Vous êtes sur la page 1sur 13

Notions sur le champ

proche
Olivier MAURICE1 , Alain REINEIX2
1: GERAC 3 rue Jean d'Alembert ZAC de Pissaloup 78190 Trappes olivier.maurice@gerac.com

2: Xlim 123 Avenue Albert Thomas 87060 Limoges Cedex alain.reineix@xlim.fr

conférence RFHyper'09

1. Introduction
L'objet de cet article est de préciser théoriquement les notions dévelopées lors de  
la   présentation   aux   conférences   organisées   lors   du   congrès   RFHyper'09.   Le  
thème est « le champ proche ». Voilà un thème très général, qui peut sembler bien  
anodin et sur lequel on pourrait croire que tout a été dit, et pourtant, la lecture  
ou  la  relecture  des écrits fondamentaux montrent  que de  nombreuses notions  
apparemment   évidentes   ne   le   sont   pas   forcément   en   deuxième   lecture.   Nous  
essayons   dans   cet   article   libre   de   donner   quelques   pistes   de   réflexions   et  
quelques   références   pour   ceux   qui   désireraient   aller   au­delà   des   concepts   de  
surface que l'on apprend à l'école ou en université.

2. Signification   de   la   notion   de   champ  


électromagnétique selon Feynman
Un   champ   est   une   collection   de   nombres   que   l'on   peut   définir   dans  
l'environnement d'un objet ou sur un domaine limité défini, et qui permettent de  
calculer   l'influence   de   choses   qui   se   passent   loin   de   ce   domaine,   sans   s'en  
préoccuper. Cette définition dûe à Richard Philippe Feynman peut dérouter, et  
pourtant   elle   semble   sur   bien   des   points   la   plus   pertinente.   Elle   permet   de  
comprendre par exemple, que derrière une plaque, le champ résulte de tous les  
mouvements des particules présentent dans tout le domaine extérieur au point  
d'observation, incluant la plaque et la source du champ « incident » située loin  
de la plaque. De fait,  c'est le champ total qui s'annule, et non la plaque qui  
« arrête » le champ. 
Gardons donc en tête cette définition pour continuer dans nos réflexions. 

3. Les   représentations   du   champ   utilisées   dans   cet  


article
On peut représenter le champ électromagnétique de diverses façons. Dire qu'un  
modèle est plus exact qu'un autre n'a pas beaucoup de sens. Et là aussi, nous  
pouvons nous référer à la définition de Feynman: finalement, si nous trouvons  
une collection de nombres qui répond à notre besoin, cette collection constitue  
une définition du champ qui est suffisante pour ce que l'on veut calculer. Dans  
cet article nous allons utiliser les potentiels scalaire et vectoriel, définis dans la  
jauge de Coulomb, ainsi que le champ magnétostatique. Pourquoi un tel choix? 
Les   champs   électrique   et   magnétique   « classique »   s'écrivent   en   fonction   des  
potentiels suivant les relations canoniques1 :

 −∂ A  V    ∧ A
E= −Grad B =∇
∂t

Dans   la   suite   de   l'article,   on   omettra   les   flêches   sur   les   vecteurs,   leur  
identification   ne   posant   pas   de   difficulté.   On   s'aperçoit   que   les   champs   ne  
changent   pas   si   l'on   modifie   les   potentiels   en   leur   ajoutant   une   fonction  
quelconque de l'espace et du temps, par exemple X :

∂X
V ' =V  A '= A− ∇ X
∂t

Les  transformations  de  ce  type sont appelées  transformations  de  jauge.  Deux  


jauges  sont   remarquables   :   la   jauge  de   Coulomb   et   la   jauge  de   Lorentz2.   La  
jauge de Coulomb est défini par  ∇⋅A=0 . en remplaçant dans les équations  
de  Maxwell  les  champs E et B par  leurs  expressions,  sous  cette  condition on  
obtient :

