Vous êtes sur la page 1sur 40

3

CHAPITRE
RADAR METEO DE BORD

1
PROCEDURES OPERATIONNELLES

OACI - ANNEXE6: RADAR METEOROLOGIQUE EMBARQUE

L’exploitant ne peut exploiter :

1) un avion pressurisé ;

2) ou un avion non pressurisé, dont la masse maximale


certifiée au décollage, est supérieure à 5700 kg ;

3) ou un avion non pressurisé, dont la configuration maximale


approuvée en sièges passagers est supérieure à 9 après le 1er
avril 1999.

Que s’il est équipé d’un radar métrologique embarqué.


2
PROCEDURES OPERATIONNELLES

Rôle du Radar métrologique de bord

Il permet à un avion exploité de nuit ou dans


des conditions météorologiques de vol aux
instruments dans des régions où des orages,
ou autres conditions météorologiques
présentant un risque potentiel qui peuvent
exister sur le trajet, de les détecter.

3
Quelle est la nature du danger aéronautique ? On regroupe généralement sous
cette appellation cinq phénomènes :

– Les mauvaises conditions de visibilité: Les brouillards se rencontrent à basse


altitude, lorsque l’avion est en phase de décollage ou d’atterrissage.

– Le givrage: Le givrage survient lorsque l’avion traverse une zone de


gouttelettes d’eau en surfusion Un tel phénomène se produit dans les nuages
stratiformes en présence de courants convectifs locaux, mais aussi au coeur
des cumulonimbus

– Les turbulences atmosphériques sont caractérisés par des variations brutales


du champ de vent

4
ROLE DE RADAR METEO DE BORD
Le radar météo de bord permet de :

repérer et visualiser les précipitations,

 donner une image des conditions atmosphériques


vers lesquelles l’appareil se dirige.

suivre les précipitations et le cisaillement des


vents et contourner les zones orageuses à fortes
précipitations et turbulence.

5
PROCEDURES OPERATIONNELLES

Rôle du Radar métrologique de bord

De ce fait, le pilote, en accord avec le


contrôle de la circulation aérienne, peut
contourner les zones orageuses à fortes
précipitations et turbulence matérialisées
sur son écran afin d’éviter leurs impact sur
la structure de l’avion

6
PROCEDURES OPERATIONNELLES

Emplacement du Radar métrologique de


bord
Généralement le Radar métrologique de
bord est installé sous la Radom de l’avion
pour permettre sa protection et une
meilleure détection et repérage des
précipitations, ce cône protecteur fait du
matériau qui n’absorbe pas les micro-ondes
comme le fibre de verre.

7
PROCEDURES OPERATIONNELLES

8
Principe de fonctionnement
Le radar météo est constitué: d'un écran d’affichage
code couleur et d'un boîtier de commande à bord de
l'avion et d'une antenne-radar extérieure au cockpit.

1- antenne-radar extérieure
une antenne parabolique déplacée de droite à
gauche, est stabiliser pour évoluer sous + / - 30° de
pente et de roulis.

Il s'agit d'une onde de fréquence SHF ( des


fréquences de 8 000 à 12 500 MHz) de longueur de 3
á 4 cm ayant une bonne résolution

9
3
L’antenne effectue des balayages sur plusieurs
angles l’élévation sur 180 degrés.

La portée utile maximale est en général de 180 à


200 milles nautiques (334 kilomètres) , ce qui laisse
un délai suffisant au pilote pour effectuer un
déroutement ou un contournement.

10
Principe de fonctionnement du radar meteo:

EMISSION : Un radar émet de puissantes ondes, produites par


un oscillateur radio et transmises par une antenne. Ces ondes
radio se propagent avec une faible atténuation à travers l'air
et divers obstacles, tels les nuages, le brouillard ou la fumée,
pour la détection et le pistage des phénomènes
métrologiques.

