Vous êtes sur la page 1sur 5

D OSSIER

© Shell
PÉTROLE
Géopolitique et stratégies énergétiques

Avec près de 60 % des réserves prouvées de pétrole et 40 % de celles en gaz, le Moyen-Orient demeu-
rera, pendant plusieurs décennies encore, le cœur pétrolier du monde (p. 18). Toutefois, le secteur des
hydrocarbures connaît des évolutions internes en ce qui concerne les relations entre les pays produc-
teurs du golfe Persique et les compagnies pétrolières étrangères (p. 26), la production gazière (p. 32), la
diversification économique  (p. 38) et le développement des énergies renouvelables  (p. 44). Comme le
montre l’incidence de la rente pétrolière sur les sociétés (p. 50), les pays de la région maintiennent une
forte dépendance aux hydrocarbures.

Moyen-Orient 08 • Octobre - Décembre 2010 17


R EPÈR ES • Pétrole et société

L es jeu n es S ao u d ien s et l e m a rc h é d u t r ava il


Par Olivier Arvisais
Université du Québec à Montréal, Les hydrocarbures jouent un rôle considérable tant à l’échelle de l’économie
collaborateur de l’Observatoire sur le Moyen- internationale qu’au niveau social. Ainsi, en Arabie saoudite, l’exploitation et
Orient et l’Afrique du Nord (OMAN) de la l’importation du pétrole a non seulement façonné l’économie nationale, mais aussi
Chaire Raoul-Dandurand la société entourant cette production.

