Vous êtes sur la page 1sur 183

i

UNIVERSITY OF BUEA

ADVANCED SCHOOL OF DIVISION I


TRANSLATORS AND TRANSLATION
INTERPRETERS
(ASTI)

TRADUCTION DE L’ÉCRITURE DE LA
RÉSISTANCE DANS LA VERSION FRANÇAISE
DE SOZABOY DE KEN SARO-WIWA

A Thesis Submitted to Division I of the Advanced School of Translators


and Interpreters (ASTI), University of Buea, in Partial
Fulfillment of the Requirements for the Award
of the Master of Arts in Translation

By

NGAMASSU HAPPY ANNY CLAUDE


AS13P095
B.A. Hons in English AND French

Supervised by:

Prof. Suh Che Joseph Mr. Dongho Jean-Richard


Lecturer of translation Lecturer of Translation

Octobre 2015
ii

UNIVERSITY OF BUEA

ADVANCED SCHOOL OF
TRANSLATORS AND DIVISION I
INTERPRETERS
TRANSLATION
(ASTI)

CERTIFICATION

This is to certify that the work entitled

TRADUCTION DE L’ÉCRITURE DE LA RÉSISTANCE DANS LA

VERSION FRANÇAISE DE SOZABOY DE KEN SARO-WIWA

Was carried out in Division I of ASTI

By

NGAMASSU HAPPY ANNY CLAUDE

AS13P095

Under de supervision of

Prof. Suh Che Joseph Mr. Dongho Jean-Richard


iii

DÉDICACE

À Mes chers Parents


iv

REMERCIEMENTS
Je témoigne ma profonde reconnaissance à l’endroit de mes directeurs de

mémoire, le Pr. Suh Che Joseph et M. Dongho Jean-Richard pour la

disponibilité dont ils ont fait preuve et l’attention particulière accordée à ce

travail. Je remercie particulièrement M. Dongho dont les conseils et les

critiques positives ont été d’une aide précieuse pour la réalisation de ce

mémoire.

J’aimerai également témoigner ma reconnaissance au corps enseignant de

l’ASTI qui n’a ménagé aucun effort pour me mettre le pied à l’étrier de la

profession de traducteur.

Je remercie également mes très chers parents, Pr. David Ngamassu et

Wague Rebecca, qui ont su m’apporter tout le soutien moral, financier,

spirituel, dont J’avais besoin pour accomplir ce travail.

Je ne saurais terminer sans remercier mes amis qui ont partagé avec moi les

joies et les peines des deux années de formation à l’ASTI. Je remercie

particulièrement Ines et Rodrigue qui m’ont aidé à réviser ce travail malgré

leurs multiples occupations.


v

RÉSUMÉ

Le présent travail intitulé « Traduction de l’écriture de la résistance dans

la version française de Sozaboy, de Ken Saro-Wiwa » soulève le problème

de la traduction de l’écriture de la résistance dans les textes postcoloniaux.

Deux questions guident ce travail à savoir (1) Quel est le niveau de

congruence entre le projet de traduction et la traduction française de

Sozaboy ; (2) Dans quelle mesure les traducteurs ont-ils réussi dans leur

entreprise ? La méthodologie est celle d’une comparaison constante entre 

le texte source et le texte cible aux niveaux systémique, macrotextuel et

microtextuel (analyse du corpus). Le corpus a été analysé selon les modèles

de Lambert et Van Gorp et de Kruger et Wallmach, d’une part, et d’autre

part, selon les critères de poéticité et d’éthicité de Berman.

Il ressort des analyses que les traducteurs ont recouru à environ 70% des

cas à la stratégie globale du décentrement, ce qui leur permet de répliquer

l’étrangeté, et par conséquent l’écriture de la résistance, dans la cible. Bien

qu’ayant quelque peu enfermé la traduction, qui se veut universelle, en

utilisant cette variété de français, les traducteurs ont bel et bien penché pour

la stratégie de foreignisation afin de conserver l’étrangéité du texte source

et ont également eu recours à la stratégie d’annexion par souci de lisibilité

envers la culture cible.


vi

ABSTRACT
This study, entitled « Traduction de l’écriture de la résistance dans la

verison française de Sozaboy de Ken Saro-Wiwa», highlights the issue of

translating the discourse on resistance in postcolonial literature. As such,

this study sets out to investigate if translators successfully carried out the

translation task that was assigned to them. It was hypothesized that

translators might have applied foreignization strategies but their initiative

was not totally successful. Using an analysis based on polysystems theory,

DTS, Berman’s translation criticism theory and the manipulation School

theory, we concluded that translators actually aimed at preserving the

strangeness of the source text. The corpus was analysed at systemic, macro

and micro textual levels following the methods of text analysis proposed by

Lambert and Van Gorp and Kruger and Wallmach. We equally analysed

the corpus following poeticity and ethicity criteria suggested by Berman in

his model of analysis of texts and their translation. Despite the fact that

using this variety of French, the translators restricted the translation (which

is meant to be universal and accessible to all) to a particular francophone

community, they indeed used the strategy of foreignisation in order to

preserve the strangeness of the source text. They equally used the strategy

of domestication with the sole desire of ensuring the legibility of the target

text.
vii

TABLE DES MATIÈRES

CERTIFICATION........................................................................................ii

DÉDICACE.................................................................................................iii

REMERCIEMENTS....................................................................................iv

RÉSUMÉ.......................................................................................................v

ABSTRACT.................................................................................................vi

TABLE DES MATIÈRES..........................................................................vii

ABBRÉVIATIONS......................................................................................xi

CHAPITRE I.................................................................................................1

INTRODUCTION GÉNÉRALE...................................................................1

1.0 Introduction..........................................................................................1

1.1 Contexte et motivation........................................................................1

1.2 Problème et questions de recherche...................................................3

1.3 Objectifs.............................................................................................3

1.4 Hypothèses.........................................................................................4

1.5 Aperçu du cadre méthodologique et théorique...................................4

1.6 Délimitation du sujet............................................................................5

1.7 Structure du travail..............................................................................5

Chapitre II.....................................................................................................8

REVUE DE LA LITTERATURE.................................................................8

2.0 Introduction..........................................................................................8

2.1 Écriture de la résistance et stratégies de traduction............................8

2.1.1 Manifestations linguistiques et textuelles de l’écriture de la


résistance..................................................................................................12
viii

2.1.1.1 Hybridité linguistique..................................................................15

2.1.1.2 Les niveaux de langue.................................................................15

2.1.2 Écriture de la résistance comme problème de traduction..............20

2.1.2.1 Stratégies de traduction de l’écriture de la résistance..................21

2.1.2.1.1 Stratégies de traduction............................................................21

2.2 Évaluation de la qualité et critique des traductions...........................29

2.2.2 Critique Bermanienne des traductions............................................29

2.2.2.1 Position traductive et projet de traduction...................................31

2.2.2.2 Loyauté et éthicité en traduction..................................................34

2.3 Le roman dans son environnement sociopolitique, historique et


littéraire....................................................................................................37

2.3.1 Le roman Sozaboy : A Novel Written in Rotten English..............37

2.3.1.1 Résumé de l’oeuvre......................................................................38

2.3.2 Contexte de production de l’œuvre : la Guerre du Biafra...............39

2.3.3 Bibliographie de l’auteur................................................................43

2.3.4 Idéologie de l’auteur......................................................................46

2.3.5 Thématique de l’œuvre...................................................................47

2.3.6 Les traducteurs : Samuel Millogo et Amadou Bissiri.....................49

2.3.7 Les récepteurs de l’œuvre et sa traduction.....................................50

2.4 Travaux antérieurs.............................................................................51

CHAPITRE III :..........................................................................................55

CADRE THÉORIQUE ET MÉTHODOLOGIQUE...................................55

3.0 Introduction........................................................................................55

3.1 Cadre théorique..................................................................................55


ix

3.1.1 La « Descriptive Translation Studies »..........................................55

3.1.2 Théorie des polysystèmes..............................................................60

3.1.3 L’école de la manipulation de Lambert et Van Gorp.....................64

3.2 Cadre méthodologique......................................................................67

3.2.1 Les modèles d’analyse d’un texte et sa traduction.........................67

3.2.1.1 Kruger et Wallmach....................................................................67

3.2.1.3 Antoine Berman...........................................................................68

3.2.2 Méthodologie..................................................................................71

3.2.2.1 Analyse systémique......................................................................71

3.2.2.2 Analyse macrotextuelle...............................................................72

3.2.2.3 Analyse microtextuelle...............................................................72

3.2.2.3.1 Constitution et méthode d’analyse du corpus...........................72

3.2.2.3.1.1 Constitution du corpus...........................................................72

3.2.2.3.1.2 Méthode d’analyse du corpus...............................................73

CHAPITRE IV............................................................................................77

ANALYSE DU CORPUS ET INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS..77

4.0 Introduction........................................................................................77

4.1 Analyse macrotextuelle......................................................................77

4.1.1 Style de l’auteur.............................................................................77

4.1.2 Le genre de l’œuvre......................................................................80

4.1.3 Titre du texte..................................................................................81

4.1.4 Les maisons d’édition....................................................................84

4.1.5 Note de l’auteur..............................................................................86

4.1.6 La note des traducteurs..................................................................87


x

4.1.7 Glossaire.........................................................................................88

4.1.8 La 1ère et la 4ème de couverture.......................................................91

4.1.9 Dédicace........................................................................................93

4.1.10 Structure interne..........................................................................95

4.1.10.1 La narration................................................................................98

4.2 Analyse microtextuelle.....................................................................99

4.2.1 Les noms propres.........................................................................100

4.2.2 Les répétitions.............................................................................109

4.2.3 Les onomatopées..........................................................................114

4.2.4 Les proverbes...............................................................................124

4.2.5 Les néologismes..........................................................................129

4.2.6 Les emprunts...............................................................................137

4.3 Poéticité et éthicité..........................................................................144

CHAPITRE V...........................................................................................148

CONCLUSION GENERALE...................................................................148

5.1 Synthèse du travail..........................................................................148

5.2 Contribution....................................................................................152

5.3 Recommandations pour des travaux ultérieurs...............................152

Bibliographie.............................................................................................154

Annexe......................................................................................................162
xi

ABBREVIATIONS

1) DTS : Descriptive Translation Studies

2) TC : Texte cible

3) TS : Texte source


1

CHAPITRE I
INTRODUCTION GÉNÉRALE

1.0 Introduction
Dans ce chapitre intitulé Introduction générale, il sera question pour nous

de présenter le libellé de notre sujet. Nous présenterons également entre

autres le contexte et la motivation de l’étude, le problème et les questions

de recherche, les objectifs, les hypothèses, la délimitation du sujet, l’aperçu

du cadre théorique et méthodologique, et la structure de notre travail.

1.1 Contexte et motivation

La littérature africaine post-coloniale en langues européennes d’Afrique

francophone se révèle très souvent être le résultat du contact entre les

langues européennes héritées de la colonisation, les langues locales et le

résultat de la rencontre entre ces langues/cultures. Suite à cette hybridité

ambiante, nombre d’auteurs contemporains écrivent dans un style

particulier qui se situe à mi-chemin entre registre standard et registre

familier. C’est le cas de l’écrivain engagé Ken Saro-Wiwa qui manipule la

langue anglaise et rédige son œuvre Sozaboy dans un style « haché », dans

une langue qu’il qualifie de « Rotten English » ou « anglais pourri » et qui

n’a « ni règle, ni syntaxe ». C’est « un mélange de pidgin nigérian, de

mauvais anglais et, ça et là, d’expressions en bon anglais ou même en

anglais idiomatique » (Saro-Wiwa, 1985 : 22). À travers cet anglais


2

pidginisé et un style caractérisé par une « violence et une audace inouies »

(quatrième de couverture) Saro-Wiwa dénonce la barbarie de ce conflit

qu’il considère comme un génocide perpétré contre les Ogoni. Trois ans

après son exécution, la traduction de Sozaboy parait sous le titre de

Sozaboy, Pétit Minitaire, afin de faire connaitre au monde cet auteur dont

la langue extraordinaire revêt un caractère politique.

Face à la facture atypique du texte anglais, domestiquer la traduction

française à l’effet de faciliter la tâche au lecteur francophone habitué à une

langue plutôt fortement normée reviendrait à perdre de la saveur originelle.

La note des traducteurs présente au début de cette œuvre semble corroborer

cette observation. Après coup, les traducteurs de Sozaboy expliquent leur

approche en ces termes :

« Dans le souci de préserver l’originalité de Sozaboy, nous avons tenté de

restituer le style oral et haché du narrateur dont les mots se bousculent

parfois jusqu’à en perdre haleine.

Et que les mânes de Ken Saro-wiwa nous pardonnent si nous avons été des

interprètes peu fidèles. »


3

1.2 Problème et questions de recherche

Le projet de traduction des deux traducteurs de Sozaboy libellé ci-dessus

reste une déclaration d’intention. En effet, le recours au terme ‘tenté’ et la

demande de pardon adressée à l’auteur attestent du doute qui habite les

traducteurs quant à la réussite absolue de leur entreprise. Cette attitude

circonspecte appelle un réexamen de la stratégie annoncée dans le projet.

Cette critique de la traduction de Sozaboy s’articule autour des questions

suivantes :

 Quel est le niveau de congruence entre le projet initial et la

traduction de Sozaboy ?

 Dans quelle mesure est ce que les traducteurs ont réussi dans

leur entreprise?

1.3 Objectifs

La présente étude se donne pour principal objectif de proposer une

critique de la traduction française de Sozaboy. Comme objectifs

secondaires, ce travail vise à :

 Déterminer le niveau de congruence entre le projet initial et le

produit qu’est la traduction.

 Analyser les stratégies locales afin de déterminer la stratégie globale

employée par les traducteurs de Sozaboy.


4

1.4 Hypothèses
 Il s’est avéré difficile voire impossible de restituer l’originalité du

style de Ken Saro-wiwa à tous les coups.

 Étant donné le souci de préservation de l’originalité du texte source,

les traducteurs auraient penché pour la foreignisation.

1.5 Aperçu du cadre méthodologique et théorique


Pour mener à bien ce travail de critique de la traduction qui se veut

descriptive, nous avons essayé de comprendre le projet de traduction et

l’horizon dans lequel se situent les traducteurs de la version française.

L’étude du corpus proposé s’est fait selon les modèles d’analyse de texte

proposés par Kruger et Wallmach (1997) . Le corpus est constitué des

extraits du texte source, Sozaboy, a Novel written in Rotten English, publié

en 1984 et du texte cible Sozaboy, Pétit minitaire, publié en 1998. Il a été

analysé en trois étapes notamment l’analyse systémique, l’analyse

macrotextuelle et l’analyse microtextuelle.

Nous avons analysé la documentation disponible et la littérature secondaire

afin d’évaluer de degré d’efficacité de la stratégie employée par les

traducteurs et de voir s’ils ont réussi à rendre la même résistance sur le plan

linguistique et culturel.

La principale théorie qui a sous-tendue notre méthodologie est la théorie

Bermanienne de la critique des traductions. Nous nous sommes également

inspirés de la Descriptive Translation Studies, de la théorie des


5

polysystèmes et de la théorie de l’école de la manipulation de Lambert et

de Van Gorp.

1.6 Délimitation du sujet


Comme l’indique le sujet, ce travail concerne exclusivement la

traduction de l’écriture de la résistance dans l’œuvre Sozaboy. Dans ce

travail, les expressions écriture de la résistance et écriture de la violence

peuvent être considérées comme des synonymes. En outre, la présente

étude prend en compte l’acceptabilité de cette œuvre mais ne s’intéresse

pas à la réception de l’œuvre dans la culture cible.

1.7 Structure du travail


Le présent travail intitulé « La traduction de l’écriture de la violence

dans la version française de Sozaboy de Ken Saro-Wiwa » est subdivisé en

cinq chapitres.

Le chapitre I, est intitulé Introduction générale. Il offre un

aperçu de l’ensemble du travail à réaliser : le contexte dans lequel

se déroule cette recherche, la problématique, les objectifs et les

différentes hypothèses. Il est également question de délimiter le

sujet, et d’énoncer la méthodologie à suivre.

Le chapitre II intitulé Revue de la littérature, est consacré à la

définition des concepts clés de ce travail et à la revue de la

littérature. Il y est question de parcourir la littérature existante en ce


6

qui concerne les manifestations linguistiques et textuelles de

l’écriture de la résistance d’une part et de définir les stratégies de

traduction de l’écriture de la résistance d’autre part. En outre, à la

lumière de la théorie des polysystèmes, ce chapitre abordera

également l’aspect systémique ou encore l’environnement

sociopolitique historique et littéraire de l’œuvre.

Le chapitre III est intitulé Cadre théorique et méthodologique.

La partie théorique est constitué des théories qui sous tendront ce

travail. La partie méthodologique quand à elle, est constituée des

différents modèles d’analyse de textes proposés par plusieurs

théoriciens, et de la méthodologie à adopter lors de l’analyse du

corpus.

Le chapitre IV, Analyse et interprétation du corpus, est consacré

à l’analyse du corpus aux plans macrotextuel et microtextuel et à

l’interprétation des résultats.

Le chapitre V, la conclusion générale, comprend la synthèse de

l’étude, la portée ou la contribution de ce travail en traduction et

des recommandations et des pistes de réflexion pour des travaux

ultérieurs seront émises.

Conclusion
7

Ce chapitre avait pour but de présenter le sujet : c’est-à-dire le contexte et

la motivation du choix de ce sujet, le problème et les questions de

recherches, les objectifs et les hypothèses, la délimitation du sujet, l’aperçu

du cadre théorique et méthodologique et la structure du travail. Dans le

chapitre deux, il sera question pour nous de poursuivre avec ce travail de

mise en contexte.
8

Chapitre II

REVUE DE LA LITTERATURE

2.0 Introduction
Ayant planté le décor dans le chapitre I, dans le chapitre deux il est

question de poursuivre ce travail de mise en contexte. En effet, ce chapitre

est subdivisé en trois grandes parties. La première consiste à présenter les

manifestations linguistiques et textuelles de l’écriture de la résistance d’une

part et d’analyser l’écriture de la résistance comme problème de traduction

d’autre part. Dans la deuxième partie, nous expliquerons la différence qui

existe entre la critique des traductions et l’évaluation des traductions. Dans

la troisième partie, il sera question pour nous de replacer l’œuvre que nous

étudions dans son environnement sociopolitique, historique et littéraire.

2.1 Écriture de la résistance et stratégies de traduction


Pour comprendre le concept d’écriture de la résistance en traduction, il

convient pour nous d’explorer au préalable les concepts d’écriture et de

résistance.

Le vocable « écriture » vient du Latin « scriptura », qui signifie écrire.

Selon Le Petit Robert 2014, l’écriture c’est la manière de s’exprimer par

écrit. C’est l’art ou la manière d’écrire. Ce terme se rapporte au style, au


9

discours, à la facture qu’un auteur choisit de donner à son texte. Nombre

d’auteurs ont donné leur avis sur le concept d’écriture et la manière d’écrire

au cours des siècles.

Roland Barthes dans son ouvrage intitulé « Leçon » (1978 : 16-17) propose

de définir en gros l’écriture comme « la pratique d’écrire ». Il postule que :

Je vise donc en elle, essentiellement le texte, c'est-à-dire le tissu de

signifiants qui constitue l’œuvre, parce que le texte est l’affleurement

même de la langue, et que c’est à l’intérieur de la langue que la

langue doit être combattue, dévoyée : non par le message dont elle

est l’instrument, mais par le ȷeu des mots dont elle est le théâtre. ȷe

puis donc dire indifféremment : littérature, écriture ou texte.

L’écriture est de ce point de vue le proȷet de mettre au jour une œuvre,

l’entreprise littéraire dans sa conception englobante : son élaboration, ses

démarches et ses techniques, puis son exécution et sa finalité. Le choix des

thèmes, leur organisation et la structuration de l’opinion de l’écrivain

relèvent de l’écriture comme l’exploration particulière et l’expression

stylistique de ces thèmes en sont la parfaite illustration. Du fonctionnement

interne au déploiement structurels des éléments constitutifs du discours

littéraire, l’écriture est à la fois une théorie, une activité et un processus.

L’écriture selon Barthes c’est l’emploi motivé et productif de la langue

dans une perspective déterminée ou autour d’un suȷet défini, donnant lieu à
10

une vision propre et à une marque subȷective dans le champ culturel

ambiant.

Dans son essai intitulé « Qu’est ce que la littérature » (1948), Sartre donne

une définition du concept d’écriture. En effet, il commence par donner les

différences fondamentales qui existent entre l’écriture et d’autres formes

d’art. Selon lui, écrire c’est « donc à la fois dévoiler le monde et le

proposer comme tache à la générosité du lecteur. C’est recourir à la

conscience d’autrui pour se faire connaitre comme essentiel à la totalité de

l’être » (1948 : 58). Lorsqu’un écrivain entreprend d’écrire, il choisi de le

faire d’une certaine façon, car on n’est pas écrivain juste parce qu’on a

décidé de dire certaines choses, mais parce qu’on a choisi de les dire d’une

certaine façon. Il va sans dire que celui qui écrit doit connaitre les lois et les

contraintes qui régissent sa langue d’écriture. C’est pourquoi Sartres

affirmes que : « Nul n’est censé ignorer la loi parce qu’il ya, un code et que

la loi est chose écrite : après cela, libre à vous de l’enfreindre, mais vous

savez les risques que vous courez. » (1948 : 29). Nous comprenons donc

que l’écriture est le fruit d’une décision, elle est à la fois une volonté et un

choix. Écrire c’est dévoiler car lorsqu’on prend sa plume on entreprend de

révéler au monde certaines choses. C’est pourquoi, Brice Parain, cité par

Sartre affirme : « Les mots sont des pistolets chargés » (1948 : 29). Une

fois qu’on a fait ce choix on devient un écrivain engagé.


11

Dans le cadre de ce travail, il sera question pour nous d’aborder le concept

d’écriture au sens Sartrien du terme.

Le terme résistance en littérature renvoie à l’opposition des auteurs à une

certaine norme préétablie. En traduction, Venuti propose le concept de

« resistant translation » qu’il appelle aussi foreignisation qui s’oppose à

l’idée de traduction fluide. En effet, selon lui, elle a pour but de produire

une traduction qui ne se conforme pas aux normes, au style et à l’idéologie

de la culture cible.

Qu’elle soit d’expression anglaise ou française, la littérature africaine

postcoloniale est subversive chez la plupart des auteurs. Elle est rébellion

par rapport au passé colonial et subversion par rapport à tout les postulats

qui ont accompagné ce passé (stéréotypes et clichés de toutes sortes

engendrés par le discours colonial). Subversion également par rapport à la

« langue du colonisateur » comme instrument privilégié d’écriture et

d’expression littéraire. L’idée de l’écriture de la résistance suggère une

réaction consciente de la part des écrivains post coloniaux en réponse aux

pratiques discursives antérieures ou contemporaines à la civilisation. Cette

subversion peut revêtir des formes multiples, allant du rejet total à

l’appropriation des outils discursifs coloniaux. Sur le plan linguistique,

certains auteurs sont pour le renoncement total au profit des langues

locales, tandis que d’autres préfèrent s’en servir à leur propre manière.
12

De ce fait, l’écriture de la résistance réfère non seulement à la littérature

qui fait de la résistance son thème privilégié mais aussi aux formes

d’écritures qui marquent d’une manière plus ou moins brutale, une solution

de continuité avec l’état des choses précédentes. La résistance dans ce cas

réside dans le refus du conformisme, l’ébranlement des habitudes, le refus

de respecter la loi du silence en écrivant aussi sur ce qu’il ne faut pas dire.

Cette violence se manifeste alors concrètement comme une véritable

intrusion dans la « langue de l’autre », une forme de pénétration par

effraction dans le corps des mots et des sens.

2.1.1 Manifestations linguistiques et textuelles de l’écriture de la


résistance
Il convient pour nous de définir les termes langue standard et langue non

standard afin de mieux cerner le concept d’écriture de la résistance.

 Langue standard et langue-non-standard

D’après Dubois et al (2002 : 440), « une forme de langue est standard

quand dans un pays donné, au-delà des variations locales ou sociales, elle

s’impose au point d’être employée couramment, comme le meilleur moyen

de communication ». Il s’agit donc d’une forme qui respecte une

convention unanimement acceptée et des normes grammaticales clairement

établies.
13

Bayley (1987 : 399) abonde dans le meme sens lorsqu’il affirme que : « a

standard form of language is an invariant and formal usage that varies no

more according to style than to regions ». En effet, l’auteur de cette

définition met l’accent sur le respect des règles préalablement définies,

l’uniformité et la stabilité du modèle standard. Le français par exemple est

régi par des normes conventionnellement définies et reconnues par des

grammairiens et des institutions telles que l’académie française.

Cependant, ce n’est pas toujours le cas, étant donné que certaines situations

sociales, culturelles militent en faveur de l’émergence de métissage

linguistiques que nous qualifierons dans le cadre de ce travail d’écriture de

la résistance.

Il est particulièrement difficile voire impossible de clairement définir le

concept de langue non standard étant donné la nature complexe même de la

langue. La langue non standard peut se définir à partir de plusieurs facteurs.

On peut la définir en relation avec d’autres langues ou selon des critères

purement linguistiques. Alors en définissant ce terme complexe, les

facteurs sociaux, culturels, politiques etc. devront être pris en

considération. Cependant, malgré le fait que ce concept a été défini d’un

point de vue linguistique et en fonction des différentes variations que la

langue a subies, d’aucun continuent de considérer la langue non standard

comme une forme de discours qui s’écarte des normes établies.


14

L’hybridation linguistique et culturelle qui caractérise l'œuvre littéraire

postcoloniale est au cœur même de la problématique d’identité, d’idéologie

et des rapports de pouvoir et d’échange entre le centre et la périphérie et

entre la métropole et ses satellites. Les auteurs postcoloniaux mélangent et

condensent langues, traditions, codes et cultures en enrichissant leurs

œuvres d’une vitalité artistique et littéraire toujours plus passionnante.

La langue européenne adoptée par les pays colonisés, a subi des

métamorphoses profondes, pendant les processus de colonisation et de

décolonisation, en donnant lieu à nombreuses variantes, dialectes, pidgins

et variétés créoles. Les écrivains postcoloniaux, en utilisant la langue des

colonisateurs, participent à cette métamorphose : ils renouvellent le

lexique, modifient la syntaxe et y insèrent des nouvelles formes, mythes et

images. De tels textes présentent des aspects de plurilinguisme,

bilinguisme, et diglossie et les nouveaux langages qui émergent par ces

extraordinaires processus d’hybridation deviennent soit le message et soit

le moyen de la narration.

L’écriture de la résistance qui se retrouve dans le texte que nous étudions

est considérée comme langue non standard car elle ne respecte pas les

canons de la langue anglaise.


15

2.1.1.1 Hybridité linguistique


L’ère post coloniale se caractérise par ce qu’Edouard Glissant appelle

l’imaginaire des langues, « c’est-à-dire la présence de toute les langues du

monde. » La décolonisation a vu naitre de nouvelles formes de bilinguisme

caractérisées différemment selon les contextes (biculturalité, biscripturalité)

entre le français, l’anglais et d’autres langues non occidentales. L’hybridité

s’oppose au mythe de la pureté et de l’authenticité raciales et culturelles, de

l’identité fixe et essentialiste, pour privilégier le mélange et le métissage et

favoriser le composite, l’impur, l’hétérogène éclectique. Elle renvoie

également aux formes transculturelles nées de croisement linguistiques,

politiques ou ethniques. L’espace post colonial hybride est le lieu de

rencontre d’une diversité de cultures qui s’entrecroisent mutuellement au

contact les unes des autres.

La notion de l’hybride implique un rejet de la règle classique de la

séparation des genres et engendre une abolition des frontières entre les

modes d’expression littéraire et artistique. Elle favorise un échange

intertextuel et discursif à l’intérieur du texte.

2.1.1.2 Les niveaux de langue


Chaque niveau de langue a une syntaxe propre, une prononciation

particulière et un vocabulaire spécifique. Les registres de langues sont

généralement fonction de la classe sociale, la profession, l’éducation, l’âge,

la région d’origine etc. de celui qui parle ou écrit. Dans ce travail, registre
16

de langue est utilisé au sens générique du terme. Ainsi, l’on distingue trois

types de registre de langue. Le registre familier : ici, le vocabulaire est

relâché, argotique, parfois même grossier. La syntaxe des phrases n’est pas

forcément respectée (phrases sans verbes, suppressions des négations,

mauvaise concordance des temps etc.). Le registre courant : le vocabulaire

du registre courant est compris par tout le monde, la syntaxe est correcte,

simple, respectée. Le registre soutenu : le vocabulaire du registre soutenu

est précis, recherché, parfois rare. Les phrases sont complexes, elles

respectent parfaitement les temps complexes et manient les concordances

de temps les plus délicates. L’œuvre que nous étudions est dotée de ces

trois types de registres que l’auteur qualifie lui-même

« ‘d’anglais pourri’, c'est-à-dire un mélange de pidgin nigérian, de

mauvais anglais et, ça et là, d’expressions en bon anglais ou même

en anglais idiomatique. C’est une langue désordonnée et confuse.

Résultat d’une instruction médiocre et des possibilités très réduites,

elle emprunte volontiers des mots, des structures et des images à la

langue maternelle, et a recours a un vocabulaire anglais très limité.

Elle présente l’avantage de n’imposer ni règle ni syntaxe à ses

locuteurs » (Note de l’auteur, p. 22).

