Vous êtes sur la page 1sur 2

I.

La notion de temps

Les temps du récit


Introduction
Les temps sont organisés chronologiquement (avant, pendant, après) autour d’un temps de
référence
.
LES TEMPS ORGANISES AUTOUR DU PRESENT :
(ANCRES DANS L’ENONCIATION. TEMPS DU DISCOURS)

Hier, j’attendais le bus quand j’ai vu Pierre. / Aujourd’hui, il est


malade. / On le verra demain.

LES TEMPS ORGANISES AUTOUR DU PASSE :


(COUPES DE L’ENONCIATION. TEMPS DU RECIT) Il avait

entendu un cri; il ouvrit la porte; quelqu’un devait être là. Il n’oserait


plus sortir désormais.

TEMPS DE BASE

Les temps de base sont ceux qui font avancer l’action, ceux des événements de premier plan.
Il existe trois temps de base: - pour les faits passés: passé simple ou passé composé. - pour
les faits qui se déroulent au moment où le narrateur les raconte: le présent
Les temps verbaux et leurs usages narratifs
Le récit classique utilise un certain nombre de temps verbaux dont les deux pivots sont le
passé simple et l'imparfait. Les récits du XXe siècle, en renouvelant le genre romanesque,
bouleverseront profondément ce système temporel, par l'introduction du passé composé
d'abord, puis par l'usage de plus en plus fréquent du présent. En un siècle, le système temporel
des récits a changé du tout au tout.
1. Valeurs et usages narratifs de l'opposition imparfait / passé simple
1.1. L'opposition aspectuelle entre imparfait et passé simple
Il faut bien comprendre que si le choix de la voix (active, passive) détermine un angle du
regard sur l’action, et le choix du mode (indicatif, subjonctif, impératif, infinitif, participe)
implique un point de vue, un état d’esprit, le choix du temps, lui, suggère parfois certains
aspects ou caractéristiques du déroulement de l’action ou de l’état envisagés : son étalement
dans le temps (sa durée), sa répétition, son caractère unique, ponctuel, son achèvement ou, au
contraire, son caractère inachevé, également son caractère éventuel, en dépendance d’une
condition qui en détermine la réalisation.
De ce fait, le passé simple et l'imparfait s'opposent sous la catégorie de l'aspect. L'aspect
indique de quelle manière on envisage le procès dénoté par un verbe. Le passé simple est un
temps perfectif, en ce qu'il saisit le procès de l'extérieur, dans sa globalité, à la manière d'un
point apparu à un moment donné. L'imparfait, en revanche, est un temps imperfectif. Il
présente le procès de l'intérieur, dans son déroulement, sans lui assigner de bornes temporelles
évidentes. Lorsqu'on utilise l'imparfait, on signale que le procès est en cours au moment choisi
comme point de repère, mais on ne donne pas d'indication quant à son achèvement. Si le passé
simple est donc limitatif, l'imparfait peut être dit non limitatif.

Vous aimerez peut-être aussi