Vous êtes sur la page 1sur 37

Chapitre I : Approche Théorique

I-Introduction :
Le secteur du bâtiment consomme de nombreuses ressources : sol, matériaux de construction, énergie pour
les travaux, l’utilisation et le recyclage des édifices.ces ressources sont limitées, mais il est possible de
construire et de rénover de façon plus responsable : prendre en compte les enjeux économiques et sociaux,
utiliser des matériaux écologiques et renouvelables, se passer de chauffage grâce à l’efficacité énergétique ou
utiliser des énergies renouvelables. Nous nous citons ces différents matériaux dans ce chapitre

Figure 1 Source : livre :construction et énergie de MANFRED HEGGER & all p :147

4
Chapitre I : Approche Théorique

II- Les Concepts

II-1--Concept 01 : Les Matériaux Locaux

Introduction :

Les Matériaux locaux ont polarisé ces derniers années les recherches aussi bien dans le bâtiment que dans la
géotechnique

Définition : « Les Matériaux Appropriés » ou matériaux locaux:

Sont Les matériaux De construction qui par leurs caractéristiques s’integrent de manière favorable dans un
cadre donnée et une perspective de développement durable

5
Chapitre I : Approche Théorique

II-1-1-Le Bois
1-Définition :

Le bois est une matière ligneuse élaborée par un organisme vivant au milieu d'un écosystème.
L'ensoleillement, la nature du terrain, l'altitude, la température ambiante, la pollution
atmosphérique... interviennent directement sur la croissance des arbres
L'origine végétale du bois explique ses particularités, mais aussi sa richesse et sa variété, en tant que
support de finition. Matériau aux caractéristiques variables, présentant des singularités plus ou
moins marquées, il se distingue sur ce plan des autres matériaux utilisés dans la construction :
brique, ardoise, béton, acier, PVC…1

2-Origine Et Composition Du Bois :


Le bois a pour origine l'arbre et le matériau qui nous intéresse le
plus particulièrement est celui tiré du tronc.
Pris dans son ensemble, le tronc comprend:
1. le rhytidome est la partie externe de l’écorce. Il protège l’arbre
contre les attaques biologiques (insectes), contre les gelures,
contre le dessèchement (coup de soleil) et contre les blessures
(chutes de pierres). Figure 2 :Composition Du Bois

2. Le liber est la partie interne de l’écorce. C’est l’appareil conducteur de la sève élaborée (descendante)
formée de glucose transformé en amidon. C’est pourquoi une blessure du liber (par ex. gravure au couteau de
poche) peut freiner ou stopper la croissance de toute une partie de l’arbre.

3. le cambium est le tissu de croissance de l’arbre. Les cellules vivantes du cambium se multiplient par
division, croissent jusqu’à leur taille définitive, se rigidifient (croissance des parois cellulaires) et meurent.
Ces vaisseaux cessent peu à peu d'alimenter l'arbre après quelques années. Ils se bouchent et s'imprègnent de
différentes substances : tanins, résines, etc.
La croissance se développe principalement dans trois directions: longitudinale (croissance en hauteur),
radiale vers l’intérieur (xylème, formation du bois) et radiale vers l’extérieur (phloème,formation du liber).

4. l’aubier représente le système conducteur de la nourriture de l’arbre, des racines à la couronne.

1
(Mémoire « SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION » UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID)

6
Chapitre I : Approche Théorique

Il transporte la sève brute (montante),un mélange de sels nutritifs dissous dans l’eau que les racines prélèvent
du sol. L’aubier reprend aussi l’effort principal des charges mécaniques (en traction et en compression)

dusaux vents, à la neige et au poids propre de la couronne.

5. le bois de cœur (ou le bois parfait ou duramen) est l’élément de soutien central de l’arbre. En revanche, il
ne remplit plus de fonction conductrice des substances nutritives. Le centre du tronc, la moelle, peut, à partir
d’un certain âge, être creuse.2

3-Le bois : son rôle dans la lutte contre l’accroissement de l’effet de serre :

a-L’effet de serre : 1 : les rayons solaires sont absorbés par l’atmosphère et la terre
2 : la terre et l’atmosphère renvoient une partie de l’énergie solaire vers l’espace
3 : une couche de gaz et de vapeur d’eau empêche une partie de la chaleur de retourner
dans l’espace

Figure 3: L’effet de serre Livre : (Connaissance Du Bois RICHARD STAHLI,1994)

2
Livre : (Connaissance Du Bois RICHARD STAHLI,1994)

7
Chapitre I : Approche Théorique

Figure 4:Construction Bois

b- Bilan CO2 :

Matériau 1 m3 Effet CO2

Fer 7000 kg + 5000 kg


Béton 2300 kg + 375 kg
Ciment 1600 kg + 2500 kg

Feuillus 700 kg - 1000 kg


Tableau 1: Construction Bois et Développement Durable

Produire 1m3 de bois Absorber = 1 tonne de CO2 3

3
(Construction Bois et Développement Durable Intervention DREAL – Le Grand Quevilly 25 novembre 2010
Olivier BOULAY)

8
Chapitre I : Approche Théorique

4-Le bois : un matériau renouvelable :

Diagramme 1:: Construction Bois et Développement Durable Intervention DREAL – Le Grand Quevilly

5-Le bois : un matériau à faible coût énergétique :

Diagramme 2: Construction Bois et Développement Durable Intervention DREAL – Le Grand Quevilly

9
Chapitre I : Approche Théorique

6-Conductibilité thermique (λ) :

Materiaux λ(w/m°C)
Aluminium 230
Acier 52
Granit 3.5
Béton 1.75
Plâtre 0.5
Chêne 0.23
Sapin, épicéa 0.12
Liège 0.10
Balsa 0.054
Laine minérale 0.040

Tableau 2:Construction Bois et Développement Durable Intervention DREAL – Le Grand Quevilly

7-Le bois résiste au feu :


Bien que combustible, le bois est un matériau sécuritaire et maîtrisé, puisqu’il présente :
• Une très faible conductivité: il transmet la chaleur 10 fois moins vite que le béton et 250 fois moins vite
que l’acier.
• Une très faible dilatation : par rapport aux autres matériaux de construction, il conserve plus longtemps
ses qualités mécaniques et de portance, assurant une meilleure stabilité de l’ouvrage.
• Une combustion lente, régulière et prévisible : pour l’épicéa par exemple, sa vitesse de combustion est de
0,7 mm par minute et par face, ce qui permet de dimensionner les pièces de bois en conséquence selon la
Figure :04
résistance au feu souhaitée. À noter qu’il est également possible de protéger le bois par des matériaux dits
« écrans » ou par ignifugation.
Le bois n’émet pas de dégagements toxiques en cas d’incendie. Les colles (à base de polyuréthane)
utilisées
dans les bois de construction sont présentes en très faible quantité et garanties sans formaldéhydes.

