Vous êtes sur la page 1sur 23

La consolidation

Introduction et éléments de cours

1
Sommaire

• Les objectifs de la consolidation


• Les problématiques de la consolidation
• Les formes de contrôles
• Les trois méthodes de consolidation

2
Les objectifs de la consolidation

3
Les objectifs de la consolidation

• La consolidation a pour objectif de donner une vision économique


globale de la maison mère et des sociétés sur lesquelles elle a une
influence (les filiales et les participations). Il s’agit de comprendre les
résultats et le patrimoine d’un Groupe de sociétés (en première
analyse).
• L’influenceva résulter des liens financiers et juridiques entre la société
mère et ses filiales ou ses participations.
• Très schématiquement, la consolidation va consister à «additionner»
les comptes individuels des sociétés incluses dans le Groupe pour
établir ses comptes.
• Il s’agit d’un instrument indispensable à la compréhension des
comptes des grands groupes internationaux et nationaux. L’essentiel
de la communication et de l’analyse financière est effectuée sur des
comptes consolidés.
• Exemples : Bouygues, Vivendi, BNP Paribas, EDF, Coca Cola, …

4
Les objectifs de la consolidation – exemple : la
structure simplifiée du Groupe Bouygues

Source : site web de Bouygues

5
Les objectifs de la consolidation – exemple : la
structure simplifiée du Groupe Vivendi

Source : site web de Vivendi

6
Les problématiques de la consolidation

7
Les problématiques de la consolidation

• Déterminer les sociétés qui doivent être consolidées : établir le


périmètre de consolidation.
– Quel contrôlea la maison-mère sur ses filiales et ses participations ?
– Quels sont les droits des actionnairesautres que la maison mère ?
– Notion de Groupe et de périmètre de consolidation.
• Adopter un référentiel commun pour les sociétés qui doivent être
consolidées, c’est à dire établir des comptes selon les mêmes règles,.
– Cas des sociétés qui ont des filiales à l’étranger (devises différentes, règles
comptables différentes, …),
– Cas de sociétés exerçant des activités différentes et soumises à des règles
comptables distinctes,
– Importance des normes comptables internationales (IFRS),
– Importance des «normes comptables du Groupe».

8
Les différentes formes de contrôle

9
Les différentes formes de contrôle - Pourcentage
de contrôle et d’intérêts

Le type de contrôle exercée par une société sur une autre est
déterminée par le calcul du % de contrôleen fonction des
DROITS DE VOTE
(que la société mère peut exercer chez sa fille)

Ce qui est différent des droits au résultat, calculés en fonction des


INTERETS
(la part du capital de la fille détenue par la société mère)

10
Les différentes formes de contrôle - Les types de
participations

Participation directe Participation indirecte Participations croisées

Société Mère Société Mère Société A

Fille A

Fille Société B
Fille B

11
Les différentes formes de contrôle

• Le contrôle exclusif ( notion de filiale) :


– Détention directe ou indirecte de la majorité des droits de vote,
– Détention d’au moins 40% des droits de vote, aucun autre actionnaire n’en
détenant davantage,
– Désignation, pendant deux exercices successifs, de la majorité des organes
de direction,
– Influence dominante en vertu de clauses statutaires ou de contrats, si la
société dominante est actionnaire.
• Cas le plus fréquent dans un Groupe, la filiale dépend exclusivement
de la mère. Certains Groupes ont même pour politique de limiter au
maximum la présence d’actionnaires minoritaires dans leurs sociétés.

12
Les différentes formes de contrôle

• L’influence notable (participation minoritaire)


– Pas de contrôle exclusif, mais plus de 20% des droits de vote
– Exemple : participation de Bouygues dans Alstom. Dans certains pays, les
groupes internationaux ne peuvent avoir des participations excédant
certains seuils.

• Le contrôle conjoint (notion de joint-venture)


– Plusieurs sociétés (en général deux) se partagent une filiale à parts égales
– Exemple : les joints ventures. Deux groupes mettent en commun des
moyens humains et technologiques au service d’un projet dans une société
commune afin de partager les coûts financiers mais aussi les bénéfices.

13
Les différentes formes de contrôle - Exemples
de joint-venture – Le Groupe SAFRAN

• Famat - FabricationsMécaniquesdel’Atlantique
Famat est une filiale commune à 50/ 50 de Snecma
et de General Electric Transportation Aircraft
Engines (GEAE). Implantée à St Nazaire (France),
elle est principalement destinée à la production en
série de carters de turboréacteurs.
www.famat.fr
• CFAN
Filiale commune 50/ 50 de Snecma et de General
Electric Transportation Aircraft Engines (GEAE),
CFAN est implantée à San Marcos (Texas). Elle
produit des aubes de soufflante de turboréacteurs
en matériaux composites à fibres de carbone.
www.c-fan.com

Source : site web de Safran

14
Les différentes formes de contrôle – Exemple
chiffré.

• Exemple : les participations indirectes.


– La société M détient :
• 75% des actions de la société A
• 25% des actions de la société B
• 22% des actions de la société C
– La société A détient :
• 30% des actions de la société B
• 10% des actions de la société C
– Déterminer les % d’intérêts et de contrôles.

15
Les trois méthodes de consolidation

16
Les trois méthodes de consolidation - Définition

• A chaque situation de contrôle correspond une méthode de


consolidation spécifique :

Contrôle exclusif Influence notable Contrôle conjoint

Intégration Mise en Intégration


globale équivalence proportionnelle
(IG) (MEE) (IP)

17
Les trois méthodes de consolidation - Principes

• Intégration globale et proportionnelle : on intègre au bilan et au


compte de résultat la quote-part de chaque élément du bilan et
du compte de résultat de la filiale.
• Mise en équivalence : on remplace la valeur d ’acquisition des
titres chez la mère par la part de situation nette et du résultat de
la fille lui revenant ( il existe un écart entre ces deux valeurs :
l’écart de première consolidation )
• Les calculs de consolidation se font au prorata de la détention
du capital, donc des pourcentage d’intérêts.

18
Les trois méthodes de consolidation - Exemples

• Exemple de détermination du périmètre de consolidation : page


104 – du recueil de cours.

19
Les trois méthodes de consolidation -
L’intégration globale

• Intégration des éléments du bilan et du compte de résultat de la


fille dans le bilan et le compte de résultat de la mère,
• Élimination des opérations réciproques (intercos),
• Élimination des titres détenus par la mère chez la fille,
• Répartition des CP et du résultat entre intérêts de l’entreprise
consolidante et les intérêts des autres actionnaires, dits
minoritaires.
• Exemple chiffré: cas page 105

20
Les trois méthodes de consolidation - La mise
en équivalence

• On substitue à la valeur comptable des titres, la quote-part des


capitaux propres, y compris la quote-part du résultat de
l’exercice.
• Exemple chiffré: cas page 106

21
Les trois méthodes de consolidation -
L’intégration proportionnelle

• Intégration de la fraction représentative des intérêts de


l’entreprise
• Élimination des intercos

22
Les trois méthodes de consolidation –Les
retraitements de consolidation

• Définition : les retraitements de consolidation sont des écritures


passées durant le processus de consolidation et destinées à
aligner les comptes individuels sur les principes comptables
retenus pour les comptes consolidés.
• Exemples :
• Écart de première consolidation, écart d’acquisition, et écart
d’évaluation,
• Crédit-Bail,
• Autres.

23

Vous aimerez peut-être aussi