Vous êtes sur la page 1sur 14

Qu'est ce que l'effet photovoltaïque

L’effet photovoltaïque utilisé dans les cellules solaires permet de convertir directement
l’énergie lumineuse des rayons solaires en électricité par le biais de la production et du
transport dans un matériau semiconducteur de charges électriques positives et négatives sous
l’effet de la lumière.

Ce matériau comporte deux parties, l’une présentant un excès d’électrons et l’autre un déficit
en électrons, dites respectivement dopée de type n et dopée de type p. Lorsque la première est
mise en contact avec la seconde, les électrons en excès dans le matériau n diffusent dans le
matériau p. La zone initialement dopée n devient chargée positivement, et la zone initialement
dopée p chargée négativement.

Il se crée donc entre elles


un champ électrique qui
tend à repousser les
électrons dans la zone n et
les trous vers la zone p.
Une jonction (dite p-n) a
été formée. En ajoutant des
contacts métalliques sur les
zones n et p, une diode est obtenue. Lorsque la jonction est éclairée, les photons d’énergie
égale ou supérieure à la largeur de la bande interdite communiquent leur énergie aux atomes,
chacun fait passer un électron de la bande de valence dans la bande de conduction et laisse
aussi un trou capable de se mouvoir, engendrant ainsi une paire électron-trou.

Si une charge est placée aux bornes de la cellule, les électrons de la zone n rejoignent les trous
de la zone p via la connexion extérieure, donnant naissance à une différence de potentiel: le
courant électrique circule (figure). L’effet repose donc à la base sur les propriétés semi-
conductrices du matériau et son dopage afin d’en améliorer la conductivité.

Le silicium employé aujourd’hui dans la plupart des cellules a été choisi pour la présence de
quatre électrons de valence sur sa couche périphérique (colonne IV du tableau de
Mendeleïev). Dans le silicium solide, chaque atome – dit tétravalent – est lié à quatre voisins,
et tous les électrons de la couche périphérique participent aux liaisons.

Si un atome de silicium est remplacé par un atome de la colonne V (phosphore par exemple),
un de ses cinq électrons de valence ne participe pas aux liaisons; par agitation thermique, il va
très vite passer dans la bande de conduction et ainsi devenir libre de se déplacer dans le
cristal, laissant derrière lui un trou fixe lié à l’atome de dopant. Il y a conduction par un
électron, et le semi-conducteur dit dopé de type n. Si au contraire un atome de silicium est
remplacé par un atome de la colonne III (bore par exemple) à trois électrons de valence, il en
manque un pour réaliser toutes les liaisons, et un électron peut rapidement venir combler ce
manque et occuper l’orbitale vacante par agitation thermique. Il en résulte un trou dans la
bande de valence, qui va contribuer à la conduction, et le semi-conducteur est dit dopé de type
p. Les atomes tels que le bore ou le phosphore sont donc des dopants du silicium. Les cellules
photovoltaïques sont assemblées pour former des panneaux photovoltaïques.

Qu'est ce qu'un panneau photovoltaïque?

Les panneaux photovoltaïques convertissent l'énergie lumineuse en énergie électrique (courant continu

DC). On parle aussi de modules photovoltaïques.

Ils sont composés de cellules photovoltaïques encapsulées dans un support souple ou rigide. On les

distingue généralement par la technologie de cellules dont ils sont composés :

- Panneaux au silicium cristallin (monocristallins ou polycritallins)

- Panneaux au silicium amorphe

- Panneaux multi-jonctions

Les panneaux sont en connectés à un chargeur DC/DC et à des batteries, ou à un onduleur pour convertir

directement l'énergie continue en courant alternatif pour l'usage courant.général reliés en série entre eux de

façon à augmenter la tension du système, puis ces séries de panneaux sont reliée entre elles en parallèles

de façon à augmenter le courant. Ces groupes de chaînes sont ensuite

Exemple de panneaux photovoltaïques :

Panneau photovoltaique cristallin

Puissance crète d'un panneau


photovoltaïque
La puissance que peut fournir un module est fonction de sa surface et de l’ensoleillement incident. Elle

s’exprime en Watt-crête (Wc) et représente la puissance maximale du module pour l’ensoleillement

maximal de référence (1000 Watt par m (W/m)).

