Vous êtes sur la page 1sur 58

La gestion des opérations de trésorerie

INTRODUCTION

Le système comptable  OHADA définit la comptabilité comme : << un outil


d’organisation de l’information économique et financière permettant de collecter, saisir,
classer, et enregistrer les données sous forme chiffrés, de fournir après traitement d’un
ensemble d’informations conformes aux besoins des dirigeants et des tiers » . Elle s’explique
dans l’entreprise et apparait comme l’un des moyens incontournables.

La SOCIETE FOKOU SUPPLY SARL est une entreprise privée à caractère


commercial dont son activité principal est l’achat et la distribution des produits
agroalimentaire, électroménagers, la quincaillerie et la parfumerie. Sa principale mission est
lutte contre la vie chère à travers la fourniture des produits de meilleur qualités à bas prix ; par
les moyens humains (Homme), techniques (matériels) et financière (capital). Ainsi la gestion
de trésorerie occupe donc une place prépondérante dans l’entreprise et c’est pourquoi parmi
les différentes fonctions de l’entreprise, on y trouve la fonction financière qui consiste à la
rechercher et gérer les capitaux. Parmi les tâches effectuées au sein de cette entreprise, on
trouve les opérations de trésorerie qui sont entre autre : les opérations de caisse, de banque, de
compte courant post…. Ayant eu l’opportunité d’effectuer notre stage au sein de cette
structure, nous avons découvert ses principales activités. Notre séjour nous a permis de choisir
comme thème << LA GESTION DES OPERATIONS DE TRESORERIE DANS UNE
ENTREPRISE COMMERCIAL : CAS DE LA SOCIETE FOKOU FOBERD SARL >>
l’objectif de notre travail est de montrer qu’une bonne gestion de trésorerie amènerait toute
entreprise de renforcer ses performances et de jouer pleinement son rôle. L’étude de ce thème
repose sur les questions suivantes : comment se font les opérations de trésorerie ? Comment
comptabiliser ces opérations ?... La résolution de ces différentes questions nous amènera à
organiser notre travail autour de trois grandes parties à savoir :

-présenter tout d’abord la SOCIETE FOKOU DISTRIBUTION SARL au chapitre 1 et le


déroulement du stage au chapitre 2,

-Ensuite, nous présenterons les aspects conceptuels relatifs au thème au chapitre


3, énoncés et résolutions des cas pratiques au chapitre 4,

Et enfin, nous ferons des analyses au chapitre 5 et des suggestions au chapitre 6.

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 1


La gestion des opérations de trésorerie

PREMIERE PATIE :
PRESENTATION DE LA SOCIETE FOKOU DISTRIBUTION
SARL ET DEROULEMENT DU STAGE

La SOCIETE FOKOU DISTRIBUTION SARL est une entreprise privée à


caractère commercial au capital de 100 000 000 (cent millions) de franc CFA. Comme toute
entreprise, elle a une histoire, des missions et des moyens permettant d’atteindre les objectifs
fixés par les dirigeants. Tels seront dont les principaux points qui nous permettront de la
présenter. Pour cela nous allons articulés notre travail à travers ces notions requises de la
manière suivante :

Présentation de l entreprise au chapitre 1

– Déroulement du stage au chapitre 2

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 2


La gestion des opérations de trésorerie

CHAPITRE 1
PRESENTATION DE LA SOCIETE FOKOU DISTRUBUTION SARL

L’entreprise se définie comme un ensemble de moyens humains (homme),


techniques (matériels) et financiers (capital) dont l’activité organisée par un centre de décision
souverain pour résultat la production des biens et services destinés à la vente et pour la finalité
la recherche du profit ou non. FOKOU DISTRIBUTION SARL est donc une entreprise
commerciale à but lucratif et qui vise à répondre aux besoins de plusieurs régions. Dans ce
chapitre, nous nous attarderons sur deux sections : premièrement sur les caractéristiques
identitaires de la SOCIETE FOKOU DISTRIBUTION SARL et deuxièmement sur
l’organisation et le fonctionnement de cette dernière.

SECTION I : LES CARACTERISTIQUES IDENTITAIRES DE LA SOCIETE


FOKOU DISTRIBUTION.

I- HISTORIQUE

L’ETABLISSEMENT FOKOU. Fut créé à 1972, il était une entreprise individuelle


et deviendra par la suite multinationale. Son capital de départ était de 4 000 000 (quatre
millions) de franc CFA, car il a connu plusieurs mutations pour devenir de nos jours le
Groupe FOKOU. A cette époque son activé était les commercialisations des matériaux
de construction et des produits alimentaires. Sa toute première agence fut créé à Yaoundé au
quartier MELEN avec environ 15 employé dynamiques ayant contribué à son évolution
jusqu’en 1984, année où il fusionne avec l’entreprise BEN LE BOUCHER spécialisée dans
la vente des produits congelés pour donner la naissance à la SOCIETE FOKOU avec le
même capital. Dès 1987, le lancement des grands projets de constructions amène les
promoteurs de FOKOU SARL à créer FOKOU BTP spécialisé dans les bâtiments et travaux
publics. En 1997, la SOCIETE FOKOU SARL fusionne avec l’entreprise FOBERD BTP
pour donner naissance à la SOCIETE FOKOU FOBERD SARL a connu une évolution tant
dans le temps que dans l’espace pour constituer enfin le GROUPE FOKOU ; puis, son capital
social augmente d’environ cinq fois du capital initial, soit de 20 000 000 (vingt millions) à
100 000 000 (cent millions) FCFA. Sa position de leader sur le marché mondial et sous-
région à travers de plusieurs sociétés au Cameroun qu’à l’étranger. Ses activités sont
nombreuses et variées dans les sociétés ci-dessous tout en jouissant chacune d’une
autonomie de gestion. Ainsi, nous avons :

–SOFAVINC : spécialisé dans la matière des vins, basé à Yaoundé

–SOFAMAC : spécialisé dans les matériaux de construction, basé à Yaoundé

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 3


La gestion des opérations de trésorerie

–SMALTO : spécialisé dans la fabrication et la distribution des peintures et vernis, basé à


Douala

–LES ACIERIES DU CAMEROUN: spécialisé dans la fabrication et la distribution des


métaux, basé à Douala

–SCTB : spécialisé dans la fabrication de bois, basé à Yaoundé

–NEW FOODS : spécialisé dans la production et la distribution des produits agroalimentaires

– CABLERIES DU CAMEROUN : spécialisé dans la fabrication du câble industriel,


électrique, domestique et réseau, basé à douala

– GIM GAZ : spécialisé dans la production de distribution du gaz industriel et médical, basé
à Douala

– BOCAM : spécialisé dans le traitement des huile usées et l’incinération des déchets, basé à
Douala

– EMIF : spécialisé dans la production et distribution des eaux minérales, basé à Yaoundé

2 les entreprises implantées dans la sous- région.

-SFPAL : spécialisé dans la fabrication et la distribution des fers, des produits aluminium et
plastique, basé au Congo

- CODECO : spécialisé dans la fabrication des cosmétiques et des détergents, basé au Congo

- SOGATEC : spécialisé dans la fabrication des matériaux de construction, basé au Gabon.

- CIMCOL : spécialisé dans la matière du ciment basé au Congo

3- les entreprises de services.

- SOTRANSCAM : spécialisé dans le transport et le transit, basé à Douala


- GARAGE SOA : spécialisé dans le déménagement des véhicules et engins, basé à
Yaoundé.
- FOBERT BTP : spécialisé dans le bâtiment et travaux publics, basé à Yaoundé.
- LOGISTIQUE : spécialisé dans le transport des marchandises entre les différentes
entreprises du groupe.
- OCA : spécialisé dans le courtage et les assurances.
- CADCDIA : spécialisé dans la visite technique automobile.

4 les entreprise de commerce général.

-FOBERD CONGO

-FOBERD TCHAD

-FOBERD GABON

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 4


La gestion des opérations de trésorerie

- FOKOU DISTRIBUTION base au Cameroun

Il est important de savoir que le groupe FOKOU ne compte pas s’arrêter à ce niveau ; car il a
encore beaucoup de projets et cela lui permettra d’améliorer sa situation de leader. Puisqu’une
nouvelle centrale des achats a été créé en chine dénommée BEN INTERNATIONAL.

