Vous êtes sur la page 1sur 58

Question de cours :

1- En quoi la comptabilité des sociétés et la fiscalité sont-elles complémentaires ?


2- Distinguer entre :
 société de fait/ société constituée
 société en participation/ G.I.E
 défaillance/ faillite
 A.P.S/ A.T.O
 Client/ clientèle

Exercice : E/se SA R W King


La SA R W King est créée le 1er mai 1995 avec 1120 actions souscrites. La libération est faite
au minimum avec les actionnaires A, B, C, D et E qui acceptent d’apporter :
A :- un immeuble ………………………...2 000 000f
- un véhicule…………………………1 500 000f
- du matériel et mobilier de bureau A.1 000 000f
- une dette fournisseur……………….2 000 000f
- une clientèle négociée ……………..1 000 000f
B :- des marchandises…………………….1 400 000f
- un petit équipement………………….700 000f
- une machine………………………..1 600 000f
- des titres de placement……………….300 000f
- une dette obligataire………………..1 600 000f
C :- un terrain……………………………..3 500 000f
- du matériel et mobilier de bureau C.1 500 000f
- une clientèle négociée……………….500 000f
D : 8 000 000f et E 3 000 000f.
Les frais notariés s’élèvent à 1 700 000f et les frais divers de constitution à 310 000f
TAF
1- Déterminer la souscription et la libération à la constitution pour chaque actionnaire ;
2- Comptabiliser cette constitution.

Exercice : suite E/se SA R W King


Considérons le cas de la SA R W King du TD1 avec des informations complémentaires
suivantes :

1) En août 1995, le 2è quart est appelé et seul E exécute sa libération à la date butoir du
31 septembre 1995. D libère cet appel le 31 octobre 1995 ayant bénéficié d’un délai de
sursis de 2 mois (novembre 1995). Par ailleurs, à cette même date du 31/ 10 D
anticipe le paiement du 3è quart ;

2) En février 1996, l’AGE de R W. King appelle les 2 derniers quarts et les actionnaires
s’exécutent dans le délai du 31 mars 1996 ;

3) En juin 1997, l’AGE décide d’augmenter le capital social simultanément par émission
de 224 actions nouvelles et 112 actions gratuites ;

4) En mars 1998, les actions de A et E sont amorties de moitié par compensation d’une
réserve équivalente.

1
TAF/ Comptabiliser les écritures relatives à chacune des opérations 1, 2, 3 et 4 en calculant
au passage le ds et le da

Autres informations
- taux d’intérêt : 10% par an
- frais notariés dus à l’augmentation : 100 000f
- frais notariés du à l’amortissement : 150 000f
- bénéfice non distribué de la SA RW King en 1995 : 1 500 000f
- bénéfice de la SA RW King en 1996 : 2 500 000f
- l’exercice va du 1.1.n au 31.12.n
- prix d’émission 21 000f
N.B. En cas décimales, arrondir à l’entier le plus proche
Exercice : suite E/se SA R W King
Reprenons une fois de plus le cas de la SA R W King telle que décrite aux TD1 et TD2. On
suppose maintenant que par consentement de tous les actionnaires cette SA est dissoute en
juin 2005.
Le partage entre les actionnaires se présente comme suit

A
le terrain apporté par C ……………………………………….3 500 000f
B
le véhicule apporté par A………………… 1 500 000f
le matériel et le mobilier de bureau A…………………..…….1 000 000f
C
un terrain acquis par la société en 1999…………………….6 000 000f
D
le petit équipement apporté par C……………………………700 000f
un véhicule Mercedes acquis par la société en 1997………… 7 000 000f
l’immeuble acquis par la société en 1998…………………… 4 000 000f
la machine apportée par C ……………………………………1 600 000f
E
- le matériel et mobilier de bureau C………………………………1 500 000f

T.A.F. Déterminer l’impôt dû à cette dissolution.


En cas de décimale, arrondir à l’entier le plus proche

Exercice : SNC « Diamian et cie »


Les comptes de bilan de la SNC « Diamian et cie » se présentent comme suit après réalisation
des actifs mais avant règlement des dettes.

Compte d’actif Comptes de passif


Banque 810 000 Capital social 1 900 000
RAN -2 200 000
Résultat de liquidation 110 000
Fournisseur 1 000 000
810 000 810 000

2
L’apport de Damian est de 1 000 000 fcfa et ceux des deux autres associés Legrand et Derval
de 450 000 fcfa chacun. Les statuts prévoient un partage des résultats proportionnellement
aux apports.
T.A.F : Effectuer le partage et comptabiliser les opérations de liquidation.

Exercice : La SA SION
La SA SION au capital de 15 000 000fcfa est installée à Yaoundé. Au 31 / 12 / 2003, elle
réalise plusieurs opérations dont les suivantes :
a) Honoraires à un avocat inconnu à Douala…………………………. 600 000f
b) Frais de siège versé à la société-mère sise à Bruxelles…………….. 900 000f
c) Commissions sur importations1……………………………………… 75 000f
d) Dividendes bruts reçus……………………………………………… 400 000f
e) Produits nets des filiales2……………………………………………..600 000f
f) En 1999, la SA SION s’était engagée à réinvestir une plus value réalisée après la
cession à 3 500 000f d’une immobilisation acquise en 1995 à 4 000 000fet ayant une
durée de vie fiscale de 10 ans. En 2002, cette SA a acheté du matériel roulant pour
5 000 000f.
g) Dons au Centre des Handicapés de Yaoundé (à la limite déductible)…..150 000f
h) Redevance pour brevet au bénéfice d’une société gabonaise qui
détient 2% du capital de la SA SION ……………………………………3 000 000f
i) Il ressort des bilans antérieurs des déficits ordinaires suivants :
- 1994/1995………….100 000f
- 1996/ 1997…………200 000f
- 1997/ 1998…………150 000f

T.A.F
1- déterminer le montant constant de l’acompte dû chaque mois sachant que le
CA ht et les achats sont régulièrement répartis dans l’année ;
2- déterminer l’assiette de l’IS ;
3- liquider l’IS ;
4- Procéder à la comptabilisation annuelle de l’IS.
Questions de cours
1- Distinguer entre : Impôt/taxe ; taxe/taxe parafiscale ; impôt direct/impôt indirect ;
redevable/contribuable ; régime de base/impôt libératoire
2- Par quel procédé évalue t-on l’assiette des impôts et taxes suivants :
- Impôt sur les sociétés ;
- Taxe sur la valeur ajoutée ;
- Impôt libératoire ;
- Les droits d’enregistrement.

Exercice 1
L’entreprise SABATA, installée à Douala, au capital de 130 000 000fcfa est créée au 30 / 05 /
2003 par les actionnaires Jean, Jacques, Joseph, Junior et Elie. A cette date le capital est libéré
de moitié.
Quatre mois plus tard (30 / 09 / 2003), le reste est appelé et les actionnaires Jean et Jacques
n’ont pas honoré leur engagement à la date butoir du 30 /11 /2003.
Par ailleurs, on vous informe que :
- Junior a apporté
1
Ces importations d’un montant de 1 000 000f sont vendues à ce jour.
2
Ces produits sont reçus en Juin 2003 et la société compte les distribuer en mars 2004 à ses actionnaires.

3
 des titres de placement…………………. 200 000 fcfa
 une dette fournisseur……………………. 900 000 fcfa
 un immeuble (située à Penja)…………10 000 000 fcfa
 des marchandises…………………………300 000 fcfa
 des matériels et mobiliers de bureau ……..350 000 fcfa
- Le reste du capital est reparti entre jean, jacques, Joseph et Elie respectivement
et inversement aux nombres 2, 3, 4, 5.
TAF : 1- Déterminer les droits d’enregistrement de cette constitution
2- Comptabiliser la constitution et l’appel (valeur nominale égale 10 000fcfa).
Exercice 2
Deux sociétés A et B se prennent réciproquement les actions et présentent au 31/ 12/ 2004
leur bilan contenu dans le tableau suivant
Actif Passif
Eléments A B Eléments A B
Immobilisations 3 000 000 2 100 000 Capital (1) 2 500 000 2 000 000
Titres 750 000 300 000 Réserves 850 000 305 000
Stocks 200 000 160 000 Dettes 800 000 400 000
Créances 150 000 100 000
Disponibilités 50 000 45 000
Total 4 150 000 2 705 000 Total 4 150 000 2 705 000
(1) Il existe 125 titres de A et 200 titres de B.
TAF : Calculer la valeur intrinsèque de l’action de A et de B sachant que les éléments autres
que les titres sont évalués à leur valeur comptable.
NB. Pour les exercices 1 et 2, arrondir à l’entier le plus proche, en cas de décimales

Exercice 1: Augmentation par transformation des obligations en actions


Une SA émet en janvier N un emprunt obligataire de 1 800 000f en obligations de 10 000f de
valeur nominale. Ces obligations sont émises et remboursées au pair, convertibles au gré des
porteurs sur la base d’une action de 15 000f pour 2 obligations. En avril N+3, les porteurs de
100 obligations demandent la conversion de leurs obligations.

T.A.F : Procéder à la comptabilisation de cette augmentation.


Exercice 2 : Dissolution d’une SNC non solvable
Les comptes de bilan de la SNC « Diamian et cie » se présentent comme suit après réalisation
des actifs mais avant règlement des dettes.
Compte d’actif Comptes de passif
Banque 810 000 Capital social 1 900 000
RAN -2 200 000
Résultat de liquidation 110 000
Fournisseur 1 000 000
810 000 810 000
L’apport de Damian est de 1 000 000 fcfa et ceux des deux autres associés Legrand et Derval
de 450 000 fcfa chacun. Les statuts prévoient un partage des résultats proportionnellement
aux apports.
T.A.F : Effectuer le partage et comptabiliser les opérations de liquidation.

4
Exercice 3 : La dissolution des S.A
La S.A June est créée en 1985 avec un capital de 1 000 000 000 fcfa totalement libéré. Ce
capital est réparti entre 4 associés A,B,C,D dans les proportions respectives de 25, 30, 35, et
10%.
En Août 2000, la S.A. June doit être dissoute pour des raisons diverses et l’actif est liquidé
comme suit.

Apports subsistants en nature Acquêts sociaux


Nature Valeur apport Valeur Nature Valeur apport Valeur
liquidation liquidation
Immeuble 250 000 000 300 000 000 Mat. de 130 000 000 125 000 000
transport
Outils de 20 000 000 18 000 000 Marchandise 190 000 000 200 000 000
production
Titre de 7 500 000 8 000 000 Mobilier de 20 000 000 22 000 000
participation bureau
terrain 200 000 000 210 000 000 clients 30 000 000 25 000 000
Fonds de 200 000 000 180 000 000
commerce
La banque et la caisse sont approvisionnées dans l’ordre pour 100 000 000 fcfa et 52 500 000
fcfa. Les dettes de cette SA s’élèvent à 200 000 000 fcfa. Cette entreprise a amorti au cours de
l’exercice 1999/2000 son immeuble au taux de 20% alors que la loi de finance prévoit un taux
de 15%.
T.A.F : 1) déterminer le résultat de liquidation (R.L)
2) Procéder au partage du R.L. et du capital proportionnellement aux apports.
N.B. Pas de comptabilisation.

Exercice1
Une SA en activité réalise, après cession d’une immobilisation, une plus-value de valeur M au
cours de l’exercice N
1- dans quelles conditions cette entreprise peut-elle s’engager à réinvestir M ?
2- Discuter du sort fiscal de M si cette SA décide de la réinvestir.
Exercice 2 : L’impôt sur les sociétés
La S.A XLW, de droit camerounais installée à Douala, exerce dans le commerce. L’extrait de
son tableau des soldes caractéristiques de gestion vous donne les informations suivantes au
30/06/2000.
1- Stocks vendus. XLW a importé de la Belgique des marchandises pour 87 000 000 fcfa
HT avec des commissions y afférentes de 5 000 000 fcfa. On suppose que la structure
du prix de cette marchandise ne varie pas ; en outre, le stock initial et le stock final de
cette marchandise sont respectivement de 1 500 000F et de 9 000 000F.
2- Transports consommés. Les voyages professionnels s’élèvent à 3 750 000 fcfa dont
50 000 fcfa de remboursement de frais de déplacement justifié du directeur général et
500 000f cfa payés à la SDV lors de l’acquisition des marchandises.
3- Autres services consommés. La location des équipements de climatisation appartenant
à la Socapi SARL contre un loyer mensuel de 450 000 fcfa
4- Charges et pertes diverses. 3 500 000fcfa de dons accordés à la prison centrale de
Douala ; 1 000 000 fcfa de dons accordés à un parti politique connu ; 4 000 000 fcfa
de faux billets représentant un manquant en caisse.
5- Impôts et taxes. 100 000 fcfa de pénalités de retard de paiement de l’I.S de l’exercice
précédent et 185 000fcfa de redevance audio-visuelle payée en même temps que la
patente dont le principal est de 150 000fcfa.

5
6- Produits et profits divers. La S.A XLW a réalisé au cours des 3 exercices ci-dessous
son programme d’investissement
1996/97 achat d’une voiture de livraison ----------------9 000 000 f cfa
1997/98 achat d’un ordinateur-----------------------------5 000 000 fcfa
1998/99 achat d’une machine à écrire--------------------3 000 000 fcfa
Ces investissements font suite à un engagement à réinvestir des plus values réalisées en
1995/96 sur la cession le 1/1/96 au prix HT de 11 450 000 fcfa du camion Hino, achété à
15 000 000 fcfa le 1/1/93 et régulièrement amortissables en 5 ans. ; frais de cession
estimés à 325 000 fcfa ;
7- Intérêts reçus. Cette société a reçu de sa filiale du Tchad, la Tchadienne SA, dans
laquelle elle détient 26% du capital, des dividendes bruts de 500 000fcfa (taux d’IRCM au
Tchad et au Cameroun = 16,5%). Par ailleurs, elle reçoit de sa filiale béninoise , la SARL
Socaprod, 1500f de dividende par part sociale sur les 1624 qu’elle détient sur les 5 000
parts de cette filiale.

T.A.F. On vous demande de :


1) faire une analyse fiscale des charges et produits de la SA XLW
2) déterminer le bénéfice fiscal de cette entreprise.
3) calculer l’impôt sur les sociétés dû par cette société.
4) Procéder à la comptabilisation annuelle de cet impôt
Annexes
1) Répartition du capital social
- M. kamdoum --------------- 40%
- Socapi SARL --------------- 25%
- M. Edimo -------------------- 20%
- Autres -------------------------15%

2) Bénéfice comptable au 30/6/2000 ----------------- 35 000 000 fcfa


Chiffre d’affaires HT au 30/6/2000---------------750 000 000 fcfa
3) Le directeur général bénéficie d’une allocation forfaitaire de 50 000 fcfa pour frais de
déplacement
4) Le taux de la TVA en Belgique est de 20%
5) La DSF de la société fait ressortir un déficit ordinaire de l’exercice 1997/98 de
150.000 fcfa.

Exercice 3 L’IRPP
Donner la procédure d’imposition des bénéfices de chacune des sociétés suivantes :
1- Garanti Express
2- Yaho Voyage (elle dispose de 3 Coasters de 30 places et d’une Hiace de 18 places)
3- La quincaillerie du siècle (elle est non importatrice et a réalisé pour l’exercice 2005
un chiffre d’affaires hors taxes annuel de 50 000 000fcfa).