Tout comme dans le texte source, le registre du texte cible est caractérisé

par la simplicité du langage qui reflète le niveau d’éducation du héro et


17

l’environnement sociolinguistique du roman. La syntaxe de la langue du TS

et du TC est influencée par la structure des langues africaines. Dans les

deux situations, le lecteur a l’impression d’écouter plutôt que de lire le

discours du narrateur, preuve que les traducteurs ont réussi à « restituer le

style oral et haché du narrateur ».

Les moyens mis en œuvre par les auteurs postcoloniaux pour inventer leur

propre langue varient d’un auteur à un autre. Selon Gauvin (1997 : 8), ils

peuvent aller :

De la transgression pure et simple à l’intégration, dans le cadre de la

langue française d’un procès de traduction ou d’un substrat venu

d’une autre langue ; sans compter les tentatives de normalisation

d’un parler vernaculaire ou encore la mise en place de systèmes

astucieux de cohabitations de langues ou de niveaux de langues,

qu’on désigne souvent sous le nom de plurilinguisme ou

hétérolinguisme textuel.

Selon Gauvin cité par Kamgang Emmanuel (2012), au niveau linguistique

l’écriture de la résistance se traduit par toutes sortes de créations lexicales,

par des recréations sémantiques, de néologismes obtenus, entre autres par

calques, par traduction littérale, l’alternance des codes, le recours aux

termes indigènes ou emprunts, les interférences de toutes sortes,

l’onomastique (anthroponymie, toponymie, ethnonymie). L’écriture de la


18

résistance se lit aussi dans la subversion qu’autorise le jeu de mots, les

glissements de sens, les répétitions, la remotivation d’expressions figées,

les allusions, les onomatopées en lieu et place des mots etc.

Selon Xavier Garnier (2002), au niveau textuel, on retrouve une

perturbation de l’ordre chronologique, la désarticulation de la syntaxe,

renouvellement des structures du récit, les thèmes de la violence et de la

résistance sont privilégiés. La violence se manifeste aussi au niveau textuel

par des changements typographiques (italiques et variations de la taille des

caractères).

Certains auteurs peuvent utiliser certains traits dans la forme dans laquelle

ils ne sont pas typiques pour créer une certaine impression : le langage qui

ressemble à la langue écrite peut être utilisé à l’oral pour par exemple créer

un certain aspect de formalité, tandis que les traits typiques de la langue

parlée sont utilisés par exemple dans la littérature pour créer des dialogues

qui ressemblent à des discussions réelles. Toute une œuvre peut cependant

être narrée, le plus souvent à la première personne, dune façon qui

ressemble à la langue parlée, comme si le narrateur racontait son histoire à

l’oral et pas à l’écrit. C’est le cas du roman que nous étudions. Le

protagoniste Méné narre son histoire à la première personne comme nous le

constatons dans le passage suivant :


19

Exemple 1

TS: So, one night after I have finished bathing, I put powder and scent and

went to African Upwine Bar. (P13)

TC: Alors, une nuit quand j’ai fini de laver, j‘ai mis poudre avec parfum et

je suis parti au Banguidrome africain.(P44)

Exemple 2:

TS : I am just proud of the gun when I remember that with that gun Chief

Birabee go fall down for ground when he see me call me ‘sah’, ‘Oga’ and

‘massa’ and all those fine fine names. (P88)

TC: Je suis seulement fier de fusil-là quand je pense que avec fusil-là chef

Birabi va faire à genoux quand il me voit et puis il va appeler moi

« missié », « oga », « patron » et tous les jolis jolis noms-là. (P152)

C’est ainsi que dans les contextes culturels à longue tradition orale,

l’écriture de la résistance s’accompagne d’une forte présence de l’oralité.

Parmi les effets de spécificité qui renvoient directement à la tradition orale,

il ya la présence des patrimoines oraux tel que les proverbes, les chants, les

contes et mythes etc.).

Exemple 1

TS: No be everything wey eye see that mouth dey talk. (P107)
20

TC: “C’est pas tout ce que zyeux voient que bouche va parler. (P107)

Exemple 2:

TS : Everyday is for the tief but one day is for the owner of the house.

(P126)

TC : Parce que tous les jours c’est pour voleur, mais y a un jour qui est

pour propriétaire de maison. (P209)

2.1.2 Écriture de la résistance comme problème de traduction

La traduction des textes hybrides en général et de l’écriture de la résistance

en particulier, constitue sans doute un défi pour les traducteurs, sur les

plans linguistiques et culturels et idéologiques. Cette difficulté, due au

manque d’équivalence entre les variétés hybrides des différentes langues

constitue un obstacle majeur lors du processus de traduction. Par

conséquent, on se rend compte que l’hybridité que reflète le texte source se

retrouve rarement dans le texte cible. Azevedo affirme que :

“Representations of non-standard speech pose a challenge to the translator

as there rarely is a one-to-one correspondence in the relationship between

non-standard varieties of a given source language (henceforth SL) and a

target language (henceforth TL)”. (Azevedo, 2002: 31). Bandia souligne

aussi la difficulté de traduire les pidgins anglophones de l’Afrique de

l’Ouest, dans la mesure où ils possèdent un statut de l’ordre d’un créole et

ne connaissent pas d’équivalent sociolinguistique dans la zone


21

francophone. Il consacre une attention majeure à l’aspect de la traduction

des pidgins et des créoles, en se concentrant sur les versions anglaise et

française. L’expert précise que:

Les pidgins et les créoles trouvés dans les œuvres de quelques

auteurs d’Afrique occidentale amènent des problèmes spécifiques de

la traduction. En plus de donner aux personnages la langue

appropriée et cohérente avec leur position dans les sociétés pré-

coloniales, coloniales et post-coloniales, l’utilisation du pidgin

soulève “l’africanité” du roman et traite l’environnement d’une

manière plus réaliste. Il est important que le traducteur conserve les

aspects du roman africain qui comptent dans leur “africanité”

(BANDIA, 1994, p. 101).

C’est pour cette raison que certains traductologues, s’attèlent à créer des

stratégies à adopter face à ce genre de situations.

2.1.2.1 Stratégies de traduction de l’écriture de la résistance


2.1.2.1.1 Stratégies de traduction

Jusqu’à la moitié du XXème siècle, il n’existait pas de terme spécifique

pour désigner les méthodes de traduction. On parlait simplement de la

manière de traduire jusqu’à ce que Vinay et Darbelnet (1958) introduisent

les techniques de traduction. Avec l’évolution des recherches dans le


22

domaine, les termes tels que « procédé », « procédure » et « stratégie » sont

apparus. C’est ainsi que cette multiplicité de termes a crée un flou

terminologique quant à leur distinction. En effet, la nécessité de trouver une

distinction entre ces termes a conduit à l’élaboration des définitions très

complexes.

Pour Delisle et al. (1999 : 77), la stratégie de traduction est un procédé

utilisé de façon cohérente par le traducteur en fonction de la visée adoptée

pour la traduction d’un texte donné. Le traducteur peut adopter une

stratégie d’adaptation ou de traduction littérale le cas échéant. Delisle et al.

1999 :92) apportent la précision suivante :

La stratégie de traduction oriente la démarche globale du traducteur à

l’égard d’un texte particulier et se distingue des décisions ponctuelles

comme l’application des divers procédés de traduction.

(Grammenidis, 2011 : 126).

Baker (2005 : 188) définit une stratégie de traduction comme “a procedure

for solving a text or a segment of it ». Considérant les problèmes que les

traducteurs rencontrent au niveau macro et au niveau micro, les stratégies

peuvent être subdivisées en stratégies locales, celles qui sont appliquées au

niveau des segments d’un texte donné et les stratégies globales, celle qui

sont appliquées à l’ensemble du texte.


23

Doorslaer (2007 : 25) donne à son tour une définition claire et précise à ce

sujet: « a strategy is the overall orientation of a translated text (literal

translation) while a procedure is a specific technique used at a given point

in a text (borrowing, calque) ». Nous comprenons donc que la stratégie est

l’orientation générale de la traduction alors que le procédé est une

technique spécifique utilisée pour résoudre un problème ponctuel à un

niveau du texte. On distingue généralement deux grands types de stratégies

de traductions. D’une part la stratégie sourcière ou « exotisation » chez

Guidère ou encore foreignisation chez Venuti qui vise à conforter dans le

texte cible les normes et les valeurs dominant dans la culture source. C’est

aussi ce que Meschonic appelle décentrement. D’autre part, la stratégie

« cibliste » ou encore domestication ou annexion qui vise à soumettre le

texte source aux contraintes de la culture cible.

De ce qui précède, il ressort que les concepts de technique, stratégie et

procédure varient en fonction des époques et leurs dénominations et

catégorisations, varient en fonction des auteurs et de leurs conceptions de la

traduction. La taxonomie de la « stratégie et de la procédure utilisée dans

ce travail sera celle de Van Doorslaer (2007) car il fait ressortir la

différence fondamentale qui existe entre une stratégie et une procédure. A

travers sa définition, nous comprenons que le procédé ou la technique et la

stratégie de traduction sont en quelques sortes liées dans la mesure où l’un


24

conduit à l’autre. Les procédés de traduction permettent de déterminer la

stratégie de traduction. Ainsi, dans le cadre de ce travail, la tendance des

procédés auxquels Samuel Millogo et Amadou Bissiri ont fait recours lors

de la traduction de Sozaboy, nous permettront de déterminer leur stratégie

générale ou globale de traduction.

Plusieurs avis ont été émis en ce qui concerne la traduction de l’écriture de

la résistance qui, dans le cadre de ce travail est synonyme de texte hybride

et de langue non standard selon le positionnement et la taxonomie des

différents auteurs.

Selon Azevedo (2002 :28), l’une des solutions les plus simples à la

question de traduction des textes hybrides serait de remplacer tout

simplement la variété dialectale du TS par la variété standard du TC. Cette

stratégie est encore appelée la standardisation. Il affirme néanmoins que :

« In doing so, the representations of the characters, as well as their

relationships, not only with each other but also with the reader, are

substantially altered » (2002 : 42). Ce qui signifie que cette stratégie

pourrait effacer toute connexion existant non seulement entre les

personnages, mais aussi entre les personnages et le lectorat cible.

Une autre possibilité serait de rendre la variété non-standard du TS par une

autre variété non-standard existant dans la langue cible, méthode qui est

généralement appelée « dialect-for-dialect approach ». Cependant, cette


25

stratégie présente aussi des limites car, les langues non-standard ont des

caractéristiques sur les plans sociaux ou régionaux qui n’ont pas

nécessairement d’équivalents dans les variétés non-standard d’autres

langues.

Une approche légèrement différente est celle proposée par Hatim et Mason

(1990 : 43). En effet, Hatim et Mason postulent qu’au lieu d’opter pour une

variété régionale particulière, le traducteur devrait plutôt modifier la langue

standard. Une telle modification peut se faire à partir d’un usage non-

standard de la grammaire et de la syntaxe, et d’autres procédés auxquels le

traducteur aura recours. Cette stratégie s’apparente à celle proposée par

Azevedo en ce sens qu’elles sont toutes deux pour la création d’une variété

approximative, qui se rappoche autant que faire se peut de celle du TS.

Dans son ouvrage intitulé « Post colonial writing and literary translation »,

Maria Tymoczko définit la traduction et la littérature postcoloniale comme

« subversives », parce qu’elles sont souvent utilisées pour subvertir les

règles du système littéraire d’appartenance. Les traducteurs tout comme les

auteurs post coloniaux essayent de transporter leur culture dans un contexte

différent et au cours de cette transposition, la culture d’appartenance subit

de grande perte de signification. Elle conclut donc en disant qu’« il est clair

qu’il est impossible de transmettre dans le texte traduit tous les éléments

relatifs au texte original et à l’auteur post colonial »(P24).


26

Dans son essai libre sur la traduction intitulé « J’avoue que j’ai trahi »,

Albert Bensoussan explique que face au problème de traduisibilité d’un

texte hybride, la tâche du traducteur est de donner les outils au lecteur pour

lui faire comprendre un évènement ou une argumentation du texte

postcolonial en évitant une association avec une argumentation proche mais

occidentale. Selon lui, le contexte linguistique représente seulement la

matière première de la traduction et que celui qui la caractérise est le

contexte de production, et le rapport entre les deux cultures qui est

beaucoup plus complexe. Il continue en disant qu’une traduction dense et

comportant une bonne explication de l’évènement ou du topos serait

préférable, afin d’éviter que le lecteur accomplisse une association avec un

topos culturel plus proche de lui.

Ces avis quoi que divergents, semblent corroborer l’argument selon lequel

la traduction des textes hybrides en littérature est inextricablement liée à la

dichotomie domestication/foreignisation.

Selon Venuti, le traducteur a le choix entre deux méthodes de la traduction

face au texte étranger : la naturalistion (domestication) et l’étrangéisation

(foreignisation). En traductologie contemporaine, Eugène Nida représente

les partisans de la domestication tandis que Lawrence Venuti représente les

partisans de l’étrangéisation.
27

1- La Naturalisation (domestication)

La naturalisation, qui est la méthode pratiquée dans le monde anglo-saxon,

crée l’illusion de la transparence et est à la base de la violence. En effet,

Venuti affirme que la domestication renvoie à « an ethnocentric reduction

of the foreign text to target-language cultural values, brings the author back

home ». De plus,

“Domestication designates the type of translation in which a

transparent, fluent style is adopted to minimize the strangeness of the

foreign text for the target language readers. (Venuti, 1995: 21).

En d’autres termes la domestication est une stratégie adoptée afin de

réduire le degré d’étrangeté du texte source pour les locuteurs de la langue

cible.

2- L’exotisme (foreignisation)

L’étrangéisation est une stratégie qui enfreint délibérément les conventions

du texte cible en essayant de préserver l’étrangeté du texte source. Selon

Venuti, l’étrangéisation renvoie à “an ethnodeviant pressure on those

(cultural) values, to register the linguistic and cultural difference of the

foreign text, sending the readers abroad”. (Venuti1995: 20).

Dans la mesure où la naturalization efface les différences culturelles et

exerce une violence sur les valeurs culturelles de la langue source, Venuti
28

opte pour l’exotisme, qui consiste à reproduire les aspects culturels du texte

source dans le texte cible. Une telle stratégie est une forme de résistance

dans un contexte dominé par la langue anglaise et l’inégalité des échanges

culturels. En effet, elle constitue une stratégie de résistance contre les

valeurs culturelles dominantes et permet de rendre compte des différences

linguistiques et culturelles du texte étranger.

Nous constatons d’une part que les stratégies telles que la standardisation

peuvent être classées dans la catégorie de la domestication étant donné que

le texte est traduit de façon à ce que l’étrangeté de la langue non-standard

du TS soit effacée ou adaptée à la culture cible. D’autre part, les stratégies

tel que la traduction de la langue non-standard en une variété non-standard

de la langue cible ou encore la création d’une variété non standard peuvent

être classées sous la catégorie de la foreignisation étant donné que l’altérité

linguistique du TS est préservée lors de la traduction ; ce qui permet au

lecteur cible de s’imprégner des réalités de la culture source. Les stratégies

que nous venons d’évoquer pourraient ne pas fonctionner à tout les coups

car ces théoriciens n’ont pas pris en compte l’aspect de variabilité des

textes. En outre, il existe des cas où les stratégies employées afin de

traduire la langue non standard en général et l’écriture de la résistance en

particulier ne relève ni de la domestication ni de la foreignisation. Un

exemple typique serait l’utilisation des marqueurs intra-textuels. Les


29

paramètres de traduction d’un texte hybride vont donc dépendre de la

situation de communication et selon Berman la situation de communication

rime avec projet de traduction et position traductive, d’où les paramètres de

la critique des traductions.

2.2 Évaluation de la qualité et critique des traductions


II.2.1 Évaluation de la qualité

Le Petit Robert, définit le terme évaluation comme « l’action d’évaluer » et

évaluer signifie « apprécier, estimer, juger ». L’évaluation des traductions

permet de déterminer le degré d’adéquation des résultats (texte d’arrivée)

par rapport aux objectifs visés. Les critères d’évaluation d’une traduction

varient d’une époque à une autre, d’un milieu à un autre, d’un texte à

l’autre, d’un individu à un autre et, d’un projet à un autre. C’est la raison

pour laquelle l’évaluation des traductions constitue un problème

fondamental en traduction. En effet, l’étude de l’évaluation des textes

traduits englobe celle de critique et du contrôle de la qualité des

traductions. Cependant, l’évaluation des traductions a pour but de juger si

une traduction est bonne ou mauvaise et de proposer s’il y a lieu une

traduction adéquate.

2.2.2 Critique Bermanienne des traductions

La critique bermanienne des traductions quant à elle sert à inscrire la

traduction dans une réflexion plus abstraite qui met au centre le sujet
30

traduisant en tant qu’individu ayant ses propres valeurs et opinions à

défendre ou à mettre en vigueur dans le travail.

Dans son ouvrage intitulé « Pour une critique des traductions », Antoine

Berman propose un nouveau genre de critique littéraire qu’il nomme

critique des traductions, il entend combler une lacune de la critique

actuelle, qui étudie les textes étrangers « soit dans leur langue, soit dans

leur version française en ‘oubliant’ qu’il s’agit d’une version » (Berman,

1995 : 41). Son modèle consiste à replacer les réflexions théoriques sur la

traduction littéraire au sein de la réflexion sur la littérature et sur la façon

dont elle se donne à lire. L’apport de l’herméneutique moderne au projet

critique de Berman amène un éclairage nouveau sur le texte traduit qui

contient en lui-même une signification indépendante de l’original. En

analysant la version traduite, il est possible de saisir qui traduit, de quel

point de vue, ce qu’il veut transmettre, quel est son projet de traduction,

quelles visées il poursuit etc. Sa méthode s’éloigne de celle d’autres

théoriciens qui sont soit de type « source-oriented » comme celle de

Meschonic et mettent en évidence les positionnements idéologiques et les

modes esthétiques des traducteurs ; ou de types « target-oriented » comme

celle de l’école de Tel-Aviv qui s’intéressent aux normes, au polysystème

culturel dans lequel l’œuvre s’intègre. Sa méthode s’inscrit dans une toute

autre perspective qui pourrait être qualifiée de « reader-oriented ».


31

Selon Antoine Berman, la critique des traductions ne se résume pas au

jugement et à l'évaluation, mais est une «analyse rigoureuse d'une

traduction, de ses traits fondamentaux, du projet qui lui a donné naissance,

de l'horizon dans lequel elle a surgi, de la position du traducteur» qui

permet de dégager «la vérité d'une traduction» (Berman 1995 : 13-14). De

même, la critique sert à éclairer le pourquoi d’une traduction et ne consiste

pas en une attaque agressive de cette dernière même si elle était un échec.

L’école de Tel-Aviv rejoint également Berman sur sa définition car selon

elle, analyser une traduction ne consiste plus à la juger, mais recourir avec

toutes les ressources de la linguistique et de la sémiotique, à un examen des

conditions socio-historiques, culturelles, idéologiques qui ont fait d’une

telle traduction ce qu’elle est. Conditions que Toury appelle « normes » et

qui sont « les facteurs intersubjectifs « traduisant » les valeurs ou idées

partagées par un certain groupe social quant à ce qui est bien ou mal,

approprié ou inapproprié ». Le système de transformations que présente

toute traduction est donc selon lui le résultat de l’intériorisation de ces

normes.

2.2.2.1 Position traductive et projet de traduction


La position traductive c’est le rapport spécifique que le traducteur

entretient avec son activité. Pour reprendre les termes de Berman, c’est le

« se-poser du traducteur vis-à-vis de la traduction ». Le critique doit


32

s’informer des écrits du traducteur sur la traduction, et son projet de

traduction doit être analysé avec minutie.

A partir de sa position traductive et des exigences spécifiques de l’œuvre,

le traducteur élabore son projet de traduction. Dans ce projet qui se repère

généralement à la fois dans le discours du traducteur (préface, entretien,

etc…) et dans la confrontation entre l’original et sa traduction, le traducteur

dévoile sa stratégie de traduction et les choix opérés. En réalité, le projet

est indissociable de la traduction car cette dernière ne se lit et ne se

comprend qu’à partir du projet de traduction. Tout ce que le traducteur

affirme dans sons projet de traduction ne prend pleinement sens que dans la

traduction elle-même, car ce n’est qu’à ce moment que le critique pourra

effectivement mieux cerner les déformations qu’a subies l’original et de ce

fait reconstituer le parcours interprétatif du traducteur. C’est la raison pour

laquelle la critique des traductions accorde une place si importante au

traducteur, à son projet et à l’horizon dans lequel il se situe.

Dans la version française de Sozaboy, la note des traducteurs qui se trouve

à la page 23 constitue le projet de traduction de Samuel Millogo et Amadou

Bissiri. En effet, ces derniers expliquent en de termes très clairs la difficulté

à laquelle ils ont été confrontés et les stratégies qu’ils ont adoptées afin de

contourner cette difficulté. L’objectif visé des traducteurs était de rendre


33

cette langue utilisée par l’auteur dans le TC tout en préservant sa fonction

pragmatique. Ils décrivent leur défi en ces termes :

Le problème qui s’est posé aux traducteurs de Sozaboy a été celui de

concilier deux attentes contradictoires : comment rendre cette langue

« pourrie » accessible au public le plus large possible sans trahir

l’option évidente de l’auteur ? (TC p. 21)

Selon l’approche théorique préconisée par Nida,

Translating consists in producing in the receptor’s language

the closest natural equivalent to the message of the source

language, first in meaning and secondly in style […] when,

therefore, one must be abandoned for the sake of the other, the

meaning must have priority over the stylistic forms. (Nida

1975 : 33)

Toute tentative d’adopter cette approche et de vouloir sacrifier le style au

profit du style serait contre productive et une « trahison » de l’original, en

raison de la fonctionnalité de la forme du TS. Afin de contourner la

difficulté à laquelle ils étaient confrontés, les traducteurs ont opté pour une

variété de français d’Abidjan. Ils évoquent leur stratégie en ces termes :

On ne s’étonnera donc pas que les traducteurs, tout en prenant

pour l’équivalent du pidgin nigérian la variété de français


34

qui a fleuri sur les rives de la Lagune d’Abidjan et qui s’est

répandue dans les pays limitrophes - ne s’y cantonnent pas

dans le souci de tenir compte de l’éventail des registres du

romancier ogoni. (TC pp. 21-22).

Cette stratégie peut se justifier par le fait que les traducteurs, en tant que

nationaux du Burkina Faso, ont les compétences requises pour transposer

l’anglais pidginisé du romancier nigérian en une variété de français

d’Abidjan. Par ailleurs, les traducteurs avaient sans doute envi d’innover

dans le système littéraire francophone de l’Afrique. Mais il reste à savoir si

ils ont réussi dans leur entreprise à restituer l’intention de communication

de l’auteur sans pour autant nuire à la lisibilité du texte cible.

2.2.2.2 Loyauté et éthicité en traduction


La loyauté occupe une place importante en traduction étant donné qu’elle

est directement liée à l’éthique qui doit régir l’acte de traduction.

Nord évoque le concept de loyauté en ces termes :

Let me call « loyalty » this responsibility translators have toward

their partners in translational interaction. Loyalty commits the

translator bilaterally to the source and the target sides. It must not be

mixed up with fidelity or faithfulness, concepts that usually refer to a

relationship holding between the source and the target texts. Loyalty
35

is an interpersonal category referring to a social relationship between

people. (Nord, 1991, 125)

Ce qui signifie que la loyauté engage bilatéralement le traducteur vis-à-vis

de la source et de la cible. C’est la responsabilité du traducteur envers

l’auteur de l’original, envers le commanditaire de la traduction ainsi que le

destinataire du texte traduit. Le principe de loyauté engage donc le

traducteur, tant envers la situation source qu’envers la situation cible en

exigeant de lui qu’il tienne compte des différences entre les conceptions de

la traduction qui prédominent dans ces deux cultures. Il ne faut pas

confondre, toutefois, loyauté avec « fidélité » ou « exactitude » qui

d’habitude se réfèrent à une relation de similarité entre les textes ou même

entre les structures de surface des textes.

L’évaluation des traductions selon Berman repose sur des critères de

poéticité et d’éthicité. Il s'agit, d'une part, de questionner la littérarité du

texte traduit, et d'autre part, de se demander dans quelle mesure la

traduction respecte le texte original. L’éthicité « réside dans le respect, ou

plutôt, dans un certain respect de l’original » (Berman 1995, p. 92).

Respecter l’altérité du texte n’implique ni « l’anéantissement » du

traducteur ni l’attachement « servile » à la lettre. Il s’agit d’éviter toute

forme de manipulation de l’original qui aura pour seul but de satisfaire aux

exigences de la langue et de la culture cibles. La formulation atténuante


36

d’« un certain respect de l’original » proposée par Berman nous oriente

vers une conception de la traduction qui n’est ni entièrement sourcière ni

entièrement cibliste, basée sur une éthicité de la traduction qui tient compte

de la spécificité de l’original sans pour autant nuire à la lisibilité du texte

cible ou à la communicabilité de la textualité de l’original. Il s’agit d’une

traduction qui trouve sa place dans l’espace littéraire de la langue ou la

culture cible. La réflexion sur l’éthique doit aller au-delà des considérations

de fidélité ou de loyauté envers le texte source, les clients ou le public

cible, afin de se situer dans un contexte plus large d’échange culturel.

L’éthique de la traduction réside dans le respect et la valorisation de la

différence exprimée manifestement par l’ouverture à l’altérité dans les

choix de traduction. Dans un sens, la perspective éthique place la langue de

l’autre en position de force par rapport à la langue dite traduisante, qui

apparaît démunie face à la langue traduite, et fait en sorte que la langue

traduisante soit transformée par l’acte du traduire dans la confrontation

avec la langue étrangère, comme telle, toujours supérieure. En un mot,

l’éthique de la différence prône la reconnaissance de la langue traduite

comme source d’enrichissement potentiel.

Faisant écho à Berman, Venuti (1998) souligne lui aussi la dimension

éthique de la traduction de la littérature postcoloniale. Pour lui, l’éthique de

la traduction, non seulement reconnaît les asymétries qui découlent de la


37

rencontre entre l’Occident et l’espace colonial, mais cherche à les pallier.

C’est dans une perspective purement éthique qu’il fustige toute pratique de

la traduction qui tend à perpétuer les inégalités ou qui ne respecte pas les

différences linguistiques et culturelles : «The ethical stance I advocate

urges that translation be written, read, and evaluated with greater respect

for linguistic and cultural differences »

(1998: 6).

Afin de mieux cerner les choix effectués par les traducteurs au cours de

l’activité traduisante, il convient pour nous de replacer l’œuvre dans son

environnement sociopolitique, historique et littéraire.

2.3 Le roman dans son environnement sociopolitique, historique et


littéraire
Dans cette partie, il sera question pour nous de présenter

l’environnement sociopolitique, historique et littéraire dans lesquels le texte

source et le texte cible ont été produits. Pour commencer, nous allons

d’abord présenter l’œuvre.

2.3.1 Le roman Sozaboy : A Novel Written in Rotten English


Sozaboy : A Novel Written in Rotten English, est un roman de Ken Saro-

Wiwa, publié pour la première fois en 1985 par la propre maison d’édition

de l’auteur, Saros International Publishers. Il est publié de nouveau en 1994

par Longman dans sa série « Longman African Writers ». Il a été traduit en

français en 1998 par Samuel Millogo et Amadou Bissiri et publié par les
38

éditions Actes Sud, sous le titre de Sozaboy ( Pétit minitaire) ; en

allemand en 1997 sous le titre de Sozaboy par Gerhardt Grotjahn-Pape et en

italien en 2005 sous le titre de Sozaboy ( ll Bambino Soldato) par Roberto

Piangatelli.

2.3.1.1 Résumé de l’oeuvre


Méné, jeune apprenti chauffeur, vit à Doukana loin du tumulte de Lagos.

Petit village de pêcheurs et de planteurs, dépourvu d'infrastructures

modernes, la vie s'écoule paisiblement. Le quotidien se résume en réunions

sur la place du village, des rassemblements décrétés par le chef Birabi, un

homme corrompu, vivant du racket qu'il impose aux villageois. Les prêches

alarmistes sur l'imminence de la fin du monde du pasteur Barika, un

homme sans foi ni loi, inquiètent ces âmes simples et naïves. Gravitent

autour de Méné, les anciens: Douzia » l‘infrime », Bom , Kolé un vieil

homme discret, riche qui entretient ses deux amis, un homme dont le savoir

et la mémoire sont respectés par tous. Il y a aussi Zaza, ancien « minitaire »

auréolé de gloire qui, en son temps, a combattu Hitla; sa maman, une

femme de caractère qui a pu lui payer ses études jusqu'au cours moyen puis

son apprentissage et enfin, Agnès « sa jolie femme aux ampoules 100 watts

» qui rêve d'un homme fort pour la protéger et quel meilleur moyen d'y

parvenir, pour tous ces laissés- pour-compte, que de s'engager dans l'armée.

Les rumeurs d'une guerre n'atteignent pas encore Doukana toute à sa joie de

fêter une nouvelle ère : un nouveau gouvernement sans corruption prendra


39

la relève. Cependant, des nouvelles sur une exode citadine leur parviennent

mais c'est l'augmentation du prix du sel et l'arrivée de camions de

minitaires qui mettent le feu aux poudres. Dépassé par les évènements,

songeant qu'aux retombées miraculeuses d'une telle opportunité, et contre

l'avis de sa mère, Méné s'engage pour deux raisons: Zaza qui est respecté

parce qu’il est un ancien combattant qui a lutté contre Hitla et Agnès, sa

jeune épouse qui veut épouser un homme fort et courageux lorsque la

guerre va éclater. Pour l'amour d'Agnès, et pour montrer à ses amis de quoi

il est capable, il s'engage, achète son uniforme et s'initie aux armes.