En analysant la réflexion des ondes émises sur les


précipitations dans les formations nuageuses, il est possible
de localiser , d’identifier et visualiser les précipitations
responsable de la réflexion

11
2- boîtier de commande à bord

Sur le boitier de commande , trois boutons principaux


conditionnent son fonctionnement :

a) WX :
Le premier bouton est celui qui laisse le choix entre :
- WX pour la météo.
- WXA pour l'alarme météo.
- MAP pour le mode carte.

b) TILT:
Le deuxième bouton est (le tilt) qui règle l'inclinaison de
l'antenne du radar météo.

c) SCALE:
Le troisième bouton est le range qui sélectionne l'échelle.
12
Principe de fonctionnement
L'information du radar météo est alors présentée au
pilote sous la forme d'un code de couleur :

- Vert : Il ne s'agit que de pluie fine.


- Jaune : La pluie est plus forte et peut être
associée à des cristaux de glace.
- Rouge : De la glace associée à de la turbulence est
à prévoir.
- Magenta : une forte turbulence est localisée, un
contournement s'avère indispensable.

13
3

14
PROCEDURES OPERATIONNELLES

Le cisaillement du vent
L'OACI définit les composantes verticales et horizontales de
cisaillement du vent comme suit:

a - Le Cisaillement vertical : un changement de direction du


vent horizontal et / ou de la vitesse avec la hauteur.

b- Le Cisaillement horizontal: un changement de direction du


vent horizontal et / ou de la vitesse avec la distance
horizontale.

Les cisaillements les plus dangereux sont souvent causés par


des micro-rafales sous des cellules orageuses.
15
PROCEDURES OPERATIONNELLES

Le cisaillement du vent

16
PROCEDURES OPERATIONNELLES

Avertisseur de cisaillement du vent PWS


Actuellement un avertisseur de cisaillement du vent
est disponible en option sur la plupart des avions
modernes. L'avertissement de cisaillement du vent
est basé sur l'évaluation de la performance actuelle
de l'avion (paramètres de vol et accélérations) et il
est généré chaque fois que le niveau d'énergie de
l'avion tombe en dessous d'un seuil prédéterminé.

certains radars météorologiques comportent la


capacité de détecter les zones de cisaillement du
vent en avant de l'aéronef. Cet équipement est
considéré comme un système préventif du
cisaillement du de vent: PWS (Predictive
windshear).
17
PROCEDURES OPERATIONNELLES

- au moins 10 s mais généralement 1 mn avant une


rencontre possible.
- à une distance entre 0,5 nm et 5 nm en avant de
l'aéronef.
- déclenche des alertes.

Le PWS fonctionne en comparant l'effet Doppler des


échos radar de sorte qu'il détecte le cisaillement
seulement quand il y a des précipitations eau.

La fonction PWS peut détecter et afficher


simultanément jusqu'à 8 cisaillements différents du
vent. Le PWS est disponible, si le radar météo est
opérationnel. 18
PROCEDURES OPERATIONNELLES

L'illustration ci-dessus représente les informations


en couleurs affichées sur le radar météorologique sur
Navigation Display Voir E.F.I.S - ND pour indiquer
les zones de cisaillement du vent.

19
Théorie du système RADAR

20
RADARS, les sous bandes utilisées

21
Ondes et bandes de fréquences
Le spectre des ondes électromagnétiques s'étend
sur une bande de fréquence très large est divisée en
« sous bandes » afin de prendre en compte les
différentes propriétés physiques des ondes qui la
composent.

22
CALCUL DE LA DISTANCE
Le temps mesuré par le radar est le temps
nécessaire à l'impulsion pour aller de l'antenne à la
cible, puis de la cible vers l'antenne après réflexion.
Chaque impulsion revenant au radar a parcouru deux
fois la distance radar-cible

23
CALCUL DE LA DISTANCE
La distance est calculée à partir du temps de transit
(aller et retour) d'une brève impulsion radioélectrique
émise et de sa vitesse de propagation c0.