La tension délivrée par un module dépend du nombre de cellules connectées en séries. Pour les modules

de petite puissance (< 75 Wc), la tension d’usage est généralement comprise entre 12 et 15 Volts. Des

modules de puissance plus importante sont obtenus par une augmentation du nombre de cellules en série

(augmentation de la tension) et augmentation du nombre de branches de cellules en parallèle

(augmentation de la valeur du courant). La tension d’usage peut alors être de 12, 24, 48 Volts ou plus selon

la configuration du système à alimenter.

Différentes technologies de panneaux solaires :


rendements, prix, avantages, inconvénients et
principaux producteurs
Technologie Rendement Prix (€/m²) Avantages Inconvenients Producteurs

Sharp
BP solar
Forte baisse de ATEN
production avec les Kyocera
Produit températures (- Q-cell
Monocristallin 13-15% 130 - 140 "classique" 0,5%/°C) Schott
forte puissance dépendance au Suntech
silicium de bonne Isophoton
qualité Mitsubishi
Tenesol
Photowatt

Sharp
BP solar
ATEN
Forte baisse de
Kyocera
production avec les
Produit Q-cell
températures 
Polycristallin 11-13% 100 "classique" Schott
(-0,5%/°C)
forte puissance Suntech
dépendance au
Isophoton
silicium
Mitsubishi
Tenesol
Photowatt

Hybride 15-18% 120 - 140 Résiste aux Approvisionnement Sanyo


hautes difficile
températures 
(-0,3%/°C)
Forte puissance
et utilisation du
soleil diffus
existe aussi en
version
transparente 
fonctionne
même à hautes Uni solar
températures (- Biosol
Amorphe
5-6% 180 0,2%/°C) Faible puissance Kaneka
rigide
utilise le Schott
rayonnement Mitsubishi
direct et diffus
fonctionne
même à hautes
températures (-
Amorphe 0,2%/°C) Uni solar
4-5% 100 Faible puissance
souple utilise le Biosol
rayonnement
direct et diffus
Très léger
Indépendance
du silicium
fonctionne
Couche
même à hautes Assez faible
mince Nouvelle First solar
7-9% températures (- puissance
(tellurure de technologie Antec
0,2%/°C) Dangeureusité
cadnium)
utilise le
rayonnement
direct et diffus
Indépendance
du silicium
fonctionne Solar
même à hautes Frontier
Couche températures (- Shell solar
8-11% 75- 120 Faible puissance
mince CIS 0,2%/°C) Würth solar
utilise le Avancis
rayonnement Nanosolar
direct et diffus
couleur noir
dépendance au
Produit
silicium
"classique"
Polycristallin Nouvelle forte baisse de la
13-14% légèrement Schott
gravé technologie puissance à la
modifié
température (-
forte puissance
0,47%/°C)

Système photovoltaïque connecté au réseau : principe et


types de raccordement

Un système photovoltaïque connecté au réseau est raccordé au réseau public de distribution d'électricité

(EDF, régies municipale...).

Principaux composants :
1. panneaux photovoltaïques

2. un ou plusieurs coffrets de protection électrique coté courant continu "coffrets DC", ils contiennent

des fusibles, interrupteurs sectionneurs, parafoudres.

3. des câbles solaires


4. un ou plusieurs onduleurs qui convertissent l'énergie continue en courant alternatif synchronisé au

réseau (230V, 50 Hz pour la France)

5. un coffret de protection coté alternatif "coffret AC" avec disjoncteur et parafoudre

6. Eventuellement un système de supervision et surveillance

Différents schémas de raccordement au réseau


Il existe deux types de raccordements au réseau :

 Connexion avec injection de la totalité de la production photovoltaïque

 Connexion avec injection du "surplus" de la production photovoltaïque

Il existe aussi les systèmes connectés au réseau "sécurisés" équipés d'un systèmes de stockage (batterie

d'accumulateurs) auquel est connecté l'onduleur qui peut alimenter directement le circuit en aval du

compteur électrique de la maison ou du bâtiment concerné.

Schémas électriques de raccordement au réseau


Source HESPUL.

