Vous êtes sur la page 1sur 33

TP

BIOCHUMIE STRUCTURALE
BC 2203
Séance de rattrapage
I- Tests d’identification des glucides

• Utiliser des tests qualitatifs pour:

- identifier la présence de glucides dans une solution

- déterminer la natures des glucides: cétoses, sucres réducteurs…

- mettre en évidence de l’hydrolyse d’un sucre complexe.


Sucre
inconnu
Test de Molish
+ -
+ : test positif
- : test négatif
Sucre Non sucre
Test à l’iode
++ - -
Test de Fehling
Amidon Sucre réducteur + - Sucre non réducteur

Sélivanoff
+ -
Cétose Aldose
Test de Bial
+ - + -
Cétopentose Cétohexose Aldopentose Aldohexose
I- Tests d’identification des glucides
I.1- Test de Molish
• But: identifier la présence d’un sucre (monosaccharide ou disaccharide) dans une solution. Test général.

• Principe: les acides forts transforment les glucides en furfural (ou dérivé) qui réagissent avec les naphtols
pour donner un composé violet.

• Réaction:
Glucide + acide à Hydroxy-méthyl-furfural + 𝛼-naphtol è complexe violet
I- Tests d’identification des glucides
I.1- Test de Molish
• Test
2 mL glucose 2% 2 mL glycine 2%
5 gouttes 𝛼-naphtol 5 gouttes 𝛼-naphtol
H2SO4 H2SO4

Test positif Test négatif


Apparition d’un anneau violet à l’interface

Présence de sucre Pas de sucre dans


dans la solution la solution
Test de Molish est un test général qui permet de mettre en évidence
la présence d’un glucide (ex. glucose) dans une solution
I- Tests d’identification des glucides
I.2- Test de Sélivanoff
• But: Test spécifique qui permet d’identifier un cétose (en particulier un cétohexose) dans une solution.

• Principe: les acides forts transforment les glucides en furfural (ou dérivé) qui réagissent avec les résorcinol
pour donner un composé de couleur rouge.

• Réaction:
Glucide + acide à Hydroxy-méthyl-furfural + résorcinol è complexe rouge
I- Tests d’identification des glucides
I.2- Test de Sélivanoff
• Test
2 mL fructose 2% 2 mL glucose 2%
Pincée de résorcine Pincée de résorcine
HCl HCl
Bain-marie 100°C Bain-marie 100°C

Test positif Test négatif


Apparition d’une coloration rouge

Le sucre utilisé Le sucre utilisé


est un cétose est un aldose
Test de Sélivanoff est un test spécifique des cétoses (ex. fructose) et
non pas des aldoses (ex. glucose)
I- Tests d’identification des glucides
I.3- Test de Bial
• But: Test spécifique qui permet d’identifier un pentose dans une solution.

• Principe: les acides forts transforment les glucides en furfural (ou dérivé) qui réagissent avec l’orcinol pour
donner un composé de couleur verte.

• Réaction:
Glucide + acide à Hydroxy-méthyl-furfural + orcinol è complexe vert
I- Tests d’identification des glucides
I.3- Test de Bial
• Test
1 mL arabinose 2% 1 mL glucose 2%
1 mL réactif de Bial 1 mL réactif de Bial
Bain-marie 100°C Bain-marie 100°C

Test positif Test négatif


Apparition d’une coloration rouge

Le sucre utilisé Le sucre utilisé n’est


est un pentose pas un aldose
L’arabinose est un pentose et le glucose ne l’est pas (le glucose est
un hexose.
I- Tests d’identification des glucides
I.4- Test de Fehling
• But: Test spécifique qui permet d’identifier un sucre réducteur dans une solution.
Les sucres réducteurs sont des sucres qui présentent une fonction aldéhydique ou cétonique qui sont des
fonctions réductrices libres.

• Principe: la propriété réductrice se manifeste en présence d’un agent oxydant comme les cations
métalliques (Cu2+, Ag+). La tartrate double de sodium et de potassium présente dans le réactif de Fehling
empêche la complexation Cu(OH)2 et la dissocie en un précipité rouge brique.

• Réaction:
2 Cu+ + 2 OH- à 2 CuOH à H20 + Cu2O
I- Tests d’identification des glucides
I.4- Test de Fehling
• Test 1 mL Fehling A + Fehling B
Chauffer à 100°C
Ajouter 2 mL glucose 2%

Test positif
Apparition d’une coloration rouge brique

Le sucre utilisé est


un sucre réducteur

Le glucose est un sucre réducteur mis en évidence par le test de Fehlingn


I- Tests d’identification des glucides
I.4- Test de réduction par Ag+
• But: Test spécifique qui permet d’identifier un sucre réducteur dans une solution.
Les sucres réducteurs sont des sucres qui présentent une fonction aldéhydique qui est une fonction réductrice
libres.

