autonomes
sont indépendants en matière de gestion
financière et d’exploitation de la société mère
(c.‑à‑d. l’entité publiante), contrairement
aux établissements étrangers intégrés. Pour
classer un établissement étranger comme
intégré ou autonome, il faut savoir surtout si
l’entité publiante est protégée ou non contre
les variations des taux de change touchant ses
établissements étrangers. Le paragraphe 10
du chapitre 1651 donne des explications
supplémentaires pour la direction.
 Voici les deux méthodes de conversion :

Méthode du cours de clôture Méthode temporelle

L’entité publiante emploie cette méthode pour convertir les états L’entité publiante emploie cette méthode pour convertir ses
financiers d’un établissement étranger autonome. soldes et opérations en devises, ainsi que pour convertir les états
financiers d’un établissement étranger intégré.

Tous les actifs et les passifs sont convertis au taux de change Les actifs et les passifs monétaires sont convertis au taux de
en vigueur à la date de clôture. change en vigueur à la date de clôture.
Les actifs et les passifs non monétaires sont convertis au
taux de change en vigueur à la date de l’opération, c.-à-d.
le taux historique.

Les gains et les pertes résultant de la conversion des états Tous les gains et les pertes de change sont comptabilisés en
financiers d’un établissement étranger autonome sont inscrits résultat net, y compris ceux résultant de la conversion des états
sous un poste distinct des capitaux propres dans les états financiers d’un établissement étranger intégré.
financiers consolidés de la société mère.

2 | Comprendre les NCECF Chapitre 1651, Conversion des devises


4 5
Comment les opérations en devises Bien des entreprises ont recours à des contrats
Question

Question
sont‑elles présentées dans les états financiers à terme de gré à gré afin de fixer le montant
et les notes? des flux de trésorerie découlant d’opérations en
 Tous les actifs et les passifs sont présentés au devises. Est-il souhaitable pour mon entreprise
bilan à leurs montants convertis. d’utiliser de tels dérivés?

 Les entités peuvent soit indiquer les gains et  La décision de gestion de recourir à des
les pertes de change sous un poste distinct activités de couverture doit servir à atténuer
de l’état des résultats, soit en présenter le les risques. Il faut soigneusement établir si
montant dans les notes aux états financiers. une opération de couverture s’intègre ou non
à la stratégie globale de l’entreprise pour
 Le résumé des principales méthodes atteindre ses objectifs. Il importe aussi de bien
comptables doit décrire la méthode de comprendre les dérivés avant de conclure un
comptabilisation des opérations en devises contrat de cette nature, puisqu’on ne peut
et indiquer la méthode de conversion des prédire si le résultat sera positif.
établissements étrangers.
 Se reporter à la partie Comptabilité de
 L’incidence des variations des taux de change couverture de l’Annexe A du chapitre 3856
sur les soldes de trésorerie ne constitue pas pour obtenir plus de renseignements sur la
un flux de trésorerie. Toutefois, elle doit être comptabilisation des contrats à terme de gré à
présentée à l’état des flux de trésorerie afin de gré et autres instruments financiers dérivés.
rapprocher le solde d’ouverture et le solde de
clôture de la trésorerie pour la période.

Le chapitre 1651 contient aussi des renseignements pour certains autres aspects
complexes des opérations en devises, comme l’élimination des gains et pertes
intersociétés, les participations ne donnant pas le contrôle, les actions privilégiées
et les calculs selon la méthode de la moindre valeur (coût-valeur de marché) pour
les établissements étrangers.
Pour en apprendre plus sur le sujet ou pour obtenir un guide d’application, veuillez
communiquer avec notre groupe du Marché intermédiaire privé à l’adresse suivante :
privatecompanyinfo@ca.ey.com.

Comprendre les NCECF Chapitre 1651, Conversion des devises | 3


EY | Certification | Fiscalité | Services transactionnels |
Services consultatifs

À propos d’EY
EY est un chef de file mondial des services de certification, services de
fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Les points de
vue et les services de qualité que nous offrons contribuent à renforcer
la confiance envers les marchés financiers et les diverses économies
du monde. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs
forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos
parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant
ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et
nos collectivités.
EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres
d’Ernst &  Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités
juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés
membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée
par garanties du Royaume‑Uni, ne fournit aucun service aux clients.
Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site
ey.com/ca/fr.
© 2015 Ernst & Young s.r.l./s.e.n.c.r.l. Tous droits réservés.
Société membre d’Ernst & Young Global Limited.
1439993
DE00
La présente publication ne fournit que des renseignements sommaires, à jour à la date de
publication seulement et à des fins d’information générale uniquement. Elle ne doit pas être
considérée comme exhaustive et ne peut remplacer des conseils professionnels. Avant d’agir
relativement aux questions abordées, communiquez avec Ernst & Young ou un autre conseiller
professionnel pour en discuter dans le cadre de votre situation personnelle. Nous déclinons
toute responsabilité à l’égard des pertes ou dommages subis à la suite de l’utilisation des
renseignements contenus dans la présente publication.

ey.com/ca/fr

Vous aimerez peut-être aussi