Vous êtes sur la page 1sur 139

Etude technique et financière du

tribunal de 1ère instance à TAZA

Mémoire du travail de fin d’étude pour l’obtention

Du diplôme d’ingénieur d’Etat de l’EHTP.

Réalisé par : Encadré par :


JAOUAD Amine Mme.KHADDOURINacira (EHTP)

LASSIRI Jihad M. ALAOUI Otmane (BETEC)

3 IB 2
Projet fin d’études 2012

Remerciement

Certes, la réussite d’un travail à l’image d’un projet de fin d’études et l’atteinte des objectifs
préalablement tracés par l’ingénieur sont proportionnelles aux efforts déployés par ce dernier.
Toutefois, cette réussite dépend également et certainement de la disponibilité de ceux qui sont là
pour le guider et lui donner les orientations nécessaires lui permettant de bien mener sa mission.

Ainsi, nous profitons de cette occasion pour remercier vivement M. ALAOUI Otmane, du
bureau d’études BETEC, qui nous a fait l’honneur de nous encadrer et de nous faire part de son
expérience et de son savoir-faire tout au long de la réalisation de ce travail. Nous tenons à lui
exprimer notre profonde reconnaissance pour les conseils toujours pertinents qu’il nous a prodigué
et son souci permanent quant à l’avancement de notre projet.

Nos vifs remerciements se destinent à notre encadrant interne Mme KHADOURI Nacira,
professeur à l’école Hassania des Travaux Publics pour son aide et soutien.

Finalement on ne doit pas laisser passer cette occasion sans remercier nos chers professeurs de
l’école Hassania des Travaux Publics pour nous avoir donnés les éléments théoriques
indispensables pour réussir notre travail.

PFE 2012 Page 2


Projet fin d’études 2012

Dédicace
I.

II.

III. A ma mère et mon père, pour


l'éducation qu'ils m'ont prodigué avec tous les
moyens et au prix de toutes les sacrifices qu'ils
ont consentis à mon égard, pour le sens du devoir
qu'ils m’ont enseigné depuis mon enfance
IV. A mes chères sœurs
V. A tous mes amis et collègues que j’ai pu
connaitre depuis mon enfance
VI. A tous les professeurs qui m’ont
enseigné tout au long de mon parcours
VII. A tous ceux qui m’aiment, A tous
ceux que j’aime
VIII. Je vous dédie ce modeste travail.
IX.

Amine JAOUAD

PFE 2012 Page 3


Projet fin d’études 2012

Dédicace
X.

XI. A celle qui a attendu avec patience les


fruits de sa bonne éducation et de ses
dévouement
XII. A ma chère mère
XIII. A celui qui s’est changé la nuit en
jour pour m’assurer les bonnes conditions
XIV. A
mon cher père
XV. A ma petite famille qui m’a toujours
soutenue
XVI. A tous mes collègues et amis
XVII. Je dédie ce modeste travail
XVIII.

.XIX

Jihad LASSIRI

PFE 2012 Page 4


Projet fin d’études 2012

Sommaire

Remerciement................................................................................................................................................................... 2

Dédicace............................................................................................................................................................................... 3

I. Description de la structure étudiée :.................................................................................................................... 9


I.1.Présentation de l’ouvrage :……………………….………………………………….………………..……..….. 9

I.2.Hypothèses de calcul:………………………………………………………………………………………………10

I.3.caractéristiques des matériaux…………………………………………………..……….…………….………10

II. La conception parasismique de la structure :............................................................................................... 11


II.1. La conception architecturale parasismique :.................................................................................... 11
II.2. Le choix du système porteur :.................................................................................................................. 12
II.3. Les règles de base de la conception parasismique :........................................................................12

III. Application au bâtiment étudié :...................................................................................................................... 12


III.1. Choix du système de contreventement :............................................................................................ 12
III.2. Choix du type de plancher :..................................................................................................................... 13
III.3. Choix du système de fondation :........................................................................................................... 14

IV. Modélisation de la structure :............................................................................................................................ 14


IV.1. Les bases de la modélisation :................................................................................................................ 14
IV.2. Etapes de la modélisation :...................................................................................................................... 15

V. Calculs statiques:...................................................................................................................................................... 17
V.1. Pré dimensionnement des éléments structuraux :..........................................................................17
V.2. Descente de charge :.................................................................................................................................... 19
V.3. Calcul des charges transmises aux voiles :......................................................................................... 24

VI. Analyse sismique dynamique:............................................................................................................................ 28


VI.1. Choix de la méthode d’analyse sismique :......................................................................................... 28
VI.2. Justification du choix de l’analyse modale spectrale :..................................................................29
VI.3. Modalités d’application de l’analyse modale spectrale :.............................................................29

VII. Présentation du modèle automatisé de calcul : Modèle RSA :............................................................31


VII.1. Justification du choix du logiciel de calcul :..................................................................................... 31
VII.2. Modélisation des éléments porteurs et Maillage de la structure :.........................................32
VII.3. Résultats de l’analyse modale :............................................................................................................ 34

PFE 2012 Page 5


Projet fin d’études 2012

VIII. Vérification de la structure:............................................................................................................................. 36


VIII.1. Déplacement latéraux inter-étages :................................................................................................. 36
VIII.2. Le déplacement latéral total du bâtiment :.................................................................................... 37
VIII.3. Stabilité au renversement :.................................................................................................................. 38

IX. Dimensionnement des éléments de la structure:....................................................................................... 39


IX.1. Variante contreventement par voile :................................................................................................ 39
IX.2. Variante contreventement par portique :.......................................................................................... 79

X. Etude de prix :......................................................................................................................................................... 102


X.1. Calcul des déboursés horaires de main d’œuvre :........................................................................103
X.2. Calcul des coûts hors taxes des matériaux rendus chantiers :.................................................103

XI. Calcul des sous-détails de prix :...................................................................................................................... 106

PFE 2012 Page 6


Projet fin d’études 2012

Liste des figures

Figure 1 :plan de masse....................................................................................................................................10


Figure 3:modélisation CBS...............................................................................................................................15
Figure 4:modélisation du diaphragme.............................................................................................................17
Figure 5:Le comportement du voile est similaire à celui d’une console...........................................................40
Figure 6:Interférence des semelles..................................................................................................................49
Figure 7:Le radier plan épais............................................................................................................................50
Figure 8:Le radier plan nervuré........................................................................................................................50
Figure 9:Répartition des contraintes sous un radier........................................................................................51
Figure 10:toiture triangulaire...........................................................................................................................60
Figure 11:mur soutènement............................................................................................................................65
Figure 12:les efforts sur mur de soutènement.................................................................................................66
Figure 13:ferraillage de la poutre modèle........................................................................................................69
Figure 14:ferraillage mur de sous-sol...............................................................................................................70
Figure 15:escalier de bloc D.............................................................................................................................72
Figure 16:Modèle de calcul selon la théorie de l’arc........................................................................................74
Figure 17:Direction des moments et efforts sur un poteau.............................................................................80
Figure 18:Récapitulation du ferraillage des poteaux........................................................................................86
Figure 19:plan fondation bloc D variante portique.........................................................................................95
Figure 20:semelle sous deux poteaux..............................................................................................................99

PFE 2012 Page 7


Projet fin d’études 2012

Liste des tableaux


tableau1:types de plancher hourdis....................................................................................................................................17
tableau2:epaisseur voile par étage......................................................................................................................................18
tableau 3: charges permanentes terrasse...........................................................................................................................19
tableau 4:charge d'exploitation terrase...............................................................................................................................19
tableau 5: charges permanentes étages courantes.............................................................................................................19
tableau 6:charges d'exploitation étages courantes.............................................................................................................20
tableau 7:résultat analyse modale.......................................................................................................................................34
tableau 8:déplacement inter-étage variante portique........................................................................................................37
tableau 9:déplacement inter-étage variante voile..............................................................................................................37
tableau 10:déplacement latéral variante portique..............................................................................................................37
tableau 11:déplacement latéral variante voile....................................................................................................................38
tableau 12:vérification de renversement variante portique...............................................................................................39
tableau 13:déplacement latéral variante voile....................................................................................................................39
tableau 14:VERIFICATION DU POICONNEMENT POUR LES VOILES.....................................................................................52
tableau 15:ferraillage du radier à l'elu.................................................................................................................................58
tableau 16:ferraillage radier à l'ELS.....................................................................................................................................59
tableau 17:effort sur voute de la porte d'entrée.................................................................................................................77
tableau 18:Récapitulation des moments fléchissant et des efforts....................................................................................81
tableau 19:efforts sur semelle.............................................................................................................................................96
tableau 20:efforts apportés par poteau 7 et 18..................................................................................................................99
tableau 21 :cout main d’oeuvre.........................................................................................................................................103
tableau 22:cout du béton...................................................................................................................................................104
tableau 23:coût de coffrage...............................................................................................................................................105
tableau 24:nettoyage du terrain........................................................................................................................................106
tableau 25:Fouilles en masse, en tranchées en rocher dans tout terrain.........................................................................106
tableau 26:Mise en remblais ou évacuation des terre excédentaires à la décharge publique........................................107
tableau 27 :Maçonnerie en moellons :..............................................................................................................................107
tableau 28:Béton de propreté...........................................................................................................................................108
tableau 29:Gros béton pour fondation..............................................................................................................................108
tableau 30:Apport et mise en remblais d'un tout venant 0/40 compacté........................................................................109
tableau 31:Dallage de 13cm y compris aciers et film polyane..........................................................................................109
tableau 32:Béton armé pour tout ouvrage en fondation..................................................................................................110
tableau 33:Armatures à haute limite élastique HA FE E 500 MPA....................................................................................110
tableau 34:Canalisation en buses PVC type Assainissement (Φ300 et Φ200)..................................................................111
tableau 35:Regards en béton vibré type non visitable pour évacuation...........................................................................112
tableau 36:Béton pour poteaux poutres, raidisseurs et appuis de fenêtres.....................................................................112
tableau 37:Béton pour dalles pleines toutes dimensions..................................................................................................113
tableau 38:Béton voiles toutes épaisseurs........................................................................................................................113
tableau 39:Béton pour escaliers (paliers , paillasses ,et marches)...................................................................................114
tableau 40:Dallette en béton armé d'une épaisseur entre 7cm &10cm y/c acier............................................................114
tableau 41:Plancher en hourdis corps creux y/c béton nervures......................................................................................115
tableau 42:Armatures à haute limite élastique HA FE E 500.............................................................................................115
tableau 43:Maçonnerie d'agglomères creux de ciment....................................................................................................116
tableau 44:Maçonnerie de briques creuses céramiques...................................................................................................116
tableau 45:Enduits lisse intérieur au mortier ciment sur murs & plafond........................................................................117
tableau 46:Enduits lisse extérieur au mortier ciment hydrofugé sur façades...................................................................117

PFE 2012 Page 8


Projet fin d’études 2012

I. Description de la structure étudiée :

I.1. Présentation de l’ouvrage :

Il s’agit d’un tribunal R+2 avec un sous-sol partiel, la hauteur du sous-sol est de 3,60 alors que les
étages sont de hauteur 3,90, ce qui donne une hauteur total de bâtiment de l’ordre de 16,70 y compris
le sous-sol.
Le projet s’étale sur une surface au sol d’un peu près de 3600 m 2, alors on est sensé décomposé notre
structure en blocs par des joints tout en cherchant la régularité de ces blocs et en séparant la partie
sans sous-sol et celle avec sous-sol.
On aura 9 blocs : A, B, C, D, E, F, G, H et I
La figure ci-après montre la décomposition de la structure et la dénomination des blocs :

PFE 2012 Page 9


Projet fin d’études 2012

Figure 1 :plan de masse

La régularité en plan n’est pas vérifiée pour le 2ème étage. En outre on a une certaine irrégularité
en élévation au niveau de la répartition de la masse entre le 2eme étage et les étages inférieurs .

NB : pour la vérification des critères de régularité voir ANNEXE.

I.2. Hypothèses de calcul :

 Le bâtiment est implanté dans une zone classée par le RPS 2002 comme une zone
de forte sismicité (Zone III).
 L'ouvrage est de classe I (constructions destinées à des activités sociales et
économiques vitales pour la population et qui devraient rester fonctionnelles,
avec peu de dommage, pendant le séisme)
 Le site est considéré comme un site meuble (S3).
 La contrainte admissible du sol = 1.7 bars.

I.3. Caractéristiques des matériaux :

I.3.a. béton  :
 résistance caractéristique
o à la compression : f c28 =25 MPa
o à la traction : f t 28=2,1 MPa (qu’on peut négliger)
 module de Young : Eb =30 500 MPa

PFE 2012 Page 10


Projet fin d’études 2012

 coefficient gamma :
o γ b=1,5 pour les combinaisons fondamentales.
o γ b=1,15 pour les combinaisons accidentelles.

 Masse volumique : 2,5 t/m3


0,85∗f c 28
 f ub= avec θ=1pour t > 1h
θ∗γ b
I.3.b. Armatures (Acier HA)  :
 Limite d’élasticité : f s=500 MPa
 module de Young : E s=210 000 MPa
 coefficient gamma :
o γ s =1,15 pour les combinaisons fondamentales.
o γ s =1 pour les combinaisons accidentelles.
 Masse volumique : 7,85 t/m3
fs
 f ed = avec θ=1pour t > 1h
γs
 Fissuration : - Préjudiciable pour les éléments en fondation.
- Peu préjudiciable pour la superstructure.
 Enrobage des aciers : -3cm pour les ouvrages enfondation
- 2,5cm pour tous les éléments en superstructure.

I.3.c. Charges d’exploitation  :

 Terrasse non accessible : 100 kg/m2


 Terrasse accessible par public : 500 kg/m2
 Escalier-bureau : 400 kg/m2
 Hall-couloirs-salled’audience : 400 kg/m2

II. La conception parasismique de la structure :


I.1. La conception architecturale parasismique :

PFE 2012 Page 11


Projet fin d’études 2012

I.2. Le choix du système porteur :

Dans une structure de bâtiment, les efforts horizontaux appliqués au plancher sont
transmis aux fondations par l’intermédiaire des éléments de contreventement. Ces éléments de
contreventement peuvent être décomposés en deux familles, les éléments horizontaux
comprenant les planchers et la toiture, et les éléments verticaux réalisés par un système de
refend, un système de portique rigides ou encore un troisième système appelé refends-
portiques.

I.3. Les règles de base de la conception parasismique :

La bonne conception des structures suppose la réalisation d’un ensemble formé par les
planchers et les murs ou les portiques en béton armé, disposés dans deux directions du plan et
constituant un réseau tridimensionnel plus ou moins continu vérifiant les dispositions
suivantes :
 Répartition régulière et uniforme en plan d’un nombre suffisant d’éléments structuraux.
 Uniformité en élévation qui tend à éliminer les zones de concentrations de déformations
plastiques dites rotules plastiques qui peuvent se produire au niveau desétages flexibles.
 Eviter les sauts de rigidité et de résistance : En changeant la section des contreventements d’un
étage à l’autre, on crée des discontinuités et on provoque de brusques variations de rigidité et
de résistance du bâtiment. Le cas échéant, il vaut mieux diminuer la rigidité et la résistance de
bas en haut que faire l’inverse.

III. Application au bâtiment étudié :

I.4. Choix du système de contreventement :

La conception et le choix des détails constructifs de la structure porteuse (voiles, poteaux,


poutres, dalles) jouent un rôle déterminant dans la tenue des bâtiments et leur vulnérabilité
face aux séismes. En effet, les calculs d'ingénieur et le dimensionnement ne sont pas à même de

PFE 2012 Page 12


Projet fin d’études 2012

compenser à posteriori les erreurs ou les défauts de conception au plan parasismique. Il est en
outre impératif de concevoir les bâtiments selon les règles parasismiques si l'on entend les
doter d'une bonne tenue aux tremblements de terre sans occasionner de surcoûts notables.
On souligne que le comportement des voiles sous séismes est généralement excellent ;
même fortement fissurés, ils résistent à l’effondrement et préviennent ainsi la chute des
planchers sur les occupants.
Dans le cas du bâtiment étudié, les 9 blocs présentent de grandes ouvertures, alors on aura
du mal à placer le minimum des murs porteurs pour chaque bloc, donc la structure passe par
un contreventement par portiques sauf pour les blocs B et D. Pourtant, on va faire une étude
comparative entre les 2 variantes : portiques et voiles pour les 2 blocs B et D.
Remarque : si on se base sur les règles de la conception parasismique, il vaut mieux de passer
par des voiles pour éviter le phénomène du poteau court à cause de l’existence de la
mezzanine, pourtant on va faire le calcul pour mettre en cause ce problème.
Néanmoins, si on ne peut passer que par une solution portique, il y a des techniques pour
éviter cet effet :
1. Relier les poteaux par une poutre située à la hauteur du plancher de la mezzanine, ce qui
permet d’apporter une raideur comparable à tous les poteaux de ce niveau.
2. Porter la mezzanine par une structure indépendante de la structure principale.

I.5. Choix du type de plancher :

Il existe plusieurs paramètres permettant de déterminer les avantages et


inconvénients d’un type de plancher par rapport à un autre.

Mise à part la performance technique (facilités d’exécution, modularité…) ainsi que la


capacité d’isolation thermique et acoustique des planchers, les portées et le coût se sont
révélés dans notre cas les critères les plus déterminants dans le choix du type de plancher. En
effet, notre bâtiment présente un nombre restreint de grande portée, un plancher en corps
creux s’avère adapté à notre structure.

PFE 2012 Page 13


Projet fin d’études 2012

L'avantage des planchers corps creux c'est qu'ils ne demandent pas de coffrage (c’est-à-
dire une mise en place rapide), mais ils ne peuvent pas supporter des charges élevées sur des
grandes portées dans ce cas on utilise des dalles pleines.
Dans le cas de très grandes portées avec une charge assez importante on utilise les DAS (dalles
alvéolées).

I.6. Choix du système de fondation :

 Choix du système de fondations :


Le choix du système de fondation, moyennant quelques précautions est effectué dans les
mêmes conditions qu'en situation non sismique (PS 92 §4.32).

 Homogénéité du système de fondations :


La fondation d'un ouvrage doit constituer un système homogène pour une même unité (PS
92§4.31). L’action du séisme ne doit pas être aggravée par un comportement non homogène
auniveau des fondations.
 Solidarisation des points d'appui :
Les points d'appui d'un même bloc de construction, sauf prise en compte dans les calculs des
déplacements, sauf encastrement dans sol rocheux, doivent être solidarisés par un
réseaubidimensionnel de longrines tendant à s'opposer à leur déplacement relatif dans le
planhorizontal. (PS 92 §4.33)

IV. Modélisation de la structure :


I.7. Les bases de la modélisation :

La modélisation est l’établissement de modèles à partir de la structure réelle ; il s’agit ensuite


par la démodélisation, qui peut être soit par le raisonnement soit par le savoir-faire, de remonter à la
structure d’origine.

