Vous êtes sur la page 1sur 8

Chapitre Un

Différentielle d’une Fonction

1.1 Rappels
Soit f une fonction définie de R → R et Df son domaine de définition.
On dit que f est dérivable en un point x∗ ∈ Df si et seulement si son taux d’accroissement
f (x)−f (x∗ )
noté par x−x∗
admet une limite finie quand x → x∗ .
df
Cette limite notée f 0 (x∗ ) ou Df (x∗ ) ou dx
(x∗ ) est le nombre de dérivée ou la valeur de la
dérivée de f en x∗ .

Théorème 1.1.1. .
f dérivable en un point x∗ ⇐⇒ f 0 (x∗ ) est fini.

Exemple 1.1.1. .
On donne f (x) = 2x2 + 1. Calculer Df (0) et Df (1).

• Déterminer Df (0)
Il suffit de comprendre que x∗ = 0
f est définie sur R et 0 ∈ R
f (x)−1 2x2 2x
Par calcul, f (0) = 1 et lim x
= lim = lim =0
x→0 x→0 x x→0 1
Donc Df (0) = 0
• Déterminer Df (1)
Posons x∗ = 1
f est définie sur R et 1 ∈ R
Par calcul, f (1) = 3
f (x)−3 2x2 −2 2(x+1)(x−1)
et lim x−1
= lim = lim = lim 2(x + 1) = 4
x→1 x→1 x−1 x→1 x−1 x→1

Cours de Mathématiques Générales 3 CERAP Centre


c de recherche et d’action pour la paix / Pole univertaire
Différentielle d’une fonction 2

Donc Df (1) = 4

Remarque 1.1.1. .
Lorsque la dérivabilité de la fonction est connue d’avance en x∗ , on détermine Df (x∗ ) par
la méthode :
X Calculer f 0 (x).
X Remplacer x par x∗ dans l’expression de f 0 (x).

Remarque 1.1.2. .
Dans ce chapitre, nous utiliserons les fonctions continuellement dérivables sur leurs Df ;
c’est à dire des fonctions dérivables dont leurs dérivées sont continues Df

1.2 Différentielle d’une fonction

1.2.1 Cas des fonctions à une seule variable

Considérons une fonction f de R → R continuellement dérivable sur son Df

Définition 1.2.1. .
Pour tout x∗ ∈ Df on appelle différentielle de f en x∗ , notée df (x∗ ) l’expression :

df (x∗ ) = f 0 (x∗ )4x

. Avec f 0 (x∗ ) la dérivée de f en x∗ et 4x la variation de x à x∗ .


Par convention 4x est notée dx.

Remarque 1.2.1. .
Pour déterminer la différentielle d’une fonction f en un point x∗ , il faut :
X Calculer la dérivée de la fonction f en ce point x∗ .
X Ajouter 4x ou dx.

Exemple 1.2.1. .
Calculer la différentielle de f en tout point x et en déduire la différentielle au point 1 dans
les cas suivants.
1
a) f (x) = x + 3x2 − x

b) f (x) = x3 cos(xπ)

Cours de Mathématiques Générales 3 CERAP Centre


c de recherche et d’action pour la paix / Pole univertaire
Différentielle d’une fonction 3

Solution
b) f (x) = x3 cos(xπ)
f 0 (x) = 3x2 cox(xπ) − x3 πsin(xπ),
Sa différentielle en tout point est df (x) = f 0 (x)dx = [3x2 cox(xπ) − x3 πsin(xπ)]4x
0u df (x) = [3x2 cox(xπ) − x3 πsin(xπ)]dx
Et sa différentielle au point 1 est :
f 0 (1) = −3; donc df (1) = f 0 (1)4x = −34x = −3dx

Remarque 1.2.2. .
Pour la fonction identité, f (x) = x,
on a f 0 (x) = 1 pour tout x ∈ R
Donc sa différentielle en tout point x est df (x) = 14x = 4x

1.2.2 Cas de fonctions à plusieurs variables

Considérons une fonction f de Rn → R continuellement dérivable sur un domaine Df


Soit x∗ = (x∗1 , x∗2 , · · · , x∗n ) ∈ Df .
On appelle différentielle de f en x∗ , notée df (x∗ ) l’expression linéaire en variation
4x1 , 4x2 , · · · , 4xn définie par :

df (x∗ ) = f 0 (x∗ )4x

. Donc on a :
∂f (x∗ )4x1 ∂f (x∗ )4x2 ∂f (x∗ )4xn
df (x∗ ) = + ,··· ,
∂x1 ∂x2 ∂xn
Remarque 1.2.3. .
Pour des raisons analogues à celles expliquées dans le cas d’une fonction d’une variable,
on écrit généralement :

∂f (x∗ )dx1 ∂f (x∗ )dx2 ∂f (x∗ )dxn


df (x∗ ) = + ,··· ,
∂x1 ∂x2 ∂xn
Où pour chaque valeur de i, avec 1 ≤ i ≤ n, dxi peut être considérée comme :
X Soit comme une variation de la variable xi au départ de la valeur x∗i (dxi = xi − x∗i ).
X Soit comme la différentielle de la fonction identité.

