Vous êtes sur la page 1sur 28

CEG LES PYLÔNES

03 BP 3621 Année scolaire: 2019-2020


Tél.: 21 38 24 35 DISCIPLINE – TRAVAIL - SUCCES
COTONOU

PREMIERE SERIE DES DEVOIRS SURVEILLES DU SECOND SEMESTRE


EPREUVE : PCT CLASSE : 6ème DUREE : 1H30

Compétences disciplinaires évaluées :


CD N°1: Élaborer une explication d'un fait ou d'un phénomène de son environnement naturel ou construit en
mettant en œuvre les modes de raisonnement propres à la Physique, Chimie et la Technologie.
CD N°2: Exploiter la Physique, Chimie et la démarche Technologique dans la production, l’utilisation et la
réparation d’objets technologiques.
CD N°3: Apprécier l’apport de la Physique, Chimie et la Technologie par rapport à la vie de l’homme.
Critères de perfectionnement CTV8: Communiquer de façon précise et appropriée.

Contexte

Alice assiste sa tante à la cuisine, elle constate contrairement à sa maman qui utilise le réchaud à gaz pour
la cuisine; sa tante utilise le bois de chauffe et une bougie pour s'éclairer.

Elle pose alors la question à sa tante de savoir comment elle entretien son feu pour la cuisson des repas et
quelles sont les précautions qu'elle va prendre en cas de danger lié à l'utilisation du bois de chauffe et à la
bougie dans sa cuisine

De retour chez elle, elle rencontre ce qu’elle a vécu chez sa tante à son frère et ajouta ceci: “ j’aimerais
comprendre les phénomènes qui se produisent lorsqu’on met l’eau sur le feu ou dans le congélateur

Support
Doc. 1

a) b) c)

Doc. 2 Solide

1 5
2
6

4
Liquide Gaz
3
Consigne

1.

1.1 Cite les corps combustibles évoqués dans le contexte et dis le nom du phénomène qui se produit lorsqu’ils
brûlent.
1.2 Dis le nom de l’élément de l’air qui permet à un corps de brûler puis explique ce qui va arriver aux bougies
du Doc. 1.
1.3 Donne le rôle de la mèche d’une bougie puis cite les différentes couleurs de la flamme d’une bougie.

2.

2.1 Cite les produits issus de la combustion d’une bougie.


2.2 Dis comment activer un feu qui est en train de s’éteindre.
2.3 Cite deux moyens utilisés pour maîtriser un feu qui s’étend

3.

3.1 Cite les différents états physiques de l’eau


3.2 Donne le nom de chacune des transformations indiquées par les flèches dans le Doc.2 du support. Utilise
uniquement les chiffres.
3.3 Dis d’une part la température à laquelle l’eau se solidifie puis d’autre part la température à laquelle elle
bout.

FIN !!!
CEG LES PYLÔNES
03 BP 3621
Tél.: 21 38 24 35
COTONOU

PREMIERE SERIE DES DEVOIRS SURVEILLES DU SECOND SEMESTRE


EPREUVE : PCT CLASSE : 5ème DUREE : 1H 30

Compétences disciplinaires évaluées :


CD N°1: Élaborer une explication d'un fait ou d'un phénomène de son environnement naturel ou construit en
mettant en œuvre les modes de raisonnement propres à la Physique, Chimie et la Technologie.
CD N°2: Exploiter la Physique, Chimie et la démarche Technologique dans la production, l’utilisation et la
réparation d’objets technologiques.
CD N°3: Apprécier l’apport de la Physique, Chimie et la Technologie par rapport à la vie de l’homme.
Critères de perfectionnement CTV8: Communiquer de façon précise et appropriée.

Contexte :
Yémi et Baké » sont deux élèves de 5éme. Elles racontent des faits qu’elles ont vécus.
*Yémi dit : « pour préparer une sauce, j’utilise une solution de sel de cuisine en faisant dissoudre une masse
m de soluté dans un volume v d’eau. Lors de l’assaisonnement, le reste du sel s’est renversé dans la solution.
A ma grande surprise, il restait encore des cristaux dans la solution.»
Baké dit : « j’ai allumé une lampe de poche la nuit. La zone éclairée sur le mur est circulaire et le derrière
du mur reste non éclairé. » Les deux élèves te sollicitent pour les aider à expliquer ces différents faits.
support :
 Le soluté est le chlorure de sodium de formule chimique NaCl et de masse m=11,7g
 Volume d’eau utilisée v= 2L
 Masses molaires atomiques en gramme par mole : M(Na)=23 ;M(Cl)=35,5.
Tâche : Explique les faits.
1.
1.1. Précise le solvant et le soluté de la solution préparée par Yémi.
1.2. Explique pourquoi on peut qualifier la solution de Yémi d’une solution aqueuse.
1.3. Calcule la concentration massique Cm de la solution préparée par Yémi

2.
2.1. Donne la nature (solution diluée, concentrée ou saturée) de la solution contenant des cristaux de sel.
2.2. Détermine la masse molaire moléculaire du chlorure de sodium.
2.3. Calcule la concentration molaire C de la solution préparée par Yémi
3.
3.1. Définis les termes suivants et donne un exemple dans chaque cas :
-source primaire de lumière ;
-Récepteur de lumière ;
- Corps opaque.
3.2. Explique pourquoi le derrière du mur n’est pas éclairé.
3.3. Complète le texte suivant en utilisant les lettres. (Ne pas recopier)
Tout corps qui arrête la lumière est un corps…..a…tandis qu’un corps …b….se laisse traverser par toute
la lumière. Un corps…..c……laisse passer une partie de la lumière reçue.
CEG LES PYLÔNES
03 BP 3621
Tél.: 21 38 24 35
COTONOU

PREMIERE SERIE DES DEVOIRS SURVEILLES DU SECOND SEMESTRE


EPREUVE : PCT CLASSE : 4ème DUREE : 1H 30

Compétences disciplinaires évaluées :


CD N°1: Élaborer une explication d'un fait ou d'un phénomène de son environnement naturel ou construit en
mettant en œuvre les modes de raisonnement propres à la Physique, Chimie et la Technologie.
CD N°2: Exploiter la Physique, Chimie et la démarche Technologique dans la production, l’utilisation et la
réparation d’objets technologiques.
CD N°3: Apprécier l’apport de la Physique, Chimie et la Technologie par rapport à la vie de l’homme.
Critères de perfectionnement CTV8: Communiquer de façon précise et appropriée.
A. CHIMIE ET TECHNOLOGIE
CONTEXTE :
La matière est formée d’espèces chimiques qui se différencient par leur nature ou leur constitution :
il s’agit des atomes, des ions et des molécules.
Comment se forment les ions et les molécules ?
SUPPORT :
 Une solution d’acide méthanoïque contient les espèces chimiques suivantes : 𝐻3 𝑂+ ; 𝐻2 𝑂; 𝑂𝐻 − ;
𝐻𝐶𝑂𝑂− ; 𝐻𝐶𝑂𝑂𝐻.

 Modèle moléculaire d’une molécule :

La boule noire ( ) désigne un atome de carbone (C)

La boule blanche ( ) désigne un atome d’hydrogène (H)

Tableau à remplir :

Type de liaison covalente Formule brute Atomicité

 Données :
 Numéro atomique du chlore 𝐶𝑙 : 𝑍 = 17
 Charge élémentaire : 𝑒 = 1,6. 10−19 𝐶

Tâche : Explique les faits.

1.
1.1. Dis comment se forme une molécule puis classe les espèces chimiques de la solution d’acide
méthanoïque en : ion, molécule, anion et cation.
1.2. Explique la formation de l’ion chlorure 𝐶𝑙 − et écris son équation d’ionisation puis calcule sa charge.
1.3. Utilise le modèle moléculaire pour remplir le tableau du support après l’avoir reproduit sur ta feuille.

