Vous êtes sur la page 1sur 161

AMELIORATION DE LA PRODUCTIVITE DES

VERGERS DE CACAOYERS (THEOBROMA CACAO


LINN.) POUR UNE GESTION FORESTIERE
DURABLE AU TOGO
Ayi Koffi Adden

To cite this version:


Ayi Koffi Adden. AMELIORATION DE LA PRODUCTIVITE DES VERGERS DE
CACAOYERS (THEOBROMA CACAO LINN.) POUR UNE GESTION FORESTIERE
DURABLE AU TOGO. Sciences du Vivant [q-bio]. Ecole Supérieure d’Agronomie de
l’Université de Lomé, 2017. Français.

HAL Id: tel-01567889


https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01567889
Submitted on 24 Jul 2017

HAL is a multi-disciplinary open access L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est


archive for the deposit and dissemination of sci- destinée au dépôt et à la diffusion de documents
entific research documents, whether they are pub- scientifiques de niveau recherche, publiés ou non,
lished or not. The documents may come from émanant des établissements d’enseignement et de
teaching and research institutions in France or recherche français ou étrangers, des laboratoires
abroad, or from public or private research centers. publics ou privés.
N° : 5

UNIVERSITE DE LOME
ECOLE SUPERIEURE D’AGRONOMIE

THESE
Présentée par

Ayi Koffi ADDEN


En vue de l’obtention du grade de DOCTEUR de l’Université de Lomé
OPTION : SCIENCES DES AGRORESSOURCES ET GENIE DE
L’ENVIRONNEMENT (SAGE)
SPECIALITE : SCIENCES DES AGRORESSOURCES

AMELIORATION DE LA PRODUCTIVITE DES


VERGERS DE CACAOYERS (THEOBROMA
CACAO LINN.) POUR UNE GESTION
FORESTIERE DURABLE AU TOGO

Soutenu publiquement le 26 mai 2017, devant le jury d’examen composé de :

Président : M. Yaovi Mawuena Dieudonné GUMEDZOE, Professeur Titulaire,


Université de Lomé (Togo)
Rapporteurs : M. Achille Ephrem ASSOGBADJO, Maître de Conférences,
Université d’Abomey-Calavi (Bénin)
M. Jean Mianikpo SOGBEDJI, Maître de Conférences,
Université de Lomé (Togo)
Membres : M. Koffi KOBA, Professeur Titulaire, Examinateur,
Université de Lomé (Togo)
M. Kouami KOKOU, Professeur Titulaire, Directeur de thèse,
Université de Lomé (Togo)

i
ii
UNIVERSITE DE LOME
ECOLE SUPERIEURE D’AGRONOMIE

THESE
Présentée par

Ayi Koffi ADDEN


En vue de l’obtention du grade de DOCTEUR de l’Université de Lomé
OPTION : SCIENCES DES AGRORESSOURCES ET GENIE DE
L’ENVIRONNEMENT (SAGE)
SPECIALITE : SCIENCES DES AGRORESSOURCES

AMELIORATION DE LA PRODUCTIVITE DES


VERGERS DE CACAOYERS (THEOBROMA
CACAO LINN.) POUR UNE GESTION
FORESTIERE DURABLE AU TOGO

Soutenu publiquement le 26 mai 2017, devant le jury d’examen composé de :

Président : M. Yaovi Mawuena Dieudonné GUMEDZOE, Professeur Titulaire,


Université de Lomé (Togo)
Rapporteurs : M. Achille Ephrem ASSOGBADJO, Maître de Conférences,
Université d’Abomey-Calavi (Bénin)
M. Jean Mianikpo SOGBEDJI, Maître de Conférences,
Université de Lomé (Togo)
Membres : M. Koffi KOBA, Professeur Titulaire, Examinateur,
Université de Lomé (Togo)
M. Kouami KOKOU, Professeur Titulaire, Directeur de thèse,
Université de Lomé (Togo)

iii
Dédicace

Je dédie ce document :

A JEHOVAH EL SHADAÏ, pour son amour infini et sa grâce éternelle.

En mémoire de mon grand-père, AUGUSTIN et de mon père, PIERRE.

A ma mère, GERMAINE, pour son soutien sans cesse renouvelé.

A PAULINE, ma chère et tendre épouse, pour son soutien indéfini et pour


l’amour incommensurable qu’elle me porte malgré les vicissitudes de la vie et
les difficultés dues ou non à ce travail. Que son aboutissement soit pour toi
source de joie et de réconfort.

A mes chers enfants, MARYSE, NEPHTALI et HENOCK, mes sources de joie


quotidienne.

A mes chers parrains, GERMAIN KOUFAMA, Préfet d’Amou, et sa femme VIVIANE, pour
votre soutien sans faille.

ii
Table des matières

Dédicace................................................................................................................................ ii
Table des matières ................................................................................................................ iii
Liste des tableaux ................................................................................................................. vi
Liste des figures ................................................................................................................. viii
Liste des photos .................................................................................................................... ix
Liste des sigles et abréviations ................................................................................................x
Liste des articles publiés ..................................................................................................... xiii
Liste des communications orales..........................................................................................xiv
Remerciements ..................................................................................................................... xv
Résumé ............................................................................................................................ xviii
Abstract ...............................................................................................................................xix
INTRODUCTION GENERALE.............................................................................................1
CHAPITRE 1 : SYNTHESE DES ACQUIS BIBLIOGRAPHIQUES SUR LE CACAOYER
ET MILIEU D’ETUDE ..........................................................................................................5
1.1 Cacaoyer...........................................................................................................................6
1.1.1 Origine et historique ......................................................................................................6
1.1.2 Répartition géographique du cacaoyer............................................................................8
1.1.3 Diversité biologique du cacaoyer ...................................................................................9
1.1.4 Morphologie du cacaoyer ............................................................................................. 12
1.1.5 Ecologie et écophysiologie du cacaoyer ....................................................................... 13
1.1.6 Agrotechnie contemporaine ......................................................................................... 15
1.2 Etat des lieux sur la production cacaoyère ....................................................................... 17
1.2.1 Gestion des sols dans la production cacaoyère.............................................................. 17
1.2.2 Dynamique des éléments nutritifs ................................................................................ 21
1.2.2.1 Cycles des éléments nutritifs ..................................................................................... 21
1.2.2.2 Cacaoyer et azote ...................................................................................................... 22
1.2.2.3 Notion de bilan des éléments nutritifs........................................................................ 23
1.2.3 Agroécosystème de production cacaoyère .................................................................... 24
1.3 Zone d’étude : le Togo .................................................................................................... 28
1.3.1 Présentation du Togo ................................................................................................... 28
1.3.2 Zone de production cacaoyère au Togo ........................................................................ 28
1.3.2.1 Caractéristiques agroécologiques de la zone .............................................................. 29
1.3.2.2 Aire de production cacaoyère au Togo ...................................................................... 30
1.3.3 Importance du cacao au Togo et la problématique de son essor .................................... 31

iii
CHAPITRE 2 : APPROCHES METHODOLOGIQUES ...................................................... 35
2.1 Généralités...................................................................................................................... 36
2.2 Etude des effets de la quantité de substrat sol et des méthodes de semis sur la croissance
des plantules de cacaoyers .................................................................................................... 36
2.2.1 Zone d’étude ................................................................................................................ 36
2.2.2 Dispositif expérimental et gestion des essais ................................................................ 36
2.2.3 Collecte et analyse des données.................................................................................... 39
2.3 Etude des effets de la fumure azotée sur la croissance des plantules de cacaoyers ........... 42
2.3.1 Milieu d’étude ............................................................................................................. 42
2.3.2 Dispositif expérimental et conduite des expériences ..................................................... 42
2.3.3 Collecte et analyse des données expérimentales ........................................................... 44
2.3.4 Etude complémentaire sur les effets de doses modérées d’azote sur les performances des
plantules de cacaoyers .......................................................................................................... 45
2.4 Etude des effets des composts et de l’engrais minéral sur la croissance des jeunes
cacaoyers .............................................................................................................................. 47
2.4.1 Description du site d’étude........................................................................................... 47
2.4.2 Fabrication et hygiénisation du compost ...................................................................... 47
2.4.3 Dispositif expérimental et traitements .......................................................................... 48
2.4.4 Collecte et analyse des données.................................................................................... 51
2.5 Etude de l’adaptabilité des jeunes cacaoyers dans différents agroécosystèmes de
replantation .......................................................................................................................... 53
2.5.1 Zone d’étude ................................................................................................................ 53
2.5.2 Sélection et gestion des vergers choisis pour les essais ................................................. 53
2.5.3 Collecte des données .................................................................................................... 54
2.5.4 Analyse de données collectées ..................................................................................... 55
2.6 Prélèvement des échantillons et procédés d’analyses physico-chimiques au laboratoire .. 57
CHAPITRE 3 : RESULTATS .............................................................................................. 59
3.1 Effets de la quantité du substrat sol et des méthodes de semis sur la croissance des
plantules de cacaoyers .......................................................................................................... 60
3.1.1 Effets sur la germination ou la reprise des plantules de cacaoyers ................................ 60
3.1.2 Effets sur la longueur des racines ................................................................................. 61
3.1.3 Effets sur la circonférence au collet .............................................................................. 62
3.1.4 Effets sur la hauteur des plants ..................................................................................... 63
3.1.5 Effets sur le nombre de feuilles .................................................................................... 65
3.1.6 Performance des plantules suivant la quantité de sol et la méthode de semis ................ 66
3.1.7 Absorption de nutriments et propriétés chimiques du substrat sol résiduel .................... 66
3.2 Effets de la fumure azotée sur la croissance des plantules de cacaoyers ........................... 72
3.2.1 Effets de l’application de N sur la croissance des plants du cacaoyer ............................ 72

iv
3.2.2 Détermination de relations des effets de diverses doses d’urée sur la croissance des
plants de cacaoyer ................................................................................................................ 75
3.2.3 Effets de l’azote sur l’absorption de nutriments et les propriétés du sol résiduel ........... 77
3.2.4 Effets de la dose modérée d’azote sur les performances des plantules de cacaoyers ...... 81
3.3 Effets des composts des coques de cabosses de cacao et de cerises de café combines a de
l’engrais NPK sur la croissance des jeunes cacaoyers sur sol dégradé ................................... 86
3.3.1 Hygiénisation, rendement et qualité des composts ........................................................ 86
3.3.2 Effets de l’apport des fertilisants sur la croissance des jeunes cacaoyers ....................... 88
3.3.3 Effets des engrais appliqués sur les propriétés du sol.................................................... 91
3.4 Adaptabilité des jeunes cacaoyers dans différents agroécosystèmes de replantation ........ 98
3.4.1 Effets de l’ombrage des arbres agroforestiers sur la croissance des jeunes cacaoyers .... 98
3.4.2 Effets de la profondeur du sol sur la croissance des jeunes cacaoyers ......................... 100
3.4.3 Effets de la texture du sol sur la croissance des jeunes cacaoyers ............................... 102
3.4.4 Vitesse de croissance des jeunes cacaoyers et leur utilisation des ressources en eau ... 103
CHAPITRE 4 : DISCUSSION GENERALE ...................................................................... 106
4.1 Elevage des plantules de cacaoyers en pépinière ........................................................... 107
4.1.1 Conduite des plants de cacaoyers en pépinière ........................................................... 107
4.1.2 Fertilisation des plants de cacaoyers en pépinière ....................................................... 109
4.1.3 Dispositions pour la conduite des cacaoyers en pépinière ........................................... 112
4.2 Fertilisation des vergers de cacaoyers en zone tropicale ................................................ 113
4.2.1 Production de matière organique de qualité ................................................................ 113
4.2.2 Gestion de la fertilité des sols sous cacaoyers ............................................................. 114
4.3 Agroécosystèmes des jeunes cacaoyers ......................................................................... 118
CONCLUSION GENERALE ET PERSPECTIVES ........................................................... 121
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES............................................................................. 126

v
Liste des tableaux

Tableau 1 : Prédiction de doses de NPK à appliquer aux cacaoyers au stade plateaux de


production dans les zones au Togo sur trois ans ............................................................ 18
Tableau 2 : Zones de production cacaoyère au Togo et leurs caractéristiques ........................ 32
Tableau 3 : Production cacaoyère au Togo en 2013 .............................................................. 33
Tableau 4 : Caractéristiques physiques et composition des tas de compost ............................ 48
Tableau 5 : Composition en nutriments des matières compostées et absorption en nutriments
de jeunes cacaoyers ....................................................................................................... 48
Tableau 6 : Sites d’étude....................................................................................................... 54
Tableau 7 : Synthèse de l’analyse de variance du taux de germination/levée des cacaoyers ... 60
Tableau 8 : Synthèse de l’analyse de variance de la longueur des racines des cacaoyers en fin
d’essai .......................................................................................................................... 62
Tableau 9 : Synthèse de l’analyse de variance de la circonférence au collet des cacaoyers en
fin d’essai ..................................................................................................................... 63
Tableau 10 : Effets de la quantité du substrat sol et de la méthode de semis sur la
circonférence au collet des plants de cacaoyers (cm) ..................................................... 63
Tableau 11 : Effets de la quantité du substrat sol et de la méthode de semis sur la hauteur des
plants de cacaoyers (cm) ............................................................................................... 64
Tableau 12 : Synthèse de l’analyse de variance de la hauteur des plants de cacaoyers en fin
d’essai .......................................................................................................................... 64
Tableau 13 : Effets de la quantité du substrat sol et de la méthode de semis sur le nombre de
feuilles portées par les plants de cacaoyers .................................................................... 65
Tableau 14 : Synthèse de l’analyse de variance du nombre de feuilles portées par les
cacaoyers en fin d’essai................................................................................................. 65
Tableau 15 : Caractéristiques physico-chimiques du sol initial dans les pots ......................... 67
Tableau 16 : Effets de la quantité du substrat sol sur les propriétés du sol résiduel dans les
pots ............................................................................................................................... 69
Tableau 17 : Effets de la quantité du substrat sol sur l’absorption des nutriments dans les pots
..................................................................................................................................... 69
Tableau 18 : Bilan partiel des nutriments dans le sol résiduel contenu dans les pots, mg.plant-1
..................................................................................................................................... 70
Tableau 19 : Effets de diverses doses d’azote sur les performances agronomiques des
plantules de cacaoyers................................................................................................... 73
Tableau 20 : Synthèse de l’analyse de variance de l’effet de N sur les variables agronomiques
des cacaoyers en fin d’essai .......................................................................................... 73
Tableau 21 : Récapitulatif des paramètres de l’analyse de régression linéaire ........................ 74
Tableau 22 : Effets de l’engrais azoté sur les propriétés du sol résiduel dans les pots ............ 79
Tableau 23 : Effets de l’engrais azoté sur l’absorption des nutriments dans les pots .............. 79
Tableau 24 : Bilan partiel des nutriments dans le sol résiduel contenu dans les pots fertilisé
avec l’azote, mg.plant-1 ................................................................................................. 80
Tableau 25 : Effets de doses modérées d’urée sur les performances des plantules de cacaoyers
..................................................................................................................................... 83
Tableau 26 : Structure de l’analyse de variance sur les effets de doses modérées d’urée sur les
performances des plantules de cacaoyers ....................................................................... 83
Tableau 27 : Rendement des andains de compost .................................................................. 87
Tableau 28 : Composition en nutriments du sol et des composts ........................................... 87
Tableau 29 : Effets des composts et de l’engrais NPK sur la croissance des jeunes cacaoyers
..................................................................................................................................... 89

vi
Tableau 30 : Synthèse de l’analyse de variance des variables mesurées en fonction de l’apport
des engrais organiques et minéraux ............................................................................... 89
Tableau 31 : Effets des engrais appliqués sur la composition en nutriments du sol sous les
jeunes cacaoyers ........................................................................................................... 93
Tableau 32 : Bilan partiel des nutriments majeurs dans le sol sous les jeunes cacaoyers sur une
profondeur de 0,6 m ...................................................................................................... 94
Tableau 33 : Besoins en engrais pour les cacaoyers immatures ............................................. 97
Tableau 34 : Effet de l’ombrage sur la croissance de jeunes cacaoyers .................................. 99
Tableau 35 : Synthèse de l’analyse de variance de l’effet de l’ombrage sur les variables
agronomiques des cacaoyers au champ ......................................................................... 99
Tableau 36 : Effet de la profondeur du sol sur la croissance de jeunes cacaoyers ................ 101
Tableau 37 : Synthèse de l’analyse de variance de l’effet de la profondeur du sol sur les
variables agronomiques des cacaoyers au champ......................................................... 101
Tableau 38 : Effet de la texture du sol sur la croissance de jeunes cacaoyers ....................... 102
Tableau 39 : Synthèse de l’analyse de variance de l’effet de la texture du sol sur les variables
agronomiques des cacaoyers au champ ....................................................................... 103
Tableau 40 : Vitesse de croissance et utilisation des ressources en eau par les jeunes cacaoyers
................................................................................................................................... 104
Tableau 41 : Synthèse de l’analyse de variance des effets de l’ombrage, de la profondeur du
sol et de la texture du sol sur les variables agronomiques des cacaoyers au champ ..... 105

vii
Liste des figures

Figure 1 : Régions de production cacaoyère sur le globe terrestre (ICCO, 2012) --------------- 9
Figure 2 : Architecture générale d’un cacaoyer issu de semence --------------------------------- 14
Figure 3 : Représentation schématique d’une fleur de cacaoyer (Loor Solorzano, 2007) ----- 14
Figure 4 : Zones écologiques du Togo (Adapté de Ern, 1979) ----------------------------------- 29
Figure 5 : Zones agroécologiques du Togo (Adapté de ITRA, 2009)---------------------------- 29
Figure 6 : Aire de production cacaoyère du Togo -------------------------------------------------- 32
Figure 7 : Caractéristiques des agroforêts à cacaoyers au Togo ---------------------------------- 33
Figure 8 : Zone d’étude ------------------------------------------------------------------------------- 37
Figure 9 : Dispositif expérimental de l’essai sur la quantité de substrat sol et la méthode de
semis sur la croissance des plantules de cacaoyers ------------------------------------------- 38
Figure 10 : Dispositif expérimental de l’essai sur l’effet de l’azote sur la croissance des
plantules de cacaoyers --------------------------------------------------------------------------- 43
Figure 11 : Dispositif expérimental pour l’essai sur l’effet de la fumure organique et minérale
sur la croissance des jeunes cacaoyers --------------------------------------------------------- 50
Figure 12 : Distribution des taux de levée/germination des plantules de cacaoyers ------------ 61
Figure 13 : Effets de la quantité du substrat sol et de la méthode de semis sur le taux de
reprise et de levée des plantules de cacaoyers un mois après le semis --------------------- 61
Figure 14 : Effets de la quantité du substrat sol et de la méthode de semis sur la longueur des
racines --------------------------------------------------------------------------------------------- 62
Figure 15 : Distribution du nombre de feuilles portées par les plantules de cacaoyers -------- 66
Figure 16: Effets de la quantité du substrat sol sur les performances agronomiques des plants
de cacaoyers -------------------------------------------------------------------------------------- 68
Figure 17: Effets de la méthode de semis sur les performances agronomiques des plants de
cacaoyers ------------------------------------------------------------------------------------------ 68
Figure 18 : Distribution du nombre de feuilles sur les cacaoyers suivant la dose d’azote ----- 73
Figure 19 : Distribution de la viabilité des plants de cacaoyers ---------------------------------- 74
Figure 20 : Effet de l’azote sur la longueur des racines ------------------------------------------- 76
Figure 21 : Effet de l’azote sur la circonférence au collet ----------------------------------------- 76
Figure 22 : Effet de l’azote sur la hauteur des plants ---------------------------------------------- 76
Figure 23 : Effet de l’azote sur le nombre de feuilles ---------------------------------------------- 77
Figure 24 : Effet de l’azote sur la viabilité de la plante-------------------------------------------- 77
Figure 25 : Taux de germination et de levée des fèves de cacaoyers dans la pépinière -------- 81
Figure 26 : Distribution du taux de germination des fèves de cacaoyers ------------------------ 82
Figure 27 : Distribution du taux de levée des plantules de cacaoyers---------------------------- 82
Figure 28 : Distribution du nombre de feuilles sur les plants de cacaoyers --------------------- 85
Figure 29 : Cinétique de la température au sein des tas de compost ----------------------------- 87
Figure 30 : Distribution du taux de reprise des plants de cacaoyers au champ ----------------- 90
Figure 31 : Effets des composts sur la hauteur des jeunes cacaoyers ---------------------------- 91
Figure 32 : Effets des doses de NPK 15-15-15 sur la hauteur des jeunes cacaoyers ----------- 91

viii
Liste des photos

Photo 1 : Diversité de cacaoyers dans la région des Plateaux au Togo .....................................7


(A - hydrides SRCC ; B - hydrides SRCC ; C - Amélonado) ..................................................7
Photo 2 : Histoire du cacaoyer (Loor Solorzano, 2007) ...........................................................7
Photo 3 : Cacaoyer Criollo (Madagascar) ............................................................................. 11
Photo 4: Cacaoyer Forastero (Togo), Hybride SRCC ........................................................... 11
Photo 5 : Cacaoyer Trinitario (Trinidad)............................................................................... 11
Photo 6 : Divers matériels pour la production cacaoyère ....................................................... 39
Photo 7 : Pépinière de cacaoyers au CPMV Ezimé................................................................ 64
Photo 8 : Pépinière de cacaoyers dans les sachets cacao (2120 cm-3) ..................................... 74
Photo 9 : Jeune verger de cacaoyers ...................................................................................... 90
Photo 10 : Vergers de cacaoyers ombragés avec des essences agroforestières ..................... 100

ix
Liste des sigles et abréviations

ANOVA : Analyse de variance


Atm. : Atmosphère
B (B2O5) : Bore
BDPA : Bureau d’études pour le Développement de la Production Agricole
C : Carbone
Ca (Cao) : Calcium
CALR : Chambre d’Agriculture de Languedoc-Rousselles
CEC : Capacité d’Echange Cationique
CEAEQ : Centre d’Expertise en Analyse Environnementale du Québec
CICC : Comité Interprofessionnel des filières Café et Cacao au Togo
CIRAD : Centre de coopération International pour la Recherche Agricole et le
Développement
CKF : Compost de coques de cerises de café
CKKO : Compost de coques de cabosses de cacao
CO : Carbone Organique
COD : Coordonnateur Opérationnel Délégué
CPMV : Centre de Production du Matériel Végétal
CTE : Conseiller Technico-Economique
DRP : Direction Régionale des Plateaux
DGSCN : Direction Général de la Statistique et de la Comptabilité Nationale
DSID : Direction de la Statistique, de l’Informatique et de la Documentation
ESA : Ecole Supérieure d’Agronomie
ET : Ecart-Type
FAO : Food and Agriculture Organization of United Nations
F(d; n) : Test de Fischer (F) avec degré de liberté (d) et nombre de variables (n)
FCFA : Francs Communauté Financière en Afrique
FDS : Faculté Des Sciences
FUPROCAT : Fédération des Unions des sociétés coopératives des Producteurs de Café
Cacao au Togo
GR2D : Groupe de Recherche pour le Développement Durable
ICAT : Institut de Conseil et d’Appui Technique
ICCO : Organisation Internationale de Cacao

x
IDA/BM : International Development Agency / Banque Mondiale
IFDC : International Fertilizer Development Centre
IITA : International Institut of Tropical Agriculture
INRS : Institut National de Recherche Scientifique
INSEED : Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques et de
Développement
IRCC : Institut de Recherche sur le Café et le Cacao
ITRA /CRAF : Institut Togolais de Recherche Agronomique/Centre de Recherche
Agronomique de la zone Forestière
J.-C. : Jésus Christ
JAL : Jour Après Levée
K (K2O) : Potassium
KCl : Chlorure de Potassium
LaRA : Laboratoire de Recherche sur la Agroressources
LRF : Laboratoire de Recherche Forestière
LN : Longitude Nord
LS : Longitude Sud
MAEH : Ministère de l’Agriculture de l’Elevage et de l’Hydraulique
MAS : Mois Après Semis
Mg (Mg0) : Magnésium
MO : Matière Organique
MS : Matière Sèche
N : Azote
ORSTOM : Office de Recherche Scientifique et Technique d’Outre-Mer
P (P2O5) : Phosphore
PASA : Projet d’Appui au Secteur Agricole
pH : Potentiel hydrogène
PNIASA : Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire
PPAAO : Projet de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest
S : Souffre
SAF : Système Agro-Forestier
SAGE : Sciences des Agroressources et Génie de l’Environnement
SATEGE : Service d’Assistance Technique et de Gestion des Epandages
SBE : Somme des Bases Echangeables
xi
SMO : Sans Matière Organique
SOFRECO : Société Française de Réalisation d’Etudes et de Conseil
SRCC : Société nationale pour la Rénovation et le développement de la
Caféière et de la Cacaoyère togolaise
TSP : Triple Super Phosphate
UAC : Université d’Abomey-Calavi
UL : Université de Lomé
UTCC : Unité Technique Café Cacao
Zn : Zinc

xii
Liste des articles publiés

Les cinq articles publiés dans des revues à comité de lecture et qui sont liés directement à ce
travail de thèse sont :

1. Adden A. K., Kokou K., 2016. Effect of soil quantity and nitrogen fertilizer on soil
properties and nutrients uptake by cocoa (Theobroma cacao L.) seedlings in Togo.
International Journal of Current Research 8 (05): 30133-30138.

2. Adden A. K., Kokou K., Mawussi G., 2016. Effects of cocoa and coffee pods husks
composts combined with NPK fertilizer on the growth of immature cocoa trees
(Theobroma cacao Linn.) on depleted soil in tropical zone. Asian Journal of Science
and Technology 7 (04): 2686-2693.

3. Adden A. K., Adjonou K., Kokou K., Agbemanyale K., 2016. Cocoa trees
(Theobroma cacao Linn.) agroforests replanting in Togo: what appropriate
agroecosystems? International Journal of Development Research 6 (04): 7269-7274.

4. Adden A. K., Mawussi G., Batocfetou R. M., Koudjega T., Sanda K., Kokou K.,
2016. Effects of soil substrate quantity and sowing method on cocoa (Theobroma
cacao L.) seedlings growth in Togo. African Journal of Plant Science 10 (1): 32-38.

5. Adden A. K., Mawussi G., Ayita K. D., Sanda K., Kokou K., 2015. Effects of
nitrogen fertilizer on the growth of cocoa (Theobroma cacao L.) seedlings in Kloto
sub-zone in Togo. Cahiers du CBRST 7 (1): 1-15.

Une fiche technique a été publié également :

1. Adden A. K., Kokou K., 2017. Bien installer et conduire une replantation de
cacaoyers au Togo. Fiche Togolaise des Sciences, Techniques et Innovations (FTSTI),
EAN 9782377450084, Lomé, 11 p.

xiii
Liste des communications orales

Les six communications orales présentées lors des colloques et conférences scientifiques
sont :

1- Adden A. K. 2015. Amélioration de la productivité des vergers de cacaoyers


(Theobroma cacao L.) pour une gestion forestière durable au Togo. 2ème édition des
Journées Jeunes Chercheurs de l’Université de Lomé/Doctoriales UL 2015, 12 et 13
mai 2015, Lomé, Togo.

2- Adden A. K., R. M. Batocfetou, T. Koudjega, K. Sanda et K. Kokou. 2015. Effets de


la quantité du substrat sol et de la méthode de semis sur la croissance des plantules de
cacaoyers (Theobroma cacao L.) au Togo. 5ème Colloque de l’Université d’Abomey-
Calavi des Sciences, Cultures et Technologies, 28 septembre au 03 octobre 2015, pp.
580, Cotonou, Bénin.

3- Adden A. K., K. D. Ayita, K. Sanda et K. Kokou. 2015. Effets de la fumure azotée sur
la croissance des plantules de cacaoyers (Theobroma cacao L) dans la sous-zone
Kloto au Togo. 5ème Colloque de l’Université d’Abomey-Calavi des Sciences, Cultures
et Technologies, 28 septembre au 03 octobre 2015, pp. 580, Cotonou, Bénin.

4- Adden A. K., Kokou K., 2016. Effect of soil quantity and nitrogen fertilizer on soil
properties and nutrients uptake by cocoa (Theobroma cacao L.) seedlings in Togo.
17ème Edition des Journées Scientifiques Internationales de Lomé (JSIL 2016),
Université de Lomé, 03 au 08 octobre 2016, pp. 128-129, Lomé, Togo.

5- Adden A. K., Kokou K., Mawussi G., 2016. Effects of cocoa and coffee pods husks
composts combined with NPK fertilizer on the growth of immature cocoa trees
(Theobroma cacao Linn.) on depleted soil in tropical zone. 17ème Edition des Journées
Scientifiques Internationales de Lomé (JSIL 2016), Université de Lomé, 03 au 08
octobre 2016, pp. 128, Lomé, Togo.

6- Adden A. K., Adjonou K., Kokou K., Agbemanyale K., 2016. Cocoa trees
(Theobroma cacao Linn.) agroforests replanting in Togo: what appropriate
agroecosystems? 17ème Edition des Journées Scientifiques Internationales de Lomé
(JSIL 2016), Université de Lomé, 03 au 08 octobre 2016, pp. 128, Lomé, Togo.

xiv
Remerciements

Une thèse ne porte qu’un nom. Mais il s’agit bien d’une œuvre collective, et même si les
périodes d’hésitation et de découragement n’ont pas manqué, cette expérience de recherche
restera toujours stimulante par sa densité et sa diversité. Le présent travail ne saurait voir le
jour s’il n’y avait pas eu la contribution d’un certain nombre d’institutions et de personnalités.
Je voudrais, par ces mots, leur dire un sincère merci.

Je voudrais témoigner de ma gratitude à l’Ecole Supérieure d’Agronomie de l’Université de


Lomé pour m’avoir accueilli et formé comme elle sait bien le faire. Tous les enseignants et
enseignants-chercheurs de cette école ne sont pas du reste.

Je voudrais tout particulièrement exprimer mes reconnaissances à :


- Monsieur Yaovi Mawuena Dieudonné GUMEDZOE, Professeur Titulaire émérite de
l’Université de Lomé, pour avoir accepté de présider le jury de soutenance de cette
thèse ;
- Monsieur Achille Ephrem ASSOGBADJO, Maitre de Conférences à la Faculté des
Sciences Agronomiques de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC), pour avoir accepté
d’évaluer ce travail comme rapporteur externe ;
- Monsieur Jean Mianikpo SOGBEDJI, Maitre de Conférences, Directeur de l’Ecole
Supérieure d’Agronomie (ESA) de l’Université de Lomé (UL), pour avoir accepté
d’évaluer cette thèse comme rapporteur interne ;
- Monsieur Koffi KOBA, Professeur Titulaire, Enseignant-Chercheur à l’ESA/UL, pour
avoir accepté d’examiner ce travail ;
- Monsieur Komla SANDA, Professeur Titulaire, Président de l’Université de Kara,
pour avoir accepté mon inscription dans votre formation doctorale « Sciences des
Agroressources et Génie de l’Environnement » et de codiriger cette thèse. A travers
vous, je voudrais témoigner de mes reconnaissances au Laboratoire de Recherche sur
les Agroressources (LaRA) de l’ESA/UL;
- Monsieur Kouami KOKOU, Professeur Titulaire, Directeur de l’Institut National de la
Recherche Scientifique (INRS) au Ministère de l’Enseignement Supérieure et de la
Recherche, pour m’avoir accepté tel que j’étais et d’avoir fait de moi ce que je suis
aujourd’hui. Vos critiques constructifs et d’une rare rigueur, m’ont orienté et ont
imprimé en lettres d’or cette thèse. Merci d’avoir accepté de diriger cette thèse. A

xv
travers vous, je voudrais témoigner ma gratitude infinie au Laboratoire de Recherche
Forestière (LRF) de la Faculté des Sciences (FDS) de l’Université de Lomé qui reste
mon laboratoire d’accueil favori pour les multiples appuis qui m’y sont accordés.

Qu’il me soit permis de renouveler ma gratitude aux personnalités et aux institutions


suivantes :
- Monsieur le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Hydraulique (MAEH), Son
Excellence Colonel Ouro-Koura AGADAZI, pour avoir autorisé la mise en œuvre du
programme de formation diplômante dans le cadre du Programme de Productivité
Agricole en Afrique de l’Ouest – Projet Togo (PPAAO-Togo), au sein de son
département et à travers lui tout le Gouvernement Togolais ;
- Monsieur le Coordonnateur Opérationnel Délégué (COD) du PPAAO-Togo, Docteur
Assimiou ADOU RAHIM ALIMI pour son implication personnelle dans l’évolution
quotidienne de nos travaux et à travers lui, la Banque Mondiale, pour tout le soutien
financier apporté à notre formation. Que soit remercié toute l’équipe technique,
administrative et comptable du PPAAO Togo pour les facilitations qu’ils m’ont
toujours accordées malgré les difficultés ;
- Monsieur le Directeur Général de l’Institut de Conseil et d’Appui Technique (ICAT),
Docteur Ayéfouni ALE GONH-GOH, pour avoir autorisé ma participation à ce
programme de formation diplômante. Son dynamisme et son soutien ont joué
favorablement dans l’accomplissement de ce travail. A travers lui, tout le personnel
administratif et comptable est remercié. Mes gratitudes vont spécialement à Monsieur
le Directeur des Ressources Humaines, Monsieur A. Essè KASSOINDEY, pour son
implication personnelle dans le tandem ICAT / PPAAO-Togo. La Direction Régionale
des Plateaux (DRP/ICAT) et de l’Agence ICAT Amou, ne sont pas du reste dans les
contributions à la réussite de ce travail ;
- Monsieur le Directeur de l’Unité Technique Café Cacao (UTCC), Monsieur Kodjo
Dovlo AYITA, recevez toute ma gratitude pour votre contribution incommensurable à
l’accomplissement de cette thèse. Toute l’équipe des Techniciens Formateurs du
Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA) volet café cacao et le personnel
administratif et comptable ne sont pas du reste. L’équipe des techniciens de surface du
Centre de Production de Matériel Végétal (CPMV) d’Ezimé a été d’un appui
indescriptible pour moi lors des travaux de terrain. Recevez mes remerciements.

xvi
Mes remerciements s’adressent tout particulièrement à :
- Docteur G. MAWUSSI de l’ESA/UL pour votre soutien technique et moral. Votre
présence à mes côtés a été ressentie comme celui d’un aîné de valeur ;
- Monsieur T. KOUDJEGA, Directeur du Centre de Recherche Agronomique de la zone
Forestière de l’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA-CRAF), merci
pour votre soutien technique ;
- Monsieur K. AGBEMANYALE, Chef d’Agence de l’ICAT Amou, votre soutien
moral a été d’un réconfort pour moi. Que toute l’équipe des Techniciens Spécialisés et
des Conseillers Agricoles reçoive mes reconnaissances à travers vous.
- Monsieur K. AHAVI-TETE, Conseiller Technico-Economique (CTE) de la
FUPROCAT dans l’Amou, merci pour tes contributions techniques dans la mise en
œuvre des essais de terrain et d’être mon compagnon de brousse de tous les jours.

A tous les Enseignants – Chercheurs et les collègues du Groupe de Recherche pour le


Développement Durable (GR2D), je voudrais témoigner de ma gratitude pour votre soutien
technique et moral. Docteurs K. ADJONOU, K. SEGLA, K. GLATO, K. ABOTSI, N.
GBENYEDI et D. AFELU soyez remerciés pour votre participation active à l’aboutissement
de ce travail.

A tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à la réalisation de cette thèse et qui n’ont
pas trouvé leur nom cité dans ce document, recevez tout autant mes gratitudes.

xvii
Résumé

La production cacaoyère est en déclin au Togo avec une productivité très faible à cause de la
vieillesse des vergers à laquelle sont associées les contraintes de production de plants,
l’infertilité des sols et la dégradation de l’environnement de production. L’objectif de cette
thèse était d’apporter quelques solutions pour la replantation des cacaoyers tout en améliorant
les facteurs susmentionnés afin de perpétuer une gestion forestière durable au Togo. Quatre
essais ont été réalisés dans des dispositifs expérimentaux spécifiques avec leur gestion
appropriée puis la collecte et l’analyse de données. Le premier essai a étudié les effets de deux
quantités de substrats sol (1055 cm3 et 2120 cm3 ) et trois modes de semis (semis direct des
fèves, repiquage des plantules de 10 jours puis de 15 jours après croissance sur planche) sur la
croissance en pépinière des plantules de cacaoyers. Le deuxième essai a testé les effets de
complément d’azote (0 ; 1,5 ; 3 et 4,5 g.plant-1 d’urée puis 0 ; 0,5 ; 1 et 1,5 g.plant-1 d’urée)
sur la croissance des plantules de cacaoyers en pépinière. La troisième expérience a testé le
compostage des coques de cerises de café et de cabosses de cacao puis les effets de leurs
apports, combinés ou non avec de l’engrais NPK 15-15-15, sur la croissance des jeunes
cacaoyers au champ en plein soleil. Le dernier essai a consisté à l’analyse de l’adaptabilité des
jeunes cacaoyers dans différents agroécosystèmes de replantation. Les résultats obtenus ont
montrés qu’il n’y a pas de différence significative entre les plants de cacaoyers crus dans les
deux types de pots. Le repiquage des plantules de cacaoyers 10 jours après levée sur planche
était une alternative pour le semis direct. Le taux de mortalité des plantules de cacaoyers était
de 0%, 13%, 73% et 90% en fonction des quatre doses croissante d’urée. Une application
modérée d’urée (1 g.plant-1) serait bien pour une meilleure croissance et nutrition des
plantules de cacaoyers. Les composts produits en 60 jours étaient hygiéniques et utilisables.
Ces composts ont eu des effets significatifs sur la hauteur des jeunes cacaoyers. La dynamique
des nutriments dans le sol étudié a révélé une amélioration de la fertilité du sol mais on
n’avait pas besoin d’apport de N. L’agroécosystème de replantation des cacaoyers requérait
des sols de texture argilo-sableuse, profond d’au moins un mètre avec des arbres
agroforestiers ayant une couverture au sol de 75 - 100% d’ombrage.

Mots clés : Togo ; Agroforêt à cacaoyers ; Replantation ; Conduite de pépinière ;


Agroécosystème ; Gestion des sols.

xvii
i
Abstract

TITLE: Cocoa (Theobroma cacao Linn.) groves productivity improvement for


sustainable forest management in Togo

The cocoa farming is declining in Togo with a very low yield due to the orchards oldness
which is associated with seedlings production constraints, soil infertility and cropping
environment degradation. The aim of this thesis was to propose some solutions to cocoa
groves replanting by improving sub-mentioned factors in order to perpetuate a sustainable
forest management in Togo. Four trials were conducted in specific experimental design with
their suitable management then data collection and analysis. The first test studied the effects
of two quantities of soil substrates (1055 cm3 and 2120 cm3) and three sowing methods (direct
beans sowing, replanting of 10 days old seedlings and of 15 days old seedlings after growth
on seedbed) on the growth of cocoa seedlings in nursery. The second trial tested the effects of
the complemented doses of nitrogen (0; 1.5; 3 and 4.5 g.plant-1 of urea then 0; 0.5; 1 and 1.5
g.plant-1 of urea) on the growth of cocoa seedlings in nursery. The third experiment tested the
composting of cocoa and coffee pods husks then the effect of their contributions, combined or
not with NPK 15-15-15, on the growth of the young cocoa trees in sun full field. The last test
consisted of the analysis of the adaptability of young cocoa trees in different replanting
agroecosystems. Results showed that there is no significant difference between the cocoa
seedlings growth in the two types of pots. The cocoa seedlings replanting 10 days after lifting
on seedbed was an alternative for the direct sowing. The death rate of the cocoa seedlings was
0%, 13%, 73% and 90% according to the increased amount of nitrogen fertilizer. A moderate
application of urea (1 g.plant-1) was required for the optimum growth and nutrition of cocoa
seedlings. The composts produced in 60 days were hygienic and usable. These composts had
significant effects on the cocoa height. Nutrients dynamic in the studied soil revealed an
improvement of the soil fertility but N application is not required. The cocoa groves renewing
agroecosystem required sandy-loam soil, deep at least one meter with agroforestry trees
having a ground cover of 75 to 100% of shade.

