Vous êtes sur la page 1sur 96

0

République du Cameroun
Ecole Théologique Saint Cyprien (ETSC) - Ngoya
Affiliée à la Faculté Pontificale de Théologie (Teresianum - Rome)
Yaoundé B.P. 11078

P. MEDOU ESSOMBA Aristide Frédéric, Cmf.


Licence canonique en sciences bibliques

INTRODUCTION A LA
COMPREHENSION DU PENTATEUQUE

Notes de cours

A l’usage des Etudiants de Graduat à Ngoya

Année Académique : 2019-2020


1

INTRODUCTION A LA COMPREHENSION DU PENTATEUQUE


LIMINAIRE
INTRODUCTION GENERALE
PARTIE A : LE PENTATEUQUE AU CRIBLE DE LA CRITIQUE EXEGETIQUE
Objectif spécifique
Chapitre I : LE PENATEUQUE : Origine du nom-Affirmation d’une constitution
identitaire
I.1. De l’origine du terme
I.2. « Pentateuque » : une délimitation remise en question ?
I.3. Le pentateuque : une affirmation de l’identité d’Israël
Chapitre II : LA « CECITE » APOLOGETIQUE SUR LE PENTATEUQUE
II.1. La question de la paternité mosaïque du pentateuque
II.2. Les problèmes littéraires
Chapitre III : AU COMMENCEMENT DE L’EXEGESE CRITIQUE DU
PENTATEUQUE
III.1. L’Exégèse patristique
III.2. L’Exégèse médiévale
III.3. Les débuts de la critique littéraire
Chapitre IV : LES PREMIERS THEORIES DIACRONIQUES
IV.1. Position du problème
IV.2. L’hypothèse documentaire ancienne
IV.3. L’hypothèse des fragments
IV.4. L’hypothèse des compléments
CHAPITRE V : LA THEORIE DOCUMENTAIRE CLASSIQUE
V.1. Arrêt sur le contexte historique
V.2. Une nouvelle théorie en chantier
V.3. Le système wellhausenien ou la consécration d’une théorie
V. 4. Les limites de la théorie
CHAPITRE VI : L’ECOLE DE L’HISTOIRE DES FORMES (Formgeschichte)
VI.1. Contexte d’émergence
VI.2. Le paradigme de H. GUNKEL
VI.3. Les principes de l’Ecole
VI.4. Autres figures de proue
CHAPITRE VII : EN QUETE DE LA SPECIFICITE DE LA FOI D’ISRAEL
2

VII.1. La problématique du « noyau primitif »


VII.2. A. ALT et la thèse du « Dieu des Pères »
VII.3. A. ALT et la particularité du droit israélite
CHAPITREVIII. DE L’ETUDE DU KERYGME D’ISRAEL (Traditiongeschichte)
VIII.1. Le « petit credo historique » de G. von RAD
VIII.2. Le Yahviste : Un érudit théologien
VIII.3. Critique de la théorie
CHAPITRE IX. M. NOTH ET L’HISTOIRE DE LA TRANSMISSION
(Überlieferungsgeschichte)
IX. 1. L’Historiographie deutéronomiste
IX.2. Le Tétrateuque
IX. 3. L’Amphictyonie : une perspective pan-israélite
IX.4. Le Récit Sacerdotal (Pals Erzählung)
IX.5. Critique
CHAPITRE X : REGARD SUR D’AUTRES ECOLES D’EXEGESE
X.1. L’Exégèse Juive
X.2. L’Ecole Scandinave
X.3. I. ENGNELL et le « Cercle de Uppsala »
X.4. L’Ecole Nord-Américaine
X.5. La Réception de la Théorie en milieu Francophone
CHAPITRE XI : LA THEORIE DOCUMENTAIRE : De la Canonisation à sa
Déconstruction
XI.1. Le « consensus » des années soixante : Documents et Méthodes
XI.2. Le malaise socio-politico-culturel des années soixante-dix : « Porosités » de la théorie
CHAPITRE XII : LA VOIX DU MAGISTERE CATHOLIQUE
XII.1. La Doctrine de l’Église à l’épreuve de l’Exégèse critique
XII.2. L’Encyclique de Léon XIII « Providentissimus Deus » (1893)
XII.3. Le Congrès Catholique de Fribourg (1897)
XII.4. La Commission Biblique Pontificale : Sur l’authenticité mosaïque du Pentateuque
(1906)
XII.5. Un tournant décisif : Création de l’Ecole Biblique et Archéologique Française de
Jérusalem-EBAF (1890) et de l’Institut Pontifical Biblique de Rome-BIBLICUM (1906)
XII.6. L’Encyclique de Pie XII « Divino Afflante Spiritu » (1943)
XII.7. La Commission Biblique Pontificale : Lettre au Cardinal Suhard (1948)
3

XII.8. Concile Vatican II. Constitution Dogmatique « Dei Verbum » (1965)


XII.9. La Commission Biblique Pontificale : L’Interprétation de la Bible dans l’Église (1993)
XII.10. L’Exhortation Apostolique de Benoît XVI « Verbum Domini » (2010)
XII.11. La Commission Biblique Pontificale : Inspiration et Vérité de l’Écriture Sainte (2014)
CHAPITRE XIII : DE LA RECHERCHE POST-MODERNE SUR LE
PENTATEUQUE
XIII.1. Le Pentateuque : un corpus en crise ?
XIII.2. Les tendances exégétiques en présence
XIII.3. Le Débat autour de la formation post-exilique du Pentateuque
PARTIE A : PEUT-ON CONCLURE ?
Récapitulons ! (Acquis des investigations)
Et si l’on se pro-jetait … ? (Perspectives de recherches)
PARTIE B : VERS UNE APPROCHE SYNCHRONIQUE DU PENTATEUQUE
Objectif spécifique
CHAPITRE I : A PROPOS DE QUELQUES NOUVELLES THEORIES
LITTERAIRES
I.1. La lecture canonique
I.2. La Sémiotique
I.3. L’Analyse structurale
I.4. La Narratologie
I.5. La Rhétorique Biblique
CHAPITRE II : SOURCES ET THEOLOGIES DU PENTATEUQUE
II.1. La Théologie deutéronomiste (D)
II.2. La Théologie du Récit Sacerdotal (P)
II.3. La Théologie de la Loi de Sainteté (H)
CHAPITRE III : ETUDE CANONIQUE DES CINQ CINQUIEMES DE LA TORAH
III.1. Problème de délimitation du Corpus
III.2. Le Livre de la Genèse (« En un commencement… »)
III.3. Le livre de l’Exode (« Noms … »)
III.4. Le livre de Lévitique (« Et il appela … »)
III.5. Le livre des Nombres (« Dans le désert … »)
III.6. Le livre du Deutéronome (« Paroles … »)
PARTIE B : POURQUOI CONCLURE ?
BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE
4

LIMINAIRE : Bon à savoir !


La Bible et ses subdivisions
Dérivant de grecque τα βιβλία (les livres), la Bible se présente comme une
bibliothèque puisqu’on y trouve une collection de livres d’origine et de style bien différents.
Néanmoins, on la subdivise en deux grandes parties :
L’Ancien Testament (Ancienne Alliance ou premier Testament) : il retrace la longue histoire
d’amour qui s’est forgée entre YHWH et son peuple élu, Israël. Autrement dit, dans cette
première partie de la Bible, Israël a relu, à la lumière de la foi, son alliance avec son Dieu.
Le Nouveau Testament (qui ne nous intéresse pas dans ce cours) met en son centre la
personne de Jésus-Christ, le Messie que l’humanité attendait. Celui qui par son mystère
intégral arracha l’homme du péché.
Ainsi qu'on peut le noter, la bible n'est pas un traité d'histoire universelle, ni un traité de
science, ni un cours systématique en matière de morale ni d'éthique. Mais, c'est un ensemble
de souvenirs d'un peuple qui a vécu une HISTOIRE PARTICULIERE AVEC SON DIEU,
plein d'amour et de miséricorde à son égard. L'Ancien Testament étant d'ailleurs la partie la
plus ancienne qui relate ces événements.
S'il est vrai que la bible renferme une diversité de livres, il n'en demeure pas moins vrai que
leur nombre est fonction du canon considéré.1 En ce qui concerne l'AT il existe le canon
hébreu et le canon grec, marqués par quelques différences de contenu.
La Bible hébraïque est divisée en une triple partie (TaNaK, acronyme formé à partir des
initiales syllabiques en hébreu désignant chacune des parties) :
ATTENTION
Ainsi qu’on peut le noter, la Bible n’est pas un traité d’histoire universelle, ni un traité
de science, ni un cours systématique en matière de morale ni d’éthique. Mais c’est un
ensemble de souvenirs d’un peuple qui a vécu une histoire particulière avec son Dieu, plein
1
Bien qu'il existe une certaine confusion lors des débats autour du canon biblique, il sied néanmoins de
retenir que le terme « Canon » revêt deux acceptions :
a) « canon » veut dire règle, norme, principe, loi ou corpus de lois qu'une autorité compétente et légitime
promulgue. Norme qui par le fait devient une garantie parce que l'on y est désormais lié et/ou soumis.
b) « canon » signifie, dans un second moment, une liste de livres qui, parce que officiels, sont désormais
reconnus comme fondamentaux et dotés d'une certaine autorité (doctrinale et éthique), de manière à définir
l'identité de la communauté dans laquelle ils sont employés.
Cfr. J.L. SKA, Antico Testamento l. Introduzione, .... p.99. Au sujet de la thématique sur le canon biblique, on
peut consulter : J.D. KAESTLI — O. WERMELINGER (Ed.), Le Canon de l'Ancien Testament. Sa formation et
son histoire, Genève, Le Monde de ta Bible, 1984 ; J.-N. ALETTI E. HAULOITE et al., Le canon des Ecritures.
Etudes historiques, exégétiques et systématiques sous la direction de C. THEOBALD, Paris, LeDiv 140, 1990 ;
J.-M. - H.J. DE JONGE (Ed.), The Biblical Canons (BETL 163), Leuven, Peeters, 2002 ; P.s. ALEXANDER —
J.D. KAESTLI (Ed.), Le canon des Ecritures dans les traditions juives et chrétiennes, Lausanne, Editions du
zèbre, 2007 ; L.M. Mc DONALD J.A. SANDERS (Ed.), The Canon Debate, Peaboby (MA), Hendrickson,
2002 ; L.M. Mc DONALD, The Biblical Canon : Its origin, Transmission, and Authority, Peaboby (MA),
Hendrickson, 2007.
5

d’amour et de miséricorde à son égard. L’Ancien Testament étant d’ailleurs la partie la plus
ancienne qui relate ces événements. S’il est vrai que la Bible renferme une diversité de livres,
il n’en demeure pas moins vrai que leur nombre est fonction du canon considéré. En ce qui
concerne l’Ancien Testament il existe le canon hébreu et le canon grec, marqués par quelques
différences de contenu. La Bible hébraïque est divisée en une triple partie (TaNaK, acronyme
formé des initiales syllabiques en hébreu désignant chacune des parties) :
-TORAH : (La loi) : il est relaté l’origine du monde et de l’humanité, la naissance d’Israël
comme peuple, son alliance avec YHWH et son cheminement avec lui.
-NEBIIM : Ils actualisent dans la vie, les exigences de la loi. NB/ Le lien que nous trouvons
entre les deux, c’est-à-dire, la Torah et le Nebiim est que les prophètes rappellent la loi de
Dieu donnée à son peuple.
-KETUBIM (les Ecrits) : Ils se focalisent davantage sur les grandes questions de l’existence
humaine. (Mort, souffrance, amitié, sagesse etc).
L’AT : un défi pour le lecteur Chrétien (catholique)
Si de nos jours, la lecture de la Bible est largement diffusée dans le monde catholique,
il faut dire que ce n’était pas le cas avant. C’est surtout le concile Vatican II qui encouragera
la lecture des Saintes Ecritures par tous. Cependant, il y demeure toujours un défi : celui
d’une lecture intégrale et approfondie de L’AT de la part des fidèles catholiques (en dehors
des péricopes proposées dans la liturgie). Ce « désintéressement » pourrait s’expliquer entre
autres par ces différentes raisons :
- Peu de considération véritable de l’AT : Il est bien plus fréquent de rencontrer des fidèles
qui connaissent les récits évangéliques, les textes des épitres pauliniennes et johanniques.
Mais lorsque le sondage est fait sur l’AT ; le constat est parfois étonnant : peu sont ceux qui
peuvent situer avec exactitude, tel ou tel livre vétérotestamentaire, encore moins transmettre
leur contenu avec clarté et passion (comme ils le font avec le NT). Pourtant, il existe une
richesse capable de nourrit notre vie de foi quand on lit cette partie de la Bible (AT).
- Un texte assez compliqué : tel est l’un des arguments émis l’encontre de l’AT. Il est certes
vrai que la distance historico-culturelle qui nous sépare du contexte originaire des textes
vétérotestamentaires, amène quelques fois lecteur d’aujourd’hui à se décourager, voire
abandonner sa lecture : ces textes, dit-on, sont trop antiques et donc caducs. Est –ce toujours
vrai ?
- Certaines contradictions avec les données scientifiques actuelles : la lecture de certains
textes de l’AT déconcertent par certains de leurs affirmations « pré- et/ ou a-logiques ». Rien
de véritablement sensé s’y trouve, estiment certains contemporains. Aussi ces derniers ne
6

trouvent aucun intérêt à lire l’AT, et ce d’autant plus que l’histoire a parfois donné raison à
certains critiques acerbes des Saints Ecritures (Cfr Galilée et l’héliocentrisme/ Jos 10, 12-14).
L’un des objectifs de ce cours est aussi de communiquer aux étudiants le gout succulent dont
regorgent les textes vétérotestamentaires en général, et ceux du pentateuque en particulier.
Montrer et communiquer aux étudiants le gout succulent dont regorgent les textes
vétérotestamentaires.
7

0. INTRODUCTION GENERALE
Comment « introduire » une introduction ? Cette question, apparemment banale, revêt
pourtant toute son importance. En effet, s’engager à un corps d’introduction au pentateuque
c’est « prétendre » remonté au début de tout. C’est aller aux archétypes (modèle premier), non
seulement de l’histoire de celui qui pose ledit problème, c’est-à-dire l’homme, mais aussi
remonter jusqu’au principe principiel, originel de tout ce qui constitue le crée tout entier. Le
challenge est donc grand et la responsabilité y relative. Mais cela n’empêcha point les
chercheurs et amoureux de la Bible de s’y engager. C’est ainsi qu’au cours des années, la
lecture des cinq premiers livres de la Bible sera l’objet de moult travaux. Comment
comprendre ces trames narratives et les différentes lois corrélatives ? Si la figure de Moise va
très tôt s’imposer en tant qu’auteur, il faut dire que la rationalité curieuse et exigeante battra
en brèche une telle assertion.
Mais, cela n’empêcha pas les exégètes à travailler :
Aussi plusieurs hypothèses de recherches naitront au fil des années pour tenter de
résoudre, non uniquement la problématique de l’auteur de ce corpus, mais aussi les multiples
apories qu’on y rencontre. Comment y a-t-on procédé. Qui en furent les principaux
protagonistes ? Et où en est-on parvenu ? Qu’l y a-t-il encore à dire sur le pentateuque, si
possible il y a ? Et d’ailleurs, que contient véritablement ce corpus ? Les livres qui le
composent. Quelle est leur pertinence pour le lecteur d’aujourd’hui ? En quoi le lecteur
d’Afrique, d’origine et/ou par appartenance, trouve-t-il son compte ? Et s’il est surcroit une
personne consacrée « exclusivement » au Seigneur, pour la cause de la parole de Dieu
(Missionnaire) ?
Somme toute, ces interrogations nous amènent à frayer le champ d’investigation qui
sera le nôtre, dans le cadre de notre cours. Mais pour ne pas sombrer dans un travail de
Sisyphe, il importe que nous érigions quelques « garde-fous » herméneutiques ? En d’autres
termes, il est nécessaire d’affronter l’AT, ayant en mains quelques principes de lectures ?
Sans cela, même le pentateuque serait un corpus sibyllin.
Comment aborder un texte vétérotestamentaire
Pour ne pas sombrer dans un travail de Sisyphe il importe que nous érigions quelques
« garde- fous herméneutiques ». En effet, une lecture judicieuse des textes de l’AT obéit à un
certain nombre de principes, comme le propose J.-L Ska2 :
2
J.-L. SKA, Antico Testamento l. Introduzione, p.63-81.
8

1. « La vérité est symphonique »


En s’inspirant de Hans Urs von Balthasar, l’auteur l’applique dans le cadre de l’AT. Il
convient de souligner qu’à la différence du NT (dont les écrits couvrent à peine un siècle avec
pour focus l’évènement de Jésus- Christ), les textes de l’AT sont millénaires.
Les textes de l’AT sont millénaires.
* Ils racontent de manière variée les événements de l’histoire du peuple d’Israël (création,
patriarches exode, monarchie, prophètes, littératures sapientielle).
* On y rencontre aussi divers genres littéraires (récits, nouvelle, chroniques poésie, lois,
proverbes, prophéties, apocalyptique, etc). Tous ces différents textes offrent un aspect
particulier de Dieu.3
* Ce qui parait parfois paradoxal (cfr Comment tenir ensemble Is 45, 7 et Os 11, 9 ?) pour ne
pont verser à une compréhension parcellaire, il faudrait considérer ce « pluralisme
théologique » lorsque l’on s’engage dans la lecture de l’AT.

2. Savoir sonner avec les « deux mains »


Cette expression invite à toujours prendre en compte, dans l’acte de lecture, deux
réalités : le texte et le cotexte. Si le texte est le support de lecture. Il serait d’avantage
nécessaire de recourir à son contexte qui peut être littéraire ou historique. Ce d’autant plus
que nous avons affaire à des textes fort anciens. Le risque de mésinterprétation est donc grand
! On pourrait se retrouver soit forcer le texte de dire ce qu’il ne dit pas (extraire un message
erroné), soit de verser dans un « littéralisme » où l’on estime que le texte relate les faits « tl
que ». ( Cfr Jos 6, 1-27).

3. « La Torah parle le langage des hommes »


* Si du Coran il est dit qu’il est « tombé du ciel » avant le prophète Mahomet ne le prenne et
le lise, il n’en est pas le cas de ce qui est de la Bible.
* Au contraire, cette dernière, la Bible, fut mise par écrit par des personnes humaines, bien
concrètes. Et c’est durant plusieurs années. Aucun Ange ne serait descendu « directement »
pour transmettre le texte final des Saintes Ecritures aux hommes. Rédigée plutôt par des
hommes, certes inspirés,
* La Bible obéit dans sa phase rédactionnelle à des règles de n’importe quel langage humain.
On y retrouve des textes ambigus ou obscurs, des contradictions, des erreurs scribales, etc.
3
Pour exprimer à sa manière ces diverses théologies (entendez « discours sur Dieu ») de l'AT, J.-L. Ska affirme
poétiquement « Le Dieu de l'Ancien Testament a plusieurs visages et varie d'humeurs ». J.-L. SKA, Antico
Testamento L Introduzione, p.64.
9

* Mais, tout ceci est la preuve de l’imperfection humaine qui n’altère en rien son inerrance.4
Du fait que la Bible ait été écrite dans des situations concrètes, c’est d’ailleurs la
raison pour laquelle il est recommandé de s’intéresser à son contexte. En conséquence, on ne
saurait lire un texte pentateuque par exemple sans être attentif au genre littéraire qui le sous-
tend. De même un texte dont la pointe est une didactique sapientielle (2R 2, 23-25) n’équivaut
pas à un texte de nature apocalyptique.

4. « Le récit est la signification » (Hans Frei)


Comme nous le disions plus haut, il y a le risque, en lisant la Bible et donc le
pentateuque, d’accorder plus d’importance sur un ou l’autre aspect du texte, au lieu de
considérer l’ensemble. Il en est de même pour ce principe :
* La vérité du message ne doit pas être recherché dans une idéologie, ni un dogme préétabli
par quelque autorité, fut-elle légitime.
* La vérité du message n’est pas d’abord un ordre normatif savamment codifié que l’on
appliquerait in extenso comme (éthique comportementale ou une leçon morale).
* Au contraire, et cela est fondamental, le vrai message d’un texte est dans l’acte de lecture
dudit texte. C’est en se confrontant au texte lui-même qu’on grandit en expérience de lecture,
et partant en approfondissement de ce qui constitue l'essentialité de son contenu. Voilà
pourquoi « le réel problème ne se trouve pas dans la lecture de la Bible, ais le vrai problème
c’est lire » (A. Schokel).
C’est en cela que le récit est lui-même porteur et véhicule de sens. Il revient au lecteur de le
découvrir, non pas selon sa précompréhension, mais en acceptant de suivre patiemment et
attentivement, le mouvement de l’intrigue, en fin, de compter, c’est lui destinataire visé par
l’auteur du texte.

5. « La musique d’abord, les paroles ensuite » (Riccardo Muti)5


S'il est vrai qu'un dicton populaire affirme : « la vérité se trouve dans le détail » il convient
néanmoins de l'objecter si l'on tient compte de cet ultime principe de lecture. Si l'on s'attarde
davantage sur les détails, et parfois contrastés, de la bible ; il est possible de ne pas saisir
grand-chose. Ce n'est point dans les termes, paroles ou expressions textuelles pris de manière

4
Sur le thème de l'inerrance, inspiration et vérité biblique, on peut lire : J. BARR, « Bibtical Scholarship and the
Theory of Truth », Palabra, prodigio, poesia. ln memoriam P. L. A. SCHOKEL, Roma-Valencia, AnBib 151,
2003, 365-373 ; F. BERETTA, « De l'inerrance absolue à la vérité salvifique de l'Ecriture. Providentissimus
Deus entre Vatican I et Vatican Il », Freiburger Zeitschrift fuur Philosophie und Theofogie 46 (1999), 461-501 ;
COMMISSION BIBLIQUE PONTIFICALE, Inspiration et Vérité de l'Ecriture Sainte (2014).
5
R. MUTI, Prima la musica, poi le parole. Autobiografia, Rizzoli, Milano, 2010.
10

isolée qu'on parvient à la solution. Dans le texte, ce qui importe de faire c’est appréhender le
fil d’Ariane (l’élément conducteur) qui unit chacun de ces détails au point de parvenir à un
ensemble plus grand et de nature différente.
Qu'est-ce qui émeut et fait la beauté d'un concert ? Ce ne sont pas d'abord les notes, les
paroles, les instruments avec leurs accords en soi, etc. Mais c'est la musique qui résonne
quand tout ceci est mis en œuvre. Il en est de même pour ce qui est de la bible.
On y retrouve toutes sortes de genres littéraires dans une variété textuelle (prose, poésie,
apocalyptique, lamentations, prières, oracles, etc). Où se trouve donc la vérité ? Tout comme
dans le concert de musique, « La vérité se trouve dans la composition finale qui rassemble
tous les éléments pour en faire une unique œuvre organique » (Jean Luois Ska, 79).
• Certes, il est des questions légitimes que l’on peut se poser sur les détails, surtout au regard
de certaines contradictions, mais cela ne devrait pas nous faire perdre de vue l’essentiel.
La Bible, et notamment l'AT, parle d'un peuple qui a bel et bien existé et existe encore
aujourd'hui : Israël. Le pays dans lequel l'intrigue se déroule, la Palestine, existe lui aussi. Il
ne s'agit pas d'une fiction où l'on traiterait des X-MEN. La véridicité des récits bibliques
réside dans l'histoire de ce peuple qui, au long des siècles, a cherché à se définir : Qui
sommes-nous ? D'où venons-nous ? Où se trouve notre destinée ? Qui est notre Dieu au
regard des divinités des peuples environnants ? Autant d'interrogations de fond qu’Israël a
affronté pour parvenir à une constitution claire de son identité, et ce au milieu de moult
périples.
La lecture juste de l'AT, et du pentateuque particulièrement, ne saurait faire l'économie de ces
principes de lecture. Il y a certes une polyphonie dans la bible (ce qui pourrait déconcerter le
lecteur), mais au-delà de cela, il faudrait toujours se rappeler la vérité vétérotestamentaire est
à saisir dans la « symphonie musicale » qui y émerge. Et ce, grâce à la diversité de ses
instruments compositionnels.

De la pertinence d'une étude sur le pentateuque


Pour quelle raison devrait-on, véritablement, s'intéresser à ce corpus de la bible qu'est le
pentateuque ? Cette interrogation, certes légitime, trouve sa réponse à plu d'un titre.

a- Ainsi que nous le soulignions en amont, les cinq premiers livres de la bible constituent
le Loi de Moïse. C'est par là que le judaïsme se définit comme religion. Parce que retraçant
l'histoire d'amour qu'entretient le peuple d'Israël avec son Dieu, la Torah revêt une importance
centrale par rapport aux livres de la Bible Hébraïque. Il n'est pas permis de la manipuler
11

vaille que vaille. Car le juif considère la loi comme parfaite et complète. Voilà pourquoi rien
ne devrait y être ajouté, ni retranché (Mt 5,12). La loi est d'autant plus importante du fait que
le croyant juif y puise sa sagesse.
Et s'il est vrai que la foi chrétienne plonge ses racines dans la foi juive, comment comprendre
que l'on ignore ce qui constitue le cœur de cette religion juive, à savoir la Torah ? Marcion ne
fut-il pas d'ailleurs considéré hérétique du fait qu'il nia l'AT pour ne prendre en compte que le
NT ?

b- Comme l'affirme un dicton germanique : « Wie in Anfang so in Zukunft ». On ne


saurait fondamentalement pas imaginer avoir la maitrise de son horizon téléologique si l'on
n'est pas en mesure d'empoigner avec dextérité son point d'ancrage initial. De ia même façon,
la parfaite connaissance des institutions et pratiques religieuses contemporaines acquièrent un
éclairage adéquat si et seulement si l'histoire des origines est bien comprise. Jésus, tel que
décrit dans les écrits pauliniens (Nouvel Adam) est-il reçu à sa juste valeur si l'on n'a aucune
connaissance du livre de la Gn ? Le futur réussi exige que l'on saisisse les contours du passé.
En réalité, est-on en mesure de les dissocier ? Ne faudrait-il pas maintenir la tension
continuelle qui existe entre les deux ? La lettre aux Hébreu qui procède à une interprétation de
Jésus Grand-Prêtre reçoit toute sa lumière dans le dépassement qu'il opère par rapport au
Grand Prêtre de l'ancienne alliance. Comment ne s'intéresserait-on pas, dans ce cas, au livre
du Lévitique avec toutes les péricopes relatives au sacrifice ?

c- La _révélation biblique n'est pas parcellaire. Mais c’est entenant tout ensemble l'AT et
le NT que l'on comprend l'histoire salvifique proposée à l'humaine création par YHWH.
Pourtant cette histoire a débuté dès les premiers moments de la création (Gn 1) avant de
parvenir à sa pleine manifestation avec l'événement Jésus-Christ, l'Alpha et l'Omega de toutes
choses ; celui dont le retour est attendu (Ap 22,20). On ne devrait à cet effet pas prétendre à
une profession de foi en Dieu si l'on ne considère pas ces modes de sa révélation : au
commencement par la création et plus tard par l'autorévélation en son Fils Unique (DV S 4).
Et c'est pour cette raison que la Constitution dogmatique Dei Verbum affirme sans ambages :
« Dieu, qui par son Verbe crée et conserve toutes choses, présente aux hommes dans le
monde créé un témoignage durable de lui-même (Cfr Rm 1,19-20) ; voulant ouvrir le chemin
du salut éternel, il s'est en outre manifesté dès l'origine à nos premiers parents. Après 'leur
chute, il leur promit une rédemption (...) sans arrêt, il montra sa sollicitude pour le genre
humain, afin de donner la vie éternelle à tous ceux qui par la constance dans le bien
cherchent le salut (Rm 2,6-7)» (DV §53).
12

d- Le Dieu dont il est question dans l'AT en général, et le pentateuque n'est le fruit d'une
déduction idéelle. C'est pourquoi il ne consiste pas à élaborer un corpus systématique de
Théodicée ici. Mais le Dieu qui nous est livré par ces textes se dévoile dans l'expérience. C'est
dans l'économie salvifique que le peuple d'Israël parvient à cerner qui il est : « Le Dieu très
aimant, envisageant et préparant avec soin le salut du genre humain tout entier, s'est choisi,
selon un pian tout particulier, un peuple auquel il confierait ses promesses ( il s'est révélé de
telle manière par des paroles et par des actions comme le Dieu unique, vrai et vivant, au
peuple qu'il s'est acquis, qu'Israël connut par expérience quels étaient les cheminements de
Dieu avec les hommes » (DV S 14). Tout ce que l'on apprendra de YHWH reviendra de cette
rencontre avec son peuple dans l'histoire concrète. C'est là, précisément, que le Seigneur fit
des prodiges pour eux. Ainsi avec son Dieu, Israël vit son histoire « profane » devenir une «
histoire sacrée ».

e- L'une des différences que l'on pourrait noter entre la et celle biblique est la suivante :
Alors que les personnages principaux des récits de la littérature gréco-romaine sont de
véritables héros, toujours vainqueurs ; la bible montre plus des hommes et des femmes qui,
bien que choisi par Dieu, présentent aussi des faiblesses. Leurs vertus louables n'enlève donc
en rien qu'ils demeurent des personnes humaines, concrètes : Abraham, Moise, Josué, Saul,
David Salomon, etc. Ce sont ces personnes ordinaires avec lesquels YHWH entend pourtant
nouer une alliance de salut. D'ailleurs le premier homme ne s'appelle-t-il pas Ha Adam ?

