Vous êtes sur la page 1sur 21

LE KITABDE sisewaYHl

D'APRESL'AUTOGRAPHE D'UN GRAMMAIRIEN


ANDALOU DU XII. SIECLE

GenevièreHUMBERT
( r . R . H . T .- C . N . R . S )

Bien que le Kitab de Sibawayhi (mort vers 180/796) ait fait I'objet de
plusieurseditions, le texte qu'on peut lire dans les plus couramment utilisées
d'entre elles(l)varie très peu. Comme il arrive fréquemmenten effet pour les
textes difficiles dont la parution sous forme imprimée a ete longtemps
attendue, I'edition princips a été investie d'une telle autorite qu'elle est
devenue la base des editions suivantes. Le non renouvellementde la base
manuscrite(2) et I'absenced'apparat critique véritabledans les éditions lesplus
recentesont conforte I'illusion, chez les utilisateurs, que le texte avait ete
établi de fagon definitive, alors qu'en fait, toutes les editions, mise à part celle
de Calcutta, dependenttres largement,je I'ai montre ailleurs, de I'edition de
Derenbourget du manuscrit principal utilisé par celui-ci(3).

Le tome IX de la Geschichte des arabischen Schrífttul??s,paru en 1984,


m o n t r e p o u r t a n t à q u e l p o i n t l a b a s e m a n u s c r i t ed e s e d i t i o n s e s t f a i b l e e n

C ' e s t - à - d i r eI ' e d i t i o n p r i n c e p sd e H . D e r e n b o u r g , l e l i v r e d e * b o w a y h i , T r a i t é d e g r q m -
m a i r e a r o b e , 2 v o l . , P a r i s ,i m p r i m e r i en a t i o n a l e ,l 8 8 l - 1 E 8 9[ r e i m p r .G . O l m s , H i l d e s h e i m -
N e w Y o r k , 1 9 7 0 1; l a p r e m i è r e e d i t i o n e g y p t i e n n e ,a n o n y m e , p u b l i e e à B i r l á q , a l - M a t b a ' a
l - k u b r á l - a m i r i y y a , 1 8 9 8 - 9 9[ r e i m p r . B a g h d a d , a l - M u t h a n n à , 1 9 6 5 ] ; e t l a s e c o n d eé d i t i o n
e g l p t i e n n ed e ' A . a l - S . M . H a r i r n , 5 r o l . , L e C a i r e . a l - H a y ' a l - m i s r i y y al i l - K i l á b . 1 9 6 6 - ' 7 7 .
Ces edirions ont souvent fait oublier celle de Calcutta, pourtan't en partie princeps,de
K a b i r - U d d i n A h m e d K h a n B a h a d u r ( C a l c u t t a , U r d u G u i d e P r e s s , 1 8 8 7 ) ,q u i n ' a c o n n u
q u ' u n e d i f f u s i o n c o n f i d e n t i e l l e; t o u t à f a i t i n d e p e n d a n t ed e s t r o i s a u t r e s ,e l l e a p o u r c a r a c -
t è r e p a r t i c u l i e r d e r e p r o d u i r e u n c o r p u s d e g l o s e s ,i n s é r ea u c c e u rd u t e x t e , q u i e s t p r é s € n t
d a n s 9 9 r o d e s m a n u s c r i t sc o n s e r v é s .
( 2 ) j ' a i m o n t r e , d a n . u n a r t i el e i n t i l u l e L e s e d i t i o n sd u K i t á b d e S i b a w a y h ie t l e u r b a s em a n u s -
crite (dans Studies in the Hisrory rd Arobic Granmar II, éd. par K. Versteegh et M.g.
C a r t e r , A m s t e r d a m / P h i l a d e l p h i e ,1 9 9 0 )q u e l a p r e m i è r e é d i t i o n é g y p t i e n n en e r e p o s es u r
a u c u nm a n u s er i r n o u v e a u ,e t q u e ' A . a l - S .M . H a r u n n e f a i t r e f e r e n c e q u ' à d e u xc o p i e s q
, ui
l o n t l e s p l u s t a r d i v e s d e c e l l e sq u e c o n s e r v e n tl e s b i b l i o t h e q u e sd u C a i r e . l l d é c l a r ed ' a i l -
l e u r s , d a n s s o n i n t r o d u c t i o n , q u e s a v é r i t a b l ec o p i e d e b a s e e s t l ' é d i t i o n d e D e r e n b o u r g .
Cf. Les éditions du kitàb de Sibowoyhi er leur base manuscrite, p. l8l-182.

-9-
regaÍd des richessescontenues dans les bibliothèques, puisque Sezgin recense
6ó manuscrits du Kitlab alors que Derenbourg n'en utilisait que quatre. J'ai pu
retrouver douze copies supplementairesdepuis(a).O.t a donc d'une part trois
éditions dépendant étroitement de la copie de base de Derenbourg et d'autre
part soixante-dix-huit manuscrits du Kitob dont six au maximum ont été uti-
lisés par les éditeurs.

Apres avoir pu en examiner soixante, soit directement, soit par I'inter-


médiaire d'un microfilm, j'ai pu constater que plusieurs d'entre eux permet-
tent de reperer des erreurs d'édition importantes(5), ou même de corriger le'
texte en profondeur : une copie en effet, vraisemblablement copiée à Kai-
rouan au debut du s"/Xle siècle,permet désormaisde renouveler Serieusement
notre connaissancedu texte du Kitub(61.