Depuis quelques années, journalistes, destin (windfall). Une portion des bénéfi- deux décennies, un emploi à la fin de ses
écrivains et chercheurs s’interrogent sur ces n’est donc plus en rapport avec le travail études. Parallèlement à ce phénomène, un
l’influence que l’exploitation des hydrocar- ou l’effort. Dans ce contexte, la citoyenneté besoin important de main-d’œuvre engen-
bures peut exercer sur le développement de d’un État rentier devient elle-même une dre l’arrivée d’une quantité considérable
certains comportements sociaux en Arabie source de bénéfices économiques, toujours de travailleurs étrangers, et ce, d’autant
saoudite. Quel rôle l’État rentier, la rente ou selon Beblawi. que la majorité des travailleurs nationaux
le pétrole jouent-ils dans la création d’une est presque complètement monopolisée
mentalité spécifique chez les jeunes Saou- • Des « jours de l’abondance » par le secteur public, lui aussi en pleine
diens ? Le pays étant aujourd’hui confronté à la montée alarmante du chômage expansion. En juillet 2007, on dénombrait
à un nombre élevé de sans-emploi, il paraît ainsi 5,6  millions d’étrangers en Arabie
pertinent de se demander comment cette En 1973, l’Occident est confronté à son saoudite. Ils sont essentiellement indiens,
situation du chômage peut être influencée premier choc pétrolier. Période noire pour égyptiens, pakistanais, philippins, bangla-
par la création d’une identité spécifique. les puissances économiques européennes dais et yéménites. Pas exclusivement, mais
et nord-américaines, il permet aux pays ex- en majorité des hommes, ils travaillent
• Peut-on parler portateurs de pétrole d’émerger. À partir de dans le secteur privé et dans le domaine
de « mentalité rentière » ? cette date et jusqu’à la fin des années 1980, pétrolier. Ces travailleurs s’étant exilés
l’Arabie saoudite connaît une période de dans le but de subvenir aux besoins de leur
On peut penser qu’un lien existe entre développement fulgurant, appelée de nos famille, ils investissent donc très peu dans
la formation des mentalités au sein de la jours par les Saoudiens « asr al-tafra » l’économie locale.
jeunesse saoudienne et le type de déve- (« les jours de l’abondance »). La distribu- Aujourd’hui, l’époque des « jours de
loppement économique, voire le mode tion de la rente pétrolière s’opère alors au l’abondance » est bel et bien révolue.
d’organisation du pouvoir dans le royaume. sein de la société, avec la mise en place de L’augmentation des revenus du pétrole
La politologue Fatiha Dazi-Héni exprime l’État-providence. Le système d’éducation n’a pas suivi le boom démographique. En-
cette idée en parlant des « habitudes en- public scolarise plusieurs générations de tre 1990 et 2005, la croissance annuelle
tretenues par l’économie rentière » (1). Saoudiens qui se voient offrir de très bons de la population est deux fois supérieure
Avec l’impact de la distribution de la rente emplois dans la fonction publique ou bien à la croissance moyenne du PIB. Le sous-
sur la société saoudienne, il est possible des postes importants dans des entrepri- emploi s’installe alors peu à peu. Or, entre
de pousser cette idée plus loin. S’il existe ses d’État. « Les journées commençaient 2006 et 2008, le déséquilibre entre le taux
un système économique rentier et un État à 10 heures pour finir vers 14 heures. […] de croissance de la population et celui du
rentier (système politique), il y a donc Les familles et surtout l’État assuraient PIB se renverse. Ce répit est de courte durée
une répercussion sociale de ces deux sys- plus que le nécessaire. Chaque étudiant car en 2009, le PIB affichait un taux compris
tèmes, appelée par l’économiste égyptien touchait environ 1 500 francs [230 € envi- entre - 0,6 % et 0,1 % contre 1,85 % pour
Hazem Beblawi « mentalité rentière ». Ce ron] par mois » (3). Bien que le royaume la population (4). Même si la population
concept est basé sur la prémisse qu’un sys- ne dispose pas d’une politique officielle de s’accroît moins rapidement qu’il y a dix ans,
tème économique génère un état d’esprit plein emploi, chaque étudiant obtient ce- le taux de chômage en Arabie saoudite est
chez les gens qui y vivent. Contrairement pendant instantanément, durant presque donc élevé. Selon Fatiha Dazi-Héni, cela
à une économie traditionnelle, l’État ren-
tier engendre une mentalité qui incarne
une rupture dans ce que Beblawi nomme 1. Proportion d’hommes saoudiens inactifs (âgés de 12 ans et plus)
le « work-reward » (2), le « travail-récom- Principales Inactifs ayant Inactifs n’ayant
pense », c’est-à-dire la « rémunération due Total
régions déjà travaillé jamais travaillé
au travail », selon l’idée que pour bénéfi-
Riyad 14 113 44 560 58 673
cier d’un revenu, il faut travailler ; l’opposé
étant la rente. À titre d’exemple, une rente La Mecque 27 564 78 318 105 882
d’invalidité évacue la notion du travail rat-
tachée à la récompense ou au revenu, si bien Al-Sharqiya 10 187 40 199 50 386
que la récompense, en d’autres termes le
Total 51 864 163 077 214 941
revenu, devient un gain attribuable au
Source : Ministère des Finances et de la Planification, 2000

