Vous êtes sur la page 1sur 7

CLIMATISATION

Introduction :

La climatisation est la création et le maintien d'un air ambiant dont la température, l'humidité et la pureté sont
contraintes. Un système de climatisation est constitué d'un dispositif centralisé, qui produit une atmosphère
contrôlée à tout moment, quelles que soient les conditions climatiques. Cependant, le terme climatisation est
souvent appliqué improprement au refroidissement de l'air. Dans ce cas, les dispositifs de « climatisation » sont
simplement des unités de réfrigération équipées d'un ventilateur, qui fournissent uniquement un débit d'air froid
filtré. De même, le terme climatiseur désigne généralement des appareils autonomes de faible dimension et
générant de l'air froid.

Principe :

Certains procédés de fabrication, tels que la production du papier et des textiles, nécessitent une climatisation
pour le contrôle des conditions de fabrication. En général, elle consiste à ajuster l'humidité de l'air distribué.
Lorsque de l'air sec est requis, l'air est déshumidifié par refroidissement ou déshydratation. Dans ce dernier
procédé, il circule dans des chambres contenant des produits chimiques adsorbants, tels que le gel de silice
(oxyde de silicium). L'air est humidifié en passant dans des bains d'eau ou des vaporisateurs. Lorsque l'air doit
être exempt de poussière, comme cela est nécessaire pour la fabrication de certains médicaments, de
microprocesseurs ou encore d'équipements médicaux, le système de climatisation est équipé d'un filtre spécial.
L'air passe dans des vaporisateurs d'eau ou, pour certains filtres, dans un réseau de plaques huilées. Dans d'autres
cas, la poussière est éliminée au moyen de filtres électrostatiques.

Des systèmes de climatisation centralisés, offrant un contrôle complet du chauffage, du refroidissement et de la


ventilation, sont employés dans les magasins, les restaurants, les cinémas, les théâtres et d'autres édifices publics.
De tels dispositifs, de par leur complexité, doivent généralement être installés lors de la construction du
bâtiment. Ces dernières années, ils ont été progressivement automatisés dans un souci d'économie d'énergie. Les
vieux immeubles, les appartements individuels ou les bureaux peuvent être équipés d'un élément réfrigérant, de
ventilateurs, de conduites d'air ou d'un collecteur d'air, dans lequel l'air de l'intérieur du bâtiment est mélangé à
l'air extérieur. De telles installations peuvent être utilisées pour le refroidissement et la déshumidification
pendant les mois d'été, et le système de chauffage régulier sert pendant l'hiver.

Dans un système de climatisation, l'air est refroidi au moyen d'un générateur de froid. Le gaz traverse un
échangeur dans lequel circule un liquide froid (eau, par exemple). On peut également utiliser des machines
frigorifiques à compression ou à absorption, qui emploient un liquide frigorigène tel que l'ammoniac, le dioxyde
de carbone ou le Fréon (composé de chlore, de fluor et de carbone), bien que son utilisation soit maintenant
déconseillée (voire interdite), en raison de son impact destructeur sur la couche d'ozone atmosphérique. Une
machine frigorifique est généralement plus complexe et plus coûteuse qu'une machine thermique de même
puissance.

Efficacité :

L'efficacité de la climatisation dépend de l'appareillage, mais également de l'isolement, ou étanchéité, du local


par rapport à l'extérieur. Par exemple, l'ouverture d'une fenêtre dans un local climatisé crée un déséquilibre, le
système de climatisation ne pouvant compenser les effets liés à l'entrée d'air. Une technique souvent utilisée pour
éviter les infiltrations d'air extérieur consiste à maintenir le local en légère surpression par rapport à l'extérieur. Il
suffit pour cela de faire pénétrer plus d'air qu'il n'en sort de la pièce. Dans certains cas (cuisine, bâtiments
sanitaires), le local est maintenu en légère dépression, pour éviter de « polluer » l'extérieur. Certains locaux
climatisés sont totalement étanches et équipés de sas à l'entrée. Dans d'autres cas, comme dans les grands
magasins où les portes sont constamment ouvertes, les entrées sont équipées de rideaux d'air chaud ou froid, qui
évitent les perturbations thermiques du local.

Les systèmes de climatisation sont classés selon leur capacité utile de refroidissement, qui devrait être
rigoureusement exprimée en kilowatts (kW). On emploie encore le terme de tonne de réfrigération,
correspondant à la quantité de chaleur qui serait absorbée pour faire fondre une tonne de glace en 24 h, soit
3,5 kW.
Bilan frigorifique :
Calcul de charge de climatisation :
1- Apport à travers les vitrages :

AV =  . S’ . 