Quand on se réfère même au NT, la valeur des écrits vétérotestamentaires reste intacte :
- A plusieurs endroits, on évoque l'AT en général et même la Loi (Mt 5,17 ; 7,12 ;
11,13). Les premiers chrétiens avaient donc en estime l'AT. C'est ainsi qu'il n'était pas
possible de sélectionner certains textes de la bible au détriment d'autres. L'AT prépare les
événements de la Nouvelle Alliance, et il ne devrait en aucun cas être méprisé comme entend
le souligner te Concile de Trente (1545-1563) : « Suivant l'exemple des pères orthodoxes, le
saint concile reçoit et vénère avec le même sentiment de piété et le même respect tous les
livres tant de l'AT que du NT, puisque Dieu est l'auteur unique de l'un et l'autre » (DZ 1501).
Pour ces premiers chrétiens, il fallait lire l'AT pour y voir les allusions préfiguratrices de leur
Rédempteur : « L'économie de l'AT était organisée par-dessus tout pour préparer la venue du
Christ Rédempteur de tous et du Règne messianique, pour l'annoncer prophétiquement et la
présager par diverses figures. (...) Les livres de l'A T, bien qu'ils contiennent des choses
imparfaites et provisoires, montrent pourtant la vraie pédagogie divine » (DV S 15).
13

- Comme cela apparait, il est vraiment difficile de ne pas se pencher sur l'AT, et donc la
Torah, quand on voudrait bien comprendre la personne de Jésus-Christ. Celui-là qui affirmait
n'être pas venu abolir la Loi et les Prophètes, mais l'accomplir (Mt 5,17). On ne se rappelle
également la controverse contre les juifs, rapportée par le quatrième évangile, où il soutient
que c'est à son sujet que Moïse a écrit (Jn 5,4547).
14

CHPITRE I : LE PENTATEUQUE : ORIGINEDUNOM-AFFIRMATIOND’UNE


CONSTITUTION IDENTITAIRE

Etudier le pentateuque revient à étudier un corpus cher au peuple d'Israël : la Torah. Il s'agit
d'un complexe littéraire dont l'importance s'est largement répandue, et ce jusqu'à nos jours.
Mais alors qu'entend-on par « Torah » et son synonyme « Pentateuque » ? Quels sont ses
livres constitutifs ? Et quelle est la raison d'être de ceux-ci pour le peuple d'Israël ?

I.I. De l'origine du terme


Il sied de dire que l'ensemble littéraire qui nous intéresse est de tradition rabbinique.
Le terme Torah signifie : loi instruction. 6 Il comprend les cinq premiers livres de la bible ;
d'où l'expression « hamisa humse hattora » (les cinq cinquièmes de la loi) 7. La Bible
hébraïque, en se référant à la Torah, parle aussi d’une collection de lois (Lv 11,46 ; 26,46 ; Ez
43,11.12) que d'un ou plusieurs livres qui le composent (Dt 31,26 ; Jos 8,34 ; 2R 22,8.11 ; Ne
8,1 ; 2Ch 34,14). Dans certains livres tardifs, on parle de « Loi de Moïse » (2Ch 30,16 ; Esd
3,2 ; Ne 8,1) du fait que c'est le personnage principal qui ressort depuis le livre de l'Exode où
l'on relate sa naissance (Ex 2,2) jusqu'à celui du Deutéronome qui mentionne sa mort (Dt
34,5).
L'expression grecque « pentateuchos » est composée de nevta (cinq), TEVXOI (étui,
outil, ustensile). C'est donc l'aspect formel qui est davantage mis en exergue à ce niveau, à la
différence de la dénomination hébraïque qui, elle, reflète mieux l'aspect contenuisfique de
chacun des livres (cidessous). En fait, disons que ce terme apparait pour la première fois avec
Ptolémée (180 ap JC). Le pentateuque signifie « cinq livres », « cinq rouleaux ». Il faut dire
que les Pères de l'Eglise n'utilisaient pas tellement le terme « pentateuque », ils préféraient «
loi » ou « loi de Moise par opposition aux « Prophètes ». Toutefois, certains l'emploient :
Origène, Epiphane, Athanase (Pères Grecs) et Tertullien, Jérôme, Isidore de Séville (Pères
latins).8
La dénomination de ces livres varie selon que l'on se réfère au texte hébreu ou au texte
grec. Quand la LXX procède à la traduction, le terme « Torah » est rendu par « Nomos », non
tellement dans le sens purement législatif, mais en tant que révélation de Dieu. 9 Dans le canon
grec, on se base sur le contenu de chaque livre : Genesis (origine) car il est question des
origines du monde, de l'humanité et du peuple d'Israël. Exodos (sortie) en lien avec la
6
Le mot anin a pour racine le verbe hry qui signifie « enseigner, déclarer, instruire, indiquer, guider, manifester,
montrer, révéler ». A. SCHOKEL, Dizionario di Ebraico biblico, San Paolo, Cinisello Balsamo (Milano), 2013,
363.
7
Le Talmud revient à maintes reprises à cette expression : bMegilla 15a ; bNedarim 22b ; bSanhedrin 44a. Cfr F.
G. LOPEZ, Comment lire le pentateuque, Labor et Fides, Genève, 2005, p.13, note 1.
8
H, CAZELLES, « Pentateuque DBS VII, Letouzey et Ané, 1947, col. 687-707.
9
L. MONSENGWO PASINYA, La notion de Nomos dans le Pentateuque grec, (AnBib 52), PIB, Roma, 1973,
p.88.
15

libération d'Israël du potentat Egyptien. Leuitikon (Lévitique) puisqu'on y parle des lois et
rites de Lévi. Aritmoi (Nombres) au regard des recensements évoqués. Deuteronomion
(deuxième livre) en tant complément de la loi promulguée au Sinaï, celle-ci eut lieu à Moab
(Dt17,18).
La Vulgate latine, influencée par le Grec, adoptera les noms : Genesis, Exodus, Leviticus,
Numeri, Deuteronomium.
Le texte hébreu, quant à lui, emprunte le premier mot important du livre même : b eresit (Au
commencement), Shemot (noms), Wayyiqra' (Et il appela), bemidbar (Dans le désert), cfbarim
(paroles).

Tableau synthétique des correspondances nominales

Hébreu Grec Latin Français


Genesij Genesis Genèse
tyviParEB
Exodoj Exodus Exode
Levvvuitikon Leviticus Lévitique
Ariqmoi Numeri Nombres
Deuteronomion Deuteronomium Deutéronome

En clair, le pentateuque, outre sa complexité littéraire (comme nous le verrons),


renferme néanmoins une unité thématique et dont la chronologie linéaire se présente comme
suit : YHWH créa le monde et l'humanité (Gn 1-2). Comme le conte l'histoire des origines
(Gn 1-11), l'humaine création se répandra sur l'étendue de la terre, les générations se
succédant les unes aux autres jusqu'à la naissance du peuple élu : le temps des patriarches
d'Abtaharn, Isaac et Jacob (Gn 12-50) ; l'oppression en Egypte, sa libération (Ex 1-15) ;
l'alliance sinaïtique (Ex 15-18) Ila pérégrination au désert avec peine jusqu'au bord du fleuve
Jourdain (Ex 19-Nb 10,10). Le testament et la mort de Moise viendront conclure ce long
voyage d'Israël jusqu'au seuil de la terre promise. Malgré tout cela, YHWH était avec eux.
Néanmoins, une telle délimitation du pentateuque (Gn-Dt) n'a pas toujours fait l'unanimité
parmi les exégètes au cours de l'histoire de la recherche.

1.2. « Pentateuque » : Une délimitation remise en question ?


Le Pentateuque, compris comme l'ensemble des cinq premiers livres de la bible,
semblait faire l'unanimité depuis la tradition juive jusqu'à l'aurore du christianisme, avions-
nous vu avec les Pères de l'Eglise. Aussi Flavius Josèphe, juif de son état, défendait-il déjà
cette délimitation :
16

« Il n'est point permis à quiconque d'écrire l'histoire et il n'y a pas de discordance entre les
écrits, mais seuls les prophètes ont appris par inspiration divine les faits les plus anciens et les
plus lointains et ont écrit en toute clarté comment s'est déroulé ce qui est advenu en leur
temps. Il en découle naturellement, et même nécessairement, que nous n'avons pas des
milliers de livres divergents et contradictoires entre eux, mais vingt-deux livres auxquels, en
toute raison, on accorde foi, lesquels contiennent toute l'histoire de tous les temps. Parmi
ceux-ci, cinq sont les livres de Moïse qui contiennent les lois et la tradition depuis la
création de l'homme jusqu'à la mort de ce même Moïse ».10
Mais peu à peu ce nombre (à savoir cinq) de livres de Moïse sera mis en doute. Au fur
et à mesure que se font les recherches sur l'histoire d'Israël, de nouvelles hypothèses
émergent. Ce qui apporte d'autres terminologies.

1.2.1. L’Hexateuque
Plutôt que de parler de « Pentateuque il est des auteurs pour qui une telle
dénomination de rend véritablement les données comme elles devraient l'être. Déjà cette4dée
avait été émise par des commentateurs à l'instar de Bonfrère (1625), B. Spinoza (1670), A.
Geddes (1792)1 Mais l'idée se précise avec H. Ewald (1803-1875) qui estime que l'on doit
tenir l'ensemble du pentateuque avec le livre de Josué. Car, selon lui, il existe une large
intrigue qui va du récit de la création du monde, et celle-ci trouve son achèvement dans
l'histoire de la conquête de la terre promise. Comment en être exhaustif si l'on sait que le
livre du Deutéronome ne raconte pas encore l'installation en Canaan. Il y a donc la nécessité
d'inclure dans ce premier corpus, le livre de Josué. Dans ce cas, il convient de parler
d'Hexateuque (Gn-Jos).11 D'autres exégètes lui emboiteront le pas dont J. Wellhausen 12, G.
von Rad.13 Ce dernier identifiera même le noyau des différentes traditions à propos des
origines du peuple d'Israël. Ce sont les « credo historiques » (Dt 6,21-23 ; 26,5-9 ; Jos 24,2-
13) dont la conclusion évoque cet octroi de la terre.

1.2.2. Le Tétrateuque
10
J. BLENKINSOPP, The Pentateuch. An Introduction to the First Five Books of the Bible, cité par J.-L SKA,
introduction à la lecture du Pentateuque. Clés pour l’interprétation des cinq premiers livres de la Bible, Lessius,
Bruxelles, 2000, p. 14.
11
A. G. AULD, Joshua, Moses and the Land: Tetrateuch-Pentateuch-Hexateuc.h,in a Generation Since 1938, T
&T Clark, 1980; T. ROMER, «La fin de l'historiographie deutéronomiste et le retour de l'Hexateuqüe? », ThZ 57
(2), 2001, p. 269-280.
12
J. WELLHAUSEN, Die Composition des Hexateuchs und der historischen Bucher des Alten Testaments,
Berlin, 1899.
13
G. von RAD, Dasformgeschichtliche Problem des Hexateuch, BWANT IV, 26, Stuttgart, 1938.
17

Critiquant son maitre G. von Rad, l'exégète M. Noth va faire naitre le terme «
Tétrateuque » en 1943. Cette théorie n'entend prendre en compte le livre du Deutéronome.
Aussi reste-t-il les quatre livres (Gn-Nb). Noth estime dès lors que le Dt est l'introduction de
l'œuvre deutéronomiste. Ses convictions se fondent sur les points suivants :
a- Il y a très peu d'aspect qui puisse expliquer une relation entre les quatre premiers
livres d'une part, et l'histoire dtr d'autre part. En dehors de certains ajouts de moindre
importance. Alors que le Tétrateuque, selon lui, véhicule la théologie de la cour sacerdotale ;
il n'en est pas le cas avec le Dt et le DtrG. Nous avons alors les deux théologies qui sont
mises ensemble.14
b- Il n'existe aucune continuité des sources entre celles du pentateuque d'une part, et le
livre de Josué de l'autre. Comment soutenir encore la théorie de l'Hexateuque ?
c- A bien voir, le Dt constitue l'introduction à la vaste « Histoire deutéronomiste » (Jos-
2R). On a comme l'impression que les récits du livre des Nombres semble revenir en Dt 1-3
(doublet), résumé de l'histoire du peuple d'Israël.

I.2.3. L’Ennéateuque
Il est important de considérer ce corpus littéraire souligne que la mort de Josué ne
saurait t le terminus ad quem. Mais il faut parvenir à identifier que l’on doit partir des récits
de la conquête jusqu’à la perte de cette terre (lors de l’exil). Ce qui donne cet ensemble de
neuf rouleaux (Gn, Ex, Lv, Nb, Dt, Jos, Jg, 1/2 S, 1/2 R) de manière à avoir une trame
narrative partant de l’histoire de la création du monde et tout ce qu’il contient jusqu’à
l’humiliation extrême qu’a subie le peuple d’Israël c’est-à-dire la déportation en pays
babylonien. Ce qui relie de bout en bout tous les récits est la thématique de la terre, celle que
le seigneur promet dès le départ aux patriarches (Gn), dont le peuple sera en quête (Ex,Nb)
avant de la déposséder aux nations y installées par l’aide de YHWH (Josué). Avec
l’instauration de la monarchie, David puis son fils Salomon vont sécuriser le territoire et y
construire ce qu’il y a de plus beau pour Dieu à savoir le temple (Samuel et 1R).
Malheureusement les égarements successifs du peuple conduiront à la perte de ce pays de la
promesse (2R). C’est cette trame narrative que D.N Freedman appelle « Primary History of

14
Constitués de plusieurs prêtres exilés, les milieux sacerdotaux soutiennent que le peuple d'Israël forge son
identité à chaque fois qu'il célèbre le culte à YHWH dans le temple de Jérusalem. Considérés comme un risque
pour Israël (Nb 25), ce dernier doit éviter de les côtoyer. Aucun mariage avec eux n'est à encourager. Les cercles
dtr quant à eux comprennent surtout des laïcs. Ils n'encouragent pas des mariages avec ces peuples. Israël
retrouve son identité en se séparant de tous ces peuples. S'il est vrai que le culte à Jérusalem doit être respecté ;
c'est davantage de l'observance des traditions antiques.
18

Israël15 ». Cependant il n’y a véritablement pas eu une étude systématique pour défendre la
théorie de L’Ennéateuque.
En somme, toutes ces hypothèses n’ont aucunement supplanté, dans la mémoire collective du
peuple hébreu, la place centrale du Pentateuque entendu comme les « cinq cinquièmes de la
tour ».

I.3. Le Pentateuque : une affirmation de l’identité d’Israël16


Pour un peuple permanemment en situation de vassalité comme Israël, la question
identitaire était une priorité. En effet, emploi aux assauts hégémoniques des potentats de la
région (Égypte, Assyrie, Babylonie, Perse, Grèce, etc.), Israël sent le besoin de ne point être
phagocyté : il y a urgence de s’auto-affirmer ! Malheureusement, la réalité ne leur était aussi
favorable.
Israël n’a véritablement jamais été une puissance capable de s’imposer dans la région
du POA. Même si la Bible décrit avec doigté le royaume gravidique, il convient de dire au
regard des recherches archéologiques, qu’il y a eu hyperbole : « Israël n’a jamais été une
puissance ni militaire, ni politique, ni économique, ni culturelle (…) même du point de vue
artistique Israël n’a réussi à concevoir de grandes œuvres dans le monde de la littérature, la
sculpture, la peinture ou de l’architecture » comme ailleurs 17 . Mais alors qu’est-ce qui a pu
prendre, ce petit peu aussi célèbre ? C’est sa loi, la Torah.
En effet, s’il est un fait qui fait la particularité d’Israël c’est son attachement à la loi
des YHWH. C’est le testament à eux léguer par leur guide Moïse avant sa mort :
« voyez, je vous apprends les lois et les coutumes, comme le SEIGNEUR mon Dieu
me la ordonné, pour que vous les mettiez en pratique quand vous serez dans le pays où vous
allez entrer pour en prendre possession, vous les garderez, vous les mettrez en pratique : c’est
ce qui vous rendra sages et intelligents aux yeux des peuples qui entendront toutes ses lois ; ils
diront : « cette grande nation ne peut être qu’un peuple sage et intelligent ! (…) En effet,
quelle grande nation des dieux qui s’approchent d’elle comme le seigneur notre Dieu le fait
chaque fois que nous l’appelons ? Et quelle grande nation à des lois et de coutumes aussi
justes que toute cette Loi que je mets devant vous aujourd’hui ? » (Dt 4, 6-8).

15
D.N Freedman, « Pentateuch », Interpreter’s Dictionary of the Bible 3, New York, 1967, p. 712-713.
Toutefois, la première histoire n'est pas assimilée à l'histoire du Chroniste qui elle reprend laconiquement
l'histoire des origines jusqu'au règne de David et Salomon. Puis, outre ceux qui accéderont au trône après eux, il
y aura une attention particulière accordée à l'époque post exilique avec la reconstruction (Ne-Esd).
16
J.-L. SKA, Antico Testamento I, p. 133-147.
17
Ibid., p. 133.
19

La Torah est un enseignement, une doctrine, un code normatif que le peuple est censé
suivre, mieux mettre en pratique dans sa vie de tous les jours. C’est en cela que l’on puise
l’intelligence et la sagesse qui amène à se distinguer des autres peuples. C’est un savoir-vivre
et un savoir-être que la Torah confère au peuple israélite. Ce n’est donc pas une question de
pouvoir ni d’avoir comme c’était le cas chez les peuples environnants (Égypte, Phénicie,
Grèce, Babylone, etc.) si les peuples sont attirés vers Israël ce n’est pas pour contempler des
grands édifices ou d’insolentes richesses, encore moins de puissants hommes en tenue. Mais
c’est la singularité que sa Loi qui fascine :
« Il arrivera dans l'avenir que la montagne de la Maison du SEIGNEUR sera établie au
sommet des montagnes et dominera sur les collines. Toutes les nations y afflueront. Des
peuples nombreux se mettront en marche et diront : " Venez, montons à la montagne du
SEIGNEUR, à la Maison du Dieu de Jacob. Il nous montrera ses chemins et nous marcherons
sur ses routes. " Oui, c'est de Sion que vient l'instruction et de Jérusalem la parole du
SEIGNEUR. » (Is 2, 2-3).
Comme on peut le voir, Jérusalem est l’épicentre vers lequel tous accourent pour
puiser à la source du savoir. Un autre prophète tiendra ce même discours, c’est Michée :
« Des nations nombreuses se mettront en marche et diront : " Venez, montons à la montagne
du SEIGNEUR, à la maison du Dieu de Jacob. Il nous montrera ses chemins et nous
marcherons sur ses routes. Qui, c'est de Sion que vient l'instruction, et de Jérusalem, la
Parole du SEIGNEUR. " Il sera juge entre des peuples nombreux, l'arbitre de nations
puissantes, même au loin. Martelant leurs épées, ils en feront des socs, et de leurs lances, ils
feront des serpes. On ne brandira plus l'épée, nation contre nation, on n'apprendra plus à se
battre.  » (Mi 4, 2-3).
D’ailleurs, de nos jours nombreux sont les religions qui se revendiquent d’avoir le
judaïsme, et donc la Torah, à la base de leurs croyances. Que de femmes et hommes ne se
targuent-ils pas d’avoir Abraham pour ancêtre ? Toutefois, qu’entend-on véritablement, dans
un tel contexte, de Pentateuque ? Eu égard au contexte susmentionné, il faut dire que la Torah
et la constitution du peuple d’Israël. C’est en elle que l’on retrouve les éléments qui le
caractérisent. Seulement, à la différence de nos chartes constitutionnelles moderne, relevons
que la Torah-Constitution :

1. Elle est une imbrication de textes législatifs et de textes narratifs :


Précisément parlant, le Pentateuque présente des textes de lois qui, elles sont
encadrées par des récits qui donnent le contexte dans lequel telle ou telle loi est née. Aussi
20

peut-on légitimement affirmer que le récit explique comment Israël s’est constitué comme
peuple élu alors que les différentes lois sont édictées pour régir sa manière de vie selon son
alliance avec YHWH.
Le texte hébreu, quant à lui, emprunte le premier mot important le livre même : beresit
(au commencement), Shemot (noms), Wayyiqra’ (et il appela), bemidbar (dans le désert),
debarim (paroles).

Tableau synthétique des correspondances nominales

Hébreu Grec Latin Français


‫ּב ְֵראׁשִ ית‬ Γενεσς Genegis Genèse
‫ ׁשְ מֹות‬,‫וְאֵ ּלֶה‬ Εξοδος Exodus Exode
‫ַוּיִק ְָרא‬ Λέυιτικον Leviticus Lévitique
‫ְּב ִמדְ ּבַר‬ Αριθμοι Numeri Nombres
‫אֵ ּלֶה הַּדְ ב ִָרים‬ Δευτερονμιον Deuteronomium Deutéronome

En clair, le Pentateuque, outre sa complexité littéraire (comme nous le verrons),


renferme néanmoins unité thématique et dont la chronologie lumière se présente comme suit :
YHWH créa le monde et l’humanité (Gn 1-2). Comme le conte l’histoire des origines (Gn 1-
11), l’humaine création se répandra sur l’étendue de la terre, les générations se succédant les
unes aux autres jusqu’à la naissance du peuple élu : le temps des patriarches d’Abraham, Isaac
et Jacob (Gn 12-50) ; l’oppression en Égypte, sa libération (Ex 1-15) ; l’alliance sinaïtique
(Ex 15-18) ; la pérégrination au désert avec peine jusqu’au bord du fleuve Jourdain (Ex 19-
Nb 10,10). Le testament et la mort de Moïse viendront conclure ce long voyage d’Israël
jusqu’au seuil de la terre promise. Malgré tout cela, YHWH était avec eux. Néanmoins, une
telle délimitation du Pentateuque (Gn-Dt) n’a toujours pas fait l’unanimité parmi les exégètes
au cours de l’histoire de la recherche.

1.2. « Pentateuque » : une délimitation remise en question ?


Le Pentateuque, compris comme l’ensemble des cinq premiers livres de la Bible,
semblait faire l’unanimité depuis la tradition juive jusqu’à l’aurore du christianisme, avions-
nous vu avec les Pères de l’église. Aussi Flavius Josèphe, juif de son état, défendait-t-il déjà
cette délimitation :
« Il n’est point permis à quiconque décrit l’histoire et il n’y a pas de discordance entre les
écrits, mais seuls les prophètes ont appris par inspiration divine les faits les plus anciens et les
21

plus lointains et ont écrit en toute clarté comment s’est déroulé ce qui est advenu en leur
temps. Il en découle naturellement, et même nécessairement, que nous n’avons pas des
milliers de livres divergents et contradictoires entre eux, mais 22 livres auxquels, en toute
raison, en accord foi, lesquels contiennent toute l’histoire de tous les temps. Parmi ceux-ci,
cinq sont les livres de Moïse qui contiennent les lois et la tradition depuis la création de
l’homme jusqu’à la mort de ce même Moïse »18.
Mais peu à peu ce nombre (à savoir cinq) de livres de Moïse sera mis en doute. Au fur
et à mesure que se font les recherches sur l’histoire d’Israël, de nouvelles hypothèses
émergent. Ce qui apporte d’autres terminologies.

2. Elle s’élabore hors du pays


Ce qui est davantage intéressant de voir est que la plupart des constitutions des états
sont élaborés dans le pays. Du moins c’est ce qui est requis. Pourtant, Israël déroge à la règle.
C’est plutôt pendant qu’il se trouve encore à l’extérieur, c’est-à-dire n’ayant pas encore pris
possession de la terre promise, que YHWH propose la charte d’alliance avec Israël au mont
Sinaï. Mais pourquoi ? C’est afin de montrer que la Torah qu’il est en train de se voir son
seigneur n’est pas d’abord lié au territoire donné, mais à l’individu : loin d’être un droit
territorial, la loi est d’abord un droit personnel. Ce n’est pas une identité qu’on attacherait de
prime abord la géographie, mais il s’agit de faire comprendre que ces frontières véritables
sont juridiques. Et en conséquence, l’on perd sa nationalité non pas parce que l’on se serait
installé ailleurs, mais chaque fois qu’une loi est violée : c’est le comportement de chaque
membre qui est le véritable territoire où il assume son identité d’israélite.
En prenant encore hors de la Palestine, la Torah devient ce qui fait autorité dans la
mémoire collective du peuple. C’est la raison pour laquelle Heinrich Heine dira de la Torah
qu’elle est « patrie portative »19 . Dans ce sens, ce n’est pas la date ni le lieu de naissance qui
permettent d’attribuer une identité aux membres ; mais avec la Torah ce sont les actes
responsables que l’on pose en conformité avec elle qui donnent le droit à une personne
d’appartenir au peuple que YHWH a choisi comme sa part personnelle. Celui qui ne le fait
pas était passible d’excommunication et même, dans certains cas, de la peine de mort : la
circoncision (Gn 17,14), la fête des azymes (Ex 12, 15.19), le sabbat (Ex 31,14), la Paque (Nb
9,13), le jour de l’expiation (Lv 23,29). On peut encore trouver d’autres sanctions en Nb

18
J. BLENKINSOPP, The Pentateuch. An Introduction to the First Five Books of the Bible, cité par J.-L. SKA,
Introduction à la lecture du Pentateuque. Clés pour l’interprétation des cinq premiers livres de la Bible, Lessius,
Bruxelles, 2000, p. 14.
19
« Das portative Vaterland » en allemand. Il est le dit dans une lettre qu'il adresse à Betty Heine en 1853.
22

15,30 ; 19,13.20 ; Lv 7,20.21.25 ; 19,8 ; 22,3. Bref, il est demandé à Israël de s’éloigner de
toute forme de mal (Dt 13,6 ; 17,7.12 ; 19,13.19, 21,21 ; 22,22.24 ; 24,7).

