Vous êtes sur la page 1sur 27

Recueil d’exercices

en traitement du signal

INDP1

Année universitaire 2018-2019


SUP’COM
Traitement du signal
R. Abdelfatteh, S. Ben Jebara, H. Besbes, H. Boujemaa, F. Chaaben, S. Cherif

TD No 1

Exercice 1
On considère les deux signaux x(t) et y(t) définis par :

1 pour − 1 < t < 1
• x(t) =
0 ailleurs

 1 pour 0 < t < 1
• y(t) = −1 pour − 1 < t < 0
0 ailleurs

1. Tracer les allures temporelles des signaux x(t) et y(t).

2. Calculer l’énergie de chaque signal.

3. Calculer la fonction d’autocorrélation de chaque signal.

4. Calculer la fonction d’intercorrélation entre x(t) et y(t).

Exercice 2
On considère les deux signaux x(t) et y(t) définis par :

1 pour 0 < t < 1
• x(t) =
0 ailleurs

t pour 0 < t < 1
• y(t) =
0 ailleurs

1. Tracer les allures temporelles des signaux x(t) et y(t).

2. Calculer la fonction d’autocorrélation de chaque signal.

3. Calculer la fonction d’intercorrélation entre x(t) et y(t).

Exercice 3
A  π
Soient x(t) = A sin (2πf0 t) et y(t) = cos 2πf0 t + deux signaux.
2 4
1. x(t) et y(t) sont-ils à énergie finie ou puissance finie ?

2. Calculer l’intercorrélation entre x(t) et y(t).

3. Calculer la fonction d’autocorrélation de z(t) = x(t) + y(t).

4. Calculer la puissance totale de z(t).

1
Exercice 4
On considère le signal x(t) défini par :
N
X
x(t) = cos (2πkf0 t + φ(k)) ,
k=1
où f0 est la fréquence du fondamental et φ(k) est une phase constante.
1. Déterminer la période de x(t) .

2. Calculer la valeur efficace de x(t): x̄ = Px .
max|(x(t)|
3. Dans le cas où φ(k) = 0, calculer la valeur crête de x(t) : Cr(x) = .
¯x

Exercice 5
On considère la signal discret x(k) défini par :


 x(4k) = 1
x(4k + 1) = 1


 x(4k + 2) = 1 ∀k ∈ Z
x(4k + 3) = −1

1. Calculer l’énergie ou la puissance du signal x(k).


2. Calculer la fonction d’autocorrélation de x(k).

Exercice 6
Soit Sign(t) la fonction définie par :

 |t|
pour t 6= 0
Sign(t) = t
 Sign(0) =0

1. Déterminer la TF de la fonction Sign(t).


2. Soit le signal h(t) défini par sa transformée de Fourier H(f ) = Sign(f ). Déterminer l’expression
de h(t)

Exercice 7
Soit le signal x(t) décrit par la représentation temporelle suivante:
x(t)
6

% e
% e
%% ee -
−b −a a b t

2
1. Quelles sont les propriétés de la TF de x(t) ?

2. Calculer la TF à partir de sa définition.

3. En utilisant différentes propriétés (dérivation, dćalage,..), calculer la TF de x(t).

Exercice 8
Soit le signal représenté sur la figure ci-dessous :
x(t)
6

A
−4T −3T −2T 0 2T 3T - t

−A

1. Déterminer l’expression de son spectre d’amplitude.

2. Tracer le graphe de sa fonction d’auto-corrélation.

3. Déterminer l’expression de sa densité spectrale d’énergie.

Exercice 9
Soit le signal causal x(t) = u(t).e−t .

1. Déterminer la TF de x(t).
R∞ 1
2. Déduire la valeur de Ex = −∞ df .
1 + 4π 2 f 2

Exercice 10 :
1. Calculer l’énergie et la puissance moyenne des signaux suivants :

(a) e−|t| ,
(b) e|t| ,
(c) (−1)k ,
(d) ε[k]2k (ε[k] est l’échelon unité).

2. Calculer la transformée de Fourier (TF), si elle existe, pour chacun de ces signaux.

Exercice 11 :
Construire l’autocorrélation Rx [n] de la séquence x[k] comportant deux points non nuls : x[0] = 1 et
x[1] = −1.

3
Exercice 12 :
Evaluer l’énergie et la puissance du signal signe:

1 si t ≥ 0
sign(t) =
−1 sinon

Exercice 13 :
Evaluer l’énergie et la puissance du signal porte :

1 si - 21 ≤ t ≤ 1

π(t) = 2
0 sinon

Exercice 14 :
En utilisant l’invariance du produit scalaire, calculer
Z
cos(2πf0 t) sin c(BT )dt
Z
e−a|t| sin c(Bt)dt
Z
sin c2 (Bt)dt

Exercice 15 :
T
Soit s(t) un signal à support borné. On suppose que ce signal est nul pour |t| > 2 et soit S(ν) sa TF.
On introduit le signal répétition de s(t) défini par
X
sr (t) = s(t − nT )
n

4.a Montrer que sr (t) est périodique de période T .


4.b Exprimer les coefficient de la série de Fourier de sr (t), Sn , en fonction de S(ν).

Exercice 16 :
Soit x(t) un signal de TF :

k pour |ν| < B
X(ν) =
0 sinon
a Calculer x(t).
b Déterminer k de sorte que l’énergie du signal soit égale à 1. On prend cette valeur dans toute la
suite.
c Soit y(t) = x0 (t). Déterminer Y (ν) et son énergie.
d Caluler la TF de l’intercorrélation Rxy (τ ) et par une TF inverse déterminer cette fonction.

