Vous êtes sur la page 1sur 104

VE·RSION

ORIGINALE
Méthode de français 1 Cahier d'exercices
Sommaire

O 1. Les nouvelles du matin. Comprendre et commenter les actualités.


2. Sept milliards de Terriens... Utiliser la nominalisation et les propositions complétives-Comprendre et commenter un article.
3. Les grands titres. Comprendre et compléter un article. Associer les titres et les chapeaux d'articles de presse.
4. L'image du jour. Compléter la une d'un journal - Rédiger µn court article.
S. Une déclaration. Utiliser les verbes introducteurs du discours rapporté et la concordance des temps-Comprendre et commenter des
citations sur le thème de la presse et du journalisme.
6. Un recrutement original. Rédiger une lettre de motivation.
O 7. La loi de Murphy. Comprendre une interview-Utiliser le discours rapporté.
8. Le petit rapporteur. Classer les verbes introducteurs du discours rapporté.
9. Les mots de la presse. Expliquer et utiliser le lexique de la presse et des médias.
1O. Liberté de la presse 1 Faire des recherches sur le site de Reporters sans frontières-Commenter la situation de la liberté de la presse au
' (,
niveau international.

UNITÉ 2

0 1. La CNIL. Comprendre une interview.


2. Quel est votre profil numérique? Dresser son profil numérique à partir d'un test - Utiliser les structures avec« si ».

3. Si je n'avais pas publié ces photos.•. Comprendre une lettre de licenciement - Utiliser les structures avec« si ».
Cl> 4. Où sont tous m �s amis? Comprendre une émission littéraire-Décrire son profil d'utilisateur de réseaux sociaux.
S. La chute de la maison Usher. Repérer les verbes au passé simple dans un texte littéraire-.Remplacer le passé simple par le passé -
''
composé.
·
6. La mauvaise réputation. Utiliser le passé simple et comparer une biographie au passé et au présent.
7. Le candidat 2.0. Utiliser le lexique d'Internet et des nouvelles technologies.
8. Les mots du web. Répondre à un questionnaire sur le lexique d'Internet et des nouvelles technologies.
9. Les tweets de la classe. Créer un profil sur le réseau Twitter et échanger des messages en français.

UNITÉ 3
23
Cl> 1. L'apithérapie. Comprendre une émission de radio-Remplir une fiche descriptive-Présenter à l'oral un produit ou une pratique
à vertus médicales.
2. Conseils santé. Décrire les propriétés d'un aliment-Donner des conseils.
3. Manger bio. Comprendre et commenter des données-Faire une synthèse.
Cl> 4. La clé du bonheur. Comprendre une conversation-Commenter des données.
5. Le médecin dont je t'ai parlé. Utiliser les pronoms relatifs.
6. C'est bon pour la santé 1 Utiliser les pronoms relatifs - Rédiger une définition.
7. Une recette miraculeuse. Comprendre et élaborer une recette à propriétés thérapeutiques.
8. Une charte Internet. Comprendre et compléter une charte.
9. Mon réseau de mots. Constituer un réseau du lexique de l'alimentation et de la santé.
1 O. C'est pas des salades! Comprendre et utiliser des expressions idiomatiques.
'
11. Le magazine de la santé. Comprendre un reportage télévisé sur un thème de santé. Poser des questions sur un site de conseils santé.

UNITÉ 4 31

Cl> 1. Les Français et les jeunes. Comprendre des opinions et commenter des données-Demander et donner un avis.
2. La liste de doléances. Utiliser la comparaison-Ëtablir une liste de réclamations/ revendications.
3. Que pensent-ils de leurs aînés? Comprendre des témoignages - Choisir et utiliser des connecteurs d'opposition.
4. Juniors Vs seniors. Utiliser les connecteurs d'opposition.

t rois 1 3
Sommaire _

5. 60 ans. S'exprimer au futur-Parler de l'avenir. <

Cl> 6. La place des anciens. Comprendre un reportage radio - Comprendre et commenter une citation-Donner son opinion.
7. Les synonymes. Utiliser des adjectifs-Faire un portrait.
8. Politiquement correct. Comprendre et utiliser des expressions françaises.
9. Et dans votre langue 7 La place du« politiquement correcr».
1o. Rencontres du troisième âge. Faire des recherches sur le thème des relations intergénérationnelles - Rédiger un exposé.

UNITÉ 5

Cl> 1. Question de clichés! Comprendre.un reportage radio sur le thème des stéréotypes.
2. Où est mon béret 7 Comprendre et utiliser l'ironie.
3. Discriminations. Reconnaître et transformer des structures à sens passif
4. Sans se laisser faire! Utiliser des structures à sens passif.
5. Ni ni 1 Utiliser les structures négatives et la restriction.
Cl> 6. Le testing. Comprendre un reportage radio sur le thème des discriminations.
7. Humour(s). Comprendre et commenter différents types d'humour.
8. Mon réseau de mots. Constituer un réseau sur le lexique de la discrimination-Rédiger une définition.
9. Cherchez l'intrus. Identifier des synonymes en langage familier.
1O. Et dans votre langue 7 Traduire des phrases en langage familier.
1 1. L'UNESCO. Préparer un diaporama et le présenter.

UNITÉ 6
Cl> 1. La vie après l'école. Comprendre des témoignages.
2. L'égalité des chances. Comprendre et réagir à un article-Rédiger un texte argumentatif.
3. Question d'accords. Faire et commenter les accords du participe passé au passé composé.
4. Un parcours exemplaire. L'accord du participe passé-Réécrire un texte au passé .
CD 5. Une éducation alternative. Comprendre un reportage radio sur les pédagogies alternatives-Donner son opinion et argumenter.
6. C'est pourquoi 7 Utiliser les structures de l'expression du but.
7. Ni remords ni regrets. Comprendre et différencier des regrets et des reproches.
8. L'histoire nous jugera! Identifier et présenter des personnages célèbres réhabilités ou ayant eu une deuxième chance.
9. C'est sympa! Traduire des abréviations en langage standard.
10. Langage SMS. Traduire des textos en langage standard.
1 1. On passe le DELF! S'informer sur les examens et diplômes officiels français.

UNITÉ 7
55

Cl> 1. Indignés. Comprendre et compléter un article sur un thème d'actualité. Comprendre un reportage radio.
2. Un premier emploi. Utiliser les connecteurs de cause-Comprendre et rédiger une lettre ouverte.
3. Suite à un mouvement de grève . . . Utiliser les connecteurs de cause et de but.
4. Tous ensemble! Comprendre et compléter un article-Utiliser les indéfinis-Argumenter.
Cl> 5. Une journée de mobilisation pour l'école. Les emplois du subjonctif-Comprendre des témoignages.
6. PACITEL. Les emplois du subjonctif-Comprendre et réagir à un article-Comprendre et compléter des commentaires.
7. Une surtaxe intolérable. Former et utiliser des mots à partir de préfixes.
8. Les mots de la manif. Le lexique des mouvements sociaux.
9. Devenez cybermilitant ! S'informer sur le cybermilitantisme -Rédiger une lettre engagée.

4 I q uatre
· ·

Sommaire
UNITÉ 8 63

1. Héros ordinaires. Comprendre et commenter des articles - Rédiger le portrait d'un« héros ordinaire».
0 2. Hiver 54. Comprendre un reportage radio - Expliquer une motivation - Argumenter.
3. SOS Assos 1 Rédiger un texte argumentatif.
4. En toute logique. Utiliser les articulateurs logiques.
S. L'assemblée générale. Comprendre et compléter une lettre avec des articulateurs logiques.
6. Les figures de style. Identifier et expliquer des figures de style.
0 7. Chanson d'automne: Identifier et prononcer des allitérations et des assonances dans un poème.
8. Des auteurs engagés. Associer des citations littéraires à leurs auteurs et à leurs contextes historiques.
9. Méli-mélo de l'engagement. Reconnaître et réutiliser le lexique de l'engagement - Comprendre et compléter des définitions.
1 O. Jouer avec la poésie et l'absurde. Poser des questions absurdes et y répondre Babelweb
.... .;::;:::=:-.::=.

UNITÉ 9 71

Cl> 1. Une visite à Bordeaux. Sélectionner des informations à partir de plusieurs documents - Comprendre des critères de sélection.
2. Patrimoines de l'humanité. Situer et classer des biens culturels - Argumenter.
Cl> 3. Tourisme culturel. Comprendre des témoignages - Décrire son profil comme touriste.
4. Qu'en pensez-vous ? Exprimer une appréciation sur un sujet donné.
S. La Pompimobile. Comprendre et commenter un article - Comprendre et reformuler une argumentation - Utiliser le subjonctif.
Cl> 6. Picasso et les maîtres. Comprendre une visite guidée - Reconnaître et utiliser les connecteurs d'opposition et de concession.
7. Tout contre. Utiliser les connecteurs d'opposition et de concession.
8. On expose ! Exprimer une appréciation - Argumenter.
9. J'aurais voulu être un artiste. Le lexique de l'art.
1 O. Je trouve ça génial ! Le lexique de l'appréciation.
11. D'art d'art. Comprendre une vidéo sur une œuvre d'art - Présenter et commenter, de façon simple, une œuvre d'art.

UNITÉ 10
79
/

Cl> 1. Musiques du monde. Écouter un reportage radio - Exprimer une opinion.


2. Les lettres persanes. Comprendre un texte littéraire - Décrire des différences culturelles.
Cl> 3. Ailleurs . . . Comprendre une interaction - Manipuler des concepts et décrire sa propre conception de l'exotisme..
4. «Je » est un autre. Dégager une problématique.
5. Carnet de voyage. Choisir des indicateurs temporels.
Cl> 6. À couper le souffle. Reconnaître et utiliser différentes intonations pour exprimer des sentiments.
7. Les figures de style. Comprendre et utiliser les différentes figures de style.
8. Récit de voyage. Faire un récit au passé - Réécrire un texte au passé simple.
9. Par les sentiments. Le lexique des sentiments. '
1 o. Un monde de sensations. Le lexique des sensations.
11. Le plus bel endroit du monde. Décrire le plus bel endroit du m�nde.

ANNEXES 87

Culture
Transcriptions des enregistrements

cinq l S
1. LES NOUVE LLES DU MATI N
Q
Pi•1•01
A. Écoutez l e d ia logue su iva nt et d ites à q u e l l es nouvel les i l fait référence.
Relevez l e maxi m u m d'informations s u r chacu ne d 'e l l es.

a : •••••• ••••• •••• ••••••••.•••••.• •• .•••••• • • •• •••• ••••••••·•••••• .•••••••••••••• • • ••• •••• ••••• ..•.•••••.••• .• •••• •• • •• •••• ••••••••·•••••· •••••• •• • .••••• •• •••

b: ..... . . . . . . .... .................. .•.... ..... .... ··············· ·····•• . . ...... . . ... . . . . ................ ......•. • • . .. ......... ........ .. ...... • . . . .....•....

c: ........ ............ ·········· .......... . . . . ... . . . ............. .. . .... . . . . ... . . . . . . ........ . ........... . . ...... .... . ... . . . . . . .... . . .... . . ... . . . .. . . . . . . . . . .

B. Don nez u n titre a u x i nformations entend ues.

a : ...... .... . .... ................... ..... ..... ................... ....••. . . ...... . . ... .. . . ............ . . . . . . . . . . •. .. . . . . . . . . . . . . ......... . ...... . . . .•.........

b: . . . . .. . . ... . . . . .. . . .... .. ... . . . . . . ... . . . . . .. . . .... . . . ......... . .. .. .. . . . ...... . . ... ...... . . . . .


...... . .... ..... . . .. .. ···· ··············· . . .... . . . . . . . . . .. ...

c: . . ... . . . ... . ... ... .. . . . .


.. ............. . . .. . . . ... .. ....... . .... ...... . .. ..... . . . .............. . . ..... . .. . . . ..... . . . . . . .. .. . . . ... . ... .. . . ... . . . . . . . ... . . . . ..

fl!I C. Et vo us q ue l l e i nformation vous a marq u é ces dern iers jours ?


Pou rq u o i ? E n registrez-vous et rem ettez
l 'e n registrement à votre professe u r.

2. SEPT M I LLIARDS DE TERRI E N S •••

A. Remplacez les verbes et adjectifs su iva nts par l es fo rm es no mina l es q u i l e u r co rrespo ndent.

1 . N aître : .... ....... .... ........ .. . ... . .......... . . .. .... ........ .... . . . 7. Esti mer : .•.•••••••• •••.....• ....•..•. .• • . .• .••• •. • •• •••....•..•..•..•.. .

2. Fél iciter : .••••• • • ..• •••• ...•.....•••...••. .•.••. •• ••. ••.•.•••..•..•... 8. Prévoi r: .•..•. • • • .• ••••...• ..•..••.•..•• .•••••• •• . .• •.•. ..••..•.. � ..... .

3. Atte ntif: .••••• • • • •• •••.....•....•.... . . • . •••.•••• • .• ••••.•.•..•..•... 9. Exact: ..•. •• •• •.• •••• .•••. .. •.••..• . • • . . • •.•• • • • . . •.••••.•...•.•.. • . . ...

4. Cu rieux : . • . • • • • • . . . • • • • . • . •..•..••.......••.••• •• ..•••.•..••.....•... 1 O. Divers : .•.•••• • . . • • • • • • • . . . ....•.........•.••. • • . . • .•...• . • . ....••••..

5. C ro ître : .••••• • • • .• •••• .•.. • . . . .••.•..•. . .•.•• • • • • • • ••••••.•.••..••••. 1 1 . Pa rtage r : . .... . . . . . . . . . . ... . .. . .. .. . . . ... . . . ..... . .. . .. . ... .. .... . . . .

6. Prog res sif: . . ... . . . . . . . . . . ........... . . . . ... .. ...... . . . .. . ... .... ... . .

sept 17
1 1 Àctivités . .

B. Co m p l étez l 'a rticle su iva nt avec les m ots formés.

·sEPT MILLIARDS DE TERRIENS


. .

. ...
..•

La planète Terre a franchi. Lundi 31 octobre2011. petite fille née en Inde, dans La région de L'Uttar

Le cap des sept milliards d'h�bitants, selon Pradesh. Autre ........... ................... : deux

Les ........... ................. :. de.L'ONU. Un chiffre régions russes-Le Kamtchatka et Kaliningrad

synonyme de nombreux défis dans un monde - ont aussi revendiqué Lundi La naissance du

où Le .. : ... ..... ................... des ressources sept- milliardième humain.

semble de plus en plus inégal et Le respect Cet événement esfl'.............................. pour

de La ......... :. ................... de plus en plus L'ONU d'attirer L'... : .. ..... ................... sur Les

problématique. défis de La ............................... démographique.

Difficile de savoir avec ....... .. :. . . . . ... .: . . .. .


...._. Selon L'UNFPA (Fonds des Nations u�ies pour · - \ ·

où est né Le sept milliardième être humain. la population), les Philippines sont le douzième

En effet, plusieurs .pays Le revendiquent, dont . pays le plus pe_uplé du monde, avec 94,9
,
Les Philippines qui ont annoncé en premier millions d'habitants -dont 54 % ont moins de

La···�······· ................... à Manille d'une 25 ans. La Chine est le pays le plus peuplé, avec

petite fille, Danica. Ses parents ont reçu Les_ 1,35 milliard d'habitants, suivi par l'Inde, qui en

.............................. des représentants. des compte 12


, 4 milliard.

Nations Unies qui ont promis une bourse , La populati9n mondiale devrait continuer sa

d'étude pour La fillette. De son côté, L'O_NG' ................ selon les ......................... jusqu'à

britannique Plan International, a désigné une atteindre plus de 10 milliards à La fin du siècle.

C. Li sez l e com m enta i re su iva nt et rem p lacez les noms sou l i g nés par des propositi o n s co m p létives.

d i m inution :
C:e0- vrtli q1./il 'j ti beti1AC01Ap de dé(iS' à relever po1Ar l'tiveV1ir de lti ...•.• • • • .• . • • ..... . . ........ . . . . ....•. • • ..• • . • . .

pltiV1ète et de l'h1AmtiV1ifé. YVltiiS' pow obfeV1ir 1AV1e dimiV11Afio"' deS'


iV1é5tilifé5 il (ti1Af S'1Arfo1Af IAVI ChtiV1fjemeV1f dtiVIS' /e5 meV1ftilifé5.
Q1Ael (1Af1Ar po1Ar leS' eV1(t1V1k q1Ai V1tiÎS'S'eV1t l.l<A_jo1Ard'h1Ai ? Q1Ael c h a n g e m e n t: . . . ... . . . . . . . .. . . . . .. ... . . . . . . . ... . . ... . . . . . .. .

t1veV1ir po1Ar leS' rell.lfioV1S' V1ord-S'1Ad ? Q1Ael moV1de l.llloV1S'-V101AS'


lt1iS'S'er à VIOS' eV1(1.lV1fS' ? No1AS' l.ltfe"'do"'S' deS' répoV1S'eS' cltiireS' deS'
polifiq1AeS' à ceS' q1AeS'fioV1S' ! réponses: ...... . . . .. ......... ............. ...... . . . .. . ...... .

D. Vo us a ussi, réa g i ssez à cet a rticle et rédigez un com menta i re sur votre ca h i er.

8 1 h u it
·

Act ivités l 1

3. LES GRAN DS TITR ES


ponde nt.
Co m p l étez chaqu e article avec le titre et le chape au q u i l u i corres

_L�-�o�itique � e l'enfant unique �a continuer dans_ � ��ays le �lus p::1plé au m�ndr:_ /


Sauvet�ge e�1 Co�·� �:JorenceArthaud repêchée au large du Cap ?rse. /
ios à des e �� ���é��n!s·:·
/
Certains propriétaires erofi
tent d �- �ris� du logement pour vendr: des_stud _ -

U_ri studio de 3 m��arrés mis_ en �e_n�:_ à ;!9 000 e� r�::_j


..
d� l'enfant unique �"_ Ch'."_":_/
-- --- - •<r"_..,_ -.--- -·-

p � ;te �e la pol�ique
"- '_".
I
atteignait sur son voilier le nord de la Corse. ./
La navigatrice française est tombée à la mer alors qu'elle
------- - -- - ·----

TITRE

CHAPEAU

L'a n n o n ce a été p u b l i ée , ce d i m a n c h e , d a n s les


m éd i a s p u b l ics c h i nois. M ise e n p l ace e n 1979,
ce tte mesu re de p l a n n i n g fa m i li a l très stric te est
la c i b l e d e nom bre u ses c ritiq ues.
«La s u rpop u lation reste l'u n des p ri n c i pa u x d éfis
p o u r le d éveloppement économ i que et soc i a l », a
a ffirm é le d i rec te u r de la Com m i ssion d'Ëtat po u r
l a pop u la ti on e t l e p l a n n i n g fa m i l ia l , Li Bi n .
S e l o n cette com mission, l a pop u l at i o n c h i noise
- a ujou rd'h u i com pos ée d e 1 ,3 m i l l i a rd
d 'h a bita nts - atte i n d ra 1,45 m i ll i a rd en 2020.

f===
= ===T=IT=R�E=====:':=! j -------=-
--] .
[ J
TITR E _

�----_J I
C APIEAU

À Pa ris , les étu d i a nts doive n t l utter


1 [ CHAPEAU
à l'e au, aux
ud est tombée
Flore nce Artha .


pou r esp ére r t rouver u n stu d io ou u n e elle naviguait
minuit. alors qu'
alento urs de
récup rée

cha m bre de bon n e m i n u s c u l e . L'état de
Corse. Elle a été
au large de la
ces logemen ts est souve n t d ép lo ra bl e herm1e et
e n état d'hypo
m a i s les p r i x n e baissent p a s pou r a uta nt... par les secours
stia. Selon
l'hôpital de Ba
On peu t p rend re po u r exe m p l e ce studio transportée à
spire pas
de santé« n'in
s i tu é d a n s l e 9ème a r ro n d issemen t , d ' u n e \'AFP, son état
d'inquiétu de».
surface d e 3 m è tres ca rrés e t ven d u à les secours
a pu préve nir
29000 e u ros ! Le tex te de l 'a n nonce a s s u re La n avigatrice
b l e étanche
éphone porta
le c l ient d u «ca l m e » d u qua rtie r... A ce grâce à un tél
rs ont pu la
elle . Ce s dernie
prix l à, il fau t v ra iment a i m e r le ca l m e ! qu'elle avait sur
localiser g râ ce à son GPS.

neuf 1 9
4. L'I MAG E DU JOU R
A. O bservez cette une de journal et i m a ginez les i nformations e n vou s a id a nt des i mages.

#'
, Comment
I
.... sont P,réparés
f les sujets
! ·-!du baccalauréat
\
\
'
....

Erdo�an:
la victorre du
modernisateur
d _a Turquie
Le premier ministre lurc
patrimoine,,.œu � obtient un score supérieur
à celui de 46,6 "!.. en 2007,
Borloo en tutoya.nt la ba.ne des 50 %.
indifférent aux
..
mises en garde !"«""�
POl'lth1�.-..o.�� �·a � � ..:o f"<n•<r.....

....
ruùw. � �·• l:.il l"r.:>tl f>H p:.ur 1:>!.Jcl
delUMPPMZ4 \l.<�ouil'.ulo.n>tllll'<"IDY•·
... ..,,. .,,..,
ru:c. qrl�4dffiiir<>>C\l[I<" d'l'l;fmlr .,,.1� .1 u

� ���:;:..�,'; ���a1•�::-�-.•Wt<lm
•&<l'lfP.1>�6'·,.,.a�.···•

Philippines:
1...::.y 1.- • 11111L
11.r..,1,1;�..zi1U1in""''""

versW1e
réhabilitation
de Marcos,.i..:;:c,
Les nouvelles
tendances du
mariagerJ.Υ
,.d>•..i1i Œ.oll�ICnl ln
a!Ht:lll< lt:lln:r:l'ri..">!r.�dt
"JlrrU<l<kl\vc:S.'i.>luTI

��·-������:�h'�
�,..
. rr......... 11111,.,.n,n1,...,,
.....
1ntîrl:-.'QU<'>.1di•p11ili.c>

.:�'":'.'""
..-,...:vn1an � cu:.,p ,.;.

��;=:�
b ,,œ

JA2:5

\
1
I

B. Don n ez pou r chaque i mage ento u rée u n titre et com p l étez l a u ne d u journ a l .

C. Choisissez l ' u n e d e s ces trois i mages e t i nventez u n cou rt a rticle q u i l'i l l u stre.

10 1 dix
Activités l 1

S. U N E DÉCLARATION
A. Réecrivez, s u r votre ca h ier, les déclarations suivantes en choisissant le verbe i ntrod ucteur
qui convient le m ieux.

r:-L;��;��s;;;s-;C� -; éti�·� ï;m oitiéd� �;l


la Confier
;• vie à parler de ce qu'on connaît pas et l'autre moitié à taire -J-·•-•••� 'rJ
que l�n sai�� >���� B��� ---�--�-�--� J
O•>'••· '
Proposer
_:_:
( -�--

: --=
· ;�nt;�d�;;�é�oÏ� su� d � -
;�<; To.ut jo��naÎi; j
Souligner
; informations recueillies dans l'exercice de son activité, est �---��,,M�······"T1 '�Informer
{ libre de ne pas en révéler l'origine.» Article 109 d u Code de
,_.�

procédure pénale.
Lt " - --. - --... -� �_.....� �-·-��--------- J -

_4�
«Ce sont les journalistes qui m'ont fait la réputation d'un
• - - _,. ,,.. - ·- -------� -""'"'"-�--

/ ivrogne: ce qui est curieux, c'est qu'aucun d'entre eux n'a . } rd


1 Révéler
)1 jamais réalisé que si je buvais beaucoup en leur présence, jr- Estimer
.

•-· ·, j
/ �'était � ���me:: �� �es su��o�er. �-��o�.:! l�-e� \
..�· ... ��··Ju ..

.
. •

)::L� j���ali;t�� unÎnt;;.p-;; �-la cu';;sité��hl�e�» \ w-''"'�"''" u�•· J] La Insister


Déclarer
__..

; Bernard Pivot. ,.���---J


· ·

,,.,.-� - .

. .,. --· - -- __ __.....,._ � ...

! «Si la p_resse n'existait pas, il faudrait ne pas l'inventer. \


,- on - - n _,.-_._JO-- ---�-_.__.... - ----�----..-----.;
__ .,, ..... -.u_,,.,,...,.-"' .. _�"J '" Estimer
H o n ore de Balzac._ _ , �-=--� ___ .• � .- .1 8l Raconter
...• _,..._ -.-...__., --_._._..:.._ • vt-�

li Déclarer
U Signaler

B. Ra pportez ces citations a u discou rs i n d i rect en fa isant les tra nsformations nécessa i res.

1. Henri Béraud a confié que......................................... 4 .......................................................................... .

2. . .
.. .. . . ... . . . ..... . .. . . .. . . . ... . . . . . .. . . . .. . . . . . . . .. . ... . . . . .. . .... ... . . . S . ......... ................. ................. .......... ......... ....... ... .
.

3. . .. . .. . . . . .. . .. . . .. . . . . . .. .
. .. . . . . .. . . . . . . .. . . .... . . . .. .. ..... . . . ..
. .. . . .. 6 ................................. ......... . .. ............. ............... . .

C. Choisissez pa rmi les citations précédentes cel l e avec l a q u e l l e vo us êtes le p l u s en accord


ou en désacco rd. Dites pou rq uoi.

......... . . . . .... . . . ...... . . . . . . . . .


. . .... . . . ...... . . . ................ . ....... .. . ........... ............. ....... . .. . ...... . . .... ............................. . .. ... ..........

onze/ 11
6. U N RECRUTEMENT ORI G I NAL
Vou s vous ren d ez à l a jou rnée d e recrutement d'e n se i g n a nts o rg a n i sée pa r Pôle E m p l o i (vo i r Livre de
l'élève, p. 1 4). Prépa rez, s u r u n e feu i l le à pa rt, votre lettre de m otivation : vo us expl iqu erez com ment vous
avez enten d u parler de ce recruteme nt, quel le est votre formation/ expérience profession n e l l e, q u e l l e (s)
d isci p l i ne(s) vous pou rriez e n sei g ner, etc. N'o u b l iez pas de respecter les codes de la lettre formel le.

Q 7. ÉLA LOI DE MU RPHY


Pi•1•02
A. coutez cette i nterview d u scientifi q u e Robert Matthieu et d ites si l es affi rmati o n s su iva ntes
sont vra ies ou fa u sses.

1. Robert Matthieu a dit que la tartine faisait un tour complet avant de tomber. V �F

2. Il a dit la chute de la tartine dépendait du type de pain. BV F

3. Il a dit la chute de la tartine était une conséquence de l'évolution de l'espèce humaine. V F

4. Il a dit que la chute de la tartine dépendait exclusivement de la hauteur de la table. lV F

S. Il a dit que la chute de la tartine ne dépendait pas du hasard. t] V F

6. Il a dit que la chute de la tartine du côté du beurre était inévitable. V F

B. Repre n ez l es décl a rati ons de Robert M atth ieu (sous forme négative si n écessa i re)
en rem plaçant le verbe « d i re » pa r d 'a utres verbes i ntrod u cte u rs.

1. Il a déclaré que la tartine ne faisait pas un tour complet avant de tomber.


2 . . ..... . . ... .... . . ................ ...... . . ... ........ ........... ...... . . . ...... .. ... ................. . .... ...... . . . . . . . . . .

3............ .............................. ... ............................................................................ .

4 . .. ... . . . . . . . . . . . . . . . . .... . .. . . . . .. . . .. . .. . . . . ..... . . . . .. . .. . . . ...... . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . ... . .... . . . .. . . ... . .... . . . . ..... .

S ....... ..... ................................. ......................... ............................................ ....... .

6....... ..... .................................................................................................... ..... .... .

12 1 douze
Lexiq ue:et médiation l 1

8. LE PETIT RAPPORTE U R
A. Classez les ve rbes d e l a l i ste dans les b u l l es ci-dessous. Com plétez ces dern ières
avec l es a utres verbes i ntrod ucteu rs du d i sco u rs ra pporté vus d a n s l ' u n ité.

souligner f espérer J explique� { s'exclamer encourager


.

verbes décla ratifs


.....-- ---�,.__--­
verbes non décl a ratifs

B. Com ment d i riez-vous l es p h rases suivantes dans votre la ngue ?

1. «C'est une information importante» , a commenté un journaliste.

2. Les critiques s'enthousiasment pour le dernier film de ce réalisateur.

3. Le Ministre affirme qu'il s'agit d'une mesure nécessaire.

9. LES MOTS D E LA PRESSE


A. Expl i q u ez le sens de ces m ots rencontrés dans l ' u n ité et p roposez-en u n e tra d u ction.

• Un édita: .......................................................................................................................... . .

• Un papier: ........................................................................................................................ ..

• Un quotidien: .. . ........ . ... .


.... . .. ..
..... . . . .... .. .
..... . ........ . .. .... . . ..... . . . . .... . . . .. . . ... . ... . . ..
... . ... . . . . . ..... . .... ..

• Un hebdo : . ..... . . .. . . . ...... ... .


. . . .... . .. ..... . . .. . .
......... . ... .... . . . .. . .
. . . . . ..... . .. . .... . ..... . ..... . .. .. . . ..... . ..
. ...... ..

\
• La une: ...... . . .......... ............... ..... . . . . . . ................... ...... .. . ...... ..... .... .............. .......... . . . . . . . ........

• Une revue de presse : ..... . . . . .


.. . . . . .. . .
... .......... ... ... . . . .. ...... . ... ... ..... . ... . . .. . . .... .. .. . . . . .... .
. . . . .. . . .... . ... .
....

• Le tirage: .................................. , .. . .. .
. . . ............ . ...... . ... .. . . . . .. . . . ..... ... .. ..
....... . ............ . .. . . ....... ..

• La presse: . .
... . ..
. . .. . . . .. . . . ... . .
..... . . .. ..... . . . . . . . .... . ... ... ...... ...... . . . .. . ... . . . . . .... . . . .
.. ... .... . . . . . ...... . . ... . . .. . ..

• La source: .... . ..
. ... . ........ . . .. ..... .. .. .... .. . . ... ..
. .... . . . .
... . . .. .. .... . ... ... .. . . . . . . ...... . .
.. . .. .... .. . . . ... . .. . . . . . .. . . .. .

B. Com p l étez ce texte à l'aide des m ots d e l 'activité A.

Libération est un journal très connu pour ses ......................... souvent drôles et originales. Ce ......................... est l'un des
plus importants de la ......................... française; avec un ......................... de plus de 1 OO 000 exemplaires par jour.

treize l 13
10. L I B E RTÉ DE LA PRESSE ?
A. Dans q uels pays selon vou s l a presse est l a plus l i b re ? Et l a moins l i b re ?
D'après vou s, q ue l ra n g occu pe votre pays par ra pport a u x a utres ? Quel l e est l a position de la Fra n ce ?

REPORTERS 66% DE DfDUCTION FISCALE

FAIRE UN DON �
,SANS FRONTIERES
POUR LA LIBERTE DE L'INFORMATION

1,1jn!1i!l;l�.1�;n1111�1œ EUROPE/EX·URSS MAGHREB/MOYEN ORIENT NATIONS UNIES 1·,;i'!��WM Efii\�i/.111!;1�1

BAROMFmE DE IA UllEl!Tt DE IA PRESSE 2012

4 Journalistes tués
il52' journalistes emprisonnés
123 net-citoyens emprisonnés
j Sélectionne� une a 1 � ] Bilan

INSIJIYEH'OOSPOOR�NDTllENEWS1ETTEJI .

B. Al l ez s u r l e site d e Reporters sans Frontières et télécharg ez l e cl asse m e nt a n n u el


s u r l a l i berté de la p resse. Co m pa rez-le avec vos réponses. Êtes-vou s su rpris ?

······ · · · · · · · · · ··· ·· · ············ ······ · · ··· · · · · ····· ················ · · · ······· · · ·· · ········ ·� ···· ·· ······ ····· ··················· ·· ···· · · · · ····· · · ··· ····

C. Quels sont l es critères pris en com pte pa r Reporters sa n s Frontières pou r éta b l i r ce classement ?
Quel l es sont les d ifférentes catégories observées ?

D. A l l ez d a n s l a rubriq u e « fiche pays » et l isez l e rés u m é concerna n t votre pays


et/ ou un pays q u i vo us i ntéresse. Notez les i nformations pri ncipa l es.

E. Que pensez-vou s de la situation de la presse d a n s votre pays et d a n s le monde


a p rès avo i r l u ces d oc u m e nts ?

14 1 q u atorze
1 . LA CN I L
a
PisteOJ
A. Écoutez l 'i nterview et ré pondez aux q u esti ons.

Quel est le nom complet de la CNIL? ................................................................................................................ .

Quel est son objectif? .................................................................................................................................. ..

Quelles sont ses principales fonctions? .............................................................................................................. .

Combien de plaintes et de contrôles traite-t-elle chaque année? .............................................................................. .

Quels types de sanctions peut-elle appliquer? .................................................................................................... . .

....... . . ... ....... . . ............. ....... .. .... .......................... . . . ....... . . ... ............................. . .. . . . . . . . . ...................... . . . ...._. . . . ..
. .. ..

i
Quels sont les droits des citoyens sur leurs données informatisées? ............................................................................

L'usager qui refuse d'apparaître dans un fichier doit-il se justifier? ............................................................................ . .

Comment contacter la CNIL? ......................................................................................................................... .

B. En u ne p h rase, p roposez u n e d éfi n ition person n e l l e de l a CNIL à l 'a i d e des i nfo rmati o n s entendues.

C. Existe-t-i l une i n stitution éq u iva l ente dans votre pays. Si oui, q u e l les sont ses fo n ctions ?

quinze I 15
2. QU EL EST VOTRE PROF I L N UM É RIQU E ?
A. Fa ites l e test su iva nt afi n de d resser votre profi l n u mérique.

O S i votre patron vous demandait d'être votre ami sur Facebook :


a. vous accepteriez tout de suite de peur qu'il / elle ne le prenne mal
b. vous quitteriez Facebook
c. autre réponse : . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . ,

8 Si votre ex-mari ou femme avait publié des photos de vous sur Internet:
a. vous seriez mort(e) de honte
b. vous auriez porté plainte contre lui/elle
c. autre réponse: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

9 Si vous aviez un blog :


a. vous écririez un article tous les jours pour exprimer vos pensées
b. ce serait un blog de recettes de cuisine
c. autre réponse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

O Si vous aviez pu rencontrer Steve Jobs :


a. vous l'auriez félicité pour son travail
b. vous lui auriez demandé un ordinateur gratuit
c. autre réponse: . . . . . . . .. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . .. . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. .

9. Vous seriez très mécontent(e) si:


a. un de vos contacts de Facebook vous avait effacé de sa liste d'amis
b. vous aviez appris qu'un inconnu avait accédé à vos informations personnelles
c. autre réponse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .. . .

B. Lisez les rés ultats d u test et s u r le modèle d u profi l 1 com plétez l e p rofi l 2 et i nventez l e p rofi l 3 .

