Vous êtes sur la page 1sur 47

Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Glossaire

BT Basse tension

HT Haute tension

CC Courant Continu

ERP Etablissement Recevant du Public

IP Indice de Protection

IK Indice de choc

LT Local Technique

PCC Poste de Commandes Centralisées

PEF Poste Eclairage Force

TGBT Tableau Général Basse Tension

AU Arrêt d’urgence

CCTP Cahier des charge techniques particulières

ENEDIS Fournisseur d’énergie local

CA/AC Courant Alternatif / Alternative Current

CC/DC Courant Continu / Direct Current

DUR Disjoncteur Ultra Rapide

DV Disjoncteur de Voie

RED Redresseur

SIA Sectionneur d’Isolement Automatique

SSR Sous-Station de Rectification

TRT Transformateur de traction

VLD Voltage Limiting Device

API Application Programming Interface

1
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Présentation de la société

APAVE SUDEUROPE SAS, est un bureau de contrôle du groupe internationale


Apave.

Histoire

L’Apave ou l’Association alsacienne des propriétaires d'appareils à vapeur a été


fondée en 1867 suite à la première révolution industrielle dans le but d'améliorer la
sécurité des salarier et limiter les risques des appareils à vapeurs et la mécanisation
des industries.

Ensuite l’Apave a développé ses domaines d'activité grâce aux révolutions tech-
nologues : électricité, transport, télécoms, électronique, nucléaire, aérospatial et au-
jourd'hui la révolution numérique.

2
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Services et domaines d’activités

Apave est classé comme l’un des bureaux de contrôle leader dans plusieurs do-
maines en France et à l’échelle internationale (Europe, Afrique, Moyen-Orient et
même en Asie) étant essentiellement spécialiste dans la maîtrise des risques tech-
niques, humains et environnementaux dans les différents secteurs d’activité ; Bâti-
ment, énergie, industrie, nucléaire..., Apave, propose les prestations techniques sui-
vantes :

• Inspection et contrôle des équipements et installations.

• Sécurité incendie.

• Contrôle technique des bâtiments et sécurité sur les chantiers.

• Essais produits et matériaux.

• Analyses environnementales.

3
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Chapitre I

Généralités

4
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Chapitre I : Généralités

1. Introduction de projet

Le présent projet prévoit au contrôle de l'extension de lignes du TRAMWAY de


Nice

Cette extension desservira 20 stations dont 4 souterraines avec un tracé total de


11.3km dont 3.2 en tunnel.

1.1. Caractéristiques de tramway

La vitesse nominale de tramway hors tunnel est de 25km/h.

Par contre la vitesse de pointe dans le tunnel est de 70km/h.

Le tramway de Nice est un condensé d'innovations ce qui le rendre unique au


monde grâce à ses deux modes de fonctionnement :

1er mode : Fonctionnement normale

C’est le principe classique du fonctionnement du tramways c’est-à-dire le les


rames sont alimentées à travers une installation CC aérienne.

Ce mode est présent essentiellement dans le tunnel et dans certaines zones hors
tunnel.
5
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

2èm Mode : Fonctionnement en autonomie.

Ce mode a été principalement suggérer afin de préserver le patrimoine architectu-


ral de la ville.

Dans ce mode les rames sont alimentées par des batteries dotées d’une très
grande capacité de stockage de l’énergie (13,5 kW/h) afin de garantir une autonomie
largement suffisante entre deux stations.

À chaque station les batteries se recharge automatiquement pendant l’arrêt grâce


à des patins qui s’abaisse sur le plot de recharge.

Ces batteries se recharge à 100% dans 20 secondes uniquement !

1.2. Stations souterraines

Toutes les stations souterraines ont le même principe architectural avec 3 ni-
veaux :

- 1er Niveau : salle des billets.

- 2e Niveau : Mezzanine.

- 3e niveau : Quais pour accéder au tramway.

6
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Toutes les stations souterraines sont bien évidement interconnecté par un tunnel.

Dans ce projet, nous allons limiter notre travail sur une seul station seulement
(Jean Médecin).

La Station Jean Médecin présentera le principal point d’échange de lignes T1-T2,


c’est à dire elle assure l’interconnexion du cette extension avec la ligne T1 déjà exis-
tante.

Elle est située dans un des quartiers les plus dense de Nice, sa fréquentation en
2020 est estimée à 2900 montées/descente en heure de pointe du soir, elle sera, de
loin, la station la plus fréquentée de la ligne.

Comme toutes les stations, la station Jean Médecin est classée ERP (établisse-
ment recevant de publique) de type GA (gare souterraine) de 3éme catégorie (éta-
blissement recevant de 301 à 700 personnes) selon l’article R.123-19 du code de
construction et de l’habitation.

Le principe et l’architecteur de la distribution sera décrit d’une manière détaillée


dans les paragraphes suivantes.

1.3. Tunnel

7
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Comme on a précisé le la section souterraine du Tramway longue 3.2 km mais la


particularité de ce tunnel c’est que 2.6 km de ces 3.2 km sont foncés au tunnelier.

Comme on a indiqué dans la paragraphe précédente le Tramway roule avec une


vitesse importante dans le tunnel ce qui peut engendrer des dangers de déraillage
au niveau des virages.

Pour éviter ces types de dangers il faut éliminer la force centrifuge à l’aide d’une
technique appelé technique de pendulaire.

Cette technique consiste à introduire une inclinaison bien dimensionner, selon la


vitesse et le poids des rames, sur le plan de tunnel comme présenté dans le schéma
suivant.

Cette technique non seulement aide à maintenir une vitesse importante mais
elle conserve le confort des passagers.

8
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

1.4. Distribution de l’énergie

L’acquisition de l’énergie HT dans ce projet est réalisée directement depuis le ré-


seau 20kV du fournisseur de l’énergie (ENEDIS) à travers les cellules HTA, cette
énergie est convertie est distribué ensuite en stations et en tunnel comme suit :

• Tension distribution BT 410V/230V (50hz).

• Tension courant continu de traction : 750 V.

• Régime de neutre :

- Isolé (IT) pour les équipement fixes de station et de tunnel.

- À la terre (TT ou TN) pour les équipements sous prestations de service.

