Vous êtes sur la page 1sur 8

Douleur Epigastrique Hepato-gastro

Douleure Epigastrique

Parmi les propositions suivantes concernant la crise de colique hépatique. Une est
inexacte, laquelle ?

A. La douleur peut siéger dans l'hypochondre gauche.

B. La douleur peut être soulagée par la pression profonde du creux


épigastrique.

C. L'irradiation de la douleur à l'épaule droite est fréquente.

D. La douleur est liée à la mise en tension brutale des voies biliaires.

E. Une douleur épigastrique brutale sans défense péritonéale évoque une


colique hépatique

B: déclenche la douleur. C: irradiations fréquentes: postérieures, en hémi-ceinture


jusqu'à la partie postéro-interne du 11ème espace intercostal droit. E: épigastrique
ou dans l'hypocondre droit.

Parmi les propositions suivantes concernant la crise de colique hépatique. Une est
inexacte, laquelle ?

A. La douleur peut siéger dans l'hypochondre gauche.

B. La douleur peut être soulagée par la pression profonde du creux


épigastrique.

C. L'irradiation de la douleur à l'épaule droite est fréquente.

D. La douleur est liée à la mise en tension brutale des voies biliaires.

E. Une douleur épigastrique brutale sans défense péritonéale évoque une


colique hépatique

B: déclenche la douleur. C: irradiations fréquentes: postérieures, en hémi-ceinture


jusqu'à la partie postéro-interne du 11ème espace intercostal droit. E: épigastrique
ou dans l'hypocondre droit.

Le traitement habituel de la crise de colique hépatique non compliquée est


représenté par la prescription de :

A. L'acide urso- ou chénodésoxycholique

B. Un antibiotique

C. Un antispasmodique

D. Une sphinctérotomie endoscopique

1
Douleur Epigastrique Hepato-gastro

E. Une cholécystectomie

C: par voie veineuse toutes les 4 heures.

Le traitement habituel de la crise de colique hépatique non compliquée est représenté


par la prescription de :

A. L'acide urso- ou chénodésoxycholique

B. Un antibiotique

C. Un antispasmodique

D. Une sphinctérotomie endoscopique

E. Une cholécystectomie

C: par voie veineuse toutes les 4 heures.

Indiquer parmi les éléments cliniques suivants celui qui ne caractérise pas un
syndrome ulcéreux:

A. La douleur est une crampe

B. Son siège est épigastrique

C. Son irradiation est scapulaire droite

D. L'alimentation calme la douleur

E. Son horaire est post prandial immédiat

C: douleurs biliaires.

Parmi les caractères cliniques suivants, indiquer les 2 qui sont très souvent notés dans
la douleur de la colique hépatique:

A. Siège au creux épigastrique

B. Irradiation rétrosternale ascendante

C. Sédation par la flexion du tronc en avant

D. Inhibition respiratoire

E. Irradiation lombaire droite

2
Douleur Epigastrique Hepato-gastro

C: douleur pancréatique.

‫ر‬
Chez un patient souffrant depuis plusieurs mois de douleurs épigastriques on
constate l'apparition plus récente de vomissements survenant à distance des repas
et contenant des débris alimentaires. Quel diagnostic devez-vous évoquer en
première intention?

A. Oesophagite peptique

B. Cancer du bas-oesophage

C. Sténose du pylore

D. Diverticule du 2ème duodénum

E. Oesophage sclérodermique (trouble de la


motricité)
Chez un patient souffrant depuis plusieurs mois de douleurs
épigastriques on constate l'apparition plus récente de vomissements
survenant à distance des repas et contenant des débris alimentaires.
Quel diagnostic devez-vous évoquer en première intention?

A. Oesophagite peptique

B. Cancer du bas-œsophage

C. Sténose du pylore

D. Diverticule du 2ème duodénum

E. Oesophage sclérodermique (trouble de la motricité)

Une jeune femme se plaint d'une douleur abdominale basse. Elle a 38,5 ‫ ؛‬et elle a
vomi 2 fois. La douleur est maximum dans la région sus-pubienne avec une légère
défense. Au toucher rectal le cul de sac de Douglas est douloureux à droite. On peut
évoquer:

A. Cholécystite aiguë

B. Salpingite aiguë droite

C. Appendicite aiguë

D. Rectocolite hémorragique

E. Torsion d'un kyste de l'ovaire droit

Une jeune femme se plaint d'une douleur abdominale basse. Elle a 38,5 ‫ ؛‬et
elle a vomi 2 fois. La douleur est maximum dans la région sus-pubienne
avec une légère défense. Au toucher rectal le cul de sac de Douglas est
douloureux à droite. On peut évoquer:

A. Cholécystite aiguë

B. Salpingite aiguë droite

3
Douleur Epigastrique Hepato-gastro

C. Appendicite aiguë

D. Rectocolite hémorragique

E. Torsion d'un kyste de l'ovaire droit

Au cours d'une crise de colique hépatique:

A. La douleur spontanée inhibe la respiration profonde

B. La douleur à la palpation de la région vésiculaire reproduit la douleur


spontanée

C. La douleur irradie de façon caractéristique en AR vers l'épaule gauche

D. Le sub-ictère est constant

E. Les transaminases sont élevées (> 10 fois à la normale)

B: signe de Murphy. C: irradie du côté droit.