Embarqué dans un conflit qui le dépasse et dont il fait le récit avec naïveté

et horreur, il découvre les violences et les absurdités de la guerre civile

nigériane (1967-1970). Mais après avoir échappé à la mort, il devient

messager dans le camp adverse, puis prisonnier de guerre qui a essayé de

déserter. Quand il réussi enfin à rentrer chez lui dans l’espoir de retrouver

sa mère et sa femme, il apprend qu’elles sont décédées. De plus, le village

tout entier s’est retourné contre lui soi disant parce qu’il est un fantôme et

un sorcier qui hante les populations. Sa seule issue serait de s’enfuir pour

éviter d’être tué. C’est ainsi qu’à la fin de l’œuvre Méné traumatisé par les

expériences qu’il a vécues affirme que si on lui parle encore de guerre ou

de combat il va seulement courir, courir, courir.


40

2.3.2 Contexte de production de l’œuvre : la Guerre du Biafra


La guerre du Biafra ou guerre civile du Nigeria est un conflit civil qui

oppose les États de l’Est au reste de la Fédération du Nigéria. Elle a eu

lieu du 6 juillet 1967 au 15 janvier 1970. Elle commence avec la sécession

de la région occidentale du Nigéria, qui s’auto-proclame République du

Biafra sous la direction du colonel Ojukwu.

Le 26 mai 1967, le Conseil consultatif de la région de l'Est vote la

sécession de la région. Le 30 mai, Ojukwu proclame l'indépendance de la

région, qui prend le nom de République du Biafra, avec Enugu pour

capitale. L'état d'urgence décrété au Nigeria le 26 mai 1967 permet

d'instaurer des mesures policières visant à reprendre le contrôle du Biafra

mais sans grand succès.

Au début du mois de juillet, les forces fédérales franchissent la frontière

biafraise et marchent sur Enugu : c’est le début de la guerre du Biafra. Au

cours de l'été 1967, les forces biafraises contre-attaquent : détenant les

deux-tiers des réserves de pétrole du Nigeria, Ojukwu tente de s'approprier

le dernier tiers en traversant le Niger et en envahissant la région du Centre-

Ouest, où se constitue une éphémère République du Bénin. Pendant

quelques semaines, le Biafra semble même être en mesure de pousser ses

incursions jusqu'à Lagos, la capitale du Nigeria.

L'armée fédérale repousse cette contre-offensive et prend peu à peu le

contrôle des principales villes, tandis que le territoire du Biafra se réduit au


41

fil des mois comme une peau de chagrin : Ogoja, Nsukka et l'île de Bonny

tombent dès le 30 mai 1967, Enugu le 28 septembre 1967 (capitale

transférée à Umuahia), Port Harcourt et ses champs pétrolifères le 24 mai

1968, Umuahia le 22 avril 1969 (capitale transférée à Owerri) et finalement

Owerri le 9 janvier 1970.

Avec la chute de Port Harcourt le 24 mai 1968, le Biafra se trouva

définitivement privé d'un accès à l'océan Atlantique. La stratégie

d'étoffement des poches de résistance biafraise par l'armée nigériane

conduisait irrémédiablement à l'écrasement sanglant de la révolte.

À partir de 1968, les deux armées maintiennent leurs positions et aucune ne

parvient à progresser significativement. La population civile, coincée entre

deux feux et craignant des massacres de la part de l'armée nigériane, n'a

d'autre choix que de soutenir le gouvernement du Biafra et de se déplacer

de camp en camp de réfugiés. Le blocus terrestre et maritime de la poche

biafraise où sont coincés des millions de personnes sur quelques milliers de

kilomètres carrés entraîne alors une terrible famine où deux millions de

personnes environ mourront de faim, de soif et d'épidémies.

La médiatisation de cette famine qui montrait des enfants et des réfugiés

faméliques et le cri d'alarme du gouvernement du Biafra accusant le

Nigeria de génocide et d'aggraver la famine déclencha un élan humanitaire

international. Un pont aérien transportant vivres et médicaments fut mis en


42

place, ce qui permit d'enrayer en partie la crise. Ces convois aériens

humanitaires furent dénoncés par le Nigeria, car, selon lui, ils servaient de

couverture à l'envoi d'armes et de mercenaires. Ces suspicions allèrent

jusqu'à inciter l'armée nigériane à abattre en plein vol un avion du Comité

international de la Croix-Rouge.

Avec un appui renforcé des Britanniques, les forces fédérales nigérianes

lancent une offensive finale le 23 décembre 1969. Odumegwu Emeka

Ojukwu prend alors la fuite vers la Côte d'Ivoire et charge son premier

ministre Philip Effiong de régler les détails de la capitulation. Celui-ci

signe le 12 janvier 1970 un cessez-le-feu immédiat et sans conditions. Le

15 janvier, les derniers combats cessent et le Biafra est officiellement

réintégrée au sein du Nigeria.

Au début du conflit, l'écrivain Wole Soyinka, futur prix Nobel de

littérature, inquiet de l'imminence du conflit, tenta de passer au Biafra. Il

souhaitait par ce geste inviter les parties à trouver une issue pacifique. Le

gouvernement fédéral nigérian l'arrêta et il passa alors 25 mois en prison ;

il y écrivit alors le recueil de poèmes A Shuttle in the Crypt (titre initial :

Poems from Prison) qui fait écho à cette expérience.

D’autres romanciers nigérians se sont vite mis à l’œuvre et ont abordé avec

plus d’objectivité ce sombre chapitre de l’histoire de leur pays. Lorsque la

guerre éclata en 1967, Ken Saro-Wiwa devint en quelque sorte prisonnier à

l’intérieur des nouvelles frontières de l’État biafrais. Il importe de souligner


43

que tous les ressortissants de l’Est n’approuvaient pas la sécession avec la

fédération du Nigeria. Lorsque le général Ojukwu déclara l’indépendance

du Nigeria, les termes « Igbo » et « Biafrais » n’étaient pas synonymes.

Environ 30 ethnies se retrouvèrent de gré ou de force au sein du nouveau

pays, par conséquent, en guerre contre le Nigeria. Ken Saro-Wiwa ayant

été une victime, a bien perçu combien il est absurde de se battre dans une

guerre de sécession qui n’est pas la sienne. Après s’être échappé du champ

de bataille, il rejoint les fédéraux et est nommé administrateur civil de

l’important port pétrolier de Bonny dans le Delta du fleuve Niger où il est

resté en poste jusqu’à la débâcle des sécessionnistes marquée par la fuite du

général Ojukwu en Côte-D’ivoire en janvier 1970.

Cette situation explique tout ce qui est intentionnellement rendu flou dans

l’œuvre que nous étudions (Sozaboy, pétit minitaire). Le récit de

l’expérience personnelle de Saro-Wiwa au cours de la guerre se trouve dans

son autobiographie intitulée On a Darkling Plain.

2.3.3 Bibliographie de l’auteur


Kenule Beeson Saro Wiwa plus connu sous le nom de Ken Saro-Wiwa, est

né le 10 octobre 1941 à Bori, dans le Delta du Niger. Il a enseigné dans les

universités de Nukka et Lagos, après des études d’anglais à Ibadan.

Écrivain et auteur de feuilletons populaires pour la télévision, il a crée et

dirigé sa propre maison d’édition et a présidé l’Union des écrivains


44

nigérians. Il fut l’auteur de la série de télévision satirique Basye & Co, qui

est devenu le soap opera le plus regardé en Afrique.

Au début des années 1970, Saro-Wiwa a travaillé pour la Commission

régionale pour l’éducation (Rivers State Cabinet), mais fut démis de ses

fonctions en 1973 pour son soutien au peuple Ogoni. Vers la fin des années

1970, il établit plusieurs commerces dans l’immobilier avant de se

reconvertir petit à petit dans les années 1980 à l’écriture, au journalisme et

à la production télévisuelle.

Il a exercé des fonctions ministérielles entre 1968 et 1973 et était un

homme d’affaires avisé et un journaliste reconnu pour sa plume acerbe.

Outre sa fonction d’écrivain, Ken Saro-Wiwa était également un militant

politique écologiste qui défendait avec la force la minorité dont il était issu.

Appartenant à la minorité Ogoni dans le Delta du Niger, dont les terres sont

la cible des compagnies pétrolières, Ken Saro Wiwa revendiquait de façon

pacifique pour son peuple, « une autonomie politique, une juste part des

richesses pétrolières et le droit de contrôler son environnement écologique

dévasté, selon lui par les compagnies pétrolières internationales,

notamment la Shell, après plus de trente cinq années d’exploitation ».

Toutes les demandes du MOSOP étaient réunies dans un document appelé

« The Ogoni Bill of Right ». Il a été le porte-parole puis le président du

Mouvement pour la Survie du Peuple Ogoni (Movement for the Survival of


45

the Ogoni People ou MOSOP), un mouvement crée afin de lutter contre les

abus commis par certaines compagnies sur les terres du peuple Ogoni.

Saro-Wiwa a été le leader d’une campagne non violente contre les

compagnies comme Shell, dénonçant les dégâts écologiques commis dans

le Delta du Niger.

En 1994, Saro-Wiwa fut arrêté et accusé d’incitation au meurtre après la

mort de quatre Ogoni. Il refusa les charges retenues contre lui. Après un an

d’emprisonnement, il fut déclaré coupable et condamné à mort par un

tribunal spécial. Ce procès fut largement critiqué par les associations

internationales de défense des droits de l’homme comme Amnesty

International. Le 10 novembre 1995, Ken Saro-Wiwa et huit autres leaders

du MOSOP ont été exécutés par pendaison à Port Harcourt par le

gouvernement du général Sani Abacha. Cet évènement a provoqué la

suspension du Nigéria dans le Commonwealth qui se réunissait en

Nouvelle-Zélande en ce moment-là.

Pour ses actions militantes, son courage exemplaire dans la lutte non

violente pour les droits civils, économiques et environnementaux de son

peuple, Ken Saro-Wiwa a reçu en 1994 le Prix Nobel Alternatif. En 1995,

il reçoit le prix Goldman pour l’environnement.

Les œuvres traduites de l’auteur


46

 Sozaboy (pétit minitaire). Traduit de l’anglais pourri (Nigéria) par

Samuel Millogo et Amadou Bissiri (Bukirna-Faso), Arles (France) :

Actes Sud, collection Babel, 1998.

 Si je suis encore en vie… journal de détention. Titre original : A

Month and a Day: a Detention Diary, Peguin Group. Traduit de

l’anglais par François Marchand-Sauvagnargues, Paris: Stock, 1996,

331 P.

 Lemona : Titre original, Lemona’s tale. Traduit de l’anglais (Nigéria)

par Kangni Alem. Paris/ Dapper 2002, 220 P.

 Mister B, millionaire. Titre original : Basi and Compagny. Traduit de

l’anglais (Nigéria) par Kangni Alem. Paris : Dapper jeunesse,

collection « Au bout du monde », 1999. Etc.

2.3.4 Idéologie de l’auteur

Écrivain de la périphérie, Saro-Wiwa remet en question, par son style, la

notion même d’anglais standard en faisant bégayer la langue (Deleuze,

1993). Son positionnement particulier dans un contexte postcolonial et

postmoderne le conduit à subvertir les valeurs de la position dominante

d’autorité.

Sa langue maternelle, le kana, est l’une des quatre langues apparentées,

mais non mutuellement compréhensibles, de la minorité ogoni. Il affirme


47

explicitement qu’il choisit l’anglais contre les autres langues majoritaires

et officielles du Nigeria, qui sont le haussa, le yoruba et l’igbo :

Les Haussa-Foulani, les Yoruba et les Igbo ont imposé à plus de trois

cents autres groupes ethniques une règle des plus onéreuses. Si

j’étais, moi qui suis Ogoni, contraint de parler ou d’écrire dans l’une

de ces langues (comme il en est question aujourd’hui), je me

rebellerais contre cette idée et encouragerais tout le monde à en faire

autant.

Cette prise de position est liée à l’activité politique et militante de l’auteur,

qui a été porte-parole puis président du Movement for the Survival of the

Ogoni People. Il n’a cessé de dénoncer la guerre du Biafra comme un

génocide perpétré contre les Ogoni, jusqu’à son exécution par pendaison

avec huit autres leaders du MOSOP après une mascarade de procès à Port

Harcourt le 10 novembre 1995.

2.3.5 Thématique de l’œuvre


Dans ce roman, l’auteur représente les affres et l’absurdité de la guerre à

travers les yeux d’un enfant soldat, Méné, dont la naïveté et l’optimisme

sont décrits dans un style simple, plein d’humour et de chaleur. Sozaboy

constitue une représentation fictive d’un événement historique, la guerre du

Biafra (1967-1970). Il s’agit d’une guerre de sécession qui a opposé les

États de l’est au reste de la fédération du Nigeria. Cette guerre a entraîné la


48

souffrance, la misère et la mort de plus d’un million de personnes, dont la

majorité était des civils. D’où les thèmes de l’absurdité de la guerre, des

enfants soldats, de la soif du pouvoir, de la corruption, de la cupidité, etc.

abordés dans le roman. 

L'ignorance, l'analphabétisme, l'acculturation mais aussi l'innocence et la

réalité d'une culture originelle différente de celle des ex-colons occidentaux

affleurent et cohabitent dans ce livre. Le reste, c'est une histoire d'enfant-

soldat, un exode aussi, le sort de l'Afrique en guerre, et de ses misères. Une

Afrique sans recensement qui néglige sa richesse et se regarde

honteusement, vexée mais surtout désespérée de ne pas réussir à s'admirer

autrement que mal dans sa peau, mal dans ses rêves, ses illusions. Mais en

fait pas si mal, cette Afrique si le sang et la haine ne venaient sous les

coups des armes abreuver son sol pauvre mais aimé en dépit de tout, par

ceux qui ne demande qu'à y vivre en harmonie, en paix avec son cœur, avec

son âme, en paix avec sa condition, ses espérances et son histoire.

Méné, enfant-soldat, connaîtra l'enfer de la guerre sans jamais savoir

exactement pour qui, pourquoi il se bat. Naïf, subtile dans ses

raisonnements malgré la pauvreté de son éducation, un rêveur optimiste

toujours prêt à aider son prochain, attaché aux valeurs familiales et

sociales, il verra son monde voler en éclats, impuissant. L'absurdité de cette

guerre qui oblige un peuple à s'entre-tuer afin qu'une poignée de gens


49

puisse assouvir leur soif inextinguible du pouvoir et s'emparer des richesses

du pays, lui ôtera tout : sa famille, son village, jusqu'à lui-même. Pendant

deux ans, il voyagera au pays de la corruption, de la lâcheté morale, de la

cupidité, de la mesquinerie, de la cruauté. La mort, la peur, l'humiliation, la

torture, notions nouvelles pour cet ingénu dont le seul désir était d'aspirer à

une meilleure existence lui révèleront la part monstrueuse qui sommeille en

nous et dont la guerre est si friande. La faim, la soif, l'humidité, la prison, le

manque de sommeil, la délation seront ses compagnons pendant le conflit.

Désarmé devant l'horreur qui se joue devant lui, il assiste à la débâcle

morale de son pays, au carnage que la violence laisse derrière elle, à

l'hypocrisie doublée d'une incroyable inefficacité des organismes

humanitaires.

2.3.6 Les traducteurs : Samuel Millogo et Amadou Bissiri


Samuel Millogo et Amadou Bissiri sont tous deux des enseignants de

littérature au département d’Etudes anglophones de l’Unité de Formation et

recherche en Lettres, Arts et Communication à l’Université de

Ouagadougou. Samuel Millogo est né en 1946 à Léna (Houët) au Burkina

Faso. Il a commencé ses études supérieures dans son pays avant de

poursuivre au Sénégal et en France où il obtient un doctorat de 3 ème cycle en

lettres anglaises à l’université de Nice en 1974. Depuis, il est enseignant-

chercheur au département d’anglais de Ouagadougou. Il a publié un recueil

de nouvelles au Burkina Faso. Passionné par les auteurs africains


50

anglophones, Millogo, spécialiste de la littérature africaine anglophone, est

auteur de plusieurs œuvres littéraires et co-traducteur avec Christiane

Fioupou de The Road de l’auteur nigérian Wole Soyinka et avec Amadou

Bissiri, Sozaboy, le roman écrit en anglais « pourri » par l’écrivain nigérian

Ken Saro-Wiwa. Par ailleurs, il a exercé des fonctions de Secrétaire

général adjoint du Conseil Africain et Malgache pour l’enseignement

supérieur (CAMES) basé à Ouagadougou (Burkina Faso). Ahmadou

Bissiri quant à lui est spécialiste de la littérature de la littérature africaine

anglophone et de la littérature américaine. Auteur de nombreux écrits sur la

littérature africaine et américaine et co-éditeur d’un ouvrage sur la

littérature burkinabè, Bissiri est né et a effectué ses études primaires et

secondaires en cote d’Ivoire.

2.3.7 Les récepteurs de l’œuvre et sa traduction


Naturellement, les destinataires des deux textes sont différents : tandis que

le texte cible s’adresse à un lectorat francophone, en particulier de

l’Afrique de l’Ouest, le texte source a pour lectorat premier, le public

nigérian et le public anglophone de l’Afrique de l’Ouest.

Quant au destinataire du texte cible, on peut penser que tout

lecteur francophone constitue un destinataire potentiel. Mais en

raison du type de français utilisé par les traducteurs, le public

francophone de l’Afrique de l’Ouest est le premier destinataire de la

traduction, même si elle est accessible à tout francophone. En effet,


51

les traducteurs du TC affirme qu’ « il suffira de s’approprier

progressivement la langue pour pénétrer dans l’univers du roman »

p.22.

La traduction a été réalisée à Ouagadougou (Burkina Faso), mais l’espace

de réception demeure l’Afrique francophone, ce qui explique la variété du

français utilisée par les traducteurs.

Le texte cible et le texte source ont les mêmes fonctions expressive,

esthétique et pragmatique. Cependant, le texte cible comporte une fonction

politique et idéologique qui est beaucoup plus marquée que dans le texte

source, car la décision de faire traduire Sozaboy a été dictée, entre autres,

par la personnalité de l’auteur et d’une certaine façon le devoir de mémoire

dû à un écrivain qui a payé de sa vie l’affirmation de ses idées.

2.4 Travaux antérieurs


1) Douanla Nougue Alix Emilienne (2014), « La traduction de la

multiculturalité dans la version française de John Maxwell Coetze »

Dans son travail, Douanla soulève le problème de la traduction des textes

multiculturels comme celui de Maxwell Coetze. Elle pose alors les

questions suivantes : en quoi est ce que la traductrice a respecté sa position

traductive et quel est le résultat qu’elle a obtenu ?

L’hypothèse du travail est la suivante : la traductrice aurait eu recours à la

stratégie de décentrement et au procédé d’explicitation lors du processus de


52

traduction afin de conserver les éléments, multiculturels tout en

communiquant aux lecteurs cibles.

En ce qui concerne la méthodologie, Douanla a présenté le texte tout

d’abord dans son système culturel, ensuite dans sa macro et dans sa micro

structure. Pour ce faire, elle a répertorié les éléments liés à la

multiculturalité (allusions, citations et références) et leur traduction dans le

texte cible afin déterminer les stratégies et les procédés de traduction

adoptés par la traductrice Cathérine Lauga du Pleissis. Elle s’est inspirée de

la DTS, de la théorie des polysystèmes, de la méthodologie de l’école de la

manipulation et enfin de la critique des traductions.

Au sortir de l’analyse, elle a confirmé que la traduction a d’une part

conservé de façon systématique les éléments multiculturels du TS, ce qui

signifie qu’elle a conservé son étrangéité. D’autre part la traduction a

également communiqué aux lecteurs francophones.

2) Lalbila A. Yoda (200-), « Analyse de Sozaboy (pétit minitaire),

traduction de S. Millogo et de A. Bissiri (1998) de Sozaboy (1994)

de Ken Saro-Wiwa ».

Le travail de Yoda évoque le problème de la traduisibilité de l’anglais

« pourri » de l’auteur de Sozaboy. Ce travail vise à déterminer la/les

stratégies utilisées par l’auteur afin de relever le défi que constitue la

traduction d’une telle œuvre. Elle pose les questions suivantes : Dans la
53

mesure où aucune traduction n’est neutre, quel est l’objectif visé ici de la

traduction ? Quelle peut être sa fonction dans la langue et la culture cibles ?

En ce qui concerne la méthodologie, il a tout d’abord fait un bref aperçu du

texte cible et du texte source avant d’en analyser les facteurs extratextuels.

Ensuite, il a procédé à une comparaison entre le texte cible et le texte

source afin d’identifier le problème majeur de traduction et de dégager la

ou les stratégies utilisées par les traducteurs. Pour analyser ces facteurs

extratextuels du TC et du TS, Yoda s’est inspiré de la méthode d’analyse

de Nord (1991, 1994, 1997a, 1997b) qui envisage la traduction comme une

action qui a un skopos.

Il ressort de cette analyse que les traducteurs ont cherché à utiliser une

langue qui ne trahit pas l’original de l’auteur, tout en préservant sa

fonctionnalité et son caractère pragmatique dans le TC. En utilisant cette

variété de français pour rendre l’anglais pourri de Saro-Wiwa, les

traducteurs ont eux aussi voulu expérimenter une nouvelle forme

d’écriture.

Le travail que nous effectuons s’apparente quelque peu à celui de Douanla

dans la mesure où nous nous inspirerons des théories de la critique

bermanienne des traductions afin de déterminer si les traducteurs ont réussi

à rendre la langue pourri de l’auteur et les stratégies qu’ils ont employés

pour y parvenir. Nous lui emprunterons donc sa méthodologie.


54

Yoda quant à lui postule que la traduction devrait être cibliste et non

sourciste par souci de fidélité au texte source et au texte cible. Cependant

notre travail ne parlera pas de fidélité au texte source ou cible, mais plutôt

de loyauté et de responsabilité du traducteur envers l’auteur du texte et les

récepteurs de la langue source et ceux de la langue cible. En d’autres

termes notre travail abordera le travail selon la méthode d’analyse de

Berman qui stipule que la traduction doit conserver l’altérité du texte

source sans toutefois nuire à la lisibilité du texte cible.

Conclusion

Ce chapitre intitulé « Revue de la littérature » était subdivisé en trois

parties. Nous avons premièrement défini le concept d’écriture de la

résistance, décrit ses manifestations linguistiques et textuelles, et analysé

l’écriture de la résistance comme problème de traduction. Deuxièmement,

nous avons fait une distinction entre l’évaluation des traductions et la

critique des traductions sur lequel ce travail se base. Enfin, nous avons

replacé l’œuvre dans son environnement sociopolitique, historique et

littéraire. Nous constatons donc à la lumière de tous ces éléments le

positionnement de l’auteur d’une part et la position traductive des

traducteurs d’autre part.


55

CHAPITRE III :
CADRE THÉORIQUE ET MÉTHODOLOGIQUE

3.0 Introduction
Ce chapitre est subdivisé en deux principales parties. La première partie

explore de fond en comble les théories qui vont guider chaque étape de

notre analyse. La deuxième partie présente d’une part les modèles

d’analyse d’un texte et sa traduction que nous emploierons dans ce travail.

D’autre part, la deuxième partie présente notre méthodologie d’analyse.

Elle est constituée des critères de constitution du corpus et de la grille

d’analyse du corpus.

3.1 Cadre théorique


Cette partie consiste en la présentation des différentes théories qui sous-

tendront ce travail de recherche.

3.1.1 La « Descriptive Translation Studies »


La traductologie est l’étude scientifique de la traduction. Après avoir été

intégrée à la linguistique dans les années 50 à 60 à travers les travaux de

Vinay et Darbelnet (1958), elle est devenue une discipline à part entière

dans les années 80. Selon Holmes (1972/1988) l’expression « Translation

Studies », désigne tous les travaux de recherche portant sur la traduction en

tant que processus et en tant que produit. Ce dernier établit une division

scientifique de la traductologie, qui selon lui peut être subdivisé en deux

branches : la traductologie pure et la traductologie appliquée (Holmes,


56

1988 : 71). La traductologie pure a deux objectifs principaux à savoir :

décrire le processus et le produit afin d’établir des principes généraux

permettant d’expliquer et de prévoir ces phénomènes. Ceci revient à diviser

la traductologie pure en deux principales branches notamment la

traductologie descriptive et la traductologie théorique.

La traductologie descriptive prône des études descriptives et non

prescriptives de la traduction. Contrairement aux études normatives des

années 80 qui mettaient l’accent sur les notions d’équivalence et de fidélité,

la traductologie descriptive s’intéresse à la description des traductions

existantes. Elle englobe trois pôles de recherche : la « Product-oriented

Descriptive Translation Studies » (branche descriptive axée sur le produit),

la « Function-oriented Descriptive Translation Studies » (branche

descriptive axée sur la fonction). Dans ce cas, il s’agit d’étudier la fonction

ou le « Skopos » du texte traduit dans l’environnement socioculturel cible

et la « Process-oriented Descriptive Translation Studies » (branche axée sur

le processus), ce qui se passe dans le cerveau du traducteur lorsqu’il traduit.

(Holmes, 1998 : 72).

La deuxième branche de la traductologie pure est la branche théorique. Elle

ne décrit pas les traductions existantes, mais utilise les résultats des études

descriptives en plus des données disponibles dans d’autres disciplines

relatives à la traductologie, pour déduire et formuler les principes qui


57

serviront à expliquer et à prédire le processus de traduction et la traduction

elle-même.

Outre la traductologie pure, Holmes distingue la traductologie appliquée

qui comprend l’enseignement de la traduction, la formation du traducteur et

les critiques en traductologie. Les deux sous branches de la traductologie

pure (théorique et pratique) et la traductologie appliquée sont toutes les

trois intimement liées.

Toury (1980/1995), qui s’est appuyé sur la vision de Holmes et a contribué

au développement de ses idées a également été influencé par la théorie des

polysystèmes d’Even-Zohar. En effet, il explique le bien fondé de cette

théorie en se basant sur le fait que toute science qui se réclame comme tel a

besoin d’études descriptive pour asseoir son autonomie. Dans son ouvrage

intitulé Descriptive Translation Studies – And Beyond, (1995 :1) Toury

affirme que :

In contradiction to non empirical sciences, empirical dicsciplines

are devised to account, in a systemic and controlled way, for

particular segments of the real world. Consequently, no empirical

science can make claim for completeness and (relative) autonomy,

unless it has a proper descriptive branch. Describing, explaining,

and predicting phenomena pertaining to its object level is thus the

main goal of such a discipline. In addition, carefully performed


58

studies into well defined corpuses, or sets of problems, constitute the

best means of testing, refuting, and especially modifying and

amending the very theory in whose terms research is carried out.

Grace à l’approche fonctionnaliste et l’approche descriptive qui ont vu le

jour dans les années 80, la traduction n’est plus considérée comme simple

substitut du texte source. L’approche fonctionnaliste stipule que le but, la

fonction, la visée du texte source (traduction) ne doit pas être identique à

celui du texte cible étant donné que la traduction est fonction du donneur

d’ouvrage et du lectorat cible: « a new communicative act that must be

purposeful with respect to the translator’s client and readership » (Nord

1997, 4ème de couverture) cité par A. Kruger (2002 : 77).

Les théoriciens de l’approche descriptive pensent que tout texte est une

traduction si elle est considérée comme tel dans la culture et le système

littéraire cible. Cette approche donne une toute autre vision de

l’équivalence. En effet, Toury (1980 ; 1995) va donner une vision plus

radicale à la notion d’équivalence :  “if text A is a translation of text B, then

it can be assumed that the relationship between them is one of

equivalence”. Ce qui signifie que le terme “equivalence” ne renvoie qu’à la

dénomination qu’on donne à la relation existant entre deux textes. Dès lors,

le concept d’équivalence est remplacé par celui de normes et de

conventions d’une société donnée à une période donnée.


59

Les approches descriptives sont utilisées pour décrire des traductions

existantes et pour rendre compte de leurs caractéristiques et leurs

spécificités en tenant compte des contextes littéraire, culturels, et

historiques dans lesquels elles ont été produites.

Dans son ouvrage intitulé Descriptive Translation Studies and Beyond

(1995), Toury développe une théorie basée sur l’analyse de texte à partir de

l’hypothèse selon laquelle toute traduction obéit à des normes. La norme

qui est un concept relevant des sciences sociales, a une fonction sociale. Il

la définit dans une perspective sociologique comme :

The translation of general values or ideas shared by a community –

as to what is right and wrong, adequate and inadequate – into

performance instructions appropriate for and applicable to

particular situations, specifying what is prescribed and forbidden as

well as what is tolerated in certain behavioural dimension.

Ceci signifie que les normes sont spécifiques à chaque culture et elles sont

instables. Il existe des pressions sociales pour contraindre l’individu à se

conformer aux normes, qui connaissent des changements perpétuels. En

outre, il est possible de procéder à une reconstruction des normes ayant

dicté la traduction d’un texte donné. Pour Toury, la soumission aux normes

permet de dire qu’une traduction est adéquate par rapport au texte source,
60

tandis que la soumission aux normes de la culture cible détermine son

acceptabilité.

La traduction est une activité régie par des normes qui interviennent à

chaque niveau de prise de décision dans le processus général de traduction,

du choix de textes à traduire au procédés de traductions appliqués au cours

du processus en passant par le stratégie globale adoptée par le traducteur.

Toury (1995, 56-57) établit trois normes à savoir les normes préliminaires,

les normes initiales et les normes opérationnelles.

Dans cette étude, la DTS nous permet d’effectuer une analyse empirique,

c'est-à-dire fondée sur l’observation et la description des prises de décision

lors de la traduction de Sozaboy. Elle nous permettra de déterminer la

stratégie générale de traduction. La DTS sera complétée par la théorie des

polysystèmes qui vient placer le texte dans son contexte social, culturel et

historique.