4
Exercice 17
Soit le signal à temps continu défini par :

 1 si, −2T ≤ t ≤ 0
x(t) = −2 si, 0≤t≤T
0 ailleurs.

1. Esquisser le signal dans le domaine temporel.

2. Calculer sa fonction d’auto-corrélation.

3. En déduire son énergie.

4. Déterminer son spectre d’amplitude de deux façons différentes.

Exercice 18
On considère les deux signaux x(t) et y(t) définis par :

 
1 pour 0 < t < 1 1 − |t| pour − 1 < t < 1
x(t) = , y(t) = .
0 ailleurs 0 ailleurs

1. Calculer la fonction d’autocorrélation Γx (τ ) de x(t). Tracer son allure.

2. Calculer la fonction d’autocorrélation Γy (τ ) de y(t). Tracer son allure.

3. Calculer le produit de convolution a(t) = (x ∗ y) (t). Tracer son allure.

Exercice 19
1. Calculer la transformée de Fourier de la fonction rect(t) définie par :

1, pour − 21 ≤ t ≤ 12

rect(t) =
0, ailleurs

2. Calculer la transformée de Fourier inverse de H(f ) = rect(f ).

3. En déduire l’expression de la transformée inverse de G(f ) définie par :


   
f f
G(f ) = exp j2πk rect ,
B B

avec B un réel positif et k un entier.

4. Soit x(t) un signal déterministe, de support spectral ] − B2 , B2 [ ( X(f ) = 0, pour |f | ≥ B


2 ). On
note :
+∞
X
Y (f ) = X(f ) ⊗ δ(f − kB),
k=−∞

où ⊗ représente l’opérateur de convolution et δ représente l’impulsion de Dirac.

(a) Esquisser l’allure de Y (f ).


(b) Montrer que Y (f ) est périodique et déterminer sa période.

5
(c) Déterminer les coefficients “ck ” de la représentation complexe de la décomposition en série
de Fourier de Y (f ) .
(d) Exprimer c−k en fonction du signal x(t).

5. (a) Déterminer X(f ) en fonction de Y (f ).


(b) Déterminer l’expression de x(t) en fonction des coefficients ck .
(c) En déduire l’intérêt de cette décomposition.

6
SUP’COM
Traitement du signal
R. Abdelfatteh, S. Ben Jebara, H. Besbes, H. Boujemaa, F. Chaaben, S. Cherif

TD No 2 : échantillonnage et Quantification

Exercice 1
On considère le signal suivant:
g(t) = Acos(2πf0 t) (1)
Tracer la représentation spectrale du signal discret obtenu par échantionnage de g(t) aux fréquences
suivantes:
fs = f0 , fs = 2f0 , fs = 3f0 (2)

Exercice 2
On considère le signal g(t) à temps continu échantillonné à un rythme de 250 échantillons par seconde:

g(t) = 10cos(20πt)cos(200πt) (3)

1. Déterminer la représentation spectrale du signal discret obtenu.

2. Spécifier la fréquence de coupure du filtre de reconstruction idéal permettant de retrouver g(t).

Exercice 3
On considère les 2 signaux g1 (t) et g2 (t) définis par:

g1 (t) = 10cos(100πt), g2 (t) = 10cos(50πt). (4)


Ils sont échantillonnés aux instants tn = n/fs , avec n = 0, 1, 2, ..., et fs = 75 échantillons par
seconde.

Montrer que les 2 séquences échantillonnées g1 (n) et g2 (n) sont identiques.

Exercice 4
La figure 1 représente le spectre d’un signal à temps continu g(t) avec G(0) = 1. Ce dernier à
0
été échantillonné à fs = 1.5Hz. un signal g (t) a été reconstruit à partir de la version discrète en
appliquant un filtre passe-bas de reconstitution ayant une fréquence de coupoure égale à fc = 1Hz.
Tracer le spectre du signal résultant.

1
G(f )

- f (Hz)
-1 0 1

Exercice 5
Soit le signal x(t) décrit par sa réponse fréquentielle suivante avec X(0) = 1.

1. Ecrire l’expression de x(t).

2. Tracer x(t).

3. Tracer la réponse fréquentielle du signal échantillonné xe (t) pour les 3 valeurs suivantes de la
fréquence d’échantillonnage.

(a) Fe = 150Hz
(b) Fe = 200Hz
(c) Fe = 250Hz

4. Dans quel cas est-il possible de reconstruire simplement le signal à partir de sa version discrète?

X(f )

- f (Hz)
-100 100

Exercice 6
La quantification et le codage binaire d’un signal numérique xe (n) a permis d’obtenir l’information
binaire présentée sur la figure 1. Le codage binaire effectué est sur 3 bits. Le quantificateur utilisé est
uniforme. Le signal traité a été échantillonné à Fe = 3T1 b . Tracer le signal xe (n).

2
0 0 1 0 1 0
+1

−1
- 
Tb

Figure 1: Code binaire d’une séquence.

Figure 2: Signal analogique.

Exercice 7
On considère le signal analogique suivant de durée 20s.

1. Tracer sur la même figure le signal échantillonné à la période de 2s.

2. On quantifie ce signal sur 4 niveaux. Représenter le signal quantifié.

3. Quels sont les bits obtenus?

Exercice 8
On dispose d’un canal de transmission sur lequel on peut transmettre des données à un débit de 36
Kbits/s. Trouver la fréquence d’échantillonnage et le nombre de bits par échantillon si le signal à
transmettre a une fréquence maximale égale à 3.2 KHz.

