Vous êtes sur la page 1sur 42

UEF1 : Microparasites 2

Macroparasites suite

UEF1 :Micro-Macroparasites
Par : Pr BOUKHEMZA-ZEMMOURI N. Licence : Parasitologie
- METAZOAIRES PARASITES
Phylum des Plathelminthes
Classe des Cestoda
Morphologie générale des adultes:
scolex (tête) avec organes de fixation (ventouses, crochets, bothridies), cou non segmenté (zone de
prolifération)
strobile (chaîne des "anneaux" ou proglottis ou segments), appareil excréteur et génital (mâle et femelle) au
niveau de chaque segment
pas d'appareil digestif
Classification de la Classe des Cestodes
Ordre des Cyclophyllidés
Famille des Dilepididae: Dipylidium caninum
Famille des Davaineidae: Raillietina sp
Famille des Hymenolepididae: Hymenolepis nana, H. diminuta
Famille des Taeniidae: Taenia saginata, T. solium, Echinococcus granulosus, E. multilocularis
Ordre des Pseudophyllidés
Famille des Diphyllobothriidae: Diphyllobothrium latum, Spirometra sp

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Biologie des Cestodes Cyclophyllidés
cycle indirect à deux hôtes
adulte sans TD ==> localisation dans TD de l'hôte définitif ==> extériorisation par l'anus
fécondité importante
pas de stade de vie libre ==> dissémination réduite compensée par la survie importante de l'oeuf
dissémination assurée par les HI
spécificité d'hôtes (espèces animales) et de localisation chez l'hôte
Maladie causée par un cestode
- chez l'hôte définitif: pathologie due à l'adulte ==> cestodose adulte ou taeniasis
souvent pauci-symptomatique (troubles digestifs, neurologiques, sensoriels etc...)
élimination par l'anus ==> possibilité de diagnostic direct
- chez l'hôte intermédiaire: ==> cestodose larvaire
pathologie à type tumoral, la clinique dépend de la localisation,

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Phylum des Plathelminthes,
Classe des Cestodes,
Ordre des Cyclophyllidés
Famille des Taeniidae
Taenia saginata Téniasis à Ténia inerme(du latin taenia = ruban)
Morphologie:
Adulte: Scolex piriforme de 1 à 2 mm,
organes de fixation: 4 ventouses (ni rostre , ni crochets) d'où "Ténia inerme"
Strobile de 4 à 10 m, 1000 à 2000 "anneaux" ou segments,
segments mûrs rectangulaires (15 à 20 mm x 5 à 7 mm) à nombreuses et fines ramifications utérines;

le segment mûr contient plus de 50 000 oeufs dont environ la moitié sont mûrs
appareil excréteur constitué de cellules à flamme, évacuation par des canaux excréteurs latéraux et
postérieurs dans chaque segment
pas de tube digestif: digestion externe et pénétration des nutriments par osmose
pas de système circulatoire ni respiratoire

L'oeuf possède une paroi très fine facilement déchirée et souvent absente, il contient un embryophore
sphérique de 35 µm de diamètre à coque épaisse, brune et radiée contenant un embryon "hexacanthe"
(à 6 crochets)

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Scolex de Taenia saginata

Proglottis de Taenia saginata


Œuf de Taenia saginata
UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Epidémiologie
cosmopolite,
parasitose liée à la consommation de viande bovine crue ou insuffisamment cuite,
cette parasitose s'étend avec le niveau de vie qui entraine une consommation plus importante de boeuf
généralement consommé peu cuit
R de P = homme,
- les embryophores sont très résistants (plus de 6 mois dans le sol) et supportent mieux le froid que la
chaleur, ils sont dispersés ==> pauci-infestation des bovins dont la cysticercose est asymptomatique.
En France, 10 à 20 % des bovins sont porteurs de cysticerques
- cysticerque: survie quelques jours à + 4°C, elles sont tuées par chaleur (56°) et la congélation (10
jours à - 10°C). La saumure est moins efficace (nécessité d'une saumure à 20 % de sel pendant 5
jours)