10
Chapitre I : Approche Théorique

8-Le bois, un bon isolant thermique :


Pourquoi le bois est-il naturellement peu conducteur?
En observant le bois au microscope, on distingue des cavités remplies d’air, lui permettant d’offrir une bonne
résistance au transfert de chaleur.

Les solutions constructives bois optimisent la performance de l’enveloppe. Le bois est le matériau de
structure le moins déperditif car faiblement conducteur.À épaisseur égale en effet, il est :

6 fois plus isolant que la brique,


15 fois plus que le béton,
450 fois plus que l’acier,
1 700 fois plus que l’aluminium. 4

Figure 5:www.catalogue-construction-bois.fr

4
Construire avec le Bois www.atlanbois.com

11
Chapitre I : Approche Théorique

a- Efficience Thermique : Grâce à sa faible conductivité thermique, le bois, associé à


une isolation :
• limite très fortement la création de ponts thermiques (zones de déperdition de
chaleur).
• permet de composer des parois plus performantes et moins épaisses que des
solutions maçonnées.
Ainsi, pour une même emprise au sol, la surface du logement peut être
augmentée.

À épaisseur égale, un mur ossature bois est plus performant


qu’un mur maçonné.

9-L’isolation Phonique :
Le confort acoustique constitue un sujet d’avenir dans le Bâtiment. Alors que les attentes des usagers et
les exigences de la réglementation se font plus fortes en matière d’isolation phonique

Le bois a la capacité d’absorber les sons : c’est la raison pour laquelle il est utilisé dans les salles de concert,
les studios d’enregistrement, les bibliothèques. « Les ondes sonores émises dans la pièce frappent le
mur : elles sont amorties par le bois avant d’être captées par l’oreille ».
D’une pièce à l’autre en revanche, on ne parle pas d’absorption mais d’isolement : « ce sont les notes de
piano que vous entendez lorsque votre voisin joue ». La légèreté du bois rend le matériau sensible aux
bruits extérieurs, en particulier aux basses fréquences (un camion qui passe dans la rue, un bruit d’impact au
plafond…).

12
Chapitre I : Approche Théorique

Figure 6: Details Thermique www.catalogue-construction-bois.fr

10-Le Bois Un Matériau Unique En Son Genre :

a-Résistance :
À poids égal, le bois est 6 fois plus solide que le béton armé. Sa résistance mécanique est liée
à la composition et au positionnement de ses fibres capillaires, parallèles entre elles et
orientées de manière longitudinale. Ainsi, le bois supporte très bien la flexion sur chant, la
compression et la traction,

exercées dans le sens de l’arbre. JEU

Figure 7: Resistance Du bois www.catalogue-construction-bois.fr

13
Chapitre I : Approche Théorique

b-Légèreté :
Le bois présente un ratio résistance mécanique masse volumique très élevé : à résistance
mécanique
égale, il est le matériau de structure le plus léger.
Ainsi, alors qu’une maison maçonnée de 100 m2 pèsera environ 100 tonnes, le poids d’une
maison à
ossature bois ne représentera que 35 tonnes.

Une poutre de 3 mètres de portée,


capable de supporter 20 tonnes, pèse:
60 kg en épicéa,
80 kg en acier,

300 kg en béton armé 5

TRUCTION

11-Des Solutions Constructives Multiples :


Le bois peut être mis en œuvre selon des procédés constructifs divers, dont le choix dépendra de multiples
critères : concept architectural, offre disponible, réglementation, coût, rapidité de chantier…

5
Construire avec le Bois : www.atlanbois.com

14
Chapitre I : Approche Théorique

POTEAUX - POUTRES
Ce système est composé de structures
massives autoportantes reprenant le
principe des maisons à colombages et
permettant des portées libres
importantes. Les poutres verticales et
les poteaux horizontaux forment un
système tridimensionnel qui peut,
pour des raisons esthétiques, être
laissé
apparent. Bois, brique, béton,
chanvre, paille… ce procédé
constructif laisse place à une grande
variété de remplissages.
Figure 8: Compétences Bois Systeme contructifs

BOIS EMPILÉ
Cette technique est un mode de
construction très
répandu et de longue tradition dans
certaines régions
montagneuses de France. Elle
consiste à empiler
d’épaisses pièces de bois plus ou
moins transformées
(du simple tronc d’arbre écorcé au
madrier
contrecollé). Le respect de la
nouvelle réglementation
thermique impose généralement le
Figure 9 : Compétences Bois Système constructifs doublage des
murs par une isolation.

15
Chapitre I : Approche Théorique

BOIS LAMELLÉ-CROISÉ
Ces panneaux structurels épais sont
composés de
plusieurs plis croisés de lames de
bois assemblées
par collage. Préfabriqués en usine,
ils sont utilisables
en mur, plancher et toiture, et
peuvent atteindre
jusqu’à 16,5 mètres de long et 280
mm d’épaisseur.
Ce système constructif est
Figure 8: Compétences Bois Système constructifs généralement combiné à
une isolation et une vêture
extérieure.

12-Le Système constructif Choisi :


Pour Le système constructif choisi j’ai prêt l’ossature en bois car c’est le seul système qui convient a mes
besoins pour avoir un projet écologique et durable

12-1- Ossature Bois :

a-Qu'est ce que l'ossature bois ?

Le système constructif de l'ossature bois consiste à ériger une trame régulière et faiblement
espacée, de pièces verticales en bois de petites sections, les montants, et de pièces
horizontales hautes, basses et médianes, les traverses et entretoises.

Sur cette ossature, supportant planchers et toiture, est fixé un voile travaillant en panneau dérivé
du bois (panneau de particules, de contreplaqué ou d'OSB) qui assure le contreventement.
L'isolant thermique s'insère entre les montants que recouvrent les parements intérieurs et
extérieurs.

16
Chapitre I : Approche Théorique

b- Quel bois utiliser ?