Problème 1
On considère le signal x(t) de type passe-bande dont la représentation fréquentielle est illustrée sur la
FIG. 3. Le but de cet exercice est de montrer que dans le cas des signaux passe-bande, il est possible
de reconstruire le signal analogique après échantillonnage à une fréquence bien choisie qui peut être
plus faible que celle exigée par la contrainte stricte de Shannon. Pour cela, un filtrage adapté doit être
utilisé.

1. A quelle fréquence peut-on échantillonner ce signal en respectant les contraintes de Shannon?

2. On échantillonne finalement à la fréquence FE = F0 /2 pour créer le signal xE (t).

3
|X(f )|
6

T A
 T  A
 T  A
 T  A
 T  A f
 T  A -
−F0 − B −F0 + B F0 − B F0 + B
−F0 F0

Figure 3: Représentation fréquentielle d’un signal passe-bande.

(a) Exprimer xE (t) en fonction de x(t).


(b) Écrire l’expression de XE (f ) en fonction de X(f ).
(c) Esquisser l’allure de XE (f ).
(d) Quelle condition doit respecter B pour qu’il n’y ait pas de recouvrement spectral?
NB: une attention particulière doit être accordée lors du tracé de X(f − FE ) car le lobe
correspondant à f > 0 de la représentation X(f ) est centré autour de F0 et non autour de
zéro.

3. On pose maintenant F0 = 6B et on garde FE = F0 /2. Représenter XE (f ).

4. On isole le motif passe-bas en utilisant un filtre passe-bas idéal de réponse en fréquence



1 si f ∈ [−FE /2, FE /2]
H(f ) =
0 sinon

(a) Tracer la représentation fréquentielle du signal résultant.


(b) Montrer que l’on peut reconstruire le signal original continu en filtrant xE (t) par le filtre
g(t) = 2h(t) cos (2πF0 t).
(c) Résumer alors le principe et l’idée de la solution de reconstruction proposée.

Problème 2
On dispose d’une suite de valeurs x(kTe ) provenant de l’échantillonnage d’un signal x(t) réel à la
cadence Te . On note X(f ) la transformée de Fourier de x(t). On suppose que ce signal est de bande
limitée B, c’est -à-dire X(f ) = 0, pour |f | > B. De plus, on suppose que fe = T1e > 8B.
X
On note ΨTe (t) = δ(t − kTe ).
k

1. Calculer la transformée de Fourier du signal échantillonné xe (t) = x(t)ΨTe (t). Tracer l’allure du
spectre d’amplitude de xe (t).

2. Dans ce qui suit, on suppose que le système d’échantillonnage utilisé est défaillant : au lieu de
délivrer les échantillons x(kTe ), il délivre les échantillons y(kTe ) définis par :

y(4kTe ) = 0
y ((4k + r)Te ) = x ((4k + r)Te ) pour r = 1, 2, 3

4
X
On note ye (t) = y(kTe )δ(t − kTe ).
k

(a) Exprimer ye (t) en fonction de x(t), ΨTe (t) et Ψ4Te (t).


(b) Calculer la transformée de Fourier de ye (t), et tracer l’allure de son spectre d’amplitude.

3. On réalise à partir de la suite y(kTe ), le signal g(t) défini par :


X
g(t) = y(kTe )h(t − kTe )
k

où h(t) désigne la réponse impulsionnelle d’un filtre linéaire. On note H(f ) la transformée de
Fourier de h(t).

(a) Calculer G(f ) la transformée de Fourier de g(t).


(b) Comment peut-on choisir H(f ) pour que g(t) = x(t).

Problème 3
1. On s’intéresse à la transmission d’un message numérique x [k] à travers un canal de transmission
analogique, assimilé à un système linéaire et invariant dans le temps, de réponse impulsionnelle
f (t). Le schéma de principe du système de transmission est représenté par la figure suivante :

T
x [k] x(t) y(t) y [k]
- g(t) f (t)  -

Canal de transmission

h [k]

où x [k] = ak , k ∈ Z (les valeurs ak sont appelées symboles) ; et

+∞
X +∞
X
x (t) = x [k] g (t − kT ) = ak g (t − kT ) , (5)
k=−∞ k=−∞

g(t) étant une fonction d’interpolation telle que g (0) = 1. On pose hc (t) = f ∗ g (t).
Notons qu’on effectue un échantillonneur idéal de période d’échantillonnage T et que l’ensemble
du système de transmission est caractérisé par sa réponse impulsionnelle h [k].

(a) Exprimer h [k] en fonction de hc (t).


(b) Exprimer y [k] en fonction des symboles ak et de h [k].
(c) Donner la condition que doit vérifier h [k] pour que le terme y [n] ne dépende que du symbole
an , quelle que soit la suite de symboles {ak }. On dit dans ce cas qu’il n’y a pas d’interférence
entre symboles.

5
(d) En déduire la propriété que doit vérifier Hc (f ), transformée de Fourier de hc (t). Illustrer
cette propriété par un dessin.

2. On considère la réponse en fréquence Hc (f ) représentée par le schéma de la figure suivante :

6
X(f )

T
 T
 T
T
 2 T
 T
 T
 T
T f
 -
−1 −1 1 1
2T αT 0 αT 2T

(a) Montrer que Hc (f ) peut être considérée comme le produit de convolution de deux fonctions
rectangulaires Hc1 (f ) et Hc2 (f ) centrées en zéro, de surface 1 et de largeurs respectives 4f1
et 4f2 . Déterminer leurs paramètres caractéristiques en fonction de α.
(b) En déduire l’expression de hc (t) pour α = 2, α = 4 et α = ∞. Représenter graphiquement
hc (t) et Hc (f ).
(c) Montrer, à la fois sur les expressions de hc (t) et de Hc (f ), que les conditions d’absence
d’interférence entre symboles trouvées à la question 1 sont vérifiées.