{
2 
∇ V =−
0
2
1 ∂ A 2 1 ∂∇V
2 2
−∇ A=0 J − 2
c ∂t c ∂t

On voit déjà que le potentiel scalaire dans cette jauge, s'écrit comme le potentiel  
électrostatique de Coulomb, d'où le nom de la jauge d'ailleurs. Sa propagation  
est instantantée, ce qui ne contredit pas la théorie de la relativité, d'une part  
parce   que   son   caractère   évanescent   en   distance   l'empêche   d'agir   entre  
référentiels   en   mouvement   séparés,   et   parce   qu'il   constitue   une   composante  
continue du développement en série de Fourier du champ, composante qui ne  
prend   de   sens   en   lointain   que   lorsque   les   composantes   du   potentiel   vecteur  
s'additionnent, composantes qui elles, sont retardées.
On   peut   décomposer   n'importe   quel   champ   en   parties   transverses   et  
longitudinales   :   a =a L at .   La   partie   transverse   est   à   divergence   nulle  
puisqu'elle   est   tangente   à   la   sphère   de   Gauss   en   tout   point   où  le   champ   est  
incident à cette surface. La partie longitudinale par contre est de rotationnel  
nul, puisque par définition, son intégration sur un contour fermé est nulle. Or le  
second membre de l'équation du potentiel vecteur est à divergence nulle puisque  
qu'il   s'agit   de   la   différence   entre   le   courant   de   conduction   et   le   courant   de  
déplacement, qui sont deux termes de divergence nulle. Le potentiel vecteur est  
1 Martin  : Problèmes à N­corps  et champs quantiques. Presses  polytechniques  et universitaires  
romandes.
2    Maurice a pu démontrer dans un article à ICONIC – Barcelone 2005, que la jauge de Lorentz  
pouvait être obtenue à partir de la jauge de Coulomb par transformation de Lorentz.
donc de fait transverse, d'où le deuxième nom de cette jauge aussi appelée jauge  
transverse. 
Enfin, l'usage du champ magnétostatique B (ou induction magnétique comme  
certains   aiment   à   l'appeler,   mais   peu   importe   les   terminologies)   est   bien  
pratique.   Suivant   Dirac3,   un   monopôle   magnétique   –   un   solénoïde   –   qui  
engendre un champ non nul à l'intérieur et nul à l'extérieur (on considère un  
solénoïde de longueur infinie, c'est l'expérience d'Aharonov – Bohm 4) peut être  
considéré pour modéliser les lignes de flux magnétostatique, que l'on peut aussi  
représenter   par   un   enroulement   continu   et   infini   (une   « corde »)   de   potentiel  
vecteur. Mais l'usage de B et le schéma des réluctances sont bien pratiques pour  
considérer ces effets et les émissions des charges magnétiques – aimants – qui  
sont la deuxième source de champ proche. 
Finalement, le trio ,B,At, permet de modéliser à peu près toutes les situations  
qui nous intéressent.

4. Le champ scalaire du dipôle
Le champ scalaire est le champ longitudinal, parallèle à la ligne de visée. Ce  
champ est égal au gradient de potentiel. On écrit à deux distances R et R' des  
deux charges q et q' :

  = −∂
E L=− ∇

q

q'
u

∂ r 4   0 R 4  0 R' r 
Si  l'on  regarde   sur  la  médiane  aux   deux   charges,   les   distances  R   et  R'   sont  
égales   et   que   par   ailleurs,   les   deux   charges   q   et   q'   sont   opposées,   le   champ  
longitudinal est nul. Plaçons nous maintenant sur la ligne de visée alignée avec  
une seule des deux charges que l'on prend opposées, par exemple q.  Si r est la  
distance à cette charge et h la distance entre charges, on obtient :

E L= −∂
{ q

q
∂ r 4   0 r 4    r 2h2
0
}
En   réduisant   au   même   dénominateur   et   en   normalisant   par   rapport   à   r   on  
trouve :

  
2
h
1 −1
−q ∂ 1 r2
E L=
4  0 ∂ r r h
2
1
r2

En remplaçant la racine par son développement limité quand r est grand devant  

3 De l'électromagnétisme à l'électrofaible de Edgard Elbaz, chez Ellipses.
4 Cours de physique de Feynman, tome II, électromagnétisme.
2
h suivant :   1 x 2≈1 x2 , on trouve un champ évoluant en inverse de r4 après  
dérivation.   Dès   que   l'on   se   trouve   à   grande   distance,   ce   champ   n'est   plus  
perceptible. Maintenant plaçons nous dans le cas où r est petit devant h. On  
reprenant   le   même   développement   mais   en   normalisant   par   rapport   à   h   on  
trouve cette fois :

