Vous êtes sur la page 1sur 4

Protocole d’étude des antalgiques centraux (opioïdes et morphinique) :

Le test de référence de tail flick :

Le test de retrait de la queue ou ce qu’on appelle le test du tail flick est une méthode qui permet
d’étudier la réaction de l’animal à une simulation nociceptive de courte durée. Elle consiste à évaluer les
propriétés analgésiques et antalgiques de nouvelles molécules, il a été décrit par D'Amour and Smith en
1941.

Principe :
l’expérience consiste à appliquer une chaleur d’une intensité connue générer par un faisceaux
lumineux engendrant la douleur sur la queue de l’animal d’expérience qui est le rat après injections
des antalgiques pour mesurer son temps de résistance à l’action .
Materiel :
 Appareil utilisé du point de vue technique :

-Dispositif de contention

-Source génératrice d’un faisceau lumineux de chaleur qui génère la douleur .

-Cellule photoélectrique connecter à la console permettant de mesurer le temps de résistance à l’action


antalgique (l’analgésimetre caudal)

Analgésimétre caudal

 Réactifs :
- Sulfate de morphine dilué dans du NaCl 9‰ injectées par voie sous-cutanée
- Suspensions d’extrait aqueux ou substance X dans du NaCl 9‰ 
 Animaux :
 Rats males à jeun: 160-180 g

Partie expérimental :
L’expérience sa fait par deux lots le premier est un lot témoin marqué en bleu recevant le liquide
physiologique qui n’as pas d’action antalgique (une solution isotonique de NACL) d’une dose
calculer en fonction du poids des rats administrer par voie sous-cutanée généralement l’expérience
se fait par trois à 5 rats (dans notre cas on s’est contenté d’un à seul rat d’un poids net de 131.06g
pour des raisons d’éthiques et d’économies), et un autre lot de référence marqué en vert qui reçoit
de la morphine centrale administrer par voie sous-cutané aussi tout en prenant en considération le
poids du rat qui est cette fois ci 158.18G 

La première chose à faire est de calculer les volumes des doses à administrer, pour le liquide
physiologique la dose est de 1.5ml par rat et pour la morphine la dose de 0,1 mg/kg, par la suite ces
volumes calculé des doses sont administrer un chacun des lots marqué par voie sous-cutanée par un
focus de 70, une fois c’est fait on attend une trentaine de minute le temps pour que le produit puisse
faire son effet (absorbation, diffusion, distribution ,et effet pharmacologique ) ,ensuite l’expérience
commence suivant des étapes permettant de voir la réaction de l’animal vis-à-vis de la douleur
engendré à travers l’analgésimétre (qui permet le calcule le temps de résistance à la douleur ).

 L’expérience se fait selon les étapes suivantes :

- on met le rat au niveau de la cage de contention qui permet de l’immobiliser et présenter sa queue
sur le trajet lumineux

-on applique le faisceau lumineux sur la queue de l’animal pour engendrer la douleur et le
démarrage du chronomètre d’une façon automatique.

- le rat retire sa queue brutalement après perception et sensation de douleur.

- arrêt automatique du chronomètre dû à l’impact du faisceau lumineux sur les cellules


photoélectriques de ce dernier.

- et au final on obtient le temps de résistance de l’animal.


Le temps de l’expérience dure une heure et les étapes de l’expérience se répète 4 fois à T=0 avant
administration de l’antalgique, à T=30min,à T=45min et à T=60min ce qui permet de faire le suivie
de la cinétique de l’installation de l’action antalgique en fonction du temps.

Le résultat de l’expérience :

T=0 T=30min T=45min T=60min


Lot Témoin 3.3 9.32 4.39 6.6
Lot de référence 8 12.8 15.15 14.59
Lot de X 5.2 9,7 12.15 14.6
Noté bien : si le temps de la perception de la douleur qui est le temps de résistance est inférieure à
6secondes l’animal n’est pas soumis à une action antalgique.

Interprétation : d’après le graphe et le tableau

- le lot à témoin à T=0min et T=45min à un temps de réponse inférieure à 6 secondes par


contre pour T=45min et T=60min le temps est supérieur à 6seconde .
- pour le lot de référence nous avons une courbe gaussienne qui débute lors de T=0 avec un
temps de réponse de 8 seconde avec un maximum d’action antalgique de 15.15secondes à
T=45min alors qu’a T=60min on a un début d’élimination du produit antalgique ( le
morphine s’élimine à travers les reins du rats ) avec un temps de réponse de 14.59seconde.
- et pour le lot X le graphe est croissant c'est-à-dire que le temps de réponse augmente avec le
temps .

Conclusion :

- le lot témoin ne contient pas de substance antalgique par contre le lot de référence contient
des analgésique centraux ce qui explique d’allongement le temps de réponses par rapport à
la pertinence de la douleur , mais le morphine commence à perdre son efficacité à partir
d’une heure alors que le lot X augmente son temps de réponse avec le temps ce qui
confirme que ce derniers contient un produit analgésique .

Vous aimerez peut-être aussi