Schéma électrique de raccordement classique sans photovoltaïque


   
Schéma électrique de raccordement photovoltaïque avec injection de la totalité de la
production
   

Schéma électrique de raccordement photovoltaïque avec injection du surplus de la production

 
Calcul par le rendement du panneau (ou de la cellule)

E = S * r * H * Cp

E = énergie produite en Wh

S = surface du champ photovoltaïque  (exemple 7.14 m²)

r = rendement du module (14 % pour notre exemple)

H = ensoleillement/rayonnement sur la surface inclinée en kWh/m²  (1580 kWh/m².an pour le sud de la

France)

Cp = coefficient de perte (varie entre 0.9 et ... très bas, soit un minimum de 10 %, la valeur fréquente étant

entre 0.75 et 0.8)

Détail des pertes (varie selon les installations):

 Pertes onduleurs 8% à 15 %

 Pertes température 5% à 12%

 Pertes câbles et connexion 2%

 Pertes masque 0 % à 50% (dépend de l'implantation)

 Pertes faible éclairement 3% à 7%

 Pertes liées à la réflectivité environ 3%

Exemple Cp = 0.9*0.92*0.98*0.97*0.96*0.97 = 0.74 soit 26% de pertes totales

E = S x r x H x Cp

E = 7.14*14%*1580*0.74

E = 1168 kWh/an

Remarque : on peut définir ainsi un "coefficient de production" qui permet d’avoir rapidement une idée de la

production attendue en fonction de la puissance installée.

Coefficient de production = Production / Puissance installée

Ici : Coefficient de production = 1.17.  Une installation similaire de puissance 3000 Wc aura donc une

production d’environ

3000*1.17 = 3510 kWh/an.

 
Méthode de la puissance crête du module et des heures d’ensoleillement
:

Un module se caractérise avant tout par sa puissance crête Pc, puissance dans les conditions standart

STC.Le module exposé dans les conditions STC va produire à un instant donné une puissance électrique

égale à cette puissance crête, et si cela dure Ne heures, il aura produit une énergie électrique E égale au

produit de la puissance crête par le temps écoulé, au coefficient de pertes près :

E = Pc x Cp x Ne

E = énergie produite en Wh

Pc = puissance crête du panneau en kWc

Ne = Nombre d’heures équivalentes d’ensoleillement

Soit : énergie électrique produite (Wh) = Nombre d’heures d’exposition aux conditions STC (h)* Puissance

crête.

Cependant, le rayonnement n’est pas constant pendant une journée d’ensoleillement, donc on ne peut pas

appliquer strictement cette loi. Afin de calculer ce que produit un module photovoltaïque pendant une année

d’ensoleillement qui a un certain profil et une énergie solaire intégrée en Wh/m², on va assimiler cette

énergie solaire au produit du rayonnement instantané 1000 W/m² par un certain nombre d’heures que l’on

appelle « nombre d’heures équivalentes pleine puissance».

Grâce à la valeur de 1000 de ce rayonnement de référence, le nombre d’heures équivalentes se retrouve

exactement égal à l’énergie solaire intégrée si on l’exprime en kWh/m².an.

H = Ne * 1000

Soit : énergie solaire annuelle (Wh/m².an) = nombre d’heures équivalentes (h/an)*1000 (W/m²).

Dans notre exemple dans le sud de la France  H = 1580 kWh/m².an ou 1580000 Wh/m².an donc Ne =

1580000/1000 = 1580 h

On peut ainsi avoir la production électrique :

E = 1000 x 0.74 x 1580

E = 1 169 200 Wh/an soit 1 169 kWh/an

Simplement : E = Pc (kWc) * Ne * Cp
Remarque : Dans le cadre de l’obligation d’achat, la réglementation considère que pour la France

métropolitaine le nombre maximal d’heures d’ensoleillement est de 1500 heures (1800 h dans les DOM et

en Corse) et par conséquent le tarif d’achat  n’est applicable que jusque 1500h.

Gain maximal par an pour 1 kWc à un tarif de 0.55€/kWh = 1 x 1500 x 0.55 = 825 €

Ce quota d'heure permet d’éviter tout problème de fraude (exemple : brancher un chargeur en sortie des

panneaux pour augmenter la production du système photovoltaïque).

Comment dimensionner un système photovoltaïque?