3. On considère maintenant la réponse hc (t) donnée par :


 
t
sinc
T
hc (t) =    (6)
|t| |t|
1− 1+3
T T

(a) Calculer les termes h[k].


(b) Donner l’équation aux différences finies reliant y[k] à x[k]. En déduire l’expression de y[k]
et de sa transformée en z, Y (z), en fonction des symboles ak .
(c) De manière à supprimer l’interférence entre symboles, on applique y[k] à l’entrée d’un filtre
numérique de transmittance K(z). Donner l’expression de K(z).
(d) Donner une réalisation récursive de ce filtre.
(e) Déterminer sa réponse en fréquence K(ν) et la représenter sur l’intervalle [0, 1].

6
SUP’COM
Traitement du signal
R. Abdelfatteh, S. Ben Jebara, H. Besbes, H. Boujemaa, F. Chaaben, S. Cherif

TD No 3 : TFTD, TFD, TFR (FFT), TZ

Transformée de Fourier à temps discret, Transformée de Fourier Discrète,


Transformée de Fourier Rapide, Transformée en Z

Exercice 1
Calculer la Transformée de Fourier à temps discret des signaux suivants:

1. x(n) = u(n − 2) − u(n + 2).


2. x(n) = Aan sin (ω0 n + φ) u(n).

1 si N ≤ n ≤ 2N − 1
3. x(n) =
0 sinon

Exercice 2
Calculer la Transformée de Fourier à temps discret inverse des TFtfs suivantes:

1. X (ν) = cos (10πν).


2. X (ν) = [3 + 2 cos (2πν) + 4 cos (4πν)] cos (πν) e−jπν .

Exercice 3
Soit un signal x(n) ayant pour TFtd X(ν). Ecrire l’expression de la la Transformée de Fourier à temps discret inverse de
Y(ν) = X(4ν).

Exercice 4

 0.5 si k = M
Soit un signal x(n) dont la TFD sur N = 4M points s’écrit X(k) = 0.5 si k = 3M
0 sinon

1. Calculer x(n).
n
2. Soit y(n) = (−1) x(2n). calculer Y(k).

Exercice 5
Soient deux séquences x(n) et y(n) de longeur N . Leurs Transformées de Fourier Discrètes respectives sur N points sont
notées X(k) et Y(k).
1. Montrer que
N
X −1 N
X −1
N x(n)y(n)∗ = X(k)Y(k)∗
n=0 k=0

2. Utiliser la propriété suivante pour montrer le théorème de Parseval suivant

N
X −1 N
X −1
N |x(n)2 | = |X(k)|2
n=0 k=0

1
Exercice 6
On considère une séquence x(n) de longueur N = 8. On la décompose en 2 sous séquences de longueur M = 4 comme suit

f0 (n) = x(2n) pour n = 0, 1, 2, 3

f1 (n) = x(2n + 1) pour n = 0, 1, 2, 3.


On calcule une TFR (FFT) sur M = 4 des 2 séquences précédentes. Les valeurs numériques sont listées dans la table
suivante.

k 0 1 2 3
F0 (k) 0 0 1 √ 1
2
F1 (k) 0 0 -j (−1 + j)
√ 2√
2 2
W8k 1 (1 − j) -j − (1 + j)
2 2

1. A partir de la table précédente, calculer la TFR de x(n).

2. La séquence précédente peut être exprimée comme suit


1 j2π k1 n 1 j2π k2 n
x(n) = e 8 + e 8 ,
4 4
où k1 et k2 sont deux entiers compris entre 0 et 7. A partir des valeurs numériques de X8 (k), calculer k1 et k2 .

Exercice 7
Calculer la Transformée en Z et déterminer la région de convergence des signaux suivants:

1. x(n) = (n + 1) u(n).

2. x(n) = n2 u(n).
3. x(n) = (an + a−n ) u(n).
4. x(n) = nan sin (ω0 n) u(n).
  n
1

 si n ≥ 0
 3 −n

5. x(n) =
 1

 sinon
2

Exercice 8
Calculer la Transformée en Z inverse des expressions suivantes:

1 − 12 z −1 1
1. X(z) = ROC: |z| > .
1 + 34 z −1 + 18 z −2 2

1 − az −1 1
2. X(z) = ROC: |z| > .
z −1 − a a
z 3 − 2z
3. X(z) = x(n) définie pour n ≤ 0.
z−2

2
Exercice 9
Soient les signaux suivants:
 n  n
1 1
x1 (n) = u(n) + u(n)
2 4
 n  n
−1 1
x2 (n) = u(n) − u(−n − 1)
4 2

1. Déterminer la TZ de chaque signal. En déduire les pôles et zéros.


2. Déterminer les domaines de convergence. Présenter des schémas à l’appui.

Exercice 10
1 + 2z −1 + z −2
Calculer la TZ inverse de X(z) = .
1 − 3z −1 + 2z −2 X ai
Utiliser la méthode de développement en fractions rationnelles. Pour cela, écrire X(z) sous forme X(z) = .
bi + ci z −1

Exercice 11 :
Soit x[k] un signal de durée finie avec :

