Vous êtes sur la page 1sur 4

Les capteurs sont des composants de la chaîne d’infor-

mation. Les capteurs informent la partie commande de


l’état de la partie opérative. Ils transforment cette informa-
tion en données exploitables par la partie commande.
Une information est une grandeur physique qui précise
un état ou un événement particulier parmi un ensemble
d’événements possibles. Pour pouvoir être traitée, cette
information est véhiculée sous forme d’énergie, on parle
de signal. Les signaux sont généralement de nature
électrique ou pneumatique.

1°) Les différents types de signaux


délivrés par un capteur :
Un capteur peut délivrer différents types de signaux :

a) signal numérique : le signal délivré est une valeur


numérique codée en une suite de 0 et de 1 (exem-
ple : 0011001010)

b) signal tout ou rien (T.O.R.): le signal délivré peut


prendre 2 valeurs uniquement : 0 ou 1 ; (0 = absence
de signal en sortie du capteur, 1= signal présent à la
sortie du capteur).

c) signal analogique : le signal délivré évolue de


façon continue et proportionnelle à la grandeur mesu-
rée.
(exemple : indication d’un thermomètre en fonction
de la température mesurée).

Page 1/4
Document imprimé avec le logiciel AutomX XYNOPS ©
2°) Les différentes technologies de capteurs
T.O.R. (Tout Ou Rien)

a) Capteur à contact : la détection se fait par contact


avec un élément mobile.

b) Capteur pneumatique à contact


Tant que le capteur n’est pas actionné, l’air sous pression
ne peut pas gagner la sortie.
Par contre, dès qu’il est actionné, le clapet est poussé et
permet le passage de l’air vers la sortie.
Le signal de sortie est pneumatique.

Voici sa symbolisation

c) Capteur électrique à contact


En actionnant le bouton central (5), la lame élastique (1)
portant les contacts électriques (2) se déforme. La liaison
électrique entre les bornes (11) et (12) est rompue et la
liaison entre les bornes électriques (13) et (15) est établie.
Le signal de sortie est électrique.

d) les capteurs à lame souple (ILS)

e) Capteurs sans contact : la détection


se fait à distance (pas d’efforts sur le capteur,
donc pas d’usure due au frottement).

Capteurs pour lesquels la détection est provo-


quée par « effet magnétique » :
L’interrupteur à lame souple (I.L.S.)

Le piston du vérin est équipé d’un aimant


permanent. Cet aimant provoque l’attraction
d’une lame métallique souple (et donc la
fermeture du circuit électrique) lorsque le piston
passe sous le capteur.

Page 2/4
Document imprimé avec le logiciel AutomX XYNOPS ©
f) Capteurs pour lesquels la détection est
provoquée par un « effet inductif » :
Le détecteur de proximité inductif (D.P.I.)

Ce type de capteur permet de détecter sans contact


tous les matériaux conducteurs d’électricité.

L’approche d’un matériau conducteur devant la face


sensible du capteur provoque la rupture du champ
magnétique, ce qui engendre la commutation de
l’information électrique envoyée vers la partie com-
mande.

g) Les Détecteurs de Proximité


Capacitifs D.P.C.
Ils permettent de détecter la présence sans
contact physique et à faible distance de tous
types d’objets. C’est la grande différence avec
le capteur inductif qui ne peut détecter que
des matériaux conducteurs de courant.

D’une mise en oeuvre très simple, ils sont


principalement utilisés pour le contrôle de
remplissage de liquides dans des flacons ou
des cuves.

Son principe de fonctionnement est voisin de


celui du détecteur inductif. Il produit contraire-
ment au capteur inductif, un champ électrique
qui est modifié à l’approche d’un objet quel-
conque. Cette modification est détectée et
transmise à l’unité de traitement.

Page 3/4
Document imprimé avec le logiciel AutomX XYNOPS ©
h) Capteurs à « effet photoélectrique » :
La cellule photoélectrique

Les cellules photoélectriques permettent de


détecter sans contact tous les matériaux
opaques (non transparents), conducteurs
d’électricité ou non. Le signal de sortie est
électrique.

Les différents types de montage des cellules


photoélectriques sont les suivants :

Type barrage
Ici le signal est envoyé lorsque le faisceau
est coupé par l’objet à détecter.

Type reflex
On dispose un émetteur récepteur et un
réflecteur. Lorsque l’objet coupe le faisceau,
celui-ci n’est plus renvoyé vers le récepteur.
Cela déclenche le signal de sortie.

Type reflex direct


Ici, c’est l’objet qui fait office de réflecteur.
Lorsque l’objet passe devant le faisceau,
celui-ci est renvoyé vers l’émetteur-récepteur
qui va émettre un signal de sortie.

Page 4/4
Document imprimé avec le logiciel AutomX XYNOPS ©