Le dimensionnement d'un système photovoltaïque est essentiel pour son bon fonctionnement et pour la

satisfaction de l'utilisateur.

Les méthodes de dimensionnement diffèrent  essentiellement selon le type de raccordement, c'est à dire si

le système est connecté au réseau électrique (réseau public EDF ou autre) ou s'il en est indépendant ou

"isolé".

Dans tous les cas il est nécessaire de connaître :

1. le besoin, la démarche

2. Le gisement d'énergie solaire du lieu concerné

3. le choix des modules photovoltaïques, leur implantation et la structure support

4. le choix des composants électriques assurant la régulation et la protection du système et des

usagers 

5. la mise en oeuvre : câblage, maintenance

Le dimensionnement est facilité par différents outils logiciels plus ou moins gratuits et plus ou moins

performants. Pour pouvoir dimensionner un générateur photovoltaïque connecté au réseau ou un

générateur photovoltaïque isolé (ou éventuellement hybride), voir la rubrique Logiciels photovoltaiques.

pour connaitre les formules de calcul pour calculer la production d'un panneau solaire photovoltaïque voir

l'article Estimer la production photovoltaïque

Les systèmes photovoltaïques hybrides


Les systèmes photovoltaïques hybrides intègrent un générateur photovoltaïque et un autre générateur :

éolienne, groupe électrogène, système hydroélectrique... et même parfois le réseau public d'électricité.

En général un système de batteries  stocke l'énergie et permet ainsi de ne pas perdre l'énergie des sources

aléatoires telles que le solaire ou l'éolien.

La difficulté de ce type de système est d'équilibrer les différentes sources d'énergie de façon à toutes les

optimiser, étant entendu que les sources thermiques (gazoil, gaz...) et le réseau public, sont toujours les

appoints de dernier recours.

Aujourd'hui  des systèmes à grande échelle intègrent une gestion fine des systèmes photovoltaïques , on

parle souvent de "smart-grid" c'est à dire des réseaux au sein desquels une régulation intelligente et

coordonnée assure l'optimisation des différentes sources d'énergie.

Exemple de système photovoltaïque hybride de taille moyenne :

Après des débuts difficiles la Commune de Régina-Kaw en Guadeloupe produit maintenant 70% de sa

consommation d'électricité à l'aide de panneaux solaires, le complément est assuré par des groupes

électrogènes.

En savoir + sur la centrale hybryde photovoltaïque de KAW en guadeloupe...

Source ADEME.

Exemple de système photovoltaïque hybride à grande échelle, "smart-


grid"  :

 Les îles d'Outre-mer sont le terain idéale d'expérimentation de systèmes hybride. Du fait de leur fort

ensoleillement, le solaire photovoltaïque y tient une place essentielle. Le projet "MILLENER" (Mille

Installations de gEstion éNERgétique) auquel participent EDF, avec sa direction des Systèmes

Energétiques Insulaires (SEI) et sa direction R&D, et 6 partenaires industriels : BPL Global, Delta Dore,

Edelia, Saft, Schneider et Tenesol, en est un bon exemple.

 Pour assurer une meilleure gestion énergétique dans les milieux insulaires, EDF a lancé  le projet smart

grids "Millener" en Corse et à La Réunion fin 2011, puis en Guadeloupe début 2012. Cette expérimentation

vise à optimiser l'utilisation des énergies renouvelables grâce aux réseaux électriques intelligents.

 
Charge électronique pour la caractérisation des panneaux photovoltaïques
Intitulé Charge électronique pour la caractérisation des panneaux photovoltaïques

Type Prototype

Résumé Une charge électronique a été réalisée, elle permet de tracer la courbe i-v de panneaux
photovoltaïques de différentes technologies et inclinaisons. Les données obtenues
permettent de déterminer le point maximum de puissance de chaque PV. La courbe
ainsi mesurée est stockée dans une base de données mysql pour une sauvegarde à long
terme.

Objectifs Concevoir un prototype de test type qui peut être utilisé dans les différentes régions de
l’Algérie. Le système réalisé est de conception simple et robuste. Il permet de fournir
des données fiables pour différentes mesures nécessaires pour installation PV.