PROFIL 1 PROFIL 2 PROFIL 3


Majorité de a : Majorité de b : Vous êtes un Majorité de c : Vous êtes .................
Si Internet n'existait pas, vous utilisateur méfiant, vous n'aimez
l'inventeriez ! Vous êtes totalement pas donner d'informations
accro à votre ordinateur et si vous personnelles en ligne : vous
passez quelques heures loin de votre savez que vos mouvements sur
écran, vous ne vous sentez pas Internet sont conservés à des fins
très bien. Vous avez des comptes commerciales, que les patrons
sur Facebook, Twitter que vous googlisent leurs employés et
actualisez en permanence depuis que votre ex-mari/ femme vous
votre smartphone, vous avez suit à la trace sur les réseaux
retrouvé TOUS vos camarades sociaux. Alors si vous devez faire
de primaire sur Copains d'avant, un achat, ...............................
vous avez ouvert 4 blogs différents et si vous pouviez écrire une
et regardez en permanence les lettre au lieu d'envoyer un mail, Notre conseil : ... . . . . .. . . . .. . . .. . . . . . . . . . ...
informations en ligne.
Notre conseil : prenez des vacances Notre conseil : relaxez-vous et évitez
sur une île déserte, sans électricité de devenir trop parano, il faut bien
ni wi-fi ! vivre avec son temps !

16 1 seize
, Activités 12
3. SI J E N'AVAI S PAS PU BLI É CES PH OTOS •••

A. Lisez l a l ettre su iva nte et répondez aux q u estions.

• Quel est le motif de cette lettre ? ...... . . . . . .............. ........ . . . . . . . . . . . ......... ......... . ...... ... ...... . . ... ..................... . . ..... .. .

• Pourquoi M. Vian a-t-il été licencié? ............................................................................................................... .

• Selon vous, ces faits constituent-ils une faute grave? Pourquoi? ............................................................................ .

VO S.A Paris, le 4 juin


12, rue de Santeuil
75005 Paris Monsieur Vian
10 rue Lecourbe
750 1 5 PARIS
Objet : l i cenciement pour faute g rave

Au cours de notre entretien préalable en date du 24 mai, nous vous avons demandé de vous
expliquer sur les agissements dont vous avez été l'auteur, à savoir: publication de photos
compromettant la bonne réputation de l'entreprise sur un site Internet.

Ces faits constituent une faute grave. Nous sommes donc contraints de mettre fin à
votre contrat de travail, votre attitude rendant impossible la poursuite de votre activité
professionnelle au sein de notre entreprise.

Nous vous notifions par la présente votre licenciement pour faute grave qui prend effet
immédiatement, sans préavis ni indemnités.
\
i
Votre certificat de travail et votre attestation d'Asseâic sont à votre disposition, ainsi que votre
bulletin de salaire et l'indemnité compensatrice de congés payés qui vous est due à ce jour.

Veuillez agréer, Monsieur Vian, nos salutations distinguées.

Boris Camus
Directeur du personnel

B. Le l icen ciement de M . Via n provoq u e de nom breux com menta i res.


Com plétez les phrases su ivantes.

• Le représentant syndical: Si M. Vian avait fait appel à nous ................................................................................ '


.

• Le PDG: Si nos actionnaires apprenaient cela .................................................................................................. .

• M. Vian: Si je n'avais pas publié ces photos sur Facebook •• .••.•••.• •••....•.. ...••.. . . . . . .••••• • • •.. .••. . . . . . ....•.••.. ..•••••••..•••• • • • . . .

• Une collègue de M. Vian: Si je pouvais faire quelque chose pour l'aider ................................................................. .

• Le directeur des ressources humaines: Si je pouvais éviter son licenciement ......................................................... .

• La femme de M. Vian : S'il m'avait écoutée .................................................................................................... ..

dix-sept 1 17
4. OÙ SONT TOUS M ES AM IS ?
a
Piste04
A. É coutez l a prem ière partie de l 'é m ission et re m p l i ssez l a fiche ci-dessous.

Titre : . . . . . .• . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . .. . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . ..... . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

7\ute u r : . . . . . . . . . .. . . . . . .. . . . . ..• . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .. . . .... . . . . . . . . • . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .

G e n re l ittéra ire : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. .. . . . . . . . • . • . . . . . . . . .. . . . . . . . • .. . .. . • . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . ......... . . . . . .

Questions posées d a n s l 'ouvrage (citez-en trois) :

Th éorie citée pa r l'auteu r : . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . ..... . . . . . . . . . . . . •. . . .. . . . . . . . . .. . ... . . . . .. . . . . . . . . .. . . . . .. . . . . . . . . .

N o m bre m oyen idéal d'a m i s s u r Facebook selon l 'aute u r : . . . .. . . . . . . . . .. . . . . . ...... . . . . . . . . . ... . . . .

"' ,
,/'.� '
Q B. É coutez l a deuxième partie de l 'e n registrement et rem p l i ssez les fi ches des personnes i nterrogées.
Pisteos I n d i q u ez également de q uel type d'uti l isate u r i l s'agit.
;
Personne 1 : Personne l :

Nombre d'amis : • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • .••. Nombre d'amis : . • . • • • • • • . • • • • • • • • • . ....

Type de relati ons avec ses amis : • • . •• • • • Type de relations avec ses am i s : . • • • • • • •

Personne l :

Type d'utilisateur : • • • • • • •• • • • • • • • . • . • . .. Nombre d'a m is : . . . . . . . . . .


. . .. . . . . . . . ...
Type d'utilisateur : . • • . • • • • • • • •• • . • • . • • .

Type de re lations avec ses amis : . • • • • • • •

Type d'util isateur : . • • •• • • • • • • • • • . • • • • • • .

C. E t vo us, de laquel le de ces personnes vous sentez-vous la p l u s proche ? À votre to u r, d ites co mbien
d'a m is vou s avez s u r Facebook et q u e l type de relation vous avez avec eux.

18 1 d i x-h u it
Activités 1 2

S. LA CH UTE DE LA MAI SO N USH E R


A. Lisez l e texte s u iva nt, extra it d e l a nouve l l e La chute de la maison Usher et repérez
les verbes a u passé s i m p le.

À mon entrée , U s her s e leva d ' un


canapé sur lequel il était couché tout
de son long et m ' accueillit avec une
chaleureuse vivacité , qui ressemblait
fo r t - t e l l e fu t , du m o i n s , m a
première pensée - à une cordialité
e m p h a ti q u e , - à l ' e ffo r t d ' u n
homme du monde ennuyé , qui obéit
à une circonstanc e . Néanmoins , un
coup d ' œil j eté sur s a physionomie
me convainquit de s a parfaite sincé­
rité . Nous nous as sîmes , et , pendant
quelques moments , comme il restait
muet , je le contemplai avec un senti­
m e n t m o i t i é de p i t i é et m o i t i é
d ' effroi . À coup sûr, j amais homme
n ' avait aussi terriblement changé , et
en aussi peu de temps , que Roderick
Usher !

Source : Traduction de Charles Baudelaire f'ilouvelles Histoires extraordinaires

B. Notez les infin itifs des verbes re pérés d a n s C. Réécrivez le texte en rem p l açant l es verbes a u
l 'activité A . passé s i m ple pa r l e passé com posé.

. . . . . . . . . .. .. . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . .. . . . .. . . . . . . .. . . . . . . .

• • • • • • • • .. . . • • • • • • • • • . . . . . .. . . . • • • • • • J • • • • • . . . . . . . . . . . .. ... ..... . . . . .. . . . . . .. . .

dix-neuf 1 19
6. LA MAUVAISE RÉ PUTATION
A. Réécrivez a u passé s i m ple cette biogra p h i e d e Georges B rassens.

Brassens, Georges
Georges Brassens est un poète. chanteur. auteur et compositeur
français. Au long de sa carrière. il met en musique et interprète
plus d'une centaine de ses poèmes. touj ours accompagné de son
inséparable guitare. Il est l'auteur de chansons comme Les Copains
dabord. Chanson pour l'A.uvergnat, Les Amoureux des bancs publics.
La Ma uvaise Réputa tion, entre autres.
Né en 1921 à Sète dans l'Hérault. il commence à écrire ses premiers
textes en 1935. Il fait sa première représentation publique en 1951 au
Caveau de la République mais ses vrais débuts il les fait dans la salle \
Les Trois Baudets e11 1952. Entre 1952 et 1976 il enregistrè14 albums. Il
reçoit le Grand Prix de poésie de !Académie française en 1967.

B. Rel i sez l es deux textes et d ites ce l u i q u i vous pa raît le p l u s viva nt : cel u i a u passé ou cel u i a u présent ?
Pou rq uoi ?

)
20 1 vingt
Lexiq ue et méd iation 1 2

7. LE CAN D I DAT 2.0


Com p l étez l 'a rticle su iva nt avec l es m ots de la l i ste.

2 .0 blog j e-réputation / goog l iser


_
.J l i en s en l i g n e { em prei nte n u m ériq
ue J
l e net p rofi l j n umérique { �� l iser J sites / toi le J résea u x soci a ux
web .j

Titre : llig n e r s o n profi l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . p o u r trouver u n t rava i l .

Corps
: l1 B 1 1 1 J,J_ ! Il= 1;=:' " 1
Q u a n d les e m p loye u rs recr u t en t . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. bien g é re r son i m a g e s u r . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. d evient
un ato u t . Q u e lq ue s conseils pour être u n pa rfait candidat . . . . . . . . . .. Si en Fra n ce la majorité d e s recrute m e n ts 11
est to uj o u rs ré a li s é e via les c a n a u x tra d i ti o n n e l s (cou r r i e r, télé p h o n e ,. e n t reti e n e n perso n n e ) . le

. . . . . . . . . . . . . . . . . fait ce p e n d a n t évo l u e r les p rati q u e s . Aujourd ' hui, le p r e m i e r réflexe d ' u n rec r u t e u r est souve nt 1
-'
d e . . . . . . . . . . . . . . . . . un c a n d i d at, c 'est-à-di re de ta p e r s o n n o m sur Google afi n de trouver des i n formations s u r

l u i . Q u ' i l l e ve u i lle o u n o n , c h a q u e i ndivi d u laisse s u r la . . . . . . . . . . . . . . . . . u n e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


I l fa u t e s s a y e r d e contrôle r au m a xi m u m cette t ra ce a fi n d e se constru i re u n e . . . . . . . . . . . . . . . . . s u scepti b le d e
i'
plai re a u x e m p loye u rs . fi
La première éta pe c o n s i ste à fai re le p o i n t s u r s o i : d o c u menter avec soi n son . . . . . . . . . . . . . . . . . s u r l e s

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . est essenti e l .
I l est éga le m e nt reco m m a n d é d ' uti li ser toujours la m ê m e p h oto.
li
Un . . . . . . . . . . . . . . . . . est d 'a utre p a rt un bon moyen d e présenter l'e n s e m b le de ses compétences : celui -ci d oi t
,,
re nvoye r à d 'a utre . . . .. • . . . . . . . • . .. par des . ..... . . ... ..•... hype rtexte.
Retrouver d'autres conseils pratiques sur notre site www.VOemploi.fr

Photos Ajouter une photo I'


:

'
""""'�"""'...,.,,_..""""!"l""'Pffl���;�""'':'n'""',,.,.,!'"''"'""'"""'._�� ......,,.
. -�,..,
. ..,...""""���-T"J��!IV'
,., ' �"""""'m'"T�'•�fl'Jr,"�"17"�,.�,l"ff'��.-
\

8. LES MOTS DU WEB


Répo ndez a u q u estion n a i re su ivant.

a . Qu'est-ce q u' u n tweet ? d. Qu'est-ce q u' u n buzz I nternet ?


D u n bruit d 'oiseau D u n p rogra m me d 'a id e à l ' uti l isate u r
0 u n cockta i l 0 u n e tech n i q ue pou r partager des vidéos
D u n jeu 0 un conte n u vu pa r bea ucou p d e person nes e n u n te m ps très cou rt

b. Qu'est-ce q u ' u n wiki ? e. Que s i g n ifie googliser?


D un m a i l l ot de bai n 0 uti l iser le m ote u r de recherche google
D u n e base d e d o n n ées D rechercher s u r I nternet des i n fo rmatio n s p u b l iées s u r une perso n n e
D une plateforme d 'écritu re c o l l a borative D p u b l i e r u n conte n u e n l i g n e

c. Qu'est-ce q u ' u n chat sur i nternet? f. Q u'est-ce q u ' u n blog ?


D un fél i n 0 u n j o u r n a l de bord
D u n e message r i e e n temps rée l D u n réseau social
0 u n j e u e n résea u 0 un article d'i nformation

v i n g t et un 1 21
9. LES TWEETS DE LA CLASSE
A . Nous a l lons uti l iser l e résea u Twitter afin d 'échanger des messages avec les a utres m e m bres d e notre
classe ou de notre école. Pou r cela, nous a l lons ouvrir u n com pte s u r l e site de Twitter en fra nçais. (Si vous
possédez d éjà u n com pte, vous pouvez en ouvri r u n a utre seu l e m ent pou r l a c lasse) .

, B. Rem p l issez votre profi l : choisissez u n e p h oto et réd igez u n e cou rte biog ra p h ie.
(Fa ites cependant attention à ne pas donner d'informations trop perso n n e l les).

C. Réd igez u n petit m essage de présentation qui a ppa raîtra s u r votre p rofi l.

D. Choisissez cinq pages à su ivre et d ites pou rq uoi vous les avez choisies.

E. É changez vos com ptes avec l es a utres m e m b res de l a classe,,


F. Envoyez u n tweet : réd igez u n cou rt message de 1 40 ca ractères maxi m u m !

22 1 v i n g t- d e u x
1 . L'APITH ÉRAPI E
a A. Écoutez l e début de l'ém ission de rad i o Le magazine de la san té et rel evez d a n s la l i ste ci-desso us
p;,1,06 les différentes vertus attri buées a u m iel.

D L e m i el a d e s propriétés c u ratives. D Il est symbole de l o n g évité. D I l renforce le systè me d i gestif.


D I l sou lage l e mal d e gorge. D C 'est un bon a nti-i nfla m mato i re. D I l a bon goût.
D I l est sucré.

B. S u r le même modèle, présentez, d a n s votre ca h i e r, un p rod u it a l i m enta i re q u e vous co n n a issez


et q u i a des vertus méd ica l es.

a C. Écoutez l'interview d 'Al bert Becker et co m p l étez l a fiche sur l 'a pithéra pie.
Plste07

L'apithér'!pie Définition de l'apithérapie : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . •. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . ..... . . . . . . . . . . . . . . .

Différents " produits des abeilles " utilisés par l'apithéra11ie : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Utilisations actuelles du miel : . .. . . . . . . .. . . . . ...... . . . ... . . .... . . . . .. . . ... . . . ... . . . .... . . .. . . . . . . ..

Avantages du miel par rapport aux antiseptiques habituels : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . .

a O. Faites u n e recherche s u r I nternet et expliq uez ce q u'est « l'a p i p u n ct u re ». Fa ites u n e synthèse de vos
recherches et e n reg istrez-vous.

2. CO N SE I LS SANTÉ
A . Associez l es éléments des trois colo n n es afi n d e reconstituer d e s p h rases co m p l ètes
et conj u g u ez le ve rbe.

Le g i nseng • • (contenir) .•..• • • • • •• •••. ... . . . .. . . ...


• • le lait de vache.

La p ropolis • • (posséder) . ••••• • • . . . . • . . . . . ...•.. •..


• • les pertes de m é m o i re .

Le café • • (nourrir) .••.•• •••••••• ..•.••....• .....


• • de la vita m i ne C.

Les oranges • • (renforcer) .•••. . • • • .. . ••• . •.•.. • .. ••.


• • le systè me n erveux.

Le g u a ra n a • • (soulager) • •. •• . • • ••• • . . . . . . ......•...


• • les hématomes et les dou l e u rs m u s c u l a i res.

L'.a r ni ca • • (stimuler) . •. .•. • • • • • ••••.•.• . . . • . •...


• • les cel l u l es cérébrales.

Le l a it de soja • • (prévenir) .••.•. •••.. •••. . ..• ..... •...


• • les défenses de l 'org a n isme .

Le phosphore • • (substituer) . •..• • • • •• . • . .. .... . . •..•.


• • des ve rtus a n tiseptiq ues et a nti bactéri e n n e s .

v i n gt-trois 1 23
B. À l 'a i d e des éléments de l'activité précédente, d o n n ez u n conse i l pou r chacun
des messages su iva nts postés su r l e foru m de VOsa nté.

Jan @ Posté le 25-0 1 -20 1 2 à 1 7:36:49

J'ai bientôt des examens et j'ai d u mal à me concentrer pour étudier. J'ai bea u l i re et rel i re mes cou rs, dès que je ferme mon
ca h ier, je me rends com pte que je n'ai rien retenu. Qu'est-ce que je peux fa i re ? I l me reste très peu de temps !

Marie @ Posté le 24-0 1 -20 1 2 à 1 7:43:27

Chaque hiver c'est la même chose : le moindre rhume qui passe est pour moi ! Sans compter les g rippes, les angines et les
bronchites, a l ors je dois souvent me mettre en congé. Comment pou rrais-je prévenir tous ces maux de l'hiver ?

Alice @ Posté le 24-0 1 -201 2 à 1 6:39:27

Mon fi ls a u n a n i l grimpe pa rtout et i l tom be ! Presque tous les jou rs, i l finit la jou rnée couvert de bleus et de bosses.
Com m e il est encore très petit, je n'ose pas l u i donner de médica ments. Connaissez-vous une sol ution naturelle et
ada ptée à son âge ?

M inty @ Posté le 24-0 1 -201 2 à 1 6:28: 1 6

Depuis q uelques tem ps, chaque fois que je bois du l a it, j'ai m a l au ventre, des nausées et parfois même des vom issements.
Une amie m'a dit que j'étais sûrement intolérante au lactose et q u e je devrais arrêter de boire du l a it. Le problème c'est que
j'adore ça . . . je sais que ça ne sem ble pas très g rave, mais si vous avez des conseils à me donner, je suis preneuse !

24 1 vi n g t- q u a t re
Activités 1 3

3. MAN G E R BIO
A. O bservez les données su iva ntes concernant l 'évol ution de l a consom mation des prod u its bios (issus de
l 'ag ricu ltu re biologiq ue) en Fra nce et répondez a ux q u estions.

Évolution de la consommation Lieux où d evrait se d évelopper Pro d u its bios l es p l u s consommés :


d e pro d u its bios en France : l'uti l i s ation de produ its bios :

2009 2008 2007

Raisons invoquées pour manger bio :


1 Au restaurant

100 Sur mon lieu d e travail

80
Autres
60

20

%
Pou r préserver ma santé

Pour préserver l'environnement


Complément Lait Pain Biscuits Vin Jus de fruits
• Pour raisons éthiques a l i mentaires

1. Que pouvez-vou s d i re d e l 'évo l ution de l a consommation des prod u its bios en Fra n ce entre 2007 et 2009 ?

2. Que pe n sez-vou s des ra isons i nvoq uées pour expl i q u e r la conso m m ation de prod u its b ios ?

. . . .
.
. .
. . .
.
.
. . . . . .
.
. .
.
.. .. . . . . . . . .
. .
. . .. . . . . .
.
. . . . . . . . ·
·
· · · \··· . . . . .. . .. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . .. . .

3 . Q u e l s sont les prod u its les p l u s conso m més ? Pou r q u e l les raisons selon vou s ?

4. U n des chiffres mentionnés vou s éto n ne-t-il ?

5. Consom me-t-on bea ucoup de p rod u its bios d a n s votre pays ?

B. À pa rti r des d o n n ées précédentes, proposez u n e synthèse s u r l 'évol ution de l a consom mation
des prod u its bios en Fra n ce ces dern ières a n nées.

vi ngt-c i n q 1 25
4. LA CLÉ DU BON H E U R
A. Répondez à l 'enquête d u m agazi ne Marie-Laure et classez l es élém ents d e l a l i ste selon vos critères.

Selon vous, q u'est-ce q u i est le plus i m portant pour être heu reux 1
.Notez les propositions suivantes de 1 à 10 :

0 0
1

• Ëtre en bo n n e sa nté . . . . . . . .. . . • Avo i r beaucoup d 'a m i s . .. .

0 0
. . . . . . . . . . ...... . .... . . .. . . . . . . . . . . . . ... .. . . .. . .... .. ..... . .... .... ..... . . .. . . . ... . ..... . ..... . . ..... . ........... . ....

• Avoir u n e bonne situation économ i q u e • Se marier

Ëtre propriéta i re de sa maison / son a ppartement.... 0 0


. . . . . . . . . . . . . . ... . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . .. . . . . .. . . . . . . . .

• • Vivre d a n s u n e vi l l e / u n v i l l a g e a g réa b l e

. . 0 0
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .

• Avo i r des enfa nts . . .. . • Avoir u n e m p l oi sta b l e .. .. .. . .. . .

0 D
. . .. . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . ... . . . . . . . . . .. . . . . . ..... .... .. ......... .... ..... ..... ..... .... . ... . . . .. . . . . . . . . ..

• Fa i re u n trava i l q u e l 'on a i m e . . .. . . . . ... . ..... . . ... . ... . . .. .. .. . .. . . . . . . . . . . . . . . • Ë tre a mou reux / a m o u reuse . .... ..... .. . . . . .
. .. . ... . .... . . . . .. . .... . . ..... .....

Q
Piste OB
B. É coutez l a conversation su iva nte et retrouvez l e classement des Fra nça i s.

C. Com pa rez votre classement perso n n e l à cel u i des Français. Q u e l l es sont l es poi nts s i m i l a i res ?
Les d ifférences ? Com ment l es exp l i q u ez-vous ?

S. LE MÉ DECI N DONT J E T'AI PARLÉ •••

Rel iez les deux éléments à l'a i d e d'un rel atif afin de former u n e p h rase co m p l exe. Ajoutez u n e préposition
si nécessa i re (il peut y avo i r plusieurs poss i b i l ités).

J e t'ai parlé de ce m édeci n . Il est acupu ncte u r.


Le médeciV1 doV1t je t't1i pt1r lé est t1C1Ap1..m de1..1 r. / Je f't1i pt1r lé de ce médeciV1 q1..1 i est t1C1..1 p 1..1 V1de1Ar.

1. Le thym est u n e p l a nte a l i menta i re et médicin a l e. Ses vertus pou r com battre les r h u m es ne sont p l u s à prouver.

2. Le fo ru m de d iscussion de ce site I nte rnet est très i ntéressa nt. J'ai écrit u n message s u r ce fo ru m de d iscussion.

3.Tu m'as d o n n é des conseils. Ils ont été très efficaces .

. . . . . .. . . . .. . .. . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . .. . . . . . . . .. .. . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . .. .. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .. . . . . . . . .. . .. .

4. Les a n t i bi oti q u e s sont des méd icaments. La d u rée de vie s'est ra l lo n g ée g râ ce à eux.

S. Les sash i m is sont des morceaux d e poi ssons crus. Les Japonais e n sont fri ands.

26 1 v i n gt-s i x
Activités 1 3

6. C'EST BON POU R LA SANTÉ !


A. Complétez les d éfi n itions s u iva ntes avec les relatifs corrects, aj o utez u ne préposition si n écessai re.

1 . Org a n i smes viva nts . • • • • . • • • • . • . • .. .. . . . •.. • .. • . . . . . . • . • • . • • o n a apporté u n e mod ification g énétique.

2. Al i ment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... .. . . . . . . . . . . . . . . . les végéta l i e n s compensent le manque de protéi n es.

3. L i q u i d e préci e u x . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . nous ne pourrions pas vivre.

4. Fru it . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . on d i t q u'i l contient p l u s de vita m i ne C q u e l 'ora nge.

B. Retro uvez les m ots a u xq u e l s font réfé rence l es défi n itions de l'activité A.

1. . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . .
.. . . .. . . .. . . . . . . . . .. . . • • • • • • • • • • • • . • • . • . . • • • • • • • • • . • 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2. . . . . . . . . . . . . . . ... . .
.
.. .. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . .
. . . . . . . . ..
. .. . . . . . . . . . . . .. . . . 4 . ... ...... . . .. ... . . .. . ....... . . . . . .... . . . . ..... . . . . . . . . .. . .. . . . . ..... . . . . . .

C. À votre to u r, proposez trois d éfi n ition s com po rta nt des rel atifs co mposés pour les mots su iva nts.
1 . Calci u m : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2. Pom me de terre : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3. Protéines : . .. . . . . . . . .
. . . .. . . .. . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . .. . . . . . . .. .. . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . .. . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . .. . . .. . . .. . . . . . . . . . . . .

7. U N E RECETTE M I RACU LEUSE


A. Observez l e s i n g rédients des recettes s u iva ntes e t d ites d a n s q u e l type de m e n u vou s les i n c l u riez.
0 '
' M e n u énergie
/Menu �ntig rippal 1 M e n u m i nceu r

SALADE D E Q U I N OA AUX HARI COTS


N O I RS ET BLANCS B O I SS O N SANTÉ AUX 5 FRU ITS CO U RG ETTES AU P O U LET
I ngréd i e n ts : l ng 4 d i ents : I ngré d i ents :
• 1 /3 tasse (80 m l ) de q u i noa. • 1 (2 50 m l ) de fra i ses.
tasse • 4 blancs de pou l et.
• 1 /4 tasse (60 ml) d' h u i l e végéta le. • 1h tasse (1 2 5 ml) de fra m b o i ses. • 4 cou rgettes.
• 2 c. à soupe (30 m l ) de j u s de l i me . • 1/2 tasse ( 1 2 5 ml) de b l e u ets. • 2 o i gnons.
• 1 c . à s o u p e ( 1 5 m l ) de v i n a igre de c i d re . • 1/2 tasse ( 1 2 5 m l ) de bananes . • 250 grammes de c h a m p i gnons
• 1 gousse d' a i l h achée fi n ement. • 2 tasses (500 m l ) de l a i t de soja de Pa r i s .
• 1 c. à café (5 ml) de cor i a n d re mo u l u e . à l a van i l l e . • 1 cube de bou i l l o n de vo l a i l l e .
• 1 boîte de h a r i cots noi rs, égouttés et r i n cés. • 2 oranges e n j us . • 1 c . à café de c u rry e n p o u d re .
• 1 boîte de h a r i cots b l a ncs égo uttés. • 1 tasse (2 50 m l ) de yao u rt • 1 0 gra m mes de beu rre a l l égé.
• 1 tasse de concombre coupé en dés. n ature sucré. • 1 c . à café d e thym .
• 1 /4 tasse d ' o i g n o n ro uge coupé en dés. • Sel et poivre à votre goût.
• 1 p i me n t fra i s haché.
• 1 /4 tasse de cori a n d re h achée fi nement.
• Sel et poivre à votre goût.

B. À votre tou r, proposez u n e recette, rée l l e ou i nventée, q u i a des pro p riétés thérapeutiques. Déta i l l ez les
i n g réd ients nécessa i res et les effets recherchés sur une feu i l le à pa rt.

v i n g t- s e pt 1 27
3 1 Activités .

8. U N E CHARTE I NTE R N ET
Li sez la c h a rte s u iva nte et com plétez-la avec les m ots d e la l i ste.

r::i o dé r � J j
pa :!.e��s profes sio n n els /
- _

:c:_u rces J exp érie nce pers o n n e l l e


- · ......- �- - - -- --

Notre fo ru m est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . a poste riori par ses aute u rs et de m a n iè re

q uot i d i e n n e par vér i fi cation a l éato i re des messages.

Les modé rateu rs et les a d m i n i strate u rs sont bén évoles. Ces d e r n i e rs util isent les pseudonymes

s u ivants : a d m i n , respect34 et vo4cha rte.

Les modérate u rs et les . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . du for u m ne sont pas à considérer

com m e des . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .. . . . . . . . . . . . . . . . de la sa nté.

Notre fo r u m s'ad resse au g ra n d p u b l ic. Il a pour m i ssion d e fac i l ite r les éch a nges s u r le thème d e

En uti l i sant notre forum, vou s vo us engagez à n e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . q u e

d e s i nformations q u i sont vra ies e t correctes a ux vues d e vos co n na i ssances e t de votre

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .... . De p l u s, nous vou s i nvitons à fo u r n i r des

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (réfé ren ces, l i e n s, etc.) lorsq ue c'est poss i ble.

Il est a bsol u ment défe n d u de . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . des messages pu b l i cita i res, q u e

28 1 v i n g t- h u it

Lexiq ue et médiation l 3

9. MON RÉSEAU DE MOTS


Com p l étez l e résea u s u iva nt avec l es mots des d ifférentes thémati q u es vues d a n s l ' u n ité.

1 O. C'EST PAS DES SALADES !


A. Pou r chacune des expressi o n s s u iva ntes, coch ez cel l e q u i a l e même sens.

a. Raconter des salades : b. Mettre d u beurre dans les épinards :


0 Di re des m e n s o n g es. 0 Exa g é re r.
0 Raconter des h istoires. 0 M a n g e r trop g ras.
0 Fa i re d e l o n g s d i scou rs. 0 A m é l i o rer ses fi n a n ces.

c. Tomber dans les pommes : d. Avoi r l e melon :


0 G l i sser s u r des fru its. 0 Avoi r la g rosse tête.
0 S'éva n o u i r. 0 Avoi r très cha u d .
0 To m ber m a l ade. 0 Ë tre e n cei nte.

B. Com p l étez les m i n i-d i a l o g u es avec l es �xpressions de l 'activité A.

1 . • Tu as vu l e d e r n i e r fil m d e Matthieu Robert ? Un vra i . • • • • • • • • .. • • • • . • . •. . . . . •.... .. • • . • .• • • • . !

o O u i, i l est vra i ment n u l , en p l u s j'ai vra i ment l 'i m p ression q u e d e p u i s q u'i l a eu le prix d'interprétati o n d u festiva l de Can nes

il a d rôlement pris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . E n to ut cas, je n'i ra i plus revo i r un de ses fi l m s ava nt un bon moment !

2 . • Tu as a p p r i s le terri ble accident q u i est a rrivé à Jean-Cla ude, c'est i n c roya b l e, q u e l l e horre u r 1 Q u a n d i l me l 'a ra conté, j'ai fai l l i

. . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . !

o Oui, bon, tu sa is, i l ne faut pas p re n d re au pied de la lettre tout ce q u'i l d it, i l a ten d a nce à exag é rer et

même à . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

3 . • Tu vas accepte r ce n ouveau contrat ?

o Je ne s a i s pas trop, d ' u n côté je s u i s d éjà s u rc h a rgée de trava i l, d ' u n a utre c'est b i e n payé, d on c ça . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .

vi n g t- n e u f 1 29
1 1 . LE MAGAZI N E DE LA SANTÉ
A. Con nectez-vou s s u r le site officiel de Fra nce 5 e t a l l ez d a n s l a rubrique « Sa nté ». Choisissez d a n s l a l i ste
Le magazine de la santé et s u ivez le l i e n j u sq u'à accéd er a u site de l'é m i ssion.

B . Allez d a n s l a rubrique « Dossiers » et o bservez l a liste dès dossiers l es p l u s con s u ltés. À votre avis
pou rq u o i ces thèmes i ntéressent pa rticu l ièrement l es i nterna utes ?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . <..................... .

C. A l l ez d a n s l'o n g l et « Vid éos » et visio n n ez u n reportage. Fa ites-en u n rés u m é


po u r l e présenter a u reste d e l a classe.

O. Dans la rubri q u e « A l l ô docteu r » vous pouvez poser u n e q u estion en d i rect et en 1 30 ca ractères.

E. Pou r a l ler p l u s loi n, vou s pouvez s u ivre le l ie n du site Bonj o u r- Docte u r, q u i contient des blogs
et des foru m s de d iscussions s u r l e thème d e l a sa nté.

3 0 1 t re n te
1 . LES F RANÇAIS ET LES J EU N ES
J
11• 09
A. U n g ra n d jou rna l a réalisé u n e enquête pou r con naître l 'opinion de la popu l ation fra nçaise sur les jeunes.
É coutez les réponses de quatre person n es et retrouvez la q u estion q u i a été posée à chacu ne.

1. · · · · • • . . . . . . • . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . • • . . • • • . . . • . • . · · · · · ···· • • · · · · . • • • • . •• . . • 3. • · • · · • • • . • . • . • . . . • . • . . . . • . . . . . . . . . . . . • . • • . • • . • • . . . . • . . . . . . . . . . . · • · · • • . • . . •

2. . • . • • . • • • . • . . . • . • . • . . . . . • . . • • . • • . . . • . • • • • • . • . • • . . • . • . . •• . • • . . . . • • • • • • • • • • • 4 . . • • •• • • • • • • • • • • · • · • • · · · · • · · • · · · • · . • • . • • • • • . • . • • . . • . • . . .. . • . . . . . . • . . • • • • • . •

B. Observez, d a n s le ta blea u s u iva nt, les rés u ltats de l 'e n q uête. Présentez-les dans u n cou rt texte.

Les jeunes vus


par leurs aÎnés Ou i Non NSP

Pensez-vou s q u' i l soit difficile

La fractu re e ntre l es gén é rat i o n s est-el le d 'être jeune auj ourd ' h u i e n 81 % 11 % 8%
en tra i n de se c reuser ? L e s rés u l tats d u Fra n ce ?
sondage IPSOS / Le Monde m ontrent q u e
.
l ' o p i n i on p u b l i q u e fra n ç a i s e porte u n
rega rd com pati ssant m a i s criti q u e s u r l a
Diriez-vous que la situation s'est
d étériorée par ra p p ort à votre 71 % 24 % 5%

s ituation de l a j e u n esse en Fra nce .


g é n ération ?

Avez-vous le sentiment q u e

/ l e s j e u n e s d 'a uj o u rd ' h u i sont


Quel est sel o n L'égoïsme La paresse !.:i ntolérance 83 % 7% 10 %
différents de ce que
vous le pri nc i p a l
d éfa ut de
63 % 23 %
-- 14 %
vous étiez a u m ê me âge ?

Est- i l à votre avis p l u s d ifficile de


l a jeunesse
actue l le ?
- tro uver u n e m p l o i de nos j o u rs ?
91 % 6% 3%

:
Sruœs étude Ipsos I Logica Bu9ness Consulti1g poo' le Monde. Novemlxe 201 1 .

C . Relevez dans l e ta bleau l es expressions q u i permettent d e d e m a n d e r l 'opinion d e s perso n nes


i nterrogées. Proposez d ifférentes m a n ières d 'y répo n d re et d'i ntrod u i re u n e opinion.

, O. Com ment exp l i q u ez-vou s l e j u g e ment des Fra n ça i s sur l a jeunesse ? La situation est-elle d ifférente dans
votre pays ? E n reg istrez-vou s et remettez l'e n registrement à votre professe u r.

tre n te et u n 1 31
2. LA LISTE DE DOLÉANCES
A . Com p l étez l es p h rases avec l es expressions de compara ison q u i convi ennent.

Les p rin cipaux problèmes s e l o n l e s jeunes Les principaux problèmes selon les seniors

• C'est . • . • • • • • • . • • . • . . . . . . . •. . • . . . . • . • . • • . • • . • • • . • • . • . . . . . • . . . . • . . . . . . • . . • Il y a • • . • • • • • • • . • • • . . • . • . . . . . • . . . . . . . . . d e p l ace en m a i so n d e
d iffi c i l e d'être j e u n e de nos j o u rs. retraite.

.
• Les enfa nts sont o b l igés de rester vivre • ) n nes agees est
Le savoi r d es pers.o
1
. . • • . • • . • • • • . • • . • . • . . •.. • , • . . • • . • • • • . • . • . . • . . . . . . . • . . . . . . . .

. • . •• • • • • . • . • . • . . . . . .... • • • • . . • longte m ps c h ez l e u rs pare nts, va lorisé par notre soci été .


