Vous êtes sur la page 1sur 84

[3éme

Année]
Projet bureau d’études :
Palan électrique

Encadré par :
Réalisé par :
- A. Oudra
- H. Moussami - HDID Mohammed
- M. Sallaou - ELHAMDANI Ayoub
- A. Bamohammed
- EL IDRYSY Ahmed
Section 3 / G 19
[3éme Année]
REMERCIEMENTS

Au terme de ce travail, c’est un devoir agréable d’exprimer en quelques lignes la reconnaissance et la


gratitude que nous devons à tous ceux dont on a sollicité l’aide et la collaboration.

Notre gratitude s’adresse tout spécialement à A.OUDRA, A. BAMOHAMMED, H.MOUSSAMI,


M.SALLAOU, pour cette bénéfique initiative concernant la mise en œuvre d’un projet du bureau d’étude, qui a
pour but d’améliorer l’esprit créatif chez les élèves ingénieurs, d’acquérir et assimiler les notions de base, de
la construction mécanique, et aussi découvrir et confronter les différentes difficultés d’un processus de
conception.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


1|Page
Sommaire
Introduction ………………….…………………………………. P.3
Recherche bibliographique ……………………….…………. P.4

Partie A : Analyse Fonctionnelle

I- L’analyse fonctionnelle externe :

I-1- Analyse du besoin ……………………………………….. P.30

I-2-Validation du besoin ……………………………...…….. P.30

I-3- Enoncé fonctionnel du besoin ………………….….. P.31

I-4- Caracterisation des fonctions de service……….. P.31

II- L’analyse fonctionnelle interne :

II-1- Fast de description du palan électrique ………. P.33

II-2- Choix des solutions …………………………………….. P.38

II-3- SADT, Actigramme A-0 ……………………………….. P.40

III- L’analyse cinématique de palan électrique :

III-1- Aspect cinématique de palan électrique …….. P.40

IV- Schéma technologique ……………………………… P.42


V- Cahier de charge client ……………………………… P.43

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


2|Page
Partie B : Conception et Dimensionnement du palan

Introduction ………………………………………………………… P.45

1- Correction des nombres de dents …………………… P.46


2- Choix du moteur frein …………………………………….. P.47
3- Choix de l’accouplement …………………………………. P.51
4- Dimensionnement de l’arbre moteur ………………. P.53
5- Dimensionnement de l’arbre satellite ……………... P.56
6- Dimensionnement des roulements ………………….. P.59
7- Détermination de l’épaisseur du tambour ……….. P.67
8- Détermination du matériau du câble ……………….. P.72
9- Dimensionnement des Vis ……………………………….. P.73

10-Choix des Circlips ………....................................... P.75

Conclusion ……………………………………………………………. P.83

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


3|Page
Introduction

Dans le cadre de notre formation à l’Ecole national des Arts et Métiers nous somme amené à réaliser un
projet de bureau d’études d’un appareil de levage.

Il s’agit d’une étude d’un appareil de levage et manutention intitulé palan électrique, c’est un appareil qui a
pour rôle de soulever, abaisser ou déplacer des charges au moyen d’un tambour lié à un câble métallique qui
est à son tour lié à la charge qu’on veut déplacer .

Notre étude comporte une analyse des éléments principaux et secondaires composant la structure du palan
électrique. Puis une analyse fonctionnelle de notre projet, par suite le dimensionnement des parties critiques
de notre système .Enfin on va aborder la partie dessin.

 Qu’est-ce qu’un appareil de levage :

Tout dispositif ou appareil servant à lever ou à abaisser des matériaux ou de l’équipement est
considéré comme un appareil de levage.

En voici quelques exemples :

• les treuils à cliquet utilisés pour le levage

• les crics

• les palans à main

• les palans à levier

• les palans à bras

• les treuils manuels

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


4|Page
Types d’appareils de levage

On distingue : le Levage suspendu et le levage porté :

Levage suspendu : la charge levée est maintenue au moyen d’un crochet ou d’un outil de préhension
suspendu à un câble ou à un équipement. Le centre de gravité de cette charge s’aligne verticalement avec le
point de suspension placé sur l’équipement rigide de l’appareil de levage.

Levage porté : la charge repose sur un ou des supports (standards ou spéciaux). Elle est maintenue de façon
rigide et suivant une orientation fixe par rapport à l’équipement de l’appareil de levage sur des fourches, un
plateau... Des mouvements relatifs de l’équipement, d’amplitude limitée, permettent de modifier légèrement
cette orientation. La charge est prise par-dessous et est reposée à l’endroit souhaité de la même façon. La
charge doit permettre cette prise ou, sinon, être posée sur un support adéquat (palette standard ou
spéciale...).

Dans notre projet on se ramène à l’étude d’un palan électrique qui est un appareil de levage à levage
suspendu :

 Définition d’un palan :


Est un appareil de levage qui a pour rôle de soulever ou déplacer des charges dans plusieurs directions on
moyennant un tambour lié à un câble métallique. Le palan électrique joue un rôle très important dans le
domaine de l’industrie vu sa puissance et sa capacité à soulever des charges très lourdes. D’autre part ce type
de palan se caractérise par sa facilité de manipulation.

 Les principaux éléments d’un palan

 Les câbles :

C’est un assemblage de fils métalliques constituant un outil de travail. Ces fils peuvent être enroulés de façon
hélicoïdale en une ou plusieurs couches, généralement autour d'un fil central. Ils forment alors des torons (fils
tordus ensemble pour former un cordage très solide), qui peuvent à leur tour être enroulés autour d'un noyau
ou âme pour former les câbles à torons multiple

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


5|Page
On distingue principalement :

- Les câbles non métalliques.

- Les câbles métalliques.

Remarque : les câbles non métalliques présentent des faibles propriétés mécaniques sont faibles, pour cette
raison leur utilisation est rare. Dans notre projet on va utiliser des câbles métalliques.

 Le tambour :

C’est l’élément dans lequel s’enroule le câble métallique. Le choix de cet élément dépend de sa forme
géométrique, de la nature de la surface latérale et du matériau :

Ce concerne la forme géométrique on distingue :

-les tambours cylindriques

-les tambours coniques

-les tambours mixtes

A propos de la forme de la surface latérale il y a :

-les tambours lisses

-les tambours à rainures filetés

Le matériau utilisé est généralement l’acier.

Dans ce qui va venir on va essayer de donner


quelques informations sur les constituants
principaux de notre système apres avoir faire des
recherche bibliographique

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


6|Page
Limiteurs de couple
1-Definition :

Les limiteurs de couple sont des composants de sécurité mécaniques utilisés en transmission de puissance pour
désolidariser et protéger la cinématique de la force motrice lorsqu'un surcouple résultant d'une surcharge apparaît.
Le principe de base du limiteur de couple est de supprimer la transmission de couple entre une partie tournante
entraînante et la partie tournante entraînée lorsque le couple transmis à celle-ci dépasse une valeur de consigne réglée.

 Schéma synoptique du fonctionnement d'un limiteur de couple :

 Fonctionnement dans des conditions normales d'utilisation :

Limiteur de
Côté entraînant couple
e ; Ce Côté entraîné s = e ; Cs = Ce
( Climite )

 Fonctionnement anormal : Ce > Cdéclenchement avec Cdéclenchement le couple de déclenchement réglé du limiteur.

