Vous êtes sur la page 1sur 24

École Supérieure des Communications

Ingénieurs en Télécommunications, 1ère année


INDP1

Antennes

Rim Barrak
Maître Assistante, Habilitée
Rim.barrak@supcom.tn

1 © SUP’COM, 2020
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Partie 1
Bases théoriques du rayonnement et
types d’antennes

Introduction
Equations de Maxwell
Equations de propagation
Types d’antennes

2
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Généralités sur les antennes

Emetteur

Canal de propagation
Récepteur

Définition d’une antenne:


• Dispositif pour émettre et recevoir des ondes radio
• Elément de transition entre le circuit électronique et l’espace libre
En émission : elle assure la transmission de l’énergie entre une source (émetteur) et
l’espace libre. Elle reçoit un signal électrique et le transforme en une OEM.
- En fonction du type et de la forme de l’antenne certaines directions sont privilégiées.
En réception : elle assure la transmission de l’énergie d’une onde se propageant dans
l’espace vers un appareil récepteur.
- Elle capte une partie de la puissance transmise et la transforme en un signal électrique
Les fréquences qui sont envisagées s’étendent de quelques centaines de MHz à quelques
centaines de GHz.
3
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Applications et intérêts
Applications:
• Systèmes de télécommunications au sol
• Systèmes de télécommunications par satellite
• Système Radar
• etc

Technologie antenne
L’antenne est un composant contraignant dans un système radio car elle nécessite des
connaissances en :
• Technologie des systèmes
• Théorie des champs
• Théorie des antennes et méthodes d’analyses
• CAO des antennes
• Technologie des matériaux
• Techniques de fabrication
• Mesure des caractéristiques

4
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Lois de l’électromagnétisme
Loi de coulomb
Soient deux charges ponctuelles q1 et q2 statiques dans le vide de permittivité 0 distantes
de r. q1 exerce sur q2 une force électrostatique F1(2).

q1 .q2 u12
2 
F1 ( 2 )  N
4 0 r

Champ électrique
le champ électrostatique créé en M par une charge ponctuelle q1 placée en O est :

q1 u F1 ( 2 )  N   V 
E    ou  
4 0 r 2
q2  C   m 
Vecteur excitation électrique
Dans le vide, le vecteur excitation électrique D (indépendant du milieu) est défini par la
relation : 𝐶
𝐷 = 𝜀0 𝐸
𝑚2
5
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Lois de l’électromagnétisme
Théorème de Gauss
Le flux du champ électrique à travers une surface S fermée est égal à la somme des charges contenues
à l’intérieur de cette surface divisée par la permittivité.
𝑄 1
𝐸. 𝑑𝑆 = = 𝜌𝑑𝑣
𝜀0 𝜀0
=>Le flux de D à travers une surface fermée est égal à la charge totale confinée à l’intérieur de cette
surface.  est la densité volumique de charge électrique.

𝐷. 𝑑𝑆 = 𝜌𝑑𝑣
Théorème du flux divergence ou théorème d’Ostogradski
=> Egalité entre l'intégrale de la divergence d'un champ vectoriel F sur un volume et le flux de ce champ
à travers la frontière du volume.
𝐹. 𝑑𝑆 = 𝑑𝑖𝑣 𝐹 .𝑑𝑣

Théorème de Maxwell-Gauss (théorème de Gauss sous forme locale)


L’équation de Maxwell-Gauss indique que toute distribution de charges dans l’espace conduit à
l’apparition d’un champ électrique. Le flux du champ électrique sortant de cette surface est proportionnel
à la somme de toutes les charges. 𝜌
𝑑𝑖𝑣𝐸 =
𝜀0
6
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Lois de l’électromagnétisme
Loi de Biot et Savart
Le champ B généré par une charge q en mouvement à la vitesse V en un point M situé à
une distance r est :
𝜇0 𝑞𝑉 ∧ 𝑢
𝐵=
4𝜋 𝑟 2

Champ Magnétique
Si on a une distribution de courants J (distribution de charges en mouvement), l’intégrale de
la relation locale précédente donne le champ magnétique en un point M:

𝜇0 𝐽∧𝑢
𝐵= 𝑑𝑣 [𝑇]
4𝜋 𝑟2
Vecteur excitation magnétique
Dans le vide, le vecteur excitation magnétique H (indépendant du milieu) est défini par la
relation : 1 𝐴
𝐻= 𝐵
𝜇0 𝑚
Le champ H est communément appelé excitation magnétique, mais parfois aussi champ
magnétique, le champ B est appelé induction magnétique.
7
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Lois de l’électromagnétisme
Théorème d’Ampère
La circulation du champ magnétique le long d'un contour fermé est égale à la somme des
courants enlacés par le contour, multipliée par la perméabilité.

𝐵 . 𝑑𝑙 = 𝜇0 . 𝐼 = 𝜇0 . 𝐽. 𝑑𝑆

𝐻. 𝑑𝑙 = 𝐽. 𝑑𝑆

Théorème de Stokes
=> Egalité entre l'intégrale du rotationnel d’un champ F sur une surface orientée et le flux de
ce champ à travers le contour de cette surface

𝐹 𝑑𝑙 = 𝑟𝑜𝑡 𝐹 .𝑑𝑆
 En forme locale, le théorème d’Ampère s’énonce comme suit:

𝑟𝑜𝑡𝐵 = 𝜇0 𝐽
8
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Lois de l’électromagnétisme
Le théorème d’ampère est valable pour des charges statiques. Lorsqu’il y a déplacement
des charges, il faut ajouter un deuxième terme.
Conservation de la charge électrique
𝜕𝜌
+ 𝑑𝑖𝑣𝑗 = 0
𝜕𝑡

Théorème de Maxwell-Ampère
𝜕𝜌
𝑟𝑜𝑡𝐵 = 𝜇0 𝐽+ 𝜇0 𝐽𝐷 𝑑𝑖𝑣𝐽𝐷 = 𝜕𝑡

𝜕𝐸
𝑟𝑜𝑡𝐵 = 𝜇0 𝐽+ 𝜇0 𝜀0 𝜕𝑡

En régime stationnaire, nous retrouvons le théorème d’Ampère qui montre que le champ B
tourne autour des courants. Le terme supplémentaire en E indique qu’un champ électrique
variable est aussi source de champ magnétique.
L’équation de Maxwell-Ampère permet de relier le champ magnétique au courant circulant
dans un circuit (courant de conduction, courant de déplacement).
9
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Lois de l’électromagnétisme
Théorème de Thomson
Le flux du champ magnétique à travers une surface fermée est toujours nul (il existe des
charges électriques mais pas de charges magnétiques).

𝐵. 𝑑𝑆 =0

 en forme locale, 𝑑𝑖𝑣𝐵 =0

Loi de Lenz-Faraday
Elle traduit le phénomène fondamental d'induction électromagnétique. Un circuit immobile
soumis à un flux magnétique (issu d'un champ magnétique) variable est le siège
d'une force électromotrice e :
𝑑Φ
𝑒=− avec 𝑒= 𝐸. 𝑑𝑙 et Φ= 𝐵. 𝑑𝑆
𝑑𝑡
Théorème de Maxwell-Faraday
En forme locale, la variation du champ magnétique crée un champ électrique.

𝜕𝐵
𝑟𝑜𝑡𝐸 = −
𝜕𝑡
10
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Equations de Maxwell
Equations de Maxwell
  E : champ électrique (V/m)
 B H
Maxwell  Faraday : rotE     H : champ magnétique (A/m)
t t

  E  : Densité volumique de charge (C/m3)
Maxwell  Ampère : rotB  J  
t  : conductivité (S/m) = 0 dans le vide
 
Maxwell  Gauss : divE   : Permittivité (F/m), = 0= 10-9/36  F/m (dans le vide)

   : perméabilité (H/m) = 0=410-7 H/m (dans le vide)
Maxwell  Thomson : divB  0, divH  0
 