3. Elle concerne même ceux de la diaspora


Cette recommandation de l’obéissance de la Loi concerne tout israélite, habitant le
pays ou vivant en diaspora. Car il y a une dimension « eschatologique » que revêt la Torah :
tout le monde doit marcher vers la terre promise comme jadis le firent leurs ancêtres à travers
le désert.

CHAPITRE II : LA « CECITE » APOLOGETIQUE SUR LE PENTATEUQUE


23

Ce chapitre affronte la période plus critique au cours de laquelle certains aspects du


Pentateuque attirent l’attention du lecteur. C’est le cas de la question de l’auteur de ce corpus.

II.1. La question de la paternité mosaïque du Pentateuque


Il s’avère que, du point de vue du judaïsme et du christianisme, l’on s’accordait à dire
que le Pentateuque est l’œuvre d’un seul individu : « Moïse, le législateur des Hébreux, a dit
dans les livres sacrés que le monde était créé et incorruptible point, ces livres sont cinq ; au
premier d’entre eux, il a donné le nom de genèse »20. Flavius Josèphe : « Moïse est l’auteur
des cinq premiers livres qui contiennent les lois et les traditions » (Contrat Apionem, I, 37-
39).
Ces affirmations partent des textes mêmes de l’Ancien Testament pour l’on insinue
que l’auteur du Pentateuque et Moïse. YHWH ordonne à son serviteur décrit un mémorial la
victoire d’Israël sur un Malek et ses hommes (Ex 17,8 – 14). Le Code de l’Alliance est aussi
l’œuvre de ses mains (Ex 24,4), comme c’est aussi le cas pour « le Droit des privilèges du
Seigneur » (Ex 34,27). Il existe d’autres textes dans lesquels Moïse est perçu comme l’auteur
de la loi de YHWH : Dt 1,1.5 ; 4,45 ; 31,9. 24. Cette vision des choses est également partagée
par l’auteur de Chroniques (Ch 30,16), Néhémie (Ne 8,1ss) et Esdras (Esd 3,2). S’il est vrai
que les prophètes qui ont exercé avant la déportation ne parlent trop de « loi de Moïse », il
sied de faire remarquer c’est bien après que cette dénomination sera davantage employée
(2Ch 25,4 ; 34,14 ; 35,12).
Le judaïsme en interprétant ses textes dans leurs écrits va aller dans ce sens selon
lequel c’est Moïse qui est l’auteur de la Torah. Aussi d’après les rabbins juifs vont jusqu’à
soutenir que Moïse est l’auteur de la Torah écrite et orale : « Moïse a reçu la Torah du Sinaï
et il a transmis à Josué, et Josué aux anciens ; les anciens transmirent aux prophètes ; les
prophètes aux hommes de la grande synagogue » (Mishna Avot 1,1). Cette certitude sur la
paternité mosaïque du Pentateuque va s’imposer jusqu’au XVIIIe siècle. Mais
progressivement, elle commence à être remise en question : comment peut-on comprendre Dt
34,5 – 12 ? Comment un mort peut-il décrit sa propre mort jusqu’à son ensevelissement ?
Voilà ce qui déclenchera l’esprit critique même chez certains juifs, attribuant certains versés à
Josué (Cfr Talmud bad. Baba Bathra 14b) 21. Quant à Ibn Ezra, il estime qu’il y a des « post-
mosaica » dans les écrits du Pentateuque (Gn 36,31montrent que la monarchie existe déjà,

20
PHILON D’ALEXANDRIE, De aeternitate mundi, 19 (Opera VI, 78) cité par J.-L. SKA, Introduction à la
lecture du Pentateuque, p.13.
21
A ce sujet, Philon d’Alexandrie et Flavius Josèphe estime que, sous l'action de l'esprit, que Moïse aurait écrit à
propos de sa mort.
24

comment Nb 22,1 parle-t-il de Transjordanie comme pays au-delà du Jourdain tant il est vrai
que Moïse y est ?) Bien plus, comment comprendre que Moïse, parlant, il soit tenu d’utiliser
la troisième personne, et pas la première personne ? N’y aurait-il pas eu un autre auteur ?
Toutefois, vu la menace la sanction, ces différents critiques vont éviter d’afficher leur position
qui s’émancipe de la vision traditionnelle.
C’est Baruch Spinoza qui franchit le Rubicon. En effet, dans son Tractatus
Theologico-Politicus, il n’hésite pas à attribuer à Esdras la paternité du Pentateuque. C’est ce
dernier qui le fera dans le but d’attribuer une identité au peuple juif durant l’hégémonie perse.
D’ailleurs, dit-il, il existe une continuité entre les livres historiques (Jos-2R) et les trames
narratives du Pentateuque, qu’il ne serait pas plausible de séparer 22. Cependant, on s’attaquait
aussi aux divers problèmes littéraires qui ne feront qu’amplifier le doute sur la personne en
tant qu’auteur du Pentateuque.

II.2. Des problèmes littéraires


Il est certes vrai que la problématique de l’auteur sera la première critique adressée au
Pentateuque, mais lorsque l’on se penche davantage sur le texte lui-même, d’autres difficultés
se font jour : ce sont des problèmes de source, du devenir et de l’« historicité » du
Pentateuque en tant qu’œuvre littéraire.
Voici les difficultés qui peuvent être mentionnées entre autres :
1. Des répétitions et doublets :
Plusieurs textes Pentateuque présentes, pour un même événement, différentes versions.
C’est le cas du récit de la création (Gn 1,1-2,4a et 2,4b-3,24). Quel fut le véritable ordre de la
création : est-ce d’abord le cosmos, puis le premier couple ou bien au contraire ? Si Gn 1 parle
de la création du ciel et de la terre et tous les luminaires, qui par contre les à créer selon Gn 2,
puisqu’on n’en parle pas ? Pourquoi Gn 1 ne mentionne-t-il pas les arbres et autres plantes du
jardin présents en Gn 2 ?
Selon le récit du déluge (Gn 6-9), on retrouve des doublets : combien d’animaux demande-t-il
à Noé : un couple de chaque espèce (6,19- 20) ou sept couples d’animaux purs et un couple
d’animaux impurs (7,2) ? La durée du déluge (7,4. 12/7,6. 11 ; 8,1-2a) ?
 Deux généalogies des descendants d’Adam (Gn 4 et 5)
 Deux expulsions d’Agar (Gn 16,4- 16 et 21,9-21)
 Deux allusions à la vocation de Moïse (Ex 3,1-4 ; 6,2-8) et la révélation du nom de
Dieu.
22
T. Tomer, la formation du Pentateuque selon l'exégèse historico-critique, p. 2.
25

 Deux versions du décalogue (Ex 20 et Dt 5)


2. Des anachronismes :
En Gn 12,6 et 13,17 (« les cananéens habitaient alors le pays »), pourquoi utiliser le
verbe du passé quand on sait que l’événement s’est passé longtemps après Moïse ?
Gn 36,31 parle d’une institution (la monarchie) qui arrivera tardivement. De même, on parle
des Philistins qui eux aussi sont de l’époque de la monarchie (Gn 21,34 ; 26,14.15.18 ; Ex
13,17).
3. Les expressions « aujourd’hui » (Dt 3,14) ou « jusqu’à ce jour » (Dt 34,6) font interroger
s’il s’agit bien de Moïse qui écrit.
4. La différence de vocabulaire et de style :
Quel est le vrai de la montagne sainte où eu lieu l’alliance : Sinaï ou Horeb (Ex 3,1 ;
17,6) ? Pourquoi une même personne est appelé tantôt (Ex 3,1 ; 4,18), tantôt Réouel (Ex
2,18 ; Nb 10,29) ?
Il en est de même du nom de Dieu qui varie à travers le Pentateuque :

YHWH ELOHIM YHWH ELOHIM


hw"ïhy -yhi_l{a/ -yhiÞl{a/ hw"ïhy 
Gn 145 165 20
Ex 393 56 1
Lv 0 0 0
Nb 387 10 0
Dt 547 10 0
26

CHAPITRE III : AU COMMENCEMENT L’EXEGESE CRITIQUE DU


PENTATEUQUE
Comme nous venons de le présenter dans le précédent chapitre, l’attribution de la
paternité du Pentateuque à Moïse était perçue comme un acquis dans la tradition juive et au
début du christianisme. Cependant, au fil du temps, un scrutin du texte laissait apparaitre des
interrogations à ce sujet. D’où l’importance d’un regard de plus en plus critique sur ce corpus
qu’est les cinq cinquièmes de la Loi. Comment les uns et les autres ont-ils procédés à chacune
des époques de l’exégèse ? Quel était l’orientation de leurs approches ? Et pour quelle
finalité ? Telles sont les questions auxquelles se penchera ce chapitre.

III.1. L’EXEGESE PATRISTIQUE


Les pères de l’Église sont parmi ceux qui, à l’aurore même du christianisme, vont
s’atteler à l’étude des Saintes Écritures. Cependant, il convient de savoir que dans l’ensemble,
l’exégèse offerte par ceux-ci avait une connotation homilétique. En effet, constitués la plupart
des évêques, les pères de l’Église ont pour souci principal d’enseigner le peuple à eux confié ;
les édifier puisqu’ils sont leurs pasteurs. Leur prédication de la Parole de Dieu a donc pour
objectif premier de nourrir la foi de leurs ouailles.
Confrontés aux controverses juives d’une part, et l’émergence de quelques
contestataires dits intellectuels classiques d’autres parts, les pères sont dans l’obligation de
rendre compte de leur foi. Aussi l’exégèse qu’ils proposent revêt un caractère apologétique.
Dans leurs écrits ils n’abordent pas l’étude du Pentateuque comme un « tout ». Ils
s’intéressent davantage à l’analyse des textes bien particuliers. Ainsi un commentaire sur un
texte législatif est différemment fait par comparaison à celui narratif : la nature du texte
influence de ce fait l’approche exégétique. Mais, grosso modo, l’exégèse patristique est type
allégorique ou typologique. En d’autres termes, ils ont tendance à mettre l’accent sur
l’interprétation spirituelle du texte, au détriment de celle littérale et historique. Les écrits des
Pères de l’église en matière de la Bible sont divers : des ouvrages théologiques (ici l’on fait
recours aux saintes écritures pour soutenir une thèse), des écrits proprement exégétiques, et
les plus nombreux sont des commentaires homilétiques.
Quant aux tendances exégétiques en vigueur, nous avons essentiellement : l’école
d’Alexandrie, l’école d’Antioche et l’école syriaque.
Pendant qu’à Alexandrie, la tendance est davantage allégorique, due à l’héritage platonicienne
; l’école d’Antioche se veut être proche du texte : on y promeut une exégèse littérale et
27

historique. Quant au représentant de l’école syriaque, ayant des affinités poussées avec les
milieux sémitiques, ils vont plus accorder de l’importance à la liturgie.
À propos des thématiques autour desquels tourne la réflexion, nous pouvons retenir :

1. La personne de Moïse
Celui-ci est diversement présenté dans le commentaire des Pères de l’église. Moïse
comme écrivain : même si cela n’apparaît pas toujours de manière explicite dans leurs écrits,
il faudrait néanmoins dire que d’après les pères, Moïse est l’auteur du Pentateuque.
Tertullien : « ce qui donne l’autorité aux écritures, c’est l’antiquité très haute. En
effet, le premier prophète, Moïse qui a raconté la création du monde et la multiplication du
genre humain (…) c’est par ce Moïse aussi que Dieu envoya aux juifs la loi qui leur est propre
» (apologétique Ch. XIX, 1-2)23. Origène soutient clairement que Moïse est l’auteur du
Pentateuque, tout comme Isidore de Séville. C’est également le point de vue de Jérôme, même
si quelquefois il n’est pas toujours explicite. Augustin, va plus loin : il cherche dans le texte
certains éléments symboliques. Voilà pourquoi il fait un rapprochement entre le Pentateuque
et la loi avec les cinq pierres que le jeune David ramasse et met dans sa besace au moment
d’affronter le grand Goliath (Sermon XXXII,5-7).
Moïse comme modèle de vie : les pères de l’église ne se limitent pas sur le fait que
l’auteur du Pentateuque est Moïse. Il continue en le présentant comme un modèle si l’on veut
atteindre la sainteté. Cela est clair l’évêque d’Hippone : « Moïse est celui que nous aimons,
que nous admirons, et que nous imitons autant que nous le pouvons » (Contra Faustum, XXII,
69).
Grégoire Nysse, en écrivant sur la vie de Moïse, n’a pour but que d’édifier le peuple
de Dieu. Bien que prenant en considération le sens littéral du texte lors de son exégèse,
Grégoire maintient la tendance à mettre l’accent sur le merveilleux. Les éventuelles
explications du type naturaliste ne l’intéressent pas véritablement : « voilà, O Homme de
Dieu, Césaire, le bref exposé que je te présente au sujet de la perfection de la vie vertueuse, où
j’ai décrit la vie du grand Moïse comme exemplaire de la beauté de la vertu, afin que chacun
de nous, par limitation de ses œuvres, transcrivent l’image de cette beauté qui nous a été
proposée » (la vie de Moïse).24 En d’autres circonstances il faisait remarquer : « la raison pour
laquelle la vie des âmes saintes (les personnages de l’Ancien Testament) a été écrite en détail

23
H. CAZELLES, Pentateuque, DBS VII, col.689.
24
28

n’est-elle pas de diriger dans la voie du bien, par l’exemple des juges des temps anciens, la vie
de leurs successeurs »25.
Moïse comme prophète : les pères considèrent aussi Moïse comme ce prophète dont la
mission était d’annoncer le Christ. Elle est la « figure de Jésus » comme le dit le pseudo
Barnabé. De la même façon que Justin estime que Moïse est le premier des prophètes, de
même il n’est pas de doute, de l’avis d’Irénée, que tous les gestes et actes que Moïse pose sont
au fond ceux du verbe de Dieu. C’est lui qui agissait dans tous les événements de l’exode (Cf.
Démonstration de la prédication apostolique). Dans ses analyses, Irénée procède à une
exégèse littérale, spirituelle ou allégorique et typologique. Bref, pour lui, il existe une
correspondance entre élèves de Moïse et celle du Christ.

2. Le statut de la loi
C’est elle qui trace le canevas de vie chez les juifs. Elle donne le ton des activités à
accomplir : les fêtes, les interdits, cultes, etc. Tout comme son maître, Jésus, le chrétien pense
qu’il faudrait « faire plus » (Mt 5,17- 48). C’est ainsi que les pères préconisent une certaine
rupture avec la loi juive. Le pseudo Barnabé est convaincu que c’est le péché qui, ayant rendu
avec les juifs, empêchent une compréhension du sens de la loi, demeurée cachée
(apologétiques anti-juive).
Justine ne recommande pas qu’on rejette la loi du fait qu’elle est dépassée par celle du Christ.
On y recourt pour une exégèse typologique (Cf. Dialogue avec Tryphon).
Clément d’Alexandrie soutient que la loi de Moïse a servi d’inspiration aux grecs (Les
Stromates).

3. L’histoire d’Israël
Tous les événements de l’Ancien Testament ont été rédigés pour le Christ. Ils sont son
« annonce ». C’est ainsi que la pâque préfigure le Christ, l’agneau en est la figure. C’est le
sens de ces paroles d’Augustin : « nous allons démontrer que les prédictions (des prophètes)
concernent le Christ, que par elle se trouve apporter un apport considérable pour prouver et
assurer notre foi, ils ont mené une vie tout à fait en rapport avec leur prophétie » (Contra
Faustum, Liv XII)26.

4. L’histoire du monde

25
Col 692.
26
Col 701.
29

Les pères de l’Église se sont aussi intéressés au premier livre de la Bible où il est
question de la création du monde en six jours (Hexaemeron). Pour eux, la création et le déluge
sont préfiguration du baptême. On peut citer parmi ceux qui ont traité du thème : Théophile
d’Antioche, Irénée (la théorie de la récapitulation), Tertullien, etc.

III.2. L’EXEGESE MEDIEVALE


Au moyen-âge, un certain nombre d’aspects mérite d’être pris en compte lorsque l’on
voudrait réfléchir sur la pratique de l’exégèse à cette époque. En effet, on observe les
mutations ci-après :
1. Passage des activités agricoles à une économie de l’artisanat, l’industrie textile, le
commerce.
2. Développement des villes au détriment des zones rurales.
3. La bourgeoisie urbaine monte en puissance par rapport à l’aristocratie rurale qui jusqu’ici
était en vue.
4. La fondation de nouveaux ordres religieux, la plupart mendiants : l’Ordre des prêcheurs,
l’Ordre des Frères Mineurs. Ce qui renvoie au second plan les moines bénédictins avec leurs
abbayes immenses.
5. Passage de l’influence du platonisme ou une orientation qui est davantage aristotélicienne.
6. L’exégèse progressivement une interprétation littérale, au détriment des selles allégoriques.
C’est le sens de ces propos de Henri de Lubac : « les auteurs médiévaux avaient bien plutôt
tendance à prendre pour historiques au sens le plus strict un certain nombre de récits dans
lesquels on voit communément aujourd’hui qu’histoire en un sens large ou même parabole ».
Les exégètes du Moyen Âge entendent garder vivante ce qu’ils ont hérité des Pères de
l’Église. On essaie d’éclairer l’événement Jésus-Christ à partir des textes de la Bible,
notamment l’Ancien Testament. Bien plus, avec l’exégèse juive qui s’est mieux outillé, on
ressent le besoin de perfectionner au sein du christianisme l’étude des textes.
L’exégèse juive s’est entre-temps développée avec des figures de proue comme
Maïmonide, Rashi, Ibn Ezra, etc. La tâche de cette exégèse est d’interpréter la loi en
fonction des besoins de la communauté (Midrashim, Talmud). On s’oriente vers les réalités
spirituelles quand on procède à l’interprétation. Le livre de la genèse et celui qui est le plus
analysé, notamment les récits de la création six jours (Hexaemeron). Bède le Vénérable va
écrire quatre livres sur l’Hexaemeron. Hugues de Saint-Victor, quant à lui, va s’intéresser aux
aspects philologiques (hébreux) pour préciser le sens d’un mot. Cependant, il faut reconnaître
30

c’est le Nouveau Testament qui est le champ d’investigation le plus exploité par les Pères de
l’Église. Dans l’Ancien Testament, c’est surtout les Psaumes, le Cantique des Cantiques.
L’exégèse médiévale va développer les quatre sens de l’écriture : spirituel (symbolique),
littéral (historique), tropologique (moral), anagogique (relative aux réalités célestes
eschatologiques).

III.3. L’EXÉGÈSE DES TEMPS MODERNES


Le contexte émergence de l’exégèse et celui où le Mouvement de la Renaissance prend
de l’ampleur. On s’oriente davantage vers l’Antiquité classique au détriment de l’Antiquité
d’Orient.
Avec ÉRASME et l’humanisme, on accorde de plus en plus de l’intérêt dans l’étude
du Nouveau Testament. On a l’impression que revient le goût pour le platonisme, au
détriment d’Aristote.
Avec l’avènement du protestantisme dont le principe de foi est « Sola scriptura »,
l’exégèse du texte comme telle acquiert de nouveau toute son importance. On se penche
désormais sur la philologie, les langues originales de la Bible.
La période moderne connaît alors une diffusion plus large de la Bible avec l’invention de
l’imprimerie par Gutenberg (1434).
On peut citer entre autres traductions de cette période-là :
 Cardinal Francisco JIMENEZ DE CISNEROS va imprimer une Bible polyglotte
hébreu- grec- latin appelée Biblia Complutensis (1514- 1517), ainsi que le Targum
araméen du Pentateuque.
 Christophe PLANTIN, Biblia Regia (1569- 1572).
 Érasme publiera sa Bible à Bâle. Ce qui sera plus tard à la base du Textus Receptus.
En somme, il faut reconnaître les temps modernes vont favoriser une tendance de plus en plus
poussée vers l’analyse du style, de la syntaxe et du vocabulaire des textes bibliques. Aussi,
verra-t-on transparaître la complexité sous-jacente à un corpus tel que le Pentateuque. Les
temps modernes ouvraient ainsi la porte à une nouvelle méthode exégétique : la critique
littéraire.

III.4. LES DÉBUTS DE LA CRITIQUE LITTÉRAIRE.


Pour les tenants de la critique littéraire, avant de déduire les implications théologiques
d’un texte ; il faut d’abord connaître qu’il s’agit d’une œuvre littéraire. C’est la raison pour
31

laquelle il convient de maîtriser : les problèmes philologiques, les langues originales de la


rédaction et le contexte historique d’émergence. Tout ceci permet de bien comprendre
l’intention de l’auteur.
C’est ainsi que pour Érasme, la critique littéraire cherche à déterminer :
 l’origine d’un texte
 les possibles ajouts rédactionnels postérieurs
 les couches ou strates littéraires les plus anciennes
 les différentes traditions sous-jacentes à un texte.
En fait, il s’agit de tout un processus de recherche qui verra venir à l’existence une
nouvelle manière de faire l’interprétation de la Bible : c’est la méthode historico-critique.
Elle se donne pour objectif de « reconstruire le texte », c’est-à-dire de dévoiler son histoire de
vie. Avec la critique textuelle, on recherche la forme du texte la plus proche de l’original : «
les méthodes historico-critiques ont pour principal objectif d’analyser le processus de
formation des textes. Elles utilisent pour cela des critères scientifiques en recherchant la plus
grande objectivité possible. (…) Les textes bibliques commencent alors à être considérés
comme des textes du passé plutôt que comme textes inspirés »27.
L’une des victimes de cette analyse sera la question de l’authenticité mosaïque :
« Est-il encore légitime, au regard de l’exégèse serrée des textes, d’affirmer et de soutenir que
Moïse est l’auteur littéraire de pour le corpus du Pentateuque ? »
Parmi les premiers exégètes qui vont mettre à mal cette thèse, nous avons : D.A.
KARLSTADT (1486-1541), Thomas HOBBES (1588- 1679), TOSTATUS évêque d’Avila,
Isaac DE LA PEREYA, BONFRERE, B. Spinoza (1632- 1677), Richard Simon (1638-1722),
etc.

1. D.A. KARLSTADT (1486-1541)


Il est encore appelé André DODENSTEIN. C’est l’un des guides du mouvement de la
réforme Wittenberg en Allemagne. Selon lui, Moïse ne pouvait objectivement pas écrit sa
propre mort. Quand on scrute certains passages du Pentateuque, il révèle un style qui ne
saurait être celui de Moïse. Dans ce cas, il se pose un problème de crédibilité historique des
livres du Pentateuque.
Qui a donc écrit ce corpus ? Il va sans dire qu’Esdras est l’auteur réel du Pentateuque d’après
KARLSTADT. Toutefois, et cela n’est pas étonnant de la part d’un intellectuel,

27
F. GARCIAS, 35.
32

KARLSTADT va vite végéter cette idée quand il lit (Dt 31,9 // Jos 24,6 ; 2R 22,8). Cf. De
Canonicis Scripturis Libellus.

2. André MAES (1514- 1573)


Encore connu sous le nom de MASIUS, c’est un juriste catholique belge. Il soutient la
thèse de l’Ennéateuque (de Josué à 2Rois). Et selon lui, ce serait là l’une des cercles de
Esdras. Ils l’ont rédigé à partir de documents plus anciens (annales, Diaria). Ce qui donnera
plus tard le Pentateuque actuel et les livres historiques.

3. Thomas HOBBES (1588- 1679)


C’est un philosophe anglais qui a écrit le Léviathan. Selon HOBBES, le Pentateuque est
une œuvre postérieure à Moïse, sauf Dt 11- 27. On ne peut pas prétendre trouver dans la
tradition la raison suffisante pour expliquer les multiples problèmes qui ressortent du
Pentateuque. Il faudrait attribuer uniquement quelques passages du Pentateuque Moïse, peut-
être les textes législatifs (« il mit par écrit »).

4. Isaac DE LA PEREYA
L’auteur pense que les difficultés du texte sont une preuve que le Pentateuque n’est pas un
texte original autographique. Au contraire, on l’a écrit à partir de quelques notes sur Moïse et
les événements du passé. C’est un travail de rédaction qui se fera plus tard par de nombreux
auteurs, se basant sur diverses copies. Pour Isaac DE LA PEREYA, Adam ne saurait
considérer comme l’ancêtre de toute l’humanité. Il est plutôt l’ancêtre du peuple juif. Il remet
aussi en question la thèse de la vérité des Saintes Écritures (à ne pas confondre avec la vérité
salvifique).

5. Baruch SPINOZA (1632- 1677)


C'est un juif qui soutient le panthéisme et le déterminisme. Ces positions lui vaudront
l’excommunication de la synagogue. Pour Spinoza, Moïse n’a rien écrit du Pentateuque. Ce
dernier élève de plusieurs auteurs de différentes époques : « il est irrationnel et non fondé que
Moïse ait écrit le Pentateuque ». Sinon comment expliquer l’emploi de la troisième personne
du singulier qui y est si récurrent ?
33

Selon Spinoza, la Torah est une loi purement politique de l’époque perse par laquelle
Israël affirme son identité. Il n’y existe donc aucun caractère divin et par conséquent la Torah
n’est pas inspirée. Il faudrait d’abord connaître l’histoire du texte des Écritures avant de
prétendre trouver l’histoire du message (le contenu du texte). Et ce n’est pas à une « tradition
» qu’il faudrait se référer. Spinoza soutient la thèse de l’Ennéateuque. D’ailleurs, l’histoire de
la Bible n’a aucune importance, nous ne doit signifier à elle. Cf. Tractatus theologico-
politicus.

6. Richard SIMON (1638- 1722)


Il est l’un des pionniers de la critique biblique. Prêtre oratorien et juriste ; Simon est un
spécialiste des langues sémitiques. Il admet l’origine mosaïque du Pentateuque. Cependant, il
ne reconnaît que les scribes et les juristes juifs ont continué ce travail rédactionnel qui avait
commencé depuis le début jusqu’à Esdras. Il y a donc eu une « chaîne des traditions ». Selon
Simon, les doublets et les répétitions s’expliquent par ce travail du compilateur final.
Richard Simon va écrire en français son livre de référence : Histoire Critique du Vieux
Testament (1678). Il soutient que le Pentateuque est constitué de plusieurs matériaux :
législatifs (remontant à Moïse), narratif (œuvre des scribes inspirés), la Genèse ayant des
éléments pré-mosaïques (mémoires).