. • • . • • • • • •• • • •• . . . • • . . . . • . . . . . . •. . • . • • • • • • . • . • • . q u'i 1 est très d i ffi c i l e
• Les e m p l oyeurs préfèrent e m ba u c h e r u n j e u n e . • . . • • • • • . • • . • . .

de trouver u n e m p l oi .
. • . . • . • • . . • • • • • . . . . • . . . . u n sen i o r.

B. De q u e l s a utres pro b l è mes peuvent se p l a i n d re les j e u n es et l es seniors ? Com plétez l i b rement les deux
l istes su iva ntes en uti l isant d ifférentes express ions d e com para i so n .

Les principa ux problèmes pour les jeunes Les pri ncipaux problèmes pour les seniors

\
\

32 1 t r e n te - d e u x
Activit�s.· l ·4 "
· ·

.· .

_ :· . .
. ·
� . � . ' .

3. QU E PENSE NT- I LS DE L E U RS AÎN ÉS ?


A. Lisez les tém oig nages suiva nts et choisissez le co n necte u r d 'op position q u i co nvient.

Bruno : Même si / Quoique nous avons une g ra n d e


différence d 'âge, je sais q u e j e p e u x touj o u rs me c o n fi e r à
mes g ra n d s-pa rents.

J u l i ette : Bien que / Encore que mes pa rents soient à


la retra ite, i l s n'ont pas le temps d e s'occu per de leurs
petits-enfa n ts.

Carol e : Mon g rand-père est e ncore t rès actif et fait


beaucou p de sport malgré / quand bien même ses
p roblèmes de dos.

Pasca l : Les seniors p ren nent leur retraite d e plus en


p l u s ta rd alors que / malgré l e chômage des jeunes
a ugmente, c'est u n vrai problème!

Éric : Bien q u e / Quoique l 'o n d i se, je pense que les jeunes


d'aujou rd'hui ne sont pas si d i fférents de leurs aînés.

B. Et vous ? Que pen sez-vous de vos aînés? Proposez trois p h rases contenant u n con necte u r d'oppos itio n
com m e d a n s l 'activité A .

1. • • · • • • • • • • • • • • • . • • • • • • • . • • • • • . • • • • • • • • • • • • • • • • • . · • • • • • ·•· • · • • • · . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . · • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

2. · • · • • · . . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . · · · · · · - · · . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . · · • • • • • . • . • . • • . • • . . •

3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . • . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • • . . • . . . . . • . . . . . . • . . . · · · · · · · · · • · · · · · · · · . . . . . . . • . . . . • . . · · · · · ···· · · · · · · . . . . . . • • · · · · · · · . . . . .

4. J U N IORS VS S E N IORS
Reliez les p h rases s u iva ntes à l 'a i d e des con n ecteu rs d 'oppositio n d e votre choix.

1. Le chômage des jeunes augmente. Cel u i des seniors se sta b i l i se.

2. I l est d i p lômé. li a bea uco u p d e mal à t rouver u n travai l adapté à ses compétences.

3. Il est âgé. Il est resté très actif.

4. Le ta ux de nata l ité augmente. La population con t i n u e d e viei l l i r.

S. La p resse affirme que les seniors restent jeunes d a n s leur tête. Les i ncom p réhensions générationnelles persistent.

t re n te - t ro i s 1 33
de 60 a n s 1
d e p\ u s
rs o n n e s
e s des pe
S . 60 AN S ri s ti q u
r a cté
u s, \ e s c a
s s o n t, se l o n vo
A . Qu e ll e te .
e s u iv a n
ez l a \i st
co m p \ ét

I� 6\G1 V\cs .
d es ri de s e + d es cheve�it
Avoir
\ 0
1
'" " fo•s. 0
!/w o « " pl•<'
es i\, des. 0
Rep""" " s
•' '" 0
Éu• " ses ml m
·

esse. 0
Alle•• d" I• ,. �
il' <i "e .
" "' " es lh •\s. 0
f•' " de I• '" � • I peMs- e.f•
.s es , .f •ls
h•s l•' "' P ""'
l•" "l" des · · ·
· · · ·
· · ·
··· ·
· · · ·
· ·
· · · · ·
· · ·
· · ·

· · ·
· · ·

.
· · · ·
· · ·
· · · ·
· · ·
· ····
· · · · . .
· · · . . .
· · · ·· ·
· · ·

.
· · · · · ·
· · · · ·
· · ·· ·
. ···
. . . .
. . .
. . . .

.
·· · .
· · ·
· · ·
·· · ·
· ··
· · · ·
· · · · . .
. . . . .
. . . ·· · .
. . . · · ·
· · ·
· · · · · ·
·· · · ·

.
. · ·
. . . .
. .
. . .
. . .

.
· .

.
· · · ·
. .

.
· · · · .
· ··
· ···
· · · · . .

. .
. . . · . .
. . . . · · · ·
·· · . · ·
· · · · ·· ·
··· ·
. · · ·

.
.
. . . . .
. . .
. . .
. . .

.
· . .
· · ·
· ·· · . .
· · · ·· . . .
· · · · · · · ·
. . .
. · .
. . . . · · · ·
· · · ·· · ·
· · · · · ·
. · · ·
. . .
. . . .
· .
· · ··
. . .
· · .
··· ·
·· ·
· · · ·
. . · ·
. . . .

u s de s
. .
· · .
. · · ·

i d ez-v o
o u s à 6 0 a ns ? A
li s ez- v f ut u r.
e nt v o u s
vi s u a texte a u
B . co m m é d i g e r u n p etit
r r
li ste p o u
é lé m e nt s d e l a
· · · ·
. . . .
. .
· · ·

..
· · ·
· · · ·

.. ..
·· · ·
· · · ·

GI V\S, je
· · · · ·
. · ·

60 . .
. .

Q� o. V\d j1G1�rG1i
.
.
.
. .
. . .

.
. . .
· · · ·
· · ·
· ·· ·
· · ·
. . · · · ·
. . .
. . .
. . .
· · ·

.
· · ·
. .
· · ·
· · · ·
· ··· · ·
. . . . · ·· ·
. . . · · ·
. . · · ·
. . . . · ·
· · · ·
·· · · · · ·
· · ·
· ·· · ·
· · ·
· · ·
· · ·
· · · · ·
· · · ·
· · ·
· · ·
· · · · ·
· · ··· · . .
· · · · · · · · ·

.
· · · . . .
· · ·

.
· · · · ·· ·
· · · . · ·
· · · . . . .
. ... .
. . . .
. . . .
. . .
· · · .
· · ·
· . .

.
· · · ·
· · · ·
. . · · · · · ·
. . . · · · ·
. . . · · ·
. . . · · · ·
. .
· · · · · · ·
. · · · ·· · ·
· · ··
· · · ·
· · · ·
· · · ·
· · · ·
· ·
· · ·
· · ·
·· · ·
· · ··· · · · "
· · · · ·
· · · · · · ·
· · ·
· · · · · · · · ·
· · · · ·
· · · · · · ·
··· ·
· · ·
. . · · · ·
· · · ·
· · ·
· · ··
· · · ·
· · · ·
··· ·
· · · · · · · ·
· · · · · · · ·
· · · · ·
· · · · · · ·
· · · · · · · ·
· ·
· · · · · ·· ·
· · ··
· · · ·

. .
· · ·
· · ·
· · ·

.
· · ·
. · · ·
. . . . .
.. . · ·
. .. · · ·
. . . . · · ·
. . · · ·
. . . · · · · ·
. . . · ·
. . .
. . . · · · ·
·· · ·
· · ·
· · · ·
· · ·
· · · "
· ·
· · · ·
· · ·
· · · ·
· · ·
· · ·· · . .
· · · · · ·
· · · · . ·
· · · · · . .
· · · · · · ·
· · · · · · ·
· · · · ·· ·
· ·· ·
· · · ·
. . .
. . . . .
. . . .

.
. . .

.
. . .
· · · .
···· . .
· · · · · · ·· ·
. . · · · . ·
. . · . .
. . · · ··

.
. . . . · ·
. . . · · · ·
·· · ·
· · ·
. ·· ·
. . . .
. .
· · · .
· · ·

..
· . .
· · · ·
· · ·
· · ··
· · · ·
. . .
. .
· · . .
· · · ·

34 \ tr e nte- q u at re
. _ _ _
' .
. . .
. . ·
. Act.i vités 1 4
. '

6. LA PLACE DES ANCI E N S


CD
Plste l O
A. É coutez l e reporta ge et ré pondez a ux q u estions.

1. Com bien y a-t- i l de personnes âgées d a n s l e monde aujourd ' h u i ?

2. Quel pou rcentage de la population a fricai n e représentent actue l lement les personnes âgées ?

3. Quels sont les principaux p roblèmes des personnes âgées actuel lement en Afrique ?

4. Pou rq uoi la perspective de mettre les personnes âgées d a n s u n hospice choq ue les Africai n s ?

S. Selon le jou rna l i s te pourquoi les pays a frica i n s dérivent vers les mêmes erre u rs q u e les pays d its « d u nord » ?

B. Q u e l l e est la p h rase de ! 'écriva i n Amadou H a m paté Bâ citée pa r le jou rna l i ste ?


Que d it-el l e d e l a pl ace trad iti on n e l l e des person nes âgées en Afriq u e ?
Co m m ent i nte rprétez-vous cette citation ?

C. Que pensez-vo us d e la situation des perso n n es âgées en Afriq ue ?


Com p a rez-la avec cel l e d e votre pays.

t re n te - c i n q 1 35
7. LES SYN ONYM ES
A . Retrou vez d a n s l'activité Les grands parents du baby-boom d u Livre de l'élève (p. 49) l es synonymes
des adjectifs su iva nts puis rem pl issez l a col onne d e d roite avec l e contra i re d e chac u n des adjectifs.

Adjectifs Synonymes Contrai res


)

juvé n i l e

mou

a lerte

l i bre

dynam ique

fervent

garant

attira nt

B . Util isez les adjectifs pou r vou s aider à réd iger l e portra it d ' u n e g ra n d-mère
traditionnelle et cel u i d'u ne g rand-mère moderne.

La g ra nd-mère traditio n n e l l e

L a g r a n d m è re moderne
-

3 6 1 t rente-six
Lexiq ue et méd iation l ·4 -
·

8. POLITIQU E M E NT CORRECT
A . Associez l es m ots de l a p remière colo n n e à l e u rs éq u iva l e nts en langage « pol iti q u ement correct ».

U n cancer • • U n agent de traitement des déchets u rba i n s


U n e femme de ménage • • U n e long u e maladie
Les gitans • • U ne tech nicienne de s u rface
U n pays du Tiers-Monde • • U n heureux évènement
La morgue • • U n e contribution
Un éboueu r • • Préposé à la d istribution d u courrier
U n i mpôt • • U n pays en voie de développement
U n cad re de 50 a n s • • Un senior expéri menté
U n facteu r • • Gens du voyag e
U n accouchement • • I n stitut médico-lég a l

B. Remplacez les expressi o n s sou l i g nées dans les a rticles s u iva nts
par u n e a utre expression en l a n gage « pol itiquement correct » .
•. ._..................................................

La SNCF a p résenté ses nouvea utés pou r la rentrée Jérémy B. s'est retrouvé clocha rd su ite à u n e
en conférence de presse. Parmi les p ropositio?s les vag ue de l icenciements dans s o n entreprise.
p l u s intéressantes, de nouvea ux tarifs rédu its pou r les Sans travai l n i fam i l le, i l a vécu dans la rue
étudian ts, les vieux et les chômeu rs. Elle a éga l ement pendant deux a n s. Aujou rd'hui, g râce au pro­
promis une amélioration de ses i n frastructu res afi n de g ra m me de réi nsertion de l'A SS, i l a trouvé un
rendre les tra nsports plus accessibles aux handicapés et emploi de jard i n ie r e t a obte n u u n logeme·n t
a ux aveugles. dans u n centre pou r jeunes travai l l eu rs.

• les vieux : . .. . . . . . . . . . . . . . ...


. . . . . . . .. . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . ... .
. . . . . . . • clochard : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...... .

• les chômeurs : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... ....... .. ..... . . . . .. ... .


. . . . . • licenciements : . . . . . . . . . . . . . . . . ...... . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .

• ha ndicapés : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • jard i nier : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...... . .

• aveug les : . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..... . . . . .


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .
. . . .

9. ET DANS VOTRE LAN G U E ?


A. Existe-t-il com m e en fra nçais des expressi o n s d ites « pol itiq uement correctes » ?

B. Com ment d i riez-vous d a n s votre l a n g u e ?

• Les vieux : . . . . . . . . . . . • • • . . . . . ..
. ... . .. .
. . •. . . .... . . • • . . . . . • • • • . ..•.•. • Les hand ica pés : . . . . . . . .. . . . . . .
. . . . . . .. . . .. ... .. .... . . . . ......
. . . . .

• Les aveug les : . • . • • • • • . •• . . . . ....... . ... .. . . . • . . • • . . • • • • .• • . • • . • . • . .. • Les chômeurs : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


. .. . . . . . . . . . . . .. .

• U n cancer : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . ..... • U n l icenciement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . ... . . . . ... . . . .. .. . .


. . .

• Une femme de ménage : . . . . . . . . . • • • . . . . . . . . .... .. . . . . . . . . . . . . . • • • U n clocha rd : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . .


. . . . . . . . . . . . .

• U n ja rdi nier : . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . .. • Un pays du Tiers-Monde : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . .. . . . . . . . . . . . .

trente-sept 1 37
1 0. R ENCONTRES DU TROI SIÈME ÂG E
A. C h e rchez s u r I nternet l e maxi m u m d'articles traita nt de l a situatio n des person n es âgées dans votre
pays. Notez les références de chacun des a rticles .

. .. .. .. . . . . .. . . . .. .. .. .. . .. . .. . . . . .. . . . . . . . . .. . . .. . . . .. . .... . . .. .. . .. . . . . . .. .. . . . .. . .. . . . .. .. . . . . . . . .. . . . . .. .. . . .. . . .. . .. . . . . . . .. . . .. .. .. . . . . . . . .. . . .. .. .. . .. . . .. ...... . .. .. . . .. .. .. . . . . . .. . .. . . . .. .. . . . ..

B. Sél ection nez d a n s ces docu ments les i nformations q u i vo us sem blent les p l u s perti nentes.
Dégagez u ne problémati q u e à pa rti r de ces i nformations .

. . .. ..
.

. .. .. .. . . .. .. . . . . . .. .. .. .. .. . . . . .. . . . . .. . .. . .. .. . .. .. .. . . . .. . .. . .. .. .. . . . .. . . . . .. .. .. . . . .. .. . . .. .. . . .. .. .. .. .. . . . . .. . .. .. .. .. . .. . .... .. .. ... .. . .. . . . .. .. .. .. .. .. . .. .. . . . .. . .. .. . . .. . .. . .. .. .. . .. .. .. .. .. .. . .. .. . .. .. .. . .. . .. . .. .. .. .. . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . · · i.: · · · . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

C. Prépa rez u n exposé écrit s u r l a situation des perso n nes âgées dans votre pays.

• I ntrod u i sez l e thème, la problématiq ue.

• É laborez un plan thématique, d i a lectique ou a n alytique.


• Prépa rez vos t ra n s i tions.
• Ci tez vos sources.
• Essayez de compare r cette situation
avec cel l e d'un a utre pays ou d'une a utre époque.
• Proposez vos conclusions.

38 1 tre n te - h u i t
1 . QU ESTION DE CLICH ÉS !
A. Le magazi ne Sociétés en V. O. a éta b l i l a liste des stéréotypes les p l u s fréq u e nts concernant l a Fra n ce et les
Fra nçais. Cochez l es affi rmations que vo u s pen sez être vra ies.

0 En Fra nce, tou t le monde porte u n béret.


0 Les Français m a ngent bea ucoup de pain, su rtout de la baguette.
0 En Fra nce, on mange du cheva l, des g renou i l les et des escargots.
0 'tes Fra n çais pren nent tou s les jours du café a u lait et des croissants au
\

petit-déjeuner.

0 La péta nque est le sport p référé des Fra nçais.


0 Les Français ne se lavent pas.
0 Les Fra nçais sont très romantiq ues.
0 Pa ris est la ca pita le de l a mode.

C)
Plste 11
B. É coutez l e reportag e d u site web d u magazi ne et com pa rez leu rs concl usions avec vos ré ponses.

C. É coutez à nouvea u et ré pondez a u x q u estions s u iva ntes.

1. Quels sont les adjectifs util isés pour q u a l ifier les Fra nçais ?

2. Quel est le s u rnom donné a ux Français pa r les Anglais ?

3. Où joue-t-on le p l u s à la péta nque ?

4. Quelles sont les deux contrad ictions que mentionne la personne ?

5. Que veu t d i re l 'e xpression « il n'y a pas de fu mée sans feu » ?

trente- n e u f 1 39
2. OÙ EST MON B ÉRET ?
A. Li sez cette l i ste de cl ichés s u r l es Fra nça is éta b l i e pa r u n i nterna ute s u r son blog.
Exp l i q uez en quoi consiste l 'h u mo u r de ses com m e nta i res.

3 Le fromage est notre aliment 'âe 'ôase.


C'est P.J011J r. ça que les étrali"lgiers disent qu'on sent ma wYai5 ?

ll' ' '

B. S u r l e même modèle, fa ites u n e l i ste co m m e ntée de m a n ière i ro n i q u e


d e s p ri ncipaux cl ichés s u r votre pays.

D . D O G O Ci O (f ri o \J O 1 0 } o O G D liJ O f'Î 1 0 \J G d
0 0 0

40 1 q u a ra n te
.··. · .· ·. • . _ . . -
. . ·. . • - •
. . ·. .. . - . . •·•
.... � . ' . . ;.
. • . .. !.. . ' • .
. > . .
' . . ActivitéSJ si
. . .
..
. • .
.- .
· .

'

3. DISCR I M I NATIONS
A. Lisez les descri ptifs s u iva nts et d ites pou r chacu n d e q u e l type de d iscri m i natio n i l s'a g it.

0 D I S C R I M I NAT I O N FONDÉE S U R
0 D I S C R I M I NAT I O N F O N D É E S U R
0
D I S C R I M I NATI O N E N RAISON D E

On en tend certa i n s chefs d'en treprise Parce q u e l e s méti ers évo l ue n t v i te, les U n fu m e u r peut- i l s e vo i r refu ser
d i re q u ' e m p l oyer une fem me peut sen i o rs o n t souvent d u m a l à retro u ver un e m p l o i ? Un a n c i en déten u ?
représen ter u n risque car cel le-ci peut un e m p l o i après un l i ce n c i ement. U n végétarien ? On en tend par
tomber ence i nte à tout moment, ce Selon certa i n s recruteu rs, l e sen i o r a « mœurs » l es h a b i tudes de
q u i s i gn i fie pour u n e m p l oyeu r u n e du m a l à s' i n tégrer d a n s u n e éq u i pe vie d' u ne perso n n e et cel l es-ci
longue absence e t l a nécess i té de l a j e u n e . L u i s o n t généra l em e n t rep rochés peuvent parfo i s en trer en confl i t
rem p l a cer. De nombreuses fem mes sont ses poss i b les prob l è m es de sa n té, a i nsi avec certa i nes va leurs véh i c u l ées
d i s c ri m i nées dans l e m o n de d u trava i l que son coût sa l a r i a l , gén éra lement d a n s l 'en trep rise. Par exte n s i o n , ce
pour c a u s e d e m atern i té. Les mères p l us é l evé que ce l u i d' u n jeune type de d i scri m i n a t i o n s'app l i que
de fa m i l les sont parfo i s l i ce n c i ées car d i p l ômé. Les sen i ors se trouvent éga l e m e n t à l 'o r i e n ta t i o n sexue l l e
l e u r patron esti me q u ' e l l es m a n q u e n t a i ns i d i scri m i nés dès l a p u b l i cation de l a perso n n e . J u r i d i q u ement,
de d i spo n i b i l i té. L e s jeu nes fem m es de certa i n'�s offres d'em p l o i s o ù est ces h a b i t u des de v i e relèvent d u
peuve n t éga lement se voi r d i sc ri m i nées préci sée, d e m a n i ère tota l ement doma i n e privé e t u n emp l oyeu r ne
à l ' embauche parce q u ' e l les présente n t i l l éga l e, l a recherche d ' u n ca n d idat de peut pas vo u s d i scri m i ne r pa rce q u ' i l
l e risque d ' u n e grossesse fu ture. moi n s de SS a n s, vo i re de 4 S a n s . n ' a p p ro u ve pas vos activi tés.

B. Repérez dans chac u n des textes l es structu res à va l e u r passive.

Texte 1 Texte 2 Texte 3

C. Choississez u n d e ces textes et réécrivez-le en rem plaçant les structu res passives pa r d es phrases
à la forme active. Faites les tra n sformations nécessaires .

. . . . . .. . . . . • . • • . . . . • • . . . . • . • • . . . . • . .. .. . . .. . . . . • .. .. . . . . . . . . . . . . . .. .. .. . . . .. .. . .. . . . . . .. . . . . . . .. . • . • . . • . • . . . • . • . . • . . . . . . . .. . . . . . .. . . • . • . . . .. . . . . . . . .. .. .. . . . .. .. .. .. .. . .. . . . .. . . . . .. . .. . • !. .

q u a ra nte et u n 1 41
4. SANS SE LAISSER FAI RE !
A. Mettez l es p h rases su iva ntes à l a forme passive.

1. On lui a refusé plusieurs fois l'entrée dans cette boîte d e n u it.

2. Son chef l 'a l icenciée q u a n d elle a a n n oncé sa deuxième g rossesse.

3 . Mon cousin a d û changer son nom sur ses CV pour fai re p l u s « fra nça i s ».

4. Ses col lègues l 'ont i n s u l té et il n'a rien d it.

5. Le Défenseu r des d roits a contrôlé les entreprises de cette liste.

B. Rem placez m a i ntenant la forme passive en uti l isa nt les structu res
se faire + infinitif p résent, se laisser + infinitif présent ou se voir + infi nitif
· p résent o u adjectif q u a l ifi catif.

1. • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • . . . • • . • . . • • • • • • • • • • • • • • • • • . . • . • • . •• . • • • • . • • • • • • • • • • . • • • • • • • • . • • • • • . • . • • . • • . • • • • • • . • . • • • • • • • • •

2. · · · · · · . • . . . • . . . . . . . . . ... • . . . . . . . . . • . . . . • • . . . . • • . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . • . . . • . . • . • • • . • • . • . · · · · · · · · · •· · · · . . . . . . . . • . . . • .

3. . . . . .. . . . . . · · · · · · · · · · ··· · · · · · · · · · . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . .. . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .. . . . . . . . . . . . .. . . .

4. • • • • • • • • • • • • • • • . • • • • . ••.•••• . . • • • • • · • • • • • • • • • • • . • . . • • ..•. • • . • • • · • • • • • • • • · • • • • • • • • • • • • • . • • • • • . •..••• • . . • . • • • • • • • '

S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . .

42 1 q u a ra n te - d e u x
Activités 1 5

S. N I N I !
Com p l étez l es p h rases su iva ntes avec d ifférents d i s positifs de négation et d e restrictio n .
(ni . . . ni . . . , n e . . . n i . . . , sa ns . . . . n i . . . , n e que . . . , etc.). Faites l 'a postrophe l e cas échéa nt.
.

--- -- - - - ---- -----

1 . Le code du travai l • . • • • • • • • • tolère • • • • • • • • • • 6 . Notre entreprise • • • • • • • • • • tolère ra • • • • • • . • • •

d i scrim i nation à l 'e m bauche • • • • • • • • • • admettra d'attitudes discri m i n atoires e n son


traitement discrim i n atoire des salariés. sein.

2 . l.'.accès à l'école publique • • • • • • • • • • peut 7 . • • • • • • • • • • charité • • • • . • • • • • toléra nce : ce que


se fa i re • • • • • • • • • • sans symboles rel ig ieux nous réclamons, c'est la j u stice et l 'égal i té !
ostentatoires.
8. I l a été l icencié .. . . . . . . . . le syndicat . • • • • • • • • •

3. Il fa it partie de ces jeunes qui • • • • • • • • • • le délég u é d u personnel puissent a g i r.


travail lent • • • • • • • • • • étudient.
9. On • • • • • • • • . • parle • • • • • • • • • • des p roblèmes
4. Il s'est vu refuser l 'entrée dans ce c l u b des jeunes et on oublie trop souvent la
• • • • • . • • • • expl ications • • • • • • • • • • excuses. discri m ination qui touche les personnes
âgées.
5. I l •• • • • • • • • • y a pas • • • • • • • • • • des /

discrim i n ations en fonction d u sexe 1 0. Les associations • • • • • • • • • • peuvent . • • • • • • • • •

ou de l'origi ne, il existe tout un tas de veu lent s'occu per d e tous les cas de
discri m inations différentes. discri m ination en entreprise.

6. LE TESTI N G
A. Le « testing » est un a n g l icisme entré réce m m ent dans le voca b u l a i re j u ri d i q u e et socio log i q u e fra nça is.
À votre avis, de quoi s'agit- i l ?

a
Pllte 12
B. É coutez l e début d u reportage et vérifiez votre réponse.

a
Pllte ll
c. É coutez tout le reportage et répondez aux q uestions suiva ntes.

1. Quel est le principal problème pour dénoncer une d iscri m i nation ? . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...... . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2. Quel est le trava i l d ' u n physionom i ste ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3. Quels sont les p rétextes généralement donnés pa r les physionomistes pour refuser l 'entrée en discothèq ue ? . . . . . . . . . . . . . . . . . ... .

4. Quels sont les au tres domai nes dans lesquels le « testi ng » peut-être util isé ? . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . .

5. Quel est l'autre nom donné au « testing » ? . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . .

6. De quelle manière peut-on p rouver u n e discr i m i n ation à l 'e m bauche ? . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...... . . . . . . . .. . . . .

q u a ra n te-tro i s l 43
7. H UMOU R(S)
A. Lisez les blag ues ci-dessous. S u r q ue l s stéréotypes reposent-el les ?
Pou rq uo i sont-el les d iscri m i n atoi res ?

eee
@) ®. œ.. a www. stereotypes.emdl �'Ci ...

1 . Comment appell e-t-on un homme cu ltivé aux USA ?


,

2. La bouffe a n g l a ise :

si c'est cha ud, c'est de la soupe ; si c'est froid c'est de la b ière !

3. Com ment reconnaît-on un Belge dans un sou s-marin ?


C'est le seul q u i a u n pa rachute.

4. Qu'est-ce qu'une feu i l le coupée en deux ?


U n puzzle pour blonde.
-
- -- - --

S. Pourquoi l es França is n'a l l u m ent-i l s jamais leurs phares ?


Pa rce qu'i l s se prennent pou r des l u m ières.

B. Co m m entez cette citation de l ' h u m o ri ste Co luche : « Je ne s u i s ni po u r n i contre, bien au contra i re ».


Exp l i q u ez en quoi co nsiste l'h u mo u r dans cette p h rase.

C. En q u o i co nsiste l e com i q u e d a n s ces p h rases d e. l ' h u moriste Jamel Debbouze ?


Refo rm u l ez e n l a n g a g e sta n d a rd .

1. Ceux q u i désirent parler en même tem ps q u e moi, vous êtes priés de vous tag ueuler !

2. On est nés ici, on est des « iciciens ».

3. Et là y a un i m béci le . . . e n fi n c'é ta i t même plusieu rs béci les mais dans u n e même person ne appare m ment !
J'crois q u e c'était le c hef des béci les l u i !

O. Q u e l type d'h u m o u r p référez-vous parmi l es trois exem ples ci-dessus ? Pou rq u o i ?

44 1 q u a ra n te - q u atre
Lexi q ue�et médiation t s .
_
8. MON RÉSEAU DE MOTS
A. Retrouvez d a n s l ' u n ité 5 d u Livre de l 'élève l es m ots apparten a nt au cha m p l exica l des d iscri m i n ations.

B. Aidez-vous de ces mots afi n d e réd iger une défi n ition perso n n e l l e de d iscri m i nation en réutil isant au
m o i n s 3 m ots d e l 'a ctivité A.

9. CH E RCH EZ L'I NTRUS


Observez ces l i stes d 'éq u iva lents fa m i l iers d ' u n terme sta ndard. D a n s chacune d'e l l es, entou rez l'i ntrus.

• Un h o m m e : u n mec / u n keu m / u n gars / u n pote


• Une femme : u n e ronde / u n e blonde / u n e meuf / u n e nana
• U n enfant : u n mi not / u n môme / u n moutard / u n posse
• L' a rgent : la thune / la tchatche / le blé / l'oseil l e
• Fatig u é : naze / crevé / vénère / mort
• Fou : d i n g u e / frappé / o u f / c revé
• Une voiture : u n e bibine / u n e bag nole / une caisse / u n e ti re

1 0. ET DANS VOTRE LAN G U E ?


Co m ment d i riez-vous l es p h rases su iva ntes d a n s votre l a n g u e ?

1. Les mômes d'a uj o u rd'hu i sont beauco u p p l u s d i ng ues q u'à mon époque . .. . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . . . . .

2. I l est pa rti en bagnole avec ses potes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . .

3. J'ai eu bea ucoup de boulot a ujou rd'h u i, je s u i s naze ! . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

'

4. Sa nouvell e meuf est pétée de thu nes ! . . . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . . . . . . . . .

q u a ra nte-c i n q 1 45
1 1 . L'U N ESCO
A. Co n n a issez-vou s l ' U N ESCO ? Savez-vou s ce q ue signifient l es sigles U N ESCO ?

. . .. . . .. .. . · · · · · · · · · · . . . . . . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . .. . . . . . . . . . .. . . . . . . .. . . . .. . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. . . . . . . . .. . . . . . . . ·'· . . .. . . .. . . .. . . . .
. .. . . . . .
. . . · . .
. . .

B. A l l ez s u r le site de l'UN ESCO en français et relevez les pri ncipa les i nformations s u r cette o rganisation, ses
origines, sa m ission, ses actions.

C. Al lez dans l a rubri q u e « culture » et cherchez l es i nfo rmations con cernant l a dive rs ité c u ltu re l l e.
Com m ent est perçue l a d iversité cu ltu re l l e selon l ' U N ESCO ? Dans q u e l s doma i n es est-el le représentée ?
Q u e l l es sont l es pri n c i pa l es actions menées en sa faveu r ?

D. Q u e se passe-t- i l le 2 1 m a i ? Quel est l e but de cette jou rnée ?

E. Pa rtic i pez à cette m ise en va l e u r c u l tu rel le en réd igeant u n e défi n ition person n e l l e de l a d iversité
culture l le.

F. À pa rti r des i nformations co l lectées, prépa rez une présentation de l ' U N ESCO et de son trava i l dans le
d o m a i n e de la divers ité c u ltu re l l e. Vou s pouvez élaborer un d i a po ra m a afin de pa rtager votre trava i l deva nt
l a classe.

46 I q u a ra nte-six
1 . LA VI E APRÈS L'ÉCOLE
CD
Plste 1 4
A. É coutez les témoig nages et co m p l étez l a g ri l le.

Po u r q uelles raisons Ce q u'i l I elle a fa it a près Est-il I elle content(e) de sa


il / elle a arrêté l'éco le. son décroch age. décision et pourquoi.

Louise

Saïd

Léo

B. É coutez à nouvea u et rel evez les reg rets expri m és par chacun de témoi ns.

Louise : · · · ·· - · · · · · · · · · ·- · · · ·-·· · · · · · · · · · · · · · · · · · · - · · · · · · · · · · · · · · · · ·· · - · · - ·· · · · · · · · · · - · · · · · · · · · · · - · · ······ · · · · · · · · · · · · - · · · · · · · · · · · · · · ····· · ·· · · · · · · · · · · · · · · · ··

Saïd : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Léa : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2. L'ÉGALITÉ DES CHAN CES


A . Quel les mesures peut-on adopter pou r favoriser l'égal ité des c h a n ces po u r l es jeunes issus
de l'i m m ig ration ? Co m p l étez la l i ste s u iva nte.

Leu r réserver des places dans l es g randes écoles.

;:'" ··-�Y an onyme


• Ne pas devo i r mentio n n e r leur nom sur leur CV.

' rue benard


750 1 4 Paris
. · ····· . . . .. . . . . . . . . .. ........ .. . . . . .. . .... . . . . . . . . . . . . . . ......... . . . . . .... . . . . . . . . .. .

201 0 :

201 1: •

=I • ..
... q ua ra n te-sept 1 47
2009 :
• •
L E CV A N O NYM E N E S E RA PAS O B L I GATO I R E

Une étude réa lisée à la demande de Pôle Emploi les ca n d idats porta nt des n o m s à co nsona nce

renvoie le projet de loi aux oubliettes. m a g h ré b i n e ou africa i n e ont une chance sur dix
d 'o bte n i r un entreti en (1 chance sur 8 pour l e reste
La n cée e n 2004, et fa isa nt partie d e la loi d e 2006 des ca n d i d ats) . Lors q u e l es CV sont ren d u s a n o nymes,
sur l'égal ité des c h a n ces, l'idée du CV a n o nyme cette p roba b i l ité passe à u n e c h a n ce s u r vin gt-d eux.
o b l i gatoi re n e sera fi n a l ement pas a d o ptée par l e L'une des hypothèses privi légiée par les a u te u rs d u
gouverne m e nt. Cette mes u re avait p o u r but de l utter ra pport est q u'en ôta nt l'information s u r l e s c a n d i d ats,
contre les d iscri m i n ations à l 'e m ba u c h e (orig i n e, sexe, on em pêche l es e m p l oye u rs de réinterpréter certa i n s
â g e . . . ) en d o n nant u n e c h a n ce su pplémenta i re a u x élém ents à l 'ava ntage d e s ca n d i d ats potentiellement
ca n d i d ats d 'accéd er à u n entretien e t d'être j u gés discri m i nés. Pa r exe m p l e « u n e présentation
seu l ement sur l e u rs com pétences professi o n n e l les. m a l a d roite ou des fautes d'o rt h o g raphe peuvent être
Ce dispositif visait spéci a l e ment à fa vo riser l 'accès rel ativisées a u x yeux du recrute u r par le fa it q u e l e
aux entretiens d'e m ba u c h e a ux post u l a nts issus de fra nçais n'est pas la l a n g u e matern e l l e d u ca n d i d at».
l 'i m m ig ration. Cepe n d a nt, selon une étu d e réa l isée Du côté des cabinets de recrutement, les avis sont
à la d e m a n d e d e Pôle E m p l o i a u près d ' u n m i l l i e r partagés, beaucoup estimant qu'il s'agit d'une perte de
d 'entreprises, il s e m b l era it q u e l'uti l isati o n d u CV temps et que s'il y a discri mination, celle-ci aura tout
a n onyme soit i n efficace, vo i re contrepro d u ctive. En de même lieu au moment de l'entretien. Par contre,
effet, selon l es résu l tats de cette étu de, le d i s positif une large majorité des professionnels est favorable à
l utte efficacement sur les d iscri m i nati o n s liées a u l'util isation d'un CV « norma lisé » ne comportant aucune
g e n re m a i s pas contre ce l l es d 'origi nes eth n i q u es. des informations suiva ntes : âge, date de naissance,
Selon l es ch iffres ava ncés, avec d es CV n o m i n atifs photographie, situation de famille, nationalité.