Keys words: Togo; Cocoa agroforest; Replanting; Nursery management; Agroecosystem;


Soil management.

xix
INTRODUCTION GENERALE

1
Le cacao, connu comme la nourriture des dieux (Theobroma cacao Linn.), est une culture de
rente remarquable dans plusieurs pays tropicaux dont le Togo (Koudjega et Tossah, 2009). La
demande mondiale de cacao était en perpétuel0le hausse, passant de 3,7 millions de tonnes en
2007/08 à 4,225 millions de tonnes en 2015/16 alors que la production mondiale de cacao est
passée de 3,7 millions de tonnes en 2007/08 à 4,154 millions de tonnes en 2015/16 (ICCO,
2008 ; ICCO, 2016). L’offre ne suivait pas la demande. C’est ce qui a entrainé la hausse des
cours mondiaux du cacao depuis un certain temps. L’Afrique détient toujours le monopole de
la production avec plus de 70% de l’approvisionnement mondiale de cacao (Wessel et Quist-
Wessel, 2015) et il y existe encore des possibilités d’augmentation de la production estimées à
9% (Aikpokpodion, 2010). La production cacaoyère a toujours été considérée comme un
sous-secteur leader dans la croissance et le développement économique de plusieurs pays
ouest-africains (Duguma et al, 2001). Alors les petits planteurs, qui fournissaient la majorité
de la production en Afrique, se sont lancés dans une replantation des vergers afin de répondre
à la demande croissante.

Au Togo, la production cacaoyère a contribué en 2010 à 1,3% au Produit Intérieur Brut


(INSEED, 2015). Les agroforêts à cacaoyers togolais sont évaluées à 23 290 ha dont 47% sont
vieux. La filière cacaoyère occupe 17% des Actifs Agricoles au Togo. La production de cacao
marchand est estimée à environ 6 à 7 000 tonnes par an avec un rendement moyen faible de
240-300 kg.ha-1 (DSID, 2014 ; UTCC, 2014). Par conséquent, il y a un grand besoin
d'intensifier la production par l’amélioration des rendements afin de répondre à la demande
croissante du marché. Une possibilité d’amélioration de la productivité et d’intensification de
la production cacaoyère reste la replantation des vergers (Ogunlade, 2008 ; Oyewole et al,
2012).

En attendant d’augmenter les rendements en cacao, les producteurs sont encouragés à


replanter leurs vieux vergers depuis 2013 à travers le Projet d'Appui au Secteur Agricole
(PASA), financé par la Banque Mondiale avec la contribution du Gouvernement Togolais.
Malheureusement, cette replantation fait face à des contraintes de production des plants
(Contraintes liées à l’utilisation efficace des semences et au transport des plants, contraintes
liées à la qualité des terreaux utilisés en pépinière), à une replantation des cacaoyers dans des
agroécosystèmes très diversifiés et inadéquats, et à la dégradation de la fertilité des sols sous
les vieux cacaoyers, exploités pendant des décennies sans compensation en engrais minéraux
(Epule et al, 2015 ; Wessel et Quist-Wessel, 2015).

2
Pour faire face à ces contraintes, les planteurs ont développé depuis quelques années une
nouvelle approche pour élever des plants de cacaoyers en utilisant les pots de 21 cm x 8 cm
destinés aux caféiers et des pots de 27 cm x 10 cm destinés aux cacaoyers afin de réduire le
volume du substrat à empoter et donc la lourdeur des pots à transporter au moment des mises
en terre. Ils sèment les fèves sur planche avant de les repiquer dans les pots quand ils ont du
temps. Dans ces conditions, l’utilisation anarchique des pots de tailles variables dans la zone
de production cacaoyère au Togo est un problème majeur qu’il faut absolument résoudre par
une recommandation appropriée et actualisée.

Bien que la qualité du sol soit pressentie pour avoir un effet efficace sur la production du
cacaoyer, l’influence de la quantité du sol sur la croissance et la performance des plantules de
cacaoyer n'a cependant pas reçu suffisamment d'attention scientifique au Togo de même que
les méthodes de semis en pépinière des fèves de cacaoyer. C’est ce qui amène à s’interroger
en primo sur les effets de la quantité de sol en pot et de la technique de semis sur la croissance
de plantules de cacaoyers. A côté du volume de sol contenu dans les pots utilisés, la qualité
nutritionnelle de ce sol reste un souci majeur notamment les pertes d’éléments nutritifs dans
les sols tropicaux, et plus spécialement dans les systèmes de production cacaoyère au Togo. Si
les sols en place ont besoin de l’azote pour les cacaoyers au champ, les plantules en pépinière
en auront besoin aussi. C’est ce qui a conduit à la seconde question de recherche : quel est
l’effet de l’engrais azoté sur la croissance des plantules du cacaoyer en pépinière ? Les plants
produits en pépinière doivent servir pour la rénovation des vergers et ceux-ci ont besoin
d’éléments nutritifs appropriés pour bien croître au champ. Le souci de valorisation des
ressources localement disponibles justifie une meilleure recherche de connaissance de la
réponse des plants de cacaoyers aux apports des engrais organiques et/ou minéraux
localement accessibles. C’est en cela que la troisième question de recherche interpelle sur la
qualité des composts produits à base des coques de cabosses de cacao et de coques de cerises
de café, et les effets de ces composts, combinés ou non avec de l’engrais NPK 15-15-15, sur
les propriétés du sol en place et sur le développement des jeunes cacaoyers. Tous ces
cacaoyers doivent évoluer dans un environnement écologique favorable pour escompter une
meilleure expression de leur potentiel phytogénétique. Avec le boom du cacao, on assiste à
une replantation anarchique des vergers nécessitant de faire une mise au point au Togo sur
l’environnement de l’aire de production cacaoyère existant. C’est ce qui amène à la quatrième
question de recherche sur l’adaptabilité des jeunes cacaoyers dans différents agroécosystèmes
actuels de replantation.

3
Les présents travaux sont conduits selon les hypothèses de recherche suivantes :
1. La réduction de la quantité de substrat sol en pot et le semis direct des fèves ont une
influence positive sur la production de plants de cacaoyers ;
2. L’azote a un effet positif sur la croissance des plantules de cacaoyers ;
3. Les composts produits localement avec des coques de cabosses de cacao et de coques
de cerises de café, combinés ou non à l’engrais NPK, ont des effets positifs sur la
croissance des jeunes cacaoyers sur sol dégradé ;
4. La plupart des agroécosystèmes actuels de replantation (plantation sans précédent
forestier, sans couvert forestier, sol hydromorphe, etc.) sont inadaptés pour les jeunes
cacaoyers.

Pour vérifier ces hypothèses, des essais en pépinière et au champ ont été menés dans la zone
de production cacaoyère au Togo. L’objectif global était d’étudier les possibilités de
replantation de cacaoyers au Togo afin de perpétuer une gestion forestière de rente durable.
Quatre objectifs spécifiques sont retenus et sont successivement développés :
1. Etudier les effets de la quantité du substrat sol et de la méthode de semis sur la
croissance de plantules de cacaoyers :
2. Analyser les effets de l’engrais azoté sur la croissance de plantules de cacaoyers :
3. Etudier les effets des composts des coques de cabosses de cacao et de coques de
cerises de café, combinés ou non à l’engrais NPK 15-15-15, sur la croissance des
jeunes cacaoyers sur sol dégradé :
4. Evaluer l’adaptabilité des jeunes cacaoyers dans différents agroécosystèmes actuels de
replantation :

Le présent document s’articule autour de quatre chapitres. Après cette introduction générale,
le premier chapitre abordera les acquis bibliographiques sur le cacaoyer, l’état des lieux sur la
production cacaoyère et décrit le milieu d’étude. Ensuite, le second chapitre présentera la
méthodologie utilisée pour la conduite des essais, la collecte, le traitement et l’analyse des
données. Puis, le troisième chapitre exposera les résultats des expérimentations menées.
Avant la conclusion générale et les perspectives, le quatrième chapitre présentera une
discussion générale sur les travaux menés.

4
CHAPITRE 1 : SYNTHESE DES ACQUIS
BIBLIOGRAPHIQUES SUR LE CACAOYER ET
MILIEU D’ETUDE

5
1.1 Cacaoyer

Le cacaoyer est une plante appartenant à la famille des Malvaceae, anciennement classé
Sterculiaceae (Motamayor et al, 2002; Oro, 2011), genre Theobroma avec 22 espèces connues
dont la plus cultivée en dehors de son bassin natif reste T. cacao (Hebbar et al, 2011). C'est
une espèce diploïde (2n = 2x = 20) qui a un petit génome, 0,4 pg/1C (Lanaud et al, 1992).
Certaines de ces espèces sont aussi cultivées dans leur milieu naturel. D’autres espèces sont
récoltées dans la nature à moindre échelle pour l’usage humain comme T. bicolor, T
grandiflorum, T. speciosum, T. leicocarpum et T. subincanum (Hebbar et al, 2011; Oro,
2011). Le cacaoyer est appelé en plusieurs langues locales au Togo, « cocoti ».

Le récit du chocolat et de l'arbre (Photo 1) dont il provient est très ancien et remonte à des
années antiques. Des informations associées à l’histoire de la culture du cacaoyer, les
caractéristiques générales de l’arbre, la problématique globale de sa culture surtout du point
de vue édaphique et agronomique, l’importance économique du cacao puis la description du
milieu de l’étude seront apportées dans ce chapitre.

1.1.1 Origine et historique

Le cacaoyer (Theobroma cacao Linn.) est un arbre originaire du bassin amazonien (continent
américain). On le trouvait également dans le bassin de l’Orénoque où il pousse naturellement
à basse altitude entre 200 et 400 m au pied de la cordillère des Andes. L’histoire du cacaoyer
remonte à celle des Indiens d'Amérique Centrale, qui considéraient le cacao comme un élixir
divin. Sa culture a commencé en Amérique Centrale et s’est répandue successivement grâce
aux civilisations Olmèques, Mayas et Aztèques (Motamayor et al, 2002).

Le premier utilisateur du cacao a été le peuple Olmèque. Le mot « cacao », prononcé


« kakawa » à l’origine, est un mot emprunté à la famille linguistique mixe-zoque. Les
linguistes le situent environ 1000 ans avant Jésus-Christ (J.-C.) (Justeson et al, 1985). Des
analyses chimiques réalisées dans une tombe de la haute société Maya (1000 ans avant J.-C. –
800 ans après J.-C.) découverte à Río Azul (Guatemala), ont démontré qu'elle avait contenu
du cacao (Reents-Budet, 1996). Une très belle pièce fut même trouvée représentant le
transvasement du chocolat d'un récipient à l'autre pour le faire mousser (Photo 2A). Le cacao
était la marchandise la plus importante, et les fèves de cacao servaient également de monnaie

6
pour soutenir le vaste commerce existant entre les différentes cités Mayas. A Cacaxtla, actuel
état de Tlaxcala au Mexique, se trouve une fresque représentant le dieu des marchands (EK
Chuah ou dieu L, Photo 2B) faisant une halte sur le chemin, débout en face d'un cacaoyer
(Loor Solorzano, 2007).

A B C
Photo 1 : Diversité de cacaoyers dans la région des Plateaux au Togo
(A - Hydrides SRCC ; B - Hydrides SRCC ; C - Amélonado)

A B C D
Photo 2 : Histoire du cacaoyer (Loor Solorzano, 2007)
A - Illustration Maya (1000 avant J.-C. – 800 après J.-C.) représentant la scène du transfert du
chocolat d'un récipient à l'autre pour le faire mousser.
B - Fresque retrouvée à Tlaxcala (Mexique) représentant le dieu des marchands faisant une
halte en face d'un cacaoyer.
C - Poterie représentant une femme Maya symbolisant l’importance du cacao lors d’une
cérémonie de mariage (Musée National d’archéologie à Guatemala).
D - Dieu « Serpent-Oiseau » auquel les Aztèques attribuaient l’origine du cacaoyer.

7
Chez les Aztèques (13ème – 16ème siècle), la fève de cacao, en plus d’être un aliment ou une
boisson, devint comme un moyen important d’échange, une monnaie acceptée pour les
règlements courants dans toute l’Amérique Centrale. Ainsi, un poisson valait 3 fèves de
cacao, un lapin 20 à 30 fèves, tandis qu’un esclave équivalait à 100 fèves (Oviedo, 1944). Les
Aztèques auraient fabriqué deux types de boissons à partir des fèves de cacao : le pulque
(l'octli) et le chocolat. La première était une boisson alcoolisée et la deuxième une boisson
calorifique utilisée lors des cérémonies comme le mariage (Photo 2C) et en temps de guerre
(Knight, 1999).

L’histoire de la domestication du cacaoyer ne peut se dissocier de la légende du dieu-roi


« Quetzalcóatl » (« Serpent à plumes » ou « Serpent – oiseau »), à qui les Aztèques attribuent
l'origine du cacaoyer (Photo 2D). Le cacao était donc connu sous l’intitulé évocateur de
nourriture des dieux, ce qui a inspiré le nom scientifique du cacaoyer. C’est en souvenir de la
légende de Quetzalcóatl, que Carl Von Linné a baptisé le cacaoyer : Theobroma cacao Linn.,
« theos » signifiant dieu en grec et « broma» veut dire breuvage (Whitlock et al, 2001).

1.1.2 Répartition géographique du cacaoyer

Le cacaoyer se rencontre à l’état naturel dans les étages inférieurs des forêts humides
d’Amérique tropicale, entre 20° de Latitude Nord et 20° de Latitude Sud (Figure 1) à une
altitude généralement inférieure à 1250 m. Avec les Aztèques (13ème – 16ème siècle), les
plantations s’étendirent dans les Îles Caraïbes, au Venezuela, en Equateur et en Colombie.
C’est au 17ème siècle qu’une expansion rapide du marché du cacao au niveau du continent
européen se produisit. Au cours de ce siècle, les espagnols avaient réussi le transfert de
quelques plants à Manille aux Philippines. La culture s’est progressivement répandue vers le
sud à travers l’Inde orientale puis au Sri Lanka au cours du 19ème siècle. Au début du 20ème
siècle commence une série d’introduction de la culture par les Hollandais à Java et par les
allemands en Papouasie-Nouvelle-Guinée à partir de plusieurs régions d’Amérique Latine. De
manière autonome, la province de Bahia au Brésil a créé de grandes plantations cacaoyères au
19ème siècle.

C’est à partir de la région de Bahia que le cacao a pris la direction de l’Afrique de l’Ouest où
d’importantes plantations ont été créées au 19ème et au 20ème siècle notamment au Cameroun,

8
au Nigeria, au Togo, au Ghana et en Côte d’Ivoire (Oro, 2011) puis en Asie (en Malaisie et en
Indonésie). Aujourd’hui, on retrouve le cacaoyer sur les cinq continents avec une part
importante de la production en Afrique : 74,9% de la production mondiale pour la campagne
2010-2011 avec un volume de plus de 3,2 millions de tonnes de cacao marchand (ICCO,
2012).

Figure 1 : Régions de production cacaoyère sur le globe terrestre (ICCO, 2012)

1.1.3 Diversité biologique du cacaoyer

La classification de la diversité génétique de l’espèce T. cacao a été proposée par Morris


(1882) en référence à trois groupes morpho-géographiques de cacaoyers traditionnellement
cultivés dans le monde : Criollo, Forastero et Trinitario. Bien que les groupes Criollo,
Forastero et Trinitario aient servi de base à la première classification du cacaoyer, ces
groupes ne reflètent plus actuellement la vraie dimension, structuration et diversité génétique
de cette espèce. Cependant, cette représentation globale de la diversité génétique chez T.
cacao a été maintenue et est encore largement utilisée malgré son imprécision et tous les

9
échanges génétiques qui se sont produits et qui rendent difficile cette classification trop
rigoureuse (Motamayor, 2001). La grande diversité de l’espèce T. cacao justifie une nouvelle
analyse de la classification de sa diversité génétique et qui a fait l’objet de travaux réalisés sur
les cacaoyers sauvages en Amérique Latine par Loor Solorzano (2007).

Les Criollo, signifiant « créole » en espagnol, cultivés à l’origine en Amérique Centrale, au


Mexique et au Venezuela, représentent la variété la plus anciennement exploitée.
Aujourd’hui, on les retrouve également aux Antilles, en Colombie et à Madagascar (Photo 3).
Les Criollo fournissent un cacao fin et délicat, très aromatique avec une légère amertume, et
sont utilisés en chocolaterie pour la fabrication de produits de luxe. Malgré leurs très grandes
qualités, ils sont très peu cultivés à cause de leur vigueur réduite et de leur sensibilité aux
maladies. Ils représentent 1 à 5% de la production mondiale (Motamayor et al, 2002 ; Loor
Solorzano, 2007 ; Oro 2011).

Les Forastero, signifiant « étranger » en espagnol, regroupent en fait tous les autres types de
cacaoyers « non Criollo » (Photo 4). La plupart sont originaires de la Haute Amazonie et sont
naturellement dispersés dans tout le bassin de l’Amazone (Dias et al, 2003). Ce groupe est
particulièrement diversifié et renferme des génotypes très résistants aux maladies (Pound,
1945) et beaucoup plus productifs que les Criollo. Il existe de très nombreux cultivars
Forastero. Ils constituent le support de la production principale de l’Afrique de l’Ouest et sont
aussi cultivés dans le nord de l'Amérique du Sud, au Brésil, en Equateur. In extenso, ce
groupe représente 75 à 80 % de la production mondiale (Loor Solorzano, 2007 ; Oro 2011).

Les Trinitario (provenant de l’île de Trinidad) sont des populations hybrides de cacaoyers
(Photo 5), qui ont pour origine un croisement naturel entre les Criollo plantés au 17ème siècle
par les colons espagnols à Trinidad et les cacaoyers importés de la Basse Amazonie d’origine
Forastero (Pound, 1938 et 1945). Ils sont cultivés sur les mêmes terres que le Criollo, et
furent rapidement implantés dans les pays d’Amérique Centrale, dans certains pays du nord
de l'Amérique du Sud (Colombie, Venezuela, Equateur, etc.), ainsi que dans quelques pays
d’Afrique et d’Asie du Sud-Est. Hybrides naturels très hétérogènes, ils offrent une bonne
résistance aux maladies et représentent actuellement environ 20 à 25% de la production
mondiale (Loor Solorzano, 2007 ; Oro 2011).

10
Photo 3 : Cacaoyer Criollo (Madagascar)

Photo 4: Cacaoyer Forastero (Togo), Hybride SRCC

Photo 5 : Cacaoyer Trinitario (Trinidad)

11
1.1.4 Morphologie du cacaoyer

La morphologie du cacaoyer se rapporte à la description des différentes parties de l’arbre : les


racines, la tige, les feuilles, la fleur, le fruit et la graine.

Le cacaoyer issu de semis est constitué d’une part, d’un pivot pénétrant profondément dans le
sol qui atteint jusqu'à 2 m de profondeur et, d’autre part d’une couronne de racines latérales
superficielles (Figure 2A). Le pivot croit pour atteindre un diamètre de 30 à 40 cm en 4-5
mois, et 70 à 80 cm après 5-6 ans. A l’âge de 10 ans tout le système racinaire atteint son
développement final avec les racines latérales qui deviennent très abondantes en se
répartissant dans la couche humifère superficielle du sol (Oro, 2001 ; Loor Solorzano, 2007).
La plus grande partie du système radiculaire reste néanmoins confinée aux 50 premiers
centimètres du sol et dans un rayon de 5 à 6 m autour de l’arbre (Mossu, 1990).

Après l’apparition des premières feuilles sur le jeune plant, le bourgeon terminal poursuit son
développement et le tronc croît verticalement (axe orthotrope). Le tronc est généralement
droit avec une écorce peu épaisse de couleur brun grisâtre. Son diamètre est en moyenne de
20 cm. (Enriquez, 1985 ; Loor Solorzano, 2007). A l’aisselle des feuilles, un ou plusieurs
bourgeons axillaires suivent la phyllotaxie 3/8. Cette phyllotaxie peut varier de 3/8 à 5/13 et la
croissance en hauteur de la tige s’interrompt à 18 mois. L’extrémité de la tige présente
l’aspect caractéristique d’un massif de 5 bourgeons axillaires disposés en verticille et dont le
développement donne naissance à 5 branches plagiotropes qui forment la couronne (Figure
2B). Pendant ce temps, le bourgeon terminal disparaît et le bourgeon axillaire se développe
pour donner naissance à un nouvel axe orthotrope qui se comporte comme la première tige
(Oro, 2011).

Les cacaoyers sont des arbres à feuilles persistantes caractérisées par une grande taille et une
forme simple, lancéolée ou oblongue selon le génotype, pointue et penninervée. Les feuilles
de cacaoyer mesurent de 20 à 30 cm de long pour une largeur de 7 à 12 cm. Les feuilles
juvéniles sont molles et tendres avec une coloration variant du vert très clair à diverses
nuances de rouge selon le génotype et leur teneur en anthocyanes. Cependant, elles
deviennent vertes à l’état adulte et acquièrent une rigidité qui leur permet de prendre un port
subhorizontal. Au moment du vieillissement, elles perdent leur souplesse et deviennent
cassantes (Vera, 1987 ; Oro, 2011). L'intensité lumineuse affecte le nombre, la taille,

12
l’épaisseur des feuilles et leur teneur en chlorophylle. Ainsi, les feuilles se développant sous
ombrage sont plus grandes et plus vertes que celles directement exposées à la lumière (Wood,
1973 ; Loor Solorzano, 2007).

La fleur de cacaoyer est de petite taille. Son diamètre varie de 0,5 à 1 cm et elle est supportée
par un pédoncule de 1 à 3 cm. Elle est hermaphrodite, régulière et pentamère (Figure 3). Les
inflorescences sont portées sur le tronc (cauliflorie) ou sur les branches maîtresses
(ramiflorie). Les fleurs sont solitaires ou réunies en petits groupes. Elles se forment à
l’aisselle d’anciennes cicatrices foliaires développées en « coussins floraux » où vont se
développer successivement des boutons floraux, des fleurs, des petits fruits verts (cherelles) et
enfin des fruits mûrs (cabosses) qui peuvent coexister.

Les cabosses présentent une grande diversité de couleurs, de formes, de textures et de tailles,
qui dépend de l’origine génétique de l’arbre et de l’état de mûrissement du fruit. Les cabosses
sont généralement de couleur verte ou rouge avant maturité et jaune, rouge ou orangé à
maturité. Une cabosse mûre peut mesurer de 15 à 25 cm de long, 10 à 15 cm de large et son
poids moyen varie de 400 à 500 g (Loor Solorzano, 2007). Chaque cabosse est protégée par
une enveloppe extérieure dure et épaisse (le cortex de la cabosse, généralement appelé coque)
et contient entre 20 et 50 fèves (graines de cacaoyer) réparties dans 5 à 8 sillons longitudinaux
(Leon, 1987). En général la cabosse, arrive à maturité entre 4 et 6 mois après la floraison. Les
meilleurs rendements observés peuvent aller jusqu'à 150 cabosses par arbre et par an (Loor
Solorzano, 2007), mais la production des cacaoyers est très hétérogène avec une moyenne de
20-40 cabosses au Togo (communication personnelle). Contrairement à la plupart des fruits,
les cabosses sont indéhiscentes et restent accrochées à l’arbre.

1.1.5 Ecologie et écophysiologie du cacaoyer

Les cacaoyers sont cultivés sur de nombreux types de sols. Kebe et al (2009) préconise que le
sol doit être d’autant plus profond que la pluviométrie est faible et mal répartie. Selon eux, il
faut choisir un sol riche, profond, non gravillonnaire et non sableux, dont la nappe phréatique
est à plus d’un mètre de profondeur. Il faut préférer les précédents forêt, recrû forestier,
vieilles cacaoyères ou caféières. Les sols sous cacaoyers ont des exigences très prononcées.

13
Le sol devait être profond d’au moins 1,5 m, bien drainé et de préférence argilo-sableux
(Koko et al, 2009 ; Koko, 2014).

Feuilles

Fruits

Tige

Racines
latérales Racine
pivotante

A B
Figure 2 : Architecture générale d’un cacaoyer issu de semence
A. Modèle d’architecture selon Demol (2002).
B. Vue d’un cacaoyer de 2 ans ayant formé sa couronne à 18 mois.

Style

Staminode

Etamine

Cuculle
Pétale
Limbe

Sépale

Figure 3 : Représentation schématique d’une fleur de cacaoyer (Loor Solorzano, 2007)

14
Le régime pluviométrique pour la réussite des cacaoyers est estimé entre 1000 et 2000 mm
par an avec moins de trois mois de pluie de hauteur inférieure à 100 mm et une température
de 18-32°C (Mossu, 1990 ; Oro, 2011 ; Koko, 2014). Kebe et al (2009), préviennent que la
culture du cacaoyer exige une pluviosité annuelle supérieure à 1200 mm, régulièrement
répartie.

Selon Crane et al (2013), les températures optimales pour la croissance du cacaoyer sont
comprises entre 18°C et 32°C. A moins de 10°C, la plante pourrait être endommagée ou tuée
et à plus de 32°C, la croissance de la plante est ralentie. La floraison apparait lorsque la
température est autour de 20°C. Le cacaoyer demande une hygrométrie constante et élevée,
supérieure à 80%, telle qu'elle existe dans la forêt tropicale humide. Une saison sèche
marquée, en augmentant le taux d'évaporation du sol et l'intensité de la transpiration de
l'arbre, perturbe défavorablement le métabolisme de la plante (Kebe et al, 2009).

L’ombrage optimale pour une bonne productivité du cacaoyer doit être de 25% ; il est
préférable de mettre le cacaoyer sous la canopée de grands arbres (Crane et al, 2013). La
production durable de cacao pour 25-30 ans dépend largement de la fertilité du sol et aussi de
l’importance de la fertilisation minérale (Koko, 2014). Il est maintenant évident que sans
engrais, aucun sol, même le plus fertile, ne pourrait assurer le maintien de la culture sans
ombrage de ces cacaoyers au-delà de quelques années, d'où l'intérêt accru des recherches
concernant les formules de fumure à apporter dans le cas du Togo.

1.1.6 Agrotechnie contemporaine

La plantule de cacaoyer est cultivée d’abord en pépinière dans des sachets sous ombrage
aménagé pendant 5-8 mois avant d’être plantée au champ. La germination de la graine de T.
cacao est épigée et a lieu au bout de 4 à 6 jours après le semis dans de bonnes conditions.
Dans les 10-15 jours qui suivent la germination, le rachis s’allonge tandis que les cotylédons
sortent de la terre. Ils apparaissent revêtus des téguments de la graine qui se déchirent pour
s’épanouir. L’hypocotyle et les cotylédons exposés à la lumière deviennent verts peu à peu et
les premières vraies feuilles apparaissent avec le développement de la tigelle. Deux
principaux facteurs influencent la germination des graines : la température et l’humidité
relative. La température à laquelle la graine germe est comprise entre 18 à 30°C. L’humidité
relative optimale de conservation de la graine est de 100% (Oro, 2011). Le plant de cacaoyer

15
ainsi obtenu est replanté en début de la saison des pluies soit sous le couvert forestier
aménagé ou sous ombrage artificiel, ou encore sous des végétaux plus grands.

Un des soucis primaires pour la culture en pot en pépinière est potentiellement le contrôle du
substrat dans le pot et sa fertilité pour les plantes (Burnett et al, 2016). Le régime d’ombrage
des plants de cacaoyers en pépinière doit également être adéquat pour permettre une bonne
protection des plantules contre les rayons solaires (Harun et Ismail, 1983). Mohd.Yusoff et al
(2007) ont suggéré de contrôler l’ombrage pour ne laisser passer que 20% de la lumière. Mais
cet ombrage doit être régulé au moment de l’acclimatation des plants de cacaoyers en laissant
passer graduellement 50 puis 75 % de la lumière.

C’est une culture extensive qui est de nature intégrée dans les systèmes de production
complexes. Mais on tend de plus en plus vers une intensification de la production cacaoyère
avec l’utilisation des agrotechnologies diverses pour produire de cacao marchand de
différentes qualités dans différents agroécosystèmes (cacao conventionnel, cacao certifié
qualité, cacao biologique certifié, etc.).

Après cette présentation du cacaoyer, il est tout aussi important de voir les travaux
scientifiques réalisées sur la production cacaoyère surtout en ce qui concerne la gestion des
sols et l’agroécosystème de production cacaoyère.

16
1.2 Etat des lieux sur la production cacaoyère

1.2.1 Gestion des sols dans la production cacaoyère

Plusieurs auteurs ont travaillé sur les conditions de production des plants de cacaoyers en
pépinière, principalement sur la fourniture de l’azote (N), du phosphore (P), du potassium (K),
du calcium (Ca) et du magnésium (Mg) par le sol. Presque tous ont suggéré le semis direct de
fèves dans un pot comme méthode de semis (Akanbi et al, 2014; Koko, 2014; Oyewole et al,
2012; Koko et al, 2009; Mohd.Yusoff et al, 2007; Hartemink, 2005).

Uribe et al, (2001) ont démontré que les vergers de cacaoyers exposés en plein soleil en
Colombie ont besoin de fertilisants pour bien produire. La production maximale à l’hectare de
cacao marchand a été obtenue par la fumure en N-P2O5-K2O : 150-90-200 pour avoir un
rendement de 1160 kg.ha-1 avec une pluviométrie de 2960 mm par an et une température
annuelle moyenne de 24°C.

La fertilisation minérale des cacaoyers en Afrique ne peut se dissocier de l’historique du


Logiciel Diagnostic-Sol (Jardin, 1976). C’est un logiciel qui se base sur les analyses de sol
pour prédire les besoins complémentaires en nutriments à fournir au sol du cacaoyer, en
fonction de son âge, pour qu’il se développe et produise normalement. Les bases essentielles
sur lesquelles ce logiciel est fondé sont :
- Equilibre entre N et P : N/P= 1,5-2 (≤ 2) ;
- Equilibre entre K-Ca-Mg : 8% K - 68% Ca - 24% Mg et Mg/K = 3 ;
- Equilibre entre la somme des bases échangeables (SBE) et l’azote total (N) selon la
formule [(SBE + 6,15)/N] ≤ 8,9 où SBE = K + Ca + Mg ;
- Relation entre la texture du sol et le niveau moyen du Mg (≥0,8 cmol.kg-1) ;
- Le niveau optimum de P = 100 ppm (≥ 60 cmol.kg-1 P2O5).
La valeur moyenne du rapport C/N pour une meilleure croissance du cacaoyer est C/N > 9
avec une teneur en matière organique de 3,5 % ou 30 g.kg-1 (Jardin, 1990 ; Aikpokpodion,
2010). Le logiciel ne prend pas en compte clairement le taux d’argile + limon fin qui sont des
éléments importants dans un sol pour cacaoyer. Ces sols ont donc besoin d’une gestion
appropriée de leur fertilité. Avec les travaux de Jardin et Snoeck (1985), Snoeck et Jardin
(1992) et Snoeck et al (2006), la qualité du sol et la quantité du sol sont exigées pour évaluer
les vrais besoins pour le cacaoyer avec la méthode Diagnostic-Sol. Donc en pépinière, la

17
production de plants de cacaoyer est dépendante des éléments nutritifs disponibles que
contienne un volume spécifique de sol dans le pot utilisé.

Les travaux de Koudjega et Tossah (2009) avec ce logiciel ont permis de proposer des doses
de fumure minérale pour les zones de production de cacaoyers au Togo. On note
particulièrement que les zones avec une forte acidité du sol ont besoin de moins d’engrais.
Les prédictions de fumures minérales à appliquer par cacaoyer au stade plateaux de
production (à partir de 10 ans) pour avoir un rendement minimal de 500 kg.ha-1 de cacao
marchand dans les zones étudiées au Togo (Akébou, Kloto et Litimé) ont été révélées (voir les
doses dans le tableau 1). Il faut souligner que ces données ne sont que des prévisions
d’engrais à appliquer sur trois ans et qu’il faudrait valider avec des essais multilocaux. Cette
formule ne propose pas non plus de complément en Ca et/ou Mg alors que les caractéristiques
des sols étudiées révèlent que l’équilibre K-Ca-Mg n’est pas parfait avec une déficience
prononcée en K. Ces études ne donnaient pas non plus de précisions sur la fumure minérale
des jeunes plantations ni celles entrant en production. Ce qui rendait l’étude pas très utile pour
les planteurs de cacaoyers dans leur vision de replantation des vergers.

Tableau 1 : Prédiction de doses de NPK à appliquer aux cacaoyers au stade plateaux de


production dans les zones au Togo sur trois ans

Zone N P K
Akébou 66 268 201
Kloto 212 289 742
Litimé 130 288 389
Source : Koudjega et Tossah, 2009

Snoeck (2010) puis Koko (2014) ont rapporté que le diagnostic sol, avec des essais
complémentaires, a permis de formuler des recommandations de fumures minérales pour le
cacaoyer aussi bien au Ghana (0 N, 16 P2O5, 20 K2O, 10 CaO, 5 MgO) qu’en Côte d’Ivoire
(0 N, 23 P2O5, 19 K2O, 10 CaO, 5 MgO). Mais après un certain temps d’utilisation de ces
formules, on constate une acidification des sols sous cacaoyers fertilisés à cause des
précipitations de P issu du Triple Super Phosphate (TSP) surtout sur les sols ferralitiques.
Pour accroitre la biodisponibilité de P dans ces sols acides, il faut utiliser des pratiques
agricoles favorisant la réduction des précipitations de P. C’est dans ce contexte qu’une
nouvelle formule d’engrais appelé « Teractiv Cocoa » a été développé et est en essais
18
multilocaux en Côte d’Ivoire. Le « Teractiv Cocoa » (0 N, 15 P2O5, 14 K2O, 28 CaO, 5,5 S,
2,5 MgO, 0,9 Zn, 0,24 B2O3) est faite à base de phosphate naturel avec la possibilité de se
minéraliser sur sol acide et pourvoir du P au sol tout en approvisionnant le sol en zinc et en
bore (Koko, 2014). L’utilisation du phosphate naturel est un avantage pour le Togo qui
dispose déjà de cette ressource minérale dans son sous-sol. L’acidité des sols sous cacaoyers
au Togo ne sera plus un souci majeur si le « Teractiv Cocoa » donnait les résultats escomptés.
Cette revue de littérature permet de comprendre aujourd’hui, l’hésitation du Togo à s’engager
dans la fertilisation minérale des cacaoyers. Bien que les cacaoyers ont besoin d’un apport
adéquat en éléments minéraux pour une croissance optimale et une bonne production, les
engrais appropriés ne sont souvent pas appliqués à cause de leur cherté et de leur rareté (Epule
et al, 2015 ; Wessel et Quist-Wessel, 2015) et parfois de manque de recommandations
techniques appropriées.

Par ailleurs, l’utilisation continue des engrais minéraux seuls est source d’acidité et de
déséquilibre nutritionnel du sol (Akanbi et al, 2014; Crusciol et al, 2016 ; Zhang et al, 2016).
Au Togo, très peu de producteurs utilisent les engrais, 3% des planteurs selon la DSID (2013)
et surtout sur des bases purement empiriques sans recommandations scientifiquement
éprouvées.

Le déclin de la fertilité du sol a été reconnu comme une des contraintes biophysiques
majeures limitant la production agricole, en particulier les déficiences en azote (Mohd.Yusoff
et al, 2007 ; Vandecasteele et al, 2016). L’amélioration de la fertilité des sols sous cacaoyers
dans les zones forestières et zones de forêts semi-décidues a fait l’objet de nombreux travaux
(Akanbi et al, 2014; Koko, 2014; Oyewole et al, 2012; Koko et al, 2009). Les nutriments
majeurs N, P, K, Ca et Mg restent essentiels et ils devraient être fournis suffisamment au sol
pour la croissance des végétaux (Epule et al, 2015 ; Meena et al, 2016 ; Wen et al, 2016 ;
Zhang et al, 2016 ; Zhao et al, 2016). Un des éléments essentiels est N qui est nécessaire pour
la plupart des sols pour la croissance des cacaoyers et la formation des cabosses alors qu’il
n’existe dans aucune formule d’engrais cacao en Afrique de l’Ouest. Koudjega et Tossah
(2009) ont suggéré qu’il faut utiliser moins d'engrais pour les sols acides tels que les sols dans
les trois grandes zones de production cacaoyère au Togo (Zone Akébou, Zone Kloto et Zone
Litimé). D’après le logiciel Diagnostic-Sol, l'équilibre entre N et la somme de bases
échangeables (SBE) dans le sol analysé doit être inférieur ou égal à 8,9. L'engrais azoté est
requis quand [(SBE meq% + 6,15)/N ‰] > 8,9 (Snoeck et Jardin, 1992). Koudjega et Tossah
19
(2009) ont révélé que ce rapport était de 12,9 dans la zone Kloto. Ceci veut dire que le sol
dans cette zone a besoin qu’on y apporte de l'azote complémentaire afin de maintenir
l’équilibre nutritionnel et soutenir la productivité du cacaoyer. Ces auteurs ont noté aussi que
la dose d'azote dont on a besoin est déterminée sur la base d’un essai au champ et non sur de
simple analyse du sol (Snoeck et al, 2006).

A côté des engrais minéraux, l’utilisation d’engrais organiques est décrite comme étant moins
chère, convivial et sain pour l’environnement. Les coques de cabosses de cacao qui
constituent souvent un problème sanitaire dans les plantations (à cause de la pourriture brune
due aux Phytophtora spp.) ont été rapportées par plusieurs auteurs comme étant riches en
nutriments pour les plantes et sources d’engrais organiques pour les petits planteurs. Environ
60% des cabosses sont formées de coques (Ogunlade et al, 2006; Ayeni, 2010 ; Oyewole et
al, 2012). Les coques de cabosses de cacao contiennent d’importants éléments nutritifs N, P,
K, Ca et Mg soit 99,3 kg.Mg-1 de cabosses produites (Joffres, 2010) de même que les coques
de cerises de café soit 93 kg.Mg-1 de cerises produites (Pandey et al, 2010) qui sont
disponibles en grande quantité dans la zone forestière au Togo. Les fientes de volailles sont
aussi riches en nutriments majeurs et sont potentiellement capables de nourrir les plantes
(Teurki, 2013). Toutefois, la grossièreté des matériaux, la faible qualité en nutriments et la
minéralisation lente sont des goulots d’étranglement pour l’usage de ces coques (Ayeni,
2010). Par ailleurs, l’utilisation continue des engrais minéraux seuls est source d’acidité et de
déséquilibre nutritionnel du sol (Akanbi et al, 2014; Crusciol et al, 2016 ; Zhang et al, 2016).

Plusieurs études ont confirmées que l’utilisation combinée d’engrais organiques et


inorganiques ont des effets synergiques sur la nutrition équilibrée des plantes et sur
l’amélioration de la fertilité du sol (Epule et al, 2015 ; Meena et al, 2016 ; Wen et al, 2016 ;
Zhang et al, 2016 ; Zhao et al, 2016). Elle a d’autres avantages comme la réduction des
besoins en quantité de fertilisants minéraux, qui assurent au début la nutrition de la plante, que
viennent compléter les matériaux organiques après minéralisation (Geng et al, 2015 ; Simpson
et al, 2015). Les risques sanitaires des coques et les difficultés de l’utilisation des matériaux
organiques bruts pourraient être résolus par le compostage. Le compostage permet la
suppression des agents pathogènes, des graines de mauvaises herbes et la production de
matière organique stabilisée plus facile à transporter et à épandre (Eghball et Gilley, 1999;
Eghball et Lessing, 2000). Durant le compostage, on observe une réduction importante de la
masse et du volume de matériaux organiques compostables (Andersen et al, 2011). Selon

20
Rafolisy et al (2015), la perte de masse peut avoisiner 70 %. Ces pertes diminuent la valeur
agronomique des composts (Paillat et al, 2005; Vandecasteele et al, 2016) mais les rendent
plus facilement manipulables. Le compostage se caractérise également par une production de
chaleur dans le tas de compost qui conduit à une élévation de la température permettant une
hygiénisation du tas (Isobaev et al, 2014 ; Rafolisy et al, 2015; Yang et al, 2016). La non
valorisation des coques produits dans les plantations cacaoyères et caféières demeure non
seulement un souci sanitaire et hygiénique mais aussi une perte pour la revitalisation des sols
qui deviennent de plus en plus inculte pour les cacaoyers.

Ces états des lieux sur les connaissances existantes, sur la production cacaoyère en général et
au Togo en particulier, démontrent les limites des travaux existants face à certaines pratiques
endogènes en milieu paysan au Togo.