 (W/m2) : l’heure et la date où les apports par le vitrages sont maximum à partir du Tableau A3 (Annexe)
S’ : Surface du paroi vitrée (m2)
 : Coefficient de correction qui dépend de type de vitrage (Tableau A4)
Les apports à travers le vitrages varient suivant les saisons et dépend de la situation géographique du
bâtiment, du moment considérer et de l’orientation de vitrage par rapport au rayonnement incident.
Les apports à travers les vitrages sont loin les plus importants. Ils représentent 50 à 80 % des apports.
C’est pourquoi, pour simplifier le calcul de charge en climatisation, on va déterminer à partir des apports à
travers la date et l’heure où ces apports sont maximums. Les autres apports seront calculés pour cette date et
cette heure.
2- Apport à travers les paroi opaque

AP = U . S . ev . 

Les apports calorifique résultent non seulement de la différence entre les température de l’air à l’extérieur
et à l’intérieur des locaux climatisé mais aussi de faite que les parois antérieurs sont exposés aux rayonnement
solaire.
Lorsque influx solaire atteint une paroi extérieur, une partie de flux est réfléchit, une autre partie est
absorbé ce qui à pour effet d’elle varis la température de la paroi.
On est donc amenant à la définir une température fictive appelé température extérieure virtuelle (ev) qui
tient couple de l’élévation de température de la paroi sous l’effet de l’ensoleillement. Les tableaux (voir annexe)
nous donne les cas virtuels de températures (différence entre la température du local à climatiser et la
température extérieur).
K : Coefficient de transmission thermique surfacique d’une paroi
S : Surface d’une paroi opaque.
ev : Température virtuelle (Tableau A1- A2 annexe)
 : Coefficient de correction (Tableau A4-annexe)
ANNEXES
Tableau N° A1 : Ecart virtuel de température : (tv)
Paroi opaque verticale de faible inertie, construction légère et teinte moyenne.

ORIENTATION
Date et heure
S/S O/N N/N
N N/NE NE E/NE E E/SE SE S/SE S SO O/SO O NO ombre
O O O
21 juin-8h -1,1 4,6 10,0 13,6 14,7 14,2 9,2 3,7 -1,6 -2,3 -2,2 -2,1 -2,1 -2,2 -2,2 -2,3 -2,2
21 juin-9h -0,4 3,2 9,0 13,3 15,5 15,6 12,4 7,6 1,9 -0,6 -,07 -0,6 -0,6 -0,7 -0,7 -0,8 -0,4
21 juin-17h 8,1 6,8 7,0 7,2 7,3 7,4 7,4 7,4 8,1 13,3 18,8 23,6 24,1 22,9 19,2 13,8 6,9
21 juin-18h 8,8 5,7 5,8 6,0 6,1 6,1 6,1 6,1 6,3 9,3 14,8 20,4 21,3 21,2 18,6 14,2 5,6
21juil.-13h 8,4 8,7 9,1 9,7 10,1 11,1 14,3 16,8 18,3 18,5 17,4 13,8 11,9 9,6 8,5 8,3 9,3
21Août -9h 0,6 2,2 8,1 13,5 17,0 17,9 16,4 12,3 6,6 1,5 0,7 0,7 0,7 0,7 0,6 0,6 1,1
21Août-16h 8,8 8,9 9,1 9,4 9,6 9,8 10,1 10,9 15,7 21,2 25,1 26,4 25,4 21,8 16,4 10,6 9,4
21 sept. 10h -0,8 -0,7 1,0 6,9 12,8 15,2 17,7 16,0 11,7 5,7 0,3 -0,7 -0,7 -0,8 -0,8 -0,8 0,0
21 sept. 11h 1,2 1,3 1,8 4,5 10,7 13,8 18,8 19,1 16,7 12,0 6,1 1,4 1,3 1,3 1,2 1,2 2,3
21 sept. 13h 4,4 4,4 4,7 5,2 5,9 7,7 15,2 19,6 21,7 21,3 18,5 11,4 8,1 4,5 4,4 4,4 5,6
21 sept. 14h 5,1 5,1 5,4 5,7 6,3 6,7 11,1 17,0 21,3 23,2 22,5 17,3 14,2 8,3 5,2 5,1 6,2
21 sept. 15h 5,4 5,4 5,6 5,9 6,3 6,6 8,1 13,2 19,1 23,0 24,3 21,5 19,0 13,3 7,4 5,4 6,3
Tableau N° A2 : Ecart virtuel de température : (tv)
Paroi opaque verticale de teinte moyenne de construction traditionnelle

