Vous êtes sur la page 1sur 12

Réalisé par :

Ilias RAHMOUNI

Encadré par :
Mr. JBILOU

Index :
Les codeurs………………………………………………………...3
 Codeur Octal => Binaire…………………………………….3
 Codeur Décimal => Binaire………………………………3 et 4
 Codeur Hexadécimale => Binaire………………………...4 et 5
Les décodeurs………………………………………………....……5

 Décodeur Binaire => Octal…………………………………..5


 Décodeur Binaire => Décimal……………………………….6
 Décodeur Binaire => Hexadécimal……………………….6 et 7
Les additionneurs…………………………………………………..7

 Demi-additionneur (Half Adder)…………………………….8


 Additionneur complet (Full Adder)………………………….8
 Additionneur complet à retenue propagée……………………9
 Additionneur complet à retenue anticipé (Look ahead Adder)…10
Les soustracteurs……………………………………………………11

 Demi-soustracteur…………………………………………….11
 Soustracteur complet……………………………………...11 et 12
Le Comparateur……………………………………………………..12

Définition :
Les codeurs sont des dispositifs électroniques existant sous forme de circuits combinatoires. Ces
circuits sont réalisés à partir des portes logiques standards connus : AND, OR, NAND, NOR,
XOR, NXOR…

Les codeurs réalisent des fonctions de changement des bases ordinaires vers la base binaire pour
des opérations logiques après.

Codeur octal => Binaire :

Ce type de codeur dispose de 8 broches en entrée et 3 en sortie. Les 8 broches de l’entrée seront
consacrées pour les différents caractères de la base octale (1….7). Tandis que les 3 broches de la
sortie seront dédiées pour représenter le caractère octal dans la base binaire (0.1).

Table de vérité :

C B A S0 S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7
0 0 0 1
0 0 1 1
0 1 0 1
0 1 1 1
1 0 0 1
1 0 1 1
1 1 0 1
1 1 1 1

Les équations du codage: A = S1 + S3 + S5 + S7

B = S2 + S3 + S6 + S7

C = S4 + S5 + S6 + S7

Codeur décimal => Binaire :

Ce type dispose de 10 différentes caractères en entrée. En revanche il n’as que 4 broches dans la
sortie. Les dix broches sont associées pour la base décimale, tandis que les 4 autres broches sont
pour la base binaire.

La table de vérité :

D C B A S0 S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9
0 0 0 0 1
0 0 0 1 1
0 0 1 0 1
0 0 1 1 1
0 1 0 0 1
0 1 0 1 1
0 1 1 0 1
0 1 1 1 1
1 0 0 0 1
1 0 0 1 1
A = S1 + S3 + S5 + S7 + S9 B = S2 + S3 + S6 + S7 C = S4 + S5 + S6 + S7 D = S8 + S9

La réalisation ne sera opérée qu’avec des portes AND. Pour le logigramme, VOIR LE CD.

Codeur Hexadécimal => Binaire :

Pour ce cas, on aura 16 broches dans l’entrée du boitier et 4 sorties. Les 16 broches sont
destinées pour la réception des caractères hexadécimaux (1, 2, 3, …, 9, A, B, …, F), tandis que
les 4 broches sont dédié pour la base binaire afin de pouvoir représenter les caractères
hexadécimaux dans la base binaire.

Table de vérité :

D C B A S0 S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9 SA SB SC SD SE SF
0 0 0 0 1
0 0 0 1 1
0 0 1 0 1
0 0 1 1 1
0 1 0 0 1
0 1 0 1 1
0 1 1 0 1
0 1 1 1 1
1 0 0 0 1
1 0 0 1 1
1 0 1 0 1
1 0 1 1 1
1 1 0 0 1
1 1 0 1 1
1 1 1 0 1
1 1 1 1 1

A = S1 + S3 + S5 + S7 + S9 + SB + SD + SF

B = S2 + S3 + S6 + S7 + SA + SB + SE + SF

C = S4 + S5 + S6 + S7 + SC + SD + SE + SF
D = S8 + S9 + SA + SB + SC + SD + SE + SF

Définition:

Les décodeurs sont aussi des dispositifs électroniques réalisés à base des portes logiques
standards (AND, NAND, NOR …)

Ils servent à faire la conversion de la base binaire vers une autre base ordinaire telle que la base
décimale, octale, hexadécimale ou bien duodécimale…

Décodeur Octal => Binaire :

Ce type consiste à avoir 3 broches en entrée qui représentent le nombre dans la base binaire. En
revanche, vers la sortie du décodeur, on trouvera 8 broches qui vont représenter le nombre dans
la base octale.