La critique la plus grave qu'on puisse faire aux éditeurs actuels n'est pas
cependant I'ignorance oÈ ils sont restésde l'existencede cette dernière copie,
fragmentaire et isolée, mais bien leur méconnaissancede la richesse et de
I'interêt de la tradition manuscrite. Il existe en effet des copies anciennesdu
Kitab qui peuvent être considéréescomme de véritables éditions critiques et
qui reposent sur la recherche. I'histoire et l'étude des textes. Je voudrais
prendre pour exemple la plus extraordinaire d'entre elles, qui est I'auto-
graphe d'un grammairien andalou mort au début du 6elXIIe siècle connu
'All b. Khar[rf al-Fiadrami.
sous le nom de

Je chercherai, après avoir pal lé de quelques-unesde ses caractéristiques


paleographiqueset codicologiques les plus intéressantes,à élucider la signifi-
cation de quelques annotations marginales, ce qui me conduira à expliquer
pourquoi il me semble qu'on peut parler, à propos d'une telle copie, d'une
véritable d'édition critique plus satisfaisante, en fait, que les éditions
modernes. Je montrerai ensuite que les leqons retenues par Ibn Kharuf per-
mettent de retrouver deux états du texte, que, dans une dernière partie, je
situerai dans une histoire de la transmission du livre de Sibawayhi.

LE MANUSCRIT ARABE ó/,99 DE LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE


DE PARIS

La copie du Kitsb que le grammairien sévillan'Ali b. Khartf al-Hadrami

(4) Signales dans les caÍalogues les plus récents ou retrouvés dans les bibliotheques, essentiel-
lement en Turquie. Je n'ai pu acceder pour le moment au dernier numéro de la revue maro-
caine Majallar ol-bahth ot-'itmi ou, m'a-t-on dit, est signalee la découverte d'une nouvelle
copie du rKiràó.
(5) Voir par exemple Les éditions du Kitàb de Sibawayhi et leur base manuscrite, op. cit.,
p. l9l-2.
(ó) ll s'agit du manuscrit conservéà I'Ambrosienne de líilan sous la colc arabe X 056 sup. J'ai
rnonlró. dans un article intitule IJn manuscrit fossile du Kitsb de Sibowayhi (à paraïtre dans
Linguistique arobe el séntitique, Développements récenls, edité par G. Bohas, à Damas)
cornhien ce maouscrit révolutionne noÍre connaissanccdu texte du ^Íoó

-10-
(mort vers 609/l2l/)Í) confectionna pour son usagepersonnel est conservéeà
la Bibliothèque nationale de Paris sous la cote arabe 6499. Le manuscrit,
achevé en 562/1166-7(8),est malheureusementmutile et lacunaire (un tiers
environ des chapitressont perdur(9);et il a été relié en désordre(10). L'écriture,
de type occidental, est fine et de petit module et, si le tracé des consonnes
n'appelle pas de commentaire particulier dans l'état actuel de nos connais-
sancesen paléographie, le système de notation des horaklat et de la shaddo,
assezparticulier, a dejà eté discute dans des travaux savants(l1): les harakat,
presque horizontales et la plupart du temps notées de fagon exhaustive, sont
insérées entre le corps de la lettre et les points-consonnes (dans oí par
exemple);la shadda, qui elle aussi s'interposeentre le corps des lettres et la
ligne d'écriture, prend une forme particulière selon qu'elle accompagnela
voyelle o, y, ot)i : accent circonflexe pour la shodda avecfatha, circonflexe
renverséavec la domma (par exemple dans J-tt,1 tasrudtu), et circonflexe
inverse mais sous la ligne d'écriture avec la Kcsra (comme dans ,":,' :
yubayyinuna).

Je voudrais insister sur une autre particularite à laquelle P.s. Van


Koningsvelda déjà consacréquelquesmots(12): le nun non vocalise,en fin de
mot, est assimilé à la première consonne du mot suivant, lorsque celle-ci est
une apicale, assimilation régressivetoÍale (idghàn) ou partielle (ikhfa) qu'Ibn
Kharilf note de fagon systematiqueenomettantle suk-un sur le nfunet en ajou-
tant une shadda sur la consonne assimilante qui suit. C'est ce qu'illustre une
'r<r 'Fs
phrase comme ,^-;- l\ f rÁ (wo nohwa hadhu aktharu min
an-yuhsa por, *7n oi yrítai, oÈ ceitains traits du nun non vocalisé de ;i