Afin de réaliser cette distribution il nous faut les principaux locaux suivants :

Deux Postes Equipements Forces (PEF)

Un pour le fonctionnement normal et l’autre pour le secours et dans chacun on


trouve :

• Deux cellules HT avec interrupteur débrochable motorisé pour la continuité de


l’artère HT.

• Une cellule avec intercepteur fusible pour protéger le transformateur.

• Un transformateur HT/BT (20kV/400V) 1250kVA de type sec.

9
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

• Un Tableau Général Basse Tension.

Ces équipements sont complétés par tous les dispositifs de commande, contrôle,
protection et sécurité propre à ces types de locaux.

Une Sous Station de Redressement (SSR) en tunnel

La station Jean Médecin et équipé d’une SSR 750V CC constitué par :

• Une cellule à disjoncteur motorisé débrochable générale pour protéger le


groupe de traction.

• Un TRT sec 1000kVA, 20kVA/585V.

• Un redresseur 585V AC / 750V DC.

• Un sectionneur d’isolement automatique (SIA) motorisé avec sectionnement


du positif et du négatif.

• Deux disjoncteur ultra rapides (DUR).

Cet station SSR est complétées par un local appelée « Poste de sectionnement »
dans lequel sont regroupés les actionneurs suivants :

• Les interrupteurs et les sectionneurs du voie positif et du négatif.

• L’interrupteur de couplage.

10
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Ces équipements sont complétés par tous les dispositifs de commande, contrôle,
protection et sécurité propre à ces types de locaux.

Un local d’alimentation d’éclairage de sécurité (AECS)

C’est un local qui sert principalement a alimenté l’éclairage de sécurité il est pré-
sent dans toutes les stations, il est équipé par :

• Un onduleur avec battre d’une autonomie de 1 heure. (Cet onduleur et ali-


menté depuis les TGBT PEF1 et PEF2 selon le mode de fonctionnement nor-
male ou secours).

Remarque : les batteries sont installées dans locale appart.

• Une armoire d’éclairage de sécurité, l’alimentation de cette armoire est issue


de l’onduleur, en plus cette armoire est couplée à l’armoire des station avoisi-
nantes.

2. Problématique

Ce projet porte principalement 3 parties :

• Partie 1 : Distribution HTA.

• Partie 2 : Distribution BT.

• Partie 3 : Distribution CC.

3. Objectif

Notre but est d’analyser et de contrôler ces différentes parties afin d’élaborer un
rapport de vérification règlementaire après travaux (RVRAT).

Ce document est indispensable pour les ERP et il sera vérifié après par la com-
mission de sécurité.

11
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Chapitre II

Distribution Haute-Tension

12
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Chapitre II : Distribution Haute-Tension

1. Introduction

Ce chapitre concerne l’étude de la distribution HTA du TRAMWAY de Nice dont


son objectif est de contrôler le dimensionnement et le calibrage des équipements HT
afin de s’assurer que les exigences techniques de la sécurité présenter par les
normes sont respectées.

Dans ce chapitre on va tout d’abord expliquer le principe de la distribution HTA et


puis refaire les calculs pour vérifier

2. Normalisation

NF C 13-100 pour les postes de livraison alimentés par un réseau public de distri-
bution HTA (<33KV)

NF C 13-200 pour les installations électriques à Haute Tension.

NF C 60-909 Guide de calcul.

3. Généralités de la distribution

L’installation est alimentée par une distribution en « double dérivation » afin d’as-
surer la continuité de service demandée suivant l’article 6 du l’arrêté de 22 novembre
2005.

C’est quoi une distribution double dérivation ?

Comme présenter par la figure ci-dessous on parle d’une distribution double déri-
vation lorsque les postes de livraison sont alimentés par deux lignes 20kVA parallèle
une pour le fonctionnement normal et l’autre pour le fonctionnement secours.

La permutation entre ces deux modes de fonctionnement se fait automatique par


un permutateur automatique source autonome PASA.

Un blocage mécanique est indispensable ici afin d’empêcher une double alimen-
tation par les deux lignes.

13
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

4. Présentation de la distribution

4.1. Cellules d’arrivés

Dans notre cas on remarque bien que les cellules d’arrivée IA et ID sont équipées
d’un permutateur automatique source autonome PASA (présence d’un interverrouil-
lage entre les deux cellules)

CELLULE D'ALIMENTATION

Avec

IA et ID : Cellule d’arrivée.

CP : Cellule comptage.

14
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

DJPL1 : Disjoncteur générale du poste de livraison 1.

ART 1.1 : Artère 1 issu de PL2.1.

ART 1.2 : Artère 2 issu de PL2.1.

4.2. Puissance Installée

D’après les plans disponibles, la puissance installée est la suivante

Poste électrique SN TR (kVA) In HT (A)


Puits GROSSO PEF1 630 18,19
ARTERE 1

STATION ALSACE LORRAINE PEF1 1250 36,09


STATION JEAN MEDECIN PEF1 1250 36,09
STATION DURANDY PEF1 1250 36,09
STATION PEF1 1250 36,09
Puits GROSSO PEF2 630 18,19
ARTERE 2

STATION ALSACE LORRAINE PEF2 1250 36,09


STATION JEAN MEDECIN PEF2 1250 36,09
STATION DURANDY PEF2 1250 36,09
STATION PEF2 1250 36,09
SSR.2.07 – GROSSO 1000 28,87
COM-
SSR.2.08 - JEAN MEDECIN 1000 28,87
MUN
SSR.2.09 – GARIBALDI 1000 28,87
TOTALE ARTERE 1 + COMMUN 8630 249,16
TOTALE ARTERE 2 + COMMUN 8630 249,16
TOTALE 14260 411,71

4.3. Câbles HTA

L’objectif de cette partie est de vérifier le dimensionnement des canalisations HTA


réalisé par le bureau d’étude.

Section relative à l’intensité admissible

- Courant à véhiculer en régime normal pour une artère + commun.