1.2.2 Dynamique des éléments nutritifs

1.2.2.1 Cycles des éléments nutritifs

La compréhension de la dynamique des nutriments dans le système sol – plante – atmosphère


a un intérêt de plus en plus croissant aux fins de préventions de la dégradation des sols en
ressources de base et pour soutenir une production agricole efficiente avec une gestion
rationnelle des nutriments (Sogbedji, 2001). L’obstacle majeur pour la production agricole en
Afrique est la non maîtrise de la dynamique des nutriments afin de contourner l’infertilité et
l’improductivité notoire des sols. La principale voie d’appauvrissement de sols en nutriments
reste la récolte des cultures (Nair, 1993). En moyenne, les grains des cultures (à l’instar des
vivriers comme le maïs, le riz, etc.) exportent 100 – 150 kg.ha-1 de N, P et K (FAO, 1990).

La dynamique des nutriments absorbés par les cultures est très complexe puisque la plante
absorbe plus de nutriments à certains stades végétatifs qu’à d’autres. Il existe un laps de temps
entre la période où les nutriments sont solubilisés et/ou disponibles dans le sol et la période où
les racines des cultures s’y approchent et les absorbent ; au cours de ce laps de temps, les
nutriments sont susceptibles d’être perdus (Zhang et al, 1996). Stoorvogel et al (1993) ont
trouvé qu’en Afrique Sub-Saharienne, en moyenne 22 kg N ha-1, 2,5 kg P ha-1 et 15 kg K ha-1
sont perdus chaque année dans les terres arables. L’intensité des pertes de nutriments est

21
fonction de son type, de la nature des sols, des conditions climatiques et des systèmes de
production (Alva et Wang, 1996 ; Sogbedji et al, 2000).

L’azote (N) et le phosphore (P) ont une dynamique très différente dans l’environnement du
sol. L’azote est biologiquement très réactif, et après conversion en nitrate (NO3-N), très
mobile dans le sol tandis que le phosphore devient rapidement inaccessible car étant sujet à la
précipitation chimique (Sogbedji et al, 2006ab). Ainsi, le P pourrait avoir des effets résiduels
sur la culture subséquente alors que le N mis à disposition d’une culture est rarement
accessible à la culture subséquente (Randall et al, 1997). Le potassium (K) est un élément
assez mobile mais qui peut être adsorbé par le complexe argilo-humique. Le K est facilement
perdu par le lessivage, le ruissèlement et l’érosion. Le calcium (Ca) est en général présent
dans le sol mais peut se perdre facilement avec l’intensité du drainage (forte pluviométrie,
arrosage intensive, etc.). Le magnésium (Mg) est plus mobile que le potassium malgré sa
biodisponibilité connue. Il se perd facilement par lixiviation, ruissèlement et érosion. Il faut
souligner que la dynamique des bases échangeables (K, Ca et Mg) sont plus dépendant de la
qualité du complexe argilo-humique.

1.2.2.2 Cacaoyer et azote

Les sols sous cacaoyers sont considérés très riches pour la nutrition du cacaoyer dès qu’ils
contiennent de N à plus de 3 g.kg-1, moyen entre 1,26-2,25 g.kg-1 et très bas à moins de 0,5
g.kg-1. La teneur en matière organique supérieure à 60 g.kg-1 et un rapport C/N > 25 sont gage
d’une fertilité des sols très élevée pour la production des cacaoyers (Euroconsult, 1989 ;
N’guessan et al, 2016). Les sols dans la zone de production cacaoyère au Togo ont une teneur
en N oscillant entre 1 et 3 g.kg-1 (Koudjega et Tossah, 2009) donc une fertilité chimique de
basse à très bonne pour les cacaoyers. En principe, la zone Kloto (2 g.kg-1) et la zone Litimé
(1 g.kg-1) devront avoir besoin de complément en N pour une bonne productivité des
cacaoyers.

Paradoxalement, la réponse des cacaoyers à l’apport de l’azote est souvent mitigée. En effet
au Nigeria, les travaux d’Ojeniyi et al (1982), ont montré que l’apport des doses d’azote de 0,
80, 160 et 240 kg.ha-1.ha-1 pendant 5 ans aux cacaoyers n’ont donné aucun effet sur celui-ci.
La plupart des résultats des essais en station ont montré l’importance du phosphore et du

22
potassium pour améliorer les rendements des cacaoyers. Le Ca et le Mg en petites quantités
ont aussi été jugés importants (Snoeck, 2010). L’azote est absent dans toutes les formules
d’engrais cacao en Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire : 0 N, 23 P2O5, 19 K2O, 10 CaO, 5
MgO ; Ghana : 0 N, 16 P2O5, 20 K2O, 10 CaO, 5 MgO). L’azote, qui est souvent déterminant
dans la productivité des cultures, est absent. On se demande bien pourquoi ? La réponse à
cette inquiétude semble venir des besoins inhérents à la plante même-elle. Les exportations de
N selon Snoeck et Jardin (1992) pour les cacaoyers sont de 2,5 kg.ha-1 en pépinière (5-12
mois), de 140 kg.ha-1 pour un verger immature (28 mois), de 219 kg.ha-1 pour un verger
entrant en production (39 mois) et de 453 kg.ha-1 pour un verger mature (50-87 mois) alors
que le maïs, par exemple, exporte 100-180 kg.ha-1 d’azote en un cycle de production (4 mois
environ) selon Adden et al. (2016). On est donc en face d’une culture pérenne qui consomme
moins d’azote qu’une céréale sur une même période de croissance. Les besoins en N du
cacaoyer semblent donc être couverts par les disponibilités d’azote dans la plupart des sols
contemporains même si des disparités pourraient existés localement. Il faut aussi souligner
que l’excès d’apport de nutriments impacte négativement la productivité des cacaoyers
(Puentes-Paramo et al, 2014). Ribeiro et al (2008) préconisait une dose maximale de 240 mg
de N par pot, ce qui correspond à 0,52 g d’urée, pour une meilleure croissance en hauteur et
radiale des plants de cacaoyer. Une meilleure croissance des racines de plants de cacaoyer est
obtenue avec la dose maximale de 480 mg de N par pot soit 1,043 g d’urée.

1.2.2.3 Notion de bilan des éléments nutritifs

Selon Eurostat (2013), le bilan des nutriments fournit des informations à l’intérieur de la
couche du sol sur les relations entre les nutriments utilisés par la production agricole, les
pertes de nutriments dans l’environnement et la gestion durable des ressources nutritionnelles
du sol. La durabilité dans ce contexte se définit comme une préservation ou une amélioration
du niveau de production agricole sans dégrader les ressources naturelles.

Le solde de ce bilan peut être positif, traduisant des risques de pertes de nutriments dans
l’environnement (risques de pollution par érosion, lixiviation, percolation, ruissellement, etc.).
Ces pertes de nutriments peuvent s’expliquer aussi par des précipitations chimiques des
éléments nutritifs (surtout le P). Le solde du bilan peut être aussi négatif traduisant une perte
pour le complexe argilo-humique avec minéralisation de la matière organique intrinsèque du

23
sol pour fournir les éléments nutritifs nécessaires à la production d’agroressources. C’est en
fait l’ordre naturel des choses. On comprend donc que, pour un système de production
durable, à l’optimum le solde du bilan des nutriments doit être nul afin de préserver les
ressources du sol et en même temps produire suffisamment des agroressources. On parle
beaucoup plus de bilan partiel des nutriments. Cette partialité du bilan s’explique par le fait
que certains stocks de nutriments sont difficiles à prendre en compte (Sogbedji et al, 2006ab).

1.2.3 Agroécosystème de production cacaoyère

La majorité des surfaces occupées aujourd’hui par la cacaoculture dans le monde est détenue
par de petits planteurs. Cette activité génère des emplois pour de nombreuses communautés
rurales et contribue aussi à l’amélioration de la vie sociale des pays. Les petits planteurs
pratiquent généralement une culture sous ombrage en forêts éclaircies, ou en association dans
des systèmes agroforestiers (Asare et al, 2014).

Les systèmes agroforestiers (SAF) à base de cacaoyers constituent une forme traditionnelle de
production, dont le fonctionnement s’apparente à celui d’une forêt. Par rapport aux systèmes
en culture pure, ils produisent moins de cacao, mais ils sont plus durables et plus respectueux
de l’environnement car leur conduite exige généralement moins de pesticides et d’engrais
chimiques. Les agriculteurs en tirent d’autres productions qu’ils consomment ou
commercialisent (fruits divers, huiles, vin de palme, produits médicinaux, fourrage, bois
d’œuvre, produits d’artisanat, etc.). Les SAF offrent également une gamme de services
environnementaux importants, tels que la conservation de la biodiversité, le maintien de la
fertilité des sols, et le stockage du carbone. Ils jouent aussi un rôle social et culturel
(patrimoine familial, national et international, esthétique des paysages, lieux sacrés, etc.). Il
n’est donc pas très favorable pour le cacaoyer d’être conduit en plein soleil. L’apport de
fumures organique et minérale n’exclut pas le besoin des plantes associées en vue de créer un
microclimat propice au développement harmonieux des jeunes cacaoyers.

Le cacaoyer est une espèce de sous-bois. L’ombrage fourni par les autres espèces associées
leur est donc naturellement favorable (régulation du microclimat, apport de matière
organique, etc.). Mais l’ombrage peut aussi avoir des effets défavorables, en créant par
exemple, des conditions propices au développement de maladies. Ainsi dans les SAF à base

24
de cacaoyers, l’ombrage réduit l’incidence d’insectes comme les mirides, mais il favorise la
pourriture des cabosses. C’est donc en réglant le niveau d’ombrage dans son exploitation que
l’agriculteur équilibre les effets favorables et défavorables liés à l’association d’arbres avec
les cacaoyers (CIRAD, 2013).

Les arbres d’ombrage peuvent être maintenus dans les vergers de cacaoyers pour diverses
raisons. Les légumineuses telles que Erythrina spp., Glyricidia spp., et Inga spp. sont
largement utilisées pour leur fixation symbiotique de l’azote atmosphérique. En Indonésie,
Erythrina et Glyricidia sont réputés pour la fertilisation du sol en N à hauteur de 69 kg.ha-
1
.an-1 (Anhar, 2005). Au Pérou, les arbres d’ombrage ont été utilisés efficacement dans la
réhabilitation des vergers de cacaoyers dont la production stagnait après épuisement du sol
(Kraus et Soberanis, 2001). De plus, les arbres d’ombrage dans les systèmes à base de
cacaoyers, ont un effet dégressif sur la pression parasitaire (Beer et al, 1998), un grand
pouvoir de stockage et de séquestration du carbone (Verchot et al, 2007), une stabilisation du
microclimat (Sporn et al, 2009) et offre une bonne protection du sol contre des pluies
intempestives (Dietz et al, 2006).

Paradoxalement, la destruction des plantes d’ombrage est inhérente au cycle de production


cacaoyère. La réduction de l’ombrage dans les cacaoyers entrant en production a un effet
bénéfique sur la productivité du verger à court terme (Zuidema et al, 2005) et c’est ce qui a
abouti à prôner des plantations avec zéro ombrage dans plusieurs régions de production de
cacao. Cependant à long terme, la suppression de l’ombrage est reconnue comme une menace
à la productivité du cacaoyer et le soubassement de la culture itinérante des cacaoyers pour
répondre au besoin d’expansion (Ruf et Schroth, 2004). Les plantes d’ombrage affectent
positivement le cycle des nutriments dans les sols sous cacaoyers et leur assurent une nutrition
minérale à long terme (Beer, 1988). Il est admis que les vergers de cacaoyers associés aux
plantes d’ombrage restent aujourd’hui, les seuls paysages qui conservent mieux la biodiversité
avec des essences forestières natives (Bhagwat et al, 2008).

Selon Snoeck et Jardin (1992), le cacaoyer a besoin de l'ombre temporaire pendant les 3-4
premières années jusqu'à la fermeture complète de la canopée du verger. Avec les engrais, la
croissance de la plante est améliorée en réduisant à 75% la pleine intensité lumineuse (laisser
pénétrer 25% de la luminosité). Sans engrais, la croissance de la plante est améliorée en
réduisant à 50% la pleine intensité lumineuse (laisser pénétrer 50% de la luminosité). Avec les
25
hybrides de la Haute Amazonie, aucune ombre permanente n'est recommandée excepter sur
les sols pauvres. L'ombre réduit la floraison et le rendement, et le cacaoyer ombragé
habituellement ne montre aucune réponse à l’engrais azoté. Les brise-vents sont préférables
pour ombrager les cacaoyers dans les régions sèches ou froides.

Un essai comparatif de cacaoyers avec ou sans ombrage en station de recherche au Ghana a


montré que des cacaoyers cultivés en plein soleil pouvaient produire deux fois plus de cacao
que des cacaoyers sous ombrage (Snoeck, 2010). Cependant, l’essai a aussi démontré les
limites de la culture en plein soleil. Dans cet essai, l’apport d’engrais a permis d’augmenter la
productivité des cacaoyers avec ombrage, comme en plein soleil. Dans les deux cas, une
gestion adéquate et constante de la fertilité des sols par l’apport d’engrais permet de maintenir
une forte productivité.

Par ailleurs, des associations agroforestières incluant par exemple le cacaoyer et l’hévéa sont
développés à travers le monde et donnent des résultats encourageants. L’hévéa parait comme
une source de diversification des activités de production des planteurs en même temps
maintient une biodiversité. Certains auteurs préconisent que l’avenir de l’association cacaoyer
- hévéa repose assurément sur des systèmes à très large écartement, de 12 à 18 m entre les
lignes avec deux ou trois rangées d’hévéa (Penot et al, 2009). Ceci demeure un axe de
recherche de revenu complémentaire aux petits planteurs.

Au Togo, le cacaoyer est souvent associé aux arbres (fruitiers, bois d’œuvre et autres) qui
forment un ombrage très dense dans le verger. De plus, dans leur forme actuelle, ces
cacaoyers constituent en général un premier ombrage à leurs propres troncs et branches
fructifères (manque de taille d’entretien) ; ce qui est préjudiciable à une bonne productivité
des cacaoyers (SOFRECO, 2010). La gestion de la fertilité des sols sous cacaoyers est basée
sur l’utilisation des arbres agroforestiers à usage multiples (fertilitaire et ombrage) notamment
des ligneux qui sont des légumineuses ou non comme Albizzia spp., Terminalia spp.,
Samanea saman, Erythrophleum guineensis, Cola spp., Khaya spp. et Chlorophlora excelsa
(Koudjega et al, 2010) avec des densités de plantation assez diverses et un houppier de rayon
varié.

Dans les agroforêts à cacaoyers conduits sous ombrage, le processus de recyclage de


nutriments, la fertilité des sols et la production de cabosses sont favorisés mieux que les
26
systèmes sans ombrage (Ofori-Frimpong et al, 2003 ; Utomo et al, 2016). La durée de vie des
cacaoyers sous ombrage est réputée plus longue que ceux cultivés en plein soleil (Myers et al,
2000 ; Snoeck, 2010). Il faut noter que le précédent cultural le plus adapté pour le cacaoyer
était la forêt (Gockowski et Sonwa, 2011), mais de plus en plus de planteurs ont commencé
par planter le cacaoyer sous un précédent non forestier (anciennes cacaoyères ou caféières,
jachère naturelle) avec tous les risques d’échec (Deheuvels, 2007 ; Koko, 2014). Dans les
régions de production du cacao, les systèmes agroforestiers avaient un couvert dense (>60%)
fournis par une diversité d’arbres issus de la forêt précédente (Bos et al, 2007 ; Faria et
Baumgarten, 2007 ; Sonwa et al, 2007). Le précédent cultural « forêt » offre à la cacaoyère
des avantages en termes de fertilité de sol et d’ombrage contre le soleil jouant le rôle de
tampon de la température (Beer et al, 1998).

On s’accorde parfaitement avec les précédentes études sur le fait que les agroforêts à
cacaoyers ont besoin d’un couvert végétal. En revanche, la plupart des études se sont
concentrées une fois encore sur les besoins d’ombrage des plantations en production, sans se
soucier pour autant des jeunes vergers.

La connaissance des conditions de production du cacaoyer, nous amène à voir les conditions
agroécologiques que lui offre le milieu d’étude : le Togo.

27
1.3 Zone d’étude : le Togo

1.3.1 Présentation du Togo

Le Togo, situé en Afrique Occidentale, est limité à l’Ouest par le Ghana, à l’Est par le Benin,
au Nord par le Burkina Faso et au Sud par le Golfe du Guinée. Le pays s’étend entre 6 - 11°
de Latitude Nord et 0 - 2° de Longitude Est. Le Togo a une forme rectangulaire d’environ
700 km de long avec une ouverture de 50 km sur l’Océan Atlantique au Sud avec une
superficie de 56 600 km2, une population 5 753 324 d’habitants avec un taux moyen de
croissance annuel de 2,58 % et une population essentiellement agricole, 65% (DGSCN, 2011
et DSID, 2013). La capitale est Lomé, situé sur la côte atlantique.

Le pays est subdivisé en cinq régions administratives (Savanes, Kara, Centrale, Plateaux et
Maritime). Chacune de ses régions représente des conditions agroécologiques particulières qui
font la diversité de la production agricole rencontrée dans le pays. ITRA (2009) a stratifié le
Togo en zones homogènes pour la recherche agronomique suivant les régions. Quatre zones
agroécologiques ont été identifiées (Figure 4 et Figure 5) :
- La zone agroécologique de la savane sèche qui correspond à la région des savanes et
la région de la Kara (zones I et II) ;
- La zone agroécologique de la savane humide qui couvre la région centrale et l’Est de
la région des plateaux (zone III) ;
- La zone agroécologique de forêt qui représente l’Ouest de la région des plateaux et
une portion de la région centrale (zone IV, la zone d’étude) ;
- La zone agroécologique du littoral qui correspond à la région maritime (zone V).

1.3.2 Zone de production cacaoyère au Togo

La zone de production cacaoyère correspond à la zone agroécologique de forêt qui couvre


l’Ouest de la région des plateaux et une portion de la région centrale.

28
1.3.2.1 Caractéristiques agroécologiques de la zone

La végétation du Togo comme celle de la plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest a été
étudiée par Aubréville et organisé en différentes zones éco-floristiques (Aubréville, 1937).

Figure 4 : Zones Figure 5 : Zones


écologiques du Togo agroécologiques du Togo
(Adapté de Ern, 1979) (Adapté de ITRA, 2009)

Cette subdivision tient compte des conditions écologiques, ainsi que des domaines floristiques
et physionomiques. Ainsi, le Togo est subdivisé en cinq (05) zones éco-floristiques. C’est à la
zone éco-floristique IV qu’on s’intéresse dans cette étude. La zone éco-floristique IV est une
zone subhumide avec des altitudes moyennes de 300 à 900 m et une pluviométrie annuelle qui
varie entre 900 et 1600 mm. Cette zone caractérise le milieu potentiel forestier le plus
important du Togo (Oro, 2011).

29
ITRA (2009), en stratifiant le Togo en différentes zones agroécologiques, a classé la zone
éco-floristique IV en zone agroécologique de forêt. Ainsi, trois sous–zones avaient été
identifiées :
- La sous zone des montagnes et plateaux : Elle correspond à la chaine de l’Atakora,
constituée des plateaux de Kouma, Danyi, Akposso et Akébou d’altitude moyenne de
700 m d’une part et aux monts isolés d’Agou et d’Haïto d’autre part. Elle jouit d’un
climat de montagne avec une pluviométrie annuelle de 1200-1600 mm. Les sols sont
de types ferralitiques ou ferrugineux à concrétion. La végétation est constituée de forêt
de montagne partiellement dégradée et de savanes arborées et arbustives.
- La sous zone de piedmonts et plaines : Elle est localisée de part et d’autre de la chaine
de l’Atakora et représentée à l’Est par les espaces de plaines autour de l’axe routier
Kpalimé – Atakpamé (Plaines des actuelles préfectures de Kloto, Kpélé-Akata et
Amou) et du côté Ouest par la plaine du Litimé (Ouest de la préfecture de Wawa). Ces
espaces bénéficient de l’influence orographique du climat de montagne avec une
pluviométrie annuelle de 1300-1600 mm. Les sols sont ferralitiques épais et ont de
bonne aptitudes agricoles. La végétation est composée de forêts soudano-guinéennes
alternée de savanes arborées.
- La pénéplaine d’Agou : Elle correspond à la vaste étendue de sols ferrugineux sur
roche métamorphique qui couvre l’ensemble de la préfecture d’Agou excepté la partie
montagneuse. Le climat est de type tropical humide avec une pluviométrie annuelle de
900 – 1200 mm. La végétation est essentiellement de la savane arborée ou guinéenne
et des forêts galeries avec des forêts artificielles de tecks par endroit.

1.3.2.2 Aire de production cacaoyère au Togo

La zone de production de cacao (zone agroécologique de la forêt) est située dans les régions
des plateaux (98 % des planteurs) et centrale (2 % des planteurs). Les préfectures productrices
de cacao au Togo sont Agou, Amou, Akébou, Danyi, Kloto, Kpélé-Akata, Wawa (Région des
Plateaux) et Blitta (Région Centrale).

Koudjega et al (2010) a décrit dans la zone agroécologique de forêt du Togo, quatre sous
zones de production cacaoyère :
- La sous - zone Montagne Kloto-Danyi (zone cacao Kloto) ;

30
- La sous – zone Kpélé – Amou (zone cacao Kloto) ;
- La sous - zone Plateaux Akposso (zone cacao Litimé) ;
- La sous – zone Plateaux Akébou (zone cacao Akébou).
La carte des sous-zones de production cacaoyère (Figure 6) donne des indications précises sur
les limites de chaque sous-zone. Chacune de ces sous-zones représente des conditions de
production qui tendent à définir des zones d’isoproductivité de cacao au Togo. Dans le cadre
de cette étude, les essais ont été menés dans la zone cacao Kloto, plus précisément dans la
préfecture d’Amou.

Au cours des années qui ont suivi l’indépendance du Togo (1960), on comptait près de 40 000
ha de vergers de cacaoyers construits sur les reliques de forêts avec des rendements
relativement faibles de 150-200 kg.ha-1 (SOFRECO, 2010 et 2011). En 2010, la superficie des
vergers de cacaoyers était estimée autour de 19 200 ha avec des plants vieux de plus de 40 ans
alors que l’âge moyen de régénération est de 25-30 ans et dont les rendements ne dépassent
guère 330 kg.ha-1. En général, la conduite des vergers n’est pas adaptée à une bonne remise en
état car le matériel végétal de plantation était tout venant, très peu de producteurs arrivaient à
bien traiter les plantations et il n’existait pas de recommandation de fumure adaptée qui est
vulgarisé (SOFRECO, 2010 et 2011). En 2012, un recensement des plantations et des
planteurs de café et de cacao mené par la Direction de la Statistique de l’Informatique et de la
Documentation (DSID) a révélé que la superficie des vergers de cacaoyers au Togo est
estimée à 25 335 ha avec un rendement moyen de 242 kg.ha-1 de cacao marchand (Tableaux 2
et 3); 37,5 % des vergers ont plus de 20 ans avec 32 % des vergers plantés avec du matériel
végétal tout venant (DSID, 2014).

1.3.3 Importance du cacao au Togo et la problématique de son essor

Le cacao est une production traditionnellement considérée comme une culture de rente au
Togo et occupe, parmi les produits agricoles d’exportation, le 3ème rang après le coton et le
café. Les vergers de cacaoyers togolais occupent près de 17% des actifs agricoles togolais. La
culture du cacao occupe environ 15 000 planteurs avec une superficie moyenne de 1,03 ha par
planteur, et constitue pour la plupart de ces planteurs leur principale source de revenus (DSID,
2014). Sa contribution économique à la formation de la valeur ajoutée a été de 28,8 milliards
FCFA entre 1990 et 2000 soit 0,4% du PIB national (Oro, 2011) mais en 2010 ce taux a

31
atteint 1,3% (INSEED, 2015). La cacaoculture constitue aussi un atout considérable pour la
protection du sol contre l’érosion et le maintien d’un couvert arboré (Békou, 2005).

Figure 6 : Aire de production cacaoyère du Togo

Tableau 2 : Zones de production cacaoyère au Togo et leurs caractéristiques


N° Superficie des Nombre de Superficie
Ordre Préfecture* vergers cacaoyers vergers cacaoyers moyenne par
En ha En % Nombre En % planteur
1 WAWA 10403 41,1 10371 45,8 1,28
2 KLOTO 3893 15,4 2854 12,6 0,76
3 AGOU 3318 13,1 1647 7,3 0,91
4 AKEBOU 2940 11,6 4683 20,7 0,74
5 BLITTA 1634 6,4 401 1,8 2
6 AMOU 1449 5,7 909 4,0 0,91
7 KPELE 1421 5,6 566 2,5 1,04
8 DANYI 277 1,1 1209 5,3 0,52
TOGO 25 335 100 22 640 100 1,03
*Voir le positionnement des chefs-lieux de ces préfectures sur la carte de la figure 6.
Source : DSID, 2014.

32
Tableau 3 : Production cacaoyère au Togo en 2013

Production, Rendement,
N° Préfecture tonnes kg.ha-1
1 DANYI 79,14 285,7
2 KPELE 242,79 170,9
3 BLITTA 264,71 162,0
4 AMOU 449,55 310,2
5 KLOTO 577,25 148,3
6 AKEBOU 838,78 285,3
7 AGOU 1129,12 340,3
8 WAWA 3807,60 366,0
TOGO 7 388,9 291,7
Source : UTCC, 2014.

Figure 7 : Caractéristiques des agroforêts à cacaoyers au Togo


(DSID, 2001, 2010, 2012, 2014 et 2016)

Comme le montre les graphiques de la figure 7, sur les quinze dernières années, la superficie
des vergers de cacaoyers au Togo est en nette augmentation de même que les productions
nationales. Les rendements sont aussi en nette évolution même s’ils restent très faibles (moins
de 500 kg.ha-1). Ce qui est frappant, c’est le taux de cacaoyers ayant plus de 20 ans. Ce taux

33
oscille entre 30 et 50 % sur les quinze dernières années. Cela n’est pas de nature à soutenir la
production nationale. Il urge donc de mener des actions d’envergure pour la replantation de
ces vergers de cacaoyers vieillissants. C’est ce qui justifie le choix de cette thèse de trouver
des approches de solutions à quelques difficultés que rencontrent la replantation des vergers
de cacaoyers afin de perpétuer la production cacaoyère au Togo.

Il sera abordé alternativement dans cette étude, (i) les problèmes liés à l’utilisation efficace
des semences et au transport des plants, (ii) les contraintes liées à la qualité des terreaux
utilisés en pépinière, (iii) la dégradation de la fertilité des sols qui doivent servir à la
replantation et (iv) la dégradation des agroécosystèmes de replantation.

Après cette présentation des acquis bibliographiques sur le cacaoyer, l’état des lieux des
connaissance sur le cacaoyer et la description du cadre de l’étude, le chapitre suivant va
aborder la méthodologie utilisée pour la conduite des essais de terrain, la collecte, le
traitement et l’analyse des données.

34
CHAPITRE 2 : APPROCHES
METHODOLOGIQUES

35
2.1 Généralités

Dans cette partie du document, il s’agit de décrire les méthodologies utilisées pour atteindre
alternativement chacun des quatre objectifs spécifiques définis. Pour chaque objectif
spécifique, on décrira la zone d’étude, le dispositif expérimental, la technique de collecte et
d’analyse des données. Ensuite, il sera présenté la technique de prélèvement des échantillons
et enfin les procédés d’analyses physico-chimiques de tous les essais effectués.

2.2 Etude des effets de la quantité de substrat sol et des méthodes de semis sur la
croissance des plantules de cacaoyers

On va aborder ici, la méthodologie qui a servi à conduire l’expérimentation liée à l’objectif


spécifique 1 qui est d’étudier les effets de la quantité du substrat sol et de la méthode de semis
sur la croissance de plantules de cacaoyers.

2.2.1 Zone d’étude

Une expérience en pépinière durant cinq mois et demi a été menée dans le Centre de la
Production de Matériel Végétal (CPMV) d'Ezimé (Figure 8) affilié à l’Unité Technique Café
Cacao (UTCC, le service de vulgarisation de café cacao au Togo). Le centre est localisé entre
la latitude 07°29'31'' N et la longitude 0°56'83'' E avec une altitude de 252 m au-dessus de
niveau de la mer, à 4 km d'Amlamé le long de la Nationale N°5 (la ligne Atakpamé –
Kpalimé).

2.2.2 Dispositif expérimental et gestion des essais

Un dispositif en Blocs Aléatoires Complets avec quatre répétitions et deux facteurs (Figure 9),
quantités du sol et méthodes de semis, a été utilisé pour contrôler la variabilité spatiale due
surtout à la pente du terrain et à l’ombrage évoluant en fonction du mouvement apparent du
soleil. Chaque lot à traiter est constituée de 25 pots séparés par 20 cm de l'un et l'autre puis
une fève ou une plantule est semée directement ou est repiquée dans chacun des pots.
L’arrosage est fait régulièrement en fin d’après-midi à la capacité au champ à intervalle de
deux (2) jours.

Les pots utilisés étaient des plastiques noirs ordinaires en polyester (Photo 6A) avec des
dimensions (hauteur x diamètre à la base du cylindre) de 21 cm x 8 cm appelés « sachets

36
café » (1055 cm3) et de 27 cm x 10 cm appelés « sachets cacao » (2120 cm3). Le volume du
cylindre se calcule en multipliant le rayon au carré du cylindre par π et par la hauteur. Les
fèves provenaient de Ghana Cacao Board et étaient des fèves de variétés hybrides (Photo 6B)
obtenues en croisant et mélangeant les parentaux suivants: 77 x 42 (33%), 77 x 85 (34%) et
77 x 67 (33%). Le sol lessivé en surface (0-20 cm) dans le centre a été prélevé en début des
essais, séché à l'air ambiant, écrasé et tamisé manuellement pour servir comme substrat dans
les pots. Ce sol est décrit comme un sol argilo-limoneux, riche en matière organique (55
g.kg-1), pauvre en azote (2 mg.kg-1) et phosphore (21,9 mg.kg-1). Le niveau des bases
échangeables était bas (0,3 meq% K ; 13,4 meq% Ca et 5,9 meq% Mg) avec une Capacité
d'Echange Cationique (CEC) de 21,1 meq% et le pH était à 6,7 (Koudjega et Tossah, 2009).

Figure 8 : Zone d’étude

37
T1 T2 T3 T4 T5 T6

Bloc 1

T4 T5 T6 T1 T2 T3

Bloc 2

T2 T3 T6 T5 T4 T1

Bloc 3

T5 T2 T4 T3 T1 T6

Bloc 4

Figure 9 : Dispositif expérimental de l’essai sur la quantité de substrat sol et la méthode


de semis sur la croissance des plantules de cacaoyers
Légende :
Sachet cacao de longueur 27 cm x diamètre 10 cm (cylindre d’un volume de 2120 cm3).
Sachet café de longueur 21 cm x diamètre 8 cm (cylindre d’un volume de 1055 cm3).

Les traitements (Un traitement est constitué de 25 (5x5) godets) :


· Traitement 1 (T1) : substrat sol de volume 27 cm x 10 cm (sachet cacao) + semis direct ;
· Traitement 2 (T2) : substrat sol de volume 27 cm x 10 cm (sachet cacao) + semis indirect
10 JAL ;
· Traitement 3 (T3) : substrat sol de volume 27 cm x 10 cm (sachet cacao) + semis indirect
15 JAL ;
· Traitement 4 (T4) : substrat sol de volume 21 cm x 8 cm (sachet café) + semis direct ;
· Traitement 5 (T5) : substrat sol de volume 21 cm x 8 cm (sachet café) + semis indirect 10
JAL ;
· Traitement 6 (T6) : substrat sol de volume 21 cm x 8 cm (sachet café) + semis indirect 15
JAL.

38
A B C

Photo 6 : Divers matériels pour la production cacaoyère


A – « Sachet cacao » (27 cm x 10 cm) à droite et « sachet café » (21 cm x 8 cm) à gauche.
B – Cabosses de cacao hybrides (au centre hybride 77x85, en haut 77x42, en bas, 77x67).
C – Engrais pour cacaoyer, inexistant au Togo.

Le sol prélevé a été correctement mélangé pour assurer une bonne homogénéité et on a rempli
chaque pot perforé de capacité différente tout en laissant un peu d'espace pour l’eau
d’arrosage. Le tout est placé sous une ombrière de dimensions 4 m x 3 m x 2 m régulé pour
empêcher le passage de 80% de la lumière (Mohd.Yusoff et al, 2007) au départ puis, à
l’acclimatation, réguler pour laisser passer 70% de la lumière. Les fèves ont été semées le 08
décembre 2014 via trois méthodes: semis direct dans le pot (0 Jours Après Levée, JAL) et
repiquage des plantules dans les pots 10 jours après croissance sur planche puis 15 jours après
croissance sur planche (10 et 15 JAL). Le repiquage des plantules est une pratique endogène
observée en milieu paysan et exercée contre toute recommandation avec des résultats probants
ou non en fonction du délai de repiquage. Physiologiquement, la levée des fèves de cacaoyer a
lieu 7 à 10 jours après le semis. La tombée des cotylédons intervient entre 7 et 10 jours après
la levée. On a donc choisi pour les essais un repiquage avant la tombée des cotylédons (10
JAL) et un repiquage après la tombée des cotylédons (15 JAL).

2.2.3 Collecte et analyse des données

Les paramètres agronomiques suivants ont été mesurés à intervalle de deux mois durant
l'expérience, du 15 janvier 2015 (1,5 Mois Après Semis, MAS) jusqu'au 18 mai 2015 (5,5

39
MAS): le taux de germination des fèves en semis direct, le taux de reprise des plantules
repiquées, la longueur de la racine, la circonférence au collet de la tige, la hauteur du plant et
le nombre de feuilles porté par le plant.

Le taux de germination est calculé en divisant le nombre de plantules ayant levés et vivants
deux semaines après le semis par le nombre de fèves semées multiplié par 100. Le taux de
reprise est calculé en divisant le nombre de plantules ayant repris et vivants un mois après le
repiquage par le nombre de plantules repiquées multiplié par 100. Pour la mesure de la
longueur des racines, trois plants en pots dans chaque traitement ont été sacrifiés, les racines
dénudées (racine principale et les secondaires) et mesurées sur papier millimétré. La longueur
d’une racine dans chaque traitement est la moyenne des trois mesures effectuées sur les
racines des trois plants sacrifiés. Pour la circonférence au collet, le diamètre au collet de
chaque plant dans un traitement a été mesuré puis la moyenne des circonférences au collet
déterminée en multipliant le diamètre moyen par π (3,142). La hauteur des plants est mesurée
de la base jusqu’à la cime du plant.

Le statut nutritionnel du substrat sol en pot et le bilan partiel des nutriments spécifiques dans
les pots ont également été établis. Le statut nutritionnel du sol est basé sur l’évolution de la
teneur du sol en des nutriments spécifiques entre le début et la fin de l’essai. Le bilan partiel
du sol pour un nutriment spécifique est basé sur la différence entre les entrées et les sorties du
sol de ce nutriment à la fin de l’expérimentation.

Solde du bilan = (∑Entrées) – (∑Sorties)



- Les entrées sont constituées de la teneur initiale du sol en pot et la teneur dans les
engrais (minéraux et/ou organiques) apportés.
- Les sorties sont constituées de la teneur finale du sol et de l’absorption des cacaoyers
(quantité de nutriment spécifique exportée du sol par le cacaoyer pendant un certain
temps sur un site donné).
Ces bilans sont établis pour les nutriments N, P, K, Ca et Mg. Les méthodes d’analyse des
échantillons prélevés sont présentées plus loin.

L’Analyse de Variance (ANOVA factorielle) avec effets fixés et le Test de Duncan ont été
effectué sur les données collectées à l’aide du logiciel STATISTICA version 5.5 (StatSoft Inc,

40
1999) au seuil de 5% afin de discriminer les données continues. Dans le logiciel
STATISTICA, l’analyse de variance factorielle suppose toujours une distribution normale de
la variable dépendante dans le groupe. Ce qui facilite l’analyse de variance aussi bien des
données continues que des données discrètes tout en précisant la nature de la distribution
binomiale pour les données discrètes (taux de levée ou de germination et nombre de feuille
dans le cas de cette étude). L’analyse des variables discrètes (données de comptage) aurait pu
être effectuée suivant la loi de Poisson (1781-1840). Mais la loi de Poisson P(λ) et la loi
binomiale B(n, p) sont interchangeables sous certaines conditions. Lorsque le nombre de
variable (n) est suffisamment « grand » et la probabilité de réalisation (p) est « petit », de telle
façon que le produit n.p = λ reste « petit ou modéré » par rapport à n, la loi binomiale B(n, p)
peut être approchée par la loi de Poisson P(λ). Les seuils de n et de p sont tellement divergents
en fonction des auteurs. En pratique, le produit n.p doit être strictement inférieur à 15 (n.p <
15) selon Le Digabel (2016). Cette approche sera utilisée pour toutes les analyses de données
discrètes ou de comptage dans ce document.

Ainsi présentée l’approche méthodologique adoptée pour mener à bien l’essai 1 afin
d’atteindre les résultats de l’objectif spécifique 1. On va aborder maintenant la méthode
utilisée pour l’objectif spécifique 2.

41
2.3 Etude des effets de la fumure azotée sur la croissance des plantules de cacaoyers

On va présenter ici, la méthodologie qui a servi à conduire l’essai lié à l’objectif spécifique 2
qui est d’analyser les effets de l’engrais azoté sur la croissance de plantules de cacaoyers.

2.3.1 Milieu d’étude

Les tests ont été conduits dans le même Centre de Production de Matériel Végétal d’Ezimé
(Figure 8) que précédemment, localisé dans la sous zone Kloto, une des trois aires de
production cacaoyère au Togo.

2.3.2 Dispositif expérimental et conduite des expériences

L'expérience a été conduite dans un dispositif en Blocs Aléatoires Complets avec trois
répétitions (Figure 10) et un facteur, dose d'engrais azoté, afin de contrôler la variabilité
spatiale due principalement à la pente du terrain et à l’ombrage évoluant en fonction du
mouvement apparent du soleil. Chaque lot a été constitué avec 10 pots séparés par 40 cm de
l'un et l'autre, une marge de sécurité supplémentaire pour éviter les contaminations de
nutriments entre les unités expérimentales lors de l’arrosage et spécialement lors de l’apport
de fumure. Deux fèves du cacao fraîches ont été semées par pot le 05 janvier 2015 lesquelles
ont été démarié plus tard à un par pot (le plus vigoureux), trois semaines après le semis.
L’arrosage a été fait régulièrement tous les deux jours en fin d’après-midi à la capacité au
champ.

Les pots plastiques utilisés sont ceux recommandés par la recherche au Togo depuis les
années 1970, de dimensions 27 cm x 10 cm (hauteur x diamètre à la base) appelé « sachet
cacao » (soit un volume du cylindre de 2120 cm3) ayant les mêmes caractéristiques que ceux
du premier essai. Les mêmes fèves fournies par les cabosses provenaient de Ghana Cacao
Board ont été utilisées. Le sol lessivé en surface (0-20 cm) dans le centre, avec les mêmes
caractéristiques que précédemment, a été prélevé en début des essais, séché à l'air ambiant,
écrasé et tamisé manuellement pour servir comme substrat dans les pots. Le sol prélevé a été
correctement mélangé pour assurer une bonne homogénéité et on a rempli chaque pot perforé
tout en laissant un peu d'espace pour l’eau d’arrosage. Le tout est placé sous une ombrière de
dimensions 4 m x 3 m x 2 m régulé pour empêcher le passage de 80% de la lumière

42
(Mohd.Yusoff et al, 2007) au départ puis, à l’acclimatation, réguler pour laisser passer 70%
de la lumière.

Une application de l’azote seul sans autre apport de nutriments majeurs à dose suffisante
semblerait être paradoxale par rapport aux lois de Leibnitz sur la fertilisation (Loi du
minimum). En fait dans cet essai, on n’est pas à la recherche de dose optimale de N pour les
cacaoyers mais de la dose complémentaire de N existant dans le sol pour avoir l’équilibre
nutritionnel préétabli. Le rapport entre les principaux nutriments N, P, K, Ca et Mg a déjà été
établi par les travaux de Jardin et Snoeck (1992). Le sol d’étude étant reconnu déficitaire en N
suivant ces rapports établis, on recherche seulement le complément de N à apporter. Tout
autre apport de fertilisant autre que N va créer plus de déséquilibre dans le sol pour le
cacaoyer.