Caroline Pham, VO-/NFOS.

B. Lisez l'a rticle su iva nt et répo ndez a u x q u estions.

1. En q uoi consistait le projet de loi su r les CV a nonymes ? 4. Pou rq uoi les rés u l tats de l'étude menée ne sont pas
satisfa i s a n ts ?

2. Quel éta it l 'o bjectif de cette loi ?

S . Quelle est la différence entre u n CV a nonyme et u n CV


« normal isé » ?
3. Pou rq uoi ce projet de loi n'a pas été accepté ?

C. Réagissez à cet a rticle : vo us so u h aitez q u e l e go uvernement revoie sa décis ion et vous a rg u mentez
en fave u r de la loi s u r les CV a n o nymes.

48 1 q ua ra nte- h u i t
.

· .
,
_;·
. .
· .

.
. · ·

.
Activités 1 6

3. QU ESTION D'ACCO RDS


Com plétez les p h rases s u iva ntes avec l a p roposition correcte, puis j u stifiez
votre réponse e n exp l i q u a nt po u rq uoi o n fa it o u pas l'accord d u partici pe passé.

1 . Il a repris ses études, q u'i l ava i t . • • • • • • . • • • • • • . . . . . • . ... • • . • . . • • . . • . • • . • • • • . • • • • . • • • • . .. ava n t le bac.

a. interrompu
b. interrompues

2. E l l e s'est . • . •• • • • • • • • • • • . • . • • .•• . • • • . . . • . . . • • • . • • . • . • • • • . . • . • . • .. q u e son ex méritait u n e seconde chance.

a . rendu compte
b. rendue compte

3. Toutes les mes u res que le M i n istre a . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . .. n'ont pas


été s u ffisantes pour l u tter contre l a discri m i nation.

a. prises
b. pris

4. Leu rs exa mens, i l s les ont . . . • • . • • • . . • . • • . . . . • . •..•.•• . • . . . . • • • • • • • • . • • . • . • . . . . . .. rel i re pa r leu r p rofesseu r.

a. fait
b. faits

5. I l s se sont . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . .. q u'ils pou rraient tenter le concours d'entrée à Sciences-po.

a. dit
b. dits

6. I l a eu recou rs à toutes les lois q u'i l a . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

a. pues
b. pu

7. I l s se sont . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... s u r les ba ncs de l'école.

a. connus
b. connu

8. La sélection q u 'il a . • . • • • • • . . . • . • . . • . • . . . . . • • • • . . . . . . • . • • . • • • . . . . . . • • . • . . •. pour i n tégrer cette école était très d u re.

a. passée
b. passé

q u a ra nte-neuf 1 49
4. U N PARCOU RS EXEM PLA I R E
Réécrivez l e po rtra it ci-dessou s a u passé. Attention a u x acco rds d u partici pe-passé.

M aty N ' Do m arrive en France, ·


à B o rdeaux, à l ' âge de 5 ans.

S a scolarité, e l l e l a s u i t dans l e s
écoles p u b l i q u e s d e s o n q u artier
dit « sensible », mais étant
u n e é l ève bri l l ante e l l e obtient
touj ours les m e i l l e u re s notes de
sa c l asse. A l ors q u ' e l l e est en
tro i s i è m e dans .u n co l l ège c l assé
ZEP, u n e c o n se i l l è re d ' orientation
vient dans sa c l asse p o u r prés�nter
des options d ' études aux· é lèves
e t l eur parle d e l ' école d e pour se donner des opportu n i tés elle se retrouve titulaire d ' un
sciences-po l i t i q ue s et des p l aces · profes s i o n ne l l es par l a su ite. d i p l ôme aveè mention très bien.
qui l e u r s o n t r�servées. Très L' entrée à Science-po se fait sans Son premier emploi, e l l e l ' obtient
i n téressée par cette poss i b i l i té , problème, même s i les débuts sont dès sa sortie de l ' école et elle part
Maty s e fa i t exp l i qu er les difficiles et q u ' e l l e doit fa ire tous ensuite trava i ller pour le Conseil
démarches à s u i v re pour i n tégrer les efforts q u ' e l l e peut la prem ière Régional de l a G i ronde où elle
cette prest i g i e u s e école : e l l e se année afin de ne pas abandonner. exerce désormais les fonctions de
dit que c ' est s a chance de m ettre Ces efforts se voient récompensés chargée de projet pour la formation
à p ro fi t ses capac i tés acad é m i q ues et après 5 a�s de travai l acharné, et l ' emplo i .

50 1 cinq uante
Activités 1 6
·

S. U N E ÉDUC·ATION ALTERNATIVE
a
Plsle lS
A. É co utez le reportage et cochez les affi rmations qui correspondent à ce q ue vous avez entend u .

0 Les parents q u i optent pour une forme d 'é d ucation a l ternative le font en partie a fi n de l utter contre le décrochage scola i re.
0 Les lycées a u togérés ont été créés pou r p roposer u ne a l ternative au système scola i re t raditionnel.
0 Les écoles publiq ues expérimentales forment les jeunes afin qu'i l s puissent réi ntégrer le système scola i re classique pa r la suite.
0 La pédagogie Freinet est basée s u r la coopération dans le but de développer l 'a utonomie des enfa nts.
0 Les écoles Montessori ont ouvert dans le monde entier en vue de faire connaître cette pédagogie.
0 Les pare nts optent pour l'école à la m a i son pou r être p l u s l i b res.
D Les parents retirent leurs enfa nts de l'école de cra i nte qu'ils ne p u i ssent étudier dans de bonnes conditions.

B. É coutez à nouvea u le repo rtage et fa ites la l iste des ava ntag es attri bués aux pédagogies a lternatives.

C. Quels peuvent être selon vou s les i nconvénients de ce type de pédagog ies ?

� D. Et vou s êtes-vou s favora b l e aux éducati ons a lternatives ? Expl iq u ez pou rq u oi. E n registrez-vo us et
rem ettez l'enregistrement à votre professe u r.

. 6. C'EST POU RQUOI ?


Com plétez l es p h rases su iva ntes avec l 'exp ression d u but.

1. Certa i n s pa ren ts font l e choix d'une éducation alternative . • . . • • • • . • . • . • . . • • • . . . . . .. . . . . . . . . • . • • • • • • • • • • • . . . . . . ....•..• . . • • . • • • • • • . • . . • • • . • . •

2. L e M i n i stre d e l 'é d ucation nationale veu t réformer l'école . • • . • • • • • • • . . • . . • . • . . •. . • • . . . . . . . . • • . • . • • • . • • • • . . • . • . . • . . • . . • . . . . • • • • • • • . . . • • • • • • . . .

3. Les jeunes en décrochage scolaire peuvent avo i r accès à des formations spécifiq ues . • • • • • • • . . . • . • . . • . . . . ...•.. • . . . . . . • • . • . . • • • • . • • . • • .

'

4. I l s ont m i s l e u r fi l l e d a n s u n e école Montessori . . . . • • • • • . • • • • . . . . • . .••. . . . . . . • . . • • . • • • • • • . . • . • . . • . • • . ••.•. • . . . . • . . • . . • • . • . • • . • • . • . • • . • . . . . . . . . . • .

5. Les enseigna nts sou ha itent obte n i r de meilleures cond itions d e travai l . . . .• . • • . . . • • . • . • . • . . •• . • . . . . . . . . . • . • • . • • • . • • • • . . . . • . . . . . • . . . . . . • . • • •

cinq uante et u n 1 51
7. N I REMORDS N I REG RETS
Dites s i les ph rases s u i va ntes expri ment des reg rets ou des reproch es.
Reg ret Reproche
1. Si j'avais réfléchi ava n t, je n'a u ra i s pas q u i tté l 'école. D D
2. Il a u rait vou l u étudier médecine, mais ses ressou rces ne l e lui permettaient pas. D D
} En choisissant une pédagog ie a lternative, votre fils a u rait eu plus de cha nces d e réussir ses études. D D
4. Nous a u rions préféré que notre fi l l e conti nue ses études. D D
5. En éta n t mieux i n formée, j'a u rais fa i s u n m e i l l e u r choix. D D
6. Ses p rofesseu rs a u raient d û voi r p l u s tôt les sig nes de décrochage. D D

8. L'H ISTO I R E NOUS J U G E RA !


A. Com p l étez l es po rtra its s u iva nts avec les mots proposés et dites
à q u e l s person nages h i storiq u es i l s correspondent.

1 . Empere u r roma i n cél è b re pour sa crua uté, il a été longtemps . • • . • • • • . . . . • . . . • . • . •..

d'avo i r i ncendié Rome. Les h istoriens contem pora i n s, e n metta nt e n cause les sources
historiq ues q u i ont servi à éta b l i r sa . • . •• • • • • . • . • • . . • . . . . . . , l 'ont . . • . • • . . • • . • • . • • • • . • .

2. Femme célè b re et . . . . • • • • • . • • . • . . • . • . . .. de l'histoire de Fra nce : reine martyre pou r les u n s,


g rande criminelle pou r les autres, e l l e apparaît a ujo u rd ' h u i comme u n e princesse tro p
j e u n e d o n t on minim ise le . • . • • . • • . . . • . • . . • . • . . . . .

3. É criva i n a méricain q u i se su icida à 3 1 ans d e d éception de n'être p a s p u b l ié, i l con naîtra

le . • . • • . • • • • • • • . . . . . • . . .. après sa mort : son rom a n La conjura tion des imbéciles a obtenu


l e prix Pulitzer e n 1 98 1 , à titre . • . . • . • • . . . . • • • . • . . • . . . .

4 . Physicien e t astronome ita l ien d e XVW siècle, i l est considéré com me l e fondateu r d e

la physiqu e moderne. Défenseur de l'héliocentrisme et d e s thèses copern iciennes, i l


sera . • . • • . • • • • • • . . . . • . • . .•. pa r l ' É g l ise catho l i q ue et o b l i g é de . • . • • • • . • . • . • • • • • . • . ..• a près u n
. • • . • . • . . . . . • • . . • • • . . .. de l'inqu isition. Les i nterd its s u r s e s écrits ne fu rent l evés q u'au m i lieu
d u l 8è111• siècle pa r le Pape Benoît XIV.

5. Cet écriva i n fra nçais né e n 1 90 1 a a r rêté ses études à 1 7 ans et n'a jamais eu son bac.
En 1 9 23, il est . • . . • . • • . • • • . • . . . • . • . .. à un vol de statues khmères au Ca m bodge et est
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . à trois ans d e prison. l i sera toutefois M i n i stre de la Culture d e 1 95 9
à 1 969 et est . • • . • • • • • . • . • • . . . . . . . .. comme l ' u n des écrivains les p l u s i m porta nts d u XX" siècle.
Ses cendres ont été tra nsférées au Pa nthéon e n 1 996.

B. A votre tou r, p résentez u n perso n nage célèbre q u i a été réh a b i l ité o u q u i a eu u n e seco n d e c h a n ce.

52 1 cinquante-deux
. . Lexiq ue · et médiation l 6
·

· .

9. C'EST SYMPA !
Repérez les a b réviations d a n s les p h rases su iva ntes et retrouvez l e m ot com p l et q u i l e u r correspond.

1. Tas vu la nouve l l e déco d u centre culturel ? C'est la 3. • Tu es déjà a l l é dans ce resto ?


cata ! C'est vra i ment affreux ! o Non, mais il pa raît que le cuisto est super !

2. J'a i passé deux jours à l'hosto a p rès u ne bronchite q u i 4. J ' a i cou rs e n a m p h i ce matin.
a mal tou rné, et m a i n tenant j'ai des médocs à prendre
pendant deux semaines .

.... :( .

1 0. LAN GAG E SMS


Essayez de déchiffrer l 'échange de SMS s u iva nt e t d e le tra d u i re e n l a n g a g e cou ra nt.

Slt, on va au Bné 2m
1 ? G 2 places

· O ak, a kel he ure ?

Bh. c bi1 pr toi ?

Gnia l, @ 2m 1

Biz. @+

cinqua nte-trois 1 53
1 1 . ON PASSE LE DELF !
A. Rendez-vous s u r l e site d u C I E P et com p l étez l a fiche de présentation.

• Nom com plet : . . . .. . . . . . . . . . . ..... . ... . . . . . . . . . . . . ... . . ... . . . . .


.. . . . .. . . . . ... . .... . . . . . . .... . . . . . . . . . .. . .

• Date de création : . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . .


. . . . ...... . . . . . . . . . .
. .. . . ... . ... . . . . . . . . . . . . . .... . .. .
. . . . .

• M i n i stère de rattachement : . . . ... . . . .. ... . ..... . ... . .... . ... . ... . . . . . .. ... . ....... .. ..... . . . . ... . . . . ..

• Pôles d'activités : . . . ... . . . . .. ..... . .. .


. .. ... .. . . . .. . . .. . . . . . . . .
.. . . . . .. ... . . . . . . . . .... . . .. . .... . . . .. . . .. .

• M issions e t fonctions : . . .... . . . .. . . . . ..... . ... . . . . . . . .. . . ... . . . . .. . . . . . .


. . . ........ . . . . ... . . . . .... .. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . · • · · ·· · . . . . . · · · · · · · · · · ······· · · · · · . . . . . .

B. A l l ez d a n s l a ru briq u e « Diplômes et tests » et répondez a ux q u estions su iva ntes.

• Quels d i plômes et tests sont proposés par le CIEP ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

• A q u i s'adresse le DI L F ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

• Quels sont les différents d i plômes de DELF exista nts ? . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

• Qu'est-ce q u e le DALF ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .... .... . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . .

• Quel les sont les spécificités d u TCF ? . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . ..... . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . .

• Lequel de ces diplômes correspond le m ieux à votre profi l ? . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

54 1 cinquante-quatre
1 . I N D I G N ÉS
A. Com p l étez l'a rticle su ivant avec l es m ots de l a l i ste.

chôm a� man ifestatio��/ camp e r /

crise économ ique j ma rché d u trava il l ret raité s


J
-- -- --

Indignés
De notre envoyé spécial à Madrid. Guillaume Roy

Le m o u vement des I n d ignés - ou M ouvement 15-M - Portuga l ) e t des mouve m e nts grecs e t i s l a n d a i s de
a débuté le 15 mai 2011 par u n appel d a n s 58 v i l les 2008. Le m ouve m e nt est d 'a utre part souvent comparé
espagn o l e s , d o n t M adrid et B a rcelone, et s'est fa it au . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . fra n ç a i s .
c o n n aître par différentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . ,

dont celle de . . . . • . . • . . . . . . . . . . . . . ...• . . . . . . . s u r les places L a forte p résence d e . . . . • . . . . . . • . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . n 'aya nt


pri n c i pales des v i l l e s . pas réussi à s'i nsérer d a n s le . . . . • . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . .

est u n p o i nt com m u n avec l e pri ntemps arabe.


S e l o n l a p resse, ces . . . . . . . . • . • . • • . . . . • . . .. . • . . . . . . . s o n t en Beaucoup de . . • . • . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sont jeunes,
relation avec l a . · - · · · . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , ces derniers étant deux fo i s plus to u chés p a r le
le livre Indignez-vous ! de Sté p h a n e Hessel et ont été . . . . . . • • . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . que l e reste d e l a popu lation
rendues possi bles p a r l'exe m p l e du p ri ntem p s arabe mais on peut voi r éga l ement des trava i l l e u rs , des cad res
(par l ' i nterméd i a i re d u mo uvement d u 12 mars a u ou des . . . . . . . . • . • . . • . . . . . . . ...• .. . . . . .

l:D
'111' 16
B. Ë cou tez la prem ière pa rtie d u reporta g e radio et com plétez les slogans entendu s
d a n s la m a n ifestation.

• À bas . . . . • • . • . . . • . . . . • . . . . ... . . . . . . . . . . . . . • . . • • . . , vive l a démocratie !

• Les médias sont . . . • . . • • • . • • . • . . . . • . . . . . . . . . . . . . . . . • . • • • • • . . , l'information . . . . . . . • . . • • . • . . . . . . .. . . . . • . . . . . . . • . . • . • • . . . !

• Pas besoin d e trava i l ler . • . . • . • • • . • . • • . . • . • . ....•• . . . . . . . . . . . • . . . . . • , besoin de trava i l l e r • • . .• . • . . . • . • . • . . . • . .•..••.. . . . . . . . . . • . • . • . • !

• N e nous . . . . • . • . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . • . . . . • . . . • pas, . . . .• • . . . . . . • . . . . . . . .... • . . . . . . . . . • • . • . • . . . • -nous !

C. Ëcoutez la d e uxième pa rtie d u reportage et entou rez, dans la l iste ci-dessou s, c i nq motifs d'indignation mention nés par les ,
manifesta nts.

• La crise. • Le système économique.


• Les i m pôts. • Les fonctionn a i res.
• Le chômage. • Les banqu iers.
• La paix socia le. • L'.Euro pe.
• Que les élus n e défendent pas les i n térêts • Que les patrons conti n uent à fa i re
de la population. des bénéfices et l icencient malgré tout.

cinquante-ci nq 1 55
..

· 7 f Activités •
·
· · .
l' •
. ·

_.
..


. ( •
""· , . _>..

2. U N PREM I E R EMPLOI
A. Re l i ez l es p h rases suiva ntes à l'a i d e des co n necteu rs d e ca u se de votre choix.

1. !..'.é cole ne nous a pas prépa rés à chercher d u trava il. Nous 3. Nous voulons savoir pourquoi on ne donne pas leur
arrivons sur le marché de l 'emploi livrés à nou s-mêmes. chance aux jeu nes. Nous écrivons cette lettre.

2. Les méthodes de recrutement nous paraissent complexes et 4. Nous sommes jeunes et sans expérience professionnelle.
éloignées de notre quotidien. Nous ne les comprenons pas. Nous avons des d ifficultés pou r trouver un premier em ploi .

B. Com plétez cette lettre ouverte a u m i ni stre d u Trava i l à l'a i d e des p h rases de l'activité p récédente
(modifiez-les si nécessa i re).

- et Messie urs les dirigea nts d'entre prises,


Monsieur le ministre du \ravail, Mesda mes
loi et de
Nous somm es des ieunes entre 1 6 et 25
ans et nous somm es en recheKhe d'emp

• • - · • • • ·

for mation. · - - - - -

- · - - - · · - • - · • - - · -
· · - - - - - • - -- · · - - · - - - - - - · · - - · - -
- • - - · - - •• -· - - - - · - - - - - - - - · · ·

.. .. .. . . .. .. .. .. .. . . .. E.n smtant
. - - - · - . .. - - - .. .. .. . .. . .. ... .. .. .. . . .. . .. .. .. .. . .. . . . .. .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. - .. .. .. . . . .. .. .. .. . .. .. .
.. .. - · .. .. ..

-•
de l é cole
- · - · · · · - · ·
· - · · - - · - - - • · - - - -
• • • · · - - · - -··· · · · ·
, ' · - - - - · . . • • . - - - · - - - - - · · · · · · - -
· - · - · · · · · · - · - • · •

--
,

.. .. .. .. .. . .. . . . .. . .. . ..
.. . .. .. . .. .. .. . .. ..
D' autre part,
. . . .. . .. .. .. .. . .. . . . .. .. ..

..
.
.. .. . .. .. . .. .. .. .. . .. . .. .
. .. . .. .. .. .. .. .. .. .. . . .. .. .. .. .. .. .. . . . . . .. . ..

::
· · · · · · - · · ·
· - · - · · - · · · - ·
- - - · · - · · - . .
·· · · · · · · - - - - ·
· - - - . . · · - - - - · · - · - · · ··
·· · - · · · · · · · ·
- · - · · · · · · -··
· · - · · · - . . . .

C'est pourq uoi


s du refus quan d on répon d à une
._.....
offre d'em ploi.
=: on ne nous expli que pas les raison
..
. . .. . .
::
. . . . . · · · -
- - · · - · - · . . . .
· · - - · · . · · - - - -
· - . - - · · - - · · - · - · - · · ·
· · · · · · - · · · · - -
· · · · · - . - . . . - · . . · - - - . · · · · -

_. . . Nous vous reme rcion s, Mons


ieur le minis tre du Trava il,
. .. .. .. .. .. . .. .. . .. . . .. .. .. .. . . .. .. .. . . .. . .. .. .. l_:_ : : .. . .. .. . .. . .

nts d'ent repris e, de votre atten tion.


Mesd ames et Mess ieurs les di rigea

C. Fa ites la l i ste des mesures q u e vo us prend riez pou r ren d re l 'accès au travai l p l u s fa c i l e pour les jeu nes.

'

D. Réd igez, à votre tou r, u n e l ettre ouverte s u r u n thème de société q u i vou s préoccupe.

56 1 cinqua n te-six
3. SU ITE À U N MOUVE M E NT D E GRÈVE •• •

Co m p l étez l es p h rases su iva ntes avec les con necteu rs q u i conviennent


le m i eux parm i ceux de l a l i ste.

en réaction aux e n raison de étant donné que , pou r q u e 1 p u i sque

1 . . . . . • • . . . . . • . • . . . . • . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • • . . . les jeunes E u ropéens enchaînent les stages et les contrats sous-payés, i l s ont de p l u s en
p l u s de difficultés à s'i n tég rer dans l e ma rché d u travail.

2 . . . . • • • • . • • • • . • . • . . . . .... • . . . . • . . . . . . • • . • • . • • l a m a n i festation q u i a u ra lieu samedi après-m idi, les tra nsports publ ics seront pertu rbés.

3. Les professeu rs ont déposé l e u r p réavis de g rève à l'ava nce . . • • • . • • . . . • . . . . . . . . . ... • . . . . . . . • . • . . . • • • . . . les parents puissent
s'org a niser pour fa i re g a rder l e u rs enfa nts.

4. Les étudiants ont décidé de m a n i fester . • . . • . . • • . . • . . . . . . . • . ... • . . . . . . • . . . . . • • . • . . . mesu res prises par le m i nistre du Travai l .

S . . • . . • • • . . . . . • . . . • . • . .... • . . . . . . . . . • . • . . • • . . . les chauffeu rs de bus s o n t en g rève, n o u s devrons a l l e r au travai l à pied.

4. TOUS ENSEMBLE ! Po u r c ette q uat rièm


e j o u rné e de ma n i fes
A. Lisez cet a rticle et com p l étez-l e avec
:
i s o rga n isat ions syn
d ical es éta ient p rés
tati on · · ·
• · · · . . ..
ent es . M e m e
:
les indéfi n i s corrects ( i l peut parfois y avo i r si : rep res ent ant s a u raie

:�=
· _


· · · · · •

nt sou hait ' n


• • • • • • • • •

pl usieurs réponses possi b l es). ac 1on plus poli tiqu e,


• •••·••• · · ·
a t n ê tre
• • • • •
• • • • • • . • •

p res ent p o u r mo ntre


• • • .

r son mé con ten tem


ent
" Pe n d a n t q u e • • · • · , ..
••·•·· s enr ich isse nt
• • • • • • •
• • • • • • •

· ········· · · · · ·
: � :
son t d e p l u s e n plu
s dan s la ga 1 re ê
• • • • • • •

et la pre ca nte l Ça ne
peu t p l us d u re r il fa
u t fa i re
· •· · • • · · • • · • · • • •
1 " a déc l a ré l ' u n des

m a n ifes ta nts

• • • • • • • •

" Nou s c u lo n s m ont .


rer q u e · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · ·· ·
� �
g r. a_ son ch elle q u e
_
i: , • · •·· • • • • · . • • • •
pe u t
n e d o i t rester
• • • • . • • • • •
• . •

m d 1 ffer e n t a ce qui se pas se


d a n s not re pay s et
_ dan s le
mo nde . S r on ne fa it ·

·••••· • •
•• •
on n e sera jam ais
• • • • • • •
• • • • •

ente n d u p a r les pou


voirs pol itiq ues l " •
d isai t u n . · · · · · · .
Une n o uve lle j o u rné
• • • .

e de m o b i l isat ion nat


- ion ale est
pre vue le sam edi 14
nove m b re.

B. Pensez-vou s q u'u ne m a n ifestation soit un bon m oyen pour mo ntrer son mécontentement ? À q u e l s
autres moyens selon vous pe ut-on avo i r recou rs ? Co m p létez l a g ri l le s u iva nte a fi n de préparer votre
a rg u mentation.

Arg u m ents en faveur d es Arg u ments contre les Autres moyens


Con necteurs
man ifestations m a n i festations possi bles

C. En registrez-vo u s et re m ettez l'e n registrement à votre professeu r.

cinqua n te-sept 1 57
5 . U N E JOU R N É E D E MO B I LISATION POU R L'ÉCOLE
Q
P1•1 • 11
A. É coutez l es témoig nages su iva nts et d ites s i l'opinion des perso nnes est favora b l e o u défavora b l e à l a
g rève des enseig n a nts. N otez les éléments q u i j u stifient votre réponse.

1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...... .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . .... .... . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . ...... . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . .... .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

S . . . . .. . . . . .. . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . ....... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

B. Cho ississez l a proposition correcte.

Les enseignants . . •

a . réclament d e travai l ler dans de mei l le u res conditions. I l est intoléra ble . . .

b. réclament qu'ils travail lent dans d e meilleures conditions. a. que les classes soient s u rchargées.

c. réclament une augmentation de salaire. b. que les enseignants font g rève.

c. travail ler d a n s de ma uvaises cond itions.

a. espère que les enseigna nts fassent g rève à la rentrée.

b. espère que les enseignants ne fassent pas g rève à la rentrée.

Les enfants a imeraient . . . c . espère q u e les enseignants n e font pas g rève à l a rentrée.

a. de rester à la maison tou s les jours.

b. rester à la maison tou s les jours.

c. q u'i ls restent à la maison tou s les jours.

Les parents . . .

a . souhaitent q u'i l s trouvent des sol utions pour fa i re g a rder leurs enfa nts.

b. souhaitent de trouver des sol utions pou r fai re g a rder leurs enfa nts.

c. sou haitent trouver des sol utions pou r faire garder leurs enfa nts.

58 J cinq uante-huit
. .. . Activités 1 7

6. PACITE L
A. Lisez l e texte s u iva nt et donnez-l u i u n titre : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . .... .... . . . . . ... . . . . . . ..

B. Lisez ces com m enta i res l a i ssés s u r le for u m et co m p l étez-les avec l es verbes de l a l i ste
à la forme correcte (su bjonctif, i n d icatif ou i n fi n itif).

avoir devoir être (x3) penser protéger raccrocher se pla i nd re

C. Que pensez-vou s d u démarchage té lépho n i q u e et de l'i n itiative Pacitel ? À votre tou r, laissez u n
com menta i re s u r l e for u m en réacti on à cet a rticle.

( http://www.pacitel.fr/

'
Les consommateurs q u i refusent d 'être p ros pectés Cinq org a n ismes, représenta nt 80 % des entreprises
par t é l é p h o n e peuvent désorma i s l e fa ire savo i r en aya nt recou rs au démarchage téléphonique ont déjà adhéré
s'inscrivant g ratu itement sur le site www.pacitel.fr et s'engagent à rayer de leurs listings les n u méros de
Bonne nouvel le pou r les consommateurs exaspérés pa r téléphones indiqués.
les appels téléphoniques de prospection com mercia le ! Gratu ite, l'inscription reste valable trois a n s. Une fois
U n nouveau dispositif ba ptisé Pacitel est là pou r les q u'u n n u méro de téléphone est inscrit sur la l iste, i l est retiré
protéger : ce dispositif consiste à éta b l i r une l iste de des fichiers de prospection des entreprises adhérentes.
consommateurs aya nt manifesté leur volonté de n e plus La prospection téléphonique représente 1 00 000
être dérangés, via l e site internet www.pacitel.fr. emplois d i rects en Fra nce.

A drien33 Stéph ane


I l est d o m m a g e de constater q u e c'est l ' u s a g e r q u i J 'espère que cette i n itiative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . effica ce,

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . fa i re l a d é m a rc h e de reti rer ses m a i s je c ra i n s q u 'e l l e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . u n e uti l ité l i m itée

coord o n n ées des l i stes d 'entreprises. J e s o u h a itera i s éta nt d o n n é q u e l a m ajeu re partie des centres de

vivement q u e les l o i s . . . . . . . . . . . . . . . . . . davantage l e p rospection tél é p h o n i q u e . . . . ... . ... ....


. . . .. à l 'étra nger

consom m ate u r, v i c t i m e des a bu s d e l a p u b l i cité. et n e sont donc p a s a d h é rents a u d ispositif.

1 Râleur.fr _..
__--_ _--
C'est éton n a n t d e vo i r q u ;, com m e d ' h a bitude, les 1 Je vou d ra i s d e m a n d e r a u M i n i stre s'i l . . . . . . ... . . .... . . . . . ..

g e n s . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . po u r n'i m po rte q u o i : si les 1 à ceux q u i trava i l l e n t d a n s des petites entreprises et q u i

a p p e l s té l é p h o n i q ues vo u s déra n gent, vo us n'avez q u'à ont u n bes o i n vita l de téléprospecti on a fi n de trouver

........................... ! de n o u veaux c l i ents. Com m e d ' h a b i t u d e, ce sont les

petits qui . . . . . . . . . . . . . . . l ésés . . .


Votre commentaire

cinqua nte-neuf 1 59
7 1 Activi�és .

7. U N E SU RTAXE I NTOLÉRAB LE
A. Choisissez le préfixe correct pou r co m p l étez l es adjectifs des p h ra ses su iva ntes.

1. M a l g ré les efforts de ce ministre, ses résu lta ts sont . • • • • • . • • . . . • suffisa n ts. IN - I M DES
-

2 . Il y a eu des cha ngements . • . • • • • • . . • • • • . . • • porta nts au sein de l'org a nisation.. I N - I M - I NTER

3 . La . • . •• • • • . . • . • . . . . . obéissa nce civi le est une forme d 'action non-violente qui s'est fait con naître g râce aux l u ttes de G a n d h i ou
de Martin Luther King ! DÉS I N · MÉ
-

4. Le livre de Stéphane H esse! est . • . • • • • • • . • . • • • . • . • . . •. con n u a u p rès des je u n es. S U R-I N-ARCHI

S . I l est totalement . . • • • • • • • . • • . • . • . . • • . •.. • • . mora l de fa i re trava i l ler les gens d a n s ces conditions ! IN-IM-MÉ

B. Tra n sformez les adjectifs du cerc l e B à l'aide des préfixes du cercle A a fi n de former des m ots nouvea ux
(un même préfixe peut être uti l isé pl usieurs fois) . Il peut parfois y avo i r p l usieurs poss i b i l ités.

1
Pré· l n· Tolérable
Ha bituel
L i m ité
S u r· I l· Ca pita l i ste
Anti- Satisfait
Fixé
I nter- Ord i n a i re Rég u l ier
Mobile

Extra· Dés-
E u ropéen Taxé Habillé

U l tra- Con n u
Dépendant

• I"'tolér1:1 b l e • •

• S'vt rft1xé • •

• • •

• • •

• • •

C. Réd igez c i n q p h rases en util isa nt les mots formés d a n s l'activité précédente.

60 1 soixa nte
Lexiq ue et médiation 1 ' 7
·

8. LES MOTS DE LA MAN I F


A. Com p l étez les gril les avec les m ots corres pondant a ux défi n itions su iva ntes.

1. Person n e q u i pa rticipe à u n e m a n ifestation.

2. Regroupement de person nes ou de c hoses, a g g l o mératio n .

3. I nformation de l 'em ploye u r de l a préparation d ' u n e g rève, i l en précise la d ate,


l'heure de début, la d u rée et les m otifs. �,.....-

4. Ense m b l e de person nes q u i défilent.

S. Arrêt col lectif de trava i l ayant pou r but de fa i re a bouti r des reve n d i cations d 'o rd re
profession nel.

6. Coord i natio n des a ctivités des membres d'un g rou pe sou h a ita nt défe n d re
ses i ntérêts.

7. Ba nde de tissu sur l a q u e l l e sont réd i g ées des i n scri ptions n ota m m e nt pol itiq ues,
synd i ca l es, p u b l i citai res, etc.

8. M a rche de person n es ou de véhicu les q u i se su ivent en fi le.

B. Retro uvez l e m ot caché en remetta nt les lettres des cases g risées dans l e bon ord re.

Le mot caché est : . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . • . . . . . . . . .

1 2 3 4 5 6

soixante et u n 1 61
7 1 Con nectez-vous !
9. D EVE N EZ CYB E RM I LITANT !
A. Qu'est-ce q u e le cyberm i l ita ntisme à votre avis ?

MÉDIAS BIBLIOTH�QUE CAMPAGNES

AM N ESTY Jt Engllsh � lJJ.I Espaftol

I NTERNATIONAL qj:: Dans votro pays : ( SélectioMer un pays 1 : ) OK RECHERCHE


Inscription Connoxlon

•illi
•• wlili
i a•iil
!Y1-•l QUI SOMMES-NOUS? CE QUE vous POUVEZ FAIRE CONNAITRE LES DROITS HUMAINS

B. Cherchez s u r le site I nternet d'A m nesty I nternati o n a l le dossier s u r le cyberm i l itantis m e « Outi l et
astu ces po u r un cyberm i l ita ntisme efficace » et com parez la défi n ition d u cyberm i l ita nt avec votre propre
défi n itio n .

C. En vous a i d a n t de l a l i ste d'instructions e t d e consei l s de rédaction donnés pa r A m nesty I nternatio n a l


(p.1 1 e t 1 3 d u doss ier), réd i g ez u n e l ettre respecta nt l a structu re proposée e t défendant u n e cause de votre
'
choix parmi ce l l es p roposées s u r l e site. Vo us pouvez choisir de rem ettre cette lettre à votre professe u r ou
d e l 'envoyer d i recte ment en su iva nt les i nstructions don nées s u r le site.

62 1 soixa n te-deux
1 . H É ROS ORDI NAI RES
A. U n magazi n e a p u b l ié u n dossier s u r l'engagement a u q uotidien i ntitu l é « H é ros ord i n a i res ». Lisez les
portra its su iva nts et d ites q u e l l e i n itiative vous semble la plus i ntéressa nte. J u stifiez votre réponse.

Joël, avocat et inventeur de Gérald, le cdeu public de a Croix- Rouss � �l � :..