Au cours d'une crise de colique hépatique:

A. La douleur spontanée inhibe la respiration profonde

B. La douleur à la palpation de la région vésiculaire reproduit la douleur


spontanée

C. La douleur irradie de façon caractéristique en AR vers l'épaule gauche

D. Le sub-ictère est constant

E. Les transaminases sont élevées (> 10 fois à la normale)

B: signe de Murphy. C: irradie du côté droit.

L'ischémie chronique mésentérique est caractérisée par tous les signes suivants à
l'exception d'un seul. Lequel ?

A. Amaigrissement

B. Diarrhée rebelle avec stéatorrhée

C. Douleur abdominale post prandiale

D. Sédation de la douleur après un repas abondant

4
Douleur Epigastrique Hepato-gastro

E. Inefficacité des analgésiques usuels

Devant une douleur abdominale, des calcifications visibles radiologiquement


peuvent évoquer:

A. Lithiase vésiculaire

B. Cystadénome muqueux

C. Angiome hépatique

D. Diverticule de Meckel

E. Kyste ovarien dermoïde

Tout dépend du siège des calcifications.

Devant une douleur abdominale, des calcifications visibles radiologiquement peuvent


évoquer:

A. Lithiase vésiculaire

B. Cystadénome muqueux

C. Angiome hépatique

D. Diverticule de Meckel

E. Kyste ovarien dermoïde

Tout dépend du siège des calcifications.

Parmi les bactéries suivantes, l'une d'elles est fréquemment associée aux gastrites.
De laquelle s'agit-il?

A. Campylobacter jejuni

B. Campylobacter coli

C. Campylobacter pylori

D. Campylobacter sputorum

E. Campylobacter fetus

5
Douleur Epigastrique Hepato-gastro

La douleur ulcéreuse est habituellement :

A. Une brûlure ascendante rétrosternale

B. Une douleur posturale

C. Rythmée par les repas et périodique

D. Accompagnée de vomissements

E. Une crampe épigastrique

La douleur ulcéreuse est habituellement :

A. Une brûlure ascendante rétrosternale

B. Une douleur posturale

C. Rythmée par les repas et périodique

D. Accompagnée de vomissements

E. Une crampe épigastrique

Une douleur épigastrique sans irradiation, post-prandiale tardive, à type de crampe


rythmée dans la journée, évoque avant tout:

A. Une douleur ulcéreuse

B. Une gastrite

C. Un reflux gastro-oesophagien

D. Une pancréatite aiguë hémorragique

E. Une colique hépatique

Parmi les diagnostics différentiels proposés devant une pancréatite aiguë


nécrosante chez un sujet de plus de 70 ans, quel(s) est (sont) celui (ceux) qui est
(sont) exact(s)?

A. Hydronéphrose

B. Crise ulcéreuse hyperalgique

C. Perforation d'ulcère

D. Infarctus mésentérique

6
Douleur Epigastrique Hepato-gastro

E. Infarctus du myocarde

B,C,D,E: causes de douleurs épigastriques hyperalgiques.

Parmi les diagnostics différentiels proposés devant une pancréatite aiguë nécrosante
chez un sujet de plus de 70 ans, quel(s) est (sont) celui (ceux) qui est (sont) exact(s)?

A. Hydronéphrose

B. Crise ulcéreuse hyperalgique

C. Perforation d'ulcère

D. Infarctus mésentérique

E. Infarctus du myocarde

B,C,D,E: causes de douleurs épigastriques hyperalgiques.

La douleur de colique hépatique dans sa forme typique:

A. Siège dans l'hypocondre droit oul'épigastre

B. A un début brutal

C. A des irradiations descendantes

D. Inhibe l'inspiration profonde

E. Est souvent associée à des nausées ou vomissements

C: irradiations costales ou ascendantes (épaule droite).

Chez un malade de 75 ans, présentant successivement une douleur épigastrique, un


ictère et une fièvre, et ayant à l'hémogramme une anémie microcytaire
hyposidérémique, quel diagnostic envisagez-vous parmi les hypothèses suivantes ?

A. Un cancer de la tête du pancréas

B. Un calcul de la voie biliaire principale

C. Un cancer du hile hépatique

D. Un ampullome vatérien

E. Une pancréatite chronique

7
Douleur Epigastrique Hepato-gastro

Annales: 88/5.

La douleur ulcéreuse est habituellement :

A. Une brûlure ascendante rétrosternale

B. Une douleur posturale

C. Rythmée par les repas et périodique

D. Déclenchée par les aliments acides

E. Une crampe épigastrique

A,B: évoquent une oesophagite. (Annales: 90/2).

Le syndrome de K enig :

A. Traduit une lésion de l'intestin grêle

B. Peut être un symptôme de la maladie de Crohn

C. Se traduit dans sa forme typique par une diarrhée isolée

D. Comporte dans sa forme typique une violente douleur abdominale

E. Est le plus souvent lié à une pathologie organique

Se caractérise par de violentes douleurs abdominales cédant dans une débacle de


matières et de gaz.