Questions de cours

1- Distinction entre les notions


Impôts et taxes :
- L’impôt est un prélèvement sans contrepartie directe alors que la taxe est le
prix d’un service public précis ;
- L’impôt est un élément du budget alors que la taxe bénéficie aux collectivités
locales (communes) ;

6
Taxe et taxe parafiscale :
- La taxe bénéficie aux collectivités locales alors que la taxe parafiscale
bénéficie aux entreprises de service public (CFC, FNE, CRTV…) ;
- La taxe a une contrepartie directe alors que la taxe parafiscale sert au
financement des entreprises de service public à contrepartie non forcément
immédiate ;
Impôt direct et impôt indirect :
- L’impôt direct est payé directement par le contribuable alors que l’impôt
indirect est payé par le redevable pour le compte du contribuable ;
- L’impôt direct est assis de façon périodique une matière imposable
permanente alors que l’impôt indirect est assis de façon intermittente les actes
économiques épisodiques ;
Contribuable et redevable :
- Le contribuable est la personne qui supporte la charge fiscale alors que le
redevable est celui qui verse l’impôt (indirect) au trésor sans en supporter la
charge ;
- Le contribuable existe, qu’il s’agisse de l’impôt direct ou indirect alors que le
redevable n’existe en cas d’impôt indirect ;
Régime de base et impôt libératoire :
- En matière de régime de base, l’entreprise doit réaliser un chiffre d’affaires
annuel hors taxe compris entre 15 millions et 60 millions alors que l’impôt
libératoire concerne les entreprises informelles sans précision de chiffre
d’affaires et donc la liste est exhaustivement établie par catégorie ;
- Le régime de base ne dispense pas l’entreprise du paiement des autres impôts
et taxes (patente, taxes parafiscales, TVA, IRPP…) alors que l’impôt
libératoire dispense l’entreprise du paiement de tous les impôts et taxes à
l’exception du bail (5% du bail annuel) et de l’enregistrement de ce bail (10%
du bail annuel).
2-Les procédés d’évaluation des impôts et taxes suivants :
- Impôt sur les sociétés : confession fiscale ;
- Taxe sur la valeur ajoutée : confession fiscale et dénonciation fiscale ;
- Impôt libératoire : procédé de forfait légal (évaluation par présomption) ;
- Droit d’enregistrement : confession fiscale.
Exercice 1 : Cas de l’entreprise SABATA
1- détermination des droits d’enregistrement
DM / APS = 130 000 000x 2% = 2 600 000 > 750 000, donc DM/ APS = 750 000F
DM / ATO. Seul Junior a apporté un passif constitué d’une dette fournisseur de 900 000F. En
outre, pour cause de l’absence du poste CLIENTELE dans la liste des apports, il n’y a pas
fonds de commerce et le passif est enregistré de la façon suivante :
- titre de placement : 200 000 x 2% = 4000
- marchandises : 300 000 x 5% = 15 000
- matériel et mob. de bureau : 350 000 x 5% = 17 500
- Immeuble (bâtis rural) : 50 000 x 10% = 5 000
Total- DM/ ATO = 41 500
Finalement DM = DM /APS + DM /ATO = 750 000 + 41 500
DM = 791 500
2- Comptabilisation
2- 1- Calculs préliminaires
- Détermination de l’actif net de Junior: 200 000 +10 000 000 +300 000 +350 000)= 9 950
000

7
- Reliquat à partager entre les autres actionnaires : 130 000 000 – 9 950 000 = 120 050 000
- Détermination des apports des autres actionnaires.
Désignons par A, B, C, et D les apports respectifs de Jean, Jacques, Joseph et Elie.
Soit k la constante de proportionnalité.
Posons en outre que A = ½ k, B= 1/3 k, C= ¼ k et D= 1/5 k.
On écrit : A+ B+ C+ D = 120 050 000 ou mieux
½ k + 1/3 k + ¼ k + 1/5 k = 120 050 000
On détermine que k = 93 545 455 ; A = 46 772 727 ; B = 31 181 818 ; C = 23 386 364 et
D = 18 709 091.
On vérifie bien que A +B +C +D = 120 050 000
- Détermination de la libération au 30 05 2003
Détermination du nombre d’action détenu par chaque actionnaire : il suffit de diviser le
capital détenu par chacun par la valeur nominale qui est 10 000. Ensuite, il faut arrondir le
résultat de ce quotient à l’entier le plus proche.
Junior = 9 950 000 (car apport en nature) ;
Jean = (1/2 x 10 000) x 4 677 actions = 23 385 000
Jacques = (1/2 x 10 000) x 3 118 actions = 15 590 000
Joseph = (1/2 x 10 000) x 2 339 actions = 11 695 000
Elie = (1/2 x 10 000) x 1 871 actions = 9 355 000
- Capital souscrit non appelé au 30 09 2003
130 000 000- 69 975 000 = 60 025 000
- Libération au 30 11 2003
Joseph = 11 695 000
Elie = 9 355 000
Soit un total de 21 050 000
- Retard au 30 11 2003
Jean = 23 385 000
Jacques = 15 590 000
Soit un total de 38 975 000
2-2 Comptabilisation proprement dite
4611 30/ 5 9 950 000
Junior, apport en nature
46121 Jean, apport en numéraire 23 385 000
46122 Jacques, apport en numéraire 15 590 000
46123 Joseph, apport en numéraire 11 695 000
46124 Elie, apport en numéraire 9 355 000
109 Act, capital souscrit non appelé 60 025 000
1011 Cap souscrit non appelé 60 025 000
1013 Cap souscrit, appelé versé, non amorti 69 975 000
Suivant A Notarié n°….
52 Banque 60 025 000
46121-4 Jean, Jacques, joseph, Elie, apport nu. 60 025 000
ACB n°……
2325 Immeuble 10 000 000
244 Matériel et mob. 350 000
31 Marchandises 300 000
50 Titre de placement 200 000
40 Fournisseur 900 000
4611 Junior, apport en nature 9 950 000
Suivant Acte de Cession n°…. ;

8
6461 DM 791 500
52 Banque 791 500
ADB n°…..
201 Frais de 1er etablis . 791 500
78 Transfert de charge 791 500
Immobilisation des frais
30/9 60 025 000
1011 Cap souscrit non appelé
1013 Cap souscrit, appelé versé, non amorti 60 025 000
Appel du réliquat
467 Act, restant dû sur cap appelé 60 025 000
109 Act, capital souscrit non appelé 60 025 000
Constat de la dette
30/11
52 Banque 21 050 000
467 Act, restant dû sur cap appelé 21 050 000
ACB n°…..
4613 Act, cap souscrit, appelé non versé 38 975 000
467 Act, restant dû sur cap appelé 38 975 000
Constat du retard de jean et jacques

Exercice 2: Cas des sociétés A et B


1- Calculs préliminaires
- détermination des valeurs nominales de A et B
VN/ A = 2 500 000 / 125 = 20 000f
VN / B = 2 000 000 / 200 = 10 000f
- Détermination des prises de participation réciproques
Actions de B détenues par A : 750 000 / 10 000= 75 actions
Actions de A détenues par B : 300 000 / 20 000= 15 actions
2- calcul des valeurs intrinsèques (a et b étant ces valeurs pour A et B).
Pour A
Capital = 2 500 000
Réserves = 850 000
Plus ou moins values sur titres de B = 75b – 750 000
Total……………………………….= 2 600 000 + 75b

Pour B
Capital = 2 000 000
Réserves = 305 000
Plus ou moins values sur titres de B = 15a – 300 000
Total……………………………….= 2 005 000 + 15a
D’où l’équation suivante pour déterminer a et b
125a = 2 600 000 + 75 b
200b = 2 005 000 + 15a
On trouve a = 28 079f et b = 12 131f
Exercice 1: Comptabilisation d’une augmentation par transformation des obligations
en actions
52 Banque 1 800 000
1612 Emprunt obligataire convertible 1 800 000
Emission des obligat° convertibles

9
1612 Emprunt obligataire convertible 1 000 000
101 Capital social (100/2 x 15 000 750 000
1054 Prime de conversion des obligat° 250 000
Conversion des obligations en
actions
6461 DM (1 000 000x 2%) 20 000
52 Banque 20 000
Selon ADB N°
2015 Frais de modification du capital 20 000
78 Transfert de charge 20 000
Immobilisation des frais

Exercice 2 : La dissolution des SNC non solvable


1-
- Détermination de capitaux propres
Capital social  = 1 900 000
RL = 110 000
RAN = - 2 200 000
Capitaux propres = - 190 000
En tant qu’une SNC, ce déficit doit être supporté par l’ensemble des commandités en fonction
de leur part respective dans le capital social.
- détermination de la charge à supporter par chaque associé
Damian : (1 000 000 / 1 900 000) x 190 000 = 100 000
Legrand : (450 000 / 1 900 000) x 190 000 = 45 000
Derval : (450 000 / 1 900 000) x 190 000 = 45 000
Les DM étant de 6 000, cette somme est aussi à supporter par les associés en fonction des
apports. Ainsi Damian = ( 1 000 000 / 1 900 000) x 6 000 = 3158
Legrand = (450 000 / 1 900 000) x 6 000 = 1421
Derval = (450 000 / 1 900 000) x 6 000 = 1421

3- Comptabilisation des opérations


Elle consiste à solder la dette du fournisseur par usage des fonds en banque e de l’apport
additionnel de chaque associé déterminé ci- dessus. D’où le journal suivant
40 Fournisseur 1000 000
46121 Ass, Damian 103 158
46121 Ass, Lgrand 46 421
46121 Ass, Damian 46 421
52 Banque 810 000
Liquidation du passif de la SNC
6461 DM 6 000
52 Banque 6 000
Règlement des droits de dissolut°

Exercice 3. La dissolution des SA


1- la détermination du résultat de liquidation (RL)

Libellés VNC Valeur Résultat


liquidative Profit Perte Cumul
Immeuble 250 000 000 300 000 000 50 000 000 + 50 000 000
Outils de 20 000 000 18 000 000 2 000 000 + 48 000 000

10
production
Titre part. 7 500 000 8 000 000 500 000 + 48 500 000
Terrain 200 000 000 210 000 000 10 000 000 + 58 500 000
Fonds de cce 200 000 000 180 000 000 20 000 000 + 38 500 000
Mat de 130 000 000 125 000 000 5 000 000 + 33 500 000
transport
Marchandises 190 000 000 200 000 000 10 000 000 + 43 500 000
Mobilier bur. 20 000 000 22 000 000 2 000 000 + 45 500 000
Clients 30 000 000 25 000 000 5 000 000 + 40 500 000
Total 1 047 500 000 1 088 000 000 72 500 000 32 000 000 + 40 000 000
Dettes 200 000 000 200 000 000 0 0 0
Total 847 500 000 888 000 000 72 500 000 32 000 000 + 40 000 000

Le RL étant de + 40 500 000, il s’agit d’un boni de liquidation.


2- Partage du RL et du capital
2.1 Partage du RL
Il y a lieu de distinguer le RL issu des immobilisations et le RL issu des stocks et créance.
A- Détermination du RL issu des immobilisations
RL/immobilisations=33.500.000X2000.000=35.500.000.
Amortissement exagéré à réintègrer.250.000.000X (20-15)
100
AT exagéré=12.500.000
B Partage de ce RL.
Le résultat fiscal (Rf) est tel que Rf=35.500.000+12.500.000
Rf=48.000.000
L’entreprise étant à sa 15 année d’existence (1985-2000) l’assiette d’imposition est le tiers du
Rf.
-D’où IS=(Rf/3)X38.5%=6.160.000
-Résultats net à partager entre les actionnaires ABCD est tel que
RN= 48.000.000-6.160.000=41.840.000.
Pour chaque actionnaire,on retiendra à la source la IRCM au taux normal de16.5%.
Ainsi
Pour l’actionnaire A, 41.840.000X25%=10.460.000.
IRCM=10.460.000X16,5%=1.725.900
Net à recevoir=10.460.000-1.725.900=8.734.100
On procède de la même façon pour BCD les résultats sont les suivants
Pour B, IRCM =2.071.080
Net à recevoir=10.480.920
Pour C, IRCM =2.416.260
Net à recevoir=12.227.740
Pour D, IRCM =690.360
Net à recevoir=3.493.640
C RL issus des stocks et créances
-RI/SXC=500.000 Rf=RL=500.000(aucun ajustement)
L’assiette d’imposition est le total du RL
-IS=5000.000X38,5%=1925.000
résultat net.50000000-1925000=3.075.000 à repartir de la même façon entre ABCD Ainsi
A reçoit 641.906 avec une IRCM retenue de 126.844
B reçoit 770.287avec une IRCM retenue de 152.213
C reçoit 898.669avec une IRCM retenue de 177.581

11
D reçoit 256.762 avec une IRCM retenue de 50.738

En somme la repartions globale du RL est telle que


A reçoit 8734.100+ 641.9.60=9.376.006
B reçoit 10.480.920+770.287=11.251.207
C reçoit 12.227.740+878.669=13.126.409
D reçoit 3.493.640+256.762=3.750.402
Total reçu pour tous 37.504.024
IRCM totales 7.410.976
IS Total 8.085.000
53.000.000
NB 53000.000=RL+Amortissement exagéré (40,5M+12,5M)
2.2 Partage du capital
A 25% 1.000.000.000X25%=250.000.000
B 30% 1.000.000.000X30%=300.000.000
C 35% 1.000.000.000X35%=350.000.000
D 10% 1.000.000.000X10%=100.000.000
Total 1000.000.000
Exercice 1 Traitement fiscal de la plus value
1- La SA étant encore en activité, le réinvestissement de M oblige que cette plus value :
-soit brute c'est-à-dire sans compensation des moins values éventuelles.
-soit inscrite dans un compte de plus value à réinvestir
-s’ajoute à la valeur d’origine pour constituer le montant minimal du réinvestissement
2- Sort fiscal du réinvestissement de M
Au cour des 3 années de réinvestissement de la plus value, cette dernier est exonérée ou plutôt
sont imposition est différée.
A la 4ème année, M est imposée de la façon suivante :
-La partie de M non employée et réintégrée au bénéfice imposable et imposée en totalité.
-La partie de M employée est réintégrée au bénéfice imposable et imposée à 50% de son
montant

Exercice2 Impôt sur les sociétés


1 Analyse fiscale des charges et produit de la SAXLM
1-Stocks vendus
les commissions sur achats à l’étranger sont limitées à 5% du prix d’achat HT. Seulement en
tant qu’élément du coût d’achat la prise en compte fiscale de ces commissions ne survient
qu’après que les marchandises concernées aient été déjà vendues et par conséquent fassent
partie du compte stocks vendus comme c’est le cas dans cet exercice
Dans notre cas PA=87.000.000.Les commissions déductibles de5%sont assises sur les sorties
de stocks déterminées par la formule
Sorties = Stock initial + Achats – stock final ; soit les sorties de 79 500 000 ;
Commissions déductibles = 79 500 000x 5% = 3 975 000
Commission exagérées, donc à réintégrer de 1 025 000 (5000 000- 3 975 000).
2- transports consommés
En annexe on annonce que le DG bénéficie déjà de 50.000Fd’allocation mensuelle. En vertu
de la règle de non cumul, il faut réintégrer les 50.000 à lui rembourser
Autres services consommés
Les logers que ceux des appartement servis au associé ne sont pas déductibles si celui-ci ,ses
conjoints ascendant et descendants ne de tiennent pas plus de 10% du capital donc il faut

12
réintégrer les logers sur l’équipement servis à la SOCAPI SARL qui détient 25% du capital
(450.000X12)

4-Charges et perte diverse


La prison centrale est un organisme camerounais d’intérêt général. Le maximum des dons
servis à tel organisme est de 0,5% CAHT (soit 750.000.000X0,5%=3750.000>3500.000)
*Le parti politique même connu ainsi que les manquants pour motif de faux billets sont les
charges non fiscalement admis d’où leur réintégration pure et simple 4000.000+1000.000
=5M
5-Impots et taxes à réintégrer les pénalités de retard étant une sanction fiscale, donc non
déductibles. Par contre, la redevance audio visuelle, exagérée de 35 000f (185 000 au lieu de
150 000f) ne donne droit à aucune réintégration car l’exagération est au bénéfice de l’Etat.
6-profit et produits divers
--détermination du résultat sur cession d’immobilisation
R/CI= (prix de cession + somme des amortissements déjà constitués ) – (valeur
d’origine + frais accessoires de cession)
Du 1/10/93 au 1/1/96, il s’est écoulé 27mois soit 2,25ans d’amortissement.
Vo/n=15000.000/5=3000.000
Ats déjà constitués=3000.000X2,25=6750.000 d’où
R/CI
15000.000 11.450.000
32500 6.750.000
2.875.000 R/CI=PV=2 875 000
18.200.000 18.200.000

Alors, le minimum à réinvestir par la SAXLW serait de VO+PV, C’est à


dire=15000.000+2875000=17.875000
Or elle a investi au cours des 3 exercices concernées
17000.000(9M+5M+3M)
La partie utilisée de la PV est de (17 000 000.15 000 000) = 2 000 000
Parti non utilisée de la PV (2875 000- 2000 000) = 875 000
A la 4ème année la partie non utilisé sera réintégrée en totalité et imposée et la partie
utilisée réintégrée de moitié. Soit à réintégrer 875000+2000.000/2=1875000
7- Il est à compléter que la distribution de ces dividendes s’est faite au cours de l’année
suivante celle de la réception. Pour cela on procède uniquement à une déduction à
concurrence de 90% de leur montant net. Les IRCM de 16,5 % retenus à la source valent
crédit d’impôt pour la société.
- Ainsi pour les 500 000 reçus de la Tchadienne le net est de 417 500, l’IRCM de 82 500 et la
déduction de 375 750 ;
- Les dividendes reçus de la béninoise sont de 2 436 000 (1500x 1624) ;
2-Détermination du bénéfice fiscal de la SAXLW
Bénéfice comptable 35.000.000
Réintégration
1) commission sur achat 1 025 000
2) transports consommes 550.000
3) autres services consommes 5.400.000
(450.000X12)
4) charges et pertes diverses 5000.0000
(4000.000+1000.000)
5) Impôts et taxes 100.000

13
6) produit et profits divers 1.875.000
BFI 48.950.000
Déduction
Quôte part déductible sur div/ Tchad 375 750
Quôte part déduct sur div/ Béni 1 830 654
Total déduction 2 206 404
BF de l’exercice 46 743 596
Déficits reportables sur l’exercice 99/00 150.000
(97/98 Compris dans les 4ans précédents)
Bénéfice fiscal définitif 46 593 596
Soit par arrondi légal 46 593 000

Calcul de l’IS
- IS Dû =Max[IB,MP] IC=CI
- MP=1,1%CAHT=750.000.000x1,1%=8.250.000
- IB=BFDx38,5%= 46 593 000x38,5%=17 938 305
On constate que IB>MP D’où IS dû =IB+IC-CI
IC=0
NB Normalement, et en principe, toutes les réintégrations en dehors des amendes et pénalités
devraient être frappées à la IRCM( au taux normal de 16,5% pour celles dont les bénéficiaires
sont connus et au taux le plus élevé de 35% pour les distributions occultes ). Mais en vertu du
principe fiscal selon lequel le fisc a le droit de poursuivre les bénéficiaires des distributions
déclarés à l’effet de leur imposer l’IRCM, on admet que l’entreprise ayant déclaré les noms
de ces bénéficiaires peut en être exempte.
-CI =
MP= 1,1%CAHT=8250.000
IRCM sur filiale tchadienne= 82 500
IRCM sur filiale béninoise= 401 940
Redevance audiovisionnelle= 150 000
Total CI= 8 884 440
IS dû =17 938 305-8 734 440=9 353 865
4-l’échéance de reversement selon le plan OHADA
le plan OHADA prévoir un exercice fiscal conforme à l’exercice civil (du11 N au31 12 N )
En supposant la période maximal traditionnelle de 3mois après la cloture de l’exercice pour le
Reversement de l’IS dû, cette échéance est fixée au 30Mars de l’année durant celui au cour du
Duquel il est dû
3- Comptabilisation annuelle