(−1)k

pour 0 ≤ k ≤ 2N − 1
x[k] =
0 ailleurs

1. Calculer l’énergie de x[k].


2. Calculer La Transformée en Z (TZ) de x[k] et en déduire le domaine de convergence.
3. En déduire la TFTD de x[k].
4. Que vaut :

1
sin2 (N πν)
Z 2
E2 = dν
− 12 cos2 (πν)

Exercice 12
Soit X[k], la TFD (Transformée de Fourier Discrète) d’une séquence x[n] donnée par :
N
X −1
TFD{x[k]} = X[n] = x[k]WNkn
k=0

et soit, X[n]
e la TFD de X[k] donnée par :
N
X −1
TFD{X[k]} = X[n]
e = X[k]WNkn
k=0

1. En utilisant l’équation de la TFD inverse, calculer x[n] en fonction de X[n]


e la TFD de X[k].
On construit une séquence y[n] de longueur le double de celle de x[n] en insérant des zéros entre chaque points :
n
y[n] = x si n est pair ; et y[n] = 0 sinon
2
2. Calculer dans ce cas la TFD de y[n] pour n ∈ {0, 1, 2, ...2N − 1}. Interpréter ce résultat.
3. Peut on généraliser le résultat précédent pour le cas de la Transformée de Fourier à Temps Discret (TFTD)? Justifier.

3
Exercice 13
Calculer la TZ inverse de

z N −1 − z −N
X(z) =
1 − z −1

X(z) = − ln(1 − az −1 )
où a > 0. Le DC étant A(a, +∞)

1 − a2 z
X(z) =
(z − a)(1 − az)
1
où a < 1. Le DC étant A(|a| , |a| ).
1
X(z) =
(z − α)2
Le DC étant |z| < |α|.

Exercice 14
Calculer la TZ des signaux suivants. On précisera le domaine de convergence.

x(n) = u(n) cos(wn)


où u(n) est l’échelon unité défini par

1 si n ≥ 0
u(n) = .
0 sinon

x(n) = u(n) sin(wn)

x(n) = an u(n) cos(wn)

x(n) = an u(n) sin(wn)

x(n) = a|n|
où |a| < 1.

x(n) = a|n| cos(wn)

x(n) = (1 − an )u(n)

Exercice 15
Soit le signal à temps discret défini par :

1 si, 0≤n<N
x[n] =
0 ailleurs.
1. Calculer X(z) = TZ (x[n]) et spécifier sa region de convergence.
2. Donner, dans le cas général, la relation entre la Transformée de Fourier à temps discret (TFtd) et la transformée en z
(TZ).
3. Conclure sur l’existence de X(ν) = TFtd (x[n]).
4. Donner la valeur de X(ν) dans le cas où elle existe.
5. Tracer l’allure du spectre de phase.

4
SUP’COM
Traitement du signal
R. Abdelfatteh, S. Ben Jebara, H. Besbes, H. Boujemaa, F. Chaaben, S. Cherif

TD No. 4: Systèmes Linéaires Invariants

Exercice 1
On considère les trois signaux x(t), y(t) et z(t) définis par : 
   t pour 0 < |t| < 1
1 pour 0 < t < 1 1 − |t| pour − 1 < t < 1
x(t) = , y(t) = , z(t) = |t|
0 ailleurs 0 ailleurs  0 ailleurs

1. Calculer le produit de convolution a(t) = (x ∗ y) (t).

2. Calculer le produit de convolution b(t) = (x ∗ z) (t).

Exercice 2
Démontrer que sinc(t) ∗ sinc(t) = sinc(t).

Exercice 3
Calculet et illustrer graphiquement le produit de convolution des 2 signaux suivants :
πt t
x(t) = cos( )rect( ) et y(t) = AδT (t)
T T

Exercice 4
1. Tracer la réponse impulsionnelle du système causal qui obeit à la relation suivante :

y(k) − ay(k − 1) = x(k) avec |a| < 1

2. Même question pour le système y(k) = y(k − 1) + x(k) + x(k − 2)

Exercice 5
Soit un système SLI dont la réponse impulsionnelle est définie par :

1 pour 0 ≤ n ≤ 3
h(n) =
0 pour n < 0 et n > 3

Calculer la réponse y(n) à la suite x(n) définie par :

1.
an

avec a = 0.7 pour 0 ≤ n ≤ 5
x(n) =
0 ailleurs

2.   
2πn
cos pour 0 ≤ n ≤ 7

x(n) = 8
0 ailleurs

1
Exercice 6
S
Soit x(t) un signal réel qui occupe la bande de fréquence [−fM , −fm ] [fm , fM ].
1. On filtre ce signal par un filtre de réponse impulsionnelle g(t)/G(f ) = −jSign(f ). Esct ce que g(t) est réel? On note
x̃(t) le signal filtré.

2. Soit z(t) = x(t) − j x̃(t); calculer la TF de z(t).


˜ sin(2πf0 t)
3. Soit y(t) = x(t). cos(2πf0 t) − x(t). avec f0 >> fM .
(a) Calculer la TF de y(t).
(b) Tracer l’allure de Y(f ).
(c) Soit w(t) = x(t). cos(2πf0 t), calculer et tracer l’allure de W(f ).
(d) Conclure.

Exercice 7
Soit le système entrée/sortie décrit par x(n) = an u(n − n0 ) (u(n) échelon unité) et h(n) = δ(n) − δ(n − 2).

1. Déterminer la sortie y(n) de ce système.

2. Calculer la réponse fréquentielle H(f ).


3. Quelle est la fonction de transfert H(z)? Dessiner les pôles et zéros dans le plan complexe. Est ce que le système est
stable?