Clinique:
Taeniasis à T. saginata
phase d'incubation: silencieuse, hyperéosinophilie pendant 1 mois
phase d'invasion: asthénie, troubles neuro-végétatifs, diarrhées, douleur, anorexie, boulimie etc..
parfois silencieuse
phase d'état:
souvent asymptomatique, avec prurit anal au moment de la sortie des segments,
formes symptomatiques variées: Nervosisme: 3,5 %, diarrhée: 6 %, vertiges: 8 %, constipation: 10 %,
céphalées: 15 %, boulimie: 17 %, amaigrissement: 21 %, asthénie: 25 %, nausées: 34 %, douleurs
abdominales: 35 %.
Parfois troubles allergiques: crises asthmatiformes;
parfois: anémie ...
complications:
rares
durée > 15 ans sans traitement
UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Phylum des Plathelminthes,
Classe des Cestodes,
Ordre des Cyclophyllidés
Famille des Taeniidae, Echinococcus granulosus Hydatidose
Morphologie:
adulte: 4 à 6 mm, 3 à 5 segments, scolex: 4 ventouses et rostre avec 2 couronnes de crochets
larve de type vésiculeuse composée = métacestode: siège de reproduction asexuée ==> grande taille et
nombreux protoscolex;

épidémiologie
zoonose, le mouton est le principal HI, également les bovidés, les équidés ==> zones d'élevage de tous les continents, les
chiens vagabonds entrainent la dissémination
R de P = chien dans les régions d'élevage, et canidés sauvages
contamination humaine par ingestion d'embryophores: contact avec chien porteur ou eau et/ou aliments
souillés par des embryophores
résistance de l'embryophore: comparable à celle des grands ténias: plusieurs mois dans le milieu extérieur
résistance des protoscolex dans le kyste: 2 mois à + 4°C et quelques jours à + 20°C, même dans la viande
en putréfaction.

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Kystes dans le foie de mouton

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Clinique
taeniasis du chien: asymptomatique, bien supporté
hydatidose humaine (échinococcose uniloculaire) : phases d'incubation et d'invasion longues (plusieurs
années), asymptomatiques puis signes de pathologie tumorale selon la localisation larvaire
foie (60 à 80 % des cas) ==> ictère, hépatomégalie, douleur
poumon (20 à 30 % des cas) ==> toux, hémoptysies tardives
rein, rate, système nerveux, os
échinococcose secondaire péritonéale suite à la rupture spontanée ou provoquée de la larve
évolution lente, guérison spontanée rare

Scanner Kyste hépatique

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Classe des Trématodes
Généralités sur les Trématodes Digènes
Morphologie
adultes: vers plats, de forme générale foliacée, munis de 2 ventouses, croissance limitée ==> taille de
l'ordre du centimètre
tube digestif incomplet
les Paramphistomata (douves) sont hermaphrodites
les Strigaeta (schistosomes) sont gonochoriques (à sexes séparés)
oeufs: operculés chez les Paramphistomata, munis d'un éperon chez les Strigaeta
Cycle évolutif indirect
HD: vertébré, extériorisation d'oeufs
éclosion des oeufs dans le milieu extérieur humide ou aqueux ==> miracidium
passage chez l'HI qui est obligatoirement un mollusque, siège d'une reproduction asexuée
miracidium ==> sporocyste I et II, ==> (éventuellement rédie et rédie fille ==>) cercaires
chez les Strigaeta la cercaire traverse la peau de l'HD (contamination transcutanée)
chez les Paramphistomata la cercaire s'enkyste chez un 2 ème HI (plante, arthropode, poisson) ==>
métacercaire qui doit être ingérée par l'HD (contamination orale)
migration plus ou moins complexe pour atteindre le site de vie adulte
Classification:
Sous classe des Digènes
Ordre des Prosostomata
Sous-ordre des Paramphistomata - groupe des Distomes
Famille des Fasciolidae: Fasciola hepatica, F. gigantica, Fasciolopsis buski
Famille des Echinostomatidae: Echinostoma
Famille des Dicrocoelidae: Dicrocoelium dendriticum (D. lanceolatum)
Famille des Troglotrematidae: Paragonimus westermani, P. kellicotti, P. africanus
Famille des Opisthorchiidae: Opisthorchis felineus, O. viverrini, Clonorchis sinensis
Sous-ordre des Strigaeta
Famille des Schistosomatidae: Schistosoma mansoni, S. haematobium; S. japonicum,
UEF1S.:Micro-Macroparasites
mekongi, S. intercalatum
Licence : Parasitologie
Phylum des Plathelminthes,
Classe des Trématodes,
Sous-Ordre des Paramphistomata - groupe des Distomes
Famille des Fasciolidae
Fasciola hepatica Distomatose à grande douve du foie, Fasciolose
Morphologie:
Adulte: aspect foliacé, couleur rosée, hermaphrodite
2-3 cm de longueur x 1,2 cm de largeur x 0,4 cm épaisseur
cone céphalique antérieur, cuticule épaisse couverte d'épines
ovaire, testicules, caeca digestifs ramifiés