7. Jean LECLERC.
C’est un exégète hollandais. Il va écrire l’ouvrage : Sentiment de quelques théologiens
de Hollande sur l’Histoire critique du Vieux Testament composé par Richard Simon de
l’Oratoire (1685).
Selon cet auteur, les résultats auquel est parvenu Richard Simon sont grotesques, et nécessite
par conséquent qu’ils soient « affinés » et « perfectionnés ». Par la méthode historico-critique,
il se penche sur la notion de « tradition » pour nuancer les origines du Pentateuque.
Ainsi, Jean Leclerc estime que le Pentateuque est une compilation post-exilique des
différentes traditions orales et écrites. La forme finale eut lieu à l’époque Esdras.
Cependant, il rappelle que si les samaritains (suite au schisme de la fin du huitième siècle
avant notre ère) ont le même Pentateuque que les juifs, alors il n’est pas logique d’affirmer
que Esdras en est l’auteur. Jean Leclerc soutient que ce serait plutôt le prêtre dont il est
question en 2R 17, 28.
34

CHAPITRE IV. LES PREMIÈRES THÉORIES DIACHRONIQUES


IV.1. Position du problème
Les critiques portent sur le Pentateuque ont révélé d’énormes difficultés comme nous
l’avons précédemment souligné : la paternité du Pentateuque à Moïse, les innombrables
problèmes littéraires, la thèse de l’unité littéraire du texte (au vu des ruptures dans les récits,
le changement de style rédactionnel, les ajouts postérieurs, etc.). C’est le cas du Deutéronome
qui revêt en son sein aussi bien le style narratif, exhortatif, judiciaire, rhétorique, etc. Eu égard
à tout cela, comment continuerait-on encore à soutenir la thèse selon laquelle il n’y a qu’un
UNIQUE AUTEUR POUR LE PENTATEUQUE ? Et toutes ces contradictions, comment
s’expliquent-elles ?
Ce questionnement sera le déclic pour poser le problème de source c’est-à-dire du
matériel utilisé à la base pour rédiger le texte final du Pentateuque : quel fut le matériau utilisé
par le(s) rédacteur(s) ? On cherche alors ce qui pourrait mieux expliquer les « discordances »
du texte. Comment parvenir à une homogénéité du texte ? Que faire pour parvenir à unité
textuelle ?
C’est ce qui constitue le point de départ des premières théories diachroniques en exégèse.

IV.2. L’hypothèse documentaire ancienne.


C’est la première tentative pour résoudre le problème de source de Pentateuque. Nous avons
quelques grandes figures liées à cette hypothèse :

IV.2.1. Henring Bernhard WITTER (1683- 1715)


C’est un jeune pasteur de Hildesheim. Il décide d’analyser Gn 1-3. Il fait le constat
selon lequel il existe une différence de noms divins : ELOHIM (Gn 1,1-2,4a) dans la section
de l’hymne rythmique ; YHWH ELOHIM (2,4b-3,24) qui la section en prose. De là WITTER
suppose que Moïse aurait eu à la base « deux diverses sources » qui permirent la composition
35

du Pentateuque. Cette affirmation assez nuancée lui permettra d’éviter la censure


ecclésiastique. Toutefois, il y a lieu de reconnaître que c’est la première fois qu’on s’intéresse
au mot en soi dans une recherche exégétique en Bible.

IV.2.2. Jean ASTRUC (1684- 1766)


Pour certains, il serait le père de l’hypothèse documentaire. Médecin de Louis XV, ASTRUC
était le fils d’un pasteur protestant qui se convertira plus tard au catholicisme.
D’après cet auteur, Moïse aurait utilisé « trois sources ou documents » qu’il appelle
des « mémoires » A-B-C. Dans les A et B, on retrouve l’un des noms divins. Quant à C, il est
constitué d’un ensemble de textes indépendants. On parle de « huit sources fragmentaires ».
ASTRUC estime que ce mot désigne les amis en synopse, malheureusement elles seront
altérées avec l’érosion du temps : c’est ce qui justifie les difficultés rencontrées dans le texte
actuel.
ASTRUC se limite seulement à analyser Gn 1 jusqu’à Ex 1-2. Il conclut que la Genèse
comprend du matériau pré-mosaïque. Lorsqu’il constate qu’il existe un changement du nom
de Dieu, ASTRUC émet alors l’hypothèse de l’existence de deux documents : l’ELOHISTE et
le YAHVISTE. À côté de ces deux documents majeurs, il y a d’autres sources secondaires :
c’est l’hypothèse documentaire « ancienne » qui voyait ainsi le jour. Cette hypothèse affirme
qu’il y a à la base du Pentateuque deux, trois ou quatre trames narratives continues (appelées
sources ou documents). Elles ont été rédigées à des époques différentes dans divers milieux.
Ensuite, elles furent juxtaposées les unes aux autres par des rédacteurs successifs.

IV.2.3. Johann Gottfried EICHRON (1752-1825)


Il approfondit les travaux entamés par J. ASTRUC. Avec lui, pour la première fois, on
dispose d’une « Introduction à l’Ancien Testament » (1780-1783). Défendant dans un premier
temps la paternité mosaïque de Pentateuque, EICHRON se rétracte (comme DE WETTE). En
analysant de la Genèse à Lévitique, il constate une diversité des styles, des contenus, des
parallèles, des récits continus. Cela s’explique, selon lui, par la diversité des ressources
utilisées.
EICHRON est le premier à parler de « Code Sacerdotale » (P). Il pense que les plaies
d’Égypte évoquée dans le livre de l’exode sont « une immense supercherie de Moïse,
exploitant simplement des phénomènes naturels » (De Aegypti anno mirabili de 1818).

IV.2.4. Karl David ILGEN (1763-1834)


36

ILGEN étudie davantage le cycle de Joseph (Gn 47,2-50, 26). De là, il affirme qu’il existe
deux sources principales dans le livre de la Genèse : le JEHOVISTE ET L’ELOHISTE. Mais
en réalité, il distingue deux «Élohiste », ce qui fait que l’on a finalement trois documents de
base : E1 (devenant plus tard P, c’est-à-dire le Sacerdotal), E2 (le véritable Élohiste) et J (le
Jéhoviste).
L’auteur cherche à trouver le rapport entre l’histoire de documents existants d’Israël. Il
part du constat selon lequel les différents documents trouvés dans le temple de Jérusalem sont
mélangés même altérés. Dès lors, il convie de les épurer et sonder, autant que possible, leur
époque de rédaction de leur origine.
En somme,
S’il est vrai que l’hypothèse documentaire sus présentée tente, à sa manière,
d’expliquer la façon dont on est parvenu au texte final du Pentateuque, au-delà de l’origine
diverse des textes constitutifs, on se trouve néanmoins insatisfait. D’où l’émergence d’autres
hypothèses.

IV.3. Hypothèse des fragments (fin XVIIIe siècle)


Selon les tenants de l’hypothèse documentaire ancienne, il est difficile de classer tout
le matériel Pentateuque dans des sources. C’est le cas des textes législatifs. À quelque chose
appartiennent-ils ? Aussi, certains exégètes émettront-il l’avis des « fragments indépendants et
autonomes » à la base du Pentateuque.
Hypothèse fragmentaire suppose qu’il existait au départ plusieurs unités narratives ou alors
des textes incomplets éparpillés. Ceux-ci seront plus tard assemblés après la mort de Moïse.
Les pionniers de cette hypothèse sont :

IV.3.1. Alexander GEDDES (1737-1802)


C’est un prêtre catholique de l’Écosse. Il étudia l’Allemand pour mieux suivre, dit-il,
l’évolution de l’exégèse germanique. Il est le premier à parler de « Hexateuque ». D’après
GEDDES, les différents fragments ont été mis ensemble par deux cercles différents appelés
les Collectionneurs. Il s’agit de L’ELOHISTE ET le JEHOVISTE. C’est ce qui explique le
changement du Nom de Dieu. GEDDES estime que le matériel législatif et ce qui renferme le
noyau des fragments.

IV.3.2. Johann Séverin VATER (1771-1826)


37

VATER soutient qu’il existe plusieurs documents à la base dont certains remonteraient
à l’époque de Moïse jusqu’à l’élaboration du Pentateuque à l’époque de l’exil au sixième
siècle avant notre ère. À partir des textes législatifs en provenance de milieux différents,
VATER dit que c’est la Loi qui est la base du Pentateuque. Et le noyau de cette loi se
trouve dans le livre du Deutéronome qui fut composé à le produit David et Salomon, son fils.
Ce n’est que plus tard que ses filles des agios des parties narratives de cette base législative.
On ne devrait donc plus parler de « Loi unique de Moïse ».

IV.3.3. Wilhelm Martin LEBERECHT DE WETTE (1780-1849)


Exégètes d’origine suisse, il est initié pratiquement un tournant capital dans les
investigations au sujet de l’histoire d’Israël. Il entend établir le rapport entre les documents du
Pentateuque d’une part et les événements qui se sont déroulés réellement au cours de
l’histoire de ce peuple d’autre part.
Le livre qui a été trouvé dans le temple à l’époque de Josias en l’an 621 av. J.-C. c’est le
Deutéronome (2R 22-23). Si tel est le cas, cela signifie que les récits relatés dans ce livre du
Deutéronome sont « postérieurs » par rapport à l’époque du déroulement véritable des
événements : il s’agit alors des mythes : « selon DE WETTE, les événements s’avéraient «
inutilisables » pour toute reconstruction historique : les événements présentés par la
narration du Pentateuque n’étaient que des « mythes » »28.
L’auteur pense que les traditions des plus anciennes du Pentateuque ne doit pas être
considérées comme des « sources historiques ». Mais il est question d’une vision mythique
que le peu d’Israël à de ses origines. Il est donc logique de comprendre les livres de la genèse
de l’exode comme une poupée nationale des israélites. C’est cela la théocratie hébreu.
En somme,
Selon les travaux des auteurs de l’hypothèse des fragments sur le livre de la genèse :
• il existe des sources parallèles préexistantes
• ces sources sont indépendantes les unes les autres
• à l’intérieur des mêmes sources, on remarque également des différences dans le fond
• aussi, la forme canonique actuelle du Pentateuque est le fruit de la
combinaison/compilation de diverses sources indépendantes (tantôt orales, tantôt écrites) à la
base.
• Les auteurs identifient principalement trois (3) sources : le JAHVISTE (J),
L’ELOHISTE (E1 et E2).
28
T. ROMER, A. PURY, 21.
38

IV. L’HIPOTHESE DES COMPLEMENTS


Les principaux représentants de cette école sont : Heinrich EWALD, W. M. DE
WETTE, J. C. F. TUCH, Federich BLEEK.
Les auteurs supposent qu’il existait au départ une unité narrative du Pentateuque
(Hexacteuque) où Dieu est nommé ELOHIM. Cette unité (Grunschrift en allemand) est
L’ELOHISTE. À partir d’elle on va compléter des fragments d’un document JEHOVISTE
(YAHVISTE).
Heinrich EWALD (1803- 1875)
Il est considéré comme le père de l’hypothèse des compléments. Mais à vrai dire, il
suffira tout simplement l’idée sans pour autant la défendre telle qu’elle. 29 Pour EWALD, il
existe comme document de base L’ELOHISTE (Grunschrift), qu’on considère aujourd’hui
comme document sacerdotal (P). En plus, il y a quelques textes plus anciens tels que le
Décalogue (Ex 20,2- 17) et le Code de l’Alliance (Ex 21- 23). En prenant ce document de
base (E), un éditeur va le « compléter » avec de fragments issus d’un document JEHOVISTE
(c’est-à-dire le futur YAHVISTE) pendant la dernière période de la monarchie de Juda.
Grunschrif = E (E1/P + E2)
+ Textes anciens (D+CA)
+ Compléments (fragments J).
Quelques critiques permanentes :
Cette hypothèse tend à réduire le YAHVISTE en un simple « complément » ou document
ELOHISTE. Elle lui enlève son caractère de véritables sources parallèles.
On a tendance ici à faire un mélange entre l’histoire sainte et l’histoire réelle lorsque l’on
étudie l’histoire du peuple d’Israël. En effet, les sources de l’Hexacteuque sont classées
comme suit :
 le livre des origines : source sacerdotale (P), se situant au début de la monarchie
 le livre de l’alliance : c’est le futur YAHVISTE (J)
 les récits prophétiques : c’est le futur L’ELOHISTE (E)
 le Deutéronome (D).
Par cette catégorisation, on perçoit l’histoire du peuple d’Israël comme l’évolution vers la
vraie religion dont le climat et l’alliance au Sinaï avec Moïse.

29
C. HOUTMAN, Pentateuch, 93-94.
39

Conclusion
Au terme de ce chapitre sur les premières théories diachroniques sur le Pentateuque,
on se rend compte que bien des questions fort enrichissantes et intéressantes ont été soulevées.
Nous pouvons brièvement revenir ni sur quelques-unes :
1. La question de l’auteur réel du Pentateuque : est-ce bien Moïse ou quelqu’un d’autre ?
2. La problématique des « sources du Pentateuque » : laquelle ou lesquelles à/ont été à la base
du Pentateuque ?
3. La question des « traditions » orales ou écrites qui se trouveraient « derrière » le texte
Pentateuque. Et de quelle manière ont-elles été transmises au fil des temps ?
4. Quelle est le rapport entre les différentes sources du Pentateuque et leur ancrage dans
l’histoire réelle du peuple d’Israël ?
5. La problématique du « devenir » du Pentateuque : quelles ont été les diverses phases de
l’élaboration du Pentateuque et leur fils action chronologique ?
En bref, toutes ces interrogations (d’ailleurs non exhaustives) vont former le lit pour la mise
en œuvre d’une théorie en exégèse : la Nouvelle Hypothèse Documentaire ou la Théorie
Documentaire Classique.
40


CHAPITRE V : LA THÉORIE DOCUMENTAIRE CLASSIQUE
Hypothèse du documentaire « new-look », tel quel sens développera au XIXe siècle ne
saurait se comprendre en dehors de son contexte historique et social : celui du bouillonnement
idéologique de l’époque.

V.1. ARRÊT SUR LE CONTEXTE HISTORIQUE


Pour mieux cerner le XIXe siècle avec ses élaborations intellectuelles, il convient de
considérer les aspects les plus saillants parmi lesquels : la philosophie dite « des Lumières »,
la théologie dite « Libérale », le romantisme, le goût pour l’Histoire.

V.1.1. La philosophie dite « des Lumières ».


Ce mouvement, prôné par les philosophes allemands, entend voir l’émancipation de la
Raison résonnante de toutes les données de la foi (Aufklärung), voire de toute autorité
susceptible d’aveugler ce que dicte la Droite Raison. Aussi le dogmatisme religieux y est
perçu comme l’obscurantisme béat. Il faudrait plutôt s’ouvrir à la lumière de la rationalité.
D’où l’expression « illuminisme ». Le christianisme se trouve de fait confronté à un défi :
celui de réagir, avec les mêmes armes, à ses détracteurs. Il y a nécessité d’argumenter et
séparer peu ou prou les données de la foi de celle de la raison. Voilà ce qui va désormais
promouvoir une lecture critique de la Bible.
41

V.1.2. La théologie dite « Libérale ».


La tendance à vouloir dissocier ce qui relève de la foi, de ce qui est de l’ordre rationnel
sera à l’origine du mouvement qui consiste à ne voir dans les Saintes Écritures uniquement sa
dimension naturelle, humaniste. Ce qui est de supranaturel n’étant réduit qu’à sa plus petite
expression. C’est la famille théologie dite « Libérale » que l’on voit monter en puissance en
Allemagne. Pourtant, on ne saurait confondre les données historiques du texte biblique avec le
caractère inspiré de celui-ci.

V.1.3. Le Romantisme
Il a également eu un impact considérable sur les études publiques. En effet, le désir de
retourner vers le passé, enclencher par les tenants du romantisme, fera que les exégètes
s’intéressent davantage sur les époques considérées les plus anciennes de l’histoire et de la
religion biblique. On soupçonne tout ce qui est récent de corrompu. C’est la thèse d’une des
figures de proue de cette tendance Johann Gottfried HERDER (1744- 1803). Selon lui, il était
nécessaire de revenir sur les « manifestations originelles, spontanées et naturelles de la culture
biblique ».30 Les romantiques apprécient moins les périodes dites exiliques et post-exiliques
que la précédente (pré-exilique). On pense que les premières ont favorisé le légalisme le
pharisaïsme.

V.1.4. La Philosophie de l’Histoire


Le goût pour tout ce qui est relatif à l’histoire faire, aussi, jouer un rôle important dans
le développement des recherches exégétiques. En effet, la vision de l’évolution de l’histoire
n’est pas véritablement positive. Analogiquement au développement biologique, les tenants
de l’histoire en font une constatation négative.31

BIOLOGIE HISTOIRE RELIGION BIBLE


Naissance + jeunesse Origine Religion primitive et Époque des juges et
naturelle de la monarchie
(Royauté)
Maturité Apogée Religion idéaliste Époque post-
morale et spirituelle monarchique et
(Prophétisme) exilique
Vieillesse+ mort Déclin et disparition Religion légaliste Époque post-exilique

30
J.L. SKA, Introduction, 151
31
Ce tableau est extrait de W. VATKE.
42

(Pharisaïsme)

Ainsi qu’on peut la percevoir, Hegel et sa philosophie de l’histoire sont à la base de


cette compréhension de l’évolution du fait religieux. Cependant, « contrairement au jugement
hégélien, qui aboutit à l’émancipation de l’esprit absolu, l’évolution postulée à une apothéose,
mais à un état de sclérose et de décadence ».

V.2. UNE NOUVELLE THÉORIE EN CHANTIER


Le contexte socio-historique et intellectuel que nous venons de décrire d’une part, les
insuffisances des hypothèses fragmentaires et complémentaires va favoriser la naissance de la
nouvelle hypothèse documentaire la consécration auras lieu avec Julius WELLHAUSEN.
Les principaux protagonistes de cette théorie sont entre autres :
V.2.1. Hermann HUPFELD (1796 - 1866).
Professeur tour à tour à Marbourg, à Halle ; HUPFELD faire une étude sur « les
Sources de la Genèse ». De là, il parvient aux résultats suivants :
*Il soutient à nouveau l’hypothèse documentaire en version revue et corrigée, au détriment de
l’hypothèse de fragments et celle des compléments.
*Il existe un document de base des récits de la Genèse. Ce document est l’ELOHISTE et
que l’auteur qualifie de « Urschisft » (E1), devenant plus tard le document Sacerdotal (P). Ce
document de base, il sera incorporé E2.
*Un troisième document est ajouté : le YAHVISTE. Il est donc plus récent, selon HUPFELD,
et il a un style bien différent des deux premiers (E1 + E2).
*On ne devrait plus considérer le YAHVISTE comme un simple complément de E1 (ainsi que
le pensait EWALD).
*C’est un rédacteur ou un groupe de rédacteurs qui procédèrent à la compilation desdites
documents afin de former le texte final du Pentateuque.
En clair, chez HUPFELD, l’élément déterminant pour l’analyse du Pentateuque porte sur le
style.

V.2.2. Eduard Karl August RIEHM (1830- 1888)


Suite aux travaux de HUPFELD, E. RIEHM va énoncer un nouveau document
pendant ses recherches, il s’agit du Deutéronome. Ce document n’est pas parallèle au
précédent. Il est plutôt autonome par rapport au reste du Pentateuque. Son ouvrage de
référence : Die Gesetzgebung Moses in Lande Moab (1854).
43

V.2.3. Édouard REUSS (1804- 1891)


Il fut professeur à Strasbourg. Dans ses recherches exégétiques, il fait le constat
suivant ; ni les livres dits « historiques » (d’ailleurs considéré comme le plus ancien), ni les
prophètes pré-exilique ne font allusion au contenu de la Loi de Moïse, notamment les lois sur
le culte. Ce seront plutôt les prophètes post-exiliques qui en parlent. C’est le cas d’Ézéchiel.
Eu égard à cela, REUSS conclut que ces lois, bien que insérées dans le Pentateuque, sont à
dater tardivement dans l’histoire d’Israël.

V.2.4. Karl Heinrich GRAF (1815- 1869)


C’est en récupérant les travaux non publiés de son maître (REUSS) que GRAF entame ses
recherches. Il parvient aux résultats ci-après :
* Les lois sacerdotales le cadre narratif sont de la période de l’exil ou bien après l’exil.
* L’ELOHISTE (E1) n’est pas le premier document. Il n’est pas à la base du Pentateuque. Au
contraire, il en est le dernier.
*GRAF propose la chronologie suivante : J – E – D (pré-exil) – E1/P (post-exil).

V.2.5. Abraham KUENEN (1828- 1891).


Exégète de la Hollande, KUENEN écrivit sur l’histoire religieuse d’Israël. Il est même le
premier appelé L’ELOHISTE, le Code Sacerdotal (« Priestercodex » = P). D’après KUENEN,
les différents textes narratifs et législatifs de la source P forment une unité. Ils furent
composés en période d’exil à Babylone.
Comme nous venons de le constater, avec KUENEN, il y a désormais un
bouleversement dans la chronologie : la source Sacerdotal (P) qui était jusque-là connu
comme la plus ancienne et dont le document de base du Pentateuque est à présent
reléguée au moment de l’exil. Voilà pourquoi, il exprime que le document P le plus récent
de tous les quatre qui constituent la source du Pentateuque (J – E – D – P).
T. ROMER et A. PURY ont donc raison de dire que : « Ce qui avait été tenu jusqu’alors pour
noyau primordial et archaïque se trouvait relégué à la fin de la chronologie et ne représentant
plus que le produit final d’une longue évolution, voir le flux de la décadence ».32

V.3. LE SYSTÈME WELLHAUSENIEN OU LA CONSÉCRATION D’UNE


THÉORIE.
32
T. Romer, A. PURY, 24.
44

C’est Julius WELLHAUSEN (1844-1918) qui m’a donné l’onction à l’hypothèse


documentaire et l’écrire en lettres d’or.

V.3.1. Arrière-fond philosophico-idéologique


En tant qu’historien de spécialisation, Wellhausen voudrait reconstruire « l’histoire
d’Israël », et donc celle de la religion. Il est clair que ce projet Wellhausénien et sous
l’influence de la philosophie de l’histoire de Hegel d’une part, et de la vision intellectuelle du
Romantisme (HERDER) d’autre part.
En la philosophie hégélienne perçoit l’évolution de l’histoire de manière dialectique : Thèse –
Antithèse – Synthèse.
Quant aux romantiques, il considère généralement la période de l’histoire qui est
récente comme une dégénérescence. C’est ce qui explique le couvert la première période fut
comme « idéale ». Les Romantiques accorderont plus d’intérêt aux époques de l’Antiquité et à
leurs religions. Fils du protestantisme, Wellhausen fait une nette distinction entre la Loi d’un
côté, et l’Évangile de l’autre. Wellhausen et ses collègues identifient l’Évangile à la religion
naturelle, rationnelle et humaniste. La Loi est dépréciée ; tous les textes législatifs étant tardifs
(Exode – Nombres). Wellhausen a plus une prédilection envers les livres historiques comme
Samuel, de même que certains premiers prophètes tels qu’Élie.
Bien plus, il faut souligner que le contexte historique dans lequel évolue Wellhausen
n’est pas totalement innocent : l’empire PRUSSE est en train de se constituer de manière
vigoureuse en Allemagne. Il est donc logique que Wellhausen, fils de cette époque, estime
que c’est la monarchie davidique qui doit être considérée comme l’âge d’or de l’histoire du
peuple d’Israël.

V.3.2. Hypothèse documentaire « New-Look ».


Énonçons ici quelques idées de cette nouvelle hypothèse de Wellhausen : L’auteur
soutient la thèse de l’Hexacteuque, tout en précisant qu’il a été rédigé à partir de quatre
sources. Pour Wellhausen, Gn 1-11 ne constituent pas une homogénéité littéraire. Il s’agit
plutôt d’un long et ardu processus rédactionnel. Il texte en deux récits : JE et Q (« Quattuor
Foedera Vierbundesbuch »). C’est un rédacteur qui avait mis ensemble JE et Q tout en y
procédant à multiples changements, des ajouts (Gn 7,6.8-9) où il l’estimait nécessaire.
Quelquefois, il fait des suppressions, des abréviations pour trouver une certaine logique dans
les récits. Par ailleurs, il pense que JE sont les restes d’un fil narratif («Erzählungsfarden»)
45

indépendant. JE ne peuvent pas être en complément séparé. Et à l’intérieur de JE (qui n’est


pas homogène), on ne peut véritablement les diviser selon les différentes couches littéraires.
Wellhausen fera le même travail de recherche en Gn 12- 26. Il y voit également la
main d’un compilateur (« Zusammenarbeiter »). Le document de base était le YAHVISTE (J)
auquel on a ajouté des parties de l’ELOHISTE (E). Ce travail rédactionnel JE eut lieu vers le
VIIIe siècle avant notre ère. Il ne s’agit nullement d’un simple complément de (Q).
Quant au document deutéronomique (D), il remonte à la Réforme de Josias (622 avant
notre ère). Aussi, pour Wellhausen, le livre qui fut découvert sous les décombres du temple
n’est rien d’autre que la version ancienne du Deutéronome. Ce livre avait une visée politico-
religieuse à cette époque.
Pour ce qui est du document sacerdotal (P), Wellhausen postule qu’il est à situer appel
exil babylonien.
• Composition du Pentateuque à partir de quatre sources
D’après l’auteur :
* Depuis Moïse et l’époque des juges, il y avait des traditions qui circulaient de manière orale
au sein du peuple d’Israël.
* À l’époque de la monarchie, certaines traditions sont mises par écrit. Ce travail durera
jusqu’à la période du schisme d’Israël.
* Pendant le schisme des deux royaumes, chaque tradition évoluera de son côté : le J se
développe dans le royaume du Sud (850- 750 avant notre ère), et ce à partir d’un document
plus ancien J1 datant du 11e et 10e siècle avant notre ère. Dans le royaume du Nord c’était E
bien avant la chute de la Samarie (721 avant notre ère).
* Après la chute de la Samarie, les deux documents furent mis ensemble. Toutefois, la priorité
fut au JAHVISTE (J) auxquelles on fera des retouches (RJE).
*Vers 630- 621, sera composé le Deutéronome (=D²), avec pour noyau central Dt 12- 26
(=D1).
* Lors de l’exil babylonien, un Rédacteur (R) mais ces documents ensemble en y ajoutant du
signe selon une orientation deutéronomiste. On a donc : R= D1 + D² +JE.
* Il faut savoir que le Sacerdotal (P), le plus récent de documents, fut influencé par le
prophético-sacerdotal d’Ézéchiel et son école. On n’y distingue : un texte fondamental
narrativo-législatif («Grunschrift » = Pg) qu’on attribue à Esdras (Ne 8-9), et la loi de Sainteté
de Lv 17 («Heiligkeitgesetz » = Ph). À cela, il faudrait inclure des ajouts rédactionnels.
* Vers l’an 400 avant notre ère, un rédacteur sacerdotal finit par réunir P avec les précédents
documents (JE –D). Ce qui donne les résultats suivants : R = JE + D + P.
46

Ceci explique la ressemblance qui existe entre le Pentateuque Juif et le Pentateuque


Samaritain, puisque c’est à ladite période qu’ eut lieu le schisme.
• Possible datation des documents
J : IXè –VIIIè siècle avant notre ère
E : VIIIè siècle avant notre ère
D : 630 – 621 avant notre ère
P : 400 avant notre ère

V.4. LES LIMITES DE LA THÉORIE.