II- MISSIONS.
C’est l’ensemble d’opérations effectuées au sein d’une entreprise dans le but de
parvenir aux objectifs biens déterminés tels que :
- La réalisation des profits pour ses fondateurs,
- Les objectifs de puissance
- Les objectifs de sécurité et de prestige
- La réduction du chômage par les offres d’emploi. ETC.
Parmi les missions de toute entreprise, nous pouvons citer :

1 La mission sociale

- L’entreprise est une communauté de travail, car elle détermine les conditions matérielles,
d’hygiène, de sécurité, d’équilibre nerveux des salarié et permet l’épanouissement
personnel de chacun ;
- Elle est formatrice, car elle assure la formation permanente et professionnelle qu’elle
propose ;
- Elle possède de nombreuses responsabilités sociales vis-à-vis de différents groupes tels
que : fournisseur, salarié, consommateur, etc.
1- Les missions économiques

- L’entreprise est une unité de production ; car pour réaliser cette production, elle combine
un certain nombre de facteurs de production (naturel, travail, capital, technique)
- Elle est une unité de création de richesses ; car elle réalise sa croissance propre et
engendre un surplus de valeur économique et monétaire.
- Elle est une unité d’échange ; car elle échange avec les ménages, les autres entreprises,
l’état et les administrations,
- Elle est unité de répartition ; elle reçoit les matières premières, les services, les capitaux
et opère une transformation, restitue des revenus aux différents partenaires,
- Elle est une unité d’intégration du progrès technique ; car par son activité de recherche et
d’innovation, elle contribue au développement scientifique et technique d’une nation.

2- la mission de l’Etat
- Elles sont responsables du taux de croissance économique d’un pays, car elles règlent le
PNB de la nation et son taux de croissance
- Elles sont responsables du déficit et du bénéfice de la balance commerciale ainsi que de
la balance de paiement par leur effort l’exportation ou par l’importance de leur
importation.
- Elle responsables du taux de chômage puisque par l’embauche ou par le licenciement,
elles proposent ou suppriment les emplois

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 5


La gestion des opérations de trésorerie

- Elles ont le rôle de restituer l’appareil productif afin de le rendre plus compétitif tout en
sauvegardant leur indépendance
- Elles doivent mettre en œuvre la politique sociale du gouvernement et appliquer les lois
sociales ainsi que les accords conclus entre employeurs et salariés.
3- Les missions au plan international
Elles interviennent dans la répartition internationale du capital, dans la division
internationale du travail (DIT) de part des investisseurs hors de la frontière.

III- Régime juridique

Selon le juridique, on classe les entreprise en fonction de capitaux ainsi donc, on distingue :

- Les entreprises privées dont le capital et la gestion appartiennent aux particuliers ; elles
peuvent être individuelles ou sociétaires,
- Les entreprises publiques et parapubliques qui appartiennent partiellement ou totalement
à l’état.

Ces sociétés de capitaux présentent plusieurs formes d’entreprises dont les plus importantes
sont :

- Les SARL : c’est une forme de société dans laquelle aucun associé n’est tenu au de la de
la mise, mais ou les par sociales ne peuvent être jamais représentées par les titre
négociables
- Les SA : c’est une forme de société ou la responsabilité des associé est limité au montant
de leur apport, représenté par des actions qui peuvent être cessibles.

Nous disons donc que la société FOKOU DISTRUBUTION est une SARL qui est dotée
d’une personnalité juridique et soumis à l’impôt sur les sociétés (IS) et son bénéfice
imposable est le bénéfice industriel et commercial (BIC).

2- le régime fiscal

FOKOU DITRIBUTION SARL est assujetti au régime du réel ; car elle est une personne
normale qui réalise un chiffre d’affaire de 100 000 000 Franc Cfa.

1- La mission sociale
- L’entreprise est communauté, car elle détermine les conditions matérielle, d’hygiène, de
sécurité, d’équilibre nerveux des salariés et permet l’épanouissement personnel de
chacun ;

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 6


La gestion des opérations de trésorerie

- Elle est formatrice, car elle assure la formation permanente et professionnelle qu’elle
propose ;
- Elle possède de nombreuses responsabilités sociales vis-à-vis de différents groupes tels
que : fournisseur, salariés, consommateur, etc……..

2- La mission économique
- L’entreprise est unité de production ; car pour réaliser cette production, (naturel, travail,
capital, progrès technique)
- Elle est une unité de création de richesses ; car elle réalise sa croissance propre et
engendre un surplus de valeur économique et monétaire
- Elle est une unité d’échange ; car elle échange avec les ménages, les autres entreprises,
l’état et les administrations,
- Elle est une unité de répartitions ; elle reçoit les matières premières, les services, les
capitaux et opère une transformation, restituer des revenus aux différents partenaires,
- Elle est une unité d’intégration du progrès technique ; car par son activité de recherche et
d’innovation, elle contribue au développement scientifique et technique d’une nation.

3-la mission de l’état


- Elles sont responsables du taux de croissance économique d’un pays, car elles régulent le
PNB de la nation et son taux de croissance
- Elles sont responsables déficit du bénéfice de la balance commerciale ainsi que de la
balance de paiement par leur effort à l’exportation ou par l’importance l’importation
- Elles sont responsables du taux de chômage puisque par l’embauche ou par le
licenciement, proposent ou suppriment les emplois
- Elles ont pour rôle de restituer l’appareil productif afin de le rendre plus compétitif tout
en sauvegardant leur indépendance
- Elles doivent mettre en œuvre la politique sociale du gouvernement et appliquer les lois
sociales ainsi que les accords conclus entre employeurs et salarié.
4 les missions au plan international
Elles interviennent dans la répartition internationale du capital, dans la division internationale
du travail (DIT) de part des investisseurs hors des frontières.

III LE REGIME JURIDUQUE ET FISCAL

1- le régime juridique

Selon le juridique, on classe les entreprise en fonction de l’origine des capitaux ; elles
peuvent être individuelles ou sociétaire.

- les entreprises publiques et parapubliques qui appartiennent partiellement ou totalement à


l’état

Ses sociétés de capitaux présentent plusieurs formes d’entreprise dont les plus importants
sont :

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 7


La gestion des opérations de trésorerie

- les SARL : c’est une forme de société dans laquelle aucun associé n’est tenu au-delà de la
mise, mais ou les parts sociales ne peuvent être jamais représenté par les titres négociables
- les SA : c’est une forme de société ou la responsabilité des associés est limité au montant
de leur apport, représenté par des actions qui peuvent être cessibles.

Nous disons donc que la SOCIETE FOKOU DISTRIBUTION est une SARL qui est
dotée d’une personnalité juridique et soumis à l’impôt sur les sociétés (IS) et son bénéfice
imposable est le bénéfice industriel et commercial (BIC).

2- Le régime fiscal

FOKOU DISTRUBITION SARL est assujetti au régime du réel ; car elle est une personne
morale qui réalise un chiffre d’affaire de 100 000 00 Franc Cfa.

IV IDENTIFICATION ET SITUAION GEOGRAPHIQUE DE FOKOU


DISTRUBITION SARL

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 8


La gestion des opérations de trésorerie

1- Identification
La société FOKOU DISTRIBUTION SARL : s’identifie par un ensemble d’informations
consigné dans le tableau ci-dessous. (voir tableau fiche d’identification)

TABLEAU : FICHE D’IDENTIFICATION DE LA SOCIETE FOKOU SARL.


RAISON SOCIALE SOCIETE FOKOU SARL
FORME JURIDIQUE SARL
NUMEROS DU CONTRIBUABLE M0887000017B
CAPITALE SOCIALE 100 000 000 Franc Cfa
REGIME REEL
ANNEE DE CREATION 1987
TELEPHONNE (+237)22231117ET 22230411
FAXE (+237)22232445 ET 22232303
BP 695 YAOUNDE
EMAIL SECRETARIAT FOKOU. COM
REGISTRE DE COMMERCE N° 2391
AGENCES (réseau de l’entreprise) -région 1(littorale et sud-ouest)basé à douala
-région2(centre, Est et sud) basé à Yaoundé
-région3 (Ouest et nord- ouest) basé Bafoussam
- région 4( nord extrême nord et Adamaoua)basé à
N’Gaoundéré
LOCALISATION GEOGRAPHIQUE MOKOLO EN BAS APRES LA CCA VENANT VERS
MESSA

2- Situation géographique
Basé à Yaoundé dans la région du centre Cameroun, elle est située au quartier MOKOLO
après la CCA venant vers MESSA. Son siège se trouve à douala BEACH. Elle est répartir en
quatre régions à savoir :
- La Région 1 : qui couvre les agences du littorale et du sud -Ouest, sa direction est basé à
douala,

- La Région 2 qui couvre les agences du centre et du SUD ; sa direction est basé à
Yaoundé,

- La région 3 : qui couvre les agences de l’Ouest et le nord- Ouest ; sa direction est basé à
Yaoundé,

- La région 4 : qui couvre les agences, de l’Extrême- nord et l’Adamaoua.