Montants de structure : résineux (épicéa, pin sylvestre,douglas, mélèze).
Contreventements : panneaux de particules, multiplis ou de fibres de bois adaptés à la reprise
d’efforts transversaux, dont les propriétés mécaniques sont suffisantes pour servir de
contreventement.

c-Justification Du choix :

Les murs en ossature bois sont de faibles épaisseurs (20 cm environ). Ils offrent plus de surface
habitable (environ 8% de plus qu'en parpaings) pour un confort thermique optimum, grâce à :

- l'isolation placée dans l'épaisseur des montants

- la lame d'air entre parements et ossature,

- la faible inertie du bois qui permet une chauffe rapide,

- l'absence de ponts thermiques, (30% des pertes de chaleur en construction traditionnelle),

- la nature respirante du matériau qui régule l'hygrométrie ambiante.

d-Légèreté structurelle :

À structures égales, le bois est un matériau jusqu'à 7 fois plus léger que le béton. Il permet de :

- fabriquer des panneaux d'ossature manu-portables,

- transporter l'ossature à moindre coût,

- limiter les fondations de l'ouvrage bois,

- réduire le volume structurel,

- s'ériger sur tous types de terrains (lot enclavé, exigu, non stable, à forte déclivité…).

– les charges admissibles dépendent des sections de bois, mais aussi de l’essence du bois, et
donc de ses performances mécaniques.

- pour les constructions à étages, bien veiller à la résistance en compression des lisses
horizontales (bois plus dense par exemple), afin de limiter les tassements,

17
Chapitre I : Approche Théorique

– possibilité de transformation ultérieure sans


trop de contraintes intérieures ou extérieures, Coupe horizontale à l’angle de 2
– possibilité de recourir uniquement à des murs
sections de bois commerciales courantes, 1. Montant du cadre de la structure
portante
e-L’isolation d’une ossature bois :
2. Isolation de la coulisse technique
par flocage ou par panneaux
3. Isolation de l’ossature par
insufflation
ou par panneaux souples
4. Fermeture extérieure de la
structure
par un panneau isolant pare-pluie
5. Panneau de bois assurant
l’étanchéité
à l’air de la structure
6. Membrane anti-UV et pare-pluie
7. Membrane assurant l’étanchéité
à l’air entre les panneaux OSB

Figure 9: Isolation ossature.www.houtinfobois.be

gestion des ponts thermiques :


L’avantage majeur de l’ossature bois est de pouvoir loger une isolation dans l’épaisseur de la structure, ce
qui offre au minimum une épaisseur de 14 cm d’isolant. Dans le calcul thermique, il est important de ne pas
oublier de prendre en compte la proportion de montants dans les coefficients l’isolation de la paroi. Dans la
plupart des cas, une isolation complémentaire est prévue, laquelle a notamment pour fonction de diminuer les
ponts thermiques au droit des montants. A l’échelle des exigences thermiques actuelles,
il n’est plus permis de considérer que le bois puisse avoir une fonction isolante. C’est pourquoi on s’assurera
de la continuité isolante devant l’ensemble des montants verticaux et lisses horizontales de l’ossature.
L’isolation complémentaire peut se présenter sous plusieurs formes :
– panneau isolant mince (type panneau pare-pluie à base de fibres de bois),
– panneau isolant épais (type panneau de fibres de bois ou synthétique à enduire ou en complément avec la

18
Chapitre I : Approche Théorique

pose du pare-pluie, voire même combiné à ce dernier),


– doublage intérieur de la structure avec un panneau isolant, éventuellement doublé d’une finition,
– doublage intérieur de la structure au moyen d’un contrelattage et d’un complément isolant. Situation la plus
courante qui offre l’avantage de permettre le passage des techniques sans risque de percer le pare-vapeur
placé dans ce cas entre les 2 couches isolantes,
– disposition mixte de complément isolant par l’intérieur et l’extérieur.
Cette polyvalence de la pose de l’isolation fait de la structure à ossature bois un choix privilégié pour des
maisons au label passif ou très basse énergie.

f-Les Fondation Pour une Ossature en bois :

On dit souvent que la maison en ossature à bois s’adapte à tous types de fondations. Cependant,
comme il a été indiqué auparavant, on ne doit pas prendre une décision à la légère. Ainsi,
pour bien choisir la fondation pour une maison à ossature en bois, on doit commencer par
effectuer une étude du sol. Le but est de trouver la technique idéale en fonction des
caractéristiques du terrain de construction et de la dimension de l’édifice à bâtir.

 Les Différents Types De Fondation :

La profondeur de la fondation d’une maison à ossature en bois varie en fonction du bilan établi
par le technicien après l’analyse du sol, et selon la région où se trouve le terrain de
construction. Il faut seulement qu’elle soit hors gel. la profondeur moyenne est de 60 à 90
cm. C’est possible quand on a du bon sol. On parle alors de fondations superficielles.

 Les Techniques De Fondations Pour Maison En Ossature À Bois :

Le choix est large en ce qui concerne les techniques à adopter lors de la pose de la fondation
pour une maison à ossature en bois. Bien entendu, la solution est à choisir selon le bilan
établi par le géotechnicien. Quoi qu’il en soit, deux techniques conviennent bien à ce genre
d’habitat :

 Fondation en béton :
La maison en ossature à bois peut avoir la même fondation d’un
édifice traditionnel. Cependant, en privilégiant cette solution, on
doit penser à engager un vrai spécialiste en maçonnerie. Ce dernier
va prendre en charge la pose de la dalle en béton et des travaux
préparatoires comme le terrassement. La largeur de la semelle Figure 10: Fondation pour ossature en bois(Béton)
dépend

19
Chapitre I : Approche Théorique

de la qualité de portance du terrain car le but est d’encastrer la maison dans le bon sol. Mais en général, une
profondeur de 50 cm est suffisante pour une maison de deux
étages.

 Les fondations micro pieux

C’est une véritable innovation dans le domaine de construction. Plus Figure 11:Figure 12: Fondation pour ossature
pratique et plus légère que la maçonnerie, le techno pieux est le type en bois(pieux)
de fondation d’une maison à ossature en bois idéal. Il s’agit d’une méthode qui a vu le jour au Canada. Son
concept est vraiment simple. On doit seulement placer des pieux en métal ou en bois dans le sol de
construction.

g-L’étanchéité à l’air d’une ossature bois :


L’étanchéité à l’air du bâtiment assure sa performance thermique et la pérennité de sa
structure. Les raccords entre parois, sols, planchers, ouvertures ou autres pénétrations sont
assurés de manière étanche pour éviter les fuites d’air par les imperfections de l’enveloppe
(vérification par blowerdoor).