'Ali b. Muhammad 'Alil


A lb" Kl*rLf, d"ns son manuscrt, se nomme lui-même [b.
A b i r l - H a s a n . P o u r p l u J d e d é r a i l s ,c f . l b n a l - Z u b ayr,
b . K h a r u f a l - H a d r a m i , a v e cl a n i s á a
Rabat' s-d''
Sitot al-Silawo-hwa dhaytu lil-Sital-bashkuwàtiy1'aft tarà1im a'tàmi l-Andalus'
pp. 67 èt 122'3.
( 8 ) E r n o n p a s e n 5 5 8 2I l ó 2 - 3 c o m m e o n l e l i t e h e zE . B l o c h e t( C o t a l o g u ed e s m o n u s c r i t sa r a b e s
des nouvelles acquisitions, Paris, E. Leroux, 1925, p. 280), qui est suivi par Sezgin et
d ' a u t r e s : 5 58 e s t t a d a t e à l a q u e l l e ,s e l o nu n e n o t e i n s c r i t ea u f " I 6 4 v , u n c e r t i f i c a td e l e c t u r e
fut delivréà Ibn Kharirf.
(e) M a n q u e n t I ' e x t r ê m eÍ Ï n d u c h a p i t r e2 , l e sc h a p i t r e s3 à 7 a i n s i q u e I a m o i t i é d u c h a p i t r e8 ; l a
d e u x i è m em o i t i e d u c h a p i t r e l 7 q t l e s c h a p i t r e sl 8 à 2 5 a i n s i q u e l e p r e m i e r t i e r s d u c h a p i t r e
2 6 ; u n e g r a n d e m o i t i é d u c h a p i t r e I 1 2 e t l e s c h a p i r r e sI 1 3 à l 8 l e t l e s t r o i s q u a r t s d u c h a -
p i t r e 1 8 2 ; l a p l u s g r a n d e p a r t i e d u c h a p i t r e 2 3 5 e t l e s c h a p i t r e s2 3 6 à 3 0 3 a i n s i q u e l e s d e u x
premiers tiers du chapitre 304. Deux à quatre cahiers et quatre feuillets ont ete perdu\.
A u c o u r s d ' u n e r é f e c t i o n a n c i e n n e ,l e b i f o l í o e x t e r n ed u t r o i s i è m ec a h i e r a e t e f a u t i v e m c n t
c o u s u e n t ê t e ; l e q u i n i o n c o r r e s p o n d a n ta u x f o l i o s 1 0 6 - l l 5 v ( o n z i è m ec a h i e r a c t u e l ) a c t e
i n s e r ef a u t i v e m e n te n t r e l e s f o l i o s 1 0 5 e t 1 0 6 , a l o r s q u ' i l d o i t ê t r e l u à l a s u i t e d u t ' l ' 1 1 '
E n f i n , l e f o l i o 1 4 3a é t é p l a c é p a r e r r e u r a p r è sI a f i n d u t r e i z i è m ec a h i e r ' a l o r s q u ' i l l a i t : u i t e
a u f ' 1 5 3 . O r d r e d e l e c t u r e :f f . 1 - 1 0 5 , 1 1 6 - 1 4 2 , 1 0 6 - l l 51' 4 4 - 1 5 31' ' 1 1 l' 5 ' 1 - 1 6 5 '
rllt C f . p . S . V a n K o n i n g s v e l d , T h e L o t i n - A r a b i c G l o s s a r y o f t h e L e i d e n L n r v e r s i r . YL i b a r v ,
\ e u R h i n e P u b l i s c h e r s ,L e i d e n 1 9 7 7 ,p . 2 ' , 7 - 3 1 e lte c o m p t e - r e n d ud e N l . - I - h . d " { l r ; r n ; c t I r .
D e r o c h e d a n sS c r i p t o r i u r r X X X V , l 9 8 l / l ' p . 1 1 7 - 1 2 0 '
rllt C ' f . P . S . V a n K o n i n g s v e l do, p . c i t . , p . 2 9 - 3 0

- 1 1 -
sont assimilés par le ya' initial de ,lÁ- l sagit d'un pháromène phonétique
suprasegmental que ne note habituellement pas I'orthographe de I'arabe, sauf
dans le Coran(I3).
J'ai pu observer qu'on retrouve cette caractéristique, peut être influencee
par les travaux de I'Andalou Abu 'Amr al-Dání, sur I'orthographe et
I'orthoepie coraniques, dans d'autres manuscrits du Kititb copiés en occident
(Maroc ou Andalous), et P.S. Van Koninsveld la signale aussi dans un
manuscrit contenant un texte, profane également,d'Ibn Rushd.

La copie d'Ibn Kharuf est écrite sur des pagestrès remplies (36 lignes à la
page), mesurant 230x 169 mm fiustification : 176x l12 mm). L'encre, de
couleur bistre plus ou moins soutenue, a tendance à s'écailler. Les cahiers.
sans réclamesni signature,sont irrégulie15(la).

Parmi les caractéristiquescodicologiques remarquables de I'autographe


d'lbn Kharlf, signalonsd'abord que les cahiersextrêmesdu manuscrit ainsi
que les feuilletsextrêmesde chaquecahier sont copies sur parchemin, le reste
du texte etant ecrit sur papier, comme si le parchemin était destinéà proteger
un materiau perQu comme trop fragile, trop moderne ou insuffisamment
prestigieux.c'est là une techniquequi, à ma connaissance,n'est attestée,pour
la tradition manuscritearabe du moins, que dans des livres copiésen Espagne
musulmane(15).
On pourrait se demander, étant donné les fréquents séjours que fit lbn
Kharilf en orient et notamment en Syrie, s'il avait copié son manuscrit en
Orient ou en Occident. Or, en plus de l'usage de l,encartage papier/
parchemin, plusieurs autres particularités montrent que son manuscrit fut
copié sur un papier occidental, probablement fabriqué en Andalus : le format
de la feuille reconstituée, qui a été pliée une fois, est, comme I'a montré
J. Irigoin(16),plus petit que celui des papiers fabriques en Orient pour la copie
des manuscrits à la même époque. Les fils de chaïnette sont ecartes de