F. Gigantica : très comparable à F. hepatica mais plus grande, répartition exotique


Œuf : ovoïde, allongé (aspect de ballon de rugby)
operculé, non embryonné à la ponte
140 µm x 75 µm

Métacercaires fixées sur des végétaux


Œuf operculé

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Oeuf Fasciola hepatica Cercaire

Metacercaire Ver adulte


UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Epidémiologie:
zoonose
R de P = bovidés (et ovidés),
ingestion de plantes aquatiques (cresson, pissenlit, mâche), petites épidémies familiales,
cosmopolite, régions tempérées,
maladie liée au péril fécal animal
épidémies automnales et hivernales (inondations),
prévalence en France: 50 à 100 cas humains annuels,
en Picardie: 12 % des bovins parasités en 1980 ==> 2 à 6 % en 1995
résistance des oeufs: plusieurs mois dans les selles humides, tués par la dessication et la congélation; pas de
développement en dessous de 10 °C
développement chez le mollusque: température optimale 20 °C (été des régions tempérées) , inhibition du
développement en dessous de 10 °C
survie des métacercaires sur les plantes: plusieurs mois, tuées par la sécheresse en 40 jours, et les températures
élevées; elles résistent bien à l'eau de javel diluée et au vinaigre
Clinique:
phase d'invasion
2 à 4 semaines après le repas contaminant
migration des douvules vers les canaux biliaires ==> traumatisme
hépatite toxi-infectieuses: fièvre modérée prolongée, douleur hépatique irradiant vers l'épaule droite, diarrhée,
nausées
possibilité de troubles allergiques, subictère, hépatomégalie légère
état général mauvais, asthénie, anorexie
hyperleucocytose et hyperéosinophilie
fausse convalescence à la fin de cette période

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
phase d'état:
installation des vers dans les canaux biliaires, pontes.
gravité en relation avec le nombre de vers, lésions irréversibles des tissus
très polymorphe
troubles digestifs: diarrhées, vomissements
coliques hépatiques, ictère,
fatigue, douleur,
surinfection bactérienne fréquente,
mauvais état général, parfois anémie.
décroissance du taux d'éosinophiles

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Bilharziose rectale, Schistosomose intestinale
Phylum des Plathelminthes,
Classe des Trématodes,
Sous-ordre des Strigaeta
Famille des Schistosomatidae:
Schistosoma mansoni, Bilharziose rectale, Schistosomose intestinale
Morphologie:
adultes : sexes séparés, 2 ventouses très antérieures, tégument verruqueux et épineux
mâle: 1 à 1,5 cm, aspect foliacé, bords latéraux repliés en gouttière ( canal gynécophore); 8-9 testicules situés
immédiatement sous la ventouse ventrale, pore génital situé sous la ventouse ventrale
femelle: 1,5 à 2 cm, forme cylindrique, ovaire plutôt antérieur, moins de 10 oeufs visibles dans l'utérus
oeufs: ovoïdes, clairs, munis d'un éperon latéral de 15 µm situé au tiers postérieur
140 µm x 60 µm
oeufs non embryonnés lors de la ponte par la femelle mais embryonnés lors de l'extériorisation avec les selles.

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Oeuf Accouplement
Schistosoma mansoni

Femelle Mâle
UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Epidémiologie:
R de P humain (et rat),
maladie liée au péril fécal humain,
HI et furcocercaires dans eau douce et chaude
oeuf: température optimale pour l'éclosion des oeufs: 25 à 30 °C, les oeufs survivent 1 mois dans une eau
propre et froide et 1 jour dans une selle putréfiée à 22 °C, ils sont tués par l'acidification et la dessication.
miracidiums: pénétrent par effraction chez l'HI en quelques minutes, sont tués par la chloramine T en quelques
minutes.
L'évolution chez HI dépend de la température, développement optimal: 4 semaines à 30 °C, arrêt du
développement si < 14 °C.
furcocercaires: phototactisme + (sortie du mollusque entre 11 et 13 heures); tuées par une chaleur élevée ( 30
minutes à 45 °C), par les acides, les huiles essentielles et le chlore (0,22 à 0,45 ppm)
contamination par pénétration transcutanée de furcocercaires aquatiques (baignade, travaux dans l'eau).
endémique en régions tropicales: Afrique, Amérique (Caraïbes, Brésil), environ 60 millions d'individus parasités
Maladie en extension