On a:

S(kVA) 8630
Ib(A)= = =246.1266 A
U(kV)×√3 20×√3

- Les facteurs de correction à appliquer suivant le § 523.3.4 de la norme 13-200


sont les suivants :
15
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

• Température du sol (30°C) K12=0.93

• Mode de pose (enterré et seul) K3 = 1

• Nature de sol (normale) K13 = 1.06

• Facteur global Fg= K12 x K3 x K13 = 0.9858

- Le courant admissible

Ib 246.1266
Iz= = =249.2719 A
Fg 0.9765

- Détermination de la section

Selon le tableau suivant on obtient une section de 95mm² Alu minimum

DETERMINATION DE LA SECTION MINIMALE

Courant de court-circuit

16
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

D’après le fournisseur d’électricité ENEDIS on a Scc = 433 MVA

Scc 433 × 106


IK3 = = = 12500 A
U × √3 20 × 103 × √3

Section relative au disjoncteur de protection

Le tableau suivant nous donne une densité de courant égale à 171 A/mm²
(pour une isolation de type PR, une interaction de 0.3s, θi=90°C et θf = 250°C).

NOTA :

Selon la NFC 13-100 l’élimination du courant de court-circuit doit être effectuer en


0.2s au plus.

Par contre la norme autorise un temps supérieur s’il existe un accord avec le ges-
tionnaire du réseau.

ENEDIS a accordé une temporisation de 0.3s car leur protection est réglée a 0.6s
(il ne peut pas avoir moins de 0.3s entre les deux dispositifs de protection afin d’as-
surer une sélectivité)

Température de Conducteur en ALUMINIUM


conducteur en °C Temporisation (en seconde)
θi Θf 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5
30 250 364 258 210 182 163
40 250 353 250 204 177 158
PR/PRC
50 250 342 242 197 171 153
60 250 330 234 191 165 148
70 250 319 226 184 160 143
80 250 308 218 178 154 138
90 250 397 210 171 148 133

Ik3 12500
S(mm2) = = =73 mm2
δ 171

Section finale

La section finale sera égale à 95mm² car la section relative à l’intensité admis-
sible est la plus sévère.

17
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

CARACTERISTIQUE DE CONDUCTEURS 95MM²

La section des conducteurs proposés par bureau d’étude est de 240 mm²

Cette section est très supérieure à 95mm² puisqu’ils ont tenu compte du cas le
plus défavorable c’est-à-dire toute l’installation (les postes de distribution) pourrait
être alimentée par une seule artère.

4.4. Réglage des protections HTA pour l’artère 1.1

Le relai numérique de protection (selon fabriquant REF615, SEPAM, MICOL …)


offre de nombreuses fonctions de protections. Dans le cadre de ce projet, nous utili-
sons les fonctions suivantes :

18
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

- ANSI [50] pour la protection triphasée contre les courts-circuits entre phases.

- ANSI [51] pour la protection triphasée contre les surcharges.

Le réglage de protection électrique a été défini selon les principes de sélectivité


de la norme NFC 13-100.

Dans le but de protéger la canalisation HTA nous avons besoin de déterminé le


courant de court-circuit minimal d’une part et le courant homopolaire d’autre part.

4.4.1. Protection contre les surintensités entre phases (court-circuit)

La protection contre ce type de défaut est assurée à temps inverse c’est-à-dire la


temporisation diminue quand le courant augmente, donc elle est excitée si l’un des
courants de phase atteint le seuil de fonctionnement une fois le temps déjà paramé-
tré est écoulée.

Calcul de l’impédance de circuit

D’après la norme NF EN 60-909 on a

C×Un
ZQt =
√3×Ik

Avec :

Sk3min 146×106
Ik= = =4214.65 A
√3×Un √3×20000

Sk3min=146MVA selon le fournisseur d’électricité (ENEDIS)

C=1 selon la norme NF EN 60-909 pour le cas de MT et pour le calcul des


courants de court-circuit minimaux.

AN

1×20000
ZQt = =2.74 Ω
√3×4214.65

D’où

Xq = 0.995 x Zqt = 2.726 Ω

19
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Rq = 0.1 x Xq = 0.271 Ω

Calcul de l’impédance de Cable

De même on a

Rc = rc(Ω/km) x L(km) = 0.12 * 3.5 = 0.42 Ω

Xq = lc(mH/km) x ω x L(km) = 0.00039 x 3.5 x 2 π x 50 = 0.4288 Ω

Avec La langueur de la canalisation

Sachant que la résistance rc et la réactance lc de conducteurs sont des caracté-


ristiques définies par le constructeur du câble

Courant de court-circuit entre phase minimale

On a d’après la norme NF EN 60-909

Un √3 20000 √3
Ik3min = = =3926A
√(Rc+Rq)2 +(Xc+Xq)² √(0.42+0.271)2 +(2.726+0.4288)²

Réglage finale de relais pour la protection contre les courts-circuits entre


phase

En conclusion et selon la norme NFC 13-100 le réglage final des disjoncteurs doit
satisfaire les deux conductions suivantes :

- Ib = 411,71 A soit 8*Ib = 3293,68 A

- Ik3min= 3926 A soit 0.8*Ik3min = 3141A

En conséquence, le seuil de la protection ANSI [51] devra être réglé à 3141 A


maximum.

NOTA : Lors des essais de mise en service, le fournisseur d’électricité ENEDIS a pa-
ramétré la protection à 2000A correspondant presque à 5*Ib.

4.4.2. Protection contre les défauts d’isolement

20
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Le réseau est faiblement impédant avec une coupure automatique au premier dé-
faut d’isolement et une limitation du courant de défaut à 1000A (selon la norme NFC
13-100).

La protection contre ce type de défaut est réalisée par trois capteurs de courant
de phase.

Elle est excitée si la valeur efficace du courant homopolaire atteint le seuil de


fonctionnement une fois le temps déjà paramétré est écoulée.

Ce courant est nul en absence de défaut d’isolement.

En fin les réglages doivent respecter les contraintes suivantes :

- Être insensible au courant de capacitif.

- Être insensible au courant de limitation de défaut à la terre (c’est-à-dire <


1000A selon la norme NFC 13-100 pour les réseaux souterrains à neutre
faible impédant).