(13) LanotationminutieusedecegenrephenomenesphonetiquesdansleCoranestunesortede
massore, utile comme guide pour la cantilation (tarti!) du
texte sacré.
( 1 4 ) L e p r e m i e r e s r u n q u a r e r n i o n , a c t u e l l e m e n tm u t i l é ,
a u q u e l i l m a n q u e q u a t r e f e u i l l e t s .o n
r r o u v e e n s u i r eu n q u i n i o n a u q u e l s ' a j o u t e l e f e u i i l e t 6 , m o n t é
rur ongrei (f" r5) ; viennenr
e n s u i t el e sc a h i e r sI I I , I V e t V q u i s o n r d e s q u i n i o n s ( f " 4 5 )
: l e sc i n q s J i v a n t e s( V l à X ) s o n t
d e s s e n i o n s( f ' 1 0 5 ) ; l e c a h i e r X I e s t u n q u a t e r n i o n a u q u e l
o n t é t é a j o u t e s < i e u xÍ e u i l l e s( f .
l l 5 ) ; l e c a h i e r X i l e s t u n s e p t e n i o n( f ' r 2 9 ) l e X I I I e s r
; u n 7 , / 6 a u q u e r s , a j o u t eu n f e u l l e t
i s o l é ( f " 1 4 3 ) ; l e X I V e s t u n q u i n i o n ( f " 1 5 3 ) ,e t l e X V
e n f i n e s r u n i e n i o n i f " t o S t . I _ ua i . -
tribution non symétrique des cahiers Xll (4/4 plus 2) et
Xlll (i/6)date de la conf'ection du
m a n u s c r i t .M a i s l e c a h i e r X I V , a u j o u r d ' h u i 5 / 5 , é t a i t à I ' o r i g i n e
u n 5 / 6 , c a r l e f e u i l l e t 1 4 3a
eté relié fautivement à [a suite du cahier XIII pour rétablir
artificiellement la symetrie.
(15) Pour d'autres exemples d'encartage papier/parchemin,
voir M. geit-Arié, Hebrew Codico_
I o g y , P a r i sC , . N . R . S ( l . R . H . T . ) ,1 9 7 6 , p . 3 g - 9 ; p . S . V a n K o n i n g s v e l d , o p . c r t . , p . 2 2 _ 2 3 ;
et E. Gachet, Papier et parchemin, d,ans lpE-lnformations,
l9g2/16, p. 43.
(16) J'lrigoin,<Lestypesdeformesutiliséesdansl'orientméditerranéen(Sy.rie,Egypte)ouxte
au XIVe siècle>, dan,spopiergeschichte 13, 1963, p. lg-20.

-12-
48 mm en moyenne : cet espacementtrès largeestun autre trait caractéristique
des papiersfabriquésen Occidentmusulman.Le papier du manuscritporte
aussice qu'O. Valls i Subirá a appelédes <<zigzags>(17): il s'agit vraisembla-
blementd'une impressionqui a été faite avecun instrumentnon métallique
sur la feuilleencorehumideau sortir de la forme, mais on ne sait pas pour le
momentdansquel but ; ils n'ont étéobservésque dansle papierde manuscrits
copiés,entrele XII" et le XIV" siècle,en Espagneet au Maroc. Le plus ancien
manuscrit arabe sur lequel j'ai pu I'observerest justement le KilàD d'Ibn
Kharuf, le plus récentun livre copié à Fèsau XIVème siècle(I8).
On a donc, avecle manuscritd'lbn Kharuf, un pur produit destechni-
quesde confectiondu livre en usageau cinquième-sixième
sièclede I'hégireen
Andalus.

L'APPARAT CRITIQUE D'IBN KHARIJF


Mais si le manuscritd'Ibn Kharuf est très interessantdu point de vue de
l'archéologiedu livre médiéval,il ne I'estpasmoinspour son contenu,auquel
je vais passermaintenant.Pour illustrer la finesseet la précisiondu travail
d'Ibn Kharirf j'ai choiside lire lesgloses,ajoutéesde samain, qu'on trouveau
folio l0 de son manuscrit,oÈ est reproduitela fin du chapitre3l de l'édition
du kitab selonla numérotationde Derenbourg(voir Planchel) :
- la prernière, située dans la marge de droite, entre la troisième et la
quatrième ligne d'écriture, est constituéepar les mots ól qJ qui sont à
opposerà ce qu'on peut lire tout au début de la ligne 4 du matn 1Á1-r-.c;.Les
éditionsimprimées,quant à elles(DerembourgI, p. 5, ligne 14 et Hárun I, p.
125,ligne 3), ont toutes deux ont la legon ól -\-J dans la phrase:
' '': '.,
t -,- ,,4- o,, i I
jbt x"> èli CHí .:jt; Jr iÉl o-r.nJ1.^/ .n;JU- ^Lt ót rÍ,.t.e" t, ;F: i),
...ó\ ,=J-;U\ J.+) ..<-Ct:
,!i
Ibn Kharirf opposedonc à la legon ót J.J , qui avait copieed'abord, la
variante ól .t visibkment trouvée par lui par la suite dans un autre
"
manuscrit. Remarquonsque La legon inscrite en marge est surmontéed'un
petit C qui, on va le voir dans les exemplesqui suivent, indique I'origine de la
variante.