La distance de l'écho (calculée par le radar) est la


distance en ligne droite entre l'antenne du radar et la
cible.

c0· t c0 = vitesse de la lumière = 3·108 m/s


R= ─ t = temps mesuré [s]
2 R = distance [m] (1)

24
Mesure de la direction
L'angle entre la direction du nord et celle de la cible
(azimut) est déterminé grâce à la directivité de
l'antenne. Une antenne à forte directivité est appelée
« antenne directive ».

La directivité, parfois appelée « gain directif », est la


capacité de l'antenne à concentrer l'énergie
rayonnée dans une direction particulière.

Figure 1: azimut de la cible.


25
Mesure de la direction

Les antennes de la plupart des radars sont réalisées de façon


à rayonner l'énergie dans une direction donnée sous la forme
d'un faisceau directionnel appelé « lobe ».

En général le balayage en azimut par ce lobe s'effectue par un


Simple mouvement de l'antenne. A cause de la forme du lobe
rayonné, la puissance du signal réfléchi varie au fur et à mesure
de l'éclairage de la cible par le lobe.

Cette puissance atteint son amplitude maximum théoriquement


Lorsque la cible est exactement dans l'axe du faisceau. 26
La résolution d'un radar

La résolution d'un radar est sa capacité à distinguer deux


cibles très proches l'une de l'autre, en azimut ou en distance.

La résolution est traditionnellement divisée en deux parties: la


résolution en distance et la résolution angulaire (en azimut).

La résolution en distance est la capacité d'un système radar à


distinguer deux ou plusieurs cibles situées dans la même
direction mais à des distances différentes.

La qualité de la résolution dépend de :

la largeur de l'impulsion émise τ,


du type et de la taille des cibles,
de l'efficacité du récepteur et de l'indicateur 27
La résolution d'un radar

la résolution en distance théorique d'un radar peut être


calculée grâce à la formule suivante:

c0 · τ
Sr ≥ —
2 (1)
Le radar en terme de résolution , devrait être capable de
distinguer des cibles espacées d'un temps égal à une demi
largeur d'impulsion τ.

Avec c0= 3·108 m/s (vitesse de la lumière, à laquelle se


déplacent les ondes électromagnétiques). 28
Précision

La précision est le degré de correspondance


entre la position et/ou la vitesse de la cible
mesurée par le radar à un instant t et la
position et/ou la vitesse réelle de cette même
cible au même instant.

29
la portée maximale d’un radar

Un radar à impulsions n’émet pas en continu mais produit plutôt


une série de courtes impulsions sur une longueur d’onde
porteuse spécifique, entre lesquels son récepteur écoute les
retours.

La fréquence de répétition des impulsions (FRI) :est donc le


nombre d’impulsions transmise par seconde.

La période de répétition des impulsions (PRI) : est le temps


écoulé entre le début de deux impulsions successives.

La relation entre ces deux notions est:


1
PRI = —
FRI (1) 30
Le duo PRI/FRI détermine la portée maximale non ambigüe d’un
radar. En effet, la position d’un écho sera déterminée par le
temps aller-retour que parcours l’impulsion entre le radar et la
cible à la vitesse de la lumière dans l’air (c0).

Si l’écho revient après qu’une seconde impulsion ait été


envoyée, après une PRI, le système de traitement des données
ne pourra pas distinguer si elle appartient à la première ou à la
seconde impulsion.

La portée maximale non ambigüe est donc:

c0 c0 · PRI
Rmax = — = —
2 · FRI 2 (2)
31
Puissances

Dans un radar à onde continue, l’énergie émise est facile à


calculer puisque la transmission est invariante dans le temps.
Cependant dans un radar à impulsion, le transmetteur n’envoie
de l’énergie qu’un court laps de temps.

L’énergie contenue dans l’impulsion, sous forme d’onde, entre


dans le calcul de l’équation du radar et de sa portée maximale.