Table de vérité :

A B C S0 S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7
0 0 0 1
0 0 1 1
0 1 0 1
0 1 1 1
1 0 0 1
1 0 1 1
1 1 0 1
1 1 1 1
S 0= Á B́ Ć S 4= Á B́ C

S 1= A B́ Ć S 5= A B́ C

S 2= Á B Ć S 6= Á BC

S 3= AB Ć S 7= ABC

Décodeur Binaire => Décimal:

Pour ce cas, il y aura 4 broches dans l’entrée qui vont représenter le nombre dans la base binaire
puis en passant par le décodeur on aura 10 broches dans la sortie afin d’avoir une broche dans le
niveau haut (1) pour indiquer le chiffre approprié.

La table de vérité :
D C B A S0 S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9
0 0 0 0 1
0 0 0 1 1
0 0 1 0 1
0 0 1 1 1
0 1 0 0 1
0 1 0 1 1
0 1 1 0 1
0 1 1 1 1
1 0 0 0 1
1 0 0 1 1
S 0= Á B́ Ć D́

S 1= A B́ Ć D́

S 2= Á B Ć D́

S 3= AB Ć D́

S 4= Á B́ C D́

S 5= A B́ C D́

S 6= Á BC D́

S 7= ABC D́

S 8= Á B́ Ć D

S 9=A B́ Ć D

Décodeur Binaire => Hexadécimal :

Dans ce cas, on aura 4 entrées aussi vers le boitier qui réalise la fonction du décodage, et 16
sorties du même boitier vers les caractères hexadécimaux.

Table de vérité :

D C B A S0 S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9 SA S SC SD SE SF
B
0 0 0 0 1
0 0 0 1 1
0 0 1 0 1
0 0 1 1 1
0 1 0 0 1
0 1 0 1 1
0 1 1 0 1
0 1 1 1 1
1 0 0 0 1
1 0 0 1 1
1 0 1 0 1
1 0 1 1 1
1 1 0 0 1
1 1 0 1 1
1 1 1 0 1
1 1 1 1 1

S 0= Á B́ Ć D́ S 1= A B́ Ć D́ S 2= Á B Ć D́ S 3= AB Ć D́

S 4= Á B́ C D́ S 5= A B́ C D́ S 6= Á BC D́ S 7= ABC D́

S 8= Á B́ Ć D S 9=A B́ Ć D SA= Á B Ć D SB= AB Ć D

SC= Á B́ CD SD= A B́CD SE= Á BCD SF=ABCD

Définition :

Les additionneurs sont des composants électroniques qui jouent un rôle très important dans
l’unité arithmétique et logique (UAL) d’un microprocesseur. Dans la pratique, les additionneurs
sont souvent réalisés à partir des portes NAND.

Un additionneur complet est constitué de deux demi-additionneur constitué chacun d’eux de


deux portes logiques (XOR et AND). Le premier demi-additionneur permet de réaliser l'addition
des deux bits  A et B. L’autre permet la prise en compte d'une retenue éventuelle.

Demi-additionneur :
Le demi-additionneur est constitué de deux portes logiques. La table de vérité suivante nous
permet de réaliser le semi-additionneur.

Table de vérité :

B A S Re
0 0 0 0
0 1 1 0
1 0 1 0
1 1 0 1

ℜ=AB

S= A ⨁ B

L’additionneur complet (Full Adder) :

Ce dispositif est simplement l’assemblage de deux demi-additionneurs en prenant compte de la


retenue d’entrée (Re).

Table de vérité :

Ci B A S Co
0 0 0 0 0
0 0 1 1 0
0 1 0 1 0
0 1 1 0 1
1 0 0 1 0
1 0 1 0 1
1 1 0 1 1
S= A ⨁ B ⨁ Ci Co= AB + ( A ⨁ B ) C
1 1 1 1 1

Additionneur en parallèle 4 bits à retenue propagée :


Ce genre d’additionneur permet de réaliser l’addition de n bits en utilisant des additionneurs
complets assemblés entre eux. Pour notre cas on, on va réaliser un additionneur en parallèle de 4
bits avec une retenue propagée.