( l 7 ) voir par exemple aux folio 86, 95, et surtout 96 du manuscrit.


Sur le <zigzag>, le prus ancren
article de o. valls i Subirà sur le sujet est intitule <<Arabianpaper in
Catalonia. Notes on
Arabian Documents in the Royal archives of the Kings of Aragon in
Barcelona>, dans The
paper Maker 12, l, 1963, p. 2l-30.
( l 8 ) Il s'agit de I'exemplaire du traité des simples d'rbn
al-Baytar que conserve la Bibliorheque
nationale de Paris sous la cote 4766/9.

-13-
Planche I

-14_
- I'annotation qui suit, toujours dans la marge de droite, dit cecr :

; s;Jr.-
Ce qui signifie : <<cequi fait I'objet de la signalisation se trouve dans
shin>>.Si on essaiede retrouver dans le matn ce à quoi fait allusion Ibn
KharÍrf, on apergoit, sur le dernier mot de la ligne 4 (oa-) un petit cercle
dont le tracé a été épaissi.De même, à la ligne 7, qui commencepar les mots
itr :e * é :Ïc;Jï ur

on apergoitaudessusde e)- un secondcercleidentiqueau premier.


Etant donné que le même passage est omis dans le texte à pleine pagedesédi-
tions de Derenbourg(I, p. 51, ligne 15) et de Hàrun (1, p. 125, ligne 5), il
sembleclair que c'est bien lui dont lbn KharÍrf signale,indirectement,qu'il est
omis dans une version du Kitlab, ce que confirme le texte des manuscritssur
lesquelssont baséesnos éditions imprimees.Si elle ne pemet pas d'identifier
cetteversion, la note marginalemontre en tout casqu'Ibn Kharirf a utilisé au
moins deux modèles: celui d'après lequel il a transcrit sa copie à I'origine, et
une copie qu'il désignesousle siglesftin.
- La note suivantedit ceci :
't>g
,tlt épt>> ' .| A: ef\ (ire ici la suiteà la veíicale)g.*.'Lf É drl
<.:lr j J^J .Àl ,tj, i! t#
qui peut se traduire par (<cequi fait I'objet de la signalisation figure dans le
Kithb de g et d'al-Sarráj mais, dans -r , on a à la place wa so-tor-a dhuliku
'in
muboyyanan sha'a Alloh, ws-hwo ft dhàka>>. On peut retrouver dans le
texte à pleine page un autre passagecompris entre deux petits cerclessembla-
bles à ceux déjà reperés dans I'exemple précédent : I'un d'eux se trouve au
milieu de la ligne 8, au-dessusdul qui se trouve juste après le mot É ; et le
second presque exactement en-dessous,à la ligne qui suit au-dessusdu mot
-Ftt . Si on se reporte maintenant aux éditions, on constate que, dans I'edi-
tion de Derenbourg (I, p. 51, l. l7), le passagesouligné par Ibn Kharuf est,
comme dansj, remplacé par (.:Jlj f1 t!"a ót rg..r! .A) éF >, tandis que
Hárun (1, p- 125,ll. 7 à 9) cumule les deux versions. Quant à la leEon origi-
nale de la copie d'lbn KharDf, elle est identique à celle de 6 et du i(iÍàó d'Ibn
af-Sarràj. Ici, la leqon de shÍn est donc, une nouvelle fois, plut6t proche de
celles des éditions imprimées, tandi que le texte des manuscrits désignéspar le
sigle E et de Kitlub d'al-Sarràj>>, concorde avec le texte qui est ecrit à pleine
page dans le manuscrit d'Ibn Kharuf.
- La dernière note ayant un rapport avec le chapitre 3l dit ceci :

w* ê"Jr g) .n 1-;/t;! 6 wlí i -i jJ'

-15-
c'est-à-dire: <cequi fait I'objet de la signalisationfiguredansle Kitlab deCer
d'Ibn al-Sarrài; d'aprèsd'autrescopies,celaprovientd'Abil l-Hasan>on
retrouve<cequi fait I'objet de la signalisation>aux deux dernièreslignesdu
chapitre: le premier petit cercleest écrit au-dessusdu mot
Jlij (avant-
dernièreligne),etlesecondtoutàlafinduchapitre.
contrairementà ce qui se passaitpour les exemplesprécédents,les édi-
tions impriméesont conservéune legonqui diffère à la fois du texteà pleine
page d'Ibn Kharuf et de ce qu'il avait relevéen marge: I'apparitionde
variantessupplémentaires en fin de chapitreest un phénomènefrequent,et il
est inutile d'essayerde retrouverle detailde I'histoiredu textesur ce point.
Lesexemples quej'ai invoquéssuffisenten effetà montrerqu'on est,avecles
annotationsmarginalesd'Ibn Kharilf, dansun véritableapparatcritiqueoÈ
les variantes,clairementdélimitées,sont systématiquement accompagnées de
I'indicationde leur origine.