{ }
r r2
1−  2
−q h 2h
E L≈ ∂
4  0 r r3
r− 2
2h

En réduisant encore par approximation on trouve :

E L=
−q −1 1
[
 ≈
q
4  0 r 2 2h 2 4  0 r 2 ]
qui n'est rien d'autre que la loi de Coulomb! Ce qui est bien sûr l'attendu. Dès  
que l'on se trouve assez proche de l'une des deux charges pour que l'influence de  
la deuxième devienne négligeable, on retrouve la loi de Coulomb qui définit le  
champ électrique d'une charge isolée. 

5. Le champ vectoriel du dipôle
Pour connaître le champ rayonné lointain, nous avons vu qu'il fallait calculer le  
potentiel  vecteur dans la  jauge de Coulomb.  Si  les  charges se  déplacent à la  
vitesse v sur l'axe y et dy est la distance entre charges, nous avons :

At =
2 qv
4 r '  r
r
 r  dy2 c
2 
Dans cette expression, r' est la distance   r 2dy 2 . Comme dy(t) est égal à vt,  
on obtient finalement :

q v
At = r
2 3

 
2 2
v t 2 c
r 1 2
r

Quand r tend vers 0, la projection du champ en cosinus va tendre à annuler ce  
dernier.   En   fait   il   décroît   suivant   une   fonction   trigonométrique   alors   que   le  
champ proche lui augmente. Au contact, le champ transverse est nul, respectant  
par là la condition limite sur le dipôle conducteur. Par contre quand r devient  
grand, égal à ct, le champ s'exprime par :
q v
At = r
2 3

 
2
v 2 c
ct 1 2
c

Dès lors, si la vitesse de déplacement des charges v est très inférieure à c on  
trouve :

 qv  i dy
At =  = 
2  r cr 4  r rc

avec   idy=q'v   et   q'   =   2q.   Cette   expression   n'est   rien   d'autre   que   celle   de   la  
définition classique du potentiel vecteur, dans l'axe de la ligne de visée pour un  
courant suivant une hauteur de déplacement dy. 

6. Le champ magnétostatique
Le champ magnétique d'une spire parcourue par un courant i, suivant l'axe z  
normal au plan de la spire   et à la hauteur h du plan de la spire, est donné,  
pour un élément de courant rd de la spire, par :

i r d 
d
Bz= Cos    
uz
2 2
4    r h 
2

En intégrant sur le périmètre de la spire et en faisant apparaître le moment de  
la spire m=r², on trouve :

 m 1
Bz= uz

2 3

 r h 
2 2 2

Ce   champ   varie   en   inverse   cube   de   la   hauteur.   Donc   avec   une   vitesse   de  


décroissance plus rapide que le champ électrostatique du dipôle électrique. Par  
ailleurs il est situé suivant l'axe de la normale à la spire. Donc à quatre vingt  
dix degrés de l'axe de la ligne de visée en champ lointain, contrairement là aussi  
au dipôle électrique où le champ proche est homogène quasiment sur une demi­
sphère autour de chaque charge. 

7. Le champ lointain d'une boucle de courant
Le   champ   lointain   d'une   spire   est   maximum   dans   le   plan   de   la   spire.   Son  
expression est très simple dès lors que, comme les antennistes, on assimile la  
spire   à   une   circulation   carrée   de   courant.   A   ce   moment   là,   suivant   un   axe  
perpendiculaire à l'un des côtés de la spire carrée et dans son plan, on trouve :

At =
4 {
 i dx e− jk r−a  e− jk r a 
r− a

r a }
Si  la  distance  r  est  très   grande  devant   le   rayon  a   de   la   spire,   on  trouve,   en  
regroupant les termes des exponentielles de mêmes exposants :

−ikr
 i dx e
At = 2 jSin  ka 
4 r

Le terme ka peut être avantageusement remplacé par son expression en fonction  
de la longueur d'onde :

 
−ikr
i dx a e
At = 2 j Sin 2 
4  r

On voit que le champ lointain est pratiquement nul tant que la longueur d'onde  
reste grande devant le rayon de la spire. Par contre, quand le rayon vaut le quart  
de longueur d'onde, le champ est maximum. Le terme de droite est la fonction de  
Green du champ.

