Vous êtes sur la page 1sur 147

UIDE PRATIQUE

du
MARAICHAGE
au Sénégal

f ~l 1f1f t")l ,p u: ni Vi LCI '1' U,,1 r N l Di. LHliH llCUL lE:


(:,\MBErlCI'H:: S['Nr;.Gt,t
REPUBLIQUE DU SENEGAL

MINISTERE DU DEVELOPPEMENT RURAL

INSTITUT SENEGALAIS DE RECHERCHES AGRICOLES (I.S.R.A.)

UIDE PRATIQUE
DU R ICHAGE AU SENEGAL
PAR

J. BENIEST

en collaboration avec
M. D'HONDT-DEFRANCQ, V.E. COLY. L. DE MAEYER
(pour la sur la protection phytosanitaire)

Ce livre a été basé sur les résultats des travaux des chercheurs
I.S.RA et FAO. du Centre pour le Développement
de l'Horticulture

Les photos sont toutes originales et ont été prises


sur le terrain au Sénégal

Les auteurs en sont:


J. l. Bourdouxhe. M. Defrancq-D'Hondt et S. Navez
Les dessins ont été réalisés par D. ,,,,,,,,,,,,Q

CENTRE POUR LE DEVELOPPEMENT L'HORTICULTURE


B.P. 2619 - Cambéréne - SFr>JE(~AL - ~ 22.25.06
Imprimé sur les presses
de l'Imprimerie Saint-Paul, Dakar
4'" Irimestre 1987

© LS.R.A. - F.A.O. 1987


I.S.B.N.
Table s matières
'.' 'l, '

PRÉFACE •...•..••••••••••••......•...••••••.•...•....•••••..•..•...•••••••••••••• «.. v


iNTRODUCTION - LES CULTURES MARAICHERES AU SENEGAL ••••••..•.••••••••••••••• o'........ .... VII

1. CONDITIONS DE DEVELOPPEMENT

1 1 L'eau et les a r(osages '

1. 11. La Quantité d'eau ,. . . . . . . . . . . . . . .. .. ..... 1


1.1.2. La source de l'eau, . . .......... . ....... ,. . , ..... ' . . ,.............. 1
1.1.3. l'exhaure de l'eau ... , ............. , , ., , .. ,." ., .................... 1
L1.4. Le de l'eau. ... ....................... .. .............. ................ 2
1.1.5. . ................. , ... . .. ................................ 2
'.1.6. La de l'eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. . .. "...................... 2
1.1.7. Conseils pratiques pour l'irrigation.. ......... .... .... ... . .. ............................ .... 5

1,2, Le sol et son amélioralion ........... . 9


1.2.1. La lexlure el la structure 9
1.2.2. la fumure des sols .. 9
1.2.2 .1. les mat ières . , ...... . 9
1.2.2.2. chimique Ou minéral .. 10
1.2.3. L'acidité et la salinité. . . . .............. . ... , . . . . . . . . . . . . . . . .. ..,'.............. ....... 1i
1.2.4. L'humidltë... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... ......... , . . ............................... 11
1.2.5. Conseils pratiques pour la fumure ell'amêlioration du sol .................................. , .... , 12

1.3. Le climat et les légumes ... , .. , . 12


1.3.1. La tempèrature ' . . ..... , , . . . .. ... . .......... ' ...................... . 12
1.3.2. La lumière...... ..., ............ . .. .... . ................... .. 15
1 ,3.3. Le vent. . . . . .. ....... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .. 15
1.3.4. La pluie , .. "'" ............ ,........ . .............. . 15
135. L'humiditè de l'air ................. ......... ......... . ............ . 15
, .3.6. pratiques pour les cultures maraîchères ....... , ' .... ,., 15

1.4. Le facteur humain .. 16


1.4.1 La main-d'œuvre ..... . 16
1.4.2. L'encadrement. ........ . 16
1.4.3. La commercialisation .. . ••••••• , •••• c ..... .< , .. •• • •• ~ ••••••••••••• " •••••••••••• , • , •• 16

1.5. L' Aspect financier.. . ....... . 18


1.5.1. Les moyens de 18
1.5.1.1. Les facteurs de production .. , . 18
1.5.1.2. Les de production ..... . 19

1.5.2. La 20

2. L'EXPLOITATION MARAICHERE .. 25
2.1. Le choix el l'aménagement du terrain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. 25
2.2. Le choix des espèces. assolement et rolation ....... . 27
2.2.1. Le choix des eSlpe(~es 27
2.2.2. L'assolement ... . . ... .............
'" ~ ... , .... , ..... , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...... , . 27
2.2.3. La rotation ... . 27
2.3. La multiplication des cultures maraîchères ...................................... . 28
2.3.1 La multiplication végétative. . .. ... ........... ............... .. ...... .. . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.3.2. La multiplication par semences. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . 28
2.3.3. Le semis en pépinière.... .... .... .... ..... .... .... .... .... . ..... ........ .. 29
2.3.4. Le semis direct .................. ,.. .... ........ . . .......... 36

2.4. le repiQuage. la plantation et les travaux d'entretien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .... 37


2.4.1. Le repiquage et les travaux d'entretien ............... . 37
2.4.2. La plantation ....................... , .......... . 43
2.4.3. Les travaux d'entretien particuliers. . . . . . . . . .. . 44
2.5. La protection des cultures maraîchères .............. , ............. . 46
2.5.1. l'identification des prc.blèfm€fs plwtIDsalnit.airE~S ...... , , . , .. , ............ , . , , ..................... . 46
2.5. 1,1. I..ee IllOOC10S, , , , , • , .• , .•..•••. , , , .. , , , " . 48
2.5 1 2. Les acariens . , , ..... , . , , . , ...•..•.••.••••••••• 60
2,51 3, Le:,,; champignons. , .. , ..... , . , .,., ,. , ' , ., .. , ................. , ........ . 50
2.5.1.4. Les bactéries .............. , .. , .. , .. ".,., .. ".,· .. ,···· ., ..... , 50
2,5,1.5, Lis virus. ' , . , , , , . , ....... , . . . . . . . . . . . . . . . . . , .. , .. , ..... . 50
2.5, \ ,6, L@s l1@mstod@s . 51
2,5. i.7 QuelQues autres problèmes .... , .. , .. , .. , . .. ,. , ................ , .. ,." .. , ... ,.,., .. ,. 51

2.5.2. Les moyens de luUe ... , .. , .. , .. , .. , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .............. . .................... . 56


2.5.2.1 La luUe .......... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . ........... ,. 56
2.5.2.2. La lutte chimique" .................. , .. , .... ,.,.' , ................................... , 56
al Les pestiCides ' . , .. , ................................ . 57
b) les mesures de sécurité ..................... ,., .... , .. , ........................... . Bd
c) L'utilisation d'un pul'Jè ri sal8ur 66
d) L'uliliMMI'\ d'une poudre l'lMM , , 68
e) L'utllhiliiltlon d'lJn mlcrogranulé .... , , . , , ...................... . B8
1) La d@~unf@clion du ~ol 68
QI La preparation des appâta . . . . . . .. ' 10
2.6. Récolte, conservation et transformation .................. , .. , .. , .. , , .. , .. 73
2.6.1. La récolte ................... , ................. ' , , . . . . . . . . . . .. .. 73
2.6.1.1. Cycle et rendement .... , ....... . 73
2.6.1 2. Conseil!"! pratiques . . . . . . .. . .............. . 73
2.6.2. L.a conservalion ........ , , .. , , . , , .... , ... . 73
2.6.2.1. Transpiration et respiration. , . . . •.. , ........................................... . 73
2.6.2.2. . .... ,.'.' ...... , .......................................... ,., .... . 75
2.6.1 La Iranl>formallon .............................. , ........... . 76
2.6.3.1. Sècnage .. ,." .. , ..••..•. , •...... "" .. ", .. , ..........•....•.........•.••. , ... , .. ,. 76
2.6.3.2. Conc@nlr@ de lom8te ....... . 77
2.6.3.3. Autres ........ ,., .. , .......... , .. , .............................•..................... 17

3. FICHES TECHNIQUES DES CULTURES MARAICHERES .. ' ....................................... . 78


Noms scientifiques des cultures maraîchères ................ , , . , , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
3.' Aubergine. . ....... , .. .. . .. . .. .......... 79
3.2. Bisap .... , ...... , .. , .. , ... , .. " " , .... , .. , .................................... ,., .... ,., .... ,..... 83
3.3. Oaroll@... .......... . ....... , ........... , .....••••• , •••..•.... , .......•••••••• , ••• , • • • • 85
3.4. C M u . . . . . . .. .......... 69
3.5. Chou de Chine.. .. ..................................... ....... .. ............ .. ...... . 91
3.6. Chou-fleur. .. ...... . ......................... , .. ,..... . ........................ ,.'.. 92
3,7. Concombre .. , .......... , ..... , , ... , .. ,.................................... . ...... , ..... , 93
3.8. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , ......................................................... , 94
3.9. . ............. , ........ , ........ , .................................. ,............ 97
3.10. Gombo.. .. ... .. . . . . . . . ... "........................................... 99
3.11. Haricot .... , .. , . , .. .. ,. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. 103
3.12. Jaxatu , ............•.. , ...•..... , , ...............•.... , . . , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 107
3.13. Laitu@ .......................... "..... . .......... " .......................... , ....... " 109
3 14. Mal'liô6. . .. , .. ,. ,. . " " . . " . , .... , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 111
3.16. Melon ........ , , . , .. , ... , .... , , .... , . . . . . . . . 115
3.16. Navel chinoIs ..................... , ..................................................... , .. , . , . . . .. 117
3.17. Oignon ......... , . , . ,. " " . " . " , .. ,....................... . .... , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 119
3.18. Pastéque ...... " " .... ..". "." , ..... " .. .. .... ", .. ... .. .. .. 121
3.19. Patate douce ......................................•.......... , .. ,.' ........................ 123
3.20. Piment........ ......................... , ............ , . , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..... , .. 127
3.21. Poivron .................. , .. , .... , ....... , .. , ........ , ......... , . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. . . 129
3.22. Pomme de terre. . ............................................................... """ .. ' .. 133
3,23. T omale . , , . , , . " " ' " .. , .. , . , . , .. , .. , .. , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. ....... .. 139

Références bibliographiques sélectionnées ....................... , ............ . 143


144
P EFAC

pu.:z: jUl#Jan :J O,Fténk! daoantape tle.P.:J dt cttlitife ti'npak a!a.rt.1 lé


l'ut dÎ2.1JtvlY :Je.1 ~oiIz.:J a/in'u:lttati'&:1 ailMi;ae Mn n;umu /lUJmftain~.

ganni ti'njutée4~ lb /?UZ/'atched /Wtv


~a.:Jtètu':l nzi10M nuz~~ une ~au c~t".:z: .' jUJt0z-Wde ,Fmcknzent
conv~ttiNt nototi'e à /~autoja;f&ance a/~~ dtj?uj1cati-
. t'é! tÛ:J ptJtH!/Za.:J deJ tZJI'tC~0 aCCl"t:Ji.1.1emuzt deJ p~ d ~PtatiolZ/

donc tUJeC une pa.ruk ptè ?'L:e /ZOUtJ acc~tJM ~atitYz de


ce pattt;ae du ~atc~ ~. /JO'a ua outil" de jUJtv lb po-
au~;:teal"tJ /?UZ/'atcb:J ~ t!lU:adnuu'd. cd & mUitë l''e-
ui&U à /:.ktttat .9~ai1 de:J !Jkbck .#ptcah au.x /âd:Ji1taace
~ectœ r&;~atioa r.#ptc~e /!TN' ($
A/atio/M ~
1& CtHU::tW/.1 ~tff ck . eatnyv;'td Ifz
ad1ation ck vauauz de pechck ~~ :Jtv lb cd/up&:1 maP~e.1
~. adJtdt' dM ,FUOnzm,am:!aÜOM p~ et &:en 4a.:Jvée.1 /Wtv
toa.:J t:eu.:z: ~. :J t/tWe.1:JeIÛ (la /lUY"~ au .9~ et h ~ du
.9a./idt!/l- ~d

fi .1a/ae cd ~t de (lat.CJ;a,I-'t.1at~ d&J nftuItatJ dt pecbck bUco-


m jUl#Jan.

f~e.d:Je me.1 ;MeitatitJM en ~a.:J ~ r$,Fa/ d r Jlf~ack du ~da


et ,f&;~/JU!- ~tUz1-~djUJtU Ct)/lrCOlUj ~cw.:J et {;(J(/!-

17/~OJJ"/'Vl. fi rdaJo,nuwa et fi dt difoÙJn cd OtuloPtUlr.t;:.

fi &tu ~t/Ju! toute ma dati.1fotitJn et fi ~fU'j~e ~


/JO'w & ~an ~ et~Iévzt dt J/6,üoa ~-~.

Abdou DIOUF
Pré~lIdent de la REPUBLIQUE
au Sénégal
INTRODUCTION

LES CULTURES MARAICHERES AU SENEGAL


La productÎon de au Sénégal est actuellement estimée à 115.500 tonnes ce Qui représente une
superficie de 7620 ha. Les importations de (surtout de pomme de terre portent sur ~
28.200 tonnes (84/85) et les exportations (surtout du haricot vert. de melon, de poivron, de piment et de tomate cense)
sur:::: 6030 tonnes (86). La production des racines et tubercules (manioc, patate douce) est estimée a 24.000 tonnes
sur 8000 ha et celle de la tomate industrielle a 42000 tonnes sur:!:: 1850 ha.
Cette production est realisée en par de nombreuses dans la zone des « Niayes ". une
bande côtière de quelque 15 à 20 km de le long de l'Océan Atlantique au nord de Dakar. De novembre jusqu'à
mai-juin. cette zone, expOSée il l'sUze maritime, bénéficie de températures relativement fraîches favorables .il la produc-
tion de plusieurs légumes de ~ européen" (pomme de terre, oignon, tomate, chou, carotte). D'autres facteurs favo-
rables à la production maraîchère dans cette zone sonl: la d'eau douce,
souvent à faÎble profondeur dans les" céanes " des des
types de sols intéressants pour le maraîchage comme les sols sablonneux et les
sols riches en matières organiques, ainsi que la de centres ur-
bains, importants consommateurs de légumes.
Dans celte zone des" Niaves » on trouve aussi bien des pelits producteurs tradi-
tionnels, de peu de moyens el ayant un faible niveau de technicité, que
des gros producteurs. ou des groupements de producteurs, disposant de surfaces et
de moyens de prOduction plus importants qui contribuent eux aussi à la production
nationale.

Suite aux années de sécheresse on conslate Qu'en plus de la production des u Niayes ", un intérêt marqué pour la
culture maraîchère s'est à l'intérieur du pays le des fleuves et autour des puits, des et
des centres urbains.
La production permet aux pOPUlations de diversifier ainsi que d'améliorer leur régime
rapport en vitamines et en sels minéraux des et elle assure en plus une augmentation du revenu monétaire d
nombreux paysans dans le pays. Malgré d'importantes réalisaHons dans le domaine du développement des cultures ma
on constate Que le secteur se heurte encore à problèmes. ParmÎ ceux-ci on peut citer; la disponibili
lé ainsi que la qualité de l'eau pour l'irrigation, les aménagements hydra-agricoles, le faible niveau de technicité ains
Que le manque de certains producteurs, le manque d'encadrement la disponibilité d'intrants comm
les semences, les engrais el les la commercialisation de la production. etc". Ces facteurs constituen
un frein important au du hortiCOle que le possède à la présence de condition
écologiques et SOCiO-économiques favorables à la production légumière.
Le Centre pour le de l'Horticulture (C.D.H.) à Cambéréne est la station de l'Institut Sénégalais d
Recherches Agricoles (I.S.R.A.) responsable de la recherche sur les maraîchères. sa création e
1972, ce Centre a obtenu résultais dans les domaines de la phytotechnie, l'amélioration la pro
tection phytosanitaire, la production de semences, la la formation et l'étude de la commercialisation de
productions maraichères. Ces acquis sont utilisables non seulement au niveau du Sénégal mais aussi dans divers autre
pays de la zone sahélienne en Afrique de l'Ouest.
Ces résultats restent malheureusement trop souvent encore el le but de ce livre est de les faire connaÎ
tre à ceux qui sont direclement concemés par la maraÎChère c'est-à-dire les producteurs et leur encadremen
Ainsi ce livre veut répondre aux Questions posées par ces producteurs et ces encadreurs lors de
contacts avec les techniciens du C.D.H. et pourra donc servir de document de base â ceux qui désirent se lancer dan
une activité maraîchère ou d'en améliorer l'existence.
Dans la première partie de ce les conditions de développement d'une activité maraîchère sont analysées
L'expérience !:t démontré que la grande partie des échecs d'opèrations maraîchères est souvent liée au non-respec
d'une, ou de plusieurs, de ces conditions,
DaM le deuxième rétablissement d'une maraloMre Mt déer'lte, soue-entendu que les oondl
tions {je développement ont étA respectées. Cette partie traite donc des {jlfférents aspects de la prOduction légumière e
all"nt du ou d9 la plantation, jU$QI/à la recolte et ay,lI; POGt-recolte,
La dernIère de ce document contient une série de fiches techniques relatives a. la
vinnt-trnil'l espèces maraîchères couramment cultivées au Sénégal.
L'ensemble a été richement illustré par des photos en noir et blanc et en <OU'UI..,'''' des dessins et des tableaux.
L'aulilUf ellils co-auteurs, ainsi Que toute l'éQuipe du C,D,H., eapérent Que ce livre contribuera aux efforts enl
par le Gouverne"lsnt du Sénégal dans le cadre de sa .. Nouvelle Politique w qui a comme but d'augmenter e
(j'améliorer la production, de diminuer, voir supprimer, les imponations et de stimuler les exponations de légumes au S
!"légal. Ce livre pourra Intéresser les pays environMnts par le développement de leur secteur ma
ral~her.
1. CONDITIONS DE DEVELOPPEMENT D'UNE ACTIVITE MARAICHERE
Avant de se lancer dans la production de cultures maraÎchéres. surtoul si cet le activité veut etre rémunératrice. il
est absolument nécessaire de respecter un nombre de conditions:
- il faut Qu'il y ait suHisamment d'eau au niveau de l'exploitation et que celle eau SOli de bonne qualité.
- il faut Que le sol soit adapté a la production légumiere.
- il faut Que les espèces maraîchères que l'on veut produire soient adaptées aux conditions climatiques de la zone.
- il faut penser au facteur "humain" de la production et de la commercialisation des cultures maraîchères.
- il faut considérer l'aspect "financier!> et la gestion de l'exploitation maraÎchere,
Le non-respect d'une, ou de plusieurs, de ces conditions est souvent la cause de l'èchec d'une entreprise maraiche~
re et mène à des pertes. parlois importantes, d'eHorts et d'investissements consacrées au maraichage.

1.1. L'EAU ET L'ARROSAGE

Le facteur limitant le plus la production de légumes au Sénégal est l'eau. La présence d'une longue saison se-
che, dont la "fraicheurn est favorable au développement d'un grand nombre de légumes, et d'une saison des
pluies. l'hivernage, pendant laquelle les pluies sont souvent irrégulières et insuffisantes, necessite l'irrigation
des cultures maraîchères au Sénègal.

1.1.1. LA QUANTITE
La production de légumes exige des Quantités d'eau importantes. Ces quantités, c'est-à-dire la dose
d'arrosage, peuvent s'exprimer en litres (1) d'eau par mètre carré (m 2), en métres cube (m 3 ) par hectare
(ha) ou en millimètres (mm) ç-à-d, la hauteur d'une couche d'eau sur le terrain irrigué.
L'équivalence entre ces unités d'irrigation est comme suit:
1 I/m~ = 1 mm = 10 ml/ha
(1 m J = 1 000 1 d'eau)
(1 ha:: 10000 m2)

La dose d'eau Que l'on applique à Chaque irrigation sera variable en fonction de l'espèce cultivée ainsi
que de son stade de développement, le type de sol et les conditions climatiques de la zone de produc-
tion. Le persil a besoin de moins d'eau Que la tomate, un jeune plant de tomate aura besoin de moins
d'eau qu'un plant en pleine production, un sol sableux retient moins d'eau Qu'un sol argileux et une
culture en zone fraîche et humide aura besoin de moins d'eau que si elle se pratiquait en zone chaude
et sèche.
La fréquence de l'irrigation est aussi importante. Elle indique le nombre d'arrosages pour un certain
laps de temps. Ainsi il est passible d'arroser deux fois par jour, une fois par jour. une fois tous les deux
jours, etc. Cette fréquence dépendra aussi de la plante cultivée, du type de sol et du climat. Un jeune
plant sera arrosé plus souvent Qu'un vieux plant bien enraciné, un sol sableux sera irrÎgué plus souvent
qu'un sol argileux et quand il y a du vent chaud e\ sec, on arrosera plus souvent Que Quand il fait frais.
D~ fal;M gènerale, on estime qu'une planche de léQumes de 10 m~ de surface li beSOin d'entre 6 et 10
arrosoirs de 10 Iltr~ d'eau (dose) par jour (frequence), Ceci représente donc 6 à la
I/m~ ou 60 a
100 m3 /ha ou 6 é. 10 mm d'eau par jour. Si au niveau d'un potager on ne dispose pas d'au moins BI/m z
ou BO ml/he ou 8 mm d'eau par jour, e\ cela pendant toute la période de production, on risque d'avoir
des problémes de manque d'eau à certaÎns moments ce qui se traduit toujours par des pertes de rende-
ment el de qualité. souvent très importantes (Fig. 152 et 153).

1.1.2. LA SOURCE D'EAU


L'eau d'Irrigation peul être l'eilu de 8urhlC8 (lacs, fleuves, marigots,.,) ou l'eaLi soutorralne. Parlais cet-
I~ eau souterraiM :\€I trouve 8 faible profond~u( (bas-fonds, lourbieres des NIBYSS, bords des lacs. des
fleuves et LIes tivlètM) EIo\ IEiS p!!ynn5 en profilent pour cultiver certaines espèces sans arrosage
(oulture de dêcru~) Mais souvent la bal$$$ rapide de la nappe d'eau imoosera, tôt ou tard. une irri-
gation supplémentaire de oe5 oulturê5. Certaines espèces supportant mal ces endroits Qorgés d'eau
(pomme de terre, oignon, haricot...). on observe régulièreMent des problèm@s d'asphyxie et de maladies
avec ce type de culture.
Si l'eau souterraine est plus profonde. il faudra aménager un point d'eau de préférence dans le jardin ou
autrement le plus près possible de celui-ci. Les céanes (FÎg. 1) et les puits peu profonds (Fig. 2) per-
mettent de cultiver des petites surfaces à cause de la quantité d'eau peu elevee Qu'ils produÎsenl ; les
puits profonds et les forages (Fig. 6) demandent des investissements beaucoup plus importants, mals
pérméttront de cultiv@r des surlac@s plus grandes.
A certains endroits l'eau provient d'un branchement sur la conduite d'eau d~ la SONEES (Societe Na-
tionale d'Exploitation des Eaux du Sénégal) Il existe un Rtarlt n'll'IraÎcMt" de c@!IJlte eau pour son uliliea-
tlon dans le m8raichaae.

,., .3. L'EXHAURE DE L'EAU


Il existe plusieurs systèmes pour l'exhaure de l'eau d'irrigation ;
_ le plus souvent, il s'agit de "exhaure « manuelle» avec des arrosoirs ou avec seau, corde et éven-
lueilemenl poulie 2) Ce système d'exhaure demande de travail de la part des pay-
sanS et donne des quanllles d'eau relativement faibles qui ne permettront donc Que de cultiver des
surlaces hmltees, Parlois l'exhaure u animale" (àne. cheval, bœuf) permet d'augmenter les Quantitès
d'eau pUisées,
l'exhaure" mècanique H se laH fi raide de pompes.
Il e;.:i,sle un Irés norr.br"" oe t'Ipes de pomoes et ccrtAIMA comme le d9bil.
oxpnmG en m"/neure et lél Mutcu~ d'elevùhon 30uhililés, seHonl déterminants lors au ChOIX cl'une
pomplii!

Les pomp"'''' @!r@ @nlraÎ l1 ee5 par traction" manuelle" (Fig, 3) ou ., animale Il, (Fla, 4) (flllblM
Nanlts). mals le plus souvent èlles seronl @nlraÎnÉ!@s par des moteur5 éhilctrlQues ou il combustion
Interne (essence. (J8SOil) (Fig, Il e:<ist~ AuSSI des possibilités d'utilisation de l'énergie du vont (éo-
lienne! 15) el solaire DOur le oompllal!: l'e)(Mure n@cliUiSlle des invesli$s\ilm\ilnl~
bas~ Ir@s importants et les risques de " Danne" peuvent mener e l'eCl"Iec unê prOduclion ma-
rêlÎchere
Avant aonc 08 se OMldêr ~ur un d'exh'lUrs, Il faul Sl.Irlout tenir compte oe la Burtaee tlue l'M
veul CUltiver et de la de l'eau (Quantlle, profondeur), Si l'on choisit une exhaure mécanÎ-
que, il ne laut pas oublier que la Clupart de ces systemes de pùmpôge demandent une
ICsrOuram, Olaces rie reChMI'lê:, llmOrilssemenl1 @I un enlr8li@n
Srler,[]IA éolienne ou solaire Dose parfoIs le risqua de ne pas ê1re diSPOnible
b8'Bom d'élrli! ilou~nèes Cllauàes Bans vent. temps pous:.

1,1.4, LE STOCKAGE DE L'EAU


SI les {llstances amre le Ol'lII'lt l'Iêll.U el certeir'lèS dl!! deVIennent trop il est
ultl@ d@ .. slock",r" deGtinée à l'irrigation, oeut se faire Clans de.!!
ment reliM entrt"i l'lUX et tJ ur. bM:'jin cenlral 0 cotÉ! du puitli, qui !!Iii!! trouvenl ,",ur terrain afin
de redulr@ I@s deplac@msllll; pour arroSlilr les planches (Fig, BellI), On oourrl'l eonMfUlre CM bM~ln:l
de lelle tacon Que le contenu de ceux-ci a
la dose journalière d'un nombre de
déterminé,
Le da plus imporlanlel> çl'eau Slil rail dans aes "enatluluK IftllUI" (Fla, 7J ou de
grands réSerYOlrs (Fil), 9 et 10) qUi r~cueillent les eaux des plUies qUI ;aulnilm@nt sont paf fuis-
sellQmQnl ou par évuporatÎon,

1,1.5. L'IRRIGATION
Le modo d'arrosage le DIUS utilise dan~ le merfliChage est "à l'i!lIrQwlr .. , Commlil l'exhaure manuelle.
ce d'irrigation demande beaucouD de travail et limite dOliC aus:;11 les surfaces cultiver, a
èn pépinière, 6n ulth::;e de un srrosoir av@c uns pomme fine alln d'evlter Que lM leunes
planls ne se çoychem Gulle un let {J'eau rroD OUIS8I'!nt (FiO 15 ~t 18),
sur les ou I@s plants sont psu scartés (oignon, C<lfOUe, hariCOt. laitue. OO($iL navel .. )
on I.llilise un arrosoir avec sa Domme (FIO, 13),
- sur lli!s où 18~ sont écanès (iomat6. aUMraine, melM. ) fl! qusnd il
y a riSQue !je malMie~ SlJllt l'lu mouillage d@:li II!Iwll8S (CuçurbllaCQIOIGL on peut arroser ,,/lU gou-
101 " avec un arroSOir sans Domma 14). Il taul èvill!!r un trop fort car çecÎ risque de détruire la
slruclur@ d@ Il!! cauen", !;;I.iDerlici"lIe du sol, el de ,créer des conol11oM d'ASphyxl4!!, C'est pour celte
son Clue les IrrlQetlM$ avec des ~@"u)(\ des OOÎt9S melalilaues ou ClM MMO'\t!!:~ Mnl
aéviter (Fig r8).
L'irngation " à la r;il",,, (Fig. 17) demQnde tJ9QUCOUD <1' MU mals moir.s de trtllftlil pour 18s 91
Dermet 8lnSi Ms SUrflltê::'j EII@ demanda des Iravaux ,l'aménagement au terrain
(canalisation, nivellement) importants el se pratique sur des SOis plus lourds" Comme l'irrigation au
" ". elle & d@ ne pas mouiller le feuillage et se oretiQue surtout pour des cultul'!'IS 8.
QCar1ement DIUS eSDacé. Melons, Meteoue~. pommes d@ terre, conçÇJmbres, peuvent être Irrl-
out~ ;II la Hile.

" par aspersion ". (Fig, 1& el 20) demande OM inll~~tl~~~mènt.!i d@ bue <il.uez imQortants
(POmpes, tuyaux, rampes, mais p~rmel aussi d'Irriguer des terralM plut"> QrMd~, Il faudra
consulter des de l'irrigation si l'on décide d'appliQuer ce système d'Irrigation.
"goutte à goutte" 21 et 22) assure un approvisionnement constant en Quanti-
tés d'eau autour des piedS des plantes, Bien Qu'on puisse ainsi réaliser d'importantes économÎes d'ea.u
et Que ce système permelle aussi l'utilisation dissous dans cette technique reste coû-
teuse et demande un enlretien rigoureux du matériel.

1.1.6. LA QUALITE DE L'EAU


L'eau d'irrigation doit être de bonne qualité, Au la salinité de l'eau pose des problèmes sé-
rieux dans plUSieurs reglons (Cap-Vert, Kaolack, Fatick, Thiès, Diourbel, Louga ... ),
Il est pOSSible de (econneitre un salinité de l'eau ou du Sol, SI. malgré l'apport des
doses MceSMlres et le autres cullurales, les olames poussent

2
L'EAU ET L'IRRIGATION

Fig. 2. Puits peu profond avec corde, poufÎe el seau ci célé du


de GU/er.

Fig, t Irrigation à partir d'une céane dans


la zone des Nlsyes ".
H

Fig. :1 iCI li l'aide d'une pompe simple il traction Fig. 4, Pompe simple à DOUf un perir /JérfmStre
manuel/e, beaucoup de IravajJ (Réf/ion du Fleuve). marajollef (Région

Fig. 5. Exhaurs mécanique avec l'energie du


vent .. une éolienne dans la Région de
Fatick.
L'EAU L'IRRIGATION

Flf}, ., Siockaoe de l'eau dun;:; un ohiJ/e(lu FI", 1'1 Btt:J;:;m relie {J un bOMin oen/rol f)Ouf
([(Jou (J taf(J (fuI'! '(J'age fMlI/rI'Jf r(Jff(j$IJ~e tRel!Ol'llfe I..Duga}.
fRogiQn oe fi~lIc/(i,

IQ slocbg& des fiI:;JU)l (Iii} Qui IIQfmalQ- Fla. 10, Le m';m6 MfJ6rvOÎ( rempli apres J'hi..emB{jI1'! pt'trmBHrl!
men! se par ru/~S9l1li}melil (RtJglr;m K<JQ!;p;;k). Mtir (JérlmeIrè' mbroicher,
." flffl(;Jatlol1 (l'Url

11, Pilrimètrs maraÎcher avec bassins O'lI'flOafJ/)n dacns 18 12, Délimiter des de planches QUI
de Faliçk correspDndent des doses d'(JrtooafJe
dererminOOs. P8f exemJ)/p un f:J,rrO(JOlr
4 (Gand/ofals).
mal. restent chétives, flétrissent. montrent des brùlures des feUilles. produisent peu el donnent. e'Jen-
tuellemenl. des petits fruits.
En cas de doute sur la qualité de l'eau d'irrigation en ce qUI concerne ta présence de sels. il fau! faire
analyser l'eau, Pour cela, il faut prendre un echantillon representatif de l'eau d'irrigation dans un reci-
pient (bouteille) trés propre. lave soigneusement avec de l'eau douce et seche par la suite. Celle analy-
se peu coüteuse se fait dans plusieurs laboratoires (I.S.RA., ORS.T.O.M., etc .. ,) et indique le risque de
problèmes de production.
Les cultures maraÎcheres réagissent dilferemment El la presence de sels dans l'eau d'irrigation ou dans
le sol comme le montre le Tableau 1.

cultures très sensibles haricot. carotte. Oignon. radis, laitue. fraise. céleri. petit pois ainsi Que
les semis et les jeunes repiquages de toules les cultures,
cultures moins sensibles piment, patate douce. pomme de terre. chou. melon, concombre. 10-
mate. courge. gombo. pastèque. manioc. bisap. aubergine. J8xatu.
cultures peu sensibles betterave potagère, chou-rave) asperge. épinard.

Tableau 1 : Sensibilite des cultures maraicMres a la salinité de l'eau d'irriga/Jon et du sol (1).

Si on a un lèger problème de salinite de l'eau d'irrigation, on observera les régies suivanles:


- assurer une copieuse pré-irrigation des planches avant le semis, la plantation ou le repiquage.
- arroser plus souvent avec des petites doses et augmenter la dose totale d'irrigation sans créer des
conditions d'asphyxie pour les racines.
- lutter contre l'évaporation de l'eau par les binages, le paillage, les brise-vent. elc ...
- ameliorer la rétention de l'eau par le sol en apportant des matières organiques.
- choisir des espèces maraîchères peu ou moins sensibles à la presence de sels.
- Choisir un systeme d'irrigation mieux adapté comme par exemple l'irrigation par aspersion au lieu
de l'irrigation à la raie.
- assurer un bon lessivage du terrain (pluies de l'hivernage, arrosage à l'eau douce).
- mélanger, dans la mesure du possible, l'eau lègèrement salèe avec une eau douce (stockage des
eaux des pluies de l'hivernage).
- si la salinité de l'eau est due El la présence de sels de sodium, on risque des prOblèmes de perméabi-
lité du sol, surtout dans les sols plus lourds. Un apport de phosphogypse (15 à 20 tonnes/ha) pourra
améliorer la situation.

1.1.7. CONSEILS PRATIQUES POUR L'IRRIGATION


- calculer la surlace à cultiver en fonction de la quantité d'eau disponible. éventuellement délimiter des
petites parties sur les planches Qui correspondent à la surface à irriguer avec un ou deux arrosoirs
(Fig. 12).
- arroser de préférence tot le matin, sinon dans l'après-midi.
- arroser même en "hivernage .. quand les pluies sont irréguliéres ou insuffisantes mais toujours en
tenant compte de l'importance de ces pluies pour les cultures.
- vérifier si l'eau atteint bien la zone des racines et que l'arrosage n'est pas superficiel, ni excessif.
Pour vérifier si la Quantité d'eau utilîsée pour l'arrosage est suffisante, on creuse un trou d'environ
20 il 30 cm de profondeur au milieu de la planche. Ensuite on prend un échantillon de terre El cette
profondeur e1 on essaye de former une boule de terre avec les mains .
• Si celle boule reste entière sur les mains (Fig. 24) et si les mains sonl légèrement mouillées quand
on la preise, l'arrosage es! suNlsant et lM plantes se dèvelopPl;jrQnt bien,
" Si la terre "coule .. Hbrement entre les doigts (ubh:;) (fig, 23) ou si elle forme des mottes dUl"@s,
desséchées. Il n'y a oss eu d'arra5a,ge 6u li! qusnlilè d'eal"l 0'<;'101.11 cas suffisante. Les plMt/":5 seuf-
friront, rlil!!deronl petites, produiront oeu et éyentul'lllemM!, fletrironL
• SI l'eau s'échappe Irop facilement de la boule sur 186 mains. Il y il ulÎ excès d'@l!lu . Alors, on risque
l'asphyxie du SOI et. OMS cerMIM ces, le d8veloppemenl de certaines malMles.
- sur un sel sec, faire une copieuse "pré-Irrigation .. de 2 à 3 a.rrosoirs par m2 • Cela facilitera le labour
et la reprise des plants repiques, ou plantés.
- "blnern régulièrement afin d'assurer une meilleure penètration ainsi qu'une moindre évaporation de
l'eau dans le sol. Un binage vau! un arrosage.
- un bon "paillage .. , et l'installation d'un «brlse-IIentn peuvent diminuer les Quantites d'eau nécessai-
res pour les arrosages.
- en 501 "sablonneux», on arrose plus souvent (journellement) mals avec des doses plus petiles ; en
801 ~Iourd", an t"I.rr03ê IYlOH'Ili lIOUVlôn\ (Ious les 2 à 3 Jours) mais avec (jes (10BM plU~ Importantes.
- augmenter \e~ dMes d'arrosage quand il fait plus chaud, Quand Il y a du lient sec (harml!lttan). ou
Quand l'eau Mt légèrement Mlêe. Au('Jmenler aussi 1910 doses d'eau en (onction du dèvelO~pêmênt de
la plante, Les arrosages Oolvent être très importants au moment de la formation des récoltes (tuberl-
sation de la pomme de terre el de la patate douce. bulbalson de l'oI9.non, pommaison des choux et
d~s lalluss. IOrm&IIOn oSa 1..... ,[8 lie melon. lomalfl .. 1 DlmlrlUer. oartoll~ même arrêter le! en
hn de culture pour ç~rt~inos (Pomme do oi",non),
- evller le ClMDilloge de 1't;6u par un bon et ev~ntu@lI@m@nt, Iii. construction d'liIdos autour
des ou dg cuvt;llte", ~l,ItQur des pieds oes plantee.
- S'II Y 6 riSQua !fluccè8 ('.l'fieu Il'Ilv~rMMl. falro ClM GulturM ~ur' billon:'l ou :'lur ~unli!l@\I€u;nl pile
re.ooort Oux po:ssi'loes alm d'ët:>:>urer un m.. I1I8ur
biGn Que les arrosoirs, las BIUII.II( el les tlaaslnss en MIMt gMêrAlement mOlflS cher:". que
ceux en métal, ill! lIOnl i1SS8Z râpid@mlilnl dil;lruils. par Il,ils rayon,;; du ~olliltl. Il yQut donc mieux Investir
un peu Dlus dans ou malgrlel Bolille en mélal ou. Si Mla rfMf PM possible, "arder ce:. outil~ 8n
Mr~ du soleil quand on nI!! I.. s ulills@ pn. L'21chal O{i;l malliPrÎliI1 en mélal fabriqué sur place
PSUI aider li aévelopper l'artl~a.naIIOt€l1
L'EAU ET L'IRRIGATION

Fig, 14. Arrosage avec un arrosoir sans pomme:


imgaUOIl n (lU goulol ",

Fig. 13. Arrosage avec un arrosoir muni de sa


pomme.

F,'S 15 Arrosoir sptkia/ POUf la pépinière. F/(J. 16, Pomme 8vec des trous fre,s fins d'un
arrosoir nour /(J oepmiere.

Fla. 18. AffOMae deMrucl1f tlvec des S@;!Ux ou


d{JG baMI1?6$.
L'EAU ET L'IRRIGATION

Fla. W. IrrictJ.lion Oé/r é/doerlÛOn

F,'[} 11. L 'l(nEptlon ;;w "goutte <l gouffa. f)lJrmOI (jes ocOnOmlee Fia. 22. Oullure de melon irriguée l'JU " f}ouH .. .. f}ouH.. ,,_
d't!liiU jmporl~nlt!ls.

FIg. 23. Le sol sableux n'est pas arrosé, la terre coule librement Fig. 24. Le même sol sableux après irrigation, on peut former une
entre les mains. boule avec la -terre sur les mains.

8
1.2. LE SOL ET SON AMELIORATION
Bien qu'il soit de cultiver des legumes sur plusieurs de dans la mesure du
possible, un sol ni trop lourd, ni Irop léger. meuble el profond. riche en matières el en éléments I1U-
tntifs, de pH neulre (6 a 7) et sans présence de sels, humide mais bien drainant
Ce type de SOl idéal se trouve rarement au Sénégal. mais il est d'améliorer autres types de
Sols existants el ainsi, de les rendre plus aptes au maraichage.

1.2.1. LA TEXTURE ET LA STRUCTURE DU SOL


La texture d'un sol donne une idée de la grosseur des éléments du sol, Une terre trop lourde ou argi-
leuse. dont les constituants sont rins, est compacte, diHiciiement perméable El l'air et é. l'eau (éléments
indispensables pour une bonne très dure quand elle se dessèche et collante quand elle est
mouillée, donc diHicile à travailler. Elle retient plus facilement l'eau et les éléments nutritifs terre
légère ou sableuse dont les constituants sont plus gros, qui est facile El travailler mais filtrante, qui se
desséche donc assez et sur les cultures souffrent parfois du manque d'eau et ainsi d'élé-
ments nutritifs car ces derniers ne sont disponibles pour la plante que s'ils sonl dissous dans l'eau. Un
bon sol pour la plupart des cultures maraÎChères aura des de texture entre ces deux
types de sol bien que ces derniers puissent être nettement améliorés par des apports de matieres
organiques.
La structure du sol est la dont les constituants dé ce sol sonl assemblés, Une bonne structure
du sol permettra une bonne aération et une bonne relention de l'eau de ce sol. Les matières
sont pour une bonne structure d'un sol. La présence de sels dans le sol
truire la structure du sol.
Le sol doit être meuble, donc il taut éviter les sols ou avec des couches dures rendront dif-
ficile le travail du sol ainsi que le bon développement des raCines, el profond, Il faudra éventuellement
choisir les espèces en fonction de leur d'enracinement 1

1.2.2. LA FUMURE DES SOLS


Pour vivre el produire, une plante a IJesom d'éléments majeurs (grandes quantités) comme le carbone
(Cl. (0), (H), l'azote (N). le potassium (K). le phosphore (P), le calcium le
, le soufre (S). et d'éléments mineurs (petites quantités) ou d'oligo-éléments comme
le bore (B), le cuivre le 1er le manganèse (Mn). le chlore (CI). etc ...
Le r61e de Quelques éléments trés imoortants pour la plante est comme sui! :
- l'azote est un élément essentiel pour une bonne croissance des tiges el des feUilles des planles et
leur donne une couleur vert-fonce. Le manque de cel élément donne des planles peu oe'ileIOPIJeE~S
avec un feuillage réduit de couleur ou vert Jaune.

- le phosphore assure un bon des plantes, surtOut de leurs racines. et joue sur la ma-
turité et la precoclté des récoltes. Une carence en phosphore provoque un développement tardif, des
feuilles vert pàle. violacées ou bronzées, une maturation lente ainsi Qu'un mauvais Oe'ilsIOOI:lerneI11
des fruits el des graines.

- le potassium favorise le Iransport des matières de réserve dans la plante. ainsi que le ae'ileIODIDernelr'n
des raCines, bulbe!; ellubarcules, et accroît It) rê':;ushmcl!! Ji.lUX maladies, C'est un élement
et CIe sante, la carence en cel élèment s'observe (j'abord sur les 1118111es feuilles Qui développent des
tachee DruMS ou grises de leur bord. Parfois on ooserve 8UMI des brùlures sur la bordure des
feuill~s,

La plante utiliSE! le carbone. l'oxygéne et de l'air et de l'eau du sol malS les autres elé-
ments doivent se trouver en solution dans le sol pour puisse les utiliser. La présence el la dis-
ponibilité de ces éiéments dans le sol en dètermlnent la richesse naturelle. Malheureusemenl la plu-
part des sols au Sénégal sont très pauvres en de ces éléments et il faut donc les apporter
en quantités suffisantes pour permettre une bonne crOissance et donc une bonne production des
cultun~s.

Cet <i\PIJort en éléments nutritifs ou ta lumure de5 sols se fait avec des matières organiques el avec
des engrais chimiQues

1.2.2.1 LES MATIEAES ORGANIQUES


Outre leur appDrI en dlHerent!; éléments nutntifs (élemenls majeurs et mineurs). les matlèréS
organiques jouent un rôle tres important dans l'amélioration de la structure du sol et sa capacI-
té de retenir l'eau de l'irrigation,
l;:,s malière~ organlaues les plus utlllMêS SM! le fumier. la poudre d'arachide el le compost
(Fig, 25, 27 et 2().
- lé fumier s'obtient par la fermenlation des déjections et de le liliere (paille, coqvEiS d'arachi-
deS) des animaux (volailll'!, cheval, moulon. chèvre. bovin), Au Du les iir1lmaux. 60nl
souvent en oivagl'lliM. il est p.arfois dilhcite a I·oblenir. Il faut martre le fumit:r et la IIliere 8n
tas el éviter Que ce tas de fumier lie se desseçhe, Le fumier doit être décompOSé livMt son
ulilh.atlon dans le maraîchage
- la pOI,.I(lre ou terre d'l!Irl!lcnid8 ElS.t un rés.idu d@ l'induslrÎE! dE! transformalion dliil l'arachids.
On l'ùblief'll aup(~1 dê:~ u~il'\ê:~ IÔf!j du prl':n'\ll':r 1'1 l':W'lY1'I 01': dl':~ l';Cl'IUI':!j, avent II': dl':MI'1IMge.
el elle est çon~tituélJ d'i) \?:abllJ, dlJ bri&urlJS dG COqU9& QI dQ fanes Il faul l'utiliS6Ir dVOiIC pru-
d~f'lèe caf elle" b(ule" pllrtCli1 11':1 plante~.

- 10 comgo"t GSI 1.1rI mQI"ngQ Olil rQliilOI,.lS OI'lQ(\j Çj'orlginQ '1QCjUlaIQ ou llnlm:aIQ mlliO Qn (Qrmo;.n-
1t'tIIM IMle .... fin d'<'l~~UrN 18 dl'\MI'I'\pMITi6l'\ dM 1'I'\/'ltlerl'\l'l M:JMiqul'::"I.
On Isbriqu8 un bon compas!, en tl'lS 6u en f6:ue:'l, èn epllf'ldl'lnl de~ dêchêt$ veoetôUx (pa.ille,
feuilles a'srsenlas, r.rnarlcOl ou de mébé, Dal\e de rll, bagasse 08 canne Il aucre. tiglils de
mil. sorgho, m"ü's".), des ordures ménagères bÎen trÎées el eventuellement des maliere~ or-
ganoques d'ongins animal@, @n couchl!ls r@gulisr@s @n allsrniilnCIi!! iilVIi!!C d@s couch@s d@ bon-
ne INre ef de pllille Chaque Muche aura UM epalMeur d'environ 15 II 25 ~m. Arro~er C~
têl~M 6ÔMpÔ:'>1 de lemp::. El autre::. toul en s'as::.uranl qu'il n'est ni Irop humide, ni If'ô~ MC.
bien agrg ,,' tass~, I=larlois on ajol.Jl(i! un plill.J d'engr:ais min~ral, surtout riçhQ en ;;l2ole) pour
stimuler la vie microbienne resoonsable (je la decom0Q81tlon dM mallèrea craanlouM Gaffe
Q.9composilion par 18!1 microorganismli!!s, qui ss\ n@c@!!;sairs pour qUEl 18 composl soil utilisa-
ble ClaM la marnïeMae. déa/'lOl') une chaleur nu ~eln du tes dl') ccmOMt SI ie tM de MI'I'\PMt
<1 ~Ié m~1 lait, il ne çh;w!f@ pa!!, @I donc il n'y aUf:l! p:l!l> d" décomposition du compost. CIJI;a
peut :'le vt(ifier el'l IrnplMtMI un MIM el'\ bôl~ ou Ul'lt IlOt l'\U milieu du lM dMI la partie Im-
oloman sera chaude 0I1,.l toucher qu;;md on 1;;1. rsllr@ du las de çompost en IÇ)rmQnlation,
On pourra enfOUir ce comoos\ decomoosé au oout de '1 à 6 mols,
Le TablMu 2 dMM III compositIon en éléments nutritifs de auelouM mllTiéres ôrOI'lnIC{UM (en
pourcentage de lB matière sèche), Celte composition esl très variable 6UÎYf.lni l'origine de la
matière organiqve,

Mtlllèree ôroenlouee %N O/OP2 0 o %1'\2 0 %GI'lO % MaO

bllll~ d~ ri~ 070 0.37 1.0 0346 0.172


paille de m: 0,78 0'0 a 4B 0,358 0092
p:aille de mil 0.78 006 030 0.260 0500
MgaaBe de canne Il sucre 0,90 0.14 0.14 0.134 0.030
fumil''Ir dB bœuf 1 50 03' . U28 1 243 0.6'0
(umler de Qoule li:ur 1111ère
de COGve d arachIde 2.30 4.4 1.70 12.300 0.700
p6udre(JU têrr~ d' MAehide 2.41 0.57 0.87 0.27 0,31

Tsbll'!<lU 2. Composition d~ qU!i<lquQS m:ltiorgs org;;mlqVQ;;.