Cours de Mathématiques Générales 3 CERAP Centre


c de recherche et d’action pour la paix / Pole univertaire
Equations aux variations différentielles 4

Exemple 1.2.2. .
Calculer la différentielle de f au point S(x, y, z) dans les cas suivants puis en déduire celle
au point A = (−1, 0, 1).
a) f (x, y, z) = x2 − 2y 3 + z 2
b) f (x, y, z) = xy + 2z 3 − x2 z 3 + 2y 2 .

Solution
Traitons le cas en b)
b) f (x, y, z) = xy + 2z 3 − x2 z 3 + 2y 2 .

∂f (x,y,z)(x,y,z)
= y − 2xz 3


∂x




∂f (x,y,z)(x,y,z)
 ∂y
= x + 4y 2


∂f (x,y,z)(x,y,z)
= 6z 2 − 3x2 z 2



∂z

Donc la différentielle est df (S) = (y − 2xz 3 )dx + (x + 4y 2 )dy + (6z 2 − 3x2 z 2 )dz
Enfin, la différentielle de f au point A = (−1, 0, 1) est :
df (A) = 2dx − 1dy + 3dz

1.3 Equations aux variations différentielles




 f : Rn → R
Considérons une fonction
x → f (x1 , x2 , · · · , xn )


Soit l’équation :
f (x1 , x2 , · · · , xn ) = b avec b ∈ R

Définition 1.3.1. .
On appelle équation linéaire approchée au point x∗ = (x∗1 , x∗2 , · · · , x∗n ) de l’équation.
f (x1 , x2 , · · · , xn ) = b l’équation définie par :

∂f (x∗1 , x∗2 , · · · , x∗n )(x1 − x∗2 ) ∂f (x∗1 , x∗2 , · · · , x∗n )(x1 − x∗2 ) ∂f (x∗1 , x∗2 , · · · , x∗n )(xn − x∗n )
+ ,··· , =0
∂xn ∂x2 ∂xn

Remarque 1.3.1. .
Puisque x∗ = (x∗1 , x∗2 , · · · , x∗n ) est solution de l’équation f (x1 , x2 , · · · , xn ) = b cette équation

Cours de Mathématiques Générales 3 CERAP Centre


c de recherche et d’action pour la paix / Pole univertaire
Equations aux variations différentielles 5

définie l’équation de la tangente en x∗ = (x∗1 , x∗2 , · · · , x∗n ) à la courbe de la fonction :


f (x1 , x2 , · · · , xn ) − b = 0.

Exemple 1.3.1. .
Pour f (x, y, z) = xy+2z 3 −x2 z 3 +2y 2 déterminer l’équation linéaire approchée au voisinage
du point x = (1, −1, 0) de l’équation f (x, y, z) = 1

Solution
D’après l’exemple précédent ;


∂f (x,y,z)(x,y,z)
= y − 2xz 3


∂x




∂f (x,y,z)(x,y,z)
 ∂y
= x + 4y 2


∂f (x,y,z)(x,y,z)
= 6z 2 − 3x2 z 2



∂z

Ceci donne :
∂f (1,−1,0)(x−1) ∂f (1,−1,0)(x+1) ∂f (1,−1,0)(x−0)
∂x
+ ∂y
+ ∂z
= −1(x − 1) + 5(y + 1) = −x + 1 + 5y + 5
Donc l’équation linéaire approchée au voisinage du point x = (1, −1, 0) est :
−x + 5y + 6 = 0

Définition 1.3.2. .
On appelle équation aux variations différentielles associée en sa solution.
x∗ = (x∗1 , x∗2 , · · · , x∗n ) l’équation :

∂f (x∗1 , x∗2 , · · · , x∗n )dx1 ∂f (x∗1 , x∗2 , · · · , x∗n )dx2 ∂f (x∗1 , x∗2 , · · · , x∗n )dxn
+ ,··· , =0
∂x1 ∂x2 ∂xn

Remarque 1.3.2. .
Partant de l’équation linéaire approchée au voisinage du point, on obtient l’équation aux
variations différentielles associée en remplaçant xi − x∗i = dxi avec 1 ≤ i ≤ n