8. Topologie des couplages 
La   topologie   des   champs   électromagnétique   permet   de   mieux   comprendre   et  
modéliser   les   interactions   entre   des   objects   qui   sont   à   des   distances  
intermédiaires, ni très lointaine, ni très proches. On discerne souvent à partir  
du développement classique du dipôle des régions en fonction du ratio entre la  
distance et la longueur d'onde. On distingue par convention :
• la zone proche ou statique pour r < 
• la zone intermédiaire ou d'induction pour r  
• la zone lointaine, de radiation pour r > 
Mais cette définition n'est valable que pour une source de champ dipolaire isolée  
dans l'espace, ce qui n'est pratiquement jamais le cas pour les problèmes qui  
nous intéressent en compatibilité électromagnétique. Une erreur classique par  
exemple, est de considérer une antenne dans une cavité en champ lointain si l'on  
respecte le critère 3 (en CRBM par exemple). Ce qui est totalement faux. Un mur  
réfléchissant peut agir en parabole par exemple. Ainsi c'est l'ensemble mur +  
antenne qui « fabrique » une nouvelle antenne. Mais on ne peut pas considérer  
les deux systèmes découplés. 
Ainsi   il   faut   pouvoir   décrire   le   couplage   des   objects   en   regard   pour   pouvoir  
rigoureusement calculer les interactions. Sans détailler ici, ce qui nécessiterait  
un développement beaucoup trop long5, toute la technique qui permet de calculer  
ces couplages, nous pouvons en décrire un peu le principe. 
Les charges sont vues comme des noeuds. N charges définissent un espace dit  
nodal   Entre les noeuds circulent des échanges de charges : des courants. Ces  
courants   constituent   les   vecteurs   de   base   d'un   espace   à   N   dimensions.   Les  
produits des charges par les branches qui les séparent lorsque celles­ci sont de  
nature diélectrique  constituent  des  moments  dipolaires  électrique  qui  crée  un  

5 Pour   débuter,   l'ouvrage   « Compatibilité   électromagnétique   des   systèmes   complexes »   est   du  


niveau ingénieur, cours de doctorat en université. Sinon, voir aussi la thèse du Commandant  
Kaufmann disponible sur le net.
champ   électrique   lointain   en   même   temps   que   leurs   branches   implicitement  
décrivent le champ proche. On peut ensuite définir un espace dual, l'espace des  
cycles   qui   sont   des   ensembles   de   branches   décrivant   une   circulation   fermée.  
Dans l'espace des cycles – encore appelé espace des mailles ou espace modal, la  
circulation des courants s'accompagne dans cet espace uniquement du champ  
magnétique issu du même dipôle. Les moments de ces mailles donnent le champ  
rayonné lointain. On discerne ainsi que les différents niveaux d'espaces entre les  
noeuds, les branches, les mailles et leurs moments fournissent tous les modèles  
adéquats pour décrire les différentes natures du champ que nous avons décritent  
précédemment.   La   résolution   tensorielle   des   réseaux   constitués   par   tous   ces  
éléments permet de résoudre simultanément les équations dérivées de ces mêmes  
éléments. De nombreuses études ont été menées à ce jour utilisant cette technique  
et   ce   formalisme.   Parmi   celles   qui   peuvent   être   citées,   une   concerne   plus  
particulièrement notre sujet : « EMC oriented analysis of electric near field   in  
high   frequency ».   Ce   papier6  rédigé   en   premier   auteur   par   Ali   Alaeldine   de  
l'ESEO rend compte d'une expérimentation où l'on a rapproché deux dipôles en  
très   hautes   fréquences   (pour   avoir   un   champ   lointain   à   relativement   petite  
distance, vers 12 GHz) et comparé à un calcul utilisant l'analyse tensorielle des  
réseaux. Les écarts entre mesure et calcul (il s'agit bien d'un calcul, et non de  
l'usage   d'un   outil   de   simulation.   Un  tel   outil   ne   peut   travailler   que   sur   un  
niveau  d'espace  unique,  et ne pourra donc atteindre  une telle précision) sont  
inférieurs à 0,6% dans toute la bande. 

