Vous êtes sur la page 1sur 22

Développement Personnel :

Enjeux et Approches

Travail de recherche dans le cadre du Master


Diagnostic et Management des Organisations (DMO)

1er Semestre - Année : 2010 / 2011

Présenté par : Younés BENCHEKROUN

1
SOMMAIRE_____________________

Introduction ………...
………………………………………………….4

1 Développement personnel et professionnel


1 1 Définition ………………………………………………………...........5

1 2 Bilan personnel ………………………………………………………..6

1 3 Bilan professionnel…………………………………………………….6

2 Les Composantes de la compétence


2 1 Savoir théorique ………………………………………………………7

2 2 Savoir faire…………………………………………………………….7

2 3 Savoir être ……………………………………………………………..8

2 4 Savoir vivre ……………………………………………………………8

3 Différents enjeux du DPP

3 1 Identification des axes de progrès……………………………………9

3 2 Orientation en fonction des motivations ...………………….………9

3 3 Un sens à la vie personnelle et professionnelle …………………….10

3 4 Efficacité et performance par une bonne gestion du temps…….….10

2
3 5 Recentration sur ce qui est réellement important………………..
….11

3 6 Développement d’une attitude proactive …………………...……….12

3 7 Equilibre des domaines de vie …...……………………………...…..13

3 8 Prise de conscience de sa mission …………….……………………13

4 Quelques Approches scientifiques du DPP

4 1 L’analyse transactionnelle ………………………………...………14

4 2 La programmation Neurolinguistique (PNL) .…………………….15

4 3 L’approche humaniste ……………………………………………...16

4 4 L’analyse systémique (L’Ecole de Palo-Alto)………………………16

4 5 La sophrologie ………………………………………………………17

5 Résumé…………………..………………………………………………19

Bibliographie………………..…………………………………….20
Liste des abréviations…………………………………...…………….21

3
"Au delà du diplôme, il va falloir
apprendre le développement personnel, et
se doter d'atouts pour gérer son
développement professionnel" [1].

4
_________________________________________________________________________________________________________________

[1] (Christian Bourion. La logique émotionnelle. Editions ESKA).

Introduction

Le monde d’aujourd’hui est en perpétuelle mutation, et exige une adaptation permanente

aux besoins des entreprises en termes de compétences. Le salarié doit savoir qu'il aura à se

recycler personnellement et professionnellement plusieurs fois le long de sa carrière. Et Pour

cela, il devra se mettre à apprendre à développer des savoirs autres que ceux qu'il avait acquis

lors de sa formation théorique et éventuellement, lors son parcours universitaire.

Entre autres, il devra apprendre les habiletés relationnelles nécessaires en tout milieu

professionnel, la gestion efficace du stress (de plus en plus croissant dans la vie moderne);

et surtout il devra apprendre à gérer les frustrations causées par les inévitables conflits qui

sont le plus souvent source d'appréhensions, de crispation et de repli sur soi.

Une définition détaillée du concept du développement personnel et professionnel (DPP), ainsi

que celle de leur bilan respectif, se révèlent tout à fait pertinentes pour pouvoir appréhender

plus clairement sa relation avec l’épanouissement de la personne, raison pour laquelle nous

avons jugé nécessaire de leur réserver toute la première Partie de notre présent travail de

recherche. Dans la deuxième partie nous parlerons des composantes de la compétence, avant

d’exposer les différents enjeux du concept du DPP dans la troisième partie.

Enfin, dans la quatrième partie de ce travail nous explorons quelques approches scientifiques

permettant le développement des compétences et l’entretien d’une relation plus souple

et plus fluide avec soi-même et avec les autres.

5
1 Développement personnel et professionnel
1 1 Définition

Développement personnel, croissance personnelle, développement de soi, épanouissement

et mieux être, évolution personnelle, transformation de soi… , les appellations de cette

démarche psychologique sont aussi diverses et variées que les notions qui la définissent.

Le DPP est un courant de pensée développé à partir des années 1950, visant la performance

et ou le bien-être personnel et professionnel, renvoyant ainsi à toutes les activités proposant

de développer une meilleure connaissance de soi, de valoriser ses talents et potentiels, de

travailler à une meilleure qualité de vie, et à la réalisation de ses aspirations et de ses rêves.