8911 Impôt sur le bénéfice 17 938 305


4416 Etat, IB 17 938 305
4417 Etat, IC 0
Imputation de l’IC
4418 Etat IS dû 8 884 440
4411 Acompte sur Caht 8250 000
4415 IRCM sur dividendes reçus+ RA 634 440
Imputation de crédit d’impôt
4416 Etat, IB 17 938 305
4417 Etat, IC 0
4418 Etat IS dû 17 938 305
Imputation de l’IB et de l’IC à l’IS dû
4418 Etat, IS dû 9 353 865

14
52/57 Trésorerie 9 353 865
Paiement de l’IS dû à l’échéance
131 Résultat de l’exercice 46 593 596
8911 IS de l’exercice 9 353 865
1301 Bénéfice en instance d’affectation 37 239 731
Répartition primaire du résultat de l’exercice

Exercice 3 L’IRPP
La procédure d’imposition des bénéfices des sociétés suivantes.
1- GARANTI EXPRESS. Il s’agit d’un société de transport interurbain qui dispose de
plus de 5 cars de plus de 50 places chacun. Donc elle est soumise à l’impôt sur les
sociétés dont la procédure d’imposition est la suivante :
Bénéfice comptable + Réintégrations – Déductions = BFD.
IS dû = max [ IB,MP] + IC – CI.
2- YAHO VOYAGE. Selon les données de l’exercice, cette société est aussi de transport
interurbain. Elle dispose de moins de 5 cars de moins de 50 places chacun. Elle est
donc soumise au régime simplifié dont la procédure d’imposition est la suivante :
(Nombre de place  ¼ borne supérieure de l’impôt libératoire de la catégorie C). Ceci
revient à : (108  ¼ 50 000) le paiement de cette somme est libératoire de l’IRPP et des
patentes.
3- LA QUINCAILLERIE DU SIECLE. Elle est non importatrice avec un Caht/an de
50 000 000F.
On note que 15 000 000 < Caht/an < 60 000 000. d’où sa soumission au régime de base.
Etant non importatrice, le taux par décret pour déterminer le BIC est de 7,5%. D’où la
procédure suivante :
BIC = 7,5% Caht/an (montant brut)
Revenu nets = BIC – 5 00 000 = A
- IRPP principal : A  taux progressifs suivant le barème en vigueur = B
- Centimes additionnels = 10% B = C
- IRPP brut = B + C = D
- Retenue = 1,1% Caht/an = E
- IRPP net à payer = D – E = F
NB : Si D<E, alors IRPP = E
Application numérique : BIC = 7,5%  50 000 000 = 3 750 000  A = 3 250 000
0 – 2 000 000 = 2 000 000  10% = 200 000.
2 000 001 – 3 000 000 = 1 000 000  15% = 150 000
3 000 001 – 5 000 000 = 250 000  25% = 62 500

IRPP (ppal) = 412 500


CAC = +41 250

IRPP (brut) = 453 750


Acompte d’Impôt (CI) = 1,1% Caht/an = 550 000
NB : 550 000 > 453 750, on considère comme IRPP à payer 550 000 F. car l’IRPP à payer ne
saurait être inférieur à 1,1% de Caht/an.

NB : l’application numérique (AN) est facultative.


Etude de cas 
Soient les bilans suivants de la SA ROUSTAND établis au 31/ 12/ N et au 31/ 12/ N-1

15
Actif N N-1 Passif N N-1
Libellés Brut A et P Net net Libellés Net Net
Cap souscrit non appelé 3 000 - 3 000 - Capital social (dont 27 100 21 100
versé 24100)

16
Actif N N-1 Passif N N-1
Libellés Brut A et P Net net Libellés Net Net
Frais de R et D 2 412 1 110 1 302 1 620 Prime d’émission 14 620 12 620
Concession° et brevets 1 185 225 960 740 Réserves légales 1 206 985
Terrains 420 - 420 630 Réserves réglementées 3 642 3 130
Constructions 25 260 10 185 15 075 12 425 RAN 14
Installations techniques 10 744 6 582 4 162 5 246 Résultat de l’exercice 1 350 2 622
Autres immobilisations 6 125 4 080 2 045 2 428 Subvention 1 212 1 420
corporelles d’équipement
Immobilisation en cours 320 320 5552 Pov. réglementées 10 15
T. participation 20 200 2 800 17 400 12 420 Total (I) 49 140 41 906
Prêts 1 100 1 100 1 500 Prov. pour risque et 2 934 3 182
charges
Autres immobilisations 375 80 295 160 Emprunts obligataire 25 080 12 120
financières
Total (I) 68 141 25 062 43 079 37 724 Emprunts auprès des 1 275 2 381
établiss. de crédit.
Matières premières et 4 660 845 3 815 4 722 Dettes financières 6 085 8 025
approvisionnement
Encours de production de 3 280 3 280 3 114 Dettes fournisseurs 13 115 14 285
biens
Marchandises 300 300 250 Dettes fiscales et soc. 3 102 3 224
Clients et comptes rattachés 25 140 3 625 21 515 30170 CBC et SCB 421 744
Autres créances 10 424 10 424 2 000 Autres dettes 406 485
Valeurs mob. de placement 8 754 1 208 7 544 5 102 Produits constatés 1 007 892
d’avance
Disponibilités 6 208 6 208 1 814 Total (II) 50 491 42 156
Charges constatées d’avance 2 121 2 121 1 788 Ecart de conv. Passif 782 420
Total (II) 60 885 5 678 55 207 47 960 Total général 103 347 87 664
Charges à repartir sur 1 104 1 104 408
plusieurs exercices
Prime de remboursement 807 807 512
des obligations
Ecart de conversion. Actif 150 150 60
Total général 134 087 30 740 103 347 87 664

Annexe 1 : Tableau des immobilisations

Immobilisations Valeur brute des Augmentation en Diminution en N Valeur brute en


immobilisations N (valeur brute) ( valeur brute) fin N
en fin N-1 ou en
début N
Frais de R et D (Total I) 2 147 265 2 412
Autres immobilisations 850 335 1 185
incorporelles (Total II)
Terrains 630 420
Constructions 19 985 10 535 5 260 25 260
Installations techniques 10 160 4 006 3 422 10 744
Autres immobilisations 5 849 418 142 6 125
corporelles
corporelles immobilisations 555 150 3851 320
en cours
Total III 37 179 15 109 9 419 42 869
1
Par virement de poste à poste.

17
Titre de participations 12 880 7 320 20 200
Prêts 1 695 180 400 1 475
Total IV 14 575 7 500 400 2 675
Total général (I à IV) 54 751 23 209 9 819 68 141

Annexe 2 : Tableau des amortissements


Situation et mouvements Amortissements Augmentation Diminution ou Amortissements
cumulés début N ou dotation de amortissement cumulés fin N
ou fin N-1 l’exercice N afférents aux
éléments sortis
de l’actif
Frais de R et D (total I) 527 583 1 110
Autres immobilisations 110 115 225
incorporelles (total II)
Terrains
Constructions 7560 5 547 2 922 10 185
Installations techniques 4 914 3 253 1 585 6 582
Autres immobilisations 3 421 750 91 4 080
corporelles
Total III 15 895 9 550 4 598 20 847
Total général 16 532 10 248 4 598 22 182

Annexe 2-1 : Tableau des mouvements affectant les charges à repartir sur plusieurs exercices.

Libellés Montant poste net Augmentation Dotation de Montant net en fin


au début de l’exercice aux N
l’exercice amortissements
Charges à repartir 408 798 102 1 104
sur plusieurs
exercices
Primes de 512 540 245 807
remboursement
des obl
Annexe 3 : Tableau des provisions

Prov. En début N Augmentation (dot Diminution Provision en fin


ou fin N-1 exercice) (reprises de l’exo) N
Prov pour hausse des prix 5 1 6
Amortissements 10 2 8 4
dérogatoires
Total I 15 3 8 10
Provision pour litige 661 661
Provision pour garanties 1822 112 308 1624
données aux clients
Prov pour amendes et 906 694 212
pénalités
Prov pour pertes de changes 124 1 125
Prov pour grosses 310 50 260
réparations
Prov pour charges sociales 20 37 15 42
et fiscales sur congés payés
Autres prov pour risque et 8 8

18
charges
Total II 3182 819 1067 2934
Prov sur immobilisation 495 2385 2880
financiers
Prov sur stock et encours 670 175 845
Prov sur clients 3120 915 410 3625
autres provisions pour 206 1002 1208
dépréciation
Total III 4491 4477 410 8552
Total général (I à III) 7688 5299 1485 11502

Annexe 4 : autres informations


En N, un seul emprunts obligataires d’une valeurs de remboursement de 18000 a été constaté
Il n’y a pas en de nouvelles subventions
Les produits de cessions d’immobilisations s’élèvent à 6064
Au début de N, un équipement est acquis en crédit bail pour une valeur de 200, amorti de
façons linéaires sur 5 ans.
Détail des écarts de conversion, des EENE et des intérêts sur dettes financières.
Eléments N N-1
Ecart de conversion actif concernent
 Les clients 120 40
 Les fournisseurs 30 20
Ecart de conversion – passif conn dettes fin 782 420
EENE 6000 5000
Intérêts en courus sur dettes financées 510 380

Séance N° 4 . Choix du mode d’investissement et de financement


Une entreprise a mis au point un produit nouveau susceptible d’intéresser un large public. La
direction des services technique et la direction financière ont calculé que la production
envisagée nécessiterait un investissement de 2 400 000 F. Les machines seraient utilisées
pendant 5 ans et leur valeur résiduelle serait nulle.
Première partie. Les flux nets de trésorerie (compte tenu de l’incidence fiscale de l’impôt sur
les bénéfices). Relatifs à cet investissement, évalué à la fin de chaque année, sont considérés
comme identiques, soit 781 600F (chiffre d’affaires 2 000 000 F ; charges d’exploitation :
1 000 000 F ; amortissements 480 000 F ; impôt sur les sociétés à 42% 218 400 F)
1. l’investissement, dans ces conditions, est-il rentable au taux de 18%, au taux 19% ?
2. En déduire le taux de rentabilité interne.
Deuxième partie. L’entreprise envisage deux moyens possibles de financer cet
investissement :
- Autofinancement à concurrence de 400 000F et emprunt pour le solde au taux de 13%,
amortissable en 5 ans par annuités constantes ;
- Location de toutes les machines pendant 5 ans. L’annuité, versée en fin de chaque année
serait constante et égale à 700 000 F (hors TVA récupérable). Aucun dépôt de garantie.

TAF :
1. Reconstituer le tableau d’amortissement de l’emprunt au taux de 13% ;
2. En retenant un taux d’actualisation de 12 %, déterminer quelle est la solution la meilleure
en calculant la VAN, compte tenu du mode de financement, dans les trois hypothèses
suivantes :
- Autofinancement intégral ;
- Autofinancement partiel et emprunt ;

19
- Crédit – bail intégral
On donne un taux d’impôt sur les sociétés de 42%.
3. Pour chacune de ces modalités de financement, calculer le coût net actualisé de
financement (dépenses – économies d’impôts sur les sociétés).
Retrouver la solution la meilleure.
Commenter

Solution cas Roustand

1) détermination de la CAF
CAF = +RNC
+Amortissements et Provisions (dot de l’exo)
+ VNC des éléments cédés
- reprises sur amortissement et Provisions
- prix de cession des immobilisations
- quôte part de la subvention d’équipement virée au résultat

A.N :
RNC = 1350 (bilan N)
+ Amort = (10 248+ 102+ 245) +40= 10 635 (tab amort et loyer crédit-bail)
+ Provisions = 5299 (tab prov)
+ VNC des éléments cédés = (9419-385)-4598= 4436 (tab immob et tab amort)
- prix cession des immobilisations = 6064 (autres info)
- Reprises sur provision = 1485 (tab prov)
- quote part subv d’équipement = subv N-1 – sub N=1420 6 1212 = 208 (bilan)

D’où = CAF : 13 963

2) Etablissement de la première partie du tableau de financement


- détermination de la variation des ressources stables
Variation de ressources stables =
+ CAF
+ Cession des immobilisations (incorporelle, corporelle, financier)
+ Augmentation des capitaux propres
+ Augmentation des dettes financières (hors CBC et SCB)
AN :
CAF= 13963
Cession des immb (prix cession)= 6064 (autres info)
Augmentation des capitaux propres (27100 - 3000)- 21 100=3000
14620 - 12620 = 2000
5000
Augmentation des dettes financiers= 18000 (le seul emprunt contracté en N)
Prime de remboursement des oblig 540 (tab des charges à rep)
17460
- détermination de la variation emplois stable (ES)

ES=
+distributions mises en paiement
+acquisition des immob. (Incorporelles, corporelles, financière)
+charges à répartir sur plusieurs exercices (montant brut à transférer)

20
+remboursement des capitaux propres
+remboursement des dettes financières

AN – distribution mise en paiement


- Dividende = R N-1 + RANN-1 - augmentation des réserves entre N-1 et N
= 2622+14 -[(1206+3642) – (985 + 3130)]
= 2622+14 – (4848 – 4115) = 1903
- Acquisition des immobilisations
Incorporelle = 600 (335+265) (Tab immob)
Corporelle = 14 924 (15 109 – 385 + 200) (Tab immob)
Financière = 7 500 (7320+180) (Tab immob)
Soit un total de 23 024
- Charges à répartir (montant brut à transférer)
montant brut à transférer = SF +DOT – SI = 1104 + 102 – 408 = 798 (tab 2-1)
- Remboursement des dettes financières.
DN= DN-1+A-RA=DN-DN-1+R
R=A-DN+DN-1
Détermination DN et DN-1
Eléments Fin N Fin N-1
Autres emprunts obli 25080 12120
Emprunt auprès des EC 1275 2381
Dettes financières diverses 6085 8025
Écart conversion passif 782 420
-Intérêts convers/dettes fin -510 -380
+ emprunt net crédit-bail (200-40) +160 +200
32872 22766
R= 18000 – 32872 + 22766R=7894 les augmentations dans ce cas ne tiennent pas
compte de la prime de remboursement
D’où la première partie du tableau de financement suivante
Emplois Ressources
Distribution mise en paiement 1903 CAF 13963
Acquisition d’élément 23024 Cessions des EAI 6464
- Incorporelle 600 - Incorporelle 0
- Corporelle 14924 - Corporelle 6064
- Financier 7500 - Financier 400
Charges à répartir sur plusieurs exo 798 Augmentation des cap propres 5000
Réduction des capitaux propres Augmentation des dettes fin 17660
Remboursement dettes financières 7894 Total ressources 43087
Total emplois 33619
FRNG (RN) 9468

3) établissement de la deuxième partie du tableau de financement


FRNG= BFRAO + BFRHAO + TN

Eléments Besoins1 Engagem2 Solde2-1 calculs


variation d’exploitation
variation stock 516 (4660+3280+300)–
(4722+3114+250+670)=8240 – 8756 = -516
variation client et comptes 6737 (25140+120+6000+2121)-
rattachés (30170+3120+40+5000+1788) = 33381 –
40118= -6737

21
variation fournisseur et comptes 1187 (13115+3102+1007-30)– (14285+3224+892 –
rattachés 20) 17194 – 18381= -1187
Total 1187 7253
S1 variation nette d’exploitation +6066
variation hors exploitation
variation autres débiteurs 11868 (10424+8754)– (2000+5102+206) = 19176 –
7308 = 11868
variation autres créditeurs 51 (106+510) + (485+380) = 51
Total 11868 51
S2 variation nette hors exploitation -11817
Total S1 + S2 = variation BFR -5751
variation trésorerie nette
variation trésorerie actif 4394 (6208-1814)= 4394
variation trésorerie passif 677 (421+6000) – (744+50000) =677
Total 4394 677
S3 = variation nette TN -3717
 FRNG (emploie nette) 9468

Séance N° 4 : choix du mode de financement


Première partie
1. Rentabilité de l’investissement
2400000 F 781600 F 781600 F 781600 F 781600 F 781600 F

0 1 2 3 4 5

1  (1,18)5
VAN à 18% = -2400000+781600  = 44 196 F
0,18
1  (1,19) 5
VAN à 19% = -2400000+781600  = -10 152 F
0,19
L’investissement est encore rentable au taux de 18% ; il ne l’est plus au de 19%. Le taux
interne de rentabilité se situe donc entre 18 et 19%.
2. Déduction du taux interne de rentabilité

0,18 
 44196
 44196
0, 01 t 0 54348
0,19 
 10152

44196
t = 0,18 +0,01  = 0,188132 soit 18,81%
54348
Deuxième partie

1. Reconstitution du tableau d’amortissement de l’emprunt à 13%


1  (1,13) 5
Montant de l’annuité : a  = 2000000
0,13
a=568629 F
Année Capital restant dû Intérêts Amortissements Annuités
1 2000000 260000 308629 568629
2 1691371 219878 348751 568629
3 1342620 174540 394089 568629
4 948531 123309 445320 568629

22
5 503211 65418 503211 568629
843 145 2 000 000 2 843 145
2. Calcul de la VAN en tenant compte des modes de financement
- L’emprunt entraîne une dépense supplémentaire (568 629 F) ; l’intérêt augmente les charges
d’exploitation, mais diminue l’impôt sur les sociétés, d’où les flux nets suivants :
Année 1 2 3 4 5
Chiffre d’affaires 2000000 2000000 2000000 2000000 2000000
- charges
1260000 1219878 1174540 1123309 1065418
d’exploitation
- impôt sur les
109200 126051 145093 166610 190924
sociétés
- amort. Emprunt 308629 348751 394089 445320 503211
Flux net 322171 305320 286278 264761 240447

109200= (2000000 – 1260000 – 480000) 0,42


- Le recours au crédit-bail se traduit par une dépense de 700000F en fin d’année, soit une
réduction de l’impôt sur les sociétés de 700000 0,42=294000. Aucun amortissement,
puisque l’entreprise n’est pas propriétaire des machines.
Chaque année : chiffre d’affaires : 2 000 000
- Charges d’exploitation : 1 700 000
- impôt sur les sociétés : 126 000 (300 000  0,42)
Flux net 174 000
D’où le calcul suivant de la VAN dans chaque cas :
a) Si l’investissement est réalisé par autofinancement intégral

1  (1,12) 5
VAN = -2400000+781600  = 417493,08 F
0,12

b) Si l’investissement est réalisé par autofinancement à concurrence de 400 000F et


emprunt de 2 000 000 à 13%
VAN = - 400 000+322 171  (1,12)-1 +305 320  (1,12)-2 + 286278  (1,12)-3 +264761 
(1,12)-4 + 240447  (1,12)-5 = 639 515,40 F
c) Si l’investissement est réalisé par crédit bail intégral sans option de rachat, ni
versement de dépôt de garantie.
1  (1,12) 5
VAN = 174 000  = 627 231,05 F
0,12
Au taux d’actualisation de 12%, nous retiendrons la deuxième solution qui donne la valeur
actuelle nette la plus élevée. Notons toutefois que les deux dernières valeurs actuelles nettes
(639 515 F et 627 231 F) sont très proches l’une de l’autre ; à 13,45% (faites vous-même le
calcul !) les deux VAN sont équivalentes.
A un taux d’actualisation plus élevé, la troisième solution devient plus intéressante.
Aussi le choix du taux d’actualisation est-il déterminant ; par ailleurs, d’autres facteurs
peuvent intervenir en faveur de la troisième solution : par exemple, le crédit bail finance
l’investissement en totalité, alors que l’emprunt demande toujours un apport
d’autofinancement de l’ordre de 10 à 20% ; le délai d’obtention du crédit-bail est
généralement très rapide.