Limiteur de
couple
e ; Ce > Climite Côté entraînant Côté entraîné Cs = Crésiduel
( Climite )

Le limiteur de couple est réglé à la valeur du couple de déclenchement souhaitée. Lors d'un dépassement du couple
réglé dû à une surcharge ou une collision, le limiteur de couple se déclenche et sépare le côté entraînant du côté
entraîné en quelques millisecondes. Le temps de réponse au déclenchement dépend tout d'abord des performances et
du type de limiteur de couple mais aussi de la rigidité des axes tournants ainsi que de la vitesse et de la violence de la
collision. Dans le cas d'une collision, l'énergie destructrice au moment de la collision est désolidarisée. Un
fonctionnement optimal ne peut être garanti que si le couple de surcharge se situe au-dessus du couple maximum de la
machine en service (voir diagramme). En effet le limiteur de couple doit désolidariser les deux parties uniquement
lorsque le couple est anormalement élevé et doit pouvoir transmettre celui-ci lors du fonctionnement normal de la
machine.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


7|Page
(1) Courbe du couple de la machine en fonctionnement normal

(2) Couple maxi de la machine en service

(3) Réglage du couple de l’accouplement

(X) Marge de sécurité entre 2 et 3 (devrait représenter 30%minimum du couple de la machine)

Après la surcharge, le limiteur de couple est réenclenché automatiquement ou manuellement et la machine est à
nouveau opérationnelle.

Les limiteurs de couple de sécurité épargnent donc des pertes de temps occasionnées par des réparations
et éliminent l'échange de pièces de rechange coûteuses, ce qui permet notamment d'éliminer des coûts de
maintenance et d'augmenter la productivité de machines.

Il existe plusieurs types de limiteurs en fonction des exigences de chaque problème :

 Les limiteurs de couple sans friction


Destinés à protéger avec précision les processus et les transmissions de machines, offrent, par l'extrême diversité de
leurs principes fonctionnels, une solution optimale pour chaque cas d'application :

 A hélicoïde pour des conditions d'utilisation sévères


 A double rouleaux pour un couple maintenu avec une précision constante pendant la durée d'utilisation
 A billes pour une très grande précision de déclenchement, auquel s'ajoute une transmission du couple
sans jeu dans les deux sens de rotation
 A rouleaux pour une utilisation plus universelle.

 Les limiteurs de couple à friction


Ceux-ci sont disponibles en deux versions :
 A barillet pour une constante du couple en patinage fréquent
 A ressorts Belleville pour une protection simple particulièrement économique.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


8|Page
Ces différents limiteurs de couple peuvent être montés aussi bien sur une transmission directe que sur une
indirecte :

 Transmissions directes :

Dans cette configuration, le limiteur de couple est placé sur l’arbre de transmissions entre l’élément moteur et
l’élément entraîné.

 Transmissions indirectes :

Ici le limiteur peut permet de réaliser ou non la liaison entre l’arbre moteur et la poulie (ou le pignon).

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


9|Page
 Présentation des différents principes de fonctionnements

1) Limiteur de couple « par adhérence »

Un des principes les plus simples utilisé dans les limiteurs de couple est l’adhérence. C’est la raison pour laquelle ils
sont relativement abordables. Leur conception est similaire à celle des embrayages. Il existe ainsi plusieurs modèles :
simple disque, multi disques, coniques…

a) Présentation générale des différents principes

 Le mono disque

 Le multi disque

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


10 | P a g e
Comme pour les embrayages, la valeur limite de couple s’exprime par :

n.F.f  D d 
3 3


3  2 2 
D d 

 Le cône d’adhérence

La valeur limite de couple s’exprime ici par :

n.F.f  D  d 
3 3


3.sin   2  2 
D d 

Où β sera l’angle formé par la surface de contact et l’horizontale.

b) Les garnitures
Les matériaux les plus employés à la fabrication des garnitures, aussi bien pour les limiteurs de couple que pour les
embrayages, ou encore les freins, sont des matériaux composites principalement composés de carbone, de soufre, de
céramique et de métaux. Les garnitures constituent les éléments d’usure d’un mécanisme et sont bien souvent exposé à
des changements de température brutaux (par dissipation de l’énergie en chaleur par frottement).

c) Conclusion sur les limiteurs de couple par frottement


Avantages :

 Adapté aux faibles couples


 Pas de ré enclenchement nécessaire
 Inconvénients :

 L’organe de transmission patine dès que le couple maxi est atteint, ce qui engendre un échauffement
 Faible durée de vie

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


11 | P a g e
2) Limiteur de couple synchrone et asynchrone

a) A denture hélicoïdale

Il s’agit d’un limiteur de couple de type asynchrone car la reprise du


mouvement se fait ou peut se faire à chaque dent. Le couple est transmis par
des dentures hélicoïdales frontales à flancs convergents mis en opposition.
L’effort presseur est réalisé par un système de ressorts logés dans un barillet.
Comme pour une vis en rotation où les flancs de filets sont en contact avec
l’écrou, les flancs des dentures hélicoïdales restent en contact pendant la
totalité du mouvement engendré par le déclenchement. Cette caractéristique
confère à ce type de limiteur de couple une très bonne résistance à l’usure, et
diminue fortement la brutalité du désaccouplement.

Dès que la valeur limite de couple est atteinte, l’effort exercé sur les

ressorts augmente et donc ces derniers se compriment jusqu’à ce que les dents
sautent d’une dent à l’autre (mécanisme désaccouplé). En cas de faible
surcharge, on assistera à un phénomène de cliquetage, permettant ainsi de
continuer à passer un certain couple.

 Schéma du limiteur de couple à hélicoïde en position de


fonctionnement :

Vis de fixation de roues à chaîne, de


poulies ou de pignons

Ressorts

Couvercle
Arbre de
sortie Bâti

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


12 | P a g e
b) A billes

1. Principes généraux de fonctionnement des limiteurs à billes

Un limiteur de couple à billes est composé de 5 principaux éléments fonctionnels :

Bille
Ressort presseur

Encoche

Bride Moyeu

 Schéma de principe d'un limiteur de couple à billes

 Cas où le couple côté entraînant est inférieur au couple de déclenchement réglé :

Centraînant < Cdéclenchement  Transmission du couple : Centraîné = Centraînant

Ressort
Côté entraînant Côté entraîné

Billes

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


13 | P a g e
 Cas où le couple côté entraînant atteint le couple de déclenchement réglé :

Centraînant  Cdéclenchement  Le couple n'est plus transmis : Centraîné = Crésiduel

Côté entraînant Côté entraîné

Remarque :

Bien entendu, il est important que Crésiduel soit le plus faible possible. Toutefois, les frottements se produisant lors de
la phase déclenchée interdisent l'annulation totale du couple transmis ; Ainsi, on peut espérer diminuer le couple
résiduel tel que Crésiduel = 10 % Centraînant pour un limiteur performant.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


14 | P a g e
Limiteur de couple

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


15 | P a g e
TRAINS D'ENGRENAGES

GENERALITES
Les trains d'engrenages sont utilisés dans une grande quantité de machines et mécanismes divers. Les
engrenages cylindriques sont les plus courants, les engrenages coniques réalisent la transmission
entre arbres concourants. Les engrenages rouent et vis permettent l'irréversibilité et une grande
réduction avec un seul couple de roues (leur faible rendement les écarte des grandes puissances).