Calcul du courant capacitif de câble

On a
Fréquence (HZ)

Liaison HT
Tension(V)

Capacité linéique Nbr de conducteurs


Longueur (Km) Section Tension d'isolation Isolant
(µF/Km) par phase
20 50 3,5 240 12/20 (24) PR 0,21 1

20000
Icap = 3 × V0 × C × ω × L = 3 × × 10−6 × 0.21 × 2𝜋 × 50 × 3.5 = 7.99
√3

Réglage finale de relais pour la protection contre les défauts d’isolement

Pour satisfaire la première contrainte on choisit I0= 1.2xIcap= 9.6A (selon la


norme NFC 13-100)

Donc la proposition de réglages est formulée à partir de la documentation tech-


nique du relais SIGMA F+E

21
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

IE> Earth fault trip current - 20,40,60,80,100,120 or 160A


TlE> Response delay - 80 or 160 ms

Réglage proposé :

I>> : 20A

Tl>> : 80 ms (selon ENEDIS pour assurer la sélectivité logique)

4.4.3. Protection contre les surcharges

On remarque bien que déjà la section choisie par le bureau d’étude est largement
surdimensionnée par rapport à celle imposé par les calculs en fonctionnement nor-
male donc aucune protection contre les surcharges n’est requise.

5. Remarque

Pour limiter les problèmes de déclanchement indésirables des protections lors de


la mise sous tension des installations (à cause de la magnétisation des transforma-
teurs) on règle le seuil à 12% de Icap.

6. Récapitulatif

Selon l’étude théorique on a :

- La section de conducteur est de 95mm² minimum en fonctionnement normale.

- Pour assurer une protection contre les courts circuits entre phases le seuil
ANSI [51] devra être réglé sur 3141 A maximum.

- Pour assurer une protection contre les défauts d’isolement le relais devra être
réglé sur 20 A et 80 ms (afin d’assurer la sélectivité logique imposé par la
norme).

- Aucune protection contre les surcharges est imposée.

22
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Chapitre III

Distribution Basse-Tension

23
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Chapitre III : Distribution Basse-tension

1. Bilan de puissance

Normalement un bilan de puissance sert à estimer la charge électrique pour une


installation en termes de puissance active, réactive et apparente en fonction des dif-
férents coefficients.

Mais dans notre cas on va se servir de ce bilan de puissance juste pour vérifier le
dimensionnement des transformateurs.

Puisqu’il existe deux TGBT principaux on a établi deux bilans de puissance (un
pour chaque TGBT) on se basant sur les équipements électriques installé.

1.1 Bilan de puissance TGBT PEF

BILAN DE PUISSANCES LOCEAUX PEF

Cos Pt fois
Désignation Local Pu(W) Pu(VA) Nbr Ptot(VA) Kf
phi (KVA)
Désignation Locaux techniques 76 0,93 82 219 17958 0,7 12,57
Eclairages Mezzanine 76 0,93 82 48 3936 0,7 2,76
Éclairages Quais 76 0,93 82 38 3116 0,7 2,18
Eclairages Downlight Sanitaires 52 0,93 56 9 504 0,7 0,35
Groupement d'entreprises Locaux techniques 1000 1 1000 20 20000 0,5 10
PC Mono Mezzanine 1000 1 1000 1 1000 0,5 0,5
PC Mono Quais 1000 1 1000 16 16000 0,5 8
PC Mono Locaux techniques 200 1 200 24 4800 0,5 2,4
PC Mono Mezzanine 200 1 200 6 1200 0,5 0,6
PC Mono Quais 200 1 200 4 800 0,5 0,4
PC Mono Locaux techniques 200 1 200 7 1400 1 1,4
PC Mono Mezzanine 200 1 200 0 0 1 0
PC Mono Quais 200 1 200 0 0 1 0
PC Tri 32A Locaux techniques 11000 0,93 11828 4 47312 0,3 14,19
PC Tri 32A Mezzanine 11000 0,93 11828 0 0 0,3 0
PC Tri 32A Quais 11000 0,93 11828 0 0 0,3 0
Armoire Désenfumages CVEN 450000 0,8 562500 2 1125000 0,5 562,5
Registres Locaux techniques 500 0,8 625 8 5000 0 0
Registres Mezzanine 500 0,8 625 8 5000 0 0
Registres LVZP 500 0,8 625 2 1250 0 0
Armoire Désenfumages LVZP 10000 0,8 12500 2 25000 0,5 12,5
Désenfumage EAS Quais 3500 0,8 4375 1 4375 1 4,38
Désenfumage EAS Locaux techniques 3500 0,8 4375 1 4375 1 4,38
24
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Extraction LVZP 500 0,8 625 1 625 1 0,63


Soufflage air neuf LVZP 500 0,8 625 1 625 1 0,63
Extraction local urgence LVZP 370 0,8 463 1 463 1 0,46
Extraction BAGX LVZP 250 0,8 313 1 313 1 0,31
Extraction sanitaires LVZP 400 0,8 500 1 500 1 0,5
BECS Locaux techniques 3000 0,8 3750 1 3750 0,6 2,25
Groupe VRV Groupe froid 32000 0,8 40000 1 40000 1 40
Clim secours Locaux techniques 5000 0,8 6250 1 6250 0 0
Unités intérieur Clim Locaux techniques 350 0,8 438 14 6132 1 6,13
Unités intérieur Clim Mezzanine 350 0,8 438 1 438 1 0,44
Onduleur Mezzanine 6000 0,8 7500 1 7500 1 7,5
Trappe d'accès niveau rue Rue 500 0,8 625 1 625 0,2 0,13
Rideau de fermeture Mezzanine 500 0,8 625 1 625 0,2 0,13
Armoire pompe eaux REVA 1500 0,8 1875 2 3750 0,5 1,88
Armoire pompe infiltration EPT 8000 0,8 10000 2 20000 1 20
Prises pour pompe Quais 1500 0,8 1875 4 7500 0 0
Escalier mécanique 18kW Locaux techniques 18000 0,8 22500 2 45000 0,95 42,75
Escalier mécanique 28kW Locaux techniques 28000 0,8 35000 2 70000 0,95 66,5
Escalier mécanique 15kW Quais 15000 0,8 18750 2 37500 0,95 35,63
Ascenseur Locaux techniques 12000 1 12000 3 36000 0,75 27
Armoire pompe infiltration T Tunnel 22000 0,8 27500 2 55000 1 55
Armoire pompe infiltration T Tunnel 7400 0,8 9250 2 18500 1 18,5
Armoire accélérateur T CVEN 22000 0,8 27500 5 137500 1 137,5
Eclairage tunnel PEF1 Portion 3 76 0,93 82 23 1886 0,7 1,32
Eclairage tunnel PEF2 Portion 0-2 76 0,93 82 27 2214 0,7 1,55
TOTAL (kVA) 1106