3. détermination du coût net actualisé selon les modes de financement


a) autofinancement intégral

23
Décaissement initial : - 2 400 000
Économie d’impôt chaque année : 480000  0,42=201 600

b) Autofinancement partiel et emprunt


Décaissement initial : -400 000.
1 2 3 4 5
Annuité d’emprunt -568 629 -568 629 -568 629 -568 629 -568 629

(480 000+ 260 000) (480 000+ 219878) (480 000+ 174540) (480 000+ 123309) (480 000+ 65 418)
économie d’impôt  0,42= +310 800  0,42= +293949  0,42= +274907  0,42= +253390  0,42= +229706
-257 829 -274 680 -293 722 -315 239 -339 553
Flux net

c) crédit-bail intégral
Charge annuelle : -700 000
Économie d’impôt : (700 000  0,42) = +294 000
Flux net = -406 000
Coût total actualisé au taux annuel de 12%
1  (1,12) 5
a) – 2 400 000 + 201 600 = - 1 673 277 F
0,12
b) - 400 000-257829  (1,12)-1 -274680  (1,12)-2 -293722  (1,12)-3 -315239  (1,12)-4
-339553  (1,12)-5 = -1 451 255 F
1  (1,12) 5
c) – 406 000 = - 1 463 539 F
0,12
Nous retenons donc la deuxième solution (coût total actualisé le moins élevé)
Cette solution permet de retrouver les VAN calculées précédemment (compte tenu du mode
de financement).
Si nous ne tenons pas compte du décaissement initial, ni des économies d’impôt, le bénéfice
annuel, sans amortissement de : 2 000 000 – 1 000 000 – ( 2 000 000 – 1 000 000)  0,42 =
580 000
a) autofinancement intégral :
1  (1,12) 5
580 000 -1 673 277 = 417 493 F
0,12
b) autofinancement partiel et emprunt : VAN calculées
1  (1,12) 5 précédemment au
580 000 -1 451 255 = 639 515 F taux de 12%
0,12
c) crédit-bail :
1  (1,12) 5
580 000 -1 463 539 = 627 231 F
0,12
Eléments de corrigé

Questions de cours

1- Distinction entre les notions

Impôts et taxes :
- L’impôt est un prélèvement sans contrepartie directe alors que la taxe est le
prix d’un service public précis ;

24
- L’impôt est un élément du budget alors que la taxe bénéficie aux collectivités
locales (communes) ;
Taxe et taxe parafiscale :
- La taxe bénéficie aux collectivités locales alors que la taxe parafiscale
bénéficie aux entreprises de service public (CFC, FNE, CRTV…) ;
- La taxe a une contrepartie directe alors que la taxe parafiscale sert au
financement des entreprises de service public à contrepartie non forcément
immédiate ;

Impôt direct et impôt indirect :


- L’impôt direct est payé directement par le contribuable alors que l’impôt
indirect est payé par le redevable pour le compte du contribuable ;
- L’impôt direct est assis de façon périodique une matière imposable
permanente alors que l’impôt indirect est assis de façon intermittente les actes
économiques épisodiques ;

Contribuable et redevable :
- Le contribuable est la personne qui supporte la charge fiscale alors que le
redevable est celui qui verse l’impôt (indirect) au trésor sans en supporter la
charge ;
- Le contribuable existe, qu’il s’agisse de l’impôt direct ou indirect alors que le
redevable n’existe en cas d’impôt indirect ;
Régime de base et impôt libératoire :
- En matière de régime de base, l’entreprise doit réaliser un chiffre d’affaires
annuel hors taxe compris entre 15 millions et 60 millions alors que l’impôt
libératoire concerne les entreprises informelles sans précision de chiffre
d’affaires et donc la liste est exhaustivement établie par catégorie ;
- Le régime de base ne dispense pas l’entreprise du paiement des autres impôts
et taxes (patente, taxes parafiscales, TVA, IRPP…) alors que l’impôt
libératoire dispense l’entreprise du paiement de tous les impôts et taxes à
l’exception du bail (5% du bail annuel) et de l’enregistrement de ce bail (10%
du bail annuel).

2-Les procédés d’évaluation des impôts et taxes suivants :


- Impôt sur les sociétés : confession fiscale ;
- Taxe sur la valeur ajoutée : confession fiscale et dénonciation fiscale ;
- Impôt libératoire : procédé de forfait légal (évaluation par présomption) ;
- Droit d’enregistrement : confession fiscale.

Exercice 1 : Cas de l’entreprise SABATA

3- détermination des droits d’enregistrement


DM / APS = 130 000 000x 2% = 2 600 000 > 750 000, donc DM/ APS = 750 000F
DM / ATO. Seul Junior a apporté un passif constitué d’une dette fournisseur de 900 000F. En
outre, pour cause de l’absence du poste CLIENTELE dans la liste des apports, il n’y a pas
fonds de commerce et le passif est enregistré de la façon suivante :
- titre de placement : 200 000 x 2% = 4000
- marchandises : 300 000 x 5% = 15 000

25
- matériel et mob. de bureau : 350 000 x 5% = 17 500
- Immeuble (bâtis rural) : 50 000 x 10% = 5 000
Total- DM/ ATO = 41 500
Finalement DM = DM /APS + DM /ATO = 750 000 + 41 500
DM = 791 500
4- Comptabilisation
2- 1- Calculs préliminaires
- Détermination de l’actif net de Junior: 200 000 +10 000 000 +300 000 +350 000)= 9 950
000
- Reliquat à partager entre les autres actionnaires : 130 000 000 – 9 950 000 = 120 050 000
- Détermination des apports des autres actionnaires.
Désignons par A, B, C, et D les apports respectifs de Jean, Jacques, Joseph et Elie.
Soit k la constante de proportionnalité.
Posons en outre que A = ½ k, B= 1/3 k, C= ¼ k et D= 1/5 k.
On écrit : A+ B+ C+ D = 120 050 000 ou mieux
½ k + 1/3 k + ¼ k + 1/5 k = 120 050 000
On détermine que k = 93 545 455 ; A = 46 772 727 ; B = 31 181 818 ; C = 23 386 364 et
D = 18 709 091.
On vérifie bien que A +B +C +D = 120 050 000

- Détermination de la libération au 30 05 2003


Détermination du nombre d’action détenu par chaque actionnaire : il suffit de diviser le
capital détenu par chacun par la valeur nominale qui est 10 000. Ensuite, il faut arrondir le
résultat de ce quotient à l’entier le plus proche.
Junior = 9 950 000 (car apport en nature) ;
Jean = (1/2 x 10 000) x 4 677 actions = 23 385 000
Jacques = (1/2 x 10 000) x 3 118 actions = 15 590 000
Joseph = (1/2 x 10 000) x 2 339 actions = 11 695 000
Elie = (1/2 x 10 000) x 1 871 actions = 9 355 000
- Capital souscrit non appelé au 30 09 2003
130 000 000- 69 975 000 = 60 025 000
- Libération au 30 11 2003
Joseph = 11 695 000
Elie = 9 355 000
Soit un total de 21 050 000
- Retard au 30 11 2003
Jean = 23 385 000
Jacques = 15 590 000
Soit un total de 38 975 000
2-2 Comptabilisation proprement dite
30/ 5 9 950 000
4611 Junior, apport en nature
46121 Jean, apport en numéraire 23 385 000
46122 Jacques, apport en numéraire 15 590 000
46123 Joseph, apport en numéraire 11 695 000
46124 Elie, apport en numéraire 9 355 000
109 Act, capital souscrit non appelé 60 025 000
1011 Cap souscrit non appelé 60 025 000
1013 Cap souscrit, appelé versé, non amorti 69 975 000
Suivant A Notarié n°….

26
52 Banque 60 025 000
46121-4 Jean, Jacques, joseph, Elie, apport nu. 60 025 000
ACB n°……
2325 Immeuble 10 000 000
244 Matériel et mob. 350 000
31 Marchandises 300 000
50 Titre de placement 200 000
40 Fournisseur 900 000
4611 Junior, apport en nature 9 950 000
Suivant Acte de Cession n°…. ;
6461 DM 791 500
52 Banque 791 500
ADB n°…..
201 Frais de 1er établis . 791 500
78 Transfert de charge 791 500
Immobilisation des frais
30/9 60 025 000
1011 Cap souscrit non appelé
1013 Cap souscrit, appelé versé, non amorti 60 025 000
Appel du reliquat
467 Act, restant dû sur cap appelé 60 025 000
109 Act, capital souscrit non appelé 60 025 000
Constat de la dette
30/11
52 Banque 21 050 000
467 Act, restant dû sur cap appelé 21 050 000
ACB n°…..
4613 Act, cap souscrit, appelé non versé 38 975 000
467 Act, restant dû sur cap appelé 38 975 000
Constat du retard de jean et jacques

Exercice 2: Cas des sociétés A et B


4- Calculs préliminaires
- détermination des valeurs nominales de A et B
VN/ A = 2 500 000 / 125 = 20 000f
VN / B = 2 000 000 / 200 = 10 000f
- Détermination des prises de participation réciproques
Actions de B détenues par A : 750 000 / 10 000= 75 actions
Actions de A détenues par B : 300 000 / 20 000= 15 actions
5- calcul des valeurs intrinsèques (a et b étant ces valeurs pour A et B).
Pour A
Capital = 2 500 000
Réserves = 850 000
Plus ou moins values sur titres de B = 75b – 750 000
Total……………………………….= 2 600 000 + 75b

Pour B
Capital = 2 000 000
Réserves = 305 000
Plus ou moins values sur titres de B = 15a – 300 000

27
Total……………………………….= 2 005 000 + 15a
D’où l’équation suivante pour déterminer a et b
125a = 2 600 000 + 75 b
200b = 2 005 000 + 15a
On trouve a = 28 079f et b = 12 131f

Exercice 1: Comptabilisation d’une augmentation par transformation des obligations


en actions

52 Banque 1 800 000


1612 Emprunt obligataire convertible 1 800 000
Emission des obligat° convertibles
1612 Emprunt obligataire convertible 1 000 000
101 Capital social (100/2 x 15 000 750 000
1054 Prime de conversion des obligat° 250 000
Conversion des obligations en
actions
6461 DM (1 000 000x 2%) 20 000
52 Banque 20 000
Selon ADB N°
2015 Frais de modification du capital 20 000
78 Transfert de charge 20 000
Immobilisation des frais

Exercice 3. La dissolution des SA


2- la détermination du résultat de liquidation (RL)

Libellés VNC Valeur Résultat


liquidative Profit Perte Cumul
Immeuble 250 000 000 300 000 000 50 000 000 + 50 000 000
Outils de 20 000 000 18 000 000 2 000 000 + 48 000 000
production
Titre part. 7 500 000 8 000 000 500 000 + 48 500 000
Terrain 200 000 000 210 000 000 10 000 000 + 58 500 000
Fonds de cce 200 000 000 180 000 000 20 000 000 + 38 500 000
Mat de 130 000 000 125 000 000 5 000 000 + 33 500 000
transport
Marchandises 190 000 000 200 000 000 10 000 000 + 43 500 000
Mobilier bur. 20 000 000 22 000 000 2 000 000 + 45 500 000
Clients 30 000 000 25 000 000 5 000 000 + 40 500 000
Total 1 047 500 000 1 088 000 000 72 500 000 32 000 000 + 40 000 000
Dettes 200 000 000 200 000 000 0 0 0
Total 847 500 000 888 000 000 72 500 000 32 000 000 + 40 000 000

Le RL étant de + 40 500 000, il s’agit d’un boni de liquidation.


2- Partage du RL et du capital
2.1 Partage du RL
Il y a lieu de distinguer le RL issu des immobilisations et le RL issu des stocks et créance.

28
A- Détermination du RL issu des immobilisations
RL/immobilisations=33.500.000X2000.000=35.500.000.
Amortissement exagéré à réintègrer.250.000.000X (20-15)
100
AT exagéré=12.500.000
B Partage de ce RL.
Le résultat fiscal (Rf) est tel que Rf=35.500.000+12.500.000
Rf=48.000.000
L’entreprise étant à ses 15 ans d’existence (1985-2000) l’assiette d’imposition est le tiers du
Rf.
-D’où IS=(Rf/3)X38.5%=6.160.000
-Résultats net à partager entre les actionnaires ABCD est tel que
RN= 48.000.000-6.160.000=41.840.000.
Pour chaque actionnaire,on retiendra à la source la IRCM au taux normal de16.5%.
Ainsi
Pour l’actionnaire A, 41.840.000X25%=10.460.000.
IRCM=10.460.000X16,5%=1.725.900
Net à recevoir=10.460.000-1.725.900=8.734.100
On procède de la même façon pour BCD les résultats sont les suivants
Pour B, IRCM =2.071.080
Net à recevoir=10.480.920
Pour C, IRCM =2.416.260
Net à recevoir=12.227.740
Pour D, IRCM =690.360
Net à recevoir=3.493.640
C RL issus des stocks et créances
-RI/SXC=500.000 Rf=RL=500.000(aucun ajustement)
L’assiette d’imposition est le total du RL
-IS=5000.000X38,5%=1925.000
résultat net.50000000-1925000=3.075.000 à repartir de la même façon entre ABCD Ainsi
A reçoit 641.906 avec une IRCM retenue de 126.844
B reçoit 770.287avec une IRCM retenue de 152.213
C reçoit 898.669avec une IRCM retenue de 177.581
D reçoit 256.762 avec une IRCM retenue de 50.738

En somme la repartions globale du RL est telle que


A reçoit 8734.100+ 641.9.60=9.376.006
B reçoit 10.480.920+770.287=11.251.207
C reçoit 12.227.740+878.669=13.126.409
D reçoit 3.493.640+256.762=3.750.402
Total reçu pour tous 37.504.024
IRCM totales 7.410.976
IS Total 8.085.000
53.000.000
NB 53000.000=RL+Amortissement exagéré (40,5M+12,5M)
2.2 Partage du capital
A 25% 1.000.000.000X25%=250.000.000
B 30% 1.000.000.000X30%=300.000.000
C 35% 1.000.000.000X35%=350.000.000

29
D 10% 1.000.000.000X10%=100.000.000
Total 1000.000.000

Exercice 1 Traitement fiscal de la plus value


1- La SA étant encore en activité, le réinvestissement de M oblige que cette plus value :
-soit brute c'est-à-dire sans compensation des moins values éventuelles.
-soit inscrite dans un compte de plus value à réinvestir
-s’ajoute à la valeur d’origine pour constituer le montant minimal du réinvestissement
2- Sort fiscal du réinvestissement de M
Au cour des 3 années de réinvestissement de la plus value, cette dernier est exonérée ou plutôt
sont imposition est différée.
A la 4ème année, M est imposée de la façon suivante :
-La partie de M non employée et réintégrée au bénéfice imposable et imposée en totalité.
-La partie de M employée est réintégrée au bénéfice imposable et imposée à 50% de son
montant

