Vous êtes sur la page 1sur 8

Chapitre II La protection contre la foudre

INTRODUCTION

Toutes les protections utilisées contre la foudre consistent à dévier le courant vers la
terre. Notons que les perturbations dues aux coups de foudre directs (déclenchement et
réenclenchèrent des disjoncteurs) sont beaucoup plus fréquentes que les dégâts eux-mêmes
dont on a appris à se prémunir.

I) Protection contre l’effet direct de la foudre :

1- Paratonnerre :

Le paratonnerre est un dispositif inventé en 1752 par Benjamin Franklin. Il était conçu à


l'origine afin d'écouler à la terre le fluide électrique contenu dans le nuage orageux et ainsi
empêcher la foudre  de tomber. Depuis ces notions portent le nom d'effet de pointe en
électrostatique  et de cage de faraday. Pour construire une protection contre la foudre, il faut
construire une cage de Faraday enveloppant l'édifice à protéger.

2- Principe de fonctionnement :

Son réel fonctionnement est aujourd'hui mieux connu. La structure d'un paratonnerre est
composée d'une tige  placée en hauteur puis connectée à la terre par plusieurs câbles
appelé(s) conducteur(s) de descente capable(s) de conduire cette électricité : ces conducteurs
constituent la cage de Faraday.

Le paratonnerre n'attire absolument pas la foudre mais rend plus probable grâce à l'effet de
pointe le parcours d'un claquage du diélectrique que constitue l'atmosphère. Ce claquage suit
un parcours souvent initié par un précurseur.

Un tel système est plus efficace s'il est constitué de plusieurs pointes, couvrant toute la
toiture et les arêtes du bâtiment à préserver. Les pointes sont reliées entre elles par des filins
conducteurs interconnectés, reliés à la terre et forment  une cage (dite cage de Faraday). Il est
inutile de l'élever très haut : une espèce de toit en planche de fakir (plusieurs petites pointes)
reste efficace.

 La pointe d'une tige est entourée d'un champ électrique en période orageuse. Si l'arc
électrique (l'éclair) se dirige vers l'une des pointes, alors il finira sa course  dans les câbles
de descente (au lieu de passer par le bâtiment).
 Une pointe unique a une utilité réduite, car rien ne garantit que l'éclair tombera à cet
endroit : il existe des témoignages nombreux confirmant que la foudre peut tomber juste
en dessous ou à côté d'un paratonnerre, dégradant ainsi le bâtiment supposé être protégé.

Remarque : Lorsque le traceur s’approche du sol, le champ électrique à la verticale de la


pointe du traceur s’accroît et atteint en certains endroits des valeurs pouvant atteindre 300 à
400 kV/m.

6
Chapitre II La protection contre la foudre

3-Type de paratonnerres :

a- Le paratonnerre à tige simple :

C’est en 1753 que Benjamin Franklin inventa le Paratonnerre


à Tige Simple. Ce paratonnerre est composé d’une tige
métallique effilée d’une hauteur de 2 à 8 mètres de haut
dominant la structure à protéger, reliée à un conducteur et à une
prise de terre.

Le rayon de protection assuré par ce type de paratonnerre


étant limité à 30 mètres environ ( Niveau de protection IV,
hauteur = 60 mètres) , il est plus particulièrement réservé à la
protection de petites structures ou zones tels que pylônes,
cheminées, cuves, châteaux d’eau, mâts d’antennes etc.…

Figure II-1

b-Paratonnerre à cage maillée

Ce paratonnerre, dérivé de la cage de Faraday, est composé d’un maillage en toiture et en


façade englobant la structure à protéger. En toiture, des pointes caprices sont positionnées en
périphérie et sur les points hauts. Un réseau de
conducteurs suit le périmètre extérieur de la toiture.
Ce réseau est complété par des transversales. La
taille des mailles est comprise entre 5 et 20 mètres
et varie en fonction de l’efficacité recherchée de la
protection.

En façade, des conducteurs de descente sont


reliés en partie haute au maillage de toiture et en
partie basse à des prises de terre spécifiques . La
distance entre deux descentes est comprise entre 10
et 25 mètres, et varie en fonction de l’efficacité
recherchée de la protection.