B. PHYSIQUE ET TECHNOLOGIE
CONTEXTE :
Différentes situations de la vie courantes mettent en jeu des interactions mécaniques et forces.
Qu’est-ce qu’une force et quelles sont ses caractéristiques ?
SUPPORT :
Voici une situation de vie courante :
Ulric, Éric et Cosme se disputent un petit anneau circulaire sur lequel sont attachés trois fils. Chacun
d’eux tire de toutes ses forces sur l’extrémité de l’un des fils. A leur grande surprise, l’anneau est resté
immobile.
 Les forces ont la même direction que les fils.
 L’anneau sera représenté par un point O

Force exercée Ulric ( ⃗⃗⃗⃗


𝑭𝟏 ) Eric ( ⃗⃗⃗⃗
𝑭𝟐 ) Cosme ( ⃗⃗⃗⃗
𝑭𝟑 )

Intensité 𝑭𝟏 = 𝟑𝟓 𝑵 𝑭𝟐 = 𝟐𝟓 𝑵 𝑭𝟑 à déterminer

Echelle : 1 cm pour 5 N

Fil de Cosme

Horizontale
20 °
50 °
Fil de Ulric

Fil
de
Éric

Tâche : Explique pourquoi l’anneau est immobile.

2.
2.1. Définis interaction mécanique et énonce le principe des interactions mécaniques.
2.2. Définis force et résultante de deux forces.
2.3. Représente l’anneau par un point et construis les forces ⃗⃗⃗⃗
𝑭𝟏 et ⃗⃗⃗⃗𝑭𝟐 .
3.
3.1. Construis sur la même figure la résultante ⃗⃗⃗
𝑹 des forces ⃗⃗⃗⃗
𝑭𝟏 et𝑭⃗⃗⃗⃗𝟐 .
3.2. Explique le fait que l’anneau est resté immobile.
3.3. Donne les caractéristiques de la force ⃗⃗⃗⃗
𝑭𝟑 et représente-la.

FIN !!!
CEG LES PYLÔNES
03 BP 3621
Tél.: 21 38 24 35
COTONOU

PREMIERE SERIE DES DEVOIRS SURVEILLES DU SECOND SEMESTRE


EPREUVE : PCT CLASSE : 2de C DUREE : 3H

Compétence disciplinaire évaluées


CDI : Elaborer une explication d’un fait ou d’un phénomène de son environnement naturel ou construit en mettant
en œuvre les modes de raisonnement propre aux Sciences Physique, Chimique et Technologie.
CRITERES DE PERFECTIONNEMENT
- Rédaction sans fautes et sans ratures
- Production bien faite.
A- CHIMIE ET TECHNOLOGIE
Contexte :
Hervé, jeune élève en classe de 4ème, rend visite à son cousin Blémir qui est en classe de 2nde.
Ce dernier lui raconte ce qui suit « Nous avons appris en classe que le sel de cuisine que nous
consommons est du chlorure de sodium qui est un solide blanc cristallisé. Lorsqu’on représente le
modèle ionique du sel gemme avec des boules grises pour les ions sodium (𝑁𝑎 + ) et des boules vertes
pour les ions chlorure (𝐶𝑙 − ) ; cela confirme l’aspect ordonné du cristal qu’on observe à la loupe. Le
sel décrépite au chauffage suite à l’évaporation de l’eau qu’il contient. Le sel est une matière
importante pour l’industrie chimique. Il est possible de réaliser l’électrolyse du sel de cuisine fondu…
».
Après avoir écouté attentivement son ami, Hervé rétorque : « Tout cela est bien beau, mais je
pense que, tout ce que tu viens de dire n’est que la théorie ». Pour convaincre son ami, Blémir l’amène
voir le laborantin Boukari, qui par des expériences, a montré à Hervé la véracité des propos de
Blémir.
Informations et données :
- Le laborantin a fait observer aux enfants un grain de sel au microscope et a réalisé avec eux,
l’électrolyse du chlorure de sodium fondu. Il recueille à cet effet 2,4𝐿 de dichlore (𝐶𝑙2).
- On donne la masse atomique molaire en 𝑔. 𝑚𝑜𝑙 −1 : 𝑀(𝑁𝑎) = 23 ; 𝑀 (𝐶𝑙) = 35,5
- Le volume molaire des gaz 𝑉𝑚 = 24𝐿. 𝑚𝑜𝑙 −1.
- La valeur absolue de la charge d’une mole d’électron est 96500𝐶
- Le réseau cristallin du sel possède des faces dont un côté est 𝑎, de coefficient de réduction 𝑐 et
1
d’angle d’inclinaison  = 30°. 𝑎 = 4𝑐𝑚 et 𝑐 = 2
Tâche : Pour ton évaluation, tu es invité (e) à élaborer une explication sur la structure et l’électrolyse
du chlorure de sodium.

1.
1.1. Faire une description sommaire du réseau cristallin du sel utilisé par le laborantin.
1.2. Faire la représentation de ce réseau.
1.3. Faire une étude statistique de ce réseau.
2.
2.1. Etablir l’expression de la masse volumique de ce réseau en fonction de a puis calculer.
2.2. Faire le schéma du montage de l’électrolyse du chlorure de sodium fondu.
2.3. Ecrire les réactions à l’anode et à la cathode de l’électrolyseur.
3.
3.1. Trouver la masse de sodium métallique produit simultanément.
3.2. Déterminer la masse de chlorure de sodium électrolysé.
3.3. Faire une étude comparée de l’électrolyse chlorure de sodium fondu et du chlorure de sodium
en solution.

B- PHYSIQUE ET TECHNOLOGIE
Contexte :
Des élèves d’une seconde scientifique décident de fabriquer un générateur de courant
électrique continu appelé « générateur auxiliaire » pour alimenter un détecteur de courant
électrique. Afin de concrétiser leur projet, ils décident de rechercher la valeur 𝑅0 de la résistance
variable du générateur axillaire pour qu’il délivre entre ses bornes N et P une tension égale à celle de
la pile utilisée au niveau du détecteur de courant électrique.

Support

Schémas des montages électroniques

 Informations et données numériques


 Amplificateur opérationnel est idéal
 La D.E.L. est idéale et sa tension de seuil est nulle
 Le transistor fonctionne en régime linéaire et le coefficient d’amplification du courant vaut 𝛽 = 50
 𝑅1 = 2 𝑘𝛺 ; 𝑅2 = 3 kΩ; 𝑅𝐵 = 3,5 𝑘𝛺 ; 𝑅𝑐 = 50𝛺 ; 𝑈𝐶𝐸 = 4𝑉; 𝑈𝐵𝐸 = 0,6𝑉

Tâche : Expliquer le fonctionnement d'un composant électrique utilisé dans la réalisation d'un
montage électronique. .

1.
1.1. Donner en justifiant le nom du type de transistor utilisé dans le montage du détecteur.
1.2. Reproduire le schéma du détecteur en y indiquant le sens de chaque courant.
1.3. Donner la relation entre les courants de base 𝐼𝐵 , du collecteur 𝐼𝐶 et de l’émetteur 𝐼𝐸 en fonction du
coefficient d’amplification 𝛽.

2.
2 . 1 . Déterminer, lorsqu'on relie les bornes 𝐴 et 𝐹 du détecteur de courant électrique par un fil de résistance
négligeable, les valeurs des intensités 𝐼1 𝑒𝑡 𝐼2 .
2 . 2 . Evaluer le courant 𝐼𝐶 dans le collecteur du transistor.
2 . 3 . Calculer la valeur de la tension UPN qui doit alimenter le détecteur de courant électrique.
3.
3.1. Rappeler les conditions de fonctionnement en régime linéaire d’un amplificateur opérationnel.
3.2. Etablir, au niveau du générateur auxiliaire, une relation entre :
∙ 𝐼1 e t 𝐼2 ;
∙ 𝐼 0 et 𝐼3 ;
∙ 𝑅1 , 𝑅2 , 𝐼0 et 𝐼1 .
3.3. Etablir l'expression de la tension 𝑈𝑃𝑁 délivrée par générateur auxiliaire en fonction de 𝑅0 , 𝑅1 , 𝑅2 et 𝐼1
puis calculer 𝑅0 .