Exercice 8
Soit le système S décrit par l’équation aux différences suivante

y(n) − 2ay(n − 1) + a2 y(n − 2) = x(n) − ax(n − 1)

On suppose que les conditions initiales sont y(−2) = y(−1) = 0.

1. Donner la TZ de ce système.
2. Quelle est la réponse impulsionnelle du système?
3. Quelle est l’expression de la réponse fréquentielle?

4. Déterminer les valeurs de a pour quelles le système est stable.

Exercice 9
Soit y(n) la réponse à l’échelon unité d’un système
 n−1
1
y(n) = u(n + 1)
2

1. Trouver H(z). Dessiner les pôles et zéros.


2. Trouver la réponse impulsionnelle du système.
3. Est ce que ce système est stable?
4. Est ce que ce système est causal?

2
Exercice 10
La fonction d’autocorrélation d’une séquence stable x(n) à valeurs réelles est définie par

X
Cxx (n) = x(k)x(n + k)
k=−∞

1. Démplontrer que la TZ de Cxx (n) s’écrit


Cxx (z) = X(z)X(z −1 )

2. Soit x(n) = an u(n). Dessiner les pôles et zéros de Cxx (z).


3. Trouver Cxx (n) par transformation inverse de Cxx (z).

Exercice 11
Un système entrée/sortie est décrit par sa réponse f‘réquentielle H (ν) et son entrée x(n) de densité spectrale d’énergie
Γx (ν)représentés sur la figure suivante.

Calculer l’énergie du signal de sortie.Justifier votre réponse.


|H(ν)| Γx (ν)

1
6 61

1
2

- -
−1 −1 1 1 1 −1
2 4 4 2 6 2 2

Exercice 12
On considère un filtre numérique de réponse impulsionnelle h(k) donnée par
1
h(k) = [δ(k) − δ(k − 3)]
2
Calculer et représenter sur l’intervalle [0, 1] sa réponse en fréquence H (ν) (en amplitude et en phase). Quelle est la
caractéristique principale de la phase?

Exercice 13
Soit le schéma de transmission numérique suivant.

x(t)


? Filtre
v(t) y(t)
- × - passe-bas -


Les signaux sont décrits par les expressions suivantes

x(t) = cos (2πf1 t) v(t) = cos (2πf2 t) w(t) = x(t).v(t)

3
1. Evaluer et dessiner l’allure de V (f ).
2. Evaluer et dessiner l’allure de X (f ) sachant que f2 > f1 .
3. Evaluer et dessiner l’allure de W (f ).

4. On voudrait générer le signal y(t) = cos (2π(f2 − f1 )t) à partir de w(t) en utilisant un filtre passe-bas idéal. Evaluer
et dessiner l’allure de la réponse fréquentielle de ce filtre.
5. Quelle est la réponse impulsionnelle de ce filtre?

Exercice 14 : filtre à minimum de phase


H (z) est la fonction de transfert d’un filtre à minimum de phase si H (z) est causal et stable et l’inverse de H (z) est aussi
causal et stable.
1. Comment se traduit la propriété de phase minimale sur les pôles et zéros?

2. Dire si chacun des systèms suivants est stable ou non, causal ou non et à phase minimale ou non.
• y(n) = x(n − 2) + 2x(n − 1).
• y(n) = x(n − 2) + 2x(n − 1) + x(n).
• y(n) + 0.5y(n − 1) = 2x(n) + x(n − 2).

Exercice 15: filtre passe-tout


Un filtre h(n) est passe-tout si sa réponse fréquentielle est caractérisée par |H (f ) | = cte ∀f .
1. Quelle est la caractéristique principale décrivant H (f )?

2. Vérifier que le système dont la fonction de transfert s’écrit

z −2 − 1.386z −1 + 0.64
H (z) =
0.64z −2 − 1.386z −1 + 1
est un filtre passe-tout.
3. Montrer que sa réponse fréquentielle de phase est négative sur l’intervalle [0, 1/2].

Exercice 16
Soit le SLI causal décrit par l’équation aux différences :

y[k] = y[k − 1] + x[k] + x[k − 2]

1. Pour x[k] = δ[k], calculer y[0], y[1] et y[2].


2. En déduire la réponse impulsionnelle du système.
3. Conclure sur la stabilité de système.

Exercice 17
1. Soit le SLI causal décrit par l’équation aux différences :

y[k] = y[k − 1] + x[k] + x[k − 2]

(a) Donner l’expression de la transmittance H[z].


(b) Donner l’expression de la réponse impulsionnelle h[k].

4
2. Soient :

v(t) = cos (2πf1 t)


x(t) = cos (2πf2 t) (1)
w(t) = x(t)v(t)

(a) Evaluer et dessiner l’allure de la transformée de Fourier V (f ) de v(t).


(b) Evaluer et dessiner l’allure de transformée de Fourier X(f ) de x(t) sachant que f2 > f1 .
(c) Evaluer et dessiner l’allure de la transformée de Fourier W (f ) de w(t).

Exercice 18
Pour un système discret stable au sens BIBO, de fonction de transfert H(z), le cercle unité appartient il au domaine de
convergence de H(z)? Justifier la réponse.

Exercice 19
On considère le filtre linéaire d’entrée x[n] et de sortie y[n] associée à l’équation récurrente :

y[n] − 2ay[n − 1] + a2 y[n − 2] = x[n] − 2x[n − 1] (2)

où |a| =
6 1.
1. Quelle est la fonction de transfert, avec son domaine de convergence, associée à la solution stable de ce filtre?
2. Pour quelles valeurs de a ce filtre (stable) est il causal?
3. Est ce un filtre à réponse impulsionnelle finie ou infinie?