3.1.2 Théorie des polysystèmes


La théorie des polysystèmes a été développée dans les années 70 par

Itamar Even-Zohar de l’université de Tel-Aviv. Il s’est inspiré du concept

de « système » initié par les formalistes russes tel que Yury Tynjanov en

1929 et l’a appliqué au domaine de la littérature considérée comme un

« système de systèmes ». D’après le modèle d’Even-Zohar (1979) cité par

(Baker, 2009 :387), “the polysystem is conceived as a heterogenous,


61

hierarchized conglomerate of systems which interacts to bring about an

ongoing, dynamic process of evolution within the polysystem as a whole”.

De ce qui précède, il ressort que l’objectif principal de la théorie des

polysystèmes consiste à montrer comment la traduction peut fonctionner

dans un polysystème et maintenir une idéologie dominante. Even-Zohar

met un accent particulier sur le fait que la littérature traduite fonctionne

comme un système. Il conçoit la littérature traduite non seulement comme

un système intégral dans n’importe quel polysystème, mais aussi comme un

système au même titre que tout autre système littéraire. Le virage culturel

que prend la recherche prouve que les traductions ne se réalisent pas dans

un vide. D’ailleurs, selon Hermans (1999 : 110), la théorie des

polysystèmes a favorisé l’émergence du « cultural turn ».

La théorie des polysystèmes permet d’analyser la compréhension, la

description, le fonctionnement et l’évolution de toute sorte d’écrits au sein

d’une culture, des textes canonisés aux plus marginalisés et non canonisés

du système littéraire. Cette théorie postule que la littérature fait partie d’un

tout social, culturel, artistique et historique. Selon Mathieu Guidère

(2008 :75), le concept de « système » sur lequel se base cette théorie

renvoie à un processus de changement continu et de lutte pour une position

primordiale dans le polysystème. C’est dans cette perspective que la

traduction littéraire est considérée comme un système évoluant dans le


62

cadre d’autres systèmes sociaux, littéraires, religieux, artistiques et

historiques plus larges. La position des œuvres traduites n’est pas constante

non plus ; elles peuvent soit être primordiales ou secondaires. L’explication

donnée par Even-Zohar (1978: 16) est la suivante:

According to what is presumed about the nature of systems in

general and the nature of literary phenomena in particular, there

can obviously be no equality between the various literary systems

and types. These systems maintain hierarchical relations, which

means some maintain a more central position than others, or that

some are primary and some are secondary.

Cette approche permet de mieux cerner les tendances générales au

niveau des stratégies de traduction. La position qu’occupe la littérature

traduite dans les polysystèmes influence les stratégies de traduction, étant

donné que la traduction participe à la création de nouveaux modèles, la

principale préoccupation du traducteur n’étant pas simplement de

rechercher des équivalents tout faits dans la culture cible, dont il se servira

lors du processus de traduction. Il est prêt dans ces cas à violer les

conventions de sa culture afin de maximiser les chances de réussite de sa

traduction. Néanmoins, si la littérature traduite occupe une place secondaire

dans le polysystème, le traducteur a la liberté de transformer le texte selon


63

les canons culturels idéologique ou linguistiques du lectorat cible (Zohar,

1978 : 203-204).

La théorie des polysystèmes prend en considération tous les aspects

sociaux culturels et historiques qui entourent la production des traductions

d’œuvres littéraires et étudie la relation qui existe entre eux.

« Translated texts cease to be viewed as isolated phenomena, but

rather thought of as manifestations of general translation

« procedures » which are determined by the conditions currently

prevalent in the target polysystem”  (Zohar, 1990: 74-75).

Dans le polysystème cible, le texte acquiert une nouvelle marque,

donnée par le traducteur, la maison d’édition, les influences de la société.

En outre, il peut assurer des fonctions autres que celles inscrites dans le

champ littéraire initial.

La théorie des polysystèmes est d’une importance capitale en ce qui

concerne l’analyse de la version française de Sozaboy. Les textes source et

cible ont chacun été produits dans le même contexte socioculturel et

politique, mais ne partagent certainement pas les mêmes motivations et ne

sont pas destinés au même public. Puisque selon cette théorie une œuvre

traduite n’existe pas dans un vacuum, mais est le résultat des influences

extratextuelles, l’analyse systémique se basera sur l’étude des différentes


64

influences économiques, culturelles, sociales et politiques et leur impact sur

le processus et par conséquent, sur le produit final qu’est la traduction.

Les insuffisances de la théorie des polysystèmes en ce qui concerne

l’œuvre sur laquelle nous enquêtons relève du fait qu’elle ne s’intéresse

qu’à l’influence de la société sur le processus de traduction et ne prend pas

en compte ni le « skopos » de la littérature traduite, ni aux facteurs internes

du texte. Cette théorie sera complétée celle de l’école de la manipulation.

3.1.3 L’école de la manipulation de Lambert et Van Gorp


L’école de la manipulation est un courant de pensée défendu par ȷosé

Lambert et Hendrik Van Gorp entre autres. Ayant été influencés par la

théorie des polysystèmes, ces derniers ont publié une collection d’articles

intitulée The Manipulation of Literature Studies in Translation édité par

Théo Hermans en 1985. Dans cet ouvrage, ils présentent leur conception de

la littérature traduite :

What they have in common is a view of literature as a complex and

dynamic system ; a conviction that there should be a continual

interplay between theoretical models and practical case studies ; an

approach to literary translation which is descriptive, target-oriented,

functional and systemic ; and an interest in the norms and

constraints that govern the production and reception of translations,

in the relation between translation and other types of texts


65

processing, and in the place and role of translations both within a

given literature and in the interaction between literatures. (Hermans

1985b: 10-11), cite par Munday (2001: 118).

Selon eux, toute traduction est manipulation. Par conséquent, le texte à

traduire n’est qu’un ensemble d’indicateurs de sens dont le traducteur doit

se servir afin de stimuler sa créativité et produire un résultat appelé

« traduction ». Cette conception présente la traduction comme une

« réécriture », le texte source n’étant alors qu’un « sous texte », c’est-à-dire

un texte considéré d’emblée comme inférieure au texte cible, au niveau de

la forme et du style. A ce sujet, Tchantchou, 2005 : 12) affirme que « Le

traducteur n’a le souci de fidélité ni au message ni au style, sa

préoccupation est d’élaborer dans la langue d’arrivée un texte qu’il déclare

traduction et qui est dès lors tenu pour tel ». Cette conception accorde au

traducteur le rôle de co-auteur pouvant changer ou manipuler le texte

source et de faire en sorte qu’elle soit acceptable dans la langue et la

culture cible.

Dans leur article intitulé « On describing translations », Lambert et Van

Gorp présentent une méthodologie exacte de l’analyse des traductions.

Cette méthodologie s’inspire des travaux de Toury et d’Even-Zohar et

propose une méthode de comparaison des systèmes littéraires des TS et TC


66

et de la description des relations qui existent entre eux. Cette méthode est

constituée de quatre sections :

1- Les données préliminaires qui comprennent les informations sur la

première de couverture, et les commentaires des autres auteurs

(préface, note de bas de page, note du/des traducteurs, note

introductive etc.)

2- Le niveau macrotextuel nous informe sur la structure globale du

texte. Elle concerne la division du texte en chapitre, en actes ou en

scènes, les titres, les chapitres et la structure interne du texte etc.

3- Le niveau micro textuel qui nous informe sur la structure locale du

texte : niveau lexical, grammatical, narratif, discursif, linguistique,

le point de vue et la modalité etc.

4- Le contexte systémique, qui implique la comparaison de la

macrostructure, de la microstructure, du texte et des théories

appliquées afin de déduire les normes et contraintes qui ont guidé la

traduction.

Cette méthode d’analyse nous permettra dans le cadre de ce travail

d’analyser le corpus au niveau macrotextuel, c’est-à-dire les paratextes : les

titres, la première de couverture, les dédicaces, la quatrième de couverture,

les préfaces, la note de l’auteur, la note introductive, les glossaires etc.


67

3.2 Cadre méthodologique

3.2.1 Les modèles d’analyse d’un texte et sa traduction


Ce travail s’inspire des modèles d’analyse de Kruger et Wallmach, sur la

méthodologie de la description d’un texte source et de sa/ses traductions et

de Berman sur la critique des traductions.

3.2.1.1 Kruger et Wallmach


Lors de l’analyse comparative d’une œuvre et sa traduction, le chercheur

doit prendre en considération les relations existants d’une part entre le texte

source et les normes et conventions politiques, sociales, culturelles,

littéraires et textuelles du polysystème source et d’autre part le texte cible

et les normes et conventions politiques, sociales, culturelles, littéraires et

textuelles du polysystème cible. Selon les théoriciens de la traductologie

descriptive, il est préférable d’analyser préalablement le texte cible.

Cependant, si l’on veut effectuer une analyse adéquate des éléments du

texte source et du texte cible (expliquer les décisions prises par le

traducteur et les contraintes régissant le processus de traduction), il va de

soi que l’on devrait tout d’abord replacer le texte source dans son

polysystème afin de mieux cerner son contexte de production. Ensuite vient

la détermination du tertium comparationis. C’est un ensemble de

dimension invariables et indépendantes qui permettent de comparer les

segments du texte cible et du texte source (Kruger et Wallmach, 1997 :

123). Ces derniers ont relevé certains éléments qui sous-tendent une
68

analyse comparative entre un texte source et un texte cible. Le chercheur

doit s’assurer que bien qu’étant différents les uns des autres, les éléments

qu’il compare doivent avoir en commun certains attributs. Dès lors, il peut

procéder à l’analyse aux niveaux textuels. Il s’agit de la phase descriptive

de la recherche. Après cette phase, le chercheur entame la partie explicative

de la recherche, qui revient à contextualiser le texte en tenant compte des

normes et conventions politiques, culturelles, littéraires et sociales du

polysystème source et cible. Cette analyse nous permettra de mieux cerner

l’approche du traducteur, les décisions qu’il a prises au cours de la

traduction et les contraintes auxquelles il était soumis.

Selon Kruger et Wallmach (1997), ce n’est qu’après avoir achevé la

comparaison à ce niveau que la norme initiale du traducteur sera clairement

définie. Autrement dit, ce n’est qu’après cette phase que le chercheur sera

en mesure de déterminer si le traducteur s’est conformé soit aux normes

du texte source ou aux normes du texte cible et s’il a pu effectuer un

compromis culturel.

3.2.1.3 Antoine Berman


Berman propose quatre étapes pour la critique d’une traduction. La

première consiste à effectuer une lecture de traduction qui n’est en aucun

cas considérée comme un texte second, possédant moins de valeur que

l’original. A ce sujet, il affirme :


69

La première lecture reste encore inévitablement, celle d’une « œuvre

étrangère » en français. La seconde la lit comme une traduction, ce

qui implique une conversion du regard. Car, comme il a été dit, on

n’est pas naturellement lecteur de traductions, on le devient.

(Berman, 1995 : 65), cité par Bouvet, 1995 :1).

Cette première lecture permet au traducteur d’avoir des impressions de

lectures qui ne sont influencées de quelque manière que ce soit par le texte

original.

La deuxième étape consiste en une analyse pré-textuelle, axée sur le

repérage de certaines zones problématiques. C’est au cours de cette étape

que le traducteur effectue des lectures collatérales qui pourront lui

permettre de mieux cerner l’œuvre et prend également connaissance de

l’étayage de la traduction. Tout ceci lui permettra de préparer la

confrontation entre l’œuvre et sa traduction.

La troisième étape consiste à effectuer des recherches en ce qui concerne

l’identité et la position traductive du/des traducteurs. Le critique doit

s’informer des écrits du traducteur sur la traduction, et son projet de

traduction doit être analysé avec minutie.

En dehors du rapport qui lie le traducteur à son projet de traduction, il

existe un autre lien important d’après la perspective herméneutique : la

traduction existe en tant que fragment faisant partie d’un ensemble plus
70

vaste qui englobe l’original, les traductions précédentes et le travail déjà

accompli. Ceci signifie qu’aucune traduction ne remplace jamais

l’original ; elle entretient plutôt une relation avec lui, le complète et montre

en même temps ses propres lacunes. Toute nouvelle traduction ou

retraduction ne fait pas disparaitre celles qui l’on précédée.

La quatrième et dernière étape c’est l’analyse de la traduction afin de

retracer l’horizon de traduction. C’est l’étape la plus importante de la

critique des traductions. Elle s’établit sur la base d’une confrontation entre

les éléments précis des deux textes d’une part (passages sélectionnés dans

l’original, zones textuelles problématiques dans la traduction etc.), et

d’autre part, entre le projet de traduction et la façon dont il a été réalisé.

Elle doit aussi tenir compte des autres traductions du texte, qu’elles soient

antérieures, contemporaines, ou encore effectuées dans une autre langue.

Une fois l’analyse de la traduction terminée, on peut procéder à l’étude de

sa réception. Dès lors, le critique peut élaborer une critique productive de la

traduction et dégager certains principes devant guider une éventuelle re-

traduction du texte. La critique des traductions n’a donc pas pour but de

proposer une nouvelle version du texte mais simplement de donner des

éléments de réflexion pour effectuer une traduction plus adéquate que les

précédentes.
71

Cette méthode bermanienne de la critique des traductions nous permettra

de d’analyser la traduction selon les critères de poéticité et d’éthicité et

selonla position traductive des traducteurs. La version française de Sozaboy

comporte une préface d’Alain Mabanckou, une note introductive de

William Boyd, une note de l’auteur qui a été traduite de la version originale

par les traducteurs et enfin une note des traducteurs dans laquelle ils

élaborent clairement leur projet de traduction. D’autres textes

d’accompagnement tels que les entretiens donné par les traducteurs nous

informerons encore mieux sur leur position traductive.

3.2.2 Méthodologie
Cette étude est basée sur une analyse textuelle de type empirique, c’est-à-

dire fondée sur l’observation. Notre corpus sera succinctement analysé en

trois phases, à la lumière des méthodes d’analyse de Lambert et Van Gorp,

Kruger et Wallmach . L’analyse systémique qui constitue la première phase

a été réalisée au niveau se chapitre deux. Les analyses au niveau macro et

microtextuels seront effectuées au chapitre quatre.

3.2.2.1 Analyse systémique


A cette étape, nous avons replacé l’œuvre et sa traduction dans leurs

polysystèmes littéraires en nous appuyant sur la théorie des polysystèmes.

Nous avons d’une part présenté le contexte de parution de l’œuvre et sa

traduction. D’autre part, nous avons présenté l’auteur, son idéologie, les

traducteurs et leur position traductive, les maisons d’éditions et les


72

récepteurs. Grâce aux résultats que nous avons obtenu à ce niveau, nous

pourrons analyser le texte aux niveaux macro et microtextuels.

3.2.2.2 Analyse macrotextuelle


A la lumière de la méthode de Kruger et Wallmach, nous allons présenter

le texte dans sa macrostructure. Nous allons entre autre présenter le style de

l’œuvre, son genre, le titre, la structure narrative et discursive du texte les

préface, les dédicaces, la note de l’auteur, la note des traducteurs, les

maisons d’édition, bref l’aspect général du texte, qui nous conduira à

l’analyse microtextuelle.

3.2.2.3 Analyse microtextuelle

3.2.2.3.1 Constitution et méthode d’analyse du corpus


Dans cette partie, il est question de donner les caractéristiques du corpus,

de définir les critères de constitution du corpus et de présenter le modèle et

la méthode d’analyse du corpus.

3.2.2.3.1.1 Constitution du corpus


La présente étape a consisté à lire le texte source afin de relever les

éléments caractérisant l’écriture de la résistance et de voir comment ils ont

été rendus dans la version française. Le corpus que nous analysons est

constitué d’éléments qualitatifs. Il est bilingue avec comme texte source

(Anglais) le roman « Sozaboy, a Novel Written in Rotten English » de Ken

Saro-Wiwa, paru au Nigéria en 1985 et comme texte cible sa traduction en

français intitulé « Sozaboy, Pétit mininitaire » réalisée par Amadou Bissiri


73

et Samuel Millogo en 1998, trois ans après la mort de l’auteur de l’œuvre

originale. Ces éléments sont relevés et classés par catégorie dans des

tableaux présentés à l’annexe. Les éléments que nous étudions sont

présentés en caractère gras pour les mettre en exergue.

Nous analysons un corpus parallèle constitué de 95 couples d’extraits

(Texte source et texte cible), contenant 17 couples d’extraits de noms, 8

couples d’extraits de répétitions, 20 couples d’extraits d’onomatopées, 12

couples d’extraits de proverbes, 29 couples d’extraits de néologismes, 12

couples d’extraits d’emprunts.

3.2.2.3.1.2 Méthode d’analyse du corpus


Notre travail porte sur la traduction de l’écriture de la résistance. Les

éléments de notre corpus ont été regroupés en six catégories : les noms

propres, les répétitions, les onomatopées, les néologismes et les emprunts.

L’analyse de notre corpus suivra les étapes suivantes :

- Présentation de l’un des éléments d’analyse que nous avons

mentionné plus haut ;

Exemple : Noms

Nous réunissons sous le vocable d’onomastique l’étude des noms de

personnes (anthroponymes), des noms de lieux (toponymes).


74

- Présentation parallèle de chaque élément et de sa traduction (un

extrait du TS et l’extrait du TC correspondant) ;

Exemple :

TS : Even I begin to call the man ‘Manmuswak’. (P95)

TC: Même je commence pour appeler l’homme-là “l’homme-doit-viver”.

(P162)

- Présentation du rôle ou de l’effet de cet élément dans le passage en

question ;

Exemple :

Ce nom rentre dans la catégorie des anthroponymes. Il est attribué au

Soldat ennemi qui s’est approché de la tranchée de Méné pour un moment

de fraternisation. On se rend compte que ce nom est composé de trois

mots : « Man », « Mus », « Wak » qui veut dire selon le glossaire « A man

must live (eat) by what ever means ». Nous constatons qu’à travers cet

anthroponyme, l’auteur se livre à un jeu de mots pour démontrer qu’au

front l’on a besoin de manger pour résister.

- Description et explication de la traduction en vue de déterminer les

procédés et les stratégies de traduction utilisés.


75

Selon la tendance générale des procédés et de la stratégie utilisés, nous

déterminerons la stratégie générale de la traduction. Au terme de notre

analyse, nous évaluerons la traduction au sens bermanien du terme, à partir

de la position traductive des traducteurs.

Exemple :

Les traducteurs de la version française ont rendu ce nom par « l’homme-

doit-viver ». Ils restent dans le même esprit que l’auteur en traduisant

littéralement cet anthroponyme. Il utilise la technique de traduction littérale

pour démontrer son importance et respecter l’idée que l’auteur a voulu

communiquer. En effet, l’auteur charge ce nom de plusieurs attributs qui ne

sont finalement que l’illustration de ce qu’est la guerre.

Conclusion

Dans ce chapitre, il était question pour nous de présenter d’une part les

théories à la lumière desquelles nous analysons ce travail. Nous avons

présenté l’approche de la Descriptive Translation Studies qui nous

permettra de décrire les stratégies employées par les traducteurs, la théorie

des polysystèmes, qui nous a permis de replacer l’œuvre dans son

environnement sociopolitique, historique et littéraire, la théorie de l’école

de la manipulation qui nous permettra d’analyser le texte à travers le

paratexte et de voir si les traducteurs ont réussi à réécrire le texte en

respectant l’intention de l’auteur tout en considérant les récepteurs, la


76

théorie bermanienne de la critique des traductions qui nous informera sur la

position traductive et le projet de traduction des traducteurs. D’autre part,

nous avons présenté les différents modèles d’analyses sur lesquels cette

étude sera basée et la méthodologie à suivre lors de l’analyse micro et

macro textuelles. Le chapitre suivra sera constitué de l’analyse et

l’interprétation du corpus.
77

CHAPITRE IV
ANALYSE DU CORPUS ET INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS

4.0 Introduction
Dans ce chapitre, il sera question d’analyser le corpus aux plans micro et

macro textuels. L’analyse macrotextuelle portera sur les éléments du

paratexte (titre, préface, première et quatrième de couverture, note de

l’auteur, note des traducteurs, style de l’auteur, genre, structure et division

du texte etc. L’analyse microtextuelle quant à elle portera sur l’analyse des

éléments qui caractérisent l’écriture de la résistance, notamment les noms,

les répétitions, les onomatopées, les proverbes, les néologismes, les

emprunts et.

4.1 Analyse macrotextuelle


Le paratexte est un ensemble de productions verbales ou non verbales qui

entourent un texte littéraire. Selon Gérard Genette (1987), l’hybridité

péritextuelle renvoie à tout ce qui, hors du texte lui-même, mais lié à lui,

contribue à en construire la lecture. Elle recèle des références aux deux

champs d’appartenance linguistique et culturelle de l’œuvre, sur le plan

éditorial (éditeur, collection, illustration, quatrième de couverture) et

métatextuel (les titres, les préfaces et postfaces de transfert, les notes et les

glossaires).

4.1.1 Style de l’auteur


Comme bon nombre d’auteurs, Ken Saro-Wiwa utilise la langue des

colonisateurs pour exprimer les réalités locales. Un tel emploi de l’outil


78

linguistique revient à un mélange ou métissage linguistique dans lequel

cohabitent les langues maternelles et plusieurs autres langues.

En effet, Sozaboy brille par l’originalité d’une écriture où fusionnent

admirablement les lois de l’oralité et celle de la narration. Véritables textes

hybrides, ses œuvres représentent les efforts de Saro-Wiwa à jouer sans

retenue avec la langue anglaise. Il s’amuse à faire éclater la langue anglaise

afin de lui prêter la luxuriance et le pétillement propres aux langues

africaines. Dans la note de l’auteur, il s’exprime en ces termes : « Highlife

et Sozaboy » sont nés de ma fascination devant la souplesse de la langue

anglaise et de mon observation attentive de la langue parlée comme écrite

par une frange de la société nigériane ». (p.22)

Toutes les techniques utilisées pour y parvenir contribuent à mettre en

place un style d’une richesse notoire. Aussi, note t- on dans cet ouvrage la

présence des métaphores et images de toute sorte, des proverbes et

idiotismes caractéristiques de la littérature et de la tradition africaine.

Exemple1:

TS: Some people have sold their eyes and their ears to the big sozas for

their belly. (TS p.156)

TS : Y a des gens qui ont vendu leurs yeux et leurs oreilles avec les chefs

minitaires pour gagner quelque chose mettre dans leur ventre. (TC p. 267)
79

Dans les deux textes, les « yeux », les « oreilles » et le « ventre » sont des

métaphores qui symbolisent la corruption, la cupidité, l’individualisme et

l’égoïsme.

Ken Saro-Wiwa fait partie des auteurs qui sont plus que déterminés à

s’approprier le genre occidental qu’est le roman et lui attribuer des

caractéristiques de la littérature africaine. On retrouve dans Sozaboy

différents types de discours s’identifiant à la classe des personnages en

situation de communication.

Exemple 2:

TS: Even I am a good Samaritan several times. […] Forgive me my

trespasses. […] The blood of our Lord Jesus Christ. Oh God, help me, I beg

you in the name of Jesus. ( p.47-48)

TC : Même j’ai fait bon Samaritain quelques fois. […] Pardonne-moi

mes offenses. […] Le sang de Notre-Seigneur Jésus. Oh mon Dieu aide

moi. Je te supplie au nom de Jésus. (p.93-94)

La langue de Sozaboy n’est pas un pidgin répertorié appartenant à une ou

plusieurs des langues parlées au Nigéria. On a affaire ici à un véritable

bégaiement de la langue par la création d’un idiome hybride qui n’existe

pas, mais dont les ingrédients sont un mélange d’excellent anglais standard

(on y sent l’influence de la Bible), voire de langue soutenue quelque peu


80

archaïsante lo and behold!, d’anglais corrompu parlé believe me yours

sincerely, de dialectes juju pour medicine man ou shaman, wuruwuru pour

chicanery ou cheating, na je-je pour it’s stylish, de reformulations mal

prononcées de mots anglais mal compris dans un contexte d’oralité Tan

Papa dere pour Stand properly there, ou encore San Mazor pour Sergeant

Major.

Face à ce genre de langue, il incombe souvent au traducteur la

responsabilité de trouver une coloration équivalente dans la culture

d’arrivée. Ainsi, cette langue qui reflète la classe sociale et le niveau

d’éducation du jeune Méné, est rendue par un français pourri appelé le

Yirmoaaga. Les similarités entre les langues africaines, d’une part, et entre

l’expérience coloniale britannique et française, d’autre part, ont permis aux

traducteurs de recréer le style original de Sozaboy dans le texte cible.

L’innocence et la naïveté du héro dans le TS sont préservées dans le TC.

4.1.2 Le genre de l’œuvre.


Sozaboy est une œuvre littéraire, un roman dans lequel se produisent

nombre d’évènement choquants. Ce qui fait la particularité de cette œuvre

c’est la façon dont Saro Wiwa présente et décrit ces évènements. L’une des

raisons du choix de ce genre c’est que les romans ont tendance à accorder

beaucoup d’importance au style de rédaction et à la psychologie des

personnages. Sozaboy accorde beaucoup d’importance au personnage


81

principal, Méné, mais la description se fait dans un style particulier, qui

s’écarte d la norme endogène. Salué par William Boyd dans sa note

introductive comme « l' un des grands chefs-d'œuvre de la littérature

africaine », ce roman tient sa force de la langue choisie par Ken Saro-Wiwa

: un « anglais pourri » (rotten english) mélange de pidgin, d'anglais dégradé

ou idiomatique, d'emprunts aux langues nigérianes et de créations dont la

traduction française rend parfaitement compte. Originale et bouleversante,

cette œuvre représente l’une des plus efficaces dénonciations de la guerre et

de ses folies. La subversion de la langue de domination dans le cadre

même du genre canonique du roman est, pour le colonisé ou pour le

dominé, un moyen de s’approprier, par le langage, la langue du

colonisateur et par là même, de prendre soi-même résolument sa place dans

un système de domination sans rester assigné à la place du dominé. Pour

comprendre cette langue de l’auteur et celle utilisée par les traducteurs, les

récepteurs devraient peut-être sortir de leur francité. Les traducteurs

présentent les évènements de la même façon que le texte source, car on

perçoit dans leur texte la même perspicacité qu’avec le TS.

4.1.3 Titre du texte


Selon Jean Claude Bouillon (2001), le titre est la « véritable clef de voûte

de l’œuvre ». D’une manière générale, le choix d’un titre n’est pas le

résultat du simple hasard. Le titre renferme souvent une nuance poétique. Il

est parfois énigmatique ou elliptique et se prête à diverses interprétations.


82

Rares sont donc des titres privés de sens métaphoriques. À les observer de

très près, les titres des romans obéissent curieusement à une parfaite

rythmique. Dans son ouvrage intitulé Seuils, Genette identifie trois

fonctions de base des titres : identifier l’ouvrage, désigner le contenu et le

mettre en valeur. En plus de ces trois valeurs, on peut affirmer que le titre

conditionne la lecture d’un texte. Il facilite sa diffusion et stimule la

curiosité du lecteur.

Notre corpus s’intitule Sozaboy. Après lecture et analyse du texte, on

constate qu’il s’agit d’un titre éponyme : c'est-à-dire un titre inspiré du nom

du personnage. Ainsi Sozaboy qui fait l’objet de cette étude est un titre

éponyme qui pourrait se révéler à première vue surprenant. Cependant, l’on

découvre assez vite qu’il s’agit d’un mot inspiré du pidgin, signifiant

« soldier boy ». L’invention et la créativité de Saro-Wiwa sont

séductrices car elles rappellent que la langue vit et s’adonne volontiers au

métissage. Le traducteur est souvent confronté au problème de la traduction

du titre de l’œuvre qui n’est pas du tout facile. Or le titre est la porte

d’entrée de tout texte. Si donc sa traduction est erronée, elle influencera

certainement la réception. C’est certainement parce que les traducteurs

l’ont bien compris qu’ils proposent une version française du roman au titre

évocateur de Sozaboy, Pétit minitaire, puisé dans le français parlé

d’Abidjan. En effet, les traducteurs rendent la même violence sur le plan


83

linguistique en utilisant ce français d’Abidjan. Le titre Sozaboy renvoie

également au surnom du narrateur, Méné. La lettre majuscule donne tout à

coup une épaisseur humaine à la fonction, une humanité. L’emploi du

pidgin dans le titre implique un narrateur populaire, un garçon issu d’un

milieu modeste avec peu d’instruction. Ā travers ce titre, nous comprenons

également que Ken Saro-Wiwa s’écarte de la norme standard et précise le

sens qu’il donne à la langue utilisée. Le sous titre de l’œuvre « A Novel in

rotten English », vient d’ailleurs corroborer cet argument. En effet, comme

l’affirme l’auteur,

This language is disordered and disorderly […] It thrives on

lawlessness, and is part of the dislocated and discordant society in

which Sozaboy must live, move and have not his being.(Note de

l’auteur).

L’une des caractéristiques de Sozaboy est la dualité ; il est couplé à un

sous-titre comme s’il ne suffisait pas, à lui tout seul, à renseigner sur la

nature du récit. Nous avons noté que si le roman de Saro-Wiwa se décline,

dans la deuxième partie de l’intitulé, en tant que roman écrit en anglais

pourri, seul le titre principal identifie le roman au récit de guerre. Le sous-

titre n’apporte qu’une précision mais pas des moindres parce qu’elle donne

l’impression de mettre sur un pied d’égalité le phénomène que l’auteur

décrit et la langue qu’il utilise pour le faire.