T0 T1 T2 T3

Bloc 1

T2 T3 T0 T1

Bloc 2

T3 T0 T1 T2

Bloc 3

Figure 10 : Dispositif expérimental de l’essai sur l’effet de l’azote sur la croissance des
plantules de cacaoyers

Les traitements (Un traitement est constitué de 10 pots avec un plant chacun) :
· Traitement 0 (T0) : Dose de 0 g d’urée (46% N)/plant ;
· Traitement 1 (T1) : Dose de 1,5 g d’urée (46% N)/plant ;
· Traitement 2 (T2) : Dose de 3 g d’urée (46% N)/plant ;
· Traitement 3 (T3) : Dose de 4,5 g d’urée (46% N)/plant.
43
N’ayant aucune référence scientifiquement éprouvée disponible sur la fumure azotée du
cacaoyer en pépinière au Togo, les doses d’urée testées pour les différents traitements ont été
choisies en référence aux pratiques courantes réalisées sur les pépinières de caféiers (culture
proche dans la zone agroécologique), soit 3 g.plant-1 d’urée. De plus, étant à la recherche de
dose complémentaire, les doses ont été modérées en connaissance de la complexité du
cacaoyer face aux apports d’azote. Quatre doses d'azote ont été testées alors dans chacun des
trois blocs (12 unités expérimentales au total) : 0 g ; 1,5 g ; 3 g et 4,5 g.plant-1 d'urée (46% N)
soit respectivement 0 g ; 0,69 g ; 1,38 g et 2,07 g.plant-1 d’unité fertilisante N. Les doses ont
été appliquées une seule fois directement dans le substrat en pot, trois mois après le semis,
ceci pour s’assurer que les plantules ont déjà épuisé la réserve initiale du sol en N dans le pot.

2.3.3 Collecte et analyse des données expérimentales

Les variables de croissance suivantes ont été mesurées à la fin de l’essai (deux mois après
l’application de N): la longueur des racines, la circonférence au collet, la hauteur du plant, le
nombre de feuilles et la viabilité. La viabilité des plants a été calculée comme suit: le ratio
entre le nombre de plants vivants après et avant l’apport de l’urée multiplié par 100. Les
autres variables ont été mesurées comme dans l’approche de l’étude précédente. Le statut
nutritionnel et les bilans partiels des nutriments N, P, K, Ca et Mg sont effectués dans les
mêmes conditions.

L’Analyse de Variance (ANOVA factorielle) avec effets fixés et le Test de Duncan, en


utilisant le logiciel STATISTICA version 5.5 (StatSoft Inc, 1999) au seuil de 5%, ont été
effectués pour discriminer les données. Pour les données de comptage (nombre de feuilles et
viabilité), la distribution des données par la loi binomiale a été effectuée par approche de la loi
de Poisson. Une analyse de régression linéaire (choisir le modèle le plus simple en fonction
du meilleur coefficient de corrélation obtenu) a été effectuée également sur les données afin
de déterminer l’évolution des variables et mieux comprendre les effets de l’engrais azoté (x)
sur les variables agronomiques de croissance des plantules de cacaoyers retenues
précédemment (yi). Un coefficient de régression élevé (r²>0.70) est retenu comme gage de
bonne validité et robustesse des équations obtenues tels que l’ont suggéré Sinclair and
Seligman (2000). Le test de Wilcoxon pour la comparaison de valeurs par pair a été utilisé à
l’aide du logiciel R pour tester la significativité des coefficients de régression.

44
2.3.4 Etude complémentaire sur les effets de doses modérées d’azote sur les
performances des plantules de cacaoyers

Il a été reconduit dans les mêmes conditions sur le même site avec le même matériel les essais
sur les effets de l’engrais azoté sur les plantules de cacaoyers. L’étude a été conduite du 16
décembre 2015 au 24 juin 2016 (soit environ six mois). Les seules différences par rapport aux
travaux précédents sont relatives aux dosages de l’urée (dose modérée) et la technique
d’application de l’engrais azoté (dilution de l’urée dans l’eau).

L'expérience a été conduite dans un dispositif en Block Aléatoire Complet avec quatre
répétitions et un facteur, la dose d'urée. Chaque lot a été constitué avec 25 pots séparés par 20
cm de l'un et l'autre, une marge de sécurité nécessaire pour éviter les contaminations de
nutriments entre les unités expérimentales lors de l’arrosage et spécialement après l’apport de
fumure azotée. Les traitements appliqués sont les suivants en utilisant de l’Urée 46% N :
· Traitement 1 (T1) : 0 g.plant-1 d’urée ;
· Traitement 2 (T2) : 0,5 g.plant-1 d’urée soit 0,23 g.plant-1 d’unité fertilisante N ;
· Traitement 3 (T3) : 1 g.plant-1 d’urée soit 0,46 g.plant-1 d’unité fertilisante N;
· Traitement 4 (T4) : 1,5 g.plant-1 d’urée soit 0,69 g.plant-1 d’unité fertilisante N.
Ces doses sont établies en modérant les doses déjà testées précédemment. Les doses de N ont
été appliquées, après avoir dilué l’urée dans de l’eau, en un seul apport dans le substrat en pot
à trois mois après le semis ceci pour s’assurer que les plantules ont déjà épuisé la réserve
initiale du sol en N dans le pot.

Les variables de croissance suivantes ont été mesurées à la fin de l’essai : les taux de
germination et de levée, la longueur des racines pivotante, la circonférence au collet, la
hauteur du plant, le nombre des feuilles et la surface foliaire. Le taux de germination est
calculé en divisant le nombre de fèves ayant germées deux semaines après le semis par le
nombre de fèves semées multiplié par 100. Le taux de levée est calculé en divisant le nombre
de plantules ayant levées et vivants un mois après le semis par le nombre de fèves semées
multiplié par 100. Pour la mesure de la longueur des racines, trois plants en pots dans chaque
traitement ont été sacrifiés, les racines pivots dénudées et mesurées sur papier millimétré. La
longueur d’une racine pivotante dans chaque traitement est la moyenne des trois mesures
effectuées sur les racines pivot des trois plants sacrifiées. Pour la circonférence au collet, le
diamètre au collet de chaque plant dans un traitement a été mesuré puis la moyenne des

45
circonférences au collet déterminée en multipliant le diamètre moyen par π (3,142). La
hauteur des plants est mesurée de la base jusqu’à la cime du plant. La surface foliaire sur un
plant a été calculée en utilisant la méthode de Bradfield (1962) cité par Okon et al. (2013)
avec la formule :
Surface foliaire d’une feuille = L x l x r x n
Où L = Longueur moyenne de la feuille
L = largeur moyenne de la feuille
r = coefficient de correction (0,72)
n = nombre de feuille sur le plant

L’Analyse de Variance (ANOVA factorielle) avec effets fixés et le Test de Duncan, en


utilisant le logiciel STATISTICA version 5.5 (StatSoft Inc, 1999) au seuil de 5%, ont été
effectués pour classer les données. Pour les données de comptage (taux de germination/levée,
nombre de feuilles), la distribution des données par la loi binomiale a été effectuée par
approche de la loi de Poisson.

Voici présentée la méthodologie utilisée pour réaliser les expérimentations liées à la recherche
de solutions pour l’objectif spécifique 2. Dans les lignes suivantes, on va exposer l’approche
méthodologique liée à l’objectif spécifique 3.

46
2.4 Etude des effets des composts et de l’engrais minéral sur la croissance des jeunes
cacaoyers

La méthodologie qui a servi à la conduite de l’essai lié à l’objectif spécifique 3, qui est
d’étudier les effets des composts des coques de cabosses de cacao et de cerises de café
combinés à l’engrais NPK sur la croissance des jeunes cacaoyers sur sol dégradé, sera
explosée ici.

2.4.1 Description du site d’étude

Un essai au champ a été conduit durant la première année de croissance des jeunes cacaoyers
(pendant six mois, l’autre moitié étant effectuée en pépinière) à Amlamé (longitude
07°30’19.2’’ Nord, latitude 000°58’59.2’’ Est, altitude 314 m) au Togo (Figure 8). C’est une
zone avec une pluviométrie variant entre 1200 et 1600 mm de pluie par an, avec une
température moyenne de 25-35 °C. L’aire expérimentale était approximativement de 0,15 ha
cultivée avec des variétés hybrides de cacaoyers (77 x 42, 77 x 85 et 77 x 67) mise en place en
début juillet 2015 dans des trous de 0,40 m x 0,40 m x 0,40 m avec un espacement de 3 m x
2,5 m (1320 plants.ha-1). La parcelle est une cacaoyère en plein soleil.

2.4.2 Fabrication et hygiénisation du compost

Le compost utilisé pour l’essai était localement produit. Les coques de cabosses de cacao et
les coques de cerises de café sont collectées dans les exploitations environnantes du Centre de
Production de Matériel Végétal d’Ezimé après récolte, écabossage ou décorticage puis
séchage. La fiente provient de l’élevage des poulets dans une ferme située à Patatoukou à 18
km du centre (Figure 8); les excréments sont collectés tous les jours et stockés dans une
fumière.

La proportion de matières à composter a été déterminée sur la base de la masse brute de la


fiente et des coques. Deux andains ont été mis en place avec la même proportion de coques et
de fiente (4:1). La technique de compostage était un compostage en andain à chaux avec
retournement. Les tas ont été constitués sur sol aménagé pendant 60 jours et deux
retournements ont été effectués successivement le 21ème et le 42ème jour. Les caractéristiques
physiques et la composition des tas sont présentées dans le tableau 4. La composition en
nutriments des matériaux à composter et les exportations en nutriments des jeunes cacaoyers

47
sont présentées dans le tableau 5. Les tas ont été humectés à leur constitution jusqu’à une
teneur d’humidité de 70-80% puis recouvert de bâche plastique afin d’éviter l’ajout d’eau et
conserver la chaleur dans le tas.

Tableau 4 : Caractéristiques physiques et composition des tas de compost


ANDAINS Compost à base de Compost à base de
coques de cabosses coques de cerises
de cacao (CKKO) de café (CKF)
Matière brute (kg) 285 397
Fiente de volailles (%) 20 20
Coques de cerise de café (%) 0 80
Coques de cabosses de cacao (%) 80 0
Cendres de pailles (kg) 5 5
-3
Eau (m ) 0,42 0,78
Taux d’humidité (%) 70-80 70-80
Volume du tas (m-3) 1,42 1,78
-3
Densité (kg MS.m ) 201 223

Tableau 5 : Composition en nutriments des matières compostées et absorption en nutriments de


jeunes cacaoyers
Matières N P2O5 K2O CaO MgO Sources
Composition en nutriments des matières, g.kg-1
Coques cabosses cacao 14 4,2 68 6,5 6,6 Joffre, 2010
Coques cerises café 33,4 6,2 43,8 4,1 5,5 Harding P, 1992
Fiente de volailles 21,5 22,4 17,7 59,1 7,3 Teurki, 2013
Absorption en nutriments des jeunes cacaoyers, kg.ha-1
Cacaoyers de 5-12 mois
(1100 plants.ha-1) 2,5 1,4 3 1,9 3,3 Snoeck et Jardin, 1992

2.4.3 Dispositif expérimental et traitements

L’expérience au champ a été menée dans un dispositif en Blocs Aléatoires Complets avec
Parcelles Divisées (split plot) avec neuf traitements répétés trois fois (Figure 11) afin de
contrôler la variabilité spatiale du site due surtout à la pente et au gradient de fertilité du sol.

Les parcelles principales sont représentées par les types de composts apportés (les différentes
bandes de nuances de gris-blanc sur la figure 11). Les sous-parcelles sont désignées par les
différentes doses d’engrais minéraux appliqués (chaque case dans les différentes bandes de
nuances de gris-blanc sur la figure 11).

48
Les neuf traitements sont ainsi désignés :
- T00 : sans apport de compost + NPK 15-15-15 de 0 g.plant-1 ;
- T01 : sans apport de compost + NPK 15-15-15 de 50 g.plant-1 ;
- T00 : sans apport de compost + NPK 15-15-15 de 75 g.plant-1 ;
- T10 : apport de compost de cabosses de cacao + NPK 15-15-15 de 0 g.plant-1 ;
- T11 : apport de compost de cabosses de cacao + NPK 15-15-15 de 50 g.plant-1 ;
- T10 : apport de compost de cabosses de cacao + NPK 15-15-15 de 75 g.plant-1 ;
- T20 : apport de compost de cabosses de café + NPK 15-15-15 de 0 g.plant-1 ;
- T21 : apport de compost de cabosses de café + NPK 15-15-15 de 50 g.plant-1 ;
- T20 : apport de compost de cabosses de café + NPK 15-15-15 de 75 g.plant-1.
Dans ce sens, la lettre « T » désigne le traitement, la première lettre qui lui est affectée
désigne la parcelle principale et la seconde lettre désigne la parcelle secondaire.

Chaque parcelle expérimentale est constituée de neuf pieds de cacaoyers bordés par une ligne
de cacaoyers. Dans chaque trou dans un même bloc étaient appliquées trois doses de compost
avant la mise en terre des pieds de cacaoyers : le témoin (0 kg.plant-1 de compost), 2 kg.plant-1
de compost de coques de cabosses de cacao (CKKO) et 2 kg.plant-1 de compost de coques de
cerises de café (CKF).

La sous-parcelle est constituée par trois pieds de cacaoyers sur une ligne au sein d’une
parcelle principale. Les sous-parcelles ont reçu à un mois après transplantation, trois doses de
NPK 15-15-15 : 0 ; 50 et 75 g.plant-1. Ces doses ont été déterminées sur la base des résultats
du diagnostic-sol obtenus avec les analyses de sol réalisées par Koudjega et Tossah (2009).
Sur cette base de prédiction, un apport de 76 g.plant-1 de NPK15-15-15 (engrais localement
disponible) réduirait au maximum les déficiences du sol en N, P et K pour une nutrition
équilibrée du cacaoyer en première année de croissance. Il a été jugé utile de réduire cette
dose à 75 puis 50 g.plant-1 étant donné qu’il y aura un complément en compost et par mesure
de prudence (c’est un premier pas au Togo sur la fertilisation du cacaoyer et surtout qu’en
Afrique de l’Ouest les formules d’engrais cacao ne contiennent pas de l’azote alors qu’on
tente de le mettre ici).

Le désherbage et les traitements phytosanitaires du site ont été réalisés au besoin. Il a été
réalisé quatre sarclages et deux traitements phytosanitaires contre les mauvaises herbes et les
insectes.
49
T10 T11 T12 T01 T00 T02 T22 T21 T20

Bloc 1

T01 T02 T00 T22 T21 T20 T10 T12 T11

Bloc 2

T22 T20 T21 T10 T12 T11 T01 T00 T02

Bloc 3

Figure 11 : Dispositif expérimental pour l’essai sur l’effet de la fumure organique et


minérale sur la croissance des jeunes cacaoyers
La lettre « T » désigne le traitement, la première lettre qui lui est affectée désigne la parcelle
principale et la seconde lettre désigne la parcelle secondaire.

Légende :
Pas de matière organique (MO)
MO de CKKO
MO de CKF

Facteurs :
1- Dose de matière organique (compost en parcelles principales)
a. Dose de 0 Mg.ha-1 de compost (SMO) ;
b. Dose de 2,6 Mg.ha-1 (2 kg.plant-1) de compost coques de cacao (CKKO) ;
c. Dose de 2,6 Mg.ha-1 (2 kg.plant-1) de compost coques de café (CKF).
2- Dose d’engrais N15P15K15 pour des plants de cacaoyer en première année de
plantation (engrais minéraux en sous-parcelles) :
a. Dose de 0 g.plant-1 ;
b. Dose de 50 g.plant-1 ;
c. Dose de 75 g.plant-1.

50
2.4.4 Collecte et analyse des données

En vue de s’assurer de la maturité des andains de compost et son hygiénisation, des mesures
de la température au sein des tas à intervalle de trois jours jusqu’à la fin du compostage ont
été réalisées. La température a été relevée à l’aide d’un thermomètre digital (numérique de
précision A) en mesurant la chaleur au cœur des andains. Des échantillons composites des
composts ont été prélevés à la fin du compostage. Sur ces échantillons, des analyses de
laboratoire ont été réalisées puis un test de phytotoxicité a été fait avec le sorgho (Sorghum
bicolor). La phytotoxicité du compost est sa capacité à nuire à la croissance d’un végétal
cultivé sur un sol amendé avec ce compost. Pour ce faire, une partie de l’échantillon
composite a été prélevée, tamisée à 4 mm et répartie dans trois bacs avec deux casiers, chacun
pour un type de compost donné. Les produits du tamis recueillis dans les bacs ont été saturés
en eau puis laissé percoler pendant 24 heures, ensuite on y a semé 100 grains de sorgho par
casier. Un arrosage fin et régulier a été effectué chaque jour. Le comptage de grains germés a
été effectué 10 jours plus tard. Le rendement en compost a été également mesuré à la fin du
compostage.

Au champ, les variables agronomiques comme le taux de reprise des plants, mesuré un mois
après la mise en terre des plants, puis la hauteur du plant et la circonférence au collet ont été
mesurées à la fin de l’expérimentation en fin décembre 2015. Des échantillons composites de
sol ont été prélevés aléatoirement sur le site en début d’expérimentation puis dans chaque
sous parcelle en fin d’essai à des profondeurs de 0 - 0,60 m. Ces échantillons sont analysés au
laboratoire afin d’étudier le statut nutritionnel et le bilan partiel du sol amendé sous les
cacaoyers.

Le taux de reprise de cacaoyers est déterminé en faisant le rapport du nombre de plants


vivants dans une sous parcelle par le nombre total de plants mis en terre multiplié par 100. La
hauteur des plants a été mesurée du collet au sommet de la plante pour les trois plants de la
sous parcelle. La circonférence au collet a été calculée en multipliant le diamètre moyen
mesuré sur les trois plants de la sous parcelle par π (3,142). Les échantillons prélevés ont été
séchés à l’air, moulu et tamisé avec une mèche de 2 mm puis dosés au laboratoire (voir
méthode d’analyse plus loin). Le statut nutritionnel du sol est basé sur l’évolution de la teneur
du sol en des nutriments spécifiques entre le début et la fin de l’essai au champ. Le bilan
partiel du sol pour un nutriment spécifique est basé sur la différence entre les entrées et les

51
sorties du sol de ce nutriment à la fin de l’expérimentation. Ces bilans sont établis pour N, P,
K, Ca et Mg.
Solde du bilan = (∑Entrées) – (∑Sorties)

- Les entrées sont constituées de la teneur initiale du sol en place, la teneur dans les
engrais (minéraux et organiques) apportés et les dépositions atmosphériques de
l’azote ;
- Les sorties sont constituées de la teneur finale du sol et de l’absorption des cacaoyers
(quantité de nutriment spécifique exportée du sol par le cacaoyer pendant un certain
temps sur un site donné, Tableau 5).

Les analyses statistiques ont été réalisées sur les données collectées avec l’Analyse de
Variance (ANOVA factorielle) avec effets fixés et la séparation des moyennes avec le Test
de Duncan au seuil de 5% de probabilité à l’aide du logiciel STATISTICA version 5.5
(StatSoft Inc, 1999).

Voici présentée la méthodologie utilisée pour réaliser les expérimentations pour l’atteinte de
l’objectif spécifique 3. Dans les pages suivantes, on va exposer l’approche méthodologique
liée à l’objectif spécifique 4.

52
2.5 Etude de l’adaptabilité des jeunes cacaoyers dans différents agroécosystèmes de
replantation

Il est présenté ici la méthodologie qui a servi à la conduite de l’essai lié à l’objectif spécifique
4, qui est d’évaluer l’adaptabilité des jeunes cacaoyers dans différents agroécosystèmes
actuels de replantation.

2.5.1 Zone d’étude

L’étude a été conduite dans la zone agroécologique de forêts aux pieds des monts Akposso
dans la préfecture d’Amou, à l’ouest de la région des Plateaux au Togo (Figure 8). C’est une
zone avec une pluviométrie variant entre 1200 et 1600 mm de pluie par an avec une
température moyenne de 20 - 35°C.

2.5.2 Sélection et gestion des vergers choisis pour les essais

Dans la zone, douze (12) vergers de cacaoyers installés en milieu paysan ont été sélectionnés
pour cette étude (Tableau 6). Les vergers ont été choisis en fonction de la densité des arbres
agroforestiers présents sur la parcelle avant l’installation de la plantation. Il est vrai que la
nature des essences agroforestières présentes sur la parcelle de même que leur mode de
répartition (aire aménagée suivant un schéma, distribution aléatoire ou en agrégat) peuvent
avoir des influences sur le dosage de l’ombrage sur les différentes parcelles choisies. Mais par
souci de commodité, on a opté d’exprimer ces diverses composantes en termes de niveau de
couverture de l’ombrage au sol dans la parcelle choisie comme l’ont suggéré Asare et Anders
(2016) comme étant l’une des trois composantes essentielles pour évaluer l’impact des arbres
d’ombrage dans les cacaoyers. Ces plantations ont été installées et gérées avec l’appui des
Conseillers Agricoles (CrA) de l’Institut de Conseil et d’Appui Technique (ICAT).

L’essai a été conduit pendant un an. L’installation des plantations a été faite en conservant les
arbres existant sur les parcelles. Les vergers ont été installés en juin – juillet 2014 avec des
plants de cacaoyers ayant en moyenne une hauteur de 30±2,9 cm, une circonférence au collet
de 2±0,2 cm avec 5±1 paires de feuilles. Le schéma d’installation était de 3 m x 2,5 m (sur
100 m x 100 m, on a 33 lignes de cacaoyers x 40 cacaoyers sur la ligne = 1320 plants.ha-1)
dans des trous de 0,40 m x 0,40 m x 0,40 m. La variété de cacaoyer utilisée est un mélange
d’hybrides tolérant au Swollen Shoot composé des hybrides suivantes : P7 x Imc67 (18 %),
Imc67 x P7 (18 %), PA7 x P7 (17 %), PA7 x P30 (17 %), P7 x T60/887 (15 %) et T60/887 x P7 (15 %),

53
vulgarisé par l’ITRA/CRAF (Institut Togolais de Recherche Agronomique / Centre de
Recherche Agronomique de la zone Forestière).

La conduite des jeunes vergers de cacaoyers a été identique avec des désherbages et
égoumandages manuels et des traitements phytosanitaires une fois par trimestre. Aucune
forme d’engrais n’a été appliquée aux cacaoyers.

Tableau 6 : Sites d’étude

Site N° Village Coordonnée géoréférencée Superficie du


Latitude Longitude Altitude, m verger, ha
1 Adjahun 07°29’06,8’’ 000°55’36,9’’ 309 1,00
2 Dédomé 07°30’26,2’’ 000°59’03,1’’ 283 0,50
3 Dédomé 07°80’19,2’’ 000°58’59,1’’ 272 3,00
4 Dédomé Ferme 07°27’54,6’’ 000°58’20,8’’ 203 0,50
5 Kodzo Aza 07°36’03,6’’ 001°02’08,5’’ 283 0,25
6 Amlamé 07°27’83,2’’ 000°54’60,7’’ 296 0,60
7 Dédomé Ferme 07°28’54,6’’ 000°57’46,2’’ 218 0,50
8 Dédomé 07°30’08,6’’ 000°58’91,8’’ 279 1,00
9 Kpètè 07°25’04,8’’ 000°53’08,3’’ 293 0,50
10 Amlamé 07°27’79,0’’ 000°54’08,9’’ 304 1,00
11 Amlamé 07°27’76,4’’ 000’54’28,7’’ 297 0,06
12 Amlamé 07°27’77,1’’ 000°54’59,6’’ 295 0,13

Voir le positionnement des sites sur la figure 8.

2.5.3 Collecte des données

Pour la démarcation des placettes, l’approche utilisée par Adekunle et al (2011) a été
répliquée. Trois placettes de mêmes dimensions (12 m x 10 m) ont été délimitées dans chacun
des douze (12) vergers de cacaoyers sélectionnés. Le dispositif expérimental est mis en place
de façon complètement aléatoire. Pour la caractérisation des conditions de production des
jeunes cacaoyers, l’approche sol-plante-atmosphère a été utilisée (Sogbedji et al, 2006ab).
Cette approche permet d’avoir une vue holistique sur les interactions entre la plante cultivée
(ici le cacaoyer), les caractéristiques du sol en place et les conditions environnementales du
site (climat, végétation, etc.). On s’est focalisé dans cette étude sur les propriétés du sol
(profondeur et texture du sol), la végétation de couverture des cacaoyers (densité de
couverture de l’ombrage) et les propriétés du climat (pluviométrie et utilisation de l’eau).

54
Les mesures ont été prises sur tous les arbres agroforestiers dans la plantation et sur cinq
jeunes pieds de cacaoyers dans chaque placette. Sur les arbres agroforestiers, il a été mesuré le
rayon du houppier en vue de calculer le taux de couverture au sol sur la parcelle (niveau
d’ombrage). Sur les jeunes pieds de cacaoyers, il a été mesuré la hauteur (du collet à la cime
des végétaux), le diamètre du collet, le diamètre à hauteur de 1 m, le nombre de couronne
formé dans la placette et le rayon du houppier. En vue d’évaluer l’utilisation des ressources en
eau, l’élongation annuelle des pieds de cacaoyers et l’efficacité d’utilisation de l’eau ont été
déterminées pour les cacaoyers. Des tranchées ont été creusées dans les placettes en vue de
déterminer la profondeur du sol en place et des échantillons composites de sol (0-30 cm de
profondeur) ont été prélevés pour la détermination de la texture du sol au laboratoire (voir
méthode d’analyse plus loin).

2.5.4 Analyse de données collectées

Pour les besoins d’analyse des données collectés, les facteurs à étudier ont été regroupés par
classe. Pour l’ombrage, quatre classes ont été définies en fonction de la densité de couverture
offerte par les arbres agroforestiers aux cacaoyers. Ces classes sont exprimées en pourcentage
(%): [0-25[, [25-50[, [50-75[ et [75-100]. Pour le sol, la profondeur des tranchées est stratifiée
en trois classes (<0,8 m, entre 0,8-1 m et >1 m) de même que la texture (sablo-argileux,
limono-sableux et argilo-sableux).

Dans chaque verger, les moyennes arithmétiques ont été calculées avec les données collectées
sur les variables agronomiques mesurées dans les trois placettes. Les circonférences au collet
et à hauteur de 1 m ont été calculées en multipliant le diamètre moyen des plants déterminé à
chaque niveau par π (3,142). La formation de la couronne est exprimée par le pourcentage de
pieds de cacaoyers ayant formés leur couronne après un an de croissance. Le rayon du
houppier d’un plant est la moyenne de trois mesures de la distance au sol à l’horizontale du
pied de l’arbre jusqu’au bout des branches. La vitesse de croissance des cacaoyers, qui est
exprimée par l’élongation annuelle, a été déterminée également. L’élongation annuelle est
calculée à partir de la différence entre la hauteur des pieds de cacaoyers après un an de
croissance et leur hauteur moyenne au moment de la plantation. L’efficacité d’utilisation de
l’eau est fournie par le rapport de l’élongation annuelle sur le volume d’eau de pluie reçue sur
une surface d’un hectare de cacaoyers durant la période de l’étude.

55
L’Analyse de Variance (ANOVA factorielle) avec effets fixés a été faite et la séparation des
groupes homogènes par le Test de Duncan réalisée avec le logiciel STATISTICA version 5.5
(StatSoft Inc, 1999) au seuil de 5%.

Ainsi sont présentées les méthodologies pour mener à bien les quatre expérimentations liées
aux quatre objectifs spécifiques retenus. Il ne reste plus qu’à exposer la technique de
prélèvement des échantillons de sols et de végétaux puis les procédés d’analyses physico-
chimiques de ces échantillons au laboratoire.

56
2.6 Prélèvement des échantillons et procédés d’analyses physico-chimiques au
laboratoire

Des échantillons de sols, de végétaux et d’eau de pluie ont été collectés lors des quatre
expérimentations. Les échantillons composites de sols ont été prélevés en début et fin de
chaque essai. Les échantillons de végétaux ont été pris à la fin des deux premiers essais.
L’échantillon d’eau de pluie a été pris trois fois (en avril, en juillet et en octobre) afin de
couvrir toute l’année. L’eau a été recueillie directement dans un bocal à l’air libre dans le
champ puis rapporté à l’unité de surface de 1 ha avec une profondeur de 0,60 m.

Sur ces échantillons, des analyses physico-chimiques ont été réalisées au laboratoire. Sur les
échantillons de sols, il a été déterminé la composition granulométrique, la capacité d’échange
cationique (CEC), la teneur en matière organique (MO), la teneur en N total, P assimilable, K
échangeable, Ca échangeable et Mg échangeable. Le rapport C/N a été calculé. Sur les
échantillons de végétaux, il a été déterminé la teneur en matière sèche, la teneur en N, P, K,
Ca et Mg. Sur les échantillons d’eau, c’est la teneur en N qui a été déterminée.

La composition granulométrique a été déterminée par sédimentation selon l’échelle de


Atterberg après destruction de la matière organique et traitement spécifique à l’ultra son avec
un granulomètre automatique. L’azote total a été déterminé par la méthode Kjeldahl (Jackson,
1945). La méthode de Bray-1 (Bray et Kurtz, 1945) a servi au dosage de P alors que les bases
échangeables K, Ca et Mg ont été déterminées par l’extraction avec l’ammonium acétate puis
titrage par flamme photométrique pour le K et par spectrophotométrie pour Ca et Mg. La CEC
est déterminée par colorimétrie à flux continu avec le dosage de l’ammonium contenu dans la
solution d’échange obtenue avec l’acétate ammonium 1N. Le pH a été déterminé à l’eau avec
un pH-mètre. La teneur en matière organique est déterminée en utilisant la méthode de
Walkley-Black (Nelson and Sommers, 1982). La teneur en carbone (C) organique est calculée
en divisant la teneur en matière organique par 1,724 (CIRAD, 2004). Le rapport C/N est
donné par le rapport de la teneur en C organique sur la teneur en N total.

Pour calculer le poids du sol de culture, la densité apparente du sol de 1,324 g.cm-3 (CEAEQ,
2003) pour les sols tropicaux a été utilisée sur une superficie de 1 ha (10 000 m²) avec une
profondeur de sol de 0,6 m. Le poids d’un tel sol est de 7944 tonnes. La quantité d’un

57
nutriment disponible dans un tel sol est le produit du coefficient 7,944 par la teneur du
nutriment spécifique dans le sol au champ (en mg.kg-1). Au champ, les résultats du bilan des
nutriments sont exprimés en kg.ha-1 mais en pépinière, étant donné qu’on a différent type de
pots utilisés, on exprime tout le résultat du bilan en mg.plant-1 pour harmoniser (un plant étant
dans un type de pot donné). Dans ce cas, pour les pépinières, les valeurs du coefficient sont
rapportées au poids du sol contenu dans les pots utilisés soit 1,397 kg pour les sachets café et
2,807 kg pour les sachets cacao (pour rappel, le volume des sachets café étant 1055 cm3 et
celui des sachets cacao 2120 cm3).

Pour la déposition atmosphérique de l’azote, la concentration de N dosée dans l’eau de pluie


(en mg.l-1) est multipliée par le volume d’eau reçu (en litre). Ce volume d’eau (en m3 et à
convertir en litre) est le produit de la surface de réception de l’eau de pluie (en m²) et de la
hauteur d’eau de pluie tombée sur la durée de l’essai (en m). Au champ, la surface de
réception de l’eau de pluie est rapportée à 1 ha (10 000 m²).

Les exportations des cultures ont été calculées sur la base de la teneur en un nutriment
spécifique, le rendement en matière sèche par plants de cacaoyer et le nombre de plants de
cacaoyers à l’hectare (1320 plants).

Après cette présentation des méthodologies utilisées pour l’atteinte de chaque objectif
spécifique et les procédés d’analyses au laboratoire, le chapitre suivant va exposer les
résultats obtenus au cours de cette étude.

58
CHAPITRE 3 : RESULTATS

59
3.1 Effets de la quantité du substrat sol et des méthodes de semis sur la croissance des
plantules de cacaoyers

Les résultats obtenus liés à l’objectif spécifique 1, qui est d’étudier les effets de la quantité du
substrat sol et de la méthode de semis sur la croissance de plantules de cacaoyers, sont
présentés dans les lignes qui suivent.

3.1.1 Effets sur la germination ou la reprise des plantules de cacaoyers

Les plants de cacaoyer ont très bien levé dans presque tous les traitements (Figures 12 et 13).
Le meilleur taux de reprise ou taux de germination est constaté à 10 jours après levée (JAL)
dans les deux types de pots, et est respectivement en moyenne de 95±3,8% et 96±3,3%. Il n'y
avait pas d'effets significatifs des deux types de pots sur la reprise des plantules (90±7% pour
sachet cacao et 91±6% pour sachet café) alors que les méthodes de semis ont révélé un impact
négatif du retard de repiquage des plantules de cacaoyer (Tableau 7). A 15 JAL, les plants de
cacaoyer ont levé en moyenne de 84±9,2% dans les sachets café et 82±12% dans les sachets
cacao. Le produit du nombre de variable (n=24) et de la probabilité de réalisation (p=0,0035)
donne 0,08 (n.p < 15) en fonction de la méthode de semis ; donc l’approximation par la loi
binomiale est applicable. La distribution des moyennes des traitements est normale autour de
90%, ce qui augure d’un bon niveau de reprise des plants en général (figure 12).

Tableau 7 : Synthèse de l’analyse de variance du taux de germination/levée des cacaoyers


Degrés de Moyennes des Erreurs
Facteurs liberté de moindres Erreurs des
l’effet (DL) carrés (MMC) du DL MMC F p
Types de pots (A) 1 10,6667 18 45,7778 0,2330 0,6351
Méthodes de semis (B) 2 360,6667 18 45,7778 7,8786 0,0035*
Interactions A x B 2 0,6667 18 45,7778 0,0146 0,9856
*Différence significative au seuil de 5%

60
TX_LEV ; fit to Normal distribution:
Kolmogorov-Smirnov d=,19587, p= n.s.
Chi-Square: 8,0695, df = 1, p = ,0045
10
9
8
No of obs 7
6
5
4
3
2
1
Expected
0
60 65 70 75 80 85 90 95 100 105 Normal

Category (upper limits)

Figure 12 : Distribution des taux de levée/germination des plantules de cacaoyers

Figure 13 : Effets de la quantité du substrat sol et de la méthode de semis sur le taux de


reprise et de levée des plantules de cacaoyers un mois après le semis
JAL : Jour Après Levée.

3.1.2 Effets sur la longueur des racines

Les quantités du substrat sol et les méthodes de semis produisent la même croissance de la
racine des plants de cacaoyer qui était en moyenne de 29,3±3,2 cm. Aucune différence
significative n'a été trouvée dans la longueur des racines des plants de cacaoyers suivant tous
les traitements (F(5; 24)=0,29 ; p=0,91). Ni le type de pots, ni la méthode de semis n’affectent la
longueur des racines de cacaoyers (Tableau 8). Mais, comme le montre la Figure 14, toutes

61
les racines dans les sachets cacao sont au-delà 30 cm et celles dans les sachets café ont moins
que 30 cm de long.

Tableau 8 : Synthèse de l’analyse de variance de la longueur des racines des cacaoyers en fin
d’essai

Degrés de Moyennes des Erreurs


Facteurs liberté de moindres Erreurs des
l’effet (DL) carrés (MMC) du DL MMC F p
Types de pots (A) 1 200,6817 18 72,8069 2,7564 0,1142
Méthodes de semis (B) 2 15,9450 18 72,8069 0,2190 0,8054
Interactions A x B 2 8,4017 18 72,8069 0,1154 0,8917
*Différence significative au seuil de 5%

Figure 14 : Effets de la quantité du substrat sol et de la méthode de semis sur la


longueur des racines
JAL : Jour Après Levée.

3.1.3 Effets sur la circonférence au collet

La circonférence au collet de la tige de plants de cacaoyer dans les deux types de sachets a été
influencée par les méthodes de semis pendant l’essai (Tableau 10). A 1,5 mois après semis
(MAS), le semis direct (0 JAL) a produit les meilleurs plants avec une circonférence moyenne
1,3±0,1 cm, alors qu’à 3,5 MAS, on a les meilleurs plants qui sont issus du repiquage à 15
JAL avec une circonférence de 1,8±0 cm dans les sachets café. Finalement à 5,5 MAS
(Tableau 9), les traitements avec des repiquages (10 et 15 JAL) dans les sachets café (avec
une différence significative pour les types de sachets ; F=45,24 et p= 0.000) ont donnés les

62
meilleurs plants de cacaoyers d’une circonférence de 2,0±0,1 cm et 1,9±0,2 cm,
respectivement. L’interaction des deux facteurs est également significative.

Tableau 9 : Synthèse de l’analyse de variance de la circonférence au collet des cacaoyers en fin


d’essai

Degrés de Moyennes des Erreurs


Facteurs liberté de moindres Erreurs des
l’effet (DL) carrés (MMC) du DL MMC F p
Types de pots (A) 1 1,0795 18 0,0239 45,2438 0,0000*
Méthodes de semis (B) 2 0,0040 18 0,0239 0,1678 0,8468
Interactions A x B 2 0,1004 18 0,0239 4,2081 0,0317*
*Différence significative au seuil de 5%

Tableau 10 : Effets de la quantité du substrat sol et de la méthode de semis sur la circonférence au


collet des plants de cacaoyers (cm)

Quantité de sol Méthode de 1.5MAS 3.5MAS 5.5MAS


semis Moyenne ET Moyenne ET Moyenne ET
1055 cm3 0 JAL 1,27a 0,05 1,35d 0,01 1,75bc 0,21
(Sachet café) 10 JAL 1,02b 0,07 1,67b 0,02 2,00 a 0,10
15 JAL 0,93b 0,05 1,80a 0,01 1,92 ab 0,18

2120 cm3 0 JAL 1,27a 0,05 1,35d 0,07 1,58cd 0,18


(Sachet cacao) 10 JAL 1,02b 0,07 1,47c 0,09 1,40 d 0,09
15 JAL 1,02b 0,07 1,64b 0,07 1,48 d 0,05

Moyenne 1,09 0,06 1,55 0,04 1,67 0,14


F 18,35 55,20 10,95
p 0,00 0,00 0,00
JAL: Jour Après Levée; ET: Ecart - Type; MAS: Mois Après Semis.

3.1.4 Effets sur la hauteur des plants

A 5,5 MAS, on note que les plants dans les sachets café étaient moyennement plus grand que
ceux dans les sachets cacao avec des tailles de 26,9±3,6 cm et 25,2±5,6 cm, respectivement.
Statistiquement, aucune différence n'a été trouvée dans la hauteur des plants avant 5,5 MAS
((Tableau 11 ; Photo 7). Les plants ayant atteint les meilleurs hauteurs en fin d’essai ont été
produites par les semis direct (0 JAL) dans les sachets café et le repiquage des plantules dans
les sachets cacao à 10 JAL (30,5±2,4 cm et 30,3±3,3 cm, respectivement). Cet effet est dû à
l’interaction entre les types de sachets et la méthode de semis (Tableau 12).

63
Tableau 11 : Effets de la quantité du substrat sol et de la méthode de semis sur la hauteur des
plants de cacaoyers (cm)
Quantité de sol Méthode 1.5MAS 3.5MAS 5.5MAS
de semis Moyenne ET Moyenne ET Moyenne ET
1055 cm3 0 JAL 13,25 a 0,64 23,38 a 4,72 30,50 a 2,40
(Sachet café) 10 JAL 13,23 a 1,25 19,75 a 2,54 26,92ab 3,25
15 JAL 13,65 a 0,76 23,80 a 0,90 23,33b 3,93

2120 cm3 0 JAL 13,68 a 0,92 22,27 a 2,41 26,15 ab 3,26


(Sachet cacao) 10 JAL 13,95 a 0,27 19,73 a 1,44 30,25 a 3,33
15 JAL 13,38 a 1,77 23,73 a 4,72 19,10c 1,24

Moyenne 13,52 0,93 22,11 2,79 26,04 2,90


F 0,29 1,85 10,01
p 0,91 0,15 0,00
JAL: Jour Après Levée; ET: Ecart - Type; MAS: Mois Après Semis.