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Clinique:
phase d'infestation
correspond au passage transcutané des furcocercaires
souvent discrète
dermatite (papules, vésicules, prurit si infestation importante)
phase d'invasion
correspond à la migration des schistosomules et à leur maturation
dure 5 à 6 semaines,
fièvre irrégulière
hyperéosinophilie importante,
manifestations allergiques (dyspnée asthmatiforme)
oedèmes, céphalées, myalgies
hépatomégalie, amaigrissement
puis acalmie trompeuse
phase d'état
débute avec les pontes et l'extériorisation fécale des oeufs
diarrhée ou dysenterie bilharzienne,
douleurs abdominales, sensation de ballonnement
hémoroïdes, papillomes rectaux
complications
stade tardif de la maladie après plusieurs années d'évolution, dues à l'accumulation des pontes dans des
territoires où les oeufs restent piégés (foie); formation de granulomes autour des oeufs.
complications hépatiques: fièvre, hépatomégalie, hypertension portale ==> cirrhose hypertrophique chez 30 %
des sujets
complications spléniques, souvent consécutives aux complications hépatiques ==>splénomégalie
complications cardiaques, oedème et ascite conséquences des troubles circulatoires

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Phylum des Plathelminthes,
Classe des Trématodes,
Sous-ordre des Strigaeta
Famille des Schistosomatidae:
Schistosoma haematobium
S. intercalatum schistosome du groupe haematobium, espèce identifiée depuis 1934
Bilharziose urinaire,Schistosomose vésicale,Hématurie d'Egypte

Morphologie:
adultes: sexes séparés, 2 ventouses très antérieures, tégument verruqueux et épineux
mâle: 1 à 1,5 cm, aspect foliacé, bords latéraux repliés en gouttière ( canal gynécophore); 4-5 testicules situés
immédiatement sous la ventouse ventrale, pore génital situé sous la ventouse ventrale
femelle: 1,5 à 2 cm, forme cylindrique, ovaire plutôt antérieur, 20 à 30 oeufs visibles dans l'utérus
oeufs: ovoïdes, clairs, munis d'un éperon terminal de 15 µm
140 µm (jusque 170 µm) x 60 µm

oeufs non embryonnés lors de la ponte par la femelle mais embryonnés lors de l'extériorisation avec l'urine
remarque: l'oeuf de S. intercalatum est de forme losangique à cause de son grand éperon terminal, il mesure de
140 à 200 µm

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Adultes mâle et femelle de Schistosoma haematobium
UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Epidémiologie:
R de P = homme,
maladie liée au péril urinaire humain,
bulins et furcocercaires dans eau douce et chaude,
contamination par pénétration transcutanée.
endémique régions tropicales: Afrique, Afrique du Nord, vallée du Nil, Afrique du Sud), Proche et Moyen Orient,
pas en Amérique (absence de bulin dans ce continent)
environ 100 millions de sujets parasités
Remarque: particularités de l'épidémiologie de S. intercalatum:
localisation en Afrique centrale sub saharienne, prévalence mal connue