84

Si le registre de langue employé dans ce titre identifie le héros socialement,

il est aussi signifiant de la société dont il est issu. Sozaboy représente alors

deux entités : Sozaboy nomme l’individu Méné, en même temps que

l’origine du nom Sozaboy identifie la société nigériane, unissant le destin

individuel au destin collectif, en une sorte de synecdoque sociétale.

L’emboitement du titre se répercute sur la structure narrative. Il est

important de mentionner que le terme « sozaman »(p. 181) est aussi

employé dans le texte. « Boy » souligne la jeunesse du héros et rend plus

tragique par ce biais la destinée d’un adolescent qui s’est fourvoyé dans la

guerre.

Enfin, le substrat linguistique de Sozaboy représente métaphoriquement le

substrat de la guerre sur le plan linguistique. Car l’auteur choisit d’écrire

dans une langue qui n’a « ni règles ni syntaxe ». En observant la dislocation

des règles du discours, on observe la dislocation des règles de la société. Ā

travers ce titre, on prend conscience d’une utilisation de la langue qui unit

étroitement le sens, la révolte et la résistance qu’inspire le récit tout entier.

4.1.4 Les maisons d’édition


Sozaboy, A Novel written in Rotten English, a été publié pour la première

fois en 1985 par la propre maison d’édition de l’auteur, Saros International

Publishers. Il est publié de nouveau en 1994 par Longman dans sa série

« Longman African Writers ».


85

Sozaboy (Pétit minitaire) a été publié pour la première fois dans la

collection « Afriques » des Éditions Actes Sud, dont le directeur, Bernard

Magnier, résume l’intention et la motivation en décidant de publier

Sozaboy en trois points :

1) la personnalité de l’auteur et d’une certaine façon le devoir de

mémoire dû à un écrivain qui a payé de sa vie l’affirmation de ses

idées (Ken Saro-Wiwa a été condamné à mort et exécuté par le

gouvernement nigérian en novembre 1995).

2) L’exceptionnelle qualité d’un roman sur la destinée d’un Candide

éperdu dans la guerre du Biafra à laquelle ce « pétit minitaire »

participe pour les beaux yeux et les « ampoules cent watt » de sa

fiancée…

3) L’originalité de la langue de Ken Saro-Wiwa qui a décidé d’écrire

ce roman en « anglais pourri », rendue en français grâce à la fidélité

et la créativité de Samuel Millogo et Amadou Bissiri, deux

traducteurs burkinabé (pour la première fois un romancier africain

est traduit par un duo de traducteurs africains), qui ont choisi de

transposer l’anglais du romancier nigérian en français d’Afrique de

l’Ouest. » (Cité par Konkobo 2009 : 40)

Comme on le constate, en plus de la fonction expressive et esthétique de

toute œuvre littéraire, les Éditions Actes Sud assignent également une
86

fonction politique et idéologique au texte cible, c’est-à-dire rendre

hommage à un écrivain qui a payé de sa vie son engagement en faveur des

droits de l’homme. La maison d’édition « Éditions Actes Sud », en tant que

l’initiateur de la traduction de l’œuvre de Saro-Wiwa, a sollicité les

services des traducteurs, S. Millogo et A. Bissiri, les producteurs du texte

cible.

4.1.5 Note de l’auteur


La « note de l’auteur » qui précède le roman s’ouvre sur l’évocation d’un

professeur d’Université, Mr. O. R. Dathorne, présenté comme le lecteur de

la première nouvelle de Saro-Wiwa,  « High Life » : « l’un de mes

professeurs, M. O. R. Dathorne, qui l’a lue et qui l’a peut-être aimée »

(p.17). Citant l’introduction rédigée par le même O. R. Dathorne, Saro-

Wiwa convoque une nouvelle figure de lecteur, celle du lecteur européen

qui n’aurait pas été en mesure de comprendre le moindre mot d’un texte

rédigé en « vrai pidgin » : «the piece is not in true “Pidgin” which would

have made it practically incomprehensible to the European reader » (« il

ne s’agit pas de vrai pidgin

qui l’aurait rendue pratiquement incompréhensible pour le lecteur européen

» p.17)

Saro-Wiwa définit l’ « anglais pourri » comme un composite de pidgin

nigérian, d’anglais « cassé » et d’un anglais idiomatique dont la norme peut


87

être nigériane (Nigerian Standard English) aussi bien que

britannique : « Sozaboy’s language is what I call « rotten English », a

mixture of Nigerian Pidgin English and occasional flashes of good, even

idiomatic English » p. 22.

Dans sa note de l’auteur, Saro-Wiwa se garde d’employer le terme

d’appropriation. Il se réfère plutôt à l’ouvrage The New Englishes de John

Talbot Platt, Heidi Weber et Ho Mian Lian (1984), qui affirment que

l’anglais – « English », au singulier et avec majuscule – a donné naissance

à de nouveaux anglais, aussi distincts que pluriels –« englishes », au pluriel

et sans majuscule.

4.1.6 La note des traducteurs


Le pacte de lecture le plus complexe est celui mis en place dans la « Note

des traducteurs » qui accompagne la version française de Sozaboy.

Samuel Millogo et Amadou Bissiri ne signent pas leur préface de leurs

noms, mais ils indiquent le lieu de sa rédaction ainsi que sa date de

manière aussi explicite que sur un courrier : « Ouagadougou, le 25

janvier 1998 » p.22. Ce texte se présente comme la « Note de l’auteur » («

Author’s Note ») qui mentionnait, elle aussi : « Port Harcourt -1985 » p.23.

Mais cette note s’intéresse moins à la situation des traducteurs qu’à celle

des différents lecteurs. Le souci majeur des traducteurs semble être, en

effet, l’écart qui sépare le lecteur français du lecteur francophone

d’Afrique. Millogo et Bissiri s’interrogent :


88

Si l’on choisit de simplifier – et jusqu’où ? – pour rendre la langue

compréhensible d’emblée à toute la communauté francophone,

ne court-on pas le risque de s’aliéner le public africain » ? p.19.

Les deux traducteurs français évitent de tomber dans le piège de

l’«équivalent» linguistique. Le français de Pétit Minitaire n’est mimétique

d’aucune variété de français africain.

Les deux traducteurs revendiquent donc dans la note des traducteurs,

l’emploi d’une langue totalement différente qui ne respecte pas la lettre du

texte, seulement pour rendre la stratification linguistique du texte source.

Ils demandent aussi pardon à Ken Saro-Wiwa au cas où ils auraient été des

interprètes peu fidèles.

4.1.7 Glossaire
Tout mot qui s’accompagne d’une note de bas de page, d’une note de fin de

volume ou encore d’une entrée dans un glossaire, est construit comme

fortement étranger. D’après Gérard Genette, le recours à l’annotation met

en péril le statut du texte littéraire dont il perturbe le fonctionnement.

L’emploi de l’appareil de notes, particulièrement fréquent dans les

littératures dites « francophones » ou plus largement « postcoloniales »,

peut cependant faire penser qu’il s’y développe une poétique singulière.

C’est le cas de l’œuvre que nous étudions.


89

Écrit dans une langue imaginaire appelée « rotten English » (« anglais

pourri »), le texte est suivi d’un glossaire comprenant des termes de

provenances diverses : haussa, kana, pidgin – sans qu’il soit toujours

possible de distinguer les apports de l’une ou l’autre langue. Le lecteur

anglophone apprend, par exemple, que dans « the town people begin to

hala » (Sozaboy,p.7), « hala » signifie « holler, shout ». Il lui faudra sans

doute recourir au glossaire pour comprendre « they fit come take these legs

wey I no get » (Sozaboy, p.7), où « fit » signifie « can, to be able » et «

wey » signifie « who ».

Le glossaire qui se trouve dans la version anglaise de Sozaboy constitue

sans doute la forme la plus spectaculaire du paratexte dans un ouvrage de

fiction. Curieusement, aucun indice ne vient marquer les termes indexés

lors de leur apparition dans le corps du texte. Dans la traduction française

en revanche, qui reconduit l’utilisation du glossaire, les termes qui y

figurent sont indiqués par un astérisque comme l’apprend l’unique note de

bas de page : « * les expressions suivies d’un astérisque sont expliquées

dans le glossaire en fin de volume » (p. 23). Le glossaire est composé de

deux colonnes ; à gauche sont listées les entrées et, dans la colonne de

droite, se trouve soit une traduction en anglais standard, soit un renvoi à

une autre entrée, soit l’aveu d’une impossibilité à traduire, comme dans les

deux cas suivants :


90

Exemple 3 :

Heavy: (Untranslatable as used here.Denotes pride of the speaker in

foregoing event). (p.182)

Exemple 4:

Which one I dey: Untranslatable. Roughly: what’s my role? (P 186)

La colonne de gauche est considérablement plus hétérogène.

Grammaticalement, on y trouve des conjonctions, des substantifs, des

adjectifs, des expressions idiomatiques, des verbes et des adverbes.

Linguistiquement, l’hétérogénéité n’est pas moins grande. Il n’est pas

toujours possible d’attribuer de manière sûre un terme à telle ou telle autre

langue : dans la plupart des cas, plusieurs possibilités sont valables

simultanément. Ainsi, «wuruwuru », glosé par « chicanery, cheating »,

provient sans doute du kana mais est familier à tous les locuteurs du pidgin

de l’Afrique de l’Ouest. Sans doute « gratulate » («congratulate »)

appartient-il à l’anglais standard du Nigeria tandis que «throway » («

throw away ») relèverait plutôt du Broken English, mais ce n’est qu’une

supposition. « Abi » (« or, is it ? ») est fréquemment employé en pidgin

(Enpi) de même que « wahala » (« trouble, hullabaloo ») qui provient, lui,

du haussa. Certaines entrées ne posent pas de problème de langue mais de

référent : ce ne sont pas les compétences linguistiques mais les

connaissances des récepteurs qui peuvent faire défaut. Le fait que l’auteur
91

explique « free born », qui ne présente aucune difficulté linguistique,

indique que le lecteur ignore les particularités culturelles d’un pays où se

distinguent, particulièrement chez les Igbos, deux castes : les Nwadiala

(Freeborn) et les Osu (plus ou moins intouchables). Seul un lectorat

anglophone peu familier de l’Afrique de l’Ouest peut être le destinataire de

ce glossaire.

4.1.8 La 1ère et la 4ème de couverture


Selon Assia Djebar, l’illustration de couverture joue un rôle important

dans la perception de l’œuvre traduite. La première de couverture rentre

dans ce qui est appelé paratexte subsidiaire. Il a pour but de baliser le

chemin du lecteur dans son travail d’élucidation, de crédibiliser l’aventure

guerrière en lui donnant des repères topographiques.

Sozaboy arbore en page de couverture, le portrait dessiné d’un soldat. Ce

dessin a l’air d’une caricature. Ce qui est d’emblée frappant c’est le regard

vide du soldat aux traits tirés. On a la nette impression que ce dernier est

complètement désabusé et ne sait plus où il en est. Voilà sans doute une des

postures dans laquelle Méné, le narrateur a dû se retrouver. Cette photo

contraste beaucoup avec celle choisie par les traducteurs de la version

française, Samuel Millogo et Amadou Bissiri, pour illustrer la couverture

de la version française de Sozaboy, pétit minitaire. Sur cette couverture, on

voit un enfant-soldat assis, le regard naïf, avec une arme accrochée sur ses

épaules. Dans la version rééditée en 2009, on voit sur la page de couverture


92

un enfant-soldat, l’arme à la main, traversant un chemin de brousse. Le

choix de cette photo ne cadre pas avec tous les détails que le texte nous

donne. Cet enfant ne ressemble pas au héros du roman : il est vêtu d’un

débardeur et d’une culotte, porte des sandales et des bas à la place des

chaussures militaires. Il contraste beaucoup avec le Méné de l’œuvre, avec

son bel uniforme même si celui-ci a perdu de son éclat à la fin de la guerre.

Le lien le plus évident entre l’apparition du nom des traducteurs et

l’hétérolinguisme se donne à lire sur la couverture de la traduction

française de Sozaboy. Cette première page mentionne, de haut en bas : le

nom de l’auteur, Ken Saro-Wiwa, un titre, Sozaboy, un sous-titre : « roman

écrit en "anglais pourri" (Nigeria) » et le nom des deux traducteurs,

Samuel Millogo et Amadou Bissiri (dans cet ordre). Il est en l’occurrence

aisé d’établir le lien entre ce choix de présentation et la ligne éditoriale.

Sur la quatrième de couverture de l’œuvre, se trouvent une brève

bibliographie de l’auteur, suivi de la présentation de l’œuvre et des

commentaires ou appréciations de certaines personnalités sur la qualité de

l’œuvre. Enfin, le nom de la maison d’édition (Saros Star Series) est

mentionné au bas de la page.

La quatrième de couverture de la version française porte d’une part la

photo du héros, un extrait de l’œuvre (1 er paragraphe du chapitre 1). Cet

extrait est signé par les initiales du nom de l’auteur K. S-W. D’autre part, la
93

couverture présente aussi brièvement l’œuvre, et donne une brève

bibliographie de l’auteur. En fin de page, le nom de la maison d’édition est

mentionné : Terres Solidaires.

4.1.9 Dédicace
Selon Genette, la dédicace consiste « à faire l’hommage d’une œuvre à une

personne, à un groupe réel ou idéal, ou à quelque entité d’un autre ordre ».

Le principe moteur de la dédicace est l’hommage, signe de gratitude,

d’admiration. Elle rend public un lien intime de l’auteur avec le dédicataire.

Par son entremise, une expérience se lie à une autre, un esprit s’adresse à

un autre, une tendresse en étreint une autre. La dédicace concerne des êtres

humains, proches ou non, victimes ou compagnons d’infortune.

La dédicace de Sozaboy est plutôt concise et joue une fonction privée. Il

s’agit d’un homage filial, “For my father, Chief J.B. Wiwa (1904-) with

love and gratitude”. Dans cette dédicace, Saro-Wiwa adjoint la mention du

statut social du dédicataire et joue sur la précision qu’il apporte par les

mots « love and gratitude » qui à notre avis sont inclus implicitement dans

l’idée même de la dédicace. Un élément plutôt inhabituel qui frappe le

lecteur est la date de naissance rattachée à un tiret qui appelle logiquement

la date de décès. D’ordinaire, cette présentation indique que la personne est

encore en vie.
94

Le fait que Saro-Wiwa ne connaisse pas la date de la mort de son père

voudrait-il dire qu’il ne sait rien sur les circonstances, (de date notamment)

de la disparition de son père. Ou bien peut-être qu’au moment où il

rédigeait la dédicace, son père était encore en vie. L’insistance sur la figure

paternelle suggère un lien intellectuel et affectif précocement rompu ; la

date qui manque pourrait révéler l’hypothèse selon laquelle Sozaboy n’a

pas de père et dépend fortement de sa mère, étant donné qu’on ne

mentionne nulle part dans l’œuvre le nom de son père. L’émotion que

suscite la dédicace aussi bien chez l’auteur que chez le lecteur, oriente le

questionnement sur la guerre destructrice des liens sociaux et

déstabilisatrice des familles. La version française de l’œuvre, comporte la

même dédicace qui a été traduite en français.

Le phénomène de la dédicace s’avère bien complexe. La dédicace serait

alors le lieu le plus sincère où se dévoilerait l’écrivain dans son rapport à

l’espace extérieur. Nous avons vu comment elle mettait en jeu ce dernier,

en le rattachant directement au conflit. La dédicace empêche l’oubli, elle

donne corps au vécu de l’auteur, entrouvrant la porte de son intimité, de

son expérience. C’est en cela qu’il veut rester à la fois homme et écrivain

authentique et cette quête d’authenticité, il la poursuit au-delà du titre et de

la dédicace grâce à d’autres éléments qui ressortissent encore du paratexte.


95

4.1.10 Structure interne


L’œuvre s’ouvre sur la note de l’auteur, suivie de la première page de la

narration qui se termine par un glossaire de cinq pages. Il s’agit d’une

narration rédigée en prose, assortie du dialogue et en paragraphes de

longueur inégales. Les paroles des personnages sont présentés entre les

guillemets “ ” et l’auteur va à la ligne à chaque nouvelle prise de parole,

lorsque le dialogue continue sans narration.

La traduction quant à elle s’ouvre sur la présentation de la maison d’édition

Terres Solidaires par Nathalie Carré(p.7), suivie de la préface d’Alain

Mabanckou (p.11), de l’introduction de William Boyd(p.13), de la note de

l’auteur(p.21) et enfin de la note des traducteurs(p.23) .

Sozaboy, disposé sur 186 p. pour la version anglaise et 292 p. pour la

version française, compte vingt et un chapitres de longueur plus ou moins

égale. Sous la plume de Saro-Wiwa, ces chapitre passent pour des «

lombers », terme qui, à priori, est une mauvaise transcription (délibérée) de

« number ». Les chapitres 3 et 21 ont quatorze pages, le chapitre 2 en

compte onze, les chapitres 1, 8, 16, 17, 18, 19, 20 ont chacun dix pages et

les chapitres 4 et 9 ont chacun 9 pages. Le chapitre 15 est long de huit

pages tandis que les chapitres 5, 7, 10, 11, 12, 13 14 contiennent chacun six

pages. Le chapitre 6 est le moins dense de tous avec quatre pages

seulement.
96

Dans la version française, les chapitres sont intitulés « niméro », terme qui

est une corruption phonétique du mot « numéro ». Les chapitres 3 et 21

sont les plus long, avec chacun 20 et 21pages, les chapitres 8 et 19

comptent chacun 16 pages, les chapitres 2, 16, 17, 18, et 20 comptent

chacun 15 pages. Les chapitres 1 et 9 comptent respectivement 14 et 13

pages tandis que les chapitres 4 et 15 comptent chacun 12 pages. Le

chapitre 7 compte 11 pages. Les chapitres 11, 13 et 14 comptent 9 pages

chacun et les chapitres 5, 10, et 12 comptent 8 pages. Enfin, le chapitre 6,

qui est le plus court, compte 6 pages.

L’intérêt de ce décompte est de montrer que le roman présente un

émiettement structurel qui peut s’expliquer par le thème même du livre, la

guerre et la nature évanescente de certaines situations qui y ont cours. Cette

rupture qui s’observe au niveau de la structure ne fait que manifester la

résistance de l’auteur au plan structurel. C’est une stratégie qu’il emploie

afin de s’éloigner de la norme.

Ainsi par exemple, le chapitre premier qui couvre dix pages présente un

échantillon représentatif et significatif de la communauté villageoise : le

pasteur Barika, le chef Birabi, le crieur public (the town crier), le

handicapé, le directeur d’école, le chauffeur de l’unique camion. La

présentation sera complétée par un tableau de l’ensemble des habitants qui

se rendent sur la place de la ville où ils sont convoqués. Ensuite, l’auteur


97

fait un gros plan sur le personnage principal dès les premières lignes du

chapitre deux, et conduit le lecteur à travers une succession d’épisodes où il

découvre tour à tour Agnès et un autre personnage que Méné rencontrera

plus tard, lorsqu’il sera au front. Il s’agit de Manmuswak qui demeure,

jusque-là, anonyme. On ne le désigne que par sa taille, « the tall man ».

Le chapitre deux oriente la compréhension du reste du roman dans la

mesure où on y trouve deux des motifs qui vont marquer le destin du

héros : sa rencontre avec Agnès et la prémonition « Small time now the

world go end »p. 15 émanant de l’homme de grande taille.

La division du roman en « nombres » correspond à la succession

chronologique des événements depuis les origines de la passion de Méné

pour l’uniforme militaire, jusqu’à sa désertion du front, en passant par son

enrôlement. On y compte aussi les épisodes correspondant aux errances du

personnage qui va à la recherche de sa mère et de sa femme dans les camps

de réfugiés ; son retour au village après la guerre et son départ définitif

pour une destination inconnue. Ce découpage n’a donc rien d’arbitraire ; il

est au contraire motivé par des intentions de l’auteur qui veut que son héros

soit suivi pas à pas dans ses différentes péripéties. Les traducteurs ont donc

respecté la désarticulation de la syntaxe et la rupture au niveau du récit qui

s’observe dans la version originale.


98

4.1.10.1 La narration
Dans Sozaboy , un des lieux privilégiés des effets du découpage est la fin

et/ou le début des chapitres. En effet, beaucoup d’entre eux commencent

par une locution adverbiale ou conjonctive comme « so » (chapitres 5, 8, et

13 etc.), « then »(chapitre 6), « although »(chapitre 1), alors que l’analyse

ou la relation d’un fait semble avoir été épuisée dans le chapitre précédent.

Il arrive que le chapitre se termine au contraire sur une notation qui

interrompt le fil du récit et crée un effet d’attente lorsque le narrateur

change brusquement de sujet pour en embrasser un autre dans le chapitre

suivant. Nous en avons l’illustration dans la dernière phrase du chapitre 1

où le narrateur décline son identité professionnelle, et dans celle du

chapitre quatre où apparaît un mot assez expressif, « Trouble ! », dont

l’allure interjective pourrait laisser croire que le chapitre cinq sera consacré

à la relation des faits se rapportant à ce mot. Il n’en est rien ; le narrateur se

borne plutôt à nous parler de la visite, à Dukana, du représentant de l’État.

Un chapitre peut enfin se clore de façon abrupte au milieu d’un paragraphe.

Cette technique, comparable à l’enjambement en poésie, permet

d’entretenir le « suspense » et le récit reprend sur d’autres faits avec une

accélération dans le rythme. C’est le cas du chapitre deux dont la fin laisse

le lecteur perplexe. On s’attendait à un récit plutôt complet dans lequel le

narrateur irait jusqu’au bout de sa pensée.


99

Les chapitres du roman de Saro-Wiwa mettent en place un ordre

d’événements qui obéit plus à la pensée émotive du narrateur qu’à une suite

logique relevant des mécanismes de création littéraire, comme si pour

écrire son récit, l’auteur écoutait avant tout la voix de son personnage.

En conclusion, le TC cible ne présente pas de différence majeure au niveau

du style et du genre de l’œuvre. En ce qui concerne le titre, nous avons

constaté que celui de la version française comporte un sous titre, comme si

le titre à lui seul ne suffisait pas pour rendre compte du contenu de l’œuvre.

Cependant, les légères différences qui sont observées au niveau de la

structure interne sont dues au fait que le texte soit passé d’un système

linguistique à un autre (de l’anglais au français). Les traducteurs à ce

niveau ont dû prendre en compte la différence des récepteurs et le contexte

de réception différent afin prendre des dispositions visant à communiquer

efficacement à leurs lecteurs sans pour autant altérer le sens et le message

du texte source. C’est ce que l’analyse microtextuelle démontrera.

4.2 Analyse microtextuelle


Dans cette partie, il sera question pour nous d’analyser le corpus. Nous

observerons, ensuite décrirons les techniques employées par l’auteur afin

de rendre l’écriture de la résistance. L’identification de ces techniques nous

permettra par la suite de déterminer la stratégie globale ou l’orientation

générale de la traduction. Notre corpus est classé en six catégories, nous

analyserons ces éléments dans l’ordre dans lequel ils sont présentés dans le
100

corpus. Nous allons choisir dans chaque catégorie les éléments les plus

pertinents. Ces éléments ont été sélectionnés de façon à ce qu’ils soient

représentatifs des manifestations de l’écriture de la résistance dans le texte.

4.2.1 Les noms propres


La traduction des noms propres « constitue le passage d’une langue à une

autre sans qu’il y ait nécessairement changement de forme graphique. Elle

recouvre quatre traits de figures selon que le nom propre est traduit,

transcrit, translittéré ou conservé. Certains noms propres entretiennent un

rapport sémantique avec l’entité qu’ils désignent. Les noms propres

peuvent changer de forme graphique et parfois de prononciation au cours

du transfert. Les noms propres (anthroponymes et toponymes) que nous

retrouvons dans la version française subissent de légères variations qui les

affectent au plan morphologique, typographique etc.

Exemple 1:

TS : Although, everybody in Dukana was happy at first. (P.1)

TS: Quand même, chacun était heureux dans Doukana d’abord. (P.27)

Exemple 2:

TS: Duzia spoke first. Everybody know that Duzia will speak first. (P7)

TC : Douzia a parlé le premier. Tout le monde connait que Douzia va

parler le premier. (P35)


101

Exemple 3:

TS: This African Upwine bar is in interior part of Diobu. (P13)

TC : Ce Banguidrome africain est au fond de Diobou.(P44)

Dans ces exemples, on se rend compte que les traducteurs ont conservé le

toponyme doukana. Ils n’ont modifié que les voyelles « u », qu’ils ont

remplacé par « ou ».

Exemple 4:

TS: Wetin we dey go do dere? God alone sabi. Especially as Mr. Enemy

don die finnish and we no go shootam again.

TC: C’est quoi même on va pour faire là-bas ? Dieu seul connait. Surtout

que M. Ennemi-là a mouri fini et que on ne va pas tirer sur lui encore. (p.

141)

« Ennemi » est l’un des substantifs essentiels au récit de guerre qu’est

Sozaboy. Outre son interchangeabilité avec cet étonnant synonyme, le

substantif «ennemi» est susceptible de différentes graphies : mis entre

guillemets ou en petites majuscules d’imprimerie (« our sozas are killing

the ENEMY like fly », Sozaboy p.66). Il est même à l’occasion présenté

comme un nom propre : « Mr. Enemy » ( p.81) ; « M. Ennemi » p.146).

Les traducteurs traduisent ce nom propre littéralement pour produire le

même effet que l’on a lorsqu’on lit le texte cible. Ils réussisent à conserver
102

l’effet humoristique, ironique et sarcastique contenu dans la version

originale.

Exemple 5:

TS: So as I was passing he shouted: “Sozaboy!”(P61)

TC: Donc le moment que je passais il a crié : « Pétit minitaire !» (P111)

Sozaboy est le nom que les camarades de Méné lui donnent lorsqu’il

intègre l’armée. Ce terme qui est une déformation phonique du terme

« soldier boy », signifie en français standard « petit soldat ». Lors de la

traduction de ce nom, les traducteurs décident de préserver le style de

l’auteur. C’est pourquoi ils modifient également la structure phonique du

mot « petit militaire » pour obtenir « petit minitaire ». C’est d’ailleurs de

cet anthroponyme que l’œuvre tire son nom.

Exemple 6:

TS : Everytime I will be asking my friend, one boy we used to call Bullet,

when they will give us gun. (P73)

TC : Tout temps, je demande mon camarade qu’on appelle la Balle, c’est

quand même ils vont nous donner fusil. (P130)

Dans l’exemple ci-dessus, le substantif Bullet livre de lui-même sa

signification. Le dictionnaire bilingue Harrap’s Unabridged Dictionnary le


103

traduit par « ball » tout court. La définition la plus complète et la plus

intéréssante est celle que nous offre le dictionnaire anglais the Concise

Oxford Dictionary: “ a type of shot fired from a fairly small gun, usually

longer than it is broad and with a rounded or pointed end”. Cependant,

nous ne savons rien sur l’origine de ce nom dans l’œuvre. Se réfère t-il à la

fonctionnalité de la balle décrite dans la première partie de la définition

anglaise ou bien à la forme du projectile comme métaphore de la rondeur et

de la pointe précisées dans la deuxième partie de la définition ? Si cette

appellation ne met pas en évidence une particularité physique du

personnage, elle renvoie sans doute aux propriétés balistiques qui se

traduisent chez lui sous la forme d’une énergie débordante et se manifeste

par la force, l’endurance, la vigilance, et l’intelligence dont il fait preuve ;

mais peut-être encore plus par son engouement et par sa passion pour le

métier des armes. C’est au front que ce nom acquiert toute sa signification.

Ainsi, le personnage décide de souscrire à son destin onomastique : il

accepte de prendre la tête d’une unité de combat qui se positionne sur les

premières lignes du front. L’auteur ne prend donc pas la peine de rendre le

personnage porteur d’un nom conscient comme il l’a fait pour Sozaboy et

Manmuswak. Pour ce qui est de la traduction de ce nom propre, les

traducteurs trouvent judicieux de le traduire littéralement afin de ne pas

altérer le sens de son message. Ils rendent ce nom par « La balle ». Le

Grand robert définit la balle comme « un petit projectile métallique dont
104

on charge les armes portatives ou automatiques et certaines pièces

d’artillerie ». De ce nom, se dégage la même résistance que nous percevons

au niveau de la version anglaise. La décision d’appeler un de ses

personnages par le nom d’un projectile ne fait que traduire la volonté de

l’auteur de résister aux normes de la langue anglaise. Les traducteurs

auraient bien pu rendre ce nom autrement, en cherchant une autre réalité

qui dégage l’énergie comparable à celle du personnage ou bien créer un

nom à partir d’un trait caractéristique de ce personnage. Ils choisissent de

conserver la même étrangéité qu’on retrouve dans le texte source.

Exemple 7:

TS : I am just proud of the gun when I remember that with that gun Chief

Birabee go fall down for ground when he see me call me ‘sah’, ‘Oga’ and

‘massa’ and all those fine fine names. (P88)

TC : Je suis seulement fier de fusil-là quand je pense que avec fusil-là chef

Birabi va faire à genoux quand il me voit et puis il va appeler moi

« missié », « oga », « patron » et tous les jolis jolis noms-là. (P152)

Dans ces exemples, Méné se voit déjà attribuer ces jolis noms quant il va

intégrer l’armée. Il se dit que tout le monde va l’appeler « sah », « oga »,

« massa » qui sont des expressions pidginisées de « Sir », « Boss »,

« Master ». Dans la version française, les traducteurs traduisent « sah » et

« massa » littéralement par « missié » et « patron ». « Missié » est la forme


105

pidginisée de « monsieur », tandis que « patron » est déjà en français

standard. Par contre, ils empruntent le terme « oga » qui aurait bien pu être

traduit par « maitre », ou à défaut ils pouvaient omettre ce terme étant

donné qu’il est synonyme de patron. Ils décident de le laisser tel quel. C’est

une sorte d’étrangéisation. Les traducteurs voudraient à travers cette prise

de décision garder la couleur locale.

