Vous êtes sur la page 1sur 9

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE


FACULTÉ DE MÉDECINE DE BEJAIA
DÉPARTEMENT DE MÉDECINE

POLYCOPIÉ DESTINE AUX ÉTUDIANTS 5 ANNÉE MÉDECINEème

MODULE DE L’APPAREIL LOCOMOTEUR


ANNÉE UNIVERSITAIRE 2019/2020

Les spondyloarthrites

BOUMEDIENE Hassiba Epouse Mouzaia


Médecine Interne, CHU Bejaia

Les spondyloarthrites

1- DEFINITION :
Regroupent plusieurs entités qui ont en commun des facteurs
génétiques ,une cible pathologique particuliére (enthése) et
des caractéristiques cliniques et d’imagerie.

• La spondylarthrite ankylosante

• Le rhumatisme psoriasique

• Spondylarthrite des entérocolopathies

• arthrites réactionnelles

• Le sapho

• Les spondyloarthritesjuvéniles

2- Le rhumatisme psoriasique :
 Le RP est un rhumatisme inflammatoire chronique, qui
fait partie du groupe des spondyloarthrites, particulier
par la diversité et sa présentation, de son expression et
de son évolution .Les symptômes vont d’une simple
atteinte des enthèses à une arthrite mutilante très
invalidante.
 Associé à un psoriasis cutané,mais cette atteinte peut
manquer.

A. EPIDEMIOLOGIE :
 sexe : une distribution égale dans les sexes
 Prévalence:0.1-0.2 de la population générale
 Age de survenue:30-50ans
 Le psoriasis précède les manifestations articulaires
dans 64 à 87% des cas.
 le tabac est considéré comme un facteur de risque.
 HLAB27

B. CLINIQUE:
 Atteinte des IPD : 25 à60% des cas : peuvent être
atteinte de façon symétrique ou non, associé à1/3 des
cas à un psoriasis unguéale.
 Formes mutilantes <10% des cas : début aigue avec
AEG et arthrites très inflammatoires entrainant une main
en lorgnettes.
 Polyarthrite symétrique (rhumatoïde –like) 25% des cas
 L’Oglio ou mono arthrite asymétrique : 70%des cas
évoluant par poussées rémission, asymétrique et non
aboutissant à doigt ou orteil en saucisse associant une
arthrite de l’IPD et P et une ténosynovite du tendon
fléchisseur.
 La pelvispondylite psoriasique : 30-50% des cas
 Autres formes cliniques :les enthésopathies (sacro-
iliaques, symphyse pubienne, disque intervertébral,
paroi thoracique antérieure, calcanéum extrémités des
doigts et des orteils.

C. L’ATTEINTE CUTANEE :
 La lésion élémentaire du psoriasis cutané est
érythémateux-squameuse avec des bordures nettes .les
localisations caractéristiques du psoriasis sont les
coudes,lecuire chevelu, lesongles, les genoux, la région
lombo-sacrée.
 L’atteinte unguéale, l’atteinte du cuire chevelu et
l’atteinte du sillon inter fessier ce sont des localisations
avec un grand risque de développer un RP.

D. BIOLOGIE :
 Un syndrome inflammatoire (VS, CRP et fibrinogène).
 Le facteur rhumatoïde est le plus souvent absent.
 Des AC ANTI –NUCLEAIRE :détecté à des taux faibles
 Hyper –uricémie :induite par le turner-over cellules
cutanées.

E.PARTICULARITES RADIOLOGIQUES:
 Un pseudo- élargissement de l’interligne articulaire des
IPD.
 Une ostéolyse en pointe de crayon dans une cupule
associant un amincissement des têtes métacarpiennes,
métatarsiennes ou des phalanges et un creusement de
la base de la phalange.
 Une ankylose osseuse des inter -phalangiennes.
 Une résorption des houppes phalangiennes associée à
une atteinte de l’IPD.
 L’atteinte rachidienne est caractérisée par des
syndysmophytes particuliers .c’est une ossification plus
grossière, irrégulière, s’écartant du pourtour discal. Ils
sont asymétriques et unilatéraux.

F. les critères diagnostiques CASPAR :


 Psoriasis actuel 02pts
 Ou histoire personnelle de psoriasis, ou histoire
familiale de psoriasis 01pt
 Dystrophie unguéale psoriasique typique (onycholyse,
ponctuation en dés à coudre ou hyperkératose visible le
jour de l’examen) 01pt
 Facteur rhumatoïde négatif en ELISA ou néphélométrie
01pt
 Présence de dactylite (gonflement global d’un doigt
actuelle ou passée (notée par un rhumatologue)
01pt
 Signes radiologiques de production osseuse péri
articulaire (ossification prés des interlignes, n’étant pas
des ostéophytes), sur les radiographies des mains et
des pieds.01pt

G. DIAGNOSTIC DIFFERENCIEL :
 Sur le plan dermatologique : la dermite séborrhéique et
les infections mycosiques.
 Sur le plan rhumatologique : la SPA et la PR.
 Des arthroses des doigts et des affections
microcristallines.

