Vous êtes sur la page 1sur 1

Actualités pharmaceutiques Ř n° 515 Ř Avril 2012

formation
12 dossier

Les principales pathologies de la thyroïde


et leur traitement
Il existe deux types de dysfonctionnements thyroïdiens : les hypothyroïdies
et les hyperthyroïdies. Par ailleurs, la glande thyroïde peut, bien évidemment,
être le siège d’un processus cancéreux. Le rôle du pharmacien est d’expliquer
le traitement au patient, notamment l’importance de sa bonne observance.

Ř L’hypothyroïdie est dite infraclinique (ou fruste,

U
ne diminution ou une absence de production
des hormones thyroïdiennes provoque une ou asymptomatique, ou occulte) lorsque les signes
hypothyroïdie tandis qu’une imprégnation sont minimes ou absents, avec une TSH augmentée
excessive des tissus en hormones thyroïdiennes confirmée par un deuxième dosage à 1 mois, et une
génère une hyperthyroïdie. T4 libre normale.
Ř Les principaux signes et symptômes de l’insuf-
L’hypothyroïdie fisance de sécrétion des hormones thyroïdiennes
L’hypothyroïdie résulte de la diminution ou de sont les suivants :
l’absence de production des hormones thyroïdien- – fatigue, lassitude, épuisement, lenteur intellectuelle ;
nes par la glande thyroïde. Elle peut – sécheresse cutanée, fragilité des ongles, perte de
être due soit à une affection de la cheveux ;
thyroïde (hypothyroïdie dite périphé- – frilosité ;
rique), soit, plus rarement et dans – constipation ;
un contexte particulier, à un déficit – prise de poids ;
de stimulation hypophysaire (hypo- – douleurs musculaires, syndrome du canal carpien ;
thyroïdie dite centrale). – voix basse et rauque ;
Ř La prévalence de l’hypothyroïdie – dépression ;
varie de 3 à 10 % avec une prédo- – troubles menstruels, infertilité ;
minance féminine (sex-ratio 2 à 3). – goitre (augmentation de volume de la glande
Elle est élevée après la ménopause ou thyroïde).
en cas d’antécédents thyroïdiens ou
encore de traitements médicamen-
teux à risque (amiodarone, lithium,
interféron).
Les causes de l’hypothyroïdie
Ř Le diagnostic de l’hypothyroïdie sont multiples
est réalisé à un stade précoce de Ř/HVK\SRWK\UR±GLHVS«ULSK«ULTXHV
© BSIP/Ingram

la maladie. C’est ainsi que le coma Environ 50 % des hypothyroïdies périphériques sont
myxœdémateux est devenu une compli- d’origine auto-immune, dont la thyroïdite de Hashimoto.
cation exceptionnelle d’une hypothyroïdie non Environ 40 % d’entre elles sont secondaires au traitement
traitée. d’une hyperthyroïdie par l’iode radioactif, la chirurgie
Ř La thyroïde.
ou les antithyroïdiens de synthèse.
Le diagnostic Environ 10 % ont pour origine une mauvaise observance
Les signes cliniques d’une hypothyroïdie sont peu de l’hormonothérapie thyroïdienne substitutive,
spécifiques. Aussi, le diagnostic est généralement une radiothérapie cervicale ou thoracique, ainsi
fondé sur le dosage des hormones thyroïdiennes, que la prise de certains traitements médicamenteux
mais surtout sur celui de la TSH. (lithium, amiodarone, interféron).
Ř L’hypothyroïdie est dite clinique (ou patente, Ř/őK\SRWK\UR±GLHGőRULJLQHFHQWUDOH
ou encore avérée) lorsque les signes cliniques sont L’hypothyroïdie d’origine centrale est liée à un déficit
francs, la TSH augmentée et la thyroxine (T4) libre en TSH (thyreostimulin hormone) hypophysaire.
(ou T4L) abaissée.