Les parois sont également étanches à l’air. Cette étanchéité à l’air permet d’éviter le transport de
la vapeur d’eau au travers de la paroi et de cette façon un risque de condensation interne au
sein du complexe isolant.
Afin d’assurer la continuité parfaite de la membrane étanche, des lés en attente seront posés
sur les éléments de structure qui pourraient constituer un obstacle par la suite : pannes de
toiture, appui périphérique des planchers, ouvertures de baies, etc. Ceux-ci seront collés,
avec recouvrement.

 Le passage des techniques


Le passage au travers du pare-vapeur est à proscrire, ce qui nécessite d’autres dispositions :
– privilégier la pose des appareils (électriques ou
de chauffage) sur les parois intérieures,
– prévoir des coulisses techniques,
éventuellement isolées, pour les passages en
façade et toiture, sur la face intérieure du pare-
vapeur,

20

Figure 12:www.competencesbois.eu
Chapitre I : Approche Théorique

– prévoir les alimentations techniques uniquement au sein d’un même volume chauffé afin
d’éviter les fuites d’air par
les gaines provenant de l’extérieur (problème d’étanchéité à l’air et pertes au niveau des
blochets ou des sorties de radiateurs). Ne pas négliger l’emplacement des percements dans
les montants ou les gîtages, au risque de mettre en péril la stabilité de la structure.
h-Les points forts du système :
– La préfabrication en éléments transportables engendre un gain de temps et une meilleure
qualité du travail.
– Facilité de manutention et souplesse d’adaptation sur chantier.
– Fondations économiques grâce à la légèreté de la construction – envisageable sur tout type
de terrain, limitation de l’influence du tassement sur les bâtiments voisins.
– Faible encombrement du complexe total grâce à l’intégration de la couche isolante dans la
structure, gain de surface au sol.
– Possibilité de paroi perspirante.
– Pose d’un isolant complémentaire sur la face intérieure et/ou extérieure possible.

i-Rigidité d'exécution :

Selon le degré de préfabrication en atelier, les panneaux d'ossature peuvent être livrés
entièrement équipés, fenêtres et parements compris. Un montage d'éléments
préfabriqués engendre des frais réduits de main-d'œuvre, de structure et d'outillage. Il
s'effectue alors :

- en quelques jours grâce à des engins de levage,

- avec peu de découpes,

- sur un chantier propre et aux déchets recyclables,

- grâce à une équipe réduite de 3 ou 4 personnes,

- sans aucun temps de prise ou de séchage.

j-Diversité architecturale :

De l'habitation légère de loisir à la résidence de luxe, l'ossature bois permet de réaliser des
habitations de toutes tailles, dans tous les styles architecturaux et dans un large éventail de
formes, y compris cintrées.

L'ossature bois peut recevoir des parements divers : bardage, briques, pierre, béton, ... et
s'inscrire dans la tradition de paysages, climats et patrimoines régionaux.

21
Chapitre I : Approche Théorique

Les réalisations en ossature bois s'adressent :

- à des volumes compacts de toute nature (maison d'habitation, atelier, locaux agricoles,
commerciaux…)

- dans une grande variété d'essences de bois (feuillus, résineux, exotiques),

- en association avec d'autres matériaux (métal, verre, brique, béton…).

L'ossature bois permet ainsi des réalisations à la fois performantes et esthétiques, selon un
calendrier souple et un programme constructif évolutif. C'est une technique de construction
qui sait s'adapter à votre budget... et à vos envies

13-Conclusion :
Comme une conclusion c’est une comparaison entre les différents types constructifs cités :

Ossature bois Poteaux poutre Bois Empilé


Application courante Habitation individuelle Habitation individuelle Habitation individuelle
petits imeuble indutrielle
Nombre de niveau Max RDC+2+TOITURE RDC+4 RDC+1+TOITURE
Facilité de mise ++ ++ +++
en œuvre
Transport et +++ ++ ++
manutention
Possibilité de +++ ++ +++
préfabrication
Économie du ++ + ++
système structurel
Rapidité de mise ++ + +
en œuvre
Facilité de ++ +++ +
transformation
ultérieure
Potentiel structurel ++ +++ +
(porte-à-faux,
portées…)
Souplesse + +++ +
d’aménagement
intérieur
Stabilité au ++ +++ +
tassement
Potentiel d’isolation +++ ++ +
Inertie thermique ++ + ++
de la construction
Possibilité de bois + ++ +++
apparent intérieur
Modifications +++ +++ +
ultérieures
Facilité + +++ +
d’installation

22
Chapitre I : Approche Théorique

VMC
Tableau 3: www.competencesbois.eu

+ bon ++ très bon +++ excellent

14- Projet En Bois :


Le projet Vigie de Figuerolles

L’architecte Oh!Som Architectes

Le principe La Vigie est conçue comme un module


préalablement monté en atelier afin de minimiser le
temps de chantier sur site. Intégrée au site et au
paysage proche comme lointain, le projet respecte
ainsi l’environnement et offre à ses occupants, un
cadre de travail agréable et fonctionnel.
Les photos

Figure 13: http://www.architecturebois.fr

Figure 14: http://www.architecturebois.fr

23
Chapitre I : Approche Théorique

II-1-2-La Pierre Naturelle


1-Définition De la pierre :
Pierre naturelle est un collectif pour des milliers de types de pierre différents provenant de carrières du
monde entier. L'aspect et les propriétés de la pierre naturelle dépendent de la manière dont la pierre s'est
formée (rivières, volcans, formation de montagnes,...).6

La pierre naturelle, autrefois appelée pierre à bâtir, est un matériau de construction constitué de
la roche d'où elle est extraite. Elle se distingue des produits manufacturés tels les blocs de béton ou
les briques d'argile, qui sont appelés pierre artificielle.7

2-Types De Pierre Naturelle :


La pierre naturelle est divisée en 3 groupes: roches ignées, roches sédimentaires et roches métamorphiques.
a- Les roches ignées : (ex. granit) proviennent de dépôts liquides profondément dans la croûte terrestre
ou de magma liquide refroidi et solidifié à la surface de la terre.
b- Les roches sédimentaires : (ex. grès, pierre de taille bleue, schiste, travertin) sont formées par
dépôt ou sédimentation de matériaux détritiques. Les roches sédimentaires peuvent être subdivisées en:
• grès: roche sédimentaire avec principalement
des grains de sable comme base
• schiste: roche à base d'argile pétrifiée
• pierre calcaire: collection de fossiles ou fragments comme des grains de quartz ou des
boules de calcaire.
c- Les roches métamorphiques : (ex. quartzite et marbre) résultent de la métamorphose d'une roche
ignée ou sédimentaire. La structure est modifiée par la pression, la température ou une combinaison des
deux, ce qui modifie complètement la composition minérale et le motif.