L’analyse dynamique nécessite toujours initialement de créer un modèle de calcul représentant


la structure. Ce modèle, introduit ensuite dans un programme de calcul dynamique, permet la
détermination de ses modes propres de vibration et des efforts engendrés par l’action sismique.

Deux types de modèles peuvent être envisagés :

- Modélisation par éléments finis


- Modélisation à masse concentrées et raideurs équivalentes (modèle brochette)

PFE 2012 Page 14


Projet fin d’études 2012

Il se pose aussi le problème de la modélisation de l’interaction sol-structure (ISS) :

 Si le sol est peu déformable vis-à-vis de la structure, on peut modéliser l’ISS par un encastrement.
 Si le sol est rocheux et le bâtiment est rigide, on n’a pas d’interaction.
 Si le sol subit de grandes déformation, par exemple dans le cas d’un bâtiment rigide et un sol de
résistance mécanique moyenne, on procède soit par un modèle ressort soit par EF.
Pour faciliter la modélisation, on modélisera les appuis par des rotules au niveau des poteaux et par des
encastrements au niveau des voiles.

I.8. Etapes de la modélisation :

On procède par éléments finis en suivant une démarche académique :

La méthodologie de modélisation adoptée est la suivante :

 Modélisation de la structure sur CBS : saisie des poteaux, des poutres, des voiles et des
chargements linéaires statiques.

Figure 2:modélisation CBS

 Export de la structure vers RSA.


 Maillage des panneaux (voiles) et modélisation des appuis.
 Modélisation des dalles: On applique sur les bords ce qu’on appelle charge par objet (charges
permanentes + charge d’exploitation), et on crée un bardage, puis on définit le sens de portée.

PFE 2012 Page 15


Projet fin d’études 2012

Les avantages de cette modélisation :


Il vaut mieux ne pas mailler les dalles car cette opération présente 2 défauts :
1. Dans le cas d’un plancher à hourdis, la répartition de charge n’est pas exacte.
2. On aura un alourdissement des calculs vu le nombre important des nœuds créés.
 Création de l’effet diaphragme :
Il faut bloquer le déplacement relatif (Ux, Uy, Rz) entre les points de la dalle, alors, on fixe un point de
la dalle et on lie la déformation des autres points à ce point choisi.
Cela se fait avec l’icône liaison rigide : le point principal est appelé point maitre alors que les autres
points liés à lui sont des points esclaves.
Ainsi, on bloque les déplacements relatifs suivant x et y et les rotations autour de z.

PFE 2012 Page 16


Projet fin d’études 2012

Figure 3:modélisation du diaphragme

 Calcul statique (descente de charges) effectué sur RSA.


 Calcul dynamique effectué sur RSA.

PFE 2012 Page 17


Projet fin d’études 2012

V. Calculs statiques:
I.9. Pré dimensionnement des éléments structuraux :

I.9.a. Dalle  :

Pour tous les planchers, on a adopté un plancher à corps creux .Le tableau ci-après
montre les caractéristiques des planchers utilisés pour notre structure:

Hauteur en cm Portée pour un plancher isolé Portée pour un plancher


continu
12+5 4,6 5
16+5 5,4 5,8
20+5 6,5 7,00
25+5 7.7 8.5
tableau1:types de plancher hourdis

I.9.b. Poutres  :

Selon l’article 7.3.1.2 du RPS2000 les dimensions de la section transversale de la poutre


doivent satisfaire les conditions suivantes :

 b/h ≥0.25
 b≥200mm
 b≤bc +hc /2
Tel que :
-hc : La dimension de la section du poteau parallèle à l’axe de la poutre.
-bc : La dimension de la section du poteau perpendiculaire à l’axe de la poutre.
Selon les règles de pré dimensionnement des poutres on doit avoir :h>L /16 à L /10
 h : la hauteur de la poutre
 L : la portée entre nus d’appui de la poutre
Dans notre cas on a adopté une valeur de :
 L /10 pour les poutres isostatiques chargées
 L /12 pour les poutres hyperstatiques très chargées
 L /14 pour les poutres hyperstatiques peu chargées

PFE 2012 Page 18


Projet fin d’études 2012

N.B : Le détail de pré dimensionnement des poutres est présenté dans les plans de coffrages
figurant dans l’annexe1.

I.9.c. Voiles  :

Selon l’article 7.3.1.4.1 du RPS 2000 ; L’épaisseur minimale du voile est fonction dela hauteur
nette he de l’étage.

 emin = min(15 cm, he/20) pour un voile non rigidifié à ses deux extrémités.
 emin = min(15 cm, he/22) pour un voile rigidifié à une extrémité.
 emin = min(15 cm, he/25) pour un voile rigidifié à ses deux extrémités..

L’épaisseur minimale des voiles pour chaque niveau est alors donnée comme suit :

Etage Hauteur Epaisseur


nette (he) voile
Sous-Sol 3,6 18cm
RDC 3.9 20,5cm
1er étage 3,9 20,5cm
2éme étage 3,9 20,5cm
tableau2:epaisseur voile par étage

Alors : On prendra une épaisseur de 25cm pour tous les voiles.

I.10. Descente de charge :

I.10.a. Définition des charges par plancher  :

 Plancher terrasse :
 Charge permanente apportée par la terrasse :

Charge Unité Description Valeur


PP PLANCHER Kg/m 12+5 16+5 20+5 25+5 240 265 325 415
2
FORME DE PENTE Kg/m         325 325 325 325
2
COMPLEXE D'ETANCHEITE Kg/m         15 15 15 15
2
PROTECTION Kg/m 4cm 4cm 4cm 4cm 80 80 80 80
2
FAUX PLAFON/ ENDUIT Kg/m         30 30 30 30
2
TOTAL (PP plancher exclu) Kg/m         450 450 450 450
2
Total (PP plancher inclu) Kg/m         690 715 775 865
2
tableau 3: charges permanentes terrasse

PFE 2012 Page 19


Projet fin d’études 2012

 Charges d’exploitation :

unité valeur
T. INACCESSIBLE Kg/m2 100
T. ACCESSIBLE AU PUBLIC Kg/m2 500
tableau 4:charge d'exploitation terrase

 Planchers étages courants ; PH sous-sol ; PH RDC :


 Charges permanentes :

CHARGE UNITE VALEUR

PP PLANCHER Kg/m2 12+5 16+5 20+5 25+5 240 265 325 415

Revêtement Kg/m2         245 245 245 245

Cloisons de Kg/m2         75 75 75 75
distribution
PLANCHE L'enduit/Faux 30 30 30 30
Kg/m2        
R plafond
TOTAL PP Kg/m2         350 350 350 350
PLANCHER
EXCLU
TOTAL PP Kg/m2         590 615 675 765
PLANCHER
INCLU
CLOISONS Kg/m2         260 260 260 260
tableau 5: charges permanentes étages courantes

 Charges d’exploitation :

  Unité valeur
BUREAU PUBLIC-ESCALIER PUBLIC Kg/m2 400
HALL-COULOIR-SALLE D'AUDIENCE Kg/m2 400
Ascenseur Kg/m2 600
tableau 6:charges d'exploitation étages courantes

I.10.b. Calcul des charges transmises aux poteaux   :

La descente de charge sur les poteaux a été effectuée moyennant le logiciel RSA ainsi
que manuellement pour les poteaux les plus sollicités.

 Descente de charge manuelle dans le bloc D:

PFE 2012 Page 20


Projet fin d’études 2012

 Evaluation des charges :


- Poteau P6 :

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  Propre cumul Propre Cumul
terrasse 8,56 8,56 0,89 0,89
2éme étage 11,67 20,23 2,23 3,12
1er étage 6,60 26,83 0,00 3,12
RDC 10,63 37,46 3,56 6,68

- Poteau P10 :

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  Propre cumul Propre Cumul
terrasse 10,93 10,93 1,01 1,01
2éme étage 22,03 32,96 7,14 8,15
1er étage 4,92 37,88 0,00 8,15
RDC 21,30 59,18 8,16 16,31

- Poteau Px :

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  Propre cumul Propre Cumul
2éme étage 35,70 35,70 2,51 2,51

- Poteau Rb :

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  Propre cumul Propre Cumul
2éme étage 7,38 7,38 4,56 4,56
1er étage 11,10 18,48 4,35 8,91
RDC 11,00 29,48 5,48 14,39

- Poteau Pz :

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  propre cumul Propre Cumul
terrasse 12,33 12,33 4,70 4,70

 Les efforts normaux à l’ELU et à l’ELS :

- Poteau P6 :

Plancher Nu (T) Ns (T)


Terrasse 12,89 9,45

PFE 2012 Page 21


Projet fin d’études 2012

2éme étage 31,98 23,34


1er étage 40,89 29,94
RDC 60,58 44,13

- Poteau P10 :

plancher Nu (T) Ns (T)


terrasse 17,90 13,13
2éme étage 62,39 45,22
1er étage 69,70 50,63
RDC 114,79 83,04

- Poteau Px :

plancher Nu (T) Ns (T)


terrasse 57,16 42,03

- Poteau Rb :

plancher Nu (T) Ns (T)


2éme étage 16,80 11,94
1er étage 38,31 27,39
RDC 61,38 43,87

- Poteau Pz :

plancher Nu (T) Ns (T)


terrasse 23,69 17,02

I.10.c. Dimensionnement des poteaux  :

D’après l’article B.8.4.1 du BAEL 91 : l’effort normal agissant ultime Nu d’un poteau doit
être au plus égal à la valeur suivante :

Nu ((Brfc28 / 0.9b)+(Afe/ s))

• N u = 1,35 G + 1,5 Q

• : Coefficient de réduction destiné à tenir compte à la fois des efforts du secondordre et de
l’excentricité additionnelle.

PFE 2012 Page 22


Projet fin d’études 2012

0,85

{
α= Pour λ< 50
λ 2
1+ 0,2. ( )
35
2
50
α =0.6
λ( ) Pour 50 ≤ λ<70

• : L’élancement du poteau considéré


• B : Aire total de la section du poteau
• Br : La section réduite d’un poteau obtenue en déduisant de la section réelle 1cmd’épaisseur
sur tout sa périphérique tel que :
B r = (a - 0,02) (b – 0,02) m2 (pour poteaux rectangulaires)

 Pré dimensionnement :

- Poteau P6 :

plancher Nu (T) Ns (T) section(m2 a*b poids propre (T)


)
terrasse 12,89 9,45 0,0107 25*25 0,50
2éme étage 31,98 23,34 0,0267 25*25 0,50
1er étage 40,89 29,94 0,0341 25*25 0,52
RDC 60,58 44,13 0,0505 25*25 0,62

- Poteau P10 :

plancher Nu (T) Ns (T) section(m2 a*b poids propre (T)


)
terrasse 17,90 13,13 0,0149 25*25 0,50
2éme étage 62,39 45,22 0,0520 25*25 0,48
1er étage 69,70 50,63 0,0581 25*25 0,61
RDC 114,79 83,04 0,0957 30*35 0,83

- Poteau Px :

plancher Nu (T) Ns (T) section(m2 a*b poids propre (T)


)
terrasse 57,16 42,03 0,0476 25*25 0,50

- Poteau Rb :

PFE 2012 Page 23


Projet fin d’études 2012

plancher Nu (T) Ns (T) section(m2 a*b poids propre (T)


)
2éme étage 16,80 11,94 0,0140 25*25 0,48
1er étage 38,31 27,39 0,0319 25*25 0,48
RDC 61,38 43,87 0,0512 25*25 0,49

- Poteau Pz :

plancher Nu (T) Ns (T) section(m2 a*b poids propre (T)


)
terrasse 23,69 17,02 0,0197 25*25 0,50

 Calcul des armatures :

- Poteau P6 :

Nu' Br As Amin
plancher a*b (MN) Lf (m2) λ α (cm2) 1 Amin2
terrasse 25*25 0,14 3,2 0,0529 44,288 0,33 -12,98 1,25 4
2éme étage 25*25 0,33 3,2 0,0529 44,288 0,33 0,93 1,25 4
1er étage 25*25 0,43 3,3 0,0529 45,672 0,31 8,87 1,25 4
RDC 25*25 0,63 3,3 0,0529 45,672 0,31 23,88 1,25 4

- Poteau P10 :

Nu' Br As Amin
plancher a*b (MN) Lf (m2) λ α (cm2) 1 Amin2
terrasse 25*25 0,19 3,2 0,0529 44,288 0,33 -9,46 1,25 4
2éme étage 25*25 0,64 3,1 0,0529 42,904 0,34 20,62 1,5 4,4
1er étage 25*25 0,72 3,9 0,0529 53,976 0,51 9,57 1,5 4,4
RDC 30*35 1,18 3,2 0,0924 43,596 0,33 42,16 2,1 5,2

- Poteau Px :

Nu' Br As Amin
plancher a*b (MN) Lf (m2) λ α (cm2) 1 Amin2
terrasse 25*25 0,58 3,2 0,0529 44,288 0,33 18,17 1,25 4

PFE 2012 Page 24


Projet fin d’études 2012

- Poteau Rb :

Nu' Br As Amin
plancher a*b (MN) Lf (m2) λ α (cm2) 1 Amin2
25*2
2éme étage 5 0,17 3,1 0,0529 42,904 0,34 -10,71 1,25 4
25*2
1er étage 5 0,40 3,1 0,0644 42,904 0,34 -0,60 1,5 4,4
25*2
RDC 5 0,63 3,2 0,0924 43,596 0,33 4,39 2,1 5,2

- Poteau Pz :

Nu' Br As Amin
plancher a*b (MN) Lf (m2) λ α (cm2) 1 Amin2
terrasse 25*25 0,24 3,2 0,0529 44,288 0,33 -5,39 1,25 4

I.11. Calcul des charges transmises aux voiles :


- Voile V1 :
 Charge répartie :

plancher charges permanentes (T/m) charges d'exploitation (T/m)


  Propre Cumul propre cumul
terrasse 0 0,00 0,00 0,00
2éme étage 2,45 2,45 1,36 1,36
1er étage 0 2,45 0,00 1,36
RDC 3,78 6,23 1,10 2,46

 Charges concentrées :

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  propre Cumul propre cumul
terrasse 0 0,00 0,00 0,00
2éme étage 9,32 9,32 4,78 4,78
1er étage 3,64 12,96 0,00 4,78
RDC 9,3 22,26 3,82 8,60

- Voile V2 :
 Charge répartie :

Pas de charges réparties

PFE 2012 Page 25


Projet fin d’études 2012

 Charges concentrées :

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  Propre Cumul propre cumul
terrasse 0 0,00 0,00 0,00
2éme étage 0,38 0,38 0,00 0,00
1er étage 0,94 1,32 0,00 0,00
RDC 0,94 2,26 0,00 0,00

- Voile V3 :
 Charge répartie :

plancher charges permanentes (T/m) charges d'exploitation (T/m)


  Propre Cumul propre cumul
terrasse 0 0,00 0,00 0,00
2éme étage 2,45 2,45 1,36 1,36
1er étage 0 2,45 0,00 1,36
RDC 3,78 6,23 1,10 2,46

 Charges concentrées :

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  propre Cumul propre cumul
terrasse 0 0,00 0,00 0,00
2éme étage 9,32 9,32 4,78 4,78
1er étage 3,64 12,96 0,00 4,78
RDC 9,3 22,26 3,82 8,60

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  propre Cumul propre Cumul
terrasse 0 0,00 0,00 0,00
2éme étage 0,77 0,77 0,00 0,00
1er étage 0,77 1,54 0,00 0,00
RDC 0,77 2,31 0,00 0,00

- Voile V4:
 Charge répartie :

plancher charges permanentes (T/m) charges d'exploitation (T/m)


  propre Cumul propre Cumul
terrasse 1,95 1,95 0,23 0,23
2éme étage 3,16 5,11 0,57 0,80
1er étage 3,16 8,27 0,57 1,37
RDC 3,16 11,43 0,91 2,28

 Charges concentrées :

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  propre Cumul propre Cumul
PFE 2012 Page 26
Projet fin d’études 2012

terrasse 4,50 4,50 0,47 0,00


2éme étage 7,18 11,68 1,20 1,20
1er étage 7,05 18,73 1,20 2,40
RDC 7,18 25,91 1,90 4,77

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  propre Cumul propre Cumul
terrasse 1,03 1,03 0,00 0,00
2éme étage 2,44 3,47 0,00 0,00
1er étage 2,44 5,91 0,00 0,00
RDC 2,44 8,34 0,00 0,00

- Voile V5:
 Charge répartie :

pas de charges réparties

 Charges concentrées :

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  propre Cumul propre Cumul
terrasse 34,54 34,54 4,13 4,13
2éme étage 24,6 59,14 10,63 10,63
1er étage 17 76,14 5,20 15,83
RDC 27,43 103,57 10,63 30,59

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  propre Cumul propre Cumul
terrasse 34,54 34,54 4,13 4,13
2éme étage 24,6 59,14 10,63 10,63
1er étage 17 76,14 5,20 15,83
RDC 27,43 103,57 10,63 30,59

- Voile V6:

 Charge répartie :

plancher charges permanentes (T/m) charges d'exploitation (T/m)


  propre Cumul propre Cumul
terrasse 2,13 2,13 0,23 0,23
2éme étage 1,33 3,46 0,58 0,81
1er étage 0 3,46 0,00 0,81
RDC 1,33 4,79 0,93 1,74

 Charges concentrées :

PFE 2012 Page 27


Projet fin d’études 2012

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  propre Cumul propre Cumul
terrasse 7,03 7,03 0,70 0,00
2éme étage 7,28 14,32 1,74 1,74
1er étage 7,28 21,60 0,00 1,74
RDC 7,28 28,88 2,80 5,24

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  propre Cumul propre Cumul
terrasse 0,98 0,98 0,00 0,00
2éme étage 2,42 3,40 0,00 0,00
1er étage 2,42 5,82 0,00 0,00
RDC 2,42 8,24 0,00 0,00

- Voile V7:
 Charge répartie :

plancher charges permanentes (T/m) charges d'exploitation (T/m)


  propre Cumul propre Cumul
terrasse 2,13 2,13 0,23 0,23
2éme étage 1,6 3,73 0,58 0,81
1er étage 0 3,73 0,00 0,81
RDC 2,21 5,94 0,93 1,74

 Charges concentrées :

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  propre Cumul propre Cumul
terrasse 7,03 7,03 0,67 0,00
2éme étage 7,28 14,32 1,74 1,74
1er étage 7,28 21,60 0,00 1,74
RDC 7,28 28,88 1,74 4,16

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  propre Cumul propre Cumul
terrasse 7,72 7,72 0,54 0,00
2éme étage 7,19 14,91 3,10 3,10
1er étage 7,19 22,10 2,37 5,47
RDC 7,19 29,29 3,98 9,99

- Voile V8:

 Charge répartie :

plancher charges permanentes (T/m) charges d'exploitation (T/m)


  Propre Cumul propre Cumul
terrasse 2,13 2,13 0,23 0,23

PFE 2012 Page 28


Projet fin d’études 2012

2éme étage 2,21 4,33 0,58 0,81


1er étage 0,00 4,33 0,00 0,81
RDC 2,21 6,54 0,93 1,74

 Charges concentrées :

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  propre Cumul Propre Cumul
terrasse 8,79 8,79 0,83 0,00
2éme étage 8,94 17,73 2,18 2,18
1er étage 8,94 26,67 0,00 2,18
RDC 8,94 35,61 2,18 5,19

plancher charges permanentes (T) charges d'exploitation (T)


  propre Cumul propre Cumul
terrasse 7,72 7,72 0,54 0,00
2éme étage 7,19 14,91 3,10 3,10
1er étage 7,19 22,10 2,37 5,47
RDC 7,19 29,29 3,98 9,99

VI. Analyse sismique dynamique:

I.12. Choix de la méthode d’analyse sismique :

Conformément à l’article 6.4.1 du RPS2000, il est admis d’utiliser une approche


dynamique pour l’analyse de l’action sismique si les conditions de régularité ou de hauteur
d’une structure, exigées par l’approche statique équivalente ne sont pas satisfaites.