Ses méthodes visent principalement à produire des modifications comportementales et

cognitives précises, à conduire le sujet vers plus d'autonomie et de mieux-être, à accroître son

potentiel, etc., mais ne cherchent en aucun cas à intervenir sur des pathologies lourdes.

Puisqu’il n'est pas considéré comme une psychothérapie, bien qu’il en constitue l'un des

aspects.

Les psychanalystes et les professionnels du coaching font des propositions de développement

personnel pour les particuliers, tandis que les éducateurs et spécialistes du travail, comme

l'Organisation International du Travail, l'incluent dans les buts institutionnels de

l'enseignement supérieur et du travail décent. LA définition qui résume l’approche dans sa

globalité (à notre sens), est la suivante : « le développement personnel est toute démarche de

changement dans laquelle je prends le risque de m’auto responsabiliser, en vue de remettre

en cause – pour en comprendre le sens et pour dynamiser autrement mes façons d’être – mes

modes de pensée, mes croyances, mes certitudes et mes comportements au quotidien. » [2]

_________________________________________________________________________

6
[2] définition Jacques Salomé, psycho-sociologue et écrivain.

1 2 Bilan personnel (Bp)

Le Bp est un check up qui consiste à faire le point sur les talents, les qualités, les

défauts et les motivations profondes de la personne.

En somme c’est un processus de diagnostic général de la personnalité au bout duquel la

personne pourra prendre conscience de ses contraintes personnelles et identifier son potentiel.

Après analyse des différents résultats, elle sera aussi capable de déterminer des objectifs en

totale cohésion avec ses principes (intégrité, besoins, valeurs) et ce, dans chaque domaine de

sa vie - familial, couple, social, personnel et professionnel.

1 3 Bilan professionnel(Bpr)

Un Bpr (de carrière ou de compétences) ou ce que les anglo-saxons appellent

un « Career Management Program», est une analyse personnelle que l'on fait à un moment

précis de notre vie. L'objectif est d'évaluer nos acquis passés afin de nous aider sur notre

orientation future.

Pour cela « le bilan professionnel » passe en revue l'ensemble de nos expériences

professionnelles, recense nos compétences, nos intérêts, nos capacités et nos limites. On

organise ces informations et on extrait les éléments importants permettant de traduire nos

futurs objectifs.

Il s'agit de faire une mise au point de sa carrière faîtes le sur papier, et à l'écrit. Ce

document servira ainsi de support pour rédiger le CV, la lettre de motivation et pour la

préparation à l'entretien.

Etablir un plan de développement professionnel c’est répondre à un certain nombre de

7
Questions et faire certains choix

2 Les composantes de la compétence

2 1 Savoir théorique (St)

Le St est habituellement défini comme un ensemble de connaissances acquises à traves les

études. Mais il peut être aussi enseigné par des les expériences et les personnes que chacun de

nous rencontre dans sa propre vie. Elles s’occupent non seulement de nous enseigner le St,

mais aussi met à notre disposition d’innombrables informations qu’on peut toujours utiliser le

moment venu.

2 2 Savoir faire (Sf)

« La notion de savoir faire paraît ambiguë, du fait que ses frontières sont mal définies par

rapport à des notions voisines » [3]

Le Sf est la connaissance des moyens qui permettent l'accomplissement d'une tâche.

Le terme équivalent anglais know-how est assez régulièrement utilisé dans la littérature

technique et économique.

Le Sf est différent des autres savoirs comme la connaissance scientifique car il peut être

Directement appliqué à une tâche.

Un des avantages du Sf par rapport aux autres savoirs, c’est qu'il peut impliquer plus

de dimensions, comme l'expérience manuelle, l'entrainement à résoudre des problèmes, la

compréhension des limites d'une solution spécifique, etc. Ainsi, le Sf peut fréquemment

éclipser le St.

__________________________________________________________________________

8
[3] http://membres.multimania.fr/droit/lesavoir.htm

2 3 Savoir être (Sê)

Le Sê correspond à la capacité de produire des actions et des réactions adaptées à

Chaque situation de la vie quotidienne. Cette capacité s'acquiert en partie par la connaissance

de savoirs comportementaux spécifiques en situation d'acteur social.