3-Propriétés De La Pierre Naturelle :

a- Unique et durable :Le processus de formation de la pierre naturelle dure des millions
d'années; un sol en pierre naturelle est inusable et survit à de nombreuses générations.
Chaque pierre naturelle est unique car aucun endroit sur la terre ne subit les mêmes
processus géologiques, n'a la même composition de sol. De ce fait, même les dalles en pierre
naturelle d'un même type de pierre peuvent présenter un aspect et des propriétés différents.

6
Article « Pierre naturelle ses atouts »
7
www.Wikipedia.com

24
Chapitre I : Approche Théorique

b- Elégante et esthétique : La riche palette de couleurs et l'aspect vivant confèrent


aussi à un sol en pierre naturelle sa valeur esthétique. Les superbes nuances sont
particulièrement mises en valeur dans le cas de grandes surfaces de sol. Il existe de
nombreuses possibilités pour réaliser un revêtement de sol unique en pierre naturelle une
combinaison de différents tons, des contrastes avec des types foncés et clairs, un
motif périphérique ou central,... ne sont que quelques-unes des innombrables options. La
pierre naturelle s'harmonise aussi parfaitement avec d'autres matériaux.

c- La finition de surface : est notamment déterminante pour l'aspect, l'ambiance et


l'application. La plupart des pierres naturelles peuvent être dotées d'une surface lisse comme
rugueuse. La surface présente alors une structure, un dessin et un ton différents et, d'un point
de vue général, un tout autre cachet. Parmi les finitions lisses, on note le polissage,
l'adoucissage et la finition grésée. Finitions rugueuses: sablé, flammé, ciselé ou heppelé,
givré ou martelé.

PROPRIETES DE LA PIERRE NATURELLE

TYPE DE GROUPE MASSE POROSIT RESISTANCE DURETE APPLICATIO


PIERRE SCIENTIFIQ VOLUMIQ E EN % A SELON NS
NATURELLE UE UE EN DU COMPRESSI TABLEA POSSIBLES
kg/m³ (1 VOLUME ON U DE
EN N/mm² (2) MOHS
(3)
PIERRE Roche 1.500 - Très 2à240 3 Revêtement de
CALCAIRE sédimentaire, 2.800 variable sol dans des
TENDR sédimentaire selon le pièces peu
type (5 à fréquentées,
50% cheminées,
colonnes
PIERRE DE Roche 2.687 Très peu 157.9 3 Revêtement de
TAILLE sédimentaire, poreux sol, sols
BLEUE pierre calcaire (0,20%) intérieurs et
extérieurs,
revê-
tement de
façade, seuils
BASALTE Roche 3.000 Très peu 300 4à5 Revêtement de
volcanique, poreux sol et de mur,
roche ignée à l'intérieur et
à
l'extérieur
MARBRE Roche 2.600 - Peu 40à230 3 Revêtement de
métamorphiqu 2.800 poreux sol, revêtement
e (0,2 à 5 de mur,
escaliers,

25
Chapitre I : Approche Théorique

cheminées
PROCHES DU Roche Très Très Très variable 3 Revêtement de
MARBRE sédimentaire, variable variable selon sol,
(JURA, pierre calcaire selon selon le type escaliers,
TRAVERTIN,. le type le type (0 cheminées
..) à 5%
GRANIT Roche ignée 2.500 - Très peu 80à400 6à7 Usage intensif,
et roche 3.000 poreux (0 sols intérieurs
métamorphiqu à 2%) et extérieurs,
plans de
travail,
revêtement de
mur, tables
SCHISTE Roche 2.650 - Peu 40à260 3à5 Revêtement de
sédimentaire 3.000 poreux sol et de
(<3%) mur,
revêtement de
toit
Tableau 4:ATOUTS DE LA PIERRE

PROPRIETES DE LA PIERRE NATURELLE

COULEUR & PROPRIETES FINITION DE ILLUSTRATION


ASPECT SURFACE
POSSIBLE
Clair, beige, sable, Tendre et facile à Adoucissage
tons doux chauds travailler
Foncé, bleu gris avec Utilisable partout, Polissage, adoucissage,
fossiles enfermés, durable et faible porosité flammage,
caractère intemporel martelage
Noir, gris foncé, foncé, Très dur, résistant à Polissage, adoucissage,
gris bleu l’humidité, couleur flammage,
sobre, style minimaliste martelage
Structure cristalline, Homogène et compact, Polissage et adoucissage.
large gamme de facile à travailler, géné- En cas de finition
couleurs (blanc, rose, ralement non-résistant brute, le marbre perd
rouge, noir,…) au gel son caractère vivant
Fossiles souvent Pierre calcaire Principalement polissage
présents, grande compacte, porosité et adoucissage
variété de couleurs limitée, parfois
(vert, rouge, beige) résistant à l’humidité
Palette de couleurs Dur, peu poreux, Polissage, adoucissage,
très riche, moiré, résistant à l’eau, flammage et
flammé résistant au gel, martelage
résistant à
Aspect robuste, Fortement feuilleté, Généralement brute,
multicolore ou tons gris surface parfois certains types peuvent
écailleuse, parfois être polis
résistant au gel
Tableau 5:ATOUTS DE LA PIERRE

26
Chapitre I : Approche Théorique

4- Un matériau naturel prouver sa valeur écologique :


La pierre doit apporter la preuve scientifique de ses qualités écologiques et pouvoir être objectivement
comparée aux autres matériaux. Elle doit être capable de mettre à disposition des prescripteurs des données
précises d’évaluation environnementale de ses produits, leur permettant de comparer objectivement la valeur
environnementale de chaque produit et de les guider vers la conception d’ouvrages respectueux de
’environnement [AFNOR (2004)] 8

Figure 15: HAL archives-ouvertes.fr La pierre de construction, matériau du développement

5-La Pierre de taille :

a- Définition : La pierre de taille est un matériau qui est utilisé pour les grands ouvrages,
c’est une pierre naturelle dont toutes les faces ont été taillées et dont la face visible est
parfaitement rectiligne.

b- Caractéristiques : Souvent d’origine calcaire, la pierre de taille n’est pas beaucoup


poreuse (grès, granit). Elle peut être intégrée à la paroi ou apparente, les joints sont alors très
fins et réguliers pour un résultat 100% garanti naturel et véridique.
La pierre de taille peut être définie de deux façons, à savoir elle doit être résiliente, c’est-à-
dire pouvoir résister aux intempéries sur toutes ses faces et arêtes, résister aux chocs et elle
doit être non gélive (c’est-à-dire non poreuse et non micro-fissurée).

