Vous êtes sur la page 1sur 21

QUALITÉ DE L'INFORMATION CONSOLIDÉE.

MODÉLISATION
COMPTABLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU PRINCIPE D'ENTITÉ

Frédéric Pourtier

Association Francophone de Comptabilité | « Comptabilité - Contrôle - Audit »


Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
1996/1 Tome 2 | pages 45 à 64
ISSN 1262-2788
ISBN 2711734021
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-comptabilite-controle-audit-1996-1-page-45.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Association Francophone de Comptabilité.


© Association Francophone de Comptabilité. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


Frédéric Poururn
MODÉLISAITON COMPIhBLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU PRINCIPE D'ENTITÉ

Qua lité d,e l'info


l rrtdti o n
ùrtolidée
Modélisation comptable
des groupes et conséquences
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
du prin.ip. d'entité
Frédéric PounnBn

Rêsurn€ /,hstroct: Awfuy în


unsoliilded informstîon:
Modeffing $oap ûcaûnttng ml conseEtences of
La consolidation est un sujet encore Peu
étudié et la qualité des comptes de groupe lhe entltv wîndple
reste un champ d'exploration important. Ce fielà for research consolidation has bem
a
'4s
travail montre que, dans la procédure même lîttle studied though the issue of information
de modélisation comptable des groupes, exis- quality in group dtcounts remains important.
tent des fadeurs de distorsion des valeurs The basic procedure for modelling groaP
comptables, d'accroissement de la fleribilité accounts is shown in the paper n be a source of
elernmts that disnrt accounting ualues, mkrge
et d'appauvrissement de cette information.
the possibilities of dhcretionary application and
Ces travers sont liés au placage du concept
reduce the aalue of information. Tltese outcornes
d'entité et à ses conséquences opératoires : are the conseqaence of the ounall entity concept
délimiadon d'un périmètre, endogénéisation and its operational ffecx orc def.nition ofthe set
puis élimination de flux réputés u intemes ,, of subsià.iary entities within the consoli.dation,
agrégation des items comptables. Certains de elirnination of inna-groap transactions and
ces constats donnent un reliefparticulier aux aggregation of accounting items. Ceruin fin-
pratiques consolidées dans un contexte de dings in the paper tbrow light on consoli.datiort
théorie positive. trtractiæs in tbe contæt of positiue accounti.ng
theory.

vtor, .r*.- co*îorio^tto* - coNcerr,


PoLmeuE .9"lTtj_
:'uftrÉ- fnYIï:
É,1É;vraxrs INTERNEs AcnÉ,cartoN TnÉomn
- -
poztcv- Ivtucnotn Tr.z.NSFERI -

os CmronuatoN.
AccaBcanou - CouuuMc,qno[ THE1RV

(orrespondonce [AE, 35 place Pey-Berland


33000 Bordeaux

CoMpreslrtrÉ. - CoNTRôLE - Auon / Tome 2 - Volume I- mars I 996 (pp. 45 à 64)


Frédéric Pounrrnn
MODÉ,LISAIION COMPTABLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU PRINCIPE D'ENTITÉ
46
Lhistoire de la consolidation, et aussi de la comptabilité, esr marquée, surrour dans la littérature
anglo-saxonne, avec Moonitz (1944) puis Baxter et Spinney (1975), par le concept d'entité '.
Les modèles comptables actuels, qu ils traitent des sociétés ou des groupes, reposenr rous sur
cette accePtion nécessaire à l'identification et à la valorisation des fltx économiques qu'ils saisissent
et synthétisent. Il faut noter cependant que la modélisation des groupes comme entité comptable est
récente, du moins en France. Elle répond en général à un besoin particulier d'information sur des
organisations complexes que I'acteur économique a du md à appréhender. Apparus atrx É,tats-Unis
(1892),les comptes consolidés y sont réglementés dès 1933. Le Royaume-Uni dispose d'une législa-
don dès 1944,l'hlande en l963,la RFA en l965,lsraël en 1965 ', etc. [,a mise .n place en France
d'une législation sur les comptes consolidés procède implicitement de la reconnaissance du concept
d'entité
j er remonte à 1985, adaptant ainsi la seprième directive européenne.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
l,a place et I'avènement des informations consolidées se comprennent dans un contexte
a
d'agence oir les actionnaires souffrent d'une asymétrie d'information exacerbée par le gigantisme, le
poids économique, social et politique, la complexité structurelle er financière des groupes 5. Dans ce
contexte, toutes les vertus ont été trouvées à ces documents rant ils répondaient à une demande
6.
pressante

Ainsi, en consacrant les comptes consolidés, basés sur la comptabilité des sociétés, elles-mêmes
reconnues comme des entités, les institutions, les praticiens et utilisateurs divers, ont postulé l'uni-
cité du groupe, son identité et son essence d'entité à part entière. Les fondements de la consolida-
tion et la logique d'entité sous-jacente sont donc tacitement admis par les utilisateurs er
prescripteurs alors que I'on peut faire deux observations :

- peu de recherches s'intéressent à la pertinence de la consolidation en tanr que modèle de repré-


sentation comptable des groupes, même si elle a été l'objet de larges réflexions de la part des orga-
nismes de normalisation ou de conseil ;

- la qualité des informations consolidées divulguées trimestriellement ou annuellement est


sujette à caution tant par l'absence d'homogénéisation internationale que par la grande flexibilité
dont disposent les groupes français au regard de la diversité des options comptables mises à leur
disposition.
Lobjet de ce travail t est d'apporter quelques éléments théoriques soulignant cerrains rravers et
conséquences de l'application systématique du concept d'entité à la réalité des groupes de sociét& et
de compléter les éléments de réflexion sur la qualité et la fiabilité des compres consolidés.

Nous rappellerons I'essentiel des résultats de recherches empiriques ou théoriques ayanr discuté
leur pertinence (première partie). Plus qu'aux'problèmes de normalisation, d'analyse financière, etc.,
des comptes des groupes, nous nous attacherons ensuite arx problèmes fondamentaux liés à leur
modélisation comptable : ceux inhérents à l'identification et à I'appréhension de I'objet < Entité
grouPe ,. Deux :rsPects nous intéresseront : comprendre en quoi la notion d'entité peut entraîner
des distorsions dans les flux consolidés (deuième partie), et apprécier les pertes informatives résul-
tant de cette modélisation en identifiant leur origine (troisième parrie).
Nous montrerons alors qu en plus des problèmes inhérents à I'absence d'homogénéité des publi-
cations et à la flexibilité comptable qui les caractérisent, on peur trouver dans le modèle fondamen-
tal de représentation comptable des groupes d'autres aspects exacerbant ces travers.

CoMpTABrLrrÉ. - CoNrnôlp - Auorr / Tome 2 - Volume I - mars I 996 (pp. 45 à, 64)


Frédéric Poutlr.n
MoDÉLISATION COMPTABLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU PRINCIPE D'ENTITÉ,
47

W consolidation de l'entitê et quaHtê


de I'information comptable des groupes :
une fevue de la littérahrre
Pour comprendre la place des développements à venir, il est intéressant de rappeler les points essen-
dels touchant la consolidation et les études qui la concernent.

t.l. Consolidation et concepts en vigueur


Quelles que soient les normes en vigueur ', les pratiques de consolidation sont I'extension
des
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
modèles comptables classiques à une organisation complexe assimilée Pour les besoins à une seule et
même .ntr.piir.. Les principes retenus pour l'établissement des comptes de groupes varient, rappel-
lent Baxter et Spinney (1975), en fonction de la prééminence d'un point de vue juridique et patri-
monial, économique, financier ou mixte. On obtient ainsi quatre modélisations génériques des
groupes. Celles-ci se distinguent plus par le détail de leurs traitements comptables et par les choix
à'opiiorrs exisranrs que par une référence divergente au principe d'entité. Les quatre classes se distin-
guent fondamentalement sur la prise en compte des minoritaires. Loptique o Propriétaire , est une
vision très réductrice du groupe et ne reporte que les éléments afférents à la société mère : I'intégra-
tion proportionnelle en est une bonne illustration. La vision dite o Financière , privilégie le point de
vue des actionnaires de la société mère mais reporte les éléments du patrimoine des minoritaires en
dette. Le point de vue o Mixte , intercale les minoritaires entre dettes et capitaux Propres consolidés,
alors que l'optique u Économique ) ne distingue plus les catégories de propriétaires. Selon ces quatre
optiques, les éléments internes sont éliminés diversement : totalement dans I'optique économique et
au prorara des intérêts de la société mère dans la première et la seconde '. D'autres nuances comP-
tables distinguenr ces modélisations mais elles sont mineures pour ce qui nous concerne. Excepté
l'approche du o Propriéraire ,, les autres, utilisées dans les pratiques actuelles, rePosent sur une utili-
t"iion d. I'entité comme modèle. La multiplicité des concepts et des options possibles selon les
normes augmenre la flexibilité de la comptabilité des groupes et ne plaide Pas en faveur de la compa-
rabilité d., .o*pt.r '0. Ces éléments prennent un sens particulier dans ce qui suit, lorsqu on les
regarde du point de vue de la théorie positive.