Les recherches en éducation relatives au Sê ont pour objectif de trouver tous les moyens

pédagogiques permettant aux apprenants d'acquérir au mieux la maîtrise d'actions et de

réactions adaptées à leur organisme et à leur environnement.

2 4 Savoir vivre (Sv)

Le Sv Selon Dominique Picard [4], est « un ensemble de règles proposant des modèles de

conduite adaptés aux différentes situations sociales ».

Le Sv est un certain nombre de codes et de conventions qui règlent les comportements de

chacun dans la vie en société. Ces codes forment ce qu’on appelle également la politesse, les

bonnes manières, ou encore l’étiquette. Ces codes de comportement facilitent les relations

entre individus, ils contribuent à créer une harmonie sociale. Ils définissent également ce qui

est attendu, permis ou interdit dans certaines situations, dictent les obligations de chacun

envers la hiérarchie sociale, entre hommes et femmes (la galanterie). Souvent, ils permettent

aussi de “situer” un individu par rapport à la norme : l’ignorance ou la connaissance de

certains protocoles révèlent en effet un manque dans l’éducation, ou au contraire, des qualités.

___________________________________________________________________________

[4] Dominique Picard (professeur de psychologie sociale spécialiste de la politesse), à l'Université Paris XIII

9
3 Différents enjeux du DPP

L’investissement dans le DPP permet l’émergence d’une source Intarissable de potentialités

(malheureusement souvent ignorées).

Dans l’analyse qui suit nous essaierons d’en cerner les enjeux majeurs, et tirer des enseignements

dont on pourra immensément bénéficier.

3 1 Identifications des axes de progrès

En prenant appui sur la synthèse du diagnostic du Bp, la personne disposera des Informations

indispensables pour identifier les axes de progrès à court, moyen et long terme. Ceci lui

permettra de gagner du temps et lui évitera toutes frustrations inutiles.

3 2 Orientation en fonction de ses motivations.

La motivation est la composante qui règle l’engagement pour une activité précise.

Elle en détermine la direction et l'intensité, et en assure la prolongation. Elle se manifeste

habituellement par le déploiement d'une énergie (sous divers aspects telle que l'enthousiasme,

l'assiduité, la persévérance), la motivation est assimilée à une grande « réserve d'énergie

potentielle ».

« Rien n'est plus insondable que le système de motivations derrière nos actions.» [5]

__________________________________________________________________________________________

[5] Georg Christoph Lichtenberg, Le Miroir de l'âme, Corti, 1997 (ISBN 2-7143-0610-1). Le Miroir de l’âme
est un florilège réunissant près de 2100 pensées extraites des cahiers d’aphorismes de Lichtenberg et forme
ainsi la plus importante anthologie critique en langue française jamais réalisée sur ce “drôle de philosophe”.
Une vaste introduction met en perspective la pensée de l’auteur et un important apparat critique éclaire le texte.
Ce florilège est commodément utilisable grâce à son index thématique et à sa chronologie.

10
3 3 Un sens à la vie personnelle et professionnelle

On travaille pour une entreprise, pour un salaire, pour une promotion, pour payer

l’hypothèque, pour faire vivre ses enfants, pour acheter une piscine. Mais ou voit

on apparaître la notion de sens ?

«Carl Jung disait que la possibilité de donner un sens à quelque chose permet de

supporter presque tout, et que l’absence de sens conduit à la maladie», rappelle

Serge Marquis [6], qui a écrit une fable sur ce thème dans son livre Bienvenue parmi

les humains.

La Truite et le Clochard raconte l’histoire d’un sans-abri rejeté par tous, y compris

par ... les poubelles. Devant cet échec, le malheureux doit faire un choix: pleurer

sur son triste sort ou travailler à sa propre réalisation. Il décide de se consacrer à la

dépollution d’une rivière parce qu’il sait qu’ainsi il pourra se sentir utile. Morale de

l’histoire? C’est en nous engageant dans un projet qui nous ressemble, et sur lequel

nous avons un certain contrôle, que nous pouvons trouver un sens à notre vie.

3 4 Efficacité et performance par une bonne gestion du temps.