S’il est vrai que latéraux documentaires classiques a connu un réel succès parmi les
exégètes, il n’en demeure pas moins vrai que celle-ci soulève quelques problèmes de fond :
 L’origine, la formation et l’extension de chaque source (J,E,D,P)
 L’intention du rédacteur quand il choisissait son matériau de travail
 Les différentes relations de dépendance entre les sources : où se trouve leur
invraisemblance et leur dissemblance ?
 Le passage de la tradition orale à la rédaction : comment y a-t-on procédé ?
 Les présupposés philosophiques hégéliens fragilisent la théorie documentaire : en fait,
jusqu’à quel niveau situait encore l’objectivité de ladite théorie ? Est-on en droit de parler
d’une méthode historico-critique « pure » ? D’ailleurs, tout est-il uniquement idéal si on s’en
tient à cette catégorisation qui est faite ? (Voir tableau ci-dessous)

Dialectique hégélienne de Croyances religieuses Culte relatif pratiqué


l’histoire
Thèse Animisme Culte à la Nature
Antithèse Polythéisme Culte aux événements de
l’Histoire
Synthèse Monothéisme Culte Sacerdotal du Temple

 WELLHAUSEN prend comme critère principal des recherches la différence de nom de


Dieu. Peut-on seulement se limiter à ce critère comme déterminant ? Et que dire de la
difficulté à trouver à l’intérieur d’une même source une unité ? Quels critères utiliser alors ?
Et d’ailleurs, tous les critères sont-ils légitimes et valides ?
 Le manque de consensus dans la délimitation des sources (Cf. les problèmes littéraires) est
exagéré : quand et comment pourrait-on parvenir à faire une théologie du Pentateuque au
regard de l’« atomisation » que connaît ce corpus ?
47

 Ces quatre sources ont pris davantage de problèmes qu’elles en ont résolus
(lexicographiques, stylistiques, thématiques, etc.) l’ELOHISTE a-t-il existé comme une vraie
source narrative ? Ou plutôt législative ?
 À cette époque de WELLHAUSEN, il faudrait reconnaître que l’on n’a une connaissance
lapidaire de l’archéologie et de l’historiographie sur le Proche-Orient Ancien.
 Certains exégètes diront qu’il est illogique de poser comme « postulat » l’homogénéité
originale des sources (R. WHYBRAY). Pour quel but rédacteur ont-ils voulu à tout prix
changer les doublets, les contradictions du texte ? Ni cela, ou le risque d’avoir de petits
versets multipliés et variés.
 Plutôt que de parler de quatre sources à la base, les exégètes préfèrent parler du
Pentateuque comme une œuvre complexe qui englobe les différents blocs formés de matériel
narrative et législatif. Ces blocs sont autonomes parce qu’ils proviennent des traditions
diverses. Ce sont des unités majeures qui englobent en elle des unités mineures (R.
RENDTORFF).
Tous ces points faibles détectaient la théorie documentaire nouvelle pousseront donc plusieurs
chercheurs à s’acharner contre elle. Nous relevons quelques-unes de ses critiques :
J. A. SOGGIN : « Les travaux de Julius WELLHAUSEN sont bien plus la phase initiale de la
recherche scientifique ».
M. NOTH : « Si les chercheurs prennent en main le livre des nombres, il n’y trouverait pas
trois sources parallèles ».
N. LOHFINK : « L’insuffisance et la stérilité de l’exploitation habituelle de ses résultats ».
R. WHYBRAY : « Il s’agit d’une spéculation sur une autre ».
48

CHAPITRE VI : L’ÉCOLE DE L’HISTOIRE DES FORMES (Formgeschichte)


Il importe de rappeler quelques facteurs conditionnels qui auront, d’une manière ou
d’une autre, eu un impact sur les représentants de cette école.

VI.1. CONTEXTE D’ÉMERGENCE


 J. WELLHAUSEN et sa théorie documentaire ont influencé énormément le monde de
l’exégèse biblique pendant pratiquement un siècle.
 Néanmoins, on ressent de plus en plus un malaise au regard de « l’autonomisation du
Pentateuque ». Cela embarrasse davantage les milieux juifs et catholiques.
 Changement du paysage contextuel à la seconde moitié du XIXe siècle :
*L’engouement vers les recherches dans le Proche-Orient ancien : le déchiffrage des
hiéroglyphes en Égypte (Cf François Champollion), l’étude de l’Akkadien, du Chaldéen et
d’autres langues sémitiques.
*La propension pour la littérature populaire : le développement de l’urbanisation et de
l’industrialisation. On s’intéresse au folklore, la psychologie populaire. Les Frères Grimm
publient des recueils de contes à cette période.

VI.2. LE PARADIGME DE G. GUNKEL


Vu l’insatisfaction de la théorie documentaire classique, l’exégèse historico-critique
prend une autre orientation :
• on considérait surtout les traditions orales. C’est le nouveau paradigme de Gunkel avec la
naissance de l’Ecole de l’histoire des religions (Religionsgeschichtliche Schule).
49

• Il faut aller au-delà des présentes couches littéraires des textes bibliques. Mais « pénétrer en
profondeur » pour atteindre les traditions, les idées originaires : ce sont les archétypes
mythologiques du texte.
• Grâce aux fouilles archéologiques, on ressent la nécessité de procéder à des études
comparatives entre les écrits de la Bible et les grands maîtres de la Mésopotamie. En fait par
exemple de comparaison entre l’épopée de Gilgamesh// Déluge, l’épopée de Athra-hasis//
Création. De cette manière, on comprend mieux le texte biblique dans son rapport avec les
récits des cultures parallèles voisines.
• Pour Gunkel, le livre de la Genèse est « une collection de légendes » (Die Genesis ist eine
Sammlung von Sagen). Les auteurs des différentes sources de Pentateuque sont simplement
des collectionneurs et éditeurs des récits populaires, légendes, traditions orales (Cf les Frères
Grimm de l’Israël antique). Ils ne sont pas des inventeurs.
• Selon lui, les sources sont en réalité un stade tardif dans le processus de composition du
Pentateuque. Ce qui se trouve notamment au départ, ce sont « des légendes autonomes
constituant des unités primitives ». Ainsi, plus une légende brève, plus elle est plus proche de
l’originel.

VI.3. LES PRINCIPES DE L’ÉCOLE


 Le mérite de Gunkel : son intérêt pour le monde prix littéraire du texte. Il s’agit d’aller
découvrir ce qui se cache derrière la production littéraire.
 La légende est différente de « l’histoire » comme tel point la légende a un caractère
poétique puisqu’elle a pour objectif d’édifier, émouvoir et inspirer l’auditoire.
 Gunkel fonde ainsi une nouvelle méthode exégétique : l’histoire des formes
(Formgeschichte) qu’il développe surtout dans son Commentaire sur les Psaumes.
Les principes régulateurs de cette école sont :
* Les gens littéraires (Gattung)
- l’Ancien Testament est truffé de différents gens littéraires. Ils sont l’expression des
différents moments de l’histoire d’Israël et ils sont influencés par les cultures du Proche-
Orient ancien.
- Quand on compare ces gens littéraires avec le matériel environnant de l’Égypte,
Mésopotamie, etc., on pourrait faire d’excellentes découvertes restées jusque-là cachées. Une
simple étude littéraire a des limites.
50

- Gunkel va désormais étudier les textes législatifs du Pentateuque avec les différents gens
littéraires, car pour lui « la forme exacte et la nécessaire expression du contenu » (forme +
contenue, style + message, esthétique + théologie).
- En étudiant le livre de la Genèse, Gunkel distingue les gens littéraires suivants :
a) les contes ou récits (Märchen)
b) les légendes (Sagen). Celles-ci peuvent être : historiques (Gn 34) ; ethnographique, c’est-à-
dire décrivant la situation d’un peuple comme Caïn (Gn 4) ou Ismaël (Gn 16) ; étiologique
quand celle-ci explique la cause d’une situation donnée. À ce niveau étiologique, on distingue
celles à caractère ethnologique (Gn 9,24ss ; 21,22ss ; 26,25ss), étymologique (Gn 4,1 ; 11,9 ;
19,20. 22 ; 25,26 ; 29,32) ; culturel (Gn 22,1-19 ; 12,16 ; 18,4 ; 28,18 ; 32,33), géologique
(Gn 19).
* La situation de la vie (Sitz im lebem)
- Il n’est pas à confondre avec les gens littéraires.
- Ici on insiste sur la quête d’identification de l’enracinement sociologique et historique des
traditions.
- Le crédo est le suivant : « Tout texte est enraciné à l’origine dans une situation de vie
précise ». Pour Gunkel, toute expression est fonction de la situation, des intérêts et de la
nécessité. Bref, tout s’éclaire par les circonstances.
* La finalité théologique
- pour cette école, identification et/ou définition du genre intérêt, ainsi que le Sitz im lebem
doivent conduire à mieux saisir la perspective originale de chaque auteur. C’est le contenu
théologie du texte. Pour Gunkel, « l’exégèse biblique et une exégèse théologique ».

VI.4. AUTRES FIGURES DE PROUE


Outre Hermann Gunkel, d’autres exégètes vont s’allier à sa pensée. C’est le cas de
Hugo Gressmann (1877 – 1927), Wolf Graf Baudissin (1874 – 1927), Albert Eichhorn
(1856 – 1926). Intéressons-nous au premier.
*Hugo Gressmann
- Elève de Hermann Gunkel.
- Il se focalise aussi sur le milieu pré-littéraire.
- Aussi étudie-t-il les traditions orales de l’exode, du Sinaï, de la conquête de Canaan.
- Son mérite : Il étudia également les genres littéraires du Proche-Orient ancien pour
mieux comprendre ceux de la Bible.
51

CONCLUSION
- il faut dire que tous ces exégètes, doublés d’historiens de la religion, de cherche pas à
subordonner la religion israélite la civilisation babylonienne (tendance en
panbababylonienne).
- Mais pour, il faut « mettre en évidence la particularité de l’expérience israélite, précisément
en la situant dans le contexte historique des autres expériences particulières dont témoignaient
les textes du monde ambiant nouvellement découvert ».
- On ne doit plus fonder les problèmes littéraires uniquement sur la différence de force
(J,E,D,P).
- Les incohérences, les tensions, les ambiguïtés du texte biblique s’expliquent davantage par
l’hétérogénéité des légendes et des cycles primitifs recueillis par les auteurs des sources.
- Pour Gunkel, le Jahviste (J), l’Elohiste (E) ne sont pas « des personnalités individuelles »,
mais on doit considérer comme des Écoles de narrateurs.


CHAPITRE VII : EN QUETE DE LA SPECIFICITÉ DE LA FOI D’ISRAEL
VII.1. LA PROBLEMATIQUE DU NOYAU PRIMITIF
- Gunkel n’a pas orienté ses travaux dans la reconstruction de l’histoire du peuple d’Israël et
de ses institutions.
- Ce qui l’intéressait était : les événements, les situations particulières.
- Mais son ouverture vers les traditions pré-littéraires favorisera un engouement. On
s’intéresse de plus en plus à l’époque pré-monarchique, c’est-à-dire le temps des origines.
- Problème : Quel est le noyau originel de la foi d’Israël ?
- Trois principaux exégètes abordent le problème : Albrecht Alt (1883 – 1956), Gerhard
Von Rad (1901 – 1971), Martin Noth (1902 – 1968).
VII.2. A. ALT ET LA THÈSE DU « DIEU DES PÈRES »
- Selon Albrecht Alt (1883 – 1956), cette expression « Dieu des Pères » provient de l’époque
où Israël était encore nomade. N’étant pas sédentaire, leur divinité ne porte pas un nom
précis. C’est pourquoi le lire à un ancêtre éponyme à qui ce Dieu s’est révélé (Gn 26,23 ;
28,13 ; 32,10 ; 46,3 ; Ex 3,6).
- Les patriotes sont de vrai fondateur d’une religion cultuelle. Les patriarches deviennent
des « personnages véritablement historiques » de la Préhistoire d’Israël. Il cesse des
personnages folkloriques.
52

- Les événements de l’exode et ceux de la conquête de Canaan acquièrent ainsi « un contexte


historique » réel. Ce ne sont plus des légendes.

VII.3. A. ALT ET LA PARTICULARITÉ DU DROIT ISRAÉLITE


Il s’intéresse aussi aux textes législatifs.
- Aussi fait-il une distinction fondamentale entre la droite casuistique et le droit apodictique.
- Le droit casuistique : il est d’origine cananéenne. Il s’énonce ainsi : « si… alors », «
quand… ». Il table donc sur des situations bien particulières et concrètes (les cas). On parle
aussi de « Lois conditionnelles ».
- Le droit apodictique : il est la spécificité d’Israël. Les formules sont concises, génériques.
Elles ne font pas d’exception. Toute personne en est concernée. Ce droit remontre à l’Israël
nomade. On l’appelle aussi « Lois impératives ».

CONCLUSION
Le « Dieu des Pères » et pressions d’une religion nomade pré-yahviste. Le « Dieu
des Pères » est une divinité qui portait les différents plans et tribus pendant la Préhistoire
d’Israël.
Avec les travaux de Alt, les documents qui racontent les récits des patriarches redeviennent
utilisables par l’historien-exégète.
Les travaux de recherche des Alt en rapport avec le droit biblique montrent moins de coûts
favorables auprès d’autres exégètes : R. Rendtorff, H. Graf Reventlow, G. Hölscher, A. C.
Welch, G. Von Rad, H. Gressmann, etc.
53

CHAPITRE VIII : NOTH ET L'HISTOIRE DE LA TRANSMISSION


(Überlieferungsgeschichte)
Martin Noth (1902-1968) se présente comme un historien de formation. On peut
cerner son orientation exégétique à partir des axes ci-après : l'histoire de la transmission, le
Tétrateuque et I *historiographie deutéronomiste, l'amphictyonie pan-israélite et le Récit
Sacerdotal.

VIII. 1. L'HISTOIRE DE LA TRANSMISSION


-Avec les recherches de Gunkel, naît une question : convient s'est fait le devenir du
pentateuque ? Comment est-on passé des récits indépendants vers le matériel qu’utilisèrent
plus tard les auteurs des différentes sources du pentateuque ?
-De cette préoccupation, M. Noth préconise de retracer l'histoire des différentes traditions
jusqu'à la rédaction finale.
-Il s'intéresse pour cela à l'époque pré-littéraire au cours de laquelle se sont formées ces
différentes traditions.
-A l'époque pré monarchique, le Yahviste (J) va assembler et agencer les différentes
traditions. Cependant, comment est-on parvenu à des traditions plus complexes ?
-Selon Noth, on regrouper les différentes légendes indépendantes (cfr. Gunkel) à partir des
grands thèmes en provenance de milieux différents.
54

-Ces grandes thématiques historiques seront reliées entre elles par des connecteurs logiques
suivants des généalogies, des itinéraires, des transferts des héros. C'est ainsi qu'on est
parvenu à une trame narrative continue.
-Les thèmes les plus anciens (Haupthenten) sont : la sortie d'Egypte, rentrée en Canaan.
-A ces précédents viendront se structurer trois autres thèmes : la tradition des patriarches et
les promesses divines, le séjour dans le désert et la révélation sinaïtique.
- Pour Noth, ces thèmes ont été transmis oralement dans un premier moment de façon séparée.
C'est plus tard qu'un long travail rédactionnel va les mettre ensemble. C'est cela l'histoire de la
transmission (Überlieferungsgeschichte) des différentes traditions.

VIII.2. LE TETRATECQUE ET L'HISTORIOGRAPHIE DEUTERONONIISTE


- J. Wellhauscn défendait l'Hexateuque.
- M. Noth décide d'étudier le livre de Josué pour en faire un commentaire (Das Buch
Josua en 1938).
- Constat 1 : les matériaux (récits + nombres) contenus dans Josué sont différents de
ceux des (On ne devrait donc pas étendre ces sources (J, E, P) jusqu'à ce livre. Il faut
revoir la théorie documentaire classique.
- Constat 2 : le style et l'Idéologie du Dt se retrouve beaucoup dans la section qui va du
livre de Josué à celui des Rois.
- Ces livres furent rédigés pendant l'exil (vers 560) par un écrivain-rédacteur appelé le
Deutéronomiste. Le but est de présenter l'exil comme une punition de YHWH contre
le peuple d'Israël qui a désobéi à la Loi comme cela est écrit dans le Dt.
- Le livre du Dt est donc le début d'une nouvelle intrigue : l'historiographie
deutéronomiste (il la découvre en 1943). On peut retrouver la trace du dtr en 2R 17,7-
23.
- Puisque le Dt n'est plus à considérer comme la fin du pentateuque, on doit
logiquement rejeter l'idée d'un Hexateuque. On doit adopter la thèse du Tétrateuque.

VIII.3. L'AMPHICTYONIE : UNE PERSPECTIVE PAN-ISRAELITE


- A quelle période peut-on véritablement situer les différentes traditions orales ?
- Noth constate qu'au stade actuel du Tétrateuque, toutes les traditions reflètent une
perspective panisraélite. Cela présuppose l'existence d'une entité historique appelée «
Israël ».
55

- A cette période-là, il n'y avait pas encore une instance centralisatrice. Mais chaque tribu
avait son autonomie propre.
- M. Noth postule alors l'existence d'une amphictyonie israélite (semblable à celle des
peuples grecs).
- Noth estime que ces tribus se regroupaient souvent à l'époque pré monarchique : il parle
de « Confédération ou Ligue des 12 tribus d'Israël ».
- Ces tribus célébraient leur culte en un lieu commun, avec des rites communs. C'est ainsi
qu'on arrive à forger une tradition pan-israélite, premier embryon du futur pentateuque.
-
VIII.4. LE RECIT SACERDOTAL (P als Erzählung)
- Au départ P (Ex 25-Nb 9) était vu comme une loi qui est encadré par le récit.
- Pour Noth, P est avant tout un récit : Pg (Erzählung)
- Il réduit alors les parties législatives de P en quelques sections : Ex 25-31*, Ex 35-40,
Lv 8, Lv 9.
- Il constate qu'il existe certains textes législatifs qui interrompent des séquences
narratives. Noth les considèrent comme des insertions tardives (PS). On peut citer :
Lv 1-7 (entre Ex 25-31 et Lv 8-10), Lv 1 1-15 ou Lv 17-26.
- Noth opère donc une distinction entre « Loi » et « Histoire » comme le fit Graf
auparavant.
- Dès lors, P est au service du Récit. Voilà pourquoi, P sera utilisé comme trame
narrative de base par les compilateurs dans l'élaboration de la forme finale du
pentateuque

CONCLUSION CRITIQUE
- Noth a réussi une bonne synthèse sur le pentateuque. Toutefois, il y a des questions
ouvertes qui demeurent :
 Quelle est la consistance de la source commune de base (Gemeinsame
Grundlage) que postule Noth pour expliquer les ressemblances entre J et E par
rapport aux traditions du Sinaï ct celles des promesses patriarcales. J, E (Sinaï)
J, E (Patriarches) ? Sous quelle forme se présentait cette base commune G :
écrite ou orale ?
56

 Par rapport à J. Wellhausen qui faisait des recherches sur des documents qui
existaient, Noth fait plutôt des analyses à partir des traditions pré-littéraires.
Pour certains exégètes c'est de la pure spéculation (Cfr Whybray).
 Il y a tellement de matériel du pentateuque que Noth a fini par les « appauvrir
» : ils sont devenus secondaires, peu originaux, peu historiques. Bref, ils les
considèrent comme des ajouts postérieurs.
 Moïse est l'un des parents pauvres des travaux de M. Noth. Son rôle demeure
mineur.
 Noth n'accorde pas assez d'importance sur la canonique du texte du
pentateuque. Ce qui le fascine sut-tout c'est la « prétention » de reconstruire ce
qui est derrière le texte, c'est-à-dire les traditions orales.

CHAPITRE IX : DE L'ETUDE DU KERYGME D'ISRAËL (Traditiongeschichte)

- Gerhard von Rad (1901-1971), théologien luthérien et contemporain de M. Noth, est


celui qui veut porter haut ce projet.
- Il cherche à déceler les moments les plus authentiques des traditions d'Israël.

IX. l. LE PETIT CREDO HISTORIQUE


- C'est l'un de ses champs de recherche. En effet, face aux apories trouvées lors des
investigations sur les sources du pentateuque, il revient sur « la forme finale » du
texte qu'il étudie.
- Il défend l'Hexateuque comme un ensemble littéraire et concept. Pour lui,
l'Hexateuque est un genre littéraire à partir duquel il veut retrouver le « noyau originel
».
- Ainsi, la forme actuelle de l'Hexateuque est l'amplification de ce noyau primitif
qu'est le credo historique. Il identifie pour cela trois textes : Dt 26,5b-9 ; 6,20-23 ;
24,2b-13.
- Au cœur du credo historique, nous avons : l'exode et le don de la terre. On y évoque
en passant l'histoire des patriarches.
- Ces credo ont pour sitz im leben soit la fête des Semaines, soit celle des Récoltes
(Pentecôte). En effet, Dt 26,5b-9 est lié à l'offrande des prémices (Dt 26,2-3). La fête
se célébrait à Gilgal puisque c'est là où on célébrait l'entrée en terre promise (cfr Jos
4,19-24).
- Cependant, on constate que l'histoire des origines Gn 1-11 (Urgeschichte) et le don de
la Loi au Sinaï sont absents du credo historique. On célébrait le don de la Loi à
Sichem pendant l'automne, à l'occasion de la fête des Tentes (Dt 31,9-13). Car c'est en
ce lieu que YHWH scella son alliance avec le peuple (Jos 24,25-26).
57

- Le Yahviste (J) va composer l'Hexateuque à partir des credo cultuels et de la tradition


du Sinaï. Et ce credo historique est essentiellement une histoire du salut d'Israël.

IX.2. LE YAHVISTE : UN ERUDIT THEOLOGIEN


- J n'est plus un sigle désignant un processus de rédaction comme chez Gunkel et
Noth.
- J est celui qui crée l'Hexateuque à partir du « petit credo historique » de Dt 26,5-9.
- J introduit la tradition du Sinaï, il étoffe le prologue sur les patriarches (traditions
d'Abraham, Isaac, Jacob).
- J crée le « prologue du prologue » qui est le récit des origines du cosmos et de
l'humanité.
- J écrit dans le but théologique de montrer que c'est pendant l'empire de Salomon que
les promesses et le projet salvifique de YHWH se réalisent pleinement
(Salomonische Aufklârung).
- Gn 12,1-3 est le passage programmatique (Kérygme) du J.
- On rencontre néanmoins d'autres sources : l'Elohiste (E) et le Sacerdotal (P). Mais
ces sources sont perçues comme insignifiantes à côté de la source J.
En somme, avec G. von Rad, le Yahviste est un véritable auteur. Il est une grande
personnalité et un excellent architecte rédactionnel. C'est un érudit théologien !
IX.3. CRITIQUE DE LA THEORIE
Quelques insatisfactions demeurent au regard des travaux de von Rad au sujet du kérygme
d'Israël.
- Pour lui, les différentes traditions ont leur origine dans le culte. Mais il n'explique
pas comment le J a pu transformer le langage cultuel en un récit canonique.
- Le credo historique est le texte le plus ancien. En est-on véritablement sûr tant il est
vrai qu'il apparaît dans le Dt ? De plus, les confessions de foi sont les points
d'arrivée et non de départ. En ce sens, les sources seraient les plus antiques.
- G. von Rad ne démontre pas véritablement la valeur historique du pentateuque, ni
le rôle de Moïse.
- Comment comprendre qu'on ne parle même pas des origines, ni de la tradition du
Sinaï dans une « confession de foi » ?
- L'Hexateuque n'a pas assez de consistance. On a plutôt cru en la délimitation du
pentateuque. D'ailleurs pour les juifs, la prise de possession du pays n'est pas la fin
absolue. En effet, « la Torah présente Israël comme un peuple en marche à la
recherche permanente de la terre ». C'est l'orientation eschatologique de la Loi
mosaïque.
58

CHAPITRE X : REGARD SUR D'AUTRES ECOLES D'EXEGESE


X.I. L'EXEGESE JUIVE
- Les penseurs juifs n'accordent véritablement de crédit à la théorie documentaire
puisqu'elle s'attaque à la Torah, Loi divine considérée comme parfaite et complète.
On préserver la crédibilité du pentateuque.
- Ils montrent que certains critères utilisés par la critique littéraire ne conduisent pas
à une compréhension juste des textes sémitiques de ce premier millénaire.
- Parmi les pourfendeurs de la théorie documentaire en milieu juif, retenons : B.
Jacob et U. Cassuto.

X.2. L'ECOLE SCANDINAVE


- L'Allemagne n'a pas été l'unique lieu de recherche en exégèse du pentateuque. Il y
avait aussi la Scandinavie.
- Trois principes majeurs de cette Ecole :
 Les traditions de l'AT trouvent leur origine dans le culte
 Il n'existait pas de tradition écrite avant l'exil. Toute transmission se
faisait par voie orale.
 Pendant la période pré-exilique, la critique littéraire traditionnelle n'est
pas admissible. Les différentes rédactions, avec le découpage des
sources, ont une date assez tardive. Néanmoins ces rédactions reposent
sur des traditions relativement anciennes.
- Les représentants de cette Ecole : Ivan Engnell, H. S. Nyberg, H. Bierkeland, J.
Pedersen, E. Nielsen, A. Bentzen, S. Mowinckel, etc.

X.3. 1. ENGNELL ET LE CERCLE D'UPPSALA


- C'est en Suède que la tradition orale trouve un « terrain fertile ».
- Le Cercle d'Uppsala focalise ses travaux sur l'histoire de la tradition. C'est la
tradition orale qui structure la conservation, le développement des traditions.
59

-C'est la tradition qui donne au récit sa structure et sa construction.


-Pour Engnell, ce sont les rédacteurs qui ont mélangé les différentes traditions
orales. C'est ce qui explique les différentes contradictions, abréviations,
doublets, etc.
- La tradition orale avait jusqu'ici assuré la transmission fidèlement.
- La critique littéraire n'a pas pu évaluer à juste titre l'importance et la fonction de
la tradition orale du Proche Orient Ancien.
- Pour lui, le pentateuque et les livres historiques sont le résultat de la fusion de
deux blocs majeurs : la collection P et D.
Néanmoins on peut apporter quelques critiques à Engnell et son Cercle : Comment léguer le
document écrit au second plan, voire le réduire à sa plus petite expression ? Y compris sa
période de composition ? Comment les traditions orales ont-elles « concrètement » transmis
de façon fidèle leur contenu au long des siècles ?