8
AFNOR (2004) – NF – Qualité environnementale des produits de construction, Paris.
27
Chapitre I : Approche Théorique

On retrouve les pierres de taille dans des carrières spécifiques pour une utilisation
domestique pour des murs porteurs, murs de soubassement, encadrements des ouvertures,
construction de piliers ou encore comme mur de clôture.

6-La Conductivité Thermique Du Pierre :

Matériau λUi λUe Masse volumique


W/(m.K) W/(m.K ρ (kg.m³)

Pierres lourdes (granit, 3.50 3.50 2 700 ≤ ρ ≤ 3 000


gneiss, basalte,
porphyre)
"Petit granit" (pierre 2.91 3.50 2700
bleue), pierre calcaire

Marbres 2.91 3.50 2800


Pierres dures 2.91 2.68 2550

Pierres fermes 1.74 2.09 2350

Pierres demi-fermes (o.a. 1.40 1.69 2200


moellon)

Tableau 6: conductivité thermique de pierre .Qualité environnementale des produits de construction, Paris

28
Chapitre I : Approche Théorique

7- Projet en Pierre :
Le projet Maison en pierre

Figure 16: Maison en pierre www.archionline.com

L’architecte Tom Kundig


Le principe Cree une maison en pierre dans un terrain rocheux et
en gardent les roches du site et les utilusé dans la
conception
Les photos

Figure 17:www.archionline.com

Figure 18:www.archionline.com
Tableau 7: Exemple projet en Pierre

29
Chapitre I : Approche Théorique

II-1-3-Le Verre

1- Définition et composition :
Le verre que nous utilisons aujourd’hui comme matériau de construction est appelé verre sodocalcique en
raison de sa composition. Lors de la fabrication, les matières premières sont chauffées. Au cours du
processus de refroidissement qui suit, les ions et molécules n’ont pas la possibilité de s’ordonner. Le silicium
et l’oxygène ne peuvent pas cristalliser. L’état désordonné de la molécule est ainsi « gelé ». Le verre est
donc composé d’un réseau d’ions silicium (Si) et oxygène (O) enchaînés irrégulièrement dans l’espace. Les
vides sont occupés par des cations. Lorsque le verre est chauffé à 800-1000° C et que cette température
est maintenue pendant un certain temps, un phénomène appelé dévitrification se produit. Des cristaux de
silicium se détachent alors de la masse de verre. Cela donne du verre opaque laiteux.9

2- Composition du verre sodocalcique :


Matière première Formule chimique Teneur

Dioxyde de silicium (SiO2) 69% à 74%

Oxyde de soude (Na2O/soude) 12% à 16%

Oxyde de calcium (CaO) 5% à 12%

Oxyde de magnésium (MgO) 0% à 6%

Oxyde d’aluminium (Al2O3) 0% à 6%

Tableau 8: Le verre, matériau de construction .www.glastroesch.ch

3-Propriétés Mécaniques :
a-Résistance à la traction et résistance à la compression :

Le verre tire sa dureté et sa résistance de sa base de silicate, mais également sa fragilité connue
et indésirable. C’est une propriété à laquelle il faut dédier toute l’attention qui lui est due,
quel que soit le type d’application. Contrairement aux métaux, le verre n’a pas de plage

9
https://www.glastroesch.ch/fileadmin/content/.../glas-und-praxis_fr_kapitel-03.pdf

30
Chapitre I : Approche Théorique

plastique : il est élastique jusqu’à sa limite de rupture. La rupture est soudaine, sans signe
préalable visible.

La résistance à la compression du verre est très élevée et dépasse de loin celle des autres
matériaux de construction. C’est pourquoi les problèmes sont rares lors du montage de
vitrages sur un bâtiment. La résistance à la traction est un facteur déterminant, en particulier
la résistance à la flexion.

Il est connu que les fibres de verre présentent une très bonne résistance à la traction. Mais il
existe une très grande différence entre la résistance à la traction d’une fibre de verre et celle
d’une plaque de verre.

La résistance à la traction de la plaque de verre ne dépend pratiquement plus de la cohérence de


la structure chimique, mais d’autres facteurs. En réalité, le verre n’est pas un corps compact
plein, mais présente de nombreuses discontinuités, comme des imperfections de surface sous
la forme de microrayures et d’entailles. Ce sont elles qui au final déterminent la résistance du
verre dans la pratique. Il est également important de noter que la résistance diminue en
fonction de la durée d’application de la charge. C’est pourquoi, dans la pratique, différentes
tensions admissibles sont prises en compte, en fonction de la durée d’application de la
charge. Un exemple type de charge de courte durée est la charge due au vent, alors que les
charges dues à la neige peuvent s’exercer pendant une plus longue période.

b-Masse volumique apparente :

Materiaux Densité
Verre sodocalcique 2,5 g/cm3

Verre de protection contre les radiations RD 50 5 g/cm3


Aluminium 2,6 g/cm3
Acier 7,9 g/cm3
Béton 2 g/cm3
Plomb 11,3 g/cm3

Tableau 9:Le verre, matériau de construction .www.glastroesch.ch

31
Chapitre I : Approche Théorique

4- Propriétés Thermiques :

a- Coefficient de dilatation thermique :