50 Moyen-Orient 08 • Octobre - Décembre 2010


2. Population active saoudienne masculine
âgée de 15 à 54 ans

En milliers
0 200 400 600 800 1 000
Âge

15-19

risque de prendre encore environ vingt ans Toujours selon les données du minis-
avant que le royaume n’arrive à satisfaire tère, 2,5  millions d’hommes sont consi-
la demande, estimant que, chaque année, dérés comme étant hors du marché du 20-24
200 000 jeunes Saoudiens sont prêts à en- travail. Le graphique 3 dresse un portrait
trer sur le marché du travail qui, lui, n’est en de cette partie de la population qui n’oc-
mesure d’en absorber que 30 %. Afin d’avoir cupe pas d’emploi. Il révèle que 11 % des 25-29
un portrait juste de la situation du chômage 2,5  millions d’hommes sont inactifs, et
en Arabie saoudite, nous nous devons de ce, sans raison apparente. Ce qui corres-
considérer toutes les données disponibles. pond au taux de chômage le plus récent 30-34
Cette tâche n’est cependant pas facile en mentionné précédemment.
raison de l’inaccessibilité des données et Maintenant, si l’on compare la situation
de l’écart important, autant au niveau des du chômage en Arabie saoudite à l’échelle 35-39
résultats que des époques, entre les diffé- mondiale, le royaume occupe le 127e rang
rentes sources. Le taux de chômage actuel sur 199 pays relevés par le World Factbook
serait de 11,7 % (5), mais certaines études de 2010. Cette situation est particulière- 40-44
affirment qu’il pourrait en réalité osciller ment inquiétante par rapport à certains
autour de 25 % à 30 %. Il faut aussi savoir autres pays du Golfe comme le Qatar, le
que le taux de chômage officiel du royaume Koweït et les Émirats arabes unis (ÉAU) 45-49
hors du marché du travail
(total : 1 783 579)
ne prend en compte que les hommes. Les qui affichent tous des taux de chômage
sur le marché du travail
femmes n’ont officiellement toujours pas le très bas (7). En revanche, le taux de sans- (total : 3 185 262)
droit de travailler, même si beaucoup le font emploi observé en Arabie n’est que légè- Source : Ministère des Finances
50-54 et de la Planification, 2000
depuis de nombreuses années et que la pra- rement supérieur à la plupart des taux des Moyen-Orient nº 8 © Areion/Capri
tique est de plus en plus acceptée. Plusieurs pays occidentaux qui oscillent tous autour
analyses font même des projections d’un de 10 % (8). Cependant, le taux de chô-
taux de chômage actuel qui aurait dépassé mage des jeunes est alarmant. Les données
la barre des 55 % (6). Selon les données fournies par le ministère révèlent que parmi 3. Statut des hommes saoudiens
Étudiant
officielles fournies par le ministère des Fi- les jeunes hommes qui ne sont pas dans la 64 % ne faisant pas partie du marché du travail
nances et de la Planification, près de 10 % catégorie « hors du marché du travail » et
des jeunes hommes saoudiens âgés de 15 qui sont donc censés être actifs, se trouve Étudiant
64 %
à 24 ans seraient aujourd’hui inactifs. Ils une forte proportion de chômeurs.Autosuffisant
Comme
ne sont ni travailleurs, ni étudiants, ni dans les graphiques 4 le montrent, on constate 2 %
Étudiant
l’incapacité d’être actifs et ils n’appartien- un taux de chômage de 34 % pour la tran-Inapte 4 %
64 %

nent pas non plus à la catégorie des jeunes che des 15 à 19 ans et de 23 % pour les 20 Autosuffisant
Autres 2 %
hommes aisés qui, du fait de leur statut à 24 ans. 11 % Autosuffisant
Inapte
financier, ne sont pas dans l’obligation 4 %
2 % Retraité
Inapte 19 %
d’être actifs sur le marché du travail. La • La « saoudisation » des emplois Source : Olivier Arvisais
4 %Autres
proportion de ces inactifs est beaucoup plus 11 %
Autres
11 % Retraité
élevée en région urbaine qu’en région ru- Face au chômage élevé, le roi et ses Source : Olivier Arvisais
Retraité 19 %
19 %
rale (cf. tableau 1). conseillers ont fait inclure dans le plan de Source : Olivier Arvisais

Les données officielles fournies par le mi- développement de 2000-2004 une politi-
nistère des Finances et de la Planification que de préférence nationale à l’embauche. 4. Taux de chômage chez les jeunes
nous permettent de relever une différence Cette politique visait tout d’abord à limiter
entre le nombre de chômeurs chez les jeu- à 51 % maximum les travailleurs non saou- de 15 à 19 ans de 20 à 24 ans
nes hommes saoudiens âgés de 15 à 24 ans diens dans le secteur privé. Comme l’indi- 66 % 77 %
et le nombre de personnes inactives pour le que David Rigoulet-Roze au sujet du plan
66 % 77 %
même échantillon. Selon ce ministère, les de développement 2000-2004 : « Il avait
chômeurs pour cette tranche d’âge sont au prévu que les Saoudiens, employés à plus de 66 % 77 %
nombre de 136 429 contre 151 777 jeunes 80 % dans la fonction publique, devraient 34 % 23 %
34 % 23 %
hommes inactifs. Le graphique 2 montre la constituer, dès 2001, au moins 30 % des ef-
proportion de Saoudiens âgés de 15 à 54 ans fectifs des entreprises de plus de 20 salariés
sur et hors du marché du travail, à l’exclu- et ce quota était censé augmenter de 5 % 34 % 23 %
Chômeurs Travailleurs
sion des travailleurs étrangers qui ne sont par an afin de parvenir au remplacement Chômeurs Travailleurs
Source : Olivier Arvisais
pas pris en compte dans les échantillons de 466 600 travailleurs étrangers par des Source : Olivier Arvisais Moyen-Orient nº 8 © Areion/Capri
présentés. Il permet de constater qu’une actifs saoudiens à l’horizon 2005 » (9). Moyen-Orient nº 8 © Areion/Capri
Chômeurs Travailleurs
large majorité de la population saoudienne Les objectifs de ce plan ne sont toujours pas
n’est pas sur le marché du travail. atteints et la « saoudisation » des emplois Source : Olivier Arvisais
Moyen-Orient nº 8 © Areion/Capri