1.2 Bilan de puissance TGBT AECS

BILAN DE PUISSANCES Eclairage de sécurité STATION JM


Cos Pt fois
Désignation Local Pu(W) Pu(VA) Nbr Ptot(VA) Kf
phi (KVA)
Bloque secours SORTIE Locaux techniques 2 1 2 33 66 1 0,07
Bloque secours SORTIE Mezzanine 2 1 2 3 6 1 0,01
Bloque secours SORTIE Quais 2 1 2 4 8 1 0,01
Bloque secours PMR Locaux techniques 2 1 2 0 0 1 0
Bloque secours PMR Mezzanine 2 1 2 0 0 1 0
Bloque secours PMR Quais 2 1 2 0 0 1 0
Bloque secours Blisage Locaux techniques 2 1 2 16 32 1 0,03
Bloque secours Blisage Mezzanine 2 1 2 8 16 1 0,02
Bloque secours Blisage Quais 2 1 2 2 4 1 0
Bloque secours Ambiance Locaux techniques 10,5 1 10,5 7 73,5 1 0,07
Bloque secours Ambiance Mezzanine 10,5 1 10,5 0 0 1 0
Bloque secours Ambiance Quais 10,5 1 10,5 4 42 1 0,04

25
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Bloque secours Tunnel Portion 3 8 1 8 16 128 1 0,13


Bloque secours Tunnel Portion 0-2 8 1 8 19 152 1 0,15
TOTAL (kVA) 0,53

1.3 Bilan de puissances totale station Jean Médecin

BILAN DE PUISSANCES STATION JM


Pt fois
Désignation
(KVA)
TOTAL LOCAUX PEF 1106
TOTAL ECLAIRAGE SECURITE (kVA) 0,53
TOTAL (kVA) 1106,53

1.4 Synthèse

Normalement et selon la norme NFC 15-100 le choix de transformateur doit tenir


compte d’un coefficient d’extension ou de réserve de 20%, de là on peut distinguer
que les transformateurs choisis sont légèrement sous-dimensionné car :

Stot*1.2 = 1106*102 = 1327 < 1250kVA

Mais il faut noter que on est dans un cas particulier là où on a mis tous les coeffi-
cients d’utilisation et de simultanéité des équipements à 1 (absurde). En plus dans
ces types d’installations il n’est pas très courant de faire des extensions.

Touts ces hypothèses mène à valider ces transformateurs.

2. Éclairage tunnel et stations

Dans des projets pareils un soin particulier est réservé au traitement de la lu-
mière, sur tout niveau éclairage de sécurité.

2.1. Éclairage de sécurité dans le Tunnel

L’installation d’éclairage du tunnel comportera deux distinctes répandant chacune


à un objectif propre :

• L’éclairage de cheminement.

• L’éclairage de signalisation et de balisage.

26
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Règlementation :

L’éclairage de sécurité devra répondre aux normes et arrêtés suivants :

- Arrêté du 22 novembre 2005 relatif à la sécurité dans les tunnels des sys-
tèmes de transport public guidés.

- NF C 20-010 Degrés de protection procurés par les enveloppes.

- NF C 15-100 Règles relatif aux installation électrique basse tension

- NF EN 60 598-2-22 Luminaire pour éclairage de sécurité.

- NF EN 50171 Système d’alimentation à source centrale constitué d’une batte-


rie d’accumulateur.

27
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

2.1.1 Eclairage de cheminement

L’éclairage de cheminement du tunnel a pour but de permettre, le long des voies


en cas de nécessité, l’évacuation des usagers en cas d’arrêt prolongé.

Ce type d’éclairage permet essentiellement d’assurer un niveau d’éclairement


moyen suffisant en cas d’évacuation ou intervention, il et basé sur un flux lumineux
minimal global calculé sur la base de 10 lumens minimum par mètres de surface au
sol du tunnel (10 lux).

Implantation

Pour assurer le résultat demandé, les appareils d’éclairage de cheminement doi-


vent être disposés tous les 15 mètres sur chaque voie comme indique la figure sui-
vante :

28
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Alimentation

Chaque fille d’éclairage de cheminement est alimentée depuis le tableau général


de distribution basse tension (TGBT PEF). La station amont alimente les appareils
d’une voie et la station aval alimente les appareils de l’autre voie.

Donc d’autre façon chaque TGBT PEF donc doit comprendre :

• Un circuit d’éclairage en tunnel sur Voie 1 amont.

• Un circuit d’éclairage en tunnel sur Voie 2 aval.

Câblage

Selon l’arrêté tunnel du 22 novembre 2005 il nous faut :

- Des conducteurs de type CR1 résistant au feu et sans halogènes ni produits


soufrés.

- Des appareils d’éclairage étanche conforme à la norme NF EN 60-598.

- Des boites de dérivation étanche conforme à la norme NF EN 60-598 et équi-


pée d’une protection contre les courts-circuits afin d’assurer la continuité de
fonctionnement en cas de feu au droit de l’appareil.

Finalement il évidant que la chute de tension dans les conducteurs ne doit pas
excéder 6%.

Commande

Ce type d’éclairage sera non permanant.

Une commande globale est possible depuis le PCC.

Des commandes auxiliaires seront implantées sur les deux voies tous les
200metres de sorte qu’il existe une commande tous les 100 mètres, sachant que la
plateforme du tunnel est aisément circulable (transversalement voie 1 – voies 2) d’un
chemin piétonnier a l’autre.

Ces commandes servent uniquement pour l’allumage de l’éclairage du tronçon du


tunnel considéré.

29
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

2.1.1 Eclairage de balisage

L’éclairage de balisage complète l’éclairage de cheminement, il a pour but de si-


gnaler tous les points singuliers du tunnel, ainsi que les équipements de secours.

Implantation

Les appareils d’éclairage de balisage seront fixés par clips sous le chemin de
câbles BT, au-dessus de niveau du cheminement comme présenté dans la figure sui-
vante.

Ces appareils sont répartis tous les 50m sur chaque voie en générale mais ils
sont plus danse (pour assurer un éclairage renforcé) dans certains emplacements
particuliers comme :

• Les pointes d’appareil de voie.

• Les zones surveillées par des caméras.

• Les coffrets de prises de courant.

• La Signalisation en tunnel.