Lorsqu’on le compare à d’autres matériaux, le verre présente une faible dilatation thermique
qui, de plus, dépend de sa composition. Par exemple, le verre céramique ne présente
pratiquement pas de dilatation thermique. Ainsi, les tensions susceptibles de découler de
zones chauffées à différentes températures n’existent pas. (Voir également « Résistance aux
chocs thermiques »)
Le coefficient de dilatation thermique de 9,0 x 10-6/K signifie qu’une plaque de verre flotté
d’un mètre de long soumise à une augmentation de température de 100° K se dilate de 0,9
mm. Pour l’aluminium, la valeur analogue serait de 2,4 mm.

b-Coefficient de dilatation thermique :

Matériau Dilatation thermique


Verre sodocalcique (verre flotté, verre à vitre, verre 9 x 10-6/K
décoratif)
Verre borosilicate 3 à 4 x 10-6/K

Aluminium 24 x 10-6/K
Acier 12 x 10-6/K
Béton 10 à 12 x 10-6/K
Tableau 10:Le verre, matériau de construction/ coefficient de dilatation/ .www.glastroesch.ch

c- Conductibilité thermique :
Par rapport aux métaux, la capacité du verre à transférer la chaleur est certes faible, mais elle
est élevée par rapport aux matériaux d’isolation courants. Elle joue cependant un rôle peu
significatif pour les applications pratiques dans les bâtiments, car l’exceptionnelle isolation
thermique offerte par les verres isolants en particulier s’appuie sur l’effet des traitements
isolants.

32
Chapitre I : Approche Théorique

d- Coefficient de conductibilité thermique :

Matériau Coefficient de conductibilité thermique


Verre sodocalcique (verre flotté, verre à vitre, verre 1,00 W/mK
décoratif)
Aluminium 210,00 W/mK
Acier 75,00 W/mK
Béton 1,00 W/mK
Bois (épicéa) 0,14 W/mK
Liège 0,05 W/mK
Polystyrène 0,04 W/mK
Tableau 11:Le verre, matériau de construction/ coefficient de conductibilité/ .www.glastroesch.ch

c- Résistance aux chocs thermiques :


La résistance aux chocs thermiques correspond à la capacité de résister à un changement de
température abrupt. Elle est exprimée en degré kelvin et représente la vraisemblance d’un
choc thermique, à savoir une rupture suite à une surcharge thermique. Plus la résistance aux
chocs thermiques d’un verre est élevée, plus le risque de choc thermique est faible.

Il n’est cependant pas possible de dériver directement les températures de surface maximales
admissibles sur un vitrage à partir de la résistance aux chocs thermiques, car la répartition de
la température est un facteur particulièrement décisif.

Type de verre Résistance aux chocs thermiques

Verre de sécurité trempé (ESG) 150° K

Verre sodocalcique 260° K

Tableau :11Tableau 12:Le verre, matériau de construction/Resistance aux chocs thermiques / .www.glastroesch.ch

33
Chapitre I : Approche Théorique

5-Données Physiques Du Rayonnement :


Epaisseur nominale Taux de transmission lumineuse Taux de réflexion
lumineuse
3mm 91% 8%
4mm 90% 8%
5mm 90% 8%
6mm 90% 8%
8mm 89% 8%
10mm 89% 8%
12mm 88% 8%
15mm 87% 8%
19mm 86% 8%
Tableau 13:Le verre, matériau de construction/données physiques du rayonnement/ .www.glastroesch.ch

6- Données Physiques Du Rayonnement (Verre Flotté Extra blanc) :


Epaisseur nominale Taux de transmission lumineuse Taux de réflexion
lumineuse
3mm 91% 9%
4mm 91% 9%
5mm 90% 9%
6mm 91% 9%
8mm 91% 9%
10mm 91% 9%
12mm 91% 9%
15mm 91% 9%
19mm 91% 9%
Tableau 14:Le verre, matériau de construction/données physiques du rayonnement/ .www.glastroesch.ch

7- Isolation Acoustique :
En raison de sa densité, le verre est particulièrement bien adapté pour l’isolation acoustique. Cependant, en
règle générale, le verre est installé dans des épaisseurs très réduites par rapport aux autres matériaux de
construction tels que la brique, le béton, le bois, etc. Ce qui relativise la portée de cette affirmation. Pour
obtenir des caractéristiques d’isolation acoustique optimales, il convient d’utiliser des éléments en verre
isolant ou en verre feuilleté de sécurité spécial, dont l’épaisseur reste très réduite par rapport aux autres
matériaux.

34
Chapitre I : Approche Théorique

Caractéristiques d’isolation acoustique des vitrages et d’autres matériaux :

Matériau de construction Epaisseur Indice d’affaiblissement


acoustique pondéré Rw
Verre flotté 12 mm ≈ 34 dB
Construction avec cloison en 80 mm ≈ 35 dB
bois
Mur en briques 200 mm ≈ 50 dB
Tableau 15:Le verre, matériau de construction/ isolation acoustique/ .www.glastroesch.ch

8- Résistance:
Le verre est l’un des matériaux de construction les plus résistants que l’on peut imaginer.Le verre
- ne rouille pas
- ne se putréfie pas
- n’est pas attaqué par les champignons
- n’est pas altéré par les intempéries
- ne se décolore pas
- n’absorbe pas d’humidité
- ne dégage pas d’humidité
- ne gonfle pas
- ne rétrécit pas
- ne se tord pas
- résiste au froid et à la chaleur
- ne devient ni cassant ni mou
- résiste à la lumière et aux UV

9- Résumé Des Principales Caractéristiques Techniques Du Verre Flotté :


Propriété Symbole Valeur chiffrée et unité
Densité (à 18° C) Ρ 2500 kg/m3
Module d’élasticité E 7 x 1010 Pa
Capacité thermique spécifique C 0,72 x 103 (J/kg x K)
Coefficient d’allongement Α 9 x 10-6/K
linéaire thermique
moyen entre 20 et 300° C
Conductibilité thermique Λ 1 W/mK
Tableau 16: Resumé des caracteristques techniques Du Verre (auteur)

35
Chapitre I : Approche Théorique

10- Un Projet En Verre :

Le Projet la maison de verre, Italie

Figure 19: maison de verre www.maisonapart.com

L’architecte Carlo Santambrogio


Le principe Les différentes couches de cette maison conceptuelle
se chevauchent avec une intensité de transparence
différente selon les parois qui combinent, et en même
séparent, les espaces
La distinction entre l'intérieur et l'environnement
extérieur devient floue.