Nous nous devons de bien gérer notre temps, parce que nous nous engageons sur des

échéances données. Nos performances sont mesurées à notre capacité à accomplir plus de

tâches en peu de temps, il serait alors peu probable de nous attendre à atteindre l’efficacité et

L’efficience en gérant mal notre temps.

___________________________________________________________________________

[6]Donner un sens à sa vie professionnelle et personnelle Source: Julie Calvé, Affaires Plus, Octobre 1999 :
http://www.acsm-ca.qc.ca/virage/dossiers/donner-un-sens-a-sa-vie.html

11
Nous gérons mal notre temps, toutes les fois que nous pensons que le temps nous appartient,

et que nous pensons avoir "tout notre temps" pour exercer une tâche.

Mais il ne faut pas non plus se stresser en s’esclaffant à tout bout de champs «time is money».

Vite fait et bien fait, ce n’est pas aussi évident que cela.

pour une gestion efficace et efficiente de son temps, il conviendrait, plutôt que

d’étaler nos objectifs dans le temps "élastique", de déterminer d’abord le temps dont nous

pouvons disposer au cours d’une journée de travail, de lister nos activités journalières, par

ordre de priorités, de les caler selon le temps dont nous disposons et enfin de suivre son

temps, en veillant au respect de tout ce qu’on a planifié.

3 5 Se recentrer sur ce qui est réellement important

Le développement personnel nous aide à Réduire à l’essentiel nos tâches et nos objectifs. Si

nous essayons de gérer toutes les tâches qui nous tombent dessus, nous risquons très vite

d’être complètement débordé. A la place, il faut passer en revue nos listes de tâches et de

projets, afin de voir si nous pouvons les simplifier. On doit Retirer de nos listes tout ce qui ne

constitue pas une tâche ou un projet essentiel. Et on doit vérifiez que les tâches et projets

restants s’inscrivent bien dans une progression vers nos objectifs annuels et nos objectifs de

vie. Ce tri doit être fait à chacune de nos revues, ainsi nous pourrons mieux nous concentrer

sur les tâches et projets restants.

Si on se laisse déborder par les imprévus, ceux-ci peuvent prendre la place de

tâches importantes. Pour prendre une image classique : un seau rempli de sable ne

laisse pas la place à de grands galets alors qu'un seau rempli de grands galets laisse

de la place à des petits cailloux, puis du sable (et de l'eau ensuite). Les grands

12
galets sont les objectifs importants de la semaine, et les grains de sable les micro-tâches

souvent pas urgentes, pas importantes, que l'on pourrait déléguer...Pour éviter ce problème il

faut d'abord mettre les grands galets puis ajouter quelques cailloux (petites tâches), en laissant

ainsi une grand place pour les imprévus.

3 6 Développement d’une attitude proactive

Le DPP aide à l’émergence d’une attitude proactive qui consiste à agir à l'avance d'une

situation future et se réfère ainsi à l'anticipation, plutôt que de simplement réagir. Cela

signifie prendre le contrôle faire bouger les choses plutôt que de simplement s'adapter à une

situation ou en attente de quelque chose se passe. Les personnes proactives n'ont

généralement pas besoin d'être invité à agir.

Le Neuropsychiatre Autrichien Dr Viktor Frankl Emil [7], a utilisé le mot proactive pour

décrire une personne qui a pris la responsabilité de sa vie ou son, plutôt que de

chercher les causes dans des circonstances extérieures ou d'autres personnes. Frankl a

souligné l'importance du courage, de la persévérance, la responsabilité individuelle et la

conscience de l'existence de choix, quelle que soit la situation ou le contexte.

___________________________________________________________________________

[7] Viktor Emil Frankl, (26 mars, 1905 - 2 septembre, 1997), neurologue et psychiatre Autrichien un des
Survivant de l’'holocauste .il est aussi le fondateur de logotherapy qui est une forme de l’ analyse
existentielle .Son livre « La recherche de la signification de l'homme » fait la chronique de ses expériences
passées aux camps de concentration, il y décrit les méthodes pour trouver la signification de toutes les formes
d'existence, même les plus sordides, et trouver ainsi une raison pour continuer de vivre.

13
3 7 L’équilibre des domaines de vie.