Ces conditions n’étant pas toutes vérifiées pour le cas de notre structure, le recours à une
approche dynamique est parfaitement justifié(voir ANNEXE):

I.13. Justification du choix de l’analyse modale spectrale  :

Le RPS 2002 distingue deux différentes approches pour le calcul de la réponse sismique
définies comme suit :

I.13.a. Analyse par accélérogrammes ou calcul direct

PFE 2012 Page 29


Projet fin d’études 2012

Cette approche consiste à analyser la structure par un calcul direct en recherchant la


réponse temporelle sismique au cas par cas.
Dans ce cas, on a recours à l’utilisation de plusieurs accélérogrammes adaptés au site
considéré.

I.13.b. Analyse par spectres de réponse «  Approche modale  »  :

L’approche de l’analyse spectrale est basée sur la détermination de la réponse maximale


de lastructure pour chacun de ses modes propres. La technique des modes normaux dite
«méthodemodale » est la plus utilisée en régime linéaire.(RPS 2002 article 6.4.3)

I.13.c. Conclusion  :

La recherche de la réponse temporelle étant lourde et fastidieuse, on a opté pour une


méthode qui consiste à rechercher les réponses spectrales de la structure en évaluant pour
chaque mode propre la valeur maximum.

I.14. Modalités d’application de l’analyse modale spectrale  :

I.14.a. Troncature modale  : Définition  :

En pratique il est inutile de rechercher la totalité des modes propres : Le calcul des
modes de fréquence élevée (périodes très courtes) est généralement illusoire et de toute façon
un nombre réduit de modes est suffisant pour représenter correctement la réponse de la
structure. La troncature modale est l'opération qui consiste à arrêter la recherche des modes
propres en coursd'analysemodale.
Les règles PS 92 donnent des directives précises pour procéder à la troncature modale (article
6.622) :
Sélection des modes selon le critère des masses modales cumulées
Si pour une direction donnée la masse modale cumulée des modes pris en compte est
suffisamment proche de la masse totale, nous serons sûrs de ne pas oublier un mode influent.
En pratique, les règles PS 92 demandent de rechercher les n premiers modes correspondant à

PFE 2012 Page 30


Projet fin d’études 2012

une masse modale cumulée d'au moins 90% de la masse totale pour les deux directions de
calcul.
Sélection des modes selon le critère de la fréquence de coupure

La fréquence de coupure est la fréquence (généralement 33 Hz) au-delà de laquelle les modes
propres ne sont plus amplifiés par rapport aux mouvements sismiques du support.
En d'autres termes, les masses vibrant selon ces modes sont soumises aux mêmes
accélérations que le support, sans amplification dynamique.
La recherche des modes propres peut donc être interrompue lorsque la période du dernier
mode calculé est inférieure à 0.03 seconde.

I.14.b. Combinaison des réponses modales à une direction sismique:

Les valeurs de calcul des déplacements, déformations, sollicitations, et plus


généralement de toute variable d'intérêt linéairement liée à l'amplitude de l'excitation
sismique pour l'étude, sont obtenues en combinant les valeurs maximales obtenues
séparément dans chaque mode.
Plusieurs méthodes ont été proposées afin d’obtenir une valeur vraisemblable de la réponse
maximum à partir des réponses spectrales. La plus populaires de ces méthodes et d’ailleurs la
plus simple, connu sous le nom de SRSS méthode qui consiste à calculer la moyenne
quadratique des réponses modales :

Cette méthode fournit une bonne estimation de la réponse maximum pour des systèmes
structuraux ayant des modes de vibration bien séparés. Cependant, pour des structures avec
des modes très rapprochés, l’estimation de la réponse maximum peut être grandement en
erreur avec la méthode SRSS. Dans ce dernier cas, la méthode CQC est préférable 

β ij est le coefficient de corrélation entre le mode i et j.

VII. Présentation du modèle automatisé de calcul : Modèle RSA :

PFE 2012 Page 31


Projet fin d’études 2012

Étant donné que la méthode des éléments finis est envisagée pour l’analyse du
comportement dynamique de la structure vis-à-vis des sollicitations sismiques, en plus elle est
justifiée par les difficultés que soulève l’utilisation d’une modélisation à masses concentrées de
type brochette surtout pour la détermination des raideurs équivalentes et le calage de la
brochette. Ainsi l’utilisation d’un logiciel du calcul s’impose.

La modélisation a été effectuée à l’aide du logiciel Robot millenium, Les différentes étapes sont
les suivantes :

-Modélisation du bâtiment sur CBS Pro. Saisie des données géométriques et chargement
statique.

-Export du modèle CBS Pro sur Robot.

-Maillage sur Robot.

-Calcul dynamique sur Robot

I.15. Justification du choix du logiciel de calcul :

On a opté pour le logiciel Robot Millenium puisqu’il répond aux exigences suivantes :

– suffisamment de liberté pour le choix des méthodes de calcul et des paramètres utilisés ;
– clarté de la démarche de calcul ;
– utilisation rapidement accessible ;
– sa disponibilité dans l’entreprise d’accueil.

Ce logiciel pré dimensionne, calcule et vérifie tous les types de modèles saisis directement sur
robot ou importé à partir du logiciel CBS pro. Et ceci, grâce à des outils de maillage
automatique des éléments finis et une gamme complète de modules béton armé. L’éditeur offre
également une solution d’analyse adaptée aux normes marocaines.

I.16. Modélisation des éléments porteurs et Maillage de la structure  :

I.16.a. Modélisation des éléments porteurs  :

Les éléments porteurs sont modélisés comme suit :

PFE 2012 Page 32


Projet fin d’études 2012

 les voiles par des éléments de coques.


Les hypothèses habituellement retenues dans les modèles coques sont les suivantes :
- L’épaisseur reste faible par rapport aux autres dimensions même dans le cas des coques dites
épaisses.
- Les déformations dans la direction normales par rapport à la coque ne sont pas prises en
compte.
- Les contraintes normales varient linéairement sur l’épaisseur de la coque
- Les contraintes de cisaillement varient paraboliquement sur l’épaisseur de la coque.
- Les normales à la coque restent normales et orthogonales au feuillet moyen dans le cas des
coques dites minces
- La composante normale de la rotation n’est pas prise en compte ni dans l’élément de la
membrane ni dans l’élément de plaque .En conséquence, un modèle de coque possède à priori
5 degrés de libertés.
 les dalles sont modélisées par des éléments de bardages unidirectionnels.

I.16.b. Maillage de la structure  :

La modélisation en élément finis varie du médiocre à l’excellence suivant la finesse du


maillage choisie. Le choix de la taille et le nombre des éléments doit être suffisant pour que la
modélisation soit physiquement valable.
Le logiciel Robot génère le maillage des structures de types plaques, coques et
diaphragme rigide en passant par deux étapes :
o La première étape concerne la définition des panneaux pour lesquelles le maillage
par éléments finis sera généré. Ces panneaux modélisant les voiles et les planchers de la
structure sont reconnus lors du maillage par leurs contours. De ce fait, deux contours distincts
ne peuvent avoir en commun que des points situés sur leurs bords communs, Cette condition
exclut le recouvrement entre deux éléments.
o Lors de la deuxième étape, le maillage par éléments finis surfaciques est généré
suivant les paramètres définis dans la boite de dialogue Préférences de l’affaire (option
Maillage EF).
Les méthodes de génération du maillage par éléments finis sur Robot sont :
- Maillage simple (méthode de Coons)
- Maillage complexe (méthode de Delaunay)
- Sélection automatique de la méthode de maillage (par défaut).
PFE 2012 Page 33
Projet fin d’études 2012

En premier lieu, les calculs ont été lancé depuis CBS pro en utilisant un gros maillage
proposé par défaut par le programme. Les calculs se sont interrompus car le maillage ainsi
obtenu présentait des erreurs d’incohérence du maillage sur les bords.
Après une longue réflexion et pour palier à ce problème, le maillage a été généré dans un
deuxième temps par la méthode de Coons puis par celle de Delaunay, la structure maillée
présentait toujours des erreurs d’incohérence du maillage sur les bords mais cette fois la
densité de ces erreurs est nettement réduite par rapport à la méthode automatique (par
défaut).
L’examen de ces erreurs montre que le problème réside dans le fait que la frontière
commune entre deux éléments n’est pas définie d’une manière unique : par exemple, elle peut
passer par trois nœuds pour un élément alors qu’elle est définie par deux nœuds pour l’autre.
Puisque le problème de non unicité de la frontière entre deux domaines revient à une erreur de
discrétisation géométrique, nous étions alors obligés d’intervenir localement pour corriger le
maillage cas par cas. La correction consiste au raffinement du maillage au niveau des éléments
frontières présentant les incohérences et de varier la taille des éléments.
NB : On n’a pas maillé les dalles car on les a modélisées par des bardages comme on a déjà mentionné,
et finalement, on a travaillé avec les résultats de RSA.

I.17. Résultats de l’analyse modale :

Les résultats de l’analyse modale obtenus pour le nombre de mode vérifiant les
conditions imposées par le PS92 sont résumés dans le tableau ci- après:
Le nombre de modes atteint étant de 10.
 Variante portique :

Masses
Fréquence Période Masses Cumulées Cumulées UY Masse Modale Masse Modale
Mode [Hz] [sec] UX [%] [%] UX [%] UY [%]
PFE 2012 Page 34
Projet fin d’études 2012

1 0.92 1.09 85.62 0.03 85.62 0.03


2 1.07 0.93 91.09 1.74 5.47 1.71
3 1.28 0.78 91.11 92.22 0.02 90.47
4 3.17 0.32 99.01 92.22 7.9 0
5 3.57 0.28 99.01 93.12 0.01 0.9
6 3.9 0.26 99.01 99.8 0 6.68
7 5.72 0.17 99.65 99.8 0.63 0
8 6.35 0.16 99.72 99.8 0.07 0
9 7.57 0.13 99.72 99.93 0 0.13
10 9.58 0.1 99.99 99.93 0.27 0
tableau 7:résultat analyse modale

On constate que le pourcentage de la masse exigée par le règlement est atteint dans les
deux directions tout en restant inférieur à la fréquence de coupure. Ainsi, on adopte par la
suite les efforts calculés pour le dimensionnement des éléments structuraux.
NB : le modèle atteint les 90 % de la masse dès les trois premiers modes, ce qui est légitime
vu qu’on a trois masses concentrées dans les planchers.

 Variante voile :

Masse
periode cumuleeUx masse masse
Modes frequence(Hz) (s) (%) cumuleeUy (%) modale Ux (%) masse modale Uy (%)
1 2 0,5 6,1 38,27 6,1 38,27
2 2,07 0,48 19,39 64,72 13,28 26,45
3 2,38 0,42 21,47 68,47 2,09 3,75
4 2,73 0,37 52,77 68,48 31,3 0,01
5 3,08 0,32 68,32 68,55 15,55 0,08
6 3,33 0,3 68,55 68,55 0,23 0
PFE 2012 Page 35
Projet fin d’études 2012

7 3,69 0,27 69,11 68,55 0,56 0


8 3,81 0,26 69,66 68,56 0,55 0
9 5,03 0,2 69,71 69,73 0,05 1,18
10 5,23 0,19 69,73 70,5 0,02 0,77
11 5,38 0,19 69,74 70,54 0 0,05
12 5,62 0,18 69,79 71,02 0,06 0,47
13 6,6 0,15 71,45 73,6 1,66 2,58
14 8,27 0,12 71,84 73,63 0,39 0,03
15 8,52 0,12 73,57 73,71 1,73 0,08
16 8,66 0,12 74,21 73,71 0,64 0
17 9,6 0,1 74,66 74,32 0,45 0,61
18 10,71 0,09 78,22 82,68 3,56 8,36
19 11,59 0,09 85,22 84,05 7 1,37
20 12,87 0,08 85,22 84,15 0 0,09
21 12,96 0,08 85,22 84,17 0 0,02
22 13,3 0,08 85,4 85,81 0,17 1,64
23 13,65 0,07 85,41 88,49 0,01 2,68
24 14,88 0,07 85,56 88,71 0,16 0,22
25 15,02 0,07 86,63 89,64 1,07 0,93

 Variante mixte :
Masse
periode cumuleeUx masse masse
Modes frequence(Hz) (s) (%) cumuleeUy (%) modale Ux (%) masse modale Uy (%)
1 1 1 6,1 38,27 5,1 28,25
2 1,07 0,93 9,3 39,72 23,28 26,47
3 1,38 0,58 11,45 40,47 2,19 3,85
4 1,73 0,58 22,7 41,48 61,33 0,05
5 2,08 0,48 25,32 48,09 25,53 0,18
6 2,33 0,43 40,4 48,55 0,28 0,3

PFE 2012 Page 36


Projet fin d’études 2012

7 2,69 0,37 45,11 48,55 1,59 0


8 2,81 0,36 46 48,56 3,55 0
9 2,03 0,49 47,73 49,73 6,75 3,18
10 4,23 0,24 50,13 50,5 0,09 0,17
11 4,38 0,23 59,74 50,54 0,7 0,15
12 4,62 0,22 60,79 61,02 0,16 0,27
13 5,6 0,18 64,12 63,6 1,26 4,58
14 6,27 0,16 66,84 63,63 0,78 0,07
15 6,52 0,15 66,9 63,71 3,45 0,01
16 6,66 0,15 70,21 63,71 0,54 0,5
17 7,6 0,13 71,66 64,32 0,45 5,61
18 9,71 0,11 72,22 72,68 3,78 8,12
19 9,59 0,10 73,22 74,05 7,6 5,67
20 10,87 0,09 74,22 74,15 0 0,19
21 10,96 0,09 75,22 74,17 0 0,52
22 10,3 0,09 75,4 75,81 0,57 1,74
23 11,65 0,08 75,41 78,49 0,71 2,88
24 12,88 0,07 80,56 88,71 0,56 0,82
25 13,02 0,07 87,13 89,88 1,27 1,93

On constate que le contreventement mixte n’ajoute pas de masse cumulé par rapport au
contreventement par voile.

VIII. Vérification de la structure:


I.18. Déplacement latéraux inter-étages :

Selon l’article 8.4.b du RPS 2000, Les déplacements latéraux inter-étages ∆el évalués à
partir des actions de calcul doivent être limités à : K. ∆el ≤ 0.007 h pour les bâtiments de
classe I, avec : -h étant la hauteur de l’étage ; - K : coefficient du comportement :

 Exemple du BLOC D :


 Variante portique :

  ∆elx (mm) ∆ely (mm) Hauteur étage ∆el lim (mm)


Sous-sol 22.12 22.52 3.8 25.2
RDC 26.34 12.25 3.9 27.3
1er étage 18.81 11.56 3.9 27.3
2éme étage 7.82 3.05 3.9 27.3
tableau 8:déplacement inter-étage variante portique

PFE 2012 Page 37


Projet fin d’études 2012

 Variante voile :

  ∆elx (mm) ∆ely (mm) Hauteur étage ∆el lim


(mm)
Sous-sol 1.9 3 3.8 26.6
RDC 4.88 7.43 3.9 32.76
1er étage 5.38 9.5 3.9 32.76
2éme étage 12.09 10.25 3.9 32.76
tableau 9:déplacement inter-étage variante voile

D’après le tableau ci-dessus, on trouve que les déplacements inter-étages vérifient la


condition préconisée dans le RPS2000. En outre, les déplacements inter-étages de la variante
voile sont beaucoup plus faibles que les déplacements de la variante portique.

I.19. Le déplacement latéral total du bâtiment :

Le déplacement latéral total du bâtiment ∆g doit être limité à ∆g limite = 0.004.H


Avec H étant la hauteur totale de la structure.
Pour notre cas, on a H= 16 m
Soit ∆g limite = 0,004 × 16= 64 mm .
Le tableau suivant résume les déplacements latéraux totaux Ux et Uy :

 Variante portique :

Déplacement latéral maximal Déplacement latéral


Déplacement
(mm) total limite (mm)
Ux 50.11
64
Uy 49.38

tableau 10:déplacement latéral variante portique

 Variante voiles :

Déplacement latéral maximal Déplacement latéral


Déplacement
(mm) total limite (mm)
Ux 24.25
64
Uy 43.15

tableau 11:déplacement latéral variante voile

PFE 2012 Page 38


Projet fin d’études 2012

Le déplacement latéral maximal du bâtiment selon les deux directions X et Y est


largement inférieur aux limites imposées par le RPS2000.

I.20. Stabilité au renversement :

La structure doit être dimensionnée pour résister aux effets de renversement dû aux
combinaisons des actions de calcul. Un ancrage est exigé si l’effet des charges de calcul tendant
à provoquer ce phénomène est supérieur à l’effet de stabilisation

A) La stabilité est considérée satisfaite si :


K W Δel
θ= ≤ 0,1
Vh
B) l’effet du second ordre est à prendre en compte dans le calcul pour :
0,1 ≤θ ≤ 0,2
C) La stabilité est considérée non satisfaite si :
0,2 ≤θ
Avec :
θ: Indice de stabilité
W : poids au-dessus de l’étage considéré
V : action sismique au niveau considéré
h : hauteur de l’étage
Δel : Déplacement relatif
K : coefficient de comportement

 Variante portique :

    Sens X   Sens Y  
Etage H (m) W (T) V (T) Δelx (mm) θx Δely (mm) θy(10-2)
Sous-sol 3.8 71.1 8.73 22.12 0.04 22.52 0.04
RDC 7.7 71.1 17.70 26.34 0.02 12.25 0.01
1 11.6 71.1 26.66 18.81 0.01 11.56 0.003
2 15.5 71.1 35.63 7.82 0.001 3.05 0.0003
tableau 12:vérification de renversement variante portique

 Variante voiles :

PFE 2012 Page 39


Projet fin d’études 2012

    Sens X   Sens Y  
Etage H (m) W (T) V (T) Δelx (mm) θx Δely (mm) θy(10-2)
Sous-sol 3.8 102.4 17.97 1.90 0.005 3.00 0.01
RDC 7.7 102.4 36.41 4.88 0.004 7.43 0.01
1 11.6 102.4 54.85 5.38 0.002 9.50 0.004
2 15.5 102.4 73.29 12.09 0.002 10.25 0.002
tableau 13:déplacement latéral variante voile

Le tableau montre clairement que le coefficient  est inférieur à 0,10 pour tous les étages, donc
la stabilité au renversement est vérifiée et il n’existe pas d’effet de second ordre.