Exercice2 Impôt sur les sociétés

1 Analyse fiscale des charges et produit de la SAXLM


1-Stocks vendus
les commissions sur achats à l’étranger sont limitées à 5% du prix d’achat HT. Seulement en
tant qu’élément du coût d’achat la prise en compte fiscale de ces commissions ne survient
qu’après que les marchandises concernées aient été déjà vendues et par conséquent fassent
partie du compte stocks vendus comme c’est le cas dans cet exercice
Dans notre cas PA=87.000.000.Les commissions déductibles de5%sont assises sur les sorties
de stocks déterminées par la formule
Sorties = Stock initial + Achats – stock final ; soit les sorties de 79 500 000 ;
Commissions déductibles = 79 500 000x 5% = 3 975 000
Commission exagérées, donc à réintégrer de 1 025 000 (5000 000- 3 975 000).
2- transports consommés
En annexe on annonce que le DG bénéficie déjà de 50.000Fd’allocation mensuelle. En vertu
de la règle de non cumul, il faut réintégrer les 50.000 à lui rembourser
Autres services consommés
Les loyers que ceux des appartement servis au associé ne sont pas déductibles si celui-ci ,ses
conjoints ascendant et descendants ne de tiennent pas plus de 10% du capital donc il faut
réintégrer les loyers sur l’équipement servis à la SOCAPI SARL qui détient 25% du capital
(450.000X12)

4-Charges et perte diverse


La prison centrale est un organisme camerounais d’intérêt général. Le maximum des dons
servis à tel organisme est de 0,5% CAHT (soit 750.000.000X0,5%=3750.000>3500.000)
*Le parti politique même connu ainsi que les manquants pour motif de faux billets sont les
charges non fiscalement admis d’où leur réintégration pure et simple 4000.000+1000.000
=5M
5-Impots et taxes à réintégrer les pénalités de retard étant une sanction fiscale ,donc non
déductible. Par contre, la redevance audio visuelle est déductible.
6-profit et produits divers
--détermination du résultat sur cession d’immobilisation
R/CI= (prix de cession + somme des amortissements déjà constitués ) – (valeur
d’origine + frais accessoires de cession)

30
Du 1/10/93 au 1/1/96, il s’est écoulé 27mois soit 2,25ans d’amortissement.
Vo/n=15000.000/5=3000.000
Ats déjà constitués=3000.000X2,25=6750.000 d’où
R/CI
15000.000 11.450.000
32500 6.750.000
2.875.000 R/CI=PV=2 875 000
18.200.000 18.200.000

Alors, le minimum à réinvestir par la SAXLW serait de VO+PV, C’est à


dire=15000.000+2875000=17.875000
Or elle a investi au cours des 3 exercices concernées
17000.000(9M+5M+3M)
La partie utilisée de la PV est de (17 000 000.15 000 000) = 2 000 000
Parti non utilisée de la PV (2875 000- 2000 000) = 875 000
A la 4ème année la partie non utilisé sera réintégrée en totalité et imposée et la partie
utilisée réintégrée de moitié. Soit à réintégrer 875000+2000.000/2=1875000
7- Il est à compléter que la distribution de ces dividendes s’est faite au cours de l’année
suivante celle de la réception. Pour cela on procède uniquement à une déduction à
concurrence de 90% de leur montant net. Les IRCM de 16,5 % retenus à la source valent
crédit d’impôt pour la société.
- Ainsi pour les 500 000 reçus de la Tchadienne le net est de 417 500, l’IRCM de 82 500 et la
déduction de 375 750 ;
- Les dividendes reçus de la béninoise sont de 2 436 000 (1500x 1624) ;
2-Détermination du bénéfice fiscal de la SAXLW
Bénéfice comptable 35.000.000
Réintégration
1) commission sur achat 1 025 000
2) transports consommes 550.000
3) autres services consommes 5.400.000
(450.000X12)
4) charges et pertes diverses 5000.0000
(4000.000+1000.000)
5) Impôts et taxes 100.000
6) produit et profits divers 1.875.000
BFI 48.950.000
Déduction
Quotte part déductible sur div/ Tchad 375 750
Quotte part déduct sur div/ Béni 1 830 654
Total déduction 2 206 404
BF de l’exercice 46 743 596
Déficits reportables sur l’exercice 99/00 150.000
(97/98 Compris dans les 4ans précédents)
Bénéfice fiscal définitif 46 593 596
Soit par arrondi légal 46 593 000

Calcul de l’IS
- IS Dû =Max[IB,MP] IC=CI
- MP=1,1%CAHT=750.000.000x1,1%=8.250.000
- IB=BFDx38,5%= 46 593 000x38,5%=17 938 305

31
On constate que IB>MP D’où IS dû =IB+IC-CI
IC=0
NB Normalement, et en principe, toutes les réintégrations en dehors des amendes et pénalités
devraient être frappées à la IRCM ( au taux normal de 16,5% pour celles dont les bénéficiaires
sont connus et au taux le plus élevé de 35% pour les distributions occultes ). Mais en vertu du
principe fiscal selon lequel le fisc a le droit de poursuivre les bénéficiaires des distributions
déclarés à l’effet de leur imposer l’IRCM, on admet que l’entreprise les ayant distribué peut
être exempte.
-CI =
MP= 1,1%CAHT=8250.000
IRCM sur filiale tchadienne= 82 500
IRCM sur filiale béninoise= 401 940
Total CI= 8 734 440
IS dû =17 938 305-8 734 440=9 203 865
4-l’échéance de reversement selon le plan OHADA
le plan OHADA prévoir un exercice fiscal conforme à l’exercice civil (du11 N au31 12 N )
En supposant la période maximal traditionnelle de 3mois après la cloture de l’exercice pour le
Reversement de l’IS dû, cette échéance est fixée au 30Mars de l’année durant celui au cour du
Duquel il est dû
4- Comptabilisation annuelle

8911 Impôt sur le bénéfice 17 938 305


4416 Etat, IB 17 938 305
4417 Etat, IC 0
Imputation de l’IC
4418 Etat IS dû 8 734 440
4411 Acompte sur Caht 8250 000
4415 IRCM sur dividendes reçus 484 440
Imputation de crédit d’impôt
4416 Etat, IB 17 938 305
4417 Etat, IC 0
4418 Etat IS dû 17 938 305
Imputation de l’IB et de l’IC à l’IS dû
4418 Etat, IS dû 9 203 865
52/57 Trésorerie 9 203 865
Paiement de l’IS dû à l’échéance
131 Résultat de l’exercice 46 593 596
8911 IS de l’exercice 9 203 865
1301 Bénéfice en instance d’affectation 37 389 731
Répartition primaire du résultat de l’exercice
Exercice 3 L’IRPP
La procédure d’imposition des bénéfices des sociétés suivantes.
4- GARANTI EXPRESS. Il s’agit d’un société de transport interurbain qui dispose de
plus de 5 cars de plus de 50 places chacun. Donc elle est soumise à l’impôt sur les
sociétés dont la procédure d’imposition est la suivante :
Bénéfice comptable + Réintégrations – Déductions = BFD.
IS dû = max [ IB,MP] + IC – CI.

5- YAHO VOYAGE. Selon les données de l’exercice, cette société est aussi de transport
interurbain. Elle dispose de moins de 5 cars de moins de 50 places chacun. Elle est
donc soumise au régime simplifié dont la procédure d’imposition est la suivante :

32
(Nombre de place  ¼ borne supérieure de l’impôt libératoire de la catégorie C). Ceci
revient à : (108  ¼ 50 000) le paiement de cette somme est libératoire de l’IRPP et des
patentes.

6- LA QUINCAILLERIE DU SIECLE. Elle est non importatrice avec un Caht/an de


50 000 000F.
On note que 15 000 000 < Caht/an < 60 000 000. d’où sa soumission au régime de base.
Etant non importatrice, le taux par décret pour déterminer le BIC est de 7,5%. D’où la
procédure suivante :
BIC = 7,5% Caht/an (montant brut)
Revenu nets = BIC – 5 00 000 = A
- IRPP principal : A  taux progressifs suivant le barème en vigueur = B
- Centimes additionnels = 10% B = C
- IRPP brut = B + C = D
- Retenue = 1,1% Caht/an = E
- IRPP net à payer = D – E = F
NB : Si D<E, alors IRPP = E
Application numérique : BIC = 7,5%  50 000 000 = 3 750 000  A = 3 250 000
0 – 2 000 000 = 2 000 000  10% = 200 000.
2 000 001 – 3 000 000 = 1 000 000  15% = 150 000
3 000 001 – 5 000 000 = 250 000  25% = 62 500

IRPP (ppal) = 412 500


CAC = +41 250

IRPP (brut) = 453 750


Acompte d’Impôt (CI) = 1,1% Caht/an = 550 000

NB : 550 000 > 453 750, on considère comme IRPP à payer 550 000 F. car l’IRPP à payer ne
saurait être inférieur à 1,1% de Caht/an.

NB : l’application numérique (AN) est facultative.

Questions de cours
Distinguer la comptabilité des sociétés de la fiscalité des entreprises
Rapprocher la comptabilité des sociétés de la fiscalité des entreprises
Dire en quoi les obligations comptables constituent une source du droit fiscal
Distinguer la taxe, l’impôt et la taxe parafiscale

Exercice : La SA R W King
La SA R W King est créée le 1er mai 1995 avec 1120 actions souscrites. La libération est faite
au minimum avec les actionnaires A, B, C, D et E qui acceptent d’apporter :

A :- un immeuble ………………………...2 000 000f


- un véhicule…………………………1 500 000f
- du matériel et mobilier de bureau A.1 000 000f
- une dette fournisseur……………….2 000 000f
- une clientèle négociée ……………..1 000 000f

B :- des marchandises…………………….1 400 000f

33
- un petit équipement………………….700 000f
- une machine………………………..1 600 000f
- des titres de placement……………….300 000f
- une dette obligataire………………..1 600 000f

C :- un terrain……………………………..3 500 000f


- du matériel et mobilier de bureau C.1 500 000f
- une clientèle négociée……………….500 000f

D : 8 000 000f et E 3 000 000f.

Les frais notariés s’élèvent à 1 700 000f et les frais divers de constitution à 310 000f

TAF
1- déterminer la souscription et la libération à la constitution pour chaque actionnaire ;
2- comptabiliser cette constitution.

Questions de cours
1- Distinguer les actionnaires retardataires des défaillants
2- Distinguer les sociétés commerciales des autres formes de société
3- Rapprocher et distinguer la SNC et la SCS
4- Rappeler les principales différences entre l’appel dans une société de personne et l’appel
dans une SA
Exercice 1 : Sandjong
L’entreprise Sandjong, installée à Douala, au capital de 130 000 000fcfa est créée au 30 / 05 /
2003 par les actionnaires Jean, Jacques, Joseph, Junior et Elie. A cette date le capital est libéré
de moitié et l’actionnaire Elie a totalement libéré ses apports. Quatre mois plus tard (30 / 09 /
2003), le reste est appelé et les actionnaires Jean et Jacques n’ont pas honoré leur engagement
à la date butoir du 30 /11 /2003.
Par ailleurs, on vous informe que :
- Junior a apporté
 des titres de placement…………………. 200 000 fcfa
 une dette fournisseur……………………. 900 000 fcfa
 un immeuble (située à Penja)…………10 000 000 fcfa
 des marchandises…………………………300 000 fcfa
 des matériels et mobiliers de bureau ……..350 000 fcfa
- Le reste du capital est reparti entre jean, jacques, Joseph et Elie respectivement
et inversement aux nombres 2, 3, 4, 5.
TAF : 1- Déterminer les droits d’enregistrement de cette constitution
5- Comptabiliser la constitution et l’appel (valeur nominale égale 10 000fcfa).
Exercice 2.
A la fin d’un exercice, les comptes de bilan d’une SA sont les suivants après affectation des
résultats.
Frais 650 000 400 000 250 000 Capital (1000 actions) 20 000 000
d’établissement
Constructions 29 000 000 6 650 000 22 500 000 Réserve légale 1 350 000
Matériel de 10 500 000 4 250 000 6 250 000 Réserve facultative 7 900 000
transport
Marchandises 5 000 000 5 000 000 Emprunts 5 500 000
Clients 2 100 000 100 000 2 000 000 Fournisseurs 2 250 000
Banque 1 000 000 1 000 000

34
37 000 000 37 000 000
Par ailleurs, une expertise fait apparaître les évaluations suivantes :
Constructions :25 000 000 ; fonds de commerce : 1 000 000 ; mat. Transport : 6 000 000 ;
clients : 1 900 000 ; les autres à leur valeur du bilan.
T.A.F. 1) calculer la valeur théorique de l’action
2) calculer sa valeur intrinsèque
3) ces valeurs sont-elles coupon attaché ou ex-coupon ?
Exercice 3 : Deux sociétés A et B
Deux sociétés A et B se prennent réciproquement les actions et présentent au 31/ 12/ 2004
leur bilan contenu dans le tableau suivant
Actif Passif
Eléments A B Eléments A B
Immobilisations 3 000 000 2 100 000 Capital (1) 2 500 000 2 000 000
Titres 750 000 300 000 Réserves 850 000 305 000
Stocks 200 000 160 000 Dettes 800 000 400 000
Créances 150 000 100 000
Disponibilités 50 000 45 000
Total 4 150 000 2 705 000 Total 4 150 000 2 705 000
(2) Il existe 125 titres de A et 200 titres de B.
TAF : Calculer la valeur intrinsèque de l’action de A et de B sachant que les éléments autres
que les titres sont évalués à leur valeur comptable.
NB. Pour les exercices 1 et 2, arrondir à l’entier le plus proche, en cas de décimales
Exercice 1 : La SA ‘Hervé’
La SA ‘Hervé’, au capital de 150.000.000 f divisé en titres de 10.000f totalement libéré, est
une entreprise commerciale installée à Douala.
Le bilan de cette société au 31/12/N (exercice du 1/1/N au 31/12/N) après affectation des
résultats fait ressortir les droits des associés dans les comptes de situation nette suivants :
capital ------------------------150.000.000f
réserve légale ---------------- 11.840.000f
réserve extraordinaire ------108.160.000f
Le 30/6/N+1, une assemblée générale extraordinaire décide de procéder à une augmentation
du capital par incorporation d’une partie de la réserve extraordinaire et par émission
simultanée d’actions nouvelles à souscrire en numéraire.
L’opération est réalisée en émettant :
une action nouvelle à 12.000f pour 5 anciennes actions
3 actions gratuites pour 9 anciennes actions
A l’issu de cette augmentation, Yves cède 10% de ses nouvelles actions à Marcel et Jean cède
20% de ses actions gratuites à Robert.
T.A.F :
1- Calculer le ds et le da liés à cette augmentation ;
2- Quelle est la nouvelle configuration du capital social ;
3- Déterminer les montants payés à Yves et à Jean respectivement par Marcel et Robert ;
4- Passer les écritures relatives à cette augmentation ;
Annexe : - Répartition du capital social : Yves, 30% ; Jean, 25% ; Robert, 25% ; Marcel ,
20%. Frais notariés : 500.000f
Exercice 2 : La SCS ‘D et Cie’
La SCS ‘D et Cie’ (Donald commandité, Berk commanditaire) est dissoute. La balance après
réalisation de l’actif est dressée comme suit
Débit : - caisse -----------------------4.000f ; RL---------------------------------32.000f
Crédit : - capital (mises égales) -----20.000f ; fournisseurs---------------------16.000f

35
T.A.F : Achever la liquidation et passer les écritures correspondantes.

Exercice : bureau d’étude, SA


En février 2006, votre père qui est propriétaire d’un bureau d’étude, SA spécialisée dans les
réalisations des travaux de bitumage des routes vous présente les résultats suivants d’un
redressement fiscal effectué par le chef de centre des impôts de sa zone d’imposition au titre
de l’exercice 2005 :
- Bénéfice fiscal intermédiaire= 28 775 000f
- Déductions= 2 877 500f
- Impôts complémentaires= 0
- Crédits d’impôts= 300 000f
Par ailleurs, votre père vous fournit les opérations suivantes à partir desquelles ce
redressement a été effectué :
- a) honoraires à M. Elie, ingénieur camerounais ------------------------------------
5.000.000f
- b) frais de siège versés à la Société Mère à Paris (à la limite déductible) -------
4.500.000f
- c) il y a 4 ans (1998), l’entreprise s’était engagée à réinvestir une plus value de
1.500.000f réalisée sur du matériel roulant acquis en 1989 à 10.000.000f. En mars 1999,
l’entreprise a acheté une camionnette à 8.500.000f et du petit équipement roulant à
2.100.000f.
- d) intérêt sur comptes courants des associés (aux taux de 15%)------------------6.000.000f
- amortissement du matériel de bureau (au taux de 20%) ---------------------------3.500.000f
- distribution occultes servies à un expert --------------------------------------------4.000.000f
- commissions ponctuelles servies à un démarcheur inconnu -------------------------45.000f
- Commissions sur achats à l’étranger--------------------------------------------------- 500.000f
(Ces achats d’un montant de 10.000.000f ne figurent que de 50% dans les stocks vendus).
T.A.F. Ce redressement est FAUX et on vous demande de:
1- Enumérer les opérations mal redressées en apportant des justificatifs nécessaires
2- Déterminer le bénéfice fiscal définitif
3- Liquider l’IS
4- Procéder à la comptabilisation annuelle de cet impôt
Annexes :
- Déficit ordinaire de l’exercice 1996/97 : 4.000.000f
- Taux de la BEAC : 11% ; TVA : 0,1925.
- Bénéfice comptable de cette SA au 31/12/205 : 12.000.000f
- Taux fiscal d’amortissement du matériel de bureau : 17%
Questions de cours (2 ; 1 ; 2)
Donner la procédure d’imposition des bénéfices de chacune des sociétés suivantes :
Garanti Express
Yaho Voyage (elle dispose de 3 Coasters de 30 places et d’une Hiace de 18 places)
La quincaillerie du siècle (elle est non importatrice et a réalisé pour l’exercice un chiffre
d’affaires hors taxes annuel de 50 000 000fcfa).