Réussir sa vie ce n’est pas uniquement une réussite professionnelles comme beaucoup le

supposent. Croire qu'une affaire sensationnelle peut compenser un mariage raté ou bien

qu'une apparence physique bien soigné leur permet d'atteindre leurs fins, même avec un

développement culturel et spirituel nuls. Il se peut que dans un certain temps, ces

compensations soient suffisantes. Mais il est improbable qu'elles fonctionnent pour

toujours. Tôt ou tard, celui qui est en déséquilibre souffre des conséquences.

Voici d'une façon générale, les principaux domaines de vie dans lesquels nous

avons des rôles à assumer :

- Domaine professionnel : profession, métier ou travail, rémunéré ou non

- Domaine physique : alimentation, exercice, repos, vie sexuelle, prévention des maladies

- Domaine émotionnel : émotions, sentiments, rôles de conjoints, fils, frère, parents, ../

- Domaine social : activité comme citoyen, membre d'une communauté, activité associative

- Domaine intellectuel : acquisition de nouvelles connaissances, perfectionnement du savoir

faire

- Domaine spirituel : pratique religieuse, développement ou expression de la sensibilité

artistique

3 8 Prise de conscience de sa mission

Le fait de se poser des questions par rapport à notre travail ne signifie pas forcément que nous

ne sonnes pas satisfait, mais simplement que nous sommes conscient de qui nous sommes.

Cette prise de conscience nous donnera plus de satisfaction au travail, plus de bien-être et un

peu plus de maîtrise dans ce que nous faisons, au lieu de simplement “prendre les choses

comme elles viennent”.

14
Nous entendons parler tous les jours de gens qui font un changement radical de carrière. Les

occasions existent, mais tous ces changements nous rendront-ils vraiment heureux, une fois

que nous y serons? Peut-être que la question n’est pas: “Comment obtenir un travail qui me

plairait?”, mais “Comment puis-je aimer le travail que je fais?”

on doit Réaliser que ce n’est pas notre travail qui nous définit, mais la façon dont nous le

faisons. Il y a beaucoup à dire sur notre attitude.

Tous les travaux peuvent être bien faits, avec compassion et sérieux. Notre attitude au travail

et la façon dont nous traitons les gens – ainsi que notre humeur – ne passent pas inaperçues.

Nous ne pouvons pas toujours contrôler une situation, mais nous pouvons toujours choisir

Comment la vivre.

4 Quelques Approches scientifiques du DPP

4 1 L’Analyse transactionnelle (At)

L’analyse transactionnelle est une théorie de la personnalité et de la communication. Elle

postule des « états du Moi » (parent, adulte, enfant), et étudie les phénomènes intrapsychiques

à travers les échanges relationnels, appelés « transactions ». Cette théorie a été fondée par Eric

Berne, Médecin psychiatre américain, dans les années 1950 à 1970.

Outre les États du Moi, l'analyse transactionnelle propose de repérer les jeux psychologiques,

des types d'échanges qui se répètent de manières semblables, et qui se terminent par un

sentiment de malaise. Parmi les autres concepts de l'analyse transactionnelle, on trouve les

positions de vie, des éclairages sur la gestion des signes de reconnaissance et des sentiments,

la structuration du temps, les drivers ou messages contraignants, les méconnaissances et les

15
différents degrés de passivité.

Éric Berne [8] postulait que les grandes orientations de la vie sont décidées dès l'enfance, et

peuvent prendre la forme d'un scénario de vie. Berne définit également trois critères de bonne

santé psychique : « conscience, spontanéité et intimité » [9]

4 2 La programmation neurolinguistique (PNL)

La PNL est un ensemble de techniques de DPP originaires des États-Unis destinées à

améliorer la communication entre individus et à s’améliorer personnellement. Elle peut être

employée dans des cadres personnels, ou d’entreprises.

Programmation : Le mot programme fait référence à l’ensemble de nos automatismes, qu’il

s’agisse d’automatismes cognitifs, émotionnels ou comportementaux.

Neuro : Le mot neuro fait référence aux neurones, à notre système nerveux central et notre

système nerveux périphérique qui établissent des corrélations, utiles ou nuisibles, entre nos

percepts.

Linguistique : Le langage nous permet de communiquer et de structurer notre pensée; il

véhicule notre culture.

