Vous êtes sur la page 1sur 3

Tchouang-tseu : le geste et la parole

> Univers
LITTERATURE

Mardi des auteurs


(le)
par Matthieu Garrigou-Lagrange
le mardi de 15h à 16h

@ contact présentation cette semaine à venir archives

émission du dimanche 7 novembre 2004


Tchouang-tseu : le geste et la parole

par : Lydia Ben Ytzhak


réalisation : Dominique Costa

Le père du taoïsme vécut dans la seconde moitié du IVe


siècle avant J.-C. Sa pensée philosophique est un chef-
d’œuvre d’un point de vue littéraire : une prose poétique
chinoise dont la richesse fait le désespoir des
traducteurs. Elle est présentée sous forme de fables,
d’apologues, de paraboles, de dialogues entre des
personnages réels ou mythiques qui laissent la part belle
aux interprétations, comme si leur signification réelle
était toujours ailleurs. La notion centrale est celle du «
Dao », ce chemin, cette Voie selon laquelle procède toute
chose, tous les êtres. Elevé à la hauteur d’un absolu
métaphysique, il est l’Un indifférencié auquel se
ramènent toutes les différenciations, les déterminations
du monde empirique. Métaphysique centrée sur l’homme,
comme le veut l’humanisme chinois : à l’homme de faire
© Chroniques taoïstes
retour à l’Un absolu par-delà toute relativité, de
conformer sa conduite à la spontanéité naturelle du Dao
qui nous embrasse de toute part « sans qu’on le voie ».

Son œuvre s’envole dans un hymne à la liberté du taoïste parcourant à sa guise l’univers, tel un chamane
en randonnée extatique, il s’élève dans le ciel infini d’où il survole le monde, alors que la cigale, la caille ou
la tourterelle, lorsqu’elles prennent leur essor, vont se cogner contre l’arbre voisin ou s’abattre parmi les
herbes, image du confucianiste attaché aux activités de ce monde. Le taoïste, lui, « embrasse les dix mille
êtres en un tout unique », n’agit qu’ « en ne faisant rien », et, « ne servant à rien, ne pâtit de rien ». Une
philosophie qui se poursuit en démontrant la vanité de toutes les opinions opposées, de toutes les
oppositions en général, avant de conclure conformément à ce point de vue sur une critique de sa propre
pensée…

Invités
Rémi Mathieu. co-directeur de l’édition du tome II des Philosophes Taoïstes dans la Pléiade

Jean Lévi. auteur de Propos intempestifs sur le Tchouang-tseu , éditions Allia


Soun-Gui Kim. auteur de Montagne c’est la mer : Tchouang-tseu et Wittgenstein , éditions La main
courante

1
Tchouang-tseu : le geste et la parole
Cyrille Javary. auteur de Le discours de la tortue : découvrir la pensée chinoise au fil du Yi Jing
(Albin Michel)
Jean-François Billeter (sous réserve). auteur de Etudes sur Tchouang-Tseu (éd. Allia)

Bibliographie complémentaire

" Ah! que j'aimerais rencontrer un homme qui ait oublié le langage
pour parler avec lui. "

traductions de Tchouang-tseu :

Philosophes taoïstes, vol. 1 : Lao-Tseu, Tchouang-Tseu, Lie-Tseu [Laozi, Zhuang, Zhou, Lie tseu],
préf. René Étiemble, éd. et trad. Liou Kia-Hway, Benedykt Grynpas, Paris, Gallimard, " Bibliothèque
de la Pléiade ", 1985

Philosophes taoïstes, vol. 2, Huainan zi, éd., prés. et trad. sous la dir. de Charles Le Blanc, Rémi
Mathieu, Paris, Gallimard, " Bibliothèque de la Pléiade ", 2003.

ZHUANG, ZHOU, Œuvre complète de Tchouang-tseu, trad. Liou Kia-hway, Paris, Gallimard,
" Connaissance de l'Orient poche ", 1985.

ZHUANGZI, Les Chapitres intérieurs, trad. J.-C. Pastor, introd. Isabelle Robinet, Paris, Cerf,
" Patrimoines. Taoïsme ", 1990.

ZHUANG, ZHOU, Le Rêve du papillon : œuvres, trad. Jean-Jacques Lafitte, Paris, Albin Michel,
" Spiritualités vivantes ", 1994 / " Spiritualités vivantes poche ", 2002.

ZHUANG ZHOU, Le Zhuangzi, la conduite de la vie, vol. 1 : Le vol inutile ; vol. 2 : De vide en vide,
trad. Élisabeth Rochat de La Vallée, Claude Larre, Desclée de Brouwer / Institut Ricci, " Variétés
sinologiques ", 1994 et 1996.