SECTION2 : ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE FOKOU


DISTRIBUTION SARL.

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 9


La gestion des opérations de trésorerie

C’est à la recherche des moyens et des méthodes qui permettent d’effectuer le travail dans les
meilleures conditions avec le maximum de sécurité et d’efficacité.de ce fait, FOKOU
DISTRIBUTION SARL représente une structure hiérarchique- fonctionnelle. Elle utilise une
main d’œuvre qualifiée et importante pour son fonctionnement. Cette main d’œuvre est
repartie travers des personnels dévoués la tâche et dynamique.

I- ORGANISATION

1- structure organisationnelle et organigramme

1-1- Définition

La structure de l’entreprise est la manière de répartir les tâches, ensuite d’assurer la


coordination et afin d’atteindre le même objectif fixé.

Organigramme est un instrument qui permet de visualiser une structure et son


fonctionnement.

Il existe plusieurs types structure ; mais, nous allons nous attarder sur la structure hiérarchico-
fonctionnelle ou staff and line qui est celle adopté par la SOCIETE FOKOU DISTRIBUTION
SARL.

La structure staff and line intègre le principe hiérarchique linéaire et le critère de compétence ;
elle repose sur le principe d’unicité de commandement en fonction de l’apposition
hiérarchique et sur le principe de conseil en raison de la compétence dans des domaines bien
déterminés.

 AVANTAGE :

- l’organisation est simple,


- l’unicité de commandement,
- situe rapidement la responsabilité de chacun,
- rapidité de l’information,
- chacun sais qu’il doit recevoir les ordres,
 INCONVENIENTS.
- problème de coordination des activités,
- risque des déformations de l’information réelle,
- le chef peut avoir des compétences multiples ce qui n’est pas toujours possible,
-source de conflits à cause de la multiplicité de commandement.
- 1-2 ROLE DE L’ORGANIGRAMME IL INDIQUE :
- la répartition des tâches entre les services
- le niveau hiérarchique des différents responsables
-les liaisons hiérarchiques ou fonctionnelles entre les services

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 10


La gestion des opérations de trésorerie

- un instrument d’accueil et d’information du personnel et des tiers


- le diagnostic qui permet d’étudier les structures, les liaisons, les procédures et en faire
l’analyse critique afin de déceler les déficiences et de proposer les remèdes
-Les prévisions des services à créer et des postes de travail à pourvoir
Au premier regard de l’organigramme de la SOCIETE FOKOU SARL, il parait simple et
complet à tous les niveaux des responsabilités. (Voire l’organigramme en annexe)
1-3- attribution de différentes responsabilités des Organes de fonctionnement
Pour atteindre l’objectif fixé par la société lors de sa création, la direction générale délègue
des responsabilités aux décisions et aux départements qui sont entre autre :
- la division d’assistance de la comptabilité générale
- la division d’assistance du contrôle de stock
- division d’assistance des ressources humaines
- division d’assistance financière
- le département fiscalité
-département commercial
- département administratif
- département d’audit
- ainsi que nous avons les responsabilités suivantes par différents postes :

 LE PRESIDENT DU GROUPE FOKOU


Il assure la direction générale du GROUPE FOKOU FOBERD et celle de toutes entités.
Il représente le groupe en tout lieu et en toutes circonstance ; il désigne des personnes habitées
à établir les chèques,   garder les chéquiers et les clés des coffres forts des sociétés ; valide le
budget annuelle ; joue la société ; valide de budgets annuelle des différents entités ; ordonne
l’évolution du budget ; joue le rôle d’arbitre lorsque les décisions du comité de trésorerie ne
sont pas prise en compte.

 DIRECTEUR GENERAL
Le DG étant sollicité le plus souvent par de multiples tâches à besoin d’un assistant à
qui il pourra délégué certaine tâches tout en restant sous l’autorité du DG. C’est
dans cette optique que nait le poste de l’attache de direction qui à pour rôle d’assister
les DG dans sa mission.

 DELEGUE REGIONAL
Il est chargé d’assurer la direction et la coordination des différentes activités dans les
agences de la région, veille à l’application des directives mise sur pied par le DG ; la
direction générale s’est chargée de créé un poste d’attaché de direction à qui le DD
pourra leur déléguer certaines tâches tout en grattant le pourvoir d’autorité.

 LES CHEFS D’ANGENCES


Il joue le rôle décrit ci- dessous.

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 11


La gestion des opérations de trésorerie

 LES CHEF DE SERVICES


Il joue un rôle important au sein du service ; car ils sont chargés de vérifier la bonne
application de la procédure de traitement ainsi que la poursuite des objectifs de l’entreprise ;
puis rangent et classent les documents selon une procédure d’archivage et fourni au besoin
l’information aux différentes utilisateurs.

Nous pouvons citer :

 LE SERVICE DES RESSOURCES HUMAINES ( SRH)

Il s’occupe des problèmes liés au personnel : le recrutement, intérieur de l’entreprise sur


observation du DG, adresse des demandes d’explication aux employés lorsque ceux-ci violent
le règlement mis en place, calcule les indemnités pour congés, les avances sur et acomptes sur
les salaires etc .

 LE SERVICE COMMERCIAL
C’est celui qui s’occupe des ventes, de la promotion des produits, de l’étude des
propositions de prix faits par divers fournisseurs en vue de l’acquisition des
marchandises, de la fixation des prix de vente de marchandises. Son rôle est de rassurer
de la qualité des marchandises en stocks et gérer tous les problèmes qui peuvent
subvenir avec un client ou un fournisseur.

 LE SERVICE DE L’AUDIT (SA)


Ce service est rattaché à la direction générale. Il a pour mission d’effectuer le contrôle
périodique des activités de chaque service afin de s’assurer que ces services
travaillent selon les procédures mises en place par la société. Lorsque l’auditeur détecte
une anomalie, il fait un rapport en vue d’attirer l’attention du service concerné tout en
proposant des mesures correctives.

 LE SERVICE DE LA COMPTABILITE GENERALE (SCG)


Placé sous l’autorité de la division d’assistance a la comptabilité général et au finance, il
occupe une place importante au sein de l’entreprise ; puisqu’il entretien d’énormes
rapports avec d’autres services. Pour son bon fonctionnement, des taches et des
responsabilités sont soumises à des personnes compétentes en la matière. Ainsi, nous
pouvons donc citer à cet effet :

LE CHEF COMPTABLE
Placé sous l’autorité du DAF, il est responsable de tous les traitements

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 12


La gestion des opérations de trésorerie

comptables jusqu’au bilan. Ses missions sont les suivantes :


- Superviser et coordonner les activités du service de la comptabilité générale,
- Représenter le service et s’assurer de la bonne marche des services de comptabilité des
agences, dépôts et points de vente qui sont sous sa responsabilité,
- Rédiger et viser les correspondances, les rapports comptables et les soumettre à la
hiérarchie,
- Apurer et régulariser les soldes des comptes pour qu’ils soient fidèles à l’image réelle de
l’entreprise,
- Vérifier et arrêter les besoins financiers émis par les autres services,
- Clôturer les journaux chaque mois à j+5,
- Respecter le calendrier des traitements comptables tels que définis dans les procédures
comptables,
- S’assurer de la sauvegarde périodique des données comptables,
- Il vise les demandes d’absences, de congé et des prêts de ses collaborateurs,
- Il rédige les correspondances en destination des autres services ou des structures et les
soumet à la hiérarchie pour destination,
- Il est tenu au respect du secret professionnel.

LE CHEF COMPTABLE ADJOINT.