ORIENTATION
Date et heure
N N/NE NE E/NE E E/SE SE S/SE S S/SO SO O/SO O O/NO NO N/NO ombre
21 juin-8h -1,4 -1,3 -0,9 -0,6 -0,6 -0,6 -1,0 1,3 -1,3 -0,9 -0,2 0,2 0,2 0,0 -0,4 -1,1 -2,0
21 juin-9h -1,6 -1,0 -0,3 0 0 0 -0,9 -1,7 -1,9 -1,5 -1,0 -0,5 -0,5 -0,7 -1,1 -1,7 -2,5
21 juin-17h 2,2 3,6 5,4 7,2 8,3 8,6 8,3 7,3 6,3 5,8 5,5 4,7 4,2 3,5 2,6 2,0 2,1
21 juin-18h 3,1 4,2 5,8 7,4 8,3 8,7 8,5 7,8 7,4 7,6 7,7 7,1 6,6 5,5 4,2 3,1 3,1
21juil.-13h 0,6 2,4 4,9 6,9 7,9 8,0 6,4 4,2 2,0 1,0 0,9 0,9 0,9 0,8 0,5 0,3 0,1
21Août -9h -0,6 -0,2 0,2 0,6 0,8 0,9 0,7 0,4 0,3 0,6 0,9 0,9 0,8 0,4 0 -0,4 -0,7
21Août-16h 2,4 3,2 5,0 7,2 9,1 10,1 11,0 10,5 9,0 7,3 5,9 4,3 3,7 3,0 2,6 2,4 2,9
21 sept. 10h -4,3 -4,1 -3,4 -2,8 -2,4 -2,2 -2,1 -2,3 -2,5 -2,7 -2,7 -3,0 -3,2 -3,6 -3,9 -4,2 -4,2
21 sept. 11h -4,4 -4,1 -2,9 -1,8 -1,0 -0,7 -0,7 -1,3 -2,1 -2,9 -3,0 -3,3 -3,4 -3,7 -4,1 -4,3 -4,2
21 sept. 13h -3,7 -3,4 -1,8 0,3 2,3 3,0 3,5 2,5 0,8 -1,2 -2,3 -2,8 -3,0 -3,2 -3,5 -3,6 -3,4
21 sept. 14h -3,0 -2,7 -1,1 1,1 3,5 4,6 5,7 4,9 3,1 0,7 -0,9 -2,1 -2,3 -2,6 -2,8 -2,2 -2,5
21 sept. 15h -2,1 -1,8 -0,4 1,8 4,3 5,6 7,4 7,1 5,5 3,1 1,0 -0,8 -1,3 -1,7 -1,9 -2,1 -1,5
Tableau A3 : Détermination du maximum de charges surfaciques en W/m2 ( apports par ensoleillement et par
conduction)
Vitrage simple sans protection. Un vitrage équipé d’un store extérieur est assimilé à l’ombre

ORIENTATION
Date et heure
N N/NE NE E/NE E E/SE SE S/SE S S/SO SO O/SO O O/NO NO N/NO ombre
21 juin-8h 61 173 325 422 455 442 316 163 52 47 52 56 56 54 51 46 47
21 juin-9h 76 134 278 402 462 457 376 242 108 71 71 75 75 73 70 66 72
21 juin-17h 116 105 118 131 140 142 141 135 144 235 392 516 526 490 391 248 102
21 juin-18h 137 87 96 107 115 117 115 109 114 163 308 452 474 462 390 270 81
21juil.-13h 123 143 170 200 226 238 266 308 338 344 323 243 204 146 132 127 150
21Août -9h 77 86 199 353 451 476 440 334 183 77 70 71 70 67 63 60 74
21Août-16h 105 108 121 138 156 164 182 197 226 412 507 533 505 410 271 132 121
21 sept. 10h 48 51 84 198 364 431 503 391 349 193 71 57 56 53 50 48 71
21 sept. 11h 65 68 91 146 274 363 504 510 440 315 171 75 72 69 67 65 93
21 sept. 13h 84 85 100 130 171 201 354 474 520 496 419 242 166 91 85 84 144
21 sept. 14h 85 86 98 122 155 176 250 392 500 535 507 371 296 151 89 85 144
21 sept. 15h 81 82 91 111 137 153 203 286 438 527 551 468 404 259 113 82 105
Tableau A4: Coefficient de correction pour divers vitrages ( )

Désignation Epaisseur 
Vitrage simple anti-solaire bronze 6 mm 0,77
Vitrage simple anti-solaire bronze 10 mm 0,69
Glace claire 6 mm 0,99
Glace claire 10 mm 0,96
Athermic 6 mm 0,57
Athermic 10 mm 0,52
Double vitrage : Glace Claire intérieur 6 mm
0,87
Glace claire extérieure 6 mm
Store intérieur 0,66
Pavées de verre 0,65

Tableau A5 : Coefficient de correction des parois opaques ( )

Parois opaques

Type Nature
Verticales Construction avec bonne isolation 0,7
Construction courante 1,0
Construction ancienne peu isolée 1,3
Horizontales Construction avec bonne isolation 0,6
Construction courante 1,0
Construction ancienne (toiture) 2,0
Tableau A6 : Ecart virtuel de température : Parois opaques horizontales de teinte moyenne

Date Terrasse ensoleillées Terrasses non ensoleillées


21 juin-8h 4,5 -2,3
21 juin-9h 4,1 -2,4
21 juin-17h 3,6 -3,2
21 juin-18h 3,9 -3,1
21juil.-13h 4,6 -1,1
21Août -9h 4,6 -0,7
21Août-16h 3,7 -1,5
21 sept. 10h -0,1 -4,2
21 sept. 11h -0,4 -4,4
21 sept. 13h -0,8 -4,7
21 sept. 14h -0,9 -4,8
21 sept. 15h -0,8 -4,8

Vous aimerez peut-être aussi