·
!
pancartes pour SDF À 1 1 heures, tous les d imanches, les habitants dù quartier de la Croix-Rousse à Lyon
Son écriteau «Je peuvent écouter les més.sages déposés dans la boîte:aui< lettres du quartier et
pou rrais être « criés » par Gérald 'depuis son pupitre au m i l ieu d e la place.
Coups de gueule, réactions' à l. 'a.ctuf! l i té, mess�ges
••

votre g rand­
mère » est . personnels, tout y passe et Gérald redqnne vie à ce
devenu .célèbre · quartier populaire où Îes liens s'etaient pêu à peu
dans toutes les détrui � s et où cha : u n 'restai t enferr:né'.c h ez soi sans
1 _
rues, de Paris, connai tre son v01s1n. ·

et a même Gérald, animateur socioculturel et act��r, n� trouvai t


inspiré u n cou rt­ pas sa p lace dans le mon d e du spect a è le. « J'a i, eu la .�
métrfjge. Joël révélation en lisant le livr.e de Fred Vargas, Pars vite et
voyait tous les reviens tard : le personnage du crieur publ ic, c'était mo l !
jours une viei l l e J'ai tou t de su ite su que c'.étai t ça . que je vou l a is f�ive ! » 1
femme q u i m e n d i a i t dans la r u e devant chez Avec les années, le crieur est devenu u n e i nstitution et
1
l u i: sans y prêter attention, sans la voir, comme est même 'mentionné dans certains g u ides tou ristiq ues.
tout le monde. Et puis u n jour, il s'e.st arrêté et
l u i a écrit s u r un bout de carton qu'il a posé _à
ses pieds cette phrase « Je, pourrais être votre .
grand- mère ». Le jour même loana - la viei lle
HéberP.er une famille d'amis sans logement : ·
""
l'hospitalité selon Valériè
·

femme - récolte plusieurs diza i ne's d'euros ce


q u i a amené des d iza ines de SDF dans toute la En attente de relogement social depuis 2006, tliane, son mari et ses six enfants se
ville à copier - souvent sans la �om p rendre - �ont retrouvés à la rue. Va lérie, une amie d 'Ëliane, les a accuei l l i s éhez elle. Va lérie
c_e tte phrase. « Je passais tou t mon temps a u savait bien qu'il ne s'agissait pas d'un .dépannage de quelques jours : la fam i l l e ·

bureau. Je culpabilisais de gagner beaucoup restera finqlement 1 0 mois avant d 'obtenir un logement prêté par l 'association Les
d'argent, j'avais besoin de faire quelque chose Toits de l'espoir. « Le logement nous ava i t été prêté po'u r' trois ans et il se trouvait
mais je n'avais pas Je· temps à consacrer à u n e dans u n village à une heure de· rou te. Mon mari a dû louer un studio en ville afin
association. » J o ë l a co ntinué à élaborer des de conserver son emploi. » Au bout de trois
pancartes pour attirer l'attention des passants ans, le logement social promis par la mairie
sur les SDF ; i l en a déjà i nventées plus d e deux n'est toujours pas disponible et la fa m i l l e se .
cents. « Je veux seulement réveiller chez les retrouve à nouveau sans logement. Va lérie leur
passants cette petite part d'human ité qu'ils a à nouveau ouvert sa porte. « Si quelqu'un me
ont tendance à 'oublier : les mF ne sont pas du demande désormais d e l 'héberger, commente
mobil ier u rbai n. » Va lérie, jamais je ne pou rrai refuser. »

.. �...,.
&/.... .
-
'
. . , ..
...,.
,,,,,
...
.., ...,...,
,., ,... -=
,..- <!-"' rPWii#JiW:a • •IW CW:•�
""" � ........-- c:..,.._-...,....
, ..,..,.,
.., .._� .,.,..�----.�.....-.
,.......-.
...,

B. À votre avis, q ue l les sont les m otivations de chacu ne des trois person nes.
Joël : . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . · · · · · - • . • . • • . • . . . . . • . . . . • . . • . . . . . · - · · · · · . . . . • . • . . . . • . . ...•. . • . . · · · · - · . . . . . . .. . . . . . . .

Gérald : . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Va lérie : . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

C. Réd igez, dans votre ca h i e r, l e po rtra it d ' u n e perso n n e q u e vo us con n a issez et q u i mérite
selon vou s le titre de « héros ord i n a i re ».

soixante-trois 1 63
2 . H IVER 54
A. Co m m e ntez ces citations d ' H e n ri G rouès. I magi nez le genre d e perso n n e q u i a prononcé ces p h rases.

« On n'est jamais heureux q u e dans le bonheu r qu'o n don ne. Donner, c'e st recevoi r. »
« On ne peut pas, sous prétexte qu'il est i m poss i b l e de tou t fa i re en u n jour, ne rien fa i re d u tout. »
,« Avec tout l 'argent d u monde, on ne fa it pas des hom mes, m a i s avec des hom mes q u i a i m e nt, on fait tout. »
« Que ceux q u i ont fa i m aient d u pa i n ! Que ceux q u i ont d u pai n aient fa i m de j u stice et d 'a mo u r ! »
« C'est bête d 'être h e u reux sans les a u tres ».
« I l ne fa ut pas fa i re la g uerre aux pauvres m a i s à la pauvreté ».

Q B. É coutez ce reportage s u r l 'abbé Pierre et com p a rez le person nage avec cel u i q u e vous aviez i m a g i né.
P111e 1s Com plétez sa fiche biogra p h i q ue.

5 août 1 9 1 2 : . • . • . . • . • . • . . • . . . . . • . •.. • . . • . . • • . . • . • . . . • • . • • • • . • . . . . .•.. • • . • . . . • . • • . . • • . . • . . • • • . . . • . • • . • . • . . . . . • • • • . . • . . . • . . • . • •

1 938 : i l est ordonné p rêtre e t reçoi t l e nom d e frère P h i l ippe.

1 942 : il entre e n résistance sous l e nom d e . • . . • . • • • . • • . • . • • . . . . .. . • . . . . . . . . . • . • • • • • • . • • • . . . . . • . . .. . . . . . . • . . • . • • . • • . . . •

1 949 : . . . . • • • • . • • • . • . · • · • · · · · · • · · · · · · · · . • • . • . • • • . . • • . . . . . . . . .. . • . . . • . . • . • • • • . • . • . • . • • • . . . • • • . . . . . . . . . . • . . . . . • . . . . . • • . • • . . • . • • • .

1 954 : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

1 992 : . . . • • • • • . • • • • • . · · · • · · · · · • · · · · · . . . . . . • • • • • . . • . • • • • • . • . . • . . • . . . . . . • . . • • • • . . . . . • • • . . . • . • . . . • . • . .... • . . . . . . • . . • • . • . • • . . . • • • . •

. . . . . . • • : i l décède des s u i tes d'une i n fection pulmonaire.

C. É coutez u n e deuxième fois et relevez l es i nfo rmati o n s s u iva ntes.

1 . Da ns quel doma i ne s'est principa lement engagé l 'a bbé Pierre ? . • . . • . • • • . . • . • . . • . . . . . . . . . . . . . . . . . • . • • • • • • • . • . . . . • . . . . . . . • . . . . . . • . . • • • • • . . . • •

2. Qu'est-ce q u e la trêve hivernale ? . . . . • • • . • • • . • • • . . . • . . .. . • • . • . . . . . • • . . . • • . • • • • . • . . • . • . . . . . • . . • . . . • . • • • • . • . . . • • • . . . . . • • • • . • . • . . •. . • . • . . . . . . . • . . • • • • •

3 . Comment est fi nancée l'association E m m a ü s ? . . . . • • • . . • • • • • . • . . • • . .. . • . . . . . . • . . • . • • . • • • • . • • • . . • • • . . .•. • . . . . . . . . . • • • • . . • . . • . . . . . . . • • . . • . . . . . . . •.

4. Quel est l 'objectif d e la Fondation a bbé Pierre ? . . . . • . • • . . . • . • • • . . • . . ... • . . . . • . . . . . . . • . • • • • . • . • . . . • . . . ... . . . . . . . • . • • . • . . . . . . • . . • • . . • • • . . • . • . . ... •.

D. Qu'est-ce q u i a motivé, selon vo us, l 'en gagement d e l'a b bé Pierre ? Le pa rtagez-vo us ? Pou rq uoi ?

64 1 soixante-q uatre
· Activités 1 8

3. SOS ASSOS !
A. Classez les ca uses de l a l i ste ci-desso us d e l a p l u s i m po rta nte ( 1 ) à l a m o i n s i m po rta nte (8) selon vous.

La défense de l'envi ronnement. 0 La défense de l'identité culturelle et des langues minoritaires. 0


La protection de l 'enfance. 0 La médiation dans les zones en conflit. 0
L'accès a u logement pour les p l u s démun is. 0 L'accès a ux soins. 0
La p rotection des a n i m a ux. 0 La sécu rité a l i m e nta i re. 0
B. Lisez les descri ptifs des trois associations ci-desso us et d ites pou r l a q u e l l e vous seriez prêt à vo us
engager. J u stifiez votre choix sous la forme d ' u n texte a rg u m enté et constru it.

Surfrider Foundation
Cette association mondiale à but non lucratif, dédiée à la protection de l'océan
et du littoral, a été créée en 1984 aux États-Unis par un groupe de surfeurs
préoccupés par l'environnement. Elle regroupe aujourd'hui plus de 60 000
adhérents et des antennes locales dans le monde entier. Il existe actuellement
dans le monde quatre sièges : Brésil, Japon, États-Unis et France . Ses obj ectifs

S U R FR I D E R
principaux sont de lutter contre la pollution des océans, informer le public sur
la qualité des eaux et faire prendre conscience des enj eux de la protection de
l'environnement en général , et plus particulièrement des mers et des océans. FO U N DATI O N EUROPE

unicef e
Les Restaurants du cœur est une
association créée en France par
l 'humoriste et acteur Coluche en
1 985 . Elle a pour but d'aider
Le Fonds des Nations u n ies pou r l 'e nfance (UNICEF,
les personnes démunies en leur
de l 'anglais United Nations of International Children's
distribuant g ratuitement de la
Emergency Fund), est né en 1 946. C'est u n e agence
nourriture, que ce soit sous la forme de
de l'ONU dédiée à la protection et à l 'a m é l i oration
repas chauds servis aux personnes sans toit,
de la condition des enfa n ts, i m pla ntée dans 1 50
ou de nourriture pour ceux qui ont un logement mais
pays d'intervention. E l l e a activement participé à
qui n'ont pas les moyens de subvenir à leurs besoins
la conception de la Convention s u r les d roits de
alimentaires. En 1 9 86, au refrain de « Auj ourd'hui, on
l'enfant (CIDE), adoptée à New York e n 1 989. Ses
n'a plus le droit ni d'avoir faim ni d'avoir froid » sort
objectifs prioritaires sont : l 'éducation des fi l l es, la
la Chanson des restos afin de collecter des fonds pour
vacc i nation contre les m a l adies i nfantiles, la l u tte
l' association. Depuis, chaque année, de nombreux artistes
contre le SIDA, la p rotection de l 'enfa nce et la santé
se regroupent sous le nom de « Les Enfoirés » afin de
des nouvea u-nés. L'UNICEF a reçu le prix Nobel de la
chanter au profit des restos.
paix e n 1 965.

soixa nte-ci nq 1 65
4. E N TOUTE LOG I QU E
I d e ntifiez l a relatio n d e sens d a n s l es p h rases su iva ntes et co m p l étez-les
avec l e con necteu r logique l e plus a pproprié.

1 . Certai nes associations ont d û revoi r l e u r politique de fonctionnement • • • .• • • • • . • • • • . • • . . • . . conserver l e u r s u bvention.

�- . • • • • • • • • . . • • • . . • . • . . ..
. .. les jeunes s'i m p l iq uent de moins en moins dans la vie politiq ue, ils sont moins écoutés.

3 . . . . . . . • • . . . . • • . . . . • . . . . . . . , les fem mes s'e ngagent p l u s que les hommes, . • . . • • • • • . • • • • . . • . • . . . . . • • elles consacrent p l u s de temps
à la vie associative, aux activités extrascol a i res des enfants, etc.

4. Beaucoup d'hommes font partie d'une association cu lture l le ou sportive, • • . . • • • • • • • . . • . . . . . • . .. .•. seulement 1 5 % se consacre
à une activité h u m a n itai re ou socia le.

5. Le g ouvernement a s upprimé u n e g rande partie de ses s u bventions . • . • • • • • • • • • • • . . . • • . . .. . • . cou p u res budgéta i res.

5. L'ASSEMBLÉE G É N É RALE
Vous col laborez a u service co m m u n i cation d ' u n e associatio n .
Com p l étez la l ettre su iva nte avec l e s co n necteu rs p roposés.

cepend ant J en effet j en prem ier lieu r malgré j


si v o ilà po u rq u o � nota m m e n t

Chers adhérents / es,

Vou s connaissez les difficultés q ue nous avons traversées dernièrement.

. • . • • • • • • • • • . • . . • . . . . .. . • . . . . . . • . , nous tenons à vou s fa i re part de notre g ratitude pour votre soutien


et votre fidél i té. C 'est . • . • • . • • • . • • • • . . • • • • . .•. . . . • . . . • . tout le secteur a ssociatif qui est touché par la
situation actuelle et nous avons plus q u e jamais beso i n de la participation et du soutien de nos
adhérents .

. • • .. • • • . . • • • • • . • . les récentes réductions de nos su bventions de la part de la Mairi e, nous


avons tenté de mainten i r notre fonction nement habituel, . • . • • • • • • • • • . • . • • . • . .... • . • . . . • • . en
c e q u i concerne n o s activités de soutien scol a i re au près d e s jeunes d u q ua rtier. Cela ne va
. • . . • • • • • . • • . • . . • • • . . . . . • • . • . . . • . plus être possi b l e très bientôt si nous ne trouvo n s pas une solution
a l te rnative .

. • • . . . • • . • • • . • • . • . • . .... •. . • . . • . . . • • . • • • • • nous convoquons une Assemblée Généra l e exceptionnelle, le


jeudi 4 j u i n à 1 8 h 30 dans nos locaux. Nous éva luerons les ressources à notre d i s position et nous
débattrons des solutions poss i bles pou r conti nuer à mener à bien notre action .

. • . •• . • • . . • . vou s ne pouvez pas être présent, merci de nous envoyer vos commenta i res par
courrier électro n i q ue avant le m ercredi 3 j u i n .

N o u s com ptons s u r votre participation.

Très cord ialement,

le Président.

66 1 soixante-six
Activités 8 1
6. LES F I G U RES DE STYLE B. Que veu l ent d i re les p h rases précédentes ?
A. Ide ntifi ez l es fi g u res d e style d a n s l es phrases Qu'a pporte l'uti l isation des fi g u res d e style ?
su iva ntes.
J r J
1 . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . .

1
..

e uphém ism e méta ph o re hyp erb ole


oxym ore

1 . Je meurs de fai m .

2 . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... .... . . . . . . . . . . . . . . .

2. I l a été remercié le mois dernier.

3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . . . . . . .

3. I l y a ici u n si lence assourd issa nt.

4. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

4. Il pleut des cordes.

7. CHANSON D'AUTOM N E
A. Sou l i g nez les d ifférentes a l l itérations et Q B. É co utez l a lecture du poèm e et vérifi ez. Selon
asso n a n ces dans ce poè me d e Verl a i ne. P1s1e 19 vo us, q u'a ppo rtent ces procédés stylistiq ues au
poème ?
Chanson d'auto m n e

L e s s a n g l ots l o n gs
Des v i o l o n s
De l ' a u tom n e
B l essent m o n cœu r
D'une l a ngueur
Monoto n e .

Tou t s u ffoca n t
E t b l ê m e, q u a n d
Son n e l ' h eu re,
Je me s o u v i e n s
D e s j o u rs a n c i e n s
Et j e p l e u re.
C. E n registrez-vo us : l isez à votre tou r le poème et
Et j e m ' e n va i s
rem ettez l 'e n registrement à votre professeu r.
A u ven t m a u va i s
Q u i m ' e m porte
Deçà, d e l à,
Pa r e i l à l a
Feu i l l e m o rte.

Paul Verlaine,
Poèmes saturniens, 1 866.

soixante-sept 1 67
8. DES AUTE U RS E N GAG ÉS
Associez chacu ne des citations l ittéra i res ci-desso us avec son a uteu r et l 'œuvre dont e l l e est extra ite, a i nsi
q ue l e contexte d a n s lequel e l l e a été écrite.

« Refusez d 'obéir, « La l i ttérature vou s jette « Il va ut m ieux hasarder de 1


refu s ez de la fa i re, d a n s une batai l l e ; écrire c'est sauve r un cou pable q u e de
n'a l l ez pas à la gue rre, une certa ine façon d e vou l o i r con d a m n e r un i n nocent. >>
refusez de parti r ». se l i bérer ; si v o u s avez
commencé, de gré ou de
force vous êtes engagés ».

« Je ne s u i s pas, messie u rs, de


« J'ai compris q u'il ne ceux q u i croient qu'on peut
suffisait pas d e dén oncer su pprimer l a souffra nce en ce
l 'i nj u stice, i l fa l l a i t donner monde ; la souffra nce est u n e
sa vie pour la combattre » loi d i v i n e ; m a is je s u i s de ceux
qui pensent et qui affirment
qu'o n peut d étru i re la m i sère. »

« Je n'a i qu'une passion, celle de l a G5


l u m ière, a u n o m de l ' h u m a n i té q u i a « U n e i nj u stice fa i te
ta nt souffert et q u i a d roit a u bonheur. à un seu l est u n e 1
menace fa ite à to us >>
Ma protesta tion e n fl a m mée n'est q u e
« Oh Barbara, q u e l l e connerie la g u erre !
le c r i d e mon âme. Qu'on o s e donc
Qu'es-tu deve n u e m a i n tenant sous cette
me trad u i re en cour d'assises et que
p l u i e de fer, de feu d'acier, de sang ? »
l'enquête a i t lieu a u g rand jour ! »

a. Boris Vian e. Jacq ues Prévert


Le déserteur ( 1 953) Barbara ( 1 946)
b. Ë m i l e Zola f. Al bert Camus
J'accuse ( 1 898) Les justes ( 1 949)
c. Jea n-Pa u l Sa rtre g. Montesqu i e u
Qu'est-ce que la littérature ? ( 1 947) Œuvres complètes ( 1 7 1 7- 1 755)
d. Victor H ugo h. Volta i re
Détruire la misère ( 1 849) Zadig ou la destinée ( 1 747)

1 . Guerre d 'A lgérie. 5 . Pensées d iverses publ iées de manière posthu m e e n 1 798.
2. M a n i feste de la conception de l'aute u r de la l i ttérature 6. Bomba rdement de la ville de B rest penda nt la Seconde
engagée. Guerre mondia le.
3 . Discours à l'A ssemblée Nationale sur l'assistance p u b l i q ue. 7. Zad ig citant Zoroastre, penseur perse de !'A ntiquité.
4. Attentat com m i s contre le G rand-duc de Russie par 8. Lettre ouverte a u Président de la Répu blique pou r
un g roupe révo l ution n a i re en 1 905. défe n d re Dreyfus.

68 1 soixante-h u it
Lexiq ue et médiation l B

9. MÉLI-MÉLO DE L'EN GAGEMENT


A. Retro uvez d a n s l a g ri l le su iva nte 1 0 m ots de l 'engagement vus d a n s cette u n ité.

p lA V A !( L I c.. E D A V lA 0 5

I A 5 c.. j M E M B R E 5 c.. f-t 0

0 N R p f c.. V j c.. T p B G I 0

N 0 É T N A B R 5 I V L E z N

B p 5 f I T c.. t L L 0 c.. T B 0

B I E c.. 5 c.. p T N M I L R L I
I
A c.. A lA 5 E I 5 f-t E y B 5 V T

5 f-t lA A c.. c.. I p R I V I M 0 A

T I 0 N A A M R A c.. 5 0 I N I

lA w z p L E V G z T N c.. L A c..

T z E M A lA T lA I p I L I E 0

A D N 0 A T T E lA R G 0 T T 5

T A T 5 lA B lA E N T I 0 A T 5

5 E E z 0 N 5 j T N L L N I A

R c.. c.. 5 A T I E A c.. f-t A T V I

B. Réuti l isez l es m ots trouvés afi n de com p l éter les deux défi n itions s u iva ntes .

. • • • • • • • • • • • • • • • • . • . • . . . • • : est une personne q u i s'engage pour u n e • • • . • • • • • • • • • • • • • • • . . . . . • •, souvent de manière

. • • . • . • • • . • • • • . • • . • . • • . . • . et à travers u n . • • • • • • • • • • • • . . . . . • . . ... . . ou u n . • . • • • • • • • • • • • . . • • . . . .. . • .

. . • • • • • • • • • • • • • . • • • . . . . . • . : est com posée de . • . . • . • • • • • • • • • . • • • . . .•.•. q u i s'i m p l iquent autour d'un projet à travers

d i fférentes formes de . • • . • • • • • . • • • • . • • • • • . ... • . • . • . . • . . Son fonction nement est basé s u r des . • • • • • • • • • • • • • • • • • • • ••.• • . et

repose souvent su r l 'attribution d'une . • . • • • • • • . • • . • • . • . • . . .• . • . . . • . . • . • • • • . • • gouvernementale.

soixante-neuf \ 69
1 0. JOU EZ AVEC LA POÉSI E ET L'ABSU RDE
Rendez-vous s u r l e blog d e Ba belweb e t créez des q u estions a bs u rd es, puis répondez-y !

Voici t rois idées pou r pa rticiper au blog.

Dans tous les cas, attendez, vous a u rez peut-être des réponses ou des com m e n ta i res d 'a u t res i nternautes !

http://m9.babel-web.eu/

70 1 soixa nte-dix
1 . U N E VISITE À BORDEAUX
A. Lisez cet a rticle de présentation de l a v i l l e de Bordea ux et d ites pou rq u oi, selon vous, cette vi l l e
a été classée a u Patri m o i n e de l ' U N ESCO.

Le 28 juin 2007, !'Organisation des l 'abou tissement de la p h i loso p h i e des Bordeaux en chiffres
Nations U n ies pour l'éducation, la science Lu mières, qui voulaient q u e les villes soient • 239 000 ha bita nts
et la culture (UNESCO) a i nscrit Bordea ux des foyers d'human isme, d'un iversalité et
• Un tiers d e la popu lation d e moins de
sur la l i ste d u Patrimoine mondial a u titre d e culture.
25 ans
d'« Ensemble urbain exceptionnel ». On fa i t généralement remonter les
La distinction de ce vaste périmètre d e origi nes de Bordeaux au 111° siècle av. J.-C., • 5 5 0 km d e pistes cyclables
1 8 1 0 hecta res e s t u n e première pour sous le nom de Burdigala. Après avoir • 4 festiva ls de musique
l ' U N ESCO qui n'avait encore jamais honoré été occupée par les Romains en 56 av.
• 1 festiva l des a rts de rue
un ensemble urbain de cette a m pleur. J.-C., Burdigala se développa a u tour d e
Le centre historique de cette ville son p o r t , devenant u n e ville marchande • 1 opéra national
portuaire située dans le sud-o uest de la et conserva cette fonction pendant les • 7 m u sées
France rep résente u n ensemble urbain siècles qui suivirent.
• 347 édifices protégés
et a rchitectural exceptionnel, créé a u XVIJIC Enserrée dans ses murailles d u XII/
siècle. Bordeaux est exemplaire par l'unité siècle, Bordeaux se transforme d u rant le • 1 800 hecta res concernés par le
de son expression urbanistique et par son Siècle des Lumières en une ville moderne, périmètre i nscrit sur la l i ste de l'UN ESCO
architectu re, classique et néoclassi que, ordonnée et dotée de rema rqua bles
• Le deuxième port d'escale de croisière
q u i n'a con n u pratiquement aucune monuments, de places harmonieuses, de
de la côte atlantique
rupture stylistique depuis le 1 8° siècle g randes promenades, de jardins publics
jusqu'à nos jou rs. et d'une façade homogène le long d e son • 70 000 étudiants et 5 000 chercheurs
Son u rbanisme rep résente fleuve, la Garonne. Source : www.unesco.org

J
e20
B. É co utez cette déclaration d u porte-paro l e d e la m a i rie de Bordea ux afi n de com pléter la fiche s u iva nte.

Critères rete n u s par l ' U N ESCO : . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .

Trava i l fa i t pa r la Mairie pour q u e la vi lle soit é l u e : . . . ... . . . .. . . .. .


. . . . . ... . . . . . . ..
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ......... . . . .... . . . . .
. . .. . . . . . ...... . . .
.. .. ..

Retombées pour la vi l l e : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

soixante et onze 1 71
2. PATRIMOI N ES D E L'H UMAN ITÉ
936 biens considérés pa r l'UN ESCO com m e aya nt u n e va l e u r
A. L a l i ste d u patri m o i n e m o n d i a l co m porte
u n iverse l l e exception nel le. Cette l iste est com posée d e 725 biens cu ltu rels, 1 83 biens naturels e t 28 biens
mixtes, répa rtis d a n s 1 53 pays. Sau rez-vous retro uver à q uels pays corres pondent les biens s u iva nts ?

1. Algérie a. Le parc nationa l Taï 1 . . . . . • . • • • . .

'
2. Belgique b. Le parc nationa l d'lg uazu 2 . . . . . • • • • • . .

3. Brésil c. La g ra nde m u ra i l l e 3 . . • . . . . . • . .

4. Chine d. Les œuvres d'A ntoni Gaudi 4 . . . . . • • • • . . .

S. Côte d'ivoire e. Le g o l fe de Porto S . . • . • • • • • • • .

6. Ë quate u r f. Lîle de Gorée 6. · · • • · • • • . • .

7. Espa g ne g. L'acropole d'Athènes 7 . . • . • . • • • • •.

8. Fédération de Russie h. La baie d'Ha-long 8 . . . . • • . • • . . .

9. France i. Le Lac Baïka l 9. . . . . . . . . . . .


1 0. G rèce j. La casba h d'A lger 1 0. . .. . . . . . . . . .

1 1. I nd e k. Les î l e s Galapagos 1 1. . . . . . .. . .. . . .

1 2. Italie 1. La G ra nd-Place de Bruxelles 1 2. . . . . . . . . . ..

1 3. Japon m. Le mémorial de la paix d'H i roshima 1 3. . . . .. . . . . . . .

14 . Mexique n . Le pa rc national de Serengeti 1 4. . . .. . . . . . . . .

1 5. Pérou o. Le Taj Mahal 1 5. . . .. . . . . . . . .

1 6. République Tchèque p. La vi lle de Cuzco 1 6. . . . .. . . .. . . . .

1 7. Rouma nie q. Les îles éolien nes 1 7. . . . . . .. . . . . .

1 8. Sénég a l r. Les îles et aires protégées d u Golfe de Cal ifornie 1 8. . . .. . . . . . . .. .

1 9. Ta nzanie S. Le delta d u Da n ube 1 9. . . .. . . . . .. . . .

20. Viêt Na m t. Le centre h istori q ue de Prague 20. . . .. . . . . .. . . .

B. Classez m a i nte n a nt chaque élément d u patri moine vus d a n s l'activité A


d a n s l a col o n n e q u i l u i correspond selon q u'i l s'ag isse d'u n bien cu ltu rel ou natu re l .

Biens culturels Biens naturels

� C. Y a-t-il d a n s votre pays un bien cu ltu rel ou natu rel q u i d evrait, à votre avis,
fa i re pa rtie d u Patri m o i n e de l ' h u m a n ité ? Fa ites-en l a descri ptio n et expliq uez
pou rq uoi, sel on-vous, il d evra it fa i re pa rtie de la l i ste de l ' U N ESCO. E n registrez-vous
et remettez l 'e n registrement à votre p rofesseu r.

72 1 soixante-douze
·

Activités 1 9

3. TOU RISME CU LTU R E L


Q
Pht•21
A. É coutez l es témoignages su iva nts et d ites po u r chacu n s'i l s'a g it o u non d e tou risme c u ltu re l . Vous
j u stifierez vos réponses. Vou s pouvez vou s aider des docu ments d u Livre de l'élève (p. 1 03).

1 . • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • ·•••• • • • • • • . . • • • • • • • • • • • • • • • • • . • • . ••. • • • • . . • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • . • • • . . • . . •• . . . • . • . . • • • • • • • • • • • • • • • • . • . .••.•••• • . • • . •• • • • • • • • • • • • • • • •

2 . . . . . . . . • . • . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . • . . . . . . . • . . . . . . . • . . . . . . . . . . • . . . . . . • . • . . . . . · • • · • · . . • . . . • . . · · · · · · · · · · · · · · · · · · . . . . • . • . . . . . . . • · · · · · · ·· · • · · · · · . . . . • . . . • . . . . . . • . . . •

3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . · · · · · ····•·· · · · · . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...•. . • . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

4 . . • • • • • • • . • • • • • • • • . • . . . . . •. . . • . • . . . . . . • . • • • • • • • . . . • • • . . . . . • • .• • . . • . • • • • • • . • . • • • • • . . • • . • . . . . . . . •..•.•• . . . . . . • • • • • • . . . . . • . • . . . • . .••.•• . . . . . • • . • • • • • . . . • • • • • . . •

B. Et vous ? Vou s reco n n a issez-vo u s d a ns l ' u n d es témoig nages précéd e nts ? Quel profi l de tou riste
avez-vo u s ?

4. QU E N PENSEZ-VOUS ?
'

A. Réagissez a u x thèmes s u iva nts en respecta nt l 'a morce proposée.

1. Le développement du tou risme culturel. 4. L'.a nal pha bétisme.


Je trouve normal q u e . • • • • • . • • • • • • • • • • • • . .• . . • . . . . . . . . . • • • • • .
C'est incroya ble q ue . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . ....... . . . . . . . . . . . . . . .

2. L'.augmentation des d ro its d 'inscription à l'un iversité. S. La protection des sites naturels.
I l est dommage d e . • • . • • • • • • • • • • . • • • • . . • . . • • . • • . . • . . • . • • . • • . J'espère q u e . . • . • • • . • . • • • • . . • . . . . ...•. . . . . • . . . • • • • • • • • • • . • • • • • .

3. Les ta rifs d e s entrées d a n s l e s m u sées.


Je trouve que . • . • • • • • . . • • • • . . • • • . . . . . • • . . . . . . . . • • • • • • . • . • • • • •

B . Choisissez l ' u n d e s thèmes p récédents et d éveloppez votre com m e nta i re en don n a nt votre o p i n ion sous
forme d 'u n co u rt texte.

soixa n te-treize 1 73
5. LA POM PIMOBI LE
A. Lisez l e titre de cet a rticle et répondez aux q u estions.

LA « POMPIMOBILE » : SI TU NE VAS PAS AU MUSÉE, LE MUSÉE VIENDRA À TOI . . .


1. A votre avis, q uel est l e sujet d e l'article ?

,
· · · · · · . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .. . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .. .. . . . .. . . . . . . . .. . . . .. . . . . .

2. « Pom pimobile » est u n mot-va l i se : de q u e l s mots est- i l formé ? I ma g i nez à quoi i l fait référence.

B. Lisez m a i ntenant l'a rticle et vérifiez vos hypoth èses. Rel evez d a n s le texte les a rg u ments en fave u r et
contre l a « po mpimobile ». Co m p l étez ensu ite les deux listes avec vos p ropres a rg u ments.

LA « POMPIMOBILE » : SI TU NE VAS PAS AU MUSÉE, LE MUSÉE VIENDRA À TOI . . .


S avez-vous ce qu'est l a " pompimobile » ? Un restent dans les c arton s . O n va faire une p o m ­
indice : le mot vient de Pompidou et de papamo­ pimobile. Picas s o , Braque, S oulages, von t venir
bile. C ' est l a dernière proposition du ministre de chez vous ( . . . ) . » Mais sur le dispositif de la
la culture : l ' idée est de faire circuler en France cc p ompimobile » , le ministre n ' est pas entré dans
des œuvres du Centre Pompidou pour les mon­ les détails . À l ' h eure des économies budgétaires
trer aux élèves de collèges et de lycées de pro­ et de la suppre s sion de 1 6 000 postes dans l ' Édu­
vince qui n ' ont pas les moyens d ' aller voir les cation nationale, l ' idée risque de coûter cher.
exp ositions à Paris. « En ce moment, il y a à Paris De plu s , les sorties d ' œuvres d ' art sont touj ours
des expositions exceptionnelles, a commenté une hantise pour les mus ées, et certains pré­
le minis tre. Mais tous les j eunes n ' ont pas une fèrent même p arfois renoncer devant le coût des
famille qui p eut leur payer l ' aller-retour à Paris, assurances. Alors faire circuler des Picasso, des
dormir à Paris . . . Alors que le musé e Pompidou Braque, des Soulages va certainement relever de
à B eaubourg a des collections considérables qui la mission impossible. ( . . ) .

Source : culturesenvo@vo.fr

POU R CONTRE
- LeS' élève) qt.1i V1°0V1t ptïS' leS' mo'jel'IS' d 't1 ller èl PtiriS' po1..1 rroV1t
voir leS' ex p oS"ifioV1S'.

C. Reform u lez les a rg u m ents de B en uti l isant l a « contra inte du s u bjonctif » (voir l e Livre de l'élève p. 1 04).
Il es-t tipprécitible q1.-1e les- élève) q1.-1i V\00Vlt p tïS' les- M0�€VIS' d 'ti l ler a Ptiri) p1.-1i))eV1t voi r les- expos-ifioV1).

7 4 1 soixante-quato rze
Activités 1 9

6. PICASSO ET LES MAÎTRES


Q i nformations
É coutez l'a u d i o-g u i d e de présentatio n de l 'exposition
P111 e u
A.
d e m a nd ées.
« Picasso e t l e s maîtres » e t re levez l e s

Cinq noms de peintres : Troi s m usées fra nçais : Deux noms de tableaux :

1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . 1. · • · • • • • • • · • . . . . ... . ... . . . . .
. . . . . . . . . ... . . . 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .

2. . .. ... . . . . . . . . . . . . . . ....... . . . . . . . . . . . . . . . 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... ... . . .. . . . . .... . . .

3 . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . .

4. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . .

5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . .. . . . .

B. Exp l i q u ez le titre de l 'expositio n « Picasso et l es m aîtres ».

C. É coutez à n ouvea u l 'a u d io-g u ide et relevez les con necteu rs d'opposition et de con cession util isés.
Placez-les dans l a catégorie q u i convient.
• . ..... . . . .. ... . . .. . . . . ....
.. . . . + su bjonctif
. .

• . . . .. . . . . . . ... . .. . . . . .. .... . . .
. . . + indicatif

• . .. . . .. .
.. . . . . . . . . . . . ....... .. . . . + no m

• M o t de liaison : . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . ..

D. Com plétez c e s avis de visite u rs d e l 'expos ition.

1. Un esthète :

« . . .... . . . . . . . . . . . . . . ......... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .......... . . , malgré la cou leur des m u rs ! »

2. Un râleu r :

« Contra i rement à ce qu'on nous a d i t . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .... .... . . .. »

3. U n collégien :

« . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . ....... . . .., même si je n'ai pas tout com pris ».

4. Une a d m i ratrice d'art :

« Quoique l'on en d ise . . . . . . . . . . ... .


. . . . . . . . .
... ... . . . . . . .... . . . . .. . . . . . . . . . . . ..
. .. . . .. »

5. U n cu rieux :

« Bien q u e je n'a i me pas trop Picasso, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . »

soixante-q uinze 1 75
7. TOUT CONTRE
Rel iez l e s d e u x éléments d e p h rases avec l'artic u l ateu r d'o p position ou de concession p roposé.

1. Les étudiants vont souvent au mu sée. Les tarifs ont a ug menté. (malgré)

l Ce peintre propose son p rojet à toutes les g a l eries. Il n'arrive pas à exposer. (avo i r beau)

3 . C'est un a rtiste très im portant. Il ne me plaît pas. (si . . . . q ue)

4. La mairie a a n n u l é le festival de théâtre. Elle a un budget l u i permetta nt de le mainten i r. (bien q u e)

5. Ma fa mille en pense d u mal. Je continuerai à peind re. (quoiq ue)

8. ON EXPOSE !
A. Observez les ta bleaux ci-dessous et don nez pou r chacun d'eux u n e a ppréciation personnel le.

B. Choisissez l'un d e ces ta b lea ux pour être affiché dans votre sa l l e de c lasse. J u stifiez votre choix.

76 1 soixa nte-seize
Lexique et méd iation l 9

9. J'AU RAIS VOU LU ÊTR E U N ARTISTE


Classez ces m ots rel atifs a u cha m p l exica l d e l'a rt e t la cu lture d a n s la catégorie q u i l e u r correspond.

