Vous êtes sur la page 1sur 5

Introduction :

Evolution historique de la méthode des coûts complets : (introduction)


La méthode des coûts complets est utilisée pour la première fois avant la deuxième guerre
mondiale par le Lieutenant-colonel RIMALHO pour l’organisation des ateliers militaires.
Ensuite, elle est reconnue et adoptée par les plans comptables Français de 1947, 1957, et aussi
celui de 1982, avec certaines modifications.

Le C.G.N.C a donné un grand intérêt à cette méthode en considérant le coût complet comme …
nécessaire aux évaluations de la comptabilité générale en ce qui concerne le coût d’acquisitions
et de production des stocks et des immobilisations.

1.les définitions :
Coûts :
Un coût est une somme de charges relatives à un élément qui peut être un produit ou un stade
d’élaboration de ce dernier.
NB : le terme de coût ne doit pas être confondu avec celui de prix car le prix s’applique uniquement aux
relations de l’entreprise avec le milieu extérieur, par contre un coût est propre à l’entreprise qui le calcul.

la méthode des coûts complets :


La méthode des coûts complets s’agit de déterminer des coûts qui incorporent l’ensemble des
charges engagées par l’entreprise afin d’obtenir des résultats analytiques par produit. Cette
méthode repose essentiellement sur la distinction entre les charges directes et les charges
indirectes. Le C.G.N.C… à chaque niveau toutes les charges directes (1) et une fraction
raisonnablement rattachée de charges indirectes (2).

Charges directes :
Une charge directe qu’on peut directement affecter à un coût, sa destination est connue ç est à
dire concerne seulement une seule section.
Exemple : achat de matière première ne concerne que la section achat.

Charges indirectes :
Les charges indirectes sont des charges communes à plusieurs coûts, plusieurs produits… et qui
doivent être analysées et réparties entre les différentes sections analytiques de l’entreprise avant
d’être imputées aux différents coûts.
Exemple : Les prestations du service entretien, consommation de l’électricité…
Les charges indirectes sont traitées dans un tableau appelé < tableau de répartition des charges
indirectes>.

2.Objectif du coût complet :

d’analyser, par produit ou pour l’ensemble de l’activité, les conditions d’exploitation de


l’entreprise et d’expliquer, par comparaison au prix de vente, le résultat ;
de comparer les coûts d’une période à ceux d’une autre période ou à des coûts préétablis ;
de comparer des entreprises relevant de la même branche d’activité ;
d’établir des évaluations utiles pour la comptabilité générale (par exemple, évaluation des stocks
constatés à la clôture de l’exercice) ;
d’établir un devis ;
Il peut aussi être pris en compte, avec d’autres paramètres (prix psychologique, prix du marché)
pour la détermination du prix de vente.

3.La démarche de calcul des coûts complets


Démarche générale
À chaque période de calcul des coûts, la démarche est la suivante :

1) détermination des charges incorporées,


2) distinction des charges directes et des charges indirectes,
3) construction du tableau d’analyse des charges indirectes,
4) calcul des coûts selon un modèle hiérarchique,
5) calcul et analyse des résultats.

Schéma de production et modèle hiérarchique de calcul des coûts


La schématisation du processus de production permet de mettre en évidence les étapes de calcul
de coûts selon un modèle hiérarchique qui, pour une entreprise industrielle, se décline en trois
étapes : achat, production et vente.

4.Ajustement des charges :

Le passage des charges de la comptabilité générale aux charges de la comptabilité


analytique peut être formulé de la manière suivante :

Charge de la CAE = Charges de la comptabilité générale + Charge supplétives

Donc, le retraitement des charges est nécessaire à la détermination du coût complet.