Alimentation

chaque station est équipé d’une alimentation centrale de production d’énergie de


secours (onduleur + batteries) ayant une autonomie d’une heure pour l’éclairage de
balisage.

30
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Chaque unité d’alimentation (tableau AECS) est alimentée depuis deux tableaux
BT (PEF) eux même ils sont raccordés à deux sources HT comme présenter dans le
synoptique suivant.

De même comme présenter dans la figure x les appareils d’une voie sont ali-
menté depuis le coffret d’éclairage de sécurité de la station en amont et les appareils
de l’autre voie depuis le coffret d’éclairage de sécurité de la station en aval.

Câblage

Tout comme l’éclairage de cheminement, l’arrêté tunnel du 22 novembre 2005


exige :

- Des liaisons en câbles de la distribution dans le tunnel de type CR1 résistant


au feu et sans halogènes ni produits soufrés.

- Des appareils d’éclairage étanche conforme à la norme NF EN 60-598.

- Des boites de dérivation étanche conforme à la norme NF EN 60-598 et équi-


pée d’une protection contre les courts-circuits afin d’assurer la continuité de
fonctionnement en cas de feu au droit de l’appareil.

Finalement il évidant que la chute de tension dans les conducteurs ne doit pas
excéder 6%.

Commande

L’éclairage de balisage sera allumé en permanence.

31
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

2.2. Éclairage de sécurité dans la station

Les stations souterraines sont considérées comme un établissement recevant du


public (ERP) pour cela l’installation devra comprendre :

• Un éclairage d’évacuation pour les chemins d’évacuation.

• Un éclairage d’ambiance ou d’anti panique pour les grands locaux.

• Un éclairage autonome portatif dans les locaux de service électrique.

Règlementation :

L’éclairage de sécurité devra répondre aux normes et arrêtés suivants :

- Arrêté du 11 décembre 2009 relatif à la sécurité contre les risques incendie et


panique dans les ERP – Parties EC1 à EC15.

- NF C 17-800 Aptitude à la fonction des BAECS d’évacuation dans les ERP.

- NF C 17-801 Aptitude à la fonction des BAECS d’ambiance dans les ERP.

- NF En 50171 Système d’alimentation à source centrale.

- NF EN 605998-2-22 Luminaire pour éclairage de sécurité.

Alimentation des circuits d’éclairage de sécurité des stations

L’éclairage de sécurité sera de type permanent et d’une autonomie minimale de


durée 1 heure.

Un dispositif de télécommande unique et compatible avec tous les blocs auto-


nomes sera installé dans le TGBT PEF.

Les liaisons d’éclairage de sécurité raccordées sur le TGBT AECS, sous un ré-
gime IT, doivent être réalisé en câbles résistant au feu Type CR1-C1.

Eclairage d’évacuation

L’éclairage d’évacuation sera installé :

• Tous les 15m dans les couloirs, halls et escaliers

• Aux sorties et issues de secours,

32
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

• A chaque changement de direction et niveau.

L’éclairage de sécurité des locaux techniques sera assuré par des blocs auto-
nomes télécommandés.

L’éclairage de sécurité des salles de billets, mezzanine et quais sera assuré par
des bloc alimentés depuis une source centrale sans interruption.

Eclairage d’ambiance

L’éclairage d’ambiance ou anti panique sera installé dans les grands locaux ou
halls dans lesquels l’effectif peut atteindre 100 personnes ou en rez-de-chaussée ou
50 personnes en sous-sol.

L’éclairage d’ambiance devra assurer un flux lumineux minimal de 5 lumens/m


de surface du local et être constitué d’au moins 2 blocs repartis uniformément sur
toute la surface du local pour permettre une bonne visibilité au sol (la distance maxi-
male entre 2 blocs ne devant pas dépasser 4 fois leur hauteur au-dessus du sol).

Pour les locaux techniques des blocs autonome portatif de 400 lm et d’une auto-
nomie 1 heure seront installés.

3. Prises de courant pompier

Ces prises sont installées de part et d’autre du tunnel, ils comportent un en-
semble de prises de courant triphasé + T +N, d’une puissance de 12kVA, destiné
aux équipements des services de secours (pompiers).

Les caractéristiques sont imposées par les Service Départemental d'incendie et


de Secours du Nice (SDIS 06) afin de s’assurer la compatibilité des prises avec les
matériels équipant les équipes d’intervention.

Règlementation :

Ces prises sont imposées par :

- Arrêté du 22 novembre 2005 relatif à la sécurité dans les tunnels des sys-
tèmes de transport public guidés

Implémentation

33
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Ces prises sont reparties tous les 200 m sur chaque voie et disposées en quin-
conce, de manière à ce qu’une prise soit disponible tous les 100 mètres.

Alimentation

L’alimentation des prises est en principe exactement le même que l’alimentation


des éclairages de balisage et cheminement, c’est-à-dire les prises implantées sur la
voie 1 sont alimenté par le TGBT PEF1 et réciproquement, ce mode d’alimentation
est bien décrit et imposé par l’arrêté tunnel.

Câblage

Comme les autres installations dans le tunnel, l’arrêté tunnel du 22 novembre


2005 exige :

- Des liaisons en câbles de la distribution dans le tunnel de type CR1 résistant


au feu et sans halogènes ni produits soufrés.

- Des appareils d’éclairage étanche classé ERP 850°.

- Des boites de dérivation étanche classé ERP 960° et équipée d’une protection
contre les courts-circuits afin d’assurer la continuité de fonctionnement en cas
de feu au droit de l’appareil.

4. Ventilation de désenfumage

En présence d’un incendie en parties souterraines, et en accord avec l’article


GA28 de l’arrêté du 22 novembre un système de désenfumage et obligatoire afin de
limiter le prolongement de fumé au-delà des points d’extinction.

34
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Principe

Pratiquement l’arrêté tunnel a bien décrit le principe de ce système.

En présence d’une incendie le débit la vitesse des ventilateurs doit être supérieur
à 1.5 m/s dans la zone de l’extraction en tenant compte de la température de gaz.

Pour éviter que les fumés ne se propagent au-delà du point de l’extraction, et res-
pecter ainsi la règlementation plusieurs actions réalisées simultanément au niveau
du système de désenfumage :

- Contrôle actif du courant d’air pour le gardé entre 1.5 et 2 m/s en amont de l’in-
cendie. Il ne faut pas créer un courant d’air trop important en amont de l’incendie
pour ne pas amplifier les fumées.