Exercice 2 : Deux sociétés A et B


Deux sociétés A et B se prennent réciproquement les actions et présentent au 31/ 12/ 2004
leur bilan contenu dans le tableau suivant
Actif Passif
Eléments A B Eléments A B

36
Immobilisations 3 000 000 2 100 000 Capital (1) 2 500 000 2 000 000
Titres 750 000 300 000 Réserves 850 000 305 000
Stocks 200 000 160 000 Dettes 800 000 400 000
Créances 150 000 100 000
Disponibilités 50 000 45 000
Total 4 150 000 2 705 000 Total 4 150 000 2 705 000
(1) Il existe 125 titres de A et 200 titres de B.
TAF : Calculer la valeur intrinsèque de l’action de A et de B sachant que les éléments autres
que les titres sont évalués à leur valeur comptable.
NB. Pour les exercices 1 et 2, arrondir à l’entier le plus proche, en cas de décimales
Séance n° 2
Exercice 1: Augmentation par transformation des obligations en actions
Une SA émet en janvier N un emprunt obligataire de 1 800 000f en obligations de
10 000f de valeur nominale. Ces obligations sont émises et remboursées au pair, convertibles
au gré des porteurs sur la base d’une action de 15 000f pour 2 obligations. En avril N+3, les
porteurs de 100 obligations demandent la conversion de leurs obligations.

T.A.F : Procéder à la comptabilisation de cette augmentation.

Exercice 2 : Dissolution d’une SNC non solvable


Les comptes de bilan de la SNC « Diamian et cie » se présentent comme suit après réalisation
des actifs mais avant règlement des dettes.
Compte d’actif Comptes de passif
Banque 810 000 Capital social 1 900 000
RAN -2 200 000
Résultat de liquidation 110 000
Fournisseur 1 000 000
810 000 810 000
L’apport de Damian est de 1 000 000 fcfa et ceux des deux autres associés Legrand et Derval
de 450 000 fcfa chacun. Les statuts prévoient un partage des résultats proportionnellement
aux apports.
T.A.F : Effectuer le partage et comptabiliser les opérations de liquidation.

Exercice 3 : La S.A June


La S.A June est créée en 1985 avec un capital de 1 000 000 000 fcfa totalement libéré. Ce
capital est réparti entre 4 associés A,B,C,D dans les proportions respectives de 25, 30, 35, et
10%.
En Août 2000, la S.A. June doit être dissoute pour des raisons diverses et l’actif est liquidé
comme suit.
Apports subsistants en nature Acquêts sociaux
Nature Valeur apport Valeur Nature Valeur apport Valeur
liquidation liquidation
Immeuble 250 000 000 300 000 000 Mat. de 130 000 000 125 000 000
transport
Outils de 20 000 000 18 000 000 Marchandise 190 000 000 200 000 000
production
Titre de 7 500 000 8 000 000 Mobilier de 20 000 000 22 000 000
participation bureau
terrain 200 000 000 210 000 000 clients 30 000 000 25 000 000
Fonds de 200 000 000 180 000 000

37
commerce
La banque et la caisse sont approvisionnées dans l’ordre pour 100 000 000 fcfa et 52 500 000
fcfa. Les dettes de cette SA s’élèvent à 200 000 000 fcfa. Cette entreprise a amorti au cours de
l’exercice 1999/2000 son immeuble au taux de 20% alors que la loi de finance prévoit un taux
de 15%.
T.A.F : 1) déterminer le résultat de liquidation (R.L)
2) Procéder au partage du R.L. et du capital proportionnellement aux apports.
N.B. Pas de comptabilisation.

Exercice1
Une SA en activité réalise, après cession d’une immobilisation, une plus value de valeur M au
cours de l’exercice N
1- dans quelles conditions cette entreprise peut-elle s’engager à réinvestir M ?
2- Discuter du sort fiscal de M si cette SA décide de la réinvestir.

Exercice 2 : La S.A XLW


La S.A XLW, de droit camerounais installée à Douala, exerce dans le commerce. L’extrait de
son tableau des soldes caractéristiques de gestion vous donne les informations suivantes au
30/06/2000.
1- Stocks vendus. XLW a importé de la Belgique des marchandises pour 87 000 000 fcfa
HT avec des commissions y afférentes de 5 000 000 fcfa. On suppose que la structure
du prix de cette marchandise ne varie pas ; en outre, le stock initial et le stock final de
cette marchandise sont respectivement de 1 500 000F et de 9 000 000F.
2- Transports consommés. Les voyages professionnels s’élèvent à 3 750 000 fcfa dont
50 000 fcfa de remboursement de frais de déplacement justifié du directeur général et
500 000f cfa payés à la SDV lors de l’acquisition des marchandises.
3- Autres services consommés. La location des équipements de climatisation appartenant
à la Socapi SARL contre un loyer mensuel de 450 000 fcfa
4- Charges et pertes diverses. 3 500 000fcfa de dons accordés à la prison centrale de
Douala ; 1 000 000 fcfa de dons accordés à un parti politique connu ; 4 000 000 fcfa
de faux billets représentant un manquant en caisse.
5- Impôts et taxes. 100 000 fcfa de pénalités de retard de paiement de l’I.S de l’exercice
précédent et 185 000fcfa de redevance audio-visuelle payée en même temps que la
patente dont le principal est de 150 000fcfa.
6- Produits et profits divers. La S.A XLW a réalisé au cours des 3 exercices ci-dessous
son programme d’investissement
1996/97 achat d’une voiture de livraison ----------------9 000 000 f cfa
1997/98 achat d’un ordinateur-----------------------------5 000 000 fcfa
1998/99 achat d’une machine à écrire--------------------3 000 000 fcfa
Ces investissements font suite à un engagement à réinvestir des plus values réalisées en
1995/96 sur la cession le 1/1/96 au prix HT de 11 450 000 fcfa du camion Hino, achété à
15 000 000 fcfa le 1/1/93 et régulièrement amortissables en 5 ans. ; frais de cession
estimés à 325 000 fcfa ;
7- Intérêts reçus. Cette société a reçu de sa filiale du Tchad, la Tchadienne SA, dans
laquelle elle détient 26% du capital, des dividendes bruts de 500 000fcfa (taux d’IRCM au
Tchad et au Cameroun = 16,5%). Par ailleurs, elle reçoit de sa filiale béninoise , la SARL
Socaprod, 1500f de dividende par part sociale sur les 1624 qu’elle détient sur les 5 000
parts de cette filiale.
T.A.F. On vous demande de :
1) faire une analyse fiscale des charges et produits de la SA XLW

38
2) déterminer le bénéfice fiscal de cette entreprise.
3) calculer l’impôt sur les sociétés dû par cette société.
4) Procéder à la comptabilisation annuelle de cet impôt
Annexes
1) Répartition du capital social
- M. kamdoum --------------- 40%
- Socapi SARL --------------- 25%
- M. Edimo -------------------- 20%
- Autres -------------------------15%
6) Bénéfice comptable au 30/6/2000 ----------------- 35 000 000 fcfa
Chiffre d’affaires HT au 30/6/2000---------------750 000 000 fcfa
7) Le directeur général bénéficie d’une allocation forfaitaire de 50 000 fcfa pour frais de
déplacement
8) Le taux de la TVA en Belgique est de 20%
9) La DSF de la société fait ressortir un déficit ordinaire de l’exercice 1997/98 de
150.000 fcfa.
Exercice 1 : Cas de l’entreprise SABATA
1- détermination des droits d’enregistrement
DM / APS = 130 000 000x 2% = 2 600 000 > 750 000, donc DM/ APS = 750 000F
DM / ATO. Seul Junior a apporté un passif constitué d’une dette fournisseur de 900 000F. En
outre, pour cause de l’absence du poste CLIENTELE dans la liste des apports, il n’y a pas
fonds de commerce et le passif est enregistré de la façon suivante :
- titre de placement : 200 000 x 2% = 4000
- marchandises : 300 000 x 5% = 15 000
- matériel et mob. de bureau : 350 000 x 5% = 17 500
- Immeuble (bâtis rural) : 50 000 x 10% = 5 000
Total- DM/ ATO = 41 500
Finalement DM = DM /APS + DM /ATO = 750 000 + 41 500
DM = 791 500
2- Comptabilisation
2- 1- Calculs préliminaires
- Détermination de l’actif net de Junior: 200 000 +10 000 000 +300 000 +350 000)= 9 950
000
- Reliquat à partager entre les autres actionnaires : 130 000 000 – 9 950 000 = 120 050 000
- Détermination des apports des autres actionnaires.
Désignons par A, B, C, et D les apports respectifs de Jean, Jacques, Joseph et Elie.
Soit k la constante de proportionnalité.
Posons en outre que A = ½ k, B= 1/3 k, C= ¼ k et D= 1/5 k.
On écrit : A+ B+ C+ D = 120 050 000 ou mieux
½ k + 1/3 k + ¼ k + 1/5 k = 120 050 000
On détermine que k = 93 545 455 ; A = 46 772 727 ; B = 31 181 818 ; C = 23 386 364 et
D = 18 709 091.
On vérifie bien que A +B +C +D = 120 050 000

- Détermination de la libération au 30 05 2003


Détermination du nombre d’action détenu par chaque actionnaire : il suffit de diviser le
capital détenu par chacun par la valeur nominale qui est 10 000. Ensuite, il faut arrondir le
résultat de ce quotient à l’entier le plus proche.
Junior = 9 950 000 (car apport en nature) ;
Jean = (1/2 x 10 000) x 4 677 actions = 23 385 000

39
Jacques = (1/2 x 10 000) x 3 118 actions = 15 590 000
Joseph = (1/2 x 10 000) x 2 339 actions = 11 695 000
Elie = (1/2 x 10 000) x 1 871 actions = 9 355 000
- Capital souscrit non appelé au 30 09 2003
130 000 000- 69 975 000 = 60 025 000
- Libération au 30 11 2003
Joseph = 11 695 000
Elie = 9 355 000
Soit un total de 21 050 000
- Retard au 30 11 2003
Jean = 23 385 000
Jacques = 15 590 000
Soit un total de 38 975 000
2-2 Comptabilisation proprement dite
4611 30/ 5 9 950 000
Junior, apport en nature
46121 Jean, apport en numéraire 23 385 000
46122 Jacques, apport en numéraire 15 590 000
46123 Joseph, apport en numéraire 11 695 000
46124 Elie, apport en numéraire 9 355 000
109 Act, capital souscrit non appelé 60 025 000
1011 Cap souscrit non appelé 60 025 000
1013 Cap souscrit, appelé versé, non amorti 69 975 000
Suivant A Notarié n°….
52 Banque 60 025 000
46121-4 Jean, Jacques, joseph, Elie, apport nu. 60 025 000
ACB n°……
2325 Immeuble 10 000 000
244 Matériel et mob. 350 000
31 Marchandises 300 000
50 Titre de placement 200 000
40 Fournisseur 900 000
4611 Junior, apport en nature 9 950 000
Suivant Acte de Cession n°…. ;
6461 DM 791 500
52 Banque 791 500
ADB n°…..
201 Frais de 1er etablis . 791 500
78 Transfert de charge 791 500
Immobilisation des frais
30/9 60 025 000
1011 Cap souscrit non appelé
1013 Cap souscrit, appelé versé, non amorti 60 025 000
Appel du réliquat
467 Act, restant dû sur cap appelé 60 025 000
109 Act, capital souscrit non appelé 60 025 000
Constat de la dette
30/11
52 Banque 21 050 000
467 Act, restant dû sur cap appelé 21 050 000

40
ACB n°…..
4613 Act, cap souscrit, appelé non versé 38 975 000
467 Act, restant dû sur cap appelé 38 975 000
Constat du retard de jean et jacques

Exercice 2: Cas des sociétés A et B


6- Calculs préliminaires
- détermination des valeurs nominales de A et B
VN/ A = 2 500 000 / 125 = 20 000f
VN / B = 2 000 000 / 200 = 10 000f
- Détermination des prises de participation réciproques
Actions de B détenues par A : 750 000 / 10 000= 75 actions
Actions de A détenues par B : 300 000 / 20 000= 15 actions
7- calcul des valeurs intrinsèques (a et b étant ces valeurs pour A et B).
Pour A
Capital = 2 500 000
Réserves = 850 000
Plus ou moins values sur titres de B = 75b – 750 000
Total……………………………….= 2 600 000 + 75b
Pour B
Capital = 2 000 000
Réserves = 305 000
Plus ou moins values sur titres de B = 15a – 300 000
Total……………………………….= 2 005 000 + 15a
D’où l’équation suivante pour déterminer a et b
125a = 2 600 000 + 75 b
200b = 2 005 000 + 15a
On trouve a = 28 079f et b = 12 131f
Eléments de corrigé Séance n° 2
Exercice 1: Comptabilisation d’une augmentation par transformation des
obligations en actions
52 Banque 1 800 000
1612 Emprunt obligataire convertible 1 800 000
Emission des obligat° convertibles
1612 Emprunt obligataire convertible 1 000 000
101 Capital social (100/2 x 15 000 750 000
1054 Prime de conversion des obligat° 250 000
Conversion des obligations en
actions
6461 DM (1 000 000x 2%) 20 000
52 Banque 20 000
Selon ADB N°
2015 Frais de modification du capital 20 000
78 Transfert de charge 20 000
Immobilisation des frais
Exercice 3. La dissolution des SA
1- la détermination du résultat de liquidation (RL)
Libellés VNC Valeur Résultat
liquidative Profit Perte Cumul
Immeuble 250 000 000 300 000 000 50 000 000 + 50 000 000

41
Outils de 20 000 000 18 000 000 2 000 000 + 48 000 000
production
Titre part. 7 500 000 8 000 000 500 000 + 48 500 000
Terrain 200 000 000 210 000 000 10 000 000 + 58 500 000
Fonds de cce 200 000 000 180 000 000 20 000 000 + 38 500 000
Mat de 130 000 000 125 000 000 5 000 000 + 33 500 000
transport
Marchandises 190 000 000 200 000 000 10 000 000 + 43 500 000
Mobilier bur. 20 000 000 22 000 000 2 000 000 + 45 500 000
Clients 30 000 000 25 000 000 5 000 000 + 40 500 000
Total 1 047 500 000 1 088 000 000 72 500 000 32 000 000 + 40 000 000
Dettes 200 000 000 200 000 000 0 0 0
Total 847 500 000 888 000 000 72 500 000 32 000 000 + 40 000 000

Le RL étant de + 40 500 000, il s’agit d’un boni de liquidation.


2- Partage du RL et du capital
2.1 Partage du RL
Il y a lieu de distinguer le RL issu des immobilisations et le RL issu des stocks et créance.
A- Détermination du RL issu des immobilisations
RL/immobilisations=33.500.000X2000.000=35.500.000.
Amortissement exagéré à réintègrer.250.000.000X (20-15)
100
AT exagéré=12.500.000
B Partage de ce RL.
Le résultat fiscal (Rf) est tel que Rf=35.500.000+12.500.000
Rf=48.000.000
L’entreprise étant à sa 15 année d’existence (1985-2000) l’assiette d’imposition est le tiers du
Rf.
-D’où IS=(Rf/3)X38.5%=6.160.000
-Résultats net à partager entre les actionnaires ABCD est tel que
RN= 48.000.000-6.160.000=41.840.000.
Pour chaque actionnaire,on retiendra à la source la IRCM au taux normal de16.5%.
Ainsi
Pour l’actionnaire A, 41.840.000X25%=10.460.000.
IRCM=10.460.000X16,5%=1.725.900
Net à recevoir=10.460.000-1.725.900=8.734.100
On procède de la même façon pour BCD les résultats sont les suivants
Pour B, IRCM =2.071.080
Net à recevoir=10.480.920
Pour C, IRCM =2.416.260
Net à recevoir=12.227.740
Pour D, IRCM =690.360
Net à recevoir=3.493.640
C RL issus des stocks et créances
-RI/SXC=500.000 Rf=RL=500.000(aucun ajustement)
L’assiette d’imposition est le total du RL
-IS=5000.000X38,5%=1925.000
résultat net.50000000-1925000=3.075.000 à repartir de la même façon entre ABCD Ainsi
A reçoit 641.906 avec une IRCM retenue de 126.844
B reçoit 770.287avec une IRCM retenue de 152.213

42
C reçoit 898.669avec une IRCM retenue de 177.581
D reçoit 256.762 avec une IRCM retenue de 50.738

En somme la repartions globale du RL est telle que


A reçoit 8734.100+ 641.9.60=9.376.006
B reçoit 10.480.920+770.287=11.251.207
C reçoit 12.227.740+878.669=13.126.409
D reçoit 3.493.640+256.762=3.750.402
Total reçu pour tous 37.504.024
IRCM totales 7.410.976
IS Total 8.085.000
53.000.000
NB 53000.000=RL+Amortissement exagéré (40,5M+12,5M)
2.2 Partage du capital
A 25% 1.000.000.000X25%=250.000.000
B 30% 1.000.000.000X30%=300.000.000
C 35% 1.000.000.000X35%=350.000.000
D 10% 1.000.000.000X10%=100.000.000
Total 1000.000.000
Eléments de corrigé Séance n°3