1.2.2,2 ENGRAIS CHIMIOUE OU MINERAL


Bien que l'ullliSl:llion des môlleres orglll"liques 5011 dominante dlln5 III fumure dé:) $01$ ma:r'ai-
chers. Il Inudra completer celre fumure Dar des aODons d'engrais chimiaues ou minéraux don!
les <tl~m~n'~ !>Qnt plus rapidement dis.poniblss. pour les. pl;mtes. !ill qUÎ sont O'OlOl,I,.lÇOIJP pll,.ls ri-
che$ en élemenl$ lÎulrltifs /Télblêl1u 2 bi!'!l Les i'fIeheres O(OMI~ue$, Compielee$ pllr de$ op-
ports en en{lrals chimiques. devront être Incorporées au 801. en fumure de fond, par un bêCha-
ge, Une fois Que leG pliantes sont en plein développement, il faudrla couvrir une partie de leun;
bMOIM en êlement5 nutritifs Mf un 110001'1 d'enorl'lis chlmlaues ou minéraux 81'\ fumure o'en-
tr9th:~n ql)Q l'on inçorpore Isgergmenl, p;u un grill.age, ;a Id couche supérieure du sol.

SUlvsnl Isur iilppOrl en @Ié'm~nl~ nutnllf:s. on dl:s.tmgue ,


- les engrais" almpleEl" Qui n'apportent au'un seul élémem comme l'a~ole dans l'uree ou le
nitrate d'ômmonil'lque, le pho:"<phore diln:'l les ph05phale5 et \e5 :'Iuperpho:'lphl'lh~3, 'le pOlas-
fllum dans le cl'llorure ou le SUlfate da POl8sse.
- les engrais" compoSéS" qUi aooonent deux ou plusieurs fllflmerltS nutrillfs comme l'azote et
le potassium dans le nitrale de potassium el les engrais ternaires Qui contiennent les Irais
elèmenls prinClpau)(, l'azote, le phosphore et le potassium. Ces derniers sont désignés par
une fôrmule de 3 nombres represenlant la quantité d' elements contenus dans 100 kg de
l'engrais. L'engrais" maraîcher" ou le 10,10.20 (Fig, 26) est un engrais souvent utilise pour
la Domme de terre mais aussi pour d'autres cultures maraîchères, Le Tableau 2 bis donne la
compoôlltlon de Quelques engrais cou(ammenl utilisés au SenegaL

10
Engrais 0 %MgO S03
Perlurée
Sulfate d'ammomaque 21 58-60
Nitrate d'ammoniaque 35
Superphosphate simple 22.5
Superphosphate triple 46
Phosphate d'ammOniaque 17 46
Sulfate de pOlasse 48
Chlorure de potasse 60
Nitrate de pOlasse
10.10.20 (maraîcher)
14.7.7 (mil, sorgho)
6.20,10 (arachide)
8.18.27 (riz, maïs)
Chaux magnésienne 5070 121

Tableau 2 bis: Moyennes de compos,tion da quelques el1gr8l5 Chimiques.

1.2.3. L'ACIDITE ET LA SALINITE

L'acidité d'un sol, qui a une action sur la plante et l'assimilation des èlèments nutritifs, est expri-
mée par le pH. On obtient cette valeur suite è une analyse du sol.
Le pH ideal d'un sol maraîcher se situe autour de 6 - 7. Des SOls acides ou des sols alcalins po-
sent des problémes pour certaines cultures maraicheres. Le Tableau 3 donne la tolérance de
quelques légumes au pH du sot

.. plantes craignant l'acidité betteraves. Chou cabus, chou-lieur. épmard, melon


(préférence: pH 6 - 6,8) oignon, poireau .
.. plantes tolérantes . ail, aubergine. carotte, concombre, cornichon,
(préférence, pH 5,5 - navel. persil, pois, poivron. radis, tomate .
• plantes très tolérantes , chicorée, échalotte, oseille, pastèque, douce. pomme
(préference, pH 5 - 6,8) de terre,

Tab/eau j To!@rance das culiuflJ!:i marajç/lères au pH du sol (1).

Il est OOGsible d'ameUorer les SOl3 ACÎdes par un am@ndemenl calcaire. en aoportant de /6
chaux (chaux chaux agricole, dolomie). Geci I@ chaulage. La dose et la
frequenc~ des seronl détermInées suite à une analyse du SOl EVII@r dans ce cali>
les engrais aclalllMts (~ul!6Ies}.
Gomme pour l'éau d'irrigation, les cutlures maraichères ne pas non plus la salinité
du sol. POur la s@nsibilité des légumes l'J la salinité. se réferer eu Tableau 1
Sion a un problème de salinité du sol. on pourra y remédier an observant les conseils
suivantS:
l'lê plIS utili31!!r des engrais Qui contribuent a la salinite du sol (Chlorure cl" polasse. nllrate
et éviter les dOSêS t';xceSSIV8S ainsi Qu'un apoon trop loealisê
manas. autour des surtout pour le semis el las JeulîM plel1ft'l repiqués
- d'lOISir dl':is l':i&DQOeS cau OU mOlf\8 senSible!; il la de sels dan6 19 sol.
assurer un IlOI'I les~;lIvflge des s@ls du sol ;avec de l'eeu Douce (plUies)
- ullhser des maUères orgamaues bien decompo~èes !!lI pal.> IrOp k;.l.Îches,
En cas de dOute sur ou la salinité d'un 30) il faut faire analyser un échanlillon
du sol.

1.2.4. L'HUMIDITE
Il laut éviter les $ols qUI risquent d'être inondés ou trop humides (bas-Ionds, bords des lacs et
des rivléres) car les racines des plantes ont besoin de l'air comme de l'eau pour leur Cl9iJAlc'lO-
pement Plusieurs cultures produiront des recolles de mauvaise Qualilé sur ces sols
pomme de terre) et d'autres peuvent souffrir de maladies suite a l'humidité excessive.
Il ne faui pa~ oublier que 1'@Hu est le facteur déterminant Dour la prOduCtion meraïchère, maÎS
Que tOI.l\ excès caul se réVéler nUlslOle Il c~tte

11
1.2.5 CONSEILS PRATIOUES POUR LA FUMURE ET L'AMELIORATION DU SOL
l amélioratiOn (Jun sol O1În!ii1 qUI;> l'application d'un@ fumure de fend et l'rUne fumure O·amrellen
êJvee ("lM maflGfI3e organiQues el de5 engrÇli~ chimiqUI!!!!J. d@vronl ëlrE ba5t'!t'!.'\ sur lïnfl'lroreflllion
d'une êJMIYM de MI el sur (feutreS aonné\lli tli/ili QW h;! tYPQ d!;J cullurë, I@ slade de dtvelôPI'H'}-
mimi d@ la. culture, el~_ Pl'lur la plUPllrT DOB Dolila maraîchers clii/ci iii/si difliçil@ml!!nl r8<1thsable el
dam. ce ça6 on pourr;;l !>:@ r~ler!"!r <lUX dMe~ t'!! schemM d·ElooliCalion mu esoQcQ dam. les fi.
cnes techniQues [Jur culture. CeG r\;!çomm"-nd~\iDn:l!i n 'onl qu'une valt'!ur indlclltlvB m devront être
tldl'lptees en foncllon dOS (Jxoérlenc'ds locale!;; en matiè'l:!! do;, fumure. En plu:'> de ce!'. recom-
mandat,ons speciliquE~ t'ln liel'\dra cômplê l1es conseils ora!laues sulvanlG ;

- ulilis@r, sUIvant I@ type dEl sol .,\ Iii) culture, enlre 15 el 30 kg dl"! lumier ou de compost, ou 8n-
lrliil j 0 el ~O kg de poudre d'ar<ilchid@ sur 10m 2 dl!! pll!lnchl!lS comme matière!> organiques.
- il feut qu~ I~~ MlItlêrêS ôrganlflw~5 SQII":/'\I bien oêcompcsées el M Il":s enfOUit l1ê prêfêrê~tê
quelques ~emalnes avant la ml~e en culture des pla.nche:!!, pln un boi!chage_ D!!Issli!ché@s 81
bÎ!;;se'<.lS ",ln 1;1,lrl;;),ÇQ IQI; mali(jrQS organiql,l\i,lli pn~"'9nt9n( p!i;J1,J d'intérêt pour les culiur9S_ Rép8lli1r
reoUJle~emMt lM 11000111'\ l''ll1 mMlerM OmMIOUM MF daM lM l"CI'IM tl'OOIMIM lM Mis S·l'lOOOU-
vri 3 !!!iliiml n;~\l!ll iv@m",nl vil@.
- compléter la fumure organlQve p;;l.r un apport d'l!Ingrlllili milllltrlill, ",n f'umure dt'! lond evec la
matiere orOMlauB. el en rumure (J"entretlen suivant les besoins d'ilS diHérente~ e15pscss-
ConlSull@r I@!i fich",s IEchnique:s pM tUiture et I"encadroment. L'azote SI. en moindre mesure
la Dotasse miQrent assez rapidement dans la terre, Il hwt donc 8vil8r de lèS mettrt'! ~n p~otM­
d8ur surlbul dllM II:~ :'Iôl!'! Mblonneux_ Il aBr aussi oréférable de fractionner leur aDDort. L.e
ghQ/i;ghor~ 'ii6t blO'aucoup moins mobil"-,, on le mel donc erl une seule fOi5 en profondeur et en
Bul1ace.
- l'M~aMaClie oes engrsls peu! se faire à la voléa (F/ç. 70), \>l,Idoul en fumure de lond lIVI!lnt \@
b~chag@,ou Joc.illllli8 (b<lndt1S. <lU pIed de::1 plantes. lione;'!} M fumure /'fMtrellen suiVI a·un ro-
tlsSIIClC ou CrU"
grl1HIQe pour l'IncorpOfQr \>l,lpgrllclElIIQm8nl Ne j.!!mlilili mllll,!rl!l de ... en~r<'lIS :!!ur
les leuillej el le:> bouroeùn$ CM Illet! l'lWI/')_ IFla. 31. 1/501.
- birs SLJ;vr,., un O!Jpandagli! d'en\;jrfllj par Jn Mr6~l\OI": el veillor à. I"humldlfê du 801 car If! nlame
n'ab~orbo IQ& éIQnlQn!" nulritil" qu@ disliou:!i d<lns l'eau.
- il VBul mieux meUre régullérgmenl des pli."lIh~s qUl!Inlrlés qu'un@ grande quantile en Urie ~eule
161~. Ne jemel5 MM5Mr une dose ae 50 Q/m J en une !ii'dullil (oiG.
- COnlilE:l"ller lé5 $t1t~ ('j'eromôlll t"J1ê:I'IIW el'lll,
- I,lliliser des UnH8!!i dlit poid!ll al d@ me~ul'e !1iMplê~ et pratl~uM Mur les engrale al la matière
orgunlQue. Un seau de 101. J;lar exemple. conlil!!nl norm"ll!Im@nt 10 kg d@ pbudrt'! d'flrl'lt:hll'le et
7,7 kg de fUMier de ocre sec. 1 verre ae lné contient :-':: $0 9 d'engrais (10.10.20,1&.7_7,
B 20_ , 0) el 1 boïle d' allumellt'!i'o CMtll'lr\t l_ 20 Cl (11'\ COB engrais (F/fi, 2e1.
- exèCl,lter un chaulage si l'acidité d'un sol pose des prùblemes et une opplicMIM de l'lI'lOSl'll'lo-
gypse s'il y a des problèmQS de salinile.
- EiBElUrer un bon drilnage de5 Gois IfOP hl,.lmide~ 81 pEindanl l'hivl!!lrnage (planches ~urèle\lée:'l,
blIIM~1

'1.3. LE CLIMAT (i;T LIIi~ LIIi(.;jUMI$


Les élémenls du dm,,! qui OI'\t ul'lê'; influMM aur la orooucllon des cuflures maraichéres sonl: la tempé-
rature, 18 lumlere. le vent. les pluies et l'humidité de l'air. Comml!l 18:!l monlrl!!lnl I@~ Ta.blel1U)( 4 1'1. l'l! t"J dM tem-
oérslUres el de la pluviométrie, ces @lsmO!Jnls soni Irè:\ VMIAble5 en lonetlon dM réglons climatiques du Séné-
glll, et limltèl'l1 MW/Mt le cnolx des esoèces el des variétés légumiè,Et5 qu'on psul y faire fi ce:rleOiM eooaues
de l'année (fig. 32, 33).

J F M A M J J A S 0 N D
DAKAR. 2U 20.8 21.3 21.8 23.2 26.0 27.3 27.4 27.6 27.2 25.6 23.0
KAOLACK ~d.8 ::?ô 5 21:1.5 296 303 300 28.7 276 28.1 28.8 27.8 26.2
ZIGUINCHOR 2'1.0 25.7 27.'1 26.0 285 28.4 270 264 27.0 278 27.0 24.0
ST LOUIS 22.0 22.3 22.2 :!L8 22.:1 25.7 27.8 28.0 28_5 28_' 25_6 23_\

a) températurM môYMM8 en -C

J F M A M J J A S 0 N 0

DAKAR 0.4 0.7 0.0 0.0 1 1 9.4 90.'1 223.9 174.8 63_6 2_1 2.8
KAOLACK 0.5 0.9 0.0 0.1 7.8 61.1 160.2 295.1 200.7 63.8 4.0 2.6
ZIGUINCHOR 0.1 0.9 0.0 0.1 9.7 125.\ 3e~.7 53~.d 361.0 146_0 6_1 O.g
ST LOUIS DB 1.4 0.0 0.2 1.3 7.2 44.2 160.9 è6.7 26.5 ~.4 3.3
tll oluviomerrle moyenne en mm

Tableau 4' Tempéra/ures moyennes et pluvJomefne moyenne fi Quelques endroits al) Sénégal (moyennes sur plUSIeurs dizaines d'rmnoos) (2).

1.3.1. TEMPERATURE
La plu~ grande partie des cultures legumières préfére la fraîcheur de la saison sèche pour une produc~
tion optimale. Parmi elles. on Irouve l'oignon. la pomme de terre. la carotle. la laitue, le poivron. le navet,

12
LE SOL ET SON AMELIORATION

Fig. 25. Matières organiques: le fumier décomposé.

Fig. 27. Matières organiques: le compost décomposé. Fig. 28. L'utilisation de mesures
representent 40 g "·"'.rIm'"''''

Fig. 29. MetllH88 organiques: la poudre d'arachide.

Fig. JO. PrOOI(Jmtfl lié au /JO/.' réli~ti{)n du chou


sur l'acidiltil ,,1 li} salinité d'un sol
rl3ConrtllvtIJ de!'; lourbléffls des
u Mayes 0,

Fla 31. 9f1 caniaCl Ci/fiGl /WOO 168 fBulllfJB riSQue lie 18

13
CLIMAT ET FACTEUR fi HUMAIN"

FUJ. 32. Le al/mat Dt 164 ClI/IlJfl'Jli mfifalCflsrss. Flg. :JJ. BDIID CUItU" dB la/fua DfM1uJt6
mCJflIO ;l gf:;J/fIOS qU:;J(J(j JI fjJl po;md;;1!11 1<1 sal$on fra/CliP,

F/g. 35. Un Dan fwcarJUlmfml Uliltl proOUCIPUf$ Qs;1 I<lO'»P"""''''U''''


D-OU! la !QlJfilil/1J ou /l;l production. une $'9.101:9
Hon gn COUTS gn C;ls;>m;lncI:J.

Fil]. 34. LGI1 culIV1QI1 mal;1lch()IQ11 SOn! 1iI,,1.


qn ffi::lln_d'œulJrfiI qu;;IiW~~ Id
récal/ft dOl III lomMI",.

Fig. 3fl La commercialiS:1IîM rJe la prOducrion Fig. 37. 1/ est important de


problèmes sérieux a certames DQI·jùties une balance
en tenir compte lors de la planification potager peul

14
le pois, le chou-fleur, le fraiSier, la tomate, le chou, le haricot nain, le melon_ On les appelle parfois les
cultures de type "européen ...
Les quelques cultures Qui preterenl plulOI la chaleur sont le manioc. la patate douce, le piment, le bisap
elle gombo. On les appelle parlois les cultures de type «africain ...
PlUSieurs legumes Ou variétés de legumes peuvent etre cultives pendant presque toute l'année mais,
suivant leur preference pour le froid ou la chaleur, donneront des résultats très variables en fonction de
la zone et de l'époque de culture_ C'est le cas pour certaines varietès de chou cabus vert, de tomate et
aussI pour les cultures de jaxalu, pimen!, aubergine, patate douce, pastéque, bisap, chou de Chine.
gombo, courgelle, concombre, haricot à rames. navet chinois, etc ...
Pour les exigences ou les preferences de chaque culture au Sénégal, il faudra se reférer aux fiches
teChniques par culture_

1.3.2. LUMIERE

Les cultures maraichères sont des cultures Qui prefèrent le plein soleil, donc il faut èviter de les cultiver
à l'ombre. Cependant, dans des conditions de chaleur excessive, on pourra envisager de les protèger,
surlout les jeunes semis (pépiniére) et les jeunes planls repiqUéS, par des ombrières pendant les heu-
res chaudes de la journée.
Certaines espèces et variétés comme l'oignon, rail. le bisap, la pomme de terre, la laitue ... ont besoin
d'un nombre déterminé d'heures de lumière pour pouvoir produire des récoltes. Ces besoins en lumière
sont souvenl liés a des exigences particulières de lempérature el ainsi, il ne sera possible de faire ces
cultures qu'a certaines èpoques de l'année.

1,3.3. VENT

Plusieurs cultures maraîchères sonl sensibles aux dégâts provoques par le vent, surtout l'harmattan,
vent chaud et sec. souvent chargé de poussière, Qui souffle pendant la saison sèche. Tout près de
l'océan, le vent maritime parfois chargé d'embruns, peut aussi provoquer des dégâts aux légumes par le
sel qu'il contient.
L'haricot esl un exemple d'une culture Ires sensible aux dégats provoqués par le vent (Fig. 148, 268).

1.3.4. PLUIE
L'activité maraîchère élant surtout une activité se déroulant en saison sèche (octobre-juin) au Sènégal,
Impose l'utilisation de l'irrigation pour satisfaire aux besoins en eau des cultures. Même en hivernage, il
devient nécessaire d'irriguer car les pluies sont souvent irréguliéres et insuffisantes, Les cultures ma-
raichères ne supportent peu ou pas le manque d'eau, qui se Iradulra loujours par des perles de récoltes
parfois très Imoonanles_
Plusieurs CUltures sont sensibll':s é l'excès d'eau provoque par les lortes pluies de l'hivernage et il fau-
dra donc assurer un drainage, surtout en terrain argileux, en donnant une lorme legèrement bombée
aux planches ou en cultivant sur des bunes_ Les pépinières en plein .lIr en hivsrnage ne réussissent
souvent pas à cause des fortes pluies qui les détruisent.

1.3.5. L'HUMIDITE DE L'AIR


L'air sec de la saison sèche peul provOQuer un dessèchement du feuillage des plantes qui risquent ail"!-
si de flétrir. Souvent ce flétrissement ne sera que temporaire et la plante reprendra sa turgescence pen-
dant la nuit ou après l'arrosage, mais si cet arrosage est insuffisant, ce flétrissement peut continuer
Jusqu'au dessèchement complet de la Dlanle.
l'l'Ilr humldè fAv6riSê lé développement de certainoG maladies. C'est le cas en hll/srnage, lorsque les
l':cartements sonl Irop s .. rrlill' Qn PQpm143r€f ou entre les plantes en culture, al â. dos endroits mel l'lerés
comme entre les tuteurs de certain~s cullures (tomate, concombre, hariçot il rames) ou Juste à côté
d'un brîse-llent. Il félut Clonc assurer une Mnne BératiM déS cultures.

1.3.6. CONSEQUENCES PRATIQUES POUR LES CULTURES MARAICHERES

- choisir des espèces et des vanét~s d@ lègumes en fonction du climat de la zone el de la Dériode de
l'annee,
- éviter de çulllvGr il l'ombre des arbres ou des nAtlmentt'l_
- Installer d@s brh.e·..,enl pour protéger les cultures du IIsnt,
- assurer urie humidité correcte du 801 Dendant Ioule la périMe de culture, par les arrosages, un profil
adapte des planches, le drainage,
- respecler les écartements corrects des cultures daM lé but d'évltAr une séchereHe ou une humidité
excessive de l'air autour des plamas.
- protèger, si nécessaire, les pépinières et les jeunes plants de la chaleur excessive par des ombrières
failes de feuilles, de tiges de paille tressée ou de crintings formant un toit supporté par des piquets
Ou des abris individuels faits de feuilles de palmier. Enlever cette protection quand elle n'est pas né-
cessaire, car les légumes ont besoin de beaucoup de lumiére.
- prote91!1f 181i pépintères des forlss pluies en hivernage,
1.4, lE FACTEUR "HUMAIN ..
AV/HII d~ l'le 1,')I,cer flôi'\;') lU'e 60Nôh6Î1 mllrE!ichére dans une cerlmne z:one, Il fnul consIderer le fadeur "hu-
ffi<lln" dQ LI prodvçUQIl 9\ de la Qui orodulra 108 ? QUi va encadrer 109
oroaucreurs:' QUI Yb. OMMmmer 1::1 OUI MIt'IMe:rtlôll."Nll la ?

1,.Ii 1. LA MAIN-D'ŒUVRE

Lei culturelii miJrOlÎchèras sont exigeantes en mall'H'fœUYre (FIC. J.f, Il faut dOl'lC l'Ju'il y (lit ~ufti­
Sâmmenl de personnes: dans I)'W :zone et sur un périm";me maraicher Dour exécuter les Travaux sur les
Dlanones CIe l~ourl""II:!\. Le Tebleau 5 monlre le nombr@ d'h@ures de Irava;1 pour cultiver
1000 m" de légumes, sans commer les arrosages journaliers dont la Ouree esl très vanable,
de temps. On comme Dar exemple IflWAlllêur psul assur@r
r èll:hôurè el de iOOO 1 (= j!no 56 x ~ arrosoirs 10 1) o'eau Dar heure a Dsrtlr 08 MeU'lI!lS
dlsl:wtgg d'en moyennQ ~O !TI oee DlancneS 8 arrM6r. LM Ol"liHreA oril!:nlfllil:> du Tôbleau 5 ont el .. oblli!-
nue en MétlOI'

Chou Pomm@ d@ 18rr8 Oignon


TRAVAUX
en Jour~ 1001 110 j

Peolnlere 12 h 20 78 hOO 19 h 00
Fumure 13! du terraÎn 15 h 10 18 h 40 '4 h 30 18 h 30
~Iant~llon 91 rGmpumemerli des Dlanta non mDrl!'. 22 h 50 18 h 00 BQ h 50 16 h 50
Sarol80M 22 h 10 17 h 00 45 h 00 16 h 50
Fumure d'en!rslll!!n t'S h 20 12 h 10 6 h 00 7 h 00
171'\00
91'\30 5 h 00 5 h 00 8 h 20
Récolta 13 h 20 87 h 30 33 h 00 58 h 40
du I@rrain 16 h 00 la h JO 17 1"l00 15 h 30

TOTAL 117 h dO 1 Bi' h dO 269 h 10 138 h 40

T:Jo!e;;,Ju ~ NomOf() ,rMUrO!} 110 m.wa/llJaur 1000 m' dé au{';kJuc(j ouUure" (m

On ",dîme qu'sn moy@nm;~. il I~ul .3 à 5 gy . . rhne en Dlrmcnel'lce Dour talfe un heetare dt Ma-
ralMaae, 0 oerti!IIi'lS r'nOmenb fl:>:>I:lle3 pl'lr unI'" main-d'œuvre tempor:,jltre pour blilsolns ponctuels
comm", 1;;1 plarmnlon. la récollliI, li/le .. , !..I:I mam-a'œuvre salariee re.orllMlite UM dè!'lt"!Me ,...... ,..."'......
{tôM 10 I:ltMu~!iM mô.michere.
Av~ç ...mit main-d'œuvra familiale. Il 6S1 OOSSIOIB. sUivam \13 l'IOml'lra (lM meMbre:". de la famillè, de hure
un familial d@ 1500 2l 5000 m~. un 9H.JII.llXlmant de producteurs. les surfacee oulfl-
vees Dar me more oeuvenr être tFM variablM er voni de quelques 8 WO m 2 . La $vr1a-
ce alors d8& besoin!i> de çhaQue tlu grQupement Dour rauto-cMeommatlM et/ou la
venté La oroducrion maraïCl'\efe destlf'lêe fi la commercl"llséllion doit être $UHiIii~mmellt rèmunèratrlce
pour valoriser le travail OU paysan el de sa famille. alnel que. les II"Ivesb5~èmenls fllils.
Celle marn·d'owvr@ doil ;;IUSS! être qualifiée. Conlrairement aux grandes oultures. t'If'\ mal"al~Mge. lm
aura plUSieurs diUl.lnes el d@ VliIri@I@§ ~ cultiver qv i ont louleli leurs eXigences panlcullèras
en ce Qui concerne les teChniqueS OUituraJea. la Drotee1lô1'1. la recôlte, la 4!!k., 8\ il fau!
donc quI'" I@s liu.!!:i'!il@n par leur encadrement. sOÎQnl cBl.)atlles ae Droouira cee cultufee de
taaon oorrecte (Fla J5J

1.4.2. L'ENCADREMENT

E ... l'absence de producteurs el il devient lrès imoortant d'assurer un Mn eneâ-


(trement teehnlQue dM maraJchers MI'. année la des techniQues culturales
ainsi Que des problèmes phytosanitaires et de leur contrOle. occasionnent des pertes de production très
PlUSieurs donl l'Ecole Nationale d'Horticulture à Cambérène ainsi Que les Ecoles
aes Agents TecMIQuee, et des Centres ('je ForMation fOrment l!inn@@ des Qualifiés
811 horticulture. Ils êlp;iI reçrulo& IJ'U les Sociétés oe Développement. les Ser'\Jié~s de l'Agricul-
ture et les projets (j'OrgMI~II"r'\èS Non Gouvernementaux 's) afin d'assurer l'encadrement des
n'll'lraîchere. Il eM ImoortlH'\f d~ dOlér cet enC6drement de mOylin!ii. nécessalr~;H" POUT leur travail
@I d'en ;ilssurer 1;Ii lorm"Uon conlinue p:;!f dg!> rgçyclageS rQQull'iire (Fig, 35).

1.4.3, LA COMMERCIALISATiON

Une P8rlle ae la production maraîehére sere vendue sur 1815 (Fig, 36). La commerciali-
sation est un asoect encore trop souvent dans la. planification d'une activité Cha-
que année on continue à observer qu'il des moments de forte production. vOire Même de surpro-
dUCtiOn, à la fm de la saiso!'! sêCM, el des moments de pénurie de surtout pendant rnlvernage
et en début de la saison Mahé. L'offre de légumes Sur les marches est donc très variable,

16
On peut considérer Que la demande de legumes par la population d'une certaine zone sera
moins constante pourvu Qu'il y ait des légumes sur les marchés à des prix raisonnables
l'année, les étant des denrées ne se conservent peu ou pas,
pour cultures, leur commercialisation sera donc dirigée par la loi de "l'offre et de la deman
de ». le prix sera faible en période de farté production et élevé en période de faible production,
la 1 montre de taçon simpl1fié, révolution de l'offre, de la demande el du d'une culture
maraîchère avec une forte production pendant une partie de la saison sèche comme cela est souvent le
cas avec certaines productions tomate. pomme de terre, etc,.,).

F.CFA/KG TONNES '---: prix


: offre
1 - - - - :demande
/ \
\
/
\
/ \
/ \
/
\ .'

--------. .'
~.
\
-.-.,-. -. -,~- -~-_ ...... ~-
" ./

SON D J F M A M J J A (mois)

Graphique 1, Exemple de révolution de l'offre. la demande et le pri)(


d'une production msraichére pendant l'année.

Le Tableau 6 montre un exemoie de la fluctuation des oendant l'année, (fun kilo l'U,,nl'lr'l> sur
qvelQuei miilrchés au Sénégal.

Forte production

Mois

Marches J F M A M J J A S 0 N D

Marché à Dakar (19S:ai 175 170 214 175 151 119 150 189 241 225 les 18i
M1'H'~he il KlIOleck ('983) 200 196 169 72 127 43 89 '21 197 180 179 189
Marcné à Ziguincnor (1985} 206 170 187 141 118 101 154 191 181 193 181 187

TMI/MU 6: Prut (){)ur 1 kO tfoi,,n()M svr amorché:;. iJU S@n@f}sl pf/ndélnl vns ann@@ (4) (5)

Si la oroduction maraîchère est sunoui destinée il ID vente, il est necesgeire de bil'!/'I etudiêr la situation
des marchés locaux et des marchés urbains. allan! de démarrer le prôduction. Il faut au$si
connaître la $i!valion des autres de la région Qui peuvent se situer plus proCheS IlM mar-
chés et rYHeu)( desservlés par un résesu roulier, comms dans le cas des ceintures vertes ., autour des H

orannes vlHes. el l'l.ul seront donc beaucoup plus COMpétItifs que les dans les ~ones encla-
vées et loin des marchés. Dana oe dernier 08S, Il sera Intéressent de cultlVér des @:!Ip@ce~ pour
l'autoconsommation au niveau du village ou des qui 5upportel'lt mh'~U\l: lA èMMrv&tion et le
traMpOI1 bulbes, racines et tubercules) .aiMI qUè des Aspeces qui se transforment pll,.ls laçi-
lemel'lt et bisep secl'lés, CClncentre de tomates).
Dans le cas d'une productÎon destinée à d'autres problèmes peuvent se poser Qualité. tri-
age el transport, cons@rvâlion au Ir~1 i!.É;nen, ele., deviennent des faoleurs !rès imoor-
hmls el Il va sans dire que ce type de ml'lraJchage se hmlh... en gênerel a d@s zon@i favorisées sur le
plan de la production et des infrestructures et qU'II se lail par des maraich@rs ayant bel'!lucoup
d'expérience. et qU'en ee maraieMge cre>tpôrtBtlon êS1 SOUMIS à des systemes et cirCuits de com-
mercialisatiOn organisés, La prix oe revlsnt ds csa cultures est en pluS élevé a cause de III
Qualité et des soins à cea croductlons.
'1.1. L.1i FACTIiUR "FINANCIER Il

La nroouCtion dB culllJrM n'l1'l.rlliCMrM l'IMM.''\lte GenlllM In\l~MI!!I!!I~Mêl'lt! .:lé M~é dM$ It but
mOY4illltii dlil groductlon, 1..' de ces inyestissements est yariable suivant l'amoleur el le
COOl:lDhon de Iii env1ug@s Il esl Imporhm\ d'.i!l'!i:Uf@r un" bonne !jedlon dEI l'exploitation m:udÎchQa
H~ \il ",Ue yeUI être renli:lOIIiil el rémunQrmnce.

1.~, 1, L.E$ MOYl:NS 01: PRODUCTION


On OIstlnoue deux ClIteCOriM de moyel'\5 cse I)fodue!IOI'I ; I~~ " fl:\cteU(5 " dé el les" agenl::l
d@ " ou les" inlr;i\nls ..

1,~, 1,1, L.fS FACTEURS DE PRODUCTION

I)rodl.lctlQn sont la !eHe. la malfl-{1 œuvre oerlTlllt'lMte. la clOture et lei'! brll.,é-


vent les le:. puil~. l!!Os conslruchons, 1€!!5. outil!>, elç .. Lei à
ces de nroouCllon BOnt rrM peu. l'lU même pa!. du t6ul, mfluéncées par I@ cho.x des
produçlion\>, çl';il sont des charges IIxQs. POUf la oluDfln (rentre eux. on doIt nrevolr une dèpre-
ci~tl6n ::'IUf "nn""@;;; suih!! .il Isur usure norm;;4le. Ceçi s';aPPIi1I1Ii1 el le
maraiCl'!er deVrlI en tenir CClMpte pour le ou iI!1 (@mis@! .. n élal de çe&
facteurs de pfoduclion (Domos, nUlls. outils. Mnoar-8ècMlr. êtC. ).
Dans Iii) cas a'un net!! potager. le rameur de orMUl'ollôn le plu~ :Je ra l'" oullllage n ou
le " matériel "'gr/col@ "

U) FI(j. ;]9 DIS mon!re QuelQUeS oullls .. IndisoensaOlBS .. MM le MarOiChoQe.

Fig 30 Ql.lli/lqlll»lIl)utlls II'U!lllfj()l'IlMbleéJ DOU( le mO(i!ÎchaO@

- 1.. b()ghU (1) sen a retourner la terre. ê enfOuir la à creuser des trous el des tr9/1-
chèes.
- le râteau (2) sert a émietter la terre. niveler et nettoyer les planches.
- "arrosoir (3) s'utilise pour l'irrigation. La pomme s'enlève afin de donner des
''''lI''''''''''' au pied de certaines cultures concombre, tomate ... ).
le pulvérisateur (4) est mdispEmsable pour eHectuer les traitements phytosanitaires avec
des pesticides du type .. concentré n ou " mouillable Il,

18
- le seau (5) sert à transporter l'eau pour les arrosages el les traitements. Il peut servir aussi
pour le transport des engrais ou des récoltes à condition de bien le laver chaque usa-
ge.
le transplantoir (6) sert au déterrage des plants en pépinière et permet de garder une malte
de terre autour des racines. Il peut aussÎ servir à faire des trous de plantation.
le plantoir (7) sert à faire des trous de dans le sol. Un morceau de bois pointu
peut servir.
- piquets et cordeau (8) servent à marquer les limites des ainsi que les lignes des
semis el des plantations.
- le mètre (9) en bois. mètre ruban) sert a mesurer et à délimiter les planches et a mar-
Quer les écartements.
- la serfouette (10} sert à exécuter les sarclages el les Un 1er à bélon recourbé el
aplati à son extrémité peut la remplacer.

Les oullis " utiles» qui faciliteront davantage le Iravail des maraîchers sont·

- la fourche à fumier qui sert à manipuler le fumier, le compost, la paille et les las d'herbes,
à ramasser les débris el parfois à faciliter la recolle des tubercules el des racines.
- la binette s'utilise comme la ser/oueUe pour les et les binages.
la houe sert â préparer le terrain, creuser des trous. faire des buttages el des billons. Elle
travaille moins profondément que la bêche.
- la brouette est le moyen de transport au niveau du jardin.
- la machette sert à débroussailler. couper les herbes, couper les piquels et les èpointer.
la batte s'utilise au lieu des mains pour tasser le sol les semis. C'est une petite
che avec un manche.
- la pelle sert à prendre la terre,
- la poudreuse esl nécessaire pour l'application des pesticides sous forme de "poudre sè-
che ~.
paniers, sacs pour les récoltes.
verre li thé, boîtes de lait. cuillères, boites d'allumettes, etc ... peuvent servir de mesures
simples pour les el les N>(,I'I"'lrl~,,::
la balance est Irés utile voir nécessaire pour peser les engrais el les récoltes. la Fig. 37
montre une balance simple à 12 SOrllE! d'un Dour D6ser leS récoltes.
TOut ce m.;tt8ri'i:ll dol! s'irvir pends!)! nlvaleurs Mmpeone~ Il faut donc prendre bien soin de
. ~es oulil~, Il1Is utiliser pour le seul usage aUQuel Ils sonl destmes, les ranger dans un abri au
Jardin ou chaCun d'eux a une place précise, les nattoyar aprèS le travail et les entretenir {grais-
sage,

1.5.1.2. LES AGENTS DE PRODUCTION OU LES INTRANTS


Les "agents de production» ou les «intrants» sont l'eau des arrosages, la main-d'œuvre tem-
poraire, lê:!i semences elle malerlel végétal. les pesticides. les fumure$ QrganiQues el minera-
les, etc ... Les liées .il ces intrama Bont proporrionnellè$ au volum@ de la production el
li là lin dEi! cell* prodvclion.
l'eau est ,'mWlI1\ I@ plus çQûteux dans la production maraïcMre. Son pnx peul être calculé au
m' rendu l'lUX plantes 81 sera très diffèrenl en lonctîon dU d'exhau['@ @I uti-
lisé.
L.a meln-d'œuvre aussI constitue un posle de dépenses Irès imoortal'l\ dans le maraîchage car
c'ssl une activité eXigeante en main-d'œuvre Même si oette main-d'œuvre est familia-
I@, ,1 faut Que le travail soil rêmunèr8têur
Le coût des semences, du matériel végétal, des fumure, et des pesticides est relativement
faible mais il ne faul pas sous-estimer l'importance de ces intrants dans la réussite de la pro-
duction. Pour les fumure!> et les pestiCides, on dl.'!poSêra d'un ~Ioçk de ces au niveau
de "éxp1oilatlon, dans de bonnes oondltÎons de stockagf> (pu d'humidité, frais. obscurité, de
nr'.I ... " ... r ...... pas ~n cantac\ direct avee le SOl 1'I'\I!li$ ,svr diS ou das étagères) En ce qUI
concerne la type et lB quantllê li stOCker, Il faut se relérer aux liches techniQues par culfure el
aux chapitres sur le SOl et lM fumure~ el ta protection de$ cullureti,
Les semences el le meteriel M se conservent peu ou pas dans des com:JltloM ctli'lUdes
@t humides el il vaul donc mIBUl{ de 105 acheter en debul d@
Le Tableau 11 donne une indication de la durée de conservation de semence!> marai-
Mères dan.'! des conditIons favorables, c'est-à-dire fraîCheS et seches.
b. T abl8;<1u 7 montre l'Importance rel.a\Mil de qU8lqu8!'! d@p@ns!!!. pour OMS le
M$ d'unê pêlite mÔff)Ichere :'lM:'! trop Clê ëhM(lM fl1:M lI~etlt outlllAOê},

Chov Tomate Pomme de terre

Ml1lrH'j' œuvre 16.6% 24.7 % 30,2% '8,2%


Imgellon % % 44,4% 38,g "/ô
Semem;eG % 5.0% 12.7% 30,0%
FUl'l'IurM 12,1 % 1 % 8,6% %
Pe~ticides 6,0% 6.6 ok 1.2% 2.2%
Petit Outillage 3.0% 3,4% 2,9% °/ô

Tobleou i. GomoaraÙ'iCJf1 de dlHcrenlo (loolc" de acpenoco Cf1 DoulVenlacre du OOÛ/ lo/al de ,-/ur:'IIIW•.\

1.5.2. LA GESTION
la des paysans, l'oblectlf recherché en produisant des CulturElS maralchéres est l'ameUora-
lion d., levr revenv monètaire. Ceci n~çessi\e une bonne de maraichere et donc
ul'\e e1lCceliente tOnr'iflÎ!I~flnc:e dt':~ techniques de production, ainsi que 1.. maîtrise des asped!'! @conomi.
aUBs el financiers liés à la oroducllon. Il flSI Imoonant DOur la maralcMr de Illen gérer les InvMtlsae-
menls Qu'II a fait. soli avec son argent personnel, soli à l'aide de financements externes (prêt crMIt
agncol@, projet d'l!:!Hilslanc@) el d'en ;u:!!lursr III rlinb,biIiL@, Un@ m<luvaÎS!il 9Gt Gouvenl la çause
oe rechec {flme emrsorlea maraïCMre.
Le "I:!rodult brut" eSI ta val,</ . ,If de la rnaraÎchere au moment OG la veme. C'eSf le nomtire de
kilo!! r@cO\\I;;!t!i, mulliphè par le orbi CIe vente l'lU kllô Il faut donc peser I@:i< récolbt§ ;;lI nolC;lr
loe prix de venle en foncllon du temcs et oes marcMs. Geel oermenra (le MMler It'ls moments de pro-
duction el les marchés les plus intéressants et faciUlera ainsi la prise des déoisions de la gestion
l1e l'exploitetion Mêlreioi'lere
De ce oroQl.llt bruI. IIlauan'l ensuite oéOulra les cnargas oas «agents CIe OrooUQllon .. ou lies "mfr8ntl'l"
et ain:'li on obtienl 11'1 brute" de \a produchon. Elle de comparer la r@ntabilité de diflém~n.
les entre elles. donc un 01.1111 de gestion Imoonanl,
il hwdrl'l @nCOf@ hlmir dl!ls "fix@s" d@ l'@xploltallon avant de çalculer le "revenu
not" , Ge ~ravenu nel" dOll valoriSer le travail et las risQues prIS pEU le maraiohêr et, eventuellement, ~tl
famille,
Il 8~t important d@ ne pl'l~ con§idérer I@ " brui ", c'est-8-dir@ l';;\rgsnt qu@ l'on reçoil <IV moment
oe la vente l1a8 leauma8. comme le "revenu neh eT il faut donc menre une Ol'Ii1le ('j~ cet araent de côté
:a/in dlil couvrir 11iI!! [rlii" dlillii dilfurenl" moyenl!!: dlil produdion pendant le" camp:agn€l!;; m,;;"r:alçhQnill< ~vc­
C8sslvBa,
Dans le cas petite exploilalkm maraîchère simole sans charnes fixes imporMntes. ôI'I pl':u! st':
contenter d'établir des fiches de comptes simples qui devront permettre de contrôler l'état des Oêpen-
ses et des recettes liées a la prôductiôl'l maraïchere
le cas des Qrandes périmètres marâlchers Qui disposent de moyens ae proauction Importants et
qui ont ainsi des charges fixes élevées nécessitant souvent sérieux, la gestion
n'est plu:> po:>sible 56n5 une comptabilite preCise et L@ur geslÎon 8s1
tleaucouo 0lU8 comollauée et Olfflclle.

I.Qi QXpmfJlf/f; ilJfVinti lffuWQnt IQ Cil? tJ un p~YSlin QUi, svec rSUlfJ lID 4 OU ...'lllrs, il !SI1JtSi} uni} tU/WIll tr{)l!'1nl'1n &ur UII
n(;%re dMiS diUéréntC{j GOndillOrll).
A L@ p3yS;1Ifl r9Spscl8 185: de producl,'on !!'I oblienl un remdem"m de ';'0 fonfl"s;i J'h",c:lilf8 qu'il vend il un
flillutlvflmem DIJIJ CIJf Il Q J)roaul! celJ oIgnons Of) mrluvrlllJo oonservatlon en DllIlne (jDrlOlllJ tftl fjtMUl:t/{)tl
Le cil/Gui des ddf~renls fscteurs quj lUI permettront de juger sur la renlabtlilé de ceMe opimlÎù:m sera comme sui/

al I&S cnarges rueDfmSfU1l flOS In/fants:


3,5 k9 de semenC9S "Jaune Ha lit 09 Valence .. li 11.000 F.CFAlk{1 .. 38500F. CFA
14.5 Itmnl'ls de fumœr a 35DD F,GFAltonne '" 50. T~O F. CFA
- d56 kg d'@nf/':'/s; rn/oP!::!! ;l .50 F ~FAI/(fJ ~ Z2.600 r.GFA
- -'1 mros (J(J (J/mDI!1oa,Ie a 3000 F.CFAII = 12(){J(J F CFA
- 0,5 lilf~ dB mOl'ill:i1fl1 j Môll F. ~FAlJ _ :JOOD FGFA
- 3600 m' (J'dIlU Il 105 F.CFAlm l - .178 MO F.CFA
-.1 ouvri.rspliindl!Jn/4 mD/~;I ~t.d"lô F. CFA J.ifJ,;JQO F,CFA
TOTAL. 811 T.95Q !i.C!"!>.

Le pri)! de l'eau au m J Ii/SI Cli/luJ fli/ndu à la pl<lfllQ QT! I/:man! compte de l'exhaufO, l'Img,won manuelle, la remise en etai
du r:JlJifl'i aplSt QUelques l:am(JEJan8l3. ramOrflssemem de 1 eoU/pement. des MrOMj,s. etc
LIi! paysan l'lilise un p@sticid@ el un mouillanl POU! JulllH conlfQ les altaques CIe /lmps sur les OlgnDns. /1 rospecre aussI
l'uulisalion dos fumures.

20
b) les charges (depenses) fixes
amortissement de son oulillage, valeur 125,000 F.CFA a 20 % par an 25.000 F.CFA

TOTAL; 25.000 F.CFA

Nous supposons qu'il n'iI pas d'au/res charges fixes comme Je terram. la cio/ure. des cons/ruetlons, etc.

c) le prodUit brut (recettes) ;


'= i .000,000 F,CFA

TOTAL 1.000.000 F,CFA

Les bulbes d'Olgnon Jaune Hilld de Valence ne se conservent peu ou pas et le paysan est oblige de vendre sa pro·
duction Immediatement il un moment Où il y a deja une forte production dans le pays.
d) la marge brute.
prodUit brui moms les charges des mlranls le) (al \ 52.050 F.CFA

Celte marge bruIe permet de comparer la renlabilile des productions entre elles.
e) le revenu nel .
- marge brute moins les charges fixes (d) - (b) 127.050 F.CFA

Ce revenu nel valoflse le IraI/ail du paysan, el éventuellement de sa la mt/le.