. Avec leslegonsde shïn (et deséditions),qui s'opposentsouventà celles


du modèleinitiald'Ibn Kharufqu'on lit dansIe matn, ona I'impression qu'on
a deuxversionsdu Kitab: le manuscritd'Ibn Kharuf, qui lesconserve toutes
deuxsimultanément et en detail,estdoncun témoinparticulierement intéres-
sant pour I'histoiredu texte.Il restecependantà identifier,si possible,ses
modèles.

LES MODELES D'IBN KHAR1JF

A la fagondont se présentele manuscrit,il parait clair qu'lbn Kharuf


avaitdéjàconfectionné sonKit?tblorsqu'ilajoutasesannotations marginales.
Si on négligelescopiesanonymesmentionnées dansla quatriemenote er ega-
lement AbL l- Hasan(I9),qui n'est mentionnéque par ces mêmescopies
anonymes,Ibn Kharlf utilisetrois siglespour indiquerI'originede sesinfor-
mations: ,t ,( et<deKitàbd'al-Sarràj>.Si on ajouteIe manuscritde base
de Ibn Kharirf (celuid'aprèslequelfut fixe le matn), on setrouveen présence
de quatremanuscrits,qui ne correspondentpas forcementà desmodeles.
Une notede samain,écriteà la fin du manuscritde Paris,précise
en effet
au folio 164 :

Àr .r;9 Jjf-tr\;-!', e;rulr c-:r


c'est-à-dire : <la collation entre les deux modèles
est achevée,gráce à Dieu>.

(19) Qui n'est autre qu'Abir l-Hasanal-Akhfash, premier


re transmetteurd.uKifub.on remar_
queraqu'il s'agit là d'une référenceà une autorité
et non pasà une copie,commedansles
autrescas.

-16-
Si, retournantau manuscrit,on essaiede retrouveroÈ Ibn Kharuf men-
tionne sesmodèles,on s'apergoitqu'il fait allusion au premier d'entre eux
tout'au débutdu Kifub, au folio I : <<j'aitrouvé>,dit-il, <surle versofinal du
Kitub d'Abí Nasr ( p è\ +g ,* & ), écrit de la main du Cadi Abir
Bakr [...], les mots suivants:j'ai lu le KitZtbde Sibawayhien enrierdevant
Abu Nasr Hárun b. Musá al-Nahwr,qui me declara: je I'ai lu entierdevant
Abt 'Abd Alleh Muhammad b. 'Yahvá al-Rabáhi. Dieu lui fasse
miséricorde>(20).
Puisqu'Ibn Kharirf avait eu I'occasionde lire cequi setrouvait en têtedu
Kifub d'Abu Nasr, il avait certainementconfectionnéson exemplaired'après
ce manuscrit: I'autographed'Abir Nasr est en èffet I'unedescopieslesplus
célèbresdu Kitab en Andalus(zt).Ce prestigerenair en particulier à ce que
Hártn b. Mirsá avait regu le Kifub de deux autoritésincontestables : Abu
'Abd Allàh Muhammad
b. Yahyàal-Rabáhr,auquelon anribueI'inrroduc-
tion en Andalus d'une nouvellerecension(on le retrouveradans le tableau
généalogique de la Planche2) et Abir 'Alí l-Qàli, le fameuxaureur desAmalt.
Ibn Kharirf avait donc adoptécommemanuscritde basele plus presti-
gieux desmanuscritsdu Kitob en Andalus à son époque.
La mentiondu secondmodèled'Ibn Kharhf est amenée,dansle manus-
crit, de fagonindirecteégalement.Voici cequ'il écrit à la fin du Kifub, aprèsle
colophon (f' l64v) : <<j'aivu, sur une copieorientaleancienne(ft nuskhotin
catiqatinsharqiqyyatin),sur laquelleon pouvait voir l'écriture d'Ab[r 'Ali
l-farisí, Dieu lui fassemiséricorde,et qui avait ététranscrited'aprèsle KitTtb
d'Abu Bakr b. al-Sarráj,les mots suivants,etc. <C'estcertainement à cette
copiequ'Ibn Kharuf affectele sigle;, initialede zri,', (22).
Selonla note d'Ibn Kharuf, la copie <orienrale>> était liee à Abl 'All
l-f,arisí23).
Or on saitquecelui-ciavaitrassemblé un immense corpusde gloses
anciennes, qu'il avaitrecopiées
ou fait recopiersur sacopieaccompagnées des
noms, symbolisés par des sigles,de leurs auteurs(24).
Il y faisait très fré-