Il est donc très important de connaître la puissance de pointe


du transmetteur, l’énergie contenue dans l’impulsion étant
cette puissance fois la durée de l’impulsion.
Largeur
d’impulsion
Pmoyenne = (τ)

PRI (Τ) (1)
32
Temps d'éclairement du cible

Le temps pendant lequel le faisceau radar passe sur la cible est


appelé temps d'éclairement. Le temps d'éclairement dépend
principalement de:

La largeur du lobe d'antenne ΘAZ et

la vitesse de rotation de l'aérien n (nombre de tours par


minute).
ΘAZ · 60
TD in [s] = —
360° · n

33
Nombre de coups au cible

La valeur du nombre de coups au cible « m » traduit le nombre


d'impulsions reçues pour une cible donnée à chaque balayage
d'antenne.

Le nombre de coups au but représente, par exemple pour un


radar de veille avec une antenne rotative dans le plan
horizontal, le nombre d'impulsions réfléchies par une cible
unique à chaque tour d'antenne.

La formule suivante permet de calculer le nombre de coups au


but:
TD ΘAZ · 60 TD = temps
— — d'éclairement
m= PRI = 360° · n · PRI PRI = période de
répétition des
34
impulsion (2)
L'Equation du Radar
L'équation du radar traduit l'influence de
phénomènes physiques sur :

la puissance rayonnée,


la propagation de l'onde,
la réception du signal réfléchi (écho).

L'équation du radar permet de réaliser une estimation des


performances d'un système radar.

La formule suivante permet de calculer la densité de puissance


pour un aérien omnidirectionnel Su
PS = puissance émise [W]
Ps
Su = densité de puissance

Su = „omnidirectionnelle”
4 · π · R12
R1 = distance antenne -
cible [m] 35
(1)
Densité du puissance

Lorsque l'énergie haute fréquence est rayonnée


à partir d'une antenne isotrope, elle se propage
de façon uniforme dans toutes les directions.

Les zones d'égale densité de puissance forment


donc des surfaces sphériques (A= 4π·R²) concentriques autour
de l'antenne. Lorsque le rayon de la sphère augmente, une
même quantité d'énergie est diffusée sur une plus surface
sphérique
Cela revient à dire que la densité de puissance, dans une
direction donnée, diminue lorsque la distance de l'émetteur
augmente.
PS = puissance émise [W]
Ps
Su = densité de puissance

„omnidirectionnelle”
Su = 4 · π · R12
[W/m2] 36
R1 = distance antenne -
Puissance réfléchie Pr

Un Jumbo jet présente une surface


équivalente radar plus grande qu'un avion de
tourisme dans la même configuration de vol.

Au-delà des considérations de taille, la capacité d'un objet à


réfléchir les ondes dépend de sa forme, de la composition de sa
surface et de la nature des matériaux utilisés.

la puissance réfléchie Pr découle de la densité de puissance Su,


du gain d'antenne G et de la très fluctuante surface équivalente
radar σ:
Ps
Pr = puissance réfléchie [W]
Pr in [W] = — ·G·σ σ = surface équivalente radar
4 · π · R12 [m²]
R1 = distance antenne -
37
cible [m]
gain d'antenne G

la densité de puissance augmente dans la direction de


l'émission. Cette caractéristique est appelée gain d'antenne.

Ce gain est dû à la concentration de la puissance émise dans


une seule direction.

les antennes de radars génèrent un lobe étroit et un gain


pouvant aller jusqu'à 30 ou 40 dB. (ex. antenne parabolique) .

38
surface équivalente radar (σ).

La forme et la capacité de rétrodiffusion d’un signal radar par


une cible est appelé sa surface équivalente radar (σ). Il a pour
unité les mètres carrés. Si toute l’énergie incidente du faisceau
radar était diffusée de façon égale dans toutes les directions, σ
serait alors la section efficace de la cible perpendiculaire au
faisceau.

La surface équivalente radar dépend de:

La géométrie de l’aéronef et de ses appendices;


La direction d’où provient le faisceau radar;
La fréquence de transmission du radar;
Le matériau composant l’appareil.

39
surface équivalente radar (σ).
σmax = π ·R2

Signal rétrodiffusé par


une sphère
σmax = 2·π·r·h2 / λ

Signal rétrodiffusé par un


cylindre
σmax = 4·π·b2·h2 / λ2

Signal rétrodiffusé par


une plaque 40