X.4. L'ECOLE NORD-AMERICAINE


- La recherche archéologique et épigraphique va de pair avec les études scripturaires.
- On cherche à établir un rapport entre les événements historiques avec les récits
bibliques.
- Parmi les représentants de cette Ecole : W. F. Albright, F. M. Cross, G. E.
Mendenhall, etc.

X.5. LA RECEPTION DE LA THEORIE DOCUMENTAIRE EN MILIEU

FRANCOPHONE

- Accueil controversé parmi les exégètes français.


- Chez les Catholiques, la théorie est rejetée d'abord. Car elle remet en question la
paternité mosaïque du pentateuque : Fulcran Vigouroux, Abbé Paulin Martin,
Joseph Brucker, etc.
- Mais il y a d'autres exégètes qui sont plus réservés par rapport aux thèses
apologétiques :
 A. Loisy ne soutient pas la paternité mosaïque du pentateuque.
 Marie Joseph Lagrange pose les fondements théologiques des sources dans
la composition du pentateuque.
 J. Touzard sera sanctionné pour son argumentaire exégétique dans son article
« Mofre et Josué », Dictionnaire apologétique de la foi catholique (1919), col.
695-860.
 A. Robert affirme la nécessité de se prononcer sur la constitution littéraire et
historique de tout l'AT.
 D. Sesboüé, professeur au Grand Séminaire du Mans, encourage le lecteur à
déceler les différentes voix qui émergent du pentateuque.
60

 R. De Vaux travaille à l'élaboration de la Bible de Jérusalem avec l'appui des


outils de la théorie documentaire. Ce travail sera poursuivi par H. Cazelles.
En clair, malgré les critiques observées contre la théorie des documents, cette dernière a
néanmoins aider les études bibliques à échapper au piège du littéralisme et du
concordisme. Les méthodes historico-critiques ayant favorisé une approche plus
scientifique du texte biblique.

CHAPITRE XI : LA THEORIE DOCUMENTAIRE. DE LA CANONISATION A SA


DECONSTRUCTION

Problème : Quel est le statut de la théorie documentaire au 20c siècle ?


Malgré les multiples critiques, la théorie a connu deux niveaux d'appréciation en général.

XI.1. LE « CONSENSUS » DES ANNEES SOIXANTE : DOCUMENTS ET


METHODES

a) DOCUMENTS
- Il faut dire qu'en ce moment la théorie documentaire est devenue une véritable «
affirmation dogmatique ».
- La théorie ne sert plus à expliquer les problèmes posés par le texte biblique,
mais « c'est le texte qui devait être lu conformément à l'idée des quatre sources
».
- Tous s'accordent à reconnaitre les quatre sources (J, E, D, P) à la base du
pentateuque.
- La datation admise est la suivante :
 J (Yahviste) : vers 930 à l'époque de Salomon. Textes-clé (Gn 12,1-
3 ; Ex 19,3ss). Théologie : Justification de l'empire de David, YHWH accompagne
toujours l'homme et accomplit ses promesses à son endroit.
 E (Elohiste): vers 850-750 au Royaume du Nord. Provient des
milieux prophétiques. Textesclé (Gn 20-22). Théologie : La « crainte de Dieu », insistance
sur le comportement éthique.
 D (Deutéronomiste): vers 750-620. D'origine du Nord peut-être,
puis amené vers Jérusalem par les réfugiés. Textes-clé (Dt 6,4ss). Théologie : Alliance,
obéissance la Loi, adoration exclusive à YHWH.
 P (Sacerdotal): vers 550 pendant l'exil en Babylonie. Textes-clé (Gn
I ; Gn17 ; Ex 16). Théologie : souveraineté et sainteté de Dieu, importance des Institutions
sacerdotales, la place capitale du sacerdoce.
61

b) METHODES
Dans les années 1960, la théorie des documents est « canonique ». Les méthodes historico-
critiques y relatives contribuaient d'ailleurs à cela :
- L'histoire des formes (Formgeschichte)
- L'histoire des traditions (Traditionsgeschichte)
- L'histoire de la transmission (Überlieferungsgeschichte)
- La critique des sources (Literarkritik)
« Les introductions à l'A T parues à la fin des années 60 ou au début des années 70 donnaient
l'impression d'un consensus fondamental sur les questions principales relatives à la
formation du pentateuque : la théorie des documents et la séparation des sources étaient
présentées comme acquises et comme base indispensable à toute recherche scientifique » (A.
De Puryn. Romer, 43-44).
Toutefois, cette consécration va bientôt se révéler fragile. Il y a beaucoup d'aspects sur
lesquels les exégètes ne sont pas d'accord : la définition exacte de chacune des sources,
l'origine et la datation précise des sources et le projet théologique qui y est sous-jacent.

XI.2. LE MALAISE SOCIO-POLITICO-CULTUREL DES ANNEES SOIXANTE-


DIX : « POROSITES » DE LA THEORIE
Les années 1970 constituent un tournant décisif dans les recherches exégétiques : ce
qui était jusqu'ici couronnée comme méthode est remise en cause par certains exégètes.
a) Le contexte ambiant
- Les divisions et ruines laissées par la seconde guerre mondiale (1939-1945) :
désormais chacun défend son idéologie.
- De nouveaux thèmes théologiques : la théologie de « la mort de Dieu », la
sécularisation, la théologie de la « libération ».
- Le développement des sciences humaines comme la psychologie, la sociologie.
- L'émergence de la linguistique comme science nouvelle.
b) Impact en exégèse biblique
- Naissance de la « Nouvelle critique » littéraire. On y accorde la primauté au texte tel
quel.
- Ce n'est plus l'histoire du texte qui compte. « On fait abstraction de l'histoire du texte
et de son (ses) auteur(s) pour l’expliquer tel qu’il se présente - prout iacet - dans sa
version finale » (Ska, 183).
- L'époque post-exilique n'est plus vue de manière négative comme chez Wellhausen
(moment de dégénérescence).
- Le Yahviste (J) devient exilique ou post-exilique. On ne le situe plus à l'époque de
Salomon.
- Bref, les années 70 se présentent comme un moment où l'on vit la crise ; on prend
conscience de la complexité du monde ; on se méfie de la « dictature » des grandes
idéologies et synthèses.
- En exégèse, on cherche à faire prévaloir la polysémie du texte interprété. Les
méthodes historico-critiques sont elles aussi en crise.

XI.3. LE « PARRICIDE » DOCUMENTAIRE


62

- Dans ce contexte ambiant mortifère, les exégètes du pentateuque remettent en


question la théorie documentaire, ses sources, ses méthodes et ses résultats.
- Entre 1975 et 1977, le fameux consensus autour de la théorie des documents est
rudement contesté.
a) L 'Israël prémonarchique au banc des accusés
- La vision prémonarchique de la religion et des Institutions en Israël est contestée.
- Difficulté à accepter l'existence d'une ligue des 12 tribus dont le principe de base
serait l'amphictyonie. On remet en question la théorie de M. Noth (Cfr. R.
Smend, S. Herrmann, G. Fohrer, R. de Vaux, C. H. J. de Geus, F.
Crüsemann, etc).
- Difficulté à véritablement trouver le sanctuaire central (Jos 24). Cfr O. Büchli,
H. Engel, N. Lohfink, H. W. Jungling, P. J. King, etc.
On peut considérer cette critique relative à l'Israël avant l'exil à 3 niveaux :

 Le « Dieu des Pères »


- Reconsidération de la thèse du « Dieu des Pères » soutenue par A. Alt et V.
Maag.
- Selon certains exégètes, ce concept ne renvoie pas à un stade où Israël était
nomade. Mais, il s'agit « des techniques compositionnelles sur le plan littéraire à
l'aide desquelles les rédacteurs renforcent le lien entre les différents récits des
patriarches » (T. Rômer). Les partisans de cette critique sont : B. J. Diebner, N.
Wyatt, M. Kôckert, H. Vorlinder, E. Ruprecht, etc.
- Pour H. Vorlünder, cette religion du « Dieu des Pères » représente la religion
populaire d'Israël pendant l'époque monarchique, et même après l'exil. Dans ce
sens, il faut également situer les travaux de O. Loretz, R. Albertz, T. Rômer,
etc.

 Les promesses
- Lors que Alt et Von Rad présentaient les promesses comme un élément reçu des
clans protoisraélites ancestraux, maintenant on les considère comme des insertions
tardives.
- Les promesses sont rédigées en contexte de crise. Ainsi pour J. Hoftijzer, les
promesses sont le fruit d'une ré-interprétation exilique de la tradition patriarcale.
- Quant à C. Westermann, les promesses ne sont plus à considérer comme
appartenant aux récits des origines.

 « L'époque des patriarches »


- On ne doit véritablement pas parler d'un quelconque « âge patriarcal », ni d'un
moment où existait une société protoisraélite qu'on rapprocherait de certains textes
législatifs du Proche Orient Ancien du deuxième millénaire. Cfr W. Albright, E.
A. Speiser, R. de Vaux.
- L. Thompson étudie les coutumes et les institutions. Il constate que les récits
patriarcaux ne conduisent pas vers l'Ancien Bronze (2900-1900 av JC). Il convient
63

de le dater plutôt à l'époque du Fer (1200-600 av JC). En toute logique elles sont de
l'époque monarchique.
- J. van Seters étudie les traditions de Gn 12-25. Il situe leur contexte historique au
6è s av JC, c'est-à-dire à l'époque de l'exil. Selon lui, le pentateuque est le fruit d'un
long processus de ré-interprétation.
Au départ nous avons quelques textes « elohistes » provenant de certaines traditions «
protoyahvistes ». Ensuite, il y a la rédaction de la trame « yahviste » à l'époque exilique et
postexilique. A cela s'ajouteront des textes de la rédaction sacerdotale (P). Exemple : Gn I-Jg
1,1-2,5.
- Pour van Seters, le Yahviste (J) est le véritable artisan du pentateuque. Cependant,
son J est exilique (et non plus de Salomon comme l'affirmait von Rad).
- En réalité, cette théorie de J. Van Seters et de H. Chr. Schmitt est comme une
nouvelle théorie des compléments avec des datations tardives.
b) La présence deutéronomiste dans le pentateuque
- Dès les années 60, des travaux montrent que plusieurs textes considérés comme
« Yahvistes » ont les mêmes caractéristiques que le Dt. On parle donc de la
rédaction dtr dans le pentateuque. Cfr L. Perlitt, M. Weinfeld, W. Fuss, E.
Auerbach, etc.
- L. Perlitt montre que les textes de l'AT qui parlent de l'alliance (b erît) dans un
sens théologique sont postérieurs au mouvement deutéronomique. Exemple : les
textes qui ont une théologie de l'alliance entre YHWH et Israël (considérés
comme J/E). Pourtant ces textes sont du 7è siècle av JC (Ex 19,5 // Dt 7,6 ;
28,9).
- M. Weinfeld fait une liste des caractéristiques stylistiques et théologiques des
textes deutéronomiques et dtr.
- L. Rost, W. Richter, J. Ph. Hyatt démontrent que les credo historiques (Dt 6;
Dt 26; Jos 24) ne sont pas le noyau de l'Hexateuque. Ils sont plutôt les résultats
de la théologie deutéronomiste.
- H. H. Schmid analyse le « soi-disant Yahviste ».
*Constat 1 : Tous les textes J présupposent la littérature prophétique des 8 è et 7è
siècle av J C. De plus, ces textes ont des liens avec la littérature deutéronomique.
*Constat 2 : la plupart des traditions J, qui sont dans le pentateuque, ne se
retrouvent que dans des textes de l'exil et après l'exil. Exemple : Ex 3, 10ss > Jr 1 ; Ez 2. Dans
ce texte Ex 3,10, on fait de Moise le prophète par excellence. La rébellion du désert (Ex-Nb)
> l'histoire deutéronomiste (Jg 2,6ss).
*II conclut que les fameux textes J sont à dater aux abords de la période exilique et à
proximité des milieux dtr. Le J est plutôt le produit d'une nouvelle théologie en temps de
crise.
c)La démolition de la théorie documentaire
- Malaise croissant. Difficulté à identifier le début et la fin de chaque source.
- Quels sont les réels critères de séparation du J et E ?
64

- Une application trop rigide de la critique des sources (Literarkritik) au point


d'avoir une multiplication de couches littéraires dans un unique texte.
- L'intérêt croissant pour l'exégèse structurale qui accorde davantage l'importance à
la forme finale du texte.
- R. Rendtorff propose qu'on abandonne tout simplement la théorie des
documents.
 Son modèle alternatif : le pentateuque est composé d'« unités majeures »
avec une grande cohérence interne. Chaque unité a une indépendance
presque totale par rapport aux autres unités.
 Ces unités majeures sont : l'histoire des origines (Gn 1-1 1), les
patriarches (Gn 12-50), la sortie d'Egypte (Ex 1-15), Sinaï (Ex 19-24 ;
32-34), séjour au désert (Ex 16-18 ; Nb 11-20), conquête du pays (Nb et
Jos).
 Les promesses (du don du pays, accompagnement et bénédiction)
constituent le mortier rédactionnel pour mettre ensemble les trois
patriarches. Il en est de même des généalogies.
 Les textes des patriarches ont été écrits après le 7è siècle av JC.
 Les textes P sont une couche rédactionnelle. Il ne s'agit pas d'un
document en soi indépendant.
- Le disciple de Rendtorff, E. Blum, va continuer ses recherches en situant même
les traditions patriarcales après l'exil. Pour lui, le pentateuque est le fruit de deux
compositions : la composition deutéronomiste (KD) et la composition sacerdotale
(KP).
65

CHAPITRE XII : DE LA RECHERCHE POST-MODERNE SUR LE


PENTATEUQUE
- Avec les travaux de Rendtorff la théorie documentaire reçoit le coup fatal. Dès lors
quel est l'état des lieux des recherches sur le pentateuque ?

XII.I. LE PENTATEUQUE : UN CORPUS EN CRISE ?


- Dans les années 1975, il y a une « crise du pentateuque ».
- Brüggemann dit que la théologie se trouve dans une situation instable, et
totalement désordonnée.
- Nouvelle approche du texte biblique : on s'intéresse davantage à la forme finale et
non plus tellement à son évolution dans l'histoire.
- On a « arraché » le texte biblique de sa communauté productrice avec la théorie
documentaire, il importe de reconsidérer la place de la communauté comme lieu
herméneutique.
- Les divers matériaux du pentateuque ont été mis ensemble avec une finalité
théologique spécifique qui nécessite d'être découverte.
- Le pentateuque est le résultat d'une multiplicité de traditions riches et complexes.
- Au regard de l'isolement/éloignement de l'exégèse de la théologie à cause des
méthodes historicocritiques, il faut revenir sur le contexte ecclésial. Sinon les
recherches bibliques resteront une affaire entre les érudits et dans les amphithéâtres
universitaires.

XII.2. LES TENDANCES EXEGETIQUES EN PRESENCE


A l'époque post-moderne il y a plusieurs tendances sans pour autant qu'un d'entre elles
s'impose face aux autres. Mais l'on peut les regrouper en quatre groupes principaux selon T.
Römer.
XII.2.l. Les traditionnalistes
66

- Ils maintiennent l'hypothèse documentaire. Mais ils y opèrent des modifications. Ils
sont encore nombreux :
- Ceux qui se revendiquent de G. von Rad défendent un J qui remonte à Salomon : H.
W. Schmidt, K. Berge, F. Kohata, L. Ruppert, J. Scharbert, etc.
- Ceux qui se revendiquent de J. Wellhausen. Ils sont scptiques face à la datation
salomonienne de J (cfr les vonradiens). Ils n'arrivent pas à séparer J et E. C'est
pourquoi ils soutiennent le Jéhoviste (JE). C'est le cas de H. Seebass.
- D'autres soutiennent un J monarchique tout en reconnaissant que certains textes du
pentateuque sont tardifs : E. Zenger, P. Weimar, B. Renaud.
- Leur méthode privilégiée est la critique littéraire
XII. 2.2. Les progressistes
- Ils restent attachés à la théorie des documents, mais ils proposent des datations
plus tardives de ceux-ci.
- Le Tétrateuque (pentateuque) est le résultat de deux documents J et P datant de
l'époque exilique (Cfr M. Rose, C. Levin, J. van Seters).
- La méthode prônée est l'histoire des traditions.
XII.2.3. Les post-modernes
- Ils renoncent au modèle évolutionniste des documents.
- Ils insistent sur la cohabitation des différentes conceptions idéologiques dans le
pentateuque.
- La période décisive de formation du pentateuque est après l'exil : E. Blum, J.
Blenkinsopp, F. Crüsemann, W. Johnstone, R. Albertz, J. L. Ska.
- Ils préfèrent la méthode de l'histoire des rédactions.

XII.2.4. Les pragmatiques


- Ils considèrent les résultats diachroniques comme incertains.
- Ils se penchent surtout sur la forme finale du texte.
- Ils appliquent surtout les méthodes issues du structuralisme, narratologie,
Nouvelle critique anglosaxonne.
- Ils veulent redécouvrir toutes les richesses du texte canonique du pentateuque : B.
S. Childs, M. Weiss, R. Rendtorff, J. A. Sanders, P. Beauchamp, R. Barthes,
D. Patte.

XII.3. DEBAT AUTOUR DE LA FORMATION POST-EXILIQUE DU


PENTATEUQUE
Aujourd'hui il est un fait indubitable : le pentateuque s'est formé à la période exilique
et post-exilique.

XII.3.l. Une autorisation impériale perse ?


- La composition actuelle du pentateuque et ses différentes parties remontent à
l'époque perse.
- C'est l'hypothèse de P. Frei (1985). Les perses avaient laissé une certaine autonomie
à leurs vassaux.
Mais il fallait respecter l'autorité centrale perse et surtout payer les impôts. On accordait alors
des « autorisations impériales » où le roi scellait de son empreinte certaines lois locales. Ce
67

document servait désormais de droit perse pour la province concernée. C'est dans ce contexte
que serait né le pentateuque (Cfr Esd 7, 12-26).
- Une critique faite à cette hypothèse : Est-ce ce document officiel qui est le
pentateuque actuel ? Ou bien s'agit-il d'un autre document législatif ?

XII.3.2. Une communauté du Temple de Jérusalem (Bürger-Tempel-Gemeinde)


- C'est l'exégète J. P. Weinberg qui émet cette hypothèse.
- L'existence d'une communauté post-exilique dans le temple de Jérusalem. Elle avait
une autonomie relative, même au niveau des finances (Esd 7).
- Il y avait un conflit permanent entre les privilégiés de la cour du temple revenus de
l'exil (Gôlâ) et ceux qui habitaient la Judée (peuples de la terre). Voir les livres de
Esdras et Néhémie.
- Le pouvoir perse reconnait les droits et les avantages des prêtres du temple de
Jérusalem. Il leur avait octroyé une « autorisation » pour leur autonomie locale.
- C'est donc autour de la communauté du temple qu'il faut rechercher l'origine du
pentateuque.
PARTIE B : VERS UNE APPROCHE SYNCHRONIQUE DU PENTATEUQUE
Objectif spécifique : Cette deuxième partie du cours se propose d’étudier les cinq premiers
livres de la bible à partir de la forme finale du texte. A ce sujet, chacun des livres constitutifs
de ce corpus sera appréhendé dans leur aspect littéraire, mais également dans leurs intuitions
théologiques.

CHAPITRE XIII : ETUDE CANONIQUE DES CINQ CINQUIEMES DE LA TORAH

XIII.1. PROBLEME DE DELIMITATION DU CORPUS


Quelle est la raison d’être d’un corpus à cinq livres, et non pas à quatre, six ou neuf ?

XIII.2. LE LIVRE DE LA GENESE


A. L’histoire des origines (1,1-11,26)
Structure du l’histoire des origines
La création de l’univers : premier récit de la création (1,1-2,3)
(Tôlëdôt du ciel et de la terre), la création de l’univers : second récit de la création (2,4-3,24)
L ‘homme, la femme dans le jardin (2, 4-25)
La transgression de la femme et de I ‘homme. Les débuts d’une vie hors du jardin d
‘Eden
(3,1-24)
L’histoire de Caïn et d’Abel (4, 1-16)
La descendance de Caïn (4, 17-24)
68

La famille de Seth (4,25-26)


(Tôlëdôt d’Adam), les générations d’Adam (5,1-32)
Les êtres divins, les Géants et demi-dieux (6, 1-4)
Le Créateur se repent de son œuvre (6,5-8)
(Tôlëdôt de Noé), le déluge (6,9-9,29)
Annonce de la destruction et indications sur la construction de I ‘Arche (6,9-22)
La construction de l’Arche et le début du déluge (7, 1-24)
La fin du déluge et la sortie de l’Arche (8, 1-19) Le sacrifice offert à Dieu (8,20-22)
La bénédiction de la « nouvelle création » (9,1-7)
L ‘alliance noachique (9,8-17)
L ‘ivresse de Noé et ses conséquences (9, 18-29)
(Tôlëdôt des fils de Noé), la « Table des Nations » (10, 1-32)
La construction de Babel (11, 1-9)
(Tôlëdôt d’Adam), les générations de Sem (1 1, 10-26)

B. L’histoire des patriarches (11,27-50,26)


-Cette deuxième partie se focalise sur un des descendants de Sem. Il s’agit d’Abram, et plus
tard sa descendance.
-C’est en fait l’histoire des ancêtres du futur peuple d’Israël. On est passé des origines de
l’univers et de l’humanité pour l’histoire d’un peuple particulier, situé en un droit bien précis.
-Deux interrogations de fond traversent le livre des patriarches (se prolongeant dans tout le
livre de la Genèse et même dans l’ensemble du pentateuque). Qui devra prendre possession
de la terre promise (12,1) ? Qui est le véritable descendant d’Abraham (12,2) ?
-En effet, il y a de nombreux prétendants qui lorgnent l’héritage abrahamique : Isaac se pose
comme le légitime héritier face à :
Loth (11,27.31 ; 12,4-5)
Eliézer (15,2)
Ismaël (16,11.15-16 ; 17,18)
Les fils du frère Nahor (22,20-24)
Les fils de la seconde femme d’Abraham, Qetoura (25, 1-4)
-A cette question sur le vrai héritier, il se déduit une autre qui lui est subséquente. Quel est le
véritable peuple de l’élection de YHWH ?
69

-De la même manière, le peuple d’Israël est celui présenté comme légitime. Les autres
peuples sont donc à exclure : les Moabites et Ammonites, les Ismaélites.
-On peut subdiviser cette seconde partie de la Genèse de la manière suivante :
Cycle d’Abraham (11,27-25,18)
Cycle de Jacob (25,19-37,1)
Cycle de Joseph (37,2-50,26)

1. Le cycle d’Abraham (11,27-25,18)


-Gn 12,1-3 est le texte qui sert de « programme narratif » à ce cycle.
-Abram est appelé à débuter une nouvelle aventure avec YHWH. C’est ce dernier qui lui fait
la promesse de la terre et de la descendance nombreuse.
-Dans ce cycle il s’agit de s’assurer que Abram, malgré son âge avancé, réussira à atteindre
sa destination qui est le pays de Canaan, et de s’y installer désormais. Par ailleurs il faut
montrer lequel des fils d’Abraham pourra perpétuer la descendance d’Abraham : Isaac ou
Ismaël ?
-Toutefois ce projet sera régulièrement obstrué par certains obstacles : l’âge fort avancé
d’Abraham, la stérilité de Sara (1 1,30 ; 17,17 ; 18,11-13), les dangers pour la vie d’Abram
(12,10-20 ; 14,1-16 ; 1 8,11-13), etc.
-Quelques allusions néotestamentaires : la foi d’Abraham prise en paradigme pour le croyant
(Rm 4,1-
3.9-22 ; Ga 3,6.18.29). On peut encore citer Ga 4,22-5,1 ; AC 7,2-16 ; He 11,8-12.20-22 ; Mt
10,37 ; Lc 14,26 ; Jn 4,5.6.12.

Structure du cycle d’Abraham (11.27-25.18)


(Tôlëdôt de Térah), présentation (11,27-32)
Le voyage vers Canaan (12, I -9)
Le voyage d’Abram en Egypte et la femme appelée « sœur » (12,10-20)
La séparation d’Abram et de Loth (13,1-18)
Abram, guerrier (14, 1-24)
La campagne des quatre rois de l’Est (14, 1-11)
Le rapt de Loth et le rachat d’Abram (14, 12-17.21-24)
Abram et Melkisédeq (14, 18-20)
La promesse de YHWH et son alliance (15,1-21)
La promesse d’un fils (15, 1-6)
70

L’alliance inconditionnelle de YHWH (15, 7-21)


La naissance d’Ismaël (16, 1-16)
L’alliance et le signe de la circoncision (1 7, 1-27)
Le jugement de YHWH contre Sodome et Gomorrhe ( 1 8, 1-19,38)
Abraham et les trois hôtes (18, 1-15)
L’intercession d’Abraham pour Sodome (18, 16-33)
L’hospitalité de Loth et destruction de Sodome et Gomorrhe (19, 1-29)
La naissance des fils de Loth (19,30-38)
Le voyage d’Abraham à Guérar et la femme appelée « sœur » (20, 1-18)
La naissance d’Isaac et la séparation d’Ismael (2 1, 1-21)
L’alliance entre Abraham et le roi des philistins (21,22-34)
L’épreuve d’Abraham (22, l- 19)
La descendance de Nahor, frère d’Abraham (22,20-24)
La sépulture de Makpéla (23,1-20)
La recherche d’une épouse pour Isaac (24, 1-67)
Les derniers moments de vie d’Abraham (25, 1-11)
(Tôlëdôt d’Ismaël), les descendants d’Ismaël (25, 12-18)
Les récits sur Isaac ne constituent pas à proprement parler un cycle. Ils sont plutôt à rattacher
au cycle d’Abraham d’une part et à celui de Jacob d’autre part. Ainsi, on y retrouve certains
épisodes déjà évoqués ailleurs : la scène de l’épouse-sœur (Gn 26,1-11 // 12,10-20 ; 20,1-18),
la propriété des puits (26, 15-25 ; 21,22-26), l’alliance avec Abimélek (26,26-33 // 21,27-32).