Figure II-2

Le courant de foudre est écoulé par des conducteurs et des prises de terre différents suivant la
localisation du point d’impact de la foudre.

c- Le paratonnerre à fils tendus

Ce paratonnerre, de principe proche à celui de la cage maillée, est constitué d’un maillage de
conducteurs distant de la structure à protéger ayant pour but d’éviter que le courant de foudre
soit en contact avec celle-ci.

7
Chapitre II La protection contre la foudre

Des fils conducteurs tendus sont implantés au-dessus de la structure à protéger, raccordés à
des conducteurs de descente et à des prises de terre spécifiques. La largeur des mailles et la
distance entre les conducteurs de descente sont assujettis aux mêmes règles que le
paratonnerre à cage maillée (méthode de la sphère fictive).

La mise en œuvre de cette protection implique une étude complémentaire au niveau


mécanique (résistance des matériaux : calcul de flèches, résistance aux contraintes
météorologiques…), ainsi que la définition des distances d’isolement.

Le paratonnerre à fils tendus est plus particulièrement utilisé pour protéger des zones
ouvertes lorsqu’il n’existe pas de support architectural.

Figure II-3

d- Le paratonnerre à dispositif d’amorçage 

Le principe du paratonnerre à dispositif d’amorçage est de générer artificiellement à l’aide


d’un dispositif d’ionisation un traceur ascendant plus précoce que les autres traceurs
ascendants naturels, et donc d’établir un point d’impact privilégié sur sa pointe.

Figure II-4

8
Chapitre II La protection contre la foudre

La capture du coup de foudre étant plus rapide qu’avec un paratonnerre à tige simple, cette
technologie permet de bénéficier de zones de protection plus étendues, assurant la protection
de structures de grandes dimensions.

Le rayon de protection généré est fonction de la valeur de l’avance à l’amorçage du


paratonnerre (At en µs), de sa hauteur, et de l’efficacité de la protection, la valeur maximale
étant de 120 mètres (Niveau III, hauteur = 60 mètres).

Il existe quatre types de PDA :

1. Radioactif.
2. a déclenchement électronique.
3. piézo-électrique.
4. a profil spécial.

Figure II-5

4-Zones de protection contre la foudre :

La zone de capture est définie comme un volume bien déterminé pour lequel l’entrée en
contact d’un canal ionisé, provoquera à coup sûr l’amorçage du coup de foudre sur le sommet
de la tige. L’expérience montre que pour un paratonnerre en forme de mat (tige), l’intérieur
d’un cône (α = 45°), centré sur la tige, présente une bonne probabilité de protection (voir
figure).

Distance critique d’amorçage dc :


Elle représente la distance de capture (saut final) entre le traceur et le Saut final sommet de la
tige. Elle est donnée par la formule empirique :
dc = 6,7 I 0,8

9
Chapitre II La protection contre la foudre

On constate que la zone de capture est d’autant plus grande que la foudre est intense. Par
contre, si la foudre est faible la protection est moins sure.

Il est donc clair que pour des courants de foudre :


- élevés et moyens, la protection est très bonne ;
- faibles, la protection est moins bonne car le dernier trajet du traceur principal est très
court.

I : courant de crête de la foudre


dc : distance critique d’amorçage

Exemple : Si I = 10 kA, dc = 42 m ; I = 100 kA, dc = 270 m

Traceur

Saut final

Paratonnerre
Zone de
protection

Figure II-6

5- Le rayon de protection (par la norme NF C 17-102) :

Le rayon de protection Rp est directement issu de la norme NF C 17-102 de juillet 1995. Il


dépend de l’avance à l’amorçage ∆T, des niveaux de protection I, II, III calculés selon le
guide d’évaluation du risque de foudroiement et de la hauteur h du paratonnerre au-dessus de
la surface à protéger (hauteur minimum = 2m).

10
Chapitre II La protection contre la foudre

Figure II-7

Rp : rayon de protection dans un plan horizontal situé à une distance verticale h.

h : hauteur de la pointe au-dessus de(s) surface(s) à protéger.

D : distance d’amorçage normalisée.

∆L=106 .∆T (avance à l’amorçage).

Rp =√ h(2 D−h)+ ∆ L( 2 D+ ∆ L) (pour h ≥ 5m)

Pour h < 5 m, voir le tableau des rayons de protection ci-contre.