Tableau 12 : Synthèse de l’analyse de variance de la hauteur des plants de cacaoyers en fin d’essai
Degrés de Moyennes des Erreurs
Facteurs liberté de moindres Erreurs des
l’effet (DL) carrés (MMC) du DL MMC F p
Types de pots (A) 1 18,3750 18 7,5273 2,4411 0,1356
Méthodes de semis (B) 2 140,2688 18 7,5273 18,6348 0,0000*
Interactions A x B 2 38,7515 18 7,5273 5,1482 0,0171*
*Différence significative au seuil de 5%

A B
Photo 7 : Pépinière de cacaoyers au CPMV Ezimé
A – Pépinière à un mois après semis.
B – Deux plants plantables de cacaoyers (l’un dans un sachet café et l’autre dans un sachet
cacao).

64
3.1.5 Effets sur le nombre de feuilles

Le nombre de feuilles sur les plants de cacaoyers était en moyenne de 12±1 feuilles en fin
d’essai (Tableau 13). Il n'y avait aucune différence significative dans le nombre de feuilles à
5,5 MAS (Tableau 14). Les quantités du substrat sol et les méthodes de semis n'ont aucun
effet dans la production des feuilles sur les plants de cacaoyer à 5,5 MAS. Le produit du
nombre de variable (n=24) et de la probabilité de réalisation (p) donne des valeurs comprises
entre 0,08 et 7,62 (n.p < 15) en fonction du type de sachets, de la méthode de semis et de leur
interaction. Donc l’approximation par la loi binomiale est applicable. La distribution des
moyennes des traitements est normale autour de 12 feuilles (Figure 15).

Tableau 13 : Effets de la quantité du substrat sol et de la méthode de semis sur le nombre de


feuilles portées par les plants de cacaoyers
Quantité de sol Méthode 1,5MAS 3,5MAS 5,5MAS
de semis Moyenne ET Moyenne ET Moyenne ET
3
1055 cm 0 JAL 5a 0,6 10 a 2,2 12 a 1,1
(Sachet café) 10 JAL 4 abc 0,5 9 ab 0,6 12 a 1,9
15 JAL 3c 0,5 7c 0,6 11 a 2,6

2120 cm3 0 JAL 4 abc 0,0 11 a 0,6 11 a 2,0


(Sachet cacao) 10 JAL 4 abc 0,6 8bc 0,7 14 a 1,6
15 JAL 3c 0,5 8 bc 0,4 11 a 1,3

Moyenne 4 0,5 9 1,3 12 1,0


F 4,84 6,60 1,53
P 0,01 0,00 0,23
JAL: Jour Après Levée; ET: Ecart - Type; MAS: Mois Après Semis.

Tableau 14 : Synthèse de l’analyse de variance du nombre de feuilles portées par les cacaoyers en
fin d’essai
Degrés de Moyennes des
Facteurs liberté de moindres Erreurs Erreurs
l’effet (DL) carrés (MMC) du DL des MMC F P
Types de pots (A) 1 0,4648 18 2,9018 0,1602 0,6937
Méthodes de semis (B) 2 7,2813 18 2,9018 2,5092 0,1093
Interactions A x B 2 5,0191 18 2,9018 1,7297 0,2055

65
NB_FEU3 ; fit to Normal distribution:
Kolmogorov-Smirnov d=,11926, p= n.s.
Chi-Square: 3,7886, df = 3, p = ,2852

4
No of obs

0
8,0 9,0 10,0 11,0 12,0 13,0 14,0 15,0 16,0 17,0 Expected
8,5 9,5 10,5 11,5 12,5 13,5 14,5 15,5 16,5 17,5 Normal

Category (upper limits)

Figure 15 : Distribution du nombre de feuilles portées par les plantules de cacaoyers

3.1.6 Performance des plantules suivant la quantité de sol et la méthode de semis

Les quantités du substrat sol paraissent n'avoir aucune influence sur la performance des plants
du cacaoyer (Figure 16) alors que les méthodes de semis ont influencé la hauteur du plant, la
circonférence au collet de la tige et le nombre des feuilles sur la tige (Figure 17).

Une faible corrélation positive a été trouvée, à 5,5 MAS, entre la hauteur du plant et la
circonférence au collet de la tige, mais aussi entre la hauteur du plant et le taux de reprise des
plantules, la hauteur du plant et le nombre de feuilles (0,03≤r²≤0,56) alors qu’une forte
corrélation positive a été trouvée entre le nombre de feuilles et la circonférence au collet de la
tige (0,47≤r²≤0,70). Donc, plus vite les plantules de cacaoyers reprennent leur croissance
après le repiquage, plus la circonférence au collet de la tige augmente, plus la plante croit en
hauteur et alors plus les feuilles paraissent.

3.1.7 Absorption de nutriments et propriétés chimiques du substrat sol résiduel

Les caractéristiques physico-chimiques du sol initial (Tableau 15) révèlent que le sol a une
texture argilo-limoneux avec une carence en matière organique (26 g.kg-1), en azote (1,6
mg.kg-1), en phosphore (18,4 mg.kg-1) et en potassium (0,51 mg.kg-1). Le niveau des bases Ca
et Mg sont acceptables (respectivement 9,2 cmol.kg-1 et 3,7 cmol.kg-1) avec un pH proche de

66
la neutralité (6,7) et une capacité d’échange cationique (CEC) de 22 cmol.kg-1. Le rapport
C/N du sol est assez faible (9,4).

L’analyse du sol résiduel contenu dans les deux types de sachets montre que (Tableau 16) la
teneur en matière organique est de 23,8±0.75 g.kg-1, le rapport C/N donne 12,9±1,39, le pH
est de 6,72±0,08, le CEC donne 20,8±0,26 cmol.kg-1, la teneur en azote est de 1,08±0,12
mg.kg-1, la teneur en phosphore oscille autour de 15,0±0,25 mg.kg-1 et la teneur en potassium
est de 0,44±0,04 mg.kg-1. Aucune différence significative (F(1, 6)=0,011 – 2,065; p=0,224 –
0,923) n’est trouvée entre les teneurs en nutriments des sols contenus dans le sachet cacao
(2120 cm3) et le sachet café (1055cm3).

La nutrition des plantules de cacaoyers sur le substrat sol dans les différents types de pots est
révélée par l’absorption de ces différents nutriments majeurs par les plants. En comparant les
sachets café et les sachets cacao (Tableau 17), on note que la matière sèche représente en
moyenne 75,8±1,18 % de poids des plantules. Les teneurs en N, P, K Ca et Mg dans les
tissues des plants de cacaoyers ont donné des absorptions de N de 1,89±0,11 mg.plant-1, de P
de 0,98±0,13 mg.plant-1, de K de 2,21±0,14 mg.plant-1, de Ca de 1,42±0,14 mg.plant-1 et de
Mg de 2,42±0,11 mg.plant-1. Aucune différence significative (F(1, 6)=0,248 – 1,303; p=0,339 –
0,860) n’est trouvée entre les différentes absorptions en nutriments dans les deux types de
sachets.

Tableau 15 : Caractéristiques physico-chimiques du sol initial dans les pots

Paramètres Sol initial

MO (g.kg-1) 26,0
-1
N (mg.kg ) 1,60
P2O5 (mg.kg-1) 18,4
K2O (mg.kg-1) 0,51
-1
CaO (cmol.kg ) 9,20
MgO (cmol.kg-1) 3,70
C/N 9,40
CEC (cmol.kg-1) 22,0
pH 6,70
Teneur en argile (%) 44,0
Teneur en sable (%) 15,0
Teneur en limon (%) 41,0
Texture du sol Argilo-limoneux
MO : matière organique.
67
Figure 16: Effets de la quantité du Figure 17: Effets de la méthode de semis

substrat sol sur les performances sur les performances agronomiques des

agronomiques des plants de cacaoyers plants de cacaoyers

MAS : Mois Après Semis. JAL : Jour Après Levée ;


MAS : Mois Après Semis.

68
Tableau 16 : Effets de la quantité du substrat sol sur les propriétés du sol résiduel dans les pots

1055 cm3 2120 cm3


Paramètres (Sachet café) (Sachet cacao) Moy ET F p
Moyenne ET Moyenne ET
MO (g.kg-1) 24,0 1,00 23,7 0,58 23,8 0,75 0,250 0,643
N (mg.kg-1) 1,10 0,10 1,07 0,15 1,08 0,12 0,100 0,768
P2O5 (mg.kg-1) 14,9 0,20 15,2 0,25 15,0 0,25 2,065 0,224
K2O (mg.kg-1) 0,44 0,04 0,44 0,04 0,44 0,04 0,011 0,923
CaO (cmol.kg-1) 8,03 0,15 8,17 0,25 8,10 0,20 0,615 0,477
MgO (cmol.kg-1) 3,13 0,21 2,93 0,15 3,03 0,20 1,799 0,251
C/N 12,7 1,46 13,0 1,63 12,9 1,39 0,057 0,824
CEC (cmol.kg-1) 20,9 0,10 20,7 0,36 20,8 0,26 0,857 0,407
pH 6,70 0,10 6,73 0,06 6,72 0,08 0,250 0,643
Moy : Moyenne ; MO : matière organique ; ET: Ecart – Type

Tableau 17 : Effets de la quantité du substrat sol sur l’absorption des nutriments dans les pots

1055 cm3 2120 cm3


Paramètres (Sachet café) (Sachet cacao) Moy ET F p
Moyenne ET Moyenne ET
MS/plant (%) 75,0 1,00 76,7 2,08 75,8 1,18 4,000 0,116
N (mg.plant-1) 1,92 0,11 1,87 0,11 1,89 0,11 0,285 0,621
P2O5 (mg.plant-1) 0,96 0,11 1,01 0,16 0,98 0,13 0,200 0,678
K2O (mg.plant-1) 2,20 0,20 2,22 0,11 2,21 0,14 0,036 0,859
CaO (mg.plant-1) 1,39 0,19 1,43 0,08 1,42 0,14 0,182 0,692
-1
MgO (mg.plant ) 2,37 0,11 2,47 0,11 2,42 0,11 1,143 0,345
Moy : Moyenne ; MS : matière sèche ; ET: Ecart – Type

Pour comprendre la dynamique des nutriments dans les différents types de pots, les bilans
partiels dans nutriments majeurs N, P, K, Ca et Mg ont été calculés (Tableau 18). Le bilan de
N révèle que le solde est négatif dans les deux sachets (-0,55±0,49 mg.plant-1). Les soldes de
N sont plus élevées dans les sachets café (-1,22±0,0 mg.plant-1) que dans les sachets cacao (-
0,44±0,08 mg.plant-1). Le bilan de P est positif quel que soit le type de sachets (10,65±4,39
mg.plant-1). Le solde de P est plus élevé dans les sachets cacao (8,69±0,90 mg.plant-1) que
dans les sachets café (3,94±0,0 mg.plant-1).

69
Tableau 18 : Bilan partiel des nutriments dans le sol résiduel contenu dans les pots, mg.plant-1

Paramètres Sachet café Sachet cacao


(1055 cm3) (2120 cm3)
AZOTE
Teneur initiale du sol (+) 2,23 4,49
Engrais minéraux (+) 0,00 0,00
Teneur finale du sol (-) 1,54 3,00
Absorption (-) 1,92 1,87
Solde -1,22 -0,38
PHOSPHORE
Teneur initiale du sol (+) 25,70 51,65
Engrais minéraux (+) 0,00 0,00
Teneur finale du sol (-) 20,80 42,58
Absorption (-) 0,96 1,01
Solde 3,94 8,06
POTASSIUM
Teneur initiale du sol (+) 0,71 1,43
Engrais minéraux (+) 0,00 0,00
Teneur finale du sol (-) 0,61 1,24
Absorption (-) 2,20 2,22
Solde -2,10 -2,02
CALCIUM
Teneur initiale du sol (+) 7,20 14,46
Engrais minéraux (+) 0,00 0,00
Teneur finale du sol (-) 6,28 12,84
Absorption (-) 1,39 1,43
Solde -0,47 0,19
MAGNESIUM
Teneur initiale du sol (+) 2,07 4,15
Engrais minéraux (+) 0,00 0,00
Teneur finale du sol (-) 1,75 3,29
Absorption (-) 2,37 2,47
Solde -2,05 -1,61
(+) : entrée de nutriment du système; (-) : sortie de nutriment du système.

Le bilan de K est négatif mais assez stables quel que soit le type de sachets (-2,05±0,09
mg.plant-1). Le solde du bilan de Ca est positif dans les sachets cacao (0.28±0.13 mg.plant-1)
alors que dans les sachets café, il est négatif (-0,47±0,0 mg.plant-1). Le solde du bilan de Mg
est partout négatif (-2.03±0.32 mg.plant-1). Il est trivial de souligner que la nutrition des plants
de cacaoyers est assurée quel que soit le type de pots (sachet café ou sachet cacao).

70
On déduit de ces résultats que la matière organique intrinsèque a été minéralisée pour
satisfaire les besoins des plants de cacaoyers dans les deux types de sachets (Teneur de la
matière organique passant de 26 g.kg-1 à 24 g.kg-1) sauf pour le P où la fertilité initiale du sol
assurait bien les besoins du cacaoyer en P (perte de phosphore dans l’environnement par
précipitation éventuellement). Il y a un besoin d’apport complémentaire des nutriments N, K,
Ca et Mg pour une durabilité du système de production. Les systèmes de production des
plants de cacaoyers dans les deux types de sachets ne sont pas durables pour ces sols résiduels
dans les pots. Mais étant donné que la pépinière même est limitée dans le temps, cette
durabilité ne pose pas grand problème sauf peut-être pour le N où le niveau dans le pot est très
faible. La différence de pertes de nutriments dans les deux types de sachets est essentiellement
due au poids du sol (donc volume de sachet). Si le sachet café (1055cm3) a pu assurer la
nutrition des plants de cacaoyers avec la minéralisation de la matière organique, il reste donc
recommandable au vue des autres avantages qu’il offre à la production de plants de cacaoyer :
réduction de poids à transporter et réduction de quantité de matière plastique utilisée.

Après ces résultats sur l’effet de la quantité du substrat sol et de la méthode de semis sur la
croissance des plantules de cacaoyers qui ont révélé en fin de compte des pertes d’éléments
nutritifs notamment de N dans les deux types de sachets, il a été envisagé des mesures de
compensation de ces pertes de N (élément chimique considéré comme charnière de la
production agricole) par une fertilisation azotée afin de ramener le système de production à
l’équilibre et conserver les ressources en nutriments dans les sols résiduels en pots pour un
meilleur démarrage au champ. C’est ce qui justifie la prochaine section qui va présenter les
résultats sur l’effet de l’azote sur ces mêmes plantules.

71
3.2 Effets de la fumure azotée sur la croissance des plantules de cacaoyers

On va exposer ici les résultats obtenus liés à l’objectif spécifique 2, qui est d’analyser les
effets de l’engrais azoté sur la croissance de plantules de cacaoyers.

3.2.1 Effets de l’application de N sur la croissance des plants du cacaoyer

La longueur des racines des plants de cacaoyers est en moyenne de 33,5±6,8 cm (Tableau 19).
La longueur des racines des plants du cacaoyer n'est pas influencée par les doses d’urée
appliqué (Tableau 20 ; F(3; 12)=0,057 ; p = 0,981). La circonférence au collet des plants du
cacaoyer fait en moyenne de 2±0,2 cm et n'est pas affectée par l’application des doses d'urée
(F(3; 12)=3,945 ; p = 0,061). La hauteur des plants (Photo 8) est en moyenne de 22±4,4 cm et
n'est pas affectée significativement par l’ajout de l’urée (F(3; 12)=0,150 ; p = 0,927). Le nombre
de feuilles après 5 mois de croissance est autour de 11±2 feuilles et semble être normale
autour de 11 feuilles (Figure18) car le produit du nombre de variable (n=12) et de la
probabilité de réalisation (p) donne 3,71 (n.p < 15); donc l’approximation par la loi binomiale
est applicable. Aucun effet significatif (F(3; 12)=1,445 ; p = 0,309) de l’apport de l’urée n'est
trouvé sur le nombre des feuilles portées par les plants de cacaoyers.

Bien qu’aucune différence significative ne soit trouvée entre les variables agronomiques des
plants du cacaoyer après l’application de la fumure azotée, il est constaté la mort des plants.
L'apport de l'engrais azoté a influencé significativement la viabilité des plants du cacaoyer
(Tableau 20). L'application de 4,5 g.plant-1 d'urée produit la mort de 90% de plants alors que
l’addition 3 g.plant-1 d'urée a induit la mort que 73% de plants et l’apport de 1,5 g.plant-1
d'urée a impliqué la mort de 13% des plants de cacaoyer. Aucune mort des plants n'est
enregistrée dans le contrôle (le témoin). La distribution semble être normale autour de 55 %
seulement (Figure 19) car le produit du nombre de variable (n=12) et de la probabilité de
réalisation (p) donne 0,0012 (n.p < 15); donc l’approximation par la loi binomiale est
applicable. Donc, l’urée appliquée a un impact négatif sur la croissance des plants mais les
mesures des variables agronomiques n’ont pas pu le montrer après l’analyse de variance au
seuil de 5%. Alors, des investigations supplémentaires ont été faites en utilisant l'analyse de
régression pour essayer de modéliser les effets de l'engrais azoté appliqué sur les variables
agronomiques afin de comprendre davantage les résultats.

72
Tableau 19 : Effets de diverses doses d’azote sur les performances agronomiques des plantules de
cacaoyers

Doses Longueur des Circonférence Hauteur des Nombre de Viabilité des


d’Urée racines, cm au collet, cm plants, cm feuilles plants, %
(46%N) Moyenne ET Moyenne ET Moyenne ET Moyenne ET Moyenne ET
0.0 g.plant-1 32.8 a
8.3 2.3 a
0.2 22.5 a
5.9 12 a
2 100 a
0
1.5 g.plant-1 32.5 a 11.8 2.0 a 0.2 23.3 a 5.0 11 a 2 87 a 12
3.0 g.plant-1 33.5 a 3.5 2.0 a 0.2 21.5 a 4.0 10 a 1 27 b 35
4.5 g.plant-1 35.0 a 3.6 1.8 a 0.2 20.7 a 5.0 11 a 2 10 b 0

Moyenne 33.5 6.8 2.0 0.2 22.0 4.4 11 2 56 43


F 0.057 3.945 0.150 1.445 25.918
P 0.981 0.061 0.927 0.309 0.0004
ET: Ecart-Type; les moyennes dans la même colonne annexes par la même lettre ne sont pas
significativement différent.

Tableau 20 : Synthèse de l’analyse de variance de l’effet de N sur les variables agronomiques des
cacaoyers en fin d’essai

Degrés de Moyennes des


Variables mesurées liberté de moindres Erreurs Erreurs
l’effet (DL) carrés (MMC) du DL des MMC F p
Longueur des racines 3 3,6869 7 64,8810 0,0568 0,9808
Circonférence au collet 3 0,4600 8 0,3783 1,2159 0,3650
Hauteur des plants 3 3,9646 7 26,4962 0,1496 0,9267
Nombre de feuilles 3 3,2677 7 2,2619 1,4446 0,3091
Viabilité 3 5852,7778 8 191,6667 30,5362 0,0001*
*Différence significative au seuil de 5%

NB_FEUIL; fit to Normal distribution:


Kolmogorov-Smirnov d=,20993, p= n.s.
Chi-Square: 1,8245, df = 1, p = ,1768

3
No of obs

0
8,5 9,5 10,5 11,5 12,5 13,5 14,5 Expected
9,0 10,0 11,0 12,0 13,0 14,0 Normal

Category (upper limits)

Figure 18 : Distribution du nombre de feuilles sur les cacaoyers suivant la dose d’azote

73
VIABILIT; fit to Normal distribution:
Kolmogorov-Smirnov d=,21407, p= n.s.
Chi-Square: 15,390, df = 1, p = ,0001

4
No of obs

Expected
0
-20 -10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 Normal

Category (upper limits)

Figure 19 : Distribution de la viabilité des plants de cacaoyers

Tableau 21 : Récapitulatif des paramètres de l’analyse de régression linéaire

Equation des modèles linéaires Coefficient de régression (r²)


y1 = 0,5x+32,33 0,7627¥

y2 = - 0.0967x + 2.255 0.8286¥

y3 =-0,4889x+23,1 0,663¥

y4 = -0,3889x+11,917 0,4118

y5 = -22.111x + 105.17 0.9241¥


¥
Les valeurs de r² ne sont pas significativement différentes de 0,70 admis (p=0,0625).

A B
Photo 8 : Pépinière de cacaoyers dans les sachets cacao (2120 cm-3)
A – Plantules deux semaines après levée.
B – Plants de cacaoyers de 5 mois.

74
3.2.2 Détermination de relations des effets de diverses doses d’urée sur la croissance des
plants de cacaoyer

L’effet de l'application de l'engrais azoté sur la longueur des racines des plants de cacaoyer
peut être exprimée par l’approche de régression linéaire de l'équation y1 avec r²=0,76
(Tableau 21 ; Figure 20). La courbe de tendance allant en haut explique l'effet positif relatif
de l'addition de l'urée sur la croissance de la racine des plants de cacaoyer. Donc, plus de dose
d’urée induit plus d'augmentation de la longueur de la racine du plant de cacaoyer si le p-
value était significatif (p=0,501). Ce qui n’est pas le cas alors on ne peut pas considérer
l’équation y1.

L'effet de l'application de l'urée sur la circonférence au collet des plants est exprimé par
l’analyse de régression linéaire décrit par l’équation y2 avec r²=0,83 (Tableau 21 ; Figure 21).
Indubitablement, la courbe de tendance descendant élucide l'effet négatif de l'addition de
l'urée sur la dimension de la circonférence au collet. Prédisant le point critique de mortalité en
utilisant l'équation y2, la circonférence au collet sera théoriquement annulée si la dose de
l'urée augmentait à 23,32 g.plant-1. Donc, plus de dose d’urée induit plus une diminution de la
circonférence au collet du plant de cacaoyer si le p-value était significatif (p=0,283). Ce qui
n’est pas le cas alors on ne peut pas considérer l’équation y2.

La hauteur des plants de cacaoyer telle qu’affectée par l’application de l'urée est spécifiée par
l’analyse de régression linéaire exprimée par l’équation y3 avec r²=0,663 (Tableau 21 ; Figure
22). La courbe de tendance descend et clarifie la nuisance de l'apport de l'urée sur la hauteur
du plant. Il est à noter que, bien qu’il y ait une corrélation positive entre la longueur de la
racine et la hauteur du plant (r²=0,43), plus la longueur de la racine augmente avec l’apport
d’urée, moins sa tige grandit (comparaison des figures 20 et 22). Donc, plus de dose d’urée
induit plus une diminution de la hauteur du plant de cacaoyer si le p-value était significatif
(p=0,965). Ce qui n’est pas le cas alors on ne peut pas considérer l’équation y3.

L'analyse de régression linéaire n’a révélé aucune relation fonctionnelle (r²=0,41 ; trop faible ;
p=0,647) entre l’effet de l'addition de l'urée sur le nombre des feuilles quoique la tendance
soit globalement à la baisse.

75
Figure 20 : Effet de l’azote sur la longueur des racines

Figure 21 : Effet de l’azote sur la circonférence au collet

Figure 22 : Effet de l’azote sur la hauteur des plants

Finalement, la viabilité de la plante clarifie la tendance de l'effet général de l'application de


l'urée sur les plants de cacaoyer. Chaque gramme d'engrais azoté ajouté au substrat engendre
un taux de mortalité de plus en plus élevé des plants comme l’illustre l'évolution de la courbe
de tendance (Tableau 21 ; Figure 24) à travers l’approche de régression linéaire de l’équation
y5 avec r²=0,92 (p=0,022). A la dose d’urée de 4,76 g.plant-1, les plants de cacaoyers sont
susceptibles de mourir d'après la prédiction de l'équation.

76
L’analyse de régression faite pour préciser les effets de l’application de l’urée sur les
variables de croissance des plants de cacaoyer a révélé, dans la plupart des cas, que l’azote n’a
pas eu l’effet escompté pour les plantules de cacaoyers.

Figure 23 : Effet de l’azote sur le nombre de feuilles

Figure 24 : Effet de l’azote sur la viabilité de la plante

3.2.3 Effets de l’azote sur l’absorption de nutriments et les propriétés du sol résiduel

L’application de l’azote dans les sachets cacao a résulté en une très faible variation dans les
teneurs en nutriments du sol résiduel à la fin de l’essai (Tableau 22). La teneur en matière
organique varie autour de 25,5±0,58 g.kg-1 avec l’apport des différentes doses d’engrais azoté.
La teneur en azote oscille autour de 1,37±0,17 mg.kg-1. La teneur résiduelle en phosphore est
de 13,3±1,07 g.kg-1. Les bases échangeables (K, Ca et Mg) n’ont pas vu leur teneur variée
significativement. Le rapport C/N demeure autour de 11,1±1,48 avec une CEC en moyenne
de 20,7±0,36 cmol.kg-1 et un pH de 6,6±0,13. Certes, on constate une diminution nette des
teneurs en différents éléments nutritifs majeurs par rapport au sol initial mais aucune
différence significative (F(3 ; 12)=0,248 – 1,303; p=0,339 – 0,860) n’est trouvée entre les

77
teneurs en nutriments dans les sols résiduels fertilisés en azote dans les pots. Somme toute, les
sols résiduels après l’apport de N ont des propriétés chimiques assez proches.

En comparant les doses d’azote dans les sachets cacao (Tableau 23), on remarque que la
matière sèche représente 75,5±1,45 % de poids des plantules. Les absorptions de nutriments
révèlent que N est de 2,16±0,20 mg.plant-1, P de 1,34±0,26 mg.plant-1, K de 2,31±0,10
mg.plant-1, Ca de 1,47±0,10 mg.plant-1 et Mg de 2,31±0,10 mg.plant-1. Aucune différence
significative (F(3 ; 12)=0,212– 3,083; p=0,090 – 0,885) n’est trouvée entre les différentes
teneurs en nutriments. Ceci témoigne de l’absence d’un déséquilibre nutritionnel au sein des
pots avec l’apport de l’azote.

Pour comprendre la dynamique des nutriments dans les pots avec l’apport de la fumure
azotée, les bilans partiels des nutriments majeurs N, P, K, Ca et Mg ont été élaborés (Tableau
24). Le bilan de N révèle que le solde est presque partout négatif (-0,42±0,48 mg.plant-1) mais
moindre par rapport au premier essai (-0,55±0,49 mg.plant-1). Le solde du bilan de N cache
des disparités car le solde est en fait négatif entre la dose 0 et 3 g.plant-1 d’urée mais positif
pour la dose de 4,5 g.plant-1. Ce qui suppose que la dose d’urée requise pour la durabilité du
système se trouve entre 3 et 4,5 g.plant-1. Le solde du bilan de P est positif quel que soit la
dose de l’urée (12,97±2,78 mg.plant-1). On n’a pas besoin d’apport de P supplémentaire. Le
solde du bilan de K est négatif mais assez stable quel que soit la dose de N apportée
(-2,04±0,10 mg.plant-1). Le solde du bilan de Ca est positif dans le système de production
(0,57±0,51 mg.plant-1). Le solde du bilan de Mg est partout négatif (-2,13±0,32 mg.plant-1).

78
Tableau 22 : Effets de l’engrais azoté sur les propriétés du sol résiduel dans les pots

Traitements, g d’Urée
Paramètres 0 1,5 3 4,5 Moy ET F p
Moy ET Moy ET Moy ET Moy ET
MO (g.kg-1) 26,0 1,00 24,7 1,15 26,0 1,00 25,7 0,58 25,5 0,58 1,303 0,339
N (mg.kg-1) 1,27 0,15 1,35 0,18 1,35 0,26 1,48 0,10 1,35 0,17 0,718 0,568
P2O5 (mg.kg-1) 13,6 1,21 13,2 1,29 13,7 0,97 12,8 0,71 13,3 1,07 0,431 0,736
K2O (mg.kg-1) 0,42 0,03 0,41 0,05 0,43 0,05 0,40 0,03 0,41 0,03 0344 0,795
CaO (cmol.kg-1) 8,00 0,00 7,83 0,35 7,90 0,30 7,80 0,36 7,90 0,29 0,272 0,844
MgO (cmol.kg-1) 2,93 0,06 2,90 0,26 2,87 0,12 2,80 0,26 2,88 0,17 0,248 0,860
C/N 11,2 1,84 11,6 1,30 11,3 1,83 10,4 0,55 11,1 1,48 0,336 0,800
CEC (cmol.kg-1) 20,9 0,31 20,7 0,52 20,7 0,40 20,5 0,06 20,7 0,36 0,422 0,742
pH 6,70 0,10 6,63 0,25 6,60 0,10 6,57 0,12 6,60 0,13 0,402 0,755
Moy : moyenne ; MO : matière organique ; ET: Ecart – Type.

Tableau 23 : Effets de l’engrais azoté sur l’absorption des nutriments dans les pots

Traitements, MS/plant N P2O5 K2O CaO MgO


g d’Urée (%) (mg.plant ) (mg.plant ) (mg.plant ) (mg.plant ) (mg.plant-1)
-1 -1 -1 -1

Moy ET Moy ET Moy ET Moy ET Moy ET Moy ET


0 74,33 0,58 2,14 0,26 1,39 0,35 2,31 0,05 1,53 0,08 2,33 0,08
1,5 76,33 1,15 2,17 0,28 1,34 0,34 2,26 0,16 1,49 0,11 2,33 0,12
3 74,67 1,53 2,04 0,12 1,20 0,16 2,35 0,07 1,43 0,08 2,30 0,04
4,5 76,67 1,15 2,28 0,16 1,44 0,27 2,32 0,12 1,44 0,13 2,27 0,16

Moyenne 75,50 1,45 2,16 0,20 1,34 0,26 2,31 0,10 1,47 0,10 2,31 0,10
F 3,083 0,630 0,368 0,355 0,613 0,212
p 0,090 0,616 0,770 0,787 0,625 0,885
Moy : moyenne ; MS : matière sèche ; ET: Ecart – Type.
Tableau 24 : Bilan partiel des nutriments dans le sol résiduel contenu dans les pots fertilisé avec
l’azote, mg.plant-1

Dose d'azote dans sachet cacao (2120 cm3)


Paramètres 0 1,5 3 4,5
-1 -1 -1
g.plant g.plant g.plant g.plant-1
AZOTE
Teneur initiale du sol (+) 4,49 4,49 4,49 4,49
Engrais minéraux (+) 0,00 0,69 1,38 2,07
Teneur finale du sol (-) 3,09 3,93 4,21 3,93
Absorption (-) 1,89 2,20 2,12 2,42
Solde -0,49 -0,95 -0,46 0,21
PHOSPHORE
Teneur initiale du sol (+) 51,65 51,65 51,65 51,65
Engrais minéraux (+) 0,00 0,00 0,00 0,00
Teneur finale du sol (-) 41,26 35,93 37,89 34,24
Absorption (-) 1,06 1,21 1,36 1,74
Solde 9,32 14,51 12,39 15,66
POTASSIUM
Teneur initiale du sol (+) 1,43 1,43 1,43 1,43
Engrais minéraux (+) 0,00 0,00 0,00 0,00
Teneur finale du sol (-) 1,29 1,07 1,15 1,12
Absorption (-) 2,27 2,42 2,35 2,20
Solde -2,13 -2,06 -2,07 -1,89
CALCIUM
Teneur initiale du sol (+) 14,46 14,46 14,46 14,46
Engrais minéraux (+) 0,00 0,00 0,00 0,00
Teneur finale du sol (-) 12,57 11,79 12,89 12,42
Absorption (-) 1,52 1,36 1,44 1,59
Solde 0,37 1,31 0,13 0,45
MAGNESIUM
Teneur initiale du sol (+) 4,15 4,15 4,15 4,15
Engrais minéraux (+) 0,00 0,00 0,00 0,00
Teneur finale du sol (-) 3,26 3,03 3,14 3,48
Absorption (-) 3,10 2,90 3,00 3,20
Solde -2,20 -1,78 -1,99 -2,53
(+) : entrée de nutriment du système; (-) : sortie de nutriment du système.

Ces bilans ne reflètent aucun système de production durable car si les besoins en N, K et Mg
exigent une minéralisation de la matière organique du sol pour les satisfaire, les excédents en
P et Ca restent une perte dans l’environnement. Mais heureusement que ces pertes sont en
pots en pépinière et donc ces éléments nutritifs iront enrichir le sol sous-jacent. Toutefois, il

80
faut noter que l’apport de l’azote semble réduire la dégradation de la matière organique du
sol. L’apport de N est donc justifié ; seulement il reste à déterminer la dose optimale. Ces
bilans révèlent également qu’il y a un besoin d’apport complémentaire de K et de Mg en
pépinière.

3.2.4 Effets de la dose modérée d’azote sur les performances des plantules de cacaoyers

L’étude complémentaire sur les effets des doses modérées d’azote sur les performances des
plantules de cacaoyers a révélé des résultats assez intéressants.

Le taux de germination des fèves de cacaoyers était en moyenne de 98,25±2,91% alors que le
taux de levée des plantules était en moyenne de 93±8%. Suivant les différents traitements, il
n’y a aucune différence statistique entre les taux de germination des fèves deux semaines
après le semis (F(12 ;16)=1,52 ; p=0,26) et les taux de levée des plantules un mois après le semis
(F(12 ;16)=0,24 ; p=0,86). Mais on a noté une différence entre le taux de germination des fèves
et le taux de levée des plantules (Figure 25). La distribution du taux de germination des fèves
est normale autour de 98% (Figure 26) alors que la distribution du taux de levée des plantules
est normale autour de 93% (Figure 27). Un certain nombre de fèves n’ont pas pu lever
correctement. Ceci serait dû à la pluviométrie assez faible au cours de l’année (821,8 mm en
45 jours contre une moyenne sur les dix dernières années de 1247,8 en 64 jours) voire absente
en fin d’année et à la sévérité du harmattan durant l’essai avec des vents très secs et froids qui
ont endommagés une bonne partie des vergers de cacaoyers et même de caféiers au cours de
l’intersaison 2015-2016.

Figure 25 : Taux de germination et de levée des fèves de cacaoyers dans la pépinière

81
TX_GERM ; fit to Normal distribution:
Kolmogorov-Smirnov d=,49094, p< ,01
Chi-Square: 19,529, df = 2, p = ,0001
13
12
11
10
9
No of obs

8
7
6
5
4
3
2
1

100,0
100,5
101,0
91,0
91,5
92,0
92,5
93,0
93,5
94,0
94,5
95,0
95,5
96,0
96,5
97,0
97,5
98,0
98,5
99,0
99,5
0 Expected
Normal

Category (upper limits)

Figure 26 : Distribution du taux de germination des fèves de cacaoyers

TX_LEVEE; fit to Normal distribution:


Kolmogorov-Smirnov d=,22421, p= n.s.
Chi-Square: 1,5781, df = 1, p = ,2090

4
No of obs

0
72 76 80 84 88 92 96 100 104 Expected
74 78 82 86 90 94 98 102 Normal

Category (upper limits)

Figure 27 : Distribution du taux de levée des plantules de cacaoyers

La longueur des racines pivotantes des plantules de cacaoyers a donné en moyenne 19,8 ±4,23
cm (Tableau 25). Les doses d’urée ont influencé positivement la longueur des racines
pivotantes (Tableau 26). Le contrôle (0 g.plant-1) et la dose de 1,5 g.plant-1 se sont retrouvés
dans la même classe statistique (15,78±1,50 cm et 17,60±1,71 cm) alors que les doses de 0,5
et 1 g.plant-1 ont engendré les meilleures longueurs de racines pivotantes (23,18±0,89 cm et
22,45±5,56 cm). Il y a une différence hautement significative entre les effets des différentes
doses d’urée sur la longueur des racines pivotantes (F(12 ;16)=5,70 ; p=0,01). Ces résultats ont
traduit le fait que la longueur des racines pivotantes est influencée par un apport de dose très
modérée d’urée jusqu’à concurrence de 1 g.plant-1. Une telle dose a probablement influencé
positivement la consommation du phosphore (P) qui a une influence conséquente sur la

82
longueur des racines pivotantes des plantules de cacaoyers. Le rapport d’équilibre de N=2P
requis dans les sols pour une meilleure croissance des cacaoyers (Snoeck et Jardin, 1992), est
probablement approché avec la dose maximale de 1 g.plant-1 d’urée. C’est ce qui aurait
justifié la décroissance de la longueur des racines pivotantes avec l’apport d’urée
supplémentaire.

Tableau 25 : Effets de doses modérées d’urée sur les performances des plantules de cacaoyers

Doses Hauteur, cm Circonférence Nombre de Surface Longueur de la


d’urée au collet, cm feuille foliaire, cm² racine pivot, cm
(46%N) Moy ET Moy ET Moy ET Moy ET Moy ET
0.0 g.plant-1 33,75b 2,63 3,93 a
0,41 14a 2 672 a
351 15,78 b
1,50
0.5 g.plant-1 45,25a 0,50 3,93a 0,18 17a 1 1058a 653 23,18a 0,89
1.0 g.plant-1 45,00a 0,82 3,61 a
0,18 17a 2 1701 a
1275 22,45 a
5,56
1.5 g.plant-1 41,75a 8,42 2,98b 0,18 18a 4 1135a 697 17,60b 1,71

Moyenne 43,88 6,87 3,61 0,46 16 2 1141 822 19,8 4,23


F 5,85 11,87 1,44 1,08 5,70
p-value 0,01* 0,00* 0,28 0,39 0,01*
* p est significatif au seuil de 5%. Moy = moyenne ; ET = écart type. Les moyennes dans une
colonne affectées d’une même lettre ne sont pas significativement différentes avec ANOVA
et Test de Duncan.

Tableau 26 : Structure de l’analyse de variance sur les effets de doses modérées d’urée sur les
performances des plantules de cacaoyers

Degrés de Moyennes des


Variables mesurées liberté de moindres Erreurs Erreurs
l’effet (DL) carrés (MMC) du DL des MMC F p-value
Hauteur, cm 3 115,23 12 19,69 5,85 0,01*
Circonférence au collet, cm 3 0,79 12 0,07 11,87 0,00*
Nombre de feuille 3 8,23 12 5,73 1,44 0,28
Surface foliaire, cm² 3 720315 12 664781 1,08 0,39
Longueur de la racine pivot, cm 3 52,59 12 9,22 5,70 0,01*
* p est significatif au seuil de 5%.

83
La circonférence au collet des plants de cacaoyers a donné en moyenne 3,61±0,46 cm. En fait,
il y a une disparité significative entre les circonférences au collet engendrées par les différents
traitements (Tableaux 25 et 26). Les doses d’urée de 0 ; 0,5 et 1 g.plant-1, ont donné des
circonférences au collet de même classe statistique (respectivement 3,93±0,41 cm ; 3,93±0,18
cm et 3,61±0,18 cm) avec des valeurs nettement supérieures (F(12 ;16)=11,87 ; p=0,00) à la
circonférence au collet fournie par le traitement 1,5 g.plant-1 d’urée (2,98±0,18). En clair, en
dépassant la dose de 1 g.plant-1 d’urée, la circonférence au collet a commencé par décroitre
alors qu’en dessous de 1 g.plant-1 d’urée l’apport de l’azote n’a pas semblé être justifié
puisque le témoin absolu a donné les mêmes valeurs de grandeur statistiquement identiques à
l’apport de 0,5 et 1 g.plant-1 d’urée.

La hauteur moyenne des plantules de cacaoyers a été de 41,44±6,23 cm (Tableaux 25 et 26).


Cette moyenne globale a caché une diversité suivant les différentes doses d’urée appliquées.
Deux classes statistiques se sont révélées suivant les traitements (F(12 ;16)=5,85 ; p=0,01). Le
témoin absolu (T1) est resté inférieur avec une hauteur moyenne de 33,75±2,63 cm suivi par
tous les autres traitements dans la seconde classe supérieure (45,25±0,50 cm ; 45,00±0,82 cm
et 41,75±8,42 cm respectivement pour les traitements T2, T3 et T4). Tout apport d’azote a
résulté en une amélioration de la hauteur des plants dans les conditions de l’expérimentation
justifiant ainsi le besoin d’apport complémentaire d’azote aux plantules de cacaoyers en
pépinière.