FIN !!!
CEG LES PYLÔNES
03 BP 3621
Tél.: 21 38 24 35
COTONOU

PREMIERE SERIE DES DEVOIRS SURVEILLES DU SECOND SEMESTRE


EPREUVE : PCT CLASSE : 2de D DUREE : 3H

Compétences disciplinaires évaluées :


CD N°1: Élaborer une explication d'un fait ou d'un phénomène de son environnement naturel ou construit en
mettant en œuvre les modes de raisonnement propres à la Physique, Chimie et la Technologie.
CD N°2: Exploiter la Physique, Chimie et la démarche Technologique dans la production, l’utilisation et la
réparation d’objets technologiques.
CD N°3: Apprécier l’apport de la Physique, Chimie et la Technologie par rapport à la vie de l’homme.
Critères de perfectionnement CTV8: Communiquer de façon précise et appropriée.

A. CHIMIE ET TECHNOLOGIE
Contexte
Sous la supervision de leur professeur de PCT assisté du laborantin, un groupe d’apprenants
exécute les manipulations suivantes :
∙ L’observation d’un cristal de chlorure de sodium au microscope;
∙ La réalisation de l’électrolyse du chlorure de sodium aussi bien à l’état fondu qu’en solution
aqueuse ;
∙ La détermination de la formule statistique de quelques solides ioniques.
Un des membres du groupe s’interroge sur certains aspects théoriques et certains résultats
de ces expériences.

Support :
 Rayon de chaque type d’ions observés dans la maille du chlorure de sodium :
 Ion positif : 𝑟 + = 160 𝑝𝑚
 Ion négatif : r − = 183 𝑝𝑚

 Lors de l’électrolyse du chlorure de sodium en fusion, on recueille un volume de 640 𝑐𝑚3 de gaz.
L’électrolyse de la solution aqueuse du chlorure de sodium a permis d’obtenir une masse 𝑚 =
0,1 𝑘𝑔 d’hydroxyde de sodium (𝑁𝑎𝑂𝐻).
 Quelques solides ioniques: sulfate d’ammonium ; phosphate d’argent ; nitrate d’argent ; carbonate
de magnésium.
 Masses molaires atomiques en g/mol : M(C) = 12 ; M (O ) = 16 ; M( H) = 1 ; M ( Na) = 23. M(Mg)
= 24 ; M (Cℓ ) =35,5.

 Volume molaire gazeux dans les conditions des expériences : Vo = 24 L⁄mol.

Tâche : Expliquer des réactions chimiques.


1.
1.1. Montrer qu’une maille de chlorure de sodium contient autant d’ions sodium (Na+) que d’ions
chlorure (Cℓ− ).
1.2. A partir d’un schéma clair d’une face de la maille, calculer l’arête de la maille cubique du
chlorure de sodium observé au microscope par les élèves.
1.3. Déduire la diagonale de cette face.
2.
2.1. Représenter le schéma du dispositif expérimental utilisé pour faire l’électrolyse du chlorure de
sodium en fusion.
2.2. Donner une interprétation, avec des équations chimiques à l’appui, des réactions chimiques
produites au niveau de chaque électrode.
2.3. Calculer la masse du métal déposé dans l’électrolyseur.
3.
3.1. Interpréter chacune des réactions chimiques produites aux électrodes puis écrire l’équation-
bilan de l’électrolyse de la solution aqueuse du chlorure de sodium.
3.2. Déterminer la masse de chlorure de sodium utilisé pour réaliser cette électrolyse puis le
volume du gaz dégagé à la cathode.
3.3. Apres avoir identifié (Nom et Formule) des ions utilisés, donner la formule statistique des
solides ioniques du support.
B. PHYSIQUE ET TECHNOLOGIE
Contexte :
Lors d’une séance de travaux dirigés, un professeur de PCT soumet ses apprenants à l’étude de
trois situations portant sur le fonctionnement d’un transistor, d’un point de fonctionnement et d’un
circuit électrique. Après trente minutes de travail, le professeur remarque que ses apprenants
n’arrivent pas à exploiter et expliquer les situations-problèmes.
Support
Situation 1 : Etude d’un circuit électrique 𝐴

𝐼1 𝐼 𝐼2

𝑅1 𝑅2

(𝐸, 𝑟)

∙ Valeur des résistances : 𝑅1 = 40 Ω ; 𝑅2 = 50 Ω


∙ Caractéristiques du générateur : 𝐸 = 12 𝑉 et 𝑟 = 2 Ω

Situation 2 : Etude d’un transistor

𝐴 𝐷
𝑃
𝐼1
𝑅𝐶
𝑅
𝐶
𝐵 (𝐸 ; 𝑟 = 0)
𝐸

𝑅𝐸

𝐼2
𝑁
𝐹 𝑀
Le transistor du montage est caractérisé par :
∙ Coefficient d’amplification du courant : 𝛽 = 80 ;
∙ 𝑈𝐵𝐸 = 0,7 𝑉 ; 𝑅 = 2000 Ω ; 𝑅𝐸 = 200 Ω et 𝐸 = 20 𝑉 ;
∙ Diode Zéner idéale avec 𝑈𝑧 = 6,2 𝑉 ;
∙ Le transistor devient saturé si 𝑈𝐶𝐸 ≤ 0,2 𝑉.
Situation 3 : Détermination du point de fonctionnement d’un circuit électrique.
Tableau relatif aux valeur relevées pour tracer les caractéristiques d’un conducteur ohmique de
résistance 𝑅 et d’une pile 𝐺(𝐸, 𝑟).

I en mA 20 30 40 50 60 70 80

𝑈𝑅 en V 0,7 1 1,3 1,65 2,0 2,3 2,65

𝑈𝐺 en V 3,6 3,4 3,2 3 2,8 2,6 2,4

Echelle : 1 𝑐𝑚 → 0,5 𝑉 et 1 𝑐𝑚 → 10 𝑚𝐴

Tâche : Expliquer les faits


Consignes :
1.
1.1. Ecrire la loi d’ohm aux bornes d’un générateur et d’un conducteur ohmique.
1.2. Calculer l’intensité 𝐼 du courant débité par le générateur.
1.3. Calculer les intensités 𝐼1 et 𝐼2 qui traverse les résistances 𝑅1 et 𝑅2 .

2.
2.1. Reproduire le circuit de la situation 2 tout en précisant le sens du courant qui traverse chaque
dipôle.
2.2.
a. Montrer à partir d’un raisonnement clair et cohérent que le courant 𝐼𝐶 au collecteur est :
𝛽 𝑈𝑍 −𝑈𝐵𝐸
𝐼𝐶 = 𝛽+1 ( )
𝑅𝐸
b. Calculer 𝐼𝐶 ; 𝐼𝐵 ; 𝐼𝐸 et 𝐼1 .
2.3. Calculer la valeur minimale de la résistance 𝑅𝐶 pour que le transistor soit saturé.

3.
3.1. Faire le schéma du montage permettant d’effectuer les mesures du tableau puis tracer les
deux caractéristiques intensité-tension dans un même repère.
3.2. Déterminer graphiquement les coordonnées du point de fonctionnement 𝑃 de ce circuit puis
retrouver leurs expressions en fonction de 𝐸, 𝑟 et 𝑅.
3.3. Déterminer la valeur de la 𝑓. é. 𝑚. 𝐸 puis celle de la résistance interne 𝑟.

