Vous êtes sur la page 1sur 2

Bao, François et al.

ont choisi un acier à faible teneur en carbone, DC04 (contenant 0,06% de


carbone) afin d'étudier l'influence de la forme et de la taille de l'échantillon sur le comportement du
rétrécissement. Sept tests différents ont été effectués avec différents facteurs variables, tels que la
longueur effective L0, le rapport largeur-épaisseur W / T, la largeur T et direction de laminage RD
(voir tableau1) .

Tableau 1 Plan d'expérience

Le mode de striction semble lié à la géométrie de l’éprouvette, notamment au rapport largeur-


épaisseur. Dans un essai de traction uniaxiale, pour une barre de section carrée, le mode de striction est
similaire à celui d'une barre cylindrique. Dans une barre plate avec un rapport largeur-épaisseur élevé,
la striction se localise différemment dans une bande inclinée par rapport à la direction de traction.
Entre les deux cas, on peut avoir un autre type de localisation, le type « fossette ». V. Tvergaard [34] a
étudié le comportement en striction d'une barre de section rectangulaire à l'aide d'une analyse
numérique tridimensionnelle basée sur une simple théorie de plasticité avec un écrouissage isotrope.
Les rapports largeur-épaisseur des barres étudiées sont respectivement 2, 8/3, 4 et 8. Il a constaté que
la transition entre les deux modes striction (de type « fossette » et de type « bande ») est entre 3 et 6.
Néanmoins, expérimentalement, Nadai constate cette transition entre 6 et 7 [35]. En outre, parmi les
études numériques, les résultats ne sont pas toujours cohérents. S. Okazawa [36] a également fait une
analyse tridimensionnelle sur solide mince et épais (voir la FIG. 1-5). Deux bandes de localisation
obliques ont été observées pour le solide mince avec un rapport largeur-épaisseur égale à 20 (figure a),
tandis qu'une localisation de type « fossette » s’est produite pour le solide avec un rapport largeur-
épaisseur 4 (figure b). On rappelle que pour ce rapport V. Tvergaard a trouvé une localisation de
bande oblique. (bibliographie)

On peut donc imaginer que l’inclinaison de la bande disparaissante vers la fin d’essai dépend du
rapport largeur-épaisseur de l’éprouvette : plus ce rapport est important, plus la bande tourne vers la
direction perpendiculaire à la direction de traction.

Parmi les essais effectués, sur l’essai Gi_DC04, W/T=6_DC04, D 45°_DC04 et D90°_DC04, on a
trouvé le mode de striction asymétrique, et sur le reste (½ L0_DC04, W/T=3_DC04, ½ T_DC04), on a
trouvé le mode de striction symétrique. C’est-à-dire que le mode de striction ne dépend pas seulement
du rapport largeur-épaisseur de l’éprouvette, mais aussi de la longueur utile et de l’épaisseur de
l’éprouvette. La transition entre les deux modes, par rapport au rapport largeur-épaisseur se situerait
entre 3 et 6. Ceci est cohérent avec celle trouvée par Tvergaard[34].

Le mode de striction sur une éprouvette plate se divise en deux types, appelés modes asymétrique et
symétrique. Dans le mode asymétrique (fossette) , on peut observer les trois stades de la striction ;
tandis que dans le mode symétrique, la fissuration commence après les deux premiers stades. Dans ce
cas, il n’y a donc pas de stade III ;
1) le mode de striction est lié à la longueur effective, à l’épaisseur et au rapport largeur-
épaisseur de l’éprouvette. Plus ces grandeurs sont petites, plus il y a de chances d’obtenir le mode
symétrique.
1. Bao, C., M. François, and L. Le Joncour, Influence of Specimen Geometry on Strain
Localization Phenomena in Steel Sheets. Applied Mechanics and Materials, 2015. 784: p. 514-
519.