Les dentures hélicoïdales, plus silencieuses sont les plus utilisées lorsqu'il s'agit de transmettre
de la puissance.

Afin de réduire l'encombrement et économiser la matière on limite le rapport de transmission d'un


même couple de roue (1/8 d Z1/Z2 d 8). Au-delà de ces valeurs, il est préférable d'utiliser deux couples
de roues ou plus.

Dans la plupart des applications, les trains d'engrenages fonctionnent en réducteur (réduisent la vitesse et
augmentent le couple).

SCHEMATISATIONS :

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


16 | P a g e
Les trains épicycloïdaux

1. Présentation

Sous le nom de train épicycloïdal ou engrenage planétaire,


on désigne un système de transmission de puissance entre
deux ou plusieurs arbres dont certains tournent non
seulement autour de leur propre axe. mais aussi avec leur
axe autour d'un autre axe.

Les engrenages peuvent être cylindriques ou coniques.

Ceux dont l'axe coïncide avec un axe fixe dans l'espace


s'appellent '' planètes '' et ceux qui tournent avec leur
axe autour d'un autre s'appellent ''satellites'' Ces
derniers sont généralement maintenus par un châssis
mobile nommé ''porte satellites''.

Avantage :

 Possibilité d'arrangement coaxial des arbres.


 Réduction du poids et de l'encombrement pour une puissance donnée.
 Rapport de vitesse très élevé possible avec un minimum d'éléments pour des transmissions à
faible puissance.
 Excellent rendement quand le système est judicieusement choisi.

Inconvénients :

 Fortement hyperstatique.
 Rendement lié au mode de fonctionnement.
 Difficulté à aligner les éléments et à éviter les déformations qui modifient l'alignement.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


17 | P a g e
TRAINS EPICYCLOÏDAUX OU PLANETAIRES:
Un train d'engrenage est dit "train épicycloïdal" lorsque, au cours du fonctionnement une ou
plusieurs roues dentées tournent autour d'un arbre mobile en rotation. Ces roues dentées
possèdent donc un mouvement relatif de rotation autour de leur axe et un mouvement
d'entraînement de rotation autour de l'axe de l'arbre.

Ils autorisent de grands rapports de réduction sous un faible encombrement et sont régulièrement
utilisés dans les boîtes de vitesse automatique.

Train épicycloïdal simple:

La configuration ci-dessus est la plus utilisée. On peut avoir 2,3 ou 4 satellites. Leur nombre est
sans influence sur le rapport de transmission.

Le fonctionnement n'est possible que si l'un des trois éléments principaux, planétaire 1, planétaire
couronne 3 ou porte satellites PS, soit bloqué ou entraîné par un autre dispositif.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


18 | P a g e
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
19 | P a g e
1-Cas usuels de fonctionnement:

La configuration avec planétaire couronne 3 bloquée est de loin la plus utilisée : planétaire 1 en entrée et
porte satellites PS en sortie.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


20 | P a g e
LES FR EIN S:

Problème technique:

Ralentir ou arrêter un organe (un mécanisme) en mouvement .

Solution:

Cela nécessite l’existence d’actions mécaniques antagonistes (opposées) crées par


un système de freinage.

Fonction, situation du dispositif de freinage :

Dans une chaîne de transmission de puissance, le dispositif de freinage est destiné,


soit à :

- ralentir un mouvement établi, en lui communiquant une décélération qui abaissera


sa vitesse à une valeur ciblée, nulle (arrêt) ou non (ralentissement);

- s'opposer à la mise en mouvement d'un organe arrêté.

En général, le dispositif de freinage est placé à proximité de l'organe récepteur afin de réduire
les chocs dans la transmission.

Embrayage;
Réducteur;
Boîte de Récepteur
Dispositif
vitesses;
de freinage
Inverseur

Dispositif
de
Classification:
freinage

Pour classifier les types de frein, on peut retenir entre autre :

- le mode d'action (contact radial ou axial, sans contact).

- la nature de la commande extérieure

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


21 | P a g e
Contact radial entre deux solides :

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


22 | P a g e
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
23 | P a g e
Frein à disque à manque de courant
A la mise sous tension du moteur-frein, l'électro-aimant (13) attire l'armature (6) qui comprime le ressort (9)
et libère le disque. Le frein est alors desserré. A la mise hors tension, l'électro-aimant (13) n'est plus
alimenté, il libère l'armature qui, sous la pression du ressort (9), presse la couronne (15) sur le disque. La
couronne (15) est immobilisée en rotation par deux crans dans le flasque-frein (4).La couronne (15) supporte
la garniture, le disque-frein (3) sert de ventilateur.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


24 | P a g e
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
25 | P a g e
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
26 | P a g e
Frein à sangle :

Contact radial entre deux solides :

Il s’agit d’un embrayage frein muni d'un tambour (5) unique disposant de deux surfaces
fonctionnelles :

- à l'intérieur : embrayage centrifuge ;

- à l'extérieur : frein à sangle

Le freinage est obtenu par translation du tirant (6) par un câble (non représenté). Le
relâchement du frein est réalisé par le ressort (7).

Ce dispositif est monté sur un motoculteur.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


27 | P a g e
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
28 | P a g e
Mise en situation:
Le produit technologique, sujet de notre étude, est un palan électrique. Il sera utilisé dans un atelier de
maintenance pour assurer la montée et la descente à petite vitesse d’une charge maximale de 10KN et la faire
déplacer horizontalement suivant deux directions perpendiculaires (OX et OY figure ci-dessous) dans une
zone de 6x6 mètres, tout en assurant la sécurité des personnes et du mécanisme.

Données de l’étude :
 Charge maximale à soulever : 10 000 N ;
 Vitesse de monté ou de descente de la charge : 0,1 m/s < V charge ;
 Hauteur de levage : 10 m ;
 Câble Ø7;
 Système de levage à m ouf1age simple à deux brins ;
 Transmission par train épicycloïdale complexe à 3 satellites tel que :
 Module m = 2mm ;
 Denture hélicoïdale tel que β=15° ;
 Z0= 82;
 Zl = 28;
 Z2 = 84;
 Z3 = 30;
 Z4 = 24;
 La vitesse de déplacement horizontal suivant OX ou OY est de 0,20 m/s.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


29 | P a g e
1-L'analyse fonctionnelle externe du palan électrique

L'analyse fonctionnelle externe consiste à analyser le besoin auquel devra répondre le produit, les fonctions
de service qu'il devra remplir, les contraintes auxquelles il sera soumis et à caractériser ces fonctions et ces
contraintes. C'est la base de l'élaboration du Cahier des Charges Fonctionnel.

1. 1-ANALYSE DU BESOIN

BESOIN : Soulèvement et déplacement des charges.


PRODUIT : palan électrique.

Bête à corne

L’utilisateur Charges

Palan électrique

Permettre à l’utilisateur de soulever et


déplacer les charges

1.2-Validation du besoin :
Qu’est-ce qui pourrait faire évoluer le besoin et par conséquent le produit ?

 La présence des formes compliquées à soulever.

Qu’est ce qui pourrait modifier le besoin et par conséquent le produit ?

 Avoir besoin de pivoter les masses.

Qu’est ce qui pourrait faire disparaître le besoin et par conséquent le produit ?