Exemple 1.3.2. .
Pour f (x, y, z) = xy + 2z 3 − x2 z 3 + 2y 2 déterminer l’équation aux variations différentielles
associée à l’équation f (x, y, z) = 1 au point x = (1, −1, 0)

Solution
En l’utilisant l’exemple (1.3.1)

Cours de Mathématiques Générales 3 CERAP Centre


c de recherche et d’action pour la paix / Pole univertaire
Systèmes d’équations aux variations différentielles 6

l’équation aux variations différentielles associée à l’équation f (x, y, z) = 1 au point x =


(1, −1, 0) est :
∂f (1,−1,0)(x−1) ∂f (1,−1,0)(x+1) ∂f (1,−1,0)(x−0)
∂x
+ ∂y
+ ∂z
= −1dx + 5dy = 0

Remarque 1.3.3. .
Dans le cas de deux variables, c’est à dire :


 f : R2 → R
x → f (x1 , x2 )

Soit l’équation :
f (x1 , x2 ) = b avec b ∈ R

On dit que l’équation f (x1 , x2 ) = b définit localement, au voisinage de x∗ = (x∗1 , x∗2 )


la variable y en fonction de la variable x si et seulement si :
• Son équation linéaire approchée, en x∗ = (x∗1 , x∗2 ), définit explicitement la variable x1 en
fonction de la variable x2 .
• Oubien son équation aux variations différentielles, en x∗ = (x∗1 , x∗2 ) définit explicitement
la variable dy en fonction de la variable dx.

Exemple 1.3.3. .
En utilisant l’exemple ci-dessus (1.3.3), l’équation aux variations différentielles associée
à l’équation f (x, y, z) = 1 au point x = (1, −1, 0) est : −1dx + 5dy = 0, ⇐⇒ 1dx =
5dy ⇐⇒ dx = 5dy
Donc l’équation définit localement, au voisinage de x∗ = (1, −1, 0) la variable y en fonction
de la variable x ou la variable x en fonction de y

1.4 Systèmes d’équations aux variations différentielles


Un système (S) se présente, en général, sous la forme suivante :
p variables endogènes qui sont : y1 , y2 , · · · , yp .
n variables exogènes qui sont : x1 , x2 , · · · , xn .

Cours de Mathématiques Générales 3 CERAP Centre


c de recherche et d’action pour la paix / Pole univertaire
Systèmes d’équations aux variations différentielles 7

p équations non linéaires dans le cas général :





 f (y1 , y2 , · · · , yp , x1 , x2 , · · · , xn ) = b1


f (y1 , y2 , · · · , yp , x1 , x2 , · · · , xn ) = b2



(S) =
: :







f (y1 , y2 , · · · , yp , x1 , x2 , · · · , xn ) = bm

Remarque 1.4.1. .
Le nombre de variables endogènes correspond au nombre de variables exogènes.

Dans ce paragraphe, nous allons traiter un cas pratique.


Soit un système (S) a deux variables endogènes et trois variables exogènes défini :


 f (y1 , y2 , x1 , x2 , x3 ) = b1
(S) = 
 f (y1 , y2 , x1 , x2 , x3 ) = b2

Considérons le point (y1∗ , y2∗ , x∗1 , x∗2 , x∗3 ) solution du système (S).
En déterminant le système d’équations aux variations différentielles associé au système (S)
au point (y1∗ , y2∗ , x∗1 , x∗2 , x∗3 ).

Définition 1.4.1. .
Si on peut exprimer les variations des variables endogènes dy1 et dy2 en fonction des
variations des variables exogènes dx1 , dx2 , dx3 alors on dit que les variables endogènes y1
et y2 peuvent s’exprimer localement, au voisinage du point (y1∗ , y2∗ , x∗1 , x∗2 , x∗3 ) en fonction
des variables exogènes x1 , x2 , x3

Cours de Mathématiques Générales 3 CERAP Centre


c de recherche et d’action pour la paix / Pole univertaire
Références

[1] Mr Makrem Ben Jeddou, Mme Hababou Hella (2008). Mathématiques appliquées à
l’Économie et à la Gestion.Université Virtuelle de Tunis.

[2] Alexandre VIDAL (2011). Cours de Méthodes Mathématiques 3, Université d’Evry-


Val-D’Essonne

[3] Yannick Privat (2007). Fonctions de plusieurs variables et applications pour


l’ingénieurUniversité Henri Poincaré Nancy 1 .

Cours de Mathématiques Générales 3 CERAP Centre


c de recherche et d’action pour la paix / Pole univertaire