IX. Dimensionnement des éléments de la structure:

I.21. Variante contreventement par voile :

I.21.a. Dimensionnement des voiles en BA  :

Introduction :

Un voile de section rectangulaire se comporte comme une console verticale, encastrée en


pied dans ses fondations et soumise à des charges réparties ou concentrées à chaque plancher.
Donc le voile est sollicité par :
- Moment fléchissant et effort tranchant provoqués par l’action du séisme.
- Effort normal du à la combinaison des charges permanentes, d’exploitations ainsi que la
charge sismique.

Ce qui implique que les voiles seront calculés en flexion composée et au cisaillement. Ce
qui nécessitera une disposition du ferraillage suivant :

- Sur le plan vertical (aciers verticaux)


- Sur le plan horizontal (aciers horizontaux)

PFE 2012 Page 40


Projet fin d’études 2012

Figure 4:Le comportement du voile est similaire à celui d’une console.

Les dispositions réglementaires relatives au calcul du ferraillage classique du voile ainsi


que la démarche de calcul et des vérifications sont présentés en détails en Annexe .
Un exemple de calcul du voile V5 sera présenté par la suite.

Application au voile V5:

Un voile de section rectangulaire se comporte comme une console verticale, encastrée


en pied dans ses fondations et soumise à des charges réparties ou concentrées à chaque
plancher.
Donc le voile est sollicité par :
Moment fléchissant et effort tranchant provoqués par l’action du séisme.
Effort normal du à la combinaison des charges permanentes, d’exploitations ainsi que la
charge sismique.
Ce qui implique que les voiles seront calculés en flexion composée et au cisaillement. Ce qui
nécessitera une disposition du ferraillage suivant :
 Sur le plan vertical (aciers verticaux)
 Sur le plan horizontal (aciers horizontaux)

Prescriptions pour le ferraillage des voiles :

Le ferraillage des voiles s’effectuera selon le règlement BAEL91 et les vérifications selon
le règlement parasismique Marocain RPS2000 et le PS92.

a- Prescription pour les aciers verticaux :

PFE 2012 Page 41


Projet fin d’études 2012

Le ferraillage vertical sera disposé de telle sorte qu’il reprendra les contraintes de
flexion composée en tenant compte des prescriptions imposées par le RPS 2000et le PS92
décrit ci-dessous :
 Les barres verticales des zones extrêmes devraient être ligaturées avec des cadres horizontaux
dont l’espacement ne doit pas être supérieur à l’épaisseur du voile.
 A chaque extrémité du voile l’espacement des barres doit être réduit de moitié sur (1/10) de la
largeur du voile, cet espacement doit être au plus égal à 15cm.
 Si des efforts importants de compression agissent sur l’extrémité, les barres verticales doivent
respecter les conditions imposées aux poteaux.
 Les barres verticales du dernier niveau doivent être munies de crochets à la partie supérieure.
Toutes les autres barres n’ont pas de crochets (jonction par recouvrement).

b- Prescription pour les aciers horizontaux :

 Les armatures horizontales parallèles aux faces du mur sont disposées sur chacune des faces
entre les armatures verticales et la paroi de coffrage la plus voisine.
 Dans le cas où il existe des talons de rigidité, les barres horizontales devront être ancrées sans
crochets si les dimensions des talons permettent la réalisation d'un ancrage droit.

c- Prescriptions communes :

 L’espacement des barres horizontales et verticales doit être inférieur à la plus petite des deux
valeurs suivantes :
S 1,5 e e : épaisseur du voile
S 30cm
 Les deux nappes d’armatures doivent être reliées avec au moins quatreépingles au mètre carré.
Dans chaque nappe, les barres horizontales doivent être disposées vers l’extérieur.
 Le diamètre Φt des épingles est :
− Φt = 8mm lorsque Φv≤20 mm.
− Φt = 8mm lorsque Φv>20 mm.
 Le diamètre des barres verticales et horizontales des voiles (à l’exception des zones d’about)
ne devrait pas dépasser (1/10) de l’épaisseur du voile.
 Les longueurs de recouvrement doivent être égales à :
− 40Φ pour les barres situées dans les zones ou le renversement du signe des efforts est possible.
− 20Φ pour les barres situées dans les zones comprimées sous l’action de toutes les combinaisons
possibles des charges.

PFE 2012 Page 42


Projet fin d’études 2012

Etude de la section soumise à la flexion composée :

Le calcul sera muni comme pour le cas d’une poutre en béton armé encastrée en bas.

Calcul du voile V5  :

1. 2ème étage  :

 Données géométriques :

L (m) 5,90
b (m) 0,25
H (m) 3,9
K =Lf/H 0,85
% Acier 1%

 Les charges :

P.P (T) 8,29


Gp (T) 106,91
Q (T) 11,32
Ex (T) 157,64
Mx (T) 5,98
Ey (T) 4,00
My (T) 40,75

 Combinaison de charge :

  N=P.P+Gp+ψQ+αEx+βEy M=αMx+βMy
  α Β N M
cas 1 1 0,3 234,39 135,43
cas 2 1 -0,3 228,04 -104,57

PFE 2012 Page 43


Projet fin d’études 2012

cas 3 -1 0,3 -46,82 104,57


cas 4 -1 -0,3 -53,16 -135,43
cas 5 0,3 1 143,36 404,629
cas 6 0,3 -1 122,22 -395,371
cas 7 -0,3 1 59,00 395,371
cas 8 -0,3 -1 37,86 -404,629
ELU 0 0 145,91 0

La combinaison de dimensionnement  est le cas 3 :

Effort normal (T) -46,82


Moment_flexion(T.m) 104,57
M_c.d.g armatures inf -19,503

Alors la section est partiellement comprimée.


Ce qui donne une section d’acier : Ast = 8,7 cm2

 Vérification du flambement :

Flambeme  
nt
Lf 3,12
Λ 43,23

Charge Limite
Α 0,63
Nu lim (T) 1994,18
Nultime
(T) 173,62

 Ferraillage vertical :

Alors : le ferraillage vertical As = 8,7 cm2 donc : 6 T 14

Dimensions des potelets de rive

σy σy
d ’=max(b ; b ×q × ;lf × q × )Avec un maximum de d/8
σ bc 15 ×σ bc
q : Coefficient de comportement

PFE 2012 Page 44


Projet fin d’études 2012

Fig. Dimensions minimales des potelets

σu σu
d ’=max(0,25; 0,2 ×1,4 × ; 3,12× 1,4 × )
14,17 15 ×14,17
On a :σ u =1,17MPa
On trouve d’=0,25 m et il peut aller jusqu’à L/8 = 0,73m.

Ferraillage vertical à l’effort normal

Le pourcentage minimal précisé par le DTU.23.1 est :


ρ v =max ¿

On trouve pour notre cas : ρ v =0,001< ρmin =0,2 %  (exigé par le RPS 2000)
−3 2
On retient cette valeur, donc A v =ρv ×b × L=2.10 ×0,25 ×5,9=29,5 cm

Condition de non fragilité :


f t 28 2,1
ACNF =0,23 ×b × L× =0,23 ×0,25 ×5,9 × =14,25 cm2 On prendra A=29,5 cm2
fe 500
Soit une section de 15 cm2 sur chaque face du voile, donc 2,54 cm2/ml (4HA10/e=20)

Ferraillage horizontales
Le pourcentage minimal précisé par le DTU.23.1 est :

ρh =max ( 2 ρ3
vmax
)
; 0,001 =0,001<0,2 %
2
On prend ρh=2.10-3 donc Ah =ρh × b × H =2.10 ×0,25 ×3,90=19,5 cm
−3

Soit une section de 10 cm2 sur chaque face du voile, donc 2,56 cm2/ml (6HA8/e=15)

- Vérification au cisaillement :

D’après le PS 92, on doit faire les vérifications présentées ci-après :


Etant donné une section droite:

PFE 2012 Page 45


Projet fin d’études 2012

- Af : la section d'armature de flexion ou de chaînage d'un seul côté


Le pourcentage d'armatures associé est défini par :
f= 100 (Af/ ad) = 0,07 %
- Etant donné les sollicitations de cette section droite :
On définit :
N effort normal = 276T

M moment de flexion = 43T.m

V effort tranchant = 85 T

La contrainte normale de compression :  = N/a.b= 1,87MPa

Le paramètre d'excentricité : N = M/b.N = 0,026

La sollicitation tranchante de calcul : V*> V (cette augmentation de l’effort tranchant dans le cas q > 1
est dû au fait que le coefficient de comportement est plus faible dans le cas de cisaillement)
sauf justification particulière, on prend : V* = V(1 + q)/2 = 102 T
Le cisaillement conventionnel de calcul associé : * = V* / a · d = 0,77 MPa
Le paramètre d'élancement de calcul : v = M / (bV*) = 0,071
On calcule :
Le moment limite de fissuration systématique en flexion composée, associé à l'effort normal N, soit

M lim ¿ N f tj
6 2
− ≤ ¿ donc on prend : Mlim = 0,8MN.m
ab ab 1,5
On déduit le cisaillement conventionnel associé :
1 =* · Mlim/M = 1,43MPa
La contrainte limite de fissuration à l'effort tranchant :
2

τ 2=0,45 f tj (f tj + σ )=1,20 MPa
3
Cette formule n'est à retenir que lorsque  0,5 fcj ; dans le cas contraire, le voile ou le trumeau doit
être considéré comme un poteau et vérifié comme tel.
La contrainte limite de résistance à l'effort tranchant après fissuration, compte tenu des armatures
longitudinales.

PFE 2012 Page 46


Projet fin d’études 2012

3 = min () (1 + 3f) + 0,15= 1,73MPa


La valeur de f étant plafonnée par 2 %
Il n'est pas nécessaire de prévoir des armatures d'effort tranchant si la condition suivante est satisfaite :
lim avec lim = max(3 ;0,5ftj) = 1,73MPa c’est vérifié car = 0,77 MPa

- Vérification du non glissement :

Si on désigne par x la largeur comprimée du mur, d'épaisseur a , sous sollicitation de flexion composée,
on doit vérifier la condition suivante :
V*  0, 35ftjax + (Fb + A'fe) tg= 276 MPa
Où : tgest égal à 0,7
fe est la limite élastique des aciers A'
A' sont les armatures verticales réparties hors membrures d'extrémité existant dans la section a.b, à
laquelle est associée une quantité d'armatures horizontales respectant le même pourcentage
Fb est la résultante des contraintes de compression

Dispositions des armatures

D’après le RPS l’espacement des barres verticales et horizontales est égal à :


s = min (30cm, 1,5e)=30 cm en zone courante
s = min (20cm, 1,5e)=20 cm en zone critique

Où la zone critique est définie selon le règlement : les régions s’étendant de la base du mur sur une
longueur lc définie comme suit :
H
l c =max ( ; L)
6

PFE 2012 Page 47


Projet fin d’études 2012

H et L respectivement la hauteur et la largeur du voile : lc= 5,9 m

Le diamètre des barres verticales et horizontales des voiles utilisés ne doit pas dépasser le 1/10 de
l’épaisseur du voile.
Les deux nappes doivent être reliées, et les barres horizontales doivent être exposées vers l’extérieur.

On prendra pour :

 Armatures de flexion : des 2×3HA14 / e=15 cm dans chaque raidisseur.


 Armatures verticales : des HA10/e=20 cm disposées sur la longueur du voile sauf pour les
extrémités ou on a les armatures sismiques (calculées en flexion composée).
 Armatures horizontales : des HA8/e=20cm en zone critique et e=30cm en zone courante.

2. 1er étage  :

Le ferraillage de flexion As = 21,11 cm2 donc : 8 T 20

3. RdC  :

Le ferraillage de flexion As = 27,81 cm2 donc : 10 T 20


- Ouverture dans le voile
1. Linteau :
Pour une valeur du rapport l/d1 ou l/d2 (fig. 8) supérieure à 1, le calcul en paroi fléchie des parties du
voile situées au-dessus et au-dessous de l'ouverture s'impose.
Pour les valeurs de ce rapport inférieur à 1 et pour l 3 m, on considère que la contrainte tangente
conventionnelle ou définie à l'article E.5.2 du BAEL, n'est significative qu'en ce qui concerne le calcul
des sections des armatures réparties horizontales.
Les armatures du « tirant » de section At disposées horizontalement de part et d'autre du vide sont, en
principe, prolongées au-delà du nu de l'ouverture d'une longueur égale à l, cette longueur pouvant
toutefois être réduitesur justification des contraintes dans le mur à l'appui de la voûte de décharge
effectivement sous-tendue par le tirant.
Les sections des armatures sont déterminées par les conditions suivantes :
a) tirant p étant la charge unitaire de calcul à l'état limite ultime dans le voile au niveau supérieur
de l'ouverture.

Avec p = 70 T/met l = 1 m alors : Vou = 35 T donc : At = 3,22 cm2 -> 2HA16


b) armatures verticales
Elles doivent assurer la suspension des charges appliquées dans une zone de hauteur

PFE 2012 Page 48


Projet fin d’études 2012

3l/4 mesurée à partir de l'ouverture ; elles doivent entourer les armatures du tirant.


La section correspondante ne se cumule pas avec celle existant en partie courante du mur et
déterminée dans la considération d’une poutre cloison.
c) armatures horizontales réparties

fig. ouvertures dans les voiles porteurs

Ces armatures sont réparties sur une hauteur égale à l de part et d'autre de l'ouverture. Leur
section Ah est fixée comme suit :

Ah = 1,1 cm2
Ces armatures viennent en supplément de celles déterminées par d'autres considérations de
résistance ; elles doivent être totalement ancrées à partir des plans verticaux limitant
l'ouverture et sur une longueur au moins égale à l/3.
2. Les renforts verticaux :
Les renforts verticaux sont conçus comme des poteaux incorporés dans l’épaisseur du mur, le
ferraillage étant au moins égal à la moitié des armatures comptées par la présence de l’ouverture,
les barres sont prolongées au-delà de l’ouverture d’au moins l/2.
Généralement, le ferraillage minimal est largement suffisant ->6 HA10

4. Sous-sol  :

Le ferraillage de flexion As = 31,30 cm2 donc : 10 T 20

PFE 2012 Page 49


Projet fin d’études 2012

NB : les armatures verticales sont regroupées par des étriers T8e=15 aux extrémités du voile et par
T6e=15 dans la zone courante.
Détail du ferraillage (voir ANNEXE).

I.21.b. Dimensionnement des radiers:


Généralités :

Le radier est une fondation superficielle. Il constitue une extension du principe des
semelles (filantes ou isolées) lorsque celles-ci doivent présenter des dimensions très
importantes conduisant à leur interférence.

Figure 5:Interférence des semelles

Cette configuration peut être due aux facteurs suivants :

 Faible capacité portante du sol.


 Intensité des charges à transmettre.
 Densité de la structure.

La réalisation des radiers ne peut être envisagée que :

 Si la configuration des charges à transmettre et la nature du sol ne conduisent pas à des


tassements incompatibles (on recherchera une répartition uniforme des contraintes).
 Si d’éventuelles remontées de la nappe aquifère ne risquent pas de déstabiliser l’ouvrage.

Type de radiers :

On trouve essentiellement deux types de radiers :

 Le radier plan épais.


 Le radier plan nervuré.

Le radier plan épais est caractérisé par sa forte épaisseur qui induit une surcharge
importante sur le sol et son ferraillage dense. Il peut être débordant ou renforcé au droit d’une
charge concentré

PFE 2012 Page 50


Projet fin d’études 2012

Figure 6:Le radier plan épais

Le radier plan nervuré : Il est constitué d’une dalle mince renforcée par une maille de
nervures

Figure 7:Le radier plan nervuré

 Le ferraillage de ce type de radier est complexe et difficile à mettre en œuvre,


 L’avantage majeur est l’utilisation optimale de la matière.
 Cette solution ne peut être économique que pour de grandes surfaces.

PFE 2012 Page 51


Projet fin d’études 2012

Méthode de calcul :
Il s’agit de calculer un radier sur des voiles de la forme suivante :

Les méthodes de calcul des radiers sont définies une fois que les hypothèses de répartition
des contraintes sous les radiers sont connues.
L’ensemble des réactions est réparti selon un diagramme trapézoïdal ou uniforme selon la
résultante des efforts et moments.

Figure 8:Répartition des contraintes sous un radier

Le calcul se fait de tel sorte à approcher le comportement d’une semelle isolée à charge
excentrée et l’on doit verifier que:

M L
 e 0= ≤ pour avoir une résultante des efforts N dans le tiers central du radier.
N 6

PFE 2012 Page 52


Projet fin d’études 2012

N e N e
 σ1=
S (
L )
1+6 0 ≥ 0; σ 1 = (1−6 0 ) ≥0afin d’éviter un éventuel soulèvement dans le cas
S L
statique, mais on peut tolérer un décollement du radier qui atteint 40% dans les autres cas
(séisme et vent).

Avec :

N = La résultante des efforts normaux agissants sur les éléments s’appuyant sur le radier.

M = La résultante des moments agissants sur le radier et qui sont dus respectivement à
l’excentricité de la résultante des efforts normaux et aux moments sismiques.

 Application de la méthode pour notre cas :

Le radier que nous allons calculer est un radier général sur lequel repose tous les
éléments porteurs.
2
La surface du radier proposée est égale à : S radier = 43,52 m

Épaisseur du radier :

On a pris comme épaisseur du radier e=60 cm.


Le radier doit être suffisamment épais pour résister aux contraintes de cisaillement dues au
poinçonnement des voiles sur la surface de la plaque.