Placé conjointement sous l’autorité du DAF et du Chef Comptable, il est chargé
de :
- Approvisionné le service en matériel et fournitures de bureau,
- Assurer la discipline dans le service,
- Vérifier, orienter et traiter de façon chronologique les pièces comptables suivant les
principes harmonisés en vigueur dans le groupe,
- Veiller au respect du calendrier d’élaboration et d’édition des états comptables,
- Porter son nom, son prénom, sa signature, la date et l’heure sur les documents établis,
vérifier ou valider par lui ?
LE COMPTABLE CLIENT
Placé conjointement sous l’autorité du chef comptable, il est chargé de :
- Tenir à jour et contrôler les journaux auxiliaires de vente,
- Editer les brouillards de saisie, les balances âgées des clients, les relevés des comptes
clients et l’état des factures échues à payer,
- Tenir à jour et contrôler les comptes de tiers clients,
- Classer, archiver les informations comptables telles définies dans les procédures
comptables du groupe,
- Rapprocher les soldes des tiers clients entre FOGESCO et SAARI COMPTA,
- Suivre les avances sur commande reçues et mettre les comptes y afférents à jour.
LE COMPTABLE BANQUE
Placé conjointement sous l’autorité du chef comptable, il est chargé de :

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 13


La gestion des opérations de trésorerie

- Traiter chronologiquement suivant les principes comptables harmonisés, toutes les


opérations relatives aux banques, effets à payer et à l’encaissement, retrait, versements,
encaissements, ordres de virements, avis de débit et de crédit,
- Mettre à jour le registre des chèques émis,
- Mettre à jour les registres des chèques à payer,
- Mettre à jour des effets à payer,
- Suivre les réclamations adressées à la banque jusqu’au sort final,
- Faire les rapprochements bancaires hebdomadaire et mensuel
- Editer les brouillards de banque,
- Etablir la situation périodique de trésorerie,
- Classer, archiver les informations comptables telles que définies dans les procédures
comptables du groupe.
LE COMPTABLE CAISSE
Placé conjointement sous l’autorité du chef comptable et du comptable, il a à sa
disposition la gestion de trois caisses (la caisse recette , coffre , la caisse dépense et
la caisse ressource humaine). Pour cela, ses attributions diffèrent selon les caisses.
Pour cette caisse recette
- Il traite chronologiquement suivant les principes comptables harmonisés toutes les
opérations relatives aux caisses recettes (reçue et état d’arrêt caisse recette, billetage de
versement)
- Procède à l’arrêt et au contrôle de caisse
- Veiller à l’acheminement des fonds de la caisse recette vers le coffre,
- Veiller à l’acheminement des fonds du coffre à la banque,
- Contrôler et centraliser les recettes journalières.

Pour la caisse Dépense


- Procéder à l’arrêt et au contrôle de caisse,
- Veiller au respect des délais de régularisation des bons provisoires,
- Traiter chronologiquement suivant les principes comptables harmonisés toutes les
opérations relatives à la caisse dépense (reçu de caisse, bon de sortie caisse et état
d’arrêt caisse, bon provisoire)
- Porter régulièrement à l’attention du chef comptable l’état des bons provisoires donc les
délais de régularisations sont dépassés.
Pour la caisse ressource humaine
- En plus des taches effectuées à la caisse dépense, il est chargé de justifier les soldes de la
caisse des ressources humaines.
LE COMPTABLE FOURNISSEUR
- Placé conjointement sous l’autorité du chef comptable et du comptable, il est chargé de
traiter chronologiquement suivant les principes comptables harmonisés toutes les
opérations relatives aux achats,
Tenir à jour et contrôler les comptes principaux et auxiliaires des fournisseurs,
Tenir à jour et contrôler les comptes achats,
D’éditer les états comptables relatifs aux fournisseurs (relevés des comptes
fournisseurs, brouillard de saisie, journal des achats, grand live, balance âgée,
balance générale des comptes, échéancier des effets)
Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 14
La gestion des opérations de trésorerie

Suivre les avances sur commande et mettre les comptes y afférents à jour,
Classer, archiver les informations comptables telles que définies dans les
procédures comptables du groupe,
Editer les brouillards de saisie pour les journaux d’achats et des opérations
diverses,
Rapprocher les comptes fournisseurs entités du groupe, locaux et étrangers,
Informer son supérieur hiérarchique de tout dysfonctionnement ou suspend
relatif au compte fournisseur.
II- FONCTIONNEMENT DE LA SOCIETE FOKOU DISTRIBUTION SARL
Etant une entreprise commerciale à but lucratif, elle combine des facteurs travail,
capital afin de réaliser des bénéfices à travers la vente des produits. Elle fonctionne à
travers les moyens humains, matériels, immatériels et financiers.
1) Les ressources humaines
Pour son fonctionnement, elle dispose d’un ensemble de personnes dynamiques sociales
motivées et perçoivent chacune une rémunération appelée salaire.
2) Les ressources matérielles
Il s’agit en principe des éléments corporels à savoir :
- Un bâtiment administratif constitué des bureaux climatisés, un super marché, une
quincaillerie, une parfumerie, une alimentation, une salle de réunion…
- Du matériel informatique : ordinateur, photocopieur ; imprimantes, documents de base…
- Le matériel de transport : voiture de livraison,
- Le matériel de bureau : tables, chaises…

3) Les ressources immatérielles


Ce sont des éléments incorporels composés de :
- La clientèle : représentée par des clients qui ont l’habitude de venir faire effectuer les
opérations d’achats de biens et de services,
- L’achalandage : qui est la capacité du fonds à attirer les passants (clients potentiels) en
raison de son emplacement, la représentation de son immeuble, de l’organisation de
l’exploitation et de sa réputation,
- La raison sociale de l’entreprise qui est le nom à travers laquelle le public reconnait :
FOKOU FOBERD SARL.

4) Les ressources financières


LA SOCIETE FOKOU DISTRIBUTION SARL dispose comme ressource financière
son capital social.
En plus de tous ces moyens dont elle dispose pour son fonctionnement, elle possède
aussi d’autres programmes informatique tels que :
- Microsoft Word : utilisé pour la saisie de certains documents de texte,
- Microsoft Excel : utilisé pour la conception des documents de gestion,
- FOGESCO :FOKOU GESTION COMMERCIA LLE : logiciel de vente
- SAARI : pour le suivie de la comptabilité

5) Les concurrents
Comme concurrents nous avons :
- SUPER MARCHE DOVV

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 15


La gestion des opérations de trésorerie

- SOCIETE NIKI
- AFRIQUE CONSTRUCTION
- Et bien autres.

6) Les clients
Il s’agit en effet des clients potentiels c’est-à-dire fidèles, ils sont notamment :
- MAISON DG
- NATIONAL CONSTRUCTION
- PERVRECAM
- MAHIMA
- DOW DISTRIBUTION SARL
- NIKI SA
- SCE PEINTURE
- QUINCAILLERIE NOUVELLE (ABENKOU)
- QUINCAILLERIE FM CONSTRUCTION
- LA PAIX SARL
- ETS MBETACAM
- Etc…

7) Les fournisseurs
Il s’agit entre autre :
- ETS LIPAMER
- PARFUMERIE EMMANOU
- SOFAVINC
- SOFAMAC
- QUINZOCAM
- ALUMINIUM SOA
- SANO
- SUPER MONT

8) Les partenaires
Elle dispose comme partenaire :
- LES BRASSERIES DU CAMEROUN
- SERTREEA…

En conclusion la SOCIETE FOKOU SARL est une entreprise commerciale appartenant


au GROUPE FOKOU qui débute ses activités en 1972 au départ par une toute petite
entreprise individuelle et deviendra par la suite une multinationale. Etant une SARL, elle
est soumise à l’IS et assujettie au régime du réel. Elle a une structure hiérarchico-
fonctionnelle définie dans son organigramme ; en ce qui concerne son fonctionnement,
elle combine des facteurs travail, capital afin de réaliser des bénéfices à travers la
commercialisation de ses produits de bonnes qualités ; notre stage dans cette structure a
été de trois mois, il convient de présenter les points essentiels de ce stage.