Exemple 8:

TS : Even I begin to call the man ‘Manmuswak’. (P95)

TC : Même je commence pour appeler l’homme-là “l’homme-doit-viver”.

Manmuswak rentre dans la catégorie des anthroponymes. Il entre en scène

pour la première fois dans le Banguidrome africain, où Méné vient de faire

la connaissance d’Agnès. Dépourvu de nom, il est cependant caractérisé

par sa taille « the tall man ». Plus tard au front, Méné décide d’appeler cet

homme Manmuswak à cause de la fraternité dont il fait preuve. Ce

substantif est formé de trois syllabes : Man, mus, wak. Ce terme est glosé

dans le glossaire par « a man must live (eat) by whatever means ». Le

dernier mot qui le compose est nous parait étrange, car il entre d’autant

mieux en consonance suggestive avec « walk » que tout lecteur pourrait

penser beaucoup plus aux mouvements exécutés par le soldat ennemi pour

rejoindre Bullet et ses hommes. Les traducteurs traduisent littéralement ce

nom : L’homme-doit-viver. Ce nom est également constitué de trois


106

syllabes : « l’homme », « doit », « viver ». De plus on constate que c’est

mot composé, ce qui traduit une sorte de résistance car ces termes sont

imbriqués de telle sorte que l’un ne va pas sans l’autre. Nous constatons

néanmoins que les traducteurs ont rendu « wak » par « viver » qu’ils

auraient pu rendre par « travailler ». Leur traduction s’adonne alors

volontiers à une sorte de jeu sur la langue car l’idée même de travail est

contenue implicitement dans l’idée de vivre. L’auteur et les traducteurs se

livrent alors à un jeu de mots pour montrer qu’au front, on a besoin de

manger pour tenir debout, c’est-à-dire résister. Manmusmak est donc un

surnom (appellation que l’entourage donne à une personne).

Exemple 9:

TS : And still am praying that God must help my mama and my young wife

Agnes with J.J.C. (P128)

TC : Et quand même je suis là prier pour que Bon Dieu n’a qu’à aider ma

maman et ma jeune femme Agnès avec ampoules 100 watts. (P210)

Agnès est la jeune épouse de Méné. Lorsqu’ils se rencontrent au

Banguidrome africain, Méné accole à son prénon l’accronyme J.J.C qui

selon le glossaire signifie Johny Just Come. Saro-Wiwa explique en ces

termes « it denotes a girl with lovely pointed breasts ». Ainsi, nous savons

donc que cet acronyme est accolé à son nom à cause de son identité

physique. Agnès semble être le personnage le plus important dans l’œuvre


107

après Méné, si l’on en juge par le nombre d’occurrences que nos avons

noté dans le roman : quarante en tout, soit une occurrence toutes les quatre

pages. Cet acronyme prend tour à tour le statut de surnom, de substantif et

d’épithète. Il a une sonorité envoûtante qui lui donne un air de nouveauté,

avec ce que cet adjectif comporte de mystérieux et de fascinant par rapport

à l’expression ordinaire, «Agnes with pointed breasts », à laquelle il se

rapporte. Le traducteur, contrairement aux autres exemples, décide

d’adapter ce sobriquet dans la culture cible. Il le traduit par « Ampoule 100

watts ». Le grand Robert définit une ampoule comme étant « un globe de

verre contenant le filament des lampes à incandescence, les électrodes des

tubes mécaniques ou tout autre élément pouvant produire de la lumière ».

Selon le même dictionnaire, le « watt » renvoie à « une unité de mesure de

puissance mécanique ou électrique, de flux thermique et de flux d’énergie

rayonnante, équivalent à un transfert d’énergie de 1 joule en 1 seconde » .

Les traducteurs apportent également un autre élément de précision qui n’est

pas de moindre importance : 100 watts. A travers cette traduction, on

perçoit une sorte d’insistance sur la forme des seins d’Agnès et le volume.

De manière consciente, l’auteur s’adonne à une forme de création lexicale

à des fins humoristiques, ludiques et ironiques. Il réalise les noms de

certains personnages en faisant un rapprochement subtil avec le

comportement de ce personnage et un trait physique de ce personnage.


108

Cette création lexicale permet de singulariser le personnage en question et

ne font que traduire la résistance de l’auteur et une forme de refus de se

conformer aux contraintes du français standard.

Au terme de l’analyse de la traduction des éléments onomastiques, il est

important de noter que pour la plus part des cas, les traducteurs ont choisi

de rester proche de la culture du texte source. Ils ont toutefois utilisé la

stratégie de translittération pour les noms non motivés et ajusté la

traduction de certains noms propres au système phonologique et

graphologique de la langue cible afin de ne pas poser des problèmes au

lecteur de la culture cible.

 Analyse quantitative des noms propres

Stratégies de traduction
Décentrement Annexion Décentrement
et annexion
Techniques de -Traduction littérale -Adaptation -Modulation
traduction
-La conservation
-La translittération
Nombre de cas 11 2 2
Pourcentage 73,33% 13,33 % 13,33%
Nombre de cas 15
total
Pourcentage total 100%
109

Après cette interprétation quantitative de la traduction des noms propres

dans Sozaboy, nous constatons que la stratégie de décentrement prédomine

(73,33%). Cependant, les traducteurs ont également eu recours aux

stratégies d’annexion (13,33%). Dans quelques rares cas, les traducteurs

ont utilisés une stratégie intermédiaire, à la fois les stratégies d’annexion et

de décentrement (13,33%). Il convient donc de dire que la traduction des

noms propres a été orientée vers le TC, ce qui n’a altéré en rien la

compréhension du TC étant donné que là où il s’avérait nécessaire, les

traducteurs ont pris en considération la culture du TC. C’est ainsi que pour

la traduction des noms propres de personnes, les traducteurs ont pu les

franciser et ont enfreint d’une manière ou d’une autre les règles du système

linguistique et culturel de la langue cible, tels que nous avons vu lors de

l’analyse. Dans l’application de cette stratégie, les traducteurs ont eu

recours à cinq techniques de traductions notamment la traduction littérale,

la conservation, l’adaptation, la translittération, la modulation.

4.2.2 Les répétitions


La répétition consiste en une reprise d’un même mot ou groupe de mots à

l’intérieur d’une structure donnée. Les répétitions ont des fonctions

littéraires différentes, qui varient en fonction du genre, de l’époque, et de

l’auteur. En traduction cependant, la norme veut les répétitions soient

évitées autant que faire se peut car, elles sont banales et très désagréables à

l’oreille. Certains théoriciens proposent que face à des cas de répétition, les
110

traducteurs ont deux possibilités : soient les effacer, ou les remplacer par

des synonymes. Cependant, il existe des cas où la répétition est acceptée,

lorsque l’auteur veut passer un certain message. C’est ainsi que la

répétition qui constitue une caractéristique essentielle de l’œuvre Sozaboy

est aussi récurrente dans le texte source que dans le texte cible.

Exemple 10:

TS: Because the work on the farm have finished and the yams were

growing well well. (P.1)

TC: Parce que travail dans plantation a fini et les ignames poussaient bien

bien. (P.27)

Dans l’exemple (10), le narrateur utilise l’expression « well well » pour

montrer que les ignames ont bien poussé. Étant donné que Méné n’a pas

beaucoup fréquenté, il a un vocabulaire réduit. Il n’a certainement pas le

mot juste c’est pourquoi il emploi cette répétition afin de mieux se faire

comprendre. Les traducteurs traduisent littéralement par une autre

répétition dans la langue cible, « bien bien ». En fait l’idée que l’auteur

veut véhiculer à travers cette répétition est que les ignames ont atteint une

taille considérable. Le narrateur ne sait pas qu’un seul des deux mots qu’il

emploie aurait suffit à rendre l’idée dans sa totalité. Les traducteurs

auraient bien pu choisir d’omettre un de ces termes. L’idée aurait été

complète, mais ils auraient trahi l’intention de communication de l’auteur


111

qui n’était certainement pas d’avoir un texte conforme aux canons de la

langue.

Exemple 11:

TS : Even one woman was talking that the sun will shine proper proper

and that people will not die again […] (P.1)

TC : Meme y a une femme qui parlait que le soleil va briller normalement

et que les gens ne vont pas mourir encore […] (P.27)

Dans cet autre exemple, Méné dit qu’après le remaniement qui aura lieu,

tout va rentrer dans l’ordre, même le soleil va briller comme d’habitude.

Les traducteurs dans ce cas ne traduisent pas cette répétition par une autre

répétition. Il choisi d’expliquer la répétition en un mot dans la langue cible.

Il est vrai que l’idée de « normalement » est celle qui se cache derrière la

répétition du texte source, mais en ne restituant pas ces répétitions, les

traducteurs ont quelque peu surtraduit le texte source car ils ont changé de

registre de langue et sont passé du familier au standard. Ils auraient pu

utiliser, comme ils l’ont fait dans l’exemple précédent, la répétition « bien

bien », ce qui aurait été plus naturel et plus proche du texte source.

Exemple 12:

TS : I want to tell her not to worry whether him see me or not because I

must return whether whether. (P27)


112

TC : Je veux dire lui, faut pas elle va peur si elle me voit ou si elle me voit

pas, je vais retourner tchoko tchoko. (P65)

La répétition contenue dans l’exemple 12 traduit également la résistance et

la détermination de Méné lorsqu’il veut aller en guerre. Il essaie de rassurer

sa mère qu’il sera de retour après la guerre, peu importe ce qu’il arrive.

Le terme « whether » à lui seul a un sens complètement différent de

celui que l’auteur voudrait mettre en avant. Il signifie selon le dictionnaire

Concise Oxford Dictionary « expressing a doubt or choice between

alternatives ». C’est la raison pour laquelle l’auteur utilise la technique de

redoublement afin de donner un sens complet à sa phrase. Cette traduction

est adaptée par les traducteurs dans la langue cible. Le terme « tchoko

tchoko » est mis en italique et expliqué dans le glossaire, ce qui signifie

« quoi qu’il arrive ». Ce terme peut être qualifié de fortement étranger étant

donné qu’il est propre au Français populaire d’Abidjan. Si les traducteurs

avaient choisi une autre variété de français à l’instar du français

camerounais, on aurait obtenu comme traduction « fais-quoi fais-quoi » ou

alors « sauf que », qui renvoient toutes à l’idée de quoi qu’il arrive.

En général, Méné affectionne la répétition des mots. C’est aussi une des

caractéristiques du pidgin et de la tradition orale africaine. Nous avons par

exemple le mot « trouble » qui est repris quinze fois à la page 19. Ces

répétitions sont une indication d’un monde extrêmement limité. Méné n’a
113

pas vraiment été exposé au monde extérieur et n’a pas fait de grandes

études non plus. Son répertoire linguistique exprime cette restriction. La

situation de guerre qui prévaut dans le pays représente une toute nouvelle

expérience pour Méné et son langage limité ne lui permet pas de s’habituer

à cette nouvelle expérience. La répétition a été utilisée par l’auteur non

seulement pour distinguer le background du narrateur de son nouvel

environnement, mais aussi pour démontrer les conséquences que ce nouvel

environnement a eu sur sa personne. La répétition révêt une dimension

particulièrement pathétique dans les lignes finales du roman : “But now if

anybody say anything about the war or even fight, I will ust run and run

and run and run and run. Believe me yours sincerely” p.181.

« Maintenant si n’importe qui parle n’importe quoi sur affaire de guerre ou

meme de combat, je vais seulement courir, courir, courir, courir et courir.

Crois-moi amicalement. » p.290

La répétition dans l’œuvre de Saro-Wiwa a pour fonction la mise en relief

d’une idée ou d’un élément. Elle a également une valeur stylistique et

contribue au rythme du texte. Elle donne au style de Sozaboy le « rythme

narratif africain » que l’auteur voudrait conserver.


114

 Analyse quantitative des répétitions

Stratégies de traduction
Décentrement Annexion Décentrement
et annexion
Techniques de -Traduction littérale -Adaptation
traduction
-modulation

Nombre de cas 04 1 0
Pourcentage 80% 20 %
Nombre de cas 5
total
Pourcentage total 100%

L’interprétation quantitative de la traduction des répétitions fait ressortir

une prédominance claire de la stratégie de décentrement (80%). Il a

également utilisé la stratégie de d’annexion (20 %). Au terme de cette

interprétation, il est apparu que Samuel Millogo et Amadou Bissiri ont eu

recours aux techniques de traduction littérale, de modulation et

d’adaptation.

4.2.3 Les onomatopées


L’onomatopée est un mot imitant ou prétendant imiter, par le langage

articulé, un bruit (humain, animal, de la nature, d’un produit fabriqué). Ce

sont des créations lexicales destinées à imiter l’idée évoquée, soit par

répétitions expressives, soit pour matérialiser dans l’imaginaire du lecteur


115

l’écho émis. Chaque langue possède son propre lot d’onomatopées, chaque

système linguistique l’exprimant avec son matériel phonologique. Traduire

des onomatopées semble un défit pour tout écrivain, à plus forte raison,

quand on doit le faire dans les langues d’emprunt, il y a lieu de se

demander comment restituer des sons, des cris, de façon à ce qu’il y ait des

équivalences possibles ?

Confronté aux imitations phoniques, le lecteur est du coup transporté par

la richesse sonore mais aussi lexicale du texte. L’œuvre de Saro-Wiwa est

semé de nombreuses onomatopées. Ā côté d’autres types d’onomatopées,

on retrouve dans le texte principalement deux types d’onomatopées : les

onomatopées martiales et les expressions onomatopéiques des bruits

humains. Les onomatopées martiales sont celles qui évoquent les bruits des

armes tandis les onomatopées des bruits humains se rapportent aux

sensations et aux attitudes des êtres humains.

Alors lorsque le traducteur est confronté au problème de la traduction des

onomatopées, il peut soit les effacer, s’il ne trouve aucun équivalent dans

sa langue ou alors si l’onomatopée n’est pas suffisamment explicite et

pertinent. Le traducteur peut également remplacer un ensemble

d’onomatopées de la langue source par un ensemble d’onomatopées de la

langue cible. Dans ce cas, l’effet produit par l’onomatopée doit être le

même que celui de l’original. Les onomatopées font partie des


116

manifestations de l’écriture de la résistance employées par l’auteur de

Sozaboy.

Exemple 13:

TS : Then Chief Birabee stood up and begin to speak. First he cough.

Kpuhu! Kpuhu! (P6)

TC: Et puis chef Birabi s’est levé et il commence pour parler. Premier, il

tousse. Kpouhou ! Kpouhou ! (P35)

L’onomatopée qui est en gras dans cet exemple, traduit simplement les

bruits qu’on entend lorsque quelqu’un tousse. Les traducteurs ont traduit

littéralement, mais ont choisi de franciser cette onomatopée en remplaçant

la voyelle « u » par « ou ».

Exemple 14 :

TS : That is what the short man said as he drank another glass of tombo and

chopped ngwongwo and belched one big belch- etiee! (P17)

TC : C’est ce que le courteaud a dit en buvant un autre verre de bangui et

en bouffant ngwongwo et il a roté bien fort, étiéé ! (P50)

Cette onomatopée est semblable à celle que nous venons de présenter.

D’après le texte, elle traduit le bruit qui se produit lorsque quelqu’un rote.

A notre avis cette onomatopée traduit plutôt le bruit qui se produit lorsque
117

quelqu’un éternue. Mais l’auteur a choisi de s’exprimer de cette façon peut-

être parce qu’il n’existe pas d’onomatopée qui puisse décrire le rot d’un

être humain dans la culture source. Dans ce cas, les traducteurs ont

également choisi de traduire littéralement. Ils auraient pu modifier et peut-

être créer un son qui sera considéré comme l’équivalent de la traduction

dans la langue cible. Ils se sont probablement rendu compte que l’auteur l’a

fait à dessein.

Exemple 15 :

TS : Instead, they will answer as they use to do, all of them begin to laugh   

“kwa kwa kwa kwa.” (P61

TC : Au lieu que ils vont répond la façon que ils ont l’habitude de faire,

eux tous commencent pour rire kwa kwa kwa kwa. (P111)

Cette onomatopée traduit les sons émis par les amis de Méné qui rient à

gorge déployée après une plaisanterie. Les traducteurs ont également choisi

de conserver l’onomatopée du texte source sans altérer quoi que ce soit. La

meme hilarité que dégage le texte source se retrouve dans la version

traduite étant donné que les traducteurs ont utilisé la technique de

conservation. La seule différence qui existe entre les deux se trouve dans la

version anglaise où le mot est mis en italique.


118

Exemple 16:

TS : My heart begin to cut, gbum, gbum, ghum. (P38)

TC : Mon Coeur commence couper gboum, gboum, gboum. (P79)

Exemple 17:

TS : My heart was cutting, beating like drum. Tam tum. Tam tum tum.

(P47)

TC : Mon cœur était là couper et battre comme tam-tam. Tam toum. Tam

toum tourn. (P91)

Exemple 18:

TS : My heart was beating drum, bam- bam- bam- bam- bam- bam- bam.

(P122)

TC : Mon Cœur était là faire comme tam tam, bam, bam, bam, bam,

bam, bam, bam. (P201)

Exemple 19:

TS : As I was getting to the forest which is in front of my home town, my

heart was beating drum – dam dim dam dim dam dim dam, dam dim dim.

(P171)
119

TC: Le temps que j’étais là arriver à la foret que on traverse pour arriver

mon village, mon Cœur était là a battre comme tam-tam – dam dim, dam

dim, dam dim, dam, dim, dim. (P274)

Dans l’exemple (16), Méné est pris de frayeur à la vue des soldats en

armes, venus chercher de la nourriture à Doukana. Ainsi, ces bruits

traduisent les battements de son cœur. L’onomatopée contenue dans

l’exemple (17) est semblable à celle que nous venons d’expliquer car, les

deux traduisent les battements du cœur de Méné. La seule différence se

trouve au niveau de l’intensité des battements de son cœur. En effet, les

battements sont devenus plus intenses qu’au début. L’emploi de

l’expression « to beat like drum » est assez significatif et ce n’est pas par

hasard que l’onomatopée procède, du point de vue graphique et phonique

comme cet instrument de percussion qu’est le tam-tam et le tambour. Les

traducteurs ont gardé l’image de tam-tam que l’auteur évoque dans le texte

source. Il le garde pour que la première image qui vienne à l’esprit du

narrateur soit celle d’un tam-tam. L’image du tam-tam sur lequel on frappe

avec force est semblable aux battements de cœur de notre héros.

L’exemple (18) présente une autre variante dans l’œuvre lorsque Méné, fait

prisonnier, est emmené auprès de l’officier commandant avant d’être

conduit devant le peloton d’exécution. La peur l’envahit, et son cœur se

met à battre la chamade. Les traducteurs importent tout simplement la


120

même onomatopée surement parce qu’elle rend mieux compte des

battements de cœur d’un être humain. Ils utilisent donc la technique de

conservation afin de produire le même effet de peur qui se dégage

lorsqu’on lit le texte source.

De toutes les onomatopées traduisant les battements de cœur, celle de

l’exemple (19) a un son nettement plus atténué puisqu’elle se rapporte au

sentiment mitigé que Méné éprouve lorsqu’il se rapproche de Doukana,

pour retrouver sa mère et sa femme. Il éprouve une certaine émotion, à mi-

chemin entre l’angoisse et la joie. Dans cet exemple, les traducteurs

décident également qu’il serait mieux de conserver la même onomatopée.

Les pauses qu’on observe à intervalle régulier attestent du doute qui habite

Mené lorsqu’il se rapproche de Doukana étant doné qu’il ne sait pas ce qui

l’attend.

Ainsi, en ce qui concerne la traduction des onomatopées qui traduisent les

bruits humains dans tous ces exemples que nous venons d’évoquer, les

traducteurs ont choisi de traduire littéralement afin de garder l’étrangéité du

texte source. Ils n’opèrent pas de changement au niveau formel, conservent

les sentiments d’angoisse, de peur, de joie, d’incertitude qui habitent le

narrateur. Ā travers ces onomatopées, on perçoit également une résistance

sur le plan linguistique car, l’auteur aurait bien pu expliquer ces

onomatopées par des mots tout simplement.


121

Exemple 20 :

TS : You can hear the gun in the night making Gbagam ! Gbaga gbaga

gbagam!! Kijijim !! Kikijijigim ! (P31)

TC : Tu entends fusil dans la nuit qui fait Gbagam ! Gbaga gbaga

gbagam!! Kijijim !! Kikijijigim ! (P69)

Exemple 21:

TS : Now the sozas do not follow me, they begin to shoot their guns: Tako,

tako. Tako- tako –tako. (P47)

TC : Maintenant minitaires-là ne courent pas derrière moi, ils commencent

tirer leurs fusils: Tako, tako. Tako- tako- tako. (P92)

Exemple 22:

TS : Then the aeroplane came downlike hawk wanting to catch hen.

Wham, bang! Bang! Bang! (P217)

TC : Et puis avion a descend comme épervier qui veut attraper poule.

Wham, bang ! bang ! bang! (P217)

Exemple 23:

TS : One time the bullet just pass over my head. Heeeuun! Heeeuun!

(P105)
122

TC : Il ya une fois, même balle-là est venue passer net au dessus de ma

tête. Fiaan ! Fiaan ! (P176)

Les expressions onomatopéiques des exemples 20, 21 et 22, sont

employées pour désigner le bruit des armes légères. Nous pouvons faire

remarquer que la dimension aspectuelle de ces onomatopées formées de

trois, quatre ou cinq mots séparés par un trait d’union dans certains cas. Ce

trait d’union exprime la rapidité ou la soudaineté des détonations. L’arme

dont parle Méné ici, ne sert pas à combattre l’ennemi : il sert à poursuivre

Méné pour le contraindre à les rejoindre dans l’armée. Ils utilisent ainsi

leurs armes dans le seul but de lui faire peur. Tout comme dans les autres

exemples, les traducteurs choisissent de laisser les onomatopées inchangées

dans la langue cible. Ils changent à l’occasion une ou deux voyelles mais la

plus part du temps conservent le mot et sa charge affective.

Dans l’exemple (23), nous avons constaté que curieusement même lorsque

Méné sera sur le champ de bataille il n’y aura pas d’onomatopée traduisant

le bruit de détonation d’armes lourdes. Le seul bruit exprimé par un

« Heeeuun ! Heeeuun ! » est le sifflement que produit la balle qui a failli

ôter la vie à Méné alors que ce dernier se trouve dans la tranchée. Ici, les

traducteurs créent une nouvelle onomatopée dans la langue cible soit parce

qu’il n’existe pas d’équivalent consacré par l’usage ou parce que la graphie
123

de l’onomatopée de la langue source ne sera pas bien comprise dans la

langue d’arrivée. Ainsi, il traduit cette onomatopée par « fiaan ! fiaan !

C’est certainement pour mieux représenter les réalités de la guerre en

général et d’opposer une résistance linguistique à la norme de la langue

anglaise et aussi pour faire l’économie des mots que l’auteur a utilisé des

onomatopées. L’écrivain a donc préféré exploiter les onomatopées

censées suggérer par imitation phonique la réalité dénommée, afin de

rendre plus audibles les bruits du tir des armes ou des battements de cœur,

au détriment de la norme grammaticale admise. Il aurait bien pu comme

nous l’avons mentionné plus haut, expliquer à l’aide des mots ces bruits

représentés par des onomatopées, ce qui n’aurait réduit en rien le message

que véhiculent ces onomatopées.

 Analyse quantitative des onomatopées

Stratégies de traduction
Décentrement Annexion Décentrement
et annexion
Techniques de -Traduction littérale -Adaptation
traduction - Modulation

Nombre de cas 10 2 0
Pourcentage 83,33% 16,66%
Nombre de cas 12
total
Pourcentage total 100%
124

Pour ce qui est de la traduction des onomatopées, l’interprétation

quantitative affiche une prédominance de la stratégie de décentrement

(83,33%). L’auteur a également utilisé la stratégie d’annexion dans deux

cas (16,66 %). Dans ces deux cas, les traducteurs ont jugés bon de trouver

une stratégie qui pourra rendre cette onomatopée de façon adéquate. Étant

donné que la traduction des onomatopées a toujours et continue de poser un

problème de traduction, les traducteurs de la version française ont fait

usage de leur créativité afin qu’ils puissent avoir la même coloration que la

langue source dans la langue d’arrivée.

4.2.4 Les proverbes


Le traducteur du texte littéraire africain est confronté aux faits culturels qui

sont d’une importance capitale pour les auteurs du continent. En effet, si les

proverbes par exemple sont universels, ceux rencontrés en Afrique sont très

imagés et ne peuvent être compris que par une certaine catégorie de

personnes initiées. Les proverbes, insérés de différentes manières dans les

textes leur confère une saveur de terroir. Ainsi, lorsque les traducteurs sont

confrontés au problème de la traduction des proverbes, ils peuvent soit

traduire littéralement ou trouver l’équivalent du dit proverbe dans la langue

cible. Dans le texte que nous étudions, l’auteur évoque plusieurs proverbes.

En outre, pour leur traduction il faut non seulement être imprégné de la

culture source mais également capable de le comprendre réellement.


125

Exemple 24:

TS : Because our people say suffer suffer chop beans without salt. (P23)

TC : Parce que à chez nous pays, on dit que pauvre pauvre type bouffe

haricot sans sel. (P57)

Exemple 25:

TS : Because anybody who marries wife have married trouble. And trouble

no they ring bell. (P63)

TC : Parce que quand l’homme marie femme il marie palabre. Et palabre-

là il dit pas quand il vient. (P115)

Dans l’exemple (24), l’auteur explique qu’il n’ya que les pauvres pour

manger du haricot sans sel. En effet, ces populations veulent se révolter

contre la guerre qui va bientôt éclater. Ce proverbe traduit également les

conditions de vie précaires que les populations vivent en contexte de

guerre. L’exemple (25) quant à lui compare la femme avec les problèmes.

C’est pourquoi il affirme que tout homme qui épouse une femme a épousé

les problèmes. Ce proverbe donne une vision négative de la femme en la

considérant comme un être belliqueux. Les traducteurs ont opté pour la

traduction littérale dans ces deux exemples afin que la réalité qui se cache

derrière ces proverbes soit facilement perceptibles. Ils conservent le même

ton de révolte au niveau de la traduction. Les traducteurs traduisent


126

« trouble » par « palabre » qui est un mot typiquement africain. En optant

pour la traduction littérale, ils conservent la couleur locale du texte source.

Exemple 26 :

TS : Water don pass gari (P104)

TC : Affaire-là est gaté complet.(P174)

Dans l’exemple (26) par contre, l’auteur utilise ce proverbe pour dire que la

situation est devenue incontrôlable. Les traducteurs auraient bien pu

traduire ce proverbe littéralement : « l’eau a dépassé le tapioca ». Pour

rendre ce proverbe dans la langue cible, les traducteurs ont opté pour

l’équivalence. En traduisant ainsi, le texte perd l’image de l’eau et le

tapioca qui est une métaphore de cette situation. Cependant, ils ont trouvé

une expression dans la langue cible qui rendrait mieux l’idée que l’auteur a

véhiculé. Leur traduction semble plus naturelle. Ceci est une preuve que les

traducteurs ont une bonne maitrise des réalités culturelles de la langue

source.

Exemple 27:

TS : No be everything wey eye see that mouth dey talk. (P107)

TC : “C’est pas tout ce que zyeux voient que bouche va parler. (P107)
127

Dans ce proverbe, Bullet annonce déclare implicitement sa volonté de tuer

le sergent major. Ainsi, ceci traduit un certain manque de confiance

engendré par la guerre qui est venu diviser les populations. Les traducteurs

traduisent littéralement ce proverbe et on constate que l’omission des

déterminants des substantifs « zyeux et bouche » est une caractéristique de

l’oralité. On a plutôt l’impression d’entendre ce proverbe plutôt que de le

lire. Un autre dicton qui se rapproche de celui que nous présentons est

« toute vérité n’est pas bonne à dire ». C’est en fait l’idée qui se cache

derrière ce proverbe.

Exemple 28:

TS : Everyday is for the tief but one day is for the owner of the house.

(P126)

TC : Parce que tous les jours c’est pour voleur, mais y a un jour qui est

pour propriétaire de maison. (P209)

Ce proverbe très populaire a été utilisé par l’auteur. Lorsque Méné devient

Chauffeur au front, il dit qu’il a la possibilité de faire beaucoup de choses

illégales, comme le fait Manmuswak. Mais il ne le fait pas parce que sa

maman lui a toujours dit de ne pas voler parce que comme on le dit souvent

quatre vingt dix-neuf ours pour le voleur un jour pour le grand patron.

Voler ici est une métaphore de tout ce qui est négatif. Les traducteurs

traduisent également ce proverbe littéralement car il possède déjà un


128

équivalent connu. Le texte original est proche de l’anglais standard sauf en

ce qui concerne la graphie du terme « tief ». Les traducteurs maintiennent

l’oralité de la version anglaise en omettant les articles devant les substantifs

« voleur », « propriétaire », « maison ». Ce proverbe est beaucoup plus

connu sous la forme de « 99 jours pour le voleur, 1 jour pour le patron ».

Nous pensons que la traduction proposée par Millogo et Bissiri rendent

bien l’idée, mais ils l’adaptent à la variété de français populaire d’Abidjan.