Pour les voiles, on doit vérifier la condition suivante :

N u ≤0.045 . uc .e radier . f c28

Avec : uc : le périmètre du voile ou du poteau à considérer.

uc = 2× (longueur + épaisseur +2×erad).


fc28 = 25 MPa. 
Nu : l’effort réduit pour les voiles au niveau du radier

Epaisseu Longueur N ultime périmètr N limite


Voile
r (m) (m) (T) e (m) (T)

V11 0,2 3,45 146,49 7,3 492,75

V12 0,2 6,25 244,26 12,9 870,75

V18-19 0,2 4 145,31 8,4 567

tableau 14:VERIFICATION DU POICONNEMENT POUR LES VOILES

PFE 2012 Page 53


Projet fin d’études 2012

On voit bien que la condition du poinçonnement est vérifiée pour ces voiles.

Vérification de la surface du radier :


N
S rad =
La surface du radier minimale est :
σ sol

S rad ≤S rad . proposé


Elle doit satisfaire la condition suivante :

Avec   N=Pradier+Pterre+Nu


Pradier : le poids du radier

Et on a : Pradier =1,35 x S radierxeradierxγbéton

=>P radier=88,13 T

P terre : le poids du sol sur les bords du radier

Et P terre=1, 35*S bord*e terre*γ terre

=>P terre = 11,20 T



Nu : l’effort ultime total au niveau du radier

= >Nu=448,63 T

 N =548 T

PFE 2012 Page 54


Projet fin d’études 2012

Alors la surface minimale pour le radier est :

S rad = 10,75 m2qui est inférieure à la surface proposée.

Vérification du soulèvement :

 Le cas statique :

On vérifie  :
M L
e 0= ≤
N 6

e 0x= 0,52m≤ L/6 = 2,12m

e 0y=0,06m≤ L/6 = 0,9 m

=>Donc il n’y a pas de soulèvement dans les deux sens.


On calcule les contraintes extrêmes :

N e0 N e0
σ1= (1+6 )≥ 0 ; σ 2= (1−6 )≥ 0
S L S L

Sens X :

-La contrainte maximale : Ϭ1x=106,2kN/m2

-la contrainte minimale : Ϭ2x=100 kN/m2


Sens Y :

-La contrainte maximale : Ϭ1y=167,4kN/m2

-la contrainte minimale : Ϭ2y=38,8kN/m2

Et elles sont bien inférieures au taux du travail du sol de 510 KN/m 2

PFE 2012 Page 55


Projet fin d’études 2012

 Le cas sismique :

Sens X :

My
Nous avons :e x = alors ex = 0,4≤ L/6 = 0,9m , donc N est dans le tiers central du radier
N
ce qui veut dire qu’il n’y a pas de soulèvement.

N e0 N e0
σ1= (1+6 )≥ 0 ; σ 1= (1−6 )≥ 0
S L S L

x=119,6 kN/m2 , 2x=42kN/m2

Sens Y :

Mx
Ideme y = , alors ey=2,70 >L/6 = 2,12 m , donc N n’est dans le tiers central du radier ce
N
qui veut dire qu’il y a un soulèvement.

On aura un soulèvement de 20 %, pourtant on tolère 40% dans le cas sismique.

On trouve alors : y=184 KN/m2 et y=-22,27kN/m2


On déduit que le diagramme des contraintes au-dessous du radier est trapézoïdal dans
les deux cas statique et sismique sauf dans le cas sismique suivant y l’allure des contraintes est
triangulaire.

Remarque : Sous la combinaison accidentelle, j’attire l’attention sur la présence de quelques efforts
de soulèvement (effort de traction) sous quelques voiles, notamment les voiles du noyau. Ces
efforts seront considérés pour la vérification de la capacité portante du sol mais ils seront négligés
pour le calcul du ferraillage puisque le sol ne peut pas exercer des contraintes de traction sur le
radier.

Ferraillage du radier :

PFE 2012 Page 56


Projet fin d’études 2012

Le radier fonctionne comme un plancher renversé dont les appuis sont constitués par les
poteaux et les poutres qui sont soumises à une pression uniforme provenant du poids propre
de l’ouvrage et des surcharges .

Donc on peut se rapporter aux méthodes données par le BAEL 91.

METHODE DE CALCUL

Notre radier est un panneau appuyé sur 4 cotés soumis à une charge uniformément
répartie. Les moments dans les dalles se calculent pour une bande de largeur unité (1ml) et
ont pour valeurs :

-Dans le sens de la petite portée : Mx= x.q.lx2

-Dans le sens de la grande portée : My= y .Mx

Tel que :

x ; y : sont des coefficient fonction de α =lx/ly et ν (prend 0 à l’ELU, 0,2 à l’ELS) (cours béton
arme BAEL 91).

NB : x et y ont changé par rapport au calcul précédent, car x est suivant la petite portée.

Pour le calcul, on suppose que les panneaux sont partiellement encastrés aux niveaux des
appuis, d’où on déduit les moments en travée et les moments sur appuis.

 Moment en travée :(Mtx=0.75.Mx ;Mty=0,75.My)
 Moment sur appuis :(Max=0.5.Mx ;May=0.5.My)

EVALUATION DES CHARGES ET SURCHARGES :


Les valeurs des charges ultimes.

ELU

Nu = 448,63 T

PFE 2012 Page 57


Projet fin d’études 2012

NU
qu = =10 , 30 T /m 2
Srod

ELS

G+Q 332 ,32


q ser = = =7 , 64 T /m2
S radier 43 , 52

CALCUL DU FERRALLAGE :

1)Détermination des efforts :

Les efforts a L’ELU ν = 0


Sens x-x Sens y-y
En m En m
En t.m En t.m En t.m En t.m En t.m En t.m En t.m
5 12,7 0,4 0,1101 28,35 21,26 14,18 0,25 7,09 5,32 3,54

Les efforts a L’ELS ν = 0.2

Sens x-x Sens y-y


En m En m
En T.m En T.m En T.m En T.m En T.m En T.m En T.m
5 12,7 0,4 0,1121 21,41 16,06 10,71 0,25 6,11 4,58 3,06

Les vérifications :

1)CONDITION DE NON FRAGILITE :

Pour une dalle travaillant dans les deux sens la condition de non fragilité est la
suivante :

PFE 2012 Page 58


Projet fin d’études 2012

Sens y-y

A y ≥ A min
y tel que A min
y =ρ 0 =0 , 0006/bd pour fe500

Sens x-x

Lx

A min
( )
3−
Ly
x =ρ 0
min
A X ≥A x tel que 2

2)VERIFICATION DE L’ESPACEMENT :

δ t ≤min ( 3 h;33 cm )
Dans le sens le plus sollicité δ t ≤33 cm. .. . .. c' est vérifiée

Les résultats obtenus sont récapitulés dans le tableau suivant :

Le ferraillage a L’ELU. ν = 0

  sens x- x sens y-y

  en travée en appui en travée en appui

Mu(Mn.m) 0,213 0,142 0,053 0,035

 0,0479 0,0320 0,0120 0,0080

 435 435 435 435

 0,06 0,04 0,02 0,01

 0,54 0,54 0,55 0,55

As (cm2/ml) 9,11 6,02 2,24 1,49

As min
10,91 10,91 10,91 10,91
(cm2/ml)

choix 7HA14 7HA14 7HA14 7HA14

As choix 10,78 10,78 10,78 10,78

PFE 2012 Page 59


Projet fin d’études 2012

St 15 15 15 15
tableau 15:ferraillage du radier à l'elu

3)Détermination des armatures à L’ELS:

Le ferraillage a L’ELS. ν = 0.2

  sens x- x sens y-y

  en travée en appui en travée en appui

Mser(Mn.m) 0,1606 0,1071 0,0458 0,0305

 15 15 15 15

 202 202 202 202

μ 0,00263 0,00175 0,00075 0,0005

β1 0,915 0,93 0,954 0,961

 44 56,1 91 113,2

 4,591 3,601 2,22 1,784

As (cm2/ml) 15,796 10,361 4,324 2,862

As min
10,91 10,91 10,91 10,91
(cm2/ml)

choix 6HA20 7HA14 7HA14 7HA14

As choix 18 10,78 10,78 10,78

St 15 15 15 15
tableau 16:ferraillage radier à l'ELS

NB : voir le détail du ferraillage en ANNEXE.

PFE 2012 Page 60


Projet fin d’études 2012

I.21.c. Dimensionnement de la toiture  :

Dans ce chapitre on va dimensionner la dalle du dôme de notre tribunal.

Figure 9:toiture triangulaire

Le point de concours des bissectrices J est le centre du cercle inscrit dans le triangle ABC ;

Ce qui signifie que les longueurs JH1, JH2 et JH3 sont égales. Il s’ensuit que les portée de calcul des
moments correspondant aux trois panneaux, de lignes d’appuis AB,BC et CA sont égales à 2JH 1

On suppose que les trois moments, dans les trois directions, sont égaux :

PFE 2012 Page 61


Projet fin d’études 2012

L=2 x 2,37 = 4,74 m on prend L=5 m

C’est la plus grande portée, donc elle donne l’épaisseur la plus grande et le moment max.

On la calcule comme une dalle carrée de portée L , et on ferraille toute la dalle par la même section
d’armature dans tous les sens.

 Pré dimensionnement de la dalle :


h/l < 1/32 alors : h = 15 cm
 Définition des charges :
- La charge permanente :
Le poids propre de la dalle : P=2,5 x 0,15 = 0,38 T/m2
La charge des tuiles : 0,045 T/m2

PFE 2012 Page 62


Projet fin d’études 2012

- La charge d’exploitation : on prend une valeur de 100 kg/m2 comme une charge d’entretien.

Alors la charge totale : 0,43 T/m2 x 1,35 + 0,1 x 1,5 = 0,72 T/m2
On calcule la dalle comme une poutre BA de largeur 1 m

ELU :
qu l 2
M= =2,25 Tm
8

Mu 2,25 ×10−2
μ= = =0,094
b d2 σ bc 0,132 ×14,16

y u=1,25 × ( 1−√ 1−2 μ ) d=0,0161 m

0,8 y u b σ bc
A x=
fe
γs

A x =4,20 cm 2 /m

Alors 4T12/ml

ELS :

q s l2
M= =1,49 Tm
8

Ms
1,49 ×10−2
μ1= 2 = =0,0044
d σ s 0,132 ×202

k 1=32,17 β 1=0,894

σ́ s
σ b= =6,28< σ´b
k1

PFE 2012 Page 63


Projet fin d’études 2012

Ms
A x=
β1 d σ s

A x =0,2 cm2 /m

Conclusion :

Donc, un quadrillage d’aciers perpendiculaires, de même section unitaire, est suffisant pour reprendre
les moments s’exerçant dans toutes les directions du triangle.
T12 e = 14 cm
NB : pour le schéma de la toiture (voir ANNEXE)
La coupole exigée par l’architecte est réalisée en staff, c’est-à-dire en éléments de plâtre avec
incorporation de filasse.

I.21.d. Dimensionnement du voile de sous-sol  :

But

Les murs de soutènement ont pour but de maintenir le sol en place dans le cas où on
effectue des remblais, déblais ou pour des ouvrages tels que : quais, canaux, culées de port,
terrasses. Ils ont aussi pour but de protéger d'autres ouvrages contre l'érosion ou les crues.

Terre au repos-coefficient de pression latérale

Le calcul des murs de soutènement découle de l'étude de la rupture du terrain situé


derrière le mur. Considérons un massif en équilibre élastique soutenu par un écran. Il exerce
sur celui-ci une pression qui dépend de sa consistance, sa mise en place et de ses
caractéristiques physiques.
En supposant le mur infiniment rigide, c’est-à-dire ne pouvant subir aucun déplacement
horizontal et un massif de sol semi-infini à surface horizontal.
La pression dans le plan de profondeur z est V =z
L’expérience montre qu’il y’a une proportionnalité entre V et H de rapport K0.
On peut l’approximer suivant la relation K0=1-sin pour les sables
Et K0=1-sin’ pour les argiles normalement consolidés.

PFE 2012 Page 64


Projet fin d’études 2012

Poussée et butée

Si le mur peut se déplacer légèrement sous l’action de la poussée, de quelques mm ou


cm, la poussée diminue jusqu’à une valeur minimale constante F a appelée poussée active à
laquelle correspond un coefficient de poussée active K a que l’on peut déterminer par les
calculs.
Inversement, si on exerce une force sur le mur de façon à comprimer le sol, la force à
exercer augmente avec le déplacement jusqu’à une limite F p appelée poussée passive, avec un
coefficient de poussée passive Kp.

Remarque :
Pour évaluer la poussée et la butée exercées sur le mur, il existe plusieurs méthodes
notamment celle de Coulomb, de Culman ou encore de Rankine, cependant cela ne va pas être
utile pour nous puisqu’il s’agit de voiles des sous-sols d’immeuble ; la structure est fixe et ne
peut donc laisser la possibilité au terrain de se déplacer.
De ce fait, on prendra pour les calculs le coefficient K0qui correspond à l’état de repos.

Forces agissant sur le mur du sous-sol

Les différentes forces qui agissent sur un mur de soutènement en dehors de la présence
d’eau sont:
- le poids propre G0 du mur
- le poids G1 des terres surmontant la fondation à l’amont (remblai amont)
- le poids G2 des terres surmontant la fondation à l’aval (remblai aval)
- la charge d’exploitation Q sur le terre-plein à l’aplomb de la fondation
- la résultante PG de la poussée des terres soutenues
- la résultante PQ de la poussée due à la charge d’exploitation sur le terre-plein
- la résultante Pb de la butée du terrain devant le mur

PFE 2012 Page 65


Projet fin d’études 2012

- la réaction R du sol sous la base du mur.

Figure 10:mur soutènement

Par sécurité, il est d’usage de négliger l’action de la butée (P b) à l’avant d’un mur de
soutènement car les déplacements nécessaires à sa mobilisation sont importants et
incompatibles avec l’esthétique et la destination future de l’ouvrage.

NB : en plus des charges statiques déjà mentionnées, on a l’effet dynamique dû à


l’accélération sismique :
- La résultante Pad de la poussée dynamique active
- La résultante Pad(q) de la poussée dynamique due à la charge d’exploitation sur le
terre-plein

Méthode de calcul du mur de sous-sol

Au niveau de l’infrastructure, un mur de soutènement est prévu pour supporter la


totalité des poussés des terres et la surcharge éventuelle des autres éléments de la structure.
Le RPS 2000 prévoit une épaisseur minimale de 15 cm, dans notre cas : e = 30cm.
Le mur sera calculé comme un plancher renversé encastré au niveau de la fondation et
appuyé au niveau des PHSS pour une bande de largeur de 1m.
Article 10.1.1 PS 92 :
Les parois d'infrastructure sont constituées par les murs ou voiles périphériques des sous-
sols des bâtiments : comme elles s'appuient contre les planchers du bâtiment, ces parois sont
considérées comme non déplaçables.

PFE 2012 Page 66


Projet fin d’études 2012

Vérification de stabilité
A
On note ici qu’il n’y’a lieu de vérifier ni stabilité au glissement ni celle au renversement
puisqu’il s’agit ici d’un mur de sous-sols d’un batiment :il est bridé par les planchers et
fortement maintenu par la structureet et ne peut donc ni se renverser ni glisser .

Données de calcul 

a. caractéristiques du remblai

A partir du rapport géotechnique:

Poids volumique des terres  :  = 2,2 t/m3.

Angle de frottement  :  = 30° (K0=1-sin=0,5)

Cohésion  : C =0

La charge sur le remblai est donnée par la descente de charge des blocs G, H et I, en plus de la
charge encaissée par le mur de soutènement en question.

NB : la prise en compte de la cohésion diminue la valeur de la poussée. Or, au passage d’une
onde sismique, le déplacement des grains affaiblit la cohésion.

Figure 11:les efforts sur mur de soutènement

PFE 2012 Page 67


Projet fin d’études 2012

b. Calcul des sollicitations


Pour un point de profondeur h on a :

Les charges permanentes appliquées sont : K0.h =1,1.h (t/m²)

K0.G=0,41t/m²

Les charges d’exploitation appliquées sont : K0.Q=0,055 t/m²

Les charges dynamiques appliquées sont : ½γh(1+σv)kad

Gh(1+σv)kad

Qh(1+σv)kad

Le calcul du mur se fait pour 1m de largeur, il se ramène ainsi au calcul d’une poutre encastrée
au niveau de la fondation et appuyée au niveau du plancher et du dallage comme on voit sur le
schéma :

Calcul du ferraillage de notre mur de sous-sol

a. Schéma récapitulatif des sollicitations sur le mur

 Le schéma des charges permanentes :

3,60 1,00

 Le schéma des surcharges :

PFE 2012 Page 68


Projet fin d’études 2012

 Le schéma des charges sismiques :

Les sollicitations à l’ELU, l’ELS et l’ELA sont déterminées donc par :

L’ELU:

Pour  h = 0 0 = 0,64 t/m²

Pour  h = 4,60 m 1= 7,47 t/m²

L’ELS:

Pour  h = 0 0 = 0,47 t/m²

Pour  h = 4,60 m 1= 5,53 t/m²

L’ELA:

Pour  h = 0 0 = 5,26 t/m²

Pour  h = 4,60 m 1= 10,32 t/m²

c)- Ferraillage :

PFE 2012 Page 69


Projet fin d’études 2012

Comme indiqué précédemment le calcul se ramène à celui d’une poutre d’un mètre de largeur
à une travée encastrée à l’une de ses extrémités.
On fera ce calcul sur le logiciel Robot relatif aux calculs du ferraillage des poutres en B.A.

Après avoir fait entrer la géométrie, on fait rentrer les chargements permanents, d’exploitation
et sismiques supportés.
Après avoir réglé les options de calcul on lance le calcul de ferraillage, on obtient la disposition
suivante :

Figure 12:ferraillage de la poutre modèle

Voici un tableau récapitulatif du ferraillage et de l’espacement obtenus pour 1m linéaire de la


poutre considérée :

Longitudinal espacement Transversal espacement


Travée
inferieur supérieur (cm) (en quinconce) (cm)
T1 7 HA12 7 HA12 15 HA 6 30
T2 7 HA12 7 HA12 15 HA 6 30

Appui Ferraillage espacement (cm)


PFE 2012 Page 70
Ferraillage
encastrement 15
semelle filante
Projet fin d’études 2012

Voici le schéma récapitulatif du ferraillage obtenu par unité de largeur du mur :

Figure 13:ferraillage mur de sous-sol

PFE 2012 Page 71


Projet fin d’études 2012

I.21.e. Calcul des escaliers  :

Introduction :

Les escaliers sont des éléments de la structure qui permettent de franchir les
niveaux.
Un escalier est composé d’un certain nombre de marches .La conception de l'escalier
est déterminée par la formule de BLONDEL :

g + 2 . h =m =0,64m

Pour les différents types d’escaliers on considère les paramètres suivants :

h : hauteur de la contre marche, comprise entre 0.13 et 0.17m.


g : largeur de la marche, comprise entre 0.26 et 0.36m.
h
α : Inclinaison de la volée, ∝=arctan ⁡( )
g
H : hauteur de la volée.
L : longueur projetée de la volée.
e : épaisseur de dalle (paillasse ou palier).