FIN !!!
CEG LES PYLÔNES
03 BP 3621
Tél.: 21 38 24 35
COTONOU

PREMIERE SERIE DES DEVOIRS SURVEILLES DU SECOND SEMESTRE


EPREUVE : PCT CLASSE : 1ère C DUREE : 4H

Compétences disciplinaires évaluées :


CD N°1: Élaborer une explication d'un fait ou d'un phénomène de son environnement naturel ou construit en
mettant en œuvre les modes de raisonnement propres à la Physique, Chimie et la Technologie.
CD N°2: Exploiter la Physique, Chimie et la démarche Technologique dans la production, l’utilisation et la
réparation d’objets technologiques.
CD N°3: Apprécier l’apport de la Physique, Chimie et la Technologie par rapport à la vie de l’homme.
Critères de perfectionnement CTV8: Communiquer de façon précise et appropriée.

A. CHIMIE ET TECHNOLOGIE
Contexte
Afin de mieux protéger les populations le ministère du commerce en collaboration avec
un institut de recherche a mis en place une structure spécialisée chargée de vérifier la qualité
des produits importes et vendus sur nos marches. La première étape de ce contrôle consiste
à doser certains produits.

Informations et données numériques


Document1
On dispose de quatre flacons 𝐴, 𝐵, 𝐶 et 𝐷 contenant respectivement une solution verte
de chlorure de fer II, une solution bleue de sulfate de cuivre II, une solution d’acide
chlorhydrique et une solution de chlorure de zinc.
On dispose également de deux lames en fer et une lame en zinc.

Oxydation ménagée d’un alcool par une solution


L’oxydation ménagée en milieu acide du 2 − 𝑚é𝑡ℎ𝑦𝑙𝑝𝑟𝑜𝑝𝑎𝑛 − 1 − 𝑜𝑙 de formule semi-
développée 𝐶𝐻3 − 𝐶𝐻(𝐶𝐻3 ) − 𝐶𝐻2 𝑂𝐻 par l’ion dichromate (𝐶𝑟2 𝑂72− ) conduit
successivement à un composé 𝐹 puis à un composé 𝐺. Au cour de cette oxydation, l’ion
dichromate (𝐶𝑟2 𝑂72− )est réduit en ion chrome 𝐶𝑟 3+ .
Volume de la solution de dichromate de potassium utilisé 𝑉 = 300𝑐𝑚3 .
Masse du composé 𝐺 obtenue 𝑚 = 8,8𝑔.
Masse molaire atomique en 𝑔. 𝑚𝑜𝑙−1 : 𝐶 : 12 ; 𝐻 : 1 ; 𝑂 : 16.

Etude d’une pile zinc/cuivre


Une pile constituée des couples redox 𝐶𝑢2+ /𝐶𝑢 et 𝑍𝑛2+ /𝑍𝑛 débite un courant de
0,68 𝐴 pendant une durée 𝑡 = 2ℎ𝑒𝑢𝑟𝑒𝑠.
Le volume de chaque solution constituant la pile vaut 𝑉 = 100𝑐𝑚3 .
𝐸 𝑜 (𝑍𝑛) = −0,76𝑉 ; 𝐸 𝑜 (𝐶𝑢 ) = 0,34 𝑉 ; Masse molaire atomique en 𝑔. 𝑚𝑜𝑙 −1 : 𝑍𝑛 : 65,4 ;
𝐶𝑢 : 64.
Toutes les concentrations en ion cation sont 0,1𝑚𝑜𝑙/𝐿 en 𝑔/𝑚𝑜𝑙
Tache
Consignes
1.
1.1. Définir : réducteur, oxydant et oxydoréduction.
1.2. Ecrire les couples redox métalliques du document 1.
1.3. Expliquer l’obtention de la solution 𝐴 par deux méthodes

2.
2.1. Identifier le nom et la formule semi-développée des composés 𝐹 et 𝐺 puis écrire
l’équation bilan de la transformation du :
– 2 − 𝑚é𝑡ℎ𝑦𝑙𝑝𝑟𝑜𝑝𝑎𝑛 − 1 − 𝑜𝑙 en 𝐹 ;
– 𝐹 en 𝐺 ;
– 2 − 𝑚é𝑡ℎ𝑦𝑙𝑝𝑟𝑜𝑝𝑎𝑛 − 1 − 𝑜𝑙 en 𝐺.
2.2. Déterminer la concentration molaire de la solution de dichromate de potassium
nécessaire pour obtenir la masse 𝑚 du composé 𝐺 à partir du 2 − 𝑚𝑒𝑡ℎ𝑦𝑙𝑝𝑟𝑜𝑝𝑎𝑛 − 1 −
𝑜𝑙.
2.3. Déterminer la masse de 𝐹 correspondante.

3.
3.1. Faire le schéma conventionnel de la pile en précisant les polarités et écrire sa réaction
de débit.
3.2. Calculer la f.é.m. initiale de la pile et la quantité d’électricité ayant traversée le circuit
pendant la durée 𝑡.
3.3. Déterminer la variation de masse de chaque électrode puis déterminer la concentration
molaire des ions 𝑍𝑛2+ après 2 heures d’utilisation de la pile.

B. PHYSIQUE ET TECHNOLOGIE
Contexte
Les effets du champ électrostatique sont très souvent utilisés dans les dispositifs tel
que le canon a électron les postes-téléviseur à travers les interactions électrostatiques et le
comportement des particules électrisées dans le champ électrostatique uniforme il s’agit
donc d’évaluer :
- l’interaction électrostatique ;
- La superposition des champs électriques ;
- La charge électrique d’une boule métallisée ;
- L’étude dynamique du mouvement d’un électron dans un champ uniforme.

Informations et données numériques


 Interaction entre deux particules ponctuelles identiques
Deux particules ponctuelles identiques situées à une distance 𝑑 l’une de l’autre
subissent une force d’interaction de valeur 𝐹𝑜 = 1𝑁.
Un ensemble de 3 charges 𝑞𝐴 ; 𝑞𝐵 et 𝑞𝐶 sont respectivement situées au point A , 𝐵 et 𝐶. On
donne : 𝑞𝐴 = 𝑞𝐵 = −𝑞𝐶 = 1µ𝐶 ; 𝐴𝐶 = 2𝐴𝐵 = 50𝑐𝑚 et 𝐴𝐵 = 𝐵𝐶 𝑘 = 9. 109
(figure1)
𝐴 𝐵 𝐶
figure 1
 Superposition des champs électriques en un point de l’espace
𝐴𝐵𝐶 est un triangle équilatéral tel que 𝐴𝐵 = 10𝑐𝑚 et 𝑂 milieu de 𝐴𝐵 (figure 2). On place
respectivement en A et B, les charges 𝑞 et 𝑞’ opposées. La charge 𝑞 crée en O un champ 𝐸𝑜
et en C un champ 𝐸1 . On donne : 𝑞 = −𝑞’ = 5µ𝐶

𝐵 𝐴
𝑂
Figure 2
𝑃 𝑃′
Figure 3
 Schéma du dispositif pour la détermination de la charge d’une boule électrisée
Distance entre les plaques 𝑃 et 𝑃’ : 𝑑 = 10𝑐𝑚
Différence de potentiel entre les plaques : 𝑈𝑃𝑃′ = 104 𝑉 et l’angle de déviation du pendule
à l’intérieur du champ créé entre les deux plaques 𝑃 et 𝑃’ : 𝜃 = 30𝑜
Masse de la boule 𝑚 = 0,5𝑔 (figure3)

 Etude du mouvement des électrons dans un condensateur plan


𝑃1 et 𝑃2 sont 2 plaques de longueur 𝑙 et distante de 𝑑 = 6𝑐𝑚.
𝑈 = 𝑉𝑝1 − 𝑉𝑝2 = 1200 𝑉
on donne: 𝑉𝑜 = 104 𝑘𝑚. 𝑠 −1 , 𝑚𝑒 = 9,1. 10−31 𝑘𝑔; 𝐾𝑆 = 1,3𝑐𝑚 ; 𝑔 = 10𝑁. 𝑘𝑔−1 , 𝑒 =
1,6. 10−19 𝐶 (figure4). 𝑃 1