• Principe: la propriété réductrice se manifeste en présence d’un agent oxydant comme les cations
métalliques (Cu2+, Ag+). L'ion argent I (Ag+) oxyde l'aldéhyde pour donner un ion carboxylate et un dépôt
d’argent se forme alors sur les parois évoquant un miroir.

• Réaction:
R-CHO + 2 Ag+(aq) + 3 HO− → RCOO− + 2 Ag(s) + 2 H2O
I- Tests d’identification des glucides
I.4- Test de réduction par Ag+
• Test 0,5 mL AgNO3
0,25 mL NH4 OH
Ajouter 2 mL glucose 2%
Chauffer à 100°C

Test positif
Apparition d’un miroir d’argent sur la paroi
du tube

Le sucre utilisé est un sucre réducteur avec une fonction aldéhyde


I- Tests d’identification des glucides
I.5- Hydrolyse du saccharose
• But: hydrolyse du saccharose et mise en évidence des produits de cette réaction (glucose et fructose).

• Principe: Le saccharose n’est pas un sucre réducteur en tant que tel, son hydrolyse en glucose et fructose
(sucre réducteur) est révélée par le test de Fehling.

• Réaction:
Saccharose + acide à glucose + fructose
I- Tests d’identification des glucides
I.5- Hydrolyse du saccharose
• Test
2 mL saccharose 2 mL saccharose
2 mL Fehling A et B 5 mL HCl
Bain-marie 100°C Bain-marie 100°C puis refroidir
Neutraliser avec NaOH

Fehling sur l’hydrolysat

Test positif
Test négatif
Apparition d’une coloration rouge brique

Le sucre utilisé n’est pas L’hydrolysat contient


un sucre réducteur un sucre réducteur
Le saccharose est hydrolysé en glucose et fructose qui sont des sucres
réducteurs, leur présence est mise en évidence par le test de Fehling
I- Tests d’identification des glucides
I.6- Etude d’un polysaccharide (l’amidon)
• But: hydrolyse de l’amidon et mise en évidence des produits de cette réaction.

• Principe: L’amidon est un mélange d’amylase et d’amylopectine. L’hydrolyse acide de l’amidon conduit à de
petites molécules qui sont dextrines, glucose, maltose. Avec l’iodine, l’amidon et la dextrine (masse molaire
élevée) è couleur bleue; les intermédiaires et petits dextrines è couleur brune, maltose et glucose è pas
de coloration.
• Réaction:
Amidon + acide à amylase + amylopectine è dextrine + glucose + maltose
I- Tests d’identification des glucides
I.5- Hydrolyse du saccharose
P1
• Test Couleur bleue foncée: l’amidon n’est pas encore hydrolysé

5 g amidon P2
25 mL eau distillée
10 mL HCl Couleur brune: étape intermédiaire de l’hydrolyse, présence
Eau iodée (lugol)
Bain-marie 100°C de dextrine.

P3

Disparition de la coloration: l’amidon est totalement


hydrolysé en glucose, maltose

Quel test vous appliquez maintenant ?


II- Tests d’identification des lipides

• Utiliser des tests qualitatifs pour:

- identifier la présence de lipides par la réaction de saponification

- déterminer si l’acide gras est saturé ou non

- mettre en évidence de l’hydrolyse du cholesterol.


II- Tests d’identification des lipides
II.1- Test général
• But: identifier la présence d’un lipide dans une solution. Test général.

• Principe: le traitement d’huiles par des bases fortes (NaOH) permet leur hydrolyse en glycerol et la
formation d’un sel d’acide gras (savon). Cette réaction s’appelle la saponification.

• Réaction:
Huile d’olive + NaOH à glycerol + savon
II- Tests d’identification des lipides
II.1- Test général
• Test
1 mL glucose
1 mL huile d’olive Pastille de NaOH
Pastille de NaOH 2 mL ethanol
2 mL ethanol Chauffer à 100°C
Chauffer à 100°C

+ eau distillée

Test positif Test négatif


Apparition d’un précipité : le savon Mélange homogène

Réaction de saponification + pour les huiles


II- Tests d’identification des lipides
II.2- Test de mise en évidence des acides gras insaturés par fixation de l’iodine

• But: identifier la présence d’un a.g. insaturé dans une solution.