Selon la PNL, ce que quelqu’un fait, une autre personne peut le faire (présupposé de la PNL).

Ses créateurs se positionnent ainsi :

« Nous ne sommes pas des psychologues, nous ne sommes pas non plus des théologiens ou
des théoriciens. Nous n’avons pas d’idée à propos de la nature "réelle" des choses, et cela ne
nous intéresse pas particulièrement » [10]

___________________________________________________________________________

[8] Eric Berne, né à Montréal le 10 mai 1910, mort le 15 juillet 1970, psychiatre américain, fondateur de
l'analyse transactionnelle.

[9] http://webradio-internet.com/la_psychanalyse.php

[10] http://easy-nlp.blogspot.com/2010/05/principes-de-la-pnl-programmation-neuro.html

16
4 3 L’Approche humaniste (Ah)

L'Ah a été ouverte par Carl Rogers, créateur de l'Approche Centrée sur la

Personne -ACP (psychothérapie non directive) dans les années 60 aux Etats-Unis, c’est un

modèle psychothérapeutique cherchant à développer chez la personne la capacité de faire des

choix personnels (choisir, c'est devenir autonome). La non directivité utilisée vise à libérer les

tendances positives de l'homme chez qui existe de puissantes forces de changement.

Son principe s'appuie sur l'expérience consciente de la personne et introduit le postulat de

l'autodétermination : il s'agit de développer chez elle la capacité de faire des choix personnels.

Pour Carl Rogers et ses successeurs, l'être humain est fondamentalement bon, dans le sens où

il évoluera toujours positivement s'il suit son instinct, son expérience. La violence et la

prédation ne sont que les fruits de la désespérance et en aucun cas un choix de comportement

dicté par la rentabilité, la facilité ou le principe du plaisir.

Parmi ses caractéristiques nous retrouvons souvent :

L’utilisation fréquente de technique de groupes ; accent mis sur l'expérience présent ;

Objectifs de développement, de croissance, épanouissement personnel ; importance de

l'expression émotionnelle et de la communication non verbale.

4 4 L’Analyse systémique (As)

L’As ou l’école de Palo Alto (EPA) est un courant de pensée et de recherche ayant pris le

nom de la ville de Palo Alto en Californie, à partir du début des années 1950. On le cite en

psychologie et psycho-sociologie ainsi qu'en sciences de l'information et de la communication

Ce courant est notamment à l'origine de la thérapie familiale et de la thérapie brève. Parmi ses

17
Principaux fondateurs on trouve Gregory Bateson, Donald D. Jackson, John Weakland,

Richard Fisch, William Fry et Paul Watzlawick. En adoptant la démarche systémique, l’EPA

a apporté aux sciences humaines américaines des inflexions d’une grande originalité. La

communication s’est trouvée au centre de recherches foisonnantes concernant plusieurs

disciplines.

L’EPA désigne un groupe informel de chercheurs officiant principalement dans la petite ville

éponyme de la banlieue sud de San Francisco, près de l’université de Stanford.

Tous ont participé d’une dynamique insufflée par un personnage crucial pour la psychologie

américaine, Gregory Bateson.

En tant qu’anthropologue, G. Bateson, dans les années 1930, s’intéresse moins à la

description traditionnelle des peuplades qu’à celle des relations interpersonnelles. À partir de

1942, les conférences interdisciplinaires de la fondation Macy lui font découvrir les concepts

que Norbert Wiener regroupera en 1948 sous le terme de cybernétique. Parmi eux figure le

feed-back, ou boucle de rétroaction, décrivant comment un système maintient son équilibre

grâce à l’adaptation permanente de chaque élément à ses homologues et son environnement.

4 5 La Sophrologies (Sph)

La Sph (ou étude de la conscience en harmonie), a été créée en 1960 par Alfonso caycédo

(Médecin neuropsychiatre), qui a approfondi et renommé sa conception en Sph.

C'est une science qui favorise la résolution de désordres, permettant de développer une

personnalité plus harmonieuse, par la conscience de soi et le renfort des structures positives.

La Sph est utilisée comme technique de relaxation et de connaissance de soi.

18
Le terme de Sph a été inventé par Alfonso caycedo à partir de 3 formants du grec

ancien (sos: harmonie; phren: conscience; logos: étude).