- Créer un courant d’air frais dans la section opposé des fumés en direction d’ex-
traction.

35
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Chapitre IV

Distribution Courant-Continu

36
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Chapitre IV : Distribution Courant-Continu

1. Introduction

Dans ce chapitre on va parler de la distribution CC qui alimente essentiellement


le matériel roulant pendant son fonctionnement en mode normale (c’est-à-dire soit
dans le tunnel soit hors tunnel mais alimenté par les conducteur aérienne).

La distribution CC peut être en « T » ou en « TT » ou autre, suivant le schéma


unifilaire de traction.

Distribution en T

- Une installation est configurée en T si elle est alimentée par un seul disjonc-
teur ultra rapide de (DUR) Voie.

Distribution en TT

- Cette configuration permet de connecter deux installations (stations) adja-


centes lorsque l’une des deux est hors-services.

- Une distribution en TT est constitué par deux ‘sous-distribution’ en T en paral-


lèles avec couplage entre eux, cette distribution est composée comme suit :

37
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

- Sachant que certaines distributions peuvent aussi présenter 3 ou 4 Disjonc-


teurs d’alimentation

Un poste CC sert à transformer l’énergie alternative en énergie continue.

Un poste CC est composé par les quatre éléments suivants :

• Protection HTA.

• Transformateur de traction.

• Redresseurs (RD) et SIA.

• Protection CC.

2. Protection HTA de cellule (DHTA A/R)

Le disjoncteur DHTA a pour but d’alimenter et de protéger le groupe transfo-re-


dresseur.

Ce Disjoncteur est commandé par une API dont le programme est illustré par le
logigramme suivant :

Comme on a déjà vu dans la partie HTA et selon la norme NF EN 13-100 la pro-


tection doit être réglé pour protéger contre les courts-circuits et contre les défauts
d’isolement et pour cela on doit faire les calculs du courant de courts-circuits mini-
males d’une part et du courant homopolaire d’autre part.

Calcul de l’impédance de circuit

38
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

D’après la norme NF EN 60-909 on a

C×Un
ZQt =
√3×Ik

Avec :

Sk3min 146×106
Ik= = =4214.65 A
√3×Un √3×20000

Sk3min=146MVA selon le fournisseur d’électricité (ENEDIS)

C=1 selon la norme NF EN 60-909 pour le cas de MT et pour le calcul des cou-
rants de court-circuit minimaux.

AN

1×20000
ZQt = =2.74 Ω
√3×4214.65

D’où

Xq = 0.995 x Zqt = 2.726 Ω

Rq = 0.1 x Xq = 0.271 Ω

Calcul de l’impédance de Cable

De même on a

Rc = rc(Ω/km) x L(km) = 0.12 * 2 = 0.24 Ω

Xq = lc(mH/km) x ω x L(km) = 0.00039 x 2 x 2 π x 50 = 0.2450 Ω

Avec L la langueur de la canalisation

Sachant que la résistance rc et la réactance lc de conducteurs sont des caracté-


ristiques définies par le constructeur du câble

Courant de court-circuit entre phase minimale


39
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

On a d’après la norme NF EN 60-909

Un √3 20000 √3
Ik3min = = =3926A
√(Rc+Rq)2 +(Xc+Xq)² √(0.24+0.271)2 +(2.726+0.245)²

Réglage finale de relais pour la protection contre les courts-circuits entre


phase

En conclusion et selon la norme NFC 13-100 le réglage final des disjoncteurs doit
satisfaire les deux conductions suivantes :

- Ib = 411,71 A soit 8*Ib = 231 A

- Ik3min= 3926 A soit 0.8*Ik3min = 3141A

Et delà le seuil de la protection ANSI [51] devra être réglé à 231 A maximum.

Calcul du courant capacitif de câble

On a :
Fréquence (HZ)

Liaison HT
Tension(V)

Capacité linéique Nbr de conducteurs


Longueur (Km) Section Tension d'isolation Isolant
(µF/Km) par phase

20 50 2 240 12/20 (24) PR 0,21 1

20000
Icap=3×V0 ×C×ω ×L=3× ×10-6 ×0.21×2π×50×2=4.57
√3

Réglage finale de relais pour la protection contre les défauts d’isolement

Pour satisfaire la première contrainte on choisit I0= 1.2xIcap= 5.48A (selon la


norme NFC 13-100) comme réglage.

3. Transformateur de traction

40
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Dans cette partie on va se focaliser sur les particularités du transformateur de


traction.

Ce type de transformateur permet d’assurer le raccordement des ponts redres-


seur au réseau alternatif HTA privé du TRAMWAY.

Puisque les redresseurs sont des générateurs des courants harmoniques et afin
d’éliminé ces parasites on utilise des transformateurs un peu particuliers à deux se-
condaires triphasés, l’un est couplé en triangle et l’autre est couplé en étoile comme
présenté ci-dessous.

Le transformateur est de type sec (classe F1) afin de limiter les risques incendie
selon la norme NFC 13-100 sachant que ce type de transformateur (sec) est doté par
un système de refroidissement a l’air ambiante seulement, d’autre part la classifica-
tion F1 indique le comportement de ce transformateur au feu c’est-à-dire ce transfor-
mateur est avec les caractéristiques suivantes :

- Autoextinguibilité rapide.

- Matériaux à combustion non toxiques et à fumées non opaques.

4. Redressement et sectionnent

Dans cette partie on va expliquer comment produire l’énergie qui alimente le ma-
tériel roulant.

On présente ci-dessous une illustration globale du fonctionnement de la partie CC


du l’alimentation électrique de TRAMWAY

41
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Comme indique le sous-titre ce chapitre se décompose en deux parties

4.1. Redressement

Cette partie assure la transformation de l’énergie alternative BT du transformateur


en énergie continue (750V DC) pour alimenter la traction de TRAMWAY via un mon-
tage de type dodécaphasé, composé de 12 diodes montées en double pont de
Graetz triphasé comme présente le schéma suivant.