1.2. Pertinence et fiabilité de linformation comptable


des groupes
Voulant assurer la prééminence de la réalité économique sur le juridique, la consolidation met à la
disposition du décideur une multitude d'options qui exacerbe le problème de la flexibilité des infor-
mations et de la n créativité u comptable. Dans le contexte de la théorie positive, la consolidation est
un suj et d'érude particulièrement intéressant.
Linformation comptable est généralement !'ue comme un outil privilégié de communication,
expliquant largement l'attitude et les pratiques des dirigeants. D'une manière très globale elle consti-
tue un vecteur de réduction de l'asymétrie informationnelle entre dirigeants, actionnaires et créan-
ciers. Elle peur êrre un outil de signalisation, mais reste avant tout un ob,iet de préoccupation de la

CoMprABtLtrÉ - CoNTRôLE - Auotr / Tome 2 - Volume I - mars 1996 (pp. 45 à 64)


Frédéric PoumEn
MODE,LISAIION COMPTABLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU PzuNCIPE D'ENTTÉ
48
Part des dirigeants au regard des contraintes qui pèsent sur eux. W'atts et Zimmerman (L978),
Hagerman et Zmijewski (1979), Bowen, Noreen, Lacey (1981), Dhaliwal, Salamon et Smith
(1982), Daley et Vigeland (1983), Hunt (1985), entre autres, onr étudié ces prariques et leurs
raisons hypothétiques. Même si les résultats statistiques ne sont pas toujours significatifs, il semble
que les choix comptables et le modelage de l'information ont comme déterminants : le type de
contrôle du capital, le mode de rémunération des dirigeants et les conrrats d'intéressem.rri, d.,
ratios contractuellement limitatifs, la taille de I'entreprise rr, etc. Les variables comptables, objets de
u choix o politiques, sont les méthodes de valorisation des stocks, la capitalisation des intérêts, les
modes d'amortissement, etc. Comme les choix comptables, les changemenm de méthodes comp-
tables relèvent de décisions politiques liées aux mêmes types de déterminants
''. Ijensembl. de ces
pratiques est pris en compte dans I'analyse des accruab avec, par exemple, Cormier et Magnan
(r9e5).
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
La consolidation est généralement assimilée à une comptabilité < sociale , des groupes mais riest
pas identifiée comme une pratique explicitement distincte de la compabilité sociale. Les études trai-
tant de la consolidation sont en fait des études portant sur les pratiques comprables d'un échantillon
composé, pour partie ou en totdité, de groupes, mais ne sont pas des ffavaux s'intéressant spéciale-
ment à la consolidation. Dans ce sens, l'analyse de la cohérence et de la convergence des pratiques
consolidées et sociales reste marginale '3. Récemment, Saada (1992, 1994a) étudie les .hoir d.
consolidation et détermine une typologie des groupes selon les combinaisons rerenues. Il montre
que les choix concernant la durée d'amortissement du goodwill,le choix du mode d'amortissement
et la valorisation des stocks s'expliquent essentiellement par la taille de l'entreprise, la structure du
capital social, le niveau d'endettement. Chalayer (1993) monrre les pratiques de lissage de résultat
en retenant les valeurs consolidées. Le reste des travaux porte surrout sur I'absence de comparabilité
des pratiques consolidées et sur leur flexibilité. Betriou, Meunier (1987), Berriou, Vignolles (1988)
étudient les pratiques de cent groupes et soulignent leur lente homogénéisation après la loi de 1986.
Azière et Simmonds (1989) montrent que la diversité des choix d'options possibles selon les pays
membres de la CEE rend I'information consolidée incomparable et très flexible. Ces constats sonr
avalisés par Evraert et Degos (1991). Enfin, par leurs études statistiques annuelles, BDA, CCAS,
GCC et HSD (1992) montrent la grande diversité de pratiques des groupes au sein même du cadre
français.
Ijensemble de ces travaux souligne la grande flexibilité que permetent les oprions comptables de
la consolidation dans I'aménagement des comptes annuels, mais aucun ne s'intéresse vraiment aux
choix n non comptables u de la consolidation : ceux inhérents à la définition de I'objet groupe.

1.3. Place de ladéfinition de I'objet groupe


dans la modélisation
La modélisation comptable d'une entité procède de detx étapes logiques : f . identificadon de I'objet
à modéliser ; 2. choix d'un système de mesure et de représentation.

Les options comptables telles que u durée d'amorrissement du goodwill r, valorisation LIFO des
stocls, etc., relèvent de choix dans le système de mesure et de représentation comptable du groupe.
En ef[èt, elles influencent les valeurs reportées dans les compres annuels. Dans ce sens, les travaux

CoMprÂBILTTÉ - CoNTRôLE - Auon / Tome 2 - Volume 1 - mars 1996 (pp. 4j à 64)


Frédéric Pounnrn
MODÉ,LTSAIION COMPTABLE DES GRoUPES ET CONSÉQUENCES DU PRINCIPE D'ENTITÉ,
49

précités ne se sont intéressés implicitement qu'à cet aspect de la modélisation des groupes. Il reste
q.r. po,tt discuter de la fiabilité des valeurs consolidées et de la pertinence des comptes de groupes,
ii a"ar"it connaltre les incidences de la première étape : identification et délimitation de l'objet
à modéliser.

Nous nous proposons d'étudier ici quelques conséquences théoriques de la définition de I'entité
consolidable, au-delà de toute pratique Purement comptable.

W Dêûmitation de fentité et distorsions


dans la stnrcture des flux comptables
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
L,adélimitation de l'entité procède d'une reconnaissance des entreprises qui sont intégrables (défini-
tion du périmètre de consolidation) et de la pondération que l'on accorde à chacune de ces filides
(méthode d'intégration). Lentité comptable ( groupe o étant subordonnée à ce périmètre, il est inté-
ressant de s'interroger sur I'incidence possible de cette procédure sur l'information comptable
et financière.

'r-i.i.:'' Délinitation de tentité et élasticité des mesures


comptables consolidêes
Le périmètre de consolidation a plusieurs conséquences logiques sur la modélisation du groupe et
donc sur les valeurs qu il publie. Par le choix d'inclusion ou d'exclusion qu il suPPose' il contribue à
préciser l'importance du groupe et permet une sélection des valeurs sociales consolidables. Par la
logique d'entité qui le sous-tend, il entraîne la distinction entre flux endogènes et exogènes, entre
flux intragroupes er flux exuagroupes, seuls ces derniers étant consolidés. Nous allons voir que ces
deux points essentiels sont à l'origine d'une certaine n élasticité , des valeurs comptables reportées.