TCHOUANG TSEU, Aphorismes, prés. Marc de Smedt, Albin Michel, " Spiritualités vivantes ", 1986
[épuisé].

Henry NORMAND, Les Maîtres du Tao : Lao-tseu, Lie-tseu, Tchouang-tseu, Paris Félin, " Les Hommes
de connaissance ", 1985.

à propos de Tchouang-tseu :

Jean-François BILLETER Leçons sur Tchouang-tseu, Paris, Allia, " Petite collection ", 2004.

Jean-François BILLETER Études sur Tchouang-tseu, Paris, Allia, 2004 [tous les essais que l'auteur a
consacrés à Tchouang-tseu]

Jean LEVI, Propos intempestifs sur le Tchouang-tseu, Paris, Allia, " Petite collection ", 2004.

Jean-François BILLETER, L'art chinois de l'écriture, Paris, Seuil / Milan, Skira, 2002, nouv. éd.

Oscar WILDE, Un sage chinois, trad. Albert Savine, Bergerac, Librairie La Brèche, 2003.

au-delà de Tchouang-tseu :

ZHUANG, ZHOU, Ludwig WITTGENSTEIN, Montagne c'est la mer : Tchouang-tseu et Wittgenstein,


éd. Soun-Gui Kim, La Souterraine, Main courante, 2003.

Soun-Gui KIM, Nuages paresseux, La Souterraine, Main courante, 1999.

TCHANG FOU-JOUEI, Initiation à la langue classique chinoise à partir d'extraits de Zhuangzi, Paris,
Librairie You-Feng, 1989 [éd bilingue].

Rainier LANSELLE (ed.), Du pouvoir, Cahiers du centre Marcel Granet, n° 1 [Centre Marcel Granet ;
Institut de la pensée contemporaine, Paris VII], Paris, P.U.F., " Orientales ", 2003.

COLL., Philosophie chinoise, Paris, Minuit, 1995 [notamment : " : Jean-François Billeter, " Tchouang-

2
Tchouang-tseu : le geste et la parole
Tseu , Ts'i wou-louen : que tous les discours se valent , Arrêt, vision et langage : essai
d'interprétation du Ts'i wou louen de Tchouang-Tseu " - repris in Études sur Tchouang-tseu; Anne
Cheng, " Li, ou la leçon de choses "].

BASHÔ, La calebasse, trad. René Sieffert, Aurillac, POF, " Poètes du Japon ", 1991.

Christopher STORK (pseud. de Stéphane Jourat), Le Rêve du papillon chinois, Paris, Fleuve noir,
" Fleuve noir SF ", 1985 [épuisé]

John CAGE, Je n'ai jamais écouté aucun son sans l'aimer : le seul problème avec les sons, c'est la
musique, éd. et trad. Daniel Charles, phot. Frédéric Pauchot, La Souterraine, Main courante, 2002,
nouv. éd. [transcription de la quasi-totalité d'une conférence donnée en 1992 à Pérouse].

Siegfried PLUMPER-HÜTTENBRINK De la littéralité : avec un portrait de Ludwig Wittgenstein , La


Souterraine, Main courante,1997.

Cyrille J.-D. JAVARY, Le discours de la tortue : découvrir la pensée chinoise au fil du Yi Jing , Paris,
Albin Michel, 2003.

pour les enfants (aussi) :

TSAI CHIH CHUNG, Tchouang-tseu : la sagesse au quotidien, Arcamps, BDLys, 2003. [précédemment
paru en 1993 aux éditions Carthame (Villars-les-Dombes) sous les titres : 1.Le chant de l'univers et
2.La musique de la vie]

Benjamin HOFF, Ernest H. SHEPARD (ill.), trad. A. Kielce, Le Tao de Pooh, Monaco / Paris, " Le
Mail ", 2001/ Arles, Philippe Picquier, " Picquier poche ", 2004.

Benjamin HOFF Le Te de Porcinet, Monaco / Paris, Rocher, " Le Mail", 2001.

ZHUANGZI, GOU XIA (ill.), LI LIN (adapt.), Zhuangzi, Beijing (Pékin), Livres du dauphin, 1996 [18
maximes illustrées - éd. bilingue].

en complément :

Isabelle ROBINET Comprendre le Tao, Paris, Albin Michel, " Spiritualités vivantes poche ", 2002.

Anne CHENG, Histoire de la pensée chinoise, Paris, Seuil, " Livre de référence ", 1997 / " Points
Essais ", 2002.

" Quand on perçoit, on ne parle pas et quand on parle, on ne perçoit pas. "

Un site du groupe Radio France © RF / Droits de reproduction réservés.

Évaluer