Le nombre de feuille moyen porté par plant de cacaoyer a été de 16±2 feuilles (Tableau 25).
Aucune différence statistique n’est trouvée entre les différents traitements (F(12 ;16)=1,44 ;
p=0,28). La distribution des moyennes du nombre de feuilles sur les plants est normale autour
de 16 feuilles (Figure 28) avec un bon regroupement des variabilités en forme de cloche de
Gauss. La surface foliaire sur un plant de cacaoyer a été en moyenne de 1141±822 cm².
Aucune différence significative (Tableau 26) n’est trouvée entre les surfaces foliaires issues
des différentes doses d’urée appliquées (F(12 ;16)=1,08 ; p=0,39). L’apport de l’urée aux doses
indiquées n’a aucune influence ni sur le nombre de feuilles porté par les plantules ni sur la
surface foliaire des feuilles d’un plant. La capacité photosynthétique des plants de cacaoyer
resterait donc les mêmes quelle que la dose d’urée appliquée. Ce qui envisagerait que l’azote
est donc plus utilisé ailleurs sur les organes du jeune cacaoyer que sur ses feuilles. La
croissance en hauteur et en radiale et la croissance des racines sont plus privilégiées au jeune
âge des plants de cacaoyers.
84
NBRE_FEU; fit to Normal distribution:
Kolmogorov-Smirnov d=,12313, p= n.s.
Chi-Square: ,90166, df = 1, p = ,3423

3
No of obs

Expected
0
10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 Normal

Category (upper limits)

Figure 28 : Distribution du nombre de feuilles sur les plants de cacaoyers

La détermination de dose optimale d’urée pour la production des plants de cacaoyers met fin à
ce chapitre. Ainsi, les plants produits en pépinière doivent servir pour la rénovation des
vergers car leur destinée finale est le champ puis ils ont besoin d’éléments nutritifs pour bien
croître durant les 25-30 ans à passer dans ces champs. La section suivante va exposer les
résultats sur le comportement de ces plants transplantés au champ avec l’apport des engrais
organiques et/ou minéraux.

85
3.3 Effets des composts des coques de cabosses de cacao et de cerises de café combines a
de l’engrais NPK sur la croissance des jeunes cacaoyers sur sol dégradé

Les résultats obtenus liés à la dégradation de la fertilité des sols qui doivent servir à la
replantation des vergers de cacaoyers, formulé en objectif spécifique 3 qui est d’étudier les
effets des composts des coques de cabosses de cacao et de cerises de café combinés à
l’engrais NPK sur la croissance des jeunes cacaoyers sur sol dégradé, seront exposés dans
cette partie.

3.3.1 Hygiénisation, rendement et qualité des composts

La température au sein des andains de composts a évolué de 27,5±0,7 °C à près de 77,0±1,4


°C avant de redescendre et se stabiliser à moins de 37,5±0,7 °C (Figure 29). La température a
franchi la barre de 55°C dès le 3ème jour et s’est maintenu au-delà pendant pratiquement un
mois. La montée de la température traduit une forte activité des microorganismes et donc une
transformation plus rapide des matériaux compostés. Ce niveau de la température pendant
cette durée est suffisant pour s’assurer que les composts obtenus sont hygiéniques. Les deux
retournements effectués ont permis une bonne homogénéisation des tas. Le test de
phytotoxicité des deux types de composts produits, traduit par un test de germination du
sorgho sur ces substrats, révèle que le taux de levée des grains de sorgho est de 89±3% sur le
compost de coques de cerises de café (CKF) et de 91±1% sur le compost de coques de
cabosses de cacao (CKKO). Les composts CKF et CKKO produits en combinaison avec de la
fiente de volailles en deux mois sont aptes à être utilisés sans risque pour l’amendement des
sols de culture.

La perte de masse des composts produits est de 26±0,35% et 18±0,88% respectivement pour
le tas de CKF et de CKKO. La perte de volume est pour le CKF et le CKKO de 75±1,41% et
77±0,56% respectivement. Le rendement en compost est de 740±3,51 kg.tonne-1 de coques de
cabosses de cacao compostées avec une densité de 233±8,41 kg.m-3 et de 821±8,84 kg.tonne-1
de coques de cerises de café compostées pour une densité de 256±2,65 kg.m-3 (Tableau 27).
Les composts produits ont une grande valeur fertilitaire avec un rapport C/N de 16 et 25
respectivement pour le CKF et le CKKO (Tableau 28) et peuvent être utilisés pour amender
les sols sous les jeunes cacaoyers.

86
Tableau 27 : Rendement des andains de compost

Compost à base de Compost à base de


ANDAINS coques de cabosses coques de cerises
de cacao (CKKO) de café (CKF)
Masse, kg 211±1.00 326±3.51
Volume (m-3) 0.36±0.02 0.41±0.01
Densité (kg MS.m-3) 233±8.41 256±2.65
Rendement (kg.tonne-1) 740±3.51 821±8.84

Figure 29 : Cinétique de la température au sein des tas de compost

Tableau 28 : Composition en nutriments du sol et des composts

Matières N P2O5 K2O CaO MgO MO MS


(mg.kg ) (mg.kg ) (mg.kg ) (cmol.kg ) (cmol.kg ) (g.kg ) (g.kg-1) C/N
-1 -1 -1 -1 -1 -1

Sol initial 1,4 26,7 0,36 12,2 4,6 45 - 19


CKF 1,36 0,43 3,07 0,29 0,39 38¥ 105 16
¥
CKKO 0,98 0,29 4,76 0,45 0,46 42 84 25
¥
MO : Matière organique ; : Matière organique sèche ; MS : matière sèche ; CKKO : compost
de coques de cabosses de cacao ; CKF : compost de coques de cerises de café.

87
3.3.2 Effets de l’apport des fertilisants sur la croissance des jeunes cacaoyers

Le taux de reprise des cacaoyers plantés dans des trous amendés avec les composts produits
est en moyenne de 84,0±35,1%. Ce taux est de 92,6±22,2% pour le témoin sans compost, de
77,8±42,3% sur sol amendé avec 2 kg.plant-1 de compost de CKKO et de 81,5±40,5% sur sol
amendé avec 2 kg.plant-1 de compost de CKF (Tableau 29). Il n’y a pas de différence
statistique (F(8, 81)=0,61; p=0,7677) entre les effets des deux types de composts apportées sur
le taux de reprise des jeunes cacaoyers (Tableau 30).

La circonférence au collet des jeunes cacaoyers globalement mesure en moyenne 4,13±0,72


cm. Par rapport à l’apport de la matière organique, le témoin sans compost donne 3,99±0,72
cm, le compost CKKO révèle 4,33±0,68 cm et le compost de CKF donne 4,08±0,77 cm. Par
rapport à l’application de la fumure minérale, le témoin sans engrais donne 4,16±0,70 cm, la
dose de 50 g.plant-1 révèle 4,13±0,63 cm et la dose de 75 g.plant-1 donne 4,11±0,85 cm
(Tableau 29). Il n’y a pas de différence significative (F(8, 81)=0,86; p=0,5580) entre les
circonférences au collet des jeunes cacaoyers (Tableau 30). L’apport du compost et de
l’engrais NPK n’ont pas d’effet sur la circonférence au collet des jeunes cacaoyers.

La hauteur des jeunes cacaoyers est en général de 60,4±11,7 cm après six mois de croissance
au champ (Photo 9). Sur les sols sans amendement organique, la hauteur est de 52,52±13,9 cm
alors que l’apport de compost de CKKO génère une hauteur de 64,69±11,7 cm et l’apport de
compost de CKF donne 64,0±9,8 cm. En considérant les doses de NPK appliquées, la hauteur
des cacaoyers est en moyenne de 60,83±11,9 cm pour le témoin sans apport, 59,59±11,8 cm
pour la dose de 50 g.plant-1 et de 60,78±11,5 cm avec l’apport de 75 g.plant-1 (Tableau 29). Il
y a une différence significative (F(8, 81)=2,18; p=0,0391) entre les hauteurs générées par les
différents traitements appliqués (Tableau 30). L’apport de la fumure organique a un effet
significatif sur la hauteur des cacaoyers (Figure 31) alors que l’ajout des engrais minéraux,
quelle que soit la dose, n’influence pas la hauteur des cacaoyers (Figure 32). Le compost de
CKKO et le compost de CKF ont des effets similaires sur la hauteur des jeunes cacaoyers.

88
Tableau 29 : Effets des composts et de l’engrais NPK sur la croissance des jeunes cacaoyers

Dose de Dose de NPK Taux de reprise, Circonférence Hauteur des


compost % au collet, cm plants, cm
Moyenne ET Moyenne ET Moyenne ET
0 kg.plant-1 de 0 g.plant-1 100,0 a
0,00 4,22 a
0,39 53,61 b
8,73
compost 50 g.plant-1 88,9 a 33,33 3,93 a 0,77 50,38 ab 15,64
75 g.plant-1 88,9 a 33,33 3,81 a 1,00 53,56 ab 16,66

2kg.plant-1 0 g.plant-1 88,9 a 33,33 4,12 a 0,88 64,88 a


16,72
compost 50 g.plant-1 66,7 a 50,00 4,56 a 0,47 64,33 a
10,07
CKKO 75 g.plant-1 77,8 a 44,10 4,31 a 0,70 64,86 a
8,40

2kg.plant-1 0 g.plant-1 88,9 a 33,33 4,12 a 0,82 64,00 a


10,15
compost CKF 50 g.plant-1 77,8 a 44,10 3,91 a 0,64 64,07 a
9,67
75 g.plant-1 77,8 a 44,10 4,22 a 0,84 63,92 a
9,48

Moyenne 84,0 35,1 4,13 0,72 60,40 11,72


F 0,61 0,86 2,18
P 0,768 0,558 0,039
CKKO : compost de cabosses de cacao ; CKF : compost de cerises de café ; ET : Ecart type ;
les valeurs sur la même colonne affectée par la même lettre sont statistiquement identiques.

Tableau 30 : Synthèse de l’analyse de variance des variables mesurées en fonction de l’apport des
engrais organiques et minéraux

Degrés de Moyennes des


Facteurs liberté de moindres Erreurs Erreurs
l’effet (DL) carrés (MMC) du DL des MMC F P
Hauteur des plants
Dose de compost (A) 2 1262,3063 72 148,4927 8,5008 0,0005*
Dose de NPK (B) 2 13,2557 72 148,4927 0,0893 0,9147
Interactions A x B 4 9,2932 72 148,4927 0,0626 0,9926
Circonférence au collet
Dose de compost (A) 2 0,0854 72 0,0566 1,5102 0,2278
Dose de NPK (B) 2 0,0014 72 0,0566 0,0253 0,9750
Interactions A x B 4 0,0535 72 0,0566 0,9461 0,4425
*Différence significative au seuil de 5%

89
TX_REPRI; fit to Normal distribution:
Kolmogorov-Smirnov d=,23148, p< ,01
Chi-Square: 299,06, df = 12, p = 0,000
40
35
30
25
No of obs

20
15
10
5
0
62 66 70 74 78 82 86 90 94 98 102 Expected
64 68 72 76 80 84 88 92 96 100 104 Normal

Category (upper limits)

Figure 30 : Distribution du taux de reprise des plants de cacaoyers au champ

A B A
Photo 9 : Jeune verger de cacaoyers
A – Jeunes pieds de cacaoyer en fin de première année.
B – Vue d’ensemble d’un jeune verger de cacaoyer en fin de première année.

90
Figure 31 : Effets des composts sur la hauteur des jeunes cacaoyers
SMO : sans matière organique ; CKKO : compost de cabosses de cacao ; CKF : compost de
cerises de café.

Figure 32 : Effets des doses de NPK 15-15-15 sur la hauteur des jeunes cacaoyers

3.3.3 Effets des engrais appliqués sur les propriétés du sol

Le sol en place avait un statut nutritionnel assez faible au départ (Tableau 28) quoique la
teneur en matière organique (45 g.kg-1), en Ca (12,2 cmol.kg-1) et en Mg (4,6 cmol.kg-1)
soient acceptables avec une CEC de 19,4 meq% et un pH de 6,8. Une carence en N (1,4
mg.kg-1), en P (26,7 mg.kg-1) et en K (0,36 mg.kg-1) justifie l’apport complémentaire
d’éléments nutritifs. L’apport des composts et des engrais NPK n’a pas changé drastiquement

91
le statut nutritionnel du sol sous les cacaoyers (Tableau 30) avec un pH de 6,8±0,10 et une
CEC qui est passé à 20,4±0,30 meq%. A la fin de l’essai, la teneur en N se situe à 1,57±0,17
mg.kg-1 (une augmentation), la teneur en P affiche 35,0±6,76 mg.kg-1 (amélioration du
niveau), la teneur en K donne 1,52±0,28 mg.kg-1 (amélioration du niveau). Le niveau de la
matière organique (45±2,58 g.kg-1), du Ca (7,35±0,12 cmol.kg-1) et du Mg (1,61±0,07
cmol.kg-1) restent élevés. On ne note aucun effet significatif des composts et des engrais NPK
sur la teneur en nutriments du sol à la fin de l’expérience (F(2, 12)=0,939; p=0,625).

Pour le bilan partiel des nutriments du système sol – plante – atmosphère sur une profondeur
de 0-0,6 m, la situation est assez variable en fonction des nutriments, en se basant sur les
exportations en éléments nutritifs de jeunes cacaoyers de 5 à 12 mois fournies par Snoeck et
Jardin (1992).

Pour N, le bilan est partout positif avec un solde de 18,78±6,14 kg.ha-1. Le solde semble être
plus prononcé avec l’apport des engrais NPK, il passe du simple au double avec l’apport de
l’engrais minérale (Tableau 32). Les dépositions atmosphériques de N (12,8 kg.ha-1) ne sont
pas négligeables dans l’apport de N au système. Les besoins du cacaoyer en première année
en N sont largement couverts par la teneur initiale en N du sol. Le gain de N dans le système
de production représente un risque de contamination des eaux de ruissèlement et de la nappe
phréatique (par ruissèlement, percolation et infiltration). L’apport de N n’est donc pas justifié.

Le bilan de P est positif sans apport de compost et négatif avec l’apport des composts
(Tableau 32). Le système gagne 14,91±19,96 kg.ha-1 sans apport des composts et perd
95,35±5,40 kg.ha-1 avec l’apport des composts. Le système gagne dix fois moins de P avec
l’apport d’engrais minéral seul (3,39±0,13 contre 37,96 kg.ha-1 pour le témoin) alors que
l’apport de l’engrais organique stabilise les pertes de P (95,35±5,40 kg.ha-1, écart-type faible).
En clair, l’apport des composts apport suffisamment de P au système en tel enseigne que les
risques de perte dans l’environnement sont accentués (précipitation chimique). Au même
moment, l’apport de ces composts a permis d’adsorber davantage de P sur le complexe argilo-
humique. Il faudrait peut-être modérer la dose des composts en ce sens.

92
Tableau 31 : Effets des engrais appliqués sur la composition en nutriments du sol sous les jeunes cacaoyers

Dose de Dose de N P2O5 K2O CaO MgO MO CEC pH


compost NPK (mg.kg-1) (mg.kg-1) (mg.kg-1) (cmol.kg-1) (cmol.kg-1) (g.kg-1) (meq %)
0 kg.plant-1 0 g.plant-1 1,31±0,04 21,7±3,42 0,47±0,62 7,11±0,06 1,46±0,06 43±0,58 20,2±0,25 6,5±0,17
de compost 50 g.plant-1 1,28±0,16 27,3±6,42 1,49±0,05 7,17±0,05 1,55±0,05 42±3,46 20,4±0,40 6,8±0,06
75 g.plant-1 1,36±0,17 27,9±6,45 1,58±0,13 7,22±0,16 1,56±0,05 42±3,06 20,7±0,42 6,8±0,06

2kg.plant-1 0 g.plant-1 1,59±0,17 38,7±9,76 1,55±0,65 7,26±0,08 1,64±0,14 48±2,52 19,9±0,35 6,7±0,20
compost 50 g.plant-1 1,69±0,25 39,4±7,52 1,79±0,16 7,51±0,17 1,54±0,03 46±2,65 20,1±0,21 6,8±0,00
CKKO 75 g.plant-1 1,72±0,24 40,2±6,99 1,77±0,10 7,64±0,23 1,68±0,09 47±3,21 20,4±0,17 6,7±0,10

2kg.plant-1 0 g.plant-1 1,62±0,11 38,5±6,59 1,63±0,63 7,22±0,07 1,74±0,10 45±1,55 20,6±0,30 6,9±0,19
compost 50 g.plant-1 1,73±0,20 41,1±6,97 1,71±0,10 7,41±0,11 1,59±0,04 47±3,05 20,5±0,31 6,8±0,03
CKF 75 g.plant-1 1,81±0,20 39,8±6,72 1,69±0,11 7,60±0,19 1,73±0,07 48±3,13 20,7±0,29 6,9±0,08

Moyenne 1,57±0,17 35,0±6,76 1,52±0,28 7,35±0,12 1,61±0,07 45±2,58 20,4±0,30 6,8±0,10


F 0,231 0,133 1,373 2,111 0,741 0,042 1,483 0,349
p 0,800 0,878 0,323 0,202 0,516 0,959 0,300 0,719
CKKO : compost de cabosses de cacao ; CKF : compost de cerises de café ; ET : Ecart type.
Tableau 32 : Bilan partiel des nutriments majeurs dans le sol sous les jeunes cacaoyers sur une profondeur de 0,6 m

0 kg.plant-1 composts 2 kg.plant-1 composts CKKO 2 kg.plant-1 composts CKF


Nutriments/Paramètres 0 50 75 0 50 75 0 50 75
-1 -1 -1 -1 -1 -1
g.plant g.plant -1
g.plant g.plant g.plant g.plant g.plant g.plant -1
g.plant-1
Unité ------------------------------------------------------- kg.ha-1 ----------------------------------------------------
Azote (N)
Teneur initiale du sol (+) 11,12 11,12 11,12 11,12 11,12 11,12 11,12 11,12 11,12
Engrais organiques (+) 0,00 0,00 0,00 2,59 2,59 2,59 3,59 3,59 3,59
Engrais minéraux (+) 0,00 9,90 14,85 0,00 9,90 14,85 0,00 9,90 14,85
Déposition Atm (+) 12,80 12,80 12,80 12,80 12,80 12,80 12,80 12,80 12,80
Teneur finale du sol (-) 10,41 10,17 10,80 12,63 13,43 13,66 12,87 13,74 14,38
Absorption (-) 3,00 3,00 3,00 3,00 3,00 3,00 3,00 3,00 3,00
Solde 10,51 20,65 24,97 10,88 19,98 24,70 11,64 20,67 24,98

Phosphore (P2O5)
Teneur initiale du sol (+) 212,10 212,10 212,10 212,10 212,10 212,10 212,10 212,10 212,10
Engrais organiques (+) 0,00 0,00 0,00 0,77 0,77 0,77 1,14 1,14 1,14
Engrais minéraux (+) 0,00 9,90 14,85 0,00 9,90 14,85 0,00 9,90 14,85
Déposition Atm (+) 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Teneur finale du sol (-) 172,46 217,03 221,80 307,75 312,91 319,43 306,72 326,74 316,33
Absorption (-) 1,68 1,68 1,68 1,68 1,68 1,68 1,68 1,68 1,68
Solde 37,96 3,29 3,48 -96,56 -91,82 -93,39 -95,16 -105,28 -89,92

Potassium (K2O)
Teneur initiale du sol (+) 2,86 2,86 2,86 2,86 2,86 2,86 2,86 2,86 2,86
Engrais organiques (+) 0,00 0,00 0,00 12,57 12,57 12,57 8,10 8,10 8,10
Engrais minéraux (+) 0,00 9,90 14,85 0,00 9,90 14,85 0,00 9,90 14,85
Déposition Atm (+) 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Teneur finale du sol (-) 3,73 11,84 12,55 12,31 14,22 14,06 12,95 13,58 13,43
Absorption (-) 3,60 3,60 3,60 3,60 3,60 3,60 3,60 3,60 3,60
Solde -4,47 -2,68 1,56 -0,49 7,51 12,62 -5,58 3,68 8,79
Calcium (CaO)
Teneur initiale du sol (+) 54,27 54,27 54,27 54,27 54,27 54,27 54,27 54,27 54,27
Engrais organiques (+) 0,00 0,00 0,00 0,67 0,67 0,67 0,43 0,43 0,43
Engrais minéraux (+) 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Déposition Atm (+) 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Teneur finale du sol (-) 100,89 101,76 102,40 102,95 106,53 108,44 102,40 105,10 107,80
Absorption (-) 2,28 2,28 2,28 2,28 2,28 2,28 2,28 2,28 2,28
Solde -48,90 -49,77 -50,40 -50,30 -53,87 -55,78 -49,98 -52,68 -55,38

Magnésium (MgO)
Teneur initiale du sol (+) 14,62 14,62 14,62 14,62 14,62 14,62 14,62 14,62 14,62
Engrais organiques (+) 0,00 0,00 0,00 0,49 0,49 0,49 0,41 0,41 0,41
Engrais minéraux (+) 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Déposition Atm (+) 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Teneur finale du sol (-) 28,92 30,82 31,06 32,57 30,66 33,36 34,64 13,58 34,32
Absorption (-) 3,96 3,96 3,96 3,96 3,96 3,96 3,96 3,96 3,96
Solde -18,26 -20,17 -20,40 -21,43 -19,52 -22,22 -23,57 -2,52 -23,25
Atm : atmosphérique ; (+) : entrée de nutriment du système; (-) : sortie de nutriment du système ; CKKO : compost de cabosses de cacao ; CKF :
compost de cerises de café.
Concernant le bilan de K (Tableau 32), le solde est positif ou négatif en fonction de la dose
des apports d’engrais minéraux et organiques. Le solde de K est négatif sans engrais minéraux
même en présence du compost avec des pertes de l’ordre de 3,51±2,68 kg.ha-1. L’apport de
NPK résulte en un solde positif même en absence de compost avec des soldes positifs de
5,25±5,49 kg.ha-1. Les deux types d’engrais jouent un rôle important dans la disponibilité de
K dans le système sans toutefois rendre le système de production durable à ces différentes
doses appliquées. Ces résultats traduisent le fait que le besoin en K minéral est certain car le
compost seul ne suffit pas. La réduction de la dose de composts serait nécessaire si la dose
d’engrais minéral est maintenue à 75 g.plant-1. Un juste milieu reste à trouver.

Les soldes des éléments nutritifs Ca et Mg sont tous négatifs indépendamment de l’apport des
engrais organiques (Tableau 32). Le système perd 51,89±2,59 kg.ha-1 de Ca et 19,04±6,43
kg.ha-1 de Mg. L’observation des soldes des deux bilans montrent que les pertes de Ca et de
Mg ne sont pas dues à l’apport des composts puisque les pertes sont de même grandeur de
valeur avec l’apport ou non des composts (49,69±0,76 kg.ha-1 de Ca et 19,61±1,18 kg.ha-1 de
Mg sans apport de compost contre 53,00±2,48 kg.ha-1 de Ca et 18,75±8,08 kg.ha-1 de Mg avec
apport de composts). En certains points, le compost de CKF tend à diminuer les pertes de Mg.
Il y a un besoin d’apport complémentaire de Ca et Mg minéraux dans le système de
production du cacaoyer.

L’analyse de l’apport combiné de NPK 15-15-15 et des composts révèlent des disparités dans
les besoins de nutriments à apporter en termes de N, P et K. Il est clair qu’il faut réduire la
dose de compost pour équilibrer le système de production en N, P et K. Une dose de 1
kg.plant-1 pourrait peut-être convenir. L’apport des engrais minéraux est indispensable mais à
des doses différentes pour N, P et K. Avec l’apport des composts, on n’a pas besoin
d’apporter de N minéral et K minéral doit être diminué alors que le P minéral doit être
augmenté. L’engrais NPK 15-15-15 n’est donc pas adapté pour la fertilisation minérale du
cacaoyer en première année de croissance. Il est évident qu’une formule d’engrais minérale
pour le cacaoyer en première année de croissance doit contenir du P, K, Ca et Mg même avec
l’apport des composts mais pas de N. Une simulation pour avoir un solde des bilans des
nutriments proche de zéro donne la formule suivante ; N0P100K10Ca50Mg20 (Tableau 33). Cette
formule reste à être tester en essai multilocaux, étant entendu que le phosphore est en P2O5, le
potassium est en K2O, le calcium est en CaO et le magnésium est en MgO.

96
Tableau 33 : Besoins en engrais pour les cacaoyers immatures

Nutriments Moyenne du Besoins calculés Soldes induits, Doses


solde du en nutriments kg.ha-1 d’engrais,
-1 -1
bilan, kg.ha kg.ha (Solde=0) kg.ha-1
N 18,81±6,19 0 9,01± 10,46 0
P -95,35±5,40 105 0,92± 0,01 100
K -3,51±2,68 9 0,00± 0,89 10
Ca -53,00±2,48 54 0,73± 0,31 50
Mg -18,75±8,08 19 0,03± 0,39 20

Ainsi les cacaoyers immatures n’ont pas besoin de fumure azotée pour leur croissance en
première année au champ. Après avoir exposé le comportement des jeunes cacaoyers dans
leur première année de croissance au champ avec l’apport des fertilisants organiques et/ou
minéraux, il est tout aussi indispensable de connaître l’agroécosystème dans quel évolue ces
cacaoyers plantés dans la zone d’étude. C’est ce qui nous amène au 4ème objectif spécifique
(chapitre 4) qui analyse l’adaptabilité de ces cacaoyers dans les différents agroécosystèmes de
replantation. Ces résultats sont présentés dans la section suivante.

97
3.4 Adaptabilité des jeunes cacaoyers dans différents agroécosystèmes de replantation

Les résultats liés à l’objectif spécifique 4 qui est d’évaluer l’adaptabilité des jeunes cacaoyers
dans différents agroécosystèmes actuels de replantation, seront présentés dans cette section.

3.4.1 Effets de l’ombrage des arbres agroforestiers sur la croissance des jeunes
cacaoyers

La hauteur des cacaoyers est en moyenne de 94,80±8,58 cm, leur circonférence au collet est
de 6,85±2,72 cm et leur circonférence à hauteur de 1 m est de 2,46±3,25 cm (Tableau 34). La
densité de l’ombrage n’a pas eu d’effets (Tableau 35) ni sur la hauteur des cacaoyers (F(8,
12)=3,361; p=0,076), ni sur la circonférence au collet (F(8, 12)=2,883; p=0,103), ni sur la
circonférence à hauteur de 1 m (F(8, 12)=2,500; p=0,133).

Entre 0 et 25% d’ombrage, la mortalité des jeunes cacaoyers est en moyenne évaluée à
71±19% alors que les autres classes d’ombrage affichent une mortalité relativement moins
importante pour les jeunes sujets (17±12% à 19±6%). L’ombrage fourni par les arbres
agroforestiers a une influence significative (F(8, 12)=17,109; p=0,001) sur la mortalité des
jeunes cacaoyers. Ceci indique que, plus l’ombrage est dense, moins les jeunes cacaoyers
meurent.

Seulement 27±12% des cacaoyers ont formés leur couronne après un an de croissance quand
le niveau de l’ombrage est entre 0 et 25% contre 67±12% à 67±31% de couronnes formées
entre 25 et 75% d’ombrage. On note également que 100% de couronnes sont formés lorsque
le niveau d’ombrage est entre 75-100%. La densité de couverture de l’ombrage a une
influence significative sur la formation de la couronne des jeunes cacaoyers (F(8, 12)=9,000;
p=0,006). Plus l’ombrage est dense, plus les cacaoyers forment leur couronne après un an de
croissance au champ (18 mois d’âge).

Entre 0 et 25% de couverture, le rayon du houppier est moins étendu (29,07±4,11 cm). Les
couvertures de 25-50% et 50-75% affichent des rayons de houppier de même grandeur
(34,07±4,15 cm et 33,80±6,08 cm respectivement). La couverture de 75-100% d’ombrage
donne le meilleur rayon du houppier avec une moyenne de 41,87±3,30 cm. L’effet de
l’ombrage sur le rayon du houppier des cacaoyers suit la même variation statistique que la
formation de la couronne (F(8, 12)=4,113; p=0,049). Plus l’ombrage est dense, plus le rayon du
houppier est grand.

98
Tableau 34 : Effet de l’ombrage sur la croissance de jeunes cacaoyers

Paramètres agronomiques Classe du niveau d’ombrage (%)


[0-25[ [25-50[ [50-75[ [75-100] Moyenne F p
Mortalité, % 71±19b 18±6a 17±12a 19±6a 31±26 17,109 0,001
Hauteur des plants, cm 86,00±3,12a 92,27±6,05a 99,40±9,66a 101,53±6.27a 94,80±8,58 3,361 0,076
Circonférence au collet, cm 5,49±1,36a 6,62±0,64a 7,25±3,89a 8,60±1,50a 6,85±2,72 2,883 0,103
Circonférence à hauteur de 1m, 1,89±0,00 a 1,78±3,22a 2,93±4,17a 4,48±1,50a 2,46±3,25 2,500 0,133
cm
Formation de la couronne, % 27±12b 67±12a 67±31a 100±0a 65±31 9,000 0,006
Rayon du houppier, cm 29,07±4,11b 34,07±4,15ab 33,80±6,08ab 41,87±3,30a 34,70±6,16 4,113 0,049
Les moyennes sur une même ligne affectées d’une lettre ne sont pas significativement différentes avec ANOVA et Test de Duncan.

Tableau 35 : Synthèse de l’analyse de variance de l’effet de l’ombrage sur les variables agronomiques des cacaoyers au champ

Degrés de Moyennes des


Variables mesurées liberté de moindres Erreurs Erreurs
l’effet (DL) carrés (MMC) du DL des MMC F p
Mortalité 3 2090,5278 8 148,1667 14,1093 0,0015*
Hauteur des plants 3 150,3556 8 44,7367 3,3609 0,0757
Circonférence au collet 3 14,1329 8 4,9017 2,8833 0,1027
Circonférence à hauteur de 1m 3 18,7837 8 7,5131 2,5001 0,1335
Formation de la couronne 3 2700 8 300 9 0,0061*
Rayon du houppier 3 84,3067 8 20,5000 4,1125 0,0487*

*Différence significative au seuil de 5%


A B
Photo 10 : Vergers de cacaoyers ombragés avec des essences agroforestières
A – Vergers de cacaoyers avec Albizia lebbeck en ombrage partiel.
B - Vergers de cacaoyers avec Terminalia superba en ombrage total.

3.4.2 Effets de la profondeur du sol sur la croissance des jeunes cacaoyers

Quelle que soit la profondeur du sol, le taux de mortalité des cacaoyers est en moyenne de
29±26% (Tableau 36), la circonférence au collet révèle 6,85±2,72 cm, la circonférence à
hauteur de 1 m donne 2,46±3,25 cm, 67±31% des cacaoyers forment leur couronne et le rayon
du houppier des jeunes cacaoyers affiche 35,02±6,16 cm. La profondeur du sol sous les
cacaoyers n’a pas d’effets (Tableau 37) ni sur la mortalité des jeunes cacaoyers (F(8, 12)=1,366;
p=0,303), ni sur la circonférence au collet (F(8, 12)=2,087; p=0,180), ni sur la circonférence à
hauteur de 1 m (F(8, 12)=1,633; p=0,248), ni sur la formation de la couronne (F(8, 12)=1,272;
p=0,326), ni sur le rayon du houppier (F(8, 12)=1,260; p=0,329).

A une profondeur inférieure à 0,8 m et entre 0,8-1 m, la hauteur des cacaoyers est de
89,95±9,64 cm et 92,76±3,69 cm respectivement. A une profondeur du sol supérieure à 1 m,
les cacaoyers sont plus grands et donnent une moyenne de 104,67±5,85 cm. La profondeur du
sol sous les cacaoyers a une influence significative sur la hauteur des cacaoyers (F(8, 12)=4,555;
p=0,0,043). En conséquence, plus le sol est profond, plus les cacaoyers croissent rapidement
en hauteur.

100
Tableau 36 : Effet de la profondeur du sol sur la croissance de jeunes cacaoyers

Paramètres agronomiques Profondeur du sol, m


< 0,8 0,8 – 1 >1 Moyenne F p
Mortalité, % 42±26a 35±31a 11±3a 29±26 1,366 0,303
Hauteur des plants, cm 89,95±9,64b 92,76±3,69b 104,67±5,85a 95,79±8,58 4,555 0,043
Circonférence au collet, cm 6,44±3,08a 6,42±1,01a 8,12±3,40a 6,85±2,72 2,087 0,180
Circonférence à hauteur de 1m, 2,04±3,61a 2,55±1,76a 4,11±4,13a 2,46±3,25 1,633 0,248
cm
Formation de la couronne, % 50±38a 64±26a 87±23a 67±31 1,272 0,326
Rayon du houppier, cm 31,45±7,69a 34,88±3,41a 38,73±7,13a 35,02±6,16 1,260 0,329
Les moyennes sur une même ligne affectées d’une lettre ne sont pas significativement différentes avec ANOVA et Test de Duncan.

Tableau 37 : Synthèse de l’analyse de variance de l’effet de la profondeur du sol sur les variables agronomiques des cacaoyers au champ

Degrés de Moyennes des


Variables mesurées liberté de moindres Erreurs Erreurs
l’effet (DL) carrés (MMC) du DL des MMC F p
Mortalité 2 868,3500 9 635,5797 1,3662 0,3033
Hauteur des plants 2 203,4757 9 44,6676 4,5553 0,0430*
Circonférence au collet 2 12,9303 9 6,1947 2,0873 0,1800
Circonférence à hauteur de 1m 2 15,5060 9 9,4938 1,6333 0,2482
Formation de la couronne 2 1156,6666 9 909,6296 1,2716 0,3263
Rayon du houppier 2 45,6077 9 36,1894 1,2602 0,3292
*Différence significative au seuil de 5%
3.4.3 Effets de la texture du sol sur la croissance des jeunes cacaoyers

Quelle que soit la texture du sol, les cacaoyers ont en moyenne une hauteur de 89,31±8,58
cm, une circonférence au collet de 5,97±2,72 cm, une circonférence à hauteur de 1 m de
2,26±3,25 cm et un rayon de houppier de 31,13±6,16 cm (Tableau 38). La texture du sol sous
les cacaoyers n’a pas d’influence significative (Tableau 39) ni sur la hauteur des cacaoyers
(F(8, 12)=3,088; p=0,095), ni sur la circonférence au collet (F(8, 12)=3,123; p=0,093), ni sur la
circonférence à hauteur de 1 m (F(8, 12)=0,539; p=0,601), ni sur le rayon du houppier (F(8,
12)=2,217; p=0,165).
Les sols sablo-argileux et limono-argileux révèlent un fort impact sur la mortalité des
cacaoyers et sont dans un même groupe homogène. Sur les sols sablo-argileux, le taux de
mortalité est de 69±27% et sur les sols limono-argileux, le taux de mortalité est à 75±0%. Les
sols argilo-sableux donnent seulement un taux de mortalité de 18±7%. Ainsi, les cacaoyers
résistent mieux sur les sols argilo-sableux. Par rapport à la formation de la couronne, les sols
limono-argileux se révèlent moins aptes pour les cacaoyers avec un taux de formation de la
couronne de 20±0%, suivi des sols sablo-argileux qui affichent un taux moyen de 30±14% de
formation de la couronne. Les sols argilo-sableux favorisent davantage la formation de la
couronne avec un taux de formation de la couronne de 78±23%. De ce fait, les sols argilo-
sableux sont plus aptes à supporter la formation de la couronne des cacaoyers après un an de
croissance. Les trois textures des sols identifiées sous les cacaoyers étudiés dans la zone ont
une influence significative sur le taux de mortalité des cacaoyers (F(8, 12)=24,290; p=0,000) et
sur la formation de la couronne (F(8, 12)=5,872; p=0,023).

Tableau 38 : Effet de la texture du sol sur la croissance de jeunes cacaoyers

Paramètres agronomiques Texture du sol


Sablo- Limono- Argilo- Moyenne F p
argileux argileux sableux
b
Mortalité, % 69±27 75±0b 18±7a 54±26 24,290 0,000
Hauteur des plants, cm 87,80±0,28a 82,40±0,00a 97,73±7,74a 89,31±8,58 3,088 0,095
Circonférence au collet, cm 5,87±0,26a 4,71±0,00a 7,31±2,45a 5,97±2,72 3,123 0,093
a a a
Circonférence à hauteur de 1m 1,89±0,00 1,89±0,00 3,60±3,61 2,26±3,25 0,539 0,601
Formation de la couronne, % 30±14ab 20±0b 78±23a 43±31 5,872 0,023
Rayon du houppier, cm 30,40±4,81a 26,40±0,00a 36,58±5,66a 31,13±6,16 2,217 0,165
Les moyennes sur une ligne affectées d’une même lettre ne sont pas significativement
différentes avec ANOVA et Test de Duncan.

102
Tableau 39 : Synthèse de l’analyse de variance de l’effet de la texture du sol sur les variables
agronomiques des cacaoyers au champ

Degrés de Moyennes des


Variables mesurées liberté de moindres Erreurs Erreurs
l’effet (DL) carrés (MMC) du DL des MMC F p
Mortalité 2 3145,6807 9 129,5062 24,2898 0,0002*
Hauteur des plants 2 164,6000 9 53,3067 3,0878 0,0953
Circonférence au collet 2 16,7168 9 5,3532 3,1228 0,0933
Circonférence à hauteur de 1m 2 6,2305 9 11,5550 0,5392 0,6009
Formation de la couronne 2 2972,2222 9 506,1729 5,8720 0,0233*
Rayon du houppier 2 68,8022 9 31,0351 2,2169 0,1649
*Différence significative au seuil de 5%

3.4.4 Vitesse de croissance des jeunes cacaoyers et leur utilisation des ressources en eau

La vitesse de croissance des cacaoyers est traduite par l’élongation annuelle de la plante. En
moyenne, la vitesse de croissance des cacaoyers est de 64,80±8,58 cm.an-1 quelle que soit la
densité de l’ombrage et de 59,31±8,58 cm.an-1 quelle que soit la texture du sol de culture
(Tableau 40). L’ombrage des arbres agroforestiers (F(8, 12)=3,361; p=0,076) et la texture du sol
(F(8, 12)=3,088; p=0,095) n’ont pas d’effets sur l’élongation annuelle des cacaoyers (Tableau
41). Par contre, la profondeur du sol a une influence significative sur l’élongation annuelle
(F(8, 12)=4,555; p=0,043). La meilleure vitesse de croissance des cacaoyers est obtenue avec
une profondeur du sol supérieur à 1 m (74,67±5,85 cm.an-1). En deçà de 1 m de profondeur du
sol, la vitesse de croissance est plus modérée (entre 59,95±9,64 cm.an-1 et 62,76±3,69
cm.an-1). Donc, plus le sol est profond, plus les cacaoyers croissent plus vite.

Quelles que soient la densité de l’ombrage et la texture du sol de culture, les cacaoyers
utilisaient l’eau de la même manière. En moyenne, l’efficacité d’utilisation de l’eau est de
5,96±0,79 cm.m-3 pour l’ombrage et de 5,46±0,79 cm.m-3 pour la texture du sol. Cela veut
dire que 1 m3 d’eau de pluie tombée permet de produire environ 5,5-6 cm d’élongation des
plants de cacaoyers quelle que soient la densité de l’ombrage et la texture du sol. L’efficacité
d’utilisation de l’eau n’est pas influencée ni par la densité de l’ombrage (F(8, 12)=3,363;

p=0,076), ni par la texture du sol (F(8, 12)=3,107; p=0,094).

L’efficacité d’utilisation de l’eau varie en moyenne entre 5,52±0,89 cm.m-3 et 5,78±0,34


cm.m-3 quand la profondeur du sol est respectivement inférieure à 0,8 m et entre 0,8-1 m. A
une profondeur du sol supérieure à 1 m, l’efficacité d’utilisation de l’eau est plus élevée avec
103
une moyenne de 6,87±0,54 cm.m-3. La profondeur du sol de culture a un effet significatif sur
l’efficacité d’utilisation de l’eau (F(8, 12)=4,555; p=0,043). En conséquence, les cacaoyers
utilisent mieux l’eau quand le sol est plus profond.