(20) Suit une listede transmetteurs qui remontejusqu'àsibawayhi,par l'inrermédiaire d,une


chaïned'autoritésbien attestéequ,on retrouveradansla planche2.
(21) C'estcedonttémoigneentreautreslecopisteduKilààconservéàl'Esc.orial(Casiril)quidit
.^.:i , ;u-Y' ,J-J'/U b +rJ' ..J-,.;\, -*i .-r-i _*u + ;uí';+\i
. .sy J rrp r* *ti
L est-a-olre: (J'al collationnéle présentexemplaireavecle modèledesmodèles,le modèle
de I'Andalus,I'autographedu grand savantAbir Nasr Hárirn b. Mirsá>.
t 22) On saitpar la littératurebiographiquequ'Ibn Kharirfïit au moinsdeuxvoyagesen Syrie : il
est probableque c'estdansce paysqu'il découvrit<la copieorientale>>.
t2l) Sur al-Hasanb. Ahmad b. 'Abd al-Ghaffàral-Fárisivoir par exempleal-Suyirti,Bughyatu
al-wulati fi tabaqail Lfughawiyyina wal-nuhàt, éd. Muhammad Abir l-Fadl rurárri-m,I-e
Cairel9ó4-5,t. I, p.49ó-8.
tl'{) Cesrenseignements sont rassemblés dansune note de copistedéjà éditéepar Derenbourg,
op' cit., Introductionp. v-vi, qui setrouvedanssa copieA maiségalementdansun grand
nombrede copiesmodernesdrtKitàb de recensionorientale.D'une manièregénérale,sur

-17-
quemment référence à son maïtre al-Sarráj(2s),ainsi que al-Zajjà1Qí), à qui il
avait affecte Ie sigle . c'est donc par I'intermediairede la <copie orientale>
qu'lbn Kharuf peut transmettre les legonsqui se trouvaient sur les copies de
ces deux celebresélevesd'al-Mubarrad. on voit alors clairementce qu'est la
copie d'Ibn Kharuf : à pleine page, le matn reproduit la copie d'Abu Nasr
HárLn b. Musá; dans les marges,; renvoie à un manuscrit oriental qui, lui-
même savant, reproduit des variantes ou des gloses dies <<au Kitab
d'al-Sarráj> ou à al-Zajjaj (siglei ).

GENEALOGIE DES MODELES D'IBN KHARiJF

Aux deux modelesd'Ibn Kharhf semblentcorrespondredeux versionsdu


livre de Srbawayhi. Pour retrouver I'origine de leur divergence,reponons-
nous à la planche 2, oÈ sont recopieesles chainesde transmissiondes deux
m o d è l e sd ' l b n K h a r u f .
On peut diviser ce tableau en deux périodes : celle qui conduit de
Srbawayhià al-Mubarrad, puis celle qui mène des deux élèvesde ce dernier,
al-Zajjàj et al-Sarràj, à Ibn Kharuf. En effet, au début de Ia deuxiemepériode
vont apparaitre une version occidentaleet une version orientale du Kitàb, se
distinguant par la préeminence de I'un ou de I'autre des deux elèves
d'al-Mubarrad.

Les Andalous se réclament à I'origine de la descendance,exclusive


semble-t-il, d'al-Zajjáj, car, au dire de certainessourcesbiographiques(27),
son Kitsb était en effet si parfait qu'al-Mubarrad lui envoyait les elevesqui
s'adressaientà lui pour étudier le Kitàb. Deux de ses élèvesegyptiens,Abu
l-Qásim b. Wallád et Abu Ja'far al-Nahhàs, vonr transmettre en Egypte
l'enseignement d'al-Zajjáj, et c'est au Caire que I'Andalou al-Rabáhí28)
viendra suivre I'enseignementde ces deux maitres, avant de revenir en
Andalus avec un Kitdb qui va servir de baseà une nouvelle recension.Le plus
celebre transmetteur du Kitàb d'al-Rabáhi sera Abu Nasr Hárun b M[rsá,
d o n t l a c o p i e f u t I ' u n d e s d e u x m o d è l e sd e l a c o p i e d ' l b n X h a r u f . l e p l u s
important en réalité puisque que c'est de ce modèle que depend le texte à
pleine page de sa copie.

l'histoire du texte h Kitàb de Sibawayhi, voir ma thèse intitulee Premières recherchessur le


Kitàb de sibowayhi. Tome premier : Les voies de la tronsmisslon. Tome deuxième : Les
manuscrits, qui devrait être publiée prochainement sous le titre Les voies de la transmission
du Kiíab de Sibawayhi.
( 2 5 ) S u r M u h a m m a d b . a l - S a r i y yA b L B a k r I b n a l - S a r r á j ,c f . a l - S u y i r t i ,o p . c i t . , t . I , p . 1 0 9 - 1 1 0 .
(26) S u r I b r á h i m b . a l - s a r i y y A b u l s h á q a l - Z a j j á j . c f . a l - S u y i r r i .o p . c i r . , t . I . p . + i t - : .
(27) c ' e s t c e q u ' a f f i r m e p a r e x e m p l el e c o r d o u a n A b i l B a k r M u h a m m a d b . a l - H a s a na l - Z u b a y d i
dans ses Tabaqàtu l-nahwiyyina wat-lughawiyyin, ed Muhammad Abir l-Fadl Ibràhim, Le
C a i r e . 1 9 5 4 .p . l l 9 .
( 2 8 ) S u r A b u ' A b d ' A l l à h M u h a m m a d b . Y a h y á a l - R a b á h i , m o r t e n 3 5 9 / 9 6 9 ,v o i r a l - Z u b a y d i ,
op. cit., p. 335-340.