L'.ava nt-garde U n atelier


U n comédien Classique U n cinéma
d 'exposition
U n artiste Un dessin
Un comm issaire
Un crayon
Une c réation U n a rchitecte Un m usée
U n dessinateur
Un critique
U n danseu r
Un écriva i n Un ta bleau
Une galerie
La litté rature Baroque Une œuvre
Une exposition
Un opéra Le patri moine
U n poète Un peintre
Un spectacle
Une performance
Un pi ncea u Une sculpture
Les a rts plastiq ues Un plateau de tou rnage
Un réalisateur
Une projection
Une toile Un théâtre Un vernissage
-���,,_.._-

Lieux Professions Objets Activités Autres

1 0. J E TROUVE ÇA G É N IAL !
C l assez ces expressions selon q u 'el les exp riment u n e a ppréciation positive, négative ou les deux.

Appréciation positive Appréciation négative Peut exprimer les deux


Il est i nadmissible de/q ue
C'est incroya ble de/q ue --------l 1.._.-----1 1------1 1

Je trouve fantastique de/q ue ------LL-----u--u

Je reg rette de/q ue -------u---1. .r-------u


Je trouve que
I l est dommage de/q ue -------1._1.._.________-L_---- L '

C'e st épatant de /q ue --------L.. •----1 ....----i 1

soixante-dix-sept 1 77
11. D'ART D'ART
A. Cherchez s u r u n mote u r de recherche le site de l'é m ission « D'a rt d 'a rt », de Fra n ce 2. Quel est l e con cept
de cette é mission ?

. �... . . . . . . . . . . . . . . . .. . . .. . . . . . . . . . . ... . . . . . .. . . . . . . . . .. ... . . . . . . . .. .. . . .. · · · · · · . . ... ... . ... .. . . .. . . . . .. . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . .. .. . . · · · · · · · · · · . . . . . . . . . · · · · · · . . . . . . . . .

B. Allez dans la rubrique « Toutes les vidéos » et cherchez l a vidéo i ntitu l ée « René Magritte : Le modèle
rouge ». Vision n ez-l a et répondez aux q u estions suiva ntes.

• En q u e l l e a nnée a été peint le tableau ? • • • . • • • • • • • • • • . • • • • • • • . . • • . • . . • • • . • • • • • • • • • • • • • • • • . • • . •• . • . . • • . • • • • • • • • • . • • • • • • • • • • • • • • • • . • . . . • . • . . . . . . • . .

• Pou rq u o i est-ce u n e œuvre d ifficile à comprendre ? • • • • • • • • • • • • • • • • • • • . • •.. •. . • • . • • • • • . • • • • • • . • • • • • . • • • • . . • . • . • . . • • • • • • . • • • . • . • • • • • • • • • • • • . • .

• Com ment Magritte choisissait-il les titres de ses tableaux ? . . . .. . . . . .. . . . . . . . . . ...... . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . .. . . . . . . . . .. . . . .

• En quoi consistai t le jeu ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

• Com m ent s'i ntitu l e l'a utre tableau de Magritte q u e l'on voit dans l 'émission ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . ...... .

• Quelle est la signification d u Modèle rouge ? . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . ..... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...... .

C. Que pensez-vou s d e cette œuvre ? Réuti l isez l es structu res de l'appréciati o n .

O . A votre tou r, choisissez dans l a l i ste proposée s u r l e site u n e œuvre d'art e t vision n ez l a vidéo
corresponda nte. Rem p l issez l a fiche ci-dessous.

Titre : . • . • • • • • • • • • • • . . . . • . . • . . • • . . . . . . . • • . • • . • • • • • • • • • . • . • . . . . . • . . • . . . • . • • • . • . . • . . • • • . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . · • · • • ·

A rtiste : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . ... .. . . . . . . . .. . . . . · • • • • • • • • • . • · • • · • · • · ·••·•··· · • • • · · • ·

Date : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . .. . . . . . . . . .. . . . .. . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . . .

M u sée / Ga lerie : . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . ..... . .. . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . ... .... . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .... .

Style / techn i q u e : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. ...... . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .... . ... .... . . . . . .. . . . . . . .. . . . . . . . . . .. ... ....

H i stoi re de l'œuvre, a necdotes : • • • •• • • • • • • • • • . • • • • • .•..••••• • • • . . • • ••• • • • . • • • • • . • • • • •••.•••• • . . • • • •• • • • . • • • • • .

Commenta i re personnel : • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • ••..•• • • • • • • • . • • • • • • • • • • • • • • • • . · · ·r·· ..... .. . . .. . .. . . . . .·. . . . . . . . .

7 8 1 soixan te-d ix- h u it


1 . MUSIQU ES DU MO N DE
a
Pilt• 23
A. Après avo i r écouté le reportag e
rad i o, pouvez-vo us d i re q u i
est M i ri a m M a keba et q ue l les
i nfl u en ces cu ltu rel les retrouve-t-on
dans sa m u s i q u e ?

B. Selon vo us, pou rq uo i l e


journa l i ste la q u a l ifie-t-e l l e de
« citoye n n e d u m o n d e » ?

C. Co m ment com p renez-vou s l a phrase : « E l l e nous a q u ittés le 9 nove m b re 2008 » ? Quelle figure de style
est uti l i sée ici et dans q u e l b ut ?

� O. Pou r M i ri a m M a keba, « l a m u s i q u e n e doit pas avoir de frontières ». Qu'en pensez-vous ?


E n registrez-vo u s et rem ettez l'en reg i strement à votre professeur.

soixante-dix-neuf \ 79
2. LES LETTRES P E RSAN ES
A. Lisez la lettre de R i ca à l bben : fa ites la l iste des choses q u i, à Pa ris, su rpre n n ent R i ca o u l u i posent
problème. Classez les é l é m e nts d e cette liste d a n s les catégories du ta bleau.

MONTESQUIEU LETTR E XXIV


Lettres persanes (1 721 ) RICA À IBBEN, À SMYRNE (Extrait)
Nous sommes à Paris depuis un mois, et nous avons toujours été dans voitures lentes d'Asie, le pas réglé de nos chameaux, les feraient tomber
un mouvement continuel . Il faut bien des affaires avant qu'on soit logé, en syncope. Pour moi, qui ne suis point fait à ce train , et qui vais souvent
qu'on ait trouvé les gens à qui on est adressé, et qu'on se soit pourvu des à pied sans changer d'allure, j'enrage quelquefois comme un Chrétien :
choses nécessaires, qui manquent toutes à la fois. car encore passe qu'on m'éclabousse depuis les pieds jusqu'à la tête :
Paris est aussi grand qu'lspahan . Les maisons y sont si hautes qu'on mais je ne puis pardonner les coups de coude que je reçois régulièrement
jugerait qu'elles ne sont habitées que par des astrologues. Tu juges bien et périodiquement. Un homme qui vient après moi, et qui me passe, me
qu'une ville bâtie en l 'air, qui a six ou sept maisons les unes sur les autres, fait faire un demi-tour, et un autre, qui me croise de l 'autre côté, me remet
est extrêmement peuplée, et que quand tout le monde est descendu dans soudain où le premier m'avait pris : et je n'ai pas fait cent pas, que je suis
la rue, Il s'y fait un bel embarras. plus brisé que si j'avais fait dix lieues.
Tu ne le croirais pas peut-être : depuis un mois que je suis ici, je n'y ai Ne crois pas que je puisse, quant à présent. te parler à fond des mœurs et
encore vu marcher personne. Il n'y a point de gens au monde qui tirent des coutumes européennes : je n'en ai moi-même qu'une légère idée, et
mieux parti de leur machine que les Français : ils courent : ils volent. Les je n'ai eu à peine que le temps de m'étonner. ( . . . )

Relations avec la Rythme


Logement, u rbanisme Transports
population locale de vie

B. De l a m ê m e m a n i ère et en s u i va nt les mêmes catégories, fa ites la l iste des choses q u i pou rraient
s u rpre n d re ou déra nger R i ca s'i l ven a it d a n s votre pays.

Relations avec la Rythme


Logement, u rba nisme Tra nspo rts Au tres
popu l ation locale de vie

C. Reprenez vos n otes et écrivez, s u r u n e feu i l l e à pa rt, une « lettre persane à (votre vi l le) » en vou s metta nt
à la pl ace d ' u n visite u r étra nger et en g a rd a nt la stru ctu re de l a lettre de Rica.
80 1 q u a tre-vi ngts
. ·
.· .· . . . · ..
· ·.


· .

J •
··· ·· ·
• • •
·

.
·'
· .. . . . . . . . ..

· · ·. , ·· ···· .
•• • • \
i'
- • •
·

,.
·.

• •
Actiylt�s;_j 1o • • • .. • • ' •• ••
. · ·

,.
.

3 . AI LLE U RS • • •

A. À parti r des défi n itions ci-dessous a i n s i q u e de vos propres réflexions, répo ndez aux q u estions.

Ailleu rs : l ieu où l'on n'est pas (opposé à l 'ici), avec Exotisme : q u i n'a ppartient pas à la civi l isation de référence
ce q u'il comporte d e con naissances nouvelles et (celle du locuteur) ; q u i est apporté de pays lointa i n s. « U n e
d 'enseig nements. œuvre d 'a rt e s t appelée exotique non p a s à cause d e la
« Ce q u i fa it le cha rme et l'attra it de l'a i l l e u rs [ . . . ) c'est q u e seule présence d'éléments étra ngers [ . . . ] m a i s lorsq u'elle est
tout n o u s y pa raît n e u f. n o u s su rprend e t se présente à i n s p i rée pa r les é motions provoq uées pa r l 'évocation de pays
notre œ i l dans u n e sorte de vi rg i nité. » (An d ré G ide) étra ngers ou pa r l e u r contact . . . ». (Mario Paz)

1. Selon vous, pourquoi d it-on que l'a i l le u rs comporte des conn a i ssances nouvel les et des enseignements ?

2. Com ment com p renez-vous l'expression « d a n s u n e sorte de virg i n ité » ?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ···· · · · · . . . . . . . . . . . · · · · · • . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3. Qu'a ppelle+on ici « civi l i sation de réfé rence » ?

4. A votre avis, q uelle est la relation entre exotisme et émotion ?

3 parÉcoutez
hte24
B. la conversation s u iva nte et d ites q u e l s pays sont p résentés com me pa rti c u l ièrement exotiques
chacune d es trois person nes et pou r q u e l l es ra isons.

Aurélie :
Pays : . • . • • . • • . • . • . • . . . • . . . . . . . Raisons : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Isaac :
Pays : . • . • . . • • . . . • • • . . . . • . . .... Raisons : . . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . ... ..... .. . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . .
. . . . . .. . . . . . .... . . . . . .... . . . . . . .. . .... . . . . . . . . .

Emma :
Pays : . • . • • . • • . . • . . . . . . . . . ..... Raisons : . . . .. . . . . .. . . .. ..... .. . . .. . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . ..

4. « J E » EST U N AUTR E
A. Reprenez les doc u ments d u Livre de l'élève ( p. 1 1 1 et 1 1 2) et essayez de dégager u ne problématique
pou r chacun des trois textes s u r le thème de l 'altérité. Pou r vous aider, vous pouvez essayer de répond re
aux q uestions s u iva ntes.

• De quoi parle le texte ? • Com ment cette q uestion est-el l e m ise en perspective ?
• Quelle est la q uestion centra l e ? (point de vue chronologique, par ra pport à un fa it
• En quoi et pou r q u i cette q uestion est-el l e i m portante ? d 'actualité, par rapport à une expérience personnel le, etc.)

B. Choisissez u n sujet parmi les trois p roposés ci-dessous et imagi nez les gra ndes l i g nes
d ' u n p l a n po u r un exposé s u r ce thème.

1. Les voyag es et la recherche de l'exotisme. 3. La rencontre de l'a utre et l 'enrichissement personnel.


2. La m i g ration vol o n ta i re ou forcée.
q u atre-vi n gt-un \ 81
5. CAR N ET D E VOYAG E
A. Lisez l 'extra it d u ca rnet de voyag e s u iva nt et
entou rez l'ind icateu r tem porel q u i convient.

Je s u i s arrivée il y a d e p u i s / a u paravant / m a i ntenant


le Ma c hu Pi c c hu
une sem a i n e à Cusco, a u Pérou . Je vou lais d'abord /
p
a u a rava nt / d e p u i s l o n gte m p s con n aître la capita l e de
l 'e m p i re I nca : j'ava is d éj à / d e temps en temps / d e p u i s B. D ites pou r chacun des co n n ecteu rs tem porels q u e
l o n gtemps voyagé e n Améri q u e d u Sud m a i s je n'avais vou s avez choisi c e q u'i l exprime.
pas e n core / to uj o u rs / s o u v e n t e u l 'occasion de fa i re ce
voyage. J 'ava is u n peu peu r d'avoir le « m a l de l 'a l titude » Con necte u rs Action
Fréqu ence D u rée Soudai neté
à près de 3 500 mètres, mais je me s u i s tout à co u p / tout tem pore l s a n térieu re
d e s u ite / e n s u ite h a bituée. De u x j o u rs a p rès / dès q u e
/ e n s u ite m o n a rrivée, je s u i s a l lée découvri r les villages
environn a nts : j'a i partic u l ièrement aimé les vil lages de
Pisac et d'Uruba m ba. Pe n d a nt / A u bout de / Lo ngte m ps
a p rès q u e l q u es heures de marche dans une n a t u re
su perbe, on peu t découvrir des sites a rchéolog iques
et n a t u re l s époustouflants ! Au fu r e t à m e s u re q u e /
Pen d a n t q u e / A u s s itôt q u e je découvre le Pérou, ce pays
me plaît de p l u s en p l u s. H i e r / Le l e n d e m a i n / D e m a i n je
pars pour Ollantayta mbo et ens u ite / en même temps /
a l ors le Machu Picc h u . . . J'ai hâte d'y être !

6. À COU PE R LE SOU F F LE
A. Com ment réa g i ssez-vo us face à ce type de s ituation ?

Agacé - Amoureux - A m u sé - Ca ptivé - Déçu - É merve i l l é - Enthousiaste


Joyeux - N osta l g i q u e - Révo l té - Stu péfa i t - Tri ste

1. Cette compa g n i e aérie n n e est toujours en grève : je s-..., i s- . . . . . . . . .. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . .

2. Ce pays a bea ucoup changé ces dernières a n nées : je s-.... is- . . . • • . • • . . • • • • • . • • . • . • . . • . . . . .

3 . C'est dingue q u'i l y a i t encore des frontières d e nos jours ! : je s-.... i s- . . . • • • • . . . • • • • . . . . . . . . . . • . • . . .

4. J e m e souviendrai toute m a vie d e l a p remière foi s que j'ai v u c e paysage . . . : je s-.... i S" • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • •

S. J'aura i s tel lement a imé fai re ce voyage . . . : j e s-.... i s- . . . . • . • • . . • • • • . . . . • . . .• . • . • • . .

6. J e suis ravie de pouvo i r vou s fa i re découvrir mon pays ! : j e s-.... i s- . . • . . . • • • . • • • . • . . . . • . . . . • . . • . .

7. J e n'e n revie n s pas q u e les gens ici mangent d u chien ! : j e s .... i s- • . . • • • • • . . • • • • • . • • . . . • • . • . • . . .

8 . C e paysage est à cou per le souffle ! : j e s-.... i s- . . . • . . • • . • • • • • . • . . • . . • • . • • . . . .

B . Lisez les p h rases de l 'activité A e n metta nt l 'i ntonation. Enregistrez- vo us.

C. É coutez et vérifi ez.


Pisto 2S

82 1 q u atre-vin g t-deux
Activités l 1 0

7. LES F I G U R ES D E STYLE
A. Créér l e m ê m e résea u d e m ots q u e d a n s l 'exe m p l e ci-dessous po u r partir e t monde.

B. Choisissez la p roposition q u i vo us sem ble


l a mei l l e u re afi n d e com p l étez ces célèbres
méta phores. Essayez d 'expliquer les i mages
ainsi créées.

• Parti r, c'e st mourir / revenir / choisir u n peu.


• Je me suis ba igné dans l e bleu / souven i r /
poème de la mer.
• La Terre est bleue / orange / ronde comme une ora nge.

C. En partant d'u n des ces trois mots, i ma g i nez u n e h i stoi re. Uti l i sez le procédé de la métaphore fi lée.

quatre-vi ngt-trois \ 83
8. RÉCIT D E VOYAG E
A. Li sez ces n otes pri ses p a r Lu c i e l ors de son s éj o u r a u M a roc et obse rvez l e s d o c u m e nts.
U t i l isez- l e s po u r ra co nter son voya g e .

C·lclf e1 • Q5 7ll 1 snn!";OC))

Emt!:llQ Ct.u� S � S..-c rt'


OS .JO 'r 19C l
_j1<1iv.L3.œit Lp-oJ<tr:J'.Y) awa kecb _-- . . ---1---ir
-_.· _-1----lt"
_

vJ_lles
S-i�l'15-'t er:desM. .d ,-'li5ite_d.e _
s- p. e f.i.te:-
efL---1 ----ir
.af.r.&1D.!<IHS".1<1 p.er_b..ia Uade s-Lllz � i.t J'.Ylid
E111b..11q CIJ.�� S '-'ou &..
ç ,,..
1 5 JO V 2!10 9
�1----:l�e U .es._p la5edLS:· dLlfni . --- 1
lL---'-----î
·---

.2..2.-i!<!w_;_b..!!! s_p-o.J<tr:.. fas-flQMil


.2.1 j1<1iJa_;_reio..!!!LillS"flkk �L- -- 1
---J--4 1
.2.1Lj!<li.t w-YlS"itule_�ba:L-
.2.9_j�ép_iad_p.QJd!... � PW---- i---7!
������� 1�

\ 11---- -1'11

B. S u r u n e feu i l l e à pa rt, essayez d e re n d re ce récit p l u s l itté ra i re e n m etta nt l es ve rbes a u passé s i m p l e. S i


n écessa i re, vo u s uti l i serez u n reg istre d e l a n g u e p l u s é l evé.

84 1 q u atre-vingt-qua tre
. Lexiq ue ��· méd iation l 10

9. PAR LES SENTIME NTS


A. Classez les adjectifs su ivants selon l e sentim e nt q u ' i l s expri ment (positif, négatif ou les deux).

Sentiment positif Sentiment négatif Peut exprimer les deux


Magnifique ------L.. '-----t_ '----u

l nc royable ------<�---L. ·----;


Fascinant -----L '----1 �------1

Merveil leux -----L'-----1 c------�

Déceva nt ------1 .'-------1 r-------1 i


Agaçant ------LL----! J-------11
Fa ntasti q u e -----l 1------1 r------� 1

Révoltant ------l... '-----L. ------L'


Honteux ------L '-----Li----t
I nadmissible -----l... '-----1 )-------1

Stupéfiant

B. Com p l étez ces p h rases en uti l isa nt les adj ectifs de l 'a ctivité A.

Selon vou s :
• le fait q u e des gens doivent q u itter leur pays, c'e st . . . . . • • . • • • • . • . . • . • . . . . . . . . . . .

• l e s voyages organisés, c'est . • • • • • • • • • • • • • • . . • • . . .. . • . . • . .

• l e tou risme d e masse, c'est. • . . • • • • • . • • . • • . • • • . . ...•. . . . .

• l e s com pagnies aériennes à b a s prix, c'est . • • • • • • • • • • • • • • . • . • • . . . . . . • • . .

• pouvo i r voyager partout dans l e monde . • . • • • . . • . • • • • . . • . • . . . . . • . • . . .

1 0. UN MON DE DE SENSATIONS
Conna issez-vo us l es cinq sens e n fra nça is ? Reprenez dans l e Livre de l 'élève les textes d e Jean Giono
(p. 1 1 3) et de Cha rles Ba udela i re (p. 1 1 9) et rel evez les m ots qui expri ment des sensations. Pla cez-les d a n s l e
ta bleau q u e vous a u rez com plété a u p réa l a b l e.

La vue Le toucher ... ... ...

q uatre-vi ngt-cinq 1 85
1 1 . LE PLUS B E L E N DROIT DU MON DE
Pa rtagez avec les i nterna utes c e q u i est pou r vous le p l u s bel endroit d u mon de. Vou s avez bea u co u p
voyag é et vous avez trouvé des l ieux q u i vous o n t m a rq u és pa r l e u r bea uté ? O u b i e n l e l i e u q u i est, pour
vous, l e plus bea u d u monde se trouve p rès de chez vo us, voi re même chez vo us ? Peu i m porte ! Pa rtag ez
ce l i e u avec les visite u rs de Babelweb !

Prenez u n peu de temps pou r réfléc h i r à ce q u i est, pou r vous, le p l u s bel e n d roit d u monde q u e vous con n a issiez.

Présentez cet endroit à l'ensemble votre g rou pe-classe.

Si d'autres person nes a i ment le lieu q ue vou s avez présenté, vous pouvez constituer un g ro u pe pour travai l ler ensemble en vue
de la p u b l i cation sur Ba belweb.

Écrivez m a i ntenant, seu l ou en g rou pe, un petit texte q u i présente ce lieu :

décrivez le lieu ;
i n d i q uez où i l se trouve si c'est u n endroit peu con n u ;
i nd i q uez éventuellement ce q ue vous y avez vécu ;
précisez pou rq uoi vou s le trouvez spécia l ;
etc.

Si vou s avez des photos de ce lieu, a pportez-les au cours su iva nt et choisissez celle/s q u e vou s vou l ez publier pou r
accom pag ner votre texte.

Si besoin, vou s pouvez rédiger u n e petite légende à votre/vos photos . .._

Publ iez votre texte s u r le blog de Babelweb.

Visitez les pages des a utres membres de votre g rou pe-classe (el les seront accessibles a p rès modération par l'éq u i pe de
Ba belweb, en 24h maxim u m) et com mentez éventuellement leu rs contributions.

Vou s pouvez a ussi chercher s i d 'a utres person nes ont déjà présenté le lieu q ue vous avez choisi ou d 'a utres l ieux que vou s
con naissez. N'hésitez pas à com menter leurs articles.

http://m3 .babel-web.eu/

86 1 q uatre-vingt-six
� Cu ltu re
Courrier International
Courrier In tern ational est u n hebdomadaire fra n cophone q u i offre cha q u e sem a i n e u n e sélection tra d u ite
en fra nça is d es a rticles les p l u s i ntéressa nts, ori g i naux et d'actua l ité recuei l l is dans l a presse d u monde
e,ntier. Depu i s sa création en 1 990, Courrier international a repris dans ses colon nes 1 300 journaux
d ifférents, d e p u is l e New York Times j u sq u'a u Quotidien des Maldives. Doté de l a « pl u s g rande réda ction
d u monde », Courrier international suit l 'actua l ité m o n d i a l e et offre à ses lecteu rs, pa r la confrontation des
poi nts de vue, u ne ouvertu re perti nente et m u lticu lture l le sur la com p l exité d u monde.
Le journal a fêté ses vingt ans l e 9 septe m bre 20 1 0 et s'est d oté d'un nouvea u slogan : « L'a ntici pation a u
q u otidien ».

Con n a issiez-vou s d éjà ce.j o u r n a l ? Expl i q u ez avec vos p ro p res mots e n q u oi il p ro posé «. u n e ouve rtu·re
·
perti n e nte et m u lticu ltu re l l e s u r la com p l exité d u monde ».
'
1

Rend ez-vo u s s u r le s ite i n te rnet d e Courrier In terna tional et c h e rc h ez q u e l s journaux d e votre pays sont
cités. Les con n a i ssez-vou s ? Les l i sez-vou s ha bitu e l l e m e nt ?

Désirée Palmen
Artiste Néerlanda ise née en 1 963, Dési rée Pa l m en est photog ra phe et pei ntre. Ses œuvres interrogent
sur la poss i b i l ité d'échapper à tous les systèmes de s u rve i l l a nce q u i se développent dans les vi l les d u
m onde moderne. E l l e débute s a série « Ca m ouflage » en 1 999, en réaction à l'i n sta l lation de ca méras d e
s u rveil l a n ce à Rotterdam, s a vi l l e n ata le. La démarche de Dési rée Pa l men est l a suiva nte : e l le repère des
l ieux sous s u rvei l la n ce q u i peuvent être des ba nques ou des éd ifi ces p u b l ics, mais a ussi des bancs, des
a rrêts de bus, des banquettes de métro, etc. Elle les photog ra p h i e et les reprod u it sur des vêtements. E l l e se
m et ensu ite en scène dans ce l ieu avec sa « tenue de ca mouflage » et prend des photos. Le trava i l de cette
a rtiste est un vérita ble q u estionnement s u r le monde de l a su rvèil l a nce et s u r l es m oyens dont dispose l e
citoyen pou r y échapper.

Rendez-vou s s u r le site de l ' a rtiste pou r d écouvri r son vava i l (www.des i reepa l me n . n l). Que pensez-vou s
-
d e sa d é m a rc h e ?
Votre vi l l e est-el l e éq u i pée d e ca m éra s d e vid éo-s u rve i l l a nce ?
• Si oui, d a n s q u e l but et pou r q u e l s rés u ltats ?
• Si non, sou h a iteriez-vo u s l 'i n sta l l ation d e ca méra s ? Pou rq uoi ?

88 1 q uatre -v i n g t-h u i t
Cu ltu re
·
·

. ·

Les dépenses de santé


Observez les statistiques s u iva ntes et com parez les d ifférents pays.

...... - � - - - ·7'1

Pays ' iDépenses tota les en Dél!l·e nses publiq ues 11légenses publiq ues en
médicaments par en médica merats par médicaments 11>ar ra ppolit
I•
lf1l:talfüa nt (em ewos� haJfüant (en eu mos� 11, p l.lX�àépenses îtota ! est (%)
Ëtats- U n i s 790 248 3 1 ,4
Ca nada 62 1 236 3 8,0
Fra nce 5 28 367 69,4
Be l g i q u e 509 287 56,3
Espa g n e 505 366 72,6
Al lemagne 487 370 75,9
J a pon 45 3 325 7 1 ,7
Islande 403 1 80 44,8
Suèd e 400 233 58,1
S l ova q u i e 391 270 69, 1
H o n g ri e 390 228 58,5
Répu b l i q u e tchèq u e 314 207 66,0
Mexiq u e 1 77 38 2 1 ,2
Ëco-Sa nté OCDE 2009, ada pté d'un tableau canadien déjà adapté du tableau 4 du rapport de l'OCDE

'
Si votre pays se trouve d a n s la liste, êtes-vou s su rpris par les chiffres prése ntés ?
Si votre pays n e se tro uve pas d a n s la l i ste, q ue l l e pl ace pensez-vou.s q u'i l occu pera it da ns ce cla sse ment ?
Les dépenses de. sa nté sont-e l les é l evées d a n s votre pays ?
Q u e l l e est l a part dépensée pa r l'Ëtat ? Et .ce l l e d u patient ? Pe nsez-vou s q u e d a n s votre pays on consomme ·

trop d e méd i ca m e nts ? Pou rq u o i ?

Des racines et des ailes Algé rien n e


Arménienne
Sénéga l a ise
Ma roca ine
Bulga re
U n Fra n ça i s s u r cinq est d 'orig i n e étrangère, sau rez-vous Polona ise (x 2)
Hongroise
retrouvez quelle est cel l e des perso n n a l ités suiva ntes. Russe
I ra n ie n n e
Serbe
Ita l ienne

Zined i n e Zidane : . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . Marie Curie : . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .... . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . .. .

N icolas Sa rkozy : . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . Charles Aznavour : . . . . . . • • . . . . . . . . . . • . ..•.•... . . . . . . • . .• . • • . . • • • • .

Omar Sy : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . G u i l laume Apo l l inaire : . • . . . • . • . . • . . . . . . • • . .... . . . . . . . . . . . . • • • • • .

Enki Bilai : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . Marjane Satra pi : . . • . • . . • . . . • . . . . • . • . . ... • . . . . . . . . . . . . • • . • . . • . • . . . •

Serge Gainsbo u rg : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...... . . . . . . . . . . . . . . . . . Jamel Debbouze : . • . . • . • . • . • . . . . . . . • . ....•..•. . . . . . . . . • • • • . . . • . • . .

Sylvie Va rta n : . . . . . . . . . . . • . • . . . . . . . ....... . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . Fra nçois Cava n na : . • . . . . . . . . . • . • . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . • • • • . . . . . . .

quatre-vingt-neuf \ 89
Seniors célèbres
Retro uvez les perso n n a l ités q u i se cach ent derrière les portra its su iva nts.

0 Henri Ca rti e r B resson Q Sté p h a n e Hessel QC l a ud e Lévi-Stra uss Q François M i tt e rra n d

1 . H o m m e d ' État fra nçais né en 1 9 1 6, i l a été le 2 1 e Président d e la Répu b l i q u e e.t cel u i q u i a exercé l e p l u s l o n g
m a n dat. É l u po u r la p re m i è re fo i s e n 1 98 1 , i l fut réé l u po u r u n seco n d m a n d at (à l 'époq ue, u n septe n n at) e n
1 988, à l'â g e de 72 a n s.

2. P h otog ra p h e n é e n 1 908, il est co n s i d é ré co m m e l ' u n des pi o n n iers du p h otoj o u r n a l i s m e a l l i é à la


photo g ra p h i e d 'a rt. I l est cofo n d ateu r d e l a cél è b re a g e n ce M a g n u m aux côtés d e Robert Ca pa et David
Seym o u r. Décédé e n 2004, sa l o n g évité l u i a va l u l e s u rn o m d e « l 'œ i l du siècl e ».

3. N é à Bruxe l l es en 1 908, ce cé l è b re a nth ropolog u e et eth n o l o g u e est l ' u n e d es p ri n c i pa l es fi g u res des sciences
h u m a i nes a u xxe siècle. S o n ouvra g e le p l u s co n n u, Tristes tropiques, p u b l i é en 1 95 5 , est d eve n u u n best-sel l e r
tra d u it e n 27 l a n g ues. M o rt e n 2009, i l a été le pre m i e r cente n a i re m e m b re d e l 'Aca d é m i e fra n ça i se.

4. D i p l o m ate, m i l ita nt p o l iti q u e et écriva i n fra n ça is né e n 1 9 1 7 à Be r l i n, il a pa rti c i pé à l a réd action de l a


Déclaration universelle des droits de l'homme. I l co n n aît l a cé l é brité e n 2 0 1 0, à l 'â g e d e 93 a n s, s u ite à l 'é n o r m e
s u ccès de s o n essa i, Indignez-vous !, q u i a l a rgement i n s p i ré le m o uve m e n t 1 5-M - a u s s i d it des I n d i g n és- en
E s pa g n e.

Le réseau culturel français à létranger


I l est com posé d es i n stituts et centres c u ltu rel s fra nçais ; a i nsi q u e d es Al l ia n ces fra nça i ses. Ce vaste
résea u créé à travers le m o n d e il y a p l us d ' u n s i è c l e est le p l u s a n c ien et le p l u s i m porta nt d i s positif d e
Ç
c e type. I l s'i n scrit d a n s l e ca d re d e l a d i p l o m atie fra n 'a ise et vise l a p ro motio n d e l a d i ve rsité e t d e l a
sol i d a rité c u ltu re l l e (d i a l o g u e entre l e s c u l t u res, coo p é ratio n c u lt u re l l e, docu m entat i o n e t étu d es s u r l a
Fra n ce, etc.) .

Les i n stituts et centres c u ltu re l s fra nça i s d é p e n d e n t des services d e coo p é rati o n et d 'action c u l t u re l l e
d e s a m bassades d e Fra n ce à l 'étra n g e r. Leu r n o m b re e t l e u rs c h a m ps d e com p éte n ces sont fixés pa r
a rrêté m i n i stéri e l c h a q u e a n née. Les a l l i a n ces fra n ça i ses sont d e s associati o n s d e d roit l o ca l g é rées p a r
d es citoye n s d u p a y s d 'acc u e i l . L i é e s à ! 'A l l i a nce fra n ça i se d e Pa ris, fo n d é e e n 1 883, e l l es se reg rou pent
au sei n d ' u n même pays a uto u r d ' u n e d é l égation g é n éra l e.

Y a-t- i l d a n s votre pays u n ou p l u sieu rs éta bl issements d u résea u cu lture l fra nça i s ?
Le(s) fréquentez-vou s ? Que pen sez-vous des m i ssions d ' u n te l résea u ?
Exposez les moye n s m i s e n œuvre pou r pro mouvoi r l a l a n g u e et la cu lture de votre pays.

90 1 q ua t re -vi n g t- d ix
Cu ltu re

É col e nationale d 'a d m i n istration •


É col e normale su périeure •
É cole des m i nes d e Pa ris •
I nstitut d 'études pol itiq u es •
É cole d es ha utes étud es com mercia les •
É col e polytech n i q u e •

: g rande école q u i a pour m ission la formation initial e d'ingénieurs généra l istes


. . . .• . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . .

aux d isci plines du génie mécanique, du génie énerg étiq ue et du génie industriel.

: école d 'ingénieu rs fra nçaise fondée en 1 794 sous l e nom d ' Écol e centra l e d es
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... • . . . . . . . . . . . . . . .

travaux publics. E l l e est considérée com m e l'institutio n scientifiq u e fra nça ise la plus prestigieuse par le M IT
(l'I nstitut d e Technologie d u Massachusetts) .

. . . . . . . . . . . . ........ . . . . . . . . .. . . : g ra n d e éco l e chargée d 'assurer la formation d es ha uts fo n ctionnaires français


. . . • . . ..

et internationaux. Les a n ciens élèves sont a ppelés « énarques ». Ceux-ci o nt joué u n rôle centra l dans la vie
politique française depuis la deuxième partie du 20è siècle .

. . . . . . . . . .... ..... . . . . . . . . . . . : g ra n d éta bl issement p u b l i c d 'enseignement supérieur fra nçais aya nt pou r
. . . . . . • . . ..

vocatio n d e d iffuser les savoirs et d e développer l a recherche s u r les questions politiques contemporaines,
incluant les q u estions sociales, i nternationales et économiq ues .

: g rande école fra nçaise créée en 1 881 , gérée et fi n a n cée par l a chambre
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . • . .

d e commerce et d 'i n d ustrie d e Pa ris, e l l e propose d ifférentes fo rmations a u ma nagement et à


l'entrepreneu riat .

. . . . .. . . . ....... . . . . . . . . . ... . : éta b lissement su périeur pour les études prédoctoral es et doctora les et hat:Jt
. . ..•. . . . . .

lieu d e la recherche fra nçaise. I l accuei l l e q uatorze départements d'enseig nement et de recliler:clile ql!Ji
co uvrent l'essentiel d es d isci p l i n es l ittérai res et scientifiques.

q w atre-vi n § t-onze \ '9 �


Les grandes 111anifs
La Fra nce a co n n u de n o m b re uses g rèves et m a n ifestations a u cou rs de son h isto i re. Voici q ue l q u es u nes
des pri ncipales d u début d u XXe siècle à n os jou rs. Sau rez-vous i n d i q uer l e u r date ?

1 906 1 936 1 968 1 9·9 5 201 0

. . .... . . . . . . . • . . . . . . : G rève généra l e sponta n ée su ite à l a victoi re é lectora l e d u Front pop u l a i re, i n sta u ration des
co ngés payés.