9. Une autre vue du champ
On voit habituellement le champ lointain et proche comme d'une même nature.  
Pourtant,   et   cela   peut   mathématiquement   de   nouveau   bien   se   modéliser   en  
utilisant l'analyse tensorielle, le champ proche est de nature très différente du  
champ lointain. L'équation de Poynting résuma d'ailleurs bien les trois formes  
de champ possibles7 :

∂u
∇⋅S  J⋅E=0
∂t

Le premier terme regroupe le champ stocké constituant la partie réactive de la  
puissance véhiculée. Le second correspond à la diffusion du champ de Poynting  
qui porte une puissance réelle. Enfin le troisième terme constitue les sources du  
champ. Déjà on voit que dans cette équation, très générale, le champ proche qui  
est   l'énergie   stockée   réactive   n'est   pas   « mélangé »   avec   le   champ   lointain   vu  
comme divergence de puissance. Cette équation le démontre, les deux natures du  
champ   sont   formellement   séparables.   Rappelons   nous   enfin,   que   le   potentiel  
vecteur est transverse dans la jauge de Coulomb, alors que les champs proches  
scalaire et B sont colinéaires à la ligne de visée. 
De façon cohérente avec notre équation de Poynting, le vecteur de Poynting est de  

6 Cet article est disponible sur le serveur HaL en tapant le nom de l'auteur principal.
7 Lire à ce sujet le Jackson « Classical electrodynamics ».
norme nulle en champ proche et non nulle en champ lointain. Le photon qui  
porte  une  impulsion ne peut  donc pas constituer  le  champ proche. Le  champ  
proche constitue de l'énergie, non propagée, et faite pour reprendre l'expression  
de   Feynman   de   « photons   virtuels ».   Mais   comment   modéliser   ces   photons?  
Comment passer du champ classique, continu, au champ discret quantique? Le  
passage n'est pas trivial en fait. Il faut déjà admettre une réalité du champ bien  
différente de celle que l'on se fait d'habitude. En mécanique quantique, le temps  
n'existe pas. Le champ est modal, c'est à dire qu'il est représenté par des modes  
propres de structures de dimensions définies. Imaginons la situation suivante :  
une   forme   d'onde   gaussienne   est   émise   à   un   instant   to   par   une   source   de  
courant. Peu importe qu'il s'agisse d'un dipôle électrique ou magnétique. Cette  
onde se déplace depuis la source jusqu'à un observateur, un récepteur distant.  
On se persuade usuellement que l'onde se déplace et va à une vitesse déterminée  
par   le   milieu   depuis   la   source   vers   le   récepteur   en   traversant   tout   l'espace  
intermédiaire.   Mais   en   a­t­on   la   preuve?   Certains   répondront   :   oui   car   si  
j'effectue une mesure à une distance intermédiaire, je vais mesurer cette onde.  
D'accord, mais alors? Cela démontre simplement que partout où se trouve un  
observateur il va pouvoir acquérir cette onde à des instants différents. Cela ne  
démontre pas que  l'onde existe là  où  il n'y a pas d'observateur!  C'est à dire  
qu'en l'absence de particules sensibles au champ, ce dernier a­t­il un sens? Si  
nous reprenons la définition de Feynman, le champ ne prend de sens que dès  
lors   que   l'on   s'intéresse   à   un   volume   précis   dans   l'espace.   Imaginons   un  
processus d'établissement du champ différent. On peut construire une série de  
Fourier telle que l'onde de champ qui se propage dans l'espace à tout moment  
résulte de la somme de la série de Fourier. On décompose l'onde définie par une  
amplitude à un instant donné dans un plan (x,y) en somme de cosinus et sinus  
de l'espace (x,y) de telle façon que cette somme reproduise l'onde de champ au  
même instant. A ce moment là, le déplacement dans l'espace de l'onde de champ  
ne résulte que du déphasage des composantes de Fourier à la source. Et chaque  
coefficient associé à une fonction trigonométrique de l'espace correspond à un  
mode du champ libre. L'idée est que le champ, dès qu'il est confiné, se regroupe  
en modes avec un coefficient renforcé par un facteur de qualité. Ensuite, dès que  
le champ est libre, il occupe dans la direction de propagation une répartition en  
modes, fixés par les conditions limites à la source et à la réception, et dans les  
directions transverses, il occupe tout l'espace possible, n'étant pas contraint. Les  
photons s'arrangent suivant les modes en propagation et dans tout l'espace en  
transverse. 
Considérons par exemple une fonction champ f(r). Elle peut être développée en  
série sur l'espace sphérique :