B (induction magnétique )  H
  Conservation de la charge électrique :
J (densité de courant )  E 𝜕𝜌
  + 𝑑𝑖𝑣𝑗 = 0
D vecteur de déplacemen t  E 𝜕𝑡
Interprétation:
lorsqu’un courant de conduction variable traverse un fil. D’après l’équation de Maxwell-Ampère, un
champ magnétique variable est produit au voisinage de ce fil. Localement, il y a une variation du
flux du champ magnétique qui, d’après l’équation de Maxwell-Faraday, va donner naissance à un
champ électrique variable. Localement, cette variation de champ électrique donne naissance à un
champ magnétique et ce processus continue de proche en proche.
11
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Equations de propagation
Potentiels de Lorentz A potentiel vecteur, V potentiel scalaire, f l’invariant de jauge
  
divB  0 , alors on peut écrire B  rotA ( div( rot )  0 )
 

rotE  
B
t

  
  rotA , alors on peut écrire E  
t
A
t
 grad ( V ) ( rot( grad )  0 )
    f 
Si ( A,V ) est une solution pour B et E alors  A  grad ( f ),V   est aussi une solution
 t 
Equations de propagation des potentiels
 
 
  2 A         V 
2
V A
rot rot ( A)   0 J   0 0  grad    A   0 0    0 J  grad  divA   0 0 
t ²  t  t ²  t 
 
 A    A   Condition de Lorentz
div  grad (V )     V  div     V
 t  0  t  0 divA  0 0 0
t
  
rot (rot (U ))  grad (div(U ))  U 
  A
2 
A   0 0 2   0 J Les deux potentiels ne
t sont pas indépendants. Ils
div( grad (U ))  U  2V  sont reliés par la condition
V   0 0 2   de Lorentz.
t 0
12
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Résolution des équations de propagation

La résolution des équations de maxwell revient à trouver les champs électrique E et magnétique H
en se basant sur la source (charges et courants) à l’origine de l’excitation et les conditions aux
limites.
Pour des structures simples, on fait introduire les potentiels scalaire V et vecteur A qu’on peut
calculer à partir de la distribution des charges et courants, puis on détermine les champs électrique
et magnétique en utilisant les relations :
 
B  rotA

 A
E  grad (V )
t
Cependant, pour des structures complexes, les solutions analytiques n'existent pas, et on s’oriente
vers la recherche de solutions numériques approximatives (méthode des moments, méthode des
éléments finis, méthode des différences finies, méthodes fréquentielles, méthodes temporelles, …)
qui utilisent les concepts de modes et de maillage.

13
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Résolution des équations de propagation
Solution des équations de propagation
Hypothèses:
• Milieu isolant sans pertes, conductivité =0.
• Source à P caractérisée par une densité de courant I et une densité de charge 
• Les courants et les charges sont des fonctions sinusoïdales du temps (ejt)

  1  r  e  jkr 
A( M ,t ) 
4  r 
I P , t   p
v
dv 
4  r I P ,t dv p
P P
e  jkr
 P ,t dv p
1
V ( M ,t ) 
4  r r
M
P

Un phénomène vu au temps t en M s’est produit en P au temps t-r/v.


Un observateur placé en M n’est pas informé instantanément des modifications des
sources, il va sentir ces modifications après un certain retard r/v.
v est la vitesse de propagation de l’onde, k est la constante de propagation =/v

14
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Le mécanisme de rayonnement
Rayonnement d’un fil conducteur
On considère un fil très fin (rayon = 0) sur lequel une densité de charge
linéique ql (C/m) est répartie se déplaçant à une vitesse uniforme Vz(m/s),
alors le courant Iz (A) dans le fil et sa dérivée par rapport au temps sont :

dI z dV
I z  qlVz  ql z  ql az
dt dt

Si les chargent ne bougent pas, le courant n'est pas créé, donc il n'y a pas de
rayonnement.

Si la charge se déplace avec une vitesse uniforme (courant continu), il n'y a


pas de rayonnement si le fil est droit et d'une étendue infinie.

15
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Le mécanisme de rayonnement
La rayonnement peut avoir lieu si:
- Configuration 1: Le courant est variable dans le temps (source
sinusoïdale). Alors les charges oscillent en permanence et créent un flux de
rayonnement continu.

- Configuration 2 : Il y a une accélération (ou décélération) de la charge


lorsqu’elle rencontre une discontinuité.