. . .... . . . . . . . . . . . . . . : Grève contre l a réforme des retra ites. Le 23 septembre, 3 m i l l ions de person n es ont
m a n ifesté dans 239 vi l l es e n Fra n ce, dont 300 000 à Pa ris .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . : G rève g é néra l e e m b l émati q u e d u xxe siècle, débutée a u mois de m a i . Aux m a n ifestatio ns


étu dia ntes et aux occu pations de loca ux u n iversita i res s'ajo utent de n o m b reux sala riés de d ifférents
secte u rs éco n o m i q u es q u i se m ettent en g rève, réu n issa nt p rès de 1 0 m i l l ions de perso n n es .

. . . .. . . . . . . . . . . .. . . . : La p remière g rève nation a l e de reve n d i cation d u 20è siècle afin d 'obten i r la réd uctio n d u
tem ps de trava i l à 8 h e u res p a r j o u r. L a loi s u r l a jou rnée de 8 heu res sera fi n a l ement votée e n 1 9 1 9 .

. . . . . .. . . . . . : Mouve ment de g ra n d e a m pl e u r d a n s l a fonction p u b l i q u e et le secteu r privé en réactio n


. . .. . . • .

a u « p l a n J u ppé » s u r la réfo rme d e s retra ites e t de l a Sécu rité sociale. Cette a n née-là, le n o m b re de jou rs
de g rèves a été six fois supérie u r à cel u i de l a période 1 982- 1 994.

Le savi ez-vo u s ? Le m ot fra nça i s « g rève » t i re son n o m de l a p l a ce d e Grève à Pa ris. Cette place, située
a u bord d e l a Sei n e, éta it u n d es principaux poi nts d 'a rrivée des bateaux où l es hom mes sa n s e m p l o i se
retro uva ient pou r se fa i re e m ba u cher pour les cha rgem ents et les d éc h a rgements.

Utopia, ciné111a 111ilitant !


(
Utopia est u n résea u fra nça i s de c i n émas i ndépenda nts i m p l a ntés d a n s p l usieu rs vil les de Fra n ce et dotés
du l a bel « Art et essai ». Les fi l m s prog ra m m és vie n nent du monde entier et sont projetés en VOSTF.
Seuls les fi l ms pou r enfa nts sont d iffusés en version fra nça ise. Les cinémas Utopia sont a ussi u n lieu de
ren co ntre avec les réa l i sate u rs q u i sont rég u l ièrement i nvités à présenter l e u rs fi l m s et à d i a l og u er avec
les spectateu rs. I l s sont éga lement l ieu de débat s u r les sujets de société, ceux-ci éta nt généra lement
org a n isés après l a projectio n d ' u n fi l m tra ita nt d ' u n
sujet d o n n é. Les c i n é m a s Utopia se défi n i ssent
Savez-vo u s ce q u 'est un c i n é m a « Art et essa i » ?
co m m e u n « p rojet d'a n i m ation c u lt u re l l e
Q u e s i g n ifient les i n itiales VOSTF ? Existe+il d a n s
cinématog ra p h i q u e de p roxim ité », i ls entendent
votre pays u n c i n é m a d e c e g e n re ? Pen sez-vou s
contri buer à l a diversité c u ltu re l l e loca l e et à l a
q u ' u n e sa l l e de c i n é m a p u i sse contri buer à l a
création de lien socia l .
d ive rsité c u l t u re l l e e t à la c réation de l i e n social ?

92 1 q u a t re -v i n g t- d o uze
� Tra n s c ri pti o n s d es e n reg istre m e nts
U N ITÉ 1 • Ce n'est donc pas à c a u s e du type de p a i n , ou du poids
du beu rre q u e la tartine se retou rne ?
Piste 1 Activité 1 A
o Selon notre étude, l 'él ément principal q u i déte r m i n e
-

• Marc : Vous avez vu le journal ce matin ? le drame est la h a u te u r de la ta b l e, q u i est e l l e - m ê m e


o Audrey : Oui, m 'e n parle pas, A i r Fra nce est encore e n déte r m i née par la h a u t e u r d e l ' h u m a i n moye n, d o n c par
g rève ! Et m o i q u i pars à Ma rsei l l e c e week-end . . . j e suis l 'évolution de l 'espèce.
bonne p o u r pre n d re l e tra i n ! • La c h u te de la tartine dépend d o n c exc l u si vement de la
• So p h i e : Non, je ne pense pas : ici i l s d isent q u e le trafic h a u teur d e la table ?
est presque norma l et que pres q u e tous les vo ls sont o Non, pas seulement : sont aussi i m p l i q uées la v i tesse d e

assurés. D'ici ce week-end il n e devra i t p l u s y avo i r de la l u m ière et les lois d e la g ravitation. Au fi nal, to us l es
pertu rbations. org a n ismes h u ma i n s sont desti nés à expéri m enter à leurs
o Audrey : J 'espère, pa rce que ça fa i t déjà deux sem a i nes dépens la loi de M u r p hy a ppliquée à l a tartine.
q u ' i l s fo nt g rève ! D'u n côté, j e les co m pren ds, mais d 'u n • Po u r confirmer vos rés u l tats, vo u s avez effectué u n
a u t re, c 'est vra i m e nt pénal isant p o u r l e s usagers . . . i m mense test d a n s tout l e pays, pouvez-vou s nous d i re e n
• Marc : Mais enfi n, vou s avez pas vu ? La g ra nde nouvel le, quoi co nsistait ce test ?
c'est q u a n d même que l e sept- m i l l iardième être h u ma i n o Eh bien, à beu rrer des tarti nes, bien s û r !
e s t né ! ! ! • Et les résu l tats ont été co ncluants ?
o Aud rey : L e q u o i ? ! o Assez sig n i ficatifs je d i r a i s : s u r p l u sieurs m i l l i ers de c h u tes

• Marc : L e sept- m i l l i a rd i è m e ! Ça y e s t ! On e s t sept m i l l ia rd s de tarti ne, 62 % ont effectivement atterri sur l e côté
d ' h a b i t a n t s s u r l a pla nète ! U n sa cré paquet ! beurré, ce q u i est largement p l u s que ce q u e le s i m p l e
o Sophie : Incroya b l e ! Fa is-voir ! U n e petite fi l l e a u x h a s a rd permettra i t . Donc, o n peut d i re q u e s i l a ta rtine
Philippines. . . tom be touj o u rs d u mauvais côté, c'est to u t s i m plement
• Ma rc : Oui, e n fin i l y en a q u i disent q u e c 'est u n e petite parce q u e les lois de l a nature sont contre nous !
fi l l e née en I n de . . . • Et les 38 % resta nts ?
o Sophie : Pff. . . i m possible de savoir, c 'est vra i ment j u ste o I l s avaient beu rré leurs tartines du m a uvais côté ! ! !

pour d i re q u e l q u e chose. . . Oh, et t 'a s vu ? Ryuichi


Sakamoto est en concert à l a fi n d u mois à l a C i té d e la
m usique ! On y va ? J 'a i t rès envie de l e voi r ! ! ! U N ITÉ 2
• Ma rc : L e p i a n i s te japonais ? H e u . . . o u i , pourquoi pas ? A
Piste 3 - Activité 1 A
la fin d u m o i s, l a isse-moi réfl échir. . .
o Sophie : Ben réfléchis vite ! C'est u n e tou rnée européen n e • Alex Tü rk, bonj o u r . . .
et i l ne fa i t q u 'u n e s e u l e date en Fra nce, i l fa u t réserver l e s o Bonjour.

places d è s m a i ntenant . . . Et toi, A u d rey ? Ça t e d i t ? • . . . vo u s êtes le président de la Com m ission Nationale


de l ' i n formatique et des Libertés, la C N I L. La CNIL e n
Piste 2 - Activité 7 A q u e l q u e s c h i ffres, c 'est c h a q u e a n n é e 1 20 0 0 0 a ppels
• Éta blie à la fi n des a n nées 1 940 par u n ingénieur d e té léphoniq ues, 5 000 plaintes ou dema ndes d e conseil,
l ' U S Air Force q u i l u i donna s o n n o m , l a l o i de M u rphy 270 contrôles, 13 m i l l ions d 'euros de budget. . . To u t le

est dotée d 'a m us a ntes extensions dont la p l u s cé lèbre monde e n a entendu parler, mais précisé ment, l a C N I L
est s a n s a u c u n doute la loi de la tartine beu rrée. Nous q u 'est-ce q u e c'est ?
recevo n s a uj o u rd'h u i l e scientifique Robert Matthieu a fi n o Bonjour, a lors co m m e vo u s ven ez de le d i re, la C N I L c 'est

d e ré pondre à cette g ra n d e question : la ta rtine tom be+ la Co m m ission Nationale de l ' i n formatique et des Libertés,
e l l e to ujours d u côté d u beu rre ? c'est une a u torité a d m i n i strative i n dépenda nte q u i se
o Eh bien, malheureuseme nt, b u i ! Nous avons tes té de c h a rg e de fa i re a p p l i q ue r l a loi Informatique et Libertés.
manière déta i l lée la dyn a m i q u e de la tartine tom bant de Qu'est-ce q u e ça ve u t d i re ? Qu'e l l e vei l l e à la protection
la ta ble et la première co nclusion est que généra l e ment la des d o n n ées perso nnelles recu e i l l i e s d a n s les systè m es
tranche de pain n'a pas le temps de fa i re u n to u r com p l et. i nfo rmatiques afin de g a ra n t i r le respect de la vie privée

94 1 q uatre-vi ngt- q uatorze


. ..
' .

.
�. .

' ,,. . ' . . ., . . .

et des l i bertés individuelles et p u b l i q u es des personnes. p l u tôt l e u rs i m ages : cel l e q u ' i l s ont, cel l e q u ' i l s se créent,
Elle ve i l l e également à ce q u e tou t c i toye n p u isse accéder celle q u ' i l s sou h a i teraient avo i r. En effet, selon l 'a u te u r,
aux d o n nées l e concernant. le résea u social ne sera i t au fo n d q u 'u n théâtre q u i n o u s
• Et q u e l les sont exac tement ses fonctions ? permettra i t de nous c r é e r u n e o u plusieurs ident ités, u n
o Ses fonctions principales sont d ' i n former et de protéger théâtre o ù l 'o n sera i t à l a fo i s auteur de notre personnage
les c i toyen s, mais aussi d e rég u le r et de contrôler, et au et spectate u r de ceux des a u t res. Da n s ce livre, toutes
besoin de s a n c tionner l e m a u va i s usage des i n formations les q u estions sont posées : q u 'est-ce q u ' u n « a m i » s u r
person nel les. Facebook ? Fa u t- i l accepter tou t le monde ? Fa u t- i l ou pas
• Et n'im porte qui peut vo u s consulter ? avo i r dans ses contacts sa fa m i l le, son patron ? A-t-on au
o Bien s û r, to u te personne peut s'ad resser à la C N I L en cas fo n d v ra i m e n t envie de retro uver ses copa i n s d 'éco l e que
de d i ffic u l té dans l 'exercice de ses d ro i ts. Ce que les gens l 'on a pas vu d e p u i s 20 a n s ? Les a m is d e Facebook sont-
do ivent savo i r c 'est q u e toute personne peut p re n d re i l s rée l l e m e n t d e s a m i s d a n s la vie ? Fa u t- i l g a rder son ex
co n n aissance des d o n nées la concernant d a n s un fic h ie r, d a n s ses contacts ? Un point particul ièrement i ntéressant
q u'el le a la poss i b i l i té de s'opposer - pou r motif légit i m e ­ est l 'a n a lyse q u e fa it l 'a u te u re d u n o m b re d 'a m i s à avo i r sur
à fig u re r d a n s un fic hier, q u 'e l l e peut refu ser s a n s avo i r Fa cebook. E l l e cite i c i l 'a nt h ro p olog u e b r i ta n n i q u e Robin
à se justifier q u e l e s d o n n ées q u i l a concernent soient D u n bar, et s a théorie selon laquelle le ce rvea u h u m a i n n'a
util isées à des fi ns commerc i a l e s et q u 'e l l e peut fa i re pas la c a p a cité de gérer d e s relat i o n s interperso n n e l l e s
rectifier, com p léter, a c t u a l iser ou effacer des i n formations au-delà d 'u n résea u d e 1 5 0 personnes. N o m b re q u i ,
l a concernant. C'est très i m porta n t q u e l e s gens sachent a p p l i q u é a u x réseaux s o c i a u x , présenterait u n e m oye n n e
ce la, et c 'est la p rem ière fo nction de l a C N I L, d'i nformer d e contact e ntre 1 00 et 1 20 a f i n d e conserver a vec eux u n
les c itoye n s à ce sujet. Et je vo u s remercie d 'y partici per m i n i m u m d ' i ntera c t i o n . S i n o n o n peut touj o u rs s'inscrire a u
e n m 'accord a n t cet espace d e p a role ! g ro u p e : « J 'a i 2 0 0 a m i s s u r Facebook e t perso n n e avec q u i
• Ma i s la C N I L peut-elle rée l l ement sanctionner les d éj e u n e r à l a c a n t i n e » !
personnes ou l e s entre prises qui font u n mauvais usage
des d o n n ées perso n nelles ? Piste 5 - Activité 48

o Tout à fa i t ! E l l e peut nota m ment prononcer des N o u s sommes donc a l lés à la re ncontre de nos a u d i te u rs
aver tissements re n d u s p u b l i c s ou, s i cela n'est pas pour leur demander co mbien de contacts i l s ava ient et
suffisa nt, éta b l i r des s a n c tions péc u n i a i res qui peuvent comment i l s géraient l e u rs a m itiés fa cebookiennes :
a l le r jusqu'à 300 000 e u ros ou encore d é n oncer au Perso n n e 1 : Moi j'ai très peu d 'a m i s s u r Face book, peut­
Procu reu r de l a Rép u b l i q u e des i n fra ctions à la loi être 15 ou 1 6, mais ce sont mes a m i s pour de vrai : je les
Informatique et Libertés. con nais, on fa i t des choses ensemble. Mais h o n nêtement,
• En effet, c 'est du con c ret ! J 'espère q u e nos a u d iteurs je l 'u t i l i s e très peu et je ne vais j a m a i s voi r mon profi l . Pour
a u ro n t bien pris note et q u ' i l s n'hésiteront pas à vo u s q u o i fa i re s i je vois m es a m i s presque toutes les sema i nes ?
co ntacte r si n écessa i re, à travers votre site web : Pers o n n e 2 : Moi je dois avo i r m a i n tenant. . . heu . . . pas loin
www. c n i l . fr ou pa r téléphone au 01 53 73 22 2 2 . Merci de 900 a m i s . . . heu . . . bon évidem ment je n e les co n n a is
beaucoup Alex Tü rk p o u r to u tes ces i n formations ! pas tous, m a i s d a n s mon trava i l c 'est importa n t d'avoir un
o C'est m o i q u i vous re m ercie. grand résea u, les gens se con n a issent entre eux et quand ils
voient le nombre de mes a m is, ils se d isent que ça doit être
Piste 4 - Activité 4A quelqu'u n d'im porta nt, alors ils me sollicitent, c'est 1mmme
Aujourd ' h u i d a n s Un livre / Un jour nous pa rlerons de u n cercle vicieux . . . et non, je ne refuse personne, pame
l 'ouvrage de N i n a Testut, Focebook, et moi ! et moi ! et moi! q u 'on ne sait jamais . . . n'im porte q ui pel!lt devenir. um jour

Alors, Facebook, p h é n o m è n e de société o u expression d 'u n u n contact uti le.

narcissisme con te m pora i n 7 E n t re e n q u ête sociologique, Personne 3 : Moi j'a i une Gentaine d'amis, €'est vrai qwe !fa

roman et p a m p h l et, J 'a u te u re n o u s décrit p l u si e u rs points évolue peu : a u fur et à mesure que �'élimine des €©nta©ts

de v u e à trave rs d i ffére n t s person nages rée l s o u i nventés avec qui je n'ai pas de relati0n, je m'en fais <iles lil©l!lveal!lx,

et l e u r rapport à l e u r i m a g e sur I nternet. Leu r image ou donc le n0mere de mes « a mis » reste touj our s à peu près

quatre-vi ngt-quin:ze \ �5
le même. J 'essaie de g a rder le contact ave c tou t le mon de, et cicatriser les p l a ies. Cette derni ère utilisation est
même s i c'est un peu d i ffic i l e. M a i s il fa u t d i re que je voyag e a uj o u rd ' h u i très rép a n d ue, s u r to u t à l 'étranger. En
bea u co u p et que j 'a i bea u co u p d 'a m i s à l 'ét r a n g e r, d o n c Angl eterre, a u x États- U n i s et en Allemag ne, le miel

c'est un moyen s u p e r p o u r g a rder l e conta c t avec eux, est cou ra m ment e m p l oyé p a r les infirmi ères, dans les

vo i r ce qu'ils fon t, l e u rs p hotos . . . ça permet d e réd u i re la d ispe n s a i res et hôpitaux, pour fa i re des p a n sements aux
distance et d 'être u n peu avec eux, m ê m e virtue l le m ent. patients dont l e s pla ies c icatrisent d i ffic i l ement.
• Et e n F ra n ce ?
o En Fra n ce, le p i o n n i e r de l'utilisation d u m i e l pour la

U N ITÉ 3 cicatrisation en m i lieu hospita lier est l e professeur Bernard


Descottes, c h i r u rg i e n a u C H U de Limoges et fondate u r d e
Piste 6 - Activité 1 A
l 'AFA. Aujourd'hui, q u e l q ues services hospita l iers fra nçais
On d i t de l u i q u ' i l est le nectar d e s d i eux, symbole de su ivent son exe m p l e m a i s s o n usage est encore trop peu
bonheur et d e longévité. Non seu lement i l a bon goût, mais d éveloppé.
en p l us, i l soigne. Les vertus théra peutiques du m ie l ne • Pourquoi trop peu ?
sont plus a uj o u rd ' h u i à démont re r : pa rce qu'il est riche en o Pa rce q u e le miel est u n e exce l l e nte a l ternative

éléments n u tritifs mais aussi a ntiseptiq u es, cicatrisa n t s, vo i re a u x p rod u i t s a ntiseptiques pharmaceutiques : il est
a n t i - i n fl a m m a to i res, le m ie l a toujours été p risé p o u r ses généralement t rè s bien to l é ré, i l a u n effet très ra pide et
ve rtus cu ratives. En G rèce, o n offra i t aux d ieux d e l'Olympe i nd o lore et surto u t il est bea uco u p m o i n s cher !
u n mélange d e m i e l et de l a i t, a p pelé a m b roisie. Quant • Merci bea u co u p Al bert Becker p o u r toutes ces
aux Égyptiens et a u x Hébreux, i l s ont très vite utilisé le miel inform ations. Si nos a u d i teurs ve u lent en savo i r davantage
pour en h u m ecter les l èvres des nouvea u-nés ou pour s u r l 'a pithérapie, i l s peuvent se re n d re s u r l e s i te de l'AFA :
embaumer l e u rs morts. www. a p itherap iefra ncophone.co m .

Pist e 7 - Activité 1 C Piste 8 - Activité 48

• De nos j o u rs, l 'a p i thérapie fait un reto u r en fo rce non • T'as vu les rés u l tats de l'enquête de Marie-Laure ?
seu lement dans l e m o nde des médecines a l ternatives o Quoi ? Celle s u r le bonheur ? O u i , j'a i reg a rdé rapidement.

m a i s également d a n s les revues scientifi q u es et en m i lieu J'a i vu que la réponse n u m éro 1 éta i t l a sta b i l i té
hospital ier. Pour nous en parler p l u s en déta i l s, nous éco n o m i q u e, c'est sûrement à c a u se de la crise . . . p a rce
recevo n s a ujo u rd 'h u i d a n s L e magazine de la santé l e que q u a n d même i l y a des choses p l u s i m p o rtantes que
p rofesseur A l bert Becker, président de l 'AFA, ! 'Assoc iation d 'avo i r une bonne situation, non ? Moi j 'a u ra i s mis en
Francophone d 'Api théra pie. Al bert Becker, bonjour. . . p rem i e r avoir une bonne sa nté !
o Bonj o u r. • Cette réponse, e l l e a rrive en troisième position, a p rès
• Alo rs, l 'a pithérapie, q u 'est-ce q u e c'est ? « être a m o u reux » . . . que c'est romantique ! ! !
o L'.a p i thérapie, c'est ava n t tout u n e science m i l l é na i re, q u i o O u i , j 'y crois pas trop à c e s ré ponses : être a m oureux

e s t redécouverte p e u à p e u a ujourd ' h u i e t q u i consiste à sera i t plus i m portant qu'être en bonne s a n té o u avo i r des
u t i l iser les p rod u i t s des a b e i l l e s p o u r la s a nté. enfants . . .
• Vous d i tes « les prod uits des a be i l l es », donc le m i e l ? • Al o rs les enfa nts, i l s a rrivent en q u a trième place, ex aequo
o Pas seuleme nt, nos b u t i neuses prod u i sent un tas d e avec « fa i re un trava i l que l 'o n a i m e » . . J ' i m a g i n e q u e
.

s u bstances extrêmement bénéfiques p o u r n otre s a nté : ça dépend s i tu privi légies l a v i e d e fa m i l l e ou la carri ère
il y a le miel, bien sûr, mais a u ssi le pol len, le pro p o l i s, la professionnelle !
gelée roya l e, la cire o u encore le ve n i n d 'a b e i l le, m a i s ça o Oui, ou de l 'âge des personnes q u i réponde nt, ce sont

c'est l 'a p i p u ncture, c'est encore a u tre chose. des éta pes vitales d i ffé rentes. A l o rs, par contre, dans la
• Revenons a u miel, son usage médical se d éve l oppe ces thématique de la fa m i l l e, tu a s vu q u e le m a riage a rrive en
d e r n i è res a n nées parait- i l . . . derni ère position !
o Tout à fa i t ! Le m i e l a toujours été très u t i l e pou r adoucir • Ça t 'éto n n e ? Moi, je trouve ça n o r m a l ! Q u i se marie
les gorges i n f l a m mées o u pour soulager les b rû l u res encore de nos jours ?

96 1 quatre-vingt-seize
· . · · · . . . Transcriptions a u d io .
.

o Oui, j 'avoue que ça me su rprend un peu ces rés u l tats . . . la crise et tout ça, je ne l es envie vra i ment pas et je s u i s bien
c'est co m m e de voi r q u e l a situation écono m i q u e occupe content de ne pas avo i r 20 ans a uj o u rd ' h u i !
l a pre m i ère place mais, que p a r contre, avo i r u n e m p l o i
stable a rrive en avant-dern ière position, j u ste a p rès « avo i r Perso n n e 4 :

beauco u p d 'a m is » ! E t com m ent tu fa i s pour avo i r u n e Certa i n e ment. le pri n c i p a l défa u t d e l a g énération actuelle,
bonne s i tuation s a n s u n e m p l o i s ta b l e ? Tu g a g n e s a u c'est l 'égoïsme ! Chacun ne pense q u 'à soi et à sa réussite
loto ? personnelle. Il n'y a p l u s d e conscience sociale ou d 'envie
• C'est vrai, ça reste un test de m a gazine, ça n'a p a s non d e vivre en col l ectivi té. Et surtout il n'y a plus d u to u t de
plus de va l e u r scientifique ou sociologique, attention ! Il respect pour les personnes âgées . . .
ne fa ut pas l e p rendre tro p a u sérieux . . . Mais moi j e m'y
retrouve un peu q u a n d même, et p u i s rega rde, e n 6 et 7, Piste 1 0 - Activité 6A

« être p ropriéta i re d e sa m a ison » et « vivre d a n s une v i l l e Selon l 'ONU, le monde pre n d de l'âge. En 2050, on com ptera
ag réa ble », je suis d 'accord, c'est i m porta n t . . . p l u s de 2 m i l l i a rds d e personnes âg ées d e 60 ans et p l us,
o Selon moi, ce n'est certa i n e m ent pas p l u s i m portant q u e co ntre 600 m i l l ions actuellement. Dans les pays d éveloppés,
d 'avoir d e s a m i s o u d e se m a rier. Pa rce q u 'être d a n s u n e e l les re présenteront p res q u e u n tiers de l a population.
v i l l e s y m p a m a i s seu le, j e v o i s p a s t r o p l 'intérêt ! En Afriq ue, co m me d a n s le reste d u monde, o n assiste à
• Mais si la v i l l e est sym pa, tu te fa is p l u s fa cilement des un vie i l l issement nota b l e de la popu lation : le nom bre de
amis ! « vieux » d evra i t passer de 5 % de la population, la moye n n e
o Mouais . . . Oh, c 'est ma station ! Je descends ! A l l ez, je te actuelle, à 1 0 ou 1 5 % , vo i re 20 % d a n s certa ins p a y s du
laisse à ton magazi ne, à p l u s ! conti nent d'ici 50 a n s . . . De p l u s en p l u s nombre u ses,
• Ci a o ! les personnes âgées ne sont plus a ussi bien traitées par
leur fa m i l l e q u e l e vo u l a it l a tradition et com mencent à
être confrontées à des situations de m a rg i n a l i sation et
U N ITÉ 4 d 'exclusion soci a le. Tou t le monde connaît la célèbre p h rase
d 'Am adou H a m p a té Bâ : « En Afrique u n viei l l a rd q u i meu rt,
Piste 9 - Activité 1 A
c'est une b i b l iothèque q u i b r û le » : trad itionnellement
Perso n n e 1 : gardiens de l a tradition et d e l a transmission des savoirs,
O h ! C'est certa inement p l u s d i fficile d 'être jeune l a place des aînés e n Afriq u e est en pleine m u tation.
a ujourd'hui, ça, c 'est s û r, s u r tout pour trouver u n e m p l o i ! Problèmes de reven us, d 'accès a u logem ent. à l a sa nté et
A m o n époque, si vo u s aviez la c h a n ce de fa i re des études, à des loisirs a d a ptés . . . tels sont les principaux problèmes
vous trouviez u n trava i l tout de s u i te a p rès ! Et puis c'éta it a u xquels sont exposés l es « vieux » a frica ins. Le manque
p o u r to u te l a vie, a lors q u e m a i ntenant, les jeunes ils de revenus et l 'accès a u logement sont les p roblèmes les
m ettent parfois des a n nées à décrocher l e u r p remier plus cruciaux pour les personnes âg ées. Ce q u i a poussé
em ploi, et c'est souve n t u n COD de 6 mois ! des pays co m m e le Burkina Faso à développer les centres
sociaux destinés à les accue i l l i r. De là à penser qu'on finira
Pers o n n e 2 : un jour par m ettre les personnes âgées africa ines dans des
Je n e sais pas. . . ça peut vous sembler biza rre, m a i s j e hospices, comme d a n s les pays riches, le pas est vite fra nchi.
p e n s e q u 'a u fond, i l s n e sont pas si d i ffére nts ; c e q u i a Cette perspective choque généralement les Africains pel!l
cha ngé, c'est la soci été, les a s p i rations, m a i s moi, l e s jeu nes, hab itués à traite r ainsi leurs aînés. Tchalla Ta nte Ngnaneili,

je les comprends et j e les t ro uve assez semblables à ma directrice d'un programme en faveur du troisième â�e

généra t i o n a u même â g e, finalem ent. a u m i n istère togolais de la Fa mille se déclare favoralDle


à l a création d'hospices, mais à l'africa ine. C'est-à-dire la

Pers o n n e 3 : poss i b i l i té pour une fam i l le, proche ou n0n, d'aŒweilllri

Moi, je pense q u e la situation s'est vra i ment dég radée p a r u n e person ne âgée sous son toit, quitte à recevo1rr urne

rapport à mon époque. Po u r les généra t i o n s p récéde ntes, la aide financière de l 'Etat. liina lelilîlen�, si l'idée crle @réati0rn

vie fi n a l e ment éta i t plus s i m ple. Alors q u e m a i nte n a nt, avec « d 'une société pour tous les âges»> a été perçl!le cei:nrne la

quatre-vingt-dix-sei;it \ 97
consécration d'un modèle de société « à l 'a fric a i n e », e l l e est C h a m ps-Élysées, j ugés p o u r d iscri m i nation à l 'entrée, à l a
a u ssi un avertissement pou r l'Afrique. E n effet, loin de tirer su ite d'une opération d e testing menée p a r SOS Racisme e n
les leçons de l 'expérience des pays du N o rd, qui reg rettent 2005. Cette g r a n d e opération m e née à l'échelle natio n a l e
a ujo u rd ' h u i la marg i n a l isation de leurs person nes âg ées, d a n s la nuit d u 9 a u 1 0 j u i l let 2005 dans le b u t d e dénoncer
l e conti nent - plus préoccupé par l 'ave n i r de ses jeunes - la d iscri m i n ation à l 'entrée des d iscot hèques est reco n n u e
d érive peu à peu vers les mêmes erreurs. co m m e p reuve e n j u stice et a p e r m i s d e mener d e
n o m b reuses actions contre l e s éta blissements i n c r i m i nés.
Le testing consiste à prése nte r à l 'entrée des établ issements
U N ITÉ 5 nocturnes des jeu nes d 'orig i n e mag h ré b i n e ou afri caine
puis d 'a u tres d 'orig i n e e u ropéenne, se présentant dans des
Piste 1 1 - Activité 1 B
cond itions s i m i l a i res et habil lés d e la même m a n i è re, afi n de
R â l e u rs, a r rogants, snobs, ro m a ntiq ues, élég a n ts, g rossiers . . . prouver u n e éventuelle sélection s u r des critè res raciaux.
les a djectifs n e m a n q u en t pas p o u r q u a l ifie r l es Fra nçais !
Piste 13 - Activité 6C
Co mment nous vo it-on depuis l 'étra nger ? C'est la q u estion
q u e s'est posée l e magazine Sociétés en V.O dans son J o u r n a l iste : Une a m e n d e d e 3 000 e u ros a été req u ise

n u m éro d 'avril. Et les ré ponses sont parfois surprenantes . . . j e u d i contre les p hysionomistes d e q uatre d i scothèques
M a l g ré la mondialisation et l es nouvelles techniq ues d e d u q u a rtier des C h a m ps-Elysées, j u gés p o u r d i scrimi nation
co m m u n ication, ce rtains c l i chés o n t l a peau d u re, com m e à l 'entrée, à la s u i te d ' u n e opération de testing m e n é e p a r
d e nous représente r avec u n béret s u r l a tête ou en tra i n S O S Racisme en 2005 . Cette g r a n d e opération m e n é e
d e jouer à l a péta n q u e. C'est principalement a u n ivea u à l 'échelle nationa l e d a n s l a n u i t d u 9 a u 1 0 j u i l let 2005

de l 'a l i m entation q u e l e s étra ngers n o u s t rouvent u n p e u dans le but de d é noncer la d i scri m i nation à l 'e ntrée des
bizarres : si notre bag u ette e t n o s croissa nts sont t rès d i scothèques est reco n n u e com m e p reuve en j u stice et
a p p réciés, notre goût pour les esca rgots ou la viande de a permis d e m e n e r de n o m b reuses actions co ntre les
cheval choque parfois au-delà de nos frontières ; pour n e établ issements i n c r i m i n és. Le testing consiste à présenter
p a s p a r l e r d e s g re n o u i l les, q u i n o u s o n t va l u le surnom à l 'e n trée des éta b l i ssements nocturnes des j e u n e s
de « frog s » d e la part d e nos a m i s a n g l a i s . . . Et puis, g a re d 'orig i n e m a g h ré b i n e ou a frica i n e p u i s d 'a u t res d 'orig i n e
a u ssi aux exagérations : la bague tte quotid i e n n e, d 'accord, e u ropéen ne, se prése ntant dans des co n d i tions s i m i l a i res
mais s i on m a n geait des croissants tous les matins co m m e et habillés de la m ê m e m a n i è re, afi n d e p rouver u n e
beauco u p le pensent, on a u ra i t u n taux d 'obésité a l a rmant ! éventuelle sélection s u r des critères rac iaux.
Q u a n t à nos habitudes c u l t u re l les, il est a m usant de voi r q u e E x p e rte i ntervi ewée : La d i sc r i m i n a t i o n e s t

l e s deux réponses q u i revi ennent le p l u s souve nt s o n t la m a l h e u re u s e m e n t u n d é l i t t rè s d i ffi c i l e à prouver c a r i l


péta n q u e et la mode. A l ors oui, Paris est to ujours la capitale relève d ' u n c r i tè re s u bj e c t i f et va r i a b l e : d a n s certa i n s
de la mode, mais p o u r la péta n q u e, par co ntre, c'est surtout co ntextes ce s o n t l e s pers on n e s d 'o r i g i n e étra n g è re
dans l e sud q u e ça se pa sse . . . on n e va tou t d e m ê m e pas q u i vo n t ê t re v i c t i m e s de d i s c r i m i n a t i o n, p a r fo i s ce
la ncer l e cochonnet e n esca rpins Dior ! Autre co ntra d i cti on : seront les fe m m e s o u l e s h o m o s e x u e l s , les vieux . . . Il y
on nous décrit à la fois co m m e ro mantiq ues et sales ! Là a h é l a s ta n t de m o t i fs de d i s c ri m i n a ti o n . . . Da n s le cas
alors, on est co m p l ète ment d a n s le cliché . . . Pou rquoi d e s d iscot h è q u es, se u l l e testing nous permet d e d i re
serions-nous plus ro mantiques ou moins p ropres q u e q u e l e s motifs d o n n é s p a r les p hy s i o n o m istes p o u r
d 'a u t res ? C'est u n mys tère, m ê m e si on d i t bien q u ' i l « n'y a refu s e r d e s perso n n es n o i res o u m a g h ré b i nes, co m m e
pas de fu mée s a n s feu » ! Alors, non, on ne porte pas to u s la fa m e u s e « soirée p rivée » , s o n t e n fa i t d e s p rétextes.
u n béret, on ne porte p a s t o u s des p u l ls rayés et o n n e m e t U n exe m p l e : Amadou e t Tre ssy - u n d e n o s b i n ô m e s
pas notre bagu ette s o u s le b r a s . . . Enfi n pas to u t le te mps ! d 'o r i g i n e a fr i ca i n e - s e s o n t v u s refu s e r l 'e n t rée d a n s
t ro i s c l u b s testés ce soi r- l à , s o u s p rétexte q u ' i l s n 'ét a i e n t
Piste 1 2 - Activité 68 pas s u r l a l i ste des i nvités. U n q u a r t d 'h e u re a p rès,
U n e amende d e 3 000 eu ros a été req u ise jeudi contre les on a e nvoyé un a ut re b i n ô m e, Cy r i l et A u d e - b l a n c s
physionom istes de quatre d i scothèques d u quartier des to us les d e u x- d u m ê m e â g e, h a b i l l é s avec l e s m ê m e s