 
f r =f 0∑ A n Cos n
n R
r
 
B n Sin n
r
R
An =
2
D   
∫ dt f r Cos n Rr 2
 
Bn = ∫ dt f r Sin n
D 
r
R

Les fonctions trigonométriques peuvent être développées par les formules d'Euler  
en somme de fonctions exponentielles. Les modes apparaissent comme somme de  
fonctions exponentielles par paire. Le déplacement de l'onde temporelle est alors  
traduit par rotation de la phase à la source :

f r = f 0 ∑
2
 e e 
2i
e e −e e 
A n i n Rr −i  t −i n  Rr i t Bn in  Rr −i t  −in  Rr i t
e e  
n

Chacun des modes correspond à un état du champ. Le temps n'intervient plus  
dans les modes mais juste comme une perturbation à l'origine. Si la fonction f(r)  
est une fonction de champ de potentiels, la partie continue peut être vue comme  
une jauge, et ne modifie en rien les champs électrique et magnétique obtenus en  
final. C'est une raison de choisir les potentiels. Le déphasage n'est pas aussi  
trivial   que   dans   le   cas   classique.   Il   correspond   en   fait   à   une   opération   qui  
n'apparaît pas de façon évidente. Pour comprendre cette dernière étape, revoyons  
rapidement le processus d'émission de photons dans le mécanisme quantique.
On   considère   N   états   du   champs   –   2   états   pour   faciliter   l'explication   –   de  
particules   sources.   Leurs   positions   par   exemple   résulte   d'une   moyenne   de  
produits des fonctions d'ondes, de la forme. D'une manière générale, pour un  
opérateur hamiltonien H on écrit :

〈 H  x , t〉=∫ dx  12  H [  1 2  ]


* *

〈 H  x , t〉=∫ dx { *1 H  1  *1 H  2  *2 H  1  *2 H  2  }


x

Les produits sous l'intégrale comporte deux formes : soit un produit portant sur  
la même fonction d'onde, soit un produit impliquant les deux fonctions d'ondes.  
Dans le premier cas on obtient une valeur réelle alors que dans le second on  
obtient une nouvelle fonction d'onde qui fait intervenir la différence des énergies  
des fonctions d'onde de départ. Or, c'est bien ce changement d'état énergétique  
qui est à l'origine du processus d'émission du photon. Du fait de l'intervention  
des formes conjuguées, on trouve toujours deux termes, qui correspondent aux  
deux termes du développement précédent. Par contre, les produits sur une seule  
fonction d'onde donnent la constante du développement de Fourier, qui est un  
champ de jauge. Ainsi le déphasage des modes qui conduit à la transmission du  
champ entre une source et un récepteur correspond à un saut d'impulsion des  
fonctions d'ondes quantique des particules à l'émission. Développons le produit  
précédent.

〈 x〉=∫ dx *1 e ℏ
x
−i
[ H 1 t −p 1 x ] −i
 *2 e ℏ
[ H 2 t− p 2 x ]
 x  e
1
i
[ H t − p1 x ]
ℏ 1
2 e ℏ
i
[ H 2t − p2 x ]

{ 
〈 x〉=∫ dx  x *1 1  x  *1 2 e ℏ
x
i
[  H 2−H 1  t−p 2− p 1x ]
 x   e*
2 1
i
ℏ[ 1
  x    }
 H −H 2 t − p1 −p 2 x ] *
2 2

Regroupons les termes pour faire apparaître l'équivalence avec le développement  
de Fourier en notant H et p les sauts d'énergie et impulsion et en utilisant la  
même variable d'espace :
{
f 0=∫ dr r  ∣ 1∣2 ∣ 2∣2
r