4. Ce filtre est il à minimum de phase? Sinon, déterminer la fonction de transfert d’un filtre à minimum de phase qui est
stable et causal et qui a le même gain de fréquence.

Exercice 20
Soit q[n] un signal numérique causal, dont on note Q(z) la transformée en z. On considère :

H(z) = Q(z)(1 − az −1 )etG(z) = Q(z)(z −1 − a∗ ) (3)


où |a| < 1. On note h[n] et g[n] les suites ayant pour transformées en Z respectives H(z) et G(z).
 
1. Montrer que H e2jπf et G e2jπf ont même module.
2. Déterminer les expressions de h[n] et de g[n] en fonction de q[n] et de a. En déduire l’expression de :
n0
X
ε(n0 ) = [|h[n]|2 − |g[n]|2 ] (4)
n=−∞

Exercice 21
Soit le système décrit par l’équation aux différences :

y[n] = 0.5x[n] + 0.5x[n − 1] (5)

1. Donner une représentation du système le faisant apparaı̂tre sous la forme d’un schéma bloc contenant un bloc retard,
deux multiplieurs et un sommateur.
2. Donner la réponse impulsionnelle d’un tel système.

3. Un tel système est-il stable au sens BIBO?

5
4. Donner sa réponse fréquentielle.
5. Analyser la réponse du système à un signal x[n] = 1 pour n ≥ 0.
6. Soit un signal x[n] tel que :
x[n] = A1 sin(2πnf1 + φ1 ) + A2 sin(2πnf2 + φ2 ) (6)
montrer que la sortie s’écrit sous la forme :

x[n] = A01 sin(2π(n − τ )f1 + φ1 ) + A02 sin(2π(n − τ )f2 + φ2 ) (7)

et préciser les valeurs de A01 , A02 et τ . Quelles conclusions tirez-vous du fait que les deux fréquences se voient iden-
tiquement retardées de τ s ?

Exercice 22
Soit la Fonction de Transfert (FT) en z

z(z − cos(w))
H(z) = ,
z 2 − 2cos(w)z + 1
w est une pulsation fixée.
1. Spécifier le Domaine de Convergence (DC) sur lequel la réponse impulsionnelle correspondant à cette FT est causale.
2. Décomposer H(z) en éléments simples puis inverser H(z) sur le DC trouvé en 1.
3. Afin de vérifer le résultat, calculer la TZ de la réponse impulsionnelle trouvée en 2 et préciser le DC correspondant.
4. Que peut-on dire de la stabilité de ce filtre sur ce DC.
5. A partir de l’expression de H(z), déterminer l’équation aux récurrences linéaire reliant l’entrée x(n) à la sortie y(n).

Exercice 23
Soit la relation d’Entrée Sortie (E/S) d’un système sous forme de l’équation aux récurrences suivante :
9
y(n − 2) − 5y(n − 1) + y(n) = x(n − 1) + 2x(n)
4
1. Donner la Fonction de Transfert (FT) correspondant à ce système.
2. Sur quel domaine de convergence, la Réponse Impulsionnelle (RI) correspondant à ce filtre est anticausale. Donner
l’expression de cette RI.
3. Sur quel domaine de convergence obtient-on la version stable du filtre de FT trouvé dans 1. Justifier votre réponse.

Exercice 24
1. On considère un système causal discret d’entrée x(k) et de sortie y(k), et qui obeit à la relation suivante :

y(k) − ay(k − 1) = x(k) avec |a| < 1.

Déterminer et tracer l’allure de la réponse impulsionnelle de ce système.


2. Même question pour le système y(k) = y(k − 1) + x(k) + x(k − 2)

Exercice 25
Considérons la classe de systèmes qui peuvent être caractérisés par une équation aux différences d’ordre 2 :

y[n] + a1 y[n − 1] + a2 y[n − 2] = x[n] ; (8)


où a1 , a2 sont deux coefficients réels.

1. Déterminer l’expression de la transmittance G(z) de ce type de systèmes.


2. Calculer les pôles de G(z) (notés p1 et p2 ).

6
3. A quelle condition (sur les ai |i=1,2 ) les pôles p1 et p2 sont réels. Représenter dans le plan (a1 , a2 ) la région correspon-
dante.
4. Dans ce cas (pôles réels), donner la condition de stabilité des systèmes de transmittance G(z) (en fonction des ai |i=1,2 ).
Représenter la région de stabilité sur le graphique de la question 3).

Exercice 26
Soit un système discret dont la relation entre son excitation x[n] et sa réponse y[n] est de la forme :

y[n] − ay[n − 1] = x[n] − bx[n − 1] (9)


où a et b sont deux réels tels que |a| < 1 et |b| > 1.

1. Montrer que la TZ(g[n − k0 ]) = z −k0 G(z), g[n] étant un signal à temps discret quelconque et G(z) = TZ (g[n]).
2. En déduire la transmittance H(z) du système défini par l’équation 9.
3. Ce système est-il stable ?
1
4. Le système inverse de transmittance est-il stable ?
H(z)
1 − bz −1

5. Calculer −1
, pour |z| = 1.
z −b
6. En utilisant le résultat de la question précédente, donner une transmittance H0 (z), d’un système stable et d’inverse
stable, ayant le même gain en fréquence que H(z). Le gain en fréquence est le module de la fonction de transfert le
long du cercle unité c’est-à-dire |H(e2jπν )|.
7. Calculer la réponse impulsionnelle h0 [n] du système défini par H0 (z) (réponse au signal impulsion discrète δ[n]).