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 16


La gestion des opérations de trésorerie

CHAPITRE II : LE DEROULEMENT DU STAGE


La présente partie met en exergue notre premier contact avec la SOCIETE FOKOU
DISTRIBUTION SARL. Pendant notre séjour au sein de cette structure, nous nous
sommes confrontés au monde du travail. En plus de l’accueil et de l’encadrement, nous
relevons les taches qui nous ont été confiées ainsi que l’appréciation du stage et les
difficultés rencontrées.
I- ACCUEIL ET INTEGRATION
1) Accueil
Dès notre arrivée à FOKOU DISTRIBUTION SARL le 11 Juin à 7h30 minutes, nous
avons été reçu par le responsable des ressources humaines qui nous a rappelé quelques
conseils disciplinaires en ses termes suivants : « Nous vous souhaitons la bienvenue dans
la SOCIETE FOKOU DISTRIBUTION SARL au non du Directeur Général et de tous le
personnel de cette structure ; nous vous souhaitons de passer un beau séjour et surtout
soyez disciplinés respectez le règlement intérieur et nous vous rassurons que nos portes
seront toujours grandement ouvertes dans l’attente de vos préoccupations »
Après avoir rappelé ces règles, il nous a conduit au service de la comptabilité et nous a
présenté par la suite à tout le personnel de ce service. C’est ainsi que le chef de ce service
nous a prodigué la conduite à tenir durant cette période de stage ; il nous a aussi rappelé
l’objectif de notre stage académique , celui de pouvoir concilier la théorie et la pratique au
terme de ces trois mois ; afin de réaliser cet objectif, il nous a également appelé à la
curiosité, la concentration, la persévérance dans le travail et surtout beaucoup d’efforts et de
recherches

2) Intégration
Dès le premier jour de stage à FOKOU DISTRIBUTION SARL, le chef du service
de la comptabilité nous a demandé de nous trouver un thème sur lequel nous
devons travailler durant notre séjour tout en nous établissant un protocole )
respecter ; mon attention a été retenue sur la trésorerie ; parce qu’elle occupe une

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 17


La gestion des opérations de trésorerie

place prépondérante parmi les opérations effectuées dans cette structure à savoir :
les encaissements et les décaissements de la trésorerie et bien autres. Ce protocole
nous a permis d’être pris en charge dans les différents postes du service de la
comptabilité. Ce protocole était présenté de la manière suivante :

II- LES ACTIVITES MENEES ET LEURS GRANDES PERIODES (voir annexe)

III- APPRECIATIONS DU STAGE ET DIFFICULTES RENCONTREES

1) Appréciation du stage
Bref notre passage à FOKOU DISTRIBUTION SARL reste une grande expérience
pour nous, il nous a permis de mesurer les difficultés rencontrées dans le monde
professionnel. En ce qui concerne ces difficultés, nous les avons essentiellement approuvées
dans l’exigence quotidienne de nous rendre au bureau et surtout d’être à l’heure ; ce qui
marque une nette rupture avec le milieu scolaire où quelques libertés nous sont offertes.
2) Les difficultés rencontrées
Nous avons rencontrés les difficultés de moindre envergure pendant cette période de
stage à savoir :
- Le choix du thème n’a pas été aisé à cause de la multiplicité des taches effectuées dans
cette structure,
- L’adaptation n’a pas été facile, car la théorie acquise à l’école est apparue très différente
de la réalité du terrain,
- Il nous a fallu beaucoup d’effort pour présenter ce travail,
- Toutes les informations nécessaires n’ont pas été mises à notre disposition.
- Cette première partie avait pour objectif de présenter d’une part le cadre du stage à
travers les caractéristiques identifiables de la SOCIETE FOKOU DISTRIBUTION
SARL, son organisation et son fonctionnement, et d’autres parts la description et le
déroulement du stage dans cette structure. Dans la seconde partie de notre rapport, nous
allons nous attarder sur l’analyse du thème proprement dit.

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 18


La gestion des opérations de trésorerie

DEUXIEME PARTIE :

La gestion des opérations de la trésorerie

La comptabilité est un outil d’organisation de l’information économique


et financière permettant de collecter, saisir, classer et enregistrer les données sous forme
chiffrée, de fournir après traitement un ensemble d’informations conformes aux besoins
des dirigeants et des tiers.

Dans le cadre de notre formation pratique, nous avons axé notre étude sur
LA GESTION DES OPERATIONS DE TRESORERIE à FOKOU DISTRIBUTION SARL.
Compte tenu des enjeux de trésorerie dans cette entreprise, les opérations y afférentes sont
toujours matérialisées par un document. Comment sont donc traitées ces informations
dans la comptabilité de cette structure ɂ pour répondre à cette question, nous utiliserons deux
approches à savoir :

- Les aspects théoriques relatifs au thème au chapitre 3


- Cas pratique sur les opérations de trésorerie au chapitre 4

CHAPITRE III :

LES ASPECTS THEORIQUES RELATIFS A LA GESTION DES OPERATIONS DE


TRESORERIE.

I- GENERALITES
1) Définition
- La trésorerie représente pour l’entreprise des avoirs en caisse (billets et monnaies), en
banque, les chèques postaux…
- Les opérations du cycle de trésorerie est une suite de mouvement subit par l’entreprise
des comptes caisse, banque, CCP, de chèques postaux, les effets de commerce.
- La gestion des opérations de trésorerie qui consiste à préserver et à assurer
l’autonomie financière de l’entreprise au moindre cout ;

II- ETUDE DE COMPTE DE TRESORERIE

Chaque opération effectuée par l’entreprise modifie sa structure dont la


composition de son patrimoine. Pour éviter d’établir un bilan après chaque opération, il est

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 19


La gestion des opérations de trésorerie

nécessaire de noter les modifications des différentes poste du bilan dans de petits tableaux
appelés comptes.

1) Notion de compte
a) Définition

Le compte est un tableau dans lequel on enregistre de diverses opérations effectuées par
l’entreprise.

b) Description

Comme le bilan, le compte est divisé en deux parties. Par convention, le


côté gauche est réservé aux emplois et s’appelle le débit ; et le côté droit est réservé aux
ressources et s’appelle crédit.

COMPTE

DEBIT CREDIT
EMPLOIS RESSOURCES

c) Les différentes traces de compte :

On distingue plusieurs tracés de compte :

- Les comptes schématiques ou comptes en T

Ici on enregistre uniquement les montants ; il se présente de la façon suivante :

N° ET NOM DU COMPTE

Débit EMPLOIS RESSOURCES


Crédit

Les comptes à colonnes séparée s ou comptes à grand livre ouvert.

Il se présente sur la forme d’un grand livre qui est ouvert ; c’est-à-dire qu’il comporte deux
pages, la première page pour les emplois et une autre pour les ressources.

N° ET NOM DU COMPTE

DATES LIBELLES MONTANTS DATES LIBELLES MONTANT


DEBIT CREDIT
EMPLOIS RESSOURCE
S

- Les comptes à colonnes mariées ou à grand livre


Dans ce tracé, on a une seule page pour enregistrer les emplois et les ressources.

DATES LIBELLES MONTANT DEBIT MONTANT CREDIT

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 20


La gestion des opérations de trésorerie

EMPLOIS + RESSOURCES

- Les comptes à colonnes mariées avec solde.


Ici, on prévoit des colonnes et des soldes de manière qu’après chaque opération, on
calcule le solde du compte.

DATES LIBELLES DEBIT CREDIT SOLDE

EMPLOIS + RESSOURCES

d) Les types de comptes

Il existe deux catégories de comptes à savoir :

- Les comptes du patrimoine ou du bilan (classe 1 à 5),


- Les comptes de gestion (classe 6 à 8)

e) Solde du compte

Déterminer le solde d’un compte consiste à faire la différence entre le


total débit et le total crédit.

- Si le total débit est supérieur au total crédit, on dira que le solde est débiteur et se place
au débit.
- Si le total débit est inférieur au total crédit, on dira que le solde est créditeur et se place au
Crédit .
- Si le total débit est égal au total crédit, on dira que le solde est nul ou équilibré et le
compte est soldé.

3- Le principe de la partie double


Pour toute opération envisagée, le total des sommes inscrites au débit d’un ou de
plusieurs comptes doit être égal au total des sommes inscrites au crédit d’un ou de
plusieurs autres comptes. En d’autres termes, toute opération effectuée par
l’entreprise nécessite l’enregistrement au débit d’un ou de plusieurs comptes par le
crédit d’un ou de plusieurs autres comptes.

4- Quelques comptes de trésorerie


Il s’agit des comptes de la classe 5 à l’instar de :
- 50.Titres de placement
501. Titres du trésor et bons de caisse à court terme
502. Actions

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 21


La gestion des opérations de trésorerie

503. Obligations
504. Bons de souscription
505. Titres négociables hors région
506. Intérêts courus
507. Autres valeurs assimilées.
51. Valeur à encaisser
511. Effets à encaisser
512. Effets à l’encaissement
513. Chèques à encaisser
514. Chèques à l’encaissement
52. Banques
521. Banque locales
522. Banques autres états région
523. Banques autres états zone monétaire
524. Banques hors zone monétaire
525. Banques intérêts courus
53. Etablissements financiers et assimilés
531. chèques postaux
532. Trésor
Ets…
57. Caisse
571. Caisse siège sociale
572. Caisse succursale A
573. Caisse succursale B
58. Régies d’avance, accréditifs et virements internes
581. régies d’avance
582. Accréditifs
585. Virement de fonds
588. Autres virements internes.