𝑆
⃗0
𝑉
𝑂 𝐾
𝐼

𝑃2
Figure 4
Tâche : Expliquer les faits
Consignes
1.
1.1. Enoncer la loi de coulomb puis déterminer la valeur commune des deux charges lors de
l’interaction entre les deux particules ponctuelles identiques.
1.2. Déterminer le champ résultant et la force électrostatique qui s’exerce sur la charge 𝑞𝐴
(figure1) par les autres charges 𝑞𝐵 et 𝑞𝐶
𝐸
1.3. Montrer que 𝐸𝑜 = 1,8. 107 𝑉. 𝑚−1 et 𝐸1 = 𝑜 (figure 2)
4

2.
2.1. Déterminer les caractéristiques du champ résultant en 𝑂 et en 𝐶 (figure 2).
2.2. Dire comment produire un champ électrique uniforme puis déterminer les
caractéristiques du champ électrostatique entre les plaques 𝑃 et 𝑃’ (figure3).
𝑞
2.3. Calculer le rapport puis donne sa signification et son unité.
𝑚
– Déduire la valeur de la charge 𝑞 de la boule (figure 3).

3. (figure 4)
3.1. Déterminer le travail accompli par un électron entre 𝑂 et 𝑆.
3.2. Justifier le sens de déviation des électrons entre les plaques 𝑃1 et 𝑃2 puis déterminer les
potentiels électrostatiques 𝑉𝐼 , 𝑉𝑆 et 𝑉𝐾 .
3.3. Déterminer les énergies potentielles électrostatiques en 𝑂 et 𝑆 puis déduire l’énergie
cinétique à la sortie des électrons en kilo-électrons-volt (𝑘𝑒𝑉).

FIN !!!
CEG LES PYLÔNES
03 BP 3621
Tél.: 21 38 24 35
COTONOU

PREMIERE SERIE DES DEVOIRS SURVEILLES DU SECOND SEMESTRE


EPREUVE : PCT CLASSE : 1ère D DUREE : 4H

Compétences disciplinaire évaluées : CD1


Critère de perfectionnement : Communiquer de façon précise et concise sur une copie sans rature avec des
applications littérales et numériques bien encadrées.

A/ CHIMIE ET TECHNOLOGIE
Contexte :
John, au cours d’une recherche documentaire, retrouve dans une revue scientifique les résultats
d’une série d’expériences sur deux composés 𝐸 et 𝐹.
Il décide d’identifier le composé 𝐸 et d’écrire les formules semi-développées possibles du composé
𝐹.
Support
 Le composé 𝐸 est un ester préparé par action d’un acide carboxylique saturé 𝐴 sur un alcool 𝐵.
∙ L’ester 𝐸 contient environ 27,6 % d’oxygène en masse.
∙ La molécule de l’alcool 𝐵 possède quatre atomes de carbone.
∙ Pour identifier l’alcool 𝐵, on réalise son oxydation ménagée. On obtient un produit qui donne un
précipité jaune avec la 2,4-dinitrophénylhydrazine (2,4 − 𝐷𝑁𝑃𝐻), et est sans action sur le réactif
de schiff.
∙ L’alcool 𝐵 est le produit unique de l’hydratation d’un alcène 𝐶.
 Dans les conditions où le volume molaire gazeux est 𝑉𝑜 = 25 𝐿. 𝑚𝑜𝑙 −1 , La combustion complète
d’une masse 𝑚 = 3,44 𝑔 d’un composé organique 𝐹 de formule Cx Hy O donne de l’eau et un
volume 𝑉 = 5 𝐿 de dioxyde de carbone. La densité de vapeur du composé 𝐹 est 𝑑 = 2,97.
Lorsqu’on verse quelques gouttes du composé 𝐹 dans un tube à essais contenant la 2,4 − 𝐷𝑁𝑃𝐻
on obtient un précipité jaune.

Tâche : Expliquer des faits.


1.
1.1. Déterminer la formule brute de l’ester 𝐸.
1.2. Ecrire la formule brute, la formule semi-développée et le nom de l’acide carboxylique 𝐴.
1.3. Ecrire les formules semi-développées possibles et noms de l’alcool 𝐵.
2.
2.1. Identifier l’alcool 𝐵 en menant un raisonnement clair.
2.2. Ecrire l’équation-bilan de la réaction entre l’acide 𝐴 et l’alcool 𝐵.
 Nommer cette réaction puis donner ses caractéristiques.
2.3. Ecrire la formule semi-développée et le nom de l’alcène 𝐶. Représenter les isomères 𝑍 et 𝐸 de cet
alcène.
3.
3.1. Ecrire l’équation de la réaction de combustion complète du composé 𝐹.
3.2. Déterminer la formule brute du composé 𝐹.
3.3. Ecrire les formules semi-développées possibles et noms de 𝐹.
B/ PHYSIQUE ET TECHNOLOGIE

Contexte
Deux amis Zo et Gilles, élèves en classe de 1ière scientifique discutent à propos de trois
évaluations. La première porte sur la situation d’apprentissage 1 et les deux dernières portent sur la
situation d’apprentissage 3. Bob, un camarade de classe des deux amis, qui a suivi toute la discussion,
leur demande de se rapprocher de leur professeur des 𝑃𝐶𝑇 pour avoir plus d’explication.

Support :
Evaluation n°1 :
Une piste verticale est constituée d’une partie circulaire 𝐴𝐵 qui est un quart de cercle de rayon
𝑟 = 32 𝑚.
Une petite sphère métallique (𝑆) de masse 𝑚 = 200𝑔 supposée ponctuelle est abandonnée en
𝐴 sans vitesse initiale.
On donne : 𝑔 = 9,8𝑁/𝑘𝑔

𝐴 𝑂
𝛼

Les frottements sont négligeables sur cette piste et le plan horizontal passant par B sera pris
pour état de référence de l’énergie potentielle de pesanteur.

Evaluation N°2 :
Soit un carré ABCD et O son centre. Une charge 𝑞 = 1𝜇𝐶 placée en A crée en O un champ électrique
𝐸0 = 2. 103 𝑉/𝑚.

𝐴𝐵 = 𝐵𝐶 = 𝐶𝐷 = 𝐴𝐷 = 4 𝑐𝑚 et 𝑞 = 1𝜇𝐶
𝐵 Echelle: 1cm→ 103 𝑉/𝑚
𝐴

𝐷 𝐶
Evaluation N°3:
Un pendule électrique constitué d’une petite sphère isolante B de masse m et de charge q est
suspendu entre deux plaques métalliques verticales 𝑃1 et 𝑃2 distantes de d comme l’indique la figure
ci-dessous.

𝑃1 𝑃2
On donne :
𝑚 = 0,2𝑔 ; 𝑞 = 2. 10−8 𝐶 ; 𝑑 = 20𝑐𝑚
La tension entre 𝑃1 et 𝑃2 : 𝑈 = 𝑈𝑃1 𝑃2 = 4𝑘𝑉
Intensité de pesanteur : g = 9,8N/kg
𝑈

Tâche : Expliquer les faits et prendre position.