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
le parasite le mieux adapté à l'homme ==> le mieux supporté
phase d'infestation
correspond au passage transcutané des furcocercaires
discrète
phase d'invasion
correspond à la migration des schistosomules et à leur maturation
dure 5 à 6 semaines, souvent discrète
rarement: fièvre, manifestations allergiques (dyspnée asthmatiforme), oedèmes, céphalées, myalgies
mais hyperéosinophilie importante,
phase d'état
débute avec les pontes et l'extériorisation urinaire des oeufs
signes cliniques apparaissant 3 à 8 mois après la contamination
hématuries capricieuses, récidivantes
polyurie,
douleurs pubiennes et lors de la miction,
lithiase vésicale peu fréquente
complications
stade tardif de la maladie après plusieurs années d'évolution, dues à l'accumulation des pontes aberrantes (appareil génital et
urinaire) et dans des territoires où les oeufs restent piégés (foie);
formation de granulomes autour des oeufs.
complications vésicales: nodules puis tumeurs framboisées (diamètre 1 cm), cystite, surinfections bactériennes, risque de
cancérisation mais sans métastases
atteinte urétérale: calcifications, surinfections ==> néphrite ascendante
atteinte génitale: homme ==> hémospermie, épididimyte, éjaculation douloureuse; femme ==> ucérations du col et du vagin,
métrorragies, avortements (cause de stérilité?)
complications hépatiques: fièvre , hépatomégalie, hypertension portale par sténose porte ==> cirrhose hypertrophique chez 15 % des
sujets
complications spléniques rares
atteintes cutanées : papules de quelques millimètres au niveau des organes génitaux et de l'ombilic
remarques sur la clinique de S. intercalatum
phases d'infestation et d'invasion souvent asymptomatiques
phase d'état avec symptomatologie digestive: douleurs, diarrhées, rectorragies
complications hépatiques peu fréquentes
complications génitales fréquentes pouvant provoquer la stérilité féminine UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Nematodoses Phylum des Némathelminthes
Généralités sur les Nématodes
Morphologie
vers cylindriques non segmentés à extrémités effilées
sexes séparés (vers gonochoriques); la femelle est généralement plus grosse que le mâle, son extrémité
postérieure est obtuse, le mâle présente souvent une extrémité postérieure enroulée en crosse
paroi: cuticule externe incolore et élastique inextensible ==> croissance par mues

couche musculaire:
tube digestif complet (bouche munie de lèvres, oesophage musculeux de forme caractéristique, intestin simple se
terminant par le cloaque chez le mâle et un pore anal chez la femelle)
système nerveux: anneau nerveux péri-oesophagien émettant des filets nerveux
phasmides: organes sensoriels en position caudale leur présence est utilisée dans la classification

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
appareil excréteur: 2 canaux excréteurs latéraux se réunissant à la partie médiane du ver et s'ouvrant par un pore
excréteur ventral médian
appareil circulatoire inexistant
appareil respiratoire inexistant
appareil reproducteur: tubulaire et double à l'origine (tubes en cul de sac, le fond des tubes correspond à la
gonade)
chez le mâle: du fond des tubes vers l'extrémité: testicule, canal efférent, vésicule séminale, canal déférent, canal
éjaculateur s'ouvrant dans le cloaque;
formations annexes servant à la copulation: spicules rigides chitinoïdes et bourse caudale éventuelle
l'orifice génital est donc postérieur et commun à l'orifice digestif
chez la femelle: du fond des tubes vers l'extrémité: ovaire, oviducte avec réceptacle séminal, utérus, un unique
vagin s'ouvrant par une vulve unique ventrale souvent médiane;
l'orifice génital est toujours distinct de l'orifice du tube digestif
fécondation interne
oviparité ou ovo-viviparité

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Classification:
Classe des Gordiens: libres
Classe des Nématodes : libres ou parasites
Aphasmidiens:
Les phasmides sont des organes sensoriels situés en position caudale
les aphasmidiens en sont dépourvus, leur stade infectieux pour l'HD est le stade L1
Sous-classe des Adenophorea
Super famille des Trichuroidea: Trichinella spiralis, Trichuris trichiura, Capillaria sp.
Phasmidiens:
les phasmidiens possèdent des phasmides, leur stade infectieux pour l'HD est le stade L3
Ordre des Ascaridés: Super famille des Ascaroidea: Ascaris lumbricoides, Toxocara canis, Anisakis sp.,
Ordre des Oxiuridés: Super famille des Oxyuroidea: Enterobius vermicularis
Ordre des Rhabditidés: Super famille des Rhabdiasoidea: Strongyloides stercoralis
Ordre des Strongylidés: Super famille des Ancylostomatoidea: Ankylostoma duodenale et Ankylostoma sp.,
Necator americanus,

Ordre des Spiruridés: Super famille des Dracunculoidea: Dracunculus medinensis


Ordre des Spirurina: Super famille des Filarioidea: Wuchereria bancrofti, Brugia malayi, Loa loa, Mansonella sp.,
Dirofilaria sp., Onchocerca volvulus