Moyen-Orient 08 • Octobre - Décembre 2010 51


R EPÈR ES • Pétrole et société

dans certains secteurs a même été repous- le domaine pétrolier. Comme l’explique incidence sur l’avenir politique et social du
sée à une date ultérieure. C’est le cas, entre Fatiha Dazi-Héni, les jeunes Saoudiens re- pays. La jeunesse est la matière première du
autres, de la « saoudisation » des chauf- fusent massivement de s’abaisser à ce genre changement. Comme une jeune étudiante
feurs de taxi qui, à l’origine, étaient le fer d’emploi (10). Cette attitude est ancrée saoudienne l’écrit : « Ils préfèrent être au
de lance de cette politique. Finalement, les dans le comportement social qui dérive, en chômage et être dépendants de leurs pa-
conditions ont dû être revues pour leur em- partie, des habitudes entretenues par l’État rents que d’avoir un emploi qu’ils estiment
bauche. Les entreprises craignaient en effet rentier distributeur. « Chaque Saoudien être sous leurs standards. Cela ne concerne
que les travailleurs nationaux n’exigent des se rêve en chef et répugne à occuper autre pas seulement le marché du travail, mais
salaires trop élevés, ce qui aurait pu mettre chose qu’un poste de “manager” ». (11) aussi leur regard sur la vie et leur capacité à
en péril le secteur. Malgré les nombreuses Les blogs et les médias foisonnent de re- prendre leurs responsabilités. »
difficultés d’imposer une politique de pré- marques et d’opinions concernant la situa- D’après ce commentaire, ces préjugés se-
férence nationale à l’embauche, en 2001, tion du chômage chez les jeunes hommes. raient si forts aux yeux de certains blogueurs,
le Code du travail est réformé pour y in- Dans leur majorité, les commentaires rele- lecteurs ou journalistes saoudiens qu’il est
clure officiellement cette réglementation. vés dans le cadre de nos recherches sur le mieux perçu au sein de la société d’être
Il prévoit qu’au moins 75 % des chômeur plutôt que d’accepter un
employés d’une entreprise em- emploi qu’on pourrait qualifier de
bauchant 20 travailleurs et plus dégradant. Les jeunes au chômage
doivent être d’origine saoudienne. sont bien souvent dépendants de
Un chiffre largement supérieur la cellule familiale, qui leur fournit
aux 49 % prévus par le plan quin- de l’argent de poche afin de mener
quennal de 2000-2004. le même train de vie que leurs amis
ou collègues (13). D’autres com-
• La jeunesse saoudienne mentaires permettent de constater
et le marché du travail que certains jeunes ont aussi de
grandes attentes face aux emplois
Or force est de constater que les qu’il leur sera permis d’occuper à
politiques coercitives comme la sortie des bancs d’école. « Choi-
celles du plan de développe- sir un emploi manuel est hors de
ment 2000-2004 et du nouveau question pour la plupart de nos
Code du travail cernent mal la jeunes. Un jeune diplômé qui se
problématique. Elles se heurtent présente à un entretien d’embau-
à la réalité sociale saoudienne, che avec peu d’expérience a bien
voire à ce qu’on pourrait appeler souvent des exigences particuliè-
la « mentalité rentière », c’est-à- res et s’attend à être le directeur »,
dire que très peu de Saoudiens selon les propos d’un Saoudien de
sont prêts à accepter des emplois quarante-cinq ans.
dans le secteur privé. Ils jugent les Cette mentalité est en lien avec
© AFP Photo/Hassan Ammar