1.
1.1 Exprimer et calculer l’énergie mécanique 𝐸𝐴 de la petite sphère au point 𝐴.
1.2 Appliquer la conservation de l’énergie mécanique pour calculer la vitesse de (𝑆) lors de son
passage en 𝐵.
1.3 Exprimer la vitesse 𝑉𝑁 de la sphère (𝑆) au point N en fonction de 𝑔, 𝑟 et 𝛼 en appliquant le
théorème de l’énergie cinétique.
 Calculer cette vitesse lorsque la sphère arrive au point 𝐵.
2.
2.1 Dire quand est-ce que le champ créé en un point par une charge ponctuelle q est :
a. Centrifuge ;
b. Centripète.
2.2 Représenter le vecteur champ électrique 𝐸⃗ créé en O lorsqu’on place en chacun des points A, B,
C et D la même charge q.
2.3 Déterminer les caractéristiques de ce champ 𝐸⃗ créé en O.
3.
3.1 Déterminer les caractéristiques du champ 𝐸⃗0 créé entre les plaques 𝑃1 et 𝑃2 (on admettra que 𝐸⃗0
est uniforme et n’est pas perturbé par la charge 𝑞)
3.2 Faire un schéma montrant l’inclinaison subie par le pendule, le sens de 𝐸⃗0 et toutes les forces
appliquées au pendule.
3.3 Calculer l’angle d’inclinaison 𝛼 entre le fil et la verticale lorsque le pendule est en équilibre.

FIN !!!
CEG LES PYLÔNES
03 BP 3621
Tél.: 21 38 24 35
COTONOU

PREMIERE SERIE DES DEVOIRS SURVEILLES DU SECOND SEMESTRE


EPREUVE : PCT CLASSE : Tle C DUREE : 4H

Compétences disciplinaires évaluées :


CD N°1: Élaborer une explication d'un fait ou d'un phénomène de son environnement naturel ou construit en
mettant en œuvre les modes de raisonnement propres à la Physique, Chimie et la Technologie.
CD N°2: Exploiter la Physique, Chimie et la démarche Technologique dans la production, l’utilisation et la
réparation d’objets technologiques.
CD N°3: Apprécier l’apport de la Physique, Chimie et la Technologie par rapport à la vie de l’homme.
Critères de perfectionnement CTV8: Communiquer de façon précise et appropriée.
C. CHIMIE ET TECHNOLOGIE
CONTEXTE :
Le Cheval est un animal de compagnie domestique qui est utilisé dans de nombreuses
activités. L’animal, par suite de ses activités, peut contracter le harper une maladie nerveux affectant
son système locomoteur. Pour réduire l’ampleur du happer et en tenant compte des exigences du
ministère en charge de l’environnement et de celles de ses clients, un magasin de vente de grande
surface
- Engage un vétérinaire qui utilise le phenytoïne qui résulte d’une suite de réaction en chaine ;
- Engage un laboratoire qui doit vérifier si on peut fabriquer un ester pour aromatiser les
confitures et augmenter ainsi le revenu de ses partenaires laitiers. L’ester fabriquer ne doit
pas comporter une fonction acide qui pourrait être sources d'un éventuel ulcère.
Le laboratoire doit également synthétiser la diméthylformamide (DMF) utilisé comme solvant
dans la fabrication des fibres acrylique.

SUPPORT
 Réaction de synthèse de la phénytoïne
- Dans la chaine de réactions ci-dessous, la benzaldéhyde et les intermédiaires A et B sont dits
des précurseurs de la phénytoïne. 𝑂
𝑂 𝐶
𝑁𝐻
𝑇ℎ𝑖𝑎𝑚𝑖𝑛𝑒 , 𝐾𝑂𝐻,𝐶𝑟𝑂𝐻 𝑀𝑛𝑂4− +𝐻3 𝑂 + 𝑈𝑟é𝑒,𝐾𝑂𝐻,𝑏𝑒𝑛𝑡𝑜𝑛𝑖𝑡𝑒
→ 𝐴 → 𝐵 →
𝐶 𝐻𝑁 𝐶
𝐻 𝑂
𝐶

Phénytoïne
A B
𝑂 𝑂

𝐶 𝐶
𝐶𝐻 𝐶
Formule
𝑂𝐻 𝑂
- On donne leSemi
couple oxydant / réducteur : 𝑀𝑛𝑂4− / 𝑀𝑛2+

 Synthèse duDéveloppée
dimethylformamide
- Le dimethylformamide (DMF)(voir tableau) est un solvant qui ne fournit pas de proton son
nom scientifique est le 𝑁, 𝑁 − 𝑑𝑖𝑚𝑒𝑡ℎ𝑦𝑙𝑓𝑜𝑟𝑚𝑎𝑚𝑖𝑑𝑒.
- Il peut être Nom
synthétisé directement au laboratoire à partir d’un acide carboxylique
benzoïne benzile et d’une
amine.
- Produits mobilisés pour la synthèse du DMF :
– méthanol (𝐶𝐻3 − 𝑂𝐻) ; chlorure de méthyle (𝐶𝐻3 𝐶𝑙) ; permanganate de potassium
(𝐾𝑀𝑛𝑂4 ) ; acide sulfurique (𝐻2 𝑆𝑂4 ) ; ammoniac (𝑁𝐻3 ) ; Chlorure de Thionyle (𝑆𝑂𝐶𝑙2 ).
A partir des réactifs mobilisés, on suppose totales les réactions intermédiaires conduisant au
composé du tableau ci-dessous :
Nom Diméthylformamide

Formule Semi-développée 𝐻 − 𝐶 − 𝑁 − 𝐶𝐻3

𝐶𝐻3

 Produits disponibles au laboratoire pour préparer éventuellement l’ester :


L’acide lactique : 𝐶𝐻 − 𝐶𝐻 − 𝐶𝑂𝑂𝐻
3

𝑂𝐻
L’acide acétique : 𝐶𝐻3 − 𝐶𝑂𝑂𝐻 ; L’éthanol : 𝐶𝐻3 − 𝐶𝐻2 𝑂𝐻 ; L’éthanal : 𝐶𝐻3 − 𝐶𝐻𝑂 ; le
pentachlorure de phosphore : 𝑃𝐶𝑙5
 𝐴 est un composé bifonctionnel de densité d par rapport à l’air 𝑑 = 2,55 et qui contient en masse
32,43% de carbone et 64,86% d’oxygène.
- La solution aqueuse du composé A prend une coloration rouge en présence de l’hélianthine.
- Après chauffage, le composé A réagi avec la liqueur de Fehling avec formation d’un précipité
rouge brique.
- Le composé A traité par une solution diluée de dichromate de potassium en milieu acide prend
une coloration verte.
- Le composé 𝐴 peut être obtenu par oxydation ménagée incomplète d’un autre composé
bifonctionnel 𝐵 dont les deux groupes fonctionnels sont identiques.
- Par action du sodium métallique sur le composé 𝐵 les deux groupes fonctionnels réagissent en
donnant un composé ionique 𝐷 avec un dégagement gazeux.
- On réalise la solution aqueuse de 𝐷 de concentration 𝐶 = 10−2 𝑚𝑜𝑙. 𝐿−1
Tâche : Explique les faits
Consigne
1.
1.1. Identifier les groupes fonctionnels contenus dans les précurseurs de la phénytoïne et expliquer,
équation de réaction à l’appui le passage de la benzoïne au benzile.
1.2. Préciser la famille chimique du diméthylformamide et son nom en nomenclature officielle.
1.3. Identifier le nom du chlorure d’acyle et de l’amine dont la réaction conduit au DMF puis
proposer en exploitant les réactifs, mobilisés, une série de cinq réactions permettant la
synthèse du diméthylformamide.
2.
2.1. Reproduire la formule de l’acide lactique puis entourer et nommer les groupes fonctionnels
qu’il comporte.
2.2. Indiquer le groupe fonctionnel de l’acide lactique qui doit réagit avec l’un des produits
disponibles au laboratoire pour préparer l’ester qui répond au critère défini par le magasin puis
écrire l’équation de la réaction d’estérification et en préciser les caractéristiques.
2.3. Un dérivé de l’acide lactique préparé au laboratoire permet d’obtenir cet ester par une réaction
totale. Ecrire l’équation de cette réaction d’estérification et en préciser les caractéristiques.
3.
3.1. Déterminer la formule semi-développée du composé 𝐴.
3.2. Ecrire l’équation bilan de la réaction d’oxydation du composé 𝐴 par le dichromate de potassium.
3.3. Donner la formule semi-développée et le nom du composé 𝐵.
∙ Ecrire l’équation de la réaction du composé 𝐵 avec le sodium métallique.
∙ Calculer le pH de la solution aqueuse de 𝐷.
D. PHYSIQUE ET TECHNOLOGIE
Contexte
L’oscillateur mécanique harmonique, l’amortissement et l’entretien des oscillations
électriques sont des phénomènes primordiaux de la PCT. L’importance théorique, pourtant grande
de ces phénomènes est largement surpassée par leur importance pratique.
En effet c’est grâce à
 L’Entretien qu’on peut rendre sinusoïdale les oscillations au niveau d’un oscillateur.
 Le fonctionnement de la remorque d’une automobile est régi par les oscillations mécaniques :
Comment s’expliquent ces phénomènes ?
SUPPORT
 En vue d’étudier expérimentalement un circuit oscillant, on réalise le montage de la figure 1. Le
condensateur à une capacité 𝐶 = 0,1𝜇𝐹. La bobine à une résistance négligeable et une
inductanceL.
- Les deux bornes du condensateur sont reliées à l’entrée verticale 𝑌 et la masse d’un
oscilloscope.
- Dans un premier temps, on place l’interrupteur 𝐾 en position 1 puis ensuite lorsque 𝐾 est en
position 2, on observe sur l’écran de l’oscilloscope la courbe de la figure 2.
On donne : base de temps : 4𝑚𝑠. 𝑑𝑖𝑣 −1 ; sensibilité verticale 2𝑉. 𝑑𝑖𝑣 −1
Figure 1 Figure 2