 L’utilisation des systèmes automatisés plus sophistiquées.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


30 | P a g e
1.3-ENONCÉ FONCTIONNEL DU BESOIN
2.1. Enoncé des différentes fonctions de service.

 Utilisation d’un diagramme des interactions : ’’pieuvre’’

Charges
Utilisateur
Support
FC1 FP

. FC3
PALAN
Encombrement FC6 ELECTRIQUE FC2
Energie
FC7 électrique

FC5 FC4
Coût Norme
Esthétique

Fonctions EXPRESSION DE LA FONCTION


FP Permettre à l’utilisateur de soulever et déplacer les charges.
FC1 Etre de manipulation facile.
FC2 Etre alimenté en énergie électrique.
FC3 Etre supporté.
FC4 Respecter la norme en vigueur.
FC5 Avoir un bon aspect esthétique.
FC6 Etre moins encombrant.
FC7 Avoir un coût optimal.

1.4-Caractérisation des fonctions de service


C'est la caractérisation des fonctions qui constitue le noyau du cahier des charges fonctionnel. Cette
phase doit exprimer les performances attendues par l'utilisateur de chacune des fonctions de service. Pour
cela, il faut définir pour chaque fonction de service des critères d'appréciation. Ces critères permettent
d'apprécier la manière dont une fonction doit être respectée.

Ces critères sont formulés de façon à faire apparaître le niveau d'exigence souhaité par l'utilisateur.
Chaque niveau doit être affecté d'une indication de flexibilité.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


31 | P a g e
Cahier des charges fonctionnel :
FONCTIONS CRITERES NIVEAUX FLEXIBILITE
FP > Masse de la charge Max < 1000KG +3KG
> Superficie du balayage de déplacement <6mx6m F0
> Vitesse de monté et descente 0.1m/s F1
> Vitesse de déplacement horizontal 0.2m/s F1
> Hauteur de levage 10m F1
FC1 > Hauteur du boitier de commande 1.3m<h<1.7m F2

FC2 > Tension 48 continus F1


> Intensité 20 A (max) F1
> Consommation 8h mini F2
> Autonomie 10 WH F2
> Protection blocage Désalimentation après F1
0.5s

FC3 > Masse Totale du système 250KG F3

FC4 > Bruit


> Sécurité Norme F0
60 dB ±6 dB
FC5 > Couleur Moins de 3 couleurs F3
> Forme du palan Cylindrique F2

FC6 > Taille du palan D=0.5m F1


L=1m F1

FC7 > Prix adorable


~ Le critère d’appréciation est associé à une caractéristique d’une fonction de service et est retenu pour
apprécier la manière dont la fonction est remplie. Les performances d’une fonction peuvent être précisées par
plusieurs critères (dimensions, poids, style...).

~ Le niveau du critère d’appréciation est la grandeur recherchée en tant qu’objectif. C’est la valeur à
atteindre par le critère pour que la fonction soit réalisée.

~ La classe de flexibilité placée auprès du niveau d’un critère d’appréciation permet de préciser son degré de
négociabilité ou d’impérativité.

~ Si la flexibilité est nulle (F0) le niveau de la fonction est impératif.

~ Si la flexibilité est faible (F1) le niveau de la fonction est peu négociable.

~ Si la flexibilité est moyenne (F2) le niveau de la fonction est négociable.

~ Si la flexibilité est forte (F3) le niveau de la fonction est très négociable.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


32 | P a g e
2-L'analyse fonctionnelle interne du palan électrique
Un produit peut être considéré comme le support matériel d’un certain nombre de fonctions techniques.

L’analyse fonctionnelle interne d’un produit dégage chaque fonction technique permettant d’assurer les
fonctions de service et permet la matérialisation des concepts de solutions techniques. C’est le point de vue
du concepteur.

Ce type d’analyse consiste à rechercher les fonctions techniques, les solutions optimales et les composants qui
doivent satisfaire une fonction de service.

2.1-FAST de description du Palan électrique :


Pour rechercher le maximum de solutions :

Il est nécessaire de procéder à une recherche progressive et descendante des fonctions techniques à
partir de chacune des fonctions de service.

L'outil permettant de réaliser de visualiser cet enchaînement s'appelle le F.A.S.T. signifiant : Function
Analysis System Technic, que l'on peut traduire par : Technique d'Analyse Fonctionnelle et Systématique.

Digramme FAST relative à la fonction principale FP :

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


33 | P a g e
FT111
Gérer le Boitier de
système commande

FT112
Distribuer Contacteur
l’énergie
FT11
FT113
Donner le
Convertir Moteur frein
mouvement
l’énergie

FT114
S1 Roulement à bille.
Guider la S2 Coussinet.
rotation S3 Axe + anneaux
FT1 élastique + coussinet.
FT115
Soulever les
Transmettre S1 Réducteur.
charges
et adapter S2 Train épicycloïdale.
l’énergie S3 Roue-vis sans fin.

FT12
Transformer la
rotation en S1 Système Vis écrou.
translation S2 Vis à billes.
S3 Système de levage.
S4 Pignon + crémaillère.
S5 Excentrique.
S6 Cames.
S7 Bille manivelle.

FT13
Limiter le Limiteur de couple
mouvement

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


34 | P a g e
FT211
Gérer le Boitier de
système commande

FT212
Distribuer Contacteur
l’énergie
FT21
FT213
Donner le
mouvement
Convertir Moteur
l’énergie frein

FT214
Transformer S1 Système Vis écrou.
le S2 Vis à billes.
FP FT2 mouvement S3 Poulie courroie.
Soulever et de rotation S4 Pignon +
déplacer les Déplacer en crémaillère.
charges suivant (OX) translation S5 Excentrique.
S6 Cames.
S7 Bille manivelle.
FT22

Guider le
déplacement S1 Galets.
du palan par S2 Interposition de gages
rapport aux linières .
rails S3 Patin à recirculation de
rouleaux.
S4 Douilles à billes.
S5 Queue d’aronde.
S6 Glissière ouverte.

FT23
Limiter la Système de
course freinage

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


35 | P a g e
FT311
Gérer le Boitier de
système commande

FT312
Distribuer Contacteur
l’énergie
FT31
FT313
Donner le
mouvement Convertir Moteur frein
l’énergie

FT314

Transformer
FT3 le mouvement S1 Système Vis écrou.
de rotation en S2 Vis à billes.
Déplacer
translation
suivant (OY) S3 Poulie courroie.
S4 Cames.
S5 Excentrique.
S6 Pignon +
crémaillère.
FT32 S7 Bille manivelle.
Guider le
déplacement S1 Galets.
du palan par S2 Interposition de gages
rapport aux linières.
rails S3 Patin à recirculation de
rouleaux.
S4 Douilles à billes.
S5 Queue d’aronde.
S6 Glissière ouverte.

FT33

Limiter la Système de
course freinage

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


36 | P a g e
Digramme FAST relative à la fonction contrainte FC1 :

FC1
Facilité l’accès à la S1 Commande à distance
Etre de
boite de S2 Fil électrique
manipulation
commande
facile

Digramme FAST relative à la fonction contrainte FC2 :

Générer l’énergie Réseau ONE

FC2

Etre alimenter
en énergie
Lier au système Fils électriques
électrique

Digramme FAST relative à la fonction contrainte FC3 :

Supporté le S1 Vis.
système de S2
FC3 Boulons rigide.
déplacement
Etre supporter

Supporter le Rails
palan

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


37 | P a g e
FAST relative à la fonction contrainte FC4 :

Assurer la S1 Frein à disque.


sécurité S2 Frein à sabot.
FC4 S3 Frein à sangle.
Respecter la S4 Frein à tambour.
norme en S5 Limiteur de couple.
vigueur

Générer moins S1 Joint d’amortissement.


de bruit S2 Lubrification.