Exercice 27
1. On considère un système linéaire causal discret de réponse impulsionnelle h [k] = ak u [k].

(a) Calculer la transformée en z, H (z) de h [k], tout en spécifiant la région de convergence.


(b) On applique à l’entrée de ce système un signal causal x [k] de durée finie N (x [k] = 0 pour k < 0 et k > N ). On
note y [k] la sortie du système, montrer que :

y [k] = λak , pour k ≥ N


(c) Déterminer la valeur de λ.
(d) En déduire que y [k] peut se mettre sous la forme :

y [k] = yN [k] + λak , pour k ≥ 0

avec yN [k] un signal de durée finie.

2. On considère un système causal linéaire invariant dans le temps ayant une réponse impulsionnelle h1 [k] dont la trans-
formée en z est définie par
1 + 2z −1
H1 (z) =
(1 − 0.5z −1 ) (1 + 0.25z −1 )

(a) Le système est-il stable EBSB ?


(b) Décomposer H1 (z) en fractions rationnelles puis déterminer la réponse impulsionnelle de ce système.
(c) On considère le signal d’entrée causal et de durée finie x [0] = 4, x [1] = 1, et x [k] = 0, pour k > 1.

7
3. On suppose désormais que le système est linéaire, causal, stable, et invariant dans le temps, et qu’il a une transmittance
H (z) définie par :
+∞
X A (z)
H (z) = h [k] z −k =
B (z)
k=0

avec h [0] 6= 0. A (z) et B (z) sont deux polynômes en z −1 premiers entre eux.

(a) Soit p 6= 0, un pôle simple de H (z). Montrer qu’on peut trouver un signal d’entrée x [k] de durée finie, et un
entier N tels que le signal de sortie y [k] est de la forme y [k] = αpk , pour k ≥ N .
(b) Réciproquement, montrer que si on peut trouver un signal d’entrée de durée finie, et un entier N tels que le signal
de sortie y [k] est de la forme y [k] = αpk , pour k ≥ N , alors B (p) = 0, et en conséquence p est un pôle de H (z).

8
SUP’COM
Traitement du signal
R. Abdelfatteh, S. Ben Jebara, H. Besbes, H. Boujemaa, F. Chaaben, S. Cherif

TD No. 5: Filtrage des Signaux aléatoires

Exercice 1
On considère un processus aléatoire X(t) à temps continu, stationnaire au second ordre, centré, blanc, de densité spectrale
de puissance N20 . Ce signal est mis à l’entrée d’un filtre de réponse impulsionnelle h(t) définie par
 1
h(t) = T si 0 ≤ t ≤ T
0 sinon
On note Y (t) le processus aléatoire résultant du filtrage de X(t) par h(t).
1. Calculer la moyenne statistique de Y (t).
2. Donner le gain en fréquence H(f ) de ce filtre. En déduire la densité spectrale de puissance SY (f ) du processus aléatoire
Y (t).
3. Déterminer en fonction de N0 et T l’expression de la puissance PY du processus aléatoire Y (t).
4. Calculer le produit de convolution (h ⊗ h− )(t) avec h− (t) = h(−t).
5. Déterminer la fonction d’autocorrélation RY (τ ) = E(Y (t)Y (t − τ )) du processus aléatoire Y (t).
On considère le processus aléatoire Z(t) = Y (t + τ0 ) − Y (t) où l’on suppose que 0≤ τ0 ≤ T.
6. Donner en fonction de RY (τ ), l’expression de la fonction d’autocorrélation RZ (τ ) du processus aléatoire Z(t).
7. Donner en fonction de N0 , T et τ0 l’expression de la puissance du processus aléatoire Z(t).
8. En déduire le rapport G de la puissance du processus aléatoire Y (t) et de la puissance du processus aléatoire Z(t).

Exercice 2 : Filtrage de p.a.


On considère le processus aléatoire (p.a.) X(t, w) centré, stationnaire au sens large et de densité spectrale de puissance
(DSP)
SX (f ) = A(triF (f − f0 ) + triF (f + f0 ))
où triF (f ) est la fonction triangle et 0 < F < f0 .

1. Déterminer la fonction d’autocorrélation du p.a. X(t)?


2. Soit le p.a X1 (t) = X(t) exp(−2jπf0 t),
(a) Déterminer la fonction d’autocorrélation du p.a. X1 (t).
(b) En déduire sa DSP.
(c) Esquisser alors sa DSP (on prendra f0 = 5F .
3. On filtre le p.a. X1 (t) à l’aide d’un filtre passe-bas idéal de façon à ne conserver que la partie du spectre de X1 (t)
associée aux fréquences vérifiant |f | < F .
(a) Déterminer la fonction d’autocorrélation du p.a. X2 (t), résultant du filtrage de X1 (t).
(b) En déduire sa DSP.
(c) Esquisser alors sa DSP.
4. Le sous-échantillonnage du p.a. X2 (t) permet de générer le p.a. X3 (t) :

X3 (t) = X2 (M t)
avec M > 1.
(a) Déterminer la fonction d’autocorrélation du p.a. X3 (t).
(b) En déduire sa DSP.
(c) Esquisser alors sa DSP.

1
5. On considère le p.a. X4 (t) = X3 (t) exp(2jπf0 t)
(a) Déterminer la fonction d’autocorrélation du p.a. X4 (t).
(b) En déduire sa DSP.
(c) Esquisser alors sa DSP.
6. Comment peut-on qualifier l’opération qui transforme le p.a. X(t) en X4 (t)