 Un solide (𝑠) de masse 𝑚 = 200𝑔 est placé entre deux ressorts 𝑅1 et 𝑅2 identiques de longueur
𝑙𝑜 = 25𝑐𝑚, de raideur 𝐾 = 20𝑁. 𝑚−1 tendus entre deux points 𝐴 et 𝐵 distantes de 𝐴𝐵 = 𝐿 =
65𝑐𝑚.
On négligera les dimensions du solide 𝑆 et les frottements au cours du mouvement on prendra 𝑔 =
10𝑚. 𝑠 −2 ; 𝛼 = 30°
A l’équilibre le ressort 𝑅1 est allongé de 𝑎1 tandis que 𝑅2 est allongé de 𝑎2 .
L’énergie potentielle de pesanteur est nulle dans la position d’équilibre du solide 𝑆 ( en 𝑂).
Le solide est écarté de sa position d’équilibre vers le bas d’une distance 𝑎 = 3𝑐𝑚 et abandonné
sans vitesse initiale.
X’

𝑖 O
X A

B
Tâche : Explique les faits

Consignes
1.
1.1. Dire ce qui se passe lorsque l’interrupteur 𝐾 est en position 1 puis dans la positions 2.
1.2. Donner la grandeur que représente la courbe de la figure 2 puis calculer la charge maximale de
condensateur.
1.3. Etablir l’équation différentielle qui rend compte du phénomène observé

2.
2.1. Calculer la valeur de l’inductance 𝐿 de la bobine.
2.2. Etablir l’expression de la charge q du condensateur en fonction du temps puis calculer
l’intensité du courant lorsque la charge q est maximale.
2.3. Un résistor de résistance 𝑅 variable est insérer dans le circuit. Indique de quelle manière évolue
le graphe 𝑞 = 𝑓(𝑡) lorsque R augmente puis dire comment éviter ce phénomène.
3.
3.1. Déterminer les allongements a1 et a2 des ressorts R1 et R2 à l’équilibre.
3.2. Par une étude dynamique, établir l’équation différentielle du mouvement du solide S puis
établir l’équation horaire du mouvement du solide S.
3.3. Si 𝑥 est l’abscisse du solide S à l’instant t, Montrer que l’énergie potentielle totale 𝐸𝑝𝑡 du système
peut se mettre sous la forme 𝐸𝑝𝑡 = 𝐴 + 𝐵 𝑥² avec 𝐴 et 𝐵 à préciser.
- Retrouver l’équation différentielle par une méthode énergétique.

FIN !!!
CEG LES PYLÔNES
03 BP 3621
Tél.: 21 38 24 35
COTONOU

PREMIERE SERIE DES DEVOIRS SURVEILLES DU SECOND SEMESTRE


EPREUVE : PCT CLASSE : Tle D DUREE : 4H

Compétences disciplinaires évaluées :


CD N°1: Élaborer une explication d'un fait ou d'un phénomène de son environnement naturel ou construit en
mettant en œuvre les modes de raisonnement propres à la Physique, Chimie et la Technologie.
CD N°2: Exploiter la Physique, Chimie et la démarche Technologique dans la production, l’utilisation et la
réparation d’objets technologiques.
CD N°3: Apprécier l’apport de la Physique, Chimie et la Technologie par rapport à la vie de l’homme.
Critères de perfectionnement CTV8: Communiquer de façon précise et appropriée.

A- CHIMIE ET TECHNOLOGIE

Contexte
En tenant compte des difficultés que certains de ses apprenants éprouvent à aborder des questions
comme :
- comment identifier des composés organiques à partir d’une série de réactions ?
- comment s’effectuent les réactions de saponifications ?
- comment déterminer le 𝑝𝑘𝑎 d’une solution ?
Un professeur de PCT d’une terminale scientifique leur propose de résoudre les problèmes relatifs aux
documents (𝟏), (𝟐) et (𝟑) ci-après.
Support
Toutes les solutions sont à 25°C.
 Document (1)
 La masse 𝑚 de l’acide 𝐴𝐻 introduit dans le volume 𝑉 d’eau est 𝑚 = 4,8𝑔 𝑒𝑡 𝑉 = 1𝐿; le volume
d’acide prélevé pour le dosage est 𝑉𝑎 = 50𝑚𝐿; La concentration de la solution d’hydroxyde de
sodium est 𝐶𝑏 = 0,2 𝑚𝑜𝑙. 𝐿−1 .
 Les résultats des mesures effectuées au cours du dosage sont consignés dans le tableau ci-
dessous.

Vb(mL) 0 1 2 3 5 8 10 14 16 18 19 19,5 20 20,5 21 22 24

pH 3 3,5 3,8 4 4,2 4,5 4,7 5 5,3 5,6 6 6,4 8,6 10,5 11 11,4 1,8

 Echelles : 1𝑐𝑚 pour 2𝑚𝐿 et 1𝑐𝑚 pour une unité de 𝑝𝐻.


 Masses molaires atomiques en 𝑔. 𝑚𝑜𝑙 −1 : 𝑀(𝐶) = 12 ; 𝑀(𝐻) = 1 ; 𝑀(𝑂) = 16 ; 𝑀(𝑁𝑎) =
23.
 Document (2)
 Il fait réagir l’alcool 𝐴 avec le sodium métallique et obtient une solution dont le du 𝑝𝐻 est
supérieure à 7. Il dose ensuite la solution obtenue ci-dessus par une solution aqueuse d’acide
chlorhydrique de concentration 𝐶𝑎 = 10−1 𝑚𝑜𝑙. 𝐿−1 Le volume versé à l’équivalence est 𝑉𝑎𝐸 =
200 𝑚𝑙. Le volume d’alcool utilisé est 𝑉 = 1,65 𝑚𝑙 et sa masse volumique est ℓ = 790𝑘𝑔. 𝑚−3 .
 Suite des réactions chimiques.
𝑀𝑛𝑂4− (𝑒𝑛 𝑒𝑥𝑐è𝑠)
() 𝐴 → 𝐵

() 𝐵 + 𝑆𝑂𝐶𝑙2 → 𝐶 + … … … … … … … … ….
() 𝐶 + 2𝐹 → 𝐷 + (𝐶𝐻3 − 𝐶𝐻2 − 𝑁𝐻3+ + 𝑐𝐿− )

(𝛿) 𝐵 + 𝐶𝐻3 − 𝐶𝐻𝑂𝐻 − 𝐶𝐻2 − 𝐶𝐻3 → 𝐸 + 𝐻2 𝑂
(𝜀) 𝐸 + 𝑂𝐻 − → 𝐺 + ⋯ … … … … … … ….