Il est à souligner qu’il a été constaté de très forte corrélation entre les variables agronomiques
mesurées sur les cacaoyers au cours de cette partie des travaux. Une très forte corrélation
(0,84<r²<0,87) existe entre la hauteur des cacaoyers et la circonférence au collet, la
circonférence à hauteur de 1 m, la formation de la couronne et le rayon du houppier. Une forte
corrélation (0,77<r²<0,87) existe aussi entre la circonférence au collet puis à hauteur de 1 m et
la formation de la couronne et enfin le rayon du houppier.

Tableau 40 : Vitesse de croissance et utilisation des ressources en eau par les jeunes cacaoyers

Utilisation de l’eau Elongation annuelle, Efficacité d’utilisation


cm.an-1 de l’eau, cm.m-3
Ombrage (%)
[0-25[ 56,00±3,12a 5,15±0,29a
[25-50[ 62,27±6,05a 5,73±0,56a
[50-75[ 69,40±9,66a 6,39±0,89a
[75-100[ 71,53±6,27a 6,58±0,57a

Moyenne 64,80±8,58 5,96±0,79


F 3,361 3,363
p 0,076 0,076
Profondeur du sol (m)
<0,8 59,95±9,64b 5,52±0,89b
0,8-1 62,76±3,69b 5,78±0,34b
>1 74,67±5,85a 6,87±0,54a

Moyenne 65,79±8,58 6,06±0,79


F 4,555 4,555
p 0,043 0,043
Texture du sol
Sablo-argileux 57,80±0,28a 5,32±0,03a
Limono-argileux 52,40±0,00a 4,82±0,00a
Argilo-sableux 67,73±7,74a 6,24±0,71a

Moyenne 59,31±8,58 5,46±0,79


F 3,088 3,107
p 0,095 0,094
Les moyennes dans une cellule affectées d’une même lettre ne sont pas significativement
différentes avec ANOVA et Test de Duncan.

104
Tableau 41 : Synthèse de l’analyse de variance des effets de l’ombrage, de la profondeur du sol et
de la texture du sol sur les variables agronomiques des cacaoyers au champ

Degrés de Moyennes des


Facteurs liberté de moindres Erreurs Erreurs
l’effet (DL) carrés (MMC) du DL des MMC F p
Ombrage
Elongation 3 150,3556 8 44,7367 3,3609 0,0757
EUE 3 1,2754 8 0,3792 3,3630 0,0756
Profondeur du sol
Elongation 2 203,4757 9 44,6676 4,5553 0,0430*
EUE 2 1,7255 9 0,3788 4,5552 0,0430*
Texture du sol
Elongation 2 164,6000 9 53,3067 3,0878 0,0953
EUE 2 1,4009 9 0,4509 3,1067 0,0942
*Différence significative au seuil de 5%, EUE : Efficacité d’Utilisation de l’Eau

Une forte corrélation (r²=0,89) existe aussi entre le rayon du houppier et la formation de la
couronne. Donc, au fur et à mesure que chaque variable évolue, cela entraine l’évolution de
toutes les autres variables. Et cela traduit l’évolution harmonieuse des cacaoyers quel que soit
son agroécosystème de replantation.

Les résultats de tous les essais de terrain étant présentés, il sera abordé dans le chapitre
suivant une discussion approfondie de tous les travaux.

105
CHAPITRE 4 : DISCUSSION GENERALE

106
La présente étude est focalisée sur les aspects à améliorer dans l’agrotechnie de la
cacaoculture pour une replantation durable des vergers vieillissants de cacaoyers au Togo.
D’innombrables problèmes minent l’essor de productivité des plantations cacaoyères au Togo
mais les plus importants attachés à la replantation, sont liés à la disponibilité des semences et
plants de qualité et ses corollaires, à la qualité de plus en plus dégradée des sols et à la
dégradation de l’environnement de production avec des coupes d’arbres anarchiques couplés à
la création anarchique des agroforêts à cacaoyers sur des sites inappropriés. On se propose
donc d’aborder ces aspects dans cette discussion générale et de suggérer quelques stratégies
de restauration afin de perpétuer une gestion agroforestière durable dans la zone
agroécologique de forêts au Togo. Cette section touchera alternativement l’élevage des
plantules de cacaoyers en pépinière, la gestion de la fertilité des sols sous cacaoyers en
pépinière tout comme au champ et les agroécosystèmes de replantation des vergers de
cacaoyers.

4.1 Elevage des plantules de cacaoyers en pépinière

4.1.1 Conduite des plants de cacaoyers en pépinière

L’analyse des résultats de cette étude confirme le fait que la réduction de la quantité de
substrat sol en pot et le semis direct des fèves ont une influence positive sur la production des
plants de cacaoyers (Hypothèse 1) et le repiquage des plantules au plus tard 10 jours après
levée sur planche est une alternative pour le semis direct.

Le passage des fèves de cacaoyers en pépinière est indispensable pour assurer une bonne
évolution de l’arbre au champ. Un semis direct au champ des fèves est très risqué à cause de
la fragilité des plantules à la levée face aux attaques des rongeurs et à la mortalité élevée
(Adabe et Ngo-Samnick, 2014). Dans les pépinières conduites lors des essais, le taux de
reprise ou de germination des fèves dans les sachets « café » (1055 cm3) et les sachets
« cacao » (2120 cm3) était supérieur à 90% comme recommandé par la législation semencière
togolaise, sauf dans le cas des plantules repiquées 15 jours après levée (JAL) où le ratio
demeure tout de même bon (>80%) d'après la législation semencière des Pays de l’Afrique de
l’Ouest.

107
La longueur de la racine du plant de cacaoyer après 4-5 mois de croissance doit être autour de
30-40 cm d'après Oro (2001) et Loor Solorzano (2007). Les résultats de cette étude sont
semblables (29,3±3,2 cm). Oyewole et al (2012) ont travaillé sur les plants du cacaoyer au
Nigeria et ont publié à 6 mois après semis (MAS) une circonférence au collet de la tige
variant de 1,9 à 3,1 cm et une hauteur des plants entre 17 cm et 59 cm. Bismark (2011) a
publié au Ghana que, la hauteur du plant du cacaoyer doit être de 25-43 cm à 5 MAS alors
que le nombre des feuilles doit être de 8 à 18. Tout ceci est en accord avec les résultats de la
présente étude où la circonférence au collet de la tige du plant de cacaoyer était de 1,4±0,1 à
2,0±0,1 cm et la hauteur du plant est de 19,1±1,2 à 30,5±2,4 cm pendant que le nombre des
feuilles était entre 11 et 14 (Tableaux 10, 11 et 12). Donc, la performance agronomique de
plants du cacaoyer obtenue dans les présents travaux est en accord avec ceux obtenus au
Nigeria et au Ghana. Aucune différence significative n’est trouvée entre l’effet de la
contenance des sachets « café » et des sachets « cacao » sur la croissance des plantules de
cacaoyers. Ceci est confirmé par Bismark (2011) qui a trouvé aussi qu’il n’y avait aucune
différence entre l’effet des sols contenus dans des sachets d’eau (PURE WATER), des sachets
de Cocobod et des sachets d’IITA (International Institute of Tropical Agriculture) utilisés
pour croître des plantules de cacaoyers au Ghana. La corrélation positive trouvée entre les
variables de croissance des plants du cacaoyer pourrait expliquer le rapport entre eux. Plus le
plant du cacaoyer pousse, plus la circonférence au collet de la tige accroit et plus le nombre de
feuilles augmente.

Actuellement, les planteurs ont besoin de 1800 sachets et de 50 cabosses de cacao pour
réaliser une pépinière de plants de cacaoyers pour un hectare, comme le recommande les
services techniques. Le sachet cacao (2021 cm3) coûte sur le marché 15 FCFA alors que le
prix du sachet café (1055 cm3) est de 8 FCFA. Par conséquent, les planteurs peuvent réduire
leur charge de 7 FCFA par sachet s’ils utilisaient les sachets de 1055 cm3 pour produire les
plants de cacaoyer. Cela représente un bénéfice important de 12 600 FCFA par hectare dans la
préparation de la pépinière pour les milliers de petits planteurs dans l’aire de production
cacaoyère au Togo et en Afrique de l’Ouest sans compter la facilité d’empoter les sachets de
moindres dimensions et leur transport de la pépinière au verger.

Il est donc capital que les services techniques, étatiques ou non, s’inscrivent dans l’optique de
la promotion de sachets de dimensions réduites (proche d’un volume de 1000-1100 cm3) pour
les futures pépinières. Ceci permettra non seulement de réduire le volume de sol à manipuler,
108
mais aussi réduira la quantité de matière plastique utilisée dans le secteur agricole au Togo ;
ce sera un grand bénéfice pour l’environnement.

L’autre aspect reste le mode de repiquage des fèves pré-germées ou levées sur planche. Il est
certain que le repiquage des plantules de cacaoyers 10 jours après semis sur planche est une
alternative pour le semis direct, mais il faut veiller au fait que les plantules ne perdent pas leur
cotylédons avant d’être repiquées.

4.1.2 Fertilisation des plants de cacaoyers en pépinière

Les présents travaux ont permis de relever l’effet de l’azote sur les plantules de cacaoyer.
L’hypothèse selon laquelle l’azote a un effet positif sur la croissance des plants de cacaoyers
(Hypothèse 2) n’est pas complétement vérifiée dans cette étude en fonction des doses
appliquées.

L'azote est un élément essentiel pour la croissance des plants de cacaoyer, en particulier pour
le sol dont la capacité intrinsèque à fourniture cet élément nutritif est faible. Dans cette étude,
l’application de l'urée sur le substrat sol dans les pots a résulté, dans un premier temps et dans
la plupart des cas, en des effets mitigés sur les variables agronomiques des plants de cacaoyer.
La réponse des plants de cacaoyer à l’apport de l’urée est montrée clairement par l’analyse de
régression utilisée pour modéliser les effets sur les variables (Figures 20 à 24). Les tendances
des variables agronomiques ne sont pas du tout encourageantes car étant presque toutes en
régression en fonction de la dose de plus en plus élevée de l’urée.

Fondamentalement, l'application des engrais organiques ou inorganique sur les plants de


cacaoyer résulte en de bonne réaction sur les variables de croissance de la plante mais
également sur les propriétés physiques et chimiques du sol (Akanbi et al, 2014; Oyewole et
al, 2012; Mohd.Yusoff et al, 2007). Souza-Junior et Carmello (2008), en étudiant les effets de
la fertilisation azotée sur la production du cacaoyer, a observé que la hauteur des plants et le
diamètre de la tige a répondu significativement à une addition de l'azote. Almeida et al (2012)
en étudiant la fertigation avec l'azote sur la croissance du cacaoyer, a trouvé que la dose
d'azote a influencé positivement la croissance de la plante avec une augmentation relative de
14%. Les résultats de cette partie de la thèse sont en désaccord avec ces derniers et ceci est

109
certainement dû au problème lié à la technique d’apport de l’urée ou à la dose d’azote
appliquée, car les besoins en N et autres fertilisants sont clairement révélés par les bilans des
nutriments. Mais, les caractéristiques des plants de cacaoyer obtenues dans cette étude sont
fortement semblables à ceux décrits par Oyewole et al, (2012) en Nigeria, Bismark (2011) au
Ghana, Mohd.Yusoff et al (2007) en Malaisie, Loor Solorzano (2007) en Équateur et Oro
(2001) au Togo. Ils décrivaient que des plants de cacaoyers de 5-6 mois d’âge doivent avoir
une circonférence au collet de la tige de 1,9 - 3,1 cm, une hauteur du plant de 17 - 59 cm, une
longueur de la racine de 30 - 40 cm et un nombre des feuilles de 8 à 18.

Les résultats de la présente étude ont produit des modèles mathématiques valides d'après le
coefficient de corrélation élevé obtenu pour la plupart (0,76≤r²≤0,92) en suivant l’approche de
validation des modèles qui a été décrite par Sinclair et Seligman (2000), Janssen et al (1992),
Janssen et al (1990), Saleh et al (1990) et Jury et al (1986). Mais, les différentes équations
obtenues par l’analyse de régression démontrent une grande contradiction par rapport aux
variables agronomiques des plantules de cacaoyers et les connaissances sur la croissance des
plantes.

Habituellement, il est connu que le développement des racines des plantes est influencé
positivement par l’apport du phosphore et non de l’azote. Si l’apport de N induit une
croissance des racines (Figure 20), ceci serait certainement dû au rééquilibrage de la balance
nutritionnelle entre N et P dans le sol qui devrait, au cas extrême, être N=2P (Snoeck et
Jardin, 1992). En réalité, le modèle obtenu par régression a montré que plus la dose de N
augmente, moins la circonférence au collet de la plante croît. Normalement, la circonférence
au collet devrait croître avec la croissance des racines. Cette ambigüité serait peut-être due au
fait que la dose de N appliquée est suffisamment élevée et a créé un déséquilibre ionique dans
la plante induisant une incohérence entre les variables agronomiques.

Deux scénarii sont envisageables dans ces conditions. Primo, l’azote est susceptible d’être
nuisible pour les plantules de cacaoyers à une certaine dose et ceci à résulter en la mort des
plants. Dans ce cas, la réponse négative fournie par les variables agronomiques à l’application
de l'urée sur les plantules de cacaoyer est un résultat utile pour davantage d’investigation afin
d’obtenir les vrais besoins en N à fournir pour les plants de cacaoyer pour qu’ils grandissent
efficacement. Secundo, la technique d’application de l’urée n’est pas celle indiquée.
L’injection directe de l’urée dans le substrat sol en pot a dû créer une chaleur (ou réaction
110
chimique non maitrisée) qui a tué les plantules de cacaoyers. Dans ce dernier cas, il serait plus
judicieux de diluer l’azote dans l’eau avant son application aux plants de cacaoyers par
aspersion du substrat sans contaminer la plantule.

La nutrition des végétaux doit être équilibrée pour leur croissance optimale. Pour le cacaoyer,
l’équilibre N/P doit être entre 1,5 et 2 dans le sol. Ceci est trivial pour une nutrition équilibrée
des cacaoyers (Snoeck et Jardin, 1992). Le rapport N/P dans le sol dans cette étude donne des
valeurs de 1,39 à 1,99. Il traduit un équilibre parfait entre N et P lorsque la dose de fumure
azotée est entre 0 et 3 g.plant-1 quel que soit le type de sachet (ou volume du substrat sol). Une
dose de 4,5 g.plant-1 induit un déséquilibre du système avec un rapport N/P trop faible de 1,39
(< 1,5). Entre les deux types de sachets (sachet de 1055 cm3 et sachet de 2120 cm3),
l’équilibre entre N et P est bon avec des valeurs assez proches (1,99 et 1,86 respectivement).
D'après le Logiciel Diagnostic-Sol, l'équilibre [(SBE + 6,15)/N] entre l’azote (N) et la somme
de bases échangeables (K + Ca + Mg) dans le sol analysé doit être inférieur ou égal à 8,9 pour
une bonne croissance et production du cacaoyer. Au regard de cette étude, cet équilibre entre
SBE et N est de 5,83 et 7,22 dans les deux types de pots. Ceci démontre que la nutrition est
équilibrée pour les plants de cacaoyers.

Il faut souligner que la richesse en nutriments des sols résiduels dans les pots est un élément
crucial dans le transfert des plants de cacaoyers de la pépinière vers la plantation. Le
fournisseur principal des nutriments aux plantules de cacaoyers, depuis la pépinière jusqu’à ce
que les racines des plants de cacaoyers n’adhèrent complètement au sol de la plantation,
demeure le terreau de départ dans les pots. Le sol résiduel en pot assure toujours la nutrition
des plants de cacaoyers installés au champ en attendant que les racines ne se développent et
prennent possession du milieu nutritionnel environnant. La qualité du sol résiduel en pot reste
donc un facteur trivial pour la bonne croissance des jeunes cacaoyers après la mise en terre.
Cette étude a permis de déceler une importante réserve de nutriments (Tableau 22) dans les
sols résiduels apte à supporter la croissance des jeunes cacaoyers après transplantation au
champ.

Au regard de l’étude complémentaire sur l’application des doses modérées d’urée sur les
performances agronomiques des plantules de cacaoyers, la dose de 1 g.plant-1 d’urée semble
fournir les meilleurs paramètres de croissance des plants de cacaoyers. Ceci confirme

111
effectivement que les doses élevées d’azote peuvent avoir des effets négatifs sur les plants de
cacaoyers selon Puentes-Paramo et al (2014).

Au regard de tout ceci, il est indispensable d’être prudent par rapport à l’application de N pour
les cacaoyers en pépinière. A cause de l’infertilité notoire des sols actuellement et des
difficultés de plus en plus grande à se procurer de bons terreaux, il est recommandable
d’apporter une fumure azotée légère (1 g.plant-1) aux plants de cacaoyers pour une durabilité
du système de production.

4.1.3 Dispositions pour la conduite des cacaoyers en pépinière

La conduite d’une pépinière de cacaoyers dans des sachets de dimensions plus réduites (à
l’instar des sachets de 1055 cm3) pourrait se faire valablement, avec une nutrition équilibrée
des cacaoyers dans la sous zone Kloto de production cacaoyère au Togo. Il faut éviter un
séjour trop long des plants en pépinière dans ce cas (5 ou 6 mois maximum). Un complément
en N pourrait être effectué avec des doses assez modérées (1 g.plant-1). Un séjour plus long
des plants pourrait induire le développement plus important des racines qui ne vont plus avoir
de l’espace pour bien croître. Elles vont commencer par se contorsionner et ce sera assez
mauvais pour la production de plants sains et vigoureux.

Certes, la méthodologie utilisée (approche modélistique) reste tout à fait théorique et


descriptive. C’est juste la détermination de relation fonctionnelle entre la dose d’urée et les
paramètres agronomique. L’approche est loin de l’abstraction modélistique. Elle mérite une
confirmation des données fournies par des essais aux champs avec des doses optimales de N
prédites ou envisagées en fonction des résultats du bilan des nutriments. Mais cette approche a
l’avantage de révéler précisément les voies à suivre face à la non significativité des données
agronomiques engendrées au prime abord. Le second test a permis de confirmer les données
et il semble être clair que l’urée ne doit pas être appliquée sans dilution dans l’eau.

112
4.2 Fertilisation des vergers de cacaoyers en zone tropicale

L’augmentation de la production de cacao marchand doit se baser sur une intensification


durable de la production compte tenu des conditions agroécologiques de plus en plus rude. La
dynamique de la relance de la production cacaoyère au Togo doit être accompagnée par une
recherche soutenue des perspectives d’amélioration durable de la productivité des plantations
cacaoyères et par des systèmes de productions intégrées tenant compte des contraintes et des
possibilités de replantation des vieux vergers et la gestion de la fertilité des sols. Il est
indubitable que les cacaoyers ont besoin d’une compensation en nutriments pour assurer une
production durable du fait qu’on doit remplacer les nutriments perdus par les exportations des
vergers (récoltes et autres). Ainsi, la compensation au sol des éléments nutritifs exportés par
les récoltes doit être de règle. C’est ce qui exige la fertilisation minérale et/ou organique des
vergers de cacaoyers. On a besoin donc de fertilisants appropriés comme les composts bien
mûrs et les engrais minéraux spécifiques. Ces fertilisants doivent être de qualité pour jouer
efficacement leur rôle.

4.2.1 Production de matière organique de qualité

Un exemple de matière organique de qualité est le compost. Mais la qualité de ce compost


n’est assurée que lorsqu’un certain nombre de normes est respecté. La production de
composts bien mûrs doit passer par des contrôles rigoureux afin de s’assurer de sa qualité
physico-chimique. La température est généralement retenue comme un indicateur essentiel,
mais non exclusif, de l’hygiénisation des composts (Lopez et al, 2016 ; Yang et al, 2016). Le
compostage permet la suppression des agents pathogènes, des graines de mauvaises herbes et
la production de matière organique stabilisée plus facile à transporter et à épandre (Eghball et
Gilley, 1999; Eghball et Lessing, 2000). La montée de la température au cœur des tas de
compost ne garantit pas l’absence de pathogènes en tout point du tas, mais elle témoigne
sûrement du processus d’hygiénisation du compost (Ligocka et al, 2009 ; Yang et al, 2016).

En effet, des études ont montré que la germination des graines a été réduite à 0-0,2% après
qu’elles aient été exposées pendant deux semaines à une température maximale de compost de
58 °C. L’inhibition des pathogènes et des graines est conquise après un mois lorsque la
température est supérieure à 55 °C (Isobaev et al, 2014 ; Rafolisy et al, 2015; Yang et al,
2016). Les températures élevées dans les tas de compost assurent dans une certaine mesure,

113
non seulement l’hygiénisation du tas, mais aussi garantie une transformation plus rapide des
matériaux compostés afin d’avoir un compost sain en un temps record. Durant le compostage,
on observe une réduction importante de la masse et du volume de matériaux organiques
compostables (Andersen et al, 2011). Selon Rafolisy et al (2015), la perte de masse peut
avoisiner 70 %. Ces pertes diminuent la valeur agronomique des composts (Paillat et al, 2005;
Vandecasteele et al, 2016) mais les rendent plus facilement manipulables. Un rapport C/N
compris entre 15-20 avec une masse volumique comprise entre 80-400 kg.m-3 seraient des
indicateurs d’un compost mûr (CALR, 2011). C’est ce qui est le cas des composts produits au
cours de cette étude (Figure 21 ; Tableau 19).

Ofosu-Budu et al (2010) ont développé un panel de tests à appliquer aux composts pour
s’assurer de leur maturité et il apparait que l’index de germination s’est révélé le plus
important dans tous les tests à faire. Le test de phytotoxicité est donc très important pour la
détermination de la maturité d’un compost. Les composts produits lors de cette étude ont subi
avec succès des tests de phytotoxicité. Les travaux de Zhang et Sun (2016) et de
Vandecasteele et al, (2016) ont prouvé qu’il est possible de produire du compost de bonne
qualité (teneur élevée en nutriments et non phytotoxique) en 22 jours en additionnant des
agents biodégradeurs aux matières à composter. On peut donc produire du compost en 60
jours en garantissant une température élevée du tas mais en prenant des dispositions pour
vérifier si le compost est sain et non phytotoxique comme cela a été le cas dans cette étude.

Les résultats de cette étude ouvrent donc une perspective assez intéressante pour la
revalorisation des déchets post-récoltes de la production cacaoyère mais aussi caféière. Les tas
de coques qui jonchent les exploitations des petits planteurs, au Togo et en Afrique de
l’Ouest, trouvent désormais une issue honorable en les compostant pour une revitalisation des
sols épuisés sous les cacaoyers.

4.2.2 Gestion de la fertilité des sols sous cacaoyers

La gestion de la fertilité d’un sol se rapporte à un meilleur usage que possible des stocks de
nutriments dans le sol, des amendements organiques et des engrais minéraux dans le but
d’améliorer la productivité des terres et tout en assurant l’amélioration de leur fertilité. La
présente étude a confirmé l’hypothèse selon laquelle les composts des coques de cabosses de

114
cacao et de coques de cerises de café, combinés ou non à l’engrais NPK, ont des effets positifs
sur la croissance des jeunes cacaoyers (Hypothèse 3).

Les vieux sols sous cacaoyers au Togo voire toute l’Afrique Occidentale, ont besoin d’une
bonne gestion de leur santé par l’usage des engrais minéraux et/ou organiques afin d’assurer
la durabilité de la production cacaoyère. La fertilisation minérale du cacaoyer, que ce soit en
son jeune âge ou non, requiert du tact. Un dosage trop élevé ou déséquilibré pour le sol peut
entrainer de fâcheuses conséquences (Puentes-Paramo et al, 2014). En témoigne le taux de
mortalité élevé ou plutôt le taux de viabilité faible (Tableau 19 ; Figure 24) des plantules de
cacaoyers en pépinière lors de la présente étude. Une mortalité induit juste par la chaleur
créée par l’apport de l’urée ou le dosage trop élevée de l’azote.

Les vieux sols sous cacaoyers doivent servir pour la rénovation des vergers. Ces anciens
cacaoyers évoluaient dans un agroécosystème ne favorisant pas un retour au sol des
exportations de nutriments. Les coques de cabosses jonchent dans les exploitations et
constituent souvent un problème sanitaire (à cause de la pourriture brune due aux Phytophtora
spp.) pour les producteurs alors qu’elles sont réputées riche en nutriments (Ogunlade et al,
2006; Ayeni, 2010). Ces coques ont été suggérées comme une possibilité de sources de
fertilisants pour les petits producteurs (Oyewole et al, 2012). Environ 60 % des cabosses sont
formées de coques. Les coques de cabosses de cacao contiennent d’importants éléments
nutritifs N, P, K, Ca et Mg (Joffres, 2010) de même que les coques de cerises de café soit 93
kg.Mg-1 de cerises produites (Pandey et al, 2010). Une tonne de cacao récolté exporte
définitivement du verger de cacaoyer 45,9 kg de nutriments essentiels (N, P, K, Ca et Mg) par
les fèves et 99,3 kg de ces mêmes nutriments essentiels par les coques (Joffres, 2010).

L’utilisation d’engrais organiques est décrite comme étant moins chère, convivial et sain pour
l’environnement. Les travaux d’Oyewole et al. (2012) au Nigéria, ont montré que les coques
de cacao et de kola (séchées et moulues) améliorent la fertilité des sols sous cacaoyers et font
croitre mieux les plantules de cacaoyers en pépinière en association avec des engrais
minéraux, mais seules, elles n’ont pas d’effets significatifs. Les fientes de volailles sont aussi
riches en nutriments majeurs et sont potentiellement capables de nourrir les plantes (Teurki,
2013), surtout les jeunes cacaoyers qui n’ont pourtant pas de grands besoins selon Snoeck et
Jardin (1992).

115
La maintenance de la matière organique dans le sol est un souci, spécialement dans les zones
où il y a une grande demande de résidus organiques (Ojeniyi, 2010). Ceci est susceptible de
continuer puisque les réserves de sols adéquats n’existent plus et les futurs vergers de
cacaoyers sont susceptibles d’être sur des sols déjà pauvres. Une grande quantité de résidus et
de déchets humains, agricoles, forestiers et industriels sont annuellement produits mais ne
sont pas effectivement utilisés (Akanbi et al, 2014), spécialement les coques de cerises de
café et de coques de cabosses de cacao dans la zone forestière au Togo. Toutefois, la
grossièreté des matériaux, la faible qualité en nutriments et la minéralisation lente sont des
goulots d’étranglement pour l’usage de ces coques (Ayeni, 2010). Les risques sanitaires des
coques et les difficultés de l’utilisation des matériaux organiques bruts pourraient être résolus
par le compostage. Ce qui rejoint la nécessité de produire de la matière organique de qualité
qui a fait en partie l’objet de cette thèse.

Il est donc indispensable que les producteurs togolais s’inscrivent dans la dynamique
d’investissement organique dans les sols sous cacaoyers afin de maintenir et de conserver la
productivité de ces sols et soutenir de hauts rendements.

Plusieurs études ont confirmées que l’utilisation combinée d’engrais organiques et


inorganiques ont des effets synergiques sur la nutrition équilibrée des plantes et sur
l’amélioration de la fertilité du sol (Epule et al, 2015 ; Meena et al, 2016 ; Wen et al, 2016 ;
Zhang et al, 2016 ; Zhao et al, 2016). Elle a d’autres avantages comme la réduction des
besoins en quantité de fertilisants minéraux, qui assurent au début la nutrition de la plante, que
viennent compléter les matériaux organiques après minéralisation (Geng et al, 2015 ; Simpson
et al, 2015).

Les sols sous cacaoyers requièrent des propriétés chimiques en termes de teneur en matière
organique (≥30 g.kg-1), de pH (6-7,5) et de teneur en azote (≥1 g.kg-1), en phosphore (30-100
ppm), en potassium (≥100 ppm ou ≥1,2 cmol.kg-1), en calcium (≥5-8 cmol.kg-1) et en
magnésium (≥0,8 cmol.kg-1) avec une Capacité d’Echange Cationique d’au moins 20
cmol.kg-1 (Aikpokpodion, 2010 ; Koko, 2014 ; Akanbi et al, 2014). Ces exigences ne sont pas
tous réunies dans le sol étudié dans les présents travaux au départ, demandant ainsi un
complément en nutriments (Tableaux 15 et 28). Mais l’apport des engrais organiques et/ou
minéraux n’a pas montré un effet notoire sur la croissance des jeunes cacaoyers (sauf pour
leur hauteur), ni sur le changement drastique de la teneur du sol en des macronutriments. Le
116
compost a une capacité de rétention en eau et une capacité d’échange cationique très élevées
(Burnett et al, 2016). Ces propriétés permettent au compost d’améliorer la fertilité des sols
pour la nutrition des plantes. L’amendement des sols avec du compost peut améliorer aussi
leur teneur en carbone organique jusqu’à 55 % et diminuer le pH du sol (Abujabhah et al,
2016). Les apports des composts de coques de cerises de café et de coques de cabosses de
cacao puis de l’engrais minéral NPK 15-15-15 sont donc nécessaires pour assurer le
remplacement des nutriments exportés du système et ainsi briser le cercle vicieux des
pratiques endogènes où l’exploitation continue des vergers ne garantissait pas au sol une
compensation des éléments nutritifs exportés par les récoltes et les pertes dues à l’érosion et
autres facteurs de dégradation de sol.

Le bilan du système étudié lors de cette étude assure une disponibilité en nutriments essentiels
dans la couche de sol de 0-0,6 m, une profondeur vitale pour le système racinaire des jeunes
cacaoyers. Cette situation confirme le potentiel des engrais organiques et minéraux combinés
à améliorer effectivement la fertilité du sol et à soutenir une production agricole durable décrit
par plusieurs auteurs (Geng et al, 2015 ; Epule et al, 2015 ; Zhang et al, 2016 ; Meena et al,
2016 ; Wen et al, 2016 ; Zhao et al, 2016). Mais le bilan partiel des nutriments montre
clairement que l’apport de N en première année de croissance des cacaoyers n’est pas
nécessaire. L’utilisation de l’engrais minéral composé NPK 15-15-15 n’est pas alors adaptés
pour la fertilisation des jeunes vergers de cacaoyers. A ce stade de végétation, il faut un
engrais minéral composé ayant une formule similaire à N0PxKyCazMgt où x, y, z et t restent à
être déterminé. La dose de compost, malgré leur contribution en termes de matière organique
au sol, doit être réduite à cause de leur apport excessif en N qui augmente les risques de
pollution. On soupçonne l’extrême disponibilité de N dans tous les traitements d’être à la base
de la non significativité de la plupart des variables agronomiques des tests de fumures.

Les déficiences en N et P dans les sols tropicaux restent l’un des plus cruciaux problèmes en
matière de fertilité des sols (Vandecasteele et al, 2016). Les soldes positifs des bilans de N et
de P obtenus dans cette étude traduisent en fait les risques de contamination de la nappe sous-
jacente par les unités fertilisantes perdues de N et les possibilités d’arrière effet de P précipité
pour la croissance future du verger de cacaoyer. L’utilisation des composts est plus conviviale
avec l’environnement et assure une production durable d’agroressources surtout avec
l’amélioration de la teneur en carbone organique du sol de 10.6±0.6% en six mois par rapport
au sol sans compost (Tableaux 28 et 30).
117
4.3 Agroécosystèmes des jeunes cacaoyers

L’analyse des résultats de cette étude confirme le fait que les conditions agroécologiques
actuelles ne favorisent pas partout dans la zone de production cacaoyère du Togo, une
meilleure croissance des jeunes cacaoyers (Hypothèse 4). Davantage, elle donne une
orientation suffisante pour une meilleure identification des agroécosystèmes adaptés pour les
jeunes cacaoyers et donc pour une meilleure replantation des vergers.

En analysant les résultats de la présente thèse sur l’ombrage des jeunes cacaoyers (Tableau
34), qui préconise 75% au moins d’ombrage pour les jeunes cacaoyers, on comprend les
visions de certains auteurs comme Deheuvels (2007), Bos et al (2007), Faria et Baumgarten
(2007), Sonwa et al (2007) Gockowski et Sonwa (2011) et Koko (2014), qui perçoivent que
les cacaoyers même adultes doivent demeurer sous un couvert d’au moins 60% d’ombrage.

Le taux de mortalité des plants de cacaoyers au cours de l’étude au champ sur l’effet de
l’ombrage est supérieur à 10% généralement admis. Il faut souligner aussi que la pluviométrie
a été particulièrement rude durant la période de l’étude. En moyenne, la pluviométrie sur les
six dernières années dans la zone était autour de 1622±66 mm.an-1 alors qu’au cours des
essais, on a enregistré seulement 1211 mm.an-1. Ce qui pourrait expliquer le taux de mortalité
un peu plus élevé des cacaoyers.

Les résultats de la présente étude ont révélé que l’ombrage des arbres agroforestiers a
effectivement une influence sur les jeunes cacaoyers qui y sont associés. Plus l’ombre est
dense, plus les cacaoyers sont protégés contre le soleil. Ce qui a confirmé les travaux de Beer
et al (1998) qui affirmaient que la présence d’arbres agroforestiers dans les cacaoyères
réduisait leur stress en modulant les températures hautes et basses d’environ 5 °C. La
mortalité élevée des cacaoyers sous ombrage peu dense a confirmé les trouvailles de Snoeck
(2010) qui décrivait le besoin d’associer les essences forestières aux cacaoyers au risque de
détruire les plantations prématurément. Mais les présents résultats sur l’ombrage ont réfuté les
travaux de Myers et al (2000) qui considérait les agroforêts à cacaoyers comme une menace
pour la biodiversité car ils s’inscrivaient dans la production intensive sans ombrage.
Actuellement, la production cacaoyère en plein soleil est très dangereuse pour la durabilité de
la production de fèves (Tondoh et al, 2015). Les effets positifs des arbres d’ombrage sur la
productivité des cacaoyers sont beaucoup plus liés à la création d’un environnement qui

118
améliore la physiologie du cacaoyer tout en réduisant les pressions des maladies et ravageurs,
que davantage moins liés à l’amélioration de la qualité du sol comme conséquence de
l’agroforesterie (Vanhove et al, 2016). Asare et Anders (2016) ont recommandé qu’au lieu
d’utiliser le nombre d’arbres par hectare pour exprimer la densité de couverture des
cacaoyers, il serait plus précis de parler des effets des espèces (propriété fertilitaire,
production de biomasse pour le sol, feuillage abondant en des périodes de chaleur et moindre
en forte saison des pluies), du diamètre à hauteur du contrefort et du rayon du houppier des
arbres (surface de couverture au sol).

Il est indispensable donc de conserver ou d’installer des arbres agroforestiers dans les jeunes
plantations de cacaoyers au Togo à l’instar de Samanea saman, Albizia zygia, Terminalia
superba et/ou Khaya grandifoliola aussi bien pour leur ombrage que pour la propriété
fertilitaire de certains. Le nombre d’essence à conserver dépendra de l’âge des arbres pourvu
que la couverture de l’ombrage soit totale (75-100% de couverture). Pour l’installation de
l’ombrage suffisant dans une jeune plantation en plein soleil, il serait indispensable de faire
recours à un ombrage provisoire comme celui des bananiers plantains (Musa spp.) en
attendant que les essences forestières nouvellement installées grandissent et développent leur
canopée. Une centaine d’arbres agroforestiers au départ avec des éclaircies et des tailles plus
tard permettrait de recouvrer suffisamment les jeunes pieds de cacaoyers. Ces éclaircies sont
conseillées quand les cacaoyers atteignent leur auto-ombrage (entre 4 et 7 ans). L’installation
des bananiers plantains doit se faire dorénavant en cherchant à recouvrir suffisamment les
jeunes pieds de cacaoyers ; ce qui amène à proposer de mettre les bananiers suivant le même
schéma cultural que les cacaoyers (3 m x 2,5 m), et non un bananier plantain pour quatre
cacaoyers comme actuellement recommandé, afin de densifier suffisamment l’ombrage dans
le jeune verger et favoriser une meilleure croissance des jeunes cacaoyers.

La profondeur et la texture des sols sous cacaoyers préconisées par Koko (2014), qui a donné
1,5 m de profondeur sur sols argilo-sableux, sont confirmées par cette étude qui révèle que les
sols argilo-sableux et profonds d’au moins 1 m de profondeur sont aptes à supporter la bonne
croissance des jeunes cacaoyers dans la zone agroécologique de forêts du Togo. Cette
profondeur du sol est indispensable car elle a des impacts sur la hauteur des plants,
l’élongation annuelle et l’utilisation de l’eau par la plante sans oublier toutes les corrélations
(0,84<r²<0,87) qui existent entre les différentes variables agronomiques mesurées. Un sol
bien profond pour le cacaoyer assurera certainement un développement plus rapide et
119
harmonieux des cacaoyers. Les travaux d’Isaac et al (2014) ont montré l’importance des sols
de texture argilo-sableuse pour les cacaoyers qui y développent un système racinaire
important surtout en présence des arbres d’ombrage, plus que dans les sols à texture argileuse.
La qualité physique du sol pour les cacaoyers ne doit pas fait perdre de vue sa qualité
chimique surtout que la fertilité des sols sous cacaoyers au Togo est aussi à remettre en cause.
Il n’existe pas pour l’instant de recommandation de fumure minérale pour le cacaoyer au
Togo et la gestion de la fertilité des sols est basée sur les arbres fertilitaires. Ce qui révèle
toute l’importance de l’agroforesterie et du réglage d’ombrage dans les agroforêts à cacaoyers
au Togo.

Il est évident que l’identification de bonnes conditions agroécologiques pour les cacaoyers
avant leur mise en place est un atout majeur pour la réussite de la plantation et son
exploitation future. A défaut, il est recommandé, sur la base de cette étude, de corriger le
niveau d’ombrage par une redensification du verger avec des essences forestières appropriées.
Malheureusement un site mal choisi en termes de texture et de profondeur du sol est voué à un
échec cuisant. S’inscrivant dans une vision de stratégies de gestion durable des vergers de
cacaoyers au regard des résultats obtenus, il serait appréciable de mener une politique de
redensification systématique des vergers de cacaoyers existant en favorisant aux planteurs
l’accès aux essences forestières adaptées pour les cacaoyers au Togo voire dans toute
l’Afrique de l’Ouest. Dans le souci de préserver au maximum les jeunes cacaoyers, il est aussi
souhaitable que les replantations des vergers de cacaoyers vieux se fassent en conservant les
anciens pieds qui vont servir d’ombrage temporaire aux jeunes, surtout dans les milieux où
l’ombrage est inexistant dans les cacaoyères, jusqu’à ce que le couvert végétal de protection
soit définitivement bien installé.

Ceci met un terme à la discussion générale sur le sujet d’étude. Se basant sur les résultats
obtenus et les discussions menées, on pourrait valablement déduire une conclusion afin de
répondre aux objectifs de départ et ainsi entrevoir les perspectives pour la production
cacaoyère au Togo. C’est ce qui fait l’objet de la prochaine section.

120
CONCLUSION GENERALE ET PERSPECTIVES

121
La vieillesse des agroforêts à cacaoyers au Togo a un impact notoire sur la productivité des
cacaoyers entrainant le déclin de la production cacaoyère du pays. Les soucis majeurs sont
liés aux contraintes de production de plants (mauvaise gestion des semences de cacao,
difficulté de transport des plants, qualité des terreaux en pépinière), à l’infertilité des sols et à
la dégradation de l’environnement de production. L’objectif de cette thèse était d’apporter
quelques solutions pour la replantation de ces cacaoyers tout en améliorant les facteurs
susmentionnés afin de perpétuer une gestion forestière durable dans la zone agroécologique
de forêts au Togo. Cette étude a été menée dans la zone écofloristique IV du pays et a permis
d’aboutir à des résultats intéressants.