B n i  n  R −t 
r

   
2 i   p r − Ht 
An
∑ 2
−i
2
e =∫ dr r  1 2 e ℏ
*

1 r

B n −i  n R −t 
r

∑   
2
An −i   p r− Ht 
=∫ dr r  2 1 eℏ
*
i e
1 2 2 r

On voit immédiatement que les coefficients du développement en série de Fourier  
correspondent   aux   produits   des   amplitudes   de   probabilités   des   fonctions  
d'ondes,   alors   que   la   variation   d'énergie   est   décrite   par   le   déphasage   et   la  
variation d'impulsion par le mode. Il suffit pour cela d'inverser le signe dans la  
fonction d'onde quantique. Les sauts quantiques d'énergies sont les origines des  
valeurs de fréquence des photons émis. Ils expliquent le spectre rayonné mais  
pas   sa   répartition   dans   l'espace.   Pour   comprendre   rigoureusement   cette  
équivalence   il   nous   reste   à   intégrer   les   membres   de   droite.   Utilisons   la  
connaissance de la primitive :

ax
e
∫xe ax
dx =
a
2
 a−1 

En intégrant arbitrairement pour r variant de a à b la dernière intégrale, on  
obtient :

[ ]
−i
 px

∫ dr  r   1 e =  e
−i i
*
2

 p r− Ht  *
2 1

 H t  eℏ
2 
−i  p x−1
ℏ 
r −i

p  a

i
 H t 

∫ dr  r   1 e =−  {  −iℏ  pa−1 }


2


−i −i −i
* ℏ
 p r− Ht  * eℏ ℏ  pb −i  pa
2 2 1 eℏ  pb−1 −e ℏ
r p 2 ℏ

Une   opération   similaire   peut   être   réalisée   pour   la   deuxième   intégrale   de   la  


deuxième ligne. On peut alors en réalisant l'identification avec le membre de  
gauche en déduire que :
{
 pa r 1
=  H a t =1 t 
ℏ R ℏ
 pb r 1
=2  H b t =2 t 
ℏ R ℏ
2

A 1=2 *2  1 2
p
* ℏ
B 1=2 2  1 a
p
2

A 2=−2 *2  1 2
p
* ℏ
B 2=−22  1 b
p

Le premier jeu de relation est équivalent puisque p se change en ­p, mais B1 
et B2 en ­B1 et ­B2. Le changement de signe s'opère aussi symétriquement sur la  
phase. 
Que valent alors les paramètres a et b? A est donné par :

1 
a= r  et b par :  b=2a , avec p=ℏk.
2 R

On voit immédiatement qu'en fixant R = /2, a vaut r et b vaut 2r. 
En   fixant   ainsi   les   paramètres,   on   retrouve   l'équivalence   des   deux  
développements et les modes du champ s'établissent continûement suivant r. Par  
contre, pour obtenir ce résultat, on a forcé l'égalité entre la distance R qui est la  
période d'établissement des modes et la demi longueur d'onde. Cela veut dire  
que les modes du champ s'établissent en fonction des observateurs – récepteurs  
qui vont « regarder » le champ. Le champ n'existe que parce qu'on le regarde! Et  
l'établissement du champ en mode est instantané. Le déplacement apparent du  
champ résulte du changement de phase des modes en fonction de la dimension  
temps.  Cette  nouvelle   vision   permet  de  comprendre  les  notions  très  modernes  
d'intriquation, etc. Par ailleurs le champ dont nous avons parlé est le champ  
lointain qui respecte les conditions limites de l'émetteur et du récepteur. De fait  
il évolue en cosinus proche de la source et est nul au point source. Le champ  
proche prenant le relais dans cette zone. Les photons ne sont émis qu'en fonction  
des modes, leurs maxima représentant les lieux où la probabilité de trouver un  
photon est maximum.