salaires insuffisants et estiment l’esprit entretenu par la portion


que leurs compétences dépassent distributrice de l’État rentier. Cer-
les exigences de ces emplois. De tains jeunes Saoudiens cherchent
plus, la jeunesse saoudienne édu- à obtenir les mêmes avantages que
quée par le réseau d’éducation leurs parents à l’époque des jours
public ne possède pas une forma- d’abondance, comme le souligne
tion adaptée aux réalités du secteur privé. site Internet www.saudiidentity.com (12) ce commentaire recueilli sur un blog saou-
Le système d’éducation public saoudien est montrent que les idées reçues et la pres- dien très populaire, Saudi Jeans : « Beau-
aujourd’hui désuet. Axé essentiellement sur sion sociale qu’ils engendrent joueraient coup de diplômés exigent un salaire élevé et
l’enseignement religieux, il semble former un rôle dans la situation du chômage. Par peu d’heures de travail. Ils préfèrent les em-
des jeunes destinés au chômage. L’incom- exemple, un jeune Saoudien de la région de plois de fonctionnaire, car ils garantissent
pétence est un des problèmes importants Riyad l’indique : « J’essaie de ne pas avoir un bon salaire, une faible charge de travail
qui contribue au taux de chômage élevé du de préjugés, mais les préjugés entretenus et un très faible risque d’être congédié. »
royaume. Cependant, ce qui freine le plus par la société saoudienne sont profondé- Ces observations ne sont pas l’exclusivité
les Saoudiens à prendre un emploi, ce sont ment enracinés, en particulier contre les des nouveaux médias et des commentaires
les préjugés entretenus sur le travail dans le emplois manuels. » Cette façon d’abor- de lecteurs. De nombreux articles publiés
secteur privé. La plupart des jeunes préfè- der la vie d’adulte et la vie professionnelle dans les médias traditionnels abondent
rent rester sans emploi plutôt que d’en ac- dans la perspective d’une rupture entre le aussi dans le même sens. Dans un article
cepter un dans le secteur privé ou bien dans travail et la rémunération peut avoir une d’Arab News intitulé « Hey, Young men! »,

52 Moyen-Orient 08 • Octobre - Décembre 2010


daté du 20 mai 2009, le journaliste Saeed
al-Yami écrit que « la plupart des [jeunes
hommes saoudiens] sont dépendants de
leurs familles. La plupart d’entre eux ne
veulent pas que la situation change tant
qu’ils peuvent manger, vivre librement et
conduire leurs voitures – qui ont été ache-
tées par leurs familles qui leur donnent aussi
une allocation mensuelle. » Le journaliste
attribue même aux préjugés l’insuccès des
programmes du gouvernement saoudien
visant à réduire le chômage chez les jeu-
nes. Selon lui, « la principale raison pour
laquelle le programme était impopulaire est
que les jeunes estiment que ces emplois ne
leur conviennent pas, car ils sont inférieurs
à leurs standards ».
© AFP Photo/STR