Des Vues Sur le porjet

Figure 20: Salle a manger Figure 21: Escalier


www.maisonapart.com www.maisonapart.com

Tableau 17: Projet en verre (auteur)

36
Chapitre I : Approche Théorique

III-2-1-Concept 02 : Un Lieu de Retraite Entre Les Montagnes

1- Un projet entre Les Montagnes :

a- Définitions :

Il s’agit de penser au développement de ce type d’equipements dans sa globalité et de manière à


prendre en compte le respect de l’environnement, au sens de respect du site : préserver ou
inventer un paysage.

Laurent Chappis (architecte francais) décrit l’expérience des premières réalisations dans la
montagne comme :

« Une architecture sans superflu, décoration ou rappel folklorique.

La montagne étant elle-même architecture, les constructions ajoutées par l’homme ne devraient pas la

perturber mais s’y insérer en s’imposant le moins possible, tout en donnant à leurs occupants ce qu’ils

venaient chercher : soleil, panorama, nature originelle10 »

b- Leur Caractéristiques :

- Une Grande diversité de ressources naturelles

- L’insertion du projet dans son environnement (paysage, climat…)

- Le choix des matériaux (matériaux sains ,renouvelables…)

- Un confort optimal

- Amélioration de la biodiversité

c- L’influence de la montagne :

La montagne a longtemps exercé chez l’homme un double sentiment de fascination et de


crainte. Elle
était considérée comme un lieu sacré, d’abord siège des divinités païennes, puis lieu de

10
https://journals.openedition.org/insitu/11198

37
Chapitre I : Approche Théorique

dévotion empreint de christianisme dont on retrouve la trace dans la multiplicité des


chapelles, croix et oratoires qui la recouvrent. Pour survivre en montagne, les hommes ont
appris à la respecter. Il aura fallu attendre une période très récente pour que les hommes se
mettent à en conquérir les sommets pour leur plaisir.
Au delà de ces considérations mythologiques, la montagne est un milieu géographique
extrême, au relief complexe et tourmenté, au climat rude, à la végétation rare. Pour survivre
dans ce milieu particulièrement hostile, les hommes ont développé des trésors d’imagination
pour apprendre à produire leur nourriture et se protéger des prédateurs et des intempéries.

d- Les spécificités de l’un projet en montagne :

La première spécificité d’un projet de montagne est d’être adapté aux Besoins des usagers au
differents saisons, L’architecture est adaptée à ce cycle des ‹‹remues››, qui nécessite la
construction de plusieurs bâtiments, à des altitudes diverses, plus ou moins utilisés pendant
l’année. L’architecture de montagne prendra des allures différentes selon l’altitude et la
durée de son utilisation.
La deuxième spécificité de l’architecture en montagne réside dans son adaptation à une
nature particulièrement hostile. Le projet se doit d’être particulièrement protégé des risques
naturels et desintempéries.

e- Les principaux modes de construction :

La montagne, pays de forêts et de rochers, fournit deux matériaux principaux de construction, le


bois et la pierre.
Le bois est abondamment utilisé dans les Alpes du Nord, comme dans tous les pays
d’Europe Centrale et du Nord autrefois recouverts de forêts. De cette abondance et
d’habitudes culturelles, va découler la construction typique des architectures de bois, très
implantées dans le nord de l’arc alpin, en Autriche, en Suisse, et dans le nord des pays de
Savoie, ce qui correspond aujourd’hui à la Haute-Savoie et au Beaufortain.
La pierre est l’autre matériau fondamental de construction. La montagne en regorge. La
complexité géologique engendre une extraordinaire diversité des pierres, roches
sédimentaires (telles le calcaire), roches magmatiques (telles le granite), ou roches
métamorphiques (telles les schistes). Toutes ces pierres ont été utilisées pour la
construction et se classent en fonction de leur capacité à être taillées (pierres calcaires),
débitées (lauzes ou ardoises) transformées (cuisson du gypse et du calcaire pour produire le
plâtre, la chaux et le ciment) ou simplement empilées (moellons irréguliers).11

11
Habitat montangard : http://martial-versaux.net/wp-content/uploads/2012/01/Habitat-montagnard2.pdf

38
Chapitre I : Approche Théorique

2- Le Lieu de Retraite :

a- Maison de retraite :

Les Maison De Retraite sont un établissement d’hebergement pour personnes âgée et toute
personnes être confronté à une difficulté au niveau mémoire qui offrent aujourd’hui le plus
de capacité d’accueill elles offrent un mode de vie plus collectif12

b- Le vieillissement :

Le vieillissement est un phénomène planétaire. La population des soixante ans ou plus est celle
qui augmente le plus vite Il reflète une amélioration de la santé et des conditions socio-
économiques mais il s’accompagne aussi de difficultés particulières auxquelles tous les pays
devront faire face. Il est essentiel de préparer les soignants et les sociétés à répondre aux
besoins des personnes âgées.13

c- La personne Agée :

Une personne âgée est, pour le sens commun, une personne dont l'âge est avancé et qui présente
les attributs physiologiques et sociaux de la vieillesse tels que la société se les représente.
Les personnes âgées sont également appelées seniors ou encore aînés.14

d- Besoins Spécifique Des personnes Agée :

Les déficiences que touchent la plupart des personnes âgée concernant la motricité et l’acuité
sensorielle : trouble de la vue (presbytie, éblouissement, diminution de la perception…) de
l’audition Pour personnes « désorienté » la perception de l’espace et du temps est perturbée

Les personnes atteints des maladies tells que la maladie de l’Alzheimer peuvent avoir de
besoins de déambuler

L’environnement physique (reperage dans l’espace, déplacement, contacte avec l’extérieur,


stimulation des sens…) et social (intimité, vie collective, contacts sociaux…) a un degré de
dépendance .

12
( Article: «cahier_aue_architecture_et_personnes_agees » Sur www.caue28.org)
13
OMS Www.Who.Int/Topics/Ageing/Fr/
14
https://fr.wikipedia.org/wiki/Personne_Agée

39
Chapitre I : Approche Théorique

En effet, une même déficience s’induit pas le même degré de dépendance selon que
l’environnement urbain, Architecturale, sociale adapté ou non.

III-Conclusion :

Dans ce chapitre on a sorti par des recommandations et différents normes (physiques et esthétiques) des
matériaux locaux et les différents besoins des personnes âgée pour essaie de les applique sur notre projet

40

Vous aimerez peut-être aussi