Vous êtes sur la page 1sur 16

Les pompes à diffusion

d’huile

10/10/2016 PREVOST Christophe 1


Une pompe centenaire toujours présente
Indépendamment du développement
considérable des pompes dans le domaine
du vide poussé et de l’UHV – plus sures et
W.Gaede
1878 - 1945
infiniment plus propres – les pompes à
diffusion d’huile restent fréquemment
Pompe à mercure 1916
employées :

 Prix de revient modéré


 Grand débit
Langmuir
 Simplicité de leur construction
1881- 1957

Pompe à mercure 1915


10/10/2016 PREVOST Christophe 2
Principe de fonctionnement
 Action d’évacuation d’un jet de vapeur ininterrompu
d’un fluide moteur (molécules lourdes) qui s’écoule
à grande vitesse (supersonique).
 Les gaz évacués à basse pression (Pk < 0,1 mbar) sont
emportés par le jet de vapeur dans lequel ils
pénètrent grâce à la diffusion moléculaire.
 « Captation » donc par le jet des molécules gazeuses
à basse pression et « transfert » dans une zone à
pression élevée.
 Puis condensation de la vapeur sur la paroi refroidie

10/10/2016 PREVOST Christophe 3


Théorie et mécanisme de fonctionnement
La théorie complète reste à faire. Les progrès sont dû plutôt à des recherches empiriques qu’à
des calculs
Régime moléculaire pour le gaz, condition d’établissement du jet.
En dessous EE’ : courant de molécules dirigées vers le bas, de
vitesse u constante de la vapeur et courant de diffusion de sens
opposé. A l’équilibre :
dn1 dn1 dp1 u
n1 . u  D 0   dx
dx n1 p1 D
L dp PL u.L

1
 Ln 
0 p1 P0 D
A condition que D soit petit (n 2suffisament grand) D  2 . 4 8R.T
3n 2 .d 22 .M 2
PL
, rapport de pressions partielles de gaz entre 2 plans, peut être grand.
P0
10/10/2016 PREVOST Christophe 4
Théorie et mécanisme de fonctionnement
La théorie complète reste à faire. Les progrès sont dus plutôt à des recherches empiriques
qu’à des calculs.
Vitesse de pompage maximale : toutes les molécules qui traversent la couronne de diffusion
sont pompées moins la diffusion en retour:
A : aire de la couronne
dN1 1 dn1 0 < k < 1 : coefficient de Ho qui
 ( k .n1 .v m1  D )A
dt 4 dx mesure l’efficacité de la pompe
dn1 1 1 dn1 1 D dn1
S  m1 .  .  S  ( k .v m1  . )A
dt 1 n1 dt 4 n1 dx
2 4 8R.T
D . 2
3n 2 .d 2 .M 2
 Diffusion faible → S indépendant de la pression et inversement proportionnelle à (M1)1/2
 Lorsque p secondaire diminue → le second terme croit jusqu’à S = 0
10/10/2016 PREVOST Christophe 5
Théorie et mécanisme de fonctionnement
La théorie précédente est basée sur un schéma très simplifié du processus d’évacuation et
ne tient pas compte de l’inhomogénéité du jet de vapeur due à son écoulement hors de
l’ajustage à une vitesse supersonique.

La concentration du gaz dans le jet et le long de la paroi de pompe dépend de la structure du jet. La masse
volumique du jet de vapeur est grand dans la partie centrale du jet et près de l’ajustage, elle diminue vite
latéralement et le long du jet Partie A concentration de gaz faible
Partie B concentration de gaz grande
n1 = Nv

Les molécules légères et peu nombreuses qui pénètrent dans la zone de diffusion du jet entrent en collision avec celles de
la vapeur lourdes, rapides et abondantes. Elles acquièrent les mêmes vitesse que ces molécules dans la direction du jet.

10/10/2016 PREVOST Christophe 6


Théorie et mécanisme de fonctionnement
La vitesse de pompage dépend des dimensions du jet, donc de
la répartition de sa concentration et de sa longueur L
1 D dn1 2 4 8 R .T
S  ( k .v m1  . )A D .
4 n1 dx 3n 2 .d 22 .M 2
 L faible, le noyau dense approche de la paroi ce qui gène la
diffusion du gaz
 L augmente, la vitesse croit . Il existe un maximum lorsque L
varie
 L trop grand, la concentration de vapeur diminue le long du
jet ce qui a pour conséquence d’augmenter la diffusion
inverse vers l’admission de la pompe.
Lorsque toutes les molécules qui traversent la surface A entre paroi de la pompe et
ajustage sont évacuées : S max  1 v m1 .A
4
10/10/2016 PREVOST Christophe 7
Théorie et mécanisme de fonctionnement
 La pompe ne commence à fonctionner Pu > Puk (amorçage)
 S croit car il y a augmentation de la concentration et de la
vitesse du jet ainsi que diminution de diffusion inverse
 S décroit après être passé par un maximum car il y a
notamment augmentation du noyau dense du jet et donc
amincissement de la zone de diffusion. La surchauffe de l’huile
et sa décomposition en fractions légères augmente la
quantité des gaz à pomper.

 L’augmentation du noyau dense du jet lorsque Pu augmente permet de fonctionner à plus


haute contre-pression. La pression critique pk à laquelle la pompe s’amorce croit.