PFE 2012 Page 72


Projet fin d’études 2012

démarche de calcul :

Exemple des escaliers du bloc D:

Figure 14:escalier de bloc D

- Hauteur à franchir : 3,90


- Longueur : 5,40
- Nombre de marche : 21
- Nombre de contremarche : 22
3,90
- Hauteur de contremarche : H contremarche = =17 cm
22
5,40
- Giron : g= =30 cm
18
- On a : 2 ×17+30=64 OK
 Les charges :
 Poutre horizontale :
G= poids propre + revêtement
g=0,18× 2,5+0,05 ×2=0,55 T /m2

q=0,4 × 1,20=0,48 T /m 2

q hu=1,35 × g+1,5 × q=1,46 T /m2

q hs =g+q=1,03 T /m2

 Poutre inclinée :

PFE 2012 Page 73


Projet fin d’études 2012

0,18 ×2,5
g=
cos ¿ ¿

q=0,48 T / m2

q iu=1,35 × g+1,5 × q=1,89 T /m2

q is=g+ q=1,35T /m 2

 Calcul des armatures :


 Calcul À l’ELU :

qiu ×l 2i qhu ×l 2h
M u= −
8 8

1,89× 52 1,46 × 1,562


M u= − =4,73 T . m/ml
8 8

Mu 4,73 ×10−2
μ= = =0,148> μ2 %o
b d2 σ bc 0,152 ×14,16

y u=1,25 × ( 1−√ 1−2 μ ) d=0,03 m

0,8 y u b σ bc
A x=
fe
γs

A x =7,86 cm 2

 Calcul à l’ELS :

q is ×l 2i qhs ×l 2h
M s= −
8 8

1,35 ×52 1,03× 1,562


M s= − =3,41T . m/ml
8 8

Ms 3,41 ×10−2
μ1= = =0,0075
d2 σs 0,152 ×202

k 1=22,88 β 1=0,865

σ́ s
σ b= =8,83< σ´b
k1

Ms
A x=
β1 d σ s

PFE 2012 Page 74


Projet fin d’études 2012

A x =13 cm2 / ml ×1,2 m=15,6 cm 2

8T16 = 16,08 cm2 avec e = 15 cm

cm2 2
A y =3,25 ×1,5=4,88 cm
ml

10T8 avec e = 15 cm

NB : les plans des escaliers sont présentés en ANNEXE.

I.21.f. calcul de la voûte de la porte d’entrée  :

Introduction

Le calcul des voûtes cylindriques varie d’une méthode à une autre. Chaque méthode présente
ses propres hypothèses simplificatrices. On adoptera pour notre cas de calcul, en raison de leur
conformité avec nos hypothèses, les méthodes suivantes :
1. La théorie des arcs.
2. La théorie des membranes faisant abstraction des moments de flexion est beaucoup plus simple.
3. la méthode de calcul des éléments finis par logiciels tel que ROBOT.

Présentation de la méthode de calcul (Théorie de l’arc )

Le modèle de calcul par la théorie de l’arc se base sur la considération d’un arc AB reposant
sur ses culées par l’intermédiaire des articulations A et B et soumis à des charges uniquement
verticales et parallèles à (oy).
L’axe (oy) est dirigé suivant la verticale ascendante
L’axe (ox) est dirigé suivant la ligne des naissances (figure1)

PFE 2012 Page 75


Projet fin d’études 2012

0,3 m

1,5m

Figure 15:Modèle de calcul selon la théorie de l’arc.

La méthode de calcul consiste à déterminer les efforts intérieurs agissants dans un arc articulé aux
naissances A et B.
Les équations d’équilibre de la statique élémentaire nous montrent que d’une part, les
composantes verticales (R ) et (R ) des réactions aux appuis A et B sont égales aux réactions R
A B A
et R d’une poutre sur appuis simples de même portée (l) que l’arc et soumise aux mêmes charges.
B
R
D’autre part, les composantes horizontales des réactions aux articulations A et B sont égales en
valeurs absolues, mais de sens opposés.

Désignions par Q la composante horizontale de la réaction à l’articulation A ; Q est par définition la


poussée de l’arc. C’est la seule inconnue hyperstatique qu’il faut déterminer en tenant compte de la
déformation de l’arc.
Les sollicitations (moment de flexion, effort normal, effort tranchant) dans une section quelconque
de l’arc, de coordonnées (x, y) sont exprimées en fonction de Q et des forces appliquées par :

Avec :
* μ : moment fléchissant dans la poutre sur appuis simples de même portée que l’arc soumise aux
mêmes charges.
* Q est déterminée en utilisant les équations de ‘’ BRESSE ‘’.

PFE 2012 Page 76


Projet fin d’études 2012

* θ est l’Angle de (ox) avec la tangente à la fibre moyenne.


* I, S : respectivement l’inertie et la section réelle de l’arc.

On pose : r2 = I/S ; L’expression de « BRESSE » devient :

C est également calculé par double intégration par rapport à α ; dans le cas d’une charge q
u
répartie sur toute la portée de l’arc, on trouve :

On obtient :

PFE 2012 Page 77


Projet fin d’études 2012

Avec : : Moment d’une poutre simplement appuyée, de même portée et


soumise aux mêmes chargements.

Dimensionnement

Géométrie
• La portée est : 2a = 6,20 m
• La flèche est : f = 3,10 m
• Le rayon est : R = 3,10 m
• La longueur est : l = 9,74 m
• L’Angle est : θ = 90°.
0

Chargement
La charge permanente :
- Le marbre : 2,8 x 5 x 0,03 = 0,42 T/m
- Paroi : 0,32 x 5 = 1,6 T/m
- Poids propre : 2,5 x 0,3 = 0,75 T/m
Alors : G = 2,77 T /m donc : qu = 3,74 T/m

Sollicitations
En exploitant les formules précédentes, on peut déterminer :

Alors Q =4,1 T
Pour différentes valeurs de θ (en degrés), on présente les valeurs de M, N et T dans le tableau
suivant :

  0 30 60 90
M (Tm) 23,23 15,95 2,63 0
N (T) 4,1 0,65 -6,65 -11,6
T (T) 0 -7,1 -8,57 -4,1
tableau 17:effort sur voute de la porte d'entrée

PFE 2012 Page 78


Projet fin d’études 2012

Ferraillage par la théorie de l’arc

M = 23,23T.m
u
N = 11,6 T : effort normal de compression
u
b = 1,5 m
h = 0.3 m

(0,337h-0,8d’)bhϭbc =0,49 > Nu(d-d’)-Mu= -20,45

D’où la section est partiellement comprimée.

Armatures principales

On calcule un moment de flexion fictif : M = M + N (d-h/2) = 19,4 T


u (centre de gravité des At) u u
m

Mu
μ= =0,125
b d2 σ bc

∝=1,25 ( 1− √ 1−2 μ ) =0,168

Z b=d ( 1−0,4 ∝ )=0,252m

Mu Nu 2
A= − =15,04 cm
f fe
zb e
γs γs

bh 0,23 bd f t 28 2
Amin =max ⁡( , )=4,5 cm
1000 fe

on aura 10 HA 14 e=15 cm

NB : pour le détail de ferraillage voir ANNEX

PFE 2012 Page 79


Projet fin d’études 2012

I.22. Variante contreventement par portique :

I.22.a. Introduction

L'étude des portiques sera effectuée en se basant sur le calcul du portique le plus
défavorable et sous différentes sollicitations. Le portique est constitué par l'assemblage des
poteaux et des poutres.

 Poteaux

Ce sont des éléments porteurs verticaux en béton armé, ils constituent les points d'appui
pour transmettre les charges aux fondations.

Ils sont sollicités en compression simple ou en flexion composée.

 Poutres

Ce sont des éléments porteurs horizontaux en béton armé, elles transmettent les charges
aux poteaux, leur mode de sollicitation est la flexion simple.

L'étude des portiques (poteaux, poutres) sous charges verticales et horizontales, nous
permet de les ferrailler sous les différentes sollicitations, ce calcul est fait par le programme
(ROBOT).

I.22.b. Ferraillage des portiques

Ferraillage des poteaux

Le ferraillage des poteaux est calculé en fonction d'un effort de compression (N) et des

moments fléchissant dans les deux directions (


M 22 , M 33 donnés par le Robot).

PFE 2012 Page 80


Projet fin d’études 2012

M33

M22

Figure 16:Direction des moments et efforts sur un poteau

Le calcul se fait avec les combinaisons suivantes :

 Combinaison fondamentale :

E.L.U : 1,35 G+1,5 Q

E.L.S : G+Q

 Combinaison accidentelle :

G+0 .2 Q+E

Les armatures longitudinales sont déterminées sous trois cas de sollicitations suivantes :

1ier Cas :
N max M corr

2ième Cas :
M max N corr

Pour ces armatures on doit respecter les conditions suivantes :

 La section d'acier minimale donnée par le B.A.E.L.

 Les pourcentages extrêmes d'acier (


A min et
A max ) données par le RPS 2000.

 Le diamètre minimum des armatures longitudinales


φ min=10 mm .

Pour la conception de nos poteaux, nous avons 4 types de poteaux à ferrailler :

- Poteaux ( 35×35 ) cm2 : pour les niveaux (sous-sol).

- Poteaux ( 30×30 ) cm2 : pour les niveaux (RDC).

- Poteaux ( 30×30 ) cm2 : pour les niveaux (1er étage).

PFE 2012 Page 81


Projet fin d’études 2012

- Poteaux ( 25×25 ) cm2 : pour les niveaux (2ème étage).

Sollicitation Poteaux Poteaux Poteaux Poteaux

T ou T⋅m ( 35×35 ) cm2 ( 30×30 ) cm2 ( 30×30 ) cm2 ( 25×25 ) cm2


Combinaison N max 139.6 75.8 80.57 50.48

1,35 G+1,5 Q
M corr 2.5 1.51 2.89 12.28

1ier cas
T max 3.07 0.47 2.38 6.81

Combinaison M max 15.18 10.88 20.74 19.83

G+0 .2 Q+E N corr 92.20 33.71 21.69 10.49

2ième cas T max 6.40 4.41 7.75 18.36

tableau 18:Récapitulation des moments fléchissant et des efforts

Exemple de calcul :

 Armatures longitudinales :

1ier Cas : Combinaison fondamentale 1,35 G+1,5 Q

{N max=139.63T ¿ ¿¿¿
 Calcul de l'excentricité :
M corr 25
e 1= = =1 . 8 cm.
N max 1396 .37

 Calcul de l’excentricité additionnelle :

Lf
e 2=3 (2+αφ )×10−4 =1. 02 cm
h

h 35
= =2 . 92
12 12

PFE 2012 Page 82


Projet fin d’études 2012

e≺( h/12 ) Compression centrée ce qui implique que la section va être calculée
à la compression simple, donc le calcul se fait à l'état limite ultime de stabilité de forme
(E.L.U.S.F).

E.L.U :

N−B⋅σ bc 1396 .37×103 −( 35×35 )×14 ,2×100


A '1 = =
σs 434 .78
A 1 =−789 .2 cm ⇒ A '1 =0
' 2

 E.L.U.S.F :

Lf =0,7 he =0,7(380 )=266 cm


L h 0 ,35 2, 66
λ= f avec i= = =0 , 101 ⇒ λ= =26
i √12 √12 0 ,101
0 , 85
λ=26<50 ⇒ α= =0 , 77
λ 2
1+0,2⋅
35 ( )
Selon le B.A.E.L 91 [2] :

γ s N Br⋅f c 28
A '2 ≥
fe α(−
0,9⋅γ b )
2
B r =( b−2 )( h−2 )=1089 cm

1 , 15 1396 .37⋅103 1089×100×25


'
A 2≥
500×100 (
0 , 77

0,9×1,5 )
⇒ A '2≥−4 . 7 cm 2 ⇒ A '2=0

A 1 =max ( A '1 , A'2 )=0

PFE 2012 Page 83


Projet fin d’études 2012

2ième Cas : Combinaison accidentelle G+0 .2 Q+E

{M max=151.87T⋅m ¿ ¿¿¿
M max 151. 87×100 h
e 1= = =16 . 47 cm⊳ =2. 92 cm→
N corr 922 .06 12

h
e 1 > 12  L’effort normal est appliqué hors du noyau central

 La section sera sollicitée à flexion composé :

Ma
μ= =0 .179≺μ R
bd 2 σ bc

Alors on n’aura pas armature comprimé :

α=1.25(1−√(1−2μ))=0.457

Z =d (1−0 . 4 α)=0 .26

Ma γ
A st =( −Na) s <0
Z fe

Le calcul se fait à l'état limite ultime de stabilité de forme (E.L.U.S.F).

γ s N Br⋅f c 28
A 2≥
( −
f e α 0,9⋅γ b )
1 , 15 922 .06⋅100 1089×100×25
A 2≥
500×100 (
0 , 77

0,9×1,5 )
⇒ A2 ≥−43. 63 cm2 ⇒ A3 =0

PFE 2012 Page 84


Projet fin d’études 2012

 Armatures minimales :
- Selon le B.A.E.L 91 :

0,2⋅b⋅h 8⋅( b+ h )
A min =max [ 100
,
100 ]
cm2 =5 . 6 cm2

- Selon le PS92 :

2
A min =1 % b⋅h=9 cm

 Armatures maximales :
- Selon le B.A.E.L 91 :

5⋅b⋅h
A max ≤ =61. 25 cm2
100

 Ferraillage adopté :
2
A adoptif =max ( A 1 ; A2 ; A min )=9 cm
( 2)

2
On prend A=8T 12=9.05 cm

 Vérification de l'effort tranchant :


T max =64 .03 T

T max 64 .03×103
τ u= = =0 . 61 MPa.
b⋅d 35×30×100

τ ad =min ( 0,1 f c28 , 4 MPa )=2,5 MPa

τ u <τ ad Condition vérifiée.

PFE 2012 Page 85


Projet fin d’études 2012

 Armatures transversales :

 Calcul des espacements :

- Selon le R.P.S 2000 [3] :

{δt≤min (8 φL ,0.25bc , 15 cm) en zone critique. ¿ ¿¿¿


- Selon le B.A.E.L 91 :

S t ≤min ( 15 φ L ,1 . 1b c , 40 cm)

Avec:
φL : Diamètre minimale des armatures longitudinales du poteau.

bc
 : plus grand dimension du poteau

Donc on prend :
δ t =8 cm → en zone critique

'
δ t =12 cm → en zone courante  

 Ferraillage adopté :
- Selon le B.A.E.L 91 [2] :

φl
φt =
3
avec un minimum de 6 mm exigé par RPS2000

Donc on prend 2 cadres de


φt = 6 mm

PFE 2012 Page 86


Projet fin d’études 2012

 Détermination de la zone critique :

Poteau

lc

Poutre 35 cm

he
l c=max ( 6 )
; b ; 45 cm =63 .3 cm

Vue le nombre important des poteaux à étudier, nous avons présenté un exemple de calcul d'un

type de poteau ( 35×35 cm2 )(le plus chargé) . Le reste des calculs est présenté dans le
(tableau)qui nous indiquera les différentes sections d'armatures longitudinales et transversales
sur chaque type de poteau et selon les règlements utilisés B.A.E.L 91 [2] et le R.P.S 2000 [3].

Poteau Ferraillage adopté

35x35 cm² Pour niveau sous-sol 8T12+2cadreT6

30x30 cm² Pour niveau RDC 8T12+2cadreT6

30x30 cm² Pour niveau 1er étage 4T14&4T12+2cadreT6

25x25 cm² Pour niveau 2ème étage 4T12+2cadreT6

PFE 2012 Page 87


Projet fin d’études 2012

Figure 17:Récapitulation du ferraillage des poteaux

 Ferraillage des poutres

Le calcul des poutres est effectué en fonction des moments maximums en travée et en appui,
les calculs seront donc fait en flexion composé à partir du règlement B.A.E.L 91 ; puis, on se
rapportera au règlement du R.P.S [3] pour vérifier le ferraillage minimum qui est en fonction de
la section du béton.

Le calcul se fait avec les combinaisons suivantes :

 Combinaison fondamentale :

1,35 G+1,5 Q
E.L.U :

E.L.S : G+Q

 Combinaison accidentelle :

G+0.2 Q+E

Pour le ferraillage des poutres on doit respecter les recommandations données par le
RPS.

- Le pourcentage total minimum des aciers longitudinaux sur toute la longueur de la


poutre est de 1.4/feen toute section.

PFE 2012 Page 88


Projet fin d’études 2012

On va étudier l’exemple de poutre T6 dans le sous sol du bloc D.

 Calcul des armatures longitudinales selon le R.P.S 2000 :

Sollicitation Poutre T6

T ou T⋅m ( 30×60 ) cm2


En appui En travée

Combinaison Mu -22.78 12.70

1,35 G+1,5 Q
Tu 16.74 16.74
1ier cas

Combinaison
Ms -11.79 9.16

G+Q
Ts 12.06 12.06
2ième cas

Combinaison Na 4 4
11.4 11.4

G+0 .2 Q+E Ma -15.4


5
10
.7

3ième cas Ta 4 4
13.0 13.0

 Calcul des armatures longitudinales selon le B.A.E.L 91

Le calcul ci-dessous est effectué pour la poutre T6 ( 30×60 ) cm2 .

En travée
60 cm 55 cm
 E.L.U :

M t =127,06 T⋅m 5
30 cm
Schéma d'une section decalcul

PFE 2012 Page 89


Projet fin d’études 2012

Mt u
μ=
σ bc⋅b⋅d 2
127 . 06
μ= =0 , 098<μ = 0 . 187 (acier FeE500)
14 ,20×30× (55 )2

α=0 , 13 → Z=0 ,52

Mt u 127 .06
A= = =5. 62 cm2
f 500
Z.. e 0 . 52×
γs 1. 15

 Condition de non fragilité :


f
A min =0 , 23⋅b⋅d⋅ tj
fe

2,1
A min =0 , 23×33×55× =1,6 cm 2
500

 Vérification à E.L.S :

La fissuration est considérée comme préjudiciable,


σ bc ≤ σ̄ bc

Mu 75862
Section rectangulaire ¿ } ¿ ¿⇒ γ= = =1 ,36 ¿
M ser 55533

γ −1 f c 28
α=0 , 15≤ + =0 , 43
2 100 Condition vérifiée

Donc, il n'est pas nécessaire de vérifier la contrainte du béton ⇒ Les armatures calculées à

E.L.U conviennent à E.L.S.