2.2-Choix Des Solutions :


2-1-1-Etude des solutions :

Fonction Solutions Choisies Avantages Inconvénients


Roulements Pas de frottement Cout peu élevé
FT113 Supporte plus de charge
FT11 Coussinets Cout Frottement important
FT1 Supporte moins de charge
Axes +A.E + C Cout Frottement important
FP Supporte moins de charge
Ft115 Train Epicycloïdale Imposé par le Cahier des charges
Vis Ecrou Cout Frottement
Système de levage Imposé par le Cahier des charges
FT12 Pignon + Crémaillère - -
Came Cout Course limitée
Excentrique - -
FT21 FT214 Système Vis Ecrou Cout optimal Frottement
Fabrication facile Supporte moins de charge
Lubrification imposé
Vitesses basses
Vis a billes Pas de frottement Cout élevé
Supporte plus de charges Fabrication difficile
Moins de lubrification
FT2
Vitesse élevé
+
Poulie courroie Facile à réaliser Supporte moins de charge
FT3
Pignon Crémaillère Cout Demande un grand espace
Excentrique/Cames/B.M Facile à réaliser Course très limité
Galets Cout Supporte moins de charge
FT22 Interposition de cage Cout Frottement
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
38 | P a g e
linéaires Facile à réaliser Supporte moins de charge
Patins à recirculation de Guidage parfait Cout
rouleaux Supporte des grandes
charges
Securité à la norme
Douilles à billes Guidage parfait Cout
Pas de frottement Flexion de l’arbre
Supporte des charges
moyens
Queue d’aronde Cout Frottement important
Guidage faible
Supporte moins de charge
Glissière ouverte Cout Frottement important
Guidage faible
Supporte moins de charge
FC1 Commande à distance Cout Difficile à réaliser
Fil électrique Facile à réaliser Cout
FC3 FT31 Vis Indiscutable
Boulons Rigides
FC4 FT41 Limiteur de couple Imposé par le cahier des charges
FT42 Joints d’amortissement Indiscutable
Lubrification

2-1-2-Choix des solutions :

Fonction Solution Choisie Commentaires


Tout le système est basé sur le bon fonctionnement de
FT113 Roulements rotation alors avec optimisation entre performances
FT11 et cout c’est la meilleur solution
FT1 Ft115 Train Epicycloïdale Imposé par le cahier de charge
FP
Système de levage à
FT12 mouflage simple à 2 brins Imposé par le cahier de charge

FT21 FT214 Le système doit soutenir des charges tres importante


ce qui nous laisse les 2 choix : Vis écrou/Vis à billes
Vis ecrou mais car on ne cherche pas des vitesse importantes
(0.2ms) et en cherchant des couts optimale on peut
tolérer le système vis écrou .
Le guidage doit être parfait en termes de mouvement
FT2 FT22 et silencieux en terme de bruit donc on doit éliminer
+ Patins à recirculation de le frottement, de plus il doit supporter des charges
FT3 rouleaux très importantes et ne doit pas demander une
lubrification à chaque cycle, donc la meilleure solution
c’est l’interposition des éléments roulants

FC1 Fil électrique Les deux solutions vont donner le même


fonctionnement alors on optimisant le cout on doit
choisir cette solution
FC3 FT31 Vis L’assemblage peut s’effectuer en introduisant tous ces
Boulons Rigides solutions

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


39 | P a g e
FC4 FT41 Limiteur de couple Imposé par le cahier des charges
FT42 Joints d’amortissement On peut introduire les deux solutions à fin de
Lubrification minimiser le bruit pour une norme à la vigueur

2.3-SADT, Actigramme A-0 :

La méthode SADT est une méthode graphique qui part du général pour aller au particulier. Elle
permet de décrire des systèmes où coexistent des flux de matières d'œuvre (produits, énergies et
informations). Elle s'appuie sur la mise en relation de ces différents flux avec les fonctions que
remplit le système.

Mise en marche Réglage : course

Energie électrique configuration : instructions

Bruit

Charges Non Charges


soulevée et Non Soulever et déplacer les charges soulevée et
déplacée déplacée

Palan électrique

3- Analyse cinématique du palan électrique :

3.1-Aspect Cinématique Du Palan Electrique :


3-1-1-Classe d’équivalence :

0 = {Couronne0, carter, Boitier électrique, …

1 = {Satellite(1) , Satellite(3), Arbre, …

2 = {Couronne2,…

3 = {Porte satellite,…

4 = {Arbre moteur, planétaire , ….

3-1-2-Graphe des liaisons :

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


40 | P a g e
Pivot 0

1 2
Pivot

Pivot Pivot

3 4
3 Pivot

3-1-3-Schema cinématique :

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


41 | P a g e
Schéma technologique :

+ +

+ +
Moteur
+ +

+ +

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


42 | P a g e
Cahier de charge Client :
Afin de bien entamer la partie de dimensionnement il faut que le client fixe quelques paramètres
qu’on en aura besoin lors de nos calculs.

On supposera alors que notre client a bien fixé ces paramètres comme suivant :

- Durées de vie des roulements :

 Tambour : L= entre 10 000h et 20 000h


 Arbre Moteur : L= entre 10 000h et 20 000h
 Arbre Satellite : L= entre 10 000h et 20 000h

- Rendements :

 Système : η = 0.97
 Roues : η = 0.97
 Moteur : η =0.96

- Charge maximale à soulever : 10 000 N ;


- Vitesse de monté ou de descente de la charge : 0,1 m/s < V charge ;
- Hauteur de levage : 10 m ;
- Câble Ø7;
- Système de levage à m ouf1age simple à deux brins ;
- Transmission par train épicycloïdale complexe à 3 satellites tel que :
 Module m = 2mm ;
 Denture hélicoïdale tel que β=15° ;
 Z0= 82;
 Zl = 28;
 Z2 = 84;
 Z3 = 30;
 Z4 =24 ;

La vitesse de déplacement horizontal suivant OX ou OY est de 0,20 m/s.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


43 | P a g e
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
44 | P a g e
Introduction
Dans cette partie, nous allons entamer le pré-dimensionnement des différents éléments de notre
système. Pour faciliter la lecture de cette partie, le schéma ci-dessous présente l’ensemble des
éléments qui feront l’objet de notre dimensionnement.

Carter

Arbre 2 Tambour câble

Roulement 2

Roulement 4

Moteur

Roulement 1

Roulement 3 Accouplement (limiteur de couple)

Arbre 1

Schéma : représentation des différentes parties du palan électrique.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


45 | P a g e
1- Correction des nombres de dents :
Dans le cahier de charge client primaire le client a fixé un nombre de dents pour les roues du train
épicycloïdale, dans cette partie on va vérifier si avec ces nombre Zi le montage des satellites
pourra être possible, sinon on doit les modifier.

