Vous êtes sur la page 1sur 3

Au cœur du monde rural

 Brève Présentation
Farmer Help Project (FHP) est une association, à but non lucratif créé par des jeunes agronomes
en 2019, dans une volonté d’agir et de s’impliquer dans les activités du monde rural au
Bénin. Farmer Help Project participe au combat contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle
ainsi qu’à l’amélioration des conditions de vie et de santé des agriculteurs. Pour l’association,
cela passe par une des séances de formation et d’information sur diverses thématiques reparties
en pôles :

Pôle : Agriculture et Agroalimentaire

- Thématique 1 : les bonnes pratiques de stockage & conservation des céréales et des
légumineuses à graines ;
- Thématique 2 : les bonnes pratiques d’hygiène et de fabrication des produits agricoles ;
- Thématique 3 : l’utilisation raisonnée des pesticides dans l’exploitation familiale ;
- Thématique 4 : les technologies améliorées de transformation du soja.

Pôle : Nutrition et Santé

- Thématique 5 : Information Education Communication (IEC) sur L'AME ;


- Thématique 6 : la nutrition infantile (L'alimentation de complément de l'enfant après
l'AME) ;
- Thématique 7 : Les risques liés au surpoids, à l'obésité, à l'hyper et à l'hypotension
artérielle et les conduites à tenir pour prévenir et éradiquer ces maladie ;
- Thématique 8 : Diversification alimentaire (source de protéines végétales, mythes
alimentaires, etc...).

 Pourquoi la valorisation de l’artémisia en milieu rural ?


En Afrique, malnutrition et paludisme sont des causes considérables de mortalité chez les jeunes
enfants. Le paludisme coexiste fréquemment avec la malnutrition. La malnutrition engendre
une immuno-dépression relative : les enfants sont confrontés à un risque plus fort de développer
un paludisme compliqué et perdent toute envie de se battre contre les maladies. Ainsi, un enfant
malnutri aura deux fois plus de risques de décéder du paludisme qu'un enfant présentant un
statut nutritionnel normal. Aussi, le paludisme qui est une maladie infectieuse potentiellement
mortelle a un effet délétère sur l’état nutritionnel et plus particulièrement sur le poids des enfants.
Plusieurs travaux de recherche ont montré que le paludisme est un important facteur de risque
de malnutrition chronique et de retard de croissance chez les enfants vivant dans les zones
rurales. L’impact du paludisme se chiffre autant en souffrance humaine qu’en coûts financiers.
Son poids économique pèse sur les familles et les ménages qui supportent seuls les dépenses de
santé. Ces dépenses comprennent les honoraires médicaux, les médicaments antipaludéens, les
frais de transport jusqu’aux centres de santé, les frais liés aux soins prodigués aux patients et
les frais d’obsèques en cas de décès. Selon l’OMS, les coûts des soins pour le paludisme
représentent 34 % du revenu des ménages rurales, ce qui représente des dépenses dramatiques
pour les familles risquant de les faire basculer dans le cercle vicieux de la pauvreté et de
l’insécurité alimentaire. Toutefois, l'histoire montre qu'en répondant aux besoins nutritionnels
des femmes et des enfants et en prévenant les maladies à morbidité élevée, les sociétés
améliorent leurs propres capacités de développement économique et social. Cependant, la
phytothérapie offre une alternative peu onéreuse et offre un avantage par rapport aux
médicaments souvent plus chers, rares ou faux. Parmi les plantes de la pharmacopée utilisée
dans le traitement du paludisme, l’artémisia semble être le plus efficace. En effet, l’artemisia
est une plante utilisée depuis des millénaires par la médecine chinoise. Très efficace dans le
traitement du paludisme, elle pourrait remplacer les habituels médicaments à base de quinine
aux effets secondaires très lourds, et sauver l'Afrique de cette pandémie. Ainsi, pour contribuer
à la réduction des facteurs de risque à la malnutrition, à la survenue de l’insécurité alimentaire
et à la pauvreté, Farmer Help Project compte promouvoir l’artémisia auprès des ménages ruraux
bénéficiaires de ses modules de formations. Cette promotion passera par des (i)
communications sur l’artémisia et ses bienfaits, (ii) des séances de dégustations publiques, (iii)
la réalisation des fiches techniques et des boîtes à images sur sa production et sa transformation,
(iv) la formation des acteurs sur les bonnes pratiques agricoles de production de l’artémisia, (v)
la formation des femmes actives dans la transformation des produits agricoles sur les bonnes
pratiques d’hygiène et transformation de l’artémisia.

 Appui technique et logistique


Ce que nous attendons des partenaires déjà actifs dans la promotion de l’artémisia est : la
formation de l’équipe de FHP à la production et à la transformation de l’artémisia afin qu’elle
puisse démultiplier ces formations dans ses zones d’intervention.