Cycle de Jacob (25,19-37,1)


C’est le deuxième grand bloc narratif du livre des patriarches, et il est plus étendu que celui
d’Abraham à l’intérieur du livre de la Genèse.
-Gn 26,2-5 : ce texte constitue son « programme narratif ».
-Le cycle de Jacob entend répondre aussi à la question : Qui est le véritable héritier
d’Abraham ?
-A cela Jacob est mis en opposition avec les autres prétendants : Esaü (25,25-26) et Laban
(24,29 ; 25,20 ; 27,43 ; 28,2.5 ; 29,10.
-YHWH se révèle à Jacob à Béthel au cours d’une vision (28,10-22). Il est le « Dieu des
Pères » Abraham et Isaac.
-C’est de cet ancêtre éponyme que le peuple tire son nom Israël (32,29 ; 35,10).
71

-Les récits de ce cycle sont construits autour de l’idée du voyage. Jacob part de Beersheba en
terre promise (28,10), fuyant les menaces de mort proliférées par son frère Esaü puisqu’il lui
dérobé la bénédiction (27,41-45). Il se rend chez Laban son oncle (29, l). Il retournera chez
lui (3 1,17-18).
-Le cycle de Jacob décrit donc l’itinéraire d’un voyageur, exilé de chez lui, qui doit faire face
aux vissicitudes de la vie avant de rentrer dans sa patrie.
-En réalité, l’histoire de Jacob est celle de la communauté israélite post-exilique. Elle n’a pas
de terre, mais garde tout son désir ardent une fois retournée de revivre son amour de
prédilection avec YHWH. La loi est désormais son seul repère.
-Jacob est la figure idéale de l’exilé. C’est l’œuvre de l’auteur post-Sacerdotal (post-P). Cf.
28,1315.20-22 ; 31,3.10-13 ; 32, 10-13.
-Outre la promesse de la terre et de la descendance (déjà faite à ses pères), Jacob bénéficie de
la promesse de l’assistance-protection divine (28, 15).
-L’exil acquiert une signification théologique. Le voyage de Jacob est une préfiguration du
sort réservé à ses descendants (Exil à Babylone).
-Quelques allusions dans le NT : Rm 9, 1-18.
Structure du cycle de Jacob (2X 19-37. l)
(Tôlëdôt d’Isaac), la naissance d’Esaü et de Jacob (25, 19-26)
Esaü vend son droit d’aînesse (25,27-34)
Intermède — Isaac en territoire philistin (26, 1-33)
Le voyage d’Isaac à Guérar lafemme devenue « sœur » (26, 1-11)
La contestation entre Isaac et les philistins (26, 12-25)
L ‘alliance entre Isaac le roi des philistins (26,26-33)
Jacob soustrait à Esaü sa bénédiction (26,34-28,9)
Le mariage d’Esaü (26,34-35)
La stratégie de Rébecca et sa réalisation (2 7, 1-45)
Une autre bénédiction pour Jacob (27, 46-28,5)
Un autre mariage pour Esaü (28, 6-9)
Le songe de Jacob à Béthel (28, 10-22)
Le séjour de Jacob chez Laban (29,1-32,3)
L ‘arrivée à la maison de Laban (29, 1-14)
Le mariage de Jacob (26,15-30)
La naissance des fils de Jacob (29,31-30,24)
Les stratagèmes de Jacob (30,25-31,2)
72

Le départ de Jacob de la maison de Laban (31,3-32, l)


La rencontre avec les anges de Mahanaim (32,2-3)
Le retour à Canaan et la rencontre avec Esaü (32,4-33, 16)
Les stratégies en vue d’une nouvelle rencontre avec Esaü (32, 4-22)
La lutte nocturne de Jacob (32,23-33)
La rencontre avec Esaü (33,1-16)
Les huttes de Soukoth et l’arrivée à Sichem (33,17-20)
Le rapt de Dina à Sichem et la fin de la cohabitation pacifique d’Israël à Canaan (34, 1-31)
Le voyage de Jacob de Sichem à Hébron (35,1-29)
Le retour à Béthel (35, 1-8)
La vision de Dieu à Béthel (35,9-15)
De Béthel à Ephrata. Naissance de Benjamin et mort de Rachel (35, 16-20)
La tente de Migdal-Eder. L ‘inceste de Ruben (35,21-22a)
La liste desfils de Jacob (35,22b-26)
L ‘arrivée à Hébron, a mort d’Isaac (35,27-29)
(Tôlëdôt d’Esaü), La descendance d’Esaü (36, 1-37, 1)

Cycle de Joseph (37,2-50,26)


C’est le dernier bloc narratif des patriarches. La trame narrative s’attelle à montrer le choix
de YHWH pour Joseph en tant qu’héritier légitime.
-Malgré le départ de Jacob et de ses fils pour l’Egypte, Joseph rappelle le retour en terre
sainte (50,24). C’est d’ailleurs en cela que la Genèse s’ouvre sur le livre de l’Exode.
-Le cycle de Joseph est en droite continuité avec celui de Jacob.
-On y retrouve une crise profonde à l’intérieur des membres du peuple élu. La jalousie des
frères de Joseph va perturber les relations de la famille (37,4-5.8.11.18). Mais à la fin on
revit la réconciliation
(« Je suis Joseph votre frère ! »). Et toute la famille vient s’installer en Egypte. Israël se mit
ainsi à l’abri de la famine (46,31 ; 47, 1.11-12,27).
-Un autre questionnement important : Quelle est la terre promise à Abraham par YHWH
(12,1) ? Et à qui elle appartient ?
-Le cycle va donc opposer le peuple à qui revient ce territoire (Israël) et les autres peuples
qui doivent en être exclus : les Moabites (19,37-38), les Ismaélites (25,18), les Edomites
(32,4 ; 33,14.16 ; 36,6.8.9).
73

-L’histoire de Joseph est le récit de la vie d’un homme juste et innocent qui, à partir de son
ingéniosité et honnêteté, est en mesure de prospérer et d’avoir du succès en terre étrangère.
Et c’est lui le vendu qui finira par être le rédempteur de ses propres frères jadis jaloux.
-L’histoire de Joseph est le récit d’une vision positive de la diaspora et de l’exil. Ce qui
contraste avec celle négative de l’humiliation et oppression en exil.
-Même à l’étranger, on peut vivre comme un véritable israélite. On peut réussir à s’intégrer et
même avoir des richesses à l’étranger sans nécessairement perdre son identité personnelle
(47, 11).
-Les Pères de l’Eglise ont fait un rapprochement entre la figure de Joseph et la personne de
Jésus Christ : Tous ont été vendus par leurs frères pour quelques pièces d’argent (37,28 // Mt
26,15 ; 27,3.9), leurs tuniques arrachées (37,3.23.31-33 // Jn 19,23), ils ont rente ans quand
ils commencent leur ascension sociale (41,46 // Lc 3,23), etc.

Structure du cycle de Joseph (37.2-50,26)


(Tôlëdôt de Jacob), Joseph vendu (37,2-36)
Intermède — Juda et Tamar (3 8, 1-30)
Joseph chez Potiphar (39, I -23) Joseph en prison (40, 1-23)
Joseph chez Pharaon (41, 1-57)
La première visite des frères de Joseph en Egypte (42, 1-38)
La seconde visite des frères de Joseph en Egypte (43,1-45,28)
Benjamin invité en Egypte avec ses frères (43, 1-14)
L ‘arrivée en Egypte et entretien des frères avec le Majordome (45, 15-25)
La rencontre avec Joseph (43,26-34)
Les stratagèmes de Joseph (44, 1-17)
La plaidoirie de Juda (44, 18-34)
Joseph révèle son identité propre (45, 1-15)
Le départ de tous les frères de l’Egypte pour Canaan (45, 16-28)
La troisième visite des frères de Joseph en Egypte (46, 1-47,31)
Le départ pour l’Egypte et l’apparition de Dieu à Beersheba (46, 1-4)
Les membres de la maison de Jacob en route vers l’Egypte (46,5-27)
La rencontre entre Joseph et Jacob (46,28-34)
Joseph et ses frères rencontrent Pharaon (47, 1-12)
La politique agraire de Joseph (47,13-26)
Joseph au chevet de Jacob (47,27-31)
74

Jacob bénit les deux fils de Joseph (48, I -22)


Les adieux de Jacob (49, 1-33)
La mort et les funérailles de Jacob (50, 1-14)
Joseph réconforte ses frères (50, 15-21)
Sommaire conclusif (50,22-26)

LE LIVRE DE L’EXODE
-C’est le deuxième livre de la Bible hébraïque. On y relate les événements de la sortie
d’Israël du pays d’Egypte jusqu’à leur arrivée au Mont Sinaï.
-Ce livre est important y compris pour le christianisme puisque la pâque juive est relue pour
faire allusion au Mystère pascal du Christ.
-L’événement de l’exode est l’élément fondamental à partir duquel Israël se définit comme
peuple.
-Grace à l’événement exode, Dieu se révèle à Israël. Son nom est YHWH.
-Au sommet du Mont Sinaï, YHWH scelle de manière singulière un pacte d’alliance avec
Israël. Ce dernier devient le peuple qu’il se choisit particulièrement.
-Au Sinaï, Israël reçoit donc la loi.

A. Quelques considérations importantes


*Les récits et les lois
-A l’instar des autres livres du pentateuque, l’Exode est une imbrication de textes narratifs et
de textes législatifs. C’est même dans l’Exode que ce trait est plus évident. C’est cela la «
dialectique récits-lois » (E. Zenger).
-On trouve aussi ces traits littéraires bibliques (lois et récits) dans certains traités de lois de
vassalité dans le Proche Orient Ancien. Exemple : Le Code d’Hammourabi.
-Selon les méthodes diachroniques les lois sont à séparer de la tradition du Sinaï. Les lois
sont considérées comme récentes, et donc ont été insérées tardivement aux contextes qui
n’étaient pas les leurs au départ. C’étaient les thèses de von Rad. Les traditions du Sinaï
parlent de la venue de Dieu et non de la loi : « Le Sinaï n ‘est pas devenu un lieu sacré parce
que Moïse y a proclamé les lois ; ce sont les lois qui y ont été amenées parce que le Sinaï
était déjà un lieu sacré » (Cf. L. Perlitt).
-Les études littéraires, tout en reconnaissant l’insertion délibérée et réussie des lois dans leur
contexte littéraire actuel, soutiennent que l’on ne saurait dissocier les lois de leur cadre
narratif. Exemple : Ex 12-13 ; 19-24 où l’on retrouve la dialectique récits et lois.
75

-On ne doit pas perdre de vue l’orientation téléologique du livre. C’est l’événement de
l’exode, en tant qu’acte salvifique de YHWH, qui donne sens aux lois, et les éclaire
véritablement. C’est parce qu’il a expérimenté le bras fort et libérateur de Dieu, que le peuple
d’Israël prend la ferme résolution d’observer avec fidélité les lois.

*Contexte historico-social
-Jusqu’au 19e siècle, Ex 1-19 était considéré comme renfermant des faits historiques.
Exemple : à la fin du 19e siècle J. Wellhausen admet le caractère historique de l’exode. Ce
point de vue perdure jusqu’aux années 1980, malgré quelques nuances.
-En 1988 Lemche affirme que l’exode est un récit légendaire et épique. Il n’y existe
aucune vérité historique. Tout cela n’est que de la pure fiction littéraire.
-Certaines données du livre sont difficilement justifiables. Quel était le nombre des Israélites
en sortant d’Egypte (Ex 12,37 ; Nb 1,46 ; 26,51) ? Et comment tout ce monde a-t-il pu
survivre pendant un séjour de 40 ans au désert ?
-Selon Ex 1,11-14, les travaux forcés infligés aux hébreux (Apiru ?) permirent de construire
les villes de Pitom et Ramsès. Or selon les fouilles archéologiques ce n’est pas à l’époque de
Ramsès qu’on a construit la ville de Pitom. De plus, cette ville n’existait pas à cette époque
mais c’est plutôt à l’époque Saïte (7e – 6e siècle av. JC). En ce sens, Ex 1,11 est une
projection des événements tardifs à une époque antérieure avec pour visée de situer
historiquement les origines du peuple d’Israël. En outre, vu la ressemblance littéraire, la
description des faits relatifs à l’esclavage en Egypte (Ex 1ss) cela fait davantage penser à
l’oppression qui eut lieu à l’époque du roi Salomon (1R 5,27-32 ; 1R 9, 15-26).
« Il existe une étroite corrélation entre le récit de l’exode et celui qui traite de la rébellion de
Jéroboam contre Salomon et Roboam » (M. D. Oblath cité par F. Garcia).
-Le récit de l’exode serait une allégorie de ce qui s’est passé lors du schisme d’Israël.
-Qui sont les Hébreux ? Est-ce les Apiru ? ou d’autres peuples ? (Cf. I. Finkelstein - N. Asher
Silberman)
-La personne de Moïse. A quel moment fut-il introduit dans les récits de l’Exode, si l’on part
du fait qu’au départ il existait de grands thèmes indépendants ?
-Quel est le véritable nom de la Sainte Montagne. Sinaï ? Horeb ? Peut-on véritablement
accorder du crédit à son existence historique ?
-Les sources que l’on retrouve à la base du texte final de l’Exode viennent de JE et P.
Néanmoins il existe des ajouts qui proviennent de D.
76

B. Structure du livre
On divise généralement le livre en trois principales parties : La sortie d’Egypte (1,1-15,21),
la pérégrination à travers le désert (15,22-18,27), les événements du Sinaï (19,1-40,38).

*La sortie d’Egypte (l, 1-15,21)


-Il y existe une grande cohérence interne dans l’intrigue.
-Récit de la descente en Egypte, mais surtout les récits relatifs à la libération des Israélites.
-La question de fond. Qui est en réalité le vrai souverain que le peuple d’Israël est appelé
à servir : Pharaon ou YHWH ?
-On peut distinguer trois sections internes :
*Exposition : Les plans du Pharaon et de YHWH face à la misère du peuple (1, 1-7,
7)
-Les principaux personnages ici sont : Israël, Moïse, YHWH, Pharaon, les Egyptiens,
les sages-femmes, Myriam.
-N’ayant pas connu Joseph, le nouveau pharaon rend les Israélites esclaves. Vu la
croissance exponentielle des hébreux, il décide même de tuer les nouveau-nés (1, 15-21).
-Certaines sages-femmes s’y opposent. Elles deviennent de ce fait des symboles de
vie et de liberté.
-Moïse sera celui que YHWH va appeler et lui confie une mission : il devra se rendre
auprès de Pharaon afin d’exiger la libération d’Israël opprimé (Ex 3, 1-4,18).
-Accompagné d’Aaron son frère, ils se présentent au Pharaon comme des « messagers
» de YHWH. Une mission pas du tout facile puisque le pharaon au cœur endurci refuse
d’obtempérer.

*Nœud de l’intrigue : Confrontation entre YHWH et Pharaon (7,8-11,10)


-Face aux objections du pharaon, YHWH promet de sévir. Il envoie des signes qui
vont contraindre Pharaon à lâcher prise.
-Les plaies (7,14-11,10) entendent donc montrer la puissance de YHWH. C’est lui
oriente le cours des événements. C’est donc YHWH qu’Israël doit servir au regard des
prodiges accomplis en sa faveur.
-Le récit des 10 plaies doit aussi amener ses opposants que sont Pharaon et les
Egyptiens à accéder à la pleine connaissance du Seigneur. Ils sauront désormais « Qui est
YHWH ». Voilà pourquoi il existe de nombreuses « formules de reconnaissance » (Ex 7,5.17
; 8,6.18 ; 9,14.29 ; 10,2 ; 11,7 ; 14,4.18).
77

-La mort des premiers-nés constitue la dixième plaie. C’est le climax de l’ensemble
des plaies. Il s’agit de l’acte décisif de YHWH. Cette plaie est en rapport avec les cérémonies
rituelles de la pâque.
-Toutefois, il existe une forte similitude entre le récit des plaies tel que décrit dans le
livre de l’Exode d’une part, et les différentes traditions prophétiques, deutéronomiques et
deutéronomistes. Cf. Samuel, Rois, Amos, Isaïe, Jérémie, Ezéchiel.
-Bref, il apparait que ce récit des plaies est « une composition littéraire,
soigneusement élaborée, davantage qu’un exposé historique » (R. de Vaux).

*Résolution : Israël libéré (12,1-15,21)


Dans cette section, on retrouve :
-Les textes législatifs de type cultuel ou rituel à savoir : la pâque (12,1-14,21-28.43-
50), les pains des azymes (12,15-20 ; 13,3-10), les premiers-nés (13,1-2.11-16).
-Les textes narratifs : la dixième plaie (12,29-30), la sortie d’Egypte (14,1-31), la
marche dans le désert (12,37 ; 13,20-22).
-Les textes poétiques : Cantique de Moïse (15,1-18), Cantique de Myriam (15,21
-L’événement de l’exode devient le paradigme qui permet de décrier toute situation
d’oppression et d’esclavage de l’homme. Au-delà de ces situations de persécution, l’acte de
libération finale sonne comme un paradigme d’espérance pour l’opprimé.

*Pérégrination au désert (15,22-18,27)


-Israël passe 40 ans dans le désert (Nb 14,33 ; Dt 2,7 ; 8,15).
-Israël se rend au désert pour sacrifier à YHWH (Ex 3, 18).
-Si la mer était le terminus ad quem de la première partie (Ex l’entrée
dans le désert constitue un nouveau départ qui devra culminer avec l’adoration de YHWH au
Sinaï.
-Israël doit maintenant affronter d’importants défis : les nécessités naturelles comme
la faim ou la soif (15,22-17,7), les difficultés intracommunautaires liées à l’autorité et au
pouvoir (18,1-27), les attaques extérieures telles que celles contre les Amalécites (17,8-16).

*La péricope du Sinaï (19, 1-40,38)


-YHWH se révèle au peuple d’Israël sur la montagne du Sinaï.
-Le Sinaï est cependant difficile à localiser. C’est pour certains exégètes soutiennent que « le
Sinaï/Horeb émerge comme symbole de I ‘ordre au milieu du chaos du désert, symbole à mi-
78

parcours entre l’Egypte et Canaan, entre le ciel et la terre. C’est un lieu utopique dans le
désert » (F. Garcia).
-Cette dernière section (19-40) comporte essentiellement deux parties :
Ex 19, 1-24,11 (Théophanie, alliance et loi)
Ex 24, 12-40,38 (Sanctuaire, veau d’or, nouvelle alliance).
-On y retrouve aussi des textes sacerdotaux (Ex 19,1-2 ; 24,15-18 ; 25-31 ; 35-40) et des
textes non sacerdotaux (Ex 19,3-24,1 1 ; 32-34).
-Sur la montagne du Sinaï, il y a une véritable théophanie d’alliance puisque la
manifestation de YHWH est en vue de ratifier un pacte d’alliance avec son peuple.
-L’alliance scellée et le don de la loi fait désormais d’Israël la propriété de YHWH (Ex 19,5-
6).
-Peuple saint, auréolé d’une dignité sacerdotale, Israël devra observer la loi de YHWH son
Dieu. Cest un acte de reconnaissance.
-On retrouve comme codes normatifs : le Décalogue (20,2-17), le Code d’alliance (20,22-
23,19), le Décalogue cultuel (34, 10-26).
-C’est le respect des lois qui garantira la liberté d’Israël une fois pénétré la terre promise.
Si la construction du sanctuaire (Ex 24, 12-31,18 ; 35-40) entend symboliser la présence
effective de YHWH au sein de son peuple (25,8), la fabrication du veau d’or par Aaron et
le peuple s’avère être un « anti-sanctuaire » (Cf. R. P. KNIERIM). C’est une sorte de
rejet de la présence de YHWH. C’est ce qui explique la colère du Seigneur. Dans ce
contexte, YHWH va-t-il continuer à habiter au milieu de ce peuple (33,3.5.14) ?
-Malgré ce gros péché d’idolâtrie, YHWH se repent et rétablit l’alliance rompue. Car il est
miséricordieux (34, 6-7). Il renouvelle son alliance en donnant d’autres tablettes de lois (34,
1.27-28).
-Le sanctuaire est ainsi le lieu par excellence où se manifeste la Gloire YHWH (Kabod). Cela
rappelle fort bien le temple de Jérusalem : « Le sanctuaire que Dieu ordonne à Moïse de
construire (25,8-9) est en définitive une copie du temple de Jérusalem ».
-Quant à son contexte de rédaction, il serait après l’exil. Selon H. Utzschneider Ex 25-31 et
35-40 auraient été écrits vers 550-450 av JC. Dans un contexte où Israël est en perte de
repère (pas de monarchie, ni pays, ni lieu de culte), on se rend compte que « le vrai
sanctuaire pour la communauté postexilique ne pouvait être autre que le lieu de la loi. C’est
pourquoi la construction du sanctuaire devait être entreprise au Sinaï » (F. Garcia).

Reprenons de manière détaillée la structure :


79

I. La sortie d’Egypte (1,1-15,21)


*Esclavage et mission de Moïse (1, 1-10,29)
Israël en Egypte (1, 1-2,25)
Vocation de Moïse (3, 1-4,31)
Début de la mission en Egypte (5, 1-6,1)
« Je suis YHWH » (6,2-7,7)
Plaies d’Egypte (7, 8-10, 29)
*La Pâque (11,1-13, 16)
Annonce de la dixième plaie (1 1,1-10)
Institution de la Pâque (12, 1-13, 1 6)
*Traversée de la mer rouge (13, 17-15,21)
Voyage avec Dieu (1 3, 17-22)
Evénement de la mer (14, 1-31)
Chant de la mer. Moïse et Myriam (15, 1-21)

II. Pérégrination au désert (15,22-18,27)


*Protestation à Mara (15,22-27)
*Don de la manne et cailles (16, 1-36)
*Protestation à Massa et à Mériba (Ï 7, 1-7)
*Bataille contre Amaleq (7 7, 8-16)
*Visite de Jethro (18, 1-27)

III. La péricope du Sinaï (19,1-40,38)


*Don de la loi et stipulation à propos de I ‘alliance (19, 1-24, 11)
-Annonce de l’alliance (19, 1-9)
-Théophanie de la nature (19,10-20)
-Théophanie du Décalogue (19,21-20,17)
-Théophanie du Code d’Alliance (20, 18-23,33)
-Stipulation de l’alliance (24, 1-1 1)
*Don de la Demeure (24, 12-40,38)
-Moïse va sur la montagne (24, 12-18)
-Commandements de YHWH (25, 1-31,18)
-Mystère de la miséricorde divine (32, 1-34,35)
-Construction de la Demeure (35, 1-40,3 8)
80

Théologie du livre
-YHWH est un Dieu capable d’être immergé dans l’histoire dans le but de libérer ceux
qui se trouvent dans la souffrance. L’exode n’est pas que celui du peuple mais YHWH lui-
même est le premier à emprunter le chemin exodal. Loin d’être réduit à un simple récit,
l’Exode est davantage une confession de foi faite par Israël au regard de ce qu’a accompli
YHWH dans son histoire. C’est l’autorévélation de Dieu lui-même (Ex 3,14).
-La libération est en réalité le don de Dieu qui entend les clameurs de son peuple. En
quittant l’Egypte, Israël n’est pas encore constitué en peuple (pas terre, ni de loi). Cela
advient avec l’exode. Dès lors l’exode est certes un don de Dieu, mais il est aussi un
engagement de la part du peuple. Celui-ci a dorénavant l’obligation de respecter fidèlement
les lois de YHWH s’il voudrait demeurer un peuple libre.
-L’alliance n’implique pas forcément une égalité entre les partenaires. Mais les deux
partenaires sont tenus de respecter les clauses conclues.
-La fête de Pâque devient le mémorial de la libération.
-La Gloire du Seigneur habite le peuple et chemine avec lui jusqu’à la terre promise (Ex
40,34 // Jn 1,14.16).
-Dieu ne saurait être une force impersonnelle qui régit l’univers. YHWH est un DIEU
PERSONNEL qui libère l’homme de toute forme d’esclavage.
-Le peuple d’Israël passe de la servitude au service de YHWH.

LE LIVRE DU LEVITIQUE
-Une fois constitué comme peuple avec l’événement de l’exode, Israël ressent le besoin
d’être mieux organisé. Sur quelle base juridique se constituera-t-il ?
-Ceci se fait à partir de l’exigence capitale de « pureté » et de « sainteté » dans la vie.
En effet, par l’exode YHWH a voulu mettre à part ce peuple (Lv 25,55). Il l’a sanctifié pour
qu’il ne soit plus « contaminé » par les peuples environnants notamment les Egyptiens.
- C’est celui qui a fait sortir Israël de l’oppression égyptienne qui de ce fait l’a sanctifié
(22,32-33). C’est le fondement théologique qui donne sens au principe juridique.
-En hébreu Wayyiqra’ (Et il appela), le livre est un ensemble de lois et règlements concernant
le sacerdoce des Lévi (25,32-34) certes, mais aussi des prêtres fils d’Aaron (8-10 ; 21-22)
ainsi que l’ensemble du peuple.
-Il s’agit de distinguer ce qui est pur de ce qui ne l’est point : Israël devient un peuple saint
(19,2 ; 22,31-33), et devra traduire cette exigence dans tous les domaines de sa vie. Il ne doit
81

plus vivre comme tout le monde, c’est-à-dire à l’instar des nations dont il a été mis à l’écart
(11,47 ; 18,3-5 ; 20,22-26 ; 22,32-33).
-Le style littéraire du Lévitique est facilement identifiable. C’est l’œuvre du Sacerdotal P : «
Parmi les sources du pentateuque dans les premiers quatre livres de l’œuvre, P est celle qui
se fait reconnaitre le plus facilement à travers son lexique relativement constant, son style
solennel, (...) l’amour soit pour les éléments connexes avec le culte (liturgie rituelle,
institutions), soit pour les généalogies » (J. A. Soggin).
-L’auteur : il s’agit plus d’une Ecole ayant une grande estime pour le culte que d’un
individu particulier.
-Datation : Aujourd’hui on situe la rédaction du Lévitique à l’époque post exilique,
notamment avec la reconstruction de Jérusalem.
-Certains thèmes reviennent entre le livre de l’Exode et celui du Lévitique. Voilà pourquoi
certains exégètes ont pensé en faire un unique livre : la construction du sanctuaire (Lv 1-10 //
Ex 35-40), le sacerdoce (Lv 8-9 // Ex 29), Israël comme peuple saint, sacerdoce royal (Lv
11,44 ; 19,2 // Ex 19,6).