La croissance et la performance des plants de cacaoyers cultivés en pépinière paraissent être


la même à travers les deux quantités de substrat sol et les trois méthodes de semis selon
l’évolution des variables agronomiques mesurées et statistiquement testées. Par conséquent, il
est plus économique pour les planteurs d’utiliser en pépinière, les sachets « café » (21 cm x 8
cm) ou de dimensions similaires pour la production des plants de cacaoyers à très court termes
(5-6 mois) au lieu des sachets « cacao » (27 cm x 10 cm) comme recommandé actuellement.
Le repiquage des plantules de cacaoyer, si on en a besoin, doit être fait au plus tard 10 jours
après levée sur les planches (avant la tombée des cotylédons), lorsqu’on a raté le semis direct
dans les pots. Ceci représente un pas en avant dans la gestion durable des pépinières en termes
de réduction des matières plastiques qui sont prohibés mais autorisés pour l’agriculture au
Togo, et de réduction des coûts de mise en place des pépinières cacaoyères. Par ailleurs, la
lourdeur des sachets est réduite avec les sachets de 21 cm x 8 cm et donc plus facilement
transportable au champ. Ce sera un gain indéniable en temps et en ressources humaines si l’on
s’inscrit dans la dynamique d’utilisation des sachets de moindres dimensions en pépinière
cacaoyère.

L'engrais azoté a certainement des effets sur la croissance des plants de cacaoyer. Plus d’ajout
de l'urée ne s'exprime pas forcément par plus d'amélioration des performances des plants de
cacaoyer. L’interaction de la dose d’azote et de la technique d’apport de cet azote sur la
mortalité des plants de cacaoyers n’ont pas facilité une vision claire de la décision à prendre
au prime abord. Le sol utilisé dans les pots a vraiment besoin de la fumure azotée pour la
croissance des plants au vue des bilans partiels négatifs et pour rééquilibrer le solde. Le
second test a permis de voir clairement qu’une application modérée de l’azote (1 g.plant-1
d’urée) est requise pour une croissance optimale des plantules de cacaoyers en pépinière.
122
C’est une avancée considérable dans la recherche de fumure azotée du cacaoyer tant redoutée
à cause des déséquilibres qu’elle pourrait engendrer. Il y a espoir que les diverses formules
d’engrais cacao sans azote utilisées à travers l’Afrique de l’Ouest seront revisitées.

Les présents travaux ont permis de comprendre les effets de la quantité de sol et de l’apport de
l’azote sur les propriétés chimiques du sol, l’absorption des nutriments et le bilan partiel des
éléments nutritifs majeurs dans les pots en pépinière. Les propriétés chimiques du sol résiduel
dans les pots ne semblent pas être différentes aussi bien dans les sachets « café » que dans les
sachets « cacao ». L’apport de l’azote n’a pas d’influence sur la qualité du sol résiduel dans
les pots. La nutrition des plants de cacaoyers dans les différents pots ou avec l’apport de
l’azote n’est pas différente. Le bilan est révélateur sur la dynamique des nutriments majeurs
dans le sol contenu dans les pots. Les soldes des bilans de N, K et Mg sont négatifs alors que
ceux de P et Ca sont positifs. Mais étant donné qu’on est en pépinière qui est limitée dans le
temps, le problème de durabilité ne se pose pas. En somme, il est donc possible de faire
croitre les plantules de cacaoyers sur des sols contenus dans des sachets de moindre
dimension à l’instar de celui de café (1055 cm3) tout en assurant une bonne nutrition de ces
plantules. Davantage, les sols résiduels restent potentiellement capables de conduire les plants
de cacaoyers au champ, puisqu’ils seront la source de nutriments première aux jeunes
cacaoyers après la mise en terre avant que les racines ne s’étendent au-delà pour chercher les
éléments nutritifs.

La présente étude a aussi permis de déterminer les effets de composts des coques de cabosses
de cacao et de coques de cerises de café, combiné ou non avec de l’engrais NPK 15-15-15, sur
les propriétés du sol et sur la croissance des jeunes cacaoyers cultivés sur sol dégradé. Les
composts produits en 60 jours se sont révélés sains et aptes à fertiliser les sols. Une
combinaison ou non de ces composts avec de l’engrais NPK 15-15-15 a été apporté sous des
jeunes cacaoyers et ont permis d’avoir des effets considérables. Les engrais ont eu des effets
significatifs sur la croissance en hauteur des cacaoyers après 6 mois au champ (12 mois
d’âge). Les propriétés du sol ont été sensiblement améliorées. Les besoins d’apports de
nutriments se sont avérés pour le P, K, Ca et Mg mais on a n’a pas besoin d’apporter de N en
première année de croissance du cacaoyer. Les premières simulations pour un solde des bilans
partiels des nutriments proche de l’optimum donnent la formule de N0P100K10Ca50Mg20. Il y a
donc espoir que l’application de ces engrais organiques et minéraux à des doses spécifiques
apporteraient un plus à la production cacaoyère surtout au jeune âge de la plantation. Cette
123
étude représente un apport substantiel dans la recherche de fumure cacao au Togo et une
valorisation efficace des ressources locales (les coques) avec assainissement de
l’environnement de production.

L’adaptabilité des jeunes cacaoyers aux différents agroécosystèmes de replantation au Togo a


été aussi examinée à travers l’analyse des variables agronomiques et l’utilisation des
ressources en eau en fonction de la densité de l’ombrage des arbres agroforestiers dans les
vergers de cacaoyers, de la profondeur du sol et la texture du sol sous les cacaoyers. Il s’est
révélé que la densité de l’ombrage des arbres agroforestiers, la profondeur et la texture du sol
avaient un effet significatif sur la croissance des cacaoyers. Plus l’ombrage était dense, moins
les cacaoyers mouraient, plus la couronne des cacaoyers se formaient à un an et davantage le
rayon de leur houppier était étendu. Plus profond était le sol des vergers, mieux les cacaoyers
utilisaient l’eau de pluie et plus vite ils grandissaient. Les cacaoyers mourraient moins quand
la texture du sol était argilo-sableuse et plus nombreux étaient les couronnes qui se formaient
après un an de croissance. Les jeunes cacaoyers pourront réussir mieux s’ils étaient plantés
sur un sol argilo-sableux, profond à plus d’un mètre et sous un ombrage de couverture de 75-
100%. La conservation des arbres agroforestiers pour uniquement leur ombrage dans les
vergers de cacaoyers serait un atout non seulement pour la durabilité de ces agroforêts mais
aussi pour la conservation de la biodiversité et la réduction des gaz à effet de serre (REDD+).
La gestion durable des forêts ou plutôt des agroforêts pourrait résulter d’une stratégie de
redensification systématique des vergers à cacaoyers au Togo et dans toute l’Afrique de
l’Ouest avec des essences forestières appropriées. Ceci serait un gage pour une meilleure
conservation de la biodiversité et de la productivité durable des cacaoyères.

Somme toute, la replantation des agroforêts à cacaoyers au Togo devra se faire avec des
plants produits à moindre coût dans des sachets plus petits à l’instar de ceux de 1055 cm3
(sachet « café »), avec peu de fumure azotée en pépinière (1 g.plant-1), sur des sols de texture
argilo-sableuse profond de plus d’un mètre avec un ombrage des arbres de couverture
suffisamment dense pour retenir au moins 75% de la lumière solaire et fertilisé au jeune âge,
avec un apport de complément en éléments nutritifs P, K, Ca et Mg. L’azote est à proscrire en
première année de croissance.

Dans la perspective d’une amélioration de la productivité des vergers de cacaoyers, il serait


intéressant d’étudier le comportement de ces cacaoyers en termes de fertilisation et de la
124
densité de l’ombrage quand ils entreront en production afin de percevoir leur potentialité de
production de cabosses. La nature et la qualité des arbres agroforestiers à maintenir dans les
plantations et l’étude de la répartition de leurs peuplements pour plus d’efficacité dans les
vergers de cacaoyers représentent une autre paire de manche. Les présentes études ont été
menées seulement dans la sous zones Kloto de production cacaoyère au Togo. L’extension de
l’étude et sa réplication dans toute l’aire de production cacaoyère sera nécessaire à une
globalisation des recommandations pour l’aire de production cacaoyère. De plus il serait
nécessaire de réévaluer le comportement au champ des plants produits en pépinière afin de
s’assurer de leur bonne adaptabilité. L’ultime vision est d’établir définitivement au Togo, une
recommandation spécifique de formule d’engrais minéraux et/ou organiques à appliquer aux
cacaoyers de différents stades de développement afin de perpétuer une production durable des
agroforêts à cacaoyers dans le pays. Ce sera un grand bien pour l’amélioration de la
productivité des vergers de cacaoyers des milliers de petits planteurs togolais.

125
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
Abujabhah I.S., Bound S.A., Doyle R., Bowman J.P., 2016. Effects of biochar and
compost amendments on soil physico-chemical properties and the total community within a
temperate agricultural soil. Applied Soil Ecology 98, 243-253.
Adabe K. E., Ngo-Samnick E. L., 2014. Production et transformation du cacao.
Collection Pro Agro, CTA/ISF. Douala-Bassa, Cameroun.
Adden, A.K., Mawussi, G., Sogbedji, J.M., Sanda, K., Kokou, K. 2016. Cropping
Systems Effects on Sustainable Maize Crop (Zea mays L.) Production on Depleted Tropical
Soil, Int. J. Pure App. Biosci. 4(3): 206-215.
Adekunle V.A.J., A.A. Alo, F.O. Adekayode. 2011. Yields and nutrient pools in
soils cultivated with Tectona grandis and Gmelina arborea in Nigerian rainforest ecosystem.
Journal of the Saudi Society of Agricultural Sciences 10, 127–135.
Aikpokpodion P.E., 2010. Nutrient dynamics in cocoa soils, leaf and beans in Ondo
State, Nigeria. J Agri. Sci., 1(1), 1-9.
Akanbi O.S.O., Ojeniyi S.O., Famaye A.O., Ipinmoroti R. R., Oloyede A.A.,
Oyewumi I. K., Ayegbonyin K., Adejobi K. B., Idrisu M., 2014. Soil nutrients and cocoa
seedling performance as influenced by plant residue ash and NPK fertilizer addition on a
depleted soil in Ibadan, South Western, Nigeria. Int. Res. J. Agric. Sci. Soil sci. 4(1), 1-4.
Almeida R.L.D.S., Helena L., Chaves G., Da Silva E.F., 2012. Growth of Cocoa as
Function of Fertigation with Nitrogen. Iranica Journal of Energy & Environment 3 (4): 385-
389.
Alva M. T., Wang F.L. 1996. Leaching of nitrogen from slow-release urea sources in
sandy soils. Soil Sci. Soc Am. J. 60 :1454-1458
Andersen J.K., Boldrin A., Christensen T.H., Scheutz C., 2011. Mass balances and
life cycle inventory of home composting of organic waste. Waste Manage., 31, 1934-1942.
Anhar A., 2005. The role of biological nitrogen fixation in the cacao agroforestry
system in Central Sulawesi Indonesia. Center for Development Reseacrh (ZEF), University of
Bonn, Ecology and Development Series 27, 1-118.
Asare R., Afari-Sefa V., OSei-Owusu Y., Pabi O., 2014. Cocoa agroforestry for
increasing forest connectivity in a fragmented landscape in Ghana. Agroforest Syst. 88, 1143-
1156.
Asare R., Anders R., 2016. Tree diversity and canopy cover in cocoa systems in
Ghana. New Forests 47:287–302.
126
Aubert C., 2006. Le traitement des déchets de couvoir par co-compostage. Sci. Tech.
Avic. 56, 10-15.
Aubréville, A. 1937. Les forêts du Dahomey et du Togo. Bulletin du comité d’études
historiques et scientifiques de l ’Afrique occidentale française 20, 1- 112.
Ayeni L S., 2010. Effect of Combined Cocoa Pod Ash and NPK Fertilizer on Soil
Properties, Nutrient Uptake and Yield of Maize (Zea mays). Journal of American Science
6(3), 79-84.
Beer J., 1988. Litter production and nutrient cycling in coffee (Coffea arabica) or
cacao (Theobroma cacao) plantations with shade trees. Agroforestry Systems 7, 103-114.
Beer J., Muschler R., Kass D., Somarriba E., 1998. Shade management in coffee
and cacao plantations. Agroforestry Systems 38, 139-164.
Bekou K., Wegbe K., Bassimbako K.H., Tossah B.K. 2005. Amélioration génétique
et stratégie de lutte contre les ravageurs du cacaoyer au Togo : acquis et perspectives.
Actes de l’atelier de restitution des acquis de recherches, ITRA-MAEP, 27-28 oct. Lomé,
Togo, pp. 75-86.
Bhagwat S.A., Willis K.J., Birks H.J.B., Whittaker R.J., 2008. Agroforestry: a
refuge for tropical biodiversity? Trends in Ecology and Evolution 23, 261-267.
Bismark M.B., 2011. Effect of watering regime and cocoa pod husk on soil fertility
and growth of hybrid cocoa seedlings in the semi-deciduous forest zone of Ghana. Master of
Science Thesis. Faculty of Mechanical and Agricultural Engineering - Kwame Nkrumah
University, Kumasi, Ghana.
Bos M.M., Steffan-Dewenter I., Tscharntke T., 2007. The contribution of cacao
agroforests to the conservation of lower canopy ant and beetle diversity in Indonesia.
Biodiversity and Conservation 16, 2429–2444.
Bray R.A., Kurtz L.T., 1945. Determination of total organic and available forms of
phosphorus in soils. Soil Sci., 59: 39-45.
Burnett S.E., Mattson N.S., Williams K.A., 2016. Substrates and fertilizers for
organic container production of herbs, vegetables, and herbaceous ornamental plants grown in
greenhouses in the United States. Scientia Horticulturae 208, 111–119.
CALR (Chambre d’Agriculture de Languedoc-Roussillon), 2011. Organic
products analysis criteria. In: Agriculture et Territoires (eds.). The organic products usable in
agriculture at Languedoc-Roussillon - Tome 1, Languedoc-Roussillon, pp. 63-76.

127
CEAEQ (CENTRE D’EXPERTISE EN ANALYSE ENVIRONNEMENTALE
DU QUÉBEC). 2003. Préparation des échantillons de sol agricole. DR-12-PEA, Ministère
du Développement Durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec, 7 p.

CIRAD (Centre de coopération International pour la Recherche Agronomique


pour le Développement), 2004. Analyse de sols. Département PERSYST/CIRAD. 8p.
CIRAD (Centre de coopération International pour la Recherche Agronomique
pour le Développement), 2013. Améliorer les systèmes agroforestiers en zone tropicale
humide : les cas de cacaoyers et des caféiers. CIRAD. 2p.
Crane J.H., Balerdi C.F., Joyner G., 2013. Cocoa (Chocolate Bean) Growing in the
Florida Home Landscape. IFAS Extension, HS1067, University of Florida, USA, 6p.
Crusciol C.A.C., Artigiani A.C.C.A., Arf O., Carmeis Filho A.C.A., Soratto R.P.,
Nascente A.S., Alvarez R.C.F., 2016. Soil fertility, plant nutrition, and grain yield of upland
rice affected by surface application of lime, silicate, and phosphogypsum in a tropical no-till
system. CATENA 137, 87-99.
Deheuvels O., 2007. Modélisation économique des exploitations agricoles :
modélisation, simulation et aide à la décision avec le logiciel Olympe. In: Penot E., Deheuvels
O. (Eds.). L’Harmattan, Paris, France, pp. 49-61.
Demol J., 2002. L’amélioration des plantes. Application aux principales espèces
cultivées en régions tropicales. Ed. Presses Agronomiques de Gembloux, Belgique, 560 p.
DGSCN (Direction Générale de la Statistique et de la Comptabilité Nationale),
2011. Quatrième recensement général de la population et de l’habitat-Novembre 2010.
DGSCN. Lomé, Togo, 29 p.
Dias L.A.S., Barriga P.J., Kageyama Y.P., Almeida C.V., 2003. Variation and its
distribution in wild cacao populations from the Brazilian Amazon. Brazilian Archive of
biology and technology 46, 507-514.
Dietz J., Hölscher D., Leuschner C., Hendryanto A., 2006. Rainfall partitioning in
relation to forest structure in differently managed montane forest stands in Central Sulawesi,
Indonesia. Forest Ecology and Management 237, 170-178.
DSID (Direction de la Statistique, de l’Informatique et de la Documentation),
2013. Quatrième recensement national de l’agriculture (RNA 2012) – Volume I : Module de
base. DSID/MAEP/FAO. Lomé, Togo, 129 p.

128
DSID (Direction de la Statistique, de l’Informatique et de la Documentation),
2014. Recensement des planteurs et des plantations de café cacao au Togo. Rapport finale.
DSID/MAEP/PNIASA/Banque Mondiale. Lomé, Togo, 73 p.
Duguma B., Gockowski J., Bakala J., 2001. Smallholder cacao (Theobroma cacao
Linn.) cultivation in agroforestry systems of West and Central Africa: Challenges and
opportunities. Agrofor Syst, 51, 177–188.
Eghball B., Gilley J.E., 1999. Phosphorus and nitrogen in runoff following beef cattle
manure or compost application. J. Environ. Qual., 28, 1201-1210.
Eghball B., Lessing G.W., 2000. Viability of weed seeds following manure windrow
composting. Compost Sci. Util. 8, 46-53.
Enriquez G.A., 1985. Curso sobre el cultivo del cacao. CATIE, Turrialba, Costa Rica.
Epule E.T., Bryant C.R., Akkari C., Daouda O., 2015. Can organic fertilizers set
the pace for a greener arable agricultural revolution in Africa? Analysis, synthesis and way
forward. Land Use Policy 47, 179-187.
Ern, H., 1979. Die vegetation Togo. Gliederrung, Gefåhrdung, Erhaltung.
Willdenowia 9, 295-312.
Euroconsult, 1989. Agricultural compendium for rural development in the tropics and
subtropics. Elsevier Science Publishers B.V., Amsterdam. 740 p.
Eurostat, 2013. Nutrient Budgets – Methodology and Handbook. Version 1.02.
Eurostat and OECD, Luxembourg
FAO (United Nation Food and Agriculture Organization). 1990. Integrated plant
nutrient system: state of the art. Commission on fertilizers, 11th session, 4-6 Apr. 1990. FAO,
Rome
Faria D., Baumgarten J., 2007. Shade cacao plantations (Theobroma cacao) and bat
conservation in southern Bahia, Brazil. Biodiversity and Conservation 16, 291-312.
Geng J., Sun Y., Zhang M., Li C., Yang Y., Liu Z, Li S., 2015. Long-term effects of
controlled release urea application on crop yields and soil fertility under rice-oilseed rape
rotation system. Field Crops Research 184, 65-73.
Gockowski, J., Sonwa, D.J., 2011. Cocoa Intensification Scenarios and Their
Predicted Impact on CO2 Emissions, Biodiversity Conservation, and Rural Livelihoods in the
Guinea Rain Forest of West Africa. Environ. Manag. 48, 307-321.
Hartemink A.E., 2005. Nutrient stocks, nutrient cycling and soil changes in cocoa
ecosystem: A review. Advances in Agronomy 8, 227-253.

129
Harun R.R.M., Ismaiv K.H.J., 1983. The Effects of Shading regimes on the Growth
of Cocoa Seedlings (Theobroma cacao L.). Pertanika 6(3), 1-5.
Hebbar P., Bittenbender H.C., O’Doherty D., 2011. Farm and Forestry Production
and Marketing profile for Cacao (Theobroma cacao). In: Elevitch C. R. (ed.) Specially Crop
for Pacific Island Agroforestry. Permanent Agriculture Ressources (PAR) (revised). Holualoa.
Hawai’i. http://www.agroforestry.net/scps. 23p.
ICCO (International Cocoa Organization), 2008. Rapport Annuel 2007/2008.
ICCO. Londres WC1A. Royaume Uni. 40 p.
ICCO (International Cocoa Organization), 2012. Rapport Annuel 2010/2011.
ICCO. Londres WC1A. Royaume Uni, pp. 13-26.
ICCO (International Cocoa Organization), 2016. ICCO monthly review – February
2016. ICCO. Londres WC1A. Royaume Uni. 2 p.
INSEED (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques et de
Développement), 2015. Comptes nationaux Togo 2010 – Comptes Finaux. INSEED. Lomé,
Togo. 48p.
Isobaev P., Wichuk K.M., McCartney D., 2014. An enhanced direct process
temperature validation framework in composting: case study of a full-scale covered aerated
static pile. Compost Sci. Util. 22, 164-178.
ITRA (Institut Togolais de Recherche Agronomique), 2009. Stratification du Togo
en zones homogènes pour la recherche agronomique In : Rapport Annuel 2009. ITRA. Lomé,
Togo, pp. 25-28.
Jackson M.L., 1965. A.S.A. Monograph. Methods of soil analysis, 9: 45.
Janssen B.H., Guiking F.C.T., Brakhekke W.E., Dohme P.A.E., 1992. Quantitative
evaluation of soil fertility and the response to fertilizers. Department of Soil Science and Plant
Nutrition. Wageningen Agriculture University, Netherlands, 92p.
Janssen B.H., Guiking F.C.T., Van der Eijk D., Smailing E.M.A., Wolf J., van
Der Reuler H., 1990. A system for Quantitative Evaluation of the Fertility of Tropical Soils
(QUEFTS). Geoderma 46, 299-318.
Jardin P., 1976. Relationship between the chemical potentials of the soils in
Ivory Cost and the production of coco trees. Café cacao 287-296.
Jardin P., 1990. Compte rendu de mission au Togo du 7 au 21 mai. IRCC-CIRAD,
Lomé, Togo. 13p.
Jardin P., Snoeck J., 1985. La méthode du diagnostic sol pour calculer les besoins en
engrais des cacaoyers. Café, Cacao, Thé 29(4), 255-272.
130
Joffres J., 2010. What type of fertilization for sustainable productivity of cocoa tree
stocks in West and Central Africa In: COPAL Workshop on Soil Management for Sustainable
Cocoa Production 2010 Report. 16-18 mars 2010. Kumasi, Ghana.
Jury, W.A., Sposito G., White R.E., 1986. A transfer function model of solute
transport in soil: I. Fundamental concepts. Water Resour. Res. 22: 243-247.
Justeson J.S., Norman W.M., Campbell L., Kaufman T., 1985. The Foreign Impact
on Lowland Mayan Language and Script. Middle American Research Institute Publication 53.
Kebe I.B., N’Guessan F.K., Tahi G.M., Assiri A.A., Koko L.K., Kohi N.J., Irié
B.Z., Koffi N., 2009. Bien cultiver le cacaoyer en Côte d’Ivoire. CNRA/CTA, Abidjan, Côte
d’Ivoire, 4p.
Knight I. 1999. Chocolate and Cocoa Health and Nutrition. Blackwell Science Ltd,
Oxford Davidson, A. Chocolate botany and early history. In: The Oxford Companion to Food
(eds). Oxford University Press, Oxford, UK.
Koko L., 2014. Teractiv cacao as a new fertilizer based reactive phosphate rock for
cocoa productivity in Côte d’Ivoire: A participatory approach to update fertilization
recommendation. Procedia Engineering 83, 348-353.
Koko L.K., Kassin K.E., Yoro G., NGoran K., Yao-Kouame A., 2009. Corrélation
entre le vieillissement précoce des cacaoyers et les caractéristiques morphopédologiques dans
le Sud-Ouest de la Côte d’Ivoire. Journal of Applied Biosciences 24, 1508-1519.
Koudjega T., Tossah B.K., 2009. Improvement of soils fertility management in cocoa
plantations in Togo. Proceeding of the 7th international symposium on plant-soil interactions
at low pH. 17-21 may, Guangzhou, China, pp. 184-185.
Koudjega T., Wegbe K., Ablede K., 2010. Stratégies de gestion des sols en
cacaoculture au Togo In : COPAL Workshop on Soil Management for Sustainable Cocoa
Production Proc. March 16-18. Kumasi, Ghana.
Krauss U., Soberanis W., 2001. Rehabilitation of diseased cacao fields in Peru
through shade regulation and timing of biocontrol measures. Agroforestry Systems 53: 179-
184.
Lanaud C., Ham P., Duperray C., 1992. Estimation of nuclear DNA content of
Theobroma cacao L. by flow cytometry. Café, Cacao, Thé 36, 3-8.
Le Digabel S., 2016. Quelques lois discrètes. MTH2302D. Ecole Polytechnique de
Montréal, Canada, 46p.
Leon J., 1987. Botánica de los cultivos tropicales. Instituto Interaméricano de
Cooperación para la Agricultura (IICA). San José, Costa Rica, 445p.
131
Ligocka A., Paluszak Z., 2009. Effectiveness of different sanitization technologies on
the inactivation of Ascaris suum eggs in organic waste. Bull. Vet. Inst. Pulawy 53, 641-644.
Loor Solorzano, R. G., 2007. Contribution à l’étude de la domestication de la variété
de cacaoyer Nacional d’Équateur : recherche de la variété native et de ses ancêtres sauvages.
Thèse de doctorat en sciences agronomiques. Ecole Nationale Sup1rieure d’Agronomie de
Montpellier, SUPAGRO, France, 201p.
Lopez R., Giraldez I., Palma A., Díaz M.J., 2016. Assessment of compost maturity
by using an electronic nose. Waste Management 48, 174-180.
Meena M.D., Joshi P.K., Jat H.S., Chinchmalatpure A.R., Narjary B., Sheoran
P., Sharma D.K., 2016. Changes in biological and chemical properties of saline soil amended
with municipal solid waste compost and chemical fertilizers in a mustard–pearl millet
cropping system. CATENA 140, 1-8.
Mohd.Yusoff A.S., Ahmad Kamil M.J., Hamzah D., 2007. The effect of various
rates of phosphate application on the growth of cocoa seedlings and its nutrient uptake in
relation to chemically available phosphorus in the soil and age of seedling. Malaysian Cocoa
J. 3, 1-12.
Morris D., 1882. Cocoa: how to grow and how to cure it. Jamaica, 45 p.
Mossu G., 1990. Le cacaoyer. Collection Le Technicien d’Agriculture Tropicale.
Maisonneuse et Larose (Ed), Paris, France, 159 p.
Motamayor J.C., 2001. Etude de la diversité génétique et de la domestication des
cacaoyers du groupe Criollo (Theobroma cacao L.) à l’aide de marqueurs moléculaires. Thèse
de doctorat, Université Paris XI, Orsay, France.
Motamayor, J C. Risterucci, A M., Lopez, P A. Ortiz, C, F., Moreno, A., Lanaud,
C. 2002. Cacao domestication I: the origin of the cacao cultivated by the Mayas. Heredity 89,
308-386.
Myers, N., Mittermeier, R. A., Mittermeir, C. G., da Fonseca, G.A.B, Kent J.,
2000. Biodiversity hotspots for conservation priorities. Nature 403, 853-858.
N’guessan K. J.-C., Akotto O. F., Snoeck D., Camara M., Yao-Kouamé A., 2016.
Potentiel de fertilité chimique des vergers de cacaoyer Theobroma cacao L. (Malvacea) en
Côte d’Ivoire. International Journal of Innovation and Applied Studies 18 (3), 868-879
Nair P K R.1993. An introduction for agroforestry. Kluwer Academic Publications,
Dordrecht. The Netherlands.
Nelson D.W., Sommers L.E., 1982. Organic carbon and soil extracts. In: Methods of
soil analysis. Part 2- Chemical and microbiological properties. Agronomy Monograph No.9
132
(2nd Edition). American Society of Agronomy, Soil Science Society of America. Madison,
WI, USA, pp. 539-579.
Ofori-Frimpong K., Asase A., Mason J., Danku L.., 2003. Shaded versus un-shaded
cocoa: implications on litter fall, decomposition, soil fertility and cocoa pod development.
Available online at http://www.ncrc-ghana.org/downloads/Ofori-frimpong_n_mason_07.pdf
(Nov. 2015).
Ofosu-Budu G.K., Hogarh J.N., Fobil J.N., Quaye A., Danso S.K.A., Carboo D.,
2010. Harmonizing procedures for the evaluation of compost maturity in two compost types
in Ghana. Resources, Conservation and Recycling 54(3), 205-209.
Ogunlade M.O., 2008. Seedling establishment under old cocoa plantation using
neem-fortified cocoa pod husk fertilizer at Ibadan and Owena, south western Nigeria. Ph.D.
Thesis dept. Of agronomy. University of Ibadan, Nigeria.
Ogunlade M.O., Adeoye G.O., Ipinmoroti R.R., Ibiremo, O.S., Iloyanomon, C.I.,
2006. Comparative effects of organic and NPK fertilizers on the growth and nutrient uptake of
cocoa seedlings. Nigerian Journal of Soil Science, 16 (1): 92-98.
Ojeniyi S., Egbe N.E., Omotoso T.I., 1982. Effects of nitrogen and phosphorus
fertilizers on unsheded Amazon cocoa in Nigeria. Fertilizer Research 3 (1): 13-16
Ojeniyi S.O., 2010. Tropical soil management and agriculture in Nigeria. Bash-moses
Publishers. Ibadan Nigeria, pp. 56-59.
Okon, J.E; Mbong, E.O. Ebukanson, G.J., Uneh, O.H. 2013. Influence of nutrient
amendments of soil quality on germination, growth and yield components of 2 varieties of
okra sown at University of Uyo botanical garden, Uyo Akwa Ibom state. E3 J. Environ. Res
& Mgt., 4(3): 0209 – 0213.
Oro Z. F., 2011. Analyse des dynamiques spatiales et épidémiologie moléculaire de la
maladie du swollen shoot du cacaoyer au Togo. Thèse de doctorat. Université de Montpellier
SupAgro, France. 262 p.
Oviedo GF. 1944. Historia general y natural de las Indias, Madrid, Spain. 246 p.
Oyewole O.S., Ajayi O.J., Rotimi R.I., 2012. Growth of cocoa (Theobroma cacao
L.) seedling on old soils amended with organic and inorganic fertilizer. African Journal of
Agricultural Research 7 (24), 3604–3608.
Paillat J.-M., Robin P., Hassouna M., Leterme P., 2005. Predicting ammonia and
carbon dioxide emissions from carbon and nitrogen biodegradability during animal waste
composting. Atmos. Environ. 39, 6833-6842.

133
Pandey A., Soccol C.R., Nigam P., Brand D., Mohan R., Roussos S., 2010.
Biotechnological potential of coffee pulp and coffee husk for bioprocesses. Biochemical
Engineering Journal 6(2), 153-162.
Penot E., Ollivier I., 2009. Hévéa et Agroforesterie. Bois et Forêts des Tropiques N°
301 (3). pp 67 -86.
Pound F.J., 1938. Cacao and Witches’ broom disease (Marasmius perniciosus) of
South America, with notes on other species of Theobroma. Yuille’s Printerie, Port of Spain,
Trinidad and Tobago, 9-49. (Reprinted 1982), Archives of Cocoa Research 1, 21-64.
Pound F.J., 1945. A note about the cacao populations of South America. Report and
Proceedings Cocoa Research Conference, London. Colonial 192: 95-7. (Reprinted 1982),
Archives of Cocoa Research 1: 93-97.
Puentes-Paramo Y., Menjivar-Flores J., Aranzazu-Hernandez F. 2014. Nitrogen,
phosphorus and potassium use efficiency in cocoa (Theobroma cacao L.). Bioagro 26 (2), 99-
106
Rafolisy T., Thuriès L., Técher P., Moussard G., Paillat J.M., 2015. Co-
compostage de boues de laiterie et de fumier de bovins à l’Ile de la Réunion: hygiénisation,
pertes de nutriments et homogénéité du compost produit. Biotechnol. Agron. Soc. Environ.
19(4), 329-337.
Randall G W, Evans S D, Iragavaparu T K. 1997. Long - term P and K
applications. II. Effect on corn and soybean yield and plant P and K concentration. J. Prod.
Agric. 10: 572-580.
Reents-Budet D. 1996. Classic Maya Pottery Vessels: Social Rituals and
Cosmological Rites. In: 14th Annual Maya Weekend, University Museum, 30-31 March,
University of Pennsylvania, USA.
Ribeiro M. A. da Silva Q., J. O., Aitken W. M., Machado R. C. R., Baligar V. C.,
2008. Nitrogen Use Efficiency in Cacao Genotypes. Journal of Plant Nutrition, 31: 239–249
Ruf F., G. Schroth, 2004. Chocolate forests and monocultures: a historical review of
cocoa growing and its conflicting role in tropical deforestation and forest conservation In:
Schroth G, Gab D.A., Fonseca C.A., Harvey C., Gascon H., Vasconcelos L., Izac A.M., (Eds.)
Agroforestry and biodiversity conservation in tropical landscape. Island Press, Washington
DC, USA, pp. 107-134.
Saleh F.M.A., Bishop D.J., Diettrich S.F., Knezovich J.P., Harrison F.L., 1990.
Transport of non-sorbed chemicals in the subsurface environment: Proposed model with
experimental verification. Soil Sci. 149, 23-34.
134
Simpson R.J., Stefanski A., Marshall D.J., Moore A.D., Richardson A.E., 2015.
Management of soil phosphorus fertility determines the phosphorus budget of a temperate
grazing system and is the key to improving phosphorus efficiency. Agriculture, Ecosystems &
Environment 212, 263-277.
Sinclair T. R. and Seligman N.G., 2000. Criteria of publishing papers on crop
modelling. Field Crop Research 68, 165-172.
Snoeck D., 2010. Importance d’une bonne gestion de la fertilité des sols pour une
cacaoculture durable. In: COPAL Workshop on Soil Management for Sustainable Cocoa
Production 2010 Report. 16-18 mars 2010. Kumasi, Ghana.
Snoeck D., Abekoe M.K., Alfrifa A.A., Appiah M.R.K., 2006. The soil diagnostic
method to compute fertilizer requirements in cocoa plantations, Proc. Int. Conf. on Soil
Science, 16-21 July., Accra, Ghana, 10 p.
Snoeck D., Jardin P., 1992. Cacao (Theobroma cacao L.) In: Halliday DJ, Eusserthal
ME. World Fertilizer: Use Manual. International Fertilizer Industry Association (IFA). Paris,
France, pp. 520-531.
SOFRECO (Société Française de Réalisation d’Etudes et de Conseil), 2010.
Evaluation des perspectives de développement des filières café et cacao. Rapport final phase
A. SOFRECO/IDA/Ministère de l’Economie et des Finances de la République Togolaise.
Lomé, Togo, 168 p.
SOFRECO (Société Française de Réalisation d’Etudes et de Conseil), 2011.
Evaluation des perspectives de développement des filières café et cacao. Rapport final phase
B. SOFRECO/IDA/Ministère de l’Economie et des Finances de la République Togolaise.
Lomé, Togo, 96 p.
Sogbedji J M, van Es H M, Yang C L, Geohring L D, Madgoff F R. 2000. Nitrate
leaching and N budget as affected by maize N fertilizer rate and soil type. J. Environ. Qual.
29: 1813-1820.
Sogbedji, J.M. 2001. Sustaining maize yields in smallholders cropping systems on
West Africa ferralsols. Research Project Paper. Rockefeller Foundation / IFS. 11p.
Sogbedji J. M., H. M. van Es, K. L. Agbeko. 2006a. Cover cropping and nutrient
management strategies for maize production in West Africa. Agron J. 98, 883-889
Sogbedji J M, van Es H M, Melkonian J J, Schindelbeck R R. 2006b. Evaluation
of the PNM model for simulating drain flow nitrate-N concentration under manure-fertilized
maize. Plant and Soil 282: 343-360.

135
Sonwa D.J., Nkongmeneck B.A., Weise S.F., Tchatat M., Adesina A.A., 2007.
Diversity of plants in cocoa agroforests in the humid forest zone of Southern Cameroon.
Biodiversity and Conservation 16, 2385-2400.
Souza-Júnior J.O., Carmello Q.A.C., 2008. Forms and doses of urea to fertilize
clonal cocoa tree cuttings cultivated in substrate. Brazilian Journal of Soil Science 32(6),
2367-2374.
Sporn S. G., M. M. Bos, M. Hoffstätter-Müncheberg, M. Kessler, S. R. Gradstein,
2009. Microclimate determines community composition but not richness of epiphytic
understory bryophytes of rainforest and cacao agroforests in Indonesia. Functional Plant
Biology 36, 171–179.
StatSoft Inc., 1999. STATISTICA 5.5. http://www.statsoft.com/Company (October
th
9 , 2015).
Stoorvogel J J, Smaling E M A., Janssen B H.1993. Calculating soil nutrient
balances in Africa at different scales: I. Supra-national scale Fert. Res. 35: 227-235
Teurki R., 2013. Les effluents d'élevage : mieux les connaître pour bien les valoriser
SATEGE (Service d’Assistance Technique et de Gestion des Epandages). Pas-de-Calais et de
la Somme. France. 8p.
Tondoh J.E., Kouame F.N., Guéi A.M., Sey B., Komé A.W., Gnessougou N., 2015.
Ecological changes induced by full-sun cocoa farming in Côte d’Ivoire. Global Ecology and
Conservation. 3, 575-595.
Uribe A., Méndez H., Mantilla J., 2001. Effect of balanced fertilizers on cocoa yield.
Better Crops International 15(2), 3p.
UTCC (Unité Technique Café Cacao), 2014. Rapport Annuel de la campagne
agricole 2012/2013. UTCC/PASA, Lomé, Togo, 29 p.
Utomo B., Prawoto A.A., Bonnet S., Bangviwat A., Gheewala S.H., 2016.
Environmental performance of cocoa production from monoculture and agroforestry systems
in Indonesia. Journal of Cleaner Production 134(B), 583-591.
Vandecasteele B., Sinicco T., D'Hose T., Nest V.T., Mondini C., 2016. Biochar
amendment before or after composting affects compost quality and N losses, but not P plant
uptake. Journal of Environmental Management 168, 200-209.
Vanhove W., Vanhoudt N., van Damme P., 2016. Effect of shade tree planting and
soil management on rehabilitation success of a 22-year-old degraded cocoa (Theobroma
cacao L.) plantation. Agriculture, Ecosystems & Environment, 219, 14-25.

136
Vera B.J., 1987. Antecedentes históricos. Manual del cultivo de cacao. INIAP, EET-
Pichilingue. Quevedo, Ecuador, 6-9 p.
Verchot l.V., Van Noordwijk M., Kandji S., Tomich T. P., Ong C.K., 2007.
Climate change: linking adaptation and mitigation through agroforestry. Mitigation and
Adaptation Strategies for Global Change 12, 901-918.
Wen Z., Shen J., Blackwell M., Li Y., Zhao B., Yuan H., 2016. Combined
Applications of Nitrogen and Phosphorus Fertilizers with Manure Increase Maize Yield and
Nutrient Uptake via Stimulating Root Growth in a Long-Term Experiment. Pedosphere 26(1),
62-73.
Wessel M., Quist-Wessel F.P.M., 2015. Cocoa production in West Africa, a review
and analysis of recent developments. NJAS - Wageningen Journal of Life Sciences 74&75, 1-
7.
Whitlock B., Bayer C., Baum D., 2001. Phylogenetic relationships and floral
evolution of the Byttherioideae (“Sterculiaceae” or Malvaceae S.l.) based on sequences of the
chloroplast gene ndhF. Systematic Botany 26, 420-437.
Wood G.A.R., 1973. Cocoa. Tropical Agriculture Series, 3th edition. Trinidad and
Tobago, pp. 25-27.
Yang L., Zhang S., Chen Z., Wen Q., Wang Y., 2016. Maturity and security
assessment of pilot-scale aerobic co-composting of penicillin fermentation dregs (PFDs) with
sewage sludge. Bioresource Technology 204, 185-191.
Zhang L., Sun X. 2016. Influence of bulking agents on physical, chemical, and
microbiological properties during the two-stage composting of green waste. Waste
Management 48, 115-126.
Zhang Y., Li C., Wang Y., Hu Y., Christie P., Zhang J., Li X., 2016. Maize yield
and soil fertility with combined use of compost and inorganic fertilizers on a calcareous soil
on the North China Plain. Soil and Tillage Research 155, 85-94.
Zhang Z., Nyborg M., Solberg E D. 1996. The factor of time: A new consideration
in precision farming. In: P C Robert et al (eds) Proc. 3rd International Conference on
precision Agriculture. ASA, CSSA, and SSSA, Madison, WI.
Zhao J., Ni T., Li J., Lu Q., Fang Z., Huang Q., Zhang R., Li R., Shen B., Shen
Q., 2016. Effects of organic-inorganic compound fertilizer with reduced chemical fertilizer
application on crop yields, soil biological activity and bacterial community structure in a rice–
wheat cropping system. Applied Soil Ecology 99, 1-12.

137
Zuidema P.A., Leffelaar P.A., Gerritsma W., Mommer L., Anten N.P.R., 2005. A
physiological production model for cocoa (Theobroma cacao) model presentation, validation
and application. Agricultural Systems 84, 195-225.

138