Fonctions Le prototype réalisé permet de tracer la courbe iv pour différentes technologies de PV à


différentes inclinaisons.

Descriptif - Un bloc des capteurs assure la mesure des différents paramètres (courent, tension,
température, et éclairement). 
 Un bloc sélecteur. 
 un bloc de traitement permettant la gestion des données, leur conversion numérique
et leur transmission vers le pc. 
 un bloc d’alimentation. 
 Un pc qui permet la visualisation et l’archivage des données dans un fichier

Innovation La charge est basée sur un transistor type darlington, ce qui lui permet d’être fiable et
utilisable par des microcontrôleurs bon marché. Le système est peu encombrant,
portable et a un faible coût.

Impact Le système conçu est peu onéreux. Une version portable est en voie de conception. Ce
qui permet le test des PV sur site d’installation. Ce qui permet de remplacer le PV
défectueux rapidement. Ce qui constitue un gain de temps appréciable pour
l’utilisateur. Le caractériseur sera un outil de base à la portée de tout utilisateur.

Date ********************Juin 2013

Contribution1 Low Cost Electronic Load For Out-Door Testing Of Photovoltaic Panels. L. Hassaine, A.
Mraoui, M. Khelif. The Fifth International Renewable Energy Congress, March 25-27,
2014 Hammamet, Tunisia

Contribution2 -

Brevet1 -
Brevet2 -

Domiciliation CDER

Equipe/projet Maitrise et économie d’énergie

Porteur Linda Hassaine

E-mail l. hassaine[a]cder. dz

Membres L. Hassaine, : M. Khelif, A. M’raoui, A. Guellal, H. Kahlane, A. Kherchi, Y. Bouzidi

Schéma de l’installation

Photographie de la charge électronique


Centrale photovoltaïque connectée au réseau avec tracking
Intitulé Centrale photovoltaïque connectée au réseau avec tracking

Type Réalisation
Résumé Ce projet consiste en l’étude, simulation et réalisation d’une mini-centrale
photovoltaïque pilote connectée au réseau avec tracking (deger traker 3000nt), d’une
puissance totale de 2. 11 kWc. Cette centrale assure l’injection totale de l’énergie
produite dans le réseau interne de l’URAER. De sorte d’assurer l’exposition des
panneaux solaires face au soleil afin d’augmenter leur rendement énergétique. Le
suiveur du soleil 3000 nt pivote sur deux axes : azimut (d’est en ouest) et en hauteur
(nord-sud).

Objectifs
 Elaborer des procédures de conception des systèmes de gestion d’énergie
photovoltaïque connectée au réseau avec tracking. 
 Maitrise de l’expérimentation et suivi de ce type d’installation.

Fonctions Le trackeur solaire motorisé pivote sur deux axes : azimut (d’est en ouest) et en hauteur
(nord-sud), durant la journée en suivant la course du soleil. Au coucher du soleil, il se
retourne à sa position d’origine.

Descriptif Cette centrale est constituée de 09 modules au silicium monocristallin, de 235 wc d’une
surface totale de 25 m², un poids de 600 kg. Le suiveur deger traker 3000nt, est
supervisé uniquement par les 2 capteurs solaires "deger conecter" qui commandent le
suiveur de façon à placer en permanence le panneau solaire face au soleil, pour à capter
le maximum de rayonnement solaire.

Innovation Le fonctionnement de ce type de suiveurs ne requiert : 


 aucun programme pour la poursuite du soleil. 
 aucun calcul de trajectoire. Donc, il s’agit d’un suiveur en temps réel.

Impact
 Contribution à l’intégration de ce type de système dans la production nationale
d’énergie. 
 Retour d’expérience. 
 Contribution à la concrétisation des perspectives visées par l’état dans le domaine
d’énergie renouvelable à court et moyen terme.

Date 2014

Contribution1 -

Contribution2 -

Brevet1 -

Brevet2 -
Domiciliation URAER

Equipe/projet Mini centrales photovoltaïques

Porteur Benbitour Née Khennane Messaouda

E-mail

Membres Benbitour Née Khennane Messaouda, Hadj Mahammed Idriss, Hamid Oudjana Samir,
Zaghba Layachi

Trackeur 1 (Vue d’avant)

Trackeur 2(Vue d’arrière)