Structure du livre
-Le Lévitique est composé de lois (surtout dans la première partie du livre Lv 1-15) et de
quelques séquences narratives (8-10 ; 16*, 24, 10-23*). Mais on y trouve également des
péricopes parénétiques dans la seconde partie (18-26). C’est donc un livre complexe et
hétérogène (M. Noth).
-Globalement on perçoit deux paflies majeures :
A. Les rites (1-16).
Rites de sacrifices (1-7), rites d’ordination (8-10), rites de purification (11-15), rites de
pénitence. Yom Kippour (16).
B. Le Code de Sainteté (17-26).
Nous devons cette appellation à A. Klostermann (1877) quand il parla de Heiligkeitsgesetz
(H) parce que dans cette seconde partie l’invitation à la sainteté y revient comme un
leitmotiv. Cf. 19,2 ; 20,7.8.24.26 ; 21,15.23 ; 22,9.16.32.
-Mais lorsque le livre est scruté en détail, on a ceci :
Les rites (1-16)
*Les lois sur les sacrifices spontanés : holocaustes, oblation, sacrifice de communion
(1-3)
*Les sacrifices expiatoires : relatifs au péché et à la réparation (4-5)
82

*Les rites de consécration sacerdotale (6-7)


*La consécration d’Aaron et l’inauguration du culte (8-10)
*Les critères pour distinguer les animaux purs et impurs (l1)
*Les rites idoines pour expier l’impureté liée à l’accouchement (12)
*L’impureté relative aux infections (13-14)
*Les diverses impuretés relatives à la sexualité (15)
*Partie centrale du livre. Le jour d’expiation collective, le Yom Kippour (16)

Le code de Sainteté (17-26)


*L’abattage d’animaux comme sacrifice. Le respect du sang, symbole de la vie (17)
*Les interdits sexuels (18)
*Les diverses lois éthiques (19-20)
*Les lois sur le sacerdoce (21)
*Les parties des sacrifices réservées aux prêtres (22)
*Le calendrier des fêtes (23)
*Le chandelier, le pain et la loi du talion (24)
*L’année sabbatique et le Jubilé (25)
*Les bénédictions et les malédictions (26)
*Un ajout tardif. Les lois sur les Vœux (27)

Théologie
-Selon J. Milgrom « Tout le Lévitique est théologie ». En effet, tous les rites et les parénèses
qui y sont contenus sont orientés vers YHWH. La sainteté requise à Israël est d’abord un
attribut de Dieu.
-La rencontre entre Israël et YHWH au Sinaï est un paradigme important pour tout
croyant : la vie active exige que l’on prenne souvent des moments de pause pour adorer Dieu
d’une part, et confronter sa vie personnelle avec la volonté du Créateur. Ainsi, le culte ne
saurait être un perd temps.
-Le culte est plutôt un ressourcement énergétique. C’est un complément important voir
nécessaire au programme de travail recommandé par le Seigneur (Gn 2, 15).
-Le culte n’est pas seulement un repos physique par rapport aux diverses activités menées.
Mais c’est un moment fondamental où l’être humain (individu et communauté) prend
conscience du sens de sa propre existence en tant qu’actuation du projet divin pour toute
l’humanité. Bref, le travail et le culte sont les deux faces d’une même pièce.
83

« Séparer la création du culte, ou I ‘histoire du culte, signifie s ‘exposer au risque


d’intervenir dans le créé de manière erronée (...) Dieu habite le temple pendant que le
monde est le temple qui raconte la présence de Dieu » (Deiana).
-Notre monde contemporain doit reconsidérer le sens du jour de culte. Il s’agit de voir si nous
avons accompli notre action (quotidienne, hebdomadaire) tel que le veut notre Seigneur.
-En ce sens le culte n’est pas un moment de trop ! Il n’est pas superflu, ni inutile.
*Culte exclusif à Dieu. Ce qui interdit toute divination (19,26.31), la nécromancie
(19,27-28), les divinités étrangères (19,4).
*Consécration du temps : Sabbat (19,3.30 ; 26,2), les fetes (23)
*Consécration de la terre : année sabbatique (25,1-7), les prémices de la terre (19,23-
25)
*Respect du sacré : le Nom du Seigneur (18,21 ; 19,12 ; 20,3), le sanctuaire (19,30 ;
20,3 ; 21,12.23)
* la pureté (11-15)
*Respect et amour du prochain (19,11-18.29-36)
« Si l’homme ne s’arrête pas pour examiner si son agir est en syntonie avec le projet divin, il
y a un risque sérieux que la terre se rebelle ».
-A propos de la rébellion du cosmos, cf. Lv 18,24-30 // Gn 1-11 (Adam et Eve) ; 2R 17,8-13
(prise de Samarie) ; 2Ch 36,15-19 (pillage de Jérusalem), Encyclique Laudato Si’ du Pape
François.

LE LIVRE DES NOMBRES


Introduction
-C’est le quatrième livre du pentateuque. C’est un livre qui fut peu commenté au cours de la
tradition. En conséquence il apparait comme le parent pauvre dans la recherche exégétique de
l’Ancien Testament.
-Ce peu d’intérêt pour le livre des Nombres s’explique par les multiples répétitions qu’on y
rencontre. Aussi est-il difficile de percevoir le fil d’Ariane herméneutique, à l’instar de la
Genèse ou de l’Exode où l’intrigue rédactionnelle est assez évidente à identifier. Par contre
les Nombres présentent un enchevêtrement d’ordonnances cultuelles, de listes de
recensements et de récits qui finissent par créer, chez le lecteur contemporain, confusion et
découragement.
-Mais à dire vrai, quand on aborde de près ce livre on peut déceler quelques thématiques fort
intéressants pour l’investigation exégétique :
84

*Le problème de l’identité et de l’organisation d’une communauté en plein « désert ».


*Le problème de leadership, c’est-à-dire la raison d’être de l’autorité au sein d’un
groupe : est-elle nécessaire ? Quel type d’autorité légitimer : celle prophétique ou celle
sacerdotale ?
*La possibilité d’une fondation biblique de l’ultérieure interprétation midrashique.
Le titre du livre
Le nom « Nombres » (et Numeri en latin) est une traduction de l’appellation grecque….
(LXX). Cela se justifiant par les différents recensements qui se trouvent à travers le livre (Nb
1,0-46 ; 3,14-51 ; 26,5-62). Il y a une réelle préoccupation pour le nombre. Cela se voit
même quand on voudrait préciser le montant des offrandes aux chefs de tribus (7,10-83), le
temps exact de service des lévites (4,3 ; 8,24), le nombre de jours pour la purification (19,12)
; la quantité de bétail à immoler pendant les fêtes (28-29) ; la quantité de butin (31 ,32-52).
-Cependant, le nom en hébreu est rB:ïd>miB.: On entend ici souligner que les événements
qui y sont relatés ont eu lieu pendant le séjour du peuple d’Israël au désert, notamment entre
l’Egypte et la terre promise. On se rappelle des moments forts tels que la théophanie de la
péninsule sinaïtique, puis le séjour en Transjordanie.
La formation du livre
-Il n’est plus de doute aujourd’hui que le livre des Nombres, comme d’ailleurs les autres
livres du pentateuque, fut composé dans la forme canonique actuelle après l’exil de
Babylone. Cela n’excluant pas qu’on puisse y retrouver des matériaux plus anciens.
-La majorité des sections narratives auxquelles sont adjointes les parties législatives
appartiennent davantage au Sacerdotal (P). C’est le cas de la première partie (Nb 1,1-10,10),
et la majeure section de la troisième partie (Nb 22-36) qui sont le résultat des travaux issus
des cercles sacerdotaux. Cependant, la deuxième partie du livre (Nb 10,11-21,35) contient
des matériaux plus anciens du Jehoviste (JE). Ceux-ci ayant été retravaillés avant de se voir
adjoindre d’autres textes provenant de l’Ecole Sacerdotale P.
Au fil du texte
On peut cerner l’intrigue du livre comme suit :
Les premiers chapitres en détail racontent le campement des fils d’Israël. Le recensement des
tribus a lieu (Nb l). Les différentes tribus campent autour de la tente de la Rencontre (Nb 2).
Ensuite on recense la tribu de Lévi (Nb 3-4). Quant à Nb 5, il y est question de la femme qui
trompe son mari tandis que le naziréat est évoqué en Nb 6. La dédicace du tabernacle (Nb 7)
et la consécration des lévites (Nb 8) font l’objet d’une célébration importante. C’est alors que
sont données les instructions relatives à la fête de Pâque (Nb 9).
85

Israël s’apprête alors à quitter le mont Sinaï pour continuer sa route. Le récit de départ y est
brièvement résumé (Nb 10). Au cours de sa pérégrination à travers le désert YHWH ne cesse
de nourrir son peuple qui pourtant se lamente (Nb 11). Et quand Myriam se plaint contre
Moïse, le Seigneur répond et cette dernière se voit frappée de la lèpre (Nb 12). Quant à
l’exploration du pays de Canaan avant la prise de possession, Israël y envoie une douzaine
d’espions. Mais le peuple craintif, refuse de marcher contre les cananéens (Nb 13-14). Les
prescriptions relatives aux sacrifices, aux fonctions des prêtres sont quant à elles traitées en
Nb 15…
Proposition de structure
Plusieurs divisions du livre des Nombres sont faites par les exégètes. Il n’est donc pas
étonnant de trouver d’autres possibilités autres que celle-ci. Néanmoins il ressort que l’on
peut retrouver trois parties principales :

a) Nb 1,1-10,10
L’intrigue se déroule essentiellement au Sinaï. Ici Moïse et son frère Aaron procèdent :
-au recensement des tribus laïcs
-à l’ordonnancement du campement
-au recensement des lévites et l’assignation de leurs fonctions
-à l’élaboration et à la promulgation de diverses lois
-à la recommandation de différentes dispositions cultuelles et liturgiques

b) Nb 10, 11-21,35
Cette séquence nous rapporte le départ du peuple d’Israël de la montagne du Sinaï. C’est le
commencement du voyage à travers le désert, milieu assez hostile certes, mais aussi riche en
thématique :
-L’exploration du pays de Canaan et les tentatives d’y pénétrer par la région du Sud
-Les plaintes et les récriminations du peuple face à l’agressivité, les atrocités du désert
-YHWH châtie les rebelles et réprimande les murmures du peuple
-Moïse intercesseur et Miséricorde de YHWH qui prend en pitié ce peuple : il pourvoie à ses
besoins (eau, manne, cailles)
-Désobéissance et rébellion à l’autorité de Moïse
-Moïse partage ses responsabilités avec 70 anciens
-Dispositions légales et normes relatives à la vie cultuelle et celle liturgique : sacrifices,
personnes consacrées (lévites et prêtres), le sabbat, l’eau, le serpent de bronze.
86

-Israël fait face aux confrontations et aux autres actions de guerres dans son avancée vers la
terre promise.
-Mort d’Aaron.

c) Nb 22-36
Cette ultime partie du livre des Nombres se déroule dans les plaines de Moab en
Transjordanie.
Dans cette partie on retrouve une imbrication entre les textes narratifs et les sections
législatives et institutionnelles.
Ainsi, les récits qui sont évoqués sont entre autres : l’histoire de Balaam, la succession de
Moïse par Josué, des sections de guerre, des séquences principales de l’exode, la répartition
de la Transjordanie entre Gad, Ruben et la moitié de Manassé.
Quant aux prescriptions de lois, nous avons : la concession du sacerdoce à Pinhas et à sa
descendance, l’héritage des filles au cas où il n’existe pas de garçon comme héritier légitime,
des normes relatives aux sacrifices et aux fêtes, des lois sur les vœux, des lois sur le butin et
sa distribution, la législation sur les villes des lévites et les villes-refuges.

Portée théologique du livre des Nombres


On peut diviser en deux parties les thèmes qui émergent de ce livre : une théologie du peuple
de Dieu d’une part, et une théologie du désert d’autre part.

A/Une théologie du peuple de Dieu


A la lecture du livre des Nombres, il ressort qu’Israël y est présenté comme le peuple de Dieu
en marche suite à la théophanie sinaïtique. De ce pacte avec YHWH découle les
caractéristiques et/ou exigences ci-après :
l. Israël est un peuple à part
Cette caractéristique apparait de manière formelle dans l’oracle de Balaam en Nb 23,9 : «
Voici un peuple qui habite à part, il n’est pas rangé parmi les nations ». Il est donc clair qu’en
vertu de son élection divine, les fils d’Israël ne doivent plus se mélanger avec ceux qui ne
partagent pas le même Dieu qu’eux de l’autre côté du Jourdain : « Quand vous aurez passé le
Jourdain vers le pays de Canaan, vous chasserez devant vous tous les habitants du pays. Vous
détruirez leurs images peintes, vous détruirez toutes leurs statues de métal fondu et vous
saccagerez tous leurs hauts lieux. Vous posséderez ce pays et vous y demeurerez, car je vous
l’ai donné pour domaine. » (Nb 33,51-53).
87

2. Israël est un temple vivant


En Nb 3,14-39 on décrit le processus d’un recensement. Pourtant ce récit n’est pas fortuit. La
description du campement par l’auteur sacré est davantage sous tendue par une visée
théologique que stratégique comme l’on serait tenté de le croire à priori. Il s’agit de présenter
les fils d’Israël comme une communauté qui abrite en son sein YHWH. C’est la profession
du dogme de la présence de Dieu au milieu de son peuple en marche : « (…) ils ont appris
que toi, YHWH, tu es au milieu de ce peuple, à qui tu te fais voir face à face ; que c’est toi,
YHWH, dont la nuée se tient au-dessus d’eux ; que tu marches devant eux le jour dans une
colonne de nuée, la nuit dans une colonne de feu » (Nb 14,14).

3. Israël est dépositaire de la bénédiction divine


Cette thématique revient dans les quatre poèmes qu’on dédie à Balaam dans le livre des
Nombres. Un oracle où l’importance de la bénédiction est explicitement mise en relief (Nb
23-24). Et par cette bénédiction on annonce déjà à l’avance celui qui doit venir : le roi David
et l’élection pérenne de sa dynastie : « Je le vois — mais non pour maintenant, je l’aperçois
— mais non de près : un astre issu de Jacob devient chef, un sceptre se lève, issu d’Israël »
(Nb 24,17).
A côté de cela il convient de souligner que Nb 6,22-27 rapporte l’une des meilleures
formules de bénédictions.

4. Israël est une théocratie


-L’événement de l’exode présente le peuple comme un temple vivant comme susmentionné.
Ses déplacements sont semblables à une procession religieuse. En vérité c’est YHWH qui
guide et conduit les fils d’Israël de nui comme de jour (Nb 9,17-20/ cf. Dt 32,9-11). C’est
une véritable théocratie puisque celui qui gouverne ce peuple en marche dans le désert c’est
le Seigneur. Quant aux différents responsables qui sont placés à la tête de chacune des tribus,
ceux-ci sont des vicaires de YHWH, ses lieutenants ! C’est ainsi que dans ce livre, Moïse est
présenté comme l’homme de confiance et de confidence de YHWH. Dieu n’hésite d’ailleurs
pas à punir ceux qui manquent de respect à son serviteur, et rappeler par la même occasion la
place de choix que celui-ci occupe au sein du peuple : « YHWH dit : Ecoutez donc mes
paroles : S’il y a parmi vous un prophète, c’est en vision que je me révèle à lui, c’est dans un
songe que je lui parle. Il n’en est pas ainsi de mon serviteur Moïse, lui est à demeure dans ma
88

maison. Je lui parle bouche à bouche, dans l’évidence, non en énigmes, et il voit la forme de
YHWH. Pourquoi avez-vous osé parler contre mon serviteur Moïse ? » (Nb 12,6-8).

5. Israël est un peuple saint et pécheur


Israël est saint (c’est-à-dire séparé selon l’étymologie) :
-pour être consacré à Dieu. C’est une séparation et/ou consécration sociale et géographique
qui doit se refléter par une sainteté morale (cf. les diverses normes législatives en Nb 1-10).
-parce qu’il est le temple du Seigneur. YHWH y habite (Nb 2). On ne doit y trouver aucune
impureté. Ainsi la tente de la rencontre et l’arche sont au centre de la communauté. Seuls les
prêtres et les lévites y ont accès après des actes de purifications et de précautions (Nb
4,15.1920).
Israël est pécheur.
Le désert y est présenté de manière négative et pessimiste.
-La protestation du peuple (Nb 11-21) contre YHWH et ses vicaires dont Moïse (Nb 11,1.5-6
; 12 ; 13,27-33 ; 14,24.10.27 ; 16,2-3.7-11.13-14 ; 17,6-14 ; 20,1-13 ; 21,4-9).
-Les punitions s’ensuivent logiquement. La communauté entière est concernée, y compris
Moïse et Aaron et même ceux qui ont connu l’exode (sauf Josué et Caleb en Nb 14,20-35).
Toutefois, l’ultime parole c’est la repentance grâce à l’intercession de Moïse. C’est la
séquence péché-punition-conversion-salut.

B/Une théologie du désert


Le désert est le lieu de l’épreuve pour Israël face à :
-la faim et la soif
-la confiance en YHWH
-l’adoration en un Dieu unique.
Malheureusement, Israël ne s’en sortit pas.
*Contre la faim et la soif (Nb 1 1,5 20,5)
*Contre la fidélité en Dieu et en sa providence (Nb 20, 12-13)
*Contre l’idolâtrie du veau d’or et l’idole de Pèor (Nb 25, 1-3// cf Ex 32)
Ces trois tentations furent aussi celles de Jésus en Mt 4, 1-11 Lc 4,1-13// Dt 6,13.16 8,3.

LE LIVRE DU DEUTERONOME
89

-Le nom « deutéronome » provient du grec Deuteronomion. Quant au texte hébreu, il


emploie plutôt les premières paroles de ce livre (1,1) qui sont « Voici les paroles » :
˜yrlab’D>h; hL,ae
-C’est le dernier livre du pentateuque. Pourtant il faut dire que cette classification au sein du
pentateuque n’a pas toujours fait l’unanimité des exégètes au cours de l’histoire. Si certains
voyaient le Deutéronome comme la clôture des cinq premiers livres de la bible (pentateuque),
d’autres l’ont plutôt considéré comme l’ouverture programmatique (et donc proleptique) de
la soi-disant Historiographie deutéronomiste qui va de Josué jusqu’au deuxième livre des
Rois (M. Noth).
-Bien que ce questionnement soit pertinent, un fait est réel : depuis la tradition juive la plus
ancienne, le Dt est considéré comme partie intégrale de la Torah. Bien plus, les premiers
chrétiens en firent allusion comme on peut le voir dans le Nouveau Testament. Le livre est
cité près de 55 fois, après les citations du psautier (107 fois) et celles du prophète Isaïe (104
fois). Et même à Qumran, on trouvera pratiquement 25 rouleaux du Dt. Tout ceci montre
l’importance de ce livre dans la vie de foi des premiers croyants.
-Le livre du Dt se présente dans son ensemble comme une sorte de prédication et/ou
d’adresse où se trouvent mélangées des ordonnances législatives avec des séquences
narratives. C’est Moïse qui en est le héraut (Dt 1,1). Quant aux destinataires de la locution, ce
sont les fils d’Israël. En s’adressant à ceux-ci (par un TU ou un VOUS), Moïse les interpelle
directement au long de ses différents discours. Cela donne un ton parénétique à l’ensemble
du livre. Israël devra s’approprier des recommandations de YHWH, les mettre en application
au moment où il va prendre possession du pays de Canaan.
-L’acceptation des recommandations de YHWH est une responsabilité de la part du peuple •
ce dernier aura l’obligation d’interpréter les différentes prescriptions en fonction du nouveau
contexte : C’est l’exigence herméneutique d’actualisation des normes. Dès lors, le livre du Dt
apparait comme un tableau qui invite Israël à osciller en permanence entre la fidélité à la
tradition reçue de YHWH (par son porte-parole Moïse) d’une part, et la liberté et/ou
flexibilité herméneutique (fonction du contexte) d’autre part.

Structure du livre
« Le sens d’un texte est fondamentalement fonction de son organisation structurelle »
La subdivision du Dt est fonction des critères que les chercheurs emploient. Aussi existe-t-il
moult propositions. Néanmoins il faut reconnaitre le livre en soi offre certaines formules
90

d’introduction qui reviennent au fil du texte (1,1 ; 4,44 ; 28,69 ; 33,1). Ce qui pourrait
légitimer la subdivision suivante :
1,1-5 : Introduction
1,6-4,43 : Premier discours de Moïse
I ,6-3,29 : Réflexions sur l’itinéraire de l’Horeb à Moab
4,1-40 : Devoir d’obéissance pour Israël
4,41-43 : Villes refuges
4,44-49 : Introduction
5,1-28,68 : Deuxième discours de Moïse
5, 1-33 : le décalogue
6, 1-11 ,32 : Aimer YHWH de tout son cœur
12, I -26,19 : Code deutéronomique
27, 1-26 : Ratification de l’Alliance à l’entrée de la terre promise
28, 1-68 : Bénédictions et malédictions
28,69-30,20 : Troisième discours de Moïse
31,1-34,12 : Epilogue, les derniers jours de Moïse
3 1, 1-30 : Election de Josué comme successeur
32,1-44 : Cantique de Moïse
(Dt 32,45-47 suit Dt 31,27)
33, 1-29 : Bénédictions de Moïse
34,1-12 : Mort de Moïse

Quelques thèmes théologiques clés


1. La loi dans la dynamique herméneutique :
Ainsi que nous l’avons montré plus haut, les différentes normes que YHWH transmet à son
peuple sont à comprendre dans un processus de transmission et d’interprétation. En ce sens le
livre du Dt est une « théologie de l’ouverture ». Tout le défi herméneutique consiste à
soumettre les différentes traditions normatives (littéraires et religieuses) à une réelle relecture
critique au cours de laquelle les expériences contemporaines nouvelles sont placées sous le
phare de la Parole de Dieu. Il ne s’agit aucunement d’un code normatif « clos » qui se
suffirait en lui-même. On ne doit pas voir le Dt comme un simple condensé de lois, mais
davantage comme une réflexion profonde sur le sens et la valeur à accorder à la loi divine.
On dira alors que le texte du Dt est « une loi prêchée ».
91

2. L’influence deutéronomiste dans la bible :


Cet aspect est aussi important. En effet, les recherches actuelles révèlent bel et bien la
présence de la théologie du Deutéronome dans d’autres livres (Genèse, Exode, Nombres,
Juges, Samuel, Rois, Jérémie, etc.). Ce qui amène d’ailleurs à reconsidérer la manière
d’aborder certains thèmes théologiques tels que : la théologie de l’alliance, la théologie de la
guerre sainte (ou de YHWH), la figure du prophète (comme le serviteur souffrant), etc.

3. L’unicité de YHWH et son adoration exclusive (6,4)


Ce thème se décline aussi comme l’affirmation du monothéisme. YHWH est le seul Dieu
d’Israël. Il n’admet pas l’existence d’autres divinités en dehors de lui (4,39 ; 26,17-19).
YHWH est non seulement le libérateur d’Israël (cf. l’événement de l’exode), mais il est aussi
le guide, le père providentiel. C’est le Dieu des dieux et le Seigneur des seigneurs. YHWH
juge de manière impartiale, il est juste et bienveillant envers son peuple aimé.

4. L’unité du peuple
A l’unicité de YHWH correspond l’unité du peuple : Israël, en vertu de son élection divine,
est devenu la propriété de Dieu (7,6). C’est désormais un unique peuple, une communauté
qui doit aimer YHWH de manière absolue et exclusive. Il doit se séparer des autres nations
ne partageant pas la même foi en YHWH.

5. Un seul pays : la terre promise


Canaan, selon la théologie du Dt, est le don de YHWH. C’est grâce à Dieu que le peuple va
en prendre possession et en jouir de ses biens. Il n’y a pas lieu de s’enorgueillir puisque le
mérite revient exclusivement à YHWH. De même lors des moments de dangers, Israël ne
doit rien craindre car c’est le Seigneur qui l’y a placé. Tandis qu’en Egypte c’était la
servitude, Canaan se présente comme le pays de rêve où coule du lait et du miel, expression
de la magnanimité de Dieu (6, IOS ; 1 Os).
SITUATION DE LA RECHERCHE SUR LA FORMATION DU
PENTATEUQUE
Avant l’exil Code de l’alliance
Traditions narratives Lois deutéronomiques (Dt
anciennes
12-26)
Ecrit sacerdotal (P)
Après l’exil
Composition Sacerdotale du Compléments deutéronomistes
92

Tétrateuque (Ecrit sacerdotal + du Deutéronome


Traditions anciennes + Lois
sacerdotales)

TETRATEUQUE DEUTERONOME

PENTATEUQUE
Relectures post-sacerdotales Relectures post-dtr

Texte canonique (Torah)


(au debut du IVè siecle av J.C)
93

Tradition Tradition
du du
Royaume Royaume
du sud du Nord

Torah P J E Torah Dtr

950 composition
de D (après
700)
850

Reforme de
Chute de Josias Dtr
Samarie (721) (622)
Chute de
Jérusalem 587
Exil babylone Historiograph
593-538 ie dtr (610)
DtrG

Compilation J + TETRATEU
E (700) QUE

PENTATEU
J+E+P QUE

J+E+P+D
94

Annexe A
LA BIBLE DANS SES SUBDIVISIONS : LE CANON HEBREU ET LA SEQUENCE
CATHOLIQUE
(LXX et Vulgate)
CANON HEBREU SEQUENCE CATHOLIQUE (CFR.
VULGATE ET LXX)
‫תורה‬ Torah (Loi) Pentateuque
‫ּב ְֵראׁשִ ית‬ (Bereshît, au commencement) - Genèse Genèse
‫ׁשְמֹות‬ (Shemôt, noms) - Exode Exode
‫ִקְרא‬
ָ ‫ַוּי‬ (Wayiqra’, et il appela) - Lévitique Lévitique
‫ּבְמִדְ ּבַר‬ (Bemidbar, au désert) - Nombres Nombres
‫הַּדְ ב ִָרים‬ (Devarîm, paroles) - Deutéronome Deutéronome

‫ נביאים‬Nebi’îm (Prophètes)
Livres historiques
Giosuè Josué
‫( נביאים ראשית‬Nebi’îm rishonim Prophètes antérieurs) Giudici Juges
Ruth
‫יְהֹוׁשֻ ַע‬ (Yehoshua) - Josué 1-2 Samuel
‫ׁשֹופְטִ ים‬ (Shofetîm) - Juges 1-2 Rois
‫ׁשְ מּואֵ ל‬ (Shemu’el) - 1-2 Samuel 1-2 Chroniques
‫מְ ָלכִים‬ (Malakîm) - 1-2 Rois Esdras – Néhémie
Tobit
‫( נביאים אחורי‬Nebi’îm aharonim Prophètes postérieurs) Judith
Esther
1-2 Maccabées
‫יְׁשַ ְעיָהּו‬ (Yisha’yahû) - Isaïe
‫י ְִרמְ יָהּו‬ (Yermiyahû) - Jérémie
‫יְ ֶחזְקֵאל‬ (Yehezqe’el) - Ezéchiel

(Tere ‘asar, douze en araméen) = Douze Lives poétiques et sapientiaux


Job
ou Prophètes mineurs : Osée, Joël, Amos,
Psaumes
Abdias, Jonas, Michée, Nahoum, Proverbes
Habaquq, Sophonie, Aggée, Zacharie,
Malachie
Ecclésiaste = Qohéleth
‫כתבים‬ Ketubîm (Ecrits) Cantique des Cantiques
Livre de la Sagesse
‫( ּתְ ִהּלִים‬Tehillîm) - Psaumes Ecclésiastique = Sagesse de Sira =
‫’( אִ ּיֹוב‬yôb) - Job Siracide
‫( מִׁשְ לֵי‬Mishley) - Proverbes

Livres prophétiques
‫( חמש לחמניות‬Hamesh meghillot, cinq rouleaux) Isaïe
‫רּות‬ (rut) - Ruth Jérémie
95

‫ירים‬
ִ ִ‫( ׁשִ יר הַּׁש‬Shirt hasshirîm) - Cantique des cantiques Lamentations
‫אֵ יכָה‬ (Ekah, ahimè) - Lamentations Baruch
‫קֹו ֶהלֶת‬ (Qoelet, rassemblement) Qohéleth = Ezéchiel
Ecclésiaste
Daniel
‫( אֶ סְּתֵ ר‬Ester) - Esther Osée, Joël, Amos, Abdias, Jonas,
Michée, Nahoum, Habaquq, Sophonie,
Aggée, Zacharie, Malachie
‫ּדָ נִּיֵאל‬ (Dani’el) - Daniel
‫ֶעז ְָרא‬ (Ezra’) - Néhémie
‫( מילות הימים‬Dibrey hayyamîm – Paroles des jours)
1-2 Chroniques