16
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Le mécanisme de rayonnement
Cas d’une ligne de transmission reliée à un dipôle
On considère une source de tension sinusoïdale, alors les champs E et H entre les conducteurs sont
sinusoïdaux et de même période. La création de champs électriques et magnétiques variables dans
le temps entre les conducteurs forme des ondes électromagnétiques qui se déplacent le long de la
ligne de transmission. Les ondes électromagnétiques pénètrent dans l'antenne et associent des
charges électriques et des courants correspondants.
[0-T/4]: les lignes de champ ont voyagé vers l’extérieur de l’antenne dans un rayon de λ/4.
[T/4-T/2]: Les premières lignes parcourent une distance supplémentaire égale à λ/4. Pendant ce
temps la densité de charge sur les conducteurs commence à diminuer donnant naissance à des
lignes de champ opposées à celles générées initialement. Celles-ci parcourent une distance égale à
λ/4.
 les lignes de champ sont contraintes de se détacher des conducteurs et de s'unir pour former des
boucles fermées

17
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Le mécanisme de rayonnement

Lignes de champ électrique au voisinage d’une antenne λ / 2 à


(a) t = 0 , (b) T / 8, (c) T / 4 et (d) 3T / 8
18
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Zones de rayonnement
Rayonnement d’une antenne
Il existe donc des champs électriques et magnétiques perpendiculaires l’un par rapport
à l’autre dans l’entourage du conducteur. Lorsque les champs varient avec le temps,
ceci produit une onde électromagnétique se propageant perpendiculairement aux
champs E et H à la vitesse de la lumière C (dans le vide).
On appelle surface d’onde l’ensemble des points de l’espace atteints à un instant t
par une onde émise à un instant antérieur t0. En ces points la phase de l’onde est
identique en tout point de cette surface. Dans le cas d’un milieu de propagation
isotrope et homogène, la surface d’onde est une sphère aux environs de la source.
L’onde est dite sphérique. Très loin de la source, l’onde peut être vue dans un endroit
donné (localement) comme une onde plane.

19
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Zones de rayonnement
On distingue trois zones de rayonnement :
D3
• r  0.62  Zone de Rayleigh (ou zone de champ proche)
pour un dipôle court r</2)
D3 D2
• 0.62 r2 Zone de Fresnel
 
D2
• r2 Zone de Fraunhofer (ou zone de champ lointain)

20
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Généralités sur les antennes
Théorème de réciprocité
Le principe de réciprocité stipule qu'une antenne peut être utilisée indifféremment en
émission ou en réception. Il en découle :
- Si l’antenne est adaptée à sa ligne d’alimentation en émission, elle en est de même
pour la réception.
- Le diagramme de rayonnement et l’impédance de l’antenne sont les mêmes en
émission et en réception

Alimentation des antennes


L’antenne peut être alimentée électriquement de différentes façons et en différents
endroits. Ces moyens d’alimentation sont souvent appelés des Feeders. L’émetteur
peut être lié à l’antenne via des lignes de transmission, des câbles coaxiaux ou des
guides d’onde.
Il faut considérer l’adaptation d’impédance entre ces différents éléments afin que la
totalité de la puissance électrique soit transmise à l’antenne pour rayonnement ou
transmise aux bornes du récepteur pour amplification.

21
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Types d’antennes
Antennes filaires (dipôle, boucle,…)

dipole Boucle

Hélicoïdale

Log-Périodique Yagi Réseau de dipôle pour BS


22
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Types d’antennes
Antennes à ouverture (ouvertures, antennes paraboliques, …)

Cornet pyramidal Cornet conique

Antenne parabolique

Réseau d’antennes paraboliques


23
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM
Antennes imprimées (patch, PIFA, …) Types d’antennes

Patch rectangulaire Patch circulaire Antenne PIFA


(Printed Inverted-F antenna)

Anetnnes RFID Réseau d’antennes


Types d’antennes et emplacement dans un smart phone imprimées (RADAR)
Samsung Galaxy S
24
R. Barrak, Hyperfréquences et Antennes, INDP1  SUP’COM