98 J q uatre-vingt-dix- h u i t
Tra nscri ptions a u d io

vête ments, et q u i o n t été a d m i s s a n s p ro b l è m e s d a n s ces Saïd : Ben moi en troisième com m e j 'ava is d éjà redoublé

mêmes éta b l i ss e m e n t s ! Là, o n peut c l a i re m e n t éta b l i r l a deux fois, i l s ont vou l u m 'orienter en CAP maço n n e rie,
d i scri m i n a t i o n et e n t a m e r u n e a c t i o n e n j u s t ice ! comme ça . . . genre : « il est mauva i s él ève, i l vient d'un
J o u r n a l i ste : Mais la d i scri m i nation à l 'entrée de boite q u a rtier défavorisé, i l peut pas conti nuer l 'école, alors i l
de n u i t n'est pas le seul domaine où l 'o n u t i l i se le test v a fa i re maçon. » M a i s moi, j e leur ai d i t que je vo ulais pas
e n situation pour prouver les discrimi nations : recherche fa i re maçon, je l 'ai vu bosser, mon père et avoir la vie d u re,
d 'e m p l oi, accès a u logeme nt, acceptation de c réd i t ba ncaire, justement pour q u e ses enfants i l s aient p l u s d 'o ppo rtun ités
achat de vo iture ou co m portement des agents des services et une m e i l l e u re vie. Mais quand t 'es fi l s d ' i m m i g ré et q u e
pu blics, tou s les domaines d e la vie quotidienne sont t 'es pas bon à l 'école, tu fa i s maçon, e t puis c'est to u t ! Je me
susceptibles d 'être testés. souviens q u e j'étais vraiment dégouté, a l o rs j 'a i tout arrêté
Experte i nterviewée : Si l 'on suspecte une d i scri m i n a tion et j'ai q u i t té l 'éco l e ! Et fi nalement, ça m'a p l u tôt bien réussi !
à l'em bauc he, par exe m p le, o n enverra deux C V Avec u n pote q u i dessine on a com me ncé à avo i r l'idée d e
équ iva lents, comporta nt u n e formation e t u n e expérience monter u n business de T-s hirts s u r mesure et ç a fo nctionne
professio n n e l l e s i m i l a i re, mais en variant l'élément à plutôt bien pour le moment. Ah ouais, c'est b eauco u p de
tester : le sexe, l 'â g e, l 'orig i n e. On pou rra a i nsi éta b l i r ou boulot, et moi, j 'a u rais vraiment vou l u fa i re des études,
non une possible d iscri m i nation selon les réponses à ces su rtout pour fa i re plaisir à m o n père, mais bon, ma boite,
candidatures. c'est ma revanche à moi : ça veut d i re que même si on vient
J o u rnal iste : Et n'o u b l iez pas que si vou s vous sentez d'un m i l i e u modeste et q u 'on a pas eu la cha nce de fai re
victime de d iscri m i nation, d e nom breuses orga n isations, des étud es, eh ben on peut quand même ré ussir !
co mme SOS Racisme, le MRAP. le Col lectif Homoboulot,
sans oublier bien sûr Le Défenseur des d roits, peuvent vo us Léo : pfff. . . moi fra nchement l 'école ça a jamais été m o n

ve n i r e n a i de. Vous retrouverez toutes les a d resses utiles s u r truc. Appre n d re des t r u c s q u i servent à r i e n d a n s la vie, l e s
l e s i t e de n otre émission. maths, la g éo, tou t ça. . . tu l'uti l i ses j a m a i s d a n s la v i e d e
tous les j o u r s ! Rester des heures à fa i re des exercices p o u r
savo i r si le t ra i n arrive à tel l e heure et je sais pas quoi . . . M o i
U N ITÉ 6 je préfère trava i l ler avec mes mains, fa briquer d e s ch oses,
et p u i s me sentir utile. Alors quand j 'a i e u mes 18 a ns, j'a i
Piste 1 4 - Activité 1 A
lâché l'école et je s u i s p a r t i 6 mois a u To g o fa i re u n chantier
Louise : Ben moi j'a i a r rêté l 'a n n é e d e r n i è re, en d é b u t h u ma n itaire. C'é ta i t génial ! Là-bas on fa isait v ra i m ent des
d 'a n n ée. l'école, ça a touj o u rs é t é s u p e r d u r p o u r m o i . . . choses util es, concrètes, pas d u blablabla dans le vide. Par
d e m e concentrer, rester assi se, fa i re les devoirs, tou t ça . . . contre, o n trava i l l a i t avec des ingén ieurs sur des plans, et
Alors l 'entrée en seco n d e, ça a été le décl ic, j 'a i v ra i m e n t vu là j 'aurais bien vo u l u avoir mieux suivi mes cours de maths
q u e je vo u l a i s pas conti n u e r, mais en fa i t je sava i s p a s n o n et de physique parce q u 'o n deva i t fa i re plein de calculs, et
p l u s trop q u o i fa i re, a l ors je m e s u i s d i t q u e j 'a l l a i s pre n d re puis vo i r les d i m ensions, les matériaux ... Et puis o n fa isait des
un a n , p o u r y réfl é c h i r . . . M a i s en fa it je s a i s touj o u r s p a s atel iers, on touchait u n peu à tout. C'est là q u e j 'a i découvert
t r o p q u o i fa i re, d u c o u p je reste à l a maison, je r e g a r d e la ma passion pour le trava i l du bois. Alors quand je suis
télé, je s u r fe sur I n te r n et, tout ça . . . et je m e sens super re nt ré, je me s uis inscrit dans u n e formation professionnelle
s e u l e p a rce q u e tou s m e s a m i s, i l s sont touj o u rs a u lycée de menu isier et c'était su per. J 'ai suivi une formation en
et moi je m e sens . . . heu . . . exc l u e, en fa it . . . m a i nte n a n t a l ternance donc t'as quelques cours, mais tu trava i l les en
je vo u d ra i s reve n i r a u lycée je c rois, m a i s je s a i s pas trop même tem ps, et ça, c'est super. Mai ntenant j'a i m erais bien
co m me nt parce que c'est p a s possible d e m e ré i nscrire m e spécia l iser en menu iserie d'art et conti nuer à travailler
et du cou p je s a i s p a s ce q u e je vais fa i re à la re n t rée . . . avec les gens que j'ai re ncontrés a u Togo . . . on verra . . .
Si j'ava is su . . . des fo i s j e me d i s q u e j 'a u ra i s d û réfl é c h i r
Piste 1 5 - Activité SA
ava n t d 'a rrêter et a l l e r j u s q u 'a u bac a u m o i n s , pa rce q u 'o n
pense to ujours q u 'o n sera p l u s l i b re a p rè s l 'éco l e m a i s c'est Une au tre éco le est- e l l e poss i b l e ? E n n u i , échec scolai re,
pas vrai . . . décrochage, v i o l ences . . . De l 'école p r i m a i re au lycée,

q u at re -vingt-dix- n e u f 1 99
les critiques s u r l 'école p u b l i q u e p l euve n t et de p l u s e n U N ITÉ 7
p l u s d e p a rents cherchent u n e solution a lternative p o u r
Pi ste 1 6 Activité 1 B
l'é d u c a t i o n d e l e u rs e n fa nts. E t c e s s o l u t i o n s exi stent
-

!
E l l e s sont m ê m e beaucoup p l u s n o m b reuses q u e l 'o n A bas l'oligarchie, vive la d é mocratie !
croit. I l y a d 'a b o rd des é co l e s fa i s a nt p a r t i e d u réseau Les médias sont pa rtout . . . l'information n u l l e part !
p � b l i c m a i s a ppelées « expérimentales » c a r basées sur un Pas besoin de trava i l ler P LUS, beso i n de trava i l ler TOU S !
systè me pédagog i q u e d i ffére nt. C'est l e c a s par exe m p l e J o u r n a l iste : P l u sieurs centa i n es d '« I n d i g nés » o n t

d e s lycées a u to g é rés c réées p a r des e n s e i g n a n t s et des m a n i festé ce s a m e d i 1 7 septe m b re a p rès- m i d i à Paris,


jeunes e n r u p t u re avec l e systè m e éducatif t ra d i t i o n n e l p l a ce de la Bastille. Ce m o u ve m e n t de contestation a
et q u i y o n t c h e rc h é u n e a l ternat ive. L e s é l èves s o n t d é b u té en E s p a g n e et a été re l ayé e n su ite en G rèce
l i bres de fréq u e nter les c o u r s m a i s sont s o l l i c i tés p o u r et d a n s d e n o m b reux pays, dont l a France, o ù les
pa rticiper active m e n t à l a v i e d e l 'éta bl issement e t à tou tes m o b i l isations parisiennes ont d é b uté l e 19 m a i . N o u s
les décisions concer n a n t celui-ci. C'est une a lternative s o m m es a l lés à l a re ncontre d e q u e l q u e s u n s d e ces
a pp réciée des jeu nes en sit uation de décroc h a g e sco l a i re j e u n e s - et m o i n s j e u n e s - q u i , en h o m ma g e à l 'ouvrage
et q u i n 'arrivent p a s à s'i ntégrer d a n s les s t r u c t u res d e Stép h a n e Hessel « Indignez-vous ! », o n t a d o pté le n o m
d 'enseig nement t ra d i t i o n n e l les. d '« I n d i g nés » .
O n t ro uve é g a l e m e nt les écoles b a s ées sur l a pédag o g i e Man ifestant 1 : « N o u s sommes u n m o uve ment pacifique,
Frein et, d u nom de son i nve nte u r, Cél e s t i n Fre i net. Cette citoye n, qui a e nvie d e fa ire bouger les choses. O n en
péd a g o g i e est basée sur l 'entra ide, l a coopération entre a m a rre d e subir l a crise, l e chômage, tou t ce q u e nous
l e s él èves et le d éve l o p pe m e n t de l e u r autonom ie. i m pose le systè me capital iste. Ce systè me écon o m i q u e ne
E l l e met l'accent s u r l a l i b re expression des e n fa nts et fonctionne pas, les gens en ont assez ! . . . O n s'a d resse a u
s 'o rg a n i se a u t o u r d'un p rojet collaboratif co m m u n . Autre peuple e t o n l u i demande de s e réveiller ».
pédagog i e très co n n u e, cel l e créée par la péda g o g u e M a n ifestant 2 : « On d e m a n d e la paix, la paix socia l e,
ita l i e n n e M a r i a Montessori, est u n e m é t h o d e d 'éducation économique et m o ra le. Les b a n q u iers ont p rovo q u é la
o u ve r te qui repose s u r l 'éd ucation sensori e l l e d e l 'enfa nt. crise et mai nte n a n t c'est le peuple qui e n fa i t les fra i s ! C'est
Cette pédagogie a co n n u un fra n c succès et o n trouve i n a d m issi ble ! I l fa u t que ceux q u i ont provo q u é l a crise
a uj o u rd ' h u i a ussi bien d e s crèches que des écoles, des soient ceux q u i en paient les con séq uences ».
collèges o u m ê m e des ateliers Mo ntessori, e n Fra nce M a n ifestant 3 : « O n en a m a rre de voter pour des gens q u i
et d a n s le monde e n tier. Et p u i s, bien s û r, e n dehors de u n e fois a u pouvo i r o u b l ient pourquoi i l s o n t été é l u s e t n e
l 'école il reste l a pos s i b i l ité de pratiquer l e homeschooling, défendent p a s les i ntérêts de leur population ! O n veu t q u e
c'est-à - d i re l 'école à la m a i s o n . Si cet te fo rme d 'éd u c a t i o n n o s go uvernements soient p l u s res pectueux d e s peuples
a l ternative est p a r t i c u l ièrement d éve l o ppée d a n s les q u ' i l s re présentent et q u e l a démocratie soit rée l l e, que n os
pays a n g lo-saxons, l e s Français y ont d e plus e n p l u s vo ix com pte nt vra i ment ».
re co u rs ces d i x d e r n i ères a n nées : n ivea u i n s u ffi sa nt d e Jou rna l i ste : Le cortège a réu n i p l u s i eurs centa i n es

l 'e n s e i g n e m e n t sco l a i re, ma uvaises co n d i t i o n s d 'études d ' l n d i g nés e u ropéens, principalement Espagnols, q u i
o u to u t s i m p l e m e n t désir d e respecter l a l i berté et a ppellent à m a n i fester à Bruxelles l o rs d 'u n e g ra n d e j o u rnée
l 'é p a n o u i ssement d e l 'e n fa nt ; les m otiva tions n e d 'action européen n e le 15 octobre.
m a n q u e n t p a s pou r les fa m i l l es q u i o n t fa it c e c h o i x . Les
p a rents sont tota lement l i b res d e c h o i s i r les méthodes Piste 1 7 - Activité SA

d 'ensei g nement qui leur co nvienne nt, mais la l o i exige 1 : « Moi, je com prends que les enseig n a nt s défendent l e u rs
cepe n d a n t que tout e n fa n t n o n sco l a risé ait a cq u i s cond itions de travail, m a i s il fa u t être un peu réa l istes : d a n s
l e s co n n a iss a n ces i nscrites d a n s le Socle commun des l a société actuelle, entre les vaca nces, l a sécurité de l 'emploi
connaissances et compétences.* et les s a l a i res, i ls sont tout d e même d rôlement privilégiés
* Le d o c u m e n t d u m i n i stère de ! ' É d u c a t i o n q u i présente ce par rapport aux a u tres professions. »
q u e to u t é l ève d o i t savo i r et maîtriser à l a fi n de la sco l a r i té
o b l i g a to i re.

1 OO 1 cent
Transcriptions audio

2 : cc Ça ne peut plus d u re r ! A chaq u e rentrée, des postes Au départ, c'éta it j u ste u n e petite au berge à Neuilly­
supprimés, d e plus en plus d 'é lèves par classe. O n n e peut Plaisance, et a ujo u rd ' h u i c'est un mouvement p résent dans
pas laisser nos enfa n ts étudier dans ces conditions » 36 pays ! En fa it c'est en 1 954, a près son cél èbre appel
sur Radio Luxembourg, que le mouvement a pris une
3 : « Et nous, p a rents, q u 'est-ce q u'o n fa i t de nos e n fants vérita ble a m pleur a u niveau national . Ava nt, l 'orga n isation
pendant ce tem ps ? I l s sont gentils, les p rofs, mais moi j'ai se fi nançait exc l u sivement par la vente d 'objets de
déjà d û demander trois j o u rs de co ngés pour rester à la récu pération et à partir de ce moment, Emmaüs a
maison m'occu per des enfa nts pendant q u e leurs profs sont co m mencé à recevo i r d es m i l l ions de fra ncs de dons.
e n g rève ! » • Je crois qu'il y a même e u q u e l q ues donateurs cé lèbres ?
o Ou i, le d o n le plus i m p o rtant à l 'époque a été ce l u i de

4 : cc Moi, je ne comprends pas tous ces gens q u i se Charlie C h a p l i n q u i a d o n n é deux m i l lions de fra ncs de
plaignent en permanence. A la m o i n d re tentative de l 'époq u e, en disant « je ne les donne pas, je les re nds » !
réforme, c'est la g rève ! I l fa ut bien que l 'éco l e évo l u e et i l y Mais ce q u i a été le plus i m porta nt s u ite à cela, c'est q u e
a vra i ment bea uco u p de choses à revoi r ». le go uvernement a adopté la loi sur la trêve hivernale,
q u i i nte rd i t les expulsions de logement de personnes
5: cc Ils ont raison, on ne peut pas laisser tout fa i re, pendant l'h iver.
mais les méthodes devraient aussi évoluer. La g rève, l a • O ui, pa rce q u e le com bat de l 'abbé Pierre concernait
m a n i festati o n . . . C'est bien, m a i s c'est d'une a utre époque ! principalement le logement . . .
Il fa udrait penser à d 'a u t res moyens d 'action pou r gagner o . . . les i n é g a l ités sociales en généra l . . . ., m a i s c'est

l'a p p u i de l'o p i n i o n p u b l ique » vrai que ce combat passe en grande partie par l 'accès
au logement. Une des premières actions d ' E m ma ü s a
d 'a i l le u rs été la construction d 'abris provisoires pour les
UN ITÉ 8 sa ns-a bris. C'est cette voie que suit depuis bie ntôt 20 ans
Piste 1 8 - Activité 28 la Fondation a bbé P ierre.
Présentatrice : I l avai t décla ré : « S u r ma tom be, à la p lace • On co n naît m o i n s cette Fondation, pouvez-vo us nous d i re
d es fleurs et des co u ro n n es, a p portez-moi les listes de q u e l le est sa m ission ?
m i l l iers de fa m i l les, de m i l l i ers d e petits enfa nts auxquels o La Fondation a bbé Pierre p o u r le logement des

vous a u rez p u donner les clés d'un vrai logement ». L'.a bbé défavo risés est une fondation m e m b re d'Emmaüs
Pierre - de son vra i nom Henri G rouès - est mort à l 'âge Internati o n a l et d'Emmaüs France, reco n n u e d'util i té
d e 94 a n s, l e 2 2 janvier 2007, i l y a 5 a n s a ujourd ' h u i . De p u b l i q u e et fondée en 1 992. Notre co m bat principal est
nom breux évén eme nts a u ront lieu dans to ute la France l 'accès a u logement car p o u r nous, avo i r u n toit est un
pour honore r sa mémoire. Ëco utons Patrick Doutre l i g ne, beso i n vital, au même titre que la n o u rriture o u la sa nté.
délégué g énéral d e la Fondation Abbé Pierre, au m ic ro de L'.objectif de la Fondation est donc d 'a g i r p o u r q u e les
Marion Deba i l . plus défavorisés t ro uvent à se loger dig nement quel que
soit l e montant de leurs ressou rces .
• M . D : Patrick Doutrelig ne, q u i est pour vou s l 'abbé Pierre ?
o P .D : C'est un h o m m e j u ste, un h o m m e de bien q u i a m i s Piste 1 9 - Activité 7A

sa vie a u service des a utres, u n h o m m e q u i s'est i n d i g né Les sang lots longs


face à u n e situation et q u i s'est d o n n é les moye ns de Des violons
réa g i r pour la changer. U n homme engagé contre les De l'automne
i nj ustices de to u t o rd re. D'a i l leu rs, Pierre, c'était son nom Blessent mon cœu r
d e résista nt, c'est ce l u i qu'il a gardé. D'u ne langueur
• Engagé contre les i njustices et surtout pour les plus Monotone.

démunis . . . Tout suffocant


o Oui, bien sûr, si o n le connaît c'est ava nt tout en tant Et blê me, quand
que fondate u r de la com munauté d'Emmaüs, en 1 949. Sonne l'heure,

cent u n \ 1 01
Je me souviens c'éta i t fa ntastique, la mer bleue, le s a b l e blanc. . . l e fa rniente
Des jours anciens tota l !
Et je pleure. Témoin 2 : Moi je ne me considère pas comme u n e touriste,
Et je m'en vais mais co mme u n e voyag euse. Si je va is dans un pays étra nger,
Au vent mauva i s c'est pour le co nnaître. Et co n n aitre un pays, c'est ava nt tout
Qui m'e m p orte partager l e quotidien d e l a population locale, sa manière de
Deçà, delà, vivre, sa cuisine . . . D'a i l leu rs, à la fi n d e mes études, je suis
Pareil à la partie e n Amériq u e d u Sud avec mon sac à dos. J'étais partie
Feu i l l e morte. pour 6 mois et fi nalement, j'y suis restée presque 2 a n s !
Paul Ver l a i n e Té m o i n 3 : No us, on est u n e fa m i l l e nom breuse, a lors, les
voya ges, on ne peut pas trop se l e s permettre. . . Mais par
UN ITÉ 9 contre, ce q u'o n a fait l 'a n née dernière, c'est d 'a l ler to us à
Paris passer un week-end p o u r vo i r l 'exposition « Picasso et
Pi ste 20 - Activité 1 B
les maitres ». I l y ava i t énormément de monde, mais ça valait
Nous sommes très fi ers de l'entrée de Bordea u x s u r l a l a peine !
p resti g i euse l iste d u Patri moine m o n d i a l , a u x côtés de Tém o i n 4 : Moi je suis un g ra n d a m o u reux de la natu re,

p l u s d e 800 sites à t ravers l e monde, distingués pour l e u r a lors quand je choisis une d esti nation, je reg a rd e toujours
« va le u r u niverselle excepti o n n e l l e ». C e résultat est l e fru i t les poss i b i l ités d e promenades, de ra n d o n n ées, l 'a ccès aux
d 'u n t rava i l e n t a m é en 2003 p a r l a vil le, en concertation s i tes a rchéologiques auss i . . . O u i, ça c 'est quelque c hose qui
avec ses pa rtena i res locaux, l ' État et l es d i ffé rentes insta nces me p l aît beaucoup, tou t ce qui a trait à l'histo i re. Beauco u p
nationa les et internati o n a l es. C'est la reco n naissance d e la de g e n s d isent que c e n'est q u e de l a viei l l e pierre m a i s moi,
valeur et de l 'u n i té patrimoniale de notre vil le, exe m p l a i re je trouve ça fascinant q u 'o n p u i sse vo i r encore a uj o u rd'hui
par l'unité de son expression urbanistique et a rc h i tectura le, ces traces d e notre pa ssé.
qui n'a co nnu pratiquement aucune rupt u re stylistique
Piste 22 - Activité 6A
depuis deux siècles. C'est également l 'aboutissement
d'un trava i l concrétisé p a r l e rava lement des fa çades, La confrontation entre Picasso et ses maitres est le g ra n d
l 'aménagement des quais d e l a Garon ne, la m ise en service événement artistique de l 'a n n ée. Cette exposition, q u i
du t ramway a l i m enté par le sol, la req ual ification des associe pour l a pre m i ère fois l e Louvre, l e m u sé e d'Orsay
espaces urbains avec la volonté de protection et d e m i se en et les gal eries d u Grand Pa l a i s, trace des p a ra l l è les entre
va l e u r du patri m o i n e bordelais. L.'.o rig i n a lité d e la démarche l e s maîtres q u i ont i n s p i ré le peintre espagnol et ses toi les,
tient d a n s l'importa n ce d u périmètre classé. Bordeaux �st le composant a i n s i une relecture maj e u re de l'hi sto i re d e la
p re m i e r ensemble u rb a i n distingué sur u n périmètre aussi peinture. To u tefois, l e point fort de cette exposition est sans
va ste et complexe. La q u a l i té de < c patri moine mondia l » aucun d o ute la démonstration de son hypothèse de départ :
g é n ère nature l lement un i ntérêt du g ra n d p u b l i c pour Picasso est deve n u l 'artiste q u e l 'o n con naît en p u isant
lequel cette d i s t i n c tion est gage d e q u a l i té. L.'.inscri ption d e co nstamment dans l'histo i re d e l 'a rt. Da n s son panthéon
notre v i l l e a u titre d u patri m o i n e m o n d i a l est donc u n e njeu a rtistiq u e, o n retrouve des maitres co m m e Goya, Le G reco,
économique majeur pou r nous et nous sommes conva i ncus Poussin, I n g res, De lacroix ou encore G a u g u i n que vous
qu'e l l e gén èrera une a u g mentation très i m porta nte des pou rrez o bserver d a n s les sal les A et B.
visiteu rs, u n accroissement de l a fréq u entation d es lieux U n des moments forts de ce parcours est la rencontre
c u l t u rels et patrimo nia ux, mais également des hôtels, hi stori q u e entre /'Olympia, de M a n et, l 'u n e des icônes
resta u rants et comm erces. d u m usée d 'Orsay, et la célèbre Maja n u e , de Goya,
s pécia lement venue du m usée du Prado m a l g ré les
Piste 2 1 - Activité 3A
d i ffic u l tés logistiques que cela a p u re présenter.
Tém o i n 1 : Moi, ce que j'a i m e su rtout en vaca nces, c'est me Le choix thématique permet de bien com pre n d re les

reposer, l a plage, les cocotiers, l es destinations lointai nes. méca nismes de l'inspiration d u pein tre. Alors q u e d 'autres
L.'.a n née dernière, je suis a l l é a u Mexiq ue, sur la côte Caraïbe, artistes co pient, plag ient o u pastichent, l u i s'a p p roprie,

1 02 1 cent d e u x
.
· .

' ' . . . . . '


.
.
. . . '
. . ' . ' .

recyc le, ré i nvente, parfois en p rovo q u a nt. C'est le cas des o Oui, ça fa i s a i t longtemps q u e je vo u l a i s y a l le r, pour moi

Demoiselles des bords de Seine, d e Ma net, o u des Ménines, d e c'est l e com b l e de l 'exotisme ! J 'a i vra i m e n t d u mal à
Vé lazqu ez, q u e vo u s pou rrez a d m i re r d a n s la g ra n d e sal le. imaginer co mm ent les gens vivent dans ce pays . . . Je
Cette expos ition permet d e révéler par confrontation veu x d i re, su rtout p a r ra pport au soleil ; des mois où il fa it
les influe nces d u peintre, bien q u e certa i n es soient peu n u i t pendant p resque 24 heures et puis d 'a u t res o ù i l ne
explicites, co mme Saint Fran çois d'Assise dans sa tombe, d e fa it jamais tota lement n u i t . . . C'est te l l ement étra nge !
Z u r b a r a n i n s p i rant l'Homme à l a Guitare, exécuté par Picasso • Pou r moi le comble de l 'exotisme, c'est le Japon ! Ce
d u ra n t sa période cubiste. mélange de tradition et d'u l tra-mod ernisme, et puis ce
L'exposition q u e vou s a l lez vo i r est exceptionnelle par la culte du travail, enfi n toutes les i mages q u e l 'o n a !
concentration de tant d e chefs-d'œuvres dans u n m ê m e o Et p u i s la langue ! Ça, ça doit être vraiment d i fficile de s'y
es pace, même s i certa i n s disent q u e le g ris des m u rs les met retro uver, c'est tel lement différent !
peu en va l e u r. • Mais c'est j u stement pour ça q u e ce pays m'attire, j e
pense . . . O n d i r a i t q u 'a ujourd'hui tou tes l e s c u l t u res se
resse m b lent, avec la mondia l isation, to ut ç a . . . Alors
U N ITÉ 10 un endroit qui est à l'opposé de ce que tu connais,
forcément, ça a q u e l q u e chose d e fa scinant. . . J'adorerai y
Piste 2 3 - Activité 1 A
a l l e r un jour, mais ça doit vra i m e n t fa i re un choc !
Miriam Make ba a chanté d a n s to u s les pays d e l a pla nète, O Moi, le p l u s g rand choc c u l t u re l q u e j'ai eu, c'éta it a u

bien ava nt q u'on ne co m m ence à parler d e « world music », Guatemala, dans l e s co m m u n a u tés i n d igènes. J 'étais a l lée
la « m u s i q u e du monde ». Pour e l l e, ce te rme ne vou la i t y fa i re d u vo lontariat a p rè s m e s études et je me souviens
d'a i l l e u rs rien d i re et e l l e ava it l 'ha bitude d'a ffi rmer q u e s i que ça ava i t été très dur au début : l a p l u pa r t des gens
nous fa isons tous partie de ce mo nde, toutes les m u s i q u es ne parlent pas fra nçais n i a n g l a is, n i même espag nol,
sont fo rcément d e s m u s i q u e s du m o n d e ! et puis les relations sont très d iffére ntes, les codes pour
Si M i r i a m M a keba est considérée par certa i n s com me co m m u niq u e r, tout ça . . . E n plus, c'est d i fficile d e se fa i re
l'a m bassad rice de la m u s i q u e africa i ne, ce l l e q u e l 'o n a accepter q u a n d on vient de l'extérieur, mais fi nalement
parfo i s s u rnommée « M a rn a Afrika » a toujours refu sé d e ça a été u n e expérie nce tellement enrich issa nte que j 'y
se l i m iter à u n seul g enre et est toujou rs restée ouverte à retou rne to u s les a n s !
tou tes les influence s m u sicales. Pou r e l l e, la m u s i q u e ne doit
Piste 25 - Activité 6C
pas avo i r d e frontières.
Da ns sa d iscograph ie, o n peut trouver de la musique 1 . Cette com p a g n i e aérienne est toujou rs en g rève.

indonésienne ou brési lien ne, des chansons en zoulou, en 2. Ce pays a beaucoup changé .ces dern ières a n n ées.

a nglais o u en fra nçais, ainsi q u e des colla borations avec 3. C'est d i n g u e q u'il y ait encore des frontières de nos jours !

des artistes com m e Dizzy Gillespie, Harry Belafonte ou Pa u l 4. Je me souviendrai toute ma vie de la p remière fois q u e j'a i

Simon. v u c e pays age . . .


Passionnée par la musique et la c u l t u re des a u tres, e l l e a 5 . J 'a u rais te l lement a i m é fa i re ce voyage . . .
tou t au long de sa ca rrière vou l u l e u r re n d re hommage à 6. J e s u i s ravie de pouvoir vous fa i re découvrir mon pays !
travers ses chansons. 7. Je n'en reviens pas q u e les gens ici mangent du chien !

Citoye n n e d u monde ava nt to u t, M i riam M a keba n o u s a 8. Ce paysage est incroya ble !


q u ittés le 9 n ove m b re 2008 en I t a l ie.

Piste 24 - Activité 38

• Tu pars où Aurélie pour les p roc h a i n e s vac a n ce s ?


o Je reste ici, j'ai p l e i n de bou lot et en p l u s, je me réserve
pour cet été : on part un m o i s e n Islande avec m o n
copa i n .
• O u a h, l'Islan de, ç a doit être su per !

cent trois 1 1 03
Vers ion Orig i nale • Méthode de Fra nçais
Ca h i er d 'exercices · N ivea u 4
Auteur
Laetitia Pancrazi
Révision pédagog ique
Eulàlia Vllag i n é s Serra
Coord ination édito riale
G i n e b r a Caballero Pera l t a
Conception graphique et couverture
Bes.11da+Cukar
Mise en page
Asensio S.C.P.

O Photogra phies, images et textes.


Couverture Rldo • Fotolia.com, n i kkytok • Fotolia.com, Thinkstock, Delphimages - Fotolia.com, Thi nkstock, lunamarina • Fotolia.com, Mein Name • Fotolia.com, collection Tour Ei ffel,
Thinkstock, Thomas Launois · Fotolia.com, auremar • Fotolia.com, T h i nkstock, goodluz • Fotolia.com. Rtimages - Fotolia .com. Difusi6n, Secret Side - Fotolia.com, Andres Rodriguez /
Drea m s t i m e.com Unité 1 p. 7 Delucq • Th i n k s tock, p. 1 0 Roberto · Wikipedia.com, conférence : domaine publ ic, Le Figaro Unité 2 p.1 9 Brassens : domaine public · Pic, Roger
Unité 3 p.22 VectorZlila.com • Fotolia.com p.23 · domaine public Unité 4 p.32 auremar • Fotolia.com, p.33 Rido • Fotolia.com p.34 lassedesignen - Fotolia.co m , p.36 p h i lippe Devanne
• Fotolia.com, Sergej Khacki m u l i l n • Fotolia.com Unité s p.39 julien t romeur • Fotolia.com, p.42 Gabriel Blaj • Fotolia.com Unité 6 p. 49 Delphlmages • Fotolia.com p.50 Samuel Borges
• Fotolia.com, p.52 Marie·Antoinel!e : domaine public, Galilié - domaine public, André Malraux : ag_ni na_beskow • Wikipedia.com, Néron : domaine public. John Kennedy Toole :
Gobonobo • Wiklpedia.com, p.54 a u remar • Fotolia.com Unité 7 p.57 mandrakephoto • Fotolia.com. p.58 Clara Perez Unité 8 p.63 Kob • Fotolia.com, p.63 Grafvision · Fotolia.com, p.63
wrangler • Fotolia.com, p.64 Studio Harcourt, p.65 S u r frider Foundation Europe, Les restaurants d u coeur, U N I C E F, p.76 Danseuse bascufanc de Degas · domaine public, Violon el
guicare de Juan Gris - domaine public, les 1ournesofs de Van Gogh · domaine public, le por1rai1 de paysan de Paul Cézanne · doma i n e p u b l i c Unité 10 p.79 Keystone-France · Geny
imag es. p.82 Machu Picchu · domaine public, p.83 la terre et l 'orange · domaine public · NASA p.84 Festiva l d'Essaouira : Rastoin • Wlkipedia.com, mosquée Hassan li : Agagax
- Wikipedia.com Annexes p.89 c h r i s temo • Fotolia.com. p.90 François M i t terrand : domaine public · USGov- M l i i t a r y, p.9 1 Francois G u i l l o t · Geny Imag es, p.92 m a n ifes t a t ions ·
domaine public.

Tous les textes et documents d e cet ouvrage ont fai t l'objet d'une autorisation © Les a u t e u r s et Difusi6n, Cent re de Recherche er de Publications de Langues. S.L.. 2 0 1 2
préalable de reproduction. Malgré nos effo r t s, i l nous a été i m possible d e t rouver I S B N édition internationale : 978·84·8443-570·9
les aya n t s droit d e certaines œuvres. Leurs droi t s sont réservés a Difusi6n, S. L . Nous Dépôt légal : 8·10529-20 1 2
vous remercions de bien vouloir n o u s signaler toute erreur ou omission ; nous y Imprimé d a n s l ' U E
remédierions d a n s la prochaine édition. Toute for m e d e r e p r o d u c t i o n , distribution, c o m m u n i c a t i o n publique et t r a nsformation
Les sites Internet référencés peuvent avoir fait l 'objet de changement. Notre maison de cet ouvrage est interd i t e sans l'auto r i s a t i o n des t i tu la i res d e s droi t s d e propriété
d 'édition décline toute responsa bilité concernant d'éve n t u e l s changement s. En a u c u n intellectuelle. Le non-respect d e ces droits peut c o n s t i t u e r u n délit contre la propriété
cas, nous n e p o u r r o n s être t e n u s pour responsables des c o n t e n u s de liens vers des intellec t u e l l e (a r t . 270 et suivants d u Code pénal espagnol).
t i e r s à pa r t i r des sites indiqués .


www.emdl.fr
.
VE RS I O N
ORIG I NALE
L'actionnel pou r tous !
Ve rs ion O ri g i na l e est u n e méthode d e fra n ç a i s
l a n g u e étra n g è re effi cace e t faci l e à uti l i se r.

Co m posée d e 4 vol u m es, Ve rsion Orig i n a l e


couvre l e s n ivea u x . Al , A 2 , 8 1 e t 8 2 . ·

Le ca h ier d'exercices de Version O rigina le propose :

..illll d e s u n ités t h é m ati q u es basées s u r c e l l e s d u l iv re de l 'é l ève

..illll un pro l o n g e m e nt du trava i l de c l a sse, à l 'écrit et a u ssi à l 'o ra l


avec son CD q u i com pre n d de n o m b reuses a ctivités a u d i o
..illll d es exe rc i ces q u i re p re n n e nt et a p p rofo n d issent
l e s com péte nces l i n g u ist i q u es d e l 'a p p re n a nt avec
un t rava i l systé m a ti q u e s u r l e lexi q u e et l a g ra m m a i re
..illll des activ ités va riées q u i perm ette nt de trava i l l e r l 'e n se m b l e
d e s co m p éten ces d u CECR

..illll une dyna m i q u e d e trava i l q u i po rte sur l a fo r m e


s a n s perd re d e v u e l e s e n s
..illll u n trava i l q u i renfo r_ce l 'a uto n o m i e d e l 'a p p re n a nt
et la m i se en p l a ce d e straté g i e s d 'a p p re ntiss a g e
..illll u n e p a g e d'activités à réa l i s e r e n l i g n e ( rec h e rc h e
d ' i n fo r m a t i o n s, pa rtici pat i o n act ive s u r l e site d e Ba belweb)

..illll u n e page d e m é d i a t i o n o ù l 'a p p re n a n t met e n ra p po rt


le fra n ç a i s ave c sa l a n g u e et l e s l a n g ues q u'i l co n n aît
..illll d e s pages d 'a p p ro c h e i nterc u l t u re l l e de la Fra nce
et d e l a Fra n co p h o n i e

ISBN 9 7 8 - 8 4 - 8 4 4 3 - 5 7 0 - 9

9
1788484 435709
Il Il