ÎJ.I. I UOWENCE DES PÉRIMÈTRES ET É,IASTICITÉ


DES VALEURS CONSOLIDE,ES

Le choix d'un périmètre et ses variations dans le temps sont incontestablement des déterminants
essentiels des valeurs consolidées. Son contenu étant constamment modifié par les grouPes de socié-
tés, on peut s'inrerroger sur l'incidence comptable de ces fluctuations. Or les publications consoli-
dées ne laissent que très peu d'informations sur le sujet : la liste des sociétés entrantes et sortantes est
généralement disponible mais il est très difficile d'en apprécier l'impact sur I'information comptable.
En théorie, on dàit rrouver en annexe une note sur l'incidence de ces variations ; en réalité, peu de
groupes s'en donnent la peine. Pourtant, les informations proforma peuvent nous fournir une idée
de l'incidence de cette n délimitation o comptable de I'entité, en permettant la comparaison entre
des opérations identiques, mais comptabilisées à des périmètres et selon des méthodes différents.
Leur publicarion, sous la forme actuelle, préconisée par la septième directive européenne 'a, fait suite
à un. recommandation de la COB de 197515. Afin de faciliter leur comparaison avec les valeurs en
n, au périmètre p2, les comptes de n- 1 (au périmètrep1) sont ramenés à ces valeurs proforma
(publiées en n) au périmètre pz. Notons-les n l* . En comparant les comptes réels de n I , et cevx
- -
CoMITABILITÉ - CoNrnôrE - Auon / Tome 2 - Volume I - mars 1996 (pp. 45 à 64)
Frédéric Poumrn
MODÉUSAIION COMPTABLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU PRINCIPE D'ENTITÉ
50
de n- 1* (au périmètre ?z), on dispose d'informations sur l'incidence, à conditions économiques
constantes (en I'occurrence celles de n- 1), d'une modification du périmètre, de pt àp2, sur les
valeurs consolidées. Lhétérogénéité des publications proforma, leur disséminarion er leur caracrère
souvent parcellaire rendent la tentative d'analyse très aléatoire. À panir de quelques rares exemples
trouvés, on peut calculer l'élasticité d'un item comptable V sur la base de la variation d'un autre
item I seryant d'indicateur de variation de périmètre : par exemple on mesurera la sensibilité des
variations de < Résultat consolidé , aux variations de n Chiffre d'affaires du groupe , ou des u Actifs ,,
etc. l,a mesure donne alors :
vz* -Vr
Yl
,= o/o
Iz* - Ir
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
It
où : V2x est la valeur d'un indicateur comptable ou financier (rentabilité, résultat, ...) proforma,
iest-à-dire qui aurait eu lieu en n - I si le périmètre p2 avait eu cours. V1 est la vraie valeur en z l.
12* est la vdeur proforma d'un indicateur de taille du groupe permertanr de traduire l'importance
-
du périmètre (Total actifs, Chiffre d'affaires, etc.). 11 est sa vraie valeur en rc- 1. Le tableau ci-
dessous montre les élasticités calculées sur les rares informations disponibles 'n.

Tableau 1

Exrmpus D'É[AsncrÉ REIATrvr AU CHANcEMENT DE pÉRMÈnE

lxorcanuns DE vARrinoN ITIISUREE


Grcuprs lnm conouoÉ oasnvÉ
u pÊnmÈm w{rv | @l.l
Beghin-Say, '1988 Chiffre d'affaires Résultat d'exploitation 3,26
Résultat consolidé 1,78
Beghin-Say, '1989 Total produits Résultat d'exploitation 2,87
Résultat consolidé 1,57
Rhône-Poulenc, 1990 Chiffre d'affaires Résultat avant lS
et intérêts minoritaires _ 8,7
Résultat consolidé - to,t
sDV 1991 Chiffre d'affaires Résultat avant lS 0,48
Résultat d'exploitation U,O
Pinâud, 1989 Total actifs Rentabilité
société consolidante - 0,32
Rentabilité groupe - 0,17
Pinaud, 1991 Chiffre d'affaires Résultat d'exploitation 0,28
Résultat
société consolidante 0,91
Financière Agache, I991 Total actifs Résultat
société consolidante - 5t4
Résultat groupe - tlf
Rentabilité
société consolidante
Rentabilité groupe

CoMprABrLtrE - CoNTRôLE - Auon / Tome 2 - Volume 1 - mars I 996 (pp. 45 à 64)


Frédéric Poumen
MODELISAIION COMPTABLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU PRINCIPE D'ENTITÉ
5r
La sensibilité des éléments financiers consolidés aux changements de périmètres (inclusion-exclu-
sion, changement de méthodes, etc.) peut être très élevée selon les cas. Ainsi [a reconnaissance géné-
rique de I'entité masque les fluctuations très fortes qui peuvent affècter son contenu (même si iest
dans la logique des groupes d'être mouvants) et, partant, occulte la très grande flexibilité de son
information fi nancière.
Aussi, au-delà des pratiques purement comptables largement détaillées dans les travaux sur la
théorie positive de la comptabilité, la latitude dont disposent les groupes quant à la définition de
leur entité resre une source importante de distorsion des informations publiées. Ces remarques préfi-
gurent d'ailleurs celles qui suivent.

2.1,2. r' pRÉÉ,vttNENCE DE IIENTITÉ nr g,NoocÉ,NÉISATIoN DES FLux


Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
Le modèle d'entité conduit à établir une disdnction entre ce qui est ( interne D au grouPe et ce qui
lui est ( externe ,, la consolidation ne devant retenir que les opérations faites avec les tiers. Ainsi, au
sein du groupe les échanges économiques de type < Achat-Vente ) intragrouPe, n Emprunt-Prêt o,
n Cessions internes > avec plus-values, n Distribution de dividendes ,, etc., influencent, au niveau
des comptes sociaux des sociétés concernées, soit le chiffre d'afâires, soit le montant des dettes, soit
le résultat, etc. Leur élimination lors de la consolidation modifie soit le résultat consolidé (s'il ny a
pas compensation symétrique des retraitements), soit les postes concernés (chiffre d'affaires, dettes
hnancières, etc.) lorsqu'il y a symétrie des opérations réciproques. Nous allons voir que la distinction
n interne/externe , découlant de la délimitation de I'entité entraine une ceftaine élasticité des valeurs
comptables consolidées.
Ainsi, posons ci un élément des documents financiers de la filiale i. Au niveau du consolidé, on
obtiendrait sans éléments internes :

C=I ci potJr i = I, ..., n,


Si des éléments internes éliminables, B;, existent, nous avons donc :

C=I G;-{3) soit : C =Zct-ZB;


en Posant :

, --2
t'
,rB =
) B',
alors c = n (c - B).
nn
En prenant un autre élément d;,le ratio, vaut chez la filiale ;:
,,=L,
'ci
Une fois consolidée et corrigée des montants internes éliminés C[i, on obtient :

D =Zà;-Lu;.
I-:
En retenant les valeurs -ou.tt., , à =Ld'
nn
,, o = '* ,

d-u
le ratio vaut alors :
tt= \d;-Zg.i
n
>ctJ&= ,4'

CoMprÂBILITÉ - CotvrRôrc - Auon / Tome 2 - Volume 1 - mars 1996 (pp. 45 à. 64)


Frédéric Pounrrsn
MODÉ,LISATTON COMPTABLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU PRINCIPE D'ENTITÉ
52
De fait, l'élasticité par rappoft à cr, vaut :

AD

EB = soir, en fait : Eo =O .
+ _T Itt
c[
Ce résultat (pour le numérateur) est le même que ce que l'on observerait pour l'élasticité d'un
élément comptable seul de rype n flux n ou o stock o (exemple : chiffre d'affaires).
De même, l'élasticité du ratio par rapporr à B, o/o d'éléments inrernes, vaudrait :

AC
(-R
' =:-aBsoit: EB =c-P"
EB --Y-. [2]
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
B

Figure 1

Srnl|uunon or r'ÉnmcnÉ RE|ÂTtvE AUx ÉrÉMEtfis NnRNEs

% Élasticité
2 000
'l 800
I
1 600

1 400
I
1 200
I
1 000

800

600
400
200
-/
0
10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
% Éléments internes

Lévolution de l'élasticité du ratio est ici symétrique à la précédent. (t1]).