Malgré la pression sociale, mais aussi


celle provenant de la cellule familiale, les
Saoudiens semblent préoccupés par le
chômage. Dans deux sondages d’opinion
indépendants, il arrive en tête des préoc-
cupations des Saoudiens, surpassant même La problématique du chômage chez les cellule familiale et des amis jouent un rôle
les autres problématiques proposées telles jeunes Saoudiens n’est pas seulement important dans le passage de l’école au
que le terrorisme, la corruption, la démo- reliée à une faible disponibilité d’emploi, marché du travail. Seule l’économie ba-
cratisation, la liberté de presse et les droits la présence de plus de 5 millions de tra- sée sur la rente pétrolière peut supporter
de la femme. Le premier sondage réalisé vailleurs étrangers nous le confirme. Ce un taux de chômage aussi élevé au sein de
en 2003 à travers tout le royaume sur un n’est pas non plus uniquement un pro- sa jeunesse. La société rentière induit en
échantillon de 15 452  personnes (avec blème issu du système d’éducation qui, effet des habitudes qui peuvent influencer
une marge d’erreur de 3 % et un taux de dans le cas saoudien, valorise surtout la le développement d’une mentalité spécifi-
confiance de 19 fois sur 20) a été mis sur formation théorique et religieuse au dé- que et, dans le cas qui nous intéresse, peut-
pied par le Saudi National Security Asses- triment de la formation professionnelle être même influencer la mise au travail de
sment Project, un groupe indépendant de et technique. sa jeunesse. n
75 chercheurs, administré par la firme de En revanche, on constate que les préjugés,
sondage Gallup. Selon les résultats partiels les idées reçues et la pression venant de la Olivier Arvisais
de ce sondage publiés en 2004 dans The
New York Times et The Daily Star (Liban),
79,6 % des Saoudiens considèrent le chô-

N o t e s •••
(1) F. Dazi-Héni, Monarchie et sociétés d’Arabie : Le temps des (8) Grande-Bretagne : 7,6 %, Italie : 7,7 %, Canada : 8,3 %,
mage comme la problématique qui les in- confrontations, Les presses de Sciences Po, Paris, 2006, p. 77. France : 9,1 %, États-Unis : 9,3 % (2009).
quiète le plus (14). Le deuxième sondage
(2)  H.  Beblawi et G.  Luciani, The Rentier State, Croom (9) D. Rigoulet-Roze, op. cit., p. 5.
réalisé quant à lui auprès de 1 004  per- Helm, Londres, 1987, p. 88-89.
sonnes de 18  ans et plus par entretien (10) F. Dazi-Héni, op. cit., p. 77.
(3) D. Rigoulet-Roze, « La “Saoudisation” de l’emploi : un
téléphonique entre le 30 novembre et le défi démographique autant que socioéconomique, sinon (11) D. Rigoulet-Roze, op. cit., p. 5.
5 décembre 2007 (avec une marge d’erreur politique », in Revue européenne des migrations internatio-
•••

de 3 % et un taux de confiance de 19 fois nales, vol. 23, no 1, 2007, p. 6. (12)  Dans le cadre de ses recherches, l’auteur a mis en
sur  20) par Terror Free Tomorrow, un ligne un site Internet  –  www.saudiidentity.com  –  où les
(4) Le taux de croissance du PIB varie d’une source à l’autre, Saoudiens sont invités, de façon anonyme, à donner leurs
organisme de recherche indépendant sur c’est pourquoi nous parlons ici d’un intervalle. opinions sur la problématique du marché du travail et la
l’opinion publique, s’intéresse plus parti- (5) Le chiffre le plus récent est celui de 2009, avec un taux « mentalité rentière ». Les commentaires cités ont été obte-
culièrement à l’opinion de la population de chômage de 11,7 %, une légère progression par rapport nus de cette façon.
des pays arabes par rapport au terrorisme au dernier taux de chômage évalué à 13 % en 2004.
(13) A. Bagader, La jeunesse saoudienne : Identité, muta-
et à l’extrémisme idéologique. Encore une (6) M. A. Ramady, The Saudi Arabian economy, Springer- tions, défis, enjeux et perceptions à l’aube du XXIe  siècle,
fois, la problématique du chômage, qui est Verlag, New York, 2005, p. 350. L’Harmattan, 2010, p. 116.

cette fois-ci jumelée à celle de l’inflation, (7) Qatar : 0,5 % (2009), Koweït : 2,2 % (2004), ÉAU : 2,4 % (14) N. Obaid, « An unprecedented poll of Saudi opinion:
arrive en première position des préoccu- (2001), seule exception, Bahreïn avec un taux de chômage Yes to bin Laden rhetoric; no to Al Qaeda violence », in The
pointant à 15 % (2005). New York Times, 28 juin 2004.
pations des Saoudiens avec un taux d’in-
quiétude de 93 %.

Moyen-Orient 08 • Octobre - Décembre 2010 53