{S=A B R+A B R+A B R+A B R¿¿¿¿


Avec la table de Karnaugh on peut simplifier l’expression de C :

AB
R 00 01 11 10
0 1

1 1 1 1

C=AB+AR+BR C=A B +A R+B R


D’après cette relation on peut écrire :

A C= A B R

{ B C=A B R ⇒ ( A+B+R ) C= A B R+ A B R+ A B R
R C= A B R

D’où l’expression de S : S=( A +B+R) C+ A B R

Additionneur en parallèle à retenue anticipée :


L’inconvénient de l’additionneur à retenue propagée c’est qu’il prend un certain temps pour la
propagation de la retenue. Pour cela on remplace ce circuit pas l’additionneur à retenue anticipé
pour minimiser ce temps de propagation, mais ce circuit nécessite davantage de composant
électronique. Donc pour cela on va calculer les retenues dans un circuit extérieur.

Afin de faciliter le calcul des retenues, on introduit deux quantités appelées G (pour Generate en
anglais) et P (pour Propagate en anglais). Pour deux quantités binaires A et B, les quantités G et
P sont définies de la façon suivante.

G = AB et P = A + B

Soient A = An-1…A0 et B = Bn-1…B0 deux entrées de n bits. On note Ci la retenue de l'addition


des i bits de poids faible de A et B. Pour accélérer le calcul des Ci, on introduit les deux quantités
Gi et Pi associées aux entrées Ai et Bi par les formules suivantes.

Gi = AiBi et Pi = Ai + Bi

La valeur Gi est la retenue engendrée par l'addition des deux bits Ai et Bi et la valeur de
Pi détermine si la retenue de Ci se propage. On a donc la formule suivante qui exprime
simplement que la retenue Ci+1 provient soit directement de l'addition des bits Ai et Bi soit de la
propagation de la retenue Ci.

Ci+1 = Gi + PiCi

En utilisant plusieurs fois cette formule, on peut obtenir les formules suivantes qui expriment
Ci+1 en fonction d'une retenue précédente et des valeurs Gj et Pj intermédiaires.

Ci+1 = Gi + PiGi-1 + PiPi-1Ci-1 


Ci+1 = Gi + PiGi-1 + PiPi-1Gi-2 + PiPi-1Pi-2Ci-2
Définition :

Les soustracteurs sont simplement des additionneurs complets avec des dispositifs de plus. En
réalité pour soustraire A de B, le soustracteur passe au complément vrai du B avec CV(B) =
CR(B) + 1

Demi-soustracteur :

Un demi-soustracteur est réalisé à partir d’une porte XOR et une porte AND avec un inverseur :

Table de vérité :

Bi Ai Di Ri
0 0 0 0
0 1 1 1
1 0 1 0
1 1 0 0

Di=A ⨁ B

C= Á

Soustracteur complet en parallèle :

Ce dispositif est un additionneur en parallèle plus des portes XOR permettant d’effectuer
l’opération du complément vrai du chiffre B par exemple.
Ce circuit réalise, dans le cas ou le signal de control S= ‘1’, l’addition de A (A3, A2, A1, A0)
avec ‘B’, qui est le Complément de ‘1’ de B (B3, B2, B1, B0) + 1.

C’est à dire, l’addition de A avec le Complément de ‘1’ de B, Ce qui


revient à effectuer l’opération:
D= A-B

Pour avoir un additionneur soustracteur, il suffit de transformer « S »


en une aiguille d’opération à effectuer. Le « 1 » pour l’addition et le
« 0 » pour la soustraction.

Le comparateur est un dispositif électronique qui permet de


comparer deux nombre binaire A et B. Le comparateur a deux
entrées A et B et trois sorties qui sont S (A>B) et I (A<B) et E (A =
B).

S= A B́
I = Á B
´
E= A ⨁ B= AB+ ´ AB
Table de vérité :

A B I S E
0 0 0 0 1
0 1 1 0 0
1 0 0 1 0
1 1 0 0 1

Vous aimerez peut-être aussi