Charges supplétives :

Ce sont des charges fictives, non prises en compte dans la comptabilité générale car elles
ne sont pas reconnues comme charges réelles. Elles sont prises en compte dans la comptabilité
analytique. Il s’agit de :
La rémunération théorique des capitaux propres qui correspond à ce que l’entreprise doit verser
çà ses actionnaires en contre- partie de l’apport en capital que ses derniers mettent à sa
disposition.
La rémunération du travail de l’exploitant lorsque son salaire n’est pas enregistré en comptabilité
parmi les charges de personnel. En fait, l’exploitant est rémunéré par les bénéfices.
Charges non incorporables :

Ce sont des charges de la comptabilité générale qui ne sont pas prises en considération par
la CAE car elles ne sont pas liées à l’exploitation (elles ont un caractère exceptionnel, non
courant). Il s’agit des charges non courantes (rubrique 65) par exemple :
VNA des immobilisations cédées
Subventions et dons accordés
Dotations non courantes
Pénalités et amendes fiscales
Il est à noter que certaines charges courantes ne sont pas incorporables vu leur caractère
exceptionnel, par exemple :

Dotations aux amortissements des immobilisations en non valeurs


Charges relatives aux exercices antérieurs
Charges n’ayant aucun lien avec l’activité courante de l’entreprise
Dotations aux provisions pour dépréciation et pour risques et charges
Impôts sur les résultats (n’ont pas le caractère de charge)

Les charges calculés

Les charges calculées sont des charges prises au niveau de la CAE ,pour un montant
différent de celui de la CG.
On les appelle charges de substitution car on substitue le montant retenu en CG par un autre
montant (plus grand ou plus petit)

5. Répartition des charges dans les centres principaux :

centre d’analyse regroupe toutes les tâches qui sont nécessaires à la réalisation d’un même
objectif. Par exemple : centre d’approvisionnement, d’entretien, d’administration, de production,
de distribution…

1. Classification des centres d’analyse

Les centres d’analyse se divisent en 2 catégories : centres principaux et centres auxiliaires.

a- Centres principaux (ou sections principales) :

Les charges d’un centre principal sont affectées directement à un seul coût (exemple : les
charges de personnel du magasin de stockage peuvent être affectées au centre
approvisionnement). L’activité du centre peut être mesurée par une unité appelée unité
d’œuvre.
Exemples d’unité d’œuvre :
Les frais du centre approvisionnement sont affectés au coût d’achat. L’unité d’œuvre peut être :
1kg de matières achetées…
Les frais indirects d’un atelier sont affectés au coût de production. L’unité d’œuvre peut être :
nombre d’heures de main d’œuvre directe, quantité produite…
Les frais de vente (de distribution) sont affectés au coût de revient. L’unité d’œuvre peut être : le
nombre de produits vendus, ’’x’’ dirhams du chiffre d’affaires réalisé…

NB : Généralement les centre principaux sont : approvisionnement, production et


distribution.

b.Centres auxiliaires (ou sections auxiliaires) :

Ce sont des centres qui ont pour activité générale et dont les frais sont répartis entre les
centres principaux avant les calculs des coûts.
Exemple : Le centre entretien répare les machines de tous les autres centres.

6. Tableau d’analyse des charges indirectes

La répartition des charges indirectes se fait selon deux types de répartition :


répartition primaire et répartition secondaire.

– Répartition primaire :

Il s’agit de répartir l’ensemble des charges indirectes dans les centres d’analyses d’après
des clés de répartition. On obtient les totaux primaires.

– Répartition secondaire :

Il s’agit de répartir les coûts des centres auxiliaires dans les centres principaux. On
obtient les totaux secondaires qui seront imputés dans les coûts.

– Calcul du coût de l’unité d’œuvre :

Le calcul des coûts des unités d’œuvre se fait seulement pour les centres principaux.
L’activité de chaque centre principal doit donc être mesurable. Si elle est mesurable en unités
physiques, le coût de l’unité d’œuvre se calcule comme suit :

Coût de l’unité d’œuvre = coût de la section/nombre d’unités d’œuvre de la section

Si elle est mesurable en unités monétaires, le taux de frais se calcule comme suit :

Taux de frais = Coût de la section /Assiette de frais du centre d’analyse en DH

NB :
Un centre opérationnel est un centre d’analyse dont l’activité peut être mesuré par une unité
physique appelée unité d’œuvre.
Un centre de structure : est un centre d’analyse pour lequel aucune unité physique ne peut être
définie (exemple : administration). on ne peut donc déterminer d’unité d’œuvre.

7. Les prestations réciproque

8.Cout de cycles d'exploitation :

9.les stocks
10. Des exercices et cas pratique
1.les exercices
2.Cas pratique

Conclusion :
Coût complet englobe la totalité des charges ayant contribué » directement ou indirectement à
l’achat, à la production et à la distribution d’un produit