Exercice 1 Traitement fiscal de la plus value


1- La SA étant encore en activité, le réinvestissement de M oblige que cette plus value :
-soit brute c'est-à-dire sans compensation des moins values éventuelles.
-soit inscrite dans un compte de plus value à réinvestir
-s’ajoute à la valeur d’origine pour constituer le montant minimal du réinvestissement
2- Sort fiscal du réinvestissement de M
Au cour des 3 années de réinvestissement de la plus value, cette dernier est exonérée ou plutôt
sont imposition est différée.
A la 4ème année, M est imposée de la façon suivante :
-La partie de M non employée et réintégrée au bénéfice imposable et imposée en totalité.
-La partie de M employée est réintégrée au bénéfice imposable et imposée à 50% de son
montant

Exercice2 Impôt sur les sociétés


1 Analyse fiscale des charges et produit de la SAXLM
1-Stocks vendus
les commissions sur achats à l’étranger sont limitées à 5% du prix d’achat HT. Seulement en
tant qu’élément du coût d’achat la prise en compte fiscale de ces commissions ne survient
qu’après que les marchandises concernées aient été déjà vendues et par conséquent fassent
partie du compte stocks vendus comme c’est le cas dans cet exercice
Dans notre cas PA=87.000.000.Les commissions déductibles de5%sont assises sur les sorties
de stocks déterminées par la formule
Sorties = Stock initial + Achats – stock final ; soit les sorties de 79 500 000 ;
Commissions déductibles = 79 500 000x 5% = 3 975 000
Commission exagérées, donc à réintégrer de 1 025 000 (5000 000- 3 975 000).
2- transports consommés
En annexe on annonce que le DG bénéficie déjà de 50.000Fd’allocation mensuelle. En vertu
de la règle de non cumul, il faut réintégrer les 50.000 à lui rembourser
Autres services consommés

43
Les logers que ceux des appartement servis au associé ne sont pas déductibles si celui-ci ,ses
conjoints ascendant et descendants ne de tiennent pas plus de 10% du capital donc il faut
réintégrer les logers sur l’équipement servis à la SOCAPI SARL qui détient 25% du capital
(450.000X12)

4-Charges et perte diverse


La prison centrale est un organisme camerounais d’intérêt général. Le maximum des dons
servis à tel organisme est de 0,5% CAHT (soit 750.000.000X0,5%=3750.000>3500.000)
*Le parti politique même connu ainsi que les manquants pour motif de faux billets sont les
charges non fiscalement admis d’où leur réintégration pure et simple 4000.000+1000.000
=5M
5-Impots et taxes à réintégrer les pénalités de retard étant une sanction fiscale, donc non
déductibles. Par contre, la redevance audio visuelle, exagérée de 35 000f (185 000 au lieu de
150 000f) ne donne droit à aucune réintégration car l’exagération est au bénéfice de l’Etat.
6-profit et produits divers
--détermination du résultat sur cession d’immobilisation
R/CI= (prix decession + somme des amortissements déjà constitués ) – (valeur
d’origine + frais accessoires de cession)
Du 1/10/93 au 1/1/96, il s’est écoulé 27mois soit 2,25ans d’amortissement.
Vo/n=15000.000/5=3000.000
Ats déjà constitués=3000.000X2,25=6750.000 d’où
R/CI
15000.000 11.450.000
32500 6.750.000
2.875.000 R/CI=PV=2 875 000
18.200.000 18.200.000

Alors, le minimum à réinvestir par la SAXLW serait de VO+PV, C’est à


dire=15000.000+2875000=17.875000
Or elle a investi au cours des 3 exercices concernées
17000.000(9M+5M+3M)
La partie utilisée de la PV est de (17 000 000.15 000 000) = 2 000 000
Parti non utilisée de la PV (2875 000- 2000 000) = 875 000
A la 4ème année la partie non utilisé sera réintégrée en totalité et imposée et la partie
utilisée réintégrée de moitié. Soit à réintégrer 875000+2000.000/2=1875000
7- Il est à compléter que la distribution de ces dividendes s’est faite au cours de l’année
suivante celle de la réception. Pour cela on procède uniquement à une déduction à
concurrence de 90% de leur montant net. Les IRCM de 16,5 % retenus à la source valent
crédit d’impôt pour la société.
- Ainsi pour les 500 000 reçus de la Tchadienne le net est de 417 500, l’IRCM de 82 500 et la
déduction de 375 750 ;
- Les dividendes reçus de la béninoise sont de 2 436 000 (1500x 1624) ;
2-Détermination du bénéfice fiscal de la SAXLW
Bénéfice comptable 35.000.000
Réintégration
1) commission sur achat 1 025 000
2) transports consommes 550.000
3) autres services consommes 5.400.000
(450.000X12)
4) charges et pertes diverses 5000.0000

44
(4000.000+1000.000)
5) Impôts et taxes 100.000
6) produit et profits divers 1.875.000
BFI 48.950.000
Déduction
Quôte part déductible sur div/ Tchad 375 750
Quôte part déduct sur div/ Béni 1 830 654
Total déduction 2 206 404
BF de l’exercice 46 743 596
Déficits reportables sur l’exercice 99/00 150.000
(97/98 Compris dans les 4ans précédents)
Bénéfice fiscal définitif 46 593 596
Soit par arrondi légal 46 593 000

Calcul de l’IS
- IS Dû =Max[IB,MP] IC=CI
- MP=1,1%CAHT=750.000.000x1,1%=8.250.000
- IB=BFDx38,5%= 46 593 000x38,5%=17 938 305
On constate que IB>MP D’où IS dû =IB+IC-CI
IC=0
NB Normalement, et en principe, toutes les réintégrations en dehors des amendes et pénalités
devraient être frappées à la IRCM( au taux normal de 16,5% pour celles dont les bénéficiaires
sont connus et au taux le plus élevé de 35% pour les distributions occultes ). Mais en vertu du
principe fiscal selon lequel le fisc a le droit de poursuivre les bénéficiaires des distributions
déclarés à l’effet de leur imposer l’IRCM, on admet que l’entreprise ayant déclaré les noms
de ces bénéficiaires peut en être exempte.
-CI =
MP= 1,1%CAHT=8250.000
IRCM sur filiale tchadienne= 82 500
IRCM sur filiale béninoise= 401 940
Redevance audiovisionnelle= 150 000
Total CI= 8 884 440
IS dû =17 938 305-8 734 440=9 353 865
4-l’échéance de reversement selon le plan OHADA
le plan OHADA prévoir un exercice fiscal conforme à l’exercice civil (du11 N au31 12 N )
En supposant la période maximal traditionnelle de 3mois après la cloture de l’exercice pour le
Reversement de l’IS dû, cette échéance est fixée au 30Mars de l’année durant celui au cour du
Duquel il est dû
6- Comptabilisation annuelle

8911 Impôt sur le bénéfice 17 938 305


4416 Etat, IB 17 938 305
4417 Etat, IC 0
Imputation de l’IC
4418 Etat IS dû 8 884 440
4411 Acompte sur Caht 8250 000
4415 IRCM sur dividendes reçus+ RA 634 440
Imputation de crédit d’impôt
4416 Etat, IB 17 938 305
4417 Etat, IC 0

45
4418 Etat IS dû 17 938 305
Imputation de l’IB et de l’IC à l’IS dû
4418 Etat, IS dû 9 353 865
52/57 Trésorerie 9 353 865
Paiement de l’IS dû à l’échéance
131 Résultat de l’exercice 46 593 596
8911 IS de l’exercice 9 353 865
1301 Bénéfice en instance d’affectation 37 239 731
Répartition primaire du résultat de l’exercice

Exercice 3 L’IRPP

La procédure d’imposition des bénéfices des sociétés suivantes.


1- GARANTI EXPRESS. Il s’agit d’un société de transport interurbain qui dispose de
plus de 5 cars de plus de 50 places chacun. Donc elle est soumise à l’impôt sur les
sociétés dont la procédure d’imposition est la suivante :
Bénéfice comptable + Réintégrations – Déductions = BFD.
IS dû = max [ IB,MP] + IC – CI.

2- YAHO VOYAGE. Selon les données de l’exercice, cette société est aussi de transport
interurbain. Elle dispose de moins de 5 cars de moins de 50 places chacun. Elle est
donc soumise au régime simplifié dont la procédure d’imposition est la suivante :
(Nombre de place ´ ¼ borne supérieure de l’impôt libératoire de la catégorie C). Ceci
revient à : (108 ´ ¼ 50 000) le paiement de cette somme est libératoire de l’IRPP et des
patentes.

3- LA QUINCAILLERIE DU SIECLE. Elle est non importatrice avec un Caht/an de


50 000 000F.
On note que 15 000 000 < Caht/an < 60 000 000. d’où sa soumission au régime de base.
Etant non importatrice, le taux par décret pour déterminer le BIC est de 7,5%. D’où la
procédure suivante :
BIC = 7,5% Caht/an (montant brut)
Revenu nets = BIC – 5 00 000 = A
- IRPP principal : A ´ taux progressifs suivant le barème en vigueur = B
- Centimes additionnels = 10% B = C
- IRPP brut = B + C = D
- Retenue = 1,1% Caht/an = E
- IRPP net à payer = D – E = F
NB : Si D<E, alors IRPP = E
Application numérique : BIC = 7,5% ´ 50 000 000 = 3 750 000 Þ A = 3 250 000
0 – 2 000 000 = 2 000 000 ´ 10% = 200 000.
2 000 001 – 3 000 000 = 1 000 000 ´ 15% = 150 000
3 000 001 – 5 000 000 = 250 000 ´ 25% = 62 500

IRPP (ppal) = 412 500


CAC = +41 250

IRPP (brut) = 453 750


Acompte d’Impôt (CI) = 1,1% Caht/an = 550 000

46
NB : 550 000 > 453 750, on considère comme IRPP à payer 550 000 F. car l’IRPP à payer ne
saurait être inférieur à 1,1% de Caht/an.

NB : l’application numérique (AN) est facultative.


Séance n°1
Exercice 2 : Deux sociétés A et B
Deux sociétés A et B se prennent réciproquement les actions et présentent au 31/ 12/ 2004
leur bilan contenu dans le tableau suivant
Actif Passif
Eléments A B Eléments A B
Immobilisations 3 000 000 2 100 000 Capital (1) 2 500 000 2 000 000
Titres 750 000 300 000 Réserves 850 000 305 000
Stocks 200 000 160 000 Dettes 800 000 400 000
Créances 150 000 100 000
Disponibilités 50 000 45 000
Total 4 150 000 2 705 000 Total 4 150 000 2 705 000
(2) Il existe 125 titres de A et 200 titres de B.
TAF : Calculer la valeur intrinsèque de l’action de A et de B sachant que les éléments autres
que les titres sont évalués à leur valeur comptable.
NB. Pour les exercices 1 et 2, arrondir à l’entier le plus proche, en cas de décimales

Exercice 2: Augmentation par transformation des obligations en actions

Une SA émet en janvier N un emprunt obligataire de 1 800 000f en obligations de


10 000f de valeur nominale. Ces obligations sont émises et remboursées au pair, convertibles
au gré des porteurs sur la base d’une action de 15 000f pour 2 obligations. En avril N+3, les
porteurs de 100 obligations demandent la conversion de leurs obligations.

T.A.F : Procéder à la comptabilisation de cette augmentation.

Eléments de corrigé Séance n° 1 Année académique 2008 / 2009

Exercice 1 : Cas de l’entreprise SABATA

3- détermination des droits d’enregistrement


DM / APS = 130 000 000x 2% = 2 600 000 > 750 000, donc DM/ APS = 750 000F
DM / ATO. Seul Junior a apporté un passif constitué d’une dette fournisseur de 900 000F. En
outre, pour cause de l’absence du poste CLIENTELE dans la liste des apports, il n’y a pas
fonds de commerce et le passif est enregistré de la façon suivante :
- titre de placement : 200 000 x 2% = 4000
- marchandises : 300 000 x 5% = 15 000
- matériel et mob. de bureau : 350 000 x 5% = 17 500
- Immeuble (bâtis rural) : 50 000 x 10% = 5 000

47
Total- DM/ ATO = 41 500
Finalement DM = DM /APS + DM /ATO = 750 000 + 41 500
DM = 791 500
4- Comptabilisation
2- 1- Calculs préliminaires
- Détermination de l’actif net de Junior: 200 000 +10 000 000 +300 000 +350 000)= 9 950
000
- Reliquat à partager entre les autres actionnaires : 130 000 000 – 9 950 000 = 120 050 000
- Détermination des apports des autres actionnaires.
Désignons par A, B, C, et D les apports respectifs de Jean, Jacques, Joseph et Elie.
Soit k la constante de proportionnalité.
Posons en outre que A = ½ k, B= 1/3 k, C= ¼ k et D= 1/5 k.
On écrit : A+ B+ C+ D = 120 050 000 ou mieux
½ k + 1/3 k + ¼ k + 1/5 k = 120 050 000
On détermine que k = 93 545 455 ; A = 46 772 727 ; B = 31 181 818 ; C = 23 386 364 et
D = 18 709 091.
On vérifie bien que A +B +C +D = 120 050 000

- Détermination de la libération au 30 05 2003


Détermination du nombre d’action détenu par chaque actionnaire : il suffit de diviser le
capital détenu par chacun par la valeur nominale qui est 10 000. Ensuite, il faut arrondir le
résultat de ce quotient à l’entier le plus proche.
Junior = 9 950 000 (car apport en nature) ;
Jean = (1/2 x 10 000) x 4 677 actions = 23 385 000
Jacques = (1/2 x 10 000) x 3 118 actions = 15 590 000
Joseph = (1/2 x 10 000) x 2 339 actions = 11 695 000
Elie = (1/2 x 10 000) x 1 871 actions = 9 355 000
- Capital souscrit non appelé au 30 09 2003
130 000 000- 69 975 000 = 60 025 000
- Libération au 30 11 2003
Joseph = 11 695 000
Elie = 9 355 000
Soit un total de 21 050 000
- Retard au 30 11 2003
Jean = 23 385 000
Jacques = 15 590 000
Soit un total de 38 975 000
2-2 Comptabilisation proprement dite

30/ 5 9 950 000


4611 Junior, apport en nature
46121 Jean, apport en numéraire 23 385 000
46122 Jacques, apport en numéraire 15 590 000
46123 Joseph, apport en numéraire 11 695 000
46124 Elie, apport en numéraire 9 355 000
109 Act, capital souscrit non appelé 60 025 000
1011 Cap souscrit non appelé 60 025 000
1013 Cap souscrit, appelé versé, non amorti 69 975 000
Suivant A Notarié n°….

48
52 Banque 60 025 000
46121-4 Jean, Jacques, joseph, Elie, apport nu. 60 025 000
ACB n°……
2325 Immeuble 10 000 000
244 Matériel et mob. 350 000
31 Marchandises 300 000
50 Titre de placement 200 000
40 Fournisseur 900 000
4611 Junior, apport en nature 9 950 000
Suivant Acte de Cession n°…. ;
6461 DM 791 500
52 Banque 791 500
ADB n°…..
201 Frais de 1er etablis . 791 500
78 Transfert de charge 791 500
Immobilisation des frais
30/9 60 025 000
1011 Cap souscrit non appelé
1013 Cap souscrit, appelé versé, non amorti 60 025 000
Appel du réliquat
467 Act, restant dû sur cap appelé 60 025 000
109 Act, capital souscrit non appelé 60 025 000
Constat de la dette
30/11
52 Banque 21 050 000
467 Act, restant dû sur cap appelé 21 050 000
ACB n°…..
4613 Act, cap souscrit, appelé non versé 38 975 000
467 Act, restant dû sur cap appelé 38 975 000
Constat du retard de jean et jacques

Exercice 2: Cas des sociétés A et B

8- Calculs préliminaires
- détermination des valeurs nominales de A et B

VN/ A = 2 500 000 / 125 = 20 000f


VN / B = 2 000 000 / 200 = 10 000f
- Détermination des prises de participation réciproques
Actions de B détenues par A : 750 000 / 10 000= 75 actions
Actions de A détenues par B : 300 000 / 20 000= 15 actions
9- calcul des valeurs intrinsèques (a et b étant ces valeurs pour A et B).
Pour A
Capital = 2 500 000
Réserves = 850 000
Plus ou moins values sur titres de B = 75b – 750 000
Total……………………………….= 2 600 000 + 75b

Pour B
Capital = 2 000 000

49
Réserves = 305 000
Plus ou moins values sur titres de B = 15a – 300 000
Total……………………………….= 2 005 000 + 15a
D’où l’équation suivante pour déterminer a et b
125a = 2 600 000 + 75 b
200b = 2 005 000 + 15a
On trouve a = 28 079f et b = 12 131f

Exercice 3: Comptabilisation d’une augmentation par transformation des obligations


en actions

52 Banque 1 800 000


1612 Emprunt obligataire convertible 1 800 000
Emission des obligat° convertibles
1612 Emprunt obligataire convertible 1 000 000
101 Capital social (100/2 x 15 000 750 000
1054 Prime de conversion des obligat° 250 000
Conversion des obligations en
actions
6461 DM (1 000 000x 2%) 20 000
52 Banque 20 000
Selon ADB N°
2015 Frais de modification du capital 20 000
78 Transfert de charge 20 000
Immobilisation des frais

Séance n°1
Exercice 2 : Deux sociétés A et B
Deux sociétés A et B se prennent réciproquement les actions et présentent au 31/ 12/ 2004
leur bilan contenu dans le tableau suivant
Actif Passif
Eléments A B Eléments A B
Immobilisations 3 000 000 2 100 000 Capital (1) 2 500 000 2 000 000
Titres 750 000 300 000 Réserves 850 000 305 000
Stocks 200 000 160 000 Dettes 800 000 400 000
Créances 150 000 100 000
Disponibilités 50 000 45 000
Total 4 150 000 2 705 000 Total 4 150 000 2 705 000
(3) Il existe 125 titres de A et 200 titres de B.
TAF : Calculer la valeur intrinsèque de l’action de A et de B sachant que les éléments autres
que les titres sont évalués à leur valeur comptable.
NB. Pour les exercices 1 et 2, arrondir à l’entier le plus proche, en cas de décimales

Exercice 1: Augmentation par transformation des obligations en actions

Une SA émet en janvier N un emprunt obligataire de 1 800 000f en obligations de

50
10 000f de valeur nominale. Ces obligations sont émises et remboursées au pair, convertibles
au gré des porteurs sur la base d’une action de 15 000f pour 2 obligations. En avril N+3, les
porteurs de 100 obligations demandent la conversion de leurs obligations.