 E.L.A :
M max 10 .7 h
e 1= = =93 cm ⊳ =5 cm→
N corr 11. 44 12

h
e 1 > 12  L’effort normal est appliqué hors du noyau central

PFE 2012 Page 90


Projet fin d’études 2012

 La section sera sollicitée à flexion composé :


Ma
μ= =0 .083≺μR
bd 2 σ bc

Alors on n’aura pas armature comprimé :

α=1.25(1−√(1−2μ))=0.108
Z =d (1−0 . 4 α)=0 .53
Ma 1
A st =( −Na) =1 .79 cm 2
Z fe
 Choix des armatures :

A=max ( Acal , A RPS , A min )

2
A=max ( 5.62 ,5.02 ,1.6 ) =5.62 cm

A=5T 12=5.65 cm2

En appui :

 E.L.U :

M a u =10 . 68 T⋅m

Mau 106891
μ= 2
= =0 , 16< μ L=0 , 392
σ bc⋅b⋅d 14 ,20×35× ( 36 )2

α=0 , 21 → β =0 , 91

Ma u 106891
A= = =9 ,35 cm2
σ s⋅d⋅β 348×36×0 , 91

 Condition de non fragilité :


f tj
A min =0 , 23×b×d × ⇒ A min=1 ,52 cm 2
fe

PFE 2012 Page 91


Projet fin d’études 2012

 Choix des armatures :


2
A=5T 16=10,05 cm

 Vérification à E.L.S :

La fissuration est considérée comme peu nuisible, il suffit de vérifier que


σ bc ≤ σ̄ bc

Mu 106891
Section rectangulaire¿ } Flexion simple¿ }¿ ¿⇒γ= = =1,37¿
M ser 77892
γ −1 f c 28
α =0 , 21≤ + =0 . 43
2 100 Condition vérifiée

Donc, il n'est pas nécessaire de vérifier la contrainte du béton ⇒ Les armatures calculées à

E.L.U.R conviennent à E.L.S.

 E.L.A :
M max 15 . 45 h
e 1= = =135 cm ⊳ =5 cm→
N corr 11 . 44 12

h
e 1 > 12  L’effort normal est appliqué hors du noyau central

 La section sera sollicitée à flexion composé :


Ma
μ= =0 .120≺μ R
bd 2 σ bc

Alors on n’aura pas armature comprimé :

α=1.25(1−√(1−2μ))=0.16
Z =d (1−0 . 4 α)=0 .51
Ma 1
A st =( −Na) =3 . 71 cm 2
Z fe

PFE 2012 Page 92


Projet fin d’études 2012

 Choix des armatures :

A=max ( Acal , A RPS , A min )

A=max ( 9.31 ,5.02 ,1.6 )=9.31 cm 2

2
A=7T 14=10.77 cm

 Vérification de l'effort tranchant :


T max =167,44 T

T max 167,44
τ u= = =1, 02 MPa .
b⋅d 30×55

f c 28
τ̄ ad =min 0,2
[ γb ]
, 4 MPa =3 ,33 MPa →
(Fissuration peu nuisible)

τ u ≤ τ̄ ad Condition vérifiée.

 Calcul des armatures transversales

1. Diamètre des armatures transversales

h b
φt ≤min φl , ( ,
35 10 ) Selon le B.A.E.L 91 [2]

φt ≤min ( 12 mm , 17 mm , 30 mm )=12 mm.

On prend
φt =8 mm .

2. Espacement des armatures transversales

 En zone critique
δ t ≤min ( 8Φ l ;24 Φ t ;0 . 25 h ; 25 cm )
Selon le R.P.S 2000 [3]

δ t ≤min ( 9 .6 cm ;19. 2cm;15 cm ;25cm )=9 .6 cm.

δ t =9 cm .
On prend

PFE 2012 Page 93


Projet fin d’études 2012

 En zone courante
h 60
δ t ≤ = =30 cm.
2 2 Selon P.S 92(pas signalé dans RPS2000)

δ t =15 cm.
On prend

3. Section des armatures transversales

0. 4b⋅δ t
At≥ ⋅¿ ¿
fe Selon le B.A.E.L [3]

2
A t =0 ,22 cm
dans la zone critique

2
A t =0 ,36 cm
dans la zone courante

2
On prend A t =φ 8=0 . 5 cm

4. Vérification des espacements

δ t ≤min ( 0,9⋅d , 40 cm )
 1

Selon le B.A.E.L 83 [1]


δ t ≤min ( 49 , 40 cm )=40 cm
1

At ¿ f e
δ t2 ≤
τu
b⋅max ( 2
; 0,4 MPa ) Selon le B.A.E.L 83 [1]
0. 5×500
δt ≤ =16 .33 cm
2 30×1 . 02

0,9⋅A t ¿ f e
δt ≤ ¿

3
b⋅γ s ( τ u−0,3⋅f tj ¿ k ) S
elon le B.A.E.L 83 [1]

PFE 2012 Page 94


Projet fin d’études 2012

Avec :
{k=1pour la flexion simple ¿{α=90° ¿ ¿
δ t ≤16 .72 cm
3

On constate que les espacements exigés par les normes sismiques RPS2000 et PS92 sont

inférieurs aux espacements du BAEL. Donc on adopte les espacements sismiques.

On prend

Dans la zone critique


δ t =9 cm .

Dans la zone courante


δ t =15 cm.

I.22.c. calcul des fondations  :


 Introduction :

La fondation est la partie sous terrain de la structure, elle transmet au sol les
efforts :

 Des charges permanentes.


 Des charges d’exploitation
 Des actions climatiques
 Des actions accidentelles (séisme ou vent).

 LE CHOIX DU TYPE DE FONDATION :

Le choix s’effectue souvent à partir de deux critères principaux :

 Assurer la sécurité des occupants et la stabilité de l’immeuble.


 Adopter une solution économique.

Pour l’étude des fondations on a d’après le laboratoire de l’étude de sol là où on


va implanter le tribunal : un sol ferme d’une contrainte de 1.7 bars.

Pour la variante portique les semelles seront sollicité en flexion composé on va


prendre l’exemple du BLOC D :

PFE 2012 Page 95


Projet fin d’études 2012

Figure 18:plan fondation bloc D variante portique

On constate qu’on a trois types de semelles à étudier :

 Semelle sous poteau centré et moment fléchissant :


 Semelle sous poteau excentré et moment fléchissant :
 Semelle sous deux poteaux.

Les deux premiers types sont identiques car l’excentrement du poteau va engendrer un moment
fléchissant.

Pour le troisième type on va réduire les deux efforts qui viennent des poteaux en un seul situé au
barycentre des deux :

PFE 2012 Page 96


Projet fin d’études 2012

 EXEMPLES DE CALCULS :

*Pré-dimensionnement de la semelle isolée sous poteau (35x35) cm  : 2

N
σ sol ≥
1) Condition de résistance : A×B

A a
=
2) Condition d’homothétie : B b

B−b
d=(h−5 cm )≥
3) Condition de rigidité : 4
* exemple de sollicitation :

On prend la semelle 5 par exemple on récapitule les efforts dans le tableau suivant :

efforts ELU ELS ELA


Effort N (T) 129.6 94.3 79.32
Moment (T.m) 1.3 1.1 1.6
tableau 19:efforts sur semelle

* calcul de la semelle :

La semelle 5 sera une semelle carrée don A=B :

N s 943. 4×10−3
B ²≥ =
σ sol 0 .17

PFE 2012 Page 97


Projet fin d’études 2012

Donc B > 2.36 cm

Pour prendre en compte la flexion composé on major la section de semelle trouvé par
20% donc on va prendre B= 2.6 m

 Calcul à l’ELU :
13
e= =1 cm
L’excentricité 1296 .11 donc la semelle est entièrement comprimée

Nu 6e
σ 1= (1+ )=0 .2 MPa
B² B
Nu 6e
σ 2 = (1− )=0 . 19 MPa
B² B

3 σ 1+ σ 2
σ moy = =0 . 198 MPa
4

σ moy ≺1. 33 σ sol =0 .22 MPa ====== vérifié

*calcul des armatures : (d=60cm et h= 65cm)

N '=σ moy ×B ²=133.8 T

N '×(B−b )
As= =13. 33 cm ²
8×σ s×h

 Calcul à l’ELS :
11
e= =1 .17 cm
L’excentricité 943 . 4 donc la semelle est entièrement comprimée

Ns 6e
σ 1= (1+ )=0 .143 MPa
B² B

PFE 2012 Page 98


Projet fin d’études 2012

Ns 6e
σ 2= (1− )=0. 135 MPa
B² B

3 σ 1+ σ 2
σ moy = =0 . 141 MPa
4

σ moy ≺1. 33 σ sol =0 .22 MPa ====== vérifié

*calcul des armatures : (d=60cm et h= 65cm)

N '=σ moy ×B ²=95 .31T

N '×(B−b )
A s= =20 . 46 cm²
8×σ̄ s×h

 Calcul à l’ELA :
16
e= =2 . 02 cm
L’excentricité 793 .27 donc la semelle est entièrement comprimée

Na 6e
σ 1= (1+ )=0 .123 MPa
B² B
Na 6e
σ 2 = (1− )=0 . 112 MPa
B² B

3 σ 1+ σ 2
σ moy = =0 . 12 MPa
4

σ moy ≺1. 33 σ sol =0 .22 MPa ====== vérifié

*calcul des armatures : (d=60cm et h= 65cm)

N '=σ moy ×B ²=81 .12 T

N '×(B−b )
A s= =7 .02 cm ²
8×f e ×h

On prendra A s =max( A s ( ELU ); A s ( ELS ); A s ( ELA ))=20. 46⋅cm ²

Le choix sera 14T14 dont la section des armatures As = 26.1 cm2


2 . 6m
=18 . 6cm
L’espacement entre les barres 17
PFE 2012 Page 99
Projet fin d’études 2012

2) semelle sous deux poteaux :

On adopte cette solution car on trouve qu’on a chevauchement de deux semelles qui sont
proches.
On prend l’exemple des poteaux 7 et 18 qui transmettent à la fondation les charges suivantes :

Poteau 7 ELU ELS ELA


Effort N(T) 142.02 102.58 79
Moment M(T.m) 3.43 2.44 5.21
Poteau 18 ELU ELS ELA
Effort N(T) 70.9 51.39 41.07
Moment M(T.m) 2.21 2 4.2

tableau 20:efforts apportés par poteau 7 et 18

On va réduire les efforts comme si on a un seul poteau qui a les caractéristiques suivantes :

Figure 19:semelle sous deux poteaux

b = sup (b1 ; b2) et a = sup (a1 ; a2) , Pu = Pu1 + Pu2 , Mu = M1+M2+ |Pu1-Pu2|xd

donc on aura un état équivalente :

efforts ELU ELS ELA


Effort N 212.95 153.98 84.22
(T)
PFE 2012 Page 100
Projet fin d’études 2012

Moment 7.49 5.11 10.95


(T.m)

On va adopter une semelle carrée :


N s 943. 4×10−3
B ²≥ =
σ sol 0 .17

Donc B > 3.01 cm

Pour prendre en compte la flexion composé on major la section de semelle trouvé


par 20% donc on va prendre B= 3.7 m

B−b 3 .7−0 . 35
d=(h−5 cm )≥ = =83 . 8 cm
4 4

Donc on prend d=85cm et h=90 cm.

 Calcul à l’ELU :

13
e= =3 . 6 cm
L’excentricité 1296 .11 donc la semelle est entièrement comprimée

Nu 6e
σ 1= (1+ )=0 .16 MPa
B² B
Nu 6e
σ 2 = (1− )=0 . 146 MPa
B² B

3 σ 1+ σ 2
σ moy = =0 . 156 MPa
4

σ moy ≺1. 33 σ sol =0 .22 MPa ====== vérifié

PFE 2012 Page 101


Projet fin d’études 2012

*calcul des armatures : (d=85cm et h= 90cm)

N '=σ moy ×B ²=213 .6T

N '×(B−b )
A s= =24 . 2cm ²
8×σ s×h

 Calcul à l’ELS :
11
e= =3 . 32 cm
L’excentricité 943 . 4 donc la semelle est entièrement comprimée

Ns 6e
σ 1= (1+ )=0 .12 MPa
B² B
Ns 6e
σ 2 = (1− )=0. 106 MPa
B² B

3 σ 1+ σ 2
σ moy = =0 . 117 MPa
4

σ moy ≺1. 33 σ sol =0 .22 MPa ====== vérifié

*calcul des armatures : (d=85cm et h= 90cm)

N '=σ moy ×B ²=160.17T

N '×(B−b )
A s= =37 .7 cm²
8×σ̄ s×h

 Calcul à l’ELA :
16
e= =13 cm
L’excentricité 793 .27 donc la semelle est entièrement comprimée

Na 6e
σ 1= (1+ )=0 .08 MPa
B² B

PFE 2012 Page 102


Projet fin d’études 2012

Na 6e
σ 2= (1− )=0 . 05 MPa
B² B

3 σ 1+ σ 2
σ moy = =0 . 073 MPa
4

σ moy ≺1. 33 σ sol =0 .22 MPa ====== vérifié

*calcul des armatures : (d=85cm et h= 90cm)

N '=σ moy ×B ²=99 .93T

N '×(B−b )
A s= =9 .3 cm ²
8×f e ×h

On prendra A s =max( A s ( ELU ); A s ( ELS ); A s ( ELA ))=37 .7⋅cm ²

Le choix sera 25T14 dont la section des armatures As = 38.48 cm2


2 .6 m
=14 .8 cm
L’espacement entre les barres 17

X. Etude de prix :

L’étude de prix a pour but de calculer, les prix de vente unitaires hors taxes (P.V.H.T)
des ouvrages élémentaires (O.E) afin d’en déduire à l’aide du devis quantitatif le
montant total ou partiel des travaux hors taxes (H.T) et toutes taxes comprises (T.T.C).

Cette étude comprend les étapes suivantes :

(1) Calcul des déboursés horaires de main d’œuvre


(2) Calcul des coûts hors taxes des matériaux rendus chantiers
(3) Calcul des sous-détails de prix en déboursés secs :
(4) Calcul des P.V.H.T et des coûts (recherche du coefficient de vente K)
(5) Elaboration du devis quantitatif estimatif

PFE 2012 Page 103


Projet fin d’études 2012

I.23. Calcul des déboursés horaires de main d’œuvre :

On va prendre l’exemple d’une équipe modèle d'ouvrier contenant 2 ouvriers d’œuvre,


un ouvrier spécialisé et un demi -ouvrier qualifié.

équipe modèle d'ouvrier

Catégorie d'ouvrier ouvrier d'œuvre ouvrier spécialisé ouvrier qualifié

nombre d'ouvrier par


catégorie 2 1 0.5

taux horaire de base unitaire 10 12 15

taux horaire de base global 20 12 7.5

charge social ( 40%) 8 4.8 3

     

déboursé horaire par ouvrier 14 16.8 21

déboursé moyen horaire


ouvrier 16

tableau 21 :cout main d’oeuvre

Donc dans le calcul suivant on va prendre un prix de main d’œuvre de 16 dh/h.

I.24. Calcul des coûts hors taxes des matériaux rendus chantiers :

I.24.a. coût de béton  :

Il y a 5 classes de béton selon de B1 jusqu’à B5 et ce classement se fait à la base du dosage de


ciment dans un mètre cube de béton :

PFE 2012 Page 104


Projet fin d’études 2012

B1 : 400 Kg/m3 utilisé pour ouvrage d’art ou préfa.

B2 : 350 Kg/m3 c’est le béton courant de classe de résistance fc28 = 25 MPa.

B3 : 300 Kg/m3 utilisé pour dallage et forme

B4 : 250 Kg/m3 utilisé pour dans le gros béton

B5 : 150 à 200 Kg/m3 utilisé pour béton de propreté

Voici sous détail de béton B2 :

P.V.H.T Montants partiels H.T

béton B2 U Quantité dh / U dh

Gravette m3 0.9 120 108

Sable m3 0.45 220 99

Ciment T 0.35 1000 350

Eau m3 0.2 10 2

Main
d'œuvre h 1 16 16

Montant total hors


  taxe : 575

tableau 22:cout du béton

De la même manière on calcule le coût de autres classes qui diffère en quantité de ciment
utilisé, et on récapitule le coût dans le tableau suivant :

classe béton prix de m3 ( dh/m3)

B2 575

B3 525

B4 475

B5 425

PFE 2012 Page 105


Projet fin d’études 2012

I.24.b. coût de coffrage  :

On a 4 classes de coffrage selon son utilisation :

 C1 : pour tous les ouvrages non vus.