 Document (3) : Préparation d’un savon


 Le savon préparé est le savon de Marseille particulièrement efficace par son pouvoir
nettoyant.
Ce savon contient 30% en masse d’oléate de sodium provenant principalement de la
saponification de l’oléine contenue dans l’huile d’olive. Le rendement de la réaction est 𝑟 =
80%.
 La réaction entre l’oléate et un acide fort donne l’acide oléique de formule 𝐶17 𝐻33 𝐶𝑂2 𝐻.
Masse du savon préparé 𝑚𝑠 = 150𝑔.
Masse molaire moléculaire de l’oléate de sodium : 304 𝑔. 𝑚𝑜𝑙 −1 .
Masse molaire moléculaire de l’oléine : 884 𝑔. 𝑚𝑜𝑙 −1 . 𝐶𝐻2 − 𝐶𝐻 − 𝐶𝐻2
Formule du glycérol : 𝐶3 𝐻8 𝑂3
Formule d’un triester de glycérol (triglycéride) ci-contre : 𝑂 𝑂 𝑂

𝐶 𝑂 𝐶 𝑂 𝐶 𝑂

𝑅 𝑅 𝑅
Tableau à remplir
Composé Fonction chimique Formule semi-développée

Acide oléique

Oléate de sodium

Oléine

Glycérol

Tâche : Pour ton évaluation, tu es invité (e) à jouer le rôle de ces apprenants

Consignes

1.
1.1. Tracer la courbe représentant les variations du 𝑝𝐻 du mélange en fonction du volume de base
versée et l’exploiter pour déterminer la formule semi-développée de l’acide 𝐴𝐻.
1.2. Déterminer le 𝑝𝐾𝑎 du couple acide-base associé à cet acide.
1.3. Déterminer les concentrations molaires des espèces chimiques présentes dans le mélange
lorsqu’on a versé un volume 𝑉𝑏 = 5 𝑚𝐿 d’hydroxyde de sodium et en déduire le 𝑝𝐾𝑎 du couple
acide-base en solution puis vérifier si ce résultat est en accord avec la réponse données en 1.2).
2.
2.1. Donner la nature de la réaction qui a lieu entre l’alcool et le sodium puis écrire son équation-
bilan.
2.2. Proposer une explication au caractère basique de la solution obtenue après réaction puis
identifier l’alcool 𝐴.
2.3. Identifier les composés 𝐵, 𝐶, 𝐷, 𝐸, 𝐹 et 𝐺 puis donner les caractéristiques des réactions 𝛿, 𝜀 après
avoir écrit leur équation-bilan.
3.
3.1. Reproduire et compléter le tableau du support en désignant par 𝑅 − , le groupe 𝐶17 𝐻33 − dans
l’acide oléique et dans l’oléate.
3.2. Ecrire l’équation globale de la réaction de saponification de l’oléine par la solution d’hydroxyde
de sodium puis, citer les caractéristiques de cette réaction.
3.3. Calculer la masse d’oléine nécessaire pour la préparation du savon.

B. PHYSIQUE ET TECHNOLOGIE
Contexte
Au cours d’une séance de Travaux diriger ‘’TD’’ il a été proposé aux apprenants d’une terminale
scientifique de résoudre les problèmes posés à travers les situations relatives d’une part au fonctionnement
de la remorque d’un véhicule et d’autre part à l’étude de deux circuits électriques (Figures (1) et (2).

Support
 Fonctionnement de la remorque d’un véhicule
La remorque d’un véhicule est assimilée au dispositif ci-contre.
Le solide S de masse 𝑀 = 500 𝑘𝑔 repose sur la barre 𝐵 rigide et
fixe par l’intermédiaire de deux ressorts verticaux identiques de
raideur 𝐾. Au repos, chaque ressort est comprimé de Δℓ = 15 𝑐𝑚.
Mais, lorsqu’on charge la remorque en augmentant une masse 𝑚 =
50 𝑘𝑔 sur le solide 𝑆, chaque ressort est comprimé d’une longueur
supplémentaire 𝑥0 . A la date 𝑡 = 0 𝑠, on élève cette charge et la
remorque se met à osciller : 𝑔 = 10 𝑚. 𝑠 −2 .

 Pour l’étude du 1er circuit (figure 2)


La bobine d’inductance 𝐿 montée en série avec un conducteur ohmique de résistance 𝑅 est soumise
à une tension variable délivrée par un générateur 𝐺. Les points 𝐴, 𝐵 et 𝐶 sont respectivement connectés
à la masse et aux entrées 𝑌1 𝑒𝑡 𝑌2 d’un oscillographe bicourbe. Les réglages sont les suivants :

- Balayage horizontal de l’écran : 1 𝑚𝑠/𝑐𝑚 ;


- Sensibilité sur la voie 𝑌1 : 10 𝑉/𝑐𝑚 ;
- Sensibilité sur la loi voie 𝑌2 : 20 𝑉/𝑐𝑚.

L’oscillogramme prélevé sur la voie 𝑌1 est représenté sur la figure 2.b.

On donne : 𝐿 = 0,2𝐻 ; 𝑅 = 100𝛺 ; 𝑡1 = 0 𝑚𝑠 et 𝑡2 = 50 𝑚𝑠.

 Pour l’étude du
second circuit
(figure 3)

On complète le circuit de la figure 2, où le générateur est remplacé par un autre de 𝒇. é. 𝒎


𝐸 = 12𝑉 et de résistance interne négligeable, à l’aide d’un condensateur de capacité 𝐶 = 10𝜇𝐹
et d’un interrupteur 𝐾 pour obtenir la figure 3.
Tâche : Expliquer des faits et prendre position.

1.

1.1. Exposer une démarche pour calculer la constance de raideur 𝐾 de chaque ressort et la
compression supplémentaire 𝑥0 .
1.2. Justifie le mouvement rectiligne sinusoïdal du système et calculer la période 𝑡𝑂 des oscillations.
1.3. Déterminer l’équation horaire 𝑥 = 𝑓(𝑡) du mouvement vertical oscillatoire du centre d’inertie
de la remorque.

2.

2.1. Indiquer les tensions visualisées sur les voies 𝑌1 𝑒𝑡 𝑌2 ainsi que le pnénomène physique dont la
bobine est le siège (du fait de son auto-inductance 𝐿) puis calculer la période 𝑇 et la valeur
maximale 𝐼𝑚 de l’intensité i du courant débité par le générateur 𝐺.
2.2. Etablir la relation entre 𝑅, 𝐿, 𝑢𝐶𝐵 et la dérivée première par rapport au temps de la tension 𝑢𝐴𝐵
puis en déduire les valeurs de la tension 𝑢𝐶𝐵 par intervalles de temps compris entre 𝑡1 et 𝑡2 .
2.3. Reproduire l’écran de l’oscillographe et y faire figurer l’oscillogramme de la tension visualisée
sur la voie 𝑌2 .
3.
3.1. Dire ce qui se passe lorsqu’on bascule l’interrupteur 𝐾 du circuit de la figure 3 en position(1)
puis en position (2).
3.2. Calculer la charge maximale 𝑄𝑚𝑎𝑥 prise par le condensateur puis préciser justification à l’appui,
la nature des oscillations électriques dans le circuit de la figure 3 lorsque l’interrupteur 𝐾 est
basculé en position (2).
3.3. Etablir l’équation différentielle vérifiée par la charge q dans un tel circuit et donner, illustration
à l’appui, les régimes d’oscillations possibles puis calculer la pseudo-période 𝑇𝑜 du circuit.

FIN !!!

Vous aimerez peut-être aussi