H. Quel est le pronostic ?


 Sévérité du rhumatisme psoriasique : il n’engage pas
le pronostic vitale et rarement le pronostic fonctionnel.
 Évolution : plus de 50%des patients ont des formes
oligo-articulaires, avec une évolution capricieuse ne
laissant aucune séquelle.
 Facteurs pronostiques : malconnue, ilinclut le sexe
l’âge de début, la distribution de l’atteinte et des
facteurs génétiques.

I. TRAITEMENT :
 Les TRT symptomatiques : AINS, antalgiques,
 Les corticoïdes utilisés à faibles doses(10mg)
 Les TRT de fond:
 La salasopyrine et le Méthotrexate
 Les ANTI TNFalpha
 Le TRT du psoriasis :rétinoïdes .
 La rééducation fonctionnelle.

3- Les arthrites réactionnelles :


 Définition : ce sont des arthrites aseptiques survenant
qq semaines après une infection située à distance de
l’articulation (infection génitale ou digestive ).
 Epidémiologie : rare , estimé de 0.1à0.2 pour 1000
habitants , plus fréquente chez l’homme .
 La porte d’entrée :génitale ou digestive.
 Les germes en causes :chlamydiatrachomatis
,salmonella , yersinia , shigella .

a) Quand faut-il évoquer le diagnostic :


 Devant une mono-arthrite ou une oligo-arthrite des
membres inférieures survenant chez un sujet jeune
(20à40 ans).
 L’interrogatoire doit alors rechercher la notion d’urétrite
,d’une conjonctivite ou d’une épisode diarrhéique dans
les 03 ou04 S ayant précédé l’arthrite.

b)Diagnostic positif :
 La chronologie des événements cliniques est
essentielle.
 L’oligo-arthrite des membres inferieurs ,début brutal , la
répartition est asymétrique ,touche le genou , la cheville
ou le pied.
 Elle s’accompagne de fièvre.
 Des signes axiales :talalgies , lombalgies ,des douleurs
thoraciques antérieurs.

c) Les signes extra articulaires :


 L’urétrite
 La diarrhée
 Une conjonctivite
 Des manifestations cutanéo-muqueuses: des érosions
muqueuses (méat urétral , col utérin).
 La pustulosepalmo –plantaire
 La kératose palmo-plantaire
 Un érythemenoeux
 Une péricardite .

4- Le syd FLR :
 Syndrome oculo-uréthro-synovial .
 Syd inflammatoire intense , le HLA B27 est retrouvé ds
60à 80%.
 Pronostic : est variable d’ un patient à autre ,elle peut se
récidiver ou évoluer vers la chroniciter.

a. Traitement :
 Une antibiothérapie allant jusqu’à 03 mois et
ceci pour diminuer les récidives.
 Des AINS
 Sulfasalazine
5- Les spondyloarthrites des entérocolopathies :
 de 15%des RCUH et maladie de crohn
 Peuvent s’associer de manifestations articulaires.
 La corticothérapie
 Les ANTI TNF alpha

6- Le sapho :
 L’ensemble nosologique qui associe Synovite ,
acné , pustulose , hyperostose et osteite.
 Il est proposé en 1978 par une équipe française
pour désigné une entité clinicoradiologique
associant des signes cutanées ,articulaires et
osseux.
 Sa prévalence de 01 cas /10000 habitants .
 L’atteinte de la paroi thoracique antérieure est
l’un des signes les plus évocateurs du SAPHO.
La douleur prédominesur l’articulation sterno
claviculaire avec souvent une tuméfaction des
parties molles en regard de l’articulation.
 L’atteinte axiale :le rachis est atteint de façon
variable ,en moyenne chez 1/3 des patients ,tout
le rachis peut être atteint .L’atteinte à type
d’ostéite vertébrale ,une spondylodiscite érosive
d’ANDERSON ou des syndesmophytes grossiers
.Les sacro-iliaques sont touchées dans 1/3 des
cas donnant des fessalgies .
 Atteinte périphérique : sont observés dans 1/3
des cas à type d’arthrite qui ressemble à celle du
rhumatisme psoriasique. Une oligoarthrite
chronique des grosses ou moyennes
articulations avec des douleurs osseuses .
 L’atteinte cutanée :lapustulosepalmo-plantaire
,l’acné sévère,le psoriasis vulgaire et la maladie
de verneuil .Pas de parallélisme entre les signes
articulaires et cutanées.
 Biologie : un syndrome inflammatoire .
 Radiologie : scanner et IRM mettent en évidence
une ostéite ,une arthropathie sterno
-claviculaire ,la lésion la plus évocatrice est
l’érosion hyperostosante.
 Traitement :fait appel aux AINS ,en cas de non
réponse les corticoïdes ,le méthotrexate est
utilise en cas d’échec aux précédent traitement.
 ANTI-TNF alpha.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES :COFER ET EMC appareil locomoteur


2012/2016.

Vous aimerez peut-être aussi