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Phylum des Némathelminthes,
Classe des Nématodes,
Phasmidien
Ordre des Ascaridés.
Super famille des Ascaroidea
Ascaris lumbricoides, Ascaridiose
Morphologie:
adulte: Ver blanc rosé, élastique
bouche avec 3 lèvres coupantes
mâle 15-20 mm, diamètre 0.3 mm, extrémité postérieure en crosse, 2 spicules brunâtres,
femelle 20-25 mm, diamètre 0.5 mm, extrémité postérieure rectiligne, vulve ventrale au 1/3 antérieur
oeuf: ovoïde, double coque, l'externe est brune et mamelonée, l'interne est lisse et jaunâtre
non embryonné à la ponte
dimensions: 50-70 µm x 45-50 µm
fréquence des oeufs atypiques et non fécondés

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Œuf fertile Ascaris lumbricoides Œuf non fertile

Œufs embryonnés
UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Mâle Ascaris lumbricoides Femelle
S adultes

Vers adultes UEF1 :Micro-Macroparasites


Licence : Parasitologie
cosmopolite, endémique dans les pays chauds et humides du tiers monde (cause de mortalité infantile ), la
prévalence peut atteindre 70 % des enfants,prévalence mondiale hors Europe: 22% en 1987
prévalence en pays tempérés: 1%
embryonnement des oeufs sur le sol et survie prolongée ==> donc réservoir tellurique, (en zone de forte endémie:
100 oeufs / gr de terre)
oeufs éliminés par les déjections humaines, ==> donc affection liée au péril fécal humain,
contamination par eau de boisson, mains et crudités souillées par des oeufs embryonnés (maladie des mains
sales)
Résistance des oeufs dans le milieu extérieur:
- 5 ans en présence d'oxygène
- résistance au froid, à la chaleur et aux antiseptiques
- oeufs tués par une forte chaleur, l'ensoleillement direct et la dessiccation
Clinique:
phase d'invasion:
correspond au passage pumonaire de J+2 à J+8
pathogénie par action toxique, allergique, mécanique, traumatique et bactériologique
Syndrome de Loeffler: fièvre, toux sèche, dyspnée, crachats, manifestations allergiques, opacité radiologique
transitoire
hyperéosinophilie (3 000 /mm3 = 3 G/L) maximale vers J+21, hyperleucocytose (10 à 20 000 / mm3 = 10 à 20
G/L)
phase d'état:
présence des adultes dans le tube digestif;
les signes cliniques dépendent du nombre de vers et des traumatismes causés
troubles gastro-intestinaux: transit accéléré, vomissements,
troubles nerveux: irritabilité, insomnie, sialorrhée nocturne,
manifestations allergiques: prurit, oedème de Quincke
la spoliation (4 gr/ver) peut entrainer un retard pondéral en cas de forte infestation
des complications peuvent se produire quel que soit le nombre de vers: migration aberrante, occlusion, péritonite.
UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Trichocéphalose
Phylum des Némathelminthes,
Classe des Nématodes,
Aphasmidien
Super famille des Trichuroidea
Trichuris trichiura
Trichocéphale (de Thrix = cheveu et céphale = tête) Trichocéphalose
Morphologie:
Adulte : ver blanc rosé à rougeâtre, 2/3 antérieurs fins (diamètre 1 mm) et 1/3 postérieur épais contenant les
organes génitaux (diamètre 3 mm)
le mâle mesure 3 cm, extrémité postérieure en crosse
la femelle mesure 5 cm, extrémité postérieure obtuse
Œuf : forme de citron, un bouchon muqueux proéminent à chaque pôle, double coque: externe lisse et brune,
interne jaune
dimensions: 50-60 µm x 25-30 µm
Œuf non embryonné à la ponte
Epidémiologie:
R de P = homme,
cosmopolite, surtout pays chauds et humides
embryonnement des oeufs sur le sol et survie prolongée ==> donc réservoir tellurique,
oeufs éliminés avec les déjections humaines, ==> donc affection liée au péril fécal humain,
contamination par eau de boisson, mains et crudités souillées par des oeufs embryonnés (maladie des mains
sales)
En France estimation des sujets parasités à 600 000 mais charge parasitaire généralement faible
Résistance des oeufs dans le milieu extérieur: comparable à celle de l'Ascaris: de 2 à 5 ans
oeufs tués par la chaleur, l'ensoleillement direct et la dessication
UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Oeuf Trichuris trichiura Mâle, Extrémité postérieure