4. Fonctionnement des comptes

On peut regrouper les comptes ayant fait l’objet des postes du bilan en deux catégories.
Quel serait donc le sens de variation de ces comptes.

a) Les comptes de l’actif


Ils augmentent de valeur au crédit et diminuent au crédit
b) Les comptes du passif
Ils augmentent de valeur au débit et diminuent au débit.

5. Les systèmes comptables applicables au système informatique

On les appelle encore les systèmes d’enregistrement des opérations. Il s’agit plus
précisément :

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 22


La gestion des opérations de trésorerie

- Du système classique
- Du système centralisateur
- Du système américain
- Du système informatisé.

a) LE SYSTEME CLASSIQUE

Il repose sur une structure composée des étapes dont le décrit le schéma
suivant :

Document de Ce sont des pièces justificatives des transactions réalisées


base par l’entreprise pour la comptabilité. Ces données sont
chiffrées (évaluées en montant)
Enregistrement Ce sont des pièces justificatives des transactions réalisées
au journal par l’entreprise pour la comptabilité. Ces données sont
chiffrées (évaluées en montant)

Grand livre C’est un document dans lequel tous les comptes de


T TTTT l’entreprise sont ouverts et les transactions enregistrées
au journal v sont reportées

Balance

Elle vérifie la synthèse des opérations en vérifiant le


respect
Le système deainsi
classique la règle de la
présenté partieunDouble
a connu pour faire
certain nombre de la
limite puis notamment
situation desà l’analyse
activités des opérations dans
(détermination dularésultat)
phase des
enregistrements au journal en effet, pour être fiable, le grand livre ne doit comporter ni
blanc, ni rature, ni surcharge…)

b) Le système centralisateur

C’est le système le plus rependu de pars son degré de transparence représente deux
grandes caractéristiques.

1) L’utilisation des journaux auxiliaires

ils permettent de suivre les autres opérations par catégorie. Chaque JA est en général
présenté en fonction du compte ou des comptes mère(s). Les JA sont synthétisés dans le
journal général c’est-à-dire à l’issu de la présentation de ce dernier, que les reports sont fait
dans le GL qui reste également un GL auxiliaire car certains comptes ont été utilisés
uniquement pour favoriser l’enregistrement d’une même opération dans deux JA distincts.

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 23


La gestion des opérations de trésorerie

Présentation d’un JA

Date Libellés Comptes à créditer Comptes à débiter Divers

N° comptes N° comptes N° comptes Montants

Le journal tel que présenté ci-dessus dont ouvert par cycle d’opération. Cependant une même
opération peut concerner deux JA ; il s’agit dans ce cas de recouvrir au compte de
virement interne.

2) Le compte de virement interne

Ce sont des comptes utilisés dans le système centralisateur pour enregistrer les
opérations concernant deux JA principaux. Je renforce la transparence en favorisant le
respect d’engagement comptable (séparation des cycles de traitement des opérations).

Dans le plan comptable OHADA les comptes de virement sont au nombre de deux

-587- virement de fonds (journaux de trésorerie)

-588- autres virements internes

Ces comptes doivent être soldés.

En principe le système centralisateur repose sur les étapes suivantes :

- Les documents de base


- Les journaux auxiliaires
- Journal général ou centralisateur
- Le grand livre auxiliaire
- Le grand livre général
- La balance carrée
- Balance générale des comptes
c) Le système américain

Il préconise l’utilisation du journal grand livre. Ce dernier permet de constater en


faisant le report automatique dans les comptes concernés. Le model de journal grand
livre peut être présenté comme suit :

Date Libellés Journal Grand livre



compte
s

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 24


La gestion des opérations de trésorerie

Il ya un double avantage à savoir :

- Favorise la création des comptes et l’utilisation des comptes individuels : le grand livre
est utilisé pour les comptes de détail ou sous comptes
- Le gain de temps procuré par un double enregistrement dans le journal et dans le grand
livre au même moment.

Ce système doit présenter les limites relatives au principe de transparence qui est remis en
cause du fait de l’utilisation dans le grand livre des signes + ou – pour traduire soit
l’augmentation ou soit la réduction.

d) Le système informatisé

La technologie a favorisé l’amélioration de tous les systèmes de traitement comptables


des opérations bénéficie des programmes dédiés conçus sur la base des systèmes de
traitement comptable évoqués précédemment. Le comptable est désormais un professionnel
de l’information comptable et financière destinée au pilotage de l’entreprise et de la prise
de décision.

Ce système présente trois avantages :

- La rapidité de traitement : concept d’automatisation


- D’un exercice à l’autre ; d’opérations similaires, les procédés de traitement sont jugés et
n’ont pas violation à changer : concept de standardisation.
- La conformité aux lois, aux règlements et autres textes applicables à l’entreprise est
garantie grâce aux paramètres informatiques : concept d’alignement.

III- LES OPERATIONS DE TRESORERIE


A) LES OPERATIONS DE CAISSE

Ces opérations constituent les encaissements et les décaissements des fonds. Ils
peuvent se faire soit au comptant, soit à terme. Ces opérations sont relatives aux caisses
dépenses , recettes ,coffre fort et ressources humaines.

1) La caisse recette

Elle constate les entrées de fonds dans la société. Ces encaissements correspondent
aux ventes en espèce des marchandises . Les caisses sont tenues par les caissiers recettes et
fonctionnent comme la plupart des caisses dans les supers marchés. Cela signifie que
lorsqu’un client après avoir fait le choix des articles dont il en a besoin se rend à la caisse
pour régler le montant de sa facture ; ainsi, le caissier vérifie ses articles et reçoit les espèces
du client sous délivrance d’une facture.

a) Les documents de base

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 25


La gestion des opérations de trésorerie

Il s’agit notamment :
- L’arrêt caisse recette
C’est un document établi par les caissiers des différents points de vente et qui consiste au
billetage des recettes pour la détermination du solde physique de la caisse.
- Données numériques FOGESCO
Ce sont les données informatiques de vente générée par le logiciel Fokou Gestion
Commercial (FOGESCO)
- Les reçus de collecte
Ce sont des pièces établies pour illustrer le versement des fonds au coffre.
- Les relevés de caisse
Ce sont des documents de vente fournis par les points de vente et qui servent à vérifier la
concordance avec les données FOGESCO reçues de la passerelle.
- Le billetage de versement
C’est un document établi par le collecteur et illustrant la sortie des fonds du coffre pour la
banque.

b) Arrêt caisse recette

L’arrêt de caisse est quotidien ;et s  effectue a chaque clôture de la journée

La caisse dépense

C’est celle qui permet de faire des sorties d’espèces pour le règlement des factures
fournisseurs, des opérations diverses telles que les frais de taxi, de manutention et bien
d’autres frais. Elle est tenue par un caissier dépense. Elle est approvisionnée par le coffre
fort et permet la couverture des différentes charges liées à l’activité quotidienne de la
structure.

toutefois, la comptabilité a l’obligation d’effectuer un contrôle de caisse physique chaque


semaine sanctionné par un rapport contenu dans un cahier d’arrêt de caisse et signé
contradictoirement par le caissier et l’aide comptable caisse. Le rapport est transmit au
Délégué régional qui fait ses observations ou recommandations

a) Les documents de base

Plusieurs documents servent de pièce justificative à savoir :

- Les reçus de caisse


Ce sont les documents établis en contrepartie d’un approvisionnement de la caisse.
- L’arrêt caisse dépense

C’est un document établi par le caissier et consiste en la détermination du solde


physique de la caisse.

- Les bons de sorties

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 26


La gestion des opérations de trésorerie

Ils sont établis pour matérialiser les décaissements d’espèce dont les montants sont
bien connus et les charges pour lesquelles ils sont engagés sont justifiées.
- Brouillard manuel de caisse
Document qui renseigne les différentes opérations de caisse effectuées au cours d’une
journée.
- Les bons provisoires
Ce sont les documents dressant les besoins d’espèces ; ici on ne connaît pas le montant
exact de la dépense. Ce n’est qu’après la réalisation effective du besoin qu’on a la
somme exacte dépensée. Le caissier ne doit pas enregistrer les bons provisoires dans le
brouillard de caisse ; il est réservé aux sorties définitives. Il faut noter que ces bons
doivent être justifiés dans les 48heures.
Le registre de suivi des bons provisoires
Il permet le suivi quotidien et ordonné des bons provisoires.