Les fiches de comptes Simples de cel exemple seront comme SUIt:

Dale Nature des operations Dépenses Recettes

15/12 Achat semences (3,5 kg a 11.000 F.CFAlkg) 38.500


15/12 Achal engrais mmeraI10.10.20 (450 kg a 50 F.CFA/kg) 22.500
15/12 Achat pesticides (4 1 dimélhoale a 3000 F.CFAII
el 0.51 de mOUIllant il 3000 F. CFA) 15.000
20/12 Achat fumier (14,5 tonnes il 3500 F.CFAltorme) 50.750
301t Saltwe ouvners (4 ouvoefS a 21.450 F.CFAlmois) 85800
27/2 Salalfe oUI/fiers (idem) 85.800
29/3 Salaire oUVflers (Idem) 85.800
2614 Veflte 5000 kg d'Oignons (50 F. CFA Ikg) 250.000
29/4 Vente 12.000 kg d'Oignons (50 F.CFAlkg) 600.000
30/4 Salam,' ouvners (idem) 85.800
30ld Venle 3000 10 d'oionons (50 F.CFAlkO) 150.000
215 Amortl,s,semellt petit dU/ll/doe 25.000
3/5 GlI/e;ul du e;oûl dl! 1MU (3600 m J Il 105 F. CFA/m'). 378.000

Fin de la saIson miJraichére TOTAUX 872.950 1.000.000


RéVENU NéT 127.050

B. Le paysan ne respecte pas les bonnes techniques cullUrales et veut économiser sur les (raÎs des fntrants en n'achelanl
pas les fumures et les pestiCides necessaires. CecI se Iraduira par des pertes de rendement et il n'obtiendra qve, par exem-
ple, 14 tonnes a l'hectare.
Le calcul dt; son ,,,,venu nel sllm; commlf' suil

il) les chèlffJe:5 Id"pen:se:s) de.~ in/ronls


commfi A m::.lls moins If)~ ;vmWI#S ~! lfils p.n;I,·ddg~
(I) Ws CnarOG8 IO{/DenSDS} tlXDS:
- commlitA '" 25.000 F.CFA
c) le produit brui (receHes)
14.000 kg d'oignons vendus a 50 F.CFAlkg 700.000 F.CFA
d) la marge brute.
- produit bru/- charges des mlrMts (c) - (a) '" - 59.700 F.CFA
L .. p"ysJtn il perdu 59 700 F CFA, liJ produdiofl d'Oignons Ivi coti le plus chf;f"f! 'lu" ce qu'el/Ii< flilppontf.
e) le revenu nel
l'I'Illr''ll brute - charges fixes id) - (b) - - 84.100 l'.CfA

C, LB pey8an GonnOIt IQS IOchnlQues do pfodul;lion l;;J.fdiv'il el &il/I QU!iI l'oignon de çonsrvfV;lllon se vljJnd Ir9$ bien p8nd<int
/'11""""(11,,,,, Il dèe,rle d'cnveslir dans une construction, un hljflf}M de conservelfll:)/) simt:>/e. [jour (';fOO/(l'!f Mil Oi(JIlOflIl.
Le M/CU! (if:) sa Il/Mlf/on rmancl(Jre sera comme su/( .
a) les charges (depenses) des intrants :
- comme A mais avec (jes semenoes de " VIOlet de Ga/m, ", un oianon OUI se conserve
(semencss au même prix) .. 847.950 F.CFA

2
b) ltr4s (d"r"n:;",,) ILfC:l
c(}mm~ m;;i\· 'III ;;IjvUI;;Jflj J';;,morli!;i;(lm"m! d!i! ~on lungi'l( ;il 2{l % ($ ilf13)
qVJ lUI ÇO(J/Q .:150 QOO F.CFA ~ l~.OOQ F,CfA
e) 1.. produ;/ brui (T1i>c .. /I ..,,)
- 19.000 Irq d'OJonOm5 venrJul$ a 125 F CFA/kt;} - 2.376.000 f.CFA

NQUIi SIiP/JOSlJllli QII Il Q QDI/iinl./ l.me I)fQOIJCIIOIl QO JQ lonnos/M} miJIS QUit. 10'8 de III conSOfvlH/on. Il il Odfl'lU UM tOflfld
un lUlU. QGfmmallon". J.
(J)/lflOS
U: (JtlX (J1I ! {)/(/l'J{)(I e(l hly.;rnô(JC DCul tlte I(Cil clerc Gcr il fi 'r (J ocu nu PO:; d'O'{Inons :SUi le:s marches pendanl cI>He
penode.
d) 1:;; nI;;Jrf}fJ i:JrWQ
- prorJuil "'iiI çflQr$UilS iJelJ ill/fUmS {C} {8} - 1,527.060 LOf A
L 'oir;J(ir)l( de c.;on~e{v/'lhon e:;/ un", :,;p';;cuhdion Ir,!.! rl!!n/;.blfll
e) lé rev"nu fiel
marQfI CJlul& - Ofll1fQI1S flIW8 Id} fOJ - 1... .52.050 F CFA
Co rowmu nDF lUlI ItJf!:Jl'IfI'ltint fJlI/'JMl6Ur " (;elw di'; l'ë)(i';I'IlO/ë A cl ,1 nc: Vl110(U5C non PQ:; :seulemenl/e /riJvilil du p3ynn m"Î~
,1U_~::i' /'mve:>los:;emen/ qu'il il' Il,,) ",.nsi q')!'! (!lS H$qUli':> qu'il il pn'Ji; élfI COfl5:li'fVlIn/I.." oignons

~DnI:/U!;lon • ce f I1Xli!fflJ)IO A Il {lIlSm" un D6U d MI1{jfll d\lëG Id


If} p;;l.l'Siiln oul/urc de l'oignon. mai" encore l!wl.iI Qu'il
t;:Orol)f9nnt; (Jue Il'! l'Mdliii brut n'es! tJ{l>S >son rcvenu nel.
• LQ p::Jysan ae lI~xemt:Jlfi B li DlJft1U SM t()fI'l(J6 6t DM ms/ d'Moen! en orodwsanl de
• L .. p"'Jl5:im dr. /'liuèlmp/Q ~ (1.:1 un !Jon prOQUctliitif liil un Don 90[1IIOn/.l81'o, Il 'llit l1o,s IIlVll,sIISMl'IlanM dl Mt':
pf onl1flJ OQ<,J f/$QVIi!S OfJlOUlflS,
l'om Il!Js CUIWf!JS qui ,;g rQCO/US"l PII unQ fiQul1) (OIS comme IIi!S /lJgumos Q IUtUHOU/QIi, Il Du/DeS (}IJ 1'1 111C1I1M. Il Mt MllltlWl-
men! fl1Cllfi 00 ca/CU/fH J9S T8n11emoflfll el /6 [ml< dl1 venfl1, POUf lM I6(JUmM re>U/IlM {;/ .'Jurloul 1e.5 léoume:!. huils. CECI ~:11
(JIUll 6Ôl'lletl/:we r::I dlln.~ ce Cil3 Il cs/ ulile de lenir d~:1 fiches dt! .t!ocollf!$ ",1 d .. 1Isnl... En /in d9 e.)!luf,:) on CJJcUIOf;;! Jo;;: 10-
tallx de récolle f!!1 dl> priX df!! V81'1/11f .b'lll qUIIf 1.. prix moy .. n, "lin d'urilisru ce-s; rfJn/i:QJtJflQmri!lli; /1;mc lri e;liI::ul Cil 'l>IlJDnv mn,
éXQmp/o Id fOce/Iii> ct, la vli'nr~ Iii! IQQ ml a~ CIJUlJf~ <10 Piment.

Date PrIX v@n/@/kg Tais 1

2.5 j1ô F' CF'A J50FCrA M;m;:h/J Of! I1'OVI

5.5 325 [,CFA 650 F,CFA MtJr(J/U; de Poul


10.5 315 F.OrA 1575 F OFA Mo.chè de Thiès

1 TClTAL T6TAL 33 SOD F- CFA

Prix moyi'm total recertlls '" ==~c.-::.:...:..:. ::: 2aO,44 F.CFA/Rg


tOtal '8001t8 1181<g

22
AMENAGEMENT ET MULTIPLICATION

Fig. 38. Erosion suire a l'irrigation d'un terrain accidenté. Fig. 40. Brise-vent interne fait de graminées,

Fig. 41. Planches avec ados pour une meilleure utllisaliof! de l'eau Fig. 42. Il n'est pas rec.ommandé de cultiver
des arrosages. ml!;Jangees sur la

Fig. 43. Plante de douce malade (gauche;) Issue d'une; mu/ti- Fig. 44. Bou/ure de patate douce saine et un bon champ de
plies/ion vé~1él,~ti~'e;. cafion de bou/ures.
MULTIPLICATION TECHNIQUES CULTURALES

ITIJ/rfl aB Jüll8W UMU~ l'l'un semi:; d.. Fig. 4d. ~c;hantIlIQnlJ Cil) l1emlJnC&8 lie DOllfll} aUGIiM.
f[J.J"'''w"",m paf le DflY0811.

Flo . ., r. Te,,1 dl!! fllilrmlnlllllofl d'un 101 dg i>pmfiflOQI1. <48. Semis dirlild di'! COUfllstt8!iô lin PIJQUfirq.

49. PlanlAlion d@ buibil18S d'olunon allliC le col/el cllrlgé y"rs FIQ.50.


le ntlul.
2. L'EXPLOITATION MARAICHERE
Si les conditions de développement d'une activilé maraichère sont res;pecte!e on peut commencer à établir une ex-
ploitation el ensuite il faudra en assurer l'entretien correc\. Il faut donc.
choisir et aménager un terrain.
- choisir les déterminer un assolement el une rotation.
- exécuter les travaux de semis el de multiplication.
- exécuter les travaux de repiquage, de plantation el d'entretien.
- assurer la protection des cultures maraîchères,
- récolter les productions mara'ichères et éventuellement leur conservation et/ou leur transformation.

Il est important de bien ces s'appliquent. de laçon sur l'ensemble des cultures
maraîchères, si l'on veut reussir la Pour les techniques culturales de chaque espèce il faudra se référer
aux fiches techniques par culture.

2.1. CHOIX ET AMENAGEMENT D'UN TERRAIN


En ce Qui concerne le Choix d'un terrain pour faire du il faut tenir compte des critères suivants:
- le plus souvent, le choix de d'un sera déterminé par la présence d'un point d'eau Qui
devra se situer dans, ou aussi près du jardin Que possible pour assurer l'arrosage journalier des legumes.
- il faut éviter le choix d'un sîte loin des habitations ce Qui facilitera la surveillance du îardin et fera gagner du
temps aux maraîchers.
- le 801 doit correspondre au maximum aux &>vln"",,..,,, décntes dans le paragraphe sur le sol el son amèliora-
tian,
- le terrain doit être aussi plat Que possible pour éviter l'érosion par le venl, la plUie et les arro~;ages 38).
S'il ya une légère pente, choisir la direction des planches perpendiculaire à la direction de la pente,
- le jardin doit étre à l'abri des vents dominants,
- la surface du sera fonction de la Quantité d'eau dont on dispose, de la main-d'œuvre disponible et de
l'investissement Que l'on veut faire pour l'achat des moyens de production.
Aprés avoir choisi le site et le plan du jardin (Fig. 39 biS), on pourra le terrain.
- pour le jardin du vent, il faut installer des brise-lient "vivanls~ (3 à 4 d'arbres ou d'arbus-
tes comme le filao, l'eucalyptus, le neem, le salan, le prosopie. le soump, l'anacardier, le manguier, etc) soit
«non-vivants» (crinlings, liges de mil, sorgho, maïs. Un bon brise-vent doit être et nrr""",,,,,,-
ra le terrain sur 10 à 15 fois sa hauteur. Si cela n'est pas suffisant, on pourra aîouler des petits brise-vent
(mais, à l'intérieur du jardm 40), Il faut laIsser une certaine distance entre ces
brise-vent et les cultures pour éviter qu'il y ail concurrence pour l'eau et les engrais, que les cultures soient
li l'ombre et Que les brisa-vent v~vant5 sêrvenl d'abri aux oÏl.eaux. au)( inaeOfê5 et il certains «\,lIres rava-
geurs maladies).
- Il convl@nt aussi de clOturer le JartHn pour êVller que le bétail. les animaux sauvages el mèmEi I@s hommes.
autres que les producleurs entrent dans le jardin Cette clôture peul parfois servir de brise-vent el sera falle
d'épineux, de crintil"lgs, de tiges de milou da sorghO. de fIl barbelé-, etc, Prevoir une entrée QUI peut se ler-
mer,
- ensuite, il faudra nettoyer le terrain. On débarrasse le jardin de la végétation qui le cOuvre el éventuellement
on enléve les bases des troncs el les racines des arbres il couper (dessoucher). Il faut enlever les pIerres et
les cailloux,
- après le nettoyage du il faudra dre, ..er les planChes suivant le plan que l'on s'est établi pour II"! Jar-
din, La largeur [lBS plMches nli! devra pas dépasser 1.2 8 1.6 m pour eviler de marcher sur les planches de
léQumes seméee ou plQntées. Li!! longueur n'esl oas limitée saut SI le l'''m'un esl accidenté DOM ct': cas, ,1
faut d'abort1 eMbllr le~ IiiIO Iravers de la Deme et ensuIte redulre 121 longueur JUSQu'à ce QUI': Cl'Ilique
planche soit aUSSi Mrizontele que p05~lble, Entre les pianOM3 01'\ laisse d@li p;!iss3.ges de 0.3 à 0.5 m pOur
faciliter l'entrlillien, Plusieurs series de p8uvenl être séosrees oar <:les ellèes plus
- en saison sèche où en terrain sablonMUl(, Qn dresse des planchee à plat avec des petits ados (Fig, 41) pour
éViter Que l'eau d'arrosage ne s'ecoule. En saison humide ou en terrain argileux, 00 fait des planches suréle-
vées par rapport aux passages (10 à 15 cm) et on leur donne une forme bombée. En saison des
pluies, on devra aussi retenir la terre des planches en bordant les planChes avec des de feuilles
ou de branches. des bambous, des etc". Certaines cultures. se font sur bilions (patate douce, pom-
me de terre).
- construire un .abri pour le matériel, les engrais et les pestiCides el éventuellement un hangar-séchoir SI l'on
envisage de conserver certaines récolles (oignon, pomme de terre). Prevoir el aménager un endroit pour le
compostage.
Ul FIÇJ. J!) bis nOU50 rllon\(S \@ tract' d'un pe'" pe:m"r'lo!:tre maraîcher.

1 plânche:> de teoumeB
2, planchf!!s de péplnl('Ire (oree (fun OOlssln)
3 Dassin
4. ~UI'5 (Oolm l:feau)
5. abri avec outilS el Intrants, composbsf@
6. brise-venl d'arbrl;ls (IrUltièr!'\J
7. el'\trée
8. brille-vsn! inll'!rne (crmtll'l{l8)
9. clôture

!
:

U l,III ,::1 :

1 cm"'- 7,5 m
Fla, 3V /J!S. Plan a un j{/f{1ln m;lI;JichQl,

26
2.2. CHOIX DIES IESPECES, ASSOLEMENT ET ROTATION

2.2.1. LE CHOIX DES ESPECES


le choix des cultures maraîehères Que l'on désire produire dépendra de facteurs. Parmi
on des facteurs limitants et des facteurs preferentiels.
Les facteurs IImltanU. ont été cités dans les conditions de développement d'une activité maraîchè-
re, il s'agit de la quantité d'eau de celle eau, du type de sol et de ses carac-
lérisliqùes (salinité, acidité et et du climat de la zone de production.
Les facteurs préférentiels sonl liés aux des marchés el des consommateurs et au niveau de
la technicité des maraîchers et de leur encadrement. Ainsi, il se soit bien de produÎre
des asperges, des melons ou des fraises â certains endroits au où il n'y a pas de faCleurs limi-
tants à leur production, mais il faudra qu'il y ait un marché pour ces produits et savoir SI les
assistés par l'encadrement. sont capables de les produire et de les commercialiser comme il le faut.
il vaut mieux choisir des espéces plus rus1iques et Qui poseront moins de de
commercialisation tels Que des oignons, des choux, des patates douces, du bisap et autres,

2.2.2. l'ASSOLEMENT

Une fOIS le choix des cultures fait. on déterminera l's8&olemenl du potager, c'est-à-dire la division du
jardin en planches ou .. soles .. où seront cullivés les différents légumes.
Il n'est pas conseillé de cultiver plus d'une espèce sur la méme planche (Fig. 42) car on risque d'en-
traîner des problèmes d'entretien, de luite phytosanitaire et de récolte. La seule exception à cetle regle
pourra être la culture .. associée ... Dans ce cas on cultive en méme temps sur une seule planche une
culture à croissance rapide et à cycle court (laitue, radis ... ) semee entre les d'une culture à crois-
sance plus lente (aubergines, tomates ... ) el récoltée bien avant cette dernière en lui laissant pour son
dèl/eIC)ppem·ent toute la surface de la planche.
Il ne faut pas non installer une îeune culture d'une espèce il. coté d'une vieille culture de la même
espèce car la de souHrir des problèmes phytosanitaires sur la dernière.

2.2.3, LA. ROTATION

Il faut éviter de cultiver les mêmes légumes sur les mêmes planches pendant plusieurs campagnes. Au-
trement des problèmes phytosanitaires liés au sol risquent de se déve-
lopper plus rapidement et les éléments nutritifs du sol ne seront pas utilisés de optimale,
Une bonne rotation culturale évitera ces problemes et tiendra donc compte:
de la senSibilité des légumes à certains problèmes phytosanitaires. surtout aux nématodes à galles
8) mais aussi à certaines maladies du sol (racines roses de et de l'ail. fusariose de
la tomate, du gombo et du jaxatu, nervation noire du chou).
- des besoins en éléments nutritifs, l'azote pour les légumes feuilles, le phosphore et la potasse pour
les fruits et racines (Tableau 9).
- la profondeur de l'enracinement des (Tableau 10).

Plantes très attaquées . baselle, betterave, carotte. céleri, concombre, courgette, courge, gombo,
laitue, melon, pastèque, persil. pomme de terre, jaxalu, pi-
ment, pOÎvron, variétès sensibles de tomate, patate douce et haricot.
Plantes peu ottaquM8 , ehou, oignon, ... il, ~çhalolle, poireau, radis. navet. vsrleté!'! rê$i.sl.ilnl!!l~ dlil
,omatê~, phtale dOUC6 et hariçQl.

Plantes 1'88 ou trè! peu


attaquées menthe, fraisier,
Plante piège . arachide

Tableau 8; Sensibilile de quelques légumes aux nématodes ct galles.

Légumes fruits : tomate, gombo, aubergine, concombre. courgelle, melon.


que, poivron, piment, haricol".

,. 1.1 III 1il5 , laitue. chou. épinera. perSil, Célen, ehicorè~ ...

L~um" raclnGIl ou bulbeB : oignon, pomme de terre, patate douce, maniOC, carolle, bellerave, navet.
radis ...

Tableau 9; Types de légumes.

27
P8U profond ail, Illilue.
( < 60 Cm)

MOV9nnlilmlilnl profond aubergine, çhou, courg@lh!l. rru,.-runl,r ..


90 cm) pClis. pomMe de terre. POivron
Profond . asosra8. malor\. OBlate douce. OHslèaue, manioc ...
( )- 90 cm)

Dans; une bonna rotai Ion unè Cu liure Ires allaquéê par le~ r'lèmàtodè3 t. gtJUê~ serti suiVie ,.,M
une Eulture resi~tMre l'lU une un légume fl'Jullie pal' un li fl'ulH\ OU li racinas. une
culture a enracinement peu Dar une culture à enracÎnement clua profond.

~.3. MULTIPLICATION DEI PLANTU MARAICHIRII


!il!! mulliplil!!f par vol.
ll!'!s cullures m8raÎChSfl!'!!!I peuvent c'e:d-I!,-dire par des de:ïl sto-
IOna. aas Douturea. aea oUlollles. Ou Cles cefeuR, et Dar vola IInlfDtlve, c'est-il-dire Dar des semences.
2.3.1. LA MUL.TIPLICATION VEGETATIVE
Elle a comm@ qu@ Ill! planl@ ainSI multipllee Loul",s les caraderis;liqu@§ d@ Ill!
mero Of Que 10 Cio la culturo esf reduit Le eM le de trl'U\5mettrfl certains pro-
blèmes OhYIOSanllalres comma das onamDlgnons, des némalOCl9S. aes vlrosos, La Fig, 4J monlre una
planls ISsu" d'une boulure mal8d@ de la pallllte dOUC8 81 une plant@ saine il côle. Il faul donc i!ffi\chiilr
i"ot r,r(JIer le l'IIMti''o mlllMe et ~urtoUt ne pas prêlever !"lM Mutures ~ur Mlle-ti
patate douce et menthe se mUltiplient pal' bOutures. Il faut Obtenir Cles OOuturss S8Înes de
oae cultures d'une source flalJle BI €Insulte taire un Champ de multiplication au nivliQu dit 1'\7;o;ploitation
(Fig. 44), Bien contrôler l'état phylo&anltalre de ce champ et ne prendre que des boutufililS .lt.llÎne15 sur
des plantes vigoureuses qui toutes les qUA l'on veut obtenir en produl-
Mnt 11'1 CUlture. DanA certains cas. il Mt possible d'utiliser (jas bou1Ures aui orovlannant CI'un Champ
récolté mais al on. il 'aul'aire unli/ liOèlii\;tlon au moment du prélèvement des OOulure$.
la Domme de terre se multiplie tivrtout à partir de qu@ l'on élpp@lI@ :iiOuvMt lèS .. ~el'l'lèn-
C@l!i " Ln de: ce m6tèrlel véoetal eM un trevl'1l1 sOlmiallBé el Il vaut mieux les acheter Il
QUQ camgagne d'un ou d'un Importateur pour évller de comprometlre la culturlil
suiht l!l dl!!8 dl!! ds VlrD:'O@S ou de .... u ........ .,y.".
- (l'autres cultures Qui se mUlilQllent Qar lIole véQétatlye som la fraise (stolon&), l'oignon (bulbille,). l'aÎl
ell'échalotle (c~ïeux).

2.3.2. LA MULTIPLICATION PAR SEMENCES

La plupart Cles cultures maraîchères sa par semences. Sauf pour les semences hybrides, c'est
un Înlranl relativement peu coûleux mais qui est d'une grande importance pour la réussite de le oulture.
Le 0001 DIUS élevé fles Mmenos8 IwbriOae, Bouvent IMlauées Dar la lenre ~ H " aDrès la nom CIe la va-
riété. est par les de @I d", rÉ!si!.hmce de ces
dljs.
la DrMuelion Of! SemlilnCQS e~n un traval! slJéclelh;;é Q\AI une bonne cormah;.,,~nçlii
d@ production dormMO~. pl'llllrllMtion. hybridation. etc .. .) filMI oue oee 850ecfS
phytosanitaires. La oroduotion de graînes par les cayeans est deconGliillllêQ la
des cas. car on rhiQI,I'i I@s caracl8risliqUlii!S de!!. varilÎlhll!l qU8 l'on v@ul produire. CecI esl sur-
tout I@ CilS des semMees La Fig. 46 mMtrê dlMer!'ints (je fruits de JalUl.tu op}tenua ae
semences aulo-Drodultes par les paysans, Cenains de ces fruits ne se vendaient Das sur les marchés.
La 46 montre échantillons de semences de bonne quahte par le service spécialise
semences du
dal'\5 la prooucllon de
Pour certaines espèces comme le llil le jaxalu, le bisap, etc .. des paysans prodUisent
dlil5 semem;es el,lx,-mSmIjS. Dans c@,cas ill8.ut bi@n Isoler la cultur@ qUi les 9rlllne~ d.!lns le but
d'8vIlI!lr 18 provenant (j'UM l'lutre variete, et aMurer un côntrole rigoureux dee plantes dans
le hUT l'IarracMr toute Dlante oul ne represenllOl PIiiIiO loullOllii !I,ilf;l clilrlilctGrl~tlQYe~ voulues Q\,J Qui e!lit alla-
!Jar ravagel,./nj;. Ne prendre des graines que de frUlls 8 malurils, sains @I de maladiè:"!
ôU de MQôt5 CIe ravlloeurs. Il flSI ulila CIe taire un te SI CIe oerminBtlon (Flf}, 47) !le cas amines avant de
proceder au
Il Mt Drêférl'l.ble cf aenater les semences potagères \tn début de campagne maraich(jre,
Les Qraine~
achetées ou onl un", durée d@ cons.Nalion Irè!! variablê commé'! lé'! montre
le Tableau 1'. Ces renseignements ne sont valaOles Que POUf les semences oonservées dans des
ooMitions de température. humidité el Idéales. Dans des moins favorables, les se-
mences na se conservent Que rarement pendant des périodes aussi longues.
SI l'on n'fast pas sûr du pouvoir germinatif des on peul procéder a un
lion .. Pour ~ela Il fAut semer l'IuelQues llazaines fle graines dans un petit CIe sa-
ble mouille couven de plasUQue transparent percé di/ pi/tits trous pour permettre une bonne aératlol1.
Garder le mais sans exces il cause des :je pourriture, et le nombre d
graines QU1 ont levees après une à deux semaines. Si la levée est satisfaisante on pourra procéder aL
semis du lot dont on a pris les graines pour le test Le Tableau 11 indique le pourcentage de germina
lion minimum de diHèrentes espèces. Ce tableau montre aussi quelques autres caractéristiques des se
mences maraicheres.
Il ne faut pas semer des qUÎ sont déformées, trop trop brisées ou attaquées pa
des maladies ou des insectes.
Il est possible de faire un semis en pépinière ou un semis direct. Toutes les cultures maraïchères peu
vent être semées directement. ce qui permet partois de gagner du temps, mais pas toutes les cul!ure~
peuvent être semées en pépinière.

F~n"'~A
grailles besoins en 0J0 minimum de durée de conser- semis direct .D)
par gramme kg/ha germ Ina tion vation en années ou en 1-">1-''' """ '" (Pl
AUBERGINE 150 - 300 0,3 - 0,4 65 i 4-7 P

BETIERAVE 50-60 12 -17 70 4-8 sO

SISAP (Oseille) . 25 35 3 70 2-3 sa

~E
500-1000 4-6 65 3 5 i so

< 3000 0,1 70 3-6 P

CHOU CABUS 150 - 250 0,6 75 4-8 P

CHOU FLEUR 200-400 0,6 75 4-6 P

CONCOMBRE 30-50 2,5 80 5-8 SO

CORNICHON 35 45 3,2 80 5-8 sa

COURGETIE 5-10 4,5 80 SD

GOMBO . 15 - 20 4-5 70 2 SO

HARICOT 2-4 50 75 3 SO

250-300 0,2 0,3 65 7 P

LAITUE 600-1200 3 6 75 4-6 P


-
MELON 5 2-3 75 5-10

NAVET CHINOIS . < 90 4-5 70 3-6 SD


OIGNON . 400 6 70 1 2 P
PASTEQUE 10- 30 3 75 4 SD
PIMENT . 160- 300 65 2-4 P

POIREAU 350 - 400 1 3 65 .2 P

3-10 120 - 200 80 3 SO

POIVRON 115 170 1,2 tio u 4 P

90 50 ao 70 0-6 SD

Rèe .
700

280- 500
--,
3 4
0,25-0,30
65
15
Tûb/eau 1 1 1':, Q~'~ '4U~U":; (le QuolQI/OS semences m8ffjl(.f1fJf()i';.
,
4
SO
p

Cei,''''''I#;:5 variétés (voir fiches techniques par espèce) des ""spèces avec un • ainsi que des tubercules de pom
me de terre, des boutures de patale douce el de manioc sont en vente au C.D.H. à Cambérène.

2.3.3. LA PEPINIERE
La pépinière l'lM le. p8rti~ du jardin destinée à la oroductlon de jeunM plants s~ms st v;gOl.lre\.lX IIiGUIi
d'un semla, C'est li eet endrOit que les plants passeront les Dremières semaines de leur viE: en .,!ten-
dant leur repiQuage à un endroit définitd du jardin jUSQ\.I'à la récolte. donc une partie très impor-
lanls du polager. La ae la culture AIMI qu@ des 'I#",vil"i> dépendronr en grande
partie des soins appor,,,,,,, aux en pépinière.

29
LM avantages l'fun semIS en oèQlnlère som;
une ôconomle l:Ie ~18ee el de tamua car planlS n'occUgerOnl QI/une petile partie du
el l~i!i?~~fQnl ~in~1 I~ place à d'autres cullure3 encore quelque~ ~emaÎne:'L
une QconomlQ de graines Ç:;jf Id plup;;ut dli!ls, plants !,~ri! .~piqUl!.'I!! @I il nI!!! ~@n, pi'.lS nliJc!'J!nl!lre
d'éch:lIrcÎr le !leml:'!. Ceci eM /';/'\Core Dlua ImOOl1am OOUf les semences - hyom1ss·· QUI som partois
assez COÜIeVSIdS.
..n(~r:.l~ ~t d~ p~8tldde!!l 5uih~ il la surface relali\l8mllmt plu!! preiitê d'unê
mli!ns par a un lIl!ImiS direcf
- une amêllorlltlon Me 1'1Oll'le apJ'HiI1M eUH planta car Il 133t DluB facile 09 oontrOlor un sarnia en pépi-
nière au'un semis direct,
- la pOf>ltibilité de choh.ir p!"nt, p!t.lf> sains et Vigoureux pour le repiQu ... gl:*,
Eltml donnee l'imporiilf\ce de 10 pepmu::;re, Il convient donc tlè l'in:'ltôllèr au rr\ëillëli~ ~I'\drol' du Jilrllin lll'l
oDservanI les omeree sulvams ,
chOisir un endroit d'acce8 'Bdle !!II I@ d'un point d'eillu. GI!IHI!I @t!.U doit ihe dEI bon-
ne Quall!é et en quantl!e 5ufflMnte.
- choil.ir vn plat 'W9Ç un ~o1199vr 'Olt 1;1I9n dr",ln9,
- proteger l'endrOII du lient, per un bnse-v .. nl, 1<1 êventueUement dè1ll l'hivernage et du
8010il p~r lori@ chaleur De:; l'Ib(i~ dé têUIIiM. de tiges. /je efinTin(ls. etc, oe!JVsn! convenir, Ne pas ou-
blier cfenll'wer ces /lOrle auana Ha ne som cas néc~ssaires car les en pépinière ont besQin
d'une bonne ~ératiïm \i!1 de lumiSre.
- <:h;anger l'emp!iilcvmvnt dlil 1<\ de tempE: à aulrres dâns. I@ but d'EMI@f I@ ds
probleme, phylésllnitfurè~ hèS au !'Iél melMIMl. ou dOalnfoeter III peOlnlere (VOir p. 68)_
La ~\.Irlaç(;l d~ I~ pt!lplnisr@ ~8ra fonction di!! 1... ~urfalCI!!I de production el dlu dÎfflilfenhn. IiilliIDêC:liJ1i
IItuf 6ultilltr Lt5 lienM teOl'lnil'luee des (',lInêrentea oul1urM alMI le T1'I~IMU 11 l'Ionna"! l'les ron-
"" ...nn.. m .. nll", plu~ pnki-!j; sur la s@mis en d@ m8reich@[@!l_

rH.J'IJ"'" fj 7 fi 74 momrenl les àlfférenIes Clapes I:félabllseemefll, d'entretien el de "récolie" d'une

LA PEPINIERE

LA PR.PARATION D•• PLANCHES


ovec des piquets. dê~ plal"lGM& de , métre
de largeur el <le lonQuliI\.Jr variable en fonClion dl.! ler-
rain el de III surface nécessaire. laiSSèr dt';:'; O<'\SM-
Vlsds ae 0,3 li 0,5 m da pour faciliter les tra-
vaux dl!' l!>l!!mi!!i l'lI d'enlfehen Eventuellement Imre des
a/3ôS autour oes Dlancnes DOur conserver reou ou
confectionner des surélevées si l'on crainl
un excÈlI> d'eau,

Exécuter UOli! bonne pré-Irrigation des d@


pn~lÈ!r@ncé I@ soir bvant III :!l8mis, èt contrôl@r si c@1
/lffosage Il até olen e){MUTê (IIQlr aussI 23 8r 24).
Apporter 1 a 2 kg de matières organiques {poudre
d'arachide, compost. fumier) bien décomposées par
mètre carre.

Fig 53 Aooort des mafleres organiQues

Epandre ces matières organiques de façon régulière


sur la surface de la planche.

FIg 54 Epailildge des matleres organiQueS

Incorporer les matières organiques par un bêchage.

App6rter une fumure minérale. par exemple 40 gram-


mes de 10.10.20 oar mètre carre, fil! l'epD.ndn. !Sur la
plançhe de facon régulière.

3
Inl,;:o,po,g, !"gngrals mln6ral suoer1lolellement a raloe
O'UJ'\ rllll':t'iIL Ct': :lervin! en mêm@ h'lmpli il ni.
"'f,l19 Y I~ plOlOcho I.Ino orQmltilre (oie.

de.u:dém". nlvellemenl de la surface à l'al08


en bOl:!!, C@CI p@rmtillrlil dOlil faire les sillons
du Bernis a une profondeur unltôrm~ 1':1 d'assurer un
bon contact Qnlfe les graines et le 301,

M;UQU9r UQIiI IiIIIIQno ue a.mle toue lM 10 a 15 cm


peur III plUpfl'; d@:'!! failOlil pQyr la to-
mate 00 l'écanement l'lere ce 20 om, Il !'le faut pas !le-
mer à la volée en pépinière oar les plams Issus O'un
rel 5t':mÎS seronl minC<!!lS, faibles et étiolés sui-
te a la oonourrl'lnee erme eux peur l'eau, I@:!i engral!'
et la

Ouvrir des Glllons de semla à raloe (rune regle 8n


bois en a%ô%ôvfant une prorondeur uniforme d'environ ,
cm, Cett@ du semis est normalement
ble en fonction du d@ sol el de l'espèce semée,
Enterré Irop profond. le semis risque de ne pas
et IrOP GVpr;H1iciel on rllilQUe le aessecnement dea
graineS alnel oue Ma l1ttlllluM d'oieetlul( el de3 ron-
!)@Ufli\,

32
dans le creux de la
main et ensuite une de ces entre les
doigts de l'autre main. Semer dans le sillon de façon
aussi que possible.

Fig, 61, Semer dans le sillon.

Corriger l'écartement entre les graines dans le sillon


il l'aide d'une brindille afin d'éviter Que les graines se
touchent.

Fig, 62 Comger lecarfemfm! du semiS

Fermer les sillons avec les doigts de la main.

Assurer un bon contact entre les grames ei le sol en


eX8cuiant un léser de la surface du sol 8
l'aide d'une Ou aveG les ma.lns.
Marouer flour espece semée la date du semis
ainsi Que le nom de l'espèce et de la vi1IrÎetè.
Apporter une couche de ~me alin d'éviter Clue la
parll@ SUp@rlICII;I!l@ du 1001, @I ;;;lInSI I@s 9r;;~In@s, S@ des-
Bêcnent oar le soleil et 10 vonl Flwe atfentlon eux In-
sectes et éventuellement aux autres ravaoeurs (ore-
nouilh!!s, souris, rllts _) qui plituv"ml Slil c:i!lch",r dans. I~
paille

LEtii TRAVAUX D'ENTRETIEN

ArrôMf eMaulI Jour, l'le t'}retereMI"l le Mir, avec un


;Jffo\;oÎr muni d'uns pomms ;l pstils trous (Fig_ 15 IiIl
16). Eviter de déterrer le Mn'l15 Mr un l'1rrMaoe mal
bll.
Dlrioer lM treus de 11'1 Mn'lme vere le Mut l'Ifin (revller
que le6 i... un"'6 pl;!nlul9!!ô $\t couchenl p;;(( la. forcI;! lrop
puissl!inl@ d'un j@\ dlrecl.

Contrôler rAQullêren'll'll"lt ln levê~ du .5elÏlI$ el f'!nh~ylitr


le p8ÎlIis dès qu@ lOIS planis. ,>9 lèvent pour ~\flt\tr
Qu'lIB fllem OU II'I'HIOIMt. le levee fj M(f'rlolemenl lieu
UrJOj,l a
deux semaines après la semis el elle Bst .... arln-
bit" en fonction d@ l'Ië!;;pl!lce et dv çlimat.

POUf$ulVflii les arro~a9~G journaliers a\lec un arrosoir


muni d'une pomme.

FIl), cl:!. Arrosagos !Outn;JIIQfS.

34
Enlever les mauvaises herbes Qui sont en concurren-
ce avec les plants pour l'eau, les engrais et la lumière
et briser la croûte superficielle qui se forme à la sur-
face du sol, et Qui empêche une bonne penetration
de l'eau el de l'air. par des réguliers,

Fu:) 69. Les sarCio·blf1ages

Contrôler l'état des


plants en pépinière el exécuter des traitements des
Que l'on constate les premiers symptômes d'attaques.
Consulter les liches techniQues par espèce ou l'enca-
dremenl en cas de doute sur l'identité des ravageurs.

Fig 70 Assurer les 1,81ternents necessalfes

Vérifier SI les planls sonl pour le repiQuage, La


Ouree en pepiniere est très variable en lonclion de
l'espace el du climat Se reterer aux fiches techni-
Ques par culture,

Un bon plant !JQur le repiquage doit êlre sain el ro-


buste., iillIOlr plUSI@urs IIrdi!'!!> feUIlles el des raçinQS
SI'II1'1es. et bien developp~@s.

Fig. 7;4, 80n D/Un! f)Q/,If 1f/lfJp;qu;JQIiI,

35
LA IU!COLTI!! DI!5 BILANT'

Arroser la oeoil'llere le soir Dvant l'arrMMgê, fjvec ,


arrosoir de 101 par m' do 00011110[0,
L'.urachsgti des plilnl!; d'un8 doil se faire
avec beaucoup de soir'\$ et de Il hw! lal!~.
se( les racines aussi intactes Que Possible. lie ,prêfe-
rence avec une molle de terre autour. Un frJ:\r\«''1ltl,ntt\,lr
est très vlile PQur celle opération et évita aussi (jB
bles.ser Des cultures comme et le
pOIreau

Eviter le dl!:!i~èe.l'lêrn4!mt des plants arŒchés en les


coul/ranl o'un sac en jute trempe dAM l'eau_ CecI as-
surera aussi une certaine fraîcheur à l'intérieur. Ne
pas liIt\@ndrn longtemps avec le repiQuage Que
l'on exeouterB de orètêrence le SOir

le semis «direct .. ou le sem la en "j:\laea" a comme ~ut ~e semer lM plants c'lIrec'ement Il leur empla-
c@m@nt délinitil, c'@st-it-dire 1;iI récolte, $ur les planche!> du iardin, dQnç !tans r~lJ!ouQQe mals le
souvent ev~c un l'>"'I!'\llr(,I'~"'I~I"l'"

Il Deui se raire Dour certaines cultures a cyCle courte et nu tlèvelopoement rMul! ra-
dis. _). pour les cultures qUI ne pas le repiquage (gombo. carolle. navet. betterave potagè-
re .) el/ou qUi ont un importanl des !.!!Ur
Partols on oeul raire un semis aimct (fesoMes Qui OMMnf normalement par la ~é"il'\lel'e (tomMe, pl-
menl, poivron ___ 1 d;mg la but de gagner du temps (çulture~ on ainsi les avantages (je
la oeolnlere_
LI!! T~blaau 11 donne une lis!g dg quelque!> qlJl1îie liément de (QQon lJirlilcHil, I..Q profonàeur (fun
semla mreel Cl8DeMra IlUôSl 06 rMMce el du de ML Plu~ un !!61 ~$I lOurd, moins profond on
sème el la ser~ gliln~rall</men! 3 4 la grosseur de la graine. Consulter les fiches lech-
r'll~ue!'; pM tullure P6u( les del.eul5 du :'iemi:'i dlrecl de e:!i.p@cl!!!
On distingue les mèlnDdeS ae semis OIreot SUIVMles '
@n lIanelS. On jJroçède comme pour un en Déoimèrs mais on rflaDscte des le début un eellrte-
m~r'\1 delll\llII él'ltre les du :leml:§ qw Sionl, gsn@ralsmsnl, plus éc;arlgr.il& I>emis en péDlnlè-
re. Il lal.ll IiIxécu\er un QI.I même éclalrch;~age5 dans le but de laisser de place
aux plantes restantes pour se sans se géneL Eclaircir avec prudence afin de ne pas dera-
omer les plantes Que l'on veut garder, Faire SUivre l'éclairCissage dun arrosage Les plantes suppri-
mées peuvent SEilrvir de rècoHe
Garones, (féullle5). navet chinOIS, radiS, persil, b8Her:aves potag~n;rlii, Qtc., se sè-
mem en lignes.
- /Illln C'@sl un s@mlS dir$d pour çvl\l)r\'i,!~ Ql,li ont un développement végétatif plu~
tant et aui demaMBnt dÔM dM Martel'l'leM~ /:'Jlus t':r'ltrè les p6qu~t!'; sur les
terrain comm@ pour un semis en pépinière el faire à 4 peUts trous :avec le~
48) fermer les trous el e::(ecuter un plombagl!! <il l'endroil du semiS, et arroser aussitôt
aprés. Ce l",oe ae semis direct ncceSSI(8 un démarlage prUdent oui cM81S1e à rédUire le Mmbre de
plants par poquet à \ ou 2. en faveur des plus saÎns et des plus vigoureux, Faire suivra le démariage
d'un arrosage

38
Bisap. gombo, pasteque, courgette. courge, pOIS, haricot, concombre, cornichon, elc., se sè-
ment directement en poquets.
- à la volée. Bien Qu'il se pratique parlois pour certaines cultures comme le et le radis. il esl à dè-
conseiller pour la plupart des cultures car le des planlS est freiné par la concurrence
pour la lumiere et les éléments nutritifs ainsi Que par les mauvaises difficiles à suppri-
mer avec ce mode de semis. C'esl pour ces mêmes raisons Que le semiS" il la volée ~ en pepiniére
est à déconseiller.
Dans \e cas du persil, on peul les graines fines à du sable dans le but de semer
plus uniformément. Enterrer les par un ratissage el aSsurer un plombage. Pour le reste
des Iravaux on procédera comme pour un semis en pépinière, y inclus le paillage.

2.4. LE REPIQUAGE, LA PLANTATION ET lES TRAVAUX D'ENTRETIEN


le repiquage est la mise en d'un jeune plant obtenu en Il constitue un élément d'intensifi-
caHon des rotations suite à la réduction de la durée d'occupation du sol par une même culture et e comme
autres un accroissement du radiculaire ainsi qu'un bon développement de la
plante, el l'implantation de celle-ci sur une terre propre el bien préparée. C'est une opération Elxigeante en
main-d'œuvre.
Quand il de replacer en terre un materiel vegétal comme des bulbilles, des tubercules. des boutures,
des stolons, des caïeux, pour Qu'II continue a se développer dans des conditions aussi avantageuses que
possible. on parle d'une plantation.
Les techniques culturales pour ces deux opérations sont généralement les et après leur réalisa-
tion, il convient d'entretenir les repiquées ou plantées dans les meilleures conditÎons car la réussi-
te de \a culture ainsi que des récoltes en dépendent.
Repiquage el plantation s'exécutent de préférence le soir dans le but d'éviter les heures chaudes de la
née,

2,4.1. lE REPIQUAGE ET LES TRAVAUX D'ENTRETIEN


La durée en pepin,'ere des différentes espèces maraichères est va~iable suivant la culture et le cU mat de
la zone de production. EUe vade en enlre 3 - 4 semaines à 2 mois. Les liches techniques par
culture donnent des précîsions en ce concerne cette durée en des différentes I::IS!Jece::;.
Les Fig. 75 à 99 montrent le d'une culture de chou ainsi que les travaux d'entretien jusqu'à
la récolte. Pour les aulres cultures repiquées, on procédera de la même en se référant aux fiches
techniques par culture pour les de chaque

LE REPIQUAGE ET LA PLANTATION

REPIQUAGE
Délimiter des planches de 1.4 a 1.6 m et de
longueur variable suivant le terrain. Laisser des pas-
sages de 0,3 à 0.5 m de pour faCIliter les Ira-
vaux. Dans le cas de l'exemple du chou on plantera 4
lignes écartées de 0,4 m.
1

FIq 7S Deliml/lii'I les planell!?!;,

Exécuter une copieuse pré-irrlgation des plllnches 1


matin ou le soir avant le pour faciliter le tra-
vail du sol et favoriser la reorlae aee plants reojClue~L
Vt;rlfier au moment dl!! 1.11 si le terrain est
bien numlM eussl 23 ~t 24),

78, Executer une Coplel/se pre-,m!}élllI:Jn.


Gl'Iolslr des bOl"llié~ MÉltiéf(!:!ô orgl'irliquEl!i b,en dliilcom.
OOi~9E~G et en mesurer la Qual1We MCB88f1Îfe Dans 1(:
Clilli du chou p;ar eX9mpie Qn utilisera 20 à 30 ka !lB
oou(}re ($ rUBCI"ul"le ce (lUI ré~r(:~-=nll': 2 li 3 ",~aux de
10 1 pour 10 m1 de aurtace.

Epill1dre ç~!S matières organiQues à la \/olee de tMM


regulie(<= que possIble !lur I~ sUflaclOl çh;lij; plan-
aU1'iI'l1
ch'iill>.

lJompll!!hn la fumun~ d@ fond p.<lf un .. ppon d'.,nlilf:llig


minéral Que l'on épanora ause! à la \/Olee ae tacon re-
gultenit sur la surlacfill d@s planches. Evenh)4!illlli!m~nl
corrlcer l'ecaMaga avec le râteau. OMS lé MS du
chou on utilisera 250 il 300 grammes CIe 10,10.20 sur
10m2 ce Qui antre 12 et 15 boUes (l'allu-
mette!!;.

Incorporer r ensemble de cette fumure de fond par un


bèchage sur une profondeur de 25 à 35 cm.

Flq 80. Incorporer la fumure de (ond,

38
Niveler la planche a 1aide dun râteau et emietter les
grosses mottes de terre. Ce !ravall facilitera aussi le
marQuage des lignes el des Irous de plantation

Marquer les de plantation à raide d'un cor-


deau. Le nombre de lignes et l'écartement entre ces
sera variable en fonction des Dans le
cas de du chou on marquera 4 écar~
tées de 0,4 m.

Fig 82 Marquer les lignes de p/anliwon.

Marquwr ,'écartement des trOllS de


d'un en bois. coupé laa
l'écartement sur la ligne de
l'exemple du chou, l'ecanemenl sur la est aussi
de 0,4 m.

Ouvrir les trous de plantation â l'aide d'un plantoir ou


d'un morceau de bOIS pointu, Ce trou doit èlre suffi-
samment large pour éviter de plier les racines au mo-
ment de la plantation

Fig. 84, Ouvm les trous de planla/lon.

39
les dé III pépil'llèfê, de prèfèfMCê
llVM une motte l'le terre autour àee racines, RI'.II'IO(U~-
dl!! IH m@ms profondeur d@ repi-
QUage Que le niveau (l'enterrement en Ofloinlère, Cer-
lainslil cullurss :!I@ mOIn~ profond pour evitEir
lféventuelles oourrifUrS5 du coller. d'auues, oomme le
chou, la tomate, l'aubergine peuvent se repiQuer plus
profondemenl. Dans le CliiS du chou on enterre les
plants jusqu'au niveau des prem\~re5 feuilles, SMS
Mterrl'lr 16 66."JUr, Vellll'lr A M Clue lA tigo Mil p,unu:;c
bien droite el Que les racines mil soll.ml pas recour-
b@@ll v@r!; Il!! haut.

Bien tosser la terre autour dM raelnllS a l'aide l'lu


olanlc,lr ou avQC IQIii mains, Il laut éviter la préeence de
pu'yu',,,,, d',ur Hulour de:!!î r"cine:'> CRf Ct'lIISl!'ci ""n, ".. ni
oe S8 !l88seCl'ler à lel8 endfol!a, Eventuellement faire
une gaUte cuvQlla autour dG la olama DOur !flclliler
l'ürrOlili!llgl!!l !:lU goulol I!'lt mi@ul( con!l@rv@r l'eau,

ArfMef Immediatement aprM 11'1 repiquage l'arro- a


SOir muni de sa Domme, au goulot ou à la raie. Le regl-
qU&g@ @l donc l',,rros~ge l'lussil61 après 5'l!Ix'titculenl
de pféférMce le soir,

G~rdêr tjl.lêlqu~ pl~nt~ èn pèpinière Ou il cote des


planChes pour remplacer les plants Qui (l'on! pas re-
pris Ou qui Of\t étë attaquees par les ennemis de la
culture. Dans le cas des choux. les Chenilles rongent
souvent le bourgeon et ces chou)!; ne donne-
ront pu di!\ pômmê

Fig, 88. RemplaclH lOS Pi{WIS non-repris.

40
LES TRAVAUX D'ENTRETIEN

Contrôler régulierement l'état de la


culture et consulter l'encadrement en cas de doute,
Certams ravageurs peuvent détrUire la culture en
Quelques Jours seulement. Se référer aux fiches tech-
niques par culture pour les ennemis les plus com-
murîS Dans le cas des choux, les Chenilles sonl
redoutables ennemiS de la culture,

Fig 89 Controle de 1etai phylosifllllliwe,

SI faire des traitements avec des pes-


tiCides pour lu 11er contre les ennemiS de la culture
MespeCirer les precautions de l'emploi des pesticide
ainsi que les délais enlre la derniere application el la
récolte,

Fig, 90 Traiter avec des pestiCides s, neceSSillfe

Exécuter des sarcla-binages réguliers dan:'! le bul d


luller conlre les mauvaises MrMS, QUI sont en corn
pétition avec les plantes pour l'eau, les élemants nu-
trï\lfs el la lum,ere el qUi risquent d'introduire des pro
blemes Les
aussi à bnser la croute superfiCielle du sol
che une bonne aération ainsi Qu'une bonne
du sol et esl <il l'origine de pertes d"eau, Les sar-
peuvent se faire à la main ou il. la serfouette,
à la binette ou au 1er de béton recourbe et
a l'exlrémité.

91. Ellecmfir des Sâtclo-om(Jge:s reguflers,

Apporter une fumure d'entretien sous forme cr


minéral en se réfèrent aux fiches teChniQues
culture pour les doses et les momer.ts, Dans le cas
chou on apPor1era par exemple 200 9 d@ 10.10,20
10 ml! de 20 Joura apres l~
Quer celte fumure aUTOur Cles plell~ d!l!s planle~ Gan
Qua l'engrais soit en eontl\et avec I&s leuîlle~ car i
de les brûler (Fig. 31),

Fig, 92, Apporler la fumure d'entretien,


la fumu(@ d'eotr!!ti@n par un sn
orenal1l som oe ne MS animar lM OIMtM et faire SUI-
vre celle par un arrosage. Les plantes n'utl-
lisen! les èlemenl:% nulriliig soluhon dam;: l'!;!;;!u.