Femelle Mâle
UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Clinique:
existence de nombreux porteurs sains, la pathologie dépend de la charge parasitaire
phase d'invasion:
généralement silencieuse
phase d'état:
localisation colique des vers après 6 semaines environ
charge de 1 à 10 vers
cas fréquent en région tempérée, expliqué par la prémunition
asymptomatique,
charge de plusieurs dizaines de vers
cas des jeunes enfants et adultes réceptifs en région chaude
troubles digestifs: douleurs coliques, diarrhée ou constipation, nausées, vomissements, anorexie,
entraîne amaigrissement
troubles nerveux: irritabilité et géophagie
très forte infestation
enfant < 18 mois: charge supérieure à 400 vers
enfant < 7-8 ans: plus de 1000 vers
envahissement complet du colon
grande quantité de selles (400 à 1000 gr par jour)
diarrhée profuse ==> déshydratation
douleur abdominale, ténesme
puis hémorragies rectales
possibilité de prolapsus rectal
complications:
appendicite indépendante de la charge parasitaire
anémie hypochrome survient tardivement par carence martiale si la charge parasitaire est très élevée et l'apport
alimentaire en fer insuffisant

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Oxyurose
Phylum des Némathelminthes,
Classe des Nématodes,
Phasmidien
Ordre des Oxiuridés:
Super famille des Oxyuroidea
Enterobius vermicularis, (seconde espèce: Enterobius gregorii) Oxyurose

Morphologie:
adulte: petit ver blanc très mobile avec renflement céphalique
bouche munie de 3 lèvres coupantes
en coupe transversale: 2 crêtes latérales longitudinales
mâle: 3-5 mm, extrémité postérieure enroulée, 1 spicule (permet de différencier les 2 espèces)
femelle: 9-12 mm, extrémité postérieure effilée translucide, vulve ventrale au tiers antérieur
oeuf: ovoïde, asymétrique, une face presque plane;
coque lisse incolore et fine
embryonné à la ponte
dimensions: 55 x 30 µm

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Oeuf Enterobius vermicularis

Mâle adulte Femelle adulte


UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
œuf ovalaire, 55/30 µm, asymétrique
Coque lisse et épaisse
œuf ovalaire, 55/30 µm, asymétrique
Coque lisse et épaisse
Epidémiologie:
R.de P. = homme
cosmopolite
favorisé par promiscuité et vie en communauté; communautés d'enfants d'âge scolaire: 30 à 70 %; communautés
de personnes agées: 5 à 10 %, jusque 20 % dans les hôpitaux psychiatriques ).
endémie plus forte en région tempérée qu'en région chaude (enfants moins couverts, stérilisation par le soleil)
contamination en milieu scolaire et familial, mains souillées d' oeufs mises à la bouche, survie des oeufs dans la
poussière: 3 semaines
Surinfestations: par auto-infestation, par hétéro-infestation (oeufs infectieux dans les poussières de maison)
par rétro-infestation (hypothèse non prouvée d'éclosion des oeufs et remontée des larves infectieuses dans le
colon).
Remarque: il ne s'agit pas d'une maladie liée au péril fécal
Clinique:
phase d'invasion:
silencieuse, légère hyperéosinophilie
phase d'état:
porteurs sains le plus souvent, prurit anal nocturne pendant la ponte (mordillements par les femelles),
en cas d'infestation massive: troubles intestinaux: coliques, nausées, anorexie, selles molles,
troubles nerveux: insomnies, irritabilité, inattention (onychophagie et énurésie fréquentes mais sans relation
prouvée avec l'oxyurose)
complications:
appendicite, migration vaginale des femelles après la ponte ==> vulvite et infections urinaires récidivantes