En somme, il faut remarquer que : plus il y a d'éléments internes, plus il serait important de les
connaltre Pour comPrendre la cohésion du groupe et plus l'entité est tangible économiquement.
Mais plus les montants éliminés des valeurs consolidées sont importants, plus l'information
comptable qui en résulte est sensible à la moindre variation d'élément inrerne, donc plus elle est
u malléable D et Partant' moins elle est fiable. La présence de flux devenant n internes n .t ,.rrro.rr
leur allocation restent des éléments potentiellemenr importants dans la modélisation comptable des
g{ouPes et sont des facteurs de modelage des valeurs reponées17: au-delà de 50 o/o, ils génèrenr une
forte élasticité des items comptables.

Cotr4presIurÉ - CoNrnôrp - Auorr / Tome 2 - Volume I - mars I 996 (pp. 4j à 64)


Frédéric PoumEn
MoDÉ,LISAIION COMPTABLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU PRINCIPE D,ENTITÉ
53

''1t,2;, Lissage d.es flux comptables et logique d'entité consolidêe


En continuité avec ce qui a été montré précédemment, nous nous ProPosons de montrer que la défi-
nition de l'entité groupe peut être un facteur de lissage des valeurs consolidées, notamment' Par
exemple, du résultat du groupe.

La problématique du lissage n'est pas nouvelle et s'inscrit dans celle de la théorie positive comP-
table ". Le lissage est étudié entre autres par Ronen et Sadan (1931), Mose (1987), Belkaoui et Picur
(1g84), Tiueman et Titman (1988), Albrecht et Richardson (1990) et récemment par Chalayer
(1995). Ces études reprennent le plus souvent les critères de la théorie positive : structure du capital,
contrats d'endettement, etc. Les sociétés tendent à lisser leurs résultats pour minimiser la perception
d'un risque financier par les investisseurs re et améliorer la valeur de la firme. De même, le lissage
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
s'explique vis-à-vis des créanciers car il diminuerait le coût de la deme, le risque perçu étant moindre.
Enfin, le lissage peut s'expliquer quand les cotts politiques et sociatrx sont importants et incitent les
firmes à ne pas publier des résultats pénalisants.

Les pratiques étudiées et observées relèvent de la combinaison de choix comptables ou de chan-


gement de méthodes, mais restent, comme pour les autres travau( sur la théorie positive, circons-
crites à ces seules options. Les éapes de délimitation de l'entité demeurent donc un sujet entier.

Nous nous proposons ici de montrer que la gestion active ou passive du périmètre de consolida-
tion peut êtr. un outil d. lissage des valeurs compables des groupes de sociétés, tant Par le choix de
méthodes d'intégration que par l'inclusion, la non-inclusion, ou I'exclusion de sociétés. l,a faisabilité
de cette gestion a.tiv. ne pose en pratique que peu de problèmes : la non-inclusion de filiales ou leur
mise en équivalence peur se justifier en maintenant des panicipations en dessous des seuils requis.
Lexclusion est facilitée par des changements de taux de panicipation liés à des cessions de titres.

--tÏ:t. LE cAS DES MIsES EN É,QUrvALENcE æ

Livnat et Sondhi (1986) montrent que la création de filiales financières mises en équivdence (ce qui
panicipe bien du modelage comptable de l'entité) permet de u stabiliseru les valeurs comptables
.otrrolidé.r de la société mère par transfen du risque (dispersion des valeurs) sur ces filiales. Plus
généralement, la mise en équivalence rientraînant aucune élimination des éléments internes, il est
possible alors d'en faire un outil de lissage des valeurs comptables, hors postes des capitaux ProPres,
par une politique de transfert des risques sur I'entité mise en équivalence.

Nous allons pousser ce schéma à I'extrême en opposant un périmètre comptablz excluant une
filiale donnée (mais définissant I'entité) à un périmèlre éconornique ftaliste non pris en compte par la
modélisation.

2.2.2, ENTITÉ,, DISCRIMINATION ET GESTION DES FLLIX INTERNES

Nous procéderons sur une simulation reposant sur un groupe hypothétique de deux sociétés dont
I'un., Îa mère, riinclut pas I'autre, la filiale, dans son périmètre : I'entité comptable se résume ici à la
seule société mère ".

CoMpTABILnÉ - CoNTRôLE - Auorr / Tome 2 - Volume 1 - mars I 996 (PP. 45 à (A)


Frédéric Poumrn
MODELISAIION COMPTABLE DES GROUPES ËT CONSÉQUENCES DU PRINCIPE D'ENTTÉ
54
Supposons que rn vend à/pour un montant de r. De fait, le résultat de m est accru de la quan-
tité r et celui
de /est diminué du même montant, enregistré comme charge dans ses compres
sociaux.
En appelant Rm et \f respectivement les résultats que ces deux sociétés réalisent vraiment à
l'extérieur (donc avec d'autres sociétés), on obdent la configuration suivante :

Figure 2
PÉilMÈnE ff GEsnoN DEs nux

socÉTÉ mÈnr m FIUATE F

Hors périmètre
IRésultat=Rm+rl
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
Ensemble consolidé

Enæmble économique Résultat=Rrn+Rf

La dispersion des flux financiers, R; de I'entiré économique s'exprime alors 22


:

o,r=E (i *,- rf&))'


solt : 6rs=Elll.,- + r-E(Rrn+ r)l+ [$- r- E(\4- r)]]2 ;
solt : 62s= EltF..,-- E(Rz) l* IV- E(V)l], = 6m2 + of2 + r 6*f
Comme on a supposé que ces transfens n'affectaient pas le résultat consolidé, il est logique que la
t
variance ProPre à donc celle des opérations réciproques, riintervienne pas dans le risque global de
I'ensemble économique et que celui-ci ne soit fonction que des résultats réalisés avec I'extérieur,
R7 etR*, ainsi que de leur covariance.
l,a partition dessinée en divisant I'ensemble économique en une partie consolidée et une aurre,
occultée par l'information sur le groupe, amène naturellement à s' interroger sur les risques propres à
de ces parties, pour comprendre dans quelle mesure la partition artificielle est susceptible
*":Y":
de falsifier la dispersion des flux et de favoriser le lissage. Si I'on s'inréresse en premier lieu à n I'en-
semble consolidé u, celui-ci riétant pour l'heure constitué que de la société mère, son risque global
consolidé trouve son expression dans la formule suivante :
ors=ElF.*+ r_E(Rm+ r)fz = E[tR__E(Rze)] + [r_E(r)]]2;
ce qui donne : o2g=o7æ+C/ +2Crnr.
Si I'on émet l'hypothèse, puisque iest là que nous voulons aboutir, que les résultats de transferts
internes bénéficiant à rn sont réalisés pour compenser rour ou partie d'une déficience de la part
externe (Rzz) du résultat de la société mère, on peut admettre que le coefficient de corrélation enrre
Rm et r est de - 1 . Ceci veut donc dire qu il y a pa$ute corrélation entre une baisse de la capacité de
rn à réaliser des bénéfices à I'extérieur (donc baisse de Ftm) et I'augmenration des bénéfices té"liré" n,,
détriment de filiales du groupe (f).
Dans ce contexre, le risque consolidé devient :

62r= 6*2 + Cf +2 6*, ayec Omr = pmr6m6r

CoMprABrLrrÉ - CoNrnôm - Auorr / Tome 2 - Volume I- mars 1996 (pp. 45 à 64)


Frédéric Pounrren
M6DÉLISAIION COMPT1BLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU PRINCIPE D,ENTITÉ

où pmrest le coefficient de corrélation (- 1) entre le résultat externe de la société consolidante et ses

résultats internes. Il vient que :


629= o-z + 6? -2 C*or= (O*-O)2.
Il faut consrarer que le risque propre à la société mère se trouve donc être supérieur à celui de
I'ensemble consolidé qui ne couvre jamais que la société mère elle-même.