En général, après le montage du premier satellite entre la couronne et le planétaire, pour que les
dentures du deuxième satellite soient coïncidé aussi avec leurs dentures dentures de la couronne
et le planétaire il faut que le nombre des dents vérifier les relations suivantes :

(Π*Z1*m/3)+(π*m*Z3/3)+(π*m/Z2)=k*(π*m)

Donc Z4+Z2=3*k
Avec, k : Entiers positif

A.N :
Z4=28 , Z2=84 Donc : Z4 + Z2 = 108 = 3 * 36

 Donc c’est vérifié pour la 1ère couronne.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


46 | P a g e
2- Choix du Moteur Frein :
A fin de déterminer le moteur qu’il faut utiliser pour donner le mouvement au système on doit
d’abord déterminer leur principales caractéristiques qui se caractérisent dans sa puissance et sa
vitesse de rotation. Pour cela on doit effectuer des calculs au niveau du système pour bien
préciser ces deux grandeurs, puis on doit choisir un moteur correspondant à le nôtre des
catalogues répandus dans le domaine industriel.

a- Calcul de la vitesse de rotation :

Dans notre système on va utiliser un train épicycloïdal à double couronne pour la transmission
et la réduction de mouvement.
Pour le calcul de la vitesse de rotation de l’arbre (4) on se base sur les formules de Willis.

 Formule de Willis 1 :

On considère : (4) Comme Entrée et (2) comme Sortie

(ω4 - ω5)/ (ω2 – ω5)= -(1) ᶮx(Z2xZ3)/(Z4xZ3)


(ω4 - ω5)/ (ω2 – ω5)= -(Z2/Z4)=- β
 Formule de Willis 2 :

On considère : (4) Comme Entrée et (0) comme Sortie

(ω4 - ω5) / (ω0 – ω5)= -(1) ᶮx(Z0xZ3)/(Z4xZ1)


(ω4 - ω5) / (ω0 – ω5)= -(Z0xZ3)/(Z4xZ1)

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


47 | P a g e
La couronne (0) est bloquée Donc : Ω (0) = 0
(Z0xZ3)/(Z4xZ
La couronne (2) tourne avec une vitesse de : Ω (2) =2xV/R
1)
On trouve avec la deuxieme formule que : Vv0V(Z0xZ3)/(Z
4xZ1)
ω5= [(Z1xZ4)/(Z3xZ0+Z1xZ4)]x ω4= λ x ω4
On remplaçant dans la 1er formule on trouve que :

ω4 =( V x 2 x β ) /[( βxλ+λ-1) x R]
Finalement on trouve que :

ω4 = -160 rad/s

N = 60 x ω4 / 2π

N = 1 528 tr/min

b- Calcul de la puissance :
Pour calculer la puissance de notre moteur on va se baser sur la relation suivante :

Pm=Ps/η
Avec : Pm= La puissance du moteur (en KW)

Ps = La puissance de sortie (Tambour) (en KW)

η = Le rendement total du palan (fixé dans le cahier de charge η=0.97)

 Calculons la puissance de sortie (Tambour) :


On sait que : Ps= T.V
Avec : T= l’intensité qu’applique la câble sur le tambour.
V= La vitesse de rotation linéaire du tambour.

Dans notre cas on a un système de levage à mouflage simple à deux brins.


En considérant alors le tambour comme étant une poulie, et avec un blocage
du câble dans la deuxième extrémité, on arrive facilement à dire que la force de pesanteur se
partage entre les 2 partie du poulie inférieure comme indique la figure :

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


48 | P a g e
Théoriquement : T1+T2=P Avec T1=0.5P et T2=0.5P

La Force T2 réelle : Puisqu’on a une poulie ( Tambour ) on peut considérer que :

T2 = 0.6 x P

 Calculons la vitesse linéaire du tambour :

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


49 | P a g e
La vitesse de la montée verticale V0 est égale à la moitié de la vitesse verticale V1 ( on peut le
démontrer géométriquement.
on a une angle α entre la vitesse V1 et Vt du tambour :
on considère la hauteur maximale puisque le charge sera maximale .
Avec : Vt=V1 x cosα = 2 x V0 x cosα
Or : tanα= 125/10500  α = 0.68
Donc : V=2 x 0.1 x cos(0.68)
Vt = 0.1999 m/s

Et Donc : Ps = T2 x Vt = 0.6 x P x 2 x V

A.N : Ps = 0.6 x 10000 x 2 x 0.1

Et Donc : Ps = 1200 W

 Calculons la puissance du moteur :

Pm’=Ps/η

A.N : Pm’ = 1 237 W

On fait une correction pour la sécurité en multipliant cette valeur pas un coefficient de sécurité Ks = 1.5 :

Pm = Pm’ x Ks

Pm = 1 500 W
c- Choix du moteur :

Apres avoir fait une recherche dans les catalogues des moteurs freins, on a choisi le moteur
suivant :
Catalogue : MGM
Type : BA 90 SA2 (à 2 pôles)

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


50 | P a g e
d- Vérification du cahier de charge :

On doit maintenant vérifier si avec les paramètres du moteur choisi la condition sur la vitesse de
la charge donnée dans le cahier de charge reste valable :

On a : N = 2850 tr/min

Iω4I = 1600 x V = 2 x π x N /60

Et donc : V = 2 x π x N /(60x1600)

V = 0.18 m/s

V > 0.1 m/s

 Alors la condition dans le cahier de charge est bien vérifiée.

3- Choix de l’accouplement :
Pour transmettre l’énergie mécanique du moteur à l’arbre moteur on choisit un accouplement élastique
puisqu’il est solliciter en torsion, et qui vas aussi limiter le couple par freinage on utilisant un ressort de
rappelle.

Le couple nominal à transmettre :


On calcule le couple nominal à transmettre :

On le multiplie par un coefficient de sécurité K =1.3 :

Cn=7.18N.m

On utilisant le catalogue on choisit l’accouplement convenable :

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


51 | P a g e
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
52 | P a g e
4- Dimensionnement de l‘arbre moteur :

Satellite Z

La roue 4 c X

D A B

{ }

Satellite Z
1

D Y

: Effort tangentielle
Satellite
Satellite2
: Effort radial 3

NOTATIONS :

D est le centre de la roue 4

Chaque satellite (i) applique ses efforts sur l’arbre en un point (Di)

Le matériau utilisé est un acier S235

r : Le rayon de la roue 4

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


53 | P a g e
Les efforts appliqués sur l’arbre :

Pivot au point A : { | }

Le couple du moteur appliqué au point B : { | }

Les efforts appliqués par les trois stellites sur la roue 4 :

Le tableau suivant donne la projection des efforts des trois satellites dans le repère (X, Y, Z) :
(les vecteurs sont en gras)

Satellite 1 Satellite2 Satellite3


Fa : force axial -Fa X -Fa X -Fa X
Ft : force tangentielle Ft X -Ft COS(30) Z + Ft SIN(30) Y -Ft COS(60) Z +Ft SIN(60) Y
Fr : force radiale Fr X Fr SIN(30) Z + Fr COS(30) Y +Fr COS(60) Z - Fr SIN(60) Y

Ramenant les torseurs des trois satellites au point D (centre de la roue 4) :

Pour le satellite 1 :

Le torseur de ce satellite dans le point D1 est :{ | }

Donc le torseur au point D s’écrit :{ | }

Pour le satellite2 :


{ | }


En utilisant le théorème du moment le torseur s’écrit au point D : |
√ √
{ }

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


54 | P a g e
Pour le satellite 3 :