2) La caisse des ressources humaine

Rattache au service des ressources humaines, elle est tenue par le caissier ressource
humaines et fonctionne de la même façon que la caisse dépense à la seule différence
que les sorties effectuées pour les salaires, les acomptes, les primes, les prêts au
personnel et divers droits aux employés

IV- Procédure de traitement


Dans le GROUPE FOKOU, la source comptable de traitement doit être écrite et
chiffrée au moyen des documents comptables La procédure de traitement
comptable des caisses est la suivante :

La réception des pièces comptables : c est une étape qui fonctionne le travail du
comptable en charge des caisses,
- La vérification de l’authenticité et de la régularité des pièces : c’est une étape très
importante ; car elle consiste à comparer les données écrites aux données informatiques, il
s’agit des vérifications suivantes
a- La vérification des reçus de collecte de fond qui sont manuels ou informatisés ici ; le
montant le plus fiable est celui de l’arrêt de caisse qui est écrit à main propre par le
collecteur de fond
b- La vérification du relevé de caisses de l’arrêt de caisse aux données FOGESCO
transmis par la passerelle Nokia ; à ce niveau, ce sont les données de la passerelle qui
sont les plus fiable. Car elles sont le récapitulatif de toutes les opérations effectuées
dans les points de vente. Cependant, il peut arriver que les données de la passerelle
présente des erreurs ; dans ce cas, le comptable doit entreprendre des mesures pour
les corriger conformément aux documents.
3- La saisie des opérations dans le journal (le lot), la mise à jour et le lettrage,
4- L’édition des rapports de numérotation et le pointage
5- L’édition et la validation du brouillard définitif ;
6- Le classement des pièces comptables et du brouillard définitif ;

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 27


La gestion des opérations de trésorerie

7- Le contrôle de caisse hebdomadaire, inopiné et mensuel,


8- L’archivage en fin de période.

V- TRAITEMENT COMPTABLE DES OPERATIONS DE CAISSE.


Il est important de noter que le solde du compte caisse est toujours débiteur et
(jamais créditeur lorsqu’elle fonctionne exactement ; c’est ainsi qu’on ne saurait
effectuer une dépense pour un montant supérieur aux liquidités disponibles en
caisse.

1* LA CAISSE RECETTE

Nous rappelons qu’elle constate les entrées de fonds dans la société qui
correspondent à la vente en espèce des marchandises. Les ventes en espèces enregistrées
dans le logiciel commercial FOGESCO sont transmises dans SAARI via l’opération
d’importation qui passe d’abord par la collecte des données sur la passerelle. Il faut préciser
que la région 2 compte 21 caisses sans compter les caisses additives créées pendant la
campagne scolaire et enfin trois coffres forts répartis comme suit :

Point de vente Nombre de caisse Lieu de versement des


recettes
MESSA 05
MENDONG 02
ETOUDI 01
MELEN 01 Coffre MESSA
ETOUDI 2 01
ETOUDI 1 01
EMOMBO 01
ODZA 01
NKOLO 2 01
ESSOS 06
EKOUNOU 02
OMNISPORT 01
TROPICANA 01
MARCHE CENTRAL 01

A chaque point de vente, correspond un journal de caisse recette où sont déversées par
importation les recettes journalières respectives ; ceci permet de débiter ces différentes
caisses qui seront créditées par la suite à travers les arrêts caisse pour le versement de
celles-ci au coffre.
Les fonds transitent ainsi de la caisse pour le coffre fort et du coffre pour la banque  ;
opérations matérialisées par les arrêts caisse, les reçus de collecte et le billetage de
versement. Les écritures suivantes sont donc passées à cet effet :
- Dans les journaux de caisse recette
Il est question ici de constater l’entrée des fonds en caisse sur la base des données
importées de FOGESCO et la sortie de ceux-ci pour le coffre à travers l’arrêt caisse ; on
a donc :

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 28


La gestion des opérations de trésorerie

571 Caisse Montant

411… Montant
……… Clients Montant
. Tiers
Importation des données FOGESCO Montant
5851..1 Virement des fonds Montant
Caisse
572 Versement de fonds au coffre

Dans les journaux de coffre fort

Le comptable constate ici l’entrée des fonds au coffre avec comme document de base les
reçus de collecte et la sortie de ceux-ci pour la banque à l’aide du billetage de versement
du coffre fort

571 Montant
Coffre fort
5851..1 Virement de fonds Montant
Versement de fonds au coffre
Reçu de collette

Virement des fonds


5851 ..0 Montant
Coffre fort Montant
572
Versement de fonds au coffre

2* LA CAISSE DEPENSE

Le fonctionnement de cette caisse est simple ; mais suscite beaucoup de droiture pour
limiter les manquants. Pour décaisser, cette caisse doit au préalable être approvisionnée ;
ceci nécessite des mouvements de sortie de fonds. Les entrées de fonds peuvent se faire
par :
- Le retour en caisse de toute ou partie d’une somme retirée par bon de sortie caisse sous
présentation des pièces justificatives par le bénéficiaire en cas de retour partiel.
- L’approvisionnement de la caisse fait l’objet d’un reçu, de même, ce reçu doit comporter
le motif, le montant en chiffre et en lettre, la signature et le nom du caissier, la date et
l’heure d’émission.
Cette caisse est approvisionnée par le coffre fort et permet la couverture des différentes
charges liées à l’activité quotidienne de l’entreprise. L’écriture suivante sera donc
passée au journal de la caisse dépense :

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 29


La gestion des opérations de trésorerie

572 Caisse dépense


Montant
5851 Virement de fonds
Montant
Approv caisse dépense

Il convient de noter que cette caisse approvisionne à son tour la caisse ressource humaine et
les caisses dépenses des points de vente. Cela fera l’objet de l’établissement d’un bon de
sortie caisse qui permettra de débiter le compte 5851 (Virement de fonds) pour la caisse
ressource humaine et dépense point de vente. Ceci par la contrepartie du compte 572(Caisse
dépense).

Lorsqu’il s’agit d’une sortie d’espèce de la caisse pour les besoins biens définis, le
demandeur établit un état des besoins d’espèces, signe et fait signer le libellé du motif par
l’ordonnateur ; (il s’agit notamment des frais de taxi, de travaux, des règlements fournisseurs,
de manutention et autres frais). Après accord de l’ordonnateur, le demandeur se dirige à la
caisse pour l’établissement du bon de sortie du montant sollicité. Le caissier établit donc le
bon, signe et fait signer le bénéficiaire et l’ordonnateur puis effectue le décaissement ;

Après décaissement, l’original et la première souche du bon de sortie sont joint aux pièces
justificatives et envoyées à la comptabilité pour traitement. Le comptable caisse après avoir
reçu ces documents vérifie son authenticité. La comptabilisation se fera donc de la manière
suivante :

6181 Frais de taxi


572 Caisse dépense Montant Montant
Suivant bon de sortie N°…
Divers frais Montant
Caisse dépense Montant
6328
572 Suivant bons de sortie N°…
Achat petit matériel (vachette) Montant
6056
671 Caisse dépense Montant
Suivant bons de sortie N°…

Compte fournisseur Montant


40 /00. 572 Caisse dépense Montant
. Regl facture N°… Nom fournisseur

Après saisie des pièces comptables dans le lot, la mise à jour est exécutée et cela fait
intervenir automatiquement un rapport de numérotation à l’aide duquel le brouillard est
édité, ensuite le contrôle caisse SAARI est également édité. C’est donc à l’aide de ce

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 30


La gestion des opérations de trésorerie

contrôle caisse que le manuel d’arrêt caisse quotidien est confronté pour constater un
éventuel écart de caisse.

Lorsqu’après le contrôle physique de la caisse, on constate un excédent de caisse, il


sera comptabilisé dans le compte dans le compte 7583 au crédit par le débit du compte 57. Et
en cas de manquant, il sera débité dans le compte du principal caissier en charge de la caisse
concernée par le crédit du compte 57.