La protection du redresseur est réalisée par :

- Un circuit RC + fusible afin de limiter les variations brusques de tension : S’il


y’a eu une fusion du fusible, un ordre de déclenchement est envoyé au dis-
joncteur DHTA/R en amont et la re-fermeture de ce disjoncteur n’est pas auto-
risé. Ce verrouillage est assuré par l’API.

- Une diode pour protéger contre l’augmentations de température : Dans cette


partie la surveillance se fait selon deux seuils :

42
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

• 1er seuil : Alarme et signalisation.

• 2ème seuil : Déclenchement de disjoncteur DHTA amont lorsqu’il y a alors


un défaut de température.

Remarques :

• La re-fermeture des DHTA/R est possible que lorsque la température est redescendue sous la
première seuil d’alarme.

• Le circuit RC limite les variation brusque de tension due à la mise sous tension, les charges
selfiques ou les parasites sur secteurs.

4.2. Sectionnement

Ce paragraphe concerne le fonctionnement des sectionneurs d’isolement auto-


matique (SIA) qui permettent d’accoupler les redresseurs au réseau de la distribution
CC de la traction du Tramway tout en isolant les polarités positives et négatives du
redresseur comme présenté dans la figure x.

D’une manière globale un sectionneur est un appareil mécanique de connexion


capable d’ouvrir ou de fermer un circuit dans le but d’assurer un certain isolement
entre deux parties de l’installation, pour assurer le bon déroulement de ces deux ma-
nœuvres il faut exiger quelques conditions.

Conditions de fonctionnement :

- Le SIA ne peut pas être commandé individuellement depuis de l’armoire de


contrôle.

- En cas d’ouverture du disjoncteur DHTA/R en cas de défaut, un ordre d’ouver-


ture sera envoyé au sectionneurs SIA depuis l’API.

- En cas de perte de l’alimentation de contrôle ou de la motorisation, le SIA peut


être manœuvré en local grâce à une manivelle débrayable avec une clef.

- Tout ordre mémorisé doit être effacé après quelques secondes afin d’évité des
manœuvres intempestives en cas de réapparition de la tension auxiliaire.

- Les manœuvres s’effectuent hors tension c’est-à-dire le disjoncteur DHTA/R


amont doit être ouvert.

Remarques :
43
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

• Ces manœuvres peuvent être réalisées à distance.

• En position fermé les SIA doivent supporter les courants de défaut pendant le temps de réac-
tion des disjoncteurs.

La protection des SIA est réalisée par :

- Des relais statiques d’amorçage pour contrer les courant des fuites dès que
l’un de ces relais détecte un défaut, le groupe envoi un ordre de déclenche-
ment à tous les disjoncteurs DHTA susceptibles d’alimentés le défaut qui en-
gendre ensuite l’ouverture des SIA suite à un ordre de l’API.

- Des relais « rail-terre » pour protéger les SIA et les personnes contre les ten-
sions entre les rails et la terre : Ces relais doivent surveiller la tension rail-terre
et la limiter à une valeur admissible définie dans la norme EN50122-1 de 50V.

Au finale le principe de fonctionnement du ces SIA est détaillé dans le logi-


gramme suivant :

5. Protection CC

44
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

5.1. Disjoncteurs ultra-rapide (DUR)

Comme présenter les disjoncteurs ultra ra-


pides permettent de protéger la section de ligne
arienne de contact contre les défauts el éventuelles
surcharges.

Ces disjoncteurs communiquent entre eux à


travers une ligne pilote.

5.2. Dispositif de limitation de tension (Voltage Limiting Device - VLD)

Lors du fonctionnement de Tramway, une tension dangereuse peut se produire


sur des points accessibles du circuit de retour et de la terre causées par un défaut
d’isolation.

Afin de limiter ces tensions en deçà des valeurs admissibles définies dans la
norme en 50122-1, un dispositif de limitation de tension doit être utilisé comme dispo-
sitif de mise en court-circuit entre le négatif et la terre.

Principe de fonctionnement :

45
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Pour garantir la sécurité des personnes et de l’équipements, les dispositifs de li-


mitation de tension assurent les fonctions de protection combinées suivantes :

- FONCTION DE PROTECTION VLD-O en fonctionnement normal, l’origine de


la surtension est la circulation du Tramway et le fait qu’une liaison équipoten-
tielle permanente ne doit pas être fournie à cause des risques d’endommage-
ment des actifs par un courant vagabond, tel que décrit dans la norme en
50122-2. Les VLD surveillent la tension entre le circuit de retour et la terre et
empêche la tension de dépasser les valeurs admissibles en court-circuitant
temporairement les deux potentiels et en ouvrant automatiquement afin de mi-
nimiser les courants vagabonds.

- FONCTION DE PROTECTION VLD-F en cas de défaut de contact entre une


partie active des équipements de traction et une pièce mise à la terre conduc-
trice. Les VLD protègent contre la tension inadmissible en devenant conduc-
teur et en court-circuitant la ligne, ce qui déclenche directement les disjonc-
teurs

- PROTECTION DE L’INSTALLATION CONTRE LA FOUDRE il protège l’équi-


pement installé enter le négatif et la terre contre la surtension due à la foudre /
aux surtensions.

La protection à court terme vise à protéger les personnes et l’équipement contre


les tensions accessibles dangereuses susceptibles de se produire en condition de
défaut, telle que la chute d’un fil de contact rompu.

La protection à long terme fournie correspond à la protection contre les tensions


de contact inadmissibles susceptibles de se produire en fonctionnement normal à
cause de la circulation du Tramway. Un limiteur de tension doit être capable d’inter-
rompre le courant qui le traverse, afin de minimiser les risques de courant vagabond.

6. Courant vagabonds

Selon la norme 50122-1 l’importance des courants vagabonds dépend avant tout
de la conception du système d’alimentation traction et de l’isolation rail/terre.

46
Projet fin d’études Dhia CHANDOUL

Comme indiqué dans la paragraphe précédente le circuit de retour doit être suffi-
samment isolé (par des des VLDs) de la terre afin de limiter la génération de courant
vagabonds.

Dans notre cas, le système d’alimentation est totalement neuf. Il est donc sup-
posé que sa conception respecte les critères de la norme 50122-2 (I’max <
2.5mA/m).

Avant mise en service il est supposé que la valeur de courants vagabonds de la


voie soit vérifiée ainsi que cette valeur devra aussi être surveillée et maintenue dans
le temps.

47