 Analyse quantitative des proverbes

Stratégies de traduction
Décentrement Annexion Décentrement
et annexion
Techniques de -Traduction littérale -Adaptation
traduction
-Equivalence

Nombre de cas 6 2
Pourcentage 75% 25%
Nombre de cas 8
total
Pourcentage total 100%

En ce qui concerne la traduction des proverbes, l’interprétation quantitative

affiche une prédominance de la stratégie de décentrement (75%), quoique

la stratégie d’annexion a également joué un rôle lors de la traduction des

proverbes (25%). Nous savons que pour pouvoir traduire les proverbes, il
129

faut être imprégné de la culture source. Ainsi, à l’aide de leurs

connaissances pertinentes, les traducteurs ont utilisé les techniques de

traduction littérale, d’adaptation, et d’équivalence afin de rendre ces

proverbes.

4.2.5 Les néologismes


La langue française n’a cessé d’intégrer à son lexique de nouvelles unités

ou de donner des sens nouveaux aux mots déjà en usage. Ces innovations

sont des néologismes qui, peuvent être de forme, lorsque le signifiant lui-

même est nouveau, ou d’emploi, lorsqu’il s’agit d’un signe déjà existant

utilisé avec un sens nouveau. Les néologismes qui sont une des

manifestations de la vie des langues, peuvent répondre à des besoins

collectifs pour désigner des réalités nouvelles, ou bien travailler avec le

sens de « tuer », des mots récurrents et écrits en caractères normaux dans

les textes de notre corpus comme s’ils étaient dorénavant consacrés par

l’usage. Si Saro Wiwa recoure à la créativité lexicale et sémantique, c’est

essentiellement afin de résister aux normes endogènes de la langue

anglaise. L’insertion des néologismes favorise l’ « assaisonnement » du

style de l’auteur. L’invention langagière qui consiste en un jeu de mots sur

les expressions toutes faites procède par une transgression des codes de la

langue.

Ainsi, en ce qui concerne les néologismes de sens pouvant encore être

qualifiés de glissement de sens, Saro-Wiwa emploie d’une part plusieurs


130

termes avec un sens nouveau, d’autre part, il crée d’autres mots qui ne se

trouvent nulle part dans des ouvrages lexicographiques.

Exemple 28:

TS : As I look am, my man begin to stand small small. (P13)

TC: Et quand e vois tout ça là, mon bonhomme commence debout un peu

un peu. (P44)

Exemple 29 :

TS : Snake. I like that name. I call it ‘man’ or ‘prick’ before. (P18)

TC: Serpent. Nom là me plait quoi. Avant, moi j’appelle ça bonhomme ou

bien pine. (P51)

Dans ces exemples, lorsque Méné dance avec Agnès au Banguidrome

africain, son pénis se met en érection. Il utilise alors le terme de « man » ou

« pine » pour désigner son pénis. Agnès quant à elle utilise le terme

« serpent » pour désigner le sexe de Méné. Les traducteurs quant à eux

traduisent littéralement ces mots par « bonhomme » pour « man », « pine »

pur « prick » et « serpent » pour snake ». En Afrique en particulier et à

l’occident en général, un homme en érection est considéré comme un

homme viril et puisant. C’est ce qui explique l’utilisation de « man » pour

renvoyer au sexe masculin. Mais nous nous posons la question de savoir

pourquoi est ce que les traducteurs ont choisi de rendre « man » dont
131

l’équivalent est « homme » par « bonhomme » qui signifie selon le Grand

robert « un terme peu respectueux qui désigne un homme ». Nous pensons

néanmoins que bonhomme vient briser la familiarité que le lecteur a avec

son texte. Les traducteurs changent de niveau de langue. Ils auraient bien

pu dire « mon type » comme cela est dit en français camerounais. Ceci est

probablement dû au fait que le sexe masculin a une petite taille. De ce fait,

les traducteurs se rapprochent un peu plus de la réalité que la version

anglaise. Les traducteurs traduisent également « snake » littéralement par

« serpent ».

Exemple 30 :

TS : As the aeroplane shit, na so porson dey die. (P31)

TC: Façon avion-là chie, la même façon les hommes sont là mourir. (P69)

Lorsque les ennemis arrivent au front, ils se mettent à bombarder le camp

de Méné avec des avions. Ā cause de son vocabulaire limité, et aussi pour

atténuer les faits, Méné emploie le terme « shit » pour, désigner la façon

dont l’avion largue ses bombes. Le verbe « shit » qui signifie selon le

Concise Oxford dictionary « an act of defecating », « something

worthlessn rubbish, nonsense », vient dramatiser la situation. Ils

démontrent le caractère violent et absurde de la guerre, tant sur le plan

linguistique que physique. Les traducteurs ont décidé de rendre le terme de

manière littérale afin de rester plus proche de la culture du texte source et


132

aussi pour ne pas élever le style de l’auteur et trahir son intention de

communication. Le Grand robert défini le terme « chier » comme le fait de

se décharger le ventre des excréments. Cependant, ce terme est employé

dans ce texte avec un sens nouveau. En utilisant le terme chier », les

traducteurs conservent toute la brutalité et l’absurdité de l’action qui est

décrite : l’action de larguer les bombes de manières continue.

Exemple 31:

TS : You can see all the plantain and banana as they are standing straight

and tall inside the moon. (P36)

TC: Tu peux voir tous les bananiers, plantains avec poyos, qui sont là

débouts droits et géants dans clair de lune. (P76)

Selon le Petit robert, le plantain est une variété de bananier des régions

tropicales, produisant un fruit qui est consommé cuit comme un légume. Le

bananier quant à lui, est une plante herbacée des régions tropicales humide

dont le fruit est la banane. Les auteurs africains aiment généralement teinter

leur production de la couleur locale afin de laisser les traces de leur

appartenance culturelles dans leurs textes. C’est ainsi qu’ils ne voient par

exemple les mois qu’en terme de lune. Ainsi, lorsque la nouvelle lune

commence, Méné dit qu’il y a beaucoup de bananiers et de plantains dans

le clair de lune. « Bananier et « plantain » sont en fait une métaphore de la


133

lune. Les traducteurs choisissent de traduire littéralement afin de préserver

cette couleur locale.

Exemple 32:

TS: I know all you young young boys who have not seen toto before. (P

62)

TC: Parce que je vous connais vous pétits pétits garcons qui n’ont pas vu

con avant. (P112)

Dans cet exemple, les amis de Méné, Zaza, Douzia et Bom taquine Méné

en lui disant que maintenant qu’il a porté la tenue de « minitaires » il va

bien faire l’amour avec sa femme. Ces derniers parlent de « toto » pour

désigner le vagin de la femme. Les traducteurs ici n’ont pas traduit

littéralement, ils ont plutôt cherché un équivalent dans la variété de français

pourri qu’ils utilisent. Ils l’ont fait pour pouvoir communiquer et conserver

l’altérité du TS.

Exemple 33 :

TS : ’E get one man , San Mazor, na so everyone dey call am. (P71) 

TC: Y a un homme qu’on appelle lui Sarzent-Mazor, c’est ça tout le

monde appelle lui. (P128)


134

Exemple 34:

TS: If any porson just move, the San Mazor will just shout well ‘Tan Papa

dere’. (P72)

TC: Si y a quelqu’un qui bouge un peu seulement, sarzent-mazor-là va

crier fort sue lui “Dabout bien là-bas”. (P128)

Exemple 35:

TS: This ‘hoping udad mas’ used to please me plenty oh. (P72)

TC: Façon ce “Vant marche” me plaisait trop quoi. (P128)

Exemple 36:

TS : And because the old bad government have dead, and the new

government of police and sozas have come. (P.1)

TC: Et parce que ancien mauvais gouvernement a tombé et nouveau

gouvernement de minitaires avec policiers a monté. (P.27)

Comme nous constatons dans les exemples ci-dessus, le texte abonde des

exemples de la modification de la structure phonique des mots. Ainsi, dans

l’exemple (34), Méné qualifie le sergent major chargé de leur formation de

méchant, ce qui les rend mécontents. Ils disent que cet homme s’appelle

San Mazor. Ce terme est la transformation de « Sergeant Major » en

anglais. Les traducteurs quant à eux, pour conserver l’étrangeté du texte,


135

modifie également la structure phonique du mot et obtiennent « Sarzent-

Mazor. Ceci s’explique par le fait que l’une des caractéristiques du français

populaire d’Abidjan est de remplacer le « j » par le « Z » à l’oral.

Dans l’exemple 7, le Sergent major demande de se mettre au gardez-vous

et de garder le buste bien droit avant de défiler. Alors chaque fois il répète

« tan papa dere », terme qui est expliqué dans le glossaire comme « Stand

properly there » et « hoping udad mas » également expliqué dans le

glossaire comme « open order march ». Étant donné que Méné a un niveau

d’éducation très bas, il n’arrive pas à comprendre ces phrases que leur

entraineur prononce à chaque fois. Cette phrase qui selon lui est en anglais

idiomatique le laisse complètement sans voix. C’est donc le seul son qu’il

arrive à comprendre de la phrase de son entraineur qu’il qualifie de Tan

papa dere et de hoping udad mas. Ces néologismes sont prononcés avec

une telle rapidité que les soldats n’en saisissent que les sons. Il est

important de noter que ces expressions sont mis en italique dans le texte

source qui élève leur degré d’étrangeté. Les traducteurs vont également

modifier la structure du mot dans la langue d’arrivée et on obtiendra

« Dabout bien là-bas » et « vant marche » qui sont une transformation de

« mettez-vous bien debouts » et « en avant marche ».

Dans l’exemple 9, le mot « soza » est une déformation du mot « soldier ».

L’auteur cherche à travers cette déformation orthographique et


136

phonologique à reproduire les mots tels qu’ils sont utilisés par une certaine

classe dans la société. Les traducteurs, à partir de la traduction du mot

soldier, déforment également sa prononciation, ce qui devient « minitaire ».

Cette déformation des lexies traduit le rejet par les sujets parlants des

conventions de la langue standard pour une langue qui correspond à leur

manière d’être et de vivre, bref à leur réalité. Elle démontre aussi la

difficulté d’appréhender et de décrire le phénomène de guerre dans une

langue étrangère classique.

 Analyse quantitative des néologismes

Stratégies de traduction
Décentrement Annexion Décentrement
et annexion
Techniques de -Traduction littérale -Adaptation Modulation
traduction

Nombre de cas 10 2 1
Pourcentage 76,92% 15,38 % 7,69%
Nombre de cas 13
total
Pourcentage total 100%

L’interprétation des néologismes affiche une prédominance de la stratégie

de décentrement (76,92%). L’annexion quant à elle n’occupe que 15,38%.

Saro-Wiwa dont l’intention est de s’écarter volontairement de la norme,


137

parsème son texte de néologismes. Comme nous l’avons constaté lors de

l’analyse des néologismes, seul le contexte textuel peut donc permettre de

donner la signification du néologisme, car son utilisation n’est pas

normalisée dans tous les outils lexicographiques. Pour traduire ces

néologismes, l’auteur a utilisé les techniques de traduction littérale,

d’adaptation et de modulation.

4.2.6 Les emprunts


L’emprunt est sans conteste la forme la plus fréquemment rencontrée

de l’hétérolinguisme. La mise en place d’un dispositif de glose ou de

traduction, souvent, affecte en effet certains emprunts d’un coefficient

d’étrangeté plus fort que ceux qui s’insèrent sans « rembourrage » dans le

texte. Ken Saro-Wiwa dans « Sozaboy » utilise souvent des termes en kana,

surtout quand il veut décrire des concepts et des figures typiques de sa

culture. Pour expliquer ces termes en kana il a crée un petit glossaire qui

reste dans toutes les versions traduites.

On trouve dans Sozaboy de nombreux termes suivis d’une traduction en

anglais standard juxtaposée après virgule. Ces mêmes termes peuvent en

outre figurer dans le glossaire. Samuel Millogo et Amadou Bissiri, sauf

pour les termes désignant des spécialités culinaires typiques du Nigeria,

changent les termes en kana dans leur pidgin français. Dans l’exemple

suivant, les deux termes en italique, qui peuvent relever du kana aussi bien

que du pidgin, désignent des spécialités culinaires :


138

Exemple 37:

TS: (Sozaboy p. 13) And you can chop okporoko, stockfish ( p. 41).

TC : Et tu peux bouffer okporoko, stockfisch. (P44)

Exemple 38:

TS: Or ngwo-ngwo, goat-head and particulars in pepper soup. (P13)

TC: Ou bien ngwo-ngwo, soupe bien pimentée de têtes avec morceau de

cabri. (P44)

Nous constatons donc que dans le premier exemple, les traducteurs ont opté

pour la francisation de l’emprunt « stockfish » en substituant le « sh » par

le « sch ». Pourquoi donc franciser, car ils auraient bien pu rendre

« stockfish » par le terme « hareng », qui est communément appelé

« poisson sec » ou « bounga ». Les traducteurs se sont probablement rendu

compte qu’en traduisant le terme « stockfish » ils élèveraient le niveau du

style et par conséquent trahiraient l’intention de communication de

l’auteur.

Dans le deuxième exemple, les traducteurs accompagnent l’emprunt

« ngwo-ngwo » d’une glose en anglais standard. Cette glose permet aux

locuteurs de mieux cerner ce concept car s’ils avaient traduit ce terme en

français, il aurait perdu sa couleur locale et n’aurait plus le même effet sur

le public cible de la culture d’arrivée.


139

Dans Sozaboy, la plupart des emprunts sont balisés (en italiques) et sont

répertoriés dans le glossaire. Le balisage est un dispositif typographique

qui, lorsqu’il est complet, établit des frontières strictes entre les langues.

Sémantiquement, le balisage n’ajoute rien mais il constitue un marqueur

typographique d’étrangeté. Nous avons par exemple le substantif « tombo

»:

Exemple 39 :

TS: I returned to my seat in the bar and she went and brought me another

bottle of tombo wine. This tombo was special. It was sweeter than all other

tombo that I have drink before. ( p. 15)

TC : Je suis reparti à ma place dans le bar et elle est partie m’apporter une

autre bouteille de bangui. Ce bangui-là était spécial. Il était plus douxque

tous les banguis j’ai bus avant. ( p. 44)

Tombo dans cet exemple renvoie au vin blanc. L’Afrique étant un

microcosme culturel et linguistique, voit chaque langue utiliser un terme

tiré de sa culture pour désigner ce concept. Ainsi Bangui qui a été utilisé

par les traducteurs est considéré comme fortement étranger et tout locuteur

francophone d’Afrique ne comprendraient surement pas de quoi il s’agit à

première vue.
140

Les petites majuscules d’imprimerie sont elles aussi utilisées, par exemple

pour marquer l’insistance sur le terme en question. Nous avons par

exemple les termes « FRONT », à la page 55 et « ENEMY », à la page 66.

Ces lettres majuscules ont pour but de démontrer à Méné que la guerre

n’est pas un jeu d’enfant. Elles se retrouvent également dans le texte

original et les traducteurs ont choisi de respecter le style de l’auteur.

Exemple 40 :

TS : Since all this wahala begin this thick man just they stay inside his

house like snail.(P41)

TC : Dépuis que wourouwourou-là a débout, type-là reste toujours dans

l’intérieur de sa maison comme escargot. (P83)

Dans l’exemple ci-dessus, l’auteur emprunte le terme wahala. Wahala est

un terme originellement arabe, qui a ensuite été utilisé en Haussa. Il a

ensuite été intégré dans le lexique du pidgin nigérian. Ce terme signifie

problème, souffrance. Il est d’ailleurs expliqué dans le glossaire et est mis

en italique dans la version anglaise. Les traducteurs décident de rendre cet

emprunt par wourouwourou. Ce terme est un idéophone du Français

populaire d’Abidjan qui signifie remue-ménage ou faire beaucoup de bruit.

Il apparait également dans le glossaire. Ce terme tout comme “tombo” est

fortement étranger. Tout lecteur ne comprendrait pas « wourouwourou »

comme « problèmes ». Ce concept utilisé par les traducteurs, renvoie


141

beaucoup plus aux réalités et aux particularités de l’Afrique de l’Ouest.

Pour qu’un lecteur non natif de l’Afrique de l’Ouest puisse comprendre ce

concept, il faudrait qu’il ait une bonne maitrise de cette culture.

Exemple 41 :

TS : Look, my friend, I no dey for all this ugbalugba case. (P42)

TC : Écoute, mon ami, ce façon problème-là je suis pas dedans. (P85)

Exemple 42:

TS : I reach there for afternoon time. I did not see anybody lai lai. (p.129)

TC : Le temps que j’arrive là-bas c’est le soir. J’ai pas vu quelqu’un de

tout. (p.212)

Dans les exemples 5 et 6, l’auteur emploie les termes « ugbalugba » et « lai

lai » qui sont des emprunts à la langue Yoruba. Le terme ugbalugba est

glosé dans le glossaire par  « problems ». Pour les rendre, les traducteurs

procèdent par explication. Le texte perd un peu de sa couleur locale parce

que l’effet de style que produisent ces emprunts dans la langue source ne se

retrouve pas vraiment dans la langue cible. L’auteur emploi le terme lai lai,

qui est un emprunt à la langue haussa et à la langue yoruba et signifie selon

le glossaire que l’auteur nous fournit « at all ». Nous apprenons également

que ce terme est tiré de la langue Yoruba et signifie « non ». Il est utilisé

pour montrer que l’on est en désaccord avec quelqu’un ou quelque chose.
142

Les traducteurs de la version française procèdent également par explication

et rendent ce terme par « de tout ».

Tous ces emprunts observés dans le texte da Saro Wiwa ne sont que des

marques de l’africanité du texte et l’influence des langues en contact.

 Analyse quantitative des emprunts

Stratégies de traduction
Décentrement Annexion Décentrement
et annexion
Techniques de -Traduction littérale -Adaptation -Emprunt
traduction
-Équivalence -Explicitation

Nombre de cas 1 5 1
Pourcentage 14,28% 71,43 % 14,28%
Nombre de cas 7
total
Pourcentage total 100%

L’interprétation des emprunts affiche une prédominance de la stratégie

d’annexion (71,43 %). Cependant, les traducteurs ont également utilisé la

stratégie décentrement (14,28%) et une stratégie intermédiaire (14,28%).

Ce pourcentage s’explique par le fait qu’ils ont voulu communiquer

clairement aux lecteurs et ont jugé bon d’adapter les emprunts du texte

source à la culture de la langue cible.


143

 Tableau récapitulatif des stratégies de traduction

Stratégies de traduction

Décentrement Annexion Décentrement et


annexion

Nombre de cas 42 14 4
Pourcentage 67,15% 26,97% 5,88%
Nombre de cas 60
total
Pourcentage 100%
total
Dans l’ensemble de la traduction, la stratégie de décentrement domine à

67,15%, suivie de la stratégie d’annexion 26,97% et enfin la position

intermédiaire (décentrement et annexion) 5,88%. Les pourcentages obtenus

après l’analyse quantitative peuvent se justifier par le souci des traducteurs

de respecter la volonté et l’intention de communication de l’auteur.

Cependant, ils ont très souvent été confrontés au problème de

communicabilité du texte source. C’est la raison pour laquelle ils ont eu

recours à la stratégie d’annexion.


144

4.3 Poéticité et éthicité


Selon Berman le projet de traduction des traducteurs s’identifie soit à

travers une interview de ces derniers, soit à partir de leur préface, ou des

notes de bas de page, si le texte en comporte un. Sozaboy comporte une

note des traducteurs dans laquelle les traducteurs expriment clairement leur

projet de traduction et leur position traductive. Leur projet de traduction

consiste à rendre cette langue dans le TC tout en préservant sa fonction

pragmatique. Les traducteurs prennent la décision de rendre cette variété

d’anglais par le français de Yirmoaaga qui, tout comme l’original ne

répond pas aux conventions linguistiques d’usage. Ils disent qu’ils ont

l’intention de rendre cette langue accessible au public cible le plus large

possible sans trahir l’intention de communication de l’auteur. Pour

contourner la difficulté à laquelle ils étaient confrontés, les traducteurs ont

dû utiliser une troisième langue, un « entre-deux », qui laisse transparaitre

l’étranger, l’autre, mais sans dénaturer la version originale

Selon les résultats du tableau quantitatif des stratégies de traduction, nous

pouvons conclure que la traduction a été orientée vers le texte source, ce

qui signifie que le texte a gardé son étrangéité. De plus, les éléments qui

caractérisent l’écriture de la résistance dans l’œuvre ont été conservés dans

la version française à l’aide de la stratégie de décentrement, de

dépaysement et de foreignisation. Il est important de noter que ces

stratégies sont en fait des virtualités car elles pourraient ne pas s’appliquer
145

à tout texte de ce genre ; les traducteurs pourront de temps en temps

changer la tendance en fonction du contexte, du projet, de l’intention de

communication et d’autres paramètres qu’il faudrait considérer au

préalable. C’est à travers le skopos, le projet et la position traductive que

les traducteurs pourraient choisir les techniques de traduction et la stratégie

globale.

Toutefois, on se demande si les traducteurs ont bien fait de rendre l’anglais

pourri de Saro-Wiwa par la variété de Français populaire d’Abidjan. Est-ce

que tout locuteur francophone en général et africain en particulier pourra

comprendre cette langue ? Les traducteurs ont quelque peu anticipé sur

cette question dans leur note des traducteurs car ils affirment :

Et même si la langue n’est pas en tous points une copie conforme de

ce que certains ont l’habitude d’entendre ou de parler, Sozaboy est à

prendre avant tout comme une œuvre de fiction dont il suffira de

s’approprier progressivement la langue pour pénétrer dans l’univers

du roman. (Sozaboy, pétit minitaire : p.24)

Après les analyses au niveau macro et microtextuels, nous constatons que

Samuel Millogo et Amadou Bissiri ont non seulement respecté et bien

rendu la poéticité de l’œuvre, en traduisant littéralement le plus souvent les

éléments de l’écriture de la résistance, mais ont également été loyaux

envers le public cible en utilisant les techniques d’adaptation et


146

d’équivalence quant il s’avérait nécessaire. En d’autres termes, la

traduction française de Sozaboy par Samuel Millogo et Amadou Bissiri a

d’une part conservé son étrangéité et d’autre part a communiqué aux

lecteurs francophones. Nous pensons néanmoins qu’en utilisant cette

variété de français, ils ont quelque peu enfermé la traduction qui se veut

universelle. Ils auraient pu choisir la variété de « français petit nègre » né

de la colonisation et comprise par tous les africains, ou mieux encore, ils

auraient pu prendre un peu de chaque variété de français non standard

présent dans la plupart des pays africain, à l’instar du franglais au

Cameroun.

Nous pouvons donc dire que les traducteurs ont respecté leur position

traductive, ce qui confirme l’hypothèse selon laquelle ils ont eu recours à la

stratégie de foreignisation, et n’ont pas pu respecter l’altérité du texte à tout

les niveaux d’où l’utilisation de la stratégie d’annexion à certains niveaux.

C’est d’ailleurs pourquoi ils demandent aux mânes de l’auteur de leur

pardonner s’ils ont été des interprètes peu fidèles.

Conclusion

En guise de conclusion, il était question dans ce chapitre d’analyser le

corpus au niveau macro et au niveau micro. Au terme de ces analyses, nous

constatons que les traducteurs ont eu recours à la stratégie de foreignisation

et de décentrement. Cependant, ils ont voulu prendre en compte le public


147

cible aux niveaux où il était difficile de conserver l’étrangéité du texte

source. D’où les pourcentages de 67,15% pour la stratégie de décentrement,

de (14,28%) pour la stratégie d’annexion et enfin (14,28%) pour la stratégie

intermédiaire, c’est-à-dire lorsque les traducteurs ont utilisé en même

temps la stratégie de décentrement et d’annexion. Nous avons présenté ces

pourcentages dans un tableau. Pour finir, nous avons répondu aux questions

de recherches de notre travail.


148

CHAPITRE V
CONCLUSION GENERALE

Arrivés au terme de notre analyse, le présent mémoire intitulé : La

traduction de l’écriture de la résistance dans la version française Sozaboy

de Ken Saro-Wiwa, il s’agira dans cette partie d’effectuer une synthèse du

travail, de présenter sa contribution au débat traductologique et de formuler

des pistes de réflexions pour des travaux ultérieurs

5.1 Synthèse du travail


Le présent travail traite de la traduction des éléments de l’écriture de la

résistance dans Sozaboy. Il avait pour objectifs principaux de faire une

critique la traduction de Sozaboy, traduite par Samuel Millogo et Amadou

Bissiri et d’évaluer à partir de la position traductive des traducteurs s’ils ont

réussi dans leur entreprise. Pour répondre aux questions que soulèvent ce

travail de recherche, à savoir : quel est le niveau de congruence entre le

projet initial et le produit qu’est la traduction ? À travers la stratégie qu’ils

ont employée les traducteurs ont réussi à rendre le style de l’auteur sans

pour autant nuire à la lisibilité du texte cible ?, Nous avons émis les

hypothèses selon lesquelles les traducteurs auraient eu recours à la stratégie

de foreignisation lors du processus de traduction, et qu’il s’est avéré

difficile voire impossible de restituer l’originalité du style de l’auteur à tout

les coups.
149

Pour mener à bien notre travail, nous avons structuré le travail en cinq

parties. Dans la première partie, nous avons présenté les éléments de notre

projet de recherche où il était question de présenter les motivations du

choix de ce suet, d’évoquer les problèmes de recherche, les objectifs et les

hypothèses, la délimitation et l’aperçu du cadre théorique et

méthodologique.

Dans la deuxième partie, nous avons défini les concepts d’écriture et de

résistance entre autres. Nous avons ensuite présenté les manifestations

linguistiques et textuelles de l’écriture de la résistance. Ce qui nous a

permis d’aborder aisément la partie sur l’écriture de la résistance comme

problème de traduction. Nous avons constaté que l’écriture de la résistance

ou l’écriture de la violence, étant donné que ces termes sont considérés

dans le cadre de ce travail comme synonymes, constitue un véritable

problème de traduction. Le volet suivant nous a permis de donner les avis

ou les stratégies des théoriciens sur la question. Certains pensent qu’il est

impossible de traduire un texte en langue non standard, d’autres pensent

que l’on doit traduire une langue non standard par une langue standard. Il

en est qui pensent que le traducteur devrait créer une autre variété de

langue non standard qui servirait d’équivalent à la langue source. Nous

avons également établi la distinction entre la critique des traductions et

l’évaluation des traductions. Dans cette partie, il a également été question


150

de présenter l’œuvre dans son environnement sociopolitique, historique et

littéraire. Il en ressort que le choix de l’auteur de rédiger une œuvre en

anglais pourri et portant sur la guerre du Biafra n’est pas anodin, car il a

vécu la guerre de près et déplore les exactions commises contre son peuple.

La dernière partie présente les travaux qui ont d’une manière ou d’une

autre influencé ce travail.

La troisième partie nous a servi de cadre, pour la présentation des

différentes théories, fondement de notre analyse, à savoir la DTS, la théorie

des polysystèmes, la théorie de l’école de la manipulation. Ensuite, nous

avons présenté les modèles d’analyse que nous avons appliqué à ce travail

notamment la méthodologie de l’école de la manipulation, qui nous lors de

l’analyse macrotextuelle, la méthode de Kruger et Wallmach qui nous a

aidé à analyser le tertium comparationis et la méthode de Berman qui nous

a permis d’analyser le texte selon la position traductive et le projet de

traduction des traducteurs. Nous avons également présenté la méthodologie

à suivre lors de l’analyse du corpus. Il s’agissait de présenter les différentes

étapes, allant du niveau systémique, micro textuel, au niveau macro textuel,

ensuite, nous avons présenté la grille d’analyse du corpus.

Dans une autre articulation, nous avons procédé aux analyses de l’œuvre au

niveau macro et micro étant donné que la partie systémique a été abordée

dans la deuxième partie du travail.


151

L’analyse macro textuelle a démontré que l’auteur crée un genre et un style

particulier qui traduisent la résistance à tous les niveaux. Tous les éléments

du paratexte portent une marque de la résistance de l’auteur à la norme

standard d’usage. L’analyse micro textuel nous montre que bien qu’ayant

conservé l’étrangeté du texte en utilisant la stratégie de foreignisation,

l’auteur a néanmoins eu recours à la stratégie d’annexion par souci de

lisibilité envers le texte cible. A partir des résultats obtenus de l’analyse,

l’interprétation a démontré que les traducteurs ont déployé la stratégie

foreignisation au cours de l’acte de traduction et le TC est orienté à 67,15%

vers le TS. Nous avons également noté que bien que les traducteurs ont

réussi à rendre la langue pourrie de l’auteur en utilisant la variété de

français qui a fleuri sur les rives d’Abidjan, ils ont néanmoins quelque peu

enfermé la traduction qui se veut universelle et devrait être accessible à

tous. Nous avons aussi conclu à travers les analyses qu’il n’existe pas de

stratégie fixe pour traduire l’écriture de la résistance. Pour décider de la

stratégie à adopter, le traducteur doit se remettre en contexte. Ce n’est donc

qu’à travers le skopos, le projet de traduction et la position traductive des

traducteurs que l’on pourrait choisir les procédures et la stratégie globale à

adopter.
152

5.2 Contribution
La contribution majeure de ce travail, sur le plan traductologique réside

dans le fait que cette œuvre représente plusieurs autres textes hybrides qui

n’ont pas été analysé selon l’approche bermanienne de la critique des

traductions. La traduction de l’écriture de la résistance et des textes non

standards a posé et continue de poser un problème en traduction. Ce travail

permet donc d’apporter la lumière sur la question la traduction des textes

de l’écriture de la résistance, à partir de la position traductive et le projet de

traduction de l’auteur qui donnent les outils nécessaires aux critiques et aux

lecteurs en vue d’une bonne compréhension de l’œuvre, des choix et des

décisions des traducteurs. En outre, il propose des éléments de réponse à

certains aspects que les traducteurs n’ont pas pris en compte et qui

pourraient être pris en considération lors d’une éventuelle retraduction.