 L’augmentation de la pression limite p∞ est due notamment à celle du nombre de molécules


de vapeur d’huile rétrodiffusées en raison du jet plus important.
10/10/2016 PREVOST Christophe 8
Pompe à plusieurs étages
p3.S3 = p2.S2 = p1.S1 = p0.S0
Les étages préliminaires, coté vide grossier, sont destinés à diminuer la
chute de pression p2 – p3 que doit supporter le dernier étage dont
dépendent la pression limite et le débit de la pompe. Ces étages
préliminaires permettent le fonctionnement de la pompe à une pression
de refoulement plus haute.
La largeur des jets pour les étages préliminaires diminue rapidement.
Pour le premier étage, qui fonctionne en partie comme un éjecteur, la
section de sortie de l’ajustage est plus grande.
L’étage à l’admission a un jet de plus grande largeur. Le débit de la pompe
est d’autant plus grand que ce jet est large mais la diminution de la
concentration de vapeur près de la paroi nécessite dans ce cas un
meilleur vide préliminaire (diffusion en retour).

10/10/2016 PREVOST Christophe 9


Caractéristiques principales
S augmente rapidement lorsque p d’admission approche pk (qq 10-1
mbar) et diminue rapidement lorsqu’elle approche p∞ . Entre les deux
valeur elle est pratiquement constante.

L’augmentation de la pression primaire génère une diminution de S.


Pour une certaine valeur de cette pression S devient nulle (plus de
gaz diffusé en retour par la zone de diffusion du jet). Lorsque la
pression critique est atteinte, l’action de séparation et d’évacuation
du jet cesse : le jet se déchire. Plus la puissance du jet est importante,
plus la pression critique pK est grande.

10/10/2016 PREVOST Christophe 10


Caractéristiques principales
Pression limite (qq 10-7 à qq 10-10 mbar) :

 Le degrés de diffusion du gaz dans le jet et donc la pression limite dépend de la pureté du
jet (pression partielle du contenu gazeux). Ainsi une partie du gaz entrainée par la vapeur
lors de sa condensation sur la paroi est dissoute dans le condensat et passe avec lui dans
la chaudière pour être emporté à nouveau vers l’ajustage.
 Malgré les pièges à l’admission pour capturer les vapeurs d’huile, une pression minimale
de ses vapeur s’établit dans cette région.
 Si des mesures de piégeage n’ont pas été prises (condensation), la pression limite est
déterminée par la pression de vapeur saturante de l’huile choisie à la température de la
paroi de la pompe.
 La propreté des parois de la pompe et par conséquent leur dégazage a également une
influence sur la pression limite.

10/10/2016 PREVOST Christophe 11


L’huile
Quantité de vapeur : : alimentation du jet + supplément pour maintenir
les cheminées à leur température de fonctionnement.
Ecart de température entre les ajustages inférieurs et supérieurs : qq degrés
(vapeur : expansion et huile chaudière : condensats qui s’écoule dans la
périphérie)→ Les conduites bonnes conductrices (Cu nickelé, Al) sont plongées
dans l’huile de la chaudière pour maintenir leur T.
Raisons importantes de disfonctionnement :
 Température trop basse de l’huile et des vapeurs : mauvais
fonctionnement de la pompe → forte p∞ et diminution de S.
 Température trop élevée de l’huile et des vapeurs : décomposition de
l’huile en hydrocarbures à haute pression de vapeur saturante et
dispersion du jet → forte p∞ et diminution de S.
 Contact avec l’air : cracking thermique ou chimique de l’huile,
enrichissement en fractions légères. A froid, dissolution de gaz.
 Il existe une Pu optimale
 Niveau d’huile ; maintien sous vide de la pompe
10/10/2016 PREVOST Christophe 14
Le reflux dépend :
Reflux de l’huile
 De la dispersion du jet
 Du condensat sur les parois dans la partie supérieure de la pompe
 De la condensation partielle des vapeur sur les ajustages
Branchement : Le régime thermique et le fonctionnement
sont atteints successivement en allant du bas vers le haut.
L’huile se condense sur le dernier étage lorsque son
régime n’est pas atteint et l’huile tombe sur l’étage
inférieur chaud où elle s’évapore créant un reflux
considérable.

Débranchement : C’est le dernier étage qui se refroidit le


premier et le même processus se reproduit.

=> Baffle et piège, vanne d’isolation et bypass.


10/10/2016 PREVOST Christophe 15
Construction
Baffle refroidit

Barre massive :
transmission de chaleur

Refoulement courbé vers


le haut : non refoulement
de l’huile vers la PPM

Pompe fractionnante :
le 1er étage sert d’éjecteur Pompe fractionnante :
Cracking thermique , oxydation, réaction
Pas refroidi : entre huile et matériau de la pompe
dégazage de l’huile (gaz enrichissent l’huile en fractions légères
dissous) → retour en 1
Chaudière à fond plat :
chauffage homogène
de l’huile
10/10/2016 PREVOST Christophe 16
Construction

Les Boosters :
L’amorçage des PS à huile de grande vitesse à 10-1, 10-2 mbar avec des pompes à palettes
pose problème : vitesse faible à ces pressions (p0.S0 = P3.S3) → le premier étage fonctionne
en éjecteur

Utilisation possible d’une pompe Roots

10/10/2016 PREVOST Christophe 17


En résumé
Prix de revient modéré. Grand débit . Mais rétrodiffusion.

Tout disfonctionnement se traduit par une pollution importante des enceintes (incidents de
PPM, de chauffage, de refroidissement, fuites … ).

Précautions d’emploi :
 Niveau d’huile (dégradation de p∞ et S).
 Entretien de la PPM : pk ( rétrodiffusion, dégradation de l’huile, de p∞ et S).
 Utilisation d’une vanne de cloisonnement pour les phases de démarrage et d ’arrêt
(rétrodiffusion).
 Pré pompage convenable de l’enceinte (pk →rétrodiffusion)
 Maintien du refroidissement à l’arrêt de la pompe (dégradation de l’huile, de p∞).
 Maintien de la pompe sous vide (dissolution des gaz et oxydation de l’huile entrainant une
de p∞)…
10/10/2016 PREVOST Christophe 18