ContÎm.l\ilr les arrosaaes en BOsptBm lBS


doses .au stade de d~veloPJ:lemenl de la
le enou. III fOrMAtll'u1 de 16 pomme esl un sl!ldil criU6
qUQ povr les arrosages.

SOuvenl il ~@ril. nfK8l!iSOIHI!! d'l!Ixéçu\~( enCQr9


éQlilnOliiQtle Oe fumure tfentflJtllln. surtout 51 le cycle
de li'! cullul"@ ISsl assez long. aux rensel-
onemel'lfS par culture COlt'll"l'lé dans Iii'! c'l!I.S du chou ou
il laudra apponer une CleUxiél'M fumure cfentretîen de,
pet e)(emple, 200 grammes de 10.10.20 pour 10 mt,
aores 315 ou 40 Jours (je plMteticn. Fain! sUivre par
un léger et un arrosage,

Continuer a régulièrement vérifier Il état phytosanitai-


re de la culture et Intervenir dès le début de:3 atta-
ques, ~I n~ce:!:!air@ avec des lJesticides.
ReSDecter leurs ~ol'\dilion!i d'ulilis8Iion, et, surtoul
ver!;> 10'1 lin la oulture lee aelals entre la ap-
el la récolte.

Fig 9$. Lu/1er cOlllle les ennemis de la cv/(ure.

42
LA
Si l'on a bien respecté les différentes techniques de
producllon el de protection. on obtiendra un bon ré-
sultat au terme de la PfOducl~on dont la durée esl va-
riable en fonctIon de

Fig, 9i Belle oroduellon de choux

Il faut bien les teChniques de récolte par


espèce, Dans le cas du chou, on récoltera les pom-
mes bien fermes environ 80 à 100 Cou-
per la avec un couteau bien tranchant en
3 à 4 feuilles ouvertes pour protéger la pomme lors
des Les récoltes des choux peuvent
s'étaler sur une il deux semaines.

Fig, 98, RecDlle du chou,

Evacuer lBS réeôltes aUSSItôt l'Iprl!!!I \I~ms un IiIndroit


Irai;;; el aéré. Eventuellement Muvnr de !U'ICS en iule
dans l'eau. Ne pas attendre trop ,nn,nf~.rr)f'"
ilIV,1n1 de con;;;ommer ou de commercialiser les reeol-
tl'!!'! !':ar les cullures sOnl très perl55l'1bles_
Nettoyer le terraÎn apres la dernière récolte et utiliser
les reSles ae la cultUre pour le bétail ou lE! composta-
ge.

2.4,2. LA PLANTATION

Pour planier le matériel obtenu des cultures Qui se par voie végétative comme les
boutures de manioc, patate douce et menthe. les tubercules de pomme de lerre, les bulbilles et caïeux
de j'o'gnon, l'èchalolle el l'ail ou encore les stolons, on procédera comme pour un repiquage en se rafé-
ranf aUi( hçhes par culture pour le~ eXlgenees dé esp8C"',
Le olus souvent le malérlel planté ne pas ençon: de racines et l'enracinement se lara au mo-
ment où le se trouve l'!F'I conlact avec lé! sol hum,de. Planlè dans un Gollroo sec. l'enraolnement
sera et dans un 801 trop numide le rt!loquA dA pOUrrir, $urtout Quand il fait chaud. Il
1011.11 donc bien contrôler l'lItat d'I'!umlt.llté du sol et n'augmenter les doses moment où
les racineG commencent fi bien se développer.
La profondeur d'une plantation est très împonante. Enterré Irop profol'\dêmenl, lé! matériel de planta-
lion n.'$que de pourrir. el. Deu profond, il risque de se desseCher. D'sutres facteurs COmme le type de
la presence de certains ravageurs ainsi Que des exigences oanlcullères de la culture peuvent aussi
determU\er III profondeur d'une

43
Il e~l n~çQ\;\ô~lrQ de 11;1 POGWOI1 v~9~tal ~ pl <Inter. LeI> r~çif1t;;1l> qvi ~e de-
vronl @If@ orien les vrer$ le bas, el lIn. lIges el fevilles ver~ le h;~~Jt CecI esl Important
pour le~ tltlltlllle:!) el h~$ ctl.leUX, le~ bOutures de lÏlanlOC el, en moindre méSure, les tuberCule::.
d0 Domme dB terre.
le matériel a reorls, c'ast-à-dlre auït a (ormé des raclnGs EH des tÎQes avec feuilles. on
exec:uterû Je:;) méme5 lrové'lul( d'entretien que pOllf une replCjuel": et'l ùb."leîVtllît lës ptlffîculMltè:'l
Ch\il,QyQ 9$QQÇ'i;!.

2.4.3. LES TRAVAUX D'ENTRETIEN PARTICULIERS

En oenors oes Iravaux a'entrellen 08 routine comme les arrosaQas. les épanaages de lumure (j'entre-
flen. la lulle onyloeanllalre et lee sarclo-Olnages. Il exlSle encore QuelQUes autres culturales
propres à certaines Pour les détails de ces travaux on consultera DGr
espeçe,
l'hablll1l9v çonsi$le â Coyper une parUe du feuillage el des nacÎnes d'une plante Qui sort de la pépi-
1lI@(@ Il l!.@ La,t a.vant 1.. rsplquag" dan!!; 18 bu! d. I,mil@( la d'€!lIu par la transpiration d€!$
feuilles e! [Je fa.vorlser le develoDDement l'lee raell'let:i. Mleul< vaut repiQuer la Oll'll'l!e au Mn momen!
que d@ i l'habillelge Celr I@ hul d@ bless@r Il!. I!!nln!lÎn8 toujours des risques sur le plan
Or\ytoMl'lltelr~ U"llljllla(l~ M fllit partOl1l pour oe~ eUlturM eomme le poireau et la laitue.
UlilliJUI.IiIIJIIiI des végél3uK aans l'allame ae la planta lion aounl-
InJ8 Lê m':§1i @n jlilugl!! !U~ pour d@8. boulur@s d@ manioc 81 de patate dOUCI!!. Ga.rd@r I@
Mll'IUmllie et taire la Jl'l.uM (je Drëltl'lreno~ à l'omljre. EViter une durM eïoeMlve en jEtUOI': car 11'1
r\!iiÇju~ d~ hop IiIl IJroblèmlOlli de reDrise au moment de la
lion.
- 16 .,allloge rMult r3vSOOrEltion oe l'eau Ou SOI. atouffe le8 mauvnlaea MrMe. rMutt le tMMment du
sol par arrosages Iili llils oluies. contribue li l'sODon de matières au 801, BI éVÎte le
con\:acl de C@r!8InS IrUils (melon, pastèque, concombre, fraise, avec II; sol. Il est diffiçile à
OOfenlr dans certaines zones du pays et, SI r on en trouve, il faut tlme attentIOn a certains ravageurs
des cultures peuvent s'y cacher (termites, chenilles, grenouilles, petits rongeurs). 011
utilisera urie couche pas troD épaisse de tiges de mil, sorgho OU maïs, de paille, d'herbes, de balle de
riz. elc. Ne pas utiliser la paille de mauvaises herbes ayant prodl,lil des graines.
It buttage consiste il amonceler dl'! la !@rrlil autour de!!; des planleiii d;;miii le but de favoriser
l'enracinement oe certaines cultures comme la Mmmê de terre. III tùmc.tt"!. l'lIubeq;)ooe, d'ev,ler quO!
I@s lig@s dE! c@r!âlnes cultures se couchlilnl Iill d'il proléger certaines récoltes cie la lumière QUI !lonne-
ra une couleur vorte il III OElrtie êl<OOMe {Mml'\'l~ d~ h::((ë. péllrea.u, célen, La
F'g M(j monlniil I@ de la pomme de terre Qui favorise le dévaloooemem Des raCines et oroteOB
les tubercules de le IUI'r'lI(:(e

"

Fig. 100. Le blJrlaga df: lli tlOmme de terre

44
le buttage se (ail en ramenant la terre a l'aide d'un rateau Ou d'une houe autour du pied des plantes.
Eventuellement combiner cette avec un d'entretien et l'exécuter quand
les tiges sont moins rigides et cassantes donc avant un arrosage. Faire attention a ne pas abimer la
plan le avec les outils.
- le tuteurage a comme but de maintenir dressées les liges grimpantes de certaines espèces ou de
variâtes de cultures comme la tomate, le pois, le concombre, Je hancot à rames. etc. Les tuteurs
peuvent être des piquets en bois ou en bambou longs de :2 a 3 m Que l'on enterre au pied des
plants sur une prOfondeur de 0,3 a 0.5 m el Qu'on relie partois en haul en chapelle ou par
pour assurer une metlleure stabilité de l'ensemble des tuteurs d'une Il faul éventuellement
ces tutellrs contre les pourritures et/ou les termites, Attacher si necessaire. les aux
tuteurs avec des assez lâches pour n'élranglent pas la quand elle (Fig,
50). Des tuteurs courts peuvent eviter le contact des fruits de certaines espèces en supportant
les branches qui porlent des fruils. La Fig, 101 montre le tuteurage dans le cas d une culture de
tomate et de haricots à rames.

FI!,}. 101. Le d~ lil lomiile el du haricot ;;i rilmlilS

la t8111ê Côf\.~iste fi couper la ou I@s de esoèces dans le bU! CIe favoriser lêur O'lmlllcA-
IÎon et aïr.si cfobteJ'IIr plUSieurs qUI porteront fruils où d'avancer la fructification se pre-
tiqu@ normalement Dour la tomate et le melon,
La laille delii vanalès de lomale à "croissance indéterminée., a comme riSQue.
fsuillage on e};Poser<\ les fruit5 au 50leil (COUD de soleil) et à certains ravageurs En plU5,
on risque éluSSI d@ Iransmellre des viroses de pl;;onlel? malade!> Gur des QlanteEil saines Dar le lus In-
feSte aUI rMte sur les ml'lI1'\S OU les Outils de travail (cculeau, EII. @81 donc plutôl à déçon-
sellier. Pour la laille du melon, Ulaul se rèlerer à la lIena tecnmaue CIe cette
Si on proc@d@ il la I;;olle d@ css il faul loujourl> détruire toule vlrosée el. ClQns la me-
sure du POSSible sleriliser lM outils (je taille (SOlutiOn d'eau dt" javel, flamme) chi!lqui'!

45
2.3. LA ..1I.,TleTION DII MARAICHEFU!I
Le!! cullure3 ml'tri'!lchères sonl pliH dl!! nombrIlH))( OCCOlGÎQnnenl chaaue an nes OSS oer-
lea (le récolte. MUlient rrM
L'idrentlllçaUQn de cas la. méconnaissance (l68 !SCMIClUes de DrotMtlM. le manque ainSI que le coûl
pôrtOI:'> eleve du méllenel d'''pplic.alion ~pulv@rls"tli!ur, et des pesticides Dosenl Ose DfOblemss sfl-
rieux en milieu rura1.
Pour assurer une bonna orotecllon des CUltures maralcl,eres contre leur5 ennemlll, il faut savoir Idtmllfl.r lei
probl@m8$ et connailr8, ainsi aue disooser des moyel'lfl de lutte Al"Ill'\r"'l"IrI'l''''

2.5.1 IDENTIFICATION DES PAOBLEMES PHYTOSANITAIRES

L'ldel"llifiCéllion d8s diflsflilmh; Qst ulle Question oe eOr'lMil'îMI'lCé el 3urloul d@ U",,"U,_UI.)'JJ


ç1'li/xDèrlence. Pour lilantlfler lea êMèli\15 de:> cullurli!lli rn.",.. rh''''rO on dlOlVfll sa référer aux illuarratioM
@I .!lUX d@scdp(iQIlIi? car (Jans les tlchM t1'leMniqut~ Intitu-
lee "U'll'l pril'\CI~aux @nn@mIS d@s cul\ur~!; maraîchères au ~. En CM de aout~. Il e3t nro.t .. "",n,l ..
d~ consulter oomoêtent !"lU Un dans cs dom~intil, Une mauvaise li1snllflo8rion.
5urt6ut 5i elle d@bouche sur I)ne erreur de tralu~menl. ne lera aU'auomenter le~ ainSI que les
oenes finamllêres dM maraichers
Lès culturei maraichères peuvent erre atta~uee:o\ pôr :

2.5.1.'. LES INseèTES

Les inS@c\"'l> !Oont ds l;;elll~ 1iI\ de forme ireG varlllhlM. oertoins sont pelibi @! dil!tcilsmgnl vi\;Î-
!Jles Gomme Mr le:> Ihripli dE! l'oignon. deI.> Oautree MI'\! el les
diH~r\tn\eG !J'Iules Ou coms BDnt Muvent Ill(:lle::l fi comme çhe~ saUIt:maUK, IBB
t(iquels, la cOUfltiuitrs de la pomm~ de lerre, tlle. La DIUMM' {.lM iMetles adulte:;; onl d@s ~lIe!&

Au cours oe leur~ {.IeveIOf'lpe:menl, les inS@cles subist;.(,mt des tr~m;fQrmatIOn!l (jQfIt lM err"ll'\(':ô\
succeuiv@s &onl la l:;lrve. la nymOM Br 1adUltê.

ces lIlad@!; sonl bien dh!;llncls uns des aunes et c'est !louve ni 10 l(I(ve qu, C:1!US@
19S OSOàls comme dM~ le ca, des chemill@s des papillons, les asticOls Qes mnucM5. It'~ 18(-
Viii!> de!; coléoPIQ{GS, €lie. La Fla. 1.02 mOl"llre le~ slfldes de de !~ " teu;me Ou
~1'h~U " (l11i5i que le:. p2f 1:;1 l;arvQ,

Fig. 102 SIEll1ell (Je !1tW$IÔl)Oéfrlenl (a-d) "'/ d8f}iIIs


l'lllut lOI. I(J larve: (6) Id nymphf!! (e)

- dans d'autres cas, tous lee; siade5i se ressemblent et l'insecte est durant Ioule la
ouree de ~a vie Geci esl le cas des jassides. des pucerons. des s8ulenaux ... La Fig. 103
montre le dévelopoement des Muterie.l/x donl l'adulte n'est di(lérenr de la larve que par la
presence d@s ailes.

46
DEGATS D'iNSECTES

"
, '.
, ' 'l
(' \ '1
d'insectes broyeurs' le coleoptere tortue sur
de patate douce (Aspidomorpha spp.),

Dégâts d'insectes piqueurs-suceurs:


manioc (Phénacoccus manihoti).

Fig, 108. Dégârs d'insectes vivant e ('intérieur d'une feuiffe .


II!! mouchl!! mimwss su,- jJ!Jxslu (Lynomuil

Fig 1iD, Degàts d'msectes du sol, les termites sur tubercules de I-'ig, 1 t t Dégats d'Insee/es du sOl le charançon de la patate
pomme de terre (Isopteres), douce (Cylas punlicol!is),

4
PEU SPECIFIQUES

Fi;}, 1/4, Mouchfj':i: bJ.lilm:;hliis sur leulJ/,,!: du h.,n'CQf (Born/s/fil fi/Pp.), fi/Q. 11Q. Puoelons Bur rBull/as {je m(J/M {MYZll~ M(~i(;t>e. AphJ'
!J{)IBYOliJ.

(.
\
f "
" r-

Fu), 118, DèOiJts de termlteiS iSur bouture de mM/OC (lsop/eres). Fig, t 1~. Dé()als de mlrld@s sur {euilles de
pomme de lerre (Ha/lieus tibj;jJis).

48
a

Fig. 103 Stades de developpemenf des Sill.lterÎal.lx, œuf (a), larve (b) el adulte (c).

Les types de. provoques par les insectes sont différents;


- les insectes se noumssenl en les différentes parties de la plante (feuilles, ti-
ges, frUlls). C'est le cas des chenilles, de de larves et d'adultes de coleoptères. des
criquets et des sauteriaux, Les 104 et 105 montrent des d'insectes broyeurs sur
feuilles
- les insectes piqueurs-suceurs enfoncent leur" rostre ", une sorte d'aiguille creuse. dans les tis-
sus tendres de la plante dont ils sucent la sève. Ils aHaiblissent ainsi la plante et peuvent la dé-
former. Certains peuvent transmettre des maladies virales. Les cochenilles, les pucerons, les
les thrips ... sonl des insectes piqueurs-suceurs. Les 106 et 107 montrent des dé-
d'insectes et les fig. 138 et 140 montrent des maladies virales transmi-
ses par ce type d'insectes,
- plusieurs insectes vivent dans la plante pendant une partie plus ou moins importante de leur
vie. L'œuf peul être sur, ou dans. les fruits. feuilles ou tiges et la larve Qui en son se
nourrit en creusant des galeries ou en dévorant l'întèrieur de ces fruits. feuilles où La. lutte
contre ces ravageurs est souvent assez difficile surtout Quand les ne s'observen! que
lardivemenl. Les mOuches mineuses des feuilles e! des tiges, les mouches des fruits. (melon,
courgelle), les chenilles S'attaquent aux fleurs et aux jeunes fruits (jaxa-
tu), les vers des fruils (tomate, sont des exemples d'insectes creusant à l'intérieur
de certaines parties de la plante. Les 108 et 109 montrent quelques de ces ravageurs.
les insectes souterrains au radiculaire ou aux tubercules de certaines
cultures dans lesquels ils creusent des galeries. C'est le cas de la courtilière de la pomme de
terre, du charançon de la patate douce, des termites ... Les 110 et 111 montrent le de
dégâts provoqués par ces insectes.
en plue dea Insoctol 8péalflql.lBI1 Dour CMQue culfUre !1ul MI'It lIéCrils dans les fichlils lechnl-
~u~:i por il 8xilll@ un nombre d'lllliultcte. peu Ou pn tiP(,olfh;;u8i Qui DtlUvent s'attâouar li
plUSieurs cultures, Parmi ceux-cl on trouve'
, de gros insectes Qui peuvent prOVQ-
tres sérieux, surtOut en el con Ire lesquels on utilisera surtout des
Détruire les larves aux lieux de ponte.
les mouches blanches (fig, 114): de petits insectes blanchâtres qui son! des piqueurs-
suceurs et que l'on trouve à la face inférieure des feuilles. Les adultes s'envoIent
dès Que l'on louche la olanle mais les larves restent Immobiles. Ces insectes sont surtout dan-
gereux paf les viroses peuvent lransmellre à diverses Cultures maralcnètés.
pomme de lerre, manioc. OBlale douce. melon" haricot)" Il est plutot rarl': dt'" VOir da'l!!i
importantes de blanohes comme sur la FIg" 114" Le plus souvent on observerél
qUl<ts individus par
- les pucerons 71 Ô, 11(1 ec 117); de petits Insectes pl<"lueuf1HluCéurs que l'on trouve sn co-
lonies Sur les organes jeunes boulons floraux, ieunes DOuaSeS} de DIUf'lisurs oultures
Ils aetarment la Dlante t'lt un l'Irrëi d@ croissance. Un champignon noir,
se d@v@loPP8 sur les sucrées 18écFelèes Daf les pucerOns. Ils
transmettent aussI des maladies virales. coccinelles utiles les larves et les
adultes,
les termites (Fig. 11C) et 118); elles mlOer les tigel>, racines al IUtlercules des culTures
el provoquenl ainsi l'aHalssement ou tllén le Ne pas laisser sur les
parcelles cultivées des débns en decomposilion, arroser régulièrement et éventuelle-
ment utillSEilr un insecticide du :;;01.
- I@ mirids (FIg. 1 , in6eçte piqueur*&UCiur noir les larves et lM adultes orovo-
quent un affalbli~sement dt'! Iii. planle el l'apparition de poinls décolorés.
- la mouche mlne"'"HI (Fig. r08); une mouchlii dom lliirvee creuselll des galeries à l'intérieur
d~s. feuilles de plusieurs cultures mtlràjôl'\é!'é~. Un InM~le u!IIe:. ur.e peut
parasiter les larves de la mouche. Il faui donc faire attention é. l'utilisatIOn d'insecticides QUI
risquent de détruire aussÎ ces insectes utiles.
2.5 12 LES ACARIENS

Lt':::, aCtmen5 ne ::IOn 1 oo!:) de5 ,n::'lecle::; m,li::; de Ioule:'! pehles


l'Wil fIU La 110 monl' ... Qu~IQu",~ <lçÇl.riem; agrandis dom rou-
oe:" r
~:!lt tOut Ju"ltt": VI:'l,hl!": li. (:é,1 (111

b
c
Fia· t26 AgrélndiSS8ml!!n/ de aCÇir/fJOIl,
1. aralQnel'lI'OU(H'J ((J) llllt Mut JUtilt ifi".ble él l'œ.1 nu.

Ils 3ë nourrissent en I@ contenu dlll!fi ç~lh.ll~s des IIssus de la plante, surtout les /euIllBs.
Bl\fraiMnt l'lIMI {:lM detormation:':l. de:;, dècolorilhom, un a:§;pscl brillanl ;it 1;>1 bce inl(;>rieure
I~uilles;, le /evlllilS et un allalbUssemem (je 11"1 olMte PIU61ê;uf3
cultures mamlCl'\eree oouvent êtro o.ttMl.l~eS ~I'lr dèS acarien:'!. C'e:tl I@ cas de les pomme de
terre, la le Is manioc, l'aubergine, I@ le
1:1 1 montre rouge, QUI 881 un acarien peu sur feuilles de J<txatu 81
le:i 122, 1238/ 12d mon!rsn!les par dlHérems acariens sur le leulllaoe
Oe Queloues cultures mar81onèrM.
2.5,'I.:t LES CHAMPIGNONS

Le!'! t"lIMI"I""6r'1S par'aslle3 de3 sont des êtres Vlvan!!iI microscopiqulllul qui
dans les dlfterenta orOAMS l'te la (tioe. teuille5, rMirl(~3, frlllt~) p&.( di!~ des
ouvertures naturelles ou dlrememem Dar des Bunaces Intacres, er aul se nourrleaent au dètrl-
mtonl dl'} Ill. C8rlains provoqu@nl l'apparition de lachee; de for-
mes (rondM. Irr~oullêre!'\) ~t de cOlJlelJ~ IJAriablM verl Jaune, jilunl'},
etc. ,), ou li&\>\;)$, Panoie Us aom à i"orlQlne (la DourrlturM ou même du
flémssemem de la planta.
SUf les taches provoauées Dar les chamOlonona, on 11011 souvent apparai,re les fructifications
du sous larme d'un fin duvet ou d'une ou de petits points une 00-
3ervlltlon att~ntivé d~ la l':ôull'!ur @t de !'" struclun. de css ainsi Que de l'é ... oluUo:l
ae III malaOie, peuvent l'l raiLle dM dMerlplloM des Maiadres dMS les lich@li 18Chnlqu@!I par
ou dans la brochure Irur I~~ prÎmiipQux ennemis. oermenre Orma Olen des cas (je 1118tln-
Ou~( 1~Ô!i diHèrt':nte~ maladies 8nlre-elh~s. Pour le!! foliaires, Il esllmpoftant d'observor
aussi DIer. la Ulee Interieure (jue III face des ItoUllle:;;.
Les cnamplgMM j:lrOVOl':!uant 11l'!$ Ch8Z les cultures maraichère$ ~uvÇlnl ,urviv~ ,ur,
mi!ll~du~~
ou dl1M. le8 l:'lèbrl1'i dM sur le~ mau\lAises herbes 8t d'autr89 dans
I~ sol el panols sur la semence. On comorenara Clone mieul( le 1"011'1 dee MnMa 9"'1'11'11'\11'11
culturale~ du rotation cultural@, urcllt9@!L.) psuvsnt fortement réduire
le riSQue o'aooarition des maJadles ou en diminuer l'Importance
Les Fig, 129 li 136 montrel'lt (juelQues malêldles prôvôqut':es par des

2.5. '1.4. LES BACTERIES


sont ell98 aussi des êtros 11I1I8ntB ('jont certaii'i./l; peuvEml Ilthlqu@r liils cultu-
re!!> mllr<ilÎçh8re~ comme dans le cas dQ la de la tomMe, ClU pOlvroi'l et du
mef'lt, le nervation noirE! des choux. , Elias par des blessures ou des ouvenur~a Mtu-
miles ae la plante et se mUltlpllem AU:i dèPM$ de la plante ei prolioQuent ainsi
maladies Qui se manifestent MU~ forme ('je U:ll':hës necrotiqU8s ou huilsuses, de
midS$ ou de de la plante. Les maladies nact6rl6nnM /le dévelOppent 3urloul par
temps chaud ël humide et sont f.1ilvo ri sées par la pluie Ou l'irrigation par aspersion, Ellaa peu-
vent survivre I:'lans le MI. !'!ur les graines el sur les L.es
125 à 128 montrenl les symptômes de Quelaues maladies llaeterlMMS.
2.5.1.5. LES VIRUS

Ce sont des petits êtr@s vivants qui ne sont même pius visibles au microscope optique. Ils. se
multiplient aussI l'lUX des plantes et maladies virales généralisées sur
ACARIENS ET BACTERIES

Fig. 121. Acariens: l'arllignee rouge sur feuilles de jaxstu Fig. 122. Acariens: dégâts de l'araignée rouge sur feuilles
(Tetranychus spp.). de maniOc (Telranychus spp-J.

,
(

, \
"
<if
Fig. 123. Acariens: dégals d'un acarÎen sur feuilles de gombo Fig. 124. Acariens: /'acariose bronzée de la tomate, feuille saine
(non-iden/ifié). a l'amère plan (Aculops IYCOJ)8rsicij.

Fig, /25. Bacteries. degâtf; dfi la gfJllfi baçtérienne sur fruirs Fig, 121$. B;,l.ç~r;9$. d9{}fII1i: de lil gill/e b8ct8ritmne sur r.,ujll8s
dG IOm:iIle (X;jnthomOn!:lIil vIi;lsICOIwrla). d8 lom8/e (Xl'ln/hamonas vesiC.l'l/oria).

Fig. 127. Bi/c/éries: dégâts de la nervation noire du chou Fig. 128. Bactéries: dégâts de la gelle bactérienne sur 'euilles
(Xanthomonas campes/ris). de piment (Xanthomonas vesicalorie).

51
DEGATS DE CHAMPIGNONS

Fip. 129. ChM'IpiQfIOnl$. d6Q6tt1 du blMC 4ur Mullle4 lN) fII!I,/M


(Oldium 8AO-J

Fly. 1JJ. CIl(.lfflplgnolli: 11(;gIlTII (f, mll(f!riU Iur ffulIIH '" mlJllJn
(;'~liiudopsrof1ru:poT:iII cubom:/c).

FIg. 135. CflQmplgnons: I1QgQfB 'fun ohampignon au 901 Bur FIg. 136. Cl'IIfmf;IQflM$: d60ét.$ d'un clliHrrpiQIlOll du (jolll /'origimt
Choux. la fXJurrirurB dU COI/Ilt (PYfhlum 8Dhafllt:Jermatum). (}l'J Iii fuslJfiôlM': vesculaire .sur (Jombll (Fusarium
OXYMOrum ,. tJfJ. YlJllIflMowm).
52
VIROSES ET NEMATODES
137·140)

Fig, 137. Virus: dégâts d'une virose sur frulls de melon.

Fig. 139. Virus; dégâts d'une virose sur fliJuilles de piment.

:.''''' ....,.,.~
..... '. ,
;( , ""
Fig. 141. NémflfOdfJs: dégâts de n6maf0d9s 8 sur tlJbefr;ul$s
de pomme de terre (Meloidogyne

FI(J. 1"3. Nj§mldodt'ts' diJ()Ms d8 ntlmillodes li 1Il.118S sllr flic/1I8S 1.14 Nemldodes; d.fiA~ d8 nsmslodtill$ li QaJJIU slir f'ilclnfil1
d~ èMcllmbre (Me/aido!l1ne spp.). de toma/e (MeJoidofJynB !>pp.).
ACCIDENTS DIVERS

Fia 1-48, Leil mm.JIIIlÎ,WlS ;'li/rbli": .wr pj;mehG€ DO prlJ.l1ul)flQn !Je Fla, 11 7, Le: GOUP de :m/sil sur Ul) fruit dfil pDlvrDn
blllalllDS d'OI(Jl1ôn.

Fig. 14B. Dégâts de /'h8rmattélfl3ur telllmlOB d.. pomme de terre. Fig. 149. D6aéts de froid sur feUllle/3 de gombo,

FI{J. 150, Brûlures d'erlfJfT:lfs sur feuilles dB }axillu.

Fig. 152. La nécrose apicale de la tomate, due à des problémes


d'irrigaliofl et d'acidité du sai. Fig. 153. DégiHs d'imgation irréguliere sur fruits de tomate.

54
toute la plante dont les symptômes peuvent êlre des déformations, des décolorations (mosal-
que, marbrures .. ) et des neCroseS Certaines maladies virales sont transmises par des Insec-
tes (pucerons, mouches blanches), daulres par la graine, les boutures ou encore mecaniQue-
ment par les manipulations des hommes (par exemple la laille de certaines cultures comme la
lomaie elle melon}.
Les peuvent elre tres Importants. surtout Si les planles sonl dés le debut de
la culture. Melons, pommes de terre, tomales. piments, poivrons, maniOC, navet chinois, palale
douce, etc .. peuvent être attaquées par des maladies virales. Les 137 à 140 montrent les
symptômes de Quelques maladies virales.

2.5.1,6. LES NEMATODES


A certains endroits Sur les parcelles de cultures maraîchères. il est parfois possible d'obser-
ver des plantes Qui se QUI restent chètives et flétrissent. sans Que les par-
ties aériennes semblent être attaquées par des parasites, Dans ce cas, il faut deterrer une ou
plusieurs plantes et en examiner les racines. Si celles-ci des ou des
.. galles .. , elliptiques ou rondes souvent diSPOSés en Chapelet. les plantes sont at-
laquées par des "nématodes à galles H , Ce sont des vers invisibles à l'œil nu Qui atta-
quent les racines el les tubercules el se nourrissent aux dépens de la plante en provo-
quanl des gonflements typiques sur tes racines et sur les tubercules. En cas d'attaqua sévè-
re, tout le systeme radiculaire devient noduleux, la plante ne forme plus de racines et ainsi
n'est plus capable de s'alimenter en eau et en éléments nutritifs.
Les nématodes restent dans le sol et peuvent la plupart des cultures maraîcheres
(Tableau 8) ainsi Que certaines mauvaises herbes, La 145 montre l'agral"\dissement d'une
femelle de nèmatode à galles avec les œufs. ainsi que les dègàts provoqués sur les racines
d'une culture. Les 141 il 144 montrent les de nématodes il Sur les racines de
la tomate, du concombre, de la laitue et sur les tubercules de pomme de terre,
Une bonne rotation culturale el l'utilisation de variétés tolérantes Ou résistantes réduiront les
problèmes de nématodes à galles. Si l'infestation devient trop importante il faudra utiliser des
nématicides surtout en

Fig. Id5. Agrandissement des œufs la). d'une femelle (b)


de nèmBlode a fJalJ@$ @I sur /9$ racinf/S fe-a!,

2.~,1.7, QUELQUES AUTRES PROBLEMES


- les m311.111itlnti herbe.. (fig. 14(;) SOn! des ennemis des plantes cultl,!BeS car OliM genent
I~ur developpemMt, elles ulihS!ilnl elles destinés aux cultures el peuvent être
dM Mfes CIe certains probh~mes ~h,..!~c~,~."",
- CêrtEllns sur les cult ... res maraichères sonl prolloQués non Das Dar des parasites mal~
par des conditi<ms d.favorables de culture. Ces conditions peuvent être liées au climat
(coup de soleil 147), du vent (Fig. 148), temperaturM trop fraîches (Fig. 149)... )
ou au sol (carence Ou toxicité de certains éléments nutritifs, presence de sels. acidité ... ).
D'autres sont provoqués par des accidents de culture COmme une mauvaise utilisa-
tion des engrais (Fig. 150) ou de pesticides (Fig. les Irrigations irrégulières. InsuHl-
santes ou excessives (Fig. 152 et Fig,
- les oiseaux. le bétail et les animaux sauvages (singes, ",I-L"r-r""h",,,,,,, peuvent causer des
parfois très importants sur les cultures.
Les Fig. 14(J à 15:) montrent un nombre de CM autr~5 de :sur I@s culLures
ml'lr!\iCn8r8S.

55
2.5.'1. LES MOYINt lUI I..UTTE

gn:ltilctiOIl cea légumes reQuiert 1108 InSI')t'lctlôM fréquente~ des culture:!!. I@squel.
les ,1 faul conlrôler le d8S~U~ ajn~i que le feuillage, 188 fleurs êl frUit!'!., et, si
l'on craint un OfODl9me lié au MI. lM rMil"lM l:IM planle3. Ce::il onl çom-
ml'! but de deceler le debul dss aussi lÔI Que possible et leur l1êvelOppe-
men! par les mO)'I'!n5 les plu~ aPI)rOlpné!S

Il eXiste plusieurs moyens de luite contre les ennemis des cultures maraïchéres et, avant dei
faire appel à l'utilisation des pesticides. il est absolument nécessaire d'utiliser des moyens de
lutte préventifs qui permettront d'éviter l'apparition des phytosanitaires ou d'en limi-
1er les

La lutte Intégrée eel remplOI combine et raisonne de toule:> le:! m@thodss dont on 1
contre lee 1'.lIfférent:'l enm~mlli d'unê iii maintenir leur nOCiVité a un niVMU M-
sez bal> pour Que les déQ/Ua OMMionl'lM !'lOIf~nt econom'qu@m@nllolêfiilble6.

2.5.2.1, LA LUTTE PREVENTIVE

Elle l:onsÎsl8 dans l'\.Itllisatll;;m des diverses leChnlquM l'lyl'\l'lt pOur objec\il lli! S~lï5faC-1
rlon des bMOins speciflq\.le!S de la cultivée. $1 cene dernlere Sie trouve dJln$
des aOMltloM pour son elle offrira le maximum de réSIS-
tance à ses ennemis.

de cene lime prQventlve, Il eonvier'lt donc d8'


r'ilspeobn l'époque de aoml8 et I)I1Intatlôl'l tll":~ dillerenle:s !!!!Ip8(;~S
m&sure du possible, cvl\Îver ceG à des éooauea pendent
orl/1Cmsux ennemie e.ont aMêlib
- Culliver des el de, variété.. adaptées aux conditions au milieu.
- cMlelr un endroit pour le jardin avec un bon terrain crocre el !':lIen dralnel
et en améliorer le MI par <1è~ liIm@ndemenh; (fumure chaulage) et des
apports de (umure éQuilibrée.
- @tabhr un bon assolement el una rotation culturale adéquate. Un bon fl5soIement 1

eviterll de mettre unEl nouvelle à côlé d'une même espèoe plUS ou


d'une autre eeoèce attaQuée par les mêmes ennemis. LB. rotalion culturale permel- i
Ir8 d@ lull@r contre p l \.l5Îliurs Olwtosanllalres IiM au MI fi 1

gallM, ml'llaOIM et IMMIM du


cMI8ir de~ variêté5 ré!.i!itllnh~a ou tol9rantOG à certains oroblèmes 1'\1'\\"f'I'~1\
el n'utiliser Qua oes 8emenee~, de~ boulurI!}8, d~s tubvrcule", .. sains et de
qualité, au besoin, La FlO. 43 montre la dill@rence enlre une culture
palale douce à partir de boutures saines (drOite) et une autre à partir
boutures vi rosées
- attacher une im portance particu lière au chOix de l'emplacement, à l'aménagement 1
et à l'entretien de la pépinière car on constate Irop souvent Que certains problèmes
que l'on observe sur les repiquées en plein champ provien-
nent de la pépÎnière.

l'ospeoter Its techniques culh.trale, de sem le, de reoiQullQll et de 1'\1",nl,.hr,n


d'lOIotretlt;m lii/iEl Que les arrOI'lBQel'l Allee une e.1U di! bonne "'1,1''''1\',""
trlilVlilUX
tlon ~a la fumure les blnagee. eIC., Binai Que le!'! TPr.nnl,no
de récolte,
- faire un r3matilIOage manuel de Mrtail'ls groll ravageur~ \chenilles. COléoptère!'! ),
uliliser d@J5 ,Impies (cartoM. boites 6 conserv@$; enllilrrées JUSQu'au borel.
mc.!. dêtrulre les ou p;lrli~\O de plamee (fruits) lItttlquée:il, enl@v@r les dé-
bris de la culture apres la réeolté el bien nettoyer le terrain après la culture. Contre
les on utilisera des épouvantails, le brui! de conserves), des t.lets
"n ..:>nT\'ln,,,, du iardin.

2.5.2.2. LA LUTTE CHIMIQUE

Si malQré l'apPlicatiOn oe l'enMmble des techniques de la lutle certains 1


ennemis deviennent menacants Dour la culture, il faudra utiliser des pesticides pour 1
les contrôler (Fig. 187, 188 el C8Ue luite cÎlÎmiQue ne fait oue comoléter la pre-
mifi;re ~t nécessite an un certain mMenel d'applica\ion pou-
dreuse. etc,) (Fig, 1(10 et 175) et demande le respect de cerlaines. précautions car elle 1
peut constituer un certain danger pour les cultivateurs, leur famille, les consomma-l
teurs de et l'environnement
al LES PESTICIDES

Les pesticides sont des produits chimiQues Que l'on emploie pour lutter contre les dif-
férents ennemis des cultures, On distingue plusieurs catégories de pesticides et on
utilise,

un
un
insecticide
fongicide
1 les insectes
les champignons parasites
un nèmaticide Dour luller contre les Ilématodes
un eeadeide
les acariens
un herbicide
les mauvaises herbes

L'emballage d'un pesticide devra porter une étiquette avec les renseignements suivants:
• le nom de la matière active ainsi que son pourcentage dans le produit commercial.
le nom commercial du pesticide car malière active peut être vendue par plUSieurs
producteurs sous des noms différents, Par exemple: le dimèthoale, matière active d'un in-
secticide peul être commercialisé sous les noms de lori, Perfektlon ...
• la formulation du produit Qui peut se présenter souS la forme:
d'un concentré liquide Ou d'une poudre mouillable qui doivent être mélangés a l'eau et
Que l'on pulverise enSUite sur la plante avec un pulvérisateur Ou une
- d'une poudre sèche Qu'on utilise directement sur la planle à raide d'un soufflet ou d'une
poudreuse.
- d'un produit granulé Que l'on introduit dans le sol par un bêchage Ou un ratissage.
- d'un liquide Qui un gaz actif (tumigant) Que l'on injecte dans le sol.

Les 154 à 157 montrent quelques formulatiOns de pesticides. La 179 montre un liquide
Qui Vv"",,,,,, un gaz. actif.

Fig, 154, Le cOncentré liquide. Fig. 155, La pOudre mOvll/able, Fig. 1'i6 LB poudre seche. Fig, 157, Le micro-granulé.

• le délai minimum à respecter entre la dernière application du pesticide et la récolte ou le


semis Ou la plantation,
• le type d'ennemi que l'on contrôle avec le pesticide ainsi que les noms des cultures pour
lesquelles le produit peul être utilisé.
• toute autre observation nécessaire ou utile pour l'utilisation du pesticide.
Certains pesticides onl une action "systémique", c'est-ii-dire qu'ils dans les tissus
des plantes el la protègent de l'intérieur tandis Que d'autres la protègent de" l'extérieur ". '
Les insecticides tuent les insectes soit par leur" contact" avec '''''''''''''6 soit par « ingestion"
c'est-a-dire l'Însecte mourrait après avoir mangé des parties de la plante ou suce la sève
d'une plante t-ailée ou encore par" inhalation" le pesticide un gaz actif que l'in-
secte respire et dont il meurt
Les fongicides agissent sur les champignons en empêchant la germÎnation des spores Ou en
tuant ces spores, ainsi que les parties végétatives du champignon. Leur action esl "externe ",
par le contact, ou "systémique ", Ils peuvent avoir une action "préventive., ou "curative".
La durée ou la persistanoe (rémanence) d'action d'un pesticide est Irés variable. Certains
peslicides ont une rémanence très longue (semaines, mois) tandis Que d'autres ont une
rémanence assez courte (jours). Les produits â longue rémanence sont parfois nuisibles pour
les hommes. les animaux et les plantes cultivées ultérieurement Il ne taut pas confondre la du-
rée d'action avec les délais li respecter entre le dernier traitement et la récolte. Ces délais
servent à protéger les consommateurs des légumes, La deltamélhrine par exemple peul avoir
un effet pendant 3 semames mais on ne doi! attendrE:: qu'une entre le dernier traite-
ment el la reMlte.

57
Le TaOIGaU 12 Oonne un reCIiIPilulaUt de QuelQues c<iir(.iclérisliques d'un nombre de pesticides
courl!lmm@n\ utilisés en cultures maraichèrt';s au Sèlitg01. L~s p~~lltlde~ rMrC!u~s av~t un '
Mnf actuellement recommanaéB par le Centra pour la DtweloposmsrH aa l'Horticulture. Ls lé-
gende de ce lableay e5l comme suit.

Formulùhon Mede (faction dM fonOloldM


PM. = poudre Mouillanie E = action e)(terne
C.L. '" concentré liquide S '" aerion syslêml<We
P.P. '" poudre OOUf poudrage Prév = 8e1l0n oréventive
M.O. = micro-granule Cur = action curative
F. ;;;;; lumioant Toxicile
% m.a. '" pourcentage de matière Ho .. nommeB
i1clive dfln:> le produd + '" PI;IU ç!angersux 1
commQrcl>l1 ++ = mooerémflnt dangereux:
Môde d'AttI6r'l de~ ilisec\lcldes el des acariCides +++ '" très dang8rSU)(
E .. action externe Ab = abeilles
S '" action sY5témiQue Po .. pOISSOns
Co :: açllQn par le contact - '" pas dangereux
Ig ::0 action par mg@!dion D '" dangereux
Ih :::: Atllôn par il"ll'!ell'itiM
Ov .. action oVIClde, l:fMt-l'l-dm~ tue les œufs.

Bien Qu'il 5011 pos:'lIble de mEianger deux ou plu5,eur:'i pe:'ilic,des, il existe des prodUits qUi nI'!
sonl pas ~compallbles>! avec d'autres. Les acaricides et certailis pyréthrinOides perdent de
leur efficacité quand ils sont mélangés avec d'autres pesticides. Il faut donc bien se renseigner
à ce SUlet avant de faire des mélanges de pesllclde:'\. La compatibilite des pesticlde$ est varia-
ble ~uiv3nl13 malisrs active, la lormul;!lion, le produit commerci:J.l, Qlc.

Il exi~le <lv!!>!!>i des produits campo!!,.!!!., c'@sl.;i,.dlr@ qui contl@nn@nt plusI@urs, souvent 2 mali@. i
res actives. L'aVMIl'lge de C~5 prodUits e:'\t qu'IlS peuvent lutter côntre plusieurs ennemis dM
CUltures en même [emDG. Dans ce cas il faudrQ se référer :a chaQue m211ère liIcllve Individuelle i
POUf connaître le nom cles ennemis Qu'elles çontrÔlenl. '

Exemples PôlIL1Ir m.l!I. =manebe + th,ophafUlte - methyl


S'umloomtli' nul. .. fMvoieraf6 + fenltrotnlon

l<l quantité d'8au ulllls88 pour 1r 6 ill!lr une eullure avee un pulv8r1lilitt8ur il dos li prl!lülon @nlrlll~
tenue. varie selon re/mece cUltivee el le BraOe Oe OeY81QPoement ae la planle. On l'estime al
. 1000 Ittres d''iilau pour couvrir 10.000 m 1 d'ulle çul\vro An plein dév'iilIQppement, c'est-a-dlrel
, litre peur Ul'\~ plal'lche de , a m]. La dOM reMmmMdee per '01 dMS le TMIMU '2 est cellel
du prodyit çommen;ial el non pal:; de la matière active.

QUOlQU05 exemples de melilurell pratiQues pour doser les OflslicldBS BonI leB uBtenslis BI les 1
reCIDlenls suivanls .
~--~--------~--~--------------~------------~I

Poudre mouillable Concentre liquide i


(remOIiMage a ras) (1 ml", 1 cc", 1 cm)) 1

(el<. du Mer.esMI (ex du Decis)


1--------\-------+--------\,

Cuillere à cale
(mMele CCur!)lil) , 1.0 9 , n'il

CvillGrl;l à GOUPQ
(modèle courant) ::': 3.5g 5ml

BoitE! d'"lIum@thu,
(Le BoxeUr)

Verre de lM (8) ± 33.5 9 70 ml

Boite de lait Gloria


(petit modele 170 g) ::': 81.7 g 170 ml
~------------~------------~----------~I
Boïle de lélll Glont.! '
b -________ m_o_d_@_18_3_0_5_g_)________- b_____________~_-_1_a_5_.7_8________________b -_____________2_B_5_m____
(8_ra_n_d____ 1 _______________ 1

Sien contrôler l'exactitude de ces renseignements pour les autres modèles d'ustenslls et d~
reelpienls ainSI que pour d'aulres pesticides.

58
PerSlSleoce Del", 3
Nom c.ommercial Dose d'aChOl\ TOXIcité
Mal,,!!,e active %ma Mode d'action Utd,ser pow IUlle, contre,
(pour 101) temanetice avanl , recolle

ACAFUCIDES
Azocvclol'" • Peropal iP,M,1 25 E.Co.Ov acarljln$ 6-10 (l act;Of) tesiduetle 7 a ISjOurS HO
Ab
...
-.1"0" D
assez longue

aCanens 20ml aetton res,duelle 15 iours Ho= •


Benzox.male • Ar1ao"" le L) 20 E. Co.lg
Po D
assel longue Ab

Néoron (C,L,) 50 E,Co.Ov acariens tOml act,On progres- ISjours Ho-=:.


8romop'opylate
SIVS Ab"-,Po=D

MOlesta", (C,LI 50 E,Co.Ov blanC. acariens 2.5"" 14-21 jours :) jours Ho" •
Chll'lomélhionale
(voir fOnQocidesj (1" M.) 25 3-59 Ab; -.1"0= 0

Cyh&xalln • Plielran 60 E,Co acanens 39 60 jOurs 3·7 jOurs Ho=+--


5ml Ab;-, Po= D
60

Basudine (C,U 60 E. Co. Ig acanel\S. Ihnps. Criquets 10 ml 8·21 lourS lA·21 jours Ho=-
Dia1.inOIl
AO=-,Po;D

Kellnane IC,L) 48 E,Co.Ov aCl>rlel\S (réSistance tOml 15 jours HO. = ...


Dioolol
obs6Née au Senégall Po 0
Dlmelhoale Sys!oote ICLI 40 E. S. Co. Ig Ja&sides. thrips, pucerons. tOml 14-21 jours 1510urs Ho
Ab
...
-,Po 0
Ivo" ,osselle,des) ffiOOehes. COléoptères.
ac:aroMs
.:JOrnl 7 iours 15 JOu,s Ho~ -rH
Em:lo.sull&f\ • l'n,mut .:l.5 (C.L) 35 E. Co.lg chemlles. Jass,cJas, coléoptè'es.
puceron$, acariens Ab~-,Po D
Ivolr Insectlc'des)

Fenblluuln Ol1yde • TorQue (P,M 1 50 E. Co.lg acanerls, 5g aCllon 3-7 JOU'S HO=-I-
pfOgl$S$ive Ab=-,Po~D

Zithiol (0,1..) 50 E, CO. ln. Ig mouches, Ihrlps, Ducerons. 20ml 8 Jour;!, 310U'S Ho.~ •
MalaUuon •
NOir mOuChes des cucurbilac.!les, Ab, Po ~ 0
acariens

Matham,dophos Tamaron IC 60 E .. $, Co, Ig chenilles, pocerons, mouches 15-23 ml \ A-21 jours 21 jOurs Ho -o-l-+

blanches, acariens, t!\rlps Ab .. Po 0


L'Inn,,!e (Cl.) 20 longue '4 ,ours HO M+
MéthCrnyl I?M\ 90 E .. S. Co., Ig pu.:;e(()IlS. ch&rulles. 15·20 ml
ac.an&ns <\9 rémanence Ab. Po 0
(VOir insectiCides)

OmêthOate Follmale (C.L,) BO E+ S. Co.lg J8ssrdes, 12 ml longue 21 jours Ho ......