∆T = avance à l’amorçage mesurée lors des tests d’efficacité.

Rayons de protection

Niveau de protection I (D = 20 m) II (D = 45 m) III (D = 60 m)


h(m) Rayons de protection RP (m)
2 19 25 32 25 32 40 28 36 44
3 28 38 48 38 48 59 42 57 65
4 38 51 64 50 65 78 57 72 87
5 48 63 79 63 81 97 71 89 107
6 48 63 79 64 81 97 72 90 107
8 49 64 79 65 82 98 73 91 108
10 49 64 79 66 83 99 75 92 109
15 50 65 80 69 85 101 78 95 111
20 50 65 80 71 86 102 81 97 113
45 50 65 80 75 90 105 98 104 119
60 50 65 80 75 90 105 90 105 120

6-Avantages et inconvenants du (PDA) :


a-Paratonnerres radioactifs :

Le paratonnerre radioactif est interdit à la vente, peu importe ses avantages car l’inconvénient
majeur est qu'il contient un radioélément.

b-Paratonnerres à déclanchements électronique :

Les paratonnerres à déclenchement électronique ont l'avantage de pouvoir être testés par un
dispositif extérieur lorsque cela est prévu lors de la conception. Cependant, plus un
équipement électronique n’est sophistiquée, plus sa disponibilité et sa fiabilité sont difficiles à
garantir.
En particulier, les PDA qui disposent de capteurs solaires et d'une batterie nécessitent une
conception et une sélection des composants très rigoureuse.
Il est probable que le réglage de l'instant de déclenchement du traceur ascendant a une grande
importance sur les chances de succès lors de la compétition des traceurs ascendants.
L'instant optimal n'ayant pas été démontré, l'avance à l'amorçage qui paraît être un avantage
11
Chapitre II La protection contre la foudre

doit être un inconvénient lorsque l'énergie minimale nécessaire à la propagation n'est pas
encore atteinte.
c-Paratonnerres piézo-électrique :

Le système piézo-électrique génère des ions lorsque le vent fait osciller le PDA. Par principe,
l'efficacité de ce PDA ne peut pas être mise en évidence. Le dispositif parait mécaniquement
complexe, la fiabilité de l'effet de l'avance à l'amorçage dans des conditions réelles
d'utilisation n'a jamais été démontrée. Ce type de PDA est très répandu et le nombre de PDA
désignés défectueux est très faible.
Il est impossible de dire si c'est la forme du PDA qui apporte une efficacité ou si l'efficacité
de ce type de PDA est proche de celle d'une tige simple.

d-Paratonnerres à profil spécial :

Les paratonnerres à profil spécial ne contiennent pas d'éléments actifs. Il est surprenant que la
forme du PDA puisse avoir une telle influence, cependant, les résultats d'essais selon la norme
NF C 17-102 indiquent une avance à l'amorçage très importante (∆t > 120 µs). Ce type de
paratonnerre a l'avantage, lorsqu'il est conçu avec les matériaux appropriés, d'offrir une aussi
bonne fiabilité qu'un PTS.

7- Câbles de garde :

Le câble de garde protège contre la foudre car il est placé juste au-dessus des conducteurs, en
cas de coup de foudre c’est lui qui est touché en premier. Après l’impact de la foudre il
transfère le courant vers la terre à travers le pylône. La présence des câbles de garde
n’empêche pas à coup sûr d’éviter les coups de foudre, ils sont néanmoins utiles dans la
mesure où leur présence fait diminuer leur probabilité dans un rapport de 1,5 à 5 environ,
selon l’activité orageuse de la région.

Foudre

Câble de
garde

Isolateur
Conducteur
de phase

Pylône

12
Chapitre II La protection contre la foudre

5-Conclusion :

Un paratonnerre n'empêche pas du tout la foudre de tomber mais a pour but d'éviter des
incendies et des dégradations de la structure des bâtiments. 

Il ne faut pas confondre les paratonnerres, qui visent à protéger la structure d'un bâtiment,
avec les parafoudres, qui protègent les appareils électriques ou électroniques. 
Les parafoudres sont des protections à poser sur le circuit électrique pour protéger les
appareils électriques des surtensions générées par la foudre. 

13