5.3 Recommandations pour des travaux ultérieurs


Les limites du présent travail ouvrent des pistes de recherches ultérieures

dans la même œuvre. En effet, notre étude analyse les éléments qui

caractérisent l’écriture de la résistance dans notre œuvre Sozaboy. La

théorie bermanienne des traductions est l’une des théories fondamentales à

l’exécution de ce travail. Cependant, ce sujet que nous avons traité en

appelle un autre, celui de la réception des textes non standards. Cet aspect

peut à lui seul faire l’objet d’autres travaux de recherches.


153

Conclusion

Nous sommes parvenus au terme de notre recherche qui consistait à

enquêter sur la traduction de l’écriture d la résistance dans la version

française de Sozaboy à partir des contextes sociopolitiques, culturels et

littéraires de l’œuvre, de la position traductive et du projet de traduction des

traducteurs. L’analyse du corpus parallèle que nous avons constitué nous a

permis de comprendre qu’il n’ya pas une stratégie fixe que les traducteurs

pourront adopter face à un texte de la même typologie. Seuls les contextes,

les positions traductives et d’autres paramètres pourront effectivement

dicter les choix des traducteurs en matière de stratégies. Nous espérons

qu’à travers cette étude, nous avons pu apporter notre petite contribution à

l’évolution de la traductologie en particulier et la recherche en général.


154

Bibliographie

Azevedo, M. (2002), “Considerations on Literary Dialects in Spanish and

Portuguese”. Hispania, Nº 85 (3), 505-514.

Baker, M., (1992), In Other Words: a coursebook on Translation, London,

Routlege.

Baker, M., (ed.), (2009), The Routledge Encyclopedia of Translation

Studies Part II : History and Traditions, London and New

York ; Routledge.

Bandia, P., (1994), “On translating Pidgins and Creoles in African

Literature”, in TTR 7(2).

Bandia, P., (2001), « Le concept bermanien de l’Étranger dans le prisme de

la traduction postcoloniale » in érudit : traduction,

terminologie, rédaction, vol. 14, n°2, p. 123-139.

Berman, A., (1999), La traduction et la lettre ou l’auberge du lointain,

« L’Ordre philosophique », Seuil, Paris, p.52.

Bouillon, J. C., (2001), « Titre des œuvres d’art », Encyclopédie

Universalis

Bouvet, R., (1995), « Antoine Berman, Pour une Critique des traductions:

John Donne, Paris, Gallimard», in Surfaces, vol 5., 276 p.

Brodovich, O., (1992) « The Translator’s Strategy in Non-Standand

Speech: Some Theoretical Implications », Barbara

Lewandowska-Tomaszcyk and Marcel Thelen (eds.), Translation


155

and Meaning, Maastricht, Rijikzshogeschool Maastricht, pp. 355-

358

Colombini, A., (2009), “Annexion et décentrement”, in Altre Modernità,

Università degli Studi di Milano, n°2, pp. 184-194.

Delas, D., (2002), « Ken Saro-Wiwa surtraduit ? », in Etudes littéraires

africaines vol.13.

Djebar, A., (1995), Femmes d’Alger dans leur appartement, Des Femmes,

Paris, 167p.

Even-Zohar, I., (1978/2004), “The position of translated literature within

the literary polysystem”, in L. Venuti (ed.) (2004), pp. 192-197.

Even-Zohar, I., (1990), “Polysystem Studies”, in Poetics Today,

International Journal for Theory and Analysis of Literature and

Communication, vol 14, n°1 pp. 1-85.

Fioupou, C., (2006), “Translating Pidgin English and Ubuesque English

into French”, in Raoul J. Granqvist, Writing back in / and

Translation, Peter Lang, Francfort.

Gauvin, L., (1997), L’écrivain francophone à la croisée des langues, Paris,

Éditions Karthala.

Genette, G. (1987) Seuils, Paris: Edition du Seuil, p.95

Grammenidis, S., (2011), «  Le concept de loyauté en traduction: d’un

principe moral vers une stratégie traductionnelle » in Forum, vol

9, n°2, pp. 119-138.


156

Gutu, A., (2007), Théorie et pratique de la traduction. Université Libre

Internationale de Moldova.

Hatim, B. et Mason, I., (1990), Discourse and the Translator, Longman

Group Limited, UK.

Herman, T., (1999), Translation in systems: descriptive and systematic

approaches explained. Manchester: St Jerome.

Hermans, T., (1991), «Translation norms and correct translation», in Van

Leuven-Zwart K. M. and Naaijkens T. (ed.), The translation

Studies: The statement of art, Amsterdam: Rodopi.

Hermans, T., (1995), “Translation studies and a new paradigm”, in The

manipulation of literature studies in literary translation, London:

Croom Helm.

Holmes, J. S., (1970), (ed.) The nature of Translation: Essays on the theory

and practice of literary translation Studies.

Kamgang, E., (2012), Discours postcolonial et traduction de la littérature

africaine subsaharienne après les années soixante. Thèse de

doctorat. École de traduction et d’interprétation, Université

d’Ottawa.

Konkobo, K. P., (2009) « La dimension culturelle et stylistique, un défi de

la traduction de Sozaboy (Ken Saro-Wiwa) », Université de

Ouagadougou, mémoire de maîtrise.


157

Kruger, A. et Wallmach, K., (1997), “Research Methodology for the

Description of a Source Text and its Translation(s) – a South

African Perspective”, in South African Journal of African

Languages, vol 17 n°4 pp. 119-126.

Kruger, A., (2002), Corpus-based Translation Research: Its development

and Implications for General, Literary and Bible Translation.

Acts Theologíca, Supplemeum 2.

Lefevere, A., (1992) Translation, Rewriting, and the Manipulation of

Literary Fame, (London and New. York, Rouledge.

Meschonic, H., (1973), Epistémologie de l’écriture: Politique de

traduction. Paris, Gallimard.

Meschonic, H., (1999), Poétique du traduire, Verdier, Paris.

Millogo, L., (1993) « Le Français de Yirmmoaaga », Caitucoli, Claude

(dir.) Le français au Burkina Faso, Collection Bilans et

perspectives, CNRS & Université de Rouen, pp. 95-102.

Munday, J., (2001), Introducing Translation Studies: Theories and

Applications, Routledge: London and New York.

Newmark, P., (1981), Approaches to Translation, A. Wheaton and Co. Ltd,

Great Britain.

Newmark, P., (1988), A text book for translation, HemelHemsteadPrentice-

Hall International
158

Newmark, P., (1991), About Translation: Multilingual Matters. Clevedon,

Philadelphia, Adelaide: Multilingual Matters Ltd.

Nida, E,. (1997), “Translation as Communication”, in BBT Book

Production Series: Readings in General Translation Theory, vol

2, pp, 29-39. Stockholm.

Nida, E., (1964), Towards a Science of Translating: With special reference

to Principles and Procedures Involved in Bible Translating.

Leiden.

Nida, E., (1969), The Theory and Practice of Translation. E. J. Brill:

Leiden.

Nord, C., (2007), “Function plus Loyalty: Ethics in Professional

Translation”, in Genesis. Revista Científica do ISAG, vol 6, pp. 7-

17.

Saro-Wiwa, K., (1984) Sozaboy. A Novel in Rotten English, London,

Longman African Writers. Traduit par S. Millogo et A. Bissiri

(1998) sous le titre de Sozaboy (pétit minitaire), roman écrit en

anglais « pourri », Actes Sud.

Sartre, J. P., (1948), Qu’est ce que la littérature?, Gallimard, Paris.

Simon, S., « Antoine Berman. Pour une critique des traductions: John

Donne, Paris, Editions Gallimard », in érudit, « Bibliothèque des

idées », 1995, 278 pp.


159

Soungoua, J. M., (2011), War and Survival in Ken Saro-Wiwa’s and

Cyprian Ekwensi’s works, Université Marien Ngouabi

Brazzaville Congo.

Suchet, M., (2010), Textes hétérolingues et texts traduits: de la « langue »

aux figures de l’énonciation. Pour une littérature comparée

différentielle. Université Concordia, Québec, Canada.

Talbot, P. J., Weber, H. and Lian Ho, M., (1984) The New Englishes.

London: Routledge, 225p.

Toury, G., (1995), Descriptive Translation Studies – And Beyond,

Amsterdam and Philadelphia: John Benjamins.

Tymoczko, M., (1999), “Post colonial writing and literary translation”, in

Bassnet Susan and Trievedi Harish (éd.), Postcolonial

Translation Theory and Practice, Routledge, London.

Venuti, L., (1992), Rethinking translation. Discourse subjectivity, ideology.

London: Routledge.

Venuti, L., (1994), The translator’s Invisisbility, Routledge, Londres.

Venuti, L., (1995), The translator’s Visibility: A history of translation.

London: Routledge.

Venuti, L., (1998), Scandals of Translation: Towards an Ethics of

Difference. London and New York: Routledge.

Venuti, L., (2000), The Translation studies reader. London and New York:

Routledge.
160

Venuti, L., (2006), «Traduction, intertextualité, interpretation», in

Palimpsestes, Paris, Presse Sorbonne Nouvelle, n°18 pp. 17-42.

Vermeer, H. J. (2000) « Skopos in Translational Action », Venuti, L. (éd.)

The Translation Studies Reader, London & New

York : Routledge, pp. 192-197.

Vinay, J. P., et Darbelnet, J., (1958), Stylistique comparée du français et de

l’anglais, Didier et Montréal, Beauchemin.


161

WEBOGRAPHIE

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ken_Saro-Wiwa (visité le 20 juillet 2015).

http://www.tau.ac.il/~toury/works/fict.htm (visité le 03 août 2015).

http://www.biafraland.com/biafra_national_anthem.htm (visité le 25juin

2015).

www.geocities.com/africanwriters/sarowiwa/html (visité le 25 juin 2015).

Annexe
1) Noms
162

N° TS (Anglais) TC (Français) Obs


01 Although, everybody in Quand même, chacun était Décentrement
Dukana was happy at first. heureux dans Doukana Annexion
(P.1) d’abord. (P.27)
02 Pastor Barika of Church of Le Pasteur Barika de Décentrement
Light of God, the most l’Église de la Lumière de
important church in Dukana, Dieu, la plus importante
was saying the world will église de Doukana était là
soon end.(P 4) dire que la fin du monde va
bientôt arriver.
03 Chief Birabee, the king of Chef Birabi, roi de Décentrement
Dukana, he was the most Doukana, y a pas un qui Annexion
afraid. (P4) était peur plus que lui. (P31)
04 Duzia spoke first. Everybody Douzia a parlé le premier. Décentrement
know that Duzia will speak Tout le monde connait que Annexion
first. (P7) Douzia va parler le premier.
(P35)
05 Because Dukana people have Parce que les gens de Décentrement
one lorry which they call Doukana ont un camion que
‘Progres’. (P11) ils appellent Progrès. (P41)
06 So, one night after I have Alors, une nuit quand ‘ai Annexion
finnished bathing, I put fini de laver, j‘ai mis poudre
powder and scent and went to avec parfum et je suis parti
African Upwine Bar. (P13) au Banguidrome africain.
07 This African Upwine bar is in Ce Banguidrome africain est Décentrement
interior part of Diobu. (P13) au fond de Diobou.(P44)
08 They used to call this African On appellait Banguidrome Décentrement
Upwine Bar ‘Mgbaijiji’, africain là Mgbaijiji, ce qui
which mean to say the place veut dire la place que y a
can bring plenty fly. mouches en pagaille. (P44)
09 Or abi is he like Hitla? But Ou bien est ce qu’il est Décentrement
Hitla is a white man. (p.54) comme Hitla ? Mais Hitla
c’est blanc. (p.100)
10 So as I was passing he Donc le moment que je Décentrement
shouted: “Sozaboy!”(P61) passais il a crié : « Pétit
minitaire !» (P111)
11 After some time, we were all Après un moment, on Décentrement
calling the San Mazor ‘Tan appelait Sarzent-Mazor-là
Papa’(p.72) “Dabout Bien”. (p.128)
163

12 Everytime I will be asking Tout temps, je demande Décentrement


my friend, one boy we used mon camarade qu’on
to call Bullet, when they will appelle la Balle, c’est quand
give us gun. (P73) même ils vont nous donner
fusil. (P130)
13 Wetin we dey go do dere? C’est quoi meme on va pour Décentrement
God alone sabi. Especially as faire là-bas ? Dieu seul
Mr. Enemy don die finnish connait. Surtout que M.
and we no go shootam again. Ennemi-là a mouri fini et
(p.81) que on ne va pas tirer sur lui
encore. (p. 141)
14 I am just proud of the gun Je suis seulement fier de Décentrement
when I remember that with fusil-là quand je pense que
that gun Chief Birabee go fall avec fusil-là chef Birabi va
down for ground when he see faire à genoux quand il me
me call me ‘sah’, ‘Oga’ and voit et puis il va appeler moi
‘massa’ and all those fine « missié », « oga »,
fine names. (P88) « patron » et tous les jolis
jolis noms-là. (P152)
15 Even I begin to call the man Même je commence pour Décentrement
‘Manmuswak’. (P95) appeler l’homme-là
“l’homme-doit-viver”.
(P162)
16 And still am praying that God Et quand même je suis là Annexion
must help my mama and my prier pour que Bon Dieu n’a
young wife Agnes with qu’à aider ma maman et ma
J.J.C. (P128) jeune femme Agnès avec
ampoules 100 watts. (P210)
17  “Sozaboy. Juju. Smallpox. -Pétit minitaire. Sorcier. Décentrement
Dukana Boy!” Duzia said Variole. Enfant de
prouding. (P132) Doukana, Douzia a dit
fièrement.(P216)
2) RÉPÉTITIONS

N° TS (anglais) TC (français) Obs


18 Because the work on the farm Parce que travail dans Décentrement
have finished and the yams plantation a fini et les
were growing well well. (P.1) ignames poussaient bien
bien. (P.27)
164

19 Even one woman was talking Même y a une femme qui Décentrement
that the sun will shine proper parlait que le soleil va briller
proper and that people will normalement et que les
not die again […] (P.1) gens ne vont pas mourir
encore […] (P.27)
20 Before before, even if your Avant avant , ton camion il Décentrement
motor full oh or ’ e no full, est plein oh, il n’est pas
you must give traffic at least plein o, force tu vas donné
ten shillings for morning […] policier dix shillings matin
(P.2) […] (P28)
21 Big big grammar. Long long Anglais fort fort. Gros gros Décentrement
words. Everytime. (P2) mots. Toujours toujours.
(P28)
22 And as I am going to Pitakwa Et comme je vais à Pitakwa Décentrement
everyday, I am learning new tous les jours, j’apprends les
new things.(P12) nouveautés. (P42)
23 « Oh yes I remember well -Si si, je me souviens bien Décentrement
well, Kole answered. (P26) bon, Kolé a répondu. (P63)
24 I want to tell am that he is ȷe veux parler lui que il est Décentrement
very very very stupid man couillon trop trop, et puis je
and then I wil beat him frapper lui bien bon.(P66)
hehele.(P28)
25 I want to tell her not to worry ȷe veux dire lui, faut pas elle Annexion
whether him see me or not va peur si elle me voit ou si
because I must return elle me voit pas,j e vais
whether whether. (P27) retourner tchoko tchoko.
(P65)
26 But when I get there now, Maintenant quand ‘arrive là- Décentrement
soso soza soza. (P38) bas net, c’est minitaires
tout partout seulement.

3) ONOMATOPÉES

N° TS (Anglais) TC (Français) Obs


27 Then Chief Birabee stood up Et puis chef Birabi s’est levé Décentrement
and begin to speak. First he et il commence pour parler.
cough. Kpuhu! Kpuhu! (P6) Premier, il tousse.
Kpouhou ! Kpouhou !
165

(P35)
28 That is what the short man C’est ce que le courteaud a Décentrement
said as he drank another glass dit en buvant un autre verre
of tombo and chopped de bangui et en bouffant
ngwongwo and belched one ngwongwo et il a roté bien
big belch- etiee! (P17) fort, étiéé ! (P50)
29 Bom, Duzia, you people were Bom, Duzia, vous deux là Décentrement
here not so ? Ehen.(P26) vous etiez là, pas vrai ?
Ehein. (P62)
30 […] ȷust listening to him with […]et l’écoutent seulement Annexion
their mouth open like mumu, avec la bouche ouverte
respecting Zaza with his fat comme bêêê, et comment ils
belly, am telling you I was respectent Zaza avec son
very angry. (P30) gros ventre, je te dis façon
ça m’énerve, c’est trop
même. (P69)
31 You can hear the gun in the Tu entends fusil dans la nuit Décentrement
night making Gbagam ! qui fait Gbagam ! Gbaga
Gbaga gbaga gbagam!! gbaga gbagam!! Kijijim !!
Kijijim !! Kikijijigim ! (P31) Kikijijigim ! (P69)
32 He say, ‘Look my friend. All Il dit: “écoute mon ami, tout Décentrement
this kaji jim, kaji jim that you ce kaji jim, kaji jim que tu
are hearing here can make entends ça peux faire ton
you deaf.(P32) zoreille il va pas entend
encore (P71)
33 My heart begin to cut, gbum, Mon Cœur commence Décentrement
gbum, ghum. (P38) couper gboum, gboum,
gboum. (P79)
34 Keep quiet all of you, oh, “Vous tous là, faut rester Décentrement
Hei !(P46) tranquilles o. Hei ! (P89)
35 My heart was cutting, beating Mon cœur était là couper et Décentrement
like drum. Tam tum. Tam battre comme tam-tam.
tum tum. (P47) Tam toum. Tam toum
tourn. (P91)
36 Now the sozas do not follow Maintenant minitaires-là ne Décentrement
me, they begin to shoot their courent pas derrière moi, ils
guns: Tako, tako. Tako- tako commencent tirer leurs
–tako. (P47) fusils: Tako, tako. Tako-
166

tako- tako. (P92)


37 I have not tief another person Je n’ai pas volé argent de Décentrement
money. Toko, tako, tako. quelqu’un. Tako, tako,
(P48) tako. (P92)
38 Instead, they will answer as Au lieu que ils vont répond Décentrement
they use to do, all of them la façon que ils ont
begin to laugh   “kwa kwa l’habitude de faire, eux tous
kwa kwa.” (P61) commencent pour rire kwa
kwa kwa kwa. (P111)
39 Then the San Mazor will just Et puis Sarzent-Mazor-là va Décentrement
shout ‘Quashun!’ and all of crier “Vous!” et nous tous
us will move our right leg on va soulever pied droit là
and stamp it on the ground pour frapper sur sol-là
‘gbram’. gbram. (P128)
40 One time the bullet just pass Il ya une fois, même balle-là Annexion
over my head. Heeeuun! est venue passer net au
Heeeuun! (P105) dessus de ma tête. Fiaan !
Fiaan ! (P176)
41 My heart was beating drum, Mon Cœur était là faire Décentrement
bam- bam- bam- bam- bam- comme tam tam, bam, bam,
bam- bam. (P122) bam, bam, bam, bam,
bam. (P201)
42 Then the aeroplane came Et puis avion a descend Décentrement
downlike hawk wanting to comme épervier qui veut
catch hen. Wham, bang! attraper poule. Wham,
Bang! Bang! (P217) bang ! bang ! bang! (P217)
43 As I was getting to the forest Le temps que j’étais là Décentrement
which is in front of my home arriver à la foret que on
town, my heart was beating traverse pour arriver mon
drum – dam dim dam dim village, mon Cœur était là a
dam dim dam, dam dim dim. battre comme tam-tam –
(P171) dam dim, dam dim, dam
dim, dam, dim, dim.
(P274)

4) PROVERBES
167

N° TS (Anglais) TC (Français) Obs


44 Because our people say suffer Parce que à chez nous pays, Décentrement
suffer chop beans without on dit que pauvre pauvre
salt. (P23) type bouffe haricot sans sel.
(P57)
45 What man picken have seen Ce que l’enfant de l’homme Décentrement
only God can know. (P30) n’a pas vu, c’est Dieu qui
connait seulement. (P69)
46 Ha ! Zaza, son of Mina, God Ha! Zaza, fils de Mina, Bon Décentrement
don butter your bread. (P32) Dieu a metté beurre dans ton
du pain.
47 Because anybody who Parce que quand l’homme Décentrement
marries wife have married marie femme il marie
trouble. (P63) palabre. (P115)
48 And trouble no they ring bell. Et palabre-là il dit pas quand Annexion
(P63) il vient. (P115)
49 Power pass power . (P77) Force dépasse force dè. Décentrement
(P136)
50 God no gree bad thing ! Bon Dieu veut pas mauvais Décentrement
(P80) chose. (P140)
51 Water don pass gari (P104) Affaire-là est gaté complet. Annexion
(P174)
52 No be everything wey eye “C’est pas tout ce que zyeux Décentrement
see that mouth dey talk. voient que bouche va parler.
(P107) (P107)
53 Oh Jesus Christ son of God, Oh, Jésus-Christ fils de Décentrement
the thing wey I see my mouth Dieu, la chose que je vois,
no fit talk am. (P111) ma bouche moyen pas parler
ça. (P184)
54 Everyday is for the tief but Parce que tous les jours c’est Décentrement
one day is for the owner of pour voleur, mais y a un jour
the house. (P126) qui est pour propriétaire de
maison. (P209)
55 As fish borku for river na so La façon que poisson c’est Décentrement
woman borku for the world. beaucoup dans la rivière, la
(P136) même façon femme c’est
beaucoup dans ce monde-là.
56 But man proposes God Mais l’homme propose et Décentrement
disposes. (P163) Dieu dispose. (P263)
168

5) NÉOLOGISMES

N° TS(Anglais) TC (Français) Obs


57 As I look am, my man begin Et quand e vois tout ça là, Annexion
to stand small small. (P13) mon bonhomme commence
debout un peu un peu. (P44)
58 Snake. I like that name. I call Serpent. Nom là me plait Annexion et
it ‘man’ or ‘prick’ before. quoi. Avant, moi j’appelle Décentrement
(P18) ça bonhomme ou bien
pine. (P51)
59 So it was not a great Donc ça m’a pas surprend Décentrement
surprisation to me when beaucoup quand Agnès m’a
Agnes told me that yes, she dit que oui, je lui plais.
likes me.(P21) (P55)
60 As the aeroplane shit, na so Façon avion-là chie, la Décentrement
porson dey die. (P31) même façon les homes sont
là mourir. (P69)
61 And when I think how all the Et quand je pense la façon Décentrement
people will gratulate me dont les gens vont me
when the war don finish and félicitation, quand la guerre
Hitla don die, I begin to va finir et Hitla a mouri, je
proud of myself small small commence à content mon
again. (P32) affaire un peu un peu. (P70)
62 My man begin to stand up Mon bonhomme il Annexion
like snake wey no get house. commence débout comme
(P35) serpent qui gagne pas
maison.
63 You can see all the plantain Tu peux voir tous les
and banana as they are bananiers, plantains avec
standing straight and tall poyos, qui sont là débouts Décentrement
inside the moon. (P36) droits et géants dans clair de
lune. (P76)
64 How can they be dancing and Comment ils peuvent être là Décentrement
jollying when there is à danser, chanter et faire
trouble for the country? samusement quand y a
(P36) malheur dans pays-là?
169

(P76)
65 This thing was a great Ca là a été grand Décentrement
surprisation to all of us. suprisation pour nous tous.
(P51) (P96)
66 This thing was surprisising Ca là ça m’a tonné parce Décentrement
me because they cannot be que ils peuvent pas rire
laughing like that as soon as comme ça net quand ils me
they see me unless they are voient si ils n’étaient pas là
talking about me before. parler mon affaire avant.
(P61) (P111)
67 Bom said,  “don’t look Bom a dit, faut pas regarder Décentrement
another place because you are ailleurs parce que c’est toi
the porson we are talking to” l’homme qu’on est là parler
(P61) là. (P111)
68 Please don’t tear her thing, Pardon faut pas déchirer sa Décentrement
oh. (P62) chose-là, o. (P112)
69 I know all you young young Parce que je vous connais Décentrement
boys who have not seen toto vous pétits pétits garcons
before. (P 62) qui n’ont pas vu con avant.
(P112)
70 “I hear Sozaboy was -J’entends que petit Annexion
shouting, begging her not minitaire était là crier, la
play like that or she will burst pardonner faut pas elle va
his blokkus”. (P62) faire comme ça sinon elle va
faire clater son testicules.
(P113)
71 When he is soza, that is when Quand il va devenir Décentrement
he will fuck pass with his minitaire c’est là que il va
long long prick.(p62) baiser plus même avec son
long long bangala-là.
(P113)
71 ’E get one man , San Mazor, Y a un homme qu’on Décentrement
na so everyone dey call am. appelle lui Sarzent-Mazor,
(P71)  c’est ça tout le monde
appelle lui. (P128)
72 If any porson just move, the Si y a quelqu’un qui bouge Décentrement
San Mazor will just shout un peu seulement, sarzent-
well ‘Tan Papa dere’. (P72) mazor-là va crier fort sue lui
170

“Dabout bien là-bas”.


(P128)
73 And when he shout Et quand il crie “Pos” on Décentrement
‘ajuwaya’, then we can stand peut débout et nous grater
and scratch or do anything. ou faire n’importe quoi.
(P128) (128)
74 This ‘hoping udad mas’ used Façon ce “Vant marche” Décentrement
to please me plenty oh. (P72) me plaisait trop quoi. (P128)
75 I think he called another Je crois que il a dit nom de Décentrement
disease like hibatension and une autre maladie
he did not want me to die like hypertenchion et il ne veut
fly as everybody is dying. pas que e vais mourir
(P144) comme mouche la façon que
tout le monde est là mourir.
(P234)
76 And because the old bad Et parce que ancien mauvais Décentrement
government have dead, and gouvernement a tombé et
the new government of police nouveau gouvernement de
and sozas have come. (P.1) minitaires avec policiers a
monté. (P.27)
77 Inspector Okwonkwo na him Le plus pire même, c’est Annexion
be the worse when he was inspecteur Okwokwo quand
sarzent before they il était brigadier avant que
promoted him. (P. 2) il a gagner galon ajouter. (P.
28)
78 Even when they promote him Même quand il a gagné Décentrement
to Inspector, my master and inspecteur-là, mon patron et
myself went to gratulate moi on est parti pour lui
him. (P.2) félicitation. (P. 28)
79 Since he was born. Duzia is Dépuis qu’il est né. Douzia Décentrement
cripple man. (P7) c’est l’homme infrime.
(P35)
80 They were cursing Chief Elles maudissaient chef Décentrement
Birabee. “Stupid Chief. Birabi. “Chef bandecon.
Stupid tief. (P9) Bandecon voleur. (P39)
81 I was holding her and she ȷe l’ai attrapée puis elle m’a Annexion
was holding me too. Very attrapé aussi. Collés collés.
tight. My man was standing Mon bonhomme s’est mis
171

up. (P14) debout. (P46).


82 « Awright. But make you tell Bon d’accord. Mais faut Décentrement
your snake make ’e no to parler ton serpent-là, faut
stand like say ’e dey hungry. pas il va trop débout comme
(P14) si il est faim.(P46)
83 Will he speak English and Est ce que c’est anglais il va Décentrement
use terprita or will he speak parler et prendre interprète
Kana ? (P41) ou bien est-ce que c’est
Kana il va parler?

6) EMPRUNTS

N° TS (Anglais) TC (Français) Obs


84 They were saying that Ils disaient que cerkè de Annexion
kotuma ashbottom from Bori ne peuvent pas faire
bori cannot take bribe from corription dans Doukana
people in Dukana again. encore. (P.27)
(P.1)
85 And my master was Et mon patron faisait grand Annexion
prouding. Making yanga for bouche. Il faisait bruit
all the people, all the time. devant les gens, tout temps.
(P3) (P30)
86 You may be thinking, oh, its Vous pensez peut être, oh, Annexion
chief birabee who want to c’est chef Birabi qui veut
chop your money, wear bouffer votre l’argent, porter
your clothe, drink your votre zhabit et boire votre
tombo. (P8) Bangui. (P38)
87 And you can chop Et tu peux bouffer Décentrement
okporoko, stockfish. (P13) okporoko, stockfisch. (P44)
88 Or ngwo-ngwo, goat-head Ou bien ngwo-ngwo, soupe Décentrement
and particulars in pepper bien pimentée de têtes avec Annexion
soup. (P13) morceau de cabri. (P44)
89 I returned to my seat inthe ȷe suis reparti à ma place Annexion
bar and she went and dans le bar et elle est partie
brought me another bottle m’apporter une autre
of Tombo wine. (P15) bouteille de Bangui. (P46)
90 That ye-ye man , proper Ce vaurien-là, taba-taba-là Annexion
yafu yafu man, ust moving qui est là à promener dans
about in Dukana prouding Doukana faire grand bouche
because he fight against parce que il a fait guerre
Hitla […] (P37) contre Hitla[…] (P78)
172

91 I will show Zaza that I am Je vais montrer Zaza que je Annexion


not a yekpe man like suis pas wia wia *comme
himself. (P38) lui.
92 Look ehn, this thing Tu vois, ça là ça m’a Décentrement
surprised me helele.(P38) surpris fort quoi.(P80)
93 Since all this wahala begin Dépuis que Annexion
this thick man just they stay wourouwourou-là a débout,
inside his house like snail. type-là reste toujours dans
(P41) l’intérieur de sa maison
comme escargot. (P83)
94 Look, my friend, I no dey Écoute, mon ami, ce façon Annexion
for all this ugbalugba case. problème-là je suis pas
(P42) dedans. (P85)
95 I reach there for afternoon Le temps que j’arrive là-bas Annexion
time. I did not see anybody c’est le soir. J’ai pas vu
lai lai. (p.129) quelqu’un de tout. (p.212)