En effet, il est évident que si o, t ot , "lor, t


L

62m> (o*_or)2.
En d'autres termes, par réalisation de transfer$ avec sa filiale hors groupe, la société mère se
retrouve avec un risque mesuré ozg (et donc publié) moindre que son risque intrinsèque o2-.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
La définition du périmètre comptabË est donc un outil potentiel de lissage des valeurs consolidées.
Ces résultats reposaient sur I'hypothèse extrême d'un coefficient de corrélation de - 1. Plus géné-
ralement, la gestion de périmètre restera un outil de lissage tant que :

P*r.
' - 26*
^6'
Nous avons monrré, au moins en théorie, que la phase cruciale que constirue la définition de
I'objet dans la modélisarion comptable des groupes pouvait être source de distorsions dans I'infor-
la volonté
-"iion comptable qui était produit. sur l'entité. Ces développements ne préjugent pas de comptable
des groupes d. I'utiliser comme telle. Il reste qu'ayant montré leur flexibilité purement
liée aux choix d'options, er celle structurelle déterminée par l'application du concept d'entité, on est
en droit d'être prudent sur la qualité et la pertinence des comptes de groupe : ces remarques Pour-
raient élargir le champ de recherche en théorie positive pour montrer l'existence d'une politique de
gestion du périmètre ou des flux internes.
Auue point essentiel des problèmes liés à la modélisation comptable des groupes, celui de la perte
informative qui en résulte est central, et ce d'autant plus que les normes de publications sectorielles ne
compensent p"r, o.t très peu, cet inconvénient, comme nous le soulignerons dans la panie suivante.

WW Entité et consêquences de fagrégation


des comptes
Indépendammenr des incidences financières de la versatilité de la structure du groupe et de ses flux
inteÀes, c'est dans la procédure de construction de I'entité à partir de ses parties constinrdves
(les sociétés) qtiapparaîtra une autre conséquence du modèle comptable qu est l'entité.
En effet, la consolidation procède schématiquement d'un cumul de valeurs comptables initiale-
ment sociales : nous allons voir que I'agrégation des valeurs, permettant en théorie de passer de
l'information comptable des n parties o à celle du o tout >, est une source importante de remise en
cause de I'intérêt de l'information financière consolidée.
La démarche utilisée dans cette paftie fait explicitement référence à la théorie quantitative de
I'information 13 synthétisée par Shannon et'Weaver (1949), appliquée.parTheil (1967, 1969) et
surtout dans le odr. .o-p.âbl. L.v (1968, 1969,l97O). La quantité d'information contenue dans
un message comptable (biian, compte de résultat, ou simplement valeur des actifs, etc.) peut s'expri-

CoMI'rABIurÉ - CoNTRôr.E - Auon / Tome 2 - Volume I- mars 1996 (pp. 45 à 64\


Frédéric Pourïsn
MODÉLISATTON COMPIABLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU PRINCIPE D'ENTITE
56
mer de la manière suivante, si l'on suppose que les documents de synthèse d'une société r peuvent
s'écrire sous forme d'une matrice colonne, c, comme une liste d'it.-, comptables a; (Ltlan et
compte de résultat inclus) :
ntf
f

c=1"'
l* |

l:::l
La.n J

dès lors, il est possible de faire une mesure d'information H : H = -


.2 -pilogpi
1= I
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
oùrpi représente la proportion de l'item i dans la masse torale. Or do.r. ,
"
pi=3-'
" zoj
Ce document possède un certain niveau de détail dans I'information qu'il véhicule, ce qui nous
Permet, sur la base de la mesure d'entropie, de déterminer l'information attendue sur la Ëase d.s
probabilités calculées. Notons par ailleurs que chaque p; s'apparente à un ratio de srrucure, ce qui
confère à H I'aspect d'r'ne mesure synthétique de ratioJ: h connotation financière de cette
est plus concrète que celle de probabilité ou d'entropie. "pproÀ.
A partir-de ces éléments, nous pouvons notrs interroger sur l'incidence de la consolidation sur la
capacité^informalv9 des comptes consolidés, et nous monrrerons que les deux étapes de modélisa-
tion' définition de l'objet puis mesure et représentation, sonr respéctivement des *ur".. de pertes
d'information.

. .,3r ii L'entité par le regroupement : incidences sur la quantité


d' information corn ptable
Pour comprendre I'incidence de l'identification de I'entité sur le caractère informatif des vecreurs
consolidés, il faut d'abord connaître la quantité d'information initiale, avanr consolidation.
Supposons que-X sociétés initiales soient présentes dans un groupe Z et que leurs comptes figu-
rent en vecteurs colonnes :
I

:
Société Société 2 Société x

1'|,j
l:?,1 li,)
Linformation totale véhiculée par
)''" ) l;;. ) ::. l;. )
ces x messages vaur :

XN 4i
Hr=I[- I PE loe?ijl où: p4 -
i=l j= 1? L aij
i=r
CoÀarresrI-rrÉ - Coll-rRôm - Auorr / Tome 2 - Volume I- mars 1996 (pp. 4j à 64)
Frédâic Pounrrsn
MODÉ,USATION COMPTABLE DES GROUPES ET CONSÉ,QUENCES DU PRINCIPE D'ENTITÉ,

De I'ensemble des sociétés découle l'entité oir elles se fondent. Pareillement, si l'on regroupe les
documents comptables pour les fondre en une seule masse d'information, gardant encore tout son
détail chiffré, on obtient une matrice de z lignes et r colonnes, représentant l'ensemble regroupé
pour former l'entité.
Ensemble des sociétés regroupées
f ^l
t a21 axl -)
|II ^lz a22 ac2

l:::l
|

L a2n Mo)
^Ln
la quantité d'information devient alors :

xn
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
a;;
Hz=-D lZ pr- logpq) o1:.: p4
xn
i=l j=l T
i=l j=l
Pour illustrer la perte informative par regroupement, passant de H1 à H2, on Peut faire I'hypo-
thèse que toutes les valeurs des items aij sont égales à a.
Nous passons alors de r messages contenant a items de valeur a et véhiculant une quantité H1
d'information égale à:
tcn )c n1 1

Hr L l- 2 pt loep;i) > (- > *t"el) 2. ln. Llognl = xlog(n).


=
i=1 j=r- =
i=r j=1" " =i=r
aii aI
avecD;;=--
t'r n ---.
na n
Za;i
j=r-
à une quantité d'information H2 égale à :
xnx n11x
Hz = I l-Z p;i logp;i) = 2
' F i-t l"gl = i 7o.L togxnl=log(xn)).
i=li=l' i=l .i =1xn xn i=l xn

aiial
avec b;; =
'! x n xna xn

i=Ij=r
De fait, la perte d'information résultant du regroupement se calcule comme suit :

àH =Fi,1-F{z= xlog(n) - log(zzx) > o.


Il s'agit bien d'une perte d'information puisque dH > 0.
Nous avons ensuite :

dt1 = xlog(n; - log(r) -log(n) = (r - 1)log(n) -log(x).


Nous pouvons représenter l'évolution de la perte d'information dans le cas précis que nous avons
simulé sur la figure 3 paçc suivante.

CoupralnrrÉ - CoNrRôLE - Auotr / Tome 2 - Volume I- mars 1996 (pp. 45 à 64)


Frédéric Poumrn.
MODÉ,LISATION COMPTABLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU PRINCTPE D'ENTITE,
58
Figure 3
ftrn o'tHronmalou pAR REGRoUPEMENT

Information en bits

160

1:n=40
2:n=30
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
3:n=20

X = Nombre de sociétés
Ilapparaît donc que, plus le nombre de sociétés initiales est élevé, plus leur regroupemenr, sans
agrégation, est conséquent. De même, plus le document d'origine est détaillé, plus il y ade posres
comptables, donc plus la perte est importante.
C'est ici que la consolidation des comptes présente une certaine spécificité : sans qu'aient été
envisagés les cas d'agrégation, au sens habituel du terme, le simple regroupement de sociétés, au sein
d'une même entité, procède d'une perte d'individualité des informations initialemenr conrenues
dans les comptes sociaux, et parrant, génère une perte d'information.
La valeur informative que représente l'identification de I'origine de chaque information comp-
table n est pas mesurable a priori, mais seulement a posteriori, une fois le regroupemenr réalisé.
Ainsi, la consolidation, dont l'essence est la production d'une information comptable sur un
regroupement d'entreprises est, en soi, un facteur de perte d'information important.
Nous allons voir que cette perte continue avec le cumul des valeurs comptables nécessaire pour
obtenir des valeurs consolidées.