-18-
Le père de la recension orientale est Abu 'Ali l-Fárisr, qui avait <lu> le
Kilzrb squs la direction du seconddes élèvesd'al-Mubarrad, al-Sarráj, et avait
confectionnéson livre d'après son exemplaire.Il avait ajoute par la suite sur
sa copie les glosesqu'il avait trouvéesdans differents manuscritset en parti-
cufier dans une copie du Kitbb qui avait appartenu à al-2a11á1et à laquelle il
devait affecter le sigle 6.

L'histoire de ces deux recensionsest confirmee par I'ensemble des


manuscritsqui m'ont été accessibles.Il me reste seulementà préciserque le
manuscrit A de Derenbourg, auquel ramènent, en dernièreanalyse,toutes les
éditions utilisées,est un descendantindirecl(2e)6. la copie d'Abt 'Alf l-Fàrisf.
Il est donc un temoin de la recension<orientale> du Kitctb, et c'est la raison
pour laquelleon a pu constaterune convergencefréquenteentre les legonsde
,," et les éditions modernes.

CONCLUSION

La copie d'Ibn Kharuf est actuellementle temoin le plus ancien, le plus


complet et sans doute le plus fidèle de ce que furent deux copies extraordi-
nairesaujourd'hui disparues,cellesde I'Andalou Abu Nasr Hàrun b. Musá et
celle d'Ablr 'Alí l-Fàrisi : en prenant pour modèle la copie d'Abu Nasr, Ibn
Kharuf avait en effet choisi le repqésentantle plus autorise, le plus ancien et le
plus prestigieux de la recension occidentale. De même, en redecouvrant en
Orient une copie annotée par Abu 'Ali, il avait retrouve le meilleur représen-
tant de la recension orientale. Les deux versions du Kifub qui sont conservées
simultanémenf par I'autographe d'Ibn Kharirf sont cellesque I'on retrouve -
séparément-, dans I'immensemajorité desmanuscritsconservés,c'est-à-dire
dans cinquante-neuf des soixante copies du livre de Srbawayhi que j'ai pu
consulter à ce jour.

L'édition d'Ibn Kharirf est donc bien, semble-t-il,la plus ancienneedition


critique qu'on puisse retrouver des deux recensions issues du Kitàb
d'al-Mubarru4(30).Sa copie, qui combine sans les confondre et d'après les

(2e) L'importante note de copiste signalee note 24 explique qu'al-Zamakhshari avair confec-
t i o n n é s o n e x e m p l a i r ed u K i t à b d ' a p r è su n e c o p i e q u i a v a i t e t e r r a n s c r i t ed ' a p r è s c e l l ed ' A b i r
'e[ l-fàrisi. L'original
d'al-Zamakhshari est perdu, mais la copie conservéeà Qorum, en
Turquie (il Halk Kiittiphanesi, Umumi Usul 25ó2-2565), en est l'apographe. La copie de
Qorum fut recopiee, au XVIIIe siècle,en de nombreux exemplaires,parmi lesquelsfigure la
copie A de Derenbourg. Sur le manuscrit de Qorum, cf. mon article intitule Un manuscrit
du Kitàb de Sibowayhi et sesdescendanÍs, dans Anatolia Moderna-Yeni Anadoll 1, Biblio-
t h è q u e d e L ' I . F . E . A . d ' l s t a n b u l X X X I I I / A d r i e n M a i s o n n e u v e ,P a r i s 1 9 9 1 .
(]0) On notera toutefois que les legons relevées par Ibn Kharuf ne remontent pas au-delà
d'al-Mubarrad, alors que nous savons par d'autres témoins quele Kitab fut transmis, dès le
3ellXe siècle, par d'autres voies que celle qui conduit d'al Akhfásh à al-Mubarrad en pas-
sant par al-Mlzini et al-Jarmi. Le plus éloquent de ces témoins est le manuscrit de Milan

-19-
témoinslesplusautoriséslesrecensionsorientaleet occidentale, représente
la
meilleuredeséditionsclassiques
du Kititb et peut rivaliser,par sa coherence,
saprecision,I'excellence
de sessources,aveclesmeilleures editionsmodernes.

Planche2

Sibawayhi
(m. vers,180n96)
I
I
Ab[ l-Sassanal-Akhfash

Abii Umar al-Jarmi AbUUtmán al-Màzini


(m. en 2191835) (m. en 2481862)

(m.en285/898)

*nur-r*r',í
(m.3l6D

/
/-
Abii'Ali l-Farisi al-Nahhài
(m.377/987)

al-Rabáhï
(m.358/968)
.7',"',
s h ;- |
\ Ab[ Na;r HAruï b. M[sà
\ Ít.401/1010)
\.
\0"*"1
(m.6091r2r2)

(vorr note 6), qui contient une version


très originare cruKitàb er qui esraujourd,hui
m a n u s c r l t c o n n u à a v o i r é c h a p p éà l ' i n f l u e n c e , le seul
a p p a r e n e n t t r e s e n ' . a h i s s a n t ec, l e l , e x e m _
plaire d'al-Mubarrad : il faut donc garder
à l ' e r p i i i 1 . , l i m i r e sd u t r a v a i l d , I b n K h a r u f .

-20-

Vous aimerez peut-être aussi