 C2 : pour les ouvrages vus
 C3 coffrage soigné
 C4 : coffrage métallique

 Sous-détail de prix de m² de coffrage :

Montants partiels Montants


P.V.H.T H.T P.V.H.T partiels H.T
coffrage
C1 U Quantité dh / U Dh coffrage C2 U Quantité dh / U dh

Bois m3 0.04 3000 120 Bois m3 0.06 3000 180

Main Main
d'œuvre h 2.5 16 40 d'œuvre h 2.5 16 40

divers U 1 5 5 divers U 1 5 5

Montant total hors


  taxe : 165   Montant total hors taxe : 225

Montants partiels
P.V.H.T H.T
coffrage
C3 U Quantité dh / U Dh

Bois m3 0.05 3000 150

Main
d'œuvre h 2.5 16 40

coffrage
perdu m² 1.1 80 88

divers U 1 5 5

Montant total hors


  taxe : 283

tableau 23:coût de coffrage

PFE 2012 Page 106


Projet fin d’études 2012

XI. Calcul des sous-détails de prix :

On va élaborer dans ce chapitre le sous détail des éléments qui constituent GROS ŒUVRE du
marché étudié :

A.01-nettoyage du terrain :

P.V.H.T Montants partiels H.T

100.01 U Quantité dh / U Dh

Main
d'œuvre h 2.5 16 40

Montant total hors


  taxe : 40

tableau 24:nettoyage du terrain

A.02 à A.04- Fouilles en masse, en tranchées en rocher dans tout terrain :

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U Dh

main d'œuvre h 2.5 16 40.0

Montant total hors


  taxe : 40.0

tableau 25:Fouilles en masse, en tranchées en rocher dans tout terrain

A.05et A.06-Mise en remblais ou évacuation des terres excédentaires à la décharge publique :

PFE 2012 Page 107


Projet fin d’études 2012

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U dh

Main
d'œuvre
évacuation h 1.8 16 28.8

remblai m3 1.25 90 112.5

Main
d'œuvre
remblai h 0.5 16 8

Montant total hors


  taxe : 149.3

tableau 26:Mise en remblais ou évacuation des terre excédentaires à la décharge publique

A.7-Maçonnerie en moellons :

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U dh

sable m3 1 220 220.0

ciment T 0.6 750 450.0

eau m3 0.2 10 2.0

Main
d'œuvre h 1 16 16

Montant total hors


  taxe : 688.0

tableau 27 :Maçonnerie en moellons :

A.8-Béton de propreté : e=10 cm :

PFE 2012 Page 108


Projet fin d’études 2012

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U dh

Béton B5 m3 1.05 425 446.3

Main
d'œuvre h 6 16 96

Montant total hors


  taxe : 542.3

tableau 28:Béton de propreté

A.09-Gros béton pour fondation :

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U dh

Béton B5 m3 1.05 575 603.75

Main
d'œuvre h 3 16 48

Montant total hors


  taxe : 651.75

tableau 29:Gros béton pour fondation

A.10-Apport et mise en remblais d'un tout venant 0/40 compacté :

PFE 2012 Page 109


Projet fin d’études 2012

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U dh

Main
d'œuvre de
compactage h 1.8 16 28.8

tout venant
0/40 m3 1.25 90 112.5

Main
d'œuvre
remblai h 0.5 16 8

Montant total hors


  taxe : 149.3

tableau 30:Apport et mise en remblais d'un tout venant 0/40 compacté

A.11-Dallage de 13cm y compris aciers et film polyane :

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U dh

béton B2 m3 0.13 575 74.75

main d'œuvre béton h 3 16 48.0

acier kg 180 9 1620

Montant total hors


  taxe : 1742.75

tableau 31:Dallage de 13cm y compris aciers et film polyane

A.12-Béton armé pour tout ouvrage en fondation :

PFE 2012 Page 110


Projet fin d’études 2012

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U Dh

béton B2 m3 1.05 575 603.8

Main
d'œuvre
béton h 3 7.5 22.5

coffrage C1 m² 1.5 33 49.5

Main
d'œuvre
coffarge h 2.25 16 36

Montant total hors


  taxe : 711.8

tableau 32:Béton armé pour tout ouvrage en fondation

A.13-Armatures à haute limite élastique HA FE E 500 MPA pour tout ouvrage :

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U Dh

acier kg 1.03 7.5 7.7

Main
d'œuvre
béton h 0.1 16 1.6

fil réduit kg 0.02 10 0.2

Montant total hors


  taxe : 9.5

tableau 33:Armatures à haute limite élastique HA FE E 500 MPA

A.14-Canalisation en buses PVC type Assainissement (Φ300 et Φ200) :

PFE 2012 Page 111


Projet fin d’études 2012

Montants partiels
P.V.H.T H.T

  U Quantité dh / U dh

Main d'œuvre
terrassement H 2.4 16 38.4

Main d'œuvre
évacuation,rembla
i H 1.4 16 22.4

sable m3 0.08 100 8.0

Buse(200/300) Ml 1.1 35/45 38.5

Main d'œuvre de
pose H 1 16 16.0

Montant total hors


  taxe : 123.3/134.3

tableau 34:Canalisation en buses PVC type Assainissement (Φ300 et Φ200)

A.15-Regards en béton vibré type non visitable pour évacuation :

  U Quantité P.V.H.T Montants partiels


H.T

PFE 2012 Page 112


Projet fin d’études 2012

dh / U dh

Main d'œuvre
terrassement h 3 16 48.0

Main d'œuvre
évacuation,rembla
i h 1.8 16 28.8

béton B5 m3 0.041 425 17.4

béton B3 m3 0.33 525 173.3

Main d'œuvre h 2 16 32.0

maçonnerie M2 m3 0.03 16 0.5

Montant total hors


  taxe : 300.0

tableau 35:Regards en béton vibré type non visitable pour évacuation

A.16-Béton pour poteaux poutres, raidisseurs et appuis de fenêtres :

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U dh

béton B2 m3 1.05 575 603.8

main d'œuvre béton h 4 16 64.0

coffrage C2 m² 16 28 448

main d'œuvre
coffrage h 16x 1.5 16 384.0

Montant total hors


  taxe : 1499.8

tableau 36:Béton pour poteaux poutres, raidisseurs et appuis de fenêtres

A.17-Béton pour dalles pleines toutes dimensions :

  U Quantité
P.V.H.T Montants partiels H.T

dh / U dh

PFE 2012 Page 113


Projet fin d’études 2012

béton B2 m3 1.05 575 603.8

main d'œuvre béton h 3 16 48.0

coffrage C2 m² 6.5 28 182.0

main d'œuvre
coffrage h 6.5 x 1.5 16 156.0

Montant total hors


  taxe : 989.8

tableau 37:Béton pour dalles pleines toutes dimensions

A.18-Béton voiles toutes épaisseurs :

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U dh

béton B2 m3 1.05 575 603.8

main d'œuvre béton h 3 16 48.0

coffrage C2 m² 13 28 364

main d'œuvre
coffrage h 13 x 1.5 16 312

Montant total hors


  taxe : 989.8

tableau 38:Béton voiles toutes épaisseurs

A.19-Béton pour escaliers (paliers , paillasses ,et marches) :

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U dh

PFE 2012 Page 114


Projet fin d’études 2012

béton B2 m3 1.05 575 603.8

main d'œuvre béton h 6 16 96

coffrage C2 m² 6.5 28 182.0

main d'œuvre
coffrage h 6.5 x 1.5 16 156.0

Montant total hors


  taxe : 1085.8

tableau 39:Béton pour escaliers (paliers , paillasses ,et marches)

A.20-Dallette en béton armé d'une épaisseur entre 7cm &10cm y/c acier :

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U dh

béton B2 m3 0.1 575 57.5

main d'œuvre béton h 3 16 48.0

Acier kg 180 9 1620

Montant total hors


  taxe : 1725.5

tableau 40:Dallette en béton armé d'une épaisseur entre 7cm &10cm y/c acier

A.21-Plancher en hourdis corps creux y/c béton nervures :

Montants H.T
TYPE DE PLANCHER
dh

12+5 200

16+5 250

PFE 2012 Page 115


Projet fin d’études 2012

20+5 300

25+5s 330

25+5j 400

tableau 41:Plancher en hourdis corps creux y/c béton nervures

A.22-Armatures à haute limite élastique HA FE E 500 MPA pour tout ouvrage :

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U dh

acier kg 1.03 7.5 7.7

Main
d'œuvre
béton h 0.1 16 1.6

fil réduit kg 0.02 10 0.2

Montant total hors


  taxe : 9.5

tableau 42:Armatures à haute limite élastique HA FE E 500

A.23-Maçonnerie d'agglomères creux de ciment :

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U dh

agglomérée creux
20 u 11 6 66.0

maçonnerie M2 m3 0.03 570 17.1

PFE 2012 Page 116


Projet fin d’études 2012

main d'œuvre h 1.4 16 22.4

Montant total hors


  taxe : 105.5

tableau 43:Maçonnerie d'agglomères creux de ciment

A.24-Maçonnerie de briques creuses céramiques :

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U dh

agglomérée creux
20 u 11 30 330

maçonnerie M2 m3 0.03 570 17.1

main d'œuvre h 1.4 16 22.4

Montant total hors


  taxe : 369.5

tableau 44:Maçonnerie de briques creuses céramiques

A.25-Enduit lisse intérieur au mortier ciment sur murs & plafond :

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U dh

mortierM2 m3 0.02 575 11.5

main d'œuvre h 1.5 16 24.0

PFE 2012 Page 117


Projet fin d’études 2012

grillage kg 0.1 10 1.0

Montant total hors


  taxe : 36.5

tableau 45:Enduits lisse intérieur au mortier ciment sur murs & plafond

A.26- Enduits lisse extérieur au mortier ciment hydrofugé sur façades :

P.V.H.T Montants partiels H.T

  U Quantité dh / U dh

mortier m3 0.025 575 14.4

main d'œuvre h 2.2 16 35.2

grillage kg 0.1 10 1.0

Montant total hors


  taxe : 50.6

tableau 46:Enduits lisse extérieur au mortier ciment hydrofugé sur façades

On introduit les sous-détails de prix qu’on a établi dans le métré réalisé de la construction :

Alors le prix hors taxe de gros œuvre s’évalue à : 10 787 350.00 DH

PFE 2012 Page 118


Projet fin d’études 2012

30356222.5
Ratio par mètre carrée : =5391.9 DH /m²
5630

PFE 2012 Page 119


Projet fin d’études 2012

Conclusion
L’objet de notre travail de fin d’étude était d’étudier techniquement et financièrement le
tribunal de 1ère instance de TAZA.

Nous avons commencé tout d’abord par choisir les éléments qui mènent à une bonne conception
de l’ouvrage, que ce soit dans le choix des éléments de structure ou ceux de contreventement,
pour alléger le coût du projet.

Après , nous avons abordé la partie béton armé, en effectuant un travail itératif et répétitif qui
commence par le pré dimensionnement , et puis la modélisation dans un logiciel de calcul aux
éléments finis pour évaluer le comportement de la structure vis-à-vis les différentes charges , et
procéder ensuite aux différentes vérifications réglementaires jusqu’à trouver une solution
optimale et satisfaisante , et on a pu conclure que notre bâtiment est correctement dimensionné
pour le respect des normes parasismiques R.P.S. 2000.

Le calcul béton armé est fait pour les deux variantes de contreventement : par portique et par
voile, tout en comparant les résultats obtenus pour les deux types.

Enfin, on a fait une étude de prix de la variante choisie à base des métrés élaborés avec le
métreur du BET.

On a pu conclure aussi que l’étude d’un ouvrage en bâtiment n’a rien de simple comme le laisse
prédire le caractère linéaire des calculs. En effet l’étude d’un bâtiment est un travail itératif entre
la conception et le calcul de cette même conception, car cette dernière sera jugée par le biais des
calculs effectués, et qui vont mener aux changements nécessaires, pour aboutir enfin à une
nouvelle conception qui sera de nouveau calculée, ainsi, l’ingénieur pourra être en mesure de
proposer la variante la plus appropriée au projet, et ceci après l’examen de chaque conception.
En résumé, on peut dire que ce travail de Fin d’études était pour nous une très bonne
opportunité pour maîtriser et approfondir les notions de cours en béton armé et étude de prix ,
et de mettre en œuvre les connaissances qu’on a acquis tout au long de notre formation en génie
civil à l’EHTP , il était également une occasion pour mieux connaître le monde professionnel en
côtoyant des ingénieurs et des techniciens , ce qui était très enrichissant et bénéfique.
Certes, le développement des moyens de calcul a pu libérer l’ingénieur des phases complexes
de calcul mais l’aspect de surveillance ainsi que d’interprétation des résultats ne peuvent être
mise en évidence par aucun programme, le rôle de l’ingénieur reste toujours incontournable.

PFE 2012 Page 120


Projet fin d’études 2012

Références bibliographiques

 Conception et calcul des structures de bâtiment de Henry Thonier aux


éditions des Ponts et Chaussées.
 Règles BAEL 91 : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et des
constructions.
 Cours « B.A.E.L » et « structure de bâtiments », Mme N.KHADOURI, EHTP.
 Cours « Dynamique des structures », Mme M. AZMI, EHTP.
 Cours « Contreventement des bâtiments », M. NIAZI, EHTP.
 Cours « Conception et calcul de structures », M.Guissi, EHTP.
 RPS 2000 : règlement parasismique marocain applicable aux bâtiments.
 NFP 06-013 Règles PS françaises applicables aux bâtiments, dites Règles PS 92.
 La construction en zone sismique de Victor Davidovicci aux éditions du Moniteur.
 Formulaire du béton armé volume 2 de VICTOR Davidovicci aux éditions du
Moniteur.
 Conception et calcul des structures de bâtiment de Henry Thonier aux éditions des
Ponts et Chaussées.
 www.lmgc.net

PFE 2012 Page 121


Projet fin d’études 2012

ANNEXES

PFE 2012 Page 122


Projet fin d’études 2012

ANNEXE
Critères de régularité
 Vérification des critères de régularité en plan:
Selon l’article 4.3.1.1 de l’RPS 2002 une structure est considérée régulière si les
conditions suivantes, relatives à sa configuration en plan et en élévation sont
satisfaites.

1.1. Forme en plan simple :


La vérification de la condition se rapportant à la forme en plan simple exigée par le
RPS 2002:

 Condition de régularité : Article 4.3.1.1(1 .a) de l’RPS2002 :

La structure doit présenter une forme en plan simple, tel que le rectangle, et une
distribution de masse et de rigidité sensiblement symétrique vis à vis de deux
directions orthogonales au moins, le long desquelles sont orientés les éléments
structuraux.

 Vérification par rapport au Bâtiment étudié

-Le bâtiment étudié est caractérisé au niveau des étages courants par une forme en
plan sensiblement rectangulaireà l’exception du 2èmeétagequi présente une forme non
rectangulaire.

-La conception de la structure a été menée de telle manière à ce qu’on obtienne une
distribution de masse et de rigidité sensiblement symétrique vis-à-vis des deux
directions principales du bâtiment.
 Conclusion : la condition est non vérifiée.

1.2. Les dimensions des parties saillantes :

La vérification de la condition se rapportant aux dimensions des parties saillantes et


rentrantes  exigée par la RPS 2002:

Condition de régularité Article 4.3.1.1(1 .a) de l’RPS2002 :

En présence de parties saillantes ou rentrantes leurs dimensions ne doivent pas


dépasser 0.25fois la dimension du coté correspondant :

a+b0.25 B, tel qu’illustré dans la figure ci-après :

PFE 2012 Page 123


Projet fin d’études 2012

Vérification par rapport au Bâtiment étudié :

-Le bâtiment étudié est caractérisé par la présence de parties saillantes dont les proportions
par rapport aux dimensions du bâtiment sont comme suit :

a+b=0,90

0,25*B=3,85

C’est vérifiée pour tous les étages sauf le 2 ème .

1.3. Distance entre centre de masse et centre de torsion :

 Condition de régularité Article 4.3.1.1(1 .a) de l’RPS2002 :

- Condition no 1 :
e x ≤0,20r x .

- Condition no 2 :
e y ≤0,20r y .
Avec :
 

∑ Iix∗x i 2 + Iiy∗yi ² ∑ Iix∗x i2 + Iiy∗yi ²


rx= Et ry =
∑ Iix ∑ Iiy
Le tableau suivant donne les résultats de calculs des distances ex et ey ainsi que les rapports rx
et ry :

ex ey 0,2 x rx 0,2 x ry Vérification de Vérification de


la condition 1 la condition 2
ss-sol 6,21 0,07 6,89 4,43 Vérifiée Vérifiée
RDC 6,08 0,06 6,50 3,96 Vérifiée Vérifiée
1er étage 5,89 0,13 6,25 3,83 Vérifiée Vérifiée
2éme étage 4,49 2,60 6,15 3,83 Vérifiée Vérifiée

1.1.1. Limitation de l’élancement :


Condition de régularité : Article 4.3.1.1(1 .d) de l’RPS2002 :
L’élancement (grand coté L/petit cotéB) ne doit pas dé passer la valeur 3.5 :L/B 3.5.
Vérification par rapport au Bâtiment étudié :
L’élancement du bâtiment étudié est donné par :L/B=26,95 /15,40=1,75 < 3,5
Conclusion :c’est vérifiée

PFE 2012 Page 124


Projet fin d’études 2012

 Vérification des critères de régularité en élévation:


1.2. La distribution de masse et de rigidité le long du bâtiment :
Le RPS 2000 (article 4.3.1.1 1.b) stipule plusieurs conditions à vérifier concernant la
régularité du bâtiment en élévation. Dans ce qui suit, nous allons vérifier la structure
par rapport à ces conditions :

Etage M (T) (Mi-Mi+1)/Mi Vérification du


% critère
Sous-sol 689,67 0 Vérifié
RDC 689,67 0 Vérifié
1 689,67 43,51 non Vérifié
2 389,55    
Variation de la masse selon les étages

1.3. Le rétrécissement graduel du bâtiment

Condition de régularité article 4.3.1.1 (1.b)

Dans le cas d’un rétrécissement graduel en élévation, le retrait à chaque niveau ne doit
pas dépasser 0.15 fois la dimension en plan du niveau précédent sans que le retrait
global ne dépasse 25% de la dimension en plan au niveau du sol.

Condition de régularité article 4.3.1.1 (1.b)

-Le retrait global ne dépasse pas les 25% puisque les surfaces respectives du sous-sol
et du 9ème étage sont 492.54 m² et 466.71 m².

- Le tableau qui suit présente le rétrécissement d’un étage à un autre en fonction des
surfaces et des dimensions des étages :

Etage Lx(m) Ly(m) (Lxi-Lxi+1)/Lxi (Lyi-Lyi+1)/Lyi Vérification du


% % critère
Sous-sol 15,4 26,95 0 0 Vérifié
RDC 15,4 26,95 0 0 Vérifié
1 15,4 26,95 36,04 34,88 non Vérifié
2 9,85 17,55      

Tableau représentant le retrait en longueur et largeur


d’un étage à un autre

PFE 2012 Page 125


Projet fin d’études 2012

Etage S (m²) (Si-Si+1)/Si Vérification du


% critère
Sous-sol 400 0 Vérifié
RDC 400 0 Vérifié
1 400 39 non Vérifié
2 244    

Tableau représentant le retrait

en surface d’un étage à un autre

1.4. L’élargissement graduel de la structure:

 Dans le cas d’un élargissement graduel sur la hauteur, la saillie ne doit pas dépasser
10% de la dimension en plan du niveau précédent sans que le débordement global ne
dépasse 25% de la dimension en plan au niveau du sol.
 Pour les bâtiments dont la hauteur totale ne dépasse pas 12 m ; les pourcentages
relatifs à la configuration peuvent être ramenés à 40%.
Ces deux critères ne concernent pas notre bâtiment.

PFE 2012 Page 126


Projet fin d’études 2012

ANNEXE
Plan de fondation

PFE 2012 Page 127


Projet fin d’études 2012

ANNEXE
Plan coffrage sous-sol

PFE 2012 Page 128


Projet fin d’études 2012

ANNEXE
Plan coffrage RDC

PFE 2012 Page 129


Projet fin d’études 2012

ANNEXE
Plan coffrage 1er étage

PFE 2012 Page 130


Projet fin d’études 2012

ANNEXE
Plan coffrage 2ème étage

PFE 2012 Page 131


Projet fin d’études 2012

ANNEXE
Détail du ferraillage des escaliers

PFE 2012 Page 132


Projet fin d’études 2012

ANNEXE
Détail du ferraillage de la voûte

T14 e=15

PFE 2012 Page 133


Projet fin d’études 2012

ANNEXE
Détail ferraillage du radier

PFE 2012 Page 134


Projet fin d’études 2012

ANNEXE
Détail du ferraillage d’une longrine

PFE 2012 Page 135


Projet fin d’études 2012

ANNEXE
Détail du ferraillage de la semelle excentrée

PFE 2012 Page 136


Projet fin d’études 2012

ANNEXE
Détail du ferraillage de la poutre de redressement

PFE 2012 Page 137


Projet fin d’études 2012

ANNEXE
Détail du ferraillage de la toiture

PFE 2012 Page 138


Projet fin d’études 2012

ANNEXE
Détail du ferraillage du voile V5

PFE 2012 Page 139

Vous aimerez peut-être aussi