:-,,ii., Agrégations des valeurs comptables et informations


sur I'entité
l,a seconde étape de la modélisation suppose I'agrégation des valeurs comptables seryant de supporr
aux valeurs comptables produites pour l'entité.
Après regroupement, les valeurs des items sont cumulées comme suit pour donner les compres
agrégés :
x
ùai1
-alr urf i=l
IAt
x
|
I

I
"t, ax)
-l |

l€

I
h.iz
j=1 =t: lAr

LalTa a)cn J r_Al


x
Lant
i=7
CoMlrasturÉ - CoNTRôLE - Auorr / Tome 2 - Volume I- mars 1996 (pp. 45 à 64)
Frédéric PounïsR.
MODE,USATION COMPTABLE DES GROUPES ET CONSEQUENCES DU PRINCIPE D'ENTITÉ,
59
De fait, la quantité d'information présente dans le message ultime, agrégé, vaut :

x
Zail
Ha = - .2
n
losqi .
ovtqj= i= r '
J= t
,q1 . "
i=l j=f
Si l'on reprend I'hypothèse simplificatrice avec aii = a, on obtient :

lJxnrucA
,7i, xA
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
;=I i=1"
Linformation résiduelle véhiculée par le message comptable consolidé vaut alors :
n
nu = - .f
J= ,.#t"e h= tog (n) .

Ce résultat était prévisible, en ce sens que les hypothèses que nous avons formulées quant aux
caractéristiques des comptes sociaux des r sociétés ne pouvaient conduire qu'à obtenir un compte
consolidé de même srructure, et présentant le maximum d'information possible, chaque item conso-
lidé étant équiprobable.
IJécan d'information se calcule alors comme étant:
dLI H3 = log(nr) -log(n) = log(r).
=Hz-
Dans la simulation, la perte d'information, résultant du cumul des valeurs préalablement regrou-
pées, suit une loi logarithmique de base deux, en fonction du nombre de sociétés consolidées.

Figure 4
Prnrr o'tHroRmanoN pAi AGRÉGAToN DEs mMs coMnABus

Quantité d'information (bits)


4

20 30

CovpresrurÉ - CoNrRôLE - Auotr / Tome 2 - Volume I- mars 1996 (pp. 45 à' 64)
Frédéric PoumEn
MODEUSAITON COMPTABLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU pRrNCrpE D',ENTTTÉ,
6o
En définitive, I'information totale perdue par consolidation peut se calculer ainsi :

d'H = xlog(n) -log(n) = (r_ 1) log(n).

Figure 5
SvurxÈse suR t A pERITE o'ruroRmnnoru

Quantité d'information (bits)


Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
1 '. perte globale
2: perte par regroupement
3 : perte par agrégation finale

x sociétés

Fait remarquable, iest donc le regroupement des sociétés, implicite lors de la consolidation, qui
induit le maximum de perte d'information. IJagrégation ûnale des items regroupés resre modeste
quant à son incidence sur le contenu informatif global.
On a vu que le concept d'entité était à la base d'une évidente déficience au niveau de l'informa-
tion véhiculée par les comptes consolidés : mais en soi la perte d'information esr un fait sans
surprise. Seule l'origine exacte nétait pas claire.

Conclusion
liobjet de ce travail était de montrer que la modélisation comptable des groupes reposant sur le
placage du concept d'entité pouvait entraîner diftrents problèmes : une flexibilité de I'information
comptable consolidée plus forte que celle inhérente aux comptes sociaux, et un pouvoir informatif
très réduit. Gestion du périmètre, modification des méthodes d'intégration, allocation et régulation
des flux intragroupes sont des facteurs essentiels modelant I'information publiée et ce d'autant plus
gravement qu'on ne dispose que rarement de détails pertinents sur ces élémenm. En théorie, les
pertes informatives sont, elles, partiellement compensées par I'obligation touchant les publications
sectorielles. Malheureusement, en France, ces obligations n'ont trait qu'au chiffre d'affaires et,
comme le montre Pourtier (1995), du point de vue de la théorie de l'information, cet apporr est
informativement nul. Sur la base de ces constats, la fiabilité des comptes consolidés, si elle riest pas
remise en cause, doit être appréciée avec une prudence plus grande encore que celle des comptes
sociaux dont on connaît les limites classiques.
Par ailleurs, ces remarques pourraient constituer un point de départ pour développer de
nouveaux arguments dans le cadre de la théorie positive comptable : la prise en compte de pratiques
( non comptables o, ayant des conséquences financières importantes, pourrait être un champ d'ap-

CoMprÂBrl-rrÉ - CoNrRôLE - Auon / Tome 2 - Volume I- mars I 996 (pp. 45 à 64)


Frédéric Poumnn
MODÉ,LrSAnON COMPTABLE DES GROUPES ET CONSÉ,QUENCES DU PRINCIPE D',ENTITE,
6r
plication élargissant les recherches sur le sujet. Cependant, s'il est facile de disposer dans les annexes
d'informations sur les méthodes de valorisation des stocls par exemple, il est très difficile de se faire
une idée correcte du montant des éléments internes ou de l'incidence des fluctuations de périmètre
lorsque les annexes sont vides...
En somme, la flexibilité dont disposent les dirigeants pour construire leur information comp-
able consolidée repose sur deux facteurs : comptable (choix comptables) et structurel (périmètres et
flux internes). Il est difficile de normaliser le second dans la mesure, par exemple, oir les entrées et
sorties du périmètre peuvent être jusdfiées par une modification, même mineure, des participations.
Pour homogénéiser les publications des groupes il n'est donc possible que de les normaliser en rédui-
sant les options comptables, de qystématiser une information sur les éléments internes et proforma
plus complète en annexe 2a, ce pour quoi plaide ce travail.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
l{oter bénéfices de la société mère ; de même pour
Km,so, Mernz, Movs,n (1969) qui, avec GBNTnY
1. Voir aussi : American Accounting Association et JoHNSoN (1971), FNNry er MILLER (1960) y
Comminee Repon (1965), n The Entity Concept >,
ûouvent aussi une base d'information des crédi-
Tbe Accounting Reuiew, Avril, pp. 358-367. teurs préférable. Ilaspect prédictif des valeurs
2. Voir : EnNsr et'W'HINNcy (1980) : u Consolida- consolidées est avancé par Metcs et JoHNsoN
ted Accounts in Europe : Currenr Practices and (1967), W'ants ( l97I), et l'Accountans Inter-
the Likely Impact of the EEC Seventh Directive >, national Srudy Group (1973), quant au résultat
Financial Times, Management repor$, pp. 8-9. de la société mère, et par Gor,ooN et SHILLIN-
Voir aussi : F. CoI-wsr (1990) : La pratique des cuw (1964), pour celui des filiales.
cornptet consolidls, CLET p. 14 7. I-es éléments essentiels de ce papier sont issus
3. Rerrecnau J., Durrrs P, CoRnr J., on MrNoN- d'un travail doctord : voir Pountlrn (1994) pour
vnt-s D. (1989) présentent et discutent les diffé- plus de détails.
rentes optiques de consolidation. 8. IAS 27, 28 pour les normes internationales,
4. Voir JncqurLLAT, LrvRssrun M. (1984), Z directive européenne, loi du 3 janvier 1985, du
CHennnnu G. (1987, 1993) pour une synthèse. 14 décembre 1985 et du 26 juillet 1991, décrea
du 17 février 1986 et du 17 janvier 1990 pour la
À ttotr. connaissance, un seul travail érudie expli-
France.
citement I'avènement des comptes consolidés
dans un contexte d'agence : \?'uIRRr,o G. 9. Voir : Hemo A.4., IvtoIstc. L.F., St'lrs RE.
(1987),
(1985), Aduanced Accounting, John \ù7iley and
The Derived Demand for Consolidated
n
Sons, pp. 437446. læs implications financières
Financial Reponing ", Journal of Accounting and
peuvent se voir sur des exemples simples, voir :
Econornics, n" 9, pp. 259-285.
p. 445.Voir aussi : RarrrcrRu J., Dunns P,
Comme le souligne Vat-rrR (197 6), I'udlisation Connr J., DE MENoNVII-n D. (1989) , pp. 62-67.
des comptes consolidés a largement devancé les
10. En ce sens, I'IASC a envisagé une révision des
concepts qui y sont associés : les essais de jusdfi-
cations théoriques qui s'y rapportent ne viennent
normes IAS 2, 8, 9, Il, 16, 18, 19, 2I,22,23
applicable dès 1995.
qi a posteriori rappellenr RalnecEnu J., Durlx P.,
Connr J., oe MINoNVTLLE D. (1989). Il en ll.Voir W'nrrs R. et ZIUUERMAN J. (1986), ainsi
résulte que la diversité des opinions sur l'intérêt que RarrounNlan B. (1990) pour plus de détails.
12. lVerrs R. er ZrvvenvaN J. (1986), ReprouR-
des comptes consolidés se fait l'écho de l'absence
patente de recherches sur le sujet. Par exemple, Nrr,R B. (1990), Ibid.
KEsrEn. (1939), Eccr-Esrou (1930), FINNSy 13. Hors Lr,rHnN (1991), aucun travail, à notre
(1957), y voient surtout un meilleur report des connaissance, ne rapproche les pratiques sociales