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Phylum des Némathelminthes,
Classe des Nématodes, Phasmidiens
Ordre des Rhabditidés
Super famille des Rhabdiatoidea:
Strongyloides stercoralis, S. fuelleborni, Anguillulose
Morphologie:
adulte génération parasite: femelles parthénogénétiques très fines, oesophage strongyloïde (à un seul renflement
oesophagien), non hématophages, se nourrissent des tissus,
longueur: 2,5 mms, diamètre: 0,04 mm
oeuf: proche de ceux des ancylostomidés, coque mince, claire, transparente, 50 x 30 µm, contiennent la larve L1
lors de l'émission des selles
Stades larvaires: L1: rhabditoïde; (250 µm, double renflement oesophagien); L2: strongyloïde (500 µm, un
renflement oesophagien);
L3: strongyloïde infectieuse (600 µm, un renflement oesophagien, oesophage égal à 1/2 du corps, extrémité
postérieure discrètement bifide)
Adultes de la génération stercorale: adultes stercoraux (longueur environ 1 mm)

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Oeuf Strongyloides stercoralis Larve rabditoide

Mâle Femelle parthénogénétique


UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Epidémiologie:
R. de P. = homme principalement pour S. strongyloïdes; homme et singe pour S. fuelleborni
pays chauds et humides: infestation possible toute l'année (tropiques) Antilles, Afrique centrale équatoriale
pays tempérés: contamination possible l'été: sud des Etats Unis, Europe du Sud
parasitose liée au peril fécal humain,
contamination transcutanée (baignade, marche dans la boue)
estimation à 30 - 60 millions de sujets parasités
en France, 250 cas d'anguillulose autochtone diagnostiqués depuis le début du siècle.
parasite opportuniste.
Clinique:
phase d'incubation:
passage transcutané
en 24 à 48 heures: prurit, érythème papuleux, dure 2 à 3 jours
phase d'invasion:
migration larvaire au niveau des poumons
toux afébrile, pharyngite, voix rauque, se produit 4 à 6 jours après l'inoculation et dure 2 à 3 jours
phase d'état:
installation des vers dans le duodénum, 20 à 30 jours après la contamination
signes digestifs: douleurs abdominales (brûlures, crampes), troubles du transit (diarrhées intermittentes ou chroniques, vomissement
et nausées plus rarement),
troubles de la nutrition et amaigrissement (retard de croissance chez les enfants)
troubles cutanés par vagues ( larva currens) correspondant aux réinfestations endogènes (prurit, réactions urticariennes durant
quelques jours) ,
se manifestent avec une périodicité irrégulière de plusieurs mois
en l'absence de réinfestation, la maladie peut durer plusieurs dizaines d'années
Remarque 1: hyperéosinophilie importante jusque 30 G/L au début de la maladie, puis décroissance et récidives en fonction des
réinfestations endogènes (courbe en clocher)
Remarque 2: parasite opportuniste, chez le sujet immunocompétent: maladie souvent asymptomatique sauf les larva currens. Si le
sujet devient immunodéprimé (greffe, SIDA, traitement par les corticoïdes)
récidives importantes de la maladie (exacerbation des signes digestifs) et risque d'anguillulose disséminée maligne qui peut être
mortelle.
Remarque 3: le parasite n'est pas hématophage ==> pas d'anémie, les femelles sont bien supportées et n'entrainent pas de fibrose

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Phylum des Némathelminthes,
Classe des Nématodes,
Phasmidien
Ordre des Spiruridés:
Super famille des Dracunculoidea:
Dracunculus medinensis, Dracunculose, Filaire de Médine,Ver de Guinée, Dragonneau,
Serpent de Feu, Fil d’Avicenne,

Morphologie:
adulte: ver blanc, mâle 4 cm, femelle femelle 50 à 100 cm x 1,5 mm, pas d'orifice de ponte, vivipare
microfilaire: 500-700 µm x 15-20 µm, pas de gaine, cuticule striée transversalement, extrémité antérieure amincie
HD: Homme et mammifères domestiques
HI et vecteur transmission: Cyclops (crustacé planctonique d’eau douce)

Ver adulte Cyclops

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie
Epidémiologie:
R de P = homme principalement (descente dans les puits)
Extirpation du ver
contamination par ingestion de cyclops parasité dans eau de boisson,
pays chauds sauf Amérique et Océanie, (zones rurales, du golfe de Guinée au Gange principalement)
Clinique:
phase d'invasion:
dure 8 à 10 mois, asymptomatique
phase d'état
ulcération cutanée basse, prurit, risque d'accidents locaux liés à la ponte
guérison en quelques semaines
risque de surinfection bactérienne (phlegmon, tétanos)
arthrite, ankyloses,
posibilité de localisation aberrante (scrotum)

UEF1 :Micro-Macroparasites
Licence : Parasitologie