• Principe: un a.g. insaturé renferme un double liaison qui peut fixer 2 atomes iodes

• Réaction:
-CH=CH- + I2 à -CHI-CHI
II- Tests d’identification des lipides
II.2- Test de mise en évidence des acides gras insaturés par fixation de l’iodine
• Test
3 mL huile d’olive
10 gouttes de lugol

Chauffer à 100°C

+ amidon

Couleur rouge au départ: iode libre en solution


Couleur vire au jaune: iode commence à se fixer sur les doubles liaisons, peu d’iode libre dans la solution
Couleur bleue foncée: iode restant se fixe sur l’amidon ajouté
II- Tests d’identification des lipides
II.3- Test de mise en évidence du cholestérol
• But: identifier la présence du cholestérol dans une solution.

• Principe: l’acide sulfurique arrache 2 molécules d’eau au cholestérol et il y a formation du bi-cholestadien


qui lui-même sera sulfoné en acide bi-sulfonique de bi-cholestadien de couleur rouge.

• Réaction:
Cholestérol + H2SO4 à bi-cholestadien + CCl4è acide bi-sulfonique de bi-cholestadien
II- Tests d’identification des lipides
II.3- Test de mise en évidence du cholestérol
• Test
2 mL cholestérol + CCl4
Acide sulfurique

Apparition de 2 phases: supérieure rouge et inférieure incolore


III- Tests d’identification des protides

• Utiliser des tests qualitatifs pour:

- identifier la présence d’acides aminés dans une solution (test général)

- identifier la nature de l’acide aminé : aromatique ou soufré

- mettre en évidence les liaisons peptidiques dans un polypeptide.


III- Tests d’identification des protides
II.1- Test général
• But: identifier la présence de protide dans une solution. Test général.

• Principe: Ninhydrine réagit avec a.a. et produit l’amminium, dioxyde de carbon, un aldéhyde et la
hydrindantine. L’amminium réagit avec hydrindantine et produit un complexe bleu violacé.
III- Tests d’identification des protides
II.1- Test général
• Test
0,5 mL Albumine 0,5 mL Saccharose
0,2 mL ninhydrine 0,2 mL ninhydrine
Bain-marie 100°C Bain-marie 100°C

Test positif Test négatif


Apparition d’une couleur bleue-violacée
III- Tests d’identification des protides
II.2- Réaction xantoprotéique ou réaction de nitration
• But: identifier la présence d’un a.a. aromatique dans une solution. Ex. tyrosine, tryptophane,
phenylalalnine.

• Principe: la nitration d’un a.a. par l’acide nitrique donne un dérivé aromatique de couleur jaune. La
neutralisation de l’excès d’acide par la soude permet de révélée une couleur orange.
III- Tests d’identification des protides
II.2- Réaction xantoprotéique ou réaction de nitration
• Test
3 mL albumine
3 mL Trp 1 mL HNO3
1 mL HNO3

NaOH

Test négatif
Test positif
Apparition d’une couleur bleue-violacée

è a.a. aromatique
III- Tests d’identification des protides
II.3- Réaction du soufre
• But: identifier la présence d’un a.a. soufré dans une solution. Ex. cystéine, cystine, méthionine.

• Principe: cette réaction est caractéristique des fonction thiol (S-H) ou disulfure (S-S). Le soufre est
facilement arraché de ces fonctions qui a une couleur noire.

• Réaction:
a.a. + NaOH à Na2S + (CH3COO-) è PbS
III- Tests d’identification des protides
II.3- Réaction du soufre
• Test
3 mL albumine
3 mL cystéine 2 mL NaOH
2 mL NaOH + acétate de pb
+ acétate de plombe

Test négatif
Test positif
Apparition d’un précipité noir

è a.a. soufré
III- Tests d’identification des protides
II.4- Test de Biuret
• But: identifier la présence d’une liaison peptidique entre des a.a. dans un polypeptide.

• Principe: en milieu basique, les liaisons peptidiques sont marquées par les ions de cuivre (CuSO4) et elles
sont révélées par un précipité violet.
III- Tests d’identification des protides
II.4- Test de Biuret
• Test
3 mL glycine
3 mL albumine 1 mL NaOH
1 mL NaOH + CuSO4
+ CuSO4

Test négatif
Test positif
Apparition d’une coloration violette

è Précense de liaisons polypeptidiques