CoMprÂBILITÉ - Cor.rrRôLE - Auon / Tome 2 - Volume I- mars I 996 (pp. 45 à 64)


Frédéric Poumrn
MODÉ,LISATION COMPTABLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU PRTNCIPE D'ENITÉ
6z
et consolidées d'une même société mère. De plus, (1973) ont traité de I'utilisation de cette théorie à
ce n'est pas explicitement un travail sur les des fins comptables et financières. Voir aussi
pratiques comptables : I'auteur monûe les effets Seaon (1994b) pour une synrhèse récente. Luti-
sur le marché boursier de publications sociales et lité de cette approche est soulignée par Conrru"t
consolidées convergentes ou non, indépendam- (1982).
ment du détail des choix comptables. 24.Une sorte de n bilan et compte de résultat u
l4.Yoir : RelrecnRu J., DurrH P, Connr J., interne ne serait pas de trop.
DE MENoNVILLE D., op.cit., p.734.
15.Bull. (septembre 1975) n" 74. Bibliogrophie
16.Nous avons choisi des indicateurs simples (en
fonction de ce qui était disponible selon que le Accountants' International Study Group (1973),
bilan proforma ou le compte de résultat étaient Cons o lidated Financia I Satemmts.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
présents) pour quantifier le mouvement global American Accounting Association (1965), The
du périmètre : le chifte d'affaires, le total des
"
Entity Concepr,", The Accounting Reuiew, Avril'
produits réalisés, ou le toal des actifs. pp.358-367.
17.Indépendamment d'une politique d'allocation ArsRErcH D., RrcHanosoN F. (1990), o Income
des flux internes : l'érude de I'existence de cene Smoothing by Economic Sector ,, Journal of
hypothétique politique serait un autre sujet. Business, Finance and fucounting Vol. 17, n" 5,
l8.Voir Cnarayln (1994) pour une qynthèse et PP.7r3-730.
CHar"cyln (1993, 1995) pour une érude française. AztÈnss O., SrvrvroNos A. (1989), Lbdyssée comp-
19. Un des déterminants du risque perçu resrant I'ir- table europémne : 1993 ou 2001 i, Touch Ross.
régularité ou la dispersion des valeurs financières.
BnsIcH G. (1975), o The Application of Information
À ce titre, I'utilisation de mesures de variances se
Theory to Accounting Repons : an Appraisal ,,
justifie pour apprécier le risque (ou plutôt un des
Abacus, Vol. I l, n" 2, décembre, pp.772-181.
éléments du risque).
Bexrnn G.C., SprNNey I.C. (1975), n A Closer Look
20. l,a mise en équivalence de sociétés contrôlées esr
at Consolidated Financial Statements Theory o,
possible dans le cas de comptes à strucrure très
CA Magazine, janvier, pp. 3l-36, et février,
différente de celle des autres sociétés. En
pp.31-35.
revanche, une activité différente ne justifie pas à
elle seule I'exclusion de I'intégration globale pour BDA, CCAS, GCC, HSD (1992), L'infonnation
une mise en équivalence. Dans ce sens IAS 27 et fnancière : 100 groupes indusniels et commerciAux,
28, qui voient dans I'existence d'une information I, Paris, InterEditions.
I 99

sectorielle la iustification du maintien de sociétés Brrraoul 4., PIcun R (1984), n The Smoothing of
d'activités très différentes dans I'intégration Income Numbers : Some Empirical Evidence on
globale. Systematic Differences Between Core and
2l.Volontairement simplise, cer exemple rfest pas Periphery Industrial Sectors ,, Journal ofBusiness,
exclusif de simulations plus complexes où r
socié- Finance and Accounting, Vol. ll, n" 4, pp. 527-
tés sont maintenues hors périmètre par la société 545.
mère, et y filiales sont intégrées : les conclusions BenNenor L, Copei,cND RM. (1970), n Some
seraient les mêmes pour un développement beau- Problems in Applying an Information Theory
coup plus lourd. Approach to Accounting Aggregation ,, Journal
22.Yoir PouRlr,n (1992) pour I'approche du risque ofAccounting Research, printemps, pp. 95-93.
consolidé. Brrpuou J.-L., MEUNTER C. (1987), n Linformation
23. D'autres auteurs tels que BnstcH (1975), financière des sociétés cotées : qualité et interpré-
BEmranor et CoprLRrlo (1970), Boslrcr tation des comptes consolidés ,, XII' journée des
(1968), Les et BEoroRD (1969), RoNnN er FALK Centrales de bilan. Paris.

CotuprasrltrÉ - CoNTRôLE - Auon / Tome 2 - Volume 1 - mars I 996 (pp. 4j à 64)


Frédéric Pounrrrn
MODÉ,LISATION COMPTABLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU PRINCIPE D'ENTITÉ,
63
Bcrruou J.-L., VIcNonrs M. (1988), Politiqae Drwrwer D., SerRvoN G., SvrtH E. (1982), " The
dimage dzs groupes : cboix dts options dc consolida- Effects of Owner versus Management Control on
tion, Crédrt National. The Choice of Accoundng Methods
", Joumal of
Bosr-wtcr C.L. (1968), u The Use of Informadon Accounting and Econornics,YoI. 4, pp. 4I-53.
Theory in Accounting o, Management EccLssroN D.\(C. (1930), Modem Accounting
Accounting, Vol. XLIX, juin, pp. Il- 17. Theoryt and Practice, John Viley and Sons.
BovBN R.M., Nonrr,N E.Wl, l.ncsy J.M.(1981), Ep.trts.r et \TsINNnv (1980), u Consolidated Accounts
o Determinants of Corporate Decision to Capita- in Europe : Current Practices and the Likely
lize Interest
", Journal ofAccounting and Econo- Impact of the EEC Seventh Directive ,r, Finan-
rnics, aottt, pp. I5I-179. cial Times, Management reports.
Cuar-qnn S. (1993), o Le lissage des résulats : une EvnerRr S., Drcos J.G.(1991), o French Accoun-
étude empirique du compomement des entre-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
ting Today>, Papier de recherche, no 91-10,
prises françaises >, in Aaes du congrès dc I'AFC, CREGE, Bordeaux.
Toulouse, pp,323-338.
FnNev H.A.(1957), Principles of Accounting, Pren-
Cr:ar,qyen S. (1994), u Les incitations aux pratiques tice Hall, Englewood Cliffs.
de lissage des résultats : une synthèse de la littéra-
ture n, in Actes du congrès dt I'A-FC, Paris D(
FtNNEv H.4., MIU-sn H. (1960), Principlzs of
Accounting-Adaanced, Prentice Hall, Englewood
Dauphine, pp. 851-865.
Cliffs.
Crw-evrn S. (1995), o Manipulation des variables
GnNrnv J.4., JoHNsoN G.L. (1971), Finney and
comptables à des fins de lissage des résultats ,, in
Actes du congrès dz I'AFC, Monryellier, pp. 1207-
Milkri Principlzs of Accounting-Aduanced, Pren-
tice Hall, Englewood Cliffs.
7222.
CHennrntx G. (1987), n la théorie positive de GonooN MJ., Sun-uNGrAw G. (1964), Accounting
I'agence ,, in De nouuelles théories pour gérer l'm-
- A Managemmt Approach, RD. Irwin, Home-
wood.
treprise, Economica.