De même le torseur des efforts appliqués par le satellite 3 sur l’arbre s’écrit en D :

√ |
|

{√ }

Donc le torseur des efforts des trois satellites s’écrit en D :

{ | }

Calculons le torseur de cohésion :

Entre D et A :

Le torseur de cohésion en G est :

{ | }

Entre A et B le torseur de cohésion en G est :

{ | }

Donc l’arbre est sollicité en torsion :

Et pour qu’il résiste il faut que : τ max Tad

Avec τ max= * : contrainte maximale à la torsion. (I= , c = 3*cn = 3*5,03 Nm ; avec cn le


couple nominale)

S=5 : coefficient de sécurité

Τad=235MPa : limite élastique du matériau

Donc d≥ √

d≥11,78mm
On choisit pour des raisons de sécurité un arbre de diamètre : D = 25 mm

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


55 | P a g e
5- Dimensionnement de l’arbre sattelite :
Les efforts appliqués sur l’arbre :

M1 3

d=20 e=60 f=20 Z

E X

1 A B M

M2

NOTATION :

-Le matériau utilisé est un acier S235

-ri indique le rayon de la roue(i).

Le torseur des efforts de la roue 0 sur la roue 1 en E : { | }

Le torseur des efforts de la roue 2 sur 3en M1 : { | }

Le torseur des efforts de la roue 4 sur 3 en M2 : { | }

Deux appuis Fa2 :

En A : { | }

En B : { | }

On a :

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


56 | P a g e
Ft4= = =202.82N Fa4= Ft4*tg(15)=54.34N Fr4=76.42N

Et

Ft2= = = =2876.8N Fa2=770.85N Fr2=1084N

Calculons les inconnus par le PFS :

En ramène tous les torseurs au point M

{ | } { | } { | } { | } { | }={ }

On a donc

On a un système hyperstatique :

XA+XB=59,14N

Pour le résoudre on procède par le calcul des efforts induits des roulements (voir le dimensionnement
des roulements de cet arbre).

On trouve XA=1518N et XB=1458,66N

Calcul du torseur de cohésion

Partie1 0< x<25 : on prend (_) ce qui’ est à gauche :

{ }= { | }={ | }

Partie2 25< x<75 :

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


57 | P a g e
{ }= { | }={ | }

Partie3 75 <x<100 :

{ }={ | ( ) }={ | }

Le point critique :
D’aprés le torseur de cohésion :

On applique le critère de Von Mises :

√ ≤ (Re/s) , (I= )

Avec :{ (on néglige l’effet de la traction)

Et I=

Donc on obtient :

d ≥√

Donc dmin=27.59mm
Pour notre système on va prendre :
d=30mm

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


58 | P a g e
6- Dimensionnement des roulements :
6-1- Guidage en rotation par roulements à bille à contact oblique :
Ce type de supporte des charges radiale axiale relativement importantes, et aussi il exige une bonne
coaxialité des arbres et des logements. Dans notre cas ce type de roulement est adapté à notre système.

On impose L10h=15000h, d=25mm, N=2500tr/min.

Roulements 1 : modélisation

20 80

(1) (2) Cm Y

A B C D X

{T1-----arbre}/A={ | } {Rlt1----arbre}/B={ | }

{Rlt2----arbre}/C={ | } {T2----arbre}/D={ | }

On écrit les torseurs au même point A, et après l’application du PFS on


obtient les équations suivantes :

{ {

{
Donc le système est hyperstatique :
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
59 | P a g e
Les efforts radiaux sont nulles donc on va prendre Y maximum pour le calcul de P

P=0.57*Fa

Fa’=Ft* Ft= avec β=15°

Fa’= 54.24N

Fa=Fa’*3=162.72 donc P=0.57*162.72= 92.75

Avec C=P*L^1/3 on calcul la charge dynamique.

On trouve C=1397.14N

On utilisant le catalogue, pour d=25mm : C=10700N

Vérification du choix de roulement :

On sait que :

L10h= ((C/P)^ )* (10^6/60*N)

L10h=89787h > L10h (imposé par le cahier des charges).

Donc le choix est vérifié.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


60 | P a g e
6-2- Roulement du tambour :

On n’impose dans le cahier de charges de système une durée de vie : L10h=20000h.

On choisit des roulements rigides à une rangée de bille.

On isole le tambour et on fait le bilan des forces :


Tambour
Ft

Fa

Fr

Modélisation :

30 60 Z

A X

B C

Les torseurs des efforts au point A :

{T1-----}/A={ | } {T2----}/A={ | }

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


61 | P a g e
Les torseurs aux point B et C des liaisons :

{Rlt1----}/C={ | } {Rlt2---}/B={ | }

On ramène tous les torseurs au point A :

{Rlt1---}/A={ | } {Rlt2---}/A={ | }

On applique le PFS

{ Et {

Calcul de Fa/Fr :

D’après le catalogue on

Donc  P=X*Fr +Y*Fa avec X=1 et Y=0

AN :  P=3000N

En sait que la charge dynamique : C= ( )

AN : C=45199.11N

On utilisant le catalogue et on choisit C=46200N

Vérification du choix :

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


62 | P a g e
L10h=(C/P)^3*(10^6/60*N)

AN : L10h=21358.27>L10h(imposé par le cahier des charges )

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


63 | P a g e
6-3- Roulements pour arbres satellites :

Modélisation :

Guidage en rotation de l’arbre satellite par des roulements à rouleaux coniques :

Ce type de roulement supporte des charges axiales et radiales importantes, donc il est adaptée à
notre système.de plus on a choisi un montage en O pour des raisons de montage et des efforts
appliquée.

Donnée de calcul : d=30mm, N=2850 tr/min,

Y1=1.9, e1=0.31, C1=76500.

Y2=1.7, e2=0.35, C2=64400.

On n’impose dans le cahier de charges de système une durée de vie : L10h=20000h

20
Arbre 3
60
A E Z

B C P X
1
D

{Rlt1----arbre}/B={ | } {Rlt2----arbre}/C={ | }

{T1----}/A={ | } {T3---- -}/D={ | } {T2----}/E={ | }

Le torseur T2 des efforts au point P :

{T2----}/p={ | }

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


64 | P a g e
Le Torseur T3 des efforts au point P :

{T3---- -}/p={ | }

Le torseur T1 des efforts au point P :

{T1----}/P={ | }

Les torseurs des roulements au point P :

{Rlt1----arbre}/P={ | } {Rlt2----arbre}/P={ | }

On applique le PFS :

{ Et 

{ {
Donc :

Fr1=5628.65N et Fr2=4960.14N

On calcul les efforts induites :

Fai1= =1481.22N Fai2= =1458.86N

On a -Fai1+Fai2+A >0 avec A =59.14

Donc Fa1=1518N Et Fa2=1458.86N

Pour le roulement 1 :32306 Pour le roulement 2 :33206


<0 <0
Donc P=Fr1 Donc P=Fr2
On calcul la durée de vie : On calcul la durée de vie :
L1= * L1= *
L1=35037.07h L2=30082.25h

Les deux C donnent des durée de vie supérieur à celle imposé par le cahier des charges .donc on
choisit le roulement : 33206
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
65 | P a g e
Choix de coussinet :

Le diamètre de l’arbre d=30mm.On choisit un coussinet autolubrifiant à collerette standard.