La Sph se définit donc comme la science de la conscience harmonieuse. En ce sens,

elle va s'intéresser à l'étude de la conscience individuelle, dans une approche

Phénoménologique qui tient compte de l'historicité de chacun.

La Sph permet de vivre l'instant présent pendant les séances en mettant en suspens

le jugement. Le phénomène est vécu sans chercher à comprendre, ni à analyser, et à chaque

fois, il sera vécu comme si c'était la première fois

Le programme d'entraînement des sophrologues de l'école du Pr. Caycedo est décomposé en

12 niveaux pédagogiques. Les 4 premiers sont des niveaux qui vont de l'éveil des sensations

Physiques aux dévoilements du schéma corporel vécu comme une réalité consciente et auquel

S’intègre des sentiments qui servent de repères de construction ou de prévention pour

chaque personne. Les 8 niveaux suivants sont plus dynamisant en terme d'énergie et

d'intégration.

19
Résumé

Le DPP prépare la personne à la vie telle qu’elle se dessine pour demain. Il s’agit de créer un

espace de travail qui réunit les conditions de vie ou l’homme retrouve la joie de vivre et les

conditions pour que chacun puisse (re)devenir indépendant et qu’il puisse ainsi jouir de

L’interdépendance [11] et l’utiliser comme levier de création de richesses, de surcroit et de

dépassement de soi.

Le DPP combine trois aspects :

• l'indispensable intégration des principes et croyances de la pédagogie blanche [12] et

de la philosophie voire de l'anthropologie dont se veulent porteurs nos référents

(Compétence de chacun reconnue a priori, croyance que chacun peut évoluer et

contribuer à son évolution, alliance des principes, etc.).

• la restauration individuelle et dans la relation d'une économie saine des signes de

reconnaissance, d'un travail spécifique sur les trois croyances (formulées par William

Schutz) de nos propres importance, compétence et amabilité qui confortent la sécurité

ontologique de l'être.

• le travail de mise en cohérence des enjeux et projets personnels, professionnels,

managériaux et organisationnels.

__________________________________________________________________________________________

[11] pour les notions de dépendance, contre dépendance, indépendance, interdépendance, on pourra se
reporter au livre V.Lenhard « Responsable porteur de sens » Insep consulting édition, qui propose une
reformulation approfondie des travaux de Nola, Symor en la matiere

[12] concept d’Alice Miller expliqué dans son livre « «c’est pour ton bien », Ed. Aubier.

20
Bibliographie

• Ouvrages

MILLER Alice «c’est pour ton bien », Aubier, 1985

CHRISTIAN BOURION, « La logique émotionnelle », Eska, 2001

DOMINIQUE PICARD, « Pourquoi la politesse ? », Seuil, 2007

ERIC BERNE, « Analyse transactionnelle et psychothérapie », Payot, 1971

GEORG CHRISTOPH LICHTENBERG, « Le Miroir de l'âme », Corti, 1997

JACQUES SALOMÉ, « relation d’aide et formation à l’entretien », Septentrion, 2003

VIKTOR EMIL FRANKL, « La recherche de la signification de l'homme », XXX, 1946

• Articles

NOLA-KATHERINE SYMOR, Cycle de la dépendance, Symor, Actualités en AT, édité par


l'Association d'analyse transactionnelle, vol. 7, n° 27, juillet 1983;

• Site web

http://membres.multimania.fr/droit/lesavoir.html

http://www.acsm-ca.qc.ca/virage/dossiers/donner-un-sens-a-sa-vie.html

http://webradio-internet.com/la_psychanalyse.php

http://easy-nlp.blogspot.com/2010/05/principes-de-la-pnl-programmation-neuro.html

21
Liste des abréviations

DPP : Développement personnel et professionnel

Bp : Bilan personnel

Bpr : Bilan professionnel

St : Savoir théorique

Sf : Savoir faire

Sê : Savoir être

Sv : Savoir vivre

At : Analyse transactionnelle

PNL : Programmation neurolinguistique

Ah : Approche humaniste

ACP : Approche Centrée sur la Personne

EPA : Ecole de Palo Alto

Sph : Sophrologie

…./…

22