Crnnnpnlrx G. (1993), u Théorie financière et straté- Heclnu.eN R, ZuUnwsK M. (1979), n Some

gie financière >>, Reuue Française dz Gestion, Economic Determinant of Accounting Poliry
janvier-février, pp. 46-63. Choice ", Joumal of Accounting and Ecanomics,
aott, pp. 141-161.
COB (1975), Bulletin, septembre.
Harur,o 4.A., lvnm,rr, L.F., Surru R.E. (1985),
Cosseu'r R. (1982), Efficacité et validité des indica-
o
Adaanced
'4ccounting, John
Viley and Sons,
teurs financiers ,r, Gestion 2000, n" 3, pp.36-5I.
pp.437446.
ColtNet F. (1990), La pratique dzs coln?tes consolidés,
CLEI p. 14
HuNr H. (1985), u Potential Determinants of
Coqporate Inventory Accounting Decisions >,
CoRvreR D., MacNeN M. (1995), u l,a gestion stra-
Joumal of Accounting Research, Yol. 23, pp. 448-
tégique des résultats : le cas des firmes publiant 467.
des prévisions lors d'un appel public à l'épargne ,,
Compubilité, Contrôtz, Audit, n" 1, tome 1, Jacquu-rnr B., LavesseuR M. (1984), u Signarx,
mandats et gestion financière : une synthèse de la
pp.45-61.
littérarure ,r, Finance,Vol. 5, n' 1, avril, pp. 5-83.
D.anv L.A., Vrcei"cNo R.L.'(1983), u The Effects of
Kesrsn R.B. (1939), Accounting Theory and Practice,
Debt Contenants and Political Costs on The
Choice of Accounting Methods : The Case of Vol. 2, Ronald Press.
Accounting for R & D Costs ,, Joumal of Krlso D.E., MAr-J"rz R.K., Movsn. C.A. (1969),
Accounting and Economics, Vol. 5, décembre, Intermediate Principles of Accounting, I. \ùfiley and
pp. r95-2r1. Sons.

Covp-resnnÉ - CoNTRôLE - Auotr / Tome 2 - Volume I - mars 1996 (pp. 45 à 64)


Frédéric Poumrn
MODEUSAIION COMPTABLE DES GROUPES ET CONSÉQUENCES DU pRrNCrpE D'ENTITÉ
64
Lns,C.L., Bs,oroRo N.M. (1969), n An Information RoNnN J., Fru-r G. (1973), n Accounting Aggrega-
Theory Analysis of the Accounting Process ,r, Tlte tion and the Entropy Measure : an Experimental
Accounting Reaiew, avril, pp. 256-275. Approach ,, The Accounting Reaieu, octobre,
Lr THaNU T. (1992), u Râctions des investisseurs pp.696-717.
aux publications des résultats sociaux et consoli- RoNrN J., Saoex S. (1981), Smootbing Incorne
dés >, Papier de recherche, n" 9203, CREFIGE, Nurnbers : Objeaiues, Means and lrnplications,
Paris IX Dauphine. Addison Wesley.
Lrv B.(1968), The Aggregation Problem in Finan-
u Seeon ï (1992),Théorie de I'information er coml>
n
cial Statements : an Informational Approach r, tabilité Mémoire, IRG Paris Val-de-Marne.
>,

Journal ofAccounting Researcb, Vol. 6, n" 1, prin- SeeoeT. (1994a), n la communication financière de
temps, pp. 247-261. l'entreprise et son impact sur l'évaluation par le
Lsv B. (1969), Accounting and Inforrnation Theory, marché : une synthèse de la linérature ,, Écono-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 196.234.249.168 - 05/06/2020 13:47 - © Association Francophone de Comptabilité
American Accounting Association. mies a Sociétés, SG n' 20, pp. 85-112.
Lav B. (1970), u The Informational Approach to Saaoa T (I994b), u Théorie de I'information et
Aggregation in Financial Statements : Extensions r, compabilité financière ,r, MC, n'255.
Journal ofAccounting Research, printemps, pp. 7 8- SHaNNoN C.E., rù7rnwR \?: (1949), Tlteory of
94. Communicatioa, University of Illinois Press.
LrvNar J., SoNoHt A.C. (1986), < Finance Subsidia- THEII- H. (1967), Economics and Information Theory,
ries : Their Formation and Consolidation >, Jour- Nonh Holland Publishing Company, Amster-
nal of Business Finance and Accounting, Vol. 13, dam Rand McNally & Company, Chicago.
printemps, pp. 137-147. Ttretl H. (1969), o On the Use of Information
MEIcs WB., JornsoN C.E. (1967), Accounting : Theory Concepts in the Analysis of Financial
The Basisfor Business Decisiow, Mc GrawHill. Statements ,, Managernmt Science, Vol. 15, n" 9,
MooNtTz M. (1944), The Entity Theory of Conrolidz- mai, pp. 459-480.
ted Statetnmts, American Accounting Association. Tnur,uex B., TtlraaN S., o An Explanation for
Poumnn F. (1992), n Risque consolidé et variables Accounting Income Smoothing ", Journal of
de la consolidation u, in Annales du Management, Accounting Research, Yol. 26, suppl., pp. 127-
Vol. 2, novembre, Nancy, pp.5l-67. r39.
PountER F. (1994), u Contribution à Ia connais- \TarrsR R.G. (1976), o An Evaluation ofThe Infor-
sance de la qualité de I'information comptable et mation Conveyed by Consolidated Financial
ûnancière consolidée u. Thèse de Doctorat en Statements r>, Abaczs, décembre, pp. 77 -I15.
'S7arus
Sciences de Gestion, Université de Bordeaux I, R'W: (1970), Accounting : A Modem
IAE de Bordeaux. Approach, Mc GrawHill.
PounttnR F. (1995), u Linformation financière désa- 'Warrs
R, ZtvurnvaN I. 0978), u Toward a Posi-
grégée : une analyse théorique et empirique des tive Theory of the Determination of Accounting
publications sectorielles r, Papier de recherche, Standards ,, The Accounting Rniew, janvier,
n'9506, CREGE, IAE Bordeaux. pp.172-134.
Rerrs,cs,e.u J., Durrrs P., ConRn J., oe MnNoxvtLlt Werrs RL., ZuraNarnvAN J.L. (1986), Positiue
D. (1989), Les comptes consolidls, F. Lefebvre. Accounting Tlteory, Prentice-Hall.
RarrouRNtsR B. (1990), u La théorie positive comp- \THtrrREo G. (1987), o The Derived Demand for
table : une revue de la littérature ,. Economie et Consolidated Finanàial Reporting
", Joumal of
sociétés, Série gestion, n" 16, I l, pp. 137-166, Accounting and Economics, n" 9, pp. 259-285.

Vous aimerez peut-être aussi