T.A.F : Procéder à la comptabilisation de cette augmentation.

Exercice 2 : Dissolution d’une SNC non solvable

Les comptes de bilan de la SNC « Diamian et cie » se présentent comme suit après réalisation
des actifs mais avant règlement des dettes.
Compte d’actif Comptes de passif
Banque 810 000 Capital social 1 900 000
RAN -2 200 000
Résultat de liquidation 110 000
Fournisseur 1 000 000
810 000 810 000

L’apport de Damian est de 1 000 000 fcfa et ceux des deux autres associés Legrand et Derval
de 450 000 fcfa chacun. Les statuts prévoient un partage des résultats proportionnellement
aux apports.

T.A.F : Effectuer le partage et comptabiliser les opérations de liquidation.

Exercice 3 : La S.A June

La S.A June est créée en 1985 avec un capital de 1 000 000 000 fcfa totalement libéré. Ce
capital est réparti entre 4 associés A,B,C,D dans les proportions respectives de 25, 30, 35, et
10%.
En Août 2000, la S.A. June doit être dissoute pour des raisons diverses et l’actif est liquidé
comme suit.

Apports subsistants en nature Acquêts sociaux


Nature Valeur apport Valeur Nature Valeur apport Valeur
liquidation liquidation
Immeuble 250 000 000 300 000 000 Mat. de 130 000 000 125 000 000
transport
Outils de 20 000 000 18 000 000 Marchandise 190 000 000 200 000 000
production
Titre de 7 500 000 8 000 000 Mobilier de 20 000 000 22 000 000
participation bureau
terrain 200 000 000 210 000 000 clients 30 000 000 25 000 000
Fonds de 200 000 000 180 000 000
commerce
La banque et la caisse sont approvisionnées dans l’ordre pour 100 000 000 fcfa et 52 500 000
fcfa. Les dettes de cette SA s’élèvent à 200 000 000 fcfa. Cette entreprise a amorti au cours de
l’exercice 1999/2000 son immeuble au taux de 20% alors que la loi de finance prévoit un taux
de 15%.
T.A.F : 1) déterminer le résultat de liquidation (R.L)
2) Procéder au partage du R.L. et du capital proportionnellement aux apports.
N.B. Pas de comptabilisation.

51
Exercice 1 : Cas de l’entreprise SABATA

5- détermination des droits d’enregistrement


DM / APS = 130 000 000x 2% = 2 600 000 > 750 000, donc DM/ APS = 750 000F
DM / ATO. Seul Junior a apporté un passif constitué d’une dette fournisseur de 900 000F. En
outre, pour cause de l’absence du poste CLIENTELE dans la liste des apports, il n’y a pas
fonds de commerce et le passif est enregistré de la façon suivante :
- titre de placement : 200 000 x 2% = 4000
- marchandises : 300 000 x 5% = 15 000
- matériel et mob. de bureau : 350 000 x 5% = 17 500
- Immeuble (bâtis rural) : 50 000 x 10% = 5 000
Total- DM/ ATO = 41 500
Finalement DM = DM /APS + DM /ATO = 750 000 + 41 500
DM = 791 500
6- Comptabilisation
2- 1- Calculs préliminaires
- Détermination de l’actif net de Junior: 200 000 +10 000 000 +300 000 +350 000)= 9 950
000
- Reliquat à partager entre les autres actionnaires : 130 000 000 – 9 950 000 = 120 050 000
- Détermination des apports des autres actionnaires.
Désignons par A, B, C, et D les apports respectifs de Jean, Jacques, Joseph et Elie.
Soit k la constante de proportionnalité.
Posons en outre que A = ½ k, B= 1/3 k, C= ¼ k et D= 1/5 k.
On écrit : A+ B+ C+ D = 120 050 000 ou mieux
½ k + 1/3 k + ¼ k + 1/5 k = 120 050 000
On détermine que k = 93 545 455 ; A = 46 772 727 ; B = 31 181 818 ; C = 23 386 364 et
D = 18 709 091.
On vérifie bien que A +B +C +D = 120 050 000

- Détermination de la libération au 30 05 2003


Détermination du nombre d’action détenu par chaque actionnaire : il suffit de diviser le
capital détenu par chacun par la valeur nominale qui est 10 000. Ensuite, il faut arrondir le
résultat de ce quotient à l’entier le plus proche.
Junior = 9 950 000 (car apport en nature) ;
Jean = (1/2 x 10 000) x 4 677 actions = 23 385 000
Jacques = (1/2 x 10 000) x 3 118 actions = 15 590 000
Joseph = (1/2 x 10 000) x 2 339 actions = 11 695 000
Elie = (1/2 x 10 000) x 1 871 actions = 9 355 000
- Capital souscrit non appelé au 30 09 2003
130 000 000- 69 975 000 = 60 025 000
- Libération au 30 11 2003
Joseph = 11 695 000
Elie = 9 355 000
Soit un total de 21 050 000
- Retard au 30 11 2003
Jean = 23 385 000
Jacques = 15 590 000
Soit un total de 38 975 000
2-2 Comptabilisation proprement dite

52
4611 30/ 5 9 950 000
Junior, apport en nature
46121 Jean, apport en numéraire 23 385 000
46122 Jacques, apport en numéraire 15 590 000
46123 Joseph, apport en numéraire 11 695 000
46124 Elie, apport en numéraire 9 355 000
109 Act, capital souscrit non appelé 60 025 000
1011 Cap souscrit non appelé 60 025 000
1013 Cap souscrit, appelé versé, non amorti 69 975 000
Suivant A Notarié n°….
52 Banque 60 025 000
46121-4 Jean, Jacques, joseph, Elie, apport nu. 60 025 000
ACB n°……
2325 Immeuble 10 000 000
244 Matériel et mob. 350 000
31 Marchandises 300 000
50 Titre de placement 200 000
40 Fournisseur 900 000
4611 Junior, apport en nature 9 950 000
Suivant Acte de Cession n°…. ;
6461 DM 791 500
52 Banque 791 500
ADB n°…..
201 Frais de 1er etablis . 791 500
78 Transfert de charge 791 500
Immobilisation des frais
30/9 60 025 000
1011 Cap souscrit non appelé
1013 Cap souscrit, appelé versé, non amorti 60 025 000
Appel du réliquat
467 Act, restant dû sur cap appelé 60 025 000
109 Act, capital souscrit non appelé 60 025 000
Constat de la dette
30/11
52 Banque 21 050 000
467 Act, restant dû sur cap appelé 21 050 000
ACB n°…..
4613 Act, cap souscrit, appelé non versé 38 975 000
467 Act, restant dû sur cap appelé 38 975 000
Constat du retard de jean et jacques

Exercice 2: Cas des sociétés A et B

10- Calculs préliminaires


- détermination des valeurs nominales de A et B

VN/ A = 2 500 000 / 125 = 20 000f


VN / B = 2 000 000 / 200 = 10 000f

53
- Détermination des prises de participation réciproques
Actions de B détenues par A : 750 000 / 10 000= 75 actions
Actions de A détenues par B : 300 000 / 20 000= 15 actions
11- calcul des valeurs intrinsèques (a et b étant ces valeurs pour A et B).
Pour A
Capital = 2 500 000
Réserves = 850 000
Plus ou moins values sur titres de B = 75b – 750 000
Total……………………………….= 2 600 000 + 75b

Pour B
Capital = 2 000 000
Réserves = 305 000
Plus ou moins values sur titres de B = 15a – 300 000
Total……………………………….= 2 005 000 + 15a
D’où l’équation suivante pour déterminer a et b
125a = 2 600 000 + 75 b
200b = 2 005 000 + 15a
On trouve a = 28 079f et b = 12 131f

Eléments de corrigé Séance n° 2


Exercice 1: Comptabilisation d’une augmentation par transformation des obligations
en actions

52 Banque 1 800 000


1612 Emprunt obligataire convertible 1 800 000
Emission des obligat° convertibles
1612 Emprunt obligataire convertible 1 000 000
101 Capital social (100/2 x 15 000 750 000
1054 Prime de conversion des obligat° 250 000
Conversion des obligations en
actions
6461 DM (1 000 000x 2%) 20 000
52 Banque 20 000
Selon ADB N°
2015 Frais de modification du capital 20 000
78 Transfert de charge 20 000
Immobilisation des frais

Exercice 3. La dissolution des SA


2- la détermination du résultat de liquidation (RL)

Libellés VNC Valeur Résultat


liquidative Profit Perte Cumul
Immeuble 250 000 000 300 000 000 50 000 000 + 50 000 000
Outils de 20 000 000 18 000 000 2 000 000 + 48 000 000
production
Titre part. 7 500 000 8 000 000 500 000 + 48 500 000

54
Terrain 200 000 000 210 000 000 10 000 000 + 58 500 000
Fonds de cce 200 000 000 180 000 000 20 000 000 + 38 500 000
Mat de 130 000 000 125 000 000 5 000 000 + 33 500 000
transport
Marchandises 190 000 000 200 000 000 10 000 000 + 43 500 000
Mobilier bur. 20 000 000 22 000 000 2 000 000 + 45 500 000
Clients 30 000 000 25 000 000 5 000 000 + 40 500 000
Total 1 047 500 000 1 088 000 000 72 500 000 32 000 000 + 40 000 000
Dettes 200 000 000 200 000 000 0 0 0
Total 847 500 000 888 000 000 72 500 000 32 000 000 + 40 000 000

Le RL étant de + 40 500 000, il s’agit d’un boni de liquidation.


2- Partage du RL et du capital
2.1 Partage du RL
Il y a lieu de distinguer le RL issu des immobilisations et le RL issu des stocks et créance.

A- Détermination du RL issu des immobilisations


RL/immobilisations=33.500.000X2000.000=35.500.000.
Amortissement exagéré à réintègrer.250.000.000X (20-15)
100
AT exagéré=12.500.000
B Partage de ce RL.
Le résultat fiscal (Rf) est tel que Rf=35.500.000+12.500.000
Rf=48.000.000
L’entreprise étant à sa 15 année d’existence (1985-2000) l’assiette d’imposition est le tiers du
Rf.
-D’où IS=(Rf/3)X38.5%=6.160.000
-Résultats net à partager entre les actionnaires ABCD est tel que
RN= 48.000.000-6.160.000=41.840.000.
Pour chaque actionnaire,on retiendra à la source la IRCM au taux normal de16.5%.
Ainsi
Pour l’actionnaire A, 41.840.000X25%=10.460.000.
IRCM=10.460.000X16,5%=1.725.900
Net à recevoir=10.460.000-1.725.900=8.734.100
On procède de la même façon pour BCD les résultats sont les suivants
Pour B, IRCM =2.071.080
Net à recevoir=10.480.920
Pour C, IRCM =2.416.260
Net à recevoir=12.227.740
Pour D, IRCM =690.360
Net à recevoir=3.493.640
C RL issus des stocks et créances
-RI/SXC=500.000 Rf=RL=500.000(aucun ajustement)
L’assiette d’imposition est le total du RL
-IS=5000.000X38,5%=1925.000
Résultat net.50000000-1925000=3.075.000 à repartir de la même façon entre ABCD Ainsi
A reçoit 641.906 avec une IRCM retenue de 126.844
B reçoit 770.287avec une IRCM retenue de 152.213
C reçoit 898.669avec une IRCM retenue de 177.581

55
D reçoit 256.762 avec une IRCM retenue de 50.738

En somme la repartions globale du RL est telle que


A reçoit 8734.100+ 641.9.60=9.376.006
B reçoit 10.480.920+770.287=11.251.207
C reçoit 12.227.740+878.669=13.126.409
D reçoit 3.493.640+256.762=3.750.402
Total reçu pour tous 37.504.024
IRCM totales 7.410.976
IS Total 8.085.000
53.000.000
NB 53000.000=RL+Amortissement exagéré (40,5M+12,5M)
2.2 Partage du capital
A 25% 1.000.000.000X25%=250.000.000
B 30% 1.000.000.000X30%=300.000.000
C 35% 1.000.000.000X35%=350.000.000
D 10% 1.000.000.000X10%=100.000.000
Total 1000.000.000

EXEMPLE : évaluation des titres


Le portefeuille titre de la SARL ABDOU contient au 31/12/N les titres de participation émis
par la société BOUKAR ainsi détaillé.
Date d’acquisition Catégori Nombre Prix unitaire
e d’acquisition
Janvier N-1 A 1 000 10 000
Mais N B 2 500 12 000
Décembre N C 2 000 11 000
La société Boukar dont le capital est constitué de 20.000 actions décide en janvier N+1 de
distribuer gratuitement 400 000 actions nouvelles de valeur nominale 10.000 F suite à
l’incorporation des réserves facultatives au capital.
Travail à faire.
1-Calculer la valeur d’acquisitions moyenne des titres Boukar détenus par la société au 31/12/N.
2-Calculer le nombre d’actions anciennes à détenir pour recevoir 02 actions nouvelles.
3-Présenter le portefeuille-titres de la société Boukar détenus par Abdou après cette
distribution.
4-Indiquer l’écriture à passer par Abdou pour l’entrée des titres gratuits dans son patrimoine.
Solution
Valeur d’acquisition moyenne des titres au 31/12/N

(1000*10000)  (2500*12000)  (2000*11000)


valeurmoyenne   11272, 27
10000  2500  2000

Nombre d’actions anciennes à détenir pour revoir 02 actions nouvelles


40000 20000
2 x
nombre d ' actions nouvelles de BENDOU
r
Nombre d ' actions anciennes
Il faut 01 action ancienne pour recevoir 2 nouvelles.
Présentation du portefeuille titres

56
Calcul des quantités anciennes et nouvelles.
Catégorie Ancienne Nouvelle Total
A 1.000 1000 X 2= 2.000 3.000
B 2.500 2500 X 2 =5.000 7.500
C 2000 2 000 X 2=4000 6000
5500 11000 16500

Tableau du portefeuille

Catégori Nombr Valeur Valeur


e e Moyenne Totale
A 3 00 10 000 30 000 000
A 7 500 10 666,66 80 000 000
C 6 000 10 333,33 62 000 000
16 500 10 424,24 172 000 00
0

Valeur totale par catégorie = N x prix ancien) + (n x 10.000).


Exemple : (2.500x 12.000) + (5.000x10.000) = 80.000.000
On constate que la valeur moyenne d’acquisition des titres a varié pour les catégories B et
C, car la valeur nominale à laquelle les titres sont entrés est inférieure au prix d’acquisition
des titres anciens.

Ecritures d’entrée des titres


Les 11.000 actions reçues gratuitement, on passe s’écriture d’entrée à la valeur nominale.
24 Titre de participation 110 000 00
0
84 Produit HAO 110 000 00
0
Réception s de 11 000 s actions gratuites

EXEMPLE : cas des droits de souscription


La société ABC ci-dessus décide plutôt souscrire 1250 actions nouvelles de BENDOU, parmi
les 5000 émises.
Travail à faire :
Calculer le nombre de droit de souscription (DS) à acheter par ABC, le cout d’acquisition des
titres et passer l’écriture chez ABC ; le DS est vendu à1850F.

Solution.
Nombre de ds nécessaire pour souscrire 1250 actions.
2ds 1 action nouvelle
X ds 1250
2 X 1250
x  2500 DS
1
Nombre de DS disponible = 2000 DS
DS à acheter (2500 – 2000) = 500DS
Coût d’acquisition des titres
Prix d’émission (1250 X 14 000) 17 500 000
Valeur des DS (500 X 1850) 925 000
Frais (1250 X 250) 312 500

57
Coût d’acquisition 18 737 500

261 Titre de participation 18 737 500


52 Banque 18 737 500
1
Souscription et libération de 1250
actions
NB : on constate bien que la valeur des DS acheté augmente le coût d’entrer des titres dans le
patrimoine.
EXEMPLE  : cas des droits d’attribution
Reprendre l’exemple précédent de distribution d’action gratuite par la société BOUKAR et
dans laquelle ABDOU à reçu 11 000 titres. En considérant qu’ABDOU a reçu 11 250 titres.
Passé l’écriture chez ABDOU. Le droit d’attribution vaut 1200F.
Solution
En recevant 11 250 titres, il y’a un surplus de 11 250-11 000 =250 titres et pour lesquelles
ABDOU a dû acheter 250 DA au prix de 125 X 1 200=150 000 F (coût d’entrée)
250
Nombre de DA=  125
2
On peut aussi calculer ce nombre ainsi :
Nombre de DA correspondant à 11 250 actions nouvelles (11 250 /2)= 5 625
Nombre de DA disponible 5 500
DA à acheter (5 625 – 5 500 = 125)
Valeur nominale des titres 11 250*10  000 =112 500 000

26 Titre de participation 112 650 000


52 Banque 150  000
1
84 Produits HAO 112  500 000
Acquisition de 11 250 actions

58

Vous aimerez peut-être aussi