10.La phase et les opérateurs de création – anihilation  
de champ
Pour faire avancer notre onde, il nous suffit donc de faire tourner la phase d'un  
degrès.   Les   sauts   de   phase   à   l'origine   provoque   le   déphasage   de   toutes   les  
composantes de notre développement du champ en série de Fourier et modifie la  
position   de   l'onde   dans   l'espace.   Lorsque   l'on   a   un   paquet   de   photons,   les  
multiples déphasages possibles liés à l'énormité du nombre de sauts d'énergie à  
la source (1V/m représente à 1GHz de l'ordre de 1013 photons par période) font  
que la  probabilité de  trouver  les photons  se  dispersent dans l'espace –  il  y a  
énormément d'états quantiques disponibles et de modes liés, et l'onde avance en  
moyenne   en   suivant   la   valeur   moyenne   d'évolution   de   l'énergie,   mais   le  
processus semble continu. Pourtant, si l'on envoie 1 seul photon, celui­ci ne peut  
que sauter d'un mode à l'autre, et la fonction rayonnée est un « paquet d'ondes »  
engendré  par   l'incertitude   minimum   sur  la  phase.   Dans  ce  cas,   les  sauts  de  
phase   sont   discontinus   et   modélisés   par   des   opérateurs   de   création   et  
anihilation de champ. Ces opérateurs sont finalement nos coefficients de Fourier  
qui créent ou anihilent un mode à un instant donné.

11. Revenons   à   nos   moutons   :   formulation   du   champ  


proche8
Lorsque l'on rapproche une sonde d'un objet chargé, les charges induisent un  
champ électrique dont la variation est source d'un courant :
j  0 ∇ E= j  

Cette   source   de   courant   intervient   dans   l'espace   nodal   sous   la   forme   de  


l'équation générique :

a a ab
s = j  0 ∇ E =Y  b.

Dans l'espace des mailles, les mutuelles inductances s'ajoutent directement au  
tenseur des impédances (métrique). On peut d'ailleurs extraire ces éléments des  
autres en écrivant :

Z = j  M   Z' 

Où Z' est l'ensemble des autres impédances. 
Le champ lointain lui, est pris en compte par le modèle des antennistes qui est  
modélisé   dans   l'espace   des   moments.   On   obtient   une   sorte   de   mutuelle  
engendrée par double transformation des moments vers l'espace des mailles :

. 
M ' =S .   S

L'interaction entre la sonde est l'objet observé regroupe les trois types de champ  
exprimés au travers d'une source de courant et de la métrique exprimée dans  
l'espace des mailles :

{
A AB
s =Y  B.

[  .
e= j  M  S .   S  Z'  i

 ] 

8 Le   lecteur   retrouvera   toutes   les   notions   tensorielles   abordées   ici   dans  


l'ouvrage « Compatibilité électromagnétique des systèmes complexes ».
La solution du problème se trouve dans les courants de branches obtenus par  
superposition des deux solutions issues du champ électrostatique et du champ  
mangétistatique, ainsi que des couplages du champ lointain :

A A  AB .b
i =L  i Y B B.  b.

Où B est la matrice d'incidence, L la connectivité entre branches et mailles.

12.Conclusion
Nous   espérons   donner   des   idées   nouvelles   sur   les   notions   qui   pouvaient   être  
attachées au concept de champ, électromagnétique pour notre sujet. Dire qu'une  
représentation est plus légitime qu'une autre n'a pas d'intérêt. Il n'est pas utile  
fort   heureusement   de   repartir   de   la   mécanique   quantique   pour   traiter   les  
problèmes d'ingénieur de tous les jours. Mais ces réflexions sont intéressantes et  
montrent que l'on peut envisager d'autres mécanismes, moins intuitifs mais qui  
permettent   de   comprendre   des   phénomènes   observés   et   validés   comme  
l'intrication quantique, et que l'on ne pourrait comprendre par des approches  
« classiques ». Après, il faut aussi toujours se rappeler des hypothèses et de ce  
que l'on sait affirmer même au niveau de l'expérimentation par exemple. On ne  
peut   de   fait   affirmer   que   le   champ   existe   ailleurs   que   là   où   il   couple   avec  
d'autres   particules.   Enfin,   comme   disait   Feynman,   peu   importe   les  
terminologies   et   les   tentatives   de   compréhension   que   l'on   peut   faire,   seuls  
comptent   les   comparaisons   et   modèles   qui   collent   avec   l'expérimentation   :  
« calcule et tais­toi! ».

Vous aimerez peut-être aussi