3) La caisse ressource humaine


Elle fonctionne comme la caisse dépense et permet l’octroi des bons d’espèce à
court terme, d’acompte et du paiement des salaires. A la réception des fonds, le
caissier déduit le montant des bons accordés aux employés et inscrit la masse
salariale en bon provisoire, fait signer le bon provisoire par l’ordonnateur et
procède au paiement des salaires. Le reçu d’approvisionnement est envoyé à la
comptabilité et permet la passation de l’écriture suivante dans le journal RH :

57 Caisse ressource humaine Montant

5851 Virement de fonds


MONTANT
Appro caisse RH Salaire Juin…

Après le paiement des salaires, les bulletins de paie sont transmis à la comptabilité
pour vérifier le paiement effectif des salaires. Sur la base de ce contrôle, le comptable met sur
pied un ordre d’établissement d’un bon de sortie du montant total des salaires payés à
l’attention du responsable des ressources humaines. Il faut retenir que les salaires non payés
retournent en caisse en attendant les bénéficiaires. Une fois que ce bon est établit,
l’enregistrement comptable de cette opération sera la suivante :

80YDE FOKOU YAOUNDE Montant

57 Caisse RH
Montant
Paiement salaire du mois de…

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 31


La gestion des opérations de trésorerie

B) LES OPERATIONS DE LA BANQUE

Il s’agit des opérations qui font intervenir le compte (52). Il s’agit notamment des dépôts de
fonds, des approvisionnements, des virements, des transferts, des retraits de fonds, des avis de
débit ou de crédit.

I- LES DOCUMENTS DE BASE DE LA BANQUE


Ce sont :
- Les bordereaux de versement bancaire : qui prouve le versement effectif de l’argent
dans le compte ; il peut être manuel ou informatisé.
- Les chèques émis : qui permettent de payer les fournisseurs, les sous traitants et les
prestataires. De même ils peuvent être tirés à l’ordre de nous même. C’est-à-dire pour
approvisionner la caisse/
- Les transferts : qui permettent d’assurer l’expédition des fonds entre pays.
- Les ordres de virement : qui assurent les mouvements réalisés dans notre compte pour un
autre dans le même territoire national.
- Les avis de débit ou crédit : qui sont envoyés par la banque et qui atteste les différents
mouvements réalisés dans notre compte (les agios, les ordres de virement, les frais de
listing…)
- La traite : qui permet également aux clients d’honorer leurs engagements vis-à vis de la
société.
- La remise de chèque : qui est un document joint à la copie du chèque pour le paiement
du chèque.

Face aux multiples opérations effectuées par la SOCIETE FOKOU DISTRIBUTION, elle
s’est trouvée obligée d’ouvrir les comptes dans différentes banques :

- Les comptes de recette (SCB, SGBC COURANT, ECOBANK, AFRILAND, BICEC)


- Les comptes de fonctionnement (ATLANTIQUE, SGBC SALAIRE)
En ce qui concerne la procédure de traitement des opérations de banque, celle-ci est la
même que celle de la caisse.
II- COMPTABILISATION DES OPERATONS DE BANQUE

Ces opérations se feront dans les journaux auxiliaires de banque, il s’agit précisément :

1) Le bordereau de versement :

52 Banque concernée Montant

5851 Compte de virement interne


Montant
Versement agence… En Bque

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 32


La gestion des opérations de trésorerie

2) L’ordre de virement

En provenance de FOKOU Douala

521
Banque
Montant
80DOU.. FOKOU Douala Montant

Virement en provenance de FOKOU Dla

En faveur de FOKOU KUMBO

80KUM

521 FOKOU KUMBO Montant

Banque Montant
Virement en faveur de FOKOU KUMBO

3) Les chèques émis

00 Compte tiers fournisseur x


01 Prestataire x
02 Fournisseur/ groupe x
70 Entités x

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 33


La gestion des opérations de trésorerie

52 Banque x
Chèque émis à l’ordre de…

4) Les frais et intérêts bancaires

6318 Frais divers x


6745 Agios x
4452 TVA récupération sur service x
52 Banque concernée x

Suivant listing

5) Remise de chèque
Il peut provenir d’une entité ou d’une agence

52 Banque x
Entités
70 x
80 Agence x
Chèque tiré sur…

III- CONTROLE DE LA BANQUE : ETAT DE RAPPROCHEMENT BANCAIRE

Au-delà des opérations effectuées en banque, il faut procéder au rapprochement de ces


opérations. Il se fait par la régularisation du compte banque; il est donc nécessaire pour nous
d’être capable de définir un état de rapprochement bancaire.

1) Régularisation du compte banque/ Etat de rapprochement bancaire

Le compte banque tenu par l’entreprise et le compte entreprise tenu par la banque
sont des comptes réciproques qui doivent présenter le même solde en sens inverse. Dans
la pratique, il arrive le plus souvent que les deux comptes ne présentent pas le même
solde du fait que certaines opérations enregistrées dans la banque ne sont pas prises en
compte dans l’entreprise ; pendant que d’autres opérations enregistrées dans l’entreprise
ne sont pas prises en compte à la banque. Il est donc nécessaire de faire un

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 34


La gestion des opérations de trésorerie

rapprochement entre les deux comptes d’où ETAT DE RAPROCHEMENT


BANCAIRE.

2) Définition de l’état de rapprochement bancaire

L’état de rapprochement bancaire est un tableau qui permet de mettre en évidence les
différentes opérations effectuées par l’entreprise dans la banque afin d’aboutir au même
solde à une période donnée.

3) Principe
A la banque, l’entreprise est pourvoyeur de fonds c’est pourquoi sur le relevé, le
principe de fonctionnement est réservé par rapport au compte banque dans
l’entreprise.

BANQUE DANS LES LIVRES DE L’ENTREPRISE

Débit Crédit
Augmentation

Diminution

COMPTE DE L’ENTREPRISE DANS LA BANQUE

Débit Crédit
Augmentation

Diminution

- Le premier consiste à tracer l’état de rapprochement bancaire,


- S’assurer de l’égalité des soldes initiaux des deux comptes,
- Procéder au pointage des opérations : ce qui est au débit du compte dans l’entreprise
doit se trouver au débit du relevé bancaire et ce qui est au crédit du compte banque dans
l’entreprise doit se trouver au débit du relevé bancaire ;
- Relever les éléments non pointés dans un tableau appelé ETAT DE
RAPPROCHEMENT,
- Régulariser les omissions et les erreurs éventuelles,
- Calculer les soldes rapprochés qui doivent être égaux et en sens inverse,
- Vérifier le principe de la partie double.

Présentation du tracé de l’état de rapprochement bancaire

Avant tout rapprochement, Compte banque dans l’entreprise Compte entreprise dans la banque
s’assurer de l’égalité des Débit Crédit Débit Crédit
soldes initiaux des deux
comptes

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 35


La gestion des opérations de trésorerie

Solde à la date de Solde à la date Solde à la date de Solde à la date de


l’établissement de de l’établissement l’établissement de
l’état de l’établissement de l’état de l’état de
rapprochement de l’état de rapprochement rapprochement
Libellés rapprochement
On porte les On porte les On porte les On porte les
opérations qui opérations qui opérations qui opérations qui
n’apparaissent pas sont au débit sont au crédit du sont au débit du
au débit du du relevé mais compte banque compte banque
compte banque qui qui mais mais qui
dans l’entreprise n’apparaissent n’apparaissent n’apparaissent
pas au débit du pas au débit du pas au crédit du
compte banque relevé relevé.
dans
l’entreprise
Déterminer les soldes
rapprochés
Faire les totaux des comptes

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 36


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 37


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 38


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 39


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 40


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 41


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 42


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 43


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 44


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 45


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 46


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 47


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 48


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 49


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 50


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 51


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 52


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 53


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 54


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 55


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 56


La gestion des opérations de trésorerie

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 57


La gestion des opérations de trésorerie

REMERCIEMENT

Plusieurs personnes ont contribué de près ou de loin à l’élaboration de ce


rapport. Que chacune delle trouve ici l’expression de ma profonde gratitude Nos
remerciements vont ainsi àl’endroit de :

Dieu qui nous adonné la force et l’intelligence nécessaire pour pouvoir rédiger
ce rapport

Tout le personnel de FOKOU SUPPLY en particulier celui du service


comptable

Mr CHOUAIBOU Manager de la zone 2

Mr FOKOU Bernard pour m’avoir donné l’opportunité d’effectuer mon stage


dans sa structure

Tous mes enseignants et particulièrement notre encadreur académique

Toute ma famille pour leurs soutiens moraux et financiers

Mr NGON AROUNA son attention et son soutient de toute nature

Mes frères et sœur

Mes ami(e)s 

Rédigé et présenté par BESSONG Zakari Page 58