Reference : FP15 . En se référant au catalogue proposé dans «Memotech-productique-conception
et dessin»

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


66 | P a g e
7- Détermination de l’épaisseur du Tambour :

Pour dimensionner le Tambour (son épaisseur) on va se baser sur l’étude de la résistance du


matériau (RDM) :

On considère le Tambour comme étant une poutre dont le profilé est un cercle creux.
On a choisi le matériaux : Acier S180

Z
C B X A

Rx

Ry a b

Section de la poutre

- Le point A : le Torseur des efforts appliqué par la charge soulevée.


- Le Point B : le centre du train épicycloïdal On doit calculer le torseur
des efforts dans ce point.

 Calcul du torseur des efforts dans le point A :

D
A r
F

le Torseur en D : { ==> ça devient en point A : {

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


67 | P a g e
 Calcul du torseur des efforts dans le point A :

A’ Z

α
Y

C’ B’

: Les efforts Tangentiels Ft.

: Les efforts Radiales Fr.

: Les efforts Axiales Fa.

Avec : α= 60°

>> Le torseur des efforts en point A’ : {  en point B : { | } 1


>> Le torseur des efforts en point B’ : |

{ }


|
 En point B : 2
|
√ √
{ }

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


68 | P a g e

>> Le torseur des efforts en point C’ : |

{ }


|
 En point B : | 3
√ √
{ }

1 + 2 + 3  { | }

 Calcul du torseur des efforts dans le point A :


Z
C B X A

Rx

Ry a b

Section de la poutre

 X Є [CB] :

Le torseur de cohésion est : { | }

 X Є [CB] :

Le torseur de cohésion est : { | }

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


69 | P a g e
 Etudions la Torsion :

On sait que : Ϯmax = 

On a comme données : Dext = 243  R=121.5 et t = e = R-r

F = 0,6 x 10 000 = 6000

A= π.( (r+R)/2)²

Reg = = 150

Donc pour :

On trouve : 1.02 r² - 116.5 r +295.2 = 0

Ce qui donne : r= 118,5 mm = R- r = 121,5 – 118,5

Finalement la condition sur e par torsion est :

e1> 3 mm

 Etudions la Flexion :

On sait que : σmax = < Rpeg

On a comme données : Dext = 243  r=121.5

et Ɩ = a + b = 250

F = 0,6 x 10 000 = 6000 N

Avec : I=

Et : Rpeg = = 150

Finalement la condition sur l’épaisseur par flexion est :

e2> 0.1 mm

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


70 | P a g e
 Etudions la traction :

On sait que : σmax = < Rpeg

On a comme données : Dext = 243  r=121.5

F = 0,6 x 10 000 = 6000 N

Avec : S=

Et : Rpeg = = 150

Finalement la condition sur l’épaisseur par traction est :

e3 > 0.1 mm

 Détermination de l’épaisseur du tambour:


Par calcul RDM on a conclu que notre tambour sera sous forme d’une tôle cylindrique dont l’épaisseur
qui est la différence entre le Diamètre extérieure (donné) et le diamètre intérieure supérieur est
faible :

e < e1, e2, e3

Donc e= > 3 mm

Mais pour des raisons du cout et de facilité de la fabrication et de disponibilité sur le marché on
prendra :

e = 20 mm

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


71 | P a g e
8- Détermination du matériau du câble :
 Calcul de la contrainte maximale :

Le câble est soumis à un effort de traction appliqué par la charge.

Donc on tout point du câble le torseur de cohésion sera :

{ | }

Pour que le câble résiste toujours à cet effort de traction il faut que sa contrainte maximale
soit inférieure à sa limite Rpe , C’est-à-dire :

σmax = < Rpe = Re/s

On a :
σmax = 166 MPa

Alors il faut qu’on choisit un matériau qui a une limite supérieure à 166 MPa.

 Choix du matériaux du câble :

On choisit le matériau suivant :

Acier d’usage général


Nuance R (min) Re (min)
S 185 290 185

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


72 | P a g e
9- Dimensionnement Des Vis:
 Dimensionnement des vis Couvercle-Tambour :

On fixe le Vis : M8 Classe 8-8 , Avec montage à sec.

o Estimation du nombre des vis :

On a : Z> = = 21.58

Donc on prend :

Z = 22

o Calcul de la précharge :

F0 > Fe + Te/tanρ

Fa = 769 N  Fe = Fa/22 = 34.95 N (Par Boulon)

Ft = 2872.9 N  Te = Ft/22 = 130.58 N (Par Boulon)

F0 > 34.95 + 130.58/0..1 = 1340.8 N

Et donc d’après le tableau dans les Annexes on a :

Cs = 12.7 N.m

F0min = 4570 N

F0max = 13710 N

o Vérification de la tenue mécanique :

Il faut que : √ < 0.9*Remin

On a : σ= Avec As = 36.6 mm² (Annexe) 

Et : τ= Avec C’ = Cs – Cf {

Alors : C’ = 3103 N.mm  τ = 49.6 MPa

Finalement on a : σeq = √ = 384 < 576

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


73 | P a g e
 La Condition est bien vérifiée.
o Vérification de la tenue au matage :

Il faut que : P < Padm avec Padm = 210 MPa

On a : P = avec : {

Donc  P = 166.18 MPa < 210 MPa

 La Condition est bien vérifiée.

Pour le dessin les dimensions des vis sont obtenues par


les tableaux en Annexe

 Dimensionnement des vis Couronne-Tambour :

On fixe le Vis : M8 Classe 8-8 , Avec montage à sec.

o Estimation du nombre des vis :

On a : Z> = = 19.93

Donc on prend :
Z = 20

 Pour l’étude des autres paramètres, l’étude précédente est suffisante puisque les vis sont
identiques et sollicité par les mêmes résultantes.

 Dimensionnement des vis Alésage-Carter :

On fixe le Vis : M8 Classe 8-8 , Avec montage à sec.

o Estimation du nombre des vis :

On a : Z> = = 14.14

Donc on prend :
Z = 15

 Pour l’étude des autres paramètres, l’étude précédente est suffisante puisque les vis sont
identiques et sollicité par les mêmes résultantes.

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


74 | P a g e
10-Choix des Circlips:
Le diamètre de l’arbre moteur est 25mm, et le diamètre de l’arbre satellite est égale à 30mm, le choix
des circlips qui feront l’arrêt axiale des roulements est fait en se référant au catalogue proposé dans
«le guide de dessinateur »

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


75 | P a g e
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
76 | P a g e
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
77 | P a g e
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
78 | P a g e
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
79 | P a g e
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
80 | P a g e
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
81 | P a g e
Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE
82 | P a g e
Conclusion

Le palan électrique est un appareil de levage suspendu, utilisée pour le déplacement verticale et
horizontale des charges variées .C’est un équipement très utile et fort répondu dans le secteur industriel vu
sa puissance et son efficacité et son faible cout. Mais les charges transportés ne doivent pas dépassé une
charge critique. Aussi il faut que le système travaille en assurant la sécurité des biens et des autres pour ne
pas avoir des risques. C’est pour cela notre étude était concentrée sur le dimensionnement des parties
critiques de notre système.

Cette étude nous a permis d’appliqué toutes nos connaissances. Et d’approfondir dans l’étude en se
basant sur les règle de dimensionnement et d’appliquée les méthodes de calcules

Rapport de Projet : PALAN ELECTRIQUE


83 | P a g e