(vOir InsectICides) mouches remanence Ab 0
U1 COléoptères. ac.allef\S
<0
Ttir :7 te t'?? " . :,
<:Il ~stal'>CG [)elai il
0 Cœe
Maltera 8.Clr. a
Nom commercial
(Ia'mu laI on)
% rn.a. Mode o'"",~on Ut, lorer p.O~' lUl1oe< CQo"\lre:
(P<lwr \0 LI
d'acHo"
rémaneonc.e
res='"
evanr la i9coite
Tod:::~e

INSEC11ClDeS
c.herIllle s. ve (s de & fru ils. l!l. ips. 15 9 12 ;OUrs 7 jou,"" I-i:>::...,.
Acà~hate • O..,Ilè~ (P.M 1 50 S. E. Co. b
jas.:; d&s. pue SIon S. mwd'lêS An =D
o!an cJ'es. ooi êopt ê te
Ho=~
Bacllbs Ihu,in G'<»' sis' 8acIOSOOlne IF> M.) 19. ;n:;.ectlc>de c;he.",,11e s 15 9
Oipel (1".""-\ Ci 0 Icgl "<,,. Ab=-.

Thurlc:de {p.M.)
Brom 0 phœ. NE"()(1 le L.) 25 E.Co.~ 1h nI:$, }IIS$.œs 20 ml 15 )curs 15jews rb . -
Ab ~-. Po '" 0

Carbaryl' :5E\iin [F>.M.) 8.5 E. Co, Ig cr, e nill"s, 1as;s >de s. a p cals 18g 1~-21 10Urs 7 jou'$ I-b --
Ab. Pc~D
rb= __
Carbofu re.n Fu", dar, (M.G) Hl S ... E. Co. Ig. Ih rrOJCI"es. 1!\Sectes d.J SOI. :2.5 .. <- glm' s.a rours :SIl i cu-s.
l'vOif nèmatiC idesi P LX:e co n S. chenille 6. né malClde5 cu 25 g POO' Po - ()
10 m SI.J,Ia
'sne
5a ag/m'
5
3 a a 12 srm'
I.IIs/shal (!.I.G.l 5 S ... E CO. ~ ln se::le s du sol. pu::e con s. 2-<1 gim' ~jGU'S :SO le....", t-j"' ....
car!lœu~3n
lel) 25 m lne-..J;;.es. che nilles 3(l ml
aglrn2 90 Ko = .....
ChlO<'PYriçl1œ-é1MyI Durs ban 5 Ci (1.1. ru 5 E. Co. 19. Ir, ;nseo::tes du sel IOUro
A.t> Po = ()
-
Cyflulhrir.e • 6.aylh,oia (Cl.) 5 E.Co.19- cc.e..llies. Ye<9 deS lrults longue r pu.", Ho .... .-+
" ...1
th n t;S.. CGIéoD"teres remarence Po.D

Cyparm in ~r ina . Ojmbush cC W Hl f.Ce.lg c r.en; Iles. '-=des lruits 5 ml 14-21 jo-J CS 7 purs 1-\0=-
MiliO (Cl..) 1,5 !J1 ri DS. C<I!eoD"t""'s .30 ml Po" D
cr_II les .•...,-s des lrults 10 ml 1';'·21 pyrs 1 pur Ho=~
O<!II.a:n èl h.ine • ÙÈeIS CC.LI 1.25 f.Co.lg
2.5 th n cs. coleo;l1eres 5 ml Po: 0
0.5 25 ml
K-Ot.l'1 ri ne (CLI 1.25
2,5
0,5
iM,,,ete s du sel 10 !;jrm' 8-21 JO"'5 15-2\ j:>lJr.i Ho =!H-
Olull'l()Il • l3.a5 udl ne (I.IlG.l 1D E. Co.lg
(C.L) 6~ acariens. lhri~ s.. cri:l u€1s ICml '>'b,Po=D

5.E.1:;o,1\) jassides. th"!:$.. PUDe'OOS 10011 1 .... 21 i:l<Jrs 15 Î'lurs HG ~ ....


DiméthoBle • AslhOille (Cl.. 1 'D
Oepnene lort [CoL 1 ccxhen Illes. me...: hes, '>'0. PD=D
Perle I<llon (Cl. 1 cc eo;;1 ères.. ë'l(':ailOOS
Slr.>loale (C.L 1

"0""" ''<
M&lière activé Nom commercial '1'0 (Il. B. Mode d·aCI.on Uilliser OOU' luUer conire ' Oooe
-d-;;~i~;; Délai il
respeCler 10
(I(lrmulalion) (pour 101) remaneflce avant la 'écolle

Endosullao • ThiffiUl35 35 E.Co.lg chenilles. J!lSSides, coléoptères, lOml 7 jours 15 jours Ho; .......
Thlodan 35 pUCéfon$, acanens, Ab; Po= D

Ho= ....
Felllh.on • Leba.,.clQ (C,L.) 50 E. Co. Jg,11'I pucerons, mouches des fruits IOml 20 jOurs 15-:2110ul'$
Ab. Po"O
Ferlvalt\rale • $om.Cidil'lll (C,L,) 7.5 E. Co, IQ chenilles, coléoPlères IOml 2\-2e 10U'S 110U' Ho" ....
Po=O

Fonolos Dyohol'l!lle (M.G ) 5 E.Co,19 .nsectes du 001 8g/m' 60-90 JlIUrs Ho" .....
Ah.PO"O
longue
Isophenphœ O!!a"ol (M.Ci 1 10 e .. S, Co,I!) Insecles du 001 2,4 g/m' remane.nce Ho"'+>+

Malalh;on • Cornll'llon (CL) 50 e. Co. Ig. 11'1 mOUChes, IhrlpS, pucerons, ZOrnl 8 JOurS 1 iours Ho=+
ZtlI'IJol(CL) 50 mouches des cucurbliaceae. Ab,Po-D
aca" ..n:;;
Méthamlooohos Temaron (C.L) 60 E.S.Co.lg chemlles, plice'()()~. mouches 1:;-20 ml 14-21 jours 21 Jours Ho~.....
blanches, th"ps. acariens Ab=O

Mèth'dalhiol1 Ullrec,de IP,M.I 20 E,Co,lg cllch,,,,,lIes. pucerons 20 14-21 jOurs 15 Jours Ho~ .....
(CL) Ab,Po=O
20
Mè1homyl Lann<lle 20 =+S. Co,tg pllce<onS,Olen;II""" ISml longue 14 jours Ho~ .....
90 acariens 39 rémanence Ab,Po 0

Omèlhoala Fofimaie (C,L) 80 E. S.Co,lg jassldes, pucerons. Ihups, 12enl 10"9\1e 21 jours Ho= .....
mouches blanChes. o;x;;.. " ....."" rémanence Ab"O
acariens. c.()lèOplères

i>ynmica,be • Pirimor (P M,) 50 E. Co. Ih puœrons 59 15 jours 7 !OUfS 1010= ...


aéleelif OO\.lr
de nombre"x
Ab. Po -
prédateurs.

Propox"r' UOdène (P P.I .2 E.Co, 10 mouches, 2509 pour 3 jOurs. 7 JOurs Ho~-
Ihrips, 100 m' de Ab"O
en
appât 1<9
oeUf 100 Q
de son

Tnci'llorlon • Qlp!ere~ IP M ) 80 E,CO,IQ,lh mouches des lruits, moucnes.


chenilles, aDD"'s
10-159 10-15 jOurs 7 JOurs, Ho
Ab = 0

<:;
0>
rv
Nom commerClê l ~œ
D';la· a
,"alleoe ;).CI",e
Iformuiaiion)
1,<; :n a, ~'ode d'aellor, Utllis&. :)0f..I r lL...t1,.;r contre
fp:Jur lOf}
• "clion respec1er ro~'c~1"
fflm"nenœ C!','aTI1 la rëcoll e

FONGICIIJES
8e()cm,'I" 8 enlale iP,MI 5.0 S ~Dre" ~ eur, > O\?-;::cSC(lnase, an1t"·lacnosE', ôQ ler".Que 3;œrs Ho ~.
~jtori:Jse

CaOlalcl" Driolalan (P M ) C0lpre-' ... cui.) aire tr,.)""" Dst. rn l'd ou, sie 1Tir:h~:J - 25 9 , D iours p~,s I-!<J= •
i:'.:-se r:j2oc1oo~, P!,.i1'hium Po= D
Ca me rc'a1lm9 . Bavistine (P,M.I SC S (J;rev .. cur 1 œrOOSCQ()ose. rhl=lon~ 9 14~2~ i.::>urs }O.JlS 1-\0 ~ •
o elséna (P,M,l ;5 i t rem ca;;;l e d 8S. sem ~ nces 13 g
de D)."TllJi e de ,,,,,,,)
Cf'1,"cme1h!O("13'e~ MoreSl3n le l J 50 Co (p,e~,> liane, acanens 2,5",1 ";4&.21 }o.J.~ 3.PJ's f-I::> = ,
iP,M.1 25 3--59 "'~ ~ -, Po = 0

Ch lo'OlhaJ Dn;1 • [)aconil (P,M.) 75 C<l(p,ev> a 11Cfn a f ose, JIll 'dl 0 u. sep ton 0 S4! 20 9 5·11:\ iours 7 pu ... f-Io = ~
clajospooose, !stemphylIO,,",,) PD" 0
Cu""", • Cuplosan IP,M,I 30 Co (orev 1 'g Ble tac10n ""ne ::DQ 3 pc,""
Call1mix !P,M,I 3f Wg
F&nan=l" Aùblgan le LI ~ S (prav ~ ru" ~lanc 6 mi 2- 7 i~~rs Ho=.
Fo=D
lorOd'en& • Rov'aliP M) 50 Co Iprev,; allem510se, slempl'\vliooe, 15 9 ;3 iours Ho =~
rh Q 0 clonb se
Mancruéte • Ditnane <P,M,) CO Co ID""") arf:ernaiOse-, C8rc:ospor)()S.8, ~o-2S 9 Ho 0_

cl~ d CSP<>"11lSe, m I!:J, Ou. relltll". Po =D


!>e;J IC' 05<1 .te"';>hyl,OSè
rY..ancosan (P M,) 70 25 9
Manebe • Manesan (P M,) 00 Co loréy.) alce m.ario.s;e, ee,~ De' I~, 25\) :3 ,'C<Jrs Ho= •
cla des CO<" cs e. m~d:cu. ro",iI le. P<l=D
sep 1crio re, sremol"rjl ,ose
Mélam-soolum' \/eparn (CL) <.8 Cc IFI (OJr,i ma ladl 2S du sor. (Fusarium iOOml/fTll 60 lOUIS H(\~~

Maposol (CL) 48 PythIUITl. P~rero:naera). Po=D


ce-mato CeS, ose cl"" d u sel
1

Mé(aJaJ<)'! - A,domll (P,M) 25 S (pev • ClJr.) m!l'j,o .... F'ytnillm 10 9 , 5 PLI'!> I-'.()=.
Métirame "me' POly,am (P M,) BO Co (pre,',! ail 8/nan ",e. mildbu, 25 Il HG = •
s.rêmph'l' >OSe
Pencycurtl<l • l.Aoncaren (P,M,l 25 Co (PrEill) rhl!OC'1C>",'OSê (l,al ernent cl.s
1 32 lm' IorJgu e Ho= •
<PP) 1:2,5 tuoorCJJ'e5 de ""mm" de 1em;) 2Cg/IOkQ rémanence
uteîcues
F'hooelhyl· ...I· Alene (P M,I 80 5 (pm\!, + cur., mid'OJ 20 Q CIo =.
--
Persistance Delai a
Ncm commercial Dose d'ac!ion respecter TO';lclte
Matlért active %ma Mode d aCllon Utïllser pour lutler contre '
(IormulatlOnl <DOu' ID 1) remaner'CIé' av~n! I~ recol{e

prop,nebe' Antr2Col (P M 1 70 Co (p'ev ) mildiou, alternMlose. seotoriose 25 9 loogue


rémanence
7 15 JOurs
w
Ho =.
Po = D
Pyrazophos . Alugan (C L) 3() S. Co (Orev, , blanc 5 ml 3Jours Ho = M
cu. ) Ab =-
Po = D
Sou Ire . Cosan (P.M) 90 Co (plév) blanc. acariens 50 9 1 jour
Soi"l (P.MI
Soufre mlCfolux iP M.I
Thiabend;;zole TeDulate IC.L,) 60 S (prev ... cur ) rfllzoctooiose, cerCOSOoriose 20 ml Ho =-1
(Irempage des semences de
Domme de terre)
TI1Iopha na,e.méthyl' Pell •• IP M.) 70 S IDrév, , cur.) blanc, CerCosportose. 10 Q Ho ~ +
rnlZoclonlos8, (Irempage des
semences de pomme de terre),
fusariose
Thirame' Th"a""n [P.M) BO Co Iprév 1 traitement des semences 2 glkg Ho.:: ..
semences
Triadimelon ' Ba,oe1oo (f> M) 25 S IP,ev • cULI blanc 125 g J jours Ho= •
(CL) 25 2,5 ml
Tolonne' 53D,01 (e LI 19 S IDfilv,. cuq, blanc \5ml 3 jours Ho=+
Zmi'be' Zmo~a" <P M) 80 Co (p,év.1 mildiou, allern;arios6'. cladOs.oo~ 25 g 3 jours H()=+
riose, fouille. septo.nose

NEMATICIDES Délai .. vanl


:2 5 fi 4 glm' semis ou
Carboluran Furadan lM 0.1 10 S ~ e, Co, Ig nemalodes, Insectes du sOI ou 25 9 pou, plal'llallon
mouches lOmSll'la 50 Jours 0 Ho- .......
ligne Po~D
5 e
5 il g/m'
::1 8 li 12 glm '
Dazomel' Basamid (MG.) 98 Co, F némalOdes, ;nsecles du sol, 5!) glm' 21 JOurs Ho ,,~

cha mpignon S du sol


DichlorOPfopane- DD (C.L,) 100 Co, F némalOdes 300m111Om' 21 lour. Ho - <-+
oIch loropropé ne •
Dichloropropéne • Talooo (C, L.I 100 Co,F """,.. IOdes 2\)OmIIIOm' 21 jour. Ho: .......
Elhoprophos • Mocao (M G.I \0 Co nématodes. '''sectes cJu sol IQ-I'2glm' 0 Ho~_
Métam-soo,um' Vapam (C L 1 48 Co,F nématodes, insectes du sol 100 ml/m' 21 Jour. Ho :++
Maposol (CL) 48 champignons du 601 Po~D
PhénamlpMs Nêm!!Q.j; (M ,G,) 10 S nématodes. i~aectes du sol 3 -6 g/m' 60 jOurs 0 Ho" .......
Po~D

DIVERS Adnesol ICL) - - li sJoute, aux pesticides <1 ml


mouillent' Etald)' ne (C L.) utilises Su' cultures A feuilles
I,sses (chou. oignon, ail, pOivron)
~
2 3
b) LES MESURES DE SECURITE
/1 est ('1I~ce55ljl(e de ur'I MMbre de Mesure~ tlê !Murltê, Bvant DeMonl EH aorès
l'utilisation des oestiCIOes (FU] 1:58 li 1/'51'5)
• la OIuoan oes 08911cI08S flont IOxiQues. Il taul les ue
.gUi clQi hQr!ii 1;iI portée des
p~r\;;onn\ilS n\il I\ils çonn;:lISS!iln! pal> et .:;.. l',,,,car! de toul ahmE!nl (Fig 158) d",ns un l''n-
drOl1 :iec, i'lerè el <lu:>si Irô'S que possible
• Il faut bien se pratégf:r en preparant ef en utlllSlln! les oesticiaes Eviter tout contact avec
la oeau en pOrlant des velements. oones EH (Jan[s en caoutchouc uniquement
pour laire les kailem'?nls (Fig. 1ôGl). Bien laver r.:;es vèlemeflls. gants el boUes u~age.

• bien termer les récipients ge~ QrOQullS aprQs usage et ne DUS les laisser IiU soleil. ni allu-
mer du leu il proxImIté dl!!$ MO).
n8 psS manger, ni fumer en manilJulant les P9sUCloes ou en ralBam un {(anement (Fla.
161 ~f 162)
• bien se layer les mains. le VlS8gB BI 51 neCeMl'llre 11":5 avec /:le l'eau propre et du
savon lraÎlemenis (Fi!). 163),
• $i le oeslicide est en conlaC! Avec le oeau, il faut Immédiatemenr lever
l'endroit 'Souillé aveç <;;le l'eau propre. Si le atleint Iss yeux. îI taut les laver Im-
rnedialemenl 8V@C d@ COpll!lUS8!!. qU1mlité!& d'eav propre avanl d'ailer cOnGUlt9r un mli/de-
CI!'! 164) SI pef rnt'ogarde quelqu'un avale un .1 laul I@ transpoder toul de
sulle anez un medecm en I"I'IlionOèMt ~ur le cote et pM ~ur le do;; Donner eu n'lèdecir'l le
nom du oroduit. ou mieux lUI montrer l"emOBllaoe au nrMui!
J. des que j'6mb:illlll98 du est vld9, il faut !e détruire et nUlrAI'fAr
aans le 801 IQIn dM OOI/'it~ d'MU et /.'les endrOit:> h"biles ou cullivés
pas ulilis .. r css pour con\i\ilrver oes aliments ou <les !:laissons.

64
MESURES SECURITE

Fig, 158 Conserver les pesticides sous CI'1;'I,

FIl}. 160. Bien fermer les rèCIf)u!mts 80rès usage. Fig, 161, Ne pas manger en mampu/an! des pesticides,

Fig. 162. Ne pas fumer en mampulant des pesticides, Fig, 18S. Bien S8 laver aprés la manipulai/on de pesticides,

Fig, j{jd. l"V@f lBS yev .. ~v",r: bBal:çD~:p d',,'lli) si /8 p8stlcid€! Fig. J615. D~lrlJirf} If}f; flmo[],lIaQos vllJcs,
.. rrein/les ye"x 2ccld,mlQllltmQnI.

65
c) l'UTILISATION l'l'UN PULVERISATEUR

IIQlJld~S (C,L,) Gl 1013 poudres


Ll;is COm;;Qlîlrlilliom. mouillables (FI,M.) som
l'eau pour @n lalr@ une "bouilli@" que l'on
teur ou dune
Il exlSle oes oelllS OUiverlSDleurs li 008 li orMslon entretenue et El pression Ges
Qnl toujours un réservoir, une oarlle pomoe, un tuyau d'alimentation el une
Il!.nc@ qUI S@ I@rmme par une buliie d'ou liiOri 1... liQuidIJ, Il faut entrr;Jlenir çe
malerieL
Les Fig, 190 el 191 monlrenl UUO'L'U"'''' pulverisateurs el une sellngue.
POUf un Iréutt:lm8nl 1'\ l'aide d'un QU d'une il raut observer les
suivantM (Fia 1ôô d 173)
- @n C;;!E de dou(G sur l'ullll~:;l,ilon çfl,ln prOOI.Ht Il I!lUI oOnQ!.Iltlilr !.Inti! personne CI!.I:JlIlIee afin
o QOlOnir les ronselgnemerml I1(lCeSsfllres tels Que la dOM tI UfillMf Dar surface ~ultIVM.
le del{1I â avaol la rscoll@, elc lir@ :alhm!tv!i!men\ IEis InslruchO:-lS sur l'@mballa-
\le 1661,
• pour la préparation du mélange oesticICle-eau. Il faut un seau graCIue. un Mron en MI5,
et mesures simples pour doser pesticides (voir 0, 58) N'utiliser ce malarlal
que POUf les traitements, bien le nelloyer après usage el le SOU6 clef avec les pro-
dUlls (Fig. 1(7).
• CQnsulter les renselgr'lé!mé!nts sur l'embiilllag@ ou l'encadrsment pour connaître le nombr~
de eulllère~ il. utill~e( <fun Dans le cas des cuilleres <il. soupe pour poudres
mOUlllables, il s'agll (je ouilleras .. 8 me" oont Il tout er\levor ce oui eM el"l trco <'1 l'inde, par
exemple. d'une Vieille Illme de couleau utilIse... s8ulsmli!nl;;" csll .. lin 168).
vQr~9( ~Ilviron un litre <feau o:.ms le seau graou\} {)\ ()(\SUl1fl ajouter le nombre CIe tll.lUltl-
re~ de r'lèce:'\st\ires (en Co~ de un moulilanl éj!n m8m@
Rincer cuillère dans celle sOlution e[ bien remuer avec le otHon en Mis IUSQu'ô ce
qu'on obtIenne un mélange homogéne. loujours en remuant. ajouter à
le reste de l'eau JUSqu'a ce que le volume désiré pour le pulvérisateur soit obtenu

• verser le mélange dans le réservoir par l'ouverture de normalement pos-


séde un filtre en place, Bien fermer l'ouverture avec le couvercle du réservoir (Fig, 170),
Dans le cas d'une avec seringue, plonger le tuyau d'alimentation muni d'un fil-
tre directement dans le seau et s'essurer que cette partie se trouve bIen au fond du seau.
• toujours traiter te dos 31.1 vent, 311n o'evUer la raSQlfQllon Ou OroOUIl oulYense, el s'assu-
rer d'une bonne pre:>slon dilns le pulverisateur pour au hqUldl!! dl!! bl;;;on p;;;on@lrl!!f
â l'inlerili)vr dv S'assurer QU'if feuille!.>, el IruUs Gom olen CQuvortG (je
houlde'. (Fr(j tIf). PIMifit"r le irMemenl et léS afm d'éViter Que les llrrO:U.loe:i
par ",nl@venl le produll de la Il l''ul h~ 19mp'ii (:: ,2 jour!;) au pro-
dUIt sur les ravageurs,
• ne pas traiter aux heures chaudes de la ni Quand Il ':1 a trop de vent. Une fois le
traitement terminé, il faut bien vider le pulvérisateur et le rincer avec beaucoup d'eau (en
une fois avec de l'eau pure pour l'intérieur de la pompe. du luyau et
de la lance avec sa buse). Ceci se tera IOÎn des puits, des habitations et du bétail
(Fig. 172),
• vérifier el nettoyer de lemos an tarnos lee filfrM (lance. de5 de Irai le-
ment (FIg. 17:3). Conlrôler en mémOi! temps s'il n'y a P~1ïi de QuelQue part et si le
manchOn du oiSlon n'es! oae US8Qe.

66
9) LA PREPARATION DES APPA T5

Pour lutter contre les sautenaux et certains msectes du sol. on peut utiliser des appâts em-
poisonnés. Pour proteger 100 m 2 de cultures on utilisera:
1 kg de brisures de riZ ou de son de mil
20 9 d'insecticide tel que: le trichlorphon ou le carbaryl
40 9 de sucre.
Humecter le melange avec de l'eau ce qui facilitera aussi "épandage. Epandre l'appât au
pied des plantes ou le long des lîgnes de plantation. Utiliser des gants en caoutchouc pour
la préparation et l'épandage des appâts.
f) LA DESINFECTION DU SOL
Parloii, il "'S;! nsc@~s<lm!l .-l@ do!Hllnleder le sol d'une pl':pil'\lere ilfm CIe luner contre la ore-
.<Jer'H::t': ,je MI'flê\tMes à aïnsec(ElS du sol. certainG dl,l 1001, etç. Ceçi
pourra se fslre en le 801 des bacs Qui servent de pépinl~re. ÇlI,.I i l'..,,de d'un
è Mse de mfusm-sodlum (!umiuant) dans le cas d'une péPinière en Dang I@ cu
d'une on proçGdQra dQ la ~u.vdnle (FIg. 178 a

• délimiter des parcelles de 10m2 aFin de lacîhllt'r l'application dE! la dose neC~SS€llre qUi
sera CIe 1 1Dour les 10 m2. 1
• faire une bonne pré-Irrigation avant le traitemenl suivi d'un ratissage.
• diviser la dose de i I.m ègale5 de 1/41 el chllque dOM avec 10 1
d'eou. Bien rernlJé( 10 s.... lllti61'1 t,vee Ui'\ bttlOl'l en
Mll'I (Fi!l 179).
• I:'lrrl'l8er de lacon nomoÇlène la iJarcelll;J <19 10 m:
dVQC d mUni!! d.. leur pomme,
de 10 1 d'eau aVli!!c produit, Ji~ pM OUblier de Dôrter Cles vêtements ds protection.
el! trllÎtemenr arroser la oarcelle ;3 suilta OIveç el un!> produit 180
et 181).
• aprea 4 Jours. 6xéOU16Y un bêchage al le réoéter respectivement 7 el 14 iourti aprW$ 111
premier (Fig (81)
• un mOIS plus lard. il Bers oossible de Ggmgr liur les \.llanches ainsi (Fig 1(3)
métam - sodium

4:li 1I4L

--
2 ml
FIO. f 78. Ddlim/!<'Jf 11l& MfMI/Of). SUlYI Ifun arrOsage el (;l'lm 1"19, t 7(). DlIIi~p, 1,. dos.@ de l "Ire en 4 J)<Jrlj~3,
tlltitU.ldàél.

Fig. 182. PlUSieurs bêchages, Fig, 183, Semer un mOIs après le ,raltement,

69
d) L'UTILISATION DE POUDRES SECHES
le traitement avec les poudres séches (P.P.) se fait à l'aide d'un soufflei (Fig. 174) ou
d'une poudreuse. Celle poudreuse peut être faite d'une boite fi conserves couverte de
deux épaisseurs de toile de sac de jute (Fig. 175). Un inconvénient de l'utilisation des pou-
dres séches est Que la poudre adhère difficilement au feuillage. Il convient donc de
faIre le traitement tôt le matin Quand il y a encore de la rosée sur les plantes ou après une
irrigation par asperSIon, Assurer une distribution de la sur le feuillage des
plantes. S'il d'un traitement au soufflet. bien à l'intèrieur du feuillage avec la
buse.

Fig. 174. Utilisation d'une IJoudre seche a raide d'un soufflet FIIJ, j 75, Utilisation (j'UM pOudre seche Q l'sÎde d'une
poudreuse.

Dans le cas des traitements avec pUlvérÎsateùr, seringue, poudreuse ou soufflet, il faut at-
tendre 1 à 2 jours avant les srrosages par aspersion pour donner au produit le temps
contre les parasites. Dans le cas d'une irrigation à la raie ou au goulol, le problème ne se
pose pas. Il esl recommandé de faire tout traitement phytosanitaire tôt le matin Ou dans la
soirée,

e) L'UTILISATION DE MICRO-GRANULES

les formulés souS forme de micro-granulés (M.G.) sont Incorporés au sol avant
le semis ou la plantation pour luer les insectes. les ou les nématodes du sol. Il
faul porter des en caoutchouc pour éviter le contact de la peau avec le Divi-
ser la surface en planches de 10 ou 20 m 2 pour assurer un de la dose
presenta. IncorporSf le prodUit ioigne\.l$em€lnt dans le 'Sol sur une profondeur de 10 à 20
cm par un bêchage el respecler la avant de semer Ou de Les
Fig. 176 et 177 monlrenll'apphcation de prodUits sous forme de micro-granules.

Fig. 17(J, Application a'un pesticide SOI)S forme de miCl'o-gr;mu/t), Fig. 177, B{Jchage :;.pnn; rappfu;;aticm (J'un 1)9SllOIIJe SOU8 forme
mkm.gnUluls.

68
UTILISATION DU PULVERISATEUR

Fig_ le/fi, CDnlJUlUll ren(;O(jrl'mecnl en (iU de doul" F;9· J(j7 AJQUIO.! 10 (Jose nt:celSlStilfl: .1 l'{lIde d'une cuille ... " Ci!>/tiJ
ICOnr:;r:nlre I.ou.de) i!I Ilf! /il,,!! d',,;;!u

Fig, 168 Dans le cas des poudres mOUilillbles on utilise IlSfI Bien mélanger l'eau el le pesliclde.
Ces {;lJlllliJres il SouJ)6 , 8 ras ".

f tg ,." Tro,k:r le dO:5 (JU wen/

Fig t 72 Bien neNoyer le pulverisateur aptes le Iraltement. Fig. 173. Vénlier el nettoyer les filtres.

67
PROTECTION DES CULTURES

Fig. 184_ Variété loleranle (en haut) e/ sensible (en bas) aux
thrrps de fOlgnon (Thrips labacr).

Fig. 186. Planles de patate douce issues de bou/ures sames


(drOIIe) et malades (gauche).

Fig_ 100. Le matériel (} 9nnllClillDIl dé': MSfie,des. dt! Gifuch .. ~


t1fOlte ; un DulIlIWMllé:llf d pression preilI8bl"" une seringu(}
el Url (J1JI.-enSilltfur s dos. .. pn.$.!iion en(rv/s;;>nlllJ.
71
RECOLTE, CONSERVATION ET TRANSFORMATION

FI.Q. lftJ. Recolte (Je Dlment ··Satl- dans U/l1l1l1': 8/1 JUPc.

F/fj. 192. ReCOlle ou naf/cor ven.

Fig. l "iii. CQ!lSflrvDIIOn afJ iii '!IIlIIJ!IIO complOIO on DOU99


"voe fl;)ulll~go

F'g. t~7, Séchage de calices de bisap roU()B sur 1& loil d'une Fig. H18. Sechoir SOlaire pour fa rransfarmatio/l de certf1lflS
maison, IlfJgum8S en produirS secMs.

72
2.6. RECOLTE, CONSERVATION ET TRANSfORMATION

2.6.1. lA RECOLTE
2.6.1.1. lE CYCLE ET LE RENDEMENT DES CULTURES MARAICHERES

La récolte est l'action de recueillir et d'enlever les produÎls utiles d'une culture, une fois Que
ceux-ci ont atteint le degré de maturité recherché.
Il est très important de bien raspecter ce degré de maturité car. récoltés plus tôt, certains
légumes n'auront pas le goùl, ni la coloration, la texture ou d'autres caractéristiques désirées
par le consommateur et. récoltés trop tard, on risque la détérioration des récolles suite aux dé-
gâts de certains ravageurs (oiseaux, rongeurs, insectes, etc.). du soleil et de la .chaleur, ainsi
que par le vieillissement de la partie a récolter. qUI peut se liquéfier, devenir trop dure ou fi-
breuse.
Certaines cultures se récollent donc au moment de la " maturité complète", comme la pomme
de terre. l'oignon. le piment. la fraise. etc .. et d'autres doivent être récoltées avant ce stade,
comme le concombre, l'aubergine. le poivron, le gombo. certains types de haricot (FÎg. 192).
Dans le cas des récoltes "avant maturité complète », le stade optimal de la récolte est vite
dépassé el il faudra des passages de récolte réguliers, car on ne disposera que de peu de
temps pour executer la récolte et celle-ci devra dans certains cas être consommée ou vendue
aussitôt. Pour d'autres cullures, comme la patate douce, le manioc, la carotte, la pomme de
terre. l'oignon. la betterrave potagére, etc ... , il sera possible de laisser les cultures en place
pendant plusieurs jours, ce qui permettra de mieux réagir sur les exigences du marché, mais
avec toutefois le risque de détérioration des récoltes, si l'on attend trop longtemps.
le Tableau 13 montre le cycle en jours après le repiquage, la plantation ou le semis direct. de
quelques cultures maraÎchéres, avec la période de rècolte. aÎnsi que les rendements potentiels
en kg par 100 m 2, Ces donnêes seront variables en fonction des variètés cultivées et de la
zone de culture et n'ont donc Qu'une valeur indicative qui devra étre complétée par l'expérien-
ce de l'encadrement et des producteurs sur place.
Pour les stades et les techniques de la récolte des différentes espèces, on se référera aux fi-
ches techniques par culture.

2.6.1.2 CONSEILS PRATIQUES POUR LA RECOLTE


- on récoltera de préférence, Quand il fait frais, comme le matin après la rosée (car les récoltes
humides se déteriorent plus facilement) ou le soir.
- il ne faut pas oublier de respecter les délais de sécurité entre la dernière application des
pesticides et la récolte.
- certains outils comme la fourche. la bêche. la machette, le couteau, le secateur (Fig. 194),
peuvent faciliter la récolte de certaines espèces. mais il faut prendre des précautions afin de
ne pas trop blesser la plante. ni la partie récoltée.
- le transport des récoltes aussi doit élre fait avec beaucoup de précaution, de préférence
dans des cageots rigides en bois ou en plastique dur, pour éviter d'abîmer les produits récol-
lés. Certaines récolles de racines. bulbes. tubercules et autres (Fig. 193) Qui sont moins fra-
giles, peuvenl êlre transportées dans des sacs en jute ou en plastique à maUles. Evacuer la
récolte aussitôt à. l'ombre, ou dans un endroit frais et aéré.
- avant de mettre les récoltes dans leur emballage de vente. il convIent de faire un trlaSE! el
parlols un calltmll1le:
• le triage ~Msi:!ilte &. 9illever loul produit animé, anorMal, trop pelit. OU attaaué DSf des
ravao~urs. Gê triage peul se faire Bur le champ, l'lU memEitnt d"" la recolle, ou au mo-
mant dU conditionnement. Le6 relets peul/ent être utlll~ês entlÉlrement, ou en partie,
pour le bétail Ou le compostage, s'il n'y a pas eu de problèmes phytosanitaires sé-
rieux .
• le calibrage consiste à trier les produits d'une récolte selon le poids et/ou la dimen-
sion. Un produil calibré se vend mieux et le calibrage est une opération importante
pour les récoltes destinées à l'exportation, comme le melon, le haricot, le poivron el
autres.
- Il esl important de peser la récolte, afin d'assurer une bonne gestion du potager.
-, aprl':s la dernlere récolte, Il faut IHfllehér les rest"" .. des plantes et on peut le:rs utiliser dans
certain ... CliS, comme alimenl POUf le tlêtoll (Ircncs de chou,.;, feuilles do pnlate dClUC8, mll-
nIOC, etc.) cu pour le composlage. et on nettoiera le terrain afin de le oréoarer pour la Culture
suivante.

2.6.2 LA CONSERVATION
2.6.2.1. RESPIRATION ET TRANSPIRATION
Une fois le produit récolté, il n'est plus approvisionné par la plante ni en eau, ni en élements nu-
tritifs, mais le produit reste vivant et continue à utiliser des réserves par la respiration' et à per-
dre de l'eau par la transpiration, ce Qui entraine des pertes de Qualité de la récolte, Une bonne
conservation doit donc assurer la maintenance de la Qualité des produits récoltés. entre le mo-
ment de la récolte et celui de la consommation.

73
(JOURS)

o 30 ôO 90 I:::Q 1 ~Q 18Q 210 240 ;;:70 300 330 360

Atlf/rAOINE: 250 400

C:AIU.Hn 150 400

I!ISJ\P 100 200

30 40

.. CALICES SEGHF.S "


0-6
CHOU

CHOu·rLEUR

CHOU DE CHINE 200 - 400

CONCOMBRE ~QQ - 800

COURGETTE 2M dOO

FRAISE. 150 - dOO

GOMBO 1.10 - 2QO

HARICOT NAIN "FILET .. 30 - QO

"MANGETOUT BOBY .. 60 - 140

" A ECOSSER EN FRAIS" 50 - i 20

" A. ECOSSER EN SEC" 15 - 26

HARICOT A RAMES 130 - 1:20

,IAXATU 80 - ZOO

LAITUE 150 - 250

MANIOC 100 - 200

MELON 100 - 200

NAVET CHINOIS I!'m 250

OIGNON

PASTEQUf: 200 - 4150

PATATE DOUCE 175

"RACINES"

PIMENT M - 150

POIVRON 100 - ~M

POMME DE TERRE 150 400

TOMATE 150 500

• - CyCle vegeta toi • Recoltes

74
Si la respiration el la transpiration d'un produit recolle sonl èlevees. son aptitude a la conser-
vation sera fortement rédUite,
Le niveau de respiration d'une récolte esl variable suivant,
Le Tableau 14 montre le niveau de respiration de cultures maraîchères et
amsi leur aptitude a la conservation. Pius Qu'un legume respire, mOinS quil se conserve,
- le degré de maturité du prodUit récolté. Un produit Immature (gombo, hancot) respire plus
fortement Qu'un produit à maturité (pomme de terre, Oignon), el donc se conserve moins bien,
- le contenu en eau des produits récoltés. Plus le prOduit contient de l'eau (tomate, Iraise),
plus Il respire et mOinS Il se conserve.
- la température de l'endroit de conservation. PluS la température sera élevee. plus le prodUit
respirera. La respiration produit en plus de la Chaleur au sein du tas du produit recotte el il lau-
dra évacuer cette chaleur. C'est pour cela que l'endroit de conservation doit être aéré et aussI
fraiS que pOSSible.

très bas : oignon et pomme de terre à maturité complète


bas : chou. palate douce. radis
moven . betterave ",,_,_,.. II:', carotte, céleri, concombre, melon, poivron, piment,
courgette. tomate, poireau, jaxatu
élevé laitue, gombO
très élevé asperge, chou-fleur, ma'Îs sucré, poiS, épinard, fraise

Tableau 14' NIVeau de resplfation de quelques cultures mara/chéres (9)

Le niveau de transpiration d'une récolte est variable suivant:


Les produits riches en eau transpirent plus que les produits mOins riches en eau et
/,,,,:,,,,,,,,1'''''
d'une couche protectrice externe (cire, tuniques, peau) sur certaines espèces
les protègent contre une transpiration excessÎVe (chou, pomme de terre, patate doace).
la température et l'humidité de l'endroit de stOckage. Un endroit frais à humidité de l'air éle-
vée est meilleur pour la conservation de la plupart des recoltes Qu'un endroit chaud et sec.
En plus' des pertes el qualitatives de la récolte par la respiration el la
ration, le produit risque de se perdre ou de se detériorer. suite aux dégâts occasionnés lors des
manipulations des recolles el aux attaques de différents ravageurs (champignons, insectes,
rongeurs).
Les bulbes, tubercules el certaines racines peuvent aussi S8 perdre suite à la de
ceUX-CI, c'esl-a-dire la formation de feuilles el/ou de racines lors de la conservation.
2,6.2.2 CONSEILS PRATIQUES POUR LA CONSERVATION
Il faut donc que lors de la conservation, l'ensemble d6S pertes décrites cl-dessus sOIt limité,
en Observant les conseils pratiques suivants:
- dans la mesure du pOSSible, Il faut limiter au minimum la période de conservation des récol-
les maraîchères. produits en tres périssables, en étalant la production sur une pèrio-
de de l'année aussi Que possible.
- les légumes-feuilles épinard, chou de Chine. les légumes-fleurs
les légumes-tiges et les légumes-frUits immatures (gombo, haricot) ne se conser-
vent pas ou peu el il faut vendre ou les consommer aussitôt pour qu'ils gardent toute leur
Qualité de fraîcheur et de goût. Les ont une durée de conservation variable,
aller de quelques jours (tomale, poivron, aubergine, courgette) à semaines.
plus (potiron, pastèque, melon brodé .... ) dans des conditions favorables de stoc-
humidité el aération). Les légumes-racines, tubercules et bulbes se conser-
vent, en mieux {Domme de terre, ail, échalotê, carotte, exception hll-
le pour la patate douce el le manioc. La 195 montre une mèlMlle de conservation d'oi-
gnons 9n bolles à feuillage tresse.
une application des techniques culturales avant la râcolle, comme le chOix varie-
tal, j'irrigation, la la protection phytosanitaire, et des techniQues de recolle (res-
pect du degré de maturité, tnage, calibrage, transport, résultera dans l'obtention
d'un produit de qualité plus aple à la. conservation, Dans le cas des légumes à racines, tuber-
cules ou bulbes, il faudra laisser se cicatriser la peau dans des conditions relativement chau-
des et humides (pomme de terre, patate douce) ou permellre le dessèchement des tuniques
externes protectrices (oignon, ail,
- l'endroit de conservation doit être frais et aère, ainsi Que protégé du de la pluie et
d'éventuels ravageurs (rongeurs), Les chambres froides à climat contrôlé sonl une solution
idéale pour la conservation des mais le coût el la dispOOlblhtè de ce type de sloc-
la rendent difficile à realiS9r en sauf pour quelques cultures d'exportation (hari-
cot!, melon, pOivron. tomale-cerise).
Les Fig. 196 et 199 montrent un hangar-séchoir construît avec des matériaux locaux
eJ, qui convient pour le des pommes de terre et des Pour les de
terre de consommation, illaut en plus que l'endroit soit obscur, dans le but d'éviter produc-
tion de solanine, une substance 10xiQue QUÎ donne une couleur verte il. la peau des tubercu-
les. Dans la mesure du possible. il faudra peindre l'extérieur en blanc. assurer l'exposition au
venl des ouvertures d'ueraLion el éventuellemenl mouiller le 1011 en puille, il Inil Iré:')
cnaud. ce QUI aréara une fraicheur relallllS a Imleneur.
- il ..,101 PQ\oIOibl9 (,Î9 çom,..,rVQr f9çol(liillt; IJQnd;;m( q\Jliilll.ll"l<;iliii des cilgeoh.
éiouvéd!J de ~M~ en juté h'én'lpt~ deM de l'eau. dM~ le but de Mn5érver une ëertt':)lnê Ifili-
cheur el humidité Q l'Imérieur dlillii Cag\ilOlG. Eviter l'excèil ci'humidilij Qui aUQmenle le riSQue
d@s Garder c@§. cag@ols .. l'mhmE!Uf d'un endroit Ira.s el aéré.
- Il faul contrôler l'état du produit conservé et enlever systématiquement les
pourritures. les oroduUs en mauvais ètat (rongeurs, dessèChement. dèglits de manipulations).
les tubercules et les bulbes germés.

50~

~HA.UH[ --- __
CRINTING - ....... _

lI"O
lLAI::'l
""
......... P~SSAGE

=
...... CLAIES

-- PASSAGE

CLAIES
1-
I:iûO
PLAN COUPE

fig. 1!;IV, Hangf.lNJ(JCi!oif ~Îm(!lo D6ur la c{;mservolion d'oignonj et de pomme de terre.

2.8.3 LA TFtANSFOAMATION

Le l'lUI de 11'1 COl'I5/'1Nl'ltlon 5St l'lê maintenir l"aDDnrenee et la Qualite du prMUI! VIVM! ~a r~t6\te. Là
hansformatlon en produit non-vivl!lnl n@ que dB m .. lnl@nlr certains d8 qualllé du pro-
c.MI (goûl, contenu en vitamines, minéraux, glucllJes) avec, en général, la pene 00 lapparence originale
du produit, mais avec comme une conservation plus longue du produit transformé.
Comme pour la il est recommandé d'étaler la production des légumes au maximum plutôt
Que de les car le prOduit transformé, est souvent peu connu et moins par le
consommateur exceptions), et. en plus. il existe souvent des de ~ récipients»
pour le transformé (disponibilité, prix).

QuelQues techniQues de transformation de légumes utilisées au sont:

2J~.S.1. li: Sr=CHAGI:' AU SOU'!'ll

Bien que certains légumes (pimel"lts. CAlices dê blsap, gombo) sont d@lâ traditionnellement sé-
chés au soleil, il est possible CIe sécher plusieurs autres types de légumes, comme la patate
douce. l'oignon, le chou, la carotte, le poivron, la pomme de terre, etc.
Le au soleil, en plein air 197), est il déconseiller, à cause de la et des
de par certains ravageurs (oiseaux, rongeurs, Mieux vaut utiliser
un « four solaire .. de construction SImple, comme le montre la 198. Les prinCipes d'un lei
tour solaire Ou séchoir sont comme suit·

78
les rayons solaires une surface transparente (plasllc clair, verre) en haut du
séchOir el chauffent à dont la lemperalure peul attemdre 50 a 60' C, et même
plus. Cel air chaud dessèche les morceaux de légumes beaucoup plus vite Que l'air
ambiant
les parois du séchoir et la base (banco, bnques, deux couches de crinling avêC des coques
d arachide enlre les doivent être isolantes el de preférence noires a l'mténeur (plasti-
que noir. poudre de charbon de bois) Ces parOIS dOivent elre pourvues de trous d'aération
en haut. pour à lalr chaud, enrichi de l'humidité des légumes, de s'échapper, el en
bas, pour permellre a l'air de l'extérieur d'entrer. Ces Irous d'aeratlon ne doivent pas être
lrop ce qui risque de provoquer un surchaulfemenl a l'Intérieur et ne permettra pas à
l'air chargé d'humidite de s'échapper, ni trop grands, car dans ce cas la température de l'air
ne sera pas suffisamment chaude pour permettre un dessèchement rapide.
- à lïntéfleur de ce sechoir, se trouve une claie de séchage (grillage. lattes de bambou Ou pail-
le tressée. filel de pèche à pelltes mailles. moustiQuaire de nylon) munie de rebordS Sur la-
quelle. on etaie le prOduil à sécher en couche mince. Cette claie devra permettre une bonne
Circulation de l'air chaud autour des tranches de lègumes à sècher el ainsi assurer un dessè-
chement rapide et
Pour le séchage de on procédera de la fa con sUivante:
des sains, lermes, el de bonne qualité.
- laller ces légumes avec beaucoup d'eau propre.
- éventuellement éplucher et parer, c'est-à-dire couper les parties non consommables, les lé-
gumes el ensuite les préparer au en les coupant en Iranches minces uniformes qui
ne depasseront pas 7 mm
- «blanchir" les tranches de certains hancot vert, carotte, navet, chou. pois,
courge. )axatu) a l'eau chaude ou â la vapeur pendant, en moyenne. 6 minutes, Pour cela, on
peul les mettre sur un linge carré dont les COinS sont liés ensemble, formant une boucle par
où l'on passe un bâton le linge est ensuite dans le récipient contenant l'eau bOUlllan-
te Où la vapeur. le blanchIssement permet d'améliorer la texture et l'aspect final du produit
- parfois on procédera â un trempage dans une SOlution de conservation, comme
l'anhydride sulfureux. le sel Ou le sucre. seuls ou en combincuson. afin d'améliorer la couleur
et les Qualllés de conservation du produit final.
- étaler les tranches de en couche mince sur la claie de et remuer ou re-
tourner régulièrement pendant le séchage. surtout au début.
- contrôler le degré de desslcation : haricot vert el mangetout, feuilles de chou. poivron, céleri,
persil. oignon. ail. gombo. échalote. pomme de terre, épInard, doivent êlre Iriables. Courge,
pOliron, patate douce. doivent être resistants a cassants carotte, navet, bellerave,
doivent être souples (asoect Cuir), Genalns orodults f')l'luvent être réduits par la suite el'l
poudre, en larine ou en lIocons (pomme de lerre. manioc, gomoo, patMe douee, pi-
ment. tomale),
- mettre les légumes séChés dans des récipients ou sachels scelles el les conserver dans un
endroit propre. sec. sombre et traIs. Verifier l'etat du prodUIt seché de en temps,
- pour la consommation des légumes séchés, les tremper dans un peu d'eau froide pendant
Quelques heures. ÎUSQu'à ce Que les deviennent tendres, afin de leur restituer l'humi-
dite retirée par la dessication. Faire cuire le produit dans l'eau de .r... rnr'OIn".

2,6.3,2 LE CONCENTRE DE JUS DE TOMATE


la production de la tomate industrielle destinée à ~a conserverie s'est Cle\/eU,p~)ee dans le Nord
du paYliJ où se siluent aUBsllos usines de transformatlM.
Ge procede de concentratiM pAul élrs reall!sâ de façon artisanale comme suit.
- choisir dits tomBlitS, surtout de~ v~rièles induslrielieG (Roma, RomUel, AoteHal bien mûres
(rQuge viiI el saines. Les laver soigneusement el les égoutier
presser les tomates à la main (bien se laver les main!'! avant cette dans Url
bol pour extraire le Jus
verser ce Jus de tOMate dans unê marmite. sn le péUUlant au tamis pour la
pUlpe. lee graines eT la pe:o'IU,
- faire bouillir oe JUs Clôllcement, en le rêmuant jusqu'a ce quI'! l'eau du JUs
n'y ait au'un concentré (Durée) épaiS Qui resle.
verser 013 ooncentré dans un reclplent bien prôpre (bouteille, bôc~l, poil @\ mlilltre unI!! cou-
che: d'huile (3 è 4. mm) ~u( la surfacQ pour qu'sile na !!iOit pK:' en contac! aveç l'air. Slérllhl9r
leS reclplents remplis el bien termes dans de l'eau chaude. Ce concentn! s@ con$l!Irve pen-
l:5l\nt 3 il 4. semaines et meme pluS, dai'\S de bMr'léS condillons
2.6.3.3 AUTRES TECHNIQUES
patate dôuce, tomate, frôises, biSep ... peuvent êtr@ lri,tnslorm@$ en "confiture" ou en
Faire CUIre la pulpe Clans une solutiôn d'eau el d@ sl,.Içre (40 a 50 en éventuelle-
ment un peu de de citron. Stenhser las réClpi@nts n;~mplis d@ confilure à l'I:I<lu chaude,
eSlosc:es (tomat@, concombre, plm~nl, se consefllenl dans une BollJtlon
Ou acide (vlmllgrs).
3. FICHES TECHNIQUES CULTURES MARAICHERES

NOMS SCIENTIFIQUES DE QUElQUES CULTURES MARAICHERES

SOlanum melongena
OU r05ê:1lê: Ou 05ê:illê: d~ GUinée Hibl!!cu!! !!:ilbdanHa
Carotte Daucus carOla
Chou cabus OlliîrOï!;IiI~ var cilPitata
da Gnlne BraMICl! ClIl'l'lpê:!IIris pelunen31:!1

ChOu fleur Br.!ll!ll!llc:!I QI4!lr:!lCIjI:!! \lar

Gucumls ~aflvU5

Cucurbita pepo
FrBlsler Fragarta anM&Mi'l
Gombo Hibiscus I!!sculeolus Abelmoschus esculentus
Harlcoll'll'lln PM!lMlu~

Haricol il rames Phaseolus vulgarls


Jà:':Atu Ou tèmele amerl~ Solanum aelhioplcum

Laltve Lamuca saliva


MMioe MaOlhot esculenta
Melon Gucumla ml'liO
Nav@1 chmois Raphanu~ saUvy.
Ol(lnon Aillum ceps
Pastèque Citrullus
Patate douce babillas
Piment Gap81cum frutescens. Capslcum cl'llneMe
Poivron C;aPiOÎcum annuum
Pomme <le Terre Solanum tuMrô5UI'I'I
Tomalli'l Lycopersl:;",m esculentum

78
3.1. AUBERGINE

la culture de l'aubergine est possible pendant loute l'annee


Celle plante surmone bien les temperatures plus elevées de
l'Interieur du pays el celles de rhivemage mais les meilleurs
resullats s'obtiennent pendant la période Iraiche

ChOISir de préference un sol ni Irop lourd, ni trop léger, pro-


fond, meuble, bien dramé et riChe en matières organiques

VARIETES: \ - "Early Prollfic-H n à fruits piriformes,


- "large Frulted-H-25 " a frUIlS globuleux,
- Les autres variélés sonl .. Violette longue ", "Violette Grosse~, "Black Beauly". "Indienne ", etc,
les variétes globuleuses el à calice vlolel sont mOllls appreclees par les consommateurs.

TECH N lau ES CU L TURALES :

SEMIS

PERIODE Ioule l'année


PEPINIERE semer 3 grammes de grames sur 1 m 2 de pepll'Ilere pour repiquer 100 m 2 de culture,
DUREE EN PEPINIERE entre 30 el 50 jours,
REPIQUAGE repiquer quand la hauteur des plants est d'environ 15 cm et qu'ilS ont 4 à 5 vraies feuilles.

PLANTATION

PERIODE toute l'annee.


FUMURE DE FOND incorporer par bechage entre 200 et 300 kg de mallères organiques et 5 kg d'engrais
minéral (10-10-20) sur iOO ml de planches,
ECARTEMENT préparer des planches avec lignes doubles écartées de 0,50 m el espacer les planlS de
0,75 m sur la ligne. Planter en quinconce.
PROFONDEUR repiquer a III m~m~ l'\l\uteur qu'en pepini.,r.,.

ENTRIHIEN

ARROSAGES lournaliers. surtout au moment du déveloooement et du grossis8ement des fruits Tel'llr


compl!" dB:;; plul@s psndan! l'hivsrnagQ,

SARClO- BINAGES réguliers, surtout en début de cultllrê'.


FUMURE D'ENTRETIEN 40, 60 el 80 jours aorès le repiquage, InCùrporer por !Jril1age 2,5 kg d'engrais
(10-10-20) sur 100 mi.
BUTTAGE un leaer buttage est IllVC(eble i'I 1'@nracm@m8nL

TUTEURAGE éviter le CCI'\li)CI des fru,ls a\l8e 18 1101 90 soutenant It!$ brl!lnçh~$ porlanl de~ fruits par
des piquets ccurts,
TAILLE si l'on utillse.aes varlétes potentiellement VIVACes, on pourra tailler les plantes DU SII/ie-
me moi5 en rabattant les branches à '10-50 cm de longueur, Faire suivre Dar une aopli-
cation d'engrais. surtout d'azote. La laille est dèconsl!!ll\è@ pour les variétés de types
" annuel ~.

79
ENNEMIS, (\loir aUSSI" laxatu

NOM DEGAT$ 1 TRIAITEMENT

Lof VER DU FRUIT' une elle creuse d~:;; d:.!ns 1", chair Irult5 entra\nsm anaonsta
ch@nille qui s'attiil.que ~u)l. souvent leur oourrlture Coup(":( I~ frUit pour ob:s@rver les çypermélhrlne
trul!~ 200) qui SQnl p.uiÎçulierement Imoonams 6/1 rllvernage. tleltamélhnne
- tenvalerate
-_ .._._------- - cytlUfnrlne

- le feuIllAge e~t tlêvoré par dE! chenilles liés DoiluBS - end05ulfan


- aç~Dhate
- del\!lm8thrin@
- cyoermett'\rlne

JASSIDEEi : M!IfS IMéCle3 - I@s feuill@s jaunÎssgnt SI,I' les oon:llil el 6xtremltôl'l. Ge
plquli!Urs-suc@urs qUQ l'on jal,,lnlssament peut IfeteMre ent(e lèS nervures dlm~thQale
Irouve a la race interieure des brumsse!lnent el m~CfOS(;J des panies déoolorees, (~urtéJul le desouli des
/",ullies (Fig. et
teuilleSl
- dèlormaloon des fe;uilles. - azôcydobn
- )tlUliiS!iemenl el chuh!! du - brOmoprôpylate
- dégo.!B surtOut ImOOm~l'lte oeMMI l'hlvernllgl'! - 9ndoaulfan
- p!'!ilh~s poinle$ aur IS8 leuillea
- malathion
dlcalol
le aiSSOLle oes
lGullleS).

LE VER DES FLEURS' 1I0lr " j.ualu ",


(Fig.2Q7)

LA ROUILLE: une - sur la tMe des lâches - mmirame-zlne


maladie du feuillage iaunes. arrondies et - manèbe
prôvoquee pi'Ir un - à la ose feUlIIM, on OMei'Ve: de p@1It8S
cnamolOI'lM pustules or2lng@~ t>e recouvrant d'une masse POUdreuse
(Fig. 208 I]{ 20~) oranae
NEMATODES: - maullaÎl;; Qg la plante. rotation culluf)jjllô
(Fig j tid) noC!oslHlS eur Jes raoiMS, GUnaUI
en MDlnière.

RECOI.TE ET CONSERVATION:

OCCUPATION DU TERRAIN !!!nlrs j 60 el 160 parlais un an pour les variétés ootenlltllemênt vivaces,
RECOI..TE 18 oremllm~ réColte M Mu~ er.virùn 2 mOIS après le el911e sur une
n ...·inrlg dG 2 à d mols, Couper IGa Irulte avec leur OMOMUII'J oUllM Ile. onl aHelnt le ca-

IIOre OGSlre mais IlVllnt /'lu"lle ne l'ioie~t !roD aros el dur;;) ef n'giEml perdu 18ur as-
brillant Le poids moyen des fruils et est entre 200 el 260 g,
celui des frUIts allôl'lgês er.tre 70 .il 150 g.
l'âge de la planunlon.
RENDEMENT . entre 250 1'1 400 kg pour 100 m2 de les meilleurs rendements Poullant ètre
obtenus oeMant la fraîche.
CONSERVATION quelque'!!: dU m;!xlmum un enarolt traie, les frultl\ deVMMI Iréô vile mol,.!;' et
frip@s.

TFiAN $ FOR MA TION : S80Mae l'le rondelles minces au ~6Ie,1.

80
AUBERGINE JAXATU

Fig, 200. Le ver du fruit (Daraba laisalis) dans un fruit d'aubergme. Fig. 201. La Chenille defoliatrice docilis) sur feuIl/es
d·auberglne.

FIg. 204 d'iJcari"r;s (Acu1ops Iycopersicij Fla. 205. D(Jg6ta de l'araignée (OUt/il (T8lranychus !!IPP.) sur
dfJ iax;;;lu. feUJJJe!J de jfV:8Iu.

Fig. 208, La cecidomyia (Asphondylia spp.) des fruits du Jaxatu. Fig. 207. Le ver des fleur" (Scrob/palpa ergaslma) clu /axatu.
AUBERGINE JAXATU

.....'t,.'u'um h<ibungu!9n!;/il) sur 1<1 (<lCr} supllrl/ilunJ Fig. 209 (1'<"'\1/11''''111 IIfi1tJunr;;I.IClnSO) sur la race supérieure
rn.,,.hIiJ,mi,,,. !W8C dl'iI!ljJ ds /8 II<C8 inlfirisurlil.

FIg. 2 10 M~/~(jle fQila/~ (Stf/m/Jnyllum !Jo/anl 011 Alrernarla SOf;;;nl)


SI.If f9UlllQ dQ laxalV.

Fia. 272. Flélri"Mment 118Mult.!lre du jtJ)({JW


(CClupe de I/(Je)

FIg. 213, Le blanc (Leve/llula laur/ca) sur reullles Cie Jaxalu (face Fig, 2111, Le blanc (LevelllUie fQurlcaJ sur feuilles de iexatu ffMe
supérlevre). InlèrleWe).
82
3.2. BISAP

Le blsap (Oseille de Guinée, roselle) est cultivé pour ses


feuilles et. ou Dour ses calices,
Toléranle à la chaleur, celte plante peut prodUire des feUil-
les pendant toute l'année mais donne les meilleurs resultats
pendant rhlvernage et à l'lntérÎeur du pays, La floraison est
favorisée par des Journees caunes (octobre-mal)
LR bisap est peu exigeant en ce Qui concerne le choIx du
sol, mais celUI-CI dOit être assez dclle en matiéres organi-
Ques et en elemenls nutritifs.

VARIETES: t- Le CD-H, prodUit des semences d'une variété de bisap a calices verts. et une variété à calices
rouges nommee "Koor n.
- Les paysans produisent souvent eux-mêmes les semences de variétés locales.

TECHNIQUES CULTURALES:

SEMIS DIRECT

PERIODE durant toute l'annee pour les feuilles, et en debut d'hivernage (juin-juillet) pour la
production de calices.
SEMIS semis en place par poquets de 2 ci 4 graines écarlees de 2 à 3 cm. Pour 100 mL de
culture, il faut enlre 30 et 50 grammes de graines.
FUMURE DE FOND pour 100 m 2 de culture. apporter 100 à 200 kg de matières organiques el 3 kg
d'engr3ls minerai (10-10-20). Incorporer par un bêchage.
ECARTEMENTS - pour une produCllon de calices. semer en lignes simples écartées de 0,8 à 1 m ou sur
planches avec 2 lignes écartees de 0,6 à 0,8 m. Laisser, entre les poquets sur la ligne,
0,4 à 0,6 m .
. pour une production de (euilles, on peul semer en pépinière sur lignes écartees de 0,25 m
sans repiquer mais en eClaircissanL

ENTRETIEN

ARROSAGES bien qu'II SOli assez toléranl a la s6cheresse. une bonne production du bisap exige des
arrosages réguliers surtout en saison sèche.
SARCLO-BINAGES réguliers surtout en début de culture et en hivernage.
DEMARIAGE dans le cas d'une production de calices, éclaircir a un pied Quand les plants ont 10 cm
de hauteur. Les feuilles des plants supprimes peuvent servir de recolte de feuilles, Fai-
re sUivre par un arrosage.
FUMURE D'ENTRETIEN 30.50 et 90 Jours apres le semiS, apporter 2 kg d'engrais minéral (10-10-20) pour
1 00 m' êt i neo' porer par un g rilf age.
TAILLE pendant la oérlods (JOS journee5 courtes (saison slilche), l'arrêt de la (Ige prlncloale
favorisera le bral1Chemsn\ de la plante.

ENNEMIS: (voir" gombo ").


I:ŒCOL TE ET CONSERVATION:

OCCUPATION DU TERRAIN. entre 120 el 180 jours


RECOL TE recoller les Jeunes feuilles, qu'on utilise comme épinards, au fur et il mesure des be-
SOins, surtout pendant la premlere partie du cycle végétatif. Récolter les calices 35 à
45 Jours après la floraison (oclobre à janvier) lorsqu'elle débute environ 130 jours
après le semis, si celui-ci se SItue en l1t-bu! d'hivernage (juin)
RENDEMENT IÔntre 100 a 200 kg de leuilles, 30 il 40 kg de calices (raiS el 5 é 6 kg de calices secs
pcur 100 m' de cullure
CONSERVATION peu ou pas pour les !euilles amsi que POUf les calices frais.
TRANSFORMATION séchage des calices et confection de bOissons, confitures, gelées.
3.3. CAROTTE

La carotte est une culture qui préfére les températures rela-


tivement basses de la saison seche. Des températures éle-
vées provoquent une baisse des rendements ainsi qu'une
production de racines courtes, 'peu colorées, fibreuses,

Elle des sols sableux, bien ameublis et assez pro-


fonds dans lesquelS la crOissance des racines n'est entra-
vée par aucun obstacle,

Les matières doivent être bien décomposees


afin d'éviter la production de racines fourchues et défor-
mées, La carotte ne supporte ni la salinité du sol, ni celle de
l'eau d'arrosage,

VARIETES: 1- . Kinko 6-inch ", "Royal Cross-H~, .. Nantaise


.. New Kuroda " est moins sensible a l'alternariose.
~ et " New Kuroda" à racines coniques>

- ~ Touchon ~ à racines cylindriques.


- Les aulres variélés sont" Chantenay~, "Nantaise Tanlal~, etc.

TECHNIQUES CULTURALES:

SEMIS DIRECT

PERIODE : oclobre-novembre à mars-avril.


FUMURE DE FOND pour 100 m< de planches, apporter 100 il 200 kg de matléres bien décom-
posées et 5 kg d'engrais minéral (10710-20). Bien au sol par un bêchage et
assurer un bon nivellement des planches par la suite.
SEMIS : semer en Semer entre 1 el 3 grammes de graines pour 10 m de lignes.

ECARTEMENTS des de 1 m de largeur et, laisser enlre 0,2 et 0,3 m entre les lignes de
semis COUVrir les grame$ d'!:mvlfon 1 cm de terre fine, plombar légèrement el. Élven-
tuellemt1!nl. recouvrir d'un p ,iiull age ,

ENTRETIEN

ECLAIRC 18SAGE snviron un moi!ii OiprèlillQ IiiQmls. Qunna les Dlantes ont 3 B ., vraies teuilles et une hauleur
de 3 à 6 cm. EClaIrCir il 20 a 30 plants par melre linéaire. Faire suivre par un arrosage,
SARCLa-BINAGES regulier~, Surlou! en debul de culture car le leuillage lin de la oarolle se défend mal
conlre l'envahi;l;llllmeni des Illiluv.uses herbes.

ARROSAGES aasurer une alimentation ~n ê~u lr~$ surlout au mamanl du de


ta raCII'\ê, l'ltin d'@vil~r les eclalemenls elles déformations des mcines. Utiliser un nrro-
SOir muni d~ 511'1 pomme.

FUMURE D'ENTRETIEN pour 100 m 2 de apporter:3 kg d'engrais minerai (10-10-20),20 el 40 jOurs apres
le semiS. Incorporer per un el faire suivre par un arrOSage,
ENNEMIS.

NOM DEGATS TRAITEMENT

AL. TERNARIO$f: une mala- - leslons nOires sur les feuilles Gui S8 dessèchent Dar la suite - vnrltllM moins
die du leuillage provoqu@@ - l",cll@s nOlr@s i!.lIong"'li'!'. sur I@s p",lioI8!i. sensibl\?l>
par un champignon - cepltlfol
(FIEl 215) - chlorothalonll
- mançozèbe
- - 1-- - --- >----- >
LE BLANC: un8 maladie du - !aches tllancnes pou(jr~u~~~ sur léS fêuillè~ rêCOuvrêll"l1 - ~oufre
feuillaoe orovoauee paf un orogres81l1flmen! 1ensemble du feuilli'lQe. - chmom .. lh'onàl ..
champignon (Fig. :! 1<)) - trladlmelOli
- tri/orine
fMElrimol
-

CERCOSPORIOSE: une - (m@m@s d@gi!Js qu@ 1';;Jl\srnario&e). - mancozOoe


maladie au feuillage - man@b@
provoquée Daf un
çh<lmpigflOIl
- -- - -- A _ __ ,_
.....

NEMATODES: - croissanCE! ri;du,\e dE! li! pl.i;lnle. - rotation culturale


(Fig. 217. 218) - C1eformatlon Cc.mplet/! l''j/! III rll(';ir'\~ - n@m.;tt;cid@s s;;Ju!
.. Y<llls.s sur les rscines secondaires erhOpropl'lOs

RECOLTEI:;T CONSERVATION:

OCCUPATION OU TERRAIN ",mman 1 00 il 120 jour!!:.

REGOl TE 01 8s1 pOHible de r!?çoH\;>r I",,\; iGunoG çaroBes avec leur !eulllo00 Bores 8 a 10 semaines
el d@ 18~ v",nd,@ @n boll~s F,m., su,vre P4r un :;lrrQ&.age dc<:s planlS reSlanu•. Les
outres CMôlles St:lI'l! (~Cùllee3 Ill! ~Ii'ld@ ophmal de I.,ur developpemenl. ç'",\;l-à-dire
nores 100 a 120 IOurs
SOl"llli/ver les racines en tirant sur le teUilla00. ou SI le SOI est Our en utlllSMt un cutlL et
1",,. d@b"""ss@r d@ 18ur I@uill;ogs.

RENDEMENTS 150 a 400 Kg Dour 100 m'avec lM reMM'IMlô les nlus eleve:'l èn oenOde !raïchf':.
CONSERVAW1N nlU3',..ur3 Jours .i;I qu@lqu@s s@m;o.;n@s dans un sndroil Ir;;li!; pour let; carottes eHeuillées.

TRANSFORMATION séChage de rondelles mine!;;)!> au soleil,

86
CAROTTE - CHOUX
215-218) (Fig. 219-222)

Fig. 215, L'allemariose (Alternaf/8 dauc!) sur feuilles de carot/e.

FIg. 217. Nematodes à galles (Meloldogyne spp.) sur racines de Fig. 218. Nématodes li galles (Méloidogyne spp.) sur racines de
carotte. carotte.

Fig. J 10. OigÛ11iI d& U1 !ell'1f11't (JM uucdt:res (PljJh,~II/J :rylos/ElI1a)


BUf fau/fie" (J{j "Mu.

Flf), :221. Larv@s dQ la feigne des crucllCrfJS (PfUtelill xylMMlltt) /lUf


fsuille de naver.
CHOUX

Fjf} 1H. Le bor~r (11) çlïQIJ (HIiIIIU/Q linl11lllSJ sur f8U111{J rJlJ chou

225, LI! chsnills di./olialr/ce du colonnllllr (Spodop/era liHora-


Jis) sur chou.

Fia. 227. Le mildiou du ohrw {PefOflO300m JJ6fBBÎIÎoBl

Fig. 229. La nelYation noire (l(anthomonas campes/ris) du chou. Fig. 230. L 'allernariose (Alremaria brassÎcDla) sur vIeille feuille du
chou.
3.4. CHOU

Bien que le chou soit surtout une culture de la saison séche


et jraiche. Il existe des variétés qui peuvent prodUire pen-
dant rhivemage. mais avec des rendements plus faibles,
Ams', il est possible d'avoir des choux sur les marchés pen-
dant toute l'annee,

Le chou est exigeant en fumure, surtout azotee. el préfere


des sols riches en matières organiques ainsi Qu'une bonne
humldlte du sol et de 1air

VARIETES: - "Summer H-50 ". "Fabula H n, .. Green Express-H" comme varietes pour la saison seche et Iraiche.
- .. Summer H-50 ... "Fabula H ... "Superette" ... Fama-H". comme variétés qui peuvent aussi produire
pendant l'hivernage,
- les aulres variétes Qu'on trouve dans le commerce sont "Marche de Copenhague". "Acre d'Or».
"Sinjar", etc.

TECHNIQUES CULTURALES:

SEMIS

PERIODE DE SEMIS septembre-avril pour les variétés de la saison fraîche: mai-îuillet pour les varietes d'hi-
vernage,
PEPINIERE il lau! semer entre 6 à 7 grammes de graines sur une surface de 2 mZ Dour planier 100 m2
de choux par la SUite.
DUREE EN PEPINIERE entre 25 el 35 jours
REPIQUAGE CjuMd les plants ont 5 a B vraies reuilles. Choisir des Dloms salM el rl"'lbu:'\tê::~ et ne
pas reOIQuer de olôl"\l:'\ delormes ou sans bourgeon terminaI.
PROTEcnON lrailer contre les çhenilles Clés leur appantlon en pepiniere.

PLANTATION ET ENTRETIEN

FUMURE DE FOND pour 100 m 2 de culture apporter 200 à 300 kg de malieres organiques si 2.5 è 3 kg
d'engrais minéml (10-10-20).
PLANTATION Dlanter sur olanche~ avec 3 IiQI'les. ècarlé'es cl", 0,35 il 0,40 m si laisser 0.35 à 0.40 m
onlr\;) les plams sur la liane. Enlem,:r le piani il la limÏle des pr9mières vraies feuilles.
S, .. n placer les raCÎneG, Gans les retourner.
SARCLO-BINAGES surtout en debul de culture,
ARROSAGES . Journl'iliers, I~ chou Elsi exigeant en eau. surtout au 811lCle du dévelôooemenl de la pommé!
FUMURE D'ENTRETIEN apres 20 et 35 Jours de plantation. Incorporer au sol. oar un léger binage, 2 kg d'en-
grais minéral (10-' 0-20) pour 100 m:! de cullure.
PROTECTION les allaQues de chenilles causent des dégâts très importants Traiter dès leur
apparition el contrôler régulièrement.
ENNEMIS

NOM DEGATS TRAITEMENT

CHENILLES: les chOUK - endOBullan


sonl âHâqu@S par planll,.ile~, - açeph<1te
plusieurs CJ'Ienllies ~ - cypermélhrifle
- la teigne lies oruoiferes - dellamet)mne
- lê Mrêr du e~ fenvalerate
le ver elC ...

MII.. OIOu : malaal9 Oee - 00{1106 racfles necrotiQUeS el IrrMullMM eur lM feuilleS. Cll'llorotM Ion il
feuilles. favorisee par - le:. feUille:. @I S@ d8SS8ch@nL - :ônsbe
la rosée el un lemps (rais - lOS \lagUIS Qouvent èlre Imoonllnts en DéDimera, mancoi"èoe
et l'Iurrlide (F/O. 227. 228) - poudre blllnche 3ur 11'1 h!lc@ inf@ri@ur@ d@,;; - ml!!nebs
aea Jeunes pl/lnTM (ajouter UI'\ mOUillant)
- semis espaM.
irrh;mlion de
oréférence le malin

NERVA TlON NOIRE. - dêcoloralion Jaune en V <lU bord delS feuilles. - rQt<aliQn culturale
n'llllMle par - noirciss.ement du reseau vasculalr@ d@ la lig@ et d@s nervUf@!'!. d';jiu moins 3 an,
une baclérie du sol el flétrissement el mon (je la Olanfi't brûler le~
transmiS8 par 18s
{FII1 127. - utiliser des semences
non contaminées

L'Al TERNARIOSe: ; uo@ b.chiU; zcnes dli! Cli!fçl(i!15 çonç.,nlriqve$', - raremenl nécessaire
maladie Ma feuilles ~urtoUt 5IJr I~$ vt~III~~ feuilles. - captafol
orovoauée Dar un - zlMbe
chamoiQnon (Fig, 230) - manèbe
chlorotMlonll
maneozèl"Je

POURRITURES CU COLLET: pourriture humide du collel favorisée paf des flO'("'ntal"la. la nO,"n!,"'<>
dss maladi@s du collet condilions chaudes 81 humides. contrôler l'hvmldil9
orovoQuèes par des - oourrlture noire. séche du collet surtout du SOI
chamoignons du sol en pépjnj~re. bon drainage
(FifJ 135) mêtalaxyl
- bsnomyl
Il'IiophaMle-metl'lyl

RECOLTE ET CONSERVATION;

OCCUPATION DU TERRAIN: 80 a 100 iours la olamalion (60 jours 8r1 hIvernage). La réColte S'étale sur une
période d'environ 20 jours.
RECOLTE couper les pommes au moyen d'un couleau el 3 leuill@l!I. ouv@rtes comme pro-
tection au cours {les marUDulallons.
RENDEMENT entre 250 el 400 kg par 100 m~ pendant la saison entre 100 et 200 kg par 100 m2
pendent l'hlvemage.
CONSERVATION Ô ~ 10 jours sous abri dans un et aér~,
TRANSFORMATION

90
3 CHOU DE CHINE

la culture du chou de Chme es! possIble pendant Ioule


l'année. mais on obtiendra les meilleurs resultats en saison
fraîche (novembre a jUin)
le Chou de Chine les sols blen draines, profonds el
meubles,

VARIETES: v Saladeer-H à pomme allongea comparable fi la laitue romaine, a feuilles vert pâle à blondes el â ner-
vure médiane charnue el blanche.
)
Extra a pomme arrondie. comparable au chou cabus,

TECHNIQUES CULTURALES

PLANTATION ET ENTRETIEN

PERIODE . tOule l'annee maiS surtoul de novembre li avril,


PEPINIERE : semer 5 à 6 grammes de graines sur une sunace de 2 m 2 pour planter 100 ml de
choux de China par la sUite
ECARTEMENTS Sur planches avec 3 lignes ecartées de 0,4 m et laisser 0,4 m entre les
sur la ligne.
FUMURE DE FOND apporter 150 a 200 kg de malleras organiques at 3 kg d'engrais minéral (10- 10-20)
pOur 100 m2 de culture, Incorporer par un bêChage,
AUTRES voir la cullure du chou,

ENNEMIS: (voir" chOu n).

RECOLTE ET CONSERVATION:

OCCUPATION DU TERRAIN' 55 à 85

RECOLTE , la récolte se situe envi ron 2 mOIS, Couper les pommes au ras du sol,
la plante n'a pas de el les feUilles partent au ras de terre.
RENDEMENT 200;il 400 kg de pommes en 561son 100 il 300 kg en hlvernaoe.
CONSERVATION , comme la I;!itue el le eMu-fleur. e5$1':7.: limites.
CHOU-FLEUR

L'il çhQv·1IQ\,H Q\;\ \,lnQ cuhvre I)Q S;;\ISQIl fr;i\ÎchQ, LQS


ratures ele\lM6 l'lIMI oua 10 McMrC5M de 1lm ont une 11'1-
lIuence defavorable sur la Pomflli;Aison.

Il est plus 8X1 \Hl ,W 1 Que le cnou en ce Qui concerne le tYDS


de $01 lequel doil être riçhe en matières organiques bien dé-
çompoîtées el en elémenls
Il éI besoin d'une honn@ humidit@ d@ l'air @I du sot.

VARIETES. \ - "Farm@rs Eilrly-H Nô 31>, "Wh,!@ Conlr!!ss:iI.-H", "Whilil! Top-Hl> .. 1 "Evsrss!), comme v;lrièles reconh
( mande es Dar le CDH.
- Les autres variétés sonl' .. Boule de Neige" ... d'Er/vrl", "Tropic~lu ...

TECHNIQUES CULTURALES'

SEMIS

PERIODE octObre a mars


PEPINIERE SE!mer enlr@ 5 @\ 7 grammes dE! graines Sur une surface de 2 m 2 pour 100 m~
de chOux-fleurs Mf 11'1 sUite
DUREE EN PEPINIERE '-"l'di! @ntrain@ une nrnrnlf,"n. d@
RE~IOU.À~E repiQuer IQr\ôQue leG pl~llle6 onl ô à Q vraies feUilles, Ne pas reclQuer oas clams OOlor-
me3 ou :U:ln3 bourgeon lermmf.lL

PLANTATION ET ENTRETIEN

FUMURE DE FOND pour ,OU ml de 300 a 400 kg d@ mi!!lI!'!(l'!s orgl!lfHqu@li. ",1:3 kg


mmeral {lO-10~201.lncoroore· Mr un bécMoe
ECARTEMENTS pr"par@r dfi!" avec 3 Ilgnss écad@ss d@ a,Li a
tre lee l'Jur la ligne
Pour la plan(atlon, se réfèrer au cnou.
ARROSAGES le chol,l-lleu r est plus ii/lie mOindre manque d'eau en-
\ralnl!!! une r.lil·Jvais8 pomma.son
SARCLQ-BINAGES . reaullers 8urtOU! l:H'i de!)ut de cUlture
FUMURE D'ENTRETIEN 20 !;lI dO jour\> après la plantation, au sol, par un léger oll1age, 2,5 kg cHmgrais
minéral (10-10-20) pour 100 m~

PROTECTION .' POMME .. 81 le lowll18Qe DrolOQ8 mSufflS9mmani linflorescence Dour oue cellê-Cl! MI'1Mrve M
blanr.h\ii\,H, on nOU9r l'!ilxlrgmi!g d91> 191"lill\il~ ou COlIiG<ilf la nervure d'une
feuille a!ltl de III " pomme ".

ENNEMIS: (vôlr chOU").

RECOLTE ET CONSERVATION ~

OCCUPATION DU TERRAIN. entre 70 et 110 jovrs


RECOLTE la premlere recolle se situe environ 2 mOIS et demi apres la les pom-
mes en .3 a Li feuilles ouvQrtes comme protection contre les mamoulations.
OUliM elles MM biM blllMhM et ~u'elle~ ont un diamelre entre 15 el 25 cm_ Plus biHd,
elles de s'abîmer et de de coloration {ven wunà!reL
RENDEMENT . entre 80 et 200 kg de "Doml'MS .. POUf 100 m J de Culture

CONSERVATION , 36sez limitée. QuelQues IQurs dans lin endroit Iral8.

92
3.7. CONCOMBRE

Bien Que la culture du concombre soit possible pendant tou-


te l'annee, on obtiendra les meilleurs résultats pendanl la
saison séche. L'humidité ainsi que les élevees
de risquent de provoquer des maladies du feu~l­
lage et sonl a l'origine d'une baisse de rendemenl.
Le concombre préfère les sols plutôt lourdS (limon argileux).
humides mais bien drainés el fiches en matières organiques
et en elements nutritifs.

VARIETES' ) Mark II-HI> ... New Markel-H No 1» et «Breso-H~ pour la prOduction de concombres pendant la
saison Iraiche.
- «Victory-H". «Dasher-H" ainsi que «Breso-H» pour la production de concombres pendant

TECHNIQUES CULTURALES:

SEMIS DIRECT

PERIODE : de septembre à mars pour la production en saison fraiche, d'avril a août pour la pro-
duction pendant l'hivernage.
SEMIS : semis en place de 2 à 4 écartées de 2 à 3 cm par pOQuel. Pour 100 m2 de culture.
il faudra enlre 10 à 25 grammes de La profondeur du semis est de 1 a 2 cm.
ECARTEMENTS prévoir des planches de 2 il 2.5 m avec deux lignes de semis écartees de 1.5
il 2 m (1 m pour les cultures tuteurées ou palissées). Laisser entre les poquets, sur la li-
gne, 0.4 fi 0,5 m. Oisposltion de poquets en quinconce.
FUMURE DE FOND pour 100 m2 de culture, apporter 300 à 400 kg de mallères organu:lues bien
décomposées et 4 kg d'engrais minéral (10-10-20). par un bêchage.

ENTRETIEN

ARROSAGES : journaliers et focalisés autour des pieds sans mouiller le feuillage.


SARCLO-BINAGES : réguliers sans abîmer les racmes superficielles.
ECLAIRCISSAGE : éClaircir El un Diant par poquet lor:;qUl!" les ont d vraies /Quilles, Faire sUivre Dar
un arrosage.

TAILLE Il est possible d'élêter las plants quand ils atteIgnent 30 cm de longueur (5 à 6 vraÎes feuil-
les) pour faVOriser leur ramification.
TUTEURAGE : voir tomate el harÎcot a rames. La culture tuteurée ou a comme avantages la
facilité de recolle, une coloration verte uniforme des IruilS ,,:uns! meilleure
protection phytosanitaire.
FUMURE O'ENTRETIEN : spres 4, 6 el8 semaines, épandre localement autour des pOQuels 2 kg d'engrais minéral
(10-10-20) par 100 mL de culture, Incorporer par un griHage. en evitanl d'abîmer
les racines superfiCielles,

Le blanc (Fia. 241) (Voir ,,~ourQetle "1. le mildiou (vOÎr "melon "), la mouche des fruita (Fia. 231 è
234) (VOIr" "1. les çoléOOlèras (fig, 236, 2(6) l'lI les nêmelMes il galles (Fig 143J (VOir " melon ,,).

RECOLTE ET CONSERVATION;

OCCUPATION DU TERRAIN: en saison entre 85 el 120 jours. et en hivernage entre 65 el 75 jours


RECOLTE . la première récolte se sItue après 40 à 55 lours. les fruits avec ~ 1 cm de pe-
doncule quand ils sont verts (donc avant la malurile des jruits et sans graines différen-
ciées) et Quand Ils ont une longueur de 15 il 20 cm et un diametre de 4 à 5 cm.
RENDEMENT : en saison fraîche. entre 300 à 800 kg, en hivernage, entre 200 il 400 kg de frUits pour
100 m 1 de culture.
CONSERVATION , auelauea lours aans un endrOIt tral5.
TRANSFORMATION . mettre les (rults entiers OU coupes Clans une solution Mlee (Mumure) Ou au v."",,,,,, ..
3.8. COURGETTE

61ell Que la culture ('je ID t.flurgeHe 50,1 r@nd::.n!


10llt", 011 obli..,ndra los meilieUIS rélSUltat($, di!: M-
\/emlire ,m,cI,le, 1",.. ",1 1';1<;; temperatures
"Iev,;,v(; <Je lïli",erlH;li.,!8 som aener,"llemenl mClIns. iL1Vorables

La CourQUIIB ma mOins 0KIQeante er'l ce qUI concerne le type


dl? 1>IJI, mais aUo orelere neonmOIl'l~ le:; 5015 bIen dr.,pnanls,
fiches ~!1 matieres organiqUeS et elemen!5 fertlhS8"ls

VARI~Tes: ) - OIQmant-H Il t~Ullo ver! O:>:leL mouche! \ilS,


- "Ston's Green-H" è Iluits verl assez loncé. mouchetes,
Aurore-H" a frUlls ver! moyen, légèrement moucnM05
<>

nCI"INIQUES CULTURALES.

SI:.MIS DIRECT

PERIODE . toUte 1tlM0e m1.ll!'i !'iurlou\ de sliIiJlembre à mal.


SEMIS . semis en pll'lèë de :2 ;a 3 graines, èc:ariée8 (le 28.1 cm pel' poqUl!llL POUf 100 m~ de cuUure.
Il faut enrre 40 @\ BD grammes de Qraines La du !l8mis est de 1 Il :2 cm,
ECARTEMENTS 2 ècarl"'9s de 0,75 il \ m Dar planChe Lai$$er la même distance entre les po-
Guets sur la "one.
FUMURE DE FOND pour 100 m" 013 DlaliGnes. llDoorttr 150 a 250 kg de matières organlaues et 3.5
d'Morôl5 minerai (1 O·IO-2ô) Pllf un bMhOoe

ENTRETIEN

jùurnaloer~ dMS un~ çuvelle aUlour flAS Oled5 Në ptlS mouilhiH 1.., IliuillaÇlQ,
SARCLO-BINAGES :sudoul en début de cul!ure
OEIvIARIAGE , eelalrc,r 8 un pianI p.U pOQuel l'lorès environ 3 3èmainlilS qvand l{.ll; Dlams ont 2 t1 .1
vrall::~ feuilles Faire suivre Dar un arrosage.
FUMURE D'ENTRETIEN , apre~ 3,5 el 8 semain",s, 9p<lndre IOCOlement autour des pieds 2,5 kg minéral
(10-10-20) Incorporer par un

ENNEMIS; (voir aussi melon" Q\ ~ pastèque .. )

NOM ENT

LiS MOUCHES DES - VU" H paslGQUe


CUCURBITACEES:
100,2:33)

LE BLANC: une maladie sur les deu)( faces des feuilles el des on observe - varietès résistantes
des liges et des feuilles des taches blanches. poudreuses, recouvrant rapidement - soufre
provoquée par un la plante de bas en hau!. , - triadlmefon
champignon (Fig, les feuilles se dessecheot el meurent chinométhionate

- thlophanale-mérhyl
trl10rlna
- cJ@colorahon 811 tr " 91 dQformatlon des leuilles brûlCiH les plames
- dSCQloratlon en " Morbrure " lèl d81o rm atlon dee fruits, fl!tflQUMlt

CHENILLES, NEMATODES - voir" melon »,

RECOLTE ET CONSERVATION:

OCCUPATION OU TERRAIN· enVIron 70 il 90 jours.


RECQl TE la oramlere se situe MVÎron 35 à 40 Jours après 18 semil;i, ,..assllgels réguliers (tOU$ les
deux lours) par la suitQ,
Couoer les fruits en Itll:'lslln\ r 2 cm de pédoncule, Quand Ile ont une IMQueur de 15 a
2C1 cm 81 un diamQlrlil Cie ;3 a 5 cm, suivant III Vl'mêté et les eXIgences du m;arcl1ê, (jonc
olen l'lvenT leur mMurile.
RENDEMENT entre 200 a 400 kg dl'! /(uil3 pour 100 m 2 de çvllure,
CONSERVATION difficile. quelques Jours dans un endrOÎl frais.

94
CUCURBITACEES (concombre, courgette, pastèque)

Fig. 232. La mouche des cucurbitacées (Dacus spp.) sur jeunes


fruits de pasteQue.

Fig. 234. La mouche des cucurbitacées (Dac us spp.) sur fruit de


melon.
CUCURBITACEES

FiO 239. L~ blilfle (Oïdium spp) sur courgQttl],

Fig. 241. Le blanc (Oldium spp.) sur concombre.

1'43 Lg mi/alou (Ji#!X)ut;'lÇ>piO)fl)fll)l}f)IJfQ Ol}oonsts) lJur mD/Cil.

.
FRAISIER

Fig. 245. La pourriture cuir (PhytDphtora cactorum) sur fraisier. 246. La pourriture cuir (Phytophtora cactorum) sur frai~(rr.

96
3. 9. FRAISIER

La culture du fraisier se situe generalement en saison seche


(mi-octobre a fm mal) dans les LOnes aux temperalures re-
lallvement fraîches car les températures Irop elevées et les
Journees trop longues (hivernage) freinenl la floraison et la
'fructification en faveur de la formation de "Slolons". c'est-
à-dire de liges filiformes à croissance Ires rapide donl les
bourgeons aXillaires produisent de nouvelles petlles plantes.

Le fraiSier préfère les sols QUI ne sonl pas Irop lourds et


,bien drainés car il craint l'asphyxie des racines, ChOiSir des
sols riches en elèmenlS nutritifs el éviter les SOlS salés de
même Que l'eau d'irrigation salée

IIVARIETES : -« Aliso ~, variété à gros fruits, précoce et productive mais il goût el fermeté moyens.
- "Tioga ", vanelé plus tardive et très productive a fruits fermes et de goût agreable.
- "Pocnhonlas", variété moins prOductive mais précoce et de gout excellent.
- "Gorella ", varietê productive et tardive il frUits de goût agréable et relallvement fermes.
- "Séquoia" variété moins productive mais à fruits de gOût agréable et de belle presentation.
Bien Qu'il soit possible de prOduire le malerlel vegétatl( (stolons) sur place on obtient les meilleurs résultats en
chaque annee des plants frais a partir de l'Europe ou des EtaIs-UniS QUI produiront des plants plus vigoureux

NIQUES CULTURALES:

PLANTATION

PERIODE Il est Important de planier entre mi-oclobre et mi-novembre, au moment du retour de la 'rai~
cheu" Plante trop 161. le fraisier souHre des temperatures elevees, Irop tard, on perd la pre~
cocité el le rendement total sera plus bas.
.. FUMURE DE FOND pour 100 m 2 de culture, apporter 200 kg de matières organiques bien décomposees
ainsi Que 1 kg de sulfale de potasse, 1 kg de sulfate d'ammOniac et 0,3 kg de super-
: phosphate triple. Incorporer par un bechage
ECARTEMENTS a a
en sol leger, cultiver plat sur doubles lignes écartées de 0.3 m avec 0.7 0,8 m entre
deux doubles lignes. En sol plus lourd. preparer des billons avec deux lignes écartées
.. de 0,3 m, laisser, dans les deux cas, 0.3 m entre les plants sur la ligne et planter en
quinconce.
PLANTATION assurer une bonne pré-Irngation et un bon planage, Les plants de fralsiar présentent le
plus souvent des racilles nues, denses, d'une longueur de la a 15 cm qu'il convient de
couper au-dala de 15 cm.
Utiliser un fer plat (beche, houe) et OUVrir une fente de 25 cm de profondeur et 10 il 15
cm de InroelJr
y ÊlIaler le Dlllnt en 811llanl olen les rIlClnI"S (qUi ne dCl'l/ênt pl1lS elre rscourbsl'ns) 50r un
COIG uo lu (\-)nle de manlere Que le cœur du fral51er snil Juste Il la limite superieure,
san!;; l'enlerrer. Ta~~!;)1 avec le Diea DOU( bien borner le Dlam et bien fermer la fenfe Sur
Ioule sa longueur el ~d largeUi. Arroser aussitôt après en veiliont 0 ce Que les plants
ns sOlenl pas. déchaussés.

ENTRETIEN

AI=!I=lOSAGES JournallefB. Dar 1180CJr,sion en 8.'lsurttl'll une bonne humidile du sol loul au long de la
cultum. AUQmentsr les doses au moment de III floraison el de la IrucbflCBtion, t(lul en
évitant l'exces d'eau.
SARGLO- BINAGES requl".. rs pendant toule la période de cullure.
FUMURE D'ENTRETIEN ~me lOI!:; par mols, en commencenl un mols flores ln plFlnti'l.liOn Appôrter pOur 100 m"
de culture 0,25 kg de suoerohosDhate Iriple, 0,6 Kg (je Sulfate de pOlasse et 1 kg de
sulfale d'ammoniac. Ajouter en oulre, 0,7 kg de nitrate d'ammoniac lors du premier
épandage. Eviter de meltre l'engrais sur les feuilles et l'incorporer par un gnHage .

PAilLAGE un bon paillage (paille de riz) permet d'économiser l'eau, éVite le contact des (rults
avec le sol el lutte contre les mauvaises herbes.
Apporter le paillAge ttu moment de la fôrmaficm des premiers fruits en s'assurant qu'il

couvre le sol jusau'au pied des plantes. Renouveler le pSlllage oprès Quelques mOl3 Si
nécessaire.
!L-______________________________________________ ~~~_~ ________________________________________ ~

97

1.........
1
ENNEMIS:

NOM DEGATS

LA POURRITURE CUIR: - I@ champignon peul être Introduil avec IB8 plent~ - ;açh~! de
un cl)ômpignon du 101 Impcrtes. certifies
(FIIJ. 245. 246) - I@ penii'illre dans las racinas.
lei'; Jeunt'::'1 feuille::! du cœur tombent el ,II .. retournent,
flétrissement de la olante,
- pourriture sèche du fruil.
- necroses brun-rouge du rhizome.

POURRITURE DES - dès Qu'il tait piuS Chaud et humiM les racines du frai51er - capta/ol
RACINES: une mal Mie :Joni par champignons du sol. - Mnomyl
provoquée par Qlusleurs - ooumture dM re.clne~t au niveau du
Champignons du sol el mort de la Dlame. lous les 15
TACHES fOLIAIRES; lachea necroll~ue5 el"ltauréê5 d'un Cêrcle pourprl&. - IProdiQoe
màl~dles provoquées Dar - m~n@be
(je!'!
l'l'u'.lncozèbe
liMbe

lE BLANC: une - S!,lr la laçfil inlérleure des on Gonstam oes laeMe


malaOle {JSS feuilles bl6nches poudreul1I@s.
- le~ "iii OeSSèchent et meurent. - trjlorina
18nsrlmol
- Irladlmélon
l'IViUVi'llS da 1... - bromoDropylate
- 188 feUilles Mnt par~êmêe1 de: points decolon~s. - azocyclolin
- cyhexalin
- Ç)ndQGulfan
- d'Icofol
Il
CHENII.LES: - DIUsieur1'\ eMnHlM rr"lr'1ger le feUlllag@ ..1 - fl)ndosy!fan
les boutons Iloraux. oeltl"lmêthril'le
- çyperméthrlne
- fer1\ftllèflil.tl!!
(à la demande)

AECOL TE ET CONSERVATION ~

OCCUPATION DU TERRAIN 1", plante élanl vivace. elle surtout MS 810101"15 (VOir vaneté:';) 11 pre 3 une
!IM de fruil:> d'environ 280 jours Il @st difficile de pendant
à cause Clu rlSQUO CIe Olusiaurs malMIM MMant Mtte SaiSon
RECOLTE lô premtere ',",coll@ aura IÎ@u 55 à 75 jours dlii cl.lIlure. Plamer (l9S 118r1t'}fOS Dr
ces el rarOll/BS Dour alloir uM ~rôauctiM reguhere Ioule la saison. Pa~'ii<l
lous IQS l Jours, 1"'1> Irl.Jlts som 'bien COlorés ot fermM. Réooltê( AU3:'1i
frUits COlorè~ f>.Ve(:; de::! l1l.unSl!i Couper Il!! fruit ... v~ç ion pédoncule. La fraise
un lrull fragile et dôlt être reCOIteè èl av@c de soim; el Df\~t.;~!UII!IJn:~.
RENDEMENT , '200 ô 400 pOur les \lll'IrU;!I~'" VVC'~"""'''' 150 il 300 pour les variétés moins
11813, pour 1 mj d~ Culture.
CONSERV ATION peu ou pas apte. quelr;:l,ues jours dans un endroil frais.
TRANSF aRMA TiaN confllufl!!.

98
3.10. GOMBO

Le gamba est une culture Que l'on peut faire Ioule l'année
Que sa croissance soit fortement ralenlle en periode
fraiche (deCembre a lévrier) dans les zones RUX temperUlu-
res relativement froides. Cest a l'interieur du pays el pen-
dant Que l'on obtiendra les meilleurs résultais
Le gombO prefere les sols legers. bien draines et riches en
elemenls nulnilis et en matières organiQues.

VARIETES: " PoP 12 .. et .. Puso " (Sélection


les autres vanètés sont Clamson -.; .... "'''','''"
H .. Emerald Green". etc., amsi que plusieurs «varietés-
locales dont les paysans les semences eux-mêmes.

TECHNIQUES CULTURALES:

SEMIS DIRECT

PERIODE toule l'année (les mOis frais s'avérant toutefoIs mOins interessants).
SEMIS direct. a raison de 50 à 100 grammes de graines pour une surlace de 100 m 2. Utiliser 3
écartées de 2 à 3 cm. par pOQuet. Il est conseillé de tremper ces dans
de l'eau la veille du semis.
FUMURE DE FOND : préparer le terrain pour un semis en place en incorporant par un 100 à 200 kg
de matières pour 100 m 2 •
ECARTEMENTS simples écartées de 0,9 m (avec 0,4 à 0,5 m entre les sur la ligne). Ou
bien lignes doubles écartées de 0.5 m (avec 0.5 m entre les poquets, éventuellement
UI"~V"O::;'" en qUÎnconce, sur la
LEVEE environ une semaine le semis,

ENTRETIEN

DEMARIAGE ecll\lreir é un plant par poquel environ .3 semaines après le semis. QU.flnO les onl
10 fi 15 cm de haule:ur. F aÎre sUivre par un arrosage,
SARCLO-BINAGES : reguliers. surlout l'In d8bul de C1Jllure-~
ARROSAGES . journaliers avec arrosages pendant l'hivernage. La sécheresse provOQue la
chute des jeunes fruits.
FUMURE D'ENTRETIEN . 3D, 50 et 70 JOurs après le apporter 2 kg d'engrais minéral (t O· j pour
les 100 m:1. de culture, Incorporer Dar un léger griffage.
PROTECTION !'!rlllsmis allaqv'int le gombO mais les aegal5 MI'It MUllent plus 81"1
hlyernage,
ENNEMIS

NOM DEGATS TRAITEMENT

CHENILLES: olusleu(B - ronoem le


chenilles aUaqu6nl - Irouenl les capsules et attaQuent lM fleurs - endo:sullan
le 251 .Ii 25111) - cyperméthrlM
dellamélhrîne
- cyHulhrimi!

JASSIDES ~ in5e~!e~ de$ fel.iilles, celles-ci GB recroauevillent dlmetMa!~


oue en Cuillère et peuvent tÔr'r\ber en cal! d@ lorl@ all;;.lquliI. acéphate
l'on trouv@ li! hl h!lc .. - Emdosulhln
infénaure des leulllee (bIen mouiller le
(Fig. 203 e! 247) de:iisous des
AL TISI! : tH:H1I COleor.n6re lia~êrlOr'eJ'lt le:> feuille:> de pslils trous. par/Olt; IrQ~ dlmémOllle
bfun èll':\Ir sur le dessous graves sur Jeunes semiS et Jeunes pll!ll'ltM. - I!Icliphale
068 feUlIiM (Fla 249 tt - l'li'\dô5ulfan
256) (bien mouiller le
dl!!!'sol,.l$ des feulll
- 118 dévorenl feUIII~$, f1eur~ s! - destrUCllon manue~
- dimélhoate
deltllméthrine

LE BLANC: maladi@ des - 5ur 11i/5 des feuillas OM tMMs - culhvlHs


feUilles provl'lquée blanches r~colJvrl!!nl progre~slvement la plante de bas - SOUfre
p;i\r un chiiimpÎgnOn en Mut. trlforlne
255tû 258) - tr'iMim@fon
- fenarlmol
- oyrazoohos
chinomclilhion~h~
Il
CERCOSPOAIOSE: - taches vert jaunE! li Mirl\fre~ ~ur les feuIII@!! avec à la htCIIiI - manébe
maladi@ d@s !@uilles In'~rieure des taches ,l'aDora oula noires. - rYlMC<:Izèbe
oral/oouee Clar un lê:!! feuilles s'@nroulen! et lU!! dess&çhent. llnètm
champignon (Fig, 26/;;,) - ça,ptafol
- bêJ'lOmyl

FLETRISSEMENT: - fletrleaeMMt de ln plllnté, parlaÎ:;!. d'un côlé 5eulement - rotallon culturale


mslad"8 par en couj;)Qnt la tilde en obliQue on OMt'uve clM stries d'ilu moins 3 8n~!,­
un Champignon du ~ol brune!!. OUltlIJAr~ tOlérants
(Fia, 257 et 258)

NEMATOOES: .MO) racines. rOIMlof'l o::;ulturale


maUVAis de la plante némallclae~
parfois très sévères.

RECOL TE ET CONSERVATION:

OCCUPATION DU TERRAIN environ 125 à 1BO jours


ReCOLTE . l'Ille dêl"lut~ après 50 li 65 IiIl s'etaie par la !Ouilli .ur 55 à 110 lours, PuiSQue lM
dU gom!:JO M lignifient, Il faut lê~
(étoiler avant ce c'est·à-dlre Quand Ils ont 12 à
cm de longueur Dour la variété "PUSO", 16 à 20 cm poUf la variété POP 12", k

RENDEMENT : entre 140 et 290 sur 100 m 2• les rendements les plus faibles étant obtenus il
fail trais,
CONSERVATION : le gombo se conserve diHicilement, au maximum quelques dans un endroit
TRANSFORMATION , il est possible de secher des rondelles de gombo au soleiL

Il

100

"
GOMBO ET BISAP

Fig. 250. L 'sltise (Nisotta $pp.) sur feuille de

Fig. 25J. OQU!S df) I~ noçlllflllfl (~!iI/jolhis armlg8fa) sur Iruits


de QomOD.
GOMBO ET BISAP

FiO· 258. Le Mme (OJ'dlum i.lI)Qlmoscn/J 8ur f(JUll/lM Ifé oomba

FiO 257. LB flsln'ss9m.mr (FUS<i/flUffl aXY8f)()fum f. lif). vllSinleclum)


du gombo.

FIQ. 2~8. GDUl){J de lli Noe d'uns pliilnlQ de


gombo lltt(J('Juée par le lIèlris&smenr
(FUSlJflum O}{YlilU')fum f. SfJ. vasina
1fM::/uml

Fig. 259. La cercosporiose (Cercospora abelmoschi) sur feuilles de Rg. 260. Les nematodes il galles (Meloidogyne spp.) sur racine$ldu
gombo.
gombo.

102
3.11. HARICOT

culture du haricot nain n'est possible Que pendant la sai-


fraîche car la plante ne supporte pas les températures
élevées Par contre, la culture du haricot a rames est POSSI-
ble pendant loute l'annee et remplace donc celle du haricot
nain pendant l'hivernage.
Le haricot prelère les sols plutôt légers, sablo-limoneux, bien
l(lrainés et redoute les sols Irop humides en permanence. le
vent excessif ainsi que la salinité de l'eau des arrosages el du
sol. Les matieres organiques doivent être bien decomposees

VARIETES: a) haricot nain:


- "Garonel,., "Royalnel,. et «Belna .. comme type Kltlel ü

- .. Plcke(>" "Calvy", .. Vadenel,; et .. Flndor» comme type "mangetoul-bobby" .


.. Ariel comme type à écosser en frais » .
.. Coco nain blanc» comme type ffa écosser en sec".
b) haricot il rames:
- .. Mangetout blanc de jUillet" et "S!(ln1'!iIA~.!'; Blue Lake" comme type «mangetout ».

trECHNIQUES CULTURALES'

[ SEMIS DIRECT
.~----------------------------------------------------~
PERIODE .• haricot nain: d'octobre a mars pour le type "fllel" et .. a écosser". d'oclobre il Juin
pour le type" mangetout".
: • haricot a ra.mes ~ lou!e l'année. mais surtout de maÎ à septembre.
SEMIS direct à raison de 0.5 â 1 de graines, SUivant leur grosseur, pour 100 m2 de culture de
harlCOI nam, el entre 0,250 et 0,3 kg de graines Dour le haricot à rames.
FUMURE DE FOND préparer le terrain comme pour un semis en place en incorporant par un bêchage 100 a
150 kg de matières organiques bien decomposèes et 2 kg d'engrais minéral (10-10-20)
pour 100 ml .
ECARTEMENTS • haricot nain: semer sur 3 lignes écartées de OA m par planChe et à raison de 3 il 4 grai-
nes en poquets ecartés de 0,4 m sur la ligne ou d'une graine tous les 0.1 m sur la ligne.
, hancot iii rames: semer en pOQuets sur deux lignes écartées de 0,7 m en lalssanl 0,5
m entre les pOQuels sur la
PROFONDEUR entre 2 el 3 cm suivant la grosseur des graines.
LEVEE environ un/': ~emain@ Rpr@!> le lSemis,

ENTRETIEN

ARROSAGES joumaliers, mais en évitant tout excès (maladies. coulure des fleurs) ainsi que
tout manque d'eau. Arroser davantage surtout au moment de la levée. de la tloraison
et de la formai ion des gousses.
SARCLO-BINAGES surtout en début de culture.
RAMES . dans le cas du ~ haricot à rames», îI faut planter des rames longues de 2,5 à 3 m â
la hauteur des pOQuels el à l'extérieur des lignes de semis. La profondeur sera d'envi-
ron 0,2 à 0,3 m, Réunir ces tuteurs en faisceaux de quatre ou en «chapelle ...
FUMURE D'ENTRETIEN : 20 el 40 jours après le semis. apporter 1,5 kg d'engrais minéral (10-10-20) pour HlO m2
de cullure il incorporer par un griffage,
ENNEMIS'

NOM DEGAT8

LA FOREUSE DES elle troue les gcusses el lYlt:H\ge léS graln@'!; (il la
GOUSSES: un", ch ...,ill.. elle aux lieurs. ocephale
qUi s'8naque aUl( gousses endosulfan
(Fig. 2() 1) - aeltamèlhnne
- cypermèlhrine
- I@nval@rats
cyfluthnne
CHENILLES: chenilles àévorenlles feuilles et trt"luent
lesOOUMM

L.E MYLABRI!: un Il devorê le:. fleur,!;


gros coléoptère

LA MOUCHE OU - la larve VII en "m,neus!!» dans I@s feuilles el OiQ dirige (jêtrulre les plant
HARICOT: anSUIre vers le collet. altaauées
(Fi,). - elle se nymphose dans la tlae ores ou l'lOI t'II UIljfYUOlIlC - carbiiryl
dtlM IMuelle On ob~erve l!l pUpE! (p@U1 - almGlho8te
ACARIENS de Ioule!> décolorées sur le feuillage, - oz:ocydoti n
araignQ\i6 QUI vivent aefOrma!lo/"\ l'lM fêUIIIM. - cyhe)';~lin
en colonu!!s sur hii!;; - bromopropylale
feuilles (Fi{1. 120 et 121) - ehll"lomèthloMte
lenbUllltln-ollyCle

- benzoximate
LA POURRITURE DU - !I@!rissemen! brutal au stade de deux vraies feuilles. eVlter les sols
COLLET ET DES RACINES : - pourntur@ brune du collet et des racines. humides et le
une maladllil h/rovoQuée - mon oe IEl !:lIante quand Ufail
par des et humide
du SOl (Fig. 263. 264. 267) - bOn dramaoe
- éviler l'I!IXC815 d'e~u
- semis moins orOfnM
- rolation culturale

LA ROUILLE: une "


- sur les deux faces des feuilles. on observe des petites - variétés
maladie du pustules jaunâtres devenant vite des masses de spores manèbe
surtout. brun roux au centre d'une tache jaune. mancozébe
- dessèchement et chute des feuilles. métirame-zinc
LES - surtout sur cultures âgées on oMeNe (jM tacnes brunes.
ANGULEUSES: une limitées par les nervures.
maladie feuilles Bur 18 face Intérieure l'le oes ta~M~ on constats
provo~uée par un des petits DoÎnts noirs.
chamolonon (Fig. - peu Imporbnt

NEMATODES - le haricot est très sensible elles se distinguent - rotation culturale


A GALLES: facilement des nodules des fixatrices d'azote car nèmaticides
(Fig. 142, 143, 144) ces derniers sont bien srrondis el se détachent facilement.

BRULURES SUR provoqués par le vent, les engrais ou la salinité


FEUilLAGE: 268) du salau dE'l l'eau d'arrosage.

104
ET CONSERVATION'

OCCUPATION OU TERRAIN: haricot nain: 75 â 85 jours. haricot a rames: 100


RECOLTE • haricot nain: - le tYDe «hlet .. se cultive surtout pour l'exportation de décembre à mai.
les gousses doivent aVOir une longueur de 16 à 18 cm et un diamètre inférieur à 6 mm
(tres fm) ou entre 6 el 9 mm (fin) Assurer une cueillette très régulière à raison de plu-
sIeurs passages par semaine entre 45 et 80 lours le semis.
- le type "mangeloul-bobby- est récolte bien avanlle développement des graines. quand
la longueur des gousses est de 12 â 16 cm selon les variétés. et le diamètre entre 8 et
10.5 mm (fin).
le type" à ecosser en fraiS» dont on récolte les gousses fraîches, c'est-à-dire au sta-
de de plein développement des 75 ou 85 le semis.
- le type "à écosser en sec .. est récolté a maturité compléte, à 80 jours, lorsque les
gousses sont séches, mais avant leur éclatement
• haricot il rames: récolter comme type .. mangetout" à partÎr de ± 70 jours de culture
suivant la variété.
RENDEMENT pour 100 ml de culture: entre 30 et 90 kg pour le haricot naÎn ,<filet", entre 60 el
140 kg peur le type .. mangelout-bobby", enlre 50 et 120 kg de pour le type
«8 écosser en Irais", entre 15 el25 kg de graines pour le type .. à écosser en
sec n, et entre 60 et 120 kg de gousses pour le haricot à rames.
CONSERVATION : quelques jours dans un endroit frais pour les gousses fraiches. plusieurs mois dans des
conditions favorables de (endroit sec et protection contre les insectes) pour
les sèches.
TRANSFORMATION : sechage de gousses fraiches au soleil.

,
3.12. JAXATU

I~a culture du jaxatu esl possible pendant IOute l'année bien


Çlue l'on obtienne les meilleurs résultais en saison fraîche
Ittséche, avec irrigation.

Ibn peut le cultiver sur plusieurs types de sols mais on


Choisira de prétérence un sol ni trop lourd. ni trop léger.
meuble et profond. riche en éléments nutritifs el en matières
lorganiQues

- Il exisle plusieurs .. varietes u de jaxatu dans les différentes regions du pays. dont les paysans prodUI-
sent les semences eux-mêmes. Elles dorment des résultats variables en fonction de la zone et de
l'époque de culture.
- "Soxna ~ est une sélection du C.D.H.

TECHN IQUES CUL rURALES:

SEMIS

PERIODE : loute l'année.


PEPINIERE a
· un semis de 2 3 grammes de graines sur une surface de 2 m 2 permettra la plantation
de 100 m 2 de jaxatu en fin de pépiniére.
DUREE EN PEPINIERE · entre 30 et 40 jours.
REPIQUAGE · Quand la hauteur des plants est d'environ 10 a 15 cm et Qu'ils ont 5 à 6 fe'Jilles et une
grosseur de tige d'environ 0.5 cm.

PLANTATION

PERIODE : toute l'année.


FUMURE DE FOND : incorporer entre 100 à 200 kg de matiéres organiques et 4 kg d'engrais minéral
(10-10-20) sur 100 m2 de sol par un bêchage.
ECARTEMENTS : planches avec lignes doubles écartées de 0,6 m. laisser. entre les plants sur la ligne,
0,5 m pendant la saison sèche et 0,4 m pendant l'hivernage (par suite du développe-
ment plus réduit des plants).

ENTRETIEN

; SARClO-BINAGES : réguliers. surtout en début de culture.


ARROSAQES · iourna.llers, mala tenir comole dos olulsa pendant l'hllll'lfMoe.
fUMURE D'ENTRETIEN ; 20,40 et 60 jours après le repiquage Incorporér par gritfage 2 kg de 10-10-20 sur 100 m2,
PROTECTION : plusieurs ennemis atrsQuent le J8l<atu. les dégâts sont souvent plus Importants
en hivernage.
I:NNfMIS: IVOIr aUSSI" auMri}me "l,

NOM OEGATS

CHENIL.LES: otusleur~ - elles vOr'I{;je" 1 le endo5ulian


chenilles peuvent elles peuvent provoquer 120 cl'\ute dé$ fleurs avant
allaQue r le Ja,l;alu la nouaison, ..: d8I!am@lhnn@
(Fig. 201) - eypermethril"u~
cyfluthrine

ACARIENS: di': tOutes - SIJrloul impar!anl~ PQnd:mll'hîvQrnage,


Clotormallon des feuilles. launlSBemenl et Muu:
(FIg. 12 1,201,205) l'lu tWilltIoe

JASSIDES : CB BOrl( ce les feullle~ Jauniss@nt !lur 1!!Il> bardIS @t av;>: el - aCeoha!6
0131116 Insectes DIQU6urs- s'enrOUlent ve~~ le haut @n cuÎlIl'!r~!L Ce lalJnlSSement peul - diméthostB
SU<;li.Iun. Que l'on trouve à la s'etenClre entre le! flei'VUfe~ pn~cipall'!s Bruni!Ul@;ment el l!iiurtouL le """''''''''/1..10
lace Inférieure des Cauilles nécrose des penles deCOloreM. des feuilles)
2(3)

- la larve dévore l'Intérieur des bourgeons floraux. - cyflulhnn@


mefMmyl
- ----
Qom les larvee vivent a l'interleur de:! j@unill'if.
llUX provoque <les oeformllfioM ~t 1<'1 oerte des fruils
- déq;;IIS imOOrlaniS sunout en GlIStHnance,
---
STEMPHVLlOSE - ALTER. sur les on observe des tacnes ClB forme irradia"e
NARIOSE: C'é:'lt Urie mala- rondes li! de çoulilur brun enlOuré d'une - captafol
die du feuillage provoquée marge brun foncè. manèbé
par des champignons - las feuilles et tombent. chlorothalonil
210) - mancozébe
- métirame-zinc

LE BLANG : une autre - sur les on observe des l<lche~ lorme Irrégulière, soufre
maladie des; h;wIll9!;; oéllmllées par les nervures avec, a le. fêM ii'lft'lfieurè. un fm - chmom@lhionale
orovoQUee MI' Url duvet blanchBlre - IliInQrlmol
ch!lmpignon '2f4) - les leUlII@s ellomb@n\ - Irllorinè
Irladlm9fol1
pyraz.opholO

FLETRISSEMENT: une - le feuillage jaul'llt el fletril à la suite de la pourriture - rotation


du collel el des racines ou du vasculaire,

.
ROUILLE: (Fig. 208. 209) VOir <' aubergine ".
------+---~ . . . . . . . . --~---------------------------------T_-------------~--~
NEMATODES: (Fig. 144) - galles sur les raCines, mauvaÎs dév9loppemenl des planlS, rota lion cUlturale

RI'êCOLTE ET CONSERVATION:
Il
OCCUPATION DU TERRAIN: entre 130 et 200 jours selon la saison, la durée des récoltes est de 30 à 100 JoJ
RECOLTE ' la première se situe environ 75 il 90 jours le semis. Récolter au stade de
lé désiré. souvent quand les fruits onl 6 à 10 cm de diamètre el une couleur vert
blanchâtre ou jaunàtre.
RENDEMENT : entre 80 et 200 kg pour 100 m 2 • suivant la saison, avec les meilleurs rendements
danl la saison sèche .
CONSERV ATION . les fruits de jôxalu s@ conservQfll dit(Îcîlement mais la conservation et la ,,,,,,,,,tnrrn,,',nn onl
psu d'Inter"', ~t:ml clonné 1(;\ POQ910llltG de cultiver IEl II1)(Olu pendonlloule l',mnel!!l

108
3.1 LAITUE

La laitue esl surtout une culture de la saison sèche et frai-


che. Quand les temperatures sont eleveas et pendant l'hi-
vernage. la plupan des varielës " monte a grames " avanl la
pommaison el le goût des feuilles devient parlois amer.

On peul la cultiver sur différents de sols mais elle


fére un sol plutôt limoneux, riche en matières organiques et
en éléments nutritifs, surtout l'azote, Elle ne supporte nI
l'acidlte ni la salinité du sol ou de l'eau de l'irrigation,

-~ u

l
VARIETES: Rexma ". " Verpla " et " Bon Jardinier» comme laitues ''l'\,mrr,,'',,',, a feuilles tendres.
" Minetto ", " IIhaca », " Empire .. comme laitues pommees à feuilles croquantes.

" Salad Bowl " comme laitue il couper avec repousses.

TECHNIQUES CULTURALES:

SEMIS

PERIODE semis en pepiniere de novembre a avril pour la plupart des variétés mais aussi un se-
mis en place en mai, juin et octobre pour des variétés plus tolérantes il la chaleur com-
me ~ Minetta u et ~ Salad Bowl " .
. semer entre 3 et 5 grammes de sur une surface de 3 il 5 m2 (suivant le developpe-
PEPINIERE
• ment de la pomme et l'écartement de la plantation), pour repiquer 100 m2 de laitues par la
suite .
••
.• DUREE EN PEPINIERE 20 a 25 jours
.••i I..._____________________________
REPIQUAGE les plants ont entre 5 il 6 vraIes feuilles.
.________________________________________________ ~

PLANTATION

PERIODE repiquage de decembre a mai pour la plupart des variétés.


FUMURE DE FOND : pour 100 m 2 de planches, par bêchage 150 il 250 kg de matières
qU9S et 2,5 minéral (10-10-20).
ECARTEMENTS 3 iii 4 maximum par planche. écartées de 25 à 35 cm, et espacer aussi
de 25 à 35 cm sur la ligne. Si l'on ne s'intéresse qu'aux feuilles sans vouloir obtenir
des pommes des laitues, il esl possible d'utiliser un écartement de 15 cm a 20 cm en-
tre el sur les lignes.
PROFONDEUR : repiquer jusqu'à la hauteur des premières vraies feuilles.

ENTRETIEN

SARCLO-BINAGES surtout en début de culture,

ARROSAGES aVIilC un arrOlioir m'Jm de sa pomme. Les feuilles de la lailul,llJS'abim'êlnl laçi-


lement. La séCheresse et l'e)(cÈ!.s d'elitu provoqu~nt dEI"! tachEl:5 @I (ou) de:!> marges nè-
Sul I@ fEludlage.

FUMURE D'ENTRETIEN ,20 el 40 jours aprés la plantation, inçorporer au sol, par un


ment 2,5 kg et 4 kg d'engrais minerai (10-1
PROTECTION : la laitue peut être l'objel d'attaques de divers insectes non Spécifiques. Les dégâts sont sou-
vent accidentels et ne nécessitent donc pas d'intervention. En cas de besoin. se reporter aux
méthodes de lutte contre chacun de ravageurs et respecter les délais
limite prescnts pour l'utilisation des pestiCides avant la récolte.
ENNEMIS:

NOMS DEGATS TRAITEMENT

~Iles coupent "iii\; piani es au ra~ du 2\01. SI néOMselre :


elles rMgenl les Il'!umeG. - endosulfan
- elles détruisent le cœur de la plante. - acéphale
- d@ltamélhrine
- cypermélhrine

prinCipalement sur les viellle~ feuilles môn@be


ClM taches brunes .;IrfQndies OrflSMran! des
- mancorMe
points nOire.
- zinèb@
lM fêuillc:> brunissent QI 1>9 OGSStlcMnt
- b&i10mYI
NEMATooes: - mauv8.l!S déveloOoemem a~ la plMle,
(Fig - rOilltion culturale
oalles 5ur I@s racinlïf\O.
- nemn1lelde~ sauf
ethooropI'lM

REGOl TE ET CONSERVATION;

OCCUPATION DU TERRAIN BO il. 100 dans le Gas ae recolle dé3 pommElS, au Sénégal on reCOlle 11'1
lue SOuvenl bien avant la pommalson.
RECOLTE couper les pommes, avec feuilles ouvertes à la
Dans le Cas des varîetes avec repousses, on coupe uniquement les feuilles. Po e1
feuilles des laitues sont très fragiles et supportent mal les manipulations BX{~eliiSI\l'l'!S.
Utiliser des emballages rigides pour le transport
RENDEMENT 150 à 250 kg de pommes de lai lue pour 100 m 2 de Planches.
CONSERVATION les pommes el feuilles de la laitue se conservent oeu Ou pas et doivent être
CQfl!iiOmmees ou vendue:'> rilpldeml'!nl

110
3.14. MANIOC

I...e manioc se développe le mieux duranlla saison chaude el


1 pluvieuse. Toutefois. lorSQu'elles sonl bien développees, les
plantes peuvent résister il de longues periodes seches de 6
a 7 mois Une sécheresse prononcée entraÎne un arrêt de
crOissance des liges et une chute des feuilles les plus

,Le manioc prefere les sols profonds, meubles. de texture ar-


gile-sableuse ci sabla-limoneuse et bien drainés.

VARIETES: - les clones 30.555 et 30.786 (introduction LLT.A.)


1- les varietes locales uKombo», uCololi .. ou "Ordinaire .. (selection C.D.H.)

TECHN IQUES CU l TURAlES :

PLANTATION
.r---------------------------------------------------------------------~
PERIODE des la chute des premières pluies utiles (mai à juillet).
PREP ARA TION elle comprend le défriChage, le déshÊ;rbage, la fertilisation et le labour.
1
DU TERRAIN
FUMURE DE FOND pour 100 ml de culture, épandre au moment de la préparation du sol 50 à 100 kg de
matières organiques et 6 kg d'engrais minéral (10-10-20).
PREPARATION DES • Choisir des plantes-mères âgées d'au moins 8 mois, exemptes de mosaïque et
BOUTURES dont les tiges présentent des yeux dépourvus de cochenilles. Si possible, tremper les
boutures dans le méthidathion contre les cochenilles.
· utiliser de preférence les parties bien lignifiées des tiges ayant entre 2,5 et 4 cm de diamètre.
, couper. le jour de 11'\ pll'lnta!lcn, les !lg~s en fr8Ql"l'lent~ l'le 15 é. 20 cm de telle sôrte que
n
cnaaue Muture OMseae /lU l"I'Iôlns 5 6 yeux en OM èlllt
PLANTATION • planl@r a plal dans le sol humide et bien nivelé ou sur billolls si un enQorgement du
terrain est à craindre
• planter verticalement les boutures dans le sol sur une profondeur de 8 10 cm. a.
• orienter correctement les boutures allec les Cicatrices des pétioles vers le bas el les
yeux vers le haul.
• tasser fermemenlle sol autour de chaque boulure.
ECARTEMENTS laisser entre les ugdes ou le mlHell des 011101'15, une ClistMce de 0,85 li 1 m et espacer les
Mururoa sur 18 lIone Ôll aur \e biliM (fen'mM 1 1"1'1.

ENTRETIEN

REMPLACEMENTS en ca~ de pôuniture l'lU !'.le ~hêrYlMt des plants, ~u""r un ooutUriige de remplaœm8nL
SARCLQ-BINAGES ils sont indisp@nsables sn début de culture pour éliminer toute végetatlon adventice
Concurrenle el pour maintenir une bonne humidile du sol.
P~OTECTION à l'exclOlption de la moeaYaue et de la cochenille farineuse. la Oluoarr dM malodlea et
parasites du manioc ont. dans de bonnes conditions de culture, une Incldsnce écono-
miqu@ relativemenllimllée.

111
ENNEMIS:

NOM TRAITEMENT

MOSAIQUE:
maladie orOVOQUéa
- IlJ.Cl'lé~ jauniÜreE:, vert-clair sur les feuillB - boull~e8
- dëlormalion des limbes folialrea, !Our des plantes s~ineB
p~r un virVIii (Fig, 140) - fBbôuori5semeni de'!! - utlllSér des vl;lrIet~s
réSistantes ..
30.506)
COCHENILLES: - enroulement de!.!. feuilhôlS prêltf!v@r I,u; bout
Insectes if MOtel - fâbougri\;G'iilmem !Jes leW'IM DôUMê$.
groupés an
su r Cles liQtlB
- rscooufôleMI'r\MI de$ enln;-nœuds. l''lLJn-pemsileeli
colonies OlancMtrM
I1Uê l'ùn trouve il
- choh;lr ,In
l:Ie tLJutt 5llufce
l'extrèmlte OM jeune$.
de
J;lOUlOses et à la face
- pl~lll4,ijf le [lius
il1ferieuri des feuilles
(Fig. 107) possible acrès
l'apparition d'ilS
- Uilliser d@s varié
tolerantes (" Ordm Ire,,)
- ne Me détruire 1
coccinelles or
$ur 14':5 p~n!8S (8n
nalur Qls)
- aéiillnleClflr IOa fU-
ret! par un !remp ~8
dans le métnldat ipn
- malath,on ',
dlmètMal~
~ -----j.-------
ARAIGNEES ROUGES: - petites taches pula Dtun-rouge 8UI' le aZOOYClotin
acariens Cfa trM petite eurtou! le long des nervures
- benzoxlmate
taille vivent en colonies - chute des feUIlles. - brornopropylalli'
li la face inf@rÎ@ur@
- end08ul!ar\
dlils feuilles (Fig, 1(,21, 122) - l'r\elôlhlon
- mlllhomyi
- (lICO'01
- GYI'le)(alin
NEMATODES l (F/(J 274) raclneliO (Qallea),
CERCOSPORIOSE. une taches brunes avec ul"le bordure brun de forme
maladie du feuillage irrégulière, nécrotiQues sur les feuilles. - IhioPhanate-mèlhMI
provoquée par un - dèfolialion de la planle zinébe ,.
champignon (Fig. 273)
mancozèbe
- maoèbe

RECOLTE ET CONSERVATION:

OCCUPATION CU TERRAIN' 8 Môis pllu r le~ varietes hilives (uKombOh, "30.786~) à 12 mois pour les vi'1f1elès
dives ( .. Ordinaire») .
ARRACHAGE . • soulever jes racines en lirant sur les tîges ou, si le sol est dur, en utilisant un
• sélectionner les plantes saines et couper il. la machette les tiges destinées
ment à la oréoaration des boutures .
• mettre ces tiges en fagots dans un endroll OMbrage el bu;;n 8@rs si la nouvelle plaHta-
tian ne peul PllS êlnit effecluas ~ubGilô\ après la r!:lcolle. couvrir le~ ~i~
ges ce sacs numlClM cour Cviter le de~3éch@m@nl
RENDEMENT : un champ de 100 ml cermet de rèoôlter 100 è 200 hg de fi!ClnsS .. \ de prepan;tr Q
1200 l"lôll!Ure,", POUf let culture :iuivl!!n!@.
SELECTION SANITAIRE : acaner au mômMt de 10
CONSERVATION : lM racInes fraÎches d@ manioc ayant une conservation limitée daM le temps (quelques
loursl, Il comm,mt de recolter én fondion d'une \I@nle Ou d'une utilisation immedia'e~
TRANSFORMATION . séChage en tranches, confection de Carina.

112

Il
HARICOT

Fig. :262. Puppe et asticots de la mouche du haricot (Ophyomyla


DhaseoliJ.

Fig. 264. Pourriture de la tige du hBricot (Rhizoctonia bataticola).

Fig. 267. La pourri/ure du collet du haricot (Rh/:z.oclonia solan!). Fig. 268. Dégâts du VIilnt harmattan &if feuilles du haricot

113
LAITUE

MANIOC

Fig. 273. CercosporÎose (Cercosp()ffJ hennlngslI) sur feuilles Fig. 274. Nématodes a galles (Milloidogyne spp.) sur racines
dG manioc. de manioc.

114
3.15. MELON

: Le melon est surlout une culture de la saison seche el frai-


Fhe, Il exige des ternperalures diurnes assez élevées ainsi
1 Qu'un bon ensoleillement Il supporte moins bien les tempe-

ratures nocturnes èlevees, une forte humidité de l'aÎr el un


temps couver\. L'hivernage provoque donc des baisses de
Qualité el de rendement.
Le melon préfére les sols plutôt lourds avec une bonne hu-
!mdlte mais bien dramants, meubles et profonds ainsi
Qu'une bonne richesse en matières organiques el éléments
fertilisants,

,VARIETES: - «Vedrantals "Oiamex", "Ido", et «Cantor" comme type "cantalou p-charentais" à fruits sphériques,
H,

il. ecorce lisse el il chair orangée parlumée,


- .. Gullslream ,> et ~ Sprint" comme type" melon brodé" il fruits ronds ou ovales qUI présentenl en surfa-
ce un reseau liégeux en relief el à chair orangée, parfumée et sucrée,
- "Jaune Canaria comme type "melon d'hiver"
H
a fruits allonges dont la chair est d'un blanc rosé ou verda-
tre, tres sucrée mais peu parfumée.

lTE CULTURALES:

SEMIS DIRECT

PERIODE de septembre à avril.


SEMIS semer en place 2 à 3 graines (par poquet) écartées de 2 à 3 cm. Pour 100 m 2 de cultu-
re. il faudra entre 20 el 30 grammes de graines.
ECARTEMENTS '<In 10m;lion du sy~téme d'irrigatioll (â la raie, au goulot), oréoarsr dss olanches de 2 li 3 m
de larg~ur. Semer en POquels jusle à cOlé de la mie ou sur deux lignes écartées de \ Jj à
2,5 m en laissant entre les POquels, 0,4 ci 0,5 m, Semer entre ! ci 2 cm de orofondeur,
FUMURE DE FOND
épandre, sur une MMe large de 0,5 m le long de la ligne de plantation, 300 a 400 kg de
matières organiques bien décomposees el4 kg d'engrais minéral (10-10-20) pour 100 m 2
de cullure. Incorporer par un bêchage .
.• L-__________________________________________________________________________
• ~

ENTRETIEN

ARROSAGES journaliers el localisés sans mouiller le feuillage (rÎsQue de maladies). Le melon eat 8)(1-
geanl en eau, surlout au momenl de la formation et du !,;Irosaissemsnt des frulls. Dimi-
nuer les arrosages avanlle début de la récolte pour éviter l'éclalement des fruits et
leur p@rmE!tlrE! de s'@nrichlr en sucres,
SARCla-BINAGES réguliers sunoul en début de culture. Faire attention aux racines superficielles,
DEMARIAGE éclaÎrcir il 1 ou 2 plants par poquet environ 3 semaines après le semis. Faire suivre par
un arrosage.
TAILLE elle a pour but de hâler l'apparÎ!Îon des fleurs femelles et. par la mëme occasion, la
production ainsi Que de régulariser la végétation et la oroductlon. Après environ 3 se-
maines, lorsque la plan le a 4 vraies feuilles, couper la tige principale au-dessus de la
deuxieme leuillt:. Par la suite, on peul !'!nCOfS praliqul'lr un<. dEw)(i8mljl lai Ile en arrêtanl
les rameAux secondaires apres 3 feUilles lorsqu'ils ont 4 IliIullies bil;H1 déveloDPees,
Parlois, une Iroisloilme laille pe,,\ ëtre "fleduèe en arrè\anl ces rameau)!; tertiaires de la
i mË!me façon; on a alors une taille du Iype :2 - 3 - 3. Certaines cvlture!ii de melon subis-
s@n\ d'aulr@s Iyp@s d.. lalll@, ou biBn seulement un stalags, ou nE! 30nt pas du toullail-
•• lees. Le laille favorise la transmission de maladies virales .
••
FUMURE D'ENTRETIEN au stade de l'étêtage, au moment de la floraison-nouaison et après la première récolte.
on apporlera au niveau d'3 la raie ou sur les lignes de plantation. 2 il 3 kg d'engrais
minéral (10-10-20) pour 100 m 2 de culture. Incorporer par un léger griHage.

i~--------------------------------------------------------------------~
ENNEMIS (voir âuni " çonçQmbre, courgene, DBSlèaue ")

li
NOM OEGATS TRAITEME:NT

MOUCHES OES - voir .. pastèQue ",


CUCURBITACEES:
(FIg. 237 â 23J)

LE COLEOPTERE ROUGE - les Mulfe~ 50nl de§ percant las feuilles en Cali de forle ,"'''''UL''''
OU MELON: un insecte de petits trous_ acéphale
dont adulf~~ t'lt 18fVe!5 - les larves rongent le Côllel él pe!letr~lnl la racÎns malatl'l161'1
s'attaquent flux Isuilll'llî!, prlncioale, - aeltamêthrine
tiges et raCm68 (FIO 286) - dQlt:arn(,l\nrlne
- cypermethnne
cvrlulhnflB

LA COCCINEI..LI: DES - lôrves @I sdulll!!ls se IrQl,NGnI à la faGe ~nférlêLJre de:'!. feUllle~_ - famaSSGl.ge
GUCURBIT ACEES : 1.111 Ils Oévorent l'éplderl'lie des Que dil'lièlhoate
coléoptère l10nt lAS 18rves les nervures, - malatl"llôn
el adultes s'auaquent - lOIS fôlluilles prenmmt une teinte griMtre et ~e de:'lS!!!chenl. (Surtoulle
au feuillage (Fig, des feuilles)
CHENILLES: elles dévorem le feuillage et ou partols trouenl
(Fig, 237) 1(1 p~ll.Ire des fruils. - endoaultan
- dellamélhrine
ewoermMl'lrine
- cyllulhnm!l
,--,._~---

L.E MILDIOU. une tiur les leuilles. on oMerve dé!'! tach@s d'âbord
maladie du feuillage verdiÜr@. pUÎ$ brune~, souvent OelimltêeS pAr le~ nervur .. s,
OVI:lOll@@ par yn à la face inférieure, 00 obs@rve un duvet gris-violacé, en saison
champignon - les feuilles se recroquevillent et se dessèchent très et humide
(Fig. 131,243) - chlorOIMlôrul
manèbe
- mancozebe
- zinéb9

LE BLANC: (rlg, 129, 240) - \loir couroe1te >J.


1..1 fL.ITAI66EMENT: - UOJiiJ pourrilurQ ~QchQ :;lU nivQQI"I ÙU collet. Gui .... 1 DEir un
une Mlliodie provoquée fI@tdn;9mQnl général Oe 18 plante
par un çhampignon ou SOI
LA GEACOSPORIOSE : - voir" pastèaue ",
(Fig, 130)
----------------~--------------
NEMATODES A CàALlES : Icutes cucurbitZ\C8@S (me~on, ooncombre, cDurgêtte, - rolation cullural~
(Fig, 143) pastèQue) sônt t(l:3. sBn!ible$, - nem,dlodes "

ReeOl TE Er CONSI:AVATION

OCCUPATION DU TERRAIN entre 100 el 140 jours


RECOLTE la r@colili !;9 situe environ ;;/ mOIs et Mm! aprë:! le semis P:u la sulle, il
faul prevOir des plB3ages el preSQue journaliers pour les recollesL Les 'Ils
du IYP6 "cantalouo .. ét "brOde" destines au marchè local sont réccltèS 1 à 2 jour 1
!rI
avanlla maturHé. ceux Dour rexportatlor'l (novembr@ a mai), 3 à 4 lours avanl III m turî-
lè L@ stade précis de la récolte est difficile a Clêtermmer el d .. mande beaucoup
rII'~nee. 01'1 utilise cerlams critères IQh; Que le parfum. le eMngemenl de coloration.1 e
(rqloe-
fendillement de l'Mlache du sur le Irult le lIétrlssement de la leuill@' à c~ e
du oédOl1cule. la souplesse de Pecores ;autour de l'œil. SIG. RecoltM Irôp lo\. le:. Ir\,\"$
a
,ùmiven\ iam~h:; matur~la, SI. rroo taret 11'1 Cht:lir de\lienl mollg, de Gone Que le lTIel~n
Clellre être t6nsommé Immô!duiil!!msnl lL
Le Iyp~ "mli.llon d'hiver" (maogs (le eolôr~llon (1 maturil@. ceci laçilite la aelormmatlpn
'il
Clu stade de récolte
les fruils avec 1 li 2 cm de leur pédoncule_
RENDEMENT , 00 à 200 kg d@ (rulls pour 100 ml de culture_
CONSERVATION : très diffiCile a 1';11( libre pour le Iype "canialouo", QuelqUeS Jours el une semaine
un endroil trais pour les autres types

116
3.16. NAVET CHINOIS

Fe Qu'on appelle souvent le "navet chinois., est un radis


chinOIS cultive pour sa racine blanche. La culture est pOSSI-
pie pendant toute l'année car la plante supporte assez bien
la chaleur. ToutefoIS. on obtiendra les meilleurs resullals en
saison fraîche, période pendant laquelle certaines variétés
peuvent Ileum et prodUire des graines

1 ~e nav~t chinois préfère un sol p~utàl leger, meuble el pro-


fond, ainSI Que les matleres organiQues bien decomposèes.

VARIETES: ) - ., Everest ".


• - Le C.DH produit les semences d'un" navel chinois ".
• - Depuis .l'introduction du «navet chinois .. au Senegal. le.s paysans produisent eux-mêmes les semences
• de plusieurs vanetes locales.

TECHNIQUES CULTURALES:
.r-----------------------------------------------------------------------------------~
SEMIS DIRECT

PERIODE Ioule l'annee, mais surtout en saison fraîche.


FUMURE DE FOND pour 100 m~ de culture, apporter 150 à 250 kg de matières organiques el 3 kg d'engrais
minerai (10-10- 20). Incorporer par un bèchage .
•. SEMIS semer en place. en lignes écartées de 0,4 m. en laissant 0,1 m entre les graines sur la
ligne. Pour 100 m' de culture. il faul entre 30 el 40 grammes de graines.

ENTRETIEN

ARROSAGES journaliers avec un arrosoir muni de sa Domme,


SARCLO-BINAGES réguliers, surtout en début de culture,
DEMARIAGE ècltll(cir li 1 plMI I()u~ 11';50.2 l'J 0.3 m l'J.Ores 2 a3 semaines de cul1ure. Faire suivre par
un arrClMge.
FUMURE D'ENTRETIEN 1 5 d 20 JOurs apras le sam, s. apport er 2 kg d' è 1'19 (MS n'Ii rH~ra 1 (1 0- 10 -20) Dour 100 m'
de culture, IncorporN pM un leoer oriHage

ENNEMIS: - Chenilles (voir" chou"), pucerons (Fig. t 16, 1 t 7),


- Le navet chinois es! en outre sensible à une maladie virale, souvent en (in d'hivernage. Il existe des varie-
tés résistant à cetle virose. Il faut détruire les plantes a.ttaQuees par la virose.

RECOLTE ET CONSERVATION:

OCCUPATION DU TERRAIN. enlre 35 el 50 Îours


RECOLTE au Sénégal, on récolts 113 plus souvenl OUOlnd le~ racines onl une longueur de 15 li
20 cm el un diamètre de 5 à 7 cm, Bien Qu'II soit possible de laisse( les racines
plus longtemps dans le ~;ol. on risque la détérioration de la qualité des racln~s de
même Que la floraison.
RENDEMENT entre 150 el 250 kg de raclI,es pour 100 m 2 de culture,
CONSERVATION : la conservation a peu d'interet étant donne la POSSibilité de produire pendant toute l'annOEi.
3.17. OIGNON

L'oignon est une culture de la saison fraîche et sèche. Grà-


ce il la production hâtive à partir de bulbilles et la conser-
valioll de la production tardive, il est pOSSible d'approvision-
ner les marches en oignons pendanl presque Ioule l'annee.

l'Oignon prefere les sols pas Irop lourds, ni gorges d'eau,


assez riChes el des matières organiques bien decompo-
sees. L'oignon ne supporte ni la salinité du sol ni celle de
l'eau d'arrosage.

VARIETES; - les selections CD.H. "Violet de Galml » et " Yaakaar .. ainSI Que la vanete " Red Creole .. comme oi-
gnons rouges, piquants et de bonne conservation.
- "Golden Creole u comme oignon jaune.
- les autres variétés qu'on trouve dans le commerce sont: "Jaune Hatif de Valence .. (productif mais il
cycle long et maturation difficile); «Early Yellow Texas Grano 502 PRR» (productif mais de très mau-
vaise conservation). «Tropicana F1 ", elc.

TECHNIQUES CULTURALES;
Il est pOSSible de prodUire des oignons a partir d'un semis ou a partir de bulbilles. les techniques après le repi-
quage ou la plantation sont les mêmes pour les deux types de culture.

SEMIS

• PERIODE DE SEMIS de novembre à janvier.


PEPINIERE Il faut semer 60 9 de graines sur une surlace de 12 m2 pour olanter 100 m' d'oignons
pM la sUlle

••
t
DUREE EN PEPINIERE 40 â 55 Jours
• REPIQUAGE quand 11'!!i plants onlla grosseur d'un crayon, 5 il 6 feuilles el une nauteur (l'environ 15 cm
f

BULBILLES

VARIETE ADAPTEE "Violet de Galml • sélection G.D.H


PERIODE DE SEMIS 1111 mars-avril.
PEPINIERE Mmme peur un seMis, 80 9 de graines sur 12 m~ de pépinière permettront de produire
••
deI) !)Ulbill/;s pOUf 100 m' de culturEl
••
ENTRETIEN arrosages Journaliers. serCI6-blr'lûges, une fumure d'entretien après 35 jours (15 9
de 10-10-20 au m 2), protection phylQsanitaire contre les thrips.
RECOLTE après 70 à 80 jours (juin-juillet), recolter les petits bulbes à maturité complete. Arrêter
l'arrosage Quand les feuilles se couchent, arracher les bulbilles et supprimer les restes
desséchés de feuilles et de racines.
CALIBRAGE ne garder pOUf la plantation Que les calibres entre 10 et 25 à 30 mm de diamètre.
CON SEAV ATION COnSêl'Vêr il l'abri pMdMt l'hivernage dans un endroit bien aéré, frais et aussi sec Que
pMslblé. BII~n conlr611;;r el enlever les bulbilles pourries,
REPIQUAGe: - PL.ANTA TION

PERIODE dO! d@cembrQ ;;. In;jq;; pour le rflDIQUnoe t'lu l'.tr'rlls cl d-oc\obr@ .il nOl/9mbr.., pour la
lallOl'\ CU~5 bulbille:'i
FUMURE DE FOND pour 100 m' Cie culture, Incorporer 100 à ~OO kg de maHè(es organiques bien V"~,Y'
posees et 2.5 kg d-enarais mmeral (10-10-20) par un bechaoe
;
ECARTEMENTS Dlamer 5 a 7 lig'les mi'lmnum par planche. écartéeg de 20 CM, l'lI espacer de 10 cm
sur la ligne.
PROFONDEUR P<lS repiauer ou OISllIer TrOp l"J'OfMd, el, pour les bulbîlles. respecrer la pOSItion t!._r~
nI::'
le bas du plateou (OUI l';Mellra des ,,,,cinO!s) Qt vers le haut dU colle! (d'ôu sortiront
feudle:!-). C.. coliQI doit IÎ;)Qoremel1l llCM::\::\(:( 1(" nive5u du sol
'$
i i

. 1

ENTRETIEN

FUMURE DENTAETIEN a
pour 100 m 2 de culture, 2 3 Kg cfengYI'II$ mm@ral (1O·jO·20) à incorporer par unlpri'.
fege apres. 20, 40 el 60 jours. '
SARCLO-BINAGES reyuliorB cm le !elJllIl\O~ de l'oignon CQuvrG malle sol
ARROSAGES lournallNs, surtoul l'!U moment de la bulblllBon, ArrétN le.s I!lrrosages Quand le
leullinge a~5 pllu'lChsOci s;" couche.
1L
ENNEMIS:

NOM OEGATS TRAITEMENT

Il
THRIPS: cetlla inM~tes - li'l plante pousse mal. - aOeDtlatB
piqueurs-suceurs que l'on - le Mut des leuille5 se dessëlche, - diazinon
trouve sur la face interna - taches argentées sur les feuilles. - diMetho.alQ
à la base des feulllM - le~ feuilles se recroquevillent (aJouter Ul'\
(Fig. 275, 276) - utiliser dM vl'lrlË:ltl~
tolérantes
(ex, "Yaakaar ,,) •
~
--
CHENILLES: - ronasnl et trl'luent le f@uillage. Dégât\; peu Imponanta.
~------~~-~-'--- - - ,_ .. - ,._-----

RACINES ROSES: - oourrlllJrê rl'l5e des r1'lcinl3S, - utllis@r dss vlilrigtQ~


mal;!dll,l prQvoQuée par - mOUVèll:'i devo'!loppsm(:)!l1 ;;lee plantes. moim. !;;8n!>lbles .•
oes cnamolOI'\OM du 501 - 1.. malddlQ est actUQllement Ires imporl~nh;/ - déelnrecmr la PêDifllère
(F/(J, 132, 277) dans le nord du pays (Gandiolalsl. au Métam-sodium :
- rotBtion culturale dl+u
moins 3 ans avec œs
cultures autres qulll'Oi-
g~on. l'ail. la OOlffi~y ou
l'echalote, :
~--- -c-- -- - - ----I!--~ ....

LA POURRITURE OU - à l'endroit de la poumture se développe une masse de - éviter une Îrrigatio~


BULBE: une mlliedit: filaments blanchâtres avec SOulIlml des petites scleroles troD abondante
provoquée Dar un resS8mbiant à des graines de moutarde qui sonl d'abord - brûler lee plames
Champignon de s.ol blancs, pula nevleMent bruns. allequees
(Fig. 278) - le problem@ est suriou\ Imponant en c.oMltIM~ chaudes
et humides.

RECOLTE ET CONSERVATION:

OCCUPATION DU TERRAIN: 90 li! 100 jours dan\; le cas {j'UM plantation de bulbilles, 1 tO à i 50 Jours dana le M~
a'un repiquage. 1

RECOLTE EN " VERT " ~i I@ prix de vente est intér8B8I'lnt, on pt':ul vsndre les oignons [;Ivan! malUrllé CCMpl~e
el/ec I@ur feuillage ~mcore v6rt. Toutololl'l t;e5 oignonlJ ne &B conservent pas. :
RECOLTE A "MATURITEn 8 à la
jours après l'orrét des arrosages, recoller les bulbes Quand le feuillage et les',.-
cmes 50nl compl@lement dessécnês. Ne PM garder pour 11'1 conservation les bulbeelbui
ont fleuri.
RENDEMENT entre 200 à 300 kg Dour 100 m 1 de culture.
CONSERVATION l'Oignon bien cultive (surtout les varléles rouges) et récolté correctement se consel'\f~
pendant plusieurs mois à l'air libre sous abri bien ventile el Irais, Contrôler l'état des
bulbes pendant la conservation et enlever les bulbes pourris Ou germés, .
TRAN S F aRMA TION (1 eSI pOSSible de secher des rondelles d'oignon au soleil en vue de les conserver.

120
3.18. PASTEQUE

culture de la pastèque eSI possible pendant toule l'an-


L-€s rendements sont néanmoins plus bas pendar,l l'hi-
à cause du temps couvert el de l'humldlte, de
Que Quand il fait trop fraiS ou Que les températures
trop elevées.

pasteQue prefere les sols sabla-limoneux. humides mais


draines et riches en matières organiques

VARIETES: - " New Suger Baby" à fruils spheriques, il. écorce vert uniformément foncé et a petit développement.

- "Sugar Baby" à fruits oblongs, à écorce vert uniformémenl foncé et a petit développement.

- "Charleston Grey" à fruits allongés, à écorce preseotant des stries jaunàtres et à grand développement.

TECHNIQUES CUL rURALES:

SEMIS DIRECT

PERIODE loute l'année.


SEMIS semer en place 3 à 4 graines par pOQuel écartées de 2 a 3 cm. Pour 100 m 2 de culture,
il faudra entre 25 el 50 grammes de graines.
ECARTEMENTS preparer des planches de 2,5 à 3 m de largeur el marquer deux lignes de semis écar-
tées de 2 m. laisser 0,75 à 1,5 m entre les poquets sur la ligne, suivant le développe-
ment des variétés.
FUMURE DE FOND apporter 200 if 300 kg de matières organiques et 2,5 kg d'engrais minéral (10-10-20)
pour les 100 m 2 de culture. L'application de cette fumure s'effectue soit sur des ban-
des larges de 0,5 m le long des lignes de semis, soit dans des trous de " plantation»
(0,4 m )( 0,4 m )( 0,3 ml. Enfouir par un bêchage.

PROFONDEUR de 1 à 2 cm.

ENTRETIEN

ARROSAGES bien que la pas!eque soit assez loleranle a la secheresse, Il ne faut pas négliger les arro-
sages, surtout au moment du grossissement des frUits. Arroser dans une cuvette autour
des pieds ou à la raie.
SARCLO- BINAGES réguliers, surtout en débul de culture el en hivernage.
DEMARIAGE éclaIrCir li 1 ou 2 planl.§ pllr poquet environ 3 semaines après le semis, Faire suivre
par !.ln arrosage.

FUMURE D'ENTRETIEN apporter 2,5 kg d'engrais minéral (10-10-20) Dour les 100 m 2 sur la bande autour des
planls ou dans la raie. environ 40 lours aorès le semis. Incorporer par lm legor griMage.

121
ENNEMIS: (1I01r aussI .. concomb(e ", " !JI il melon nI.

NOM DEGATS TRAITEMENT

lES MOUCHES DES les jeunes frUits sont oloués et. en coupe, montrent - récoller et détruire·
CUCURBITACEES: la pr@:iisnCIiil lavnâ\r9i>. lM trult:'!
dl!!s mS8dl!!~ qui s'attaQuent une nourmure MMMl\lr~ ~'i(\5Ifllle - entourer les tréS
aux Jeunes frUits - les a$!icots dévorent l'Intérieur du fruit Qui est Ir\,uts de
(fig, 231 à parcouru en tOU$ iSens de petites pApier Journal ou
- dé:fOrmation des IrUlls, de sachets
- diméthoate
- milililillhion
fenthlon
trÎcMlorfon
- endo&ulfan
THRIPS: de petils Insectes déformation des bOurOMM tefl'l'llMUX des ph. nies el - dlmètMate
Oloueufs-suceurs inilibihon dt;! leur - dlâzinon
qui s'allaQuGml aux eunout importants @n el an Casamance,
" . , ...rm<, (fig, 238)

CEFICOSPORI09E : - laçh9s arrondies brunes sur les feuilles dont


une meJaOil': du feuillage le centre devient - zinèbe
el des tiges provO/:luee par - les laches confluent entre elles. les feuilles - mancozèbe
un çhampignon 244) brunissent el se dess@chent. - menébe
NEMATODES A (lAL.LES : - Voir " melon.,.
(Fllr 143)

RECOI. TE ET CONSERVATION:

OCCUPATION DU TERRAIN. flfllrtl 100 et 160 Jours (Sllil!on ~eche). 65 9l85lours (hivernage).
RECOl TE la Dremlère récOlle se situe après enVIron 75 Jours (65 iours en hivarnaoe) Le~
mùrs sont reconnaissables à la vnlle dessechee en lace du pedoncule, au bruit cra-
quanl quand on presse le frUIt emra les deux main5 I@ malin 81 à la vibra lion
fiClue lorsClu' on les Récollés au-delà de ce stade, Ils riSCluent de se liquéfier
lérieurement. Couper les ((uils avec leur oédoncule .
RENDEMENT . @fllr@ 200 el &.50 pour 100 m 7 de culture.
CONSERVATION , assez bonne, ce QUI facilite la Cùmm@(cudisalion. Tou!efois elle a peu (j'intérêt étAnt
donné la possibilité de cultiver la pn5téque pendant loul~

Il

122

Il
3.19. PATATE DOUCE

La culture de la patate douce esl possible pendanl toute


l'année. La tubérisation est meilleure a la fin de la saison
sèche el les fraiches des zones aux
temperatures relativement froides freinent son développe-
menl

La palale douce préfére les sols pas trop lourds. profondS el


meubles. humides mais bien drainés.

VARIETES: ) - .. à peau rouge el chair orangée, et "Walo ~ à peau el chair blanchâtres, comme sélections ac-
tuelles du C.D.H.
- Il existe un grand nombre de .. variétés locales cultivées et multipliées par les paysans.

TECHNIQUES CULTURALES:

PLANTATION

PERIODE . toute l'année.


BOUTURES ne chois,r que des planles vigoureuses el saines (sans maladies virales) d'une parcelle
de multiplication. Couoer les exlrèmites des ieunes d'environ 25 à 35 cm de lon-
gueur EfleuiUer les '213 inférieurs (au moins D Ne pas trop larder à planter ces
l"Ji'Jutures, sinon, les mettre en " ., Il faut eotre 200 (saisoli chaude) et 330 (sai-
son fraiche) boutures pour 100 m2 de culture,
FUMURE DE FOND incorporer Dar 50 a 150 kg de maiières organiques et 5 kg d'engrais minerai
(10-10-20) POUf 100 m2 de sol.
PLANTATION a plat sur sol bulles de BO cm de large el 30 cm de haul sur sol lourd et humide
ECARTEMENTS plonler sur lIones ecartées CIe 1 fi en laissant 0,3 m entre les plants sur la ligne M salMn
seone el 0.5 m en hivernage.
PROFONDEUR • enterrer en poslfion horllMtal~ le:'l 2/3 l'le la Muture etfeuillee si r/"\umldlte du sôl e:'ll
bonl'le et si le risque d'etlaque O'insectes au sOl est faible; en pMîtlon Ir.cl/née, er. CAS
ae maul/aise humidité du sol ou Sile riSQUé CI'I1!!Mue IflnMctes du MI Mt 8 crolndre.

ENTRETIEN

ARROSAGES iournaliers. mais lenir comole des oluios pendant l'hivernage. SunoUl ImoonaniS au
moment de 18 reorlse des boutures el de la
SARCLO-BINAGES rÊlQulîers. BunOUI on oébul de CUIJUre nvsm la couverture 10lsie au 801 Dar le feuillage
FUMURE D'ENTRETIEN liIprli!S li!nlilron 1)11 moi~ de cullure. par gfÎH;ag\t 4 kg d'engrais minéral
(1O-10-20i pour 100 m) d@ cullure

PROTECTION les félvageufs les pius Importants l1e le cullure se renCOl'llr<"!r'\t $urtùul en

123
ENNEMIS:

NOM DEGATS TRAITEMENT

GHARANCON DE LA l'<idulte ronge le leulllaoe en I~ perfOrM! de petits trou~ Lé - brûler les orQaneS'f' 1-
PATATE DOUGE ~ un pem fem~lI@ pond des dans tiges el les tuMrcUle$. laqu€!$ p~r les lar.! fi
colriloplère nQir dont les
Ilirves @r I@s adulliilS
le~ II'IM~~ creusent des
lubOrcUies
les el les - rOffltÎM
plMter les Mutur s
1
CAusenld!'!s
profondement
(Fig. 111, 279)
- deltamètMoe
- dlmethoat"
O1CQOMle
(surtoul hi!
dell (euIlIQG1,
·l''lIFI''lr:.T';.~ TORTUE: - IO(vè::; el tldull@s - dimèlho.ale
un autr~ oe;tÎt de Ir ou ii IrrQgul,ere, (surtout le
(Fig. lOti, 280)
dBs leudles).

CHENILLES: (Frg 2BI> - elles ronoem le feUillage. éChenillage


- dellamélhnne
cypermelhnne
- cytlutl'lrlM
ISflvalerate
VIROSE: maladie mauvais développement de la plante. - boutures salMS
provoquée par un com- - décoloraliofl @n " mosaïque" du feuillage,
Dlsxe viral (FJ(l 4a 188,

NEMATODES: wr tuberoules, fotallQn


\/Olr " ~ori'lmf: de lerr@ ., el " manioc ". f\emaliClde~

COURTILIERE : 290J voir " pomme de terre ),

TERMITES ~ (FI(J 118) - VOir" Insectes peu sOéclflQues "

RECOLTE ET CON91"'AVATION:

OCCUPA nON ou TERRAIN; IOPIImum flSt de 100 Û , 20 JOUf:! mais on peu! g;lrdQr lee luoarcUles nive
a<'ilî~ le :'01 ~vec loule/oi!, 1,Jr1\j/ dimunillon de III Qualite.
RECOl TE : elle se ferA èn fonction du nombrQ QI de la grosseur des tU~Ncule5 Coup@r el èvaCUQT
(bOutures, fourregè. épiné\rds) el dèhmer les !Ub6rcUU~S à raide d'v" oulil, uns
bleGser.
'RENDEMENT , 2601) 500 kO de tubercul@s el 150 kg de feuilles (aOlnards. fôu(rage) pour 100 m2
culture,
CONSERVATION . plusieurs Jours il quelques semaines. mais elle fi peu d'm\eret car la cullure peut
échelonnée sur loute l'année.
TRANSFORMATION MeMge de tranches de palale douce au soleil. confeotlon de f6rilie5, conl;lur!!s.,
IriIQ~,

!'

124
OIGNON

Fi('/. 281, Gl!6mlleS (AgnUIi oonVOlvul1) sur 19U11l9 dQ p:;jI~IQ dOlJCfJ.

125
PIMENT ET POIVRON

Fig .•US::S, DQQlHlI de 18 moucf!IJ 118/1 fruits (G{J!8,mS MOJt(jt(j) (:lu Fil} 2Bd L"rv8S d9 J;j moucho d..~ If vils (CrmWlIs COPÜotlH
Dlmem. plm9nl.

Fig. 286. Lli IllUlI Wlf MM (GryotMl'llebl(J leuoolreltl) $ur Iruil


(JO /Jlment.

Fig. 287. Le blanc (Leveillula raurica) sur feuil· Fig. 289. Le blanc (Lel/eillu/a (suries) sur feuilles de pOÎvrdh.
/8{Je du ooivron.
126

"
3.20. PIMENT

pimenl peul etre cultive pendant toule l'al)nee. Les meil-


resultals sonl oblenus pendant l'hivernage et dans les
aux lemperalures plus elevees car le frOid freine
développement Idecembre-Ievrierl

piment préfére des sols qUI ne sonl pas Irop légers mais
draines. riches en malieres organiques el eléments fer-

YtARI ETES: l- "Safi". un piment charnu, par1umé et tres piquant et " Salmon", un piment a petits fruits pointus convenant
bien au sechage. comme deux selections actuelles du CD.H,
- les autres vaneles sont ~ Chili Red ". " Sucelte de Provence ", "Jaune de Burkina Faso ", " Santa-
ka ". etc" ainsi Que plusieurs types locaux cultives par les paysans.

NIQUES CULTURALES:

SEMIS

PERIODE loute l'annee.


PEPINIERE un semis de 4 grammes de graines sur 2 m 2 de pépinière permettra de produire des
plants pour 100 m 2 de culture par la suite.
DUREE entre 45 el 60 jOurs.
REPIQUAGE quand les plants onl 10 à 15 cm de hauteur, 6 à 8 vraies feuilles. une grosseur de tige
d'enViron 0,5 à 0.6 cm.

PLANTATION

PERIODE toule l'année.

FUMURE DE FOND Incorpllrer par tlècMQe 150 il 200 kg de m",lili;r9S organ,qu91!i el 3 kg d'engrais minéral
{1 0-1 0- 20)pour 100 m' dé ML

ECARTEMENTS variables en fonction du développement des diHérenles variétés. planter sur planches avec
lignes. doubles 8carlées de 0,4 à 0,8 m el laisser, entre les plants sur la !lems. 0.4 é 0.8 m,
PROFONDEUR laisser le collel legeremenl au-dessus du niveau du sol.
Ir

ENTRETIEN

ARROSAGES Journaliers. le sol doit rester humide pendanf !ôu!e la pêriode dE'! culture, ~ans excèt:> ni
manque d'eau. ce Qui risQue de provoquer la chute de~ lieurs,
SARClO- BINAGES réoulier~, ~ur!ou! en dsbul dé culture.
FUMURE D'ENTRETIEN Ioules les 3 il 4 semaines, aorés le raoleusoe. Incorporer pAr Qrilfage 1,5 kg d'engrais
minerai (10·10·20) par 100 m 2 ,
PROTECTION la mouche des fruits cause des dégâts très importants. surtout en hivernâge.
~NNI!MIS: (VOir auMI " pOivron,,)

NOM TRAITeMENT.

MOUCHE OES FRUITS' - les se noUrriSSBrlI de III CMir des frUlts. en y creusant ramasser el
un 1(1!)ecte Clont les larv@s de!> ,~I.;,.,'r,,,,
les frulls
élUl< frUit:'! - 1"'$ in.llls pou,riGsenl et tombent prématuremeol dimelhoale
(Fig, 283. 284)
- malalhion
- lrichlorlon
CHENILI.ES. (Fig. 286) Ch&nI1l8~ peuvent aux fruÎt~. MUille5 el - deltam@lhnne
bourgeons OM olant!i du pim@nl - {WOt'ml'lêthrÎl'le
occiillKionnel~ - Il!Invl!il@r<lte
- Cyllutrlnne
LI'! 'AUX vaR ROSE: - voir" poivron ".
(FIC 285)

lE BLANC: un@ rnaiadiiil Isches JIlunM l1ltfU51'::<Ô Sur la faCE! $upÉ»rhOlure des feuilles. yarleté:s
au feuillag/': prOvoquee à la (ace
inférieure, un fin dUliét blanchâlre. - soufre
Dar un ChôlY\plgnon - nécrose des tacnes par pOints dlsp@rse!! el chute des chlnomethlcMte
(Fig, 288)
- 1(lforins
- Iriadiméfon
fenonmol
- oyraZOOMs
CiAI.Ui BACTERIENNE: - voir" lomale Il,

(Fia 128)

MALADIES VIRALES' deh")rm"llons ÎmpQrlanle6 des feuilles el de la planté. - lutte contre


(fig, 139) - dé:tOloral,on en mQtiô.l'ÎQue sur les (euilles les pUf;erons
11'1 plupart des mal«dies virales sur eT piment - brùler les plantes!
est tran5lY\ise par le~ pucerons.

RECOL.TE ET CONSERVATION:

OCCUPATION DU TERRAIN. fJ il 8 mOIs dom J a -+ Moi:;; de récolt@ Pl!lrloi~ plus pOur les variâtes ootentlêlltmenl
RECOLTE
prQrnilire recolle [JorM 3 li " mOIS. Couplllr le& huit!> avec leur OMoneulê l':!u;jnd ils
murS el de couleur uniforme .
RENDEMENT . vanable suivant la vari@té et la période de culture, Norô'l8lemenl, 80 à 150 kg pour
de culture mais souvent plus dans les zones favorables de cullure,
CONSERVATION quelques jours seulement à l'etat fraiS, surtout pour les types charnus.
TRANSFORMATION : sécher les fruits entiers au sol@il pour les variétés adaotées. oiler et confectionne. une
poudre ou une pale Cie Dlment. meure en saumUf@.
3.21. POIVRON

le poivron est surlout une culture de la saison seche el frai-


che, Les lempèratures èlevees risquent de provoquer divers
aCCidents de culture (chute des fleurs et des jeunes frUits,
coup de soleil, mauvaise fructification) et donnent. d'une fa-
con génerale, de faibles rendements

Le pOivron préfère des sols ni IrOp lourds, ni trop legers,


profonds et bien drainés, fiches en matleres organiques el
en éléments fertilisants.

VARIETES: \ - "Yolo Wonder B .. il gros trults verts rectangulaires.


( - "Earllesl Red Sweet " il frUits moyens rectangulaires a triangulaires et rougissant rapidement.

TECHNIQUES CULTURALES:

SEMIS

PERIODE de septembre -octobre a fevrier.


PEPINIERE 2 grammes de graines semes sur 2 mL de pepiniere permettent de produÎre des plants
pour 100 m 2 de culture,

DUREE EN PEPINIERE : entre 30 e'l 45 jours,

REPIQUAGE repiquer quand les plants Orl! 4 à 5 vraies feUilles. environ 10 à 12 cm de hauteur
el une lige de OA cm de diamèlre,

PLANTATION

PERIODE d'octobre à mars.


i, FUMURE DE FOND pour 100 ml de culture, incorporer par bêchage 150 a 250 kg de matienes organiques
et 5 kg d'engrais minéral (10-10-20)
l ECARTEMENTS prli!vOlr d8§ pl:;;nchs8 :;;V!i'C d@ux ligne li éçarlé'ôlS OQ 0,4 à O,C\ m et laiGGer, entre
1~5 1'>11'!1'i1~ sur II'! IiOlie, 0,0$ e 0,5 ru. Plenier en qUinconCE .

ENTRETIEN

ARROSAGES aVller loul axees ainsi Que toul manQue d'eau car Ils risquent de provoquer la chute
des lieurs el de,:> bourgeons. Arrosages juurnaliers sunout au moment du Qrosslsse-
menl d@s fruits.

SARCLO· BINAGES fegulisrs, le pOIvron réagit mal a la concurrence des mauvaÎses herbes, surtout en dé-
bu! de Culture
FUMURE D'ENTRETIEN 15, 30, 50 el 80 jours aprGS 1(1 rf;ipIQuage, Incorporer !HU grl((age 2 k.g d'enQrals
minÉlral (\ 0-10-20) pour 100 m 2 ,
ENNEMIS: (voir aUBsl " olment H)

NOM DEGATS TRAITEMENT

LE FAUX VER ROSE: - lê$ Î8une5 chenille5 pèneirent dans le Irull et ~ê logèl'lt - ..:h;ltamelhrine
un~ chenille QUI 5 atti\I:jUe dans sa çhair. - cypermèlhrimil
aux fruits (Fig. 286) - elles y éreu~enl des Qui peuvant entraîner des fenvalèrale
oourrltures !let;Ondalrt'~s. - cytluthriM

CHENILLES: - plusieurs chenilles oeuvent s·attaquer aux feuilles, am: (a la demanda) ;


286) bourgeons et aux fruits. D'autres e(jupMt lés lig@s acéphatè
dt':s rl!!piql,J4its. - endosullan
- aellamemrme

.. lenvalerate
- cyfluihrine

L.A MOUCHE DES FRUITS _ vOir u piment "


(Fig. 283, 284)

LE BLANC: maladie taches chlorotiQues mal dt!:lImitêes !Jur 111'1$ h~ulllfi!S. soufre
des feuilles prov0etuée - I@lS taçhes se couvrent à la face Inféneure ~'un duvet Irladlméfon
par un chamOlgnon blM~ êt se nécrosent par points - Iriforitîl8
287, 28~) - chuta Imoort8nte <:lM fI'lUille~. - çhinométhlorrata
lenanmol
- pyr;.uopnos

LA GALLE BACTERIENNE; voir u lomam ".


(Fig. 128)

MAlADIES VIRALES: l'léformatloM Impartante& des leuillas el de la pu:mte - lutle contre les
(fig. 130) - la plupart des maladies virales sur p~ivron el plm@nt 'i.lsl puceron$
transmise par les pucerons. brûler lès plantel5

COUP DE SOLEil: (FiO. 147) - voir « lomate ",

NEMATODES A GALLES' - voir" aublilrgine " et " tomate·,


(Fig. 144)

RECOLTE ET CONSERVATION:

OCCUPATION DU TERRAIN: entre 120 à 180 jours.


RECOLTE la récolte se situe environ 60 à 80 jours le repiquage. On peut rèCOI," r
les frUits Immatures (verts) ou mûrs (rouges) selon les variâtes La récolte des fruit
verta eat d'un plus; sûr pour la maraicner car. en 11Ii$:'Ianl rOUQif le
frUils sur Iii! plant@, on ~ugm~nte IGS riSQues (je ooumlurf:. de coups de d'al\a~u~
d'lnSIICIQS el ae Oeaâte ('foiMl'iul{ ••
Gou~r le:> frUits ovec liôur pédoncul9. Au 9W.ae OG la rooo(fl'l. les frUiIs onl un@ longul!lurdli/
e
10 à t2 cm el un Olametre de 8 A 10 Cm pour" YolQ Wonder ~,lIs Dm une longueur dè 8
it \0 cm 81 un diamlillre de 6 Ù 5 cm p,"Jur la variete" E.ululIsl Red $weel ".
RENDEMENT ; 150 il 300 kg pour 100 m 2 de culture de u Yolo Wonder B .. el enlre 100 à 200
pour u Earhest Red Sweet ..
CONSERVATION : bien que le poivron se conserve facilement a l'état frais Que l'aubergine ou la
mate, la durée de conservation est seulement de Quelques jours dans un endroit
TRANSFORMATION : séchage de tranches minces au soleil, saumure.

130
Il
POMME DE TERRE

FlîJ 296 Uflê btllYl/lI13 Ibfj1MIlI're,ra ê)(/OUll} {lUi lfarrsaue eux 'euilles FiC 297 LilnltJuèhé Il1lllê/iSI" (LI(romyzll
dfl J8pomml!! pomml!! dl!! /ttrrB.
POMME DE TERRE

Fig, 2G8. L'èll/!'JrnlJrioije (Allern .. ri", sur 19u1l/gs d~ PQmmv


{je ferrl1.

Fig, 300. La Dourrfturo du MUet (Rhll:oclon;a YO!IJm) sur


pommo d6 t6rr6.

Frf}. 3l)~. h poufrllUflil QOO tub(}MuiM (Rhù:oclonla ~/"tlCDI;JJ sur


tub€Arcul/iils d(} POmmlJ (Je te"fj,

304, Une vÎrose de /a pomme de terre.


3.22. POMME DE TERRE

la pomme de terre est une culture de la saison fraiche.


Dans les zones les plus favorables du pays, il est possible
de récolter des pommes de terre pendant une grande partie
de l'annee (décembre-juin) et de conserver une partie des
recoltes pendant quelques mOIS (Juillet-août),

la pomme de terre prelere les sols plutal legers. pas trop


humides, assez riches et les matieres organiques bien de-
composées,

1/ ARIETES : - " Desiree-SEN" ... Baraka-SEN", "Premiére" pour la culture hâtive,


- ~ Baraka", "Désirée ", " Spunla ". "Diamant·" ft Claustar-SEN» pour la pleine saison.
- "Désirée-SEN". "Ba(aka-SEN~. "DéSlree". "Baraka .. , "Claustar-SEN .. et "Premiere-SEN"
pour la culture tardive,
- "Désiree-SEN .. , "Désiree .. et "Claus!ar-SEN·, pour la conservation,
(SEN = semences produites au Sénégal. les autres étant des semences importées),

TECHNIQUES CULTURALES:

PLANTATION

PERIODE DE PLANTATION: dans les zones les piuS In:liches: d'octobre a novembre pour la culture hâtive, de dé-
cembre a janvier pour la culture de pleine saison, de février il mars pour la culture tardi-
ve. Dans les zones mOins favorables: de novembre à décembre pour une culture de
pleine saison,
CALIBRES pour une plantation de 100 m 2 utiliser:::: 16 kg de tubercules du calibre 28/35 mm, ±
28 kg du calibre 35/45 mm ou ± 46 kg du calibre 45/55 mm. Ne couper Que les gros
calibres une seule 1015 dans le sens de la longueur.
PREGERMINATION étaler les semences en une seule couche il l'abri des rayons solam,.s 2 il 3 s@malnes
avant la olanlallon dans le bul d'obtenir, par tubercule, pluslêurs germes côurts, tra['Jus
el colorés.
FUMURE DE FOND pour 100 m 2 de Culture, utiliser 150 a 200 kg de matières organiques bien décompo-
sée8 01 2.6 kg d'Mgrale minéral (1 0-1O-20l. IncorDorer au BOl par un bée M3Jc,
PLANT ATION la planlation oeut Ge faire en sillons profonds de ~. 15 cm (SOis lé{lers>. li plat /')u en billon5
. hauts de 30 cm (sols lourds), Assurer une bonne pré-Irrigation. Planter les tubercules pré-
germes, avec les germes dirigés vers le haut, dans des trous de olantatiOn sur 2 a 3 lignes
èc:artees de 0,6 m sn laissant 0,3 m entre les planls sur la ligne. La orofondeur de la olan-
tatiôn devra pêrmellre de COuvnr de 3 a 5 cm de sol les lubercules.

ENTRETIEN

ARROSAGES ne p .... s IfOp arrosef en début de culture à cause du risque de pourriture. Les arrosaQes
sent très Importants au moment de la tubérisation, dîminuer. puis arrêter les arrosages
en lin de culture, llU momenl ou le feuillage flslnL
SA.RCLO - BINA.GES surlout au cours du premier mols de culture,
fUMURE D'ENTRETIEN Juste l'JVl'Jl'\t le buttage, Incorporer 2,5 kg de j 0-10-20 par grillage. Normalement ceci se
fera à deuli reprises 2 et 5 semaines après la plantation.
BUTTAGE le buttage, qui consiste A amonceler de la terre au pied des plantes, encourage le dé-
veloppemênl de racines et de tubercules et protege ces derniers de la lumière. Les tu-
a
bercules exposés la lumière deviennent verts el ne sonl olus consommables, le pre-
mier buttage S9 lail quand les tiges ont 20 à 25 çm de hautGur el le deUXième une di-
zaine de Jours plus lard, avanl que la développement de la végétation rende l'operation
a.
impossible. Accumuler 10 20 cm de terre autour des. pieds. @n @vltan\ d'abîmer les
tiges (risque de pourriture)
ENNEMIS.

NOM DEGATS

COURTlllERE : c eSI !In


Inssde du 5;01
290,291)

CHENILLES, @lIss: - elles ronÇlam le felJJlI&Qe acéphale


BU feUlllûoe : - elles liils - ",ndosulfan
II'! v@r IJ chQniliQ
a6nametl'lrmê
délollf.llfiae, me
- h!mvl'Ilèrale
(FJy. 2gd 21
cyoermethril'l(:
MOUCHE III leNt!: vil en mmeust;! dans les feuilles,
(Fly 108. voir " 1n1'lecte5 peu

115, 117) Iransmet!enl les viroses Dyrimlcl'lrbe


- \JOlr " Insectes p9U - acophata
- /"H'\;'lô5ulfan

ACARIENS: C9 som de - lace InferleUrè des. leuilles bnlbmls& - end03ullëm


oawes tU810neeô 1!ÎIf,slble:3 - 1.... $ lohol@$ se !;ll,i,l rQOreSS6m. se mCrù!':lue\ldlen! • ffil;ll:.llhion
il l'a-II nu (Fig 25)2, 2.0.'1) vQfS le nsUl 81 Orunlf'lMnt brOMOM')[Jylar0

AL TERNARIOSE . c'est l,me a


- taches brunes arrondies cercles rnnl''''n1 sur chlormhaloml
maladie du le feuillage. - cSOlafol
298, brUnissement el dessecliemenl des leuilles. - manèbe
- màtirams-zmç
- orooil'\~be

POURRITUflE 8RUNE - fli!cro~e\i. brunes. allonoeee el seche:) <lU mve;au dl) 0;011(11. - utili!!;", d9~
OU COLLET' c'esl une surtout aores le sains
mii!üdi9 provoq\.U(~9 par
Uli Chl'li'lirllQnon du liol
(Fig J 34, 300. JO 1) éviter Iils sols
humiaes

POURRITURE DES - pourrilurii! s,;,çheoes lubercules OUi commenoo l'létr de$ tDche:\
TUBëFl~UU"S . unI;> I1runes nOires au I1IYMU dl'\1'llêl'lll/::elle:'l
maladie aes luMrcules les. lach@s cOllllul!!nl 8nlre r~ndam les tubercules thaud el :sec en
provoqué@ p<tr un enUl,ilrgmGnI noIrs. de culture
champignon Ou SOI
(FIg 3(2)

GALLE COMMUNE: une lèbiollb de forme Ires variable


maladie des tubercules profondes en cratères ou protubérantes) QUI peuvent
.... v,,,.... ,,,,,, par une bac(érie couvrir Ioule la surlâce du tubercule .
- dlmmution de la ql,lalile de la récolte.

NEMATODES A GALLES'
(figl4iJ
- . - - - ' - - - - - - - - - - j - -....................................................... ++ ...--1
VIROSE: 3C4) plusieurs viroses s'attaquent à la pomme de terre.
feUillage rabougn et deforme
- marbrures.
- necroses des nervures. luUer contre les
vecteurs
i34L---------------~------------------------------------L-----______~~
RECOLTE ET CONSERVATION:

OCCUPA TlON DU TERRAIN' entre 75 et , 00 Jours. selon la varleté el 1 e~)oq:ue,


RECOLTE "PELE U SE" suivant la grosseur des tubercules il est de récolter après 60 à 75 jours au
stade «peleuse", c'est-à-dire la peau des tubercules n'est pas encore bien dé-
veloppee elle n'est pas encore desséché
RECOLTE " MATURITE. diminuer. puis arrêter Quand 50 % du ''''L""e'\:l''' est desséché et recolter les
tubercules environ 10 jours plus lard.
RENDEMENT : cultures hâtives et lardives. 100 à 300 pour 100 ml, cultures de saison: 200 à 400 kg
pOUf 100 m 2

CON SERVA TION 1 a 3 mOiS SOUS abri Irais. venhlé et obscur pour les variétés de bonne cOnservation
cullivées dans de bonnes conditions.
TRANSFORMATION possibilité de séchage de rondelles de pommes de terre au soleil.

135
TOMATE

Fig, 306. Dégats de la fIOctuelle de la tomate (Heliothis armigera)


sur Iruit de tomate.

FÎg_ 308. La noctuelle de la tomate (Heliothis armigera) sur piani


de tomate.

Fig. 311. La sepfoflose (Sep/Ma lycoperslcl) sur feuille de tomate. Fig. J12. LA pOurriture du frUit (Rh/zoe tOn/a so/eni) de /a tome te.
TOMATE

Fi"" j I.'J Le blanc (LevoJ/lula tau(lca) sur (euillil(}8 rle tomate.

FI{J. ;], 7. L '1llllNnlilrlose IlIftlUl'lllrilJ dô/Md crur leuilleti. IÎges el


IruJIS dl) lomal".

Fig. 319. La tltemphyliose (Slemphylivm solani) sur feuillage de Fig. 320. Là stemphylioS(; (Sl6mphyJJum sC//an/) Sur fewlle&
tamate. de 10mB le.
138

Il
3.23. TOMATE

culture de la tomate donne de meilleurs resullats en saison fraÎChe el


(decembre a JUillet) Il eXiste des varreles QUI peuvent prodUire ~
:,,"nli::>,,! l'hivernage, mais avec des rendements plus faibles. j --

tomate orelère des sols pas trop lourds. profonds et meubles. riches =c~_ - ~J-"f;..\
elemenls nutritifs el en matières organiques, (E!!. '~ ~ \
t ~ -) ~-
- "Hope nr 1-Hn (crOlssa.nce delermmee) et ,:UHN 52-H" \J""";" "=- ,:;;;~/
(crOissance Indeterminee) pour la production de gros. ~ :,_ .=-:-
frUits ronds en saison seche '-,:;i ,#,.J
"Small Fry-H" (croissance delermmee) pour la produc-
tion, durant toute l'annee, de tomates censes.
- "Xeewel 1 Nawet ". ~ Xina n pour une production de fruils
moyens pendanl Ioule l'année (séleclion CD.H, à ne culti-
ver Qu'en l'absence de nématodes à galles dans le sol),
- "Romitel" et "Rotella" (sélections du C.D.H.), "Roma VFN". "Roforto". «Rossai .. comme variétés à
frUils allongés et à croissance déterminée, aussi en vue de la transformation.
- pour les autres variétés que l'on trouve dans le commerce, il ne faut choisir que des varietes résistant
aux nématodes à galles de même Qu'a la fusariose el. de préférence, à croissance dètermÎnée. en
l'absence de malerlel de tUleurage,

TECHNIQUES CUL rURALES:

SEMIS

SEMIS de septembre a aVril ou toute l'annee pour les variétes d'hivernage,


PEPINIERE 3 grammes de graines semés sur 3 m 2 de pépinière permettront de produire des plants
pour 100 m 2 de culture. Ecarter les lignes de semis de 20 cm.
DUREE entre 25 et 40 Jours,
REPIQUAGE ne repiquer Que des plants vigoureux, courts et trapus, d'environ 15 cm de hauteur,
oourvus dB 5 a 6 !eulll~s el ayant une tige de -, 5 mm de dl<'l.melre

PLANTATION

PERIODE d'oclobre: et mlll, ou Ioule, l'annfce pour le::. varlelès d'hlvernage_


FUMURE DE FOND pour 100 m7 de culturs incorporer 200 a 300 Kg de matieres organiques et 4 Kg cfen-
gralS minerai (10-10-20) par un bêchage,
ECARTEMENTS planches avec lignes doubl@s @GlrlSE!S d@ 0,5 m pour les varîètés à croissance déter-
IYIlnèè, 1 rn pour les v",f'lèl~s il croissance md@\@rmmé@ Plants eC<l.rles de 0.4 0,5 ma
sur lEI lia ne_ Plantation M quinconce
PROFONDEUR : reOIQuer JUBQu'a Itl nauleur de III premlere feUllle_

ENTRETIEN

TUTEURAGE illÇis\ necessa;re de tuteurer les planls de tomate à croissance indélermlnée el il esl
parlols utile de supporler ceux a crOissance dètermmee_ Uilliser des piquets de 2 m
(1.6 m au dessus du soI) dans le premier cas et de 1,1 m (O.8 m au dessus du sol)
d;m& Ig dgu;dème, les placer :il côté du piani ;j supporler Allacher, sans lrop !!!.errer, les
IIOe:s aux tuteurs au fur et 1) mesure de la croissonce_
TAILLE vu lM prMI8mes de vlr080S, coup Ile soleil. (légats (j'oiseaux. etc" la taille {je la tomate
eS! decen .... elllee_ Dan.". le C88 (je .... variétés â cmlMance mdèlerminee, CH'! !".Upprimer~
une pMtlé du feUillAge en bas des pllH'Its peur ôbtenlf une meilleure aeraTII~n a IIl'\t~­
rieur des tuteurs_
FUMURE D'ENTRETIEN pour 100 m 2 d6 cultur@, Lncorporer par un 16g@r gnffag8, :2 kg d'sngrals min9ral
(10-10-20) apréS 15, 3D, 50 et 80 Jours dé plantêlÎ(')1'\ Evér"lluellemél'\t faire sUIvre cela
par un léger Dutlagt': ~e ~ui favori$era l't':r'Ir'2l1~lnt':ment
ARROSAGES . jOurnaliers, surtout au moment du grossissement des fruils, mais diminuer les quantités
vars la fin de la culture_
SARCLO-BINAGES : surtout en début de culture
ENNEMIS:

NOM DEGATS TRAITEMEN

CHENILLES: le ver du ffUlI Il!:!!,; chlilnillQ~ coupom 10B bOUCUAt5 flô(Oux. rongenf - :;;v;;;~phale
de It! tom"tl!! Iii/s.I vn ennemi les fewlle5 l':t trouent r"":i frulls er\t"lMulfan
Important oe lb culture dellamemrlne
3D.':i iJ 308) cypermelhnne
cyfluthrlne

ACARIOSE BRONZEE: - MS~l."Ius d8S Isuilles jaunÎssement apparal~s.$.\nl noçyclolin


(jeoôf5 causss pllr dEI IQutel> à la MM dM feuille:> llgë€!li, liU/vi dv d\il5Gèohamoni ou - èhmomll!lhionah"l
pelites arralgMe5, leuillage, tJromopropylll.te
;n\Jiliible~ à l'œil nu - brunlssljlmenl des liges. fenbulatln
(F'f) 3D9, :.HO) - cyh@x<tlin
- benzo)om .. le
dlcoiol

AL TERNARIOSE : ml'lladie - sur IIiIS fevilles on voU (jes !l'Ienee brunes, arrondIS!!. ;;,. - chiorolhalonii
des feUllls!ii, 1<>1 'ruÏls cerclee CMCMtrique3; ensuite j;;wnll?WIJlIiilm, brunissement
causBe OBr ur. Cl'ltlinpignon @I dessèchemenl dU IBulllage manêl:le
(Fig. 317, ;3 US) taches brunss débutant au niveau du calice ;.;inèbe
aM fruits. - mlltncOl.ebe
- IJOurrllurs Ou l'lolh~r M pepiniere - propinébe
méltrame - zlne

LE BLANG: mlliMle des - sur lefii feuilles on observe {lêS leèhe:> chlorobqu ... s avec - sOUfre
hilUiI!es provoQuee ODr un duvd blanch.i!!r@ @n d@~so(,ls, - td"dlmefon
un Cl'Il"Impignon ,- nécrose des taehes, brunissement el de~l;<eohemen\ au tena fi mol
313.J14) IsuiltJgg, chlnOmétrllOM.le
- tnforme

CLADOSPORIOSE ; sur 168 feUilles on ob3ervs des taches vert Dâle li launAtre - manèbe
maladie l'lU feuilla(Je aveç, à la face Inférieure, un duvet velouté, - zlnèDe
prOVOQuée paf un brun v;;;,rditre ;;. viol el. - mam:o.z.èbe
h .. fTI ..... "r"'n (Fig. 3 15. 3 1!5) - chlorolhalonil

STEMPHYLtOSE: malaale - ~Ul' le apparaIssent de lacnas brun roua!'!. - captalQI


08rfOl8 Of15e5, rondes ou 8nguleVS~1> Qui peuvent conlluer lYl<'lnébe
entre elles. - métlrame - zinc
- chlofolhalonll
vMielés

LA GALLE BACTERIENNE: surtout en hIvernage. on observe de petiles taches aqueuses - CUivre


maladIE. des fruils el des Qui noircissent sur le~ feuilles, ensuite îaunlssamem el
leuillee prO\l0tJuee par deliSÈlçhemeni raoloe au teulllaQ~
une bactérie (FIO 125. 126) taçhes sur fruits.

POURRITURE DU FRUIT: - IdChtils rondes à çerchi/ij conoemrlQues ClUX endroil:;; de


312} conracr l'll'i5 fnll15 avec h.. !iol Iruil3 8v@C 19
oS(itafol

- maladie proVOQUee oaf un ~hlimplgnon du sol qui çaUGe - varletM


le 11@lriu@ment des plants. rol~tion
en COUpMI le3 en oblique on observe des stries orunes,

NEMATODES: - nodoSItés sur les mauvaΧ développemenl de vorlête:'l


(FIg. 144, 323, 23-4) la plante. rotation
- o<lmaticides

NECROSE APICALE ~ - à l'exlremile lafJÎcale du frui! aODaroit UM tache arronduil, Irrigation régullAré
probl9me physiologique brune. l"Jarfois btanchiolrs qui ,"'agrandil. l'l'eMalase. dureit - chaulage
de~ fruil~ 152} liiit noirci\.

taches blancMtrM deorirYièes sur frUlls evlter 10 toille

VIROSES: - dèlormaUon5 et décolorations des feuilles. - éviter la laille


- lutter an pépinière
contre lM VêCteul'$

DEGATS D'OISEAUX: - ils détruisent les fruits reMlter fil temps


(F/{J. 327) évller la taille

\40
ET CONSERVATION:

entre 1 10 el 150 jours. premiere récolte après 60 à 80 10urs. elle s'etaie sur un a deu)(
n.· CCUPATION DU TERRAIN
mois,

~ECOLTE Quand la couleur des frUits commence a virer. Jaune-rose SI la vente ou la consomma-
tion sont dillerees, orange-rouge pour la vente ou consommation dlrecles el rouge Vit
pour la transformation Prendre le frUIt entre les doigts et tourner legéremenl. le pédon-
cule se détache facilement Récoller et transporter en emballages la toma le
supporte mai les mantPulations excessives.
200 a 500 kg pour 100 m: de cullure. 100 il 250 kg en hivernage,
peu Ou pas a maturité complète des fruits, Quelques lours dans un endroit frais avanl
maturité (fruits iaune-rose)
ITRANSFORMA TlON séchage de rondelles au soleiL concentration du con iii ure de tomates. saumure

'41
TOMATE

Fig. J:J 1. Lf1 flfJtrili~èmenl (Fu:!f.Brium oxyspOfl.lm 1. flfJ. l'(emu/rGloi)


(19 lU rom/ut':.

F,'g j~d Dl)gEl11: /Jo n()l"!IfltOdd.î Il Q!Jlles (MI.lfJJ'dogynl) ~fJlJ,) !JOf rfj-
dfll~s !J& lommo.

Fig j j j tu,;9~IS (JfI n!lmflflRle.s B alil/fJ,j


(Mé/oJdofJYnil spp.) sur IOmSi9.

Fig. 326. Pourritute secondll!r~ suifs au coup de SOloll des rruits


de tomdte.

de soleil sur frull de tomate.


REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES SELECTIONNEES

rédaction de ce livre a été basée sur les differents rapports et publications des chercheurs I.S.R.A. el F.A.O. du Cen-
pour le Développement de l'Horticulture ainsi que sur quelques ouvrages sélectionnes. Les documents
ont eu une importance
; " Index Phytosanitaire ". 1987.
'esoe!~es maraîchères pour la culture au ,-,,,",,.."'''''''' " C.DH mars 1gal
W. ; « Calendrier d'étalement potentiel des cultures maraîchères irriguées en fonction des climats régionaux du

"C.D.H. mars 1981.


; " 20 fiches techniques <>.;,.,.,,,1.,,,, sur 23 cultures maraîchères" C.D.H. Janvier 1986.
L: " Principaux insectes nuisibles aux cultures maraÎcheres au , identi{;catioll et moyens de lutte n.

L. Collingwood, E F.. Dioul, M., « des essais Insecticides 1980-1981 - Synlhese des rèsultats
1976-1981 ". C.D.H" octobre 1986.
IIV\\.Itv",rt E.F., Bourdouxhe Let DefrancQ M, " Utilisation des pestiCides pour la protection des cultures maraichères"

Collingwood EF, Bourdouxhe L et DefranCQ M; " Les prinCipaux ennemis des cultures maraîchères au Sénégal" C,O.H.
2,; édilion i 984.
, G.T I.F L. ; " Protection phytosanitaire des légumes el Delits fruits ". 3" édition.
H. l " Nole concernant une Drosoeçlion 5ur le l'lU Sme BelOum » CD H mars' 982 (5).
M. , " Maladie~ des cultures marâÎch@r@s au S@n@gal et s@nsibilil~ \I&rlêtal~ " GD H. août 19B4
1 De Lannoy G, l " Fiche lechnique sur le manioc Il C.D.H., 1986.
JackSOn, T, Mohammed, B. B. l " le au solsil dss fruits @! " fAO, Rome 1969
1 Lays J.F. ; " NolQ concernant une maraîchère dans la Régla" de le GaMmencê " C.D.H. l'I'\Af1'. 1983 (6)
Lorem: OA, Maynard ON; "Knotl's Handbook for Growers" Wlley IntersClel"lC8, 1'" édition 1980191.
Meyer. J. A el al. , • Les cultures maraîchères au Sénégal" C.D H .. aoüt 1986,
Mlnislere d~ l'Agriculture et leur utilisation ~, 11'" édition
1984, •
Navaz S, , " La pepiniere. 5ion le semis elles Iravaul'. d'enlretien " C.O.H. avnl 1976.
Nav€lz S.; FIches TecMleo-EeonomlQUBa sur la Domme de \erre, le chou, l'oiQnon el la tomale" C.D.H. février 1Qn,
d

mai 1978, Juin 1978. (3),


Navez S" "Estlmallon des charges culturales de la péplniGre el d'une culture de lomates, choux, pommes de lerre et
OlgMM 1/ C.D.H. mars' 983 <n
Renson J.P; "Calel'ldner cultural de~ prlflClpaUx èxpênmMlés ~fl Casamance(DJiMlor) » C.D.H. novembre 1983.
Seck P. A. ; « LèS pnx au détaIl des legumes.dans marchés de la de Dakar" CDHjUln 1985 (4).
SeCk P. A, el Benies! J. ; " Ateliers de prospection et de préocoupation du mondQ maraicher " C.D.H. février 1988.
Société Africaine d'Edition; " La en chiffres ~ Ed, 62-83
Van der VIi)Ken H, ; " Açqui~ du Cenlre PQUf le Developpsmsnt d@ l'Hcrticullur~ " C.D.H decembre 1982.
Zuang H. ; ~